chapitre premier introduction

publicité
Table des matières
CHAPITRE PREMIER
I.1
I.2
INTRODUCTION ............................................................................................ 4
PROBLEME DE RECHERCHE ET PROBLEMATIQUE ............................................................. 5
I.1.1
Contexte de l’étude ..................................................................................................... 5
I.1.2
Problématique ............................................................................................................. 6
OBJECTIF DE L’ETUDE................................................................................................................ 8
I.2.1
Objectif principal........................................................................................................ 8
I.2.2
Objectifs spécifiques ................................................................................................... 8
I.3
INTERET DE L’ETUDE ................................................................................................................. 8
I.4
PRESENTATION DE LA STRUCTURE DE L’ETUDE ............................................................. 10
I.4.1
Observation des faits ................................................................................................ 10
I.4.2
Élaboration d’hypothèses ........................................................................................ 10
I.4.3
Vérification ou validation des thèses ....................................................................... 11
I.5
RAISON DU CHOIX DU SUJET ................................................................................................. 12
I.6
DEFINITION DES TERMES ........................................................................................................ 13
I.6.1
Marché de l’information et de la haute technologie .............................................. 13
I.6.2
Le E-commerce ......................................................................................................... 15
I.6.2.1 Définition selon l’APEC ........................................................................................ 15
I.6.2.2 Définition selon le CESAP ..................................................................................... 15
I.6.2.3 Définition de l'OCDE............................................................................................. 15
I.6.2.4 Définition de l'AFTEL ........................................................................................... 16
I.6.2.5 Définition donnée par l'union européenne : ........................................................ 16
I.6.2.6 Une définition complète du e-commerce :............................................................ 16
I.6.3
La nouvelle économie ............................................................................................... 17
I.6.4
Vue d’ensemble sur les biens informationnels ....................................................... 17
I.6.4.1 Définition des biens informationnels .................................................................... 17
I.6.4.2 Leur rôle économique ............................................................................................ 18
I.6.4.3 Leurs caractéristiques techniques ........................................................................ 18
I.6.4.4 Les propriétés économiques des biens informationnels...................................... 19
1)
L'information, un "bien public" ................................................................................. 19
2)
Double définition des biens informationnels : ............................................................ 20
3)
Caractéristiques d’offre ............................................................................................... 20
4)
Caractéristiques de demande ...................................................................................... 21
CHAPITRE DEUXIEME
II.1
REVUE DE LA LITTERATURE.............................................................. 25
QUELQUES THEORIES ANALYTIQUES ET FONDATRICE DE NOTRE ETUDE ............... 26
II.1.1 La théorie de la consommation et de la production ............................................. 26
II.1.2 La théorie des marchés ............................................................................................. 27
II.1.3 La théorie de l’innovation....................................................................................... 32
II.1.3.1 L’analyse évolutionniste de l’innovation ............................................................ 34
II.2
SOCIETE DE L’INFORMATION ET SOCIETE DE LA CONNAISSANCE ............................. 39
II.2.1 Une ère nouvelle ....................................................................................................... 39
II.2.2 Les effets macroscopiques de la société de l’information ....................................... 40
1)
Croissance économique ................................................................................................. 40
2)
Aspect sociaux : fracture numérique, dépendance et sociabilité.............................. 41
II.2.3 « Knowledge » management (gestion des connaissances) .................................... 42
II.3
1)
Au niveau mondial ......................................................................................................... 43
2)
Au niveau des entreprises ............................................................................................. 43
3)
Au niveau du monde académique ................................................................................ 44
L’E-ECONOMIE ........................................................................................................................... 45
II.4
TIC, ENTREPRISES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE (Rapport 2010 sur l’économie de
l’information) ............................................................................................................................................. 46
II.4.1 Utilisation des TIC par les entreprises et lutte contre la pauvreté ..................... 46
II.4.2 L'analyse de l’implication des TIC et son utilisation par les entreprises ........... 46
II.4.2.1 Impacts de l'utilisation des TIC dans les entreprises ........................................ 46
II.4.3 L’utilisation des TIC dans l'agriculture ................................................................ 48
II.4.3.1 Utilisation du téléphone portable ........................................................................ 50
II.4.3.2 Utilisation de l'Internet et le web (arbitré par les PCs ou les téléphones
mobiles) 51
II.4.4 Utilisation des TIC dans la pêche ........................................................................... 52
II.4.5 L’utilisation des TIC dans la fabrication à petite échelle et des services ........... 52
II.5
LE E-MANAGEMENT ................................................................................................................. 53
II.5.1 Principaux "outils" et concepts de base du e-management................................. 53
II.5.1.1 Les réseaux : Intranet, Extranet, Internet ......................................................... 53
II.5.1.6 Les différentes facettes du e-management ......................................................... 55
II.6
LE CONCEPT D’INNOVATION TECHNOLOGIQUE FAVORABLE AU DEVELOPPEMENT
DURABLE ................................................................................................................................................. 60
II.6.1 Technologie et innovation ....................................................................................... 60
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 2
II.6.2 La stimulation de l’innovation technologique favorable au développement
durable................................................................................................................................... 61
II.6.2.1 Les dimensions du changement technologique .................................................. 61
II.6.2.2 Les défis du développement durable pour les politiques d’innovation............ 63
CHAPITRE TROISIEME
III.1
METHODOLOGIE ................................................................................... 65
L’APPROCHE OU L’ASPECT METHODOLOGIQUE DE L’ETUDE. ..................................... 66
III.1.1 Processus d’échantillonnage .................................................................................... 67
III.1.1.1 Plan d’échantillonnage .......................................................................................... 67
III.1.1.2 Méthode d’échantillonnage.................................................................................. 67
III.1.1.3 Taille de l’échantillon ............................................................................................ 67
III.1.1.4 Description de l’échantillon .................................................................................. 68
III.2
METHODE DE COLLECTE DES DONNEES............................................................................. 68
III.3
BASE DE DONNEES DE L’ETUDE............................................................................................ 69
III.3.1 Données primaires ................................................................................................... 69
III.3.2 Données secondaires ............................................................................................... 72
III.4
VALIDITE DES DONNÉES ......................................................................................................... 73
III.5
ORIGINALITE ET LIMITES ........................................................................................................ 76
III.6
RECAPITULATIF ......................................................................................................................... 77
CHAPITRE QUATRIEME
PRESENTATION, ANALYSE ET INTERPRETATION DES
DONNEES ................................................................................................................................................. 79
IV.1
PRESENTATION DES RESULTATS .......................................................................................... 80
IV.1.1 Résultats d’ordre général......................................................................................... 80
IV.1.2 Résultats portant sur les moyens d’information .................................................... 82
IV.1.3 Résultats portant sur l’Internet et le E-commerce ................................................. 83
IV.1.4 Obstacles au développement du E-commerce........................................................ 86
IV.2
INTERPRETATION DES RESULTATS ...................................................................................... 87
CHAPITRE CINQUIEME
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS........................................ 109
RECOMMANDATIONS ......................................................................................................................... 115
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................... 117
WEBGRAPHIE ........................................................................................................................................ 118
ANNEXES................................................................................................................................................... 120
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 3
CHAPITRE PREMIER
INTRODUCTION
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 4
Chapitre I
I.1
INTRODUCTION
PROBLEME DE RECHERCHE ET PROBLEMATIQUE
I.1.1
Contexte de l’étude
Il est aujourd'hui reconnu que les nouvelles technologies, en particulier l'accès à Internet,
tendent à modifier la communication entre les différents acteurs du monde professionnel,
notamment :

les relations entre l'entreprise et ses clients,

le fonctionnement interne de l'entreprise, y compris la relation entreprise-employés,

la relation de l'entreprise avec ses différents partenaires et fournisseurs.
