La deixis, les expressions et éléments déictiques

publicité
La deixis, les expressions
et éléments déictiques
Programme
9.3. Qu’
Qu’estest-ce que la pragmatique? Notions de base
11.3. Les modes de référence:
rence: anaphore,
anaphore, noms propres,
propres, deixis
16.3. Les éléments déictiques I: pronoms personnels,
personnels, on,
on, démonstratifs
18.3. MarieMarie-Célie Agnant
23.3. Les éléments déictiques II: deixis temporelle et spatiale.
spatiale. L’acte d’énonciation
’énonciation et le
temps
25.3. Sur les temps verbaux.
verbaux. Histoire vs discours
30.3. Le point de vue I
1.4. Le point de vue II. Le devoir I (à
(à faire et à rendre au plus tard le 16/4)
6.4. Anouchka Vasak
8.4. Anouchka Vasak
(9.4.(9.4.- 15.4. vacances de Pâques)
Pâques)
20.4. Discours rapporté
rapporté et la polyphonie du texte I
22.4. Discours rapporté
rapporté et la polyphonie du texte II
27.4. Exclamations,
Exclamations, adverbes de phrase et autres éléments langagiers référant à la
situation d’énonciation
’énonciation
29.4. Explication du devoir I. Le devoir II (à
(à faire et à rendre au plus tard le 14/5)
Définition
Les éléments et expressions déictiques sont
des élements langagiers au moyen desquels le
discours s’ancre dans la réalité où les
participants de l’événement énonciatif (le
locuteur et l’allocutaire) vivent
Exemples d’expressions déictiques
1)
2)
3)
pronoms personnels (je, tu, nous, vous, on)
adjectifs et pronoms démonstratifs
Deixis spatiale et temporelle (adverbes et
locutions adverbiales, temps verbaux)
1) Pronoms personnels
« personne » = (au sens traditionnel) une
catégorie grammaticale qui comprend trois
séries (1ère, 2e et 3e personne) qui se
présentent tous au singulier et au pluriel
En français, la personne est indiquée au moyen
de pronoms et de la conjugaison du verbe
Sont déictiques les pronoms de la 1ère et de la
2e personne (qu’on appelle parfois pronoms
indexicaux)
Sur l’interprétation des pronoms
déictiques
Dans les situations de tous les jours, l’identification
des référents des déictiques ne pose pas problème,
puisque la situation d’énonciation est présente
L’interprétation devient plus exigeante quand il s’agit
de discours écrits (textes); l’identification des
référents présuppose qu’on arrive à déterminer
« l’espace spatio-temporel » dans lequel la déicticité
fonctionne, autrement dit, on doit savoir quels sont le
lieu et le moment auxquels l’énoncé est ancré
Exemple
Dans un formulaire de mandat de paiement:
« J’autorise la société X à prélever sur mon
compte la somme de Y francs. » (Ducrot &
Schaeffer, 729)
- à qui réfère le je?
réponse: le formulaire met en place un espace
spatio-temporel qui se modifie selon l’identité
du signataire (le signataire « remplit la place »
de je)
Terminologie
shifters (angl.) ( en finnois: « shifterit »)
français: embrayeurs (le phénomène :
embrayage)
- Le référent des embrayeurs change selon la
situation d’énonciation
Fiction, texte fictionnel
auteur
locuteur ----
allocutaire
(narrateur)
lecteur
(narrataire)
texte
- Le lecteur construit, au moyen du matériel fourni par
le texte, un monde auquel les déictiques sont ancrés
Le pronoms déictiques dans un récit
fictionnel
Je et différentes situations d’énonciation (textes de
Laclos, Beckett, Proust, Camus)
vous, tu (Camus, Butor, Marivaux)
on
1.
2.
syntaxiquement: 3e personne
sémantiquement: pronom indéfini (« flou référentiel »)
(Yourcenar, Flaubert)
demande une interprétation active de la part du
lecteur
On déictique
on peut remplacer aussi bien la 1ère que la 2e
personne
Exemples de l’usage quotidien?