Cette interconnexion constatée, est à la base de ce que l’on a appelé « société d’information ».
Dans le monde d’aujourd’hui, celui qui détient l’information et surtout la bonne information est
riche, pour peu qu’il en fasse un bon usage. C’est la raison pour laquelle il a été défini ce que
l’on appelle la nouvelle économie ; c’est-à-dire une économie dirigée par les nouvelles
technologies de l’information et de la communication d’où la création des marchés de
l’information et de la haute technologie. Le monde diffère de multiples façons de ce qu’il était il
y a un siècle. Mais les entreprises sont tellement focalisées sur les arbres du progrès technique
qu’elles en oublient la forêt, c’est-à-dire les facteurs économiques qui sous-tendent le succès et
l’échec.
En ce début de siècle, le monde a rapetissé1. Le grand public accède rapidement et
facilement aux technologies de communication. Les entreprises tirent plus que jamais parti de la
production à grande échelle pour bâtir de vastes empires. Des fortunes immenses voient le jour.
Déjà, les gouvernements viennent demander des comptes à ces puissants monopoles
nouvellement constitués. Il ne se passe pas un jour sans que de nouvelles avancées
technologiques semblent rendre plus obsolètes les lois économiques traditionnelles. Mais, en
réalité, ces lois n’ont jamais aussi bien cadré avec les faits. C’est pourquoi leur maîtrise est un
gage de survie dans le nouvel environnement. Ceux qui les méconnaissent sont voués à
disparaître.
1
Devenir plus petit.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 5
En dépit de la crise économique, l’utilisation des services des technologies de l’information et de
la communication (TIC), par exemple téléphonie mobile et Internet, continue d’augmenter dans
le monde entier. A la fi n de 2009, on estimait à 4,6 milliards le nombre d’abonnés au mobile
cellulaire, soit un taux de 67 pour 100 habitants à l’échelle de la planète (Diagramme
1). L’année dernière, la pénétration du mobile cellulaire dans les pays en développement a
dépassé le cap des 50 pour 100 pour atteindre, selon une estimation, 57 pour 100 habitants à la
fin de 2009; même si ce pourcentage reste bien au-dessous de la moyenne des pays développés,
dont le taux de pénétration dépasse les 100 pour cent, le taux de progression reste remarquable:
dans les pays en développement, la pénétration du mobile cellulaire a en effet plus que doublé
depuis 2005, année où elle n’était que de 23 pour 100.
I.1.2
Problématique
Le développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
(NTIC) et l’utilisation croissante d’internet a profondément modifié les outils de gestion utilisés
par les entreprises et, par delà ceux-ci, la nature de leurs relations avec leurs partenaires (clients,
salariés, fournisseurs, administrations, etc,2 ), voire leur mode de gestion. Derrière le
développement des fournisseurs des nouvelles technologies, se profile l’émergence de nouveaux
modes d’organisation prenant appui sur celles-ci.
Dans ce contexte, est qualifiée d’e-management (e-business) l’intégration, au sein de
l’entreprise, d’outils basés sur les nouvelles technologies de l’information et de la
communication, pour en améliorer le fonctionnement.
Une entreprise rentre dans le cadre du e-business dès lors qu’elle met en œuvre une nouvelle
organisation tirant partie des nouvelles technologies. Ce terme ne concerne donc plus seulement
2
Traditionnellement, on qualifie les relations commerciales des entreprises en fonction de la nature de leur
clientèle finale. Ainsi on parle de :
 B to B (Business to Business, parfois note B2B, en français: Communication interprofessionnelle) pour
designer les relations commerciales d’entreprise à entreprise ;
 B to C (Business to Consumer, parfois noté B2C) pour désigner les relations commerciales entre entreprise
et particulier ;
 B to A (Business to Administration, parfois noté B2A) pour désigner les relations commerciales entre une
entreprise et le secteur public.
Plus récemment et par extension, le terme B to E (Business to Employees, parfois noté B2E) est apparu pour
désigner la relation entre une entreprise et ses employés (gestion de carrière, de congés, relations avec le comité
d’entreprise, etc.).
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 6
les « entreprises virtuelles » (appelées Pure player ou Click and mortar, suivant qu’elle exerce
uniquement, ou non, ses activités sur internet) mais, également, les entreprises traditionnelles
(dites Brick and mortar, car faites de « briques et de ciment »).
La nouvelle donne ou « new deal » se résume dans les concepts de « société de l’information » et
de « nouvelle économie » que nous développeront plus loin. Ces deux expression étroitement
liées définissent le chemin actuel qu’empreinte la plupart des économies dans le monde pour ne
pas rester en marge de la mondialisation. Les transformations technologiques ainsi que
l’avènement des NTIC a défini un nouveau type de marché qu’on ne saurait négliger à la vue des
résultats observés dans les pays plus avancés.
C’est pourquoi, Pour un bon développement
du e-commerce au Cameroun, il faudrait au
préalable un marché d’information assez efficace et très bien réglementé.
Le Cameroun à l’heure actuelle au regard de toute l’évolution constaté dans le
monde du commerce dispose t-il d’un réel marché d’information pouvant fixer les bases du
développement de son e-commerce ?
L’information est un élément capital dans tout groupe, tout système organisé, toute structure, et
bien plus toute société dans laquelle ceux qui la constituent doivent faire des choix décisionnels
rationnellement en fonction des informations dont ils disposent. Le e-commerce n’étant par
conséquent qu’une utilisation plus efficiente des sources d’informations pour une gestion
efficace de l’information. L’information dans un sens très large étant tout ce qui peut être
numérisé – codé sous forme d’une série de 0 ou de 1- est de l’information. Les résultats des
matchs de football, les livres, les banques de données, les magazines, les films, les musiques, les
cours de bourse et les pages web sont des biens d’information. Donc de façon plus large,
Comment parvenir à une bonne gestion de l’information au Cameroun tout en promouvant le ecommerce à travers une ligne bien défini de son marché d’information ou des technologies de
l’information?
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 7
I.2
OBJECTIF DE L’ETUDE
I.2.1
Objectif principal
L’objectif majeur de notre étude, est de relever la pertinence qui ressort de l’utilisation faite
des technologies de l’information et de la communication dans l’économie. C’est de présenter les
modèles de réussite dans la nouvelle économie ainsi que dans la société d’information, sans
oublier de rappeler son efficacité dans la gestion des affaires d’où l’e-business ou l’emanagement dont on parle aujourd’hui.
I.2.2
Objectifs spécifiques
Le problème ici est d’évaluer le marché d’information camerounais et son apport dans
l’élaboration et la mise en place d’un réel commerce électronique (e-commerce). A cet effet,
comment se défini le marché d’information camerounais ?, quelles sont ses forces et ses
faiblesses ?, a quel niveau se situe le e-commerce au Cameroun ?, quelles sont ses lacunes ?, les
informations qu’il pourvoit sont-elles régulièrement mise à jour ?, quelles sont les lois qui
régissent ou qui réglementent ce commerce au Cameroun ?, y a-t-il déjà une loi permettant de
contrôler ce marché ? etc. Les nouveaux produits et services TIC ne peuvent être utilisés que si
les consommateurs ont des connaissances technologiques de bases minimales. Alors au
Cameroun a-t’on ces bases minimales ?
Comme hypothèse, nous pouvons avancer que le Cameroun ne dispose pas d’un réel
marché d’information pouvant permettre le développement du e-commerce. Nous aurons a
tester la variable « marché d’information » et la variable « e-commerce » en appliquant à notre
développement la méthode synthétique3.
I.3
INTERET DE L’ETUDE
Notre ère est surtout marquée par une nouvelle révolution que sont les technologies de
l'information et de la communication (TIC). En effet, ces nouvelles technologies modifient
considérablement la vie de tous les jours par de nouvelles façons de communiquer, de payer et de
vendre, d'étudier, de s'informer, etc. Ces nouvelles technologies bouleversent effectivement nos
façons de vivre et de travailler en apportant des améliorations considérables qui permettent
3
Elle procède par réunion et composition des éléments.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 8
d'évoluer dans n'importe quel domaine que ce soit. Ces nombreux changements positifs - et
parfois négatifs malheureusement (piraterie, escroquerie, pédophilie, etc..) - qu'apportent les TIC
amènent la communauté mondiale à s'y intéresser et à promouvoir son utilisation.
Les TIC peuvent être un catalyseur pour le développement des pays pauvres tel que l'Afrique. Vu
les retombées de son utilisation dans les pays riches, il est certain que l'Afrique peut s'en sortir
grâce à ces technologies. Le problème actuel est qu'ils sont très peu intégrés dans les habitudes
des Africains : les différents usages des TIC et ce qu'ils peuvent apporter comme avantages sont
méconnus de ceux-ci. En Afrique, on en est encore à résoudre les problèmes de famine, d'eau
potable, d'électricité, etc. Est-ce que les TIC sont vraiment ce dont les Africains ont réellement
besoins ? Les TIC qui seraient trop luxueux pour un continent qui a encore des problèmes de
bases, essentiels à résoudre, ne l'est vraisemblablement pas car plusieurs travaux montrent les
impacts qu'ils peuvent avoir sur tous ces domaines de développement. Ces travaux ne prétendent
pas que les TIC peuvent résoudre les problèmes des Africains mais qu'ils peuvent être un canal,
un moyen à exploiter pour améliorer les techniques utilisées pour résoudre ces problèmes. Il est
donc plus qu'essentiel que l'Afrique puisse tirer profit de ces nouvelles technologies et en
imprégner les habitudes des populations comme un pas vers le développement.
De plus selon le Rapport 2010 sur l’économie de l’information : TIC, entreprises et
réduction de la pauvreté, publié le 14 octobre 2010 à Genève, les biens et les services du
secteur des TIC offrent d’importantes perspectives aux pauvres, mais ces perspectives sont
réparties de façon inégale et ne sont pas toujours durables. Le rapport 2010 sur l’économie de
l’information engage les décideurs des pays en développement à faire du secteur des TIC un
élément plus important de leurs stratégies de réduction de la pauvreté : la création locale de
petites entreprises ne peut que profiter d’un appui éclairé des pouvoirs publics.