« On arrive! » (= je)
« Alors? On s’en va comme ça? On ne dit même
pas merci? » (Sartre)
« Alors, petite, on va se coucher? » (vrt. « Il est
mignon le bébé. ») = emploi hypocoristique
- (Céline)
2) Les expressions démonstratives
adjectifs et pronoms démonstratifs
Ne sont pas toujours déictiques, car les
emplois anaphoriques sont possibles:
« Il a rencontré un fleuriste. Celui-ci lui a dit
de venir voir son jardin. »
(cf. « Celui-ci n’est pas arrivé chez lui! »)
Adjectifs (= déterminants)
démonstratifs
Les démonstratifs qui déterminent un nom ne
sont pas dans un rapport aussi direct avec la
réalité extralinguistique que les pronoms, qui
sont indépendants ; quand nous disons
« Regarde cet homme! »
nous avons déjà classifié l’entité en question
(l’homme) dans une catégorie donnée
Adjectifs démonstratifs
ex. Camus, La Chute:
1.
cherchez les éléments démonstratifs
2.
Remplacez-les par des éléments plus
purement déictiques
Les démonstratifs
Question: le référent doit-il toujours être présent dans la situation
d’énonciation pour qu’on puisse utiliser une expression
démonstrative comme déictique?
v. Beckett, Molloy: « Cet homme qui vient chaque semaine […]»
ex. Du Bellay « ce mespris », « ce cœur », « cest honneste désir »
Le locuteur présente une situation qui est actuelle pour lui
dans son esprit comme si elle l’était également pour
l’interlocuteur/ l’allocutaire
3) Deixis spatiale et temporelle
La deixis spatiale ancre l’énonciation dans le lieu où se trouve
le locuteur (sa position dans l’espace)
ex. ici, voici, là; verbes comme venir, partir etc. (dont le sens se
détermine par rapport à la position du locuteur) ex. Viens ici!
(Viens là.)
ex. Voici mon fils. (quand on présente qqn)
cf. comme indication temporelle : « Tu réclamais
le soir ; il descend ; le voici. » (Baudelaire) ;
Voici la pluie.
cf. comme indication textuelle (cataphorique) :
Cette question, la voici.
« Voici. Je m’appelle Jean Valjean. » (Hugo)
Expressions temporelles déictiques
Adverbe complètement vide de sens conceptuel : maintenant
(comme ici)
Adverbe avec un sens conceptuel (le moment de référence
inclut en lui des moments passés et futurs, puisque 24 heures) :
aujourd’hui (cf. demain, hier)
ex.
Maintenant, allons voir si tout va bien là-bas.
Aujourd’hui, allons voir si tout va bien là-bas.
Aujourd’hui, nous irons voir si tout va bien là-bas.
?Maintenant, nous irons voir si tout va bien là-bas.
Oppositions entre expressions
déictiques et non déictiques
ici
en ce moment
maintenant
dans une semaine
il y a deux jours
aujourd’hui
à cet endroit
à ce moment
à ce moment
une semaine plus tard
deux jours auparavant
ce jour-là
Exemples
Je suis ici en ce moment/ maintenant.
J’étais/ il était à cet endroit à ce moment.
Dans une semaine, tout sera fini.
Une semaine plus tard, tout serait fini.
Il y a deux jours, j’étais encore malade.
Deux jours auparavant, il était encore malade.
Deixis temporelle :
l’énonciation et le temps
En plus d’adverbes et locutions adverbiales
déictiques, les verbes ont on rôle essentiel
dans l’expression de la deixis temporelle
Le temps du verbe est une catégorie déictique
en soi, car c’est au moyen du temps verbal que
le locuteur ancre son énoncé dans le « fleuve
du temps » et au point de repère le plus
important, à savoir le moment d’énonciation
Deixis temporelle :
l’énonciation et le temps
1) « J’arrose les fleurs. »
2) « J’ai arrosé les fleurs »
3) « J’arrosais les fleurs. »
La différence entre 2 et 3 ?
- dans chacun des deux énoncés l’événement
indiqué se situe à un moment qui précède le
moment d’énonciation
- la différence s’explique au moyen du moment
de référence (= moment de point de vue)
Terminologie
moment de l’énonciation = puhehetki
moment de référence/ de point de vue =
viittaushetki, näkökulmahetki
moment de l’action/ de l’événement =
tapahtumahetki
Schémas:
E = moment de l’énonciation, R = moment de référence, A = moment de l’action
« J’ai arrosé les fleurs. »
A
E
R
« J’arrosais les fleurs. »
R
A
E
Le présent
le moment de l’événement indiqué et le moment de
l’énonciation coïncident (ou, du moins, le locuteur
présente dans son énoncé que ces deux moments
coïncident)
Avec les verbes performatifs cela est le plus évident:
quand je dis :
Je promets de venir.
la promesse (= l’acte) se réalise au moment où je
prononce l’énoncé
Le présent
Utilisé souvent au sens du futur
ex. Je pars dans une heure.