Le Cameroun pouvant être qualifié de pays en développement est fortement concerné par
cette dynamique. Lors du Sommet du Millénaire de Septembre 2000 à New York, les Chefs
d'État et de Gouvernement du monde entier ont adopté la Déclaration du Millénaire dans laquelle
la place des NTIC comme moteur de développement a été fortement renforcée 4.C'est dans ce
contexte que les autorités politiques camerounaises, au plus haut niveau de l'État, ont décidé
d'arrimer le pays à la société de l'information. Le ton a été donné par la déclaration du Chef de
4
ONU (Organisation des Nations unies)- Programme de Coopération du Système des Nations Unies au Cameroun
en Matière des NTIC pour le Développement- Mars 2002
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 9
l'État à la nation le 10 février 2001, à l'occasion de la fête de la jeunesse, dans laquelle il
informait l'opinion nationale et internationale de la défiscalisation des intrants de ce secteur
comme une des mesures concrètes transformant cette volonté politique en réalité. Ceci a été
suivi le 30 Novembre 2001 par l'annonce de la création d'une Agence des Nouvelles
Technologies de l'Information et de la Communication à l'occasion du lancement par lui-même
des centres de ressources multimédias dans deux lycées de la Capitale. Il serait donc judicieux
d’évaluer les évolutions qui ont été faites sans toutes fois oublier la grande question du Ecommerce dans l’économie camerounaise. Il faudrait également relever que le Cameroun a déjà
élaboré une stratégie nationale de vulgarisation des TIC en 2007 piloté par l’ANTIC5 et il serait
également possible d’élaborer une « stratégie nationale de développement et de vulgarisation du
commerce électronique ou E-commerce » d’où l’intérêt de ce sujet, qui est d’apporter des
éléments nouveaux dans la considération d’un si vaste projet porteur de retombées certaines. Un
pas a déjà été fait par la l’élaboration et l’adoption de la LOI N° 2010/012 DU 21 DECEMBRE
2010
RELATIVE A LA CYBERSECURITE ET A LA CYBERCRIMINALITE AU
CAMEROUN. Cette avancée est une raison de plus de faire une étude du contexte camerounais
des marchés de l’information et de commerce électronique.
I.4
PRESENTATION DE LA STRUCTURE DE L’ETUDE
Le sujet sera développé en suivant la méthode synthétique. Dans un premier temps reconnaissons
que quelque soit la méthode de recherche utilisée, il existe trois étapes dont il convient de
respecter l’enchaînement :
I.4.1
Observation des faits
La définition suppose une première revue générale des faits, une sorte d'observation provisoire.
La revue de la littérature que nous allons étudier sera beaucoup plus portée sur l’observation
provisoire de certains résultats observés ailleurs, dans d’autres économies plus avancées et plus
compétitives.
I.4.2
Élaboration d’hypothèses
Une hypothèse est une supposition qui est faite en réponse à une question de recherche. Une
recherche ne comporte normalement qu’une seule hypothèse principale, qu’elle cherche
5
ANTIC : agence nationale des technologies de l’information et de la communication crée en
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 10
précisément à confirmer ou à infirmer. Évidemment, la forme que prend l’hypothèse varie selon
le type de recherche qu’on entreprend. Pour le cas d’espèce, l’hypothèse est : le Cameroun ne
dispose pas d’un réel marché d’information pouvant permettre le développement du Ecommerce. Dans ce type de recherche, c’est-à-dire « recherche appliquée, elle prend
généralement la forme d’une solution à un problème particulier ». Ici le problème est de savoir si
le Cameroun dispose d’un bon marché d’information ou alors d’une infrastructure appropriée ?
La réponse à question va valider ou invalider l’hypothèse qui a été énoncée.
I.4.3
Vérification ou validation des thèses
Ici il s’agit de vérifier le ou les hypothèses à l’aide de résultats empiriques. A l’aide de données
vraisemblable pouvant rendre plausible toute la démarche qui a été menée pour arriver aux
résultats.
La méthode synthétique proprement dite procède par réunion et composition des éléments. On
passe des éléments constitutifs à l’ensemble qui les regroupe. On passe du simple au composé,
c’est-à-dire des éléments constitutifs d’un ensemble au tout qui les réunit. Elle procède par
association ou combinaison des idées et des concepts. Cela signifie que le chercheur qui recourt
à cette méthode doit commencer par rassembler les éléments de connaissance concernant un
objet d’étude pour en présenter un ensemble structuré et cohérent, visant à donner une « vue
d’ensemble » du sujet.
Cette étude porte sur le Cameroun, sachant qu’il est Situé en Afrique Centrale, le Cameroun est
au croisement de l'Afrique Équatoriale du Sud et de l'Afrique Tropicale du Nord. Il partage une
frontière commune avec le Nigeria à l'Ouest, le Tchad au Nord-est, la République Centrafricaine
à l'Est, le Congo, le Gabon et la Guinée Équatoriale au Sud. Il a une côte de 402 Km en bordure
du Golfe de Guinée, une superficie de 475 650 km2 dont 466 464 km2 de terre et le reste
constitué d'eau (y compris les affluents, les fleuves et les lacs). Ces limites et cette superficie ont
été confirmées en octobre 2002, par le verdict de la Cour Internationale de Justice de la Haye,
dans le conflit qui opposait la République du Cameroun à la République Fédérale du Nigeria, à
propos de la Presqu'île de Bakassi.
L'économie camerounaise repose de manière relativement équilibrée sur les trois secteurs
institutionnels traditionnels que sont l'agriculture, l'industrie et les services. Depuis la reprise
économique amorcée au cours de l'exercice 1994/1995, ces secteurs ont constamment représenté
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 11
23 à 25% du PIB en francs courants pour le secteur primaire, 26 à 30% pour l'industrie et 40 à
45% pour les services. Après l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, le Cameroun
est depuis lors engagé dans la rédaction de bon nombre de documents stratégiques, dans des
secteurs plus ou moins différents.
Notons également que l’étude s’est faite sur une période allant d’Août 2010 à février 2011, sans
toute fois oublier l’observation et l’analyse des précédentes études qui ont été menées dans le
même domaine.
Pour la cohérence de l’étude et de l’analyse des faits et informations recueillis, il serait plus
intéressant d’évoluer dans un second chapitre qui portera sur la revue de la littérature beaucoup
plus orientée vers l’observation des faits sans oublier le rappel de certaines théories sur
lesquelles portent l’étude ; ensuite nous auront à parler de la démarche ou alors de la
méthodologie qui a été utilisée pour l’enquête de collecte des données ; données qui seront
analysées dans un quatrième chapitre pour évaluation des résultats donc l’information obtenue
après traitement pourra nous permettre de prendre position quant à la question de recherche, et
nous fermerons les débats par un dernier chapitre présentant des commentaires, des suggestions,
etc.
I.5
RAISON DU CHOIX DU SUJET
La raison du choix de ce sujet s’inscrit dans un besoin de mieux comprendre ou de faire
comprendre la nouvelle donne « new deal » économique et commerciale appliqué aujourd’hui
dans le monde entier et pourquoi pas au Cameroun.
Ce sujet est très contemporains et s’inscrit comme un élément à ne pas négliger dans le panel des
précédents écrits qui ont un impact direct/indirect dans cette présente étude. Depuis les siècles
précédents, toutes les innovations ont toujours été à l’origine d’une nouvelle ère (de
consommation, de production, de gestion, de distribution, de commercialisation, etc.). Dans
certains modèles de croissance économique telle que celui de Robert SOLOW et des modèles
de croissance endogènes sans oublier les modèles de croissance traditionnelle telle que celui de
Harrod-Dommar, le progrès technique accroît l’efficacité des facteurs de travail tout en sachant
que comme facteurs de travail dans la plupart des entités de production, nous avons le capital, le
travail, connu pour être les plus importantes. Alors l’affectation d’un progrès technique à l’un
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 12
ou à ces deux facteurs entraînera automatiquement l’augmentation de l’efficacité de ce(s)
facteur(s) et par la même occasion la modification de la fonction de production. Etant donné que
la production totale Q ou Y est fonction des facteurs de production K (capital) et L (travail).
Exemple :

Y = f (K, a (t) L) ici a(t) est le progrès technique ; et n’affecte que le facteur travail ;

Yt = f (a (t) Kt, Lt) ici a(t) n’affecte que le facteur capital ;

Yt = a (t) f (Kt, Lt) ici a(t) affecte les deux facteur de production Yt étant la fonction de
production standard utilisée dans toutes les organisations et même dans toute économie.
En s’intéressant donc a cette dynamique de l’innovation ou progrès technologique/technique,
nous arrivons à se rapprocher de l’impact des TIC/NTIC dans l’économie traditionnelle qui a en
tout juste quelques années transformé le mode de gestion de bon nombre d’économies comme ce
fut le cas au XIXe siècle de la révolution industrielle qui a transformé le monde Mercantiliste
d’autrefois en un monde Capitaliste. Plus tard, grâce aux NTIC le monde a évolué vers ce qu’on
a appelé l’économie des réseaux d’où la mondialisation dont on parle aujourd’hui. L’étude de
toutes ces dynamiques nous a ainsi amenés à nous intéresser au cas particulier du Cameroun, qui
est un pays à fort potentiel dans le réseau mondial en ce qui concerne les marchés des
technologies de l’information et le E-commerce. Comment se présente t-ils ? Quels sont les
évolutions ? Quels sont les enjeux ? Quel est le challenge ? Quel est leur impact, étant donné les
résultats observés ailleurs ?
I.6
I.6.1
DEFINITION DES TERMES
Marché de l’information et de la haute technologie
Avant toute chose, Le marché d’un bien peut être défini comme le lieu de rencontre à un
instant donné des désirs des consommateurs exprimés par leur demande et des propositions des
producteurs exprimés par leur offre. Autrement dit, les demandeurs veulent acheter, les offreurs
veulent vendre.
Dans le langage des économistes, le terme de marché n’a de signification que par rapport à un
bien ou un service donné. On parle ainsi du marché du pneu pour véhicule de tourisme, sur
lequel Michelin est le leader mondial.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 13
L’offre, sur ce marché, est constituée par l’ensemble des pneus produits par les différentes
entreprises concurrentes.
La demande vient des fabricants de voitures («première monte»), et des automobilistes, qui ont
besoin de changer de pneus.
En économie, pour que l’on parle de marché, il faudrait qu’il y ait une offre et une demande
de bien ; c’est ainsi que le marché de l’information et la haute technologie peut être défini
comme étant le lieu de rencontre entre l’offre et la demande de biens informationnels. Ces biens
informationnelles qui sont des biens numérisables (et donc transférable) et ayant une valeur pour
des consommateurs tels que : Littérature, doc technique, musique, film, software, base de
données, programmes télé, pages WEB, voix, etc. Ce marché est étroitement lié à ce qu’on
appelle la société d’information ; On assiste donc à la création d'un nouveau Marché, c'est-à-dire
un lieu d'échanges, à la fois économique (on vend et on achète des produits) et social (on
échange des informations). Il faudrait ajouter qu'en matière de TIC, l'offre de produits
commerciaux précède et induit souvent artificiellement la demande ; on pourrait citer l'aspect
multimédia (TV, vidéo à la demande, GPS, musique...) sur les téléphones portables. Un autre
phénomène induit par les TIC est l'apparition d'un marché de services gratuits et de l'économie
du don (Wikipédia constitue un exemple).
De plus l’info est un bien d’expérience c’est-à-dire un bien qu’on doit avoir consommé pour en
connaître la valeur.