Pourquoi le locuteur choisit-il le présent au lieu du
futur ?
- Il ne se contente pas d’informer l’allocutaire sur
l’événement mais fait entendre que le départ/ le
voyage a, d’une certaine manière, déjà commencé (au
moins dans sa tête) ; l’énoncé peut par exemple
impliquer que le locuteur est pressé de partir
Oral vs écrit
Dans un situation d’énonciation orale le moment
présent (= le moment d’énonciation) est le même
pour le interlocuteurs
Quand il s’agit d’énonciation écrite, la réception de ce
qui est énoncé est toujours postérieur au moment
d’énonciation
Le « contrat » entre l’auteur et le lecteur : comme
lecteurs, nous « faisons semblant » de partager le
moments d’énonciation du locuteur ; nous nous
transférons au moment d’énonciation du locuteur (cf.
les textes de Beckett et de Céline)
Le présent dans une lettre
Quand j’écris dans une lettre
« Je te souhaite de bonnes vacances! »
je me projette au temps du destinataire de la
lettre, c’ést-à-dire au moment où il lit ma lettre
Cf. le roman épistolaire (roman par lettres)
ex. Montesquieu, Lettres persanes
Adresses au lecteur
« Or cette réponse de mon père demande
quelques mots d’explication. » (Proust, À la
recherche du temps perdu)
les situations d’interaction fictionnelle entre le
narrateur et le narrataire varient selon l’oeuvre:
chez Balzac: la situation est clairement visible
chez Flaubert: cette interaction est « effacée »
Le présent historique
Le moment d’action précède le moment d’énonciation (ex. Voltaire, Candide)
le temps de point de vue et le temps de l’énonciation coïncident, le temps de
l’action est antérieur par rapport à eux (cf. passé simple: le temps de point de vue et
le temps de l’action coïncident); « l’impression de ‘présence qu’il [le présent]
communique est due au transfert du temps du point de vue, du cadre événementiel
vers le cadre énonciatif (…) »
E
R
A
E
R
A
« pré
présent historique » (un faux pré
présent)
passé
passé simple
Les temps déictiques
E
R
A
A
E
R
E
R
A
présent
passé composé
futur
Les temps du passé
E
R
A
imparfait
passé simple
E
R
A
pqp
Exemples
1.
2.
Marie a dansé toute la nuit.
Marie dansa toute la nuit.
SUITE POSSIBLE DE CHACUN DES
DEUX ÉNONCÉS ?
Suites
1. Marie a dansé toute la nuit. C’est pourquoi
elle est fatiguée.
2. Marie dansa toute la nuit. a) Elle ne se
sentait pas fatiguée. Le temps passa vite.
b) Le lendemain, elle se réveilla tard.
« énoncés de discours » vs « énoncés
historiques »
Les modes/ plans d’énonciation
E. Benveniste, « Les relations de temps dans le verbe
français ». Problèmes de linguistique générale I.
Paris, Gallimard 1966.
énoncé historique, « histoire »: le locuteur présente
son énoncé sans l’attacher à son moment
d’énonciation
énoncé de discours: le locuteur présente son énoncé
de façon à le lier clairement à son moment
d’énonciation
« Discours »
Allusions au moment d’énonciation
Le moment de point de vue coïncide avec le
moment d’énonciation
Éléments déictiques
Les temps du verbe : présent, passé composé,
futur, imparfait
plan embrayé
NE PEUT PAS ÊTRE IDENTIFIÉ À
L’ORAL!
« Histoire »
Pas d’allusions à la situation d’énonciation, pas
d’éléments déictiques
LE MOMENT DE POINT DE VUE DANS LE
PASSÉ
Pas de 1ère ou 2e personne
imparfait, passé simple, conditionnel (futur du passé),
plus-que-parfait
plan non embrayé (= plan débrayé)
SE RENCONTRE EN GÉNÉRAL SURTOUT
DANS L’ÉCRIT, MAIS RAREMENT SOUS UNE
FORME PURE
Téléchargement
Explore flashcards