Exemple : L'administration fédérale américaine est le plus grand consommateur au monde de
produits et services en technologies de l'information. Par conséquent, les entreprises de
technologies de l'information, aux États-Unis comme à l'étranger, évaluent sans cesse leurs
méthodes de vente dans le but d'attirer ce client important. Selon le Washington Technology (en
anglais seulement), depuis 1986, année qui marque le début de la transformation de
l'administration américaine par les technologies de l'information, les dépenses effectuées par
l'administration fédérale américaine avoisineraient les 45 milliards de dollars de l'époque dans
tous les domaines de la TI (dont les marchés, les employés, les matériels informatiques, les
logiciels et les systèmes intégrés). Aujourd'hui, ce chiffre s'élèverait à environ 105 milliards de
dollars. Toutefois, il est important de savoir, en regardant les tendances des dépenses de
l'administration fédérale américaine en technologies de l'information, que les chiffres cités
varient selon les renseignements et hypothèses de chaque source.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 14
I.6.2
Le E-commerce
Au sens large, le E-commerce est une opération commerciale dont les prix ou conditions
essentielles ont été négociés sur un système en ligne comme un site Internet, Extranet, Electronic
Data Interchange, réseau ou système de courrier électronique. Il comprend toutes les
informations ou les services qu'une entreprise peut offrir à ses clients sur le Net, à partir des
informations préachat de service après-vente et soutien.
Toutefois, il ne comprend pas les transactions négociées par télécopieur ou réseau téléphonique
commuté, ou les paiements effectués en ligne pour les transactions dont les termes ont été
négociés hors ligne.
I.6.2.1
Définition selon l’APEC
La Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) adopte une définition relativement
large du E-commerce, qui comprend toutes les activités commerciales menées en utilisant une
combinaison des communications électroniques et des technologies de traitement de
l'information.
I.6.2.2
Définition selon le CESAP
La Commission pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) a également défini comme «le
processus d'utilisation des moyens électroniques et des procédures pour toutes les formes
d'activités commerciales ».
I.6.2.3
Définition de l'OCDE
L'OCDE définit le commerce électronique comme étant : « La vente ou l'achat de biens ou
de services, effectués par une entreprise, un particulier, une administration ou toute autre entité
publique ou privée, et réalisés au moyen d'un réseau électronique ».
Cette définition inclut, non seulement les achats et ventes réalisés à travers un site, mais
également les achats par minitel, par un système téléphonique interactif (type Audiotel) ou
encore entre entreprises, à travers des relations directes et automatisées d'un ordinateur à un autre
(type EDI : Echange Informatisé de Données). Elle exclut les transactions passées sur un mode
non interactif, par exemple par un fax et téléphone. Par ailleurs, les biens et les services sont
commandés par l'intermédiaire de ces réseaux électroniques, mais le règlement financier et la
livraison peuvent être réalisés en ligne ou par d'autres moyens.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 15
I.6.2.4
Définition de l'AFTEL
L'AFTEL propose la définition suivante : « Le commerce électronique désigne l'ensemble
des échanges commerciaux pour lesquels l'achat s'effectue sur un réseau de télécommunication.
Il recouvre aussi bien la prise de commande que l'achat avec paiement. Il concerne autant les
achats de biens que de services, qu'ils soient eux-mêmes directement consommés en ligne
(service d'information, jeux en réseau...) ou non ».
I.6.2.5
Définition donnée par l'union européenne :
Lors de l'initiative européenne sur le commerce électronique qui avait pour objectif de
stimuler une croissance vigoureuse du commerce électronique en Europe, on a pu retenir la
définition suivante : « Le commerce électronique, fondé sur le traitement électronique et la
transmission de données, couvre des activités très diverses qui vont du commerce de biens et
services à la livraison en ligne d'informations numériques, en passant par les transferts
électroniques de fond, les activités boursières, les marchés publics... Ces activités peuvent être
classées en deux catégories :
§ Le commerce électronique direct, c'est-à-dire la commande en ligne, le paiement et la livraison
de biens et services intangibles comme les logiciels informatiques ou des produits de loisirs.
§ Le commerce électronique indirect, c'est-à-dire la commande électronique de biens tangibles
devant encore être livrée physiquement et qui dépend donc de facteurs externes tels que
l'efficacité du système de transport et des services postaux.
I.6.2.6
Une définition complète du e-commerce :
L'Association pour le Commerce et les Services en Ligne (ACSEL) - un organisme français
de référence - donne à l'E-Commerce une définition restreinte et une définition plus extensive.
Dans sa définition restreinte, l'e-Commerce désigne l'ensemble des échanges commerciaux dans
lesquels l'achat s'effectue sur un réseau de télécommunication. L'E-Commerce recouvre aussi
bien la simple prise de commande que l'achat avec paiement, et concerne autant les achats de
biens que les achats de service, qu'ils soient eux-mêmes en ligne ou non.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 16
Dans une définition plus extensive, on peut inclure dans l'E-Commerce, l'ensemble des usages
commerciaux des réseaux. Il est bien entendu que l'E-Commerce est avant tout du commerce et
que l'Internet n'est qu'un moyen ou support de communication, comme entre autres, l'EDI
(échanges des données informatisées), le Minitel, etc. Il recouvre toute opération de vente de
biens et de services via un canal électronique.
Toutefois, lorsqu'on évoque aujourd'hui l'E-Commerce, on se réfère implicitement au commerce
sur Internet qui chaque jour, occupe une place de plus en plus prépondérante dans l'univers des
télécommunications ce qui s'accompagne de différentes formes d'e-Commerce nouvelles ou
d'anciennes actualisées.
I.6.3
La nouvelle économie
La nouvelle économie concerne toutes les évolutions techniques actuelles qui, par leur
émergence et
leur diffusion, ont pour
conséquence de
faire naître des
comportements
économiques nouveaux et, par là, de susciter de profonds changements structurels.
Une façon également extensive de définir technologiquement la nouvelle économie est de
considérer que celle-ci se caractérise par l'importance qu'y ont l'immatériel, le savoir, la
connaissance : le poids des dépenses en R & D et celui de l'investissement en capital humain se
sont exceptionnellement accrus.
Au-delà de la multiplication des innovations et du poids considérable pris par l'information,
donc de l'immatériel, dans les activités économiques et sociales, la nouvelle économie se
reconnaît aussi dans deux phénomènes nouveaux qui sont liés : l'extension irrépressible de
l'économie de marché et
la mutation du système économique et social tout entier. Cette
composante à ne pas négliger sera davantage analysé au chapitre suivant.
I.6.4
I.6.4.1
Vue d’ensemble sur les biens informationnels
Définition des biens informationnels
Bien informationnel : "Biens numérisés ou numérisables pouvant faire l’objet de transactions"
(Shapiro & Varian, 1999)
Bien numérique : "séquence de chiffres binaires de 0s et de 1s qui affecte l'utilité ou la
rémunération d'un individu dans l'économie" (Quah, 2003)
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 17
Exemples : formules chimiques, théorèmes mathématiques, Séquences ADN, logiciels,
musiques et images digitalisées, jeux, vidéos, encyclopédies numériques...
• Les biens informationnels ne se réduisent pas aux TIC : formule chimique, recette de cuisine…
• Les connaissances codifiées font partie des biens informationnels (pas les connaissances
tacites).
• Le hardware des ordinateurs n'en fait pas partie.
I.6.4.2
Leur rôle économique
Les biens informationnels A entrent dans la fonction de production et la fonction d'utilité
• F(N, K, H, A)
• N
= travail, K = capital physique, H = capital humain (dont connaissances tacites), A
(connaissances codifiées = brevets, formules chimiques ou mathématiques, notices techniques,
logiciels...).
• A a un effet sur la productivité.
• U (C, A)
• C = biens de consommation "ordinaires", A =
musique, images, vidéos, logiciels..
• A a un effet sur l'utilité
• L'économique numérique ne se limite pas à la numérisation de produits de divertissement. Les
biens informationnels ont aussi
un
impact
sur la fonction de production (exemple des
logiciels).
I.6.4.3
Leurs caractéristiques techniques
1) facilités de reproduction (propriété d’expansion infinie)
• Différent des biens matériels ou des produits analogiques (cassette)
• Pas de limite de capacité de production
2) copie non dégradée :
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 18
• valeur marchande intacte (copie = original)
• difficulté de remonter à l’original
3) divisibilité et recombinaison
• un bien informationnel peut être décomposé (un livre en chapitres, lignes de textes, photos,
illustrations, un morceau de musique en partitions jouées par les instruments, une photo en
éléments de la photo, couleurs, contraste..)
• et recomposé à l’infini :
• un bien numérique composé de plusieurs biens numériques devient un nouveau bien (supérieur
à la somme de ses parties).
Œuvres
de l’esprit, logiciels open source… Logique de
l’assemblage
• multiplication des versions du bien (versioning).
I.6.4.4
Les propriétés économiques des biens informationnels
1) L'information, un "bien public"
• biens publics : non-rivalité et non-exclusion (non excluabilité)
• Cas déjà bien connu des idées.
• Propriétés pas nées avec les TIC
La non-rivalité :
• la consommation d'une information par un agent économique ne prive pas les autres agents de
l'usage de cette information (le bien n’est pas détruit dans l’usage)
• Problème : un individu qui achète une information 100 F peut ensuite la diffuser gratuitement
puisque la consommer ne la fait pas disparaître. Et si on peut l'acquérir gratuitement, pourquoi
l'acheter ?
La non-exclusion :
• difficile d'exclure quelqu'un de l'usage de l'information dès lors que cet usage n'est pas ou mal
protégé par des dispositifs techniques ou des droits de propriété.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 19
• Problème : comportement de passager clandestin (free riding) possible (user d'un bien
informationnel sans le payer, par exemple un logiciel ou un fichier musical).
• En fait, ce n’est pas une propriété intrinsèque du bien mais du cadre juridique utilisé (quels
mécanismes de protection utilisés ?) et de la technologie (cryptage qui est lui-même un bien
numérique).
2) Double définition des biens informationnels :
Biens dématérialisés et biens qui ont besoin d'informations
• Les biens informationnels sont souvent des biens d’expérience ; voire de croyance
• biens d’expérience : caractéristiques du bien dévoilées après l’achat, lors de la consommation
et sans coût supplémentaire (film)
• biens de croyance : caractéristiques du bien dévoilées après l’achat mais pas immédiatement et
avec coût (opération chirurgicale, conseils, enseignement...)
D’où difficulté de les vendre (nécessité effets de réputation ou mécanismes de certification tels
que critiques, jugements des autres consommateurs…)
3) Caractéristiques d’offre
Biens produits de manière très importante, rapidement et sans coût additionnel (expansibilité
infinie) mais avec coûts fixes élevés
La production d'un livre, d'une œuvre musicale, d'un logiciel, d'un jeu vidéo, d'une encyclopédie
ou d'un film mobilise des sommes importantes, mais leur duplication sur des supports
numériques ne coûte quasiment rien et n'est pas limitée.
De surcroît les copies ne dégradent pas la qualité de l'original. Il y a existence d’économie
d’échelle. Plus l'échelle de production est importante, plus le coût unitaire est faible. Produit à
1000 exemplaires, un logiciel qui a coûté 1 million d’euros (coût fixe) revient à 1000 euros.
Produit à 1 million d'exemplaires, il revient à 1 euro.
Un petit nombre d'entreprises de grande taille survivront à la concurrence. La tendance est plus
au monopole
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 20
N.B : L’expansibilité infinie crée un problème nouveau, c’est-à-dire la difficulté de vendre les
biens informationnels
• En situation de concurrence parfaite, le prix est égal au coût marginal or le coût marginal d’un
bien infiniment expansible est proche de zéro.
• Quel est le moyen pour un marché de faire tendre le prix vers zéro, c’est-à-dire d’atteindre le
prix efficient ?
Dans le cas des biens numériques, c’est la possibilité pour l’acheteur de faire une copie et de
la distribuer gratuitement. L’offreur est alors obligé de faire converger son prix vers zéro. La
duplication dite illégale est le moyen de rendre le marché efficient.
Mais le problème d’incitation s’énonce en ce qui va accepter de produire la première copie si le
coût fixe est élevé ?
• Un bien peut être non rival et non expansible (concert, cours)
• Un bien expansible est nécessairement non rival.
4) Caractéristiques de demande
Les économies d'échelle sont généralement traitées comme une caractéristique de la production
(coûts fixes). Mais il existe aussi des économies d'échelle du côté de la demande, c'est à dire du
côté de l'utilité du consommateur.
Il y a des économies d'échelle de demande lorsque l'utilité que le consommateur retire de la
consommation d'un bien ou d'un service augmente avec le nombre de consommateurs du bien ou
du service. Ce sont des économies externes à l'individu consommateur car l'accroissement de
l'utilité provient des décisions des autres consommateurs. Ce sont des externalités positives.
Une des conséquences est que les consommateurs n'achètent pas un bien uniquement pour ses
caractéristiques propres mais aussi parce qu'il est consommé par d'autres.
Ces externalités ne sont pas propres aux biens informationnels. Des biens physiques possèdent
aussi cette propriété. Mais de nombreux biens informationnels possèdent cette propriété soit
directement, soit indirectement (en association avec un bien physique). Il existe deux types
d'économies d'échelle de demande :
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 21
– les externalités directes de réseau
– les externalités indirectes de réseau
 Les externalités directes de réseau
Il y a externalité directe de réseau lorsque l'utilité retirée de l'achat d'un produit dépend du
nombre de consommateurs de ce produit. Ou du point de vue de ces derniers : lorsque l'achat
d'un produit par un individu accroît l'utilité de ceux qui sont déjà en possession du produit.
Exemples :
– le service téléphonique
–le fax
– un système d'exploitation d'ordinateur
– un logiciel (j'ai d'autant plus intérêt à acheter un logiciel de traitement de texte qu'il est déjà
largement utilisé).

Le téléphone à ses débuts : la course aux raccordements aux Etats-Unis
Externalités directes de réseau ou effets club : U(x) avec dU/dx > 0. Club des abonnés au
téléphone, chaque abonné ne bénéficie pas uniquement de sa propre décision de souscrire un
abonnement mais aussi des décisions similaires de tous les autres abonnés au réseau.
L'externalité de réseau est l'externalité associée à un nouvel abonnement. Celui-ci accroît le
nombre des correspondants potentiels des autres abonnés et donc l'utilité qu'il retire de leur
abonnement au réseau.
En 1876 ce fut l’invention du téléphone par Graham Bell, protection par les brevets jusqu’en
1894. De 1876-1894 ce fut le monopole Bell :
– Au départ, pas d’externalités de réseau puis service d’interconnexion complet
– Nécessite des capitaux donc vend des licences à des entreprises avec prise de participation au
capital
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 22
–Bell
leur loue le téléphone (20 dollars par an au départ, 4 dollars en 1896), prend une
participation en capital (de 30 à 50%), obtient des dividendes (auxquels elle renonce les 1ères
années pour renforcer les compagnies naissantes)
– Système Bell (American Bell Telephone + entreprises sous licence)
– Prix élevé : à Washington, 6 fois plus qu’à Paris en 1890
– D’où lente diffusion :
– 1894 : aux USA, 252 000 abonnés (tx pénétration : 0.36%, tx de croissance annuel : 5%) dont
90% de professionnels, 60% dans les 72 plus grandes villes. 3% d’abonnés dans les zones rurales
(62% de la population)
– 1885-1894 : le nombre d’utilisateurs a augmenté de 75% (1650% entre 1990 et 1999 pour le
mobile aux USA)
– Même taux de pénétration qu’en Europe
– Profits élevés, prix et coûts élevés
– Comportement classique de monopole
– Mais les profits élevés attirent de nouveaux entrants
En 1895, ouverture à la concurrence :
– Bell réseau national dans les grandes villes
– Indépendants réseaux locaux dans petites et villes moyennes, puis stratégie de conquête des
villes plus importantes
– En 1907, les indépendants ont ouvert 10 fois de centraux que Bell en 18 ans de monopole
– Bell obligé d’attaquer le marché des petites villes et zones rurales et de baisser fortement ses
prix y compris dans zones oùBell n’était pas concurrencé.
Tout ceci est une course aux raccordements car la valeur du réseau est le nombre d’abonnés. Elle
pousse à développer le téléphone dans toutes les zones, y compris dans les zones rurales. Ainsi,
Perte d’argent à court terme gage de profits futurs.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 23
 Les externalités indirectes de réseau
Il y a externalité indirecte de réseau lorsque la demande d'un bien dépend de l'offre d'un autre
bien sans lequel le premier ne peut fonctionner. 2 biens complémentaires formant un bien
système (software/hardware) et interdépendance entre les demandes et les prix des 2 biens.
Demande de software= D (Prix du software, taux de diffusion du hardware) ; Demande de
hardware= D (Prix du hardware, taux de diffusion du software).
Exemples : PC/Système d’exploitation, SE/ Applications, Lecteur (CD, DVD) / CDs, DVDs,
Baladeur / Fichiers musicaux
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 24
CHAPITRE DEUXIEME
REVUE DE LA
LITTERATURE
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 25
Chapitre 2 Revue de la Littérature
Dans ce chapitre, nous aurons à mettre en relief un certains nombre d’écris, d’analyses, de
rapports, de théories, de documents, qui ont un apport important ou relativement important dans
l’étude qui est entrain d’être menée
Ainsi nous passeront en revue un certains nombre de théories qui sous-tendent notre étude, un
certains nombre de concepts nouveau dans la théorie économiques et même dans la gestion
(management), des précédents travaux portant sur les TIC/NTIC et E-commerce …
II.1
QUELQUES THEORIES ANALYTIQUES ET FONDATRICE DE NOTRE
ETUDE
Les théories économiques traditionnelles ont jusqu’à l’heure actuelle faites preuves de pertinence
dans toutes les évolutions qui ont déjà été observées dans les domaines économiques et
sociopolitiques. La plupart de ces différentes théories ont plus d’une fois tentées ou essayer
d’expliquer bon nombre de changements qui ont déjà pu s’observer dans nos différents contextes
économiques.
C’est dans cette même perspective que nous allons identifier notre étude à un certain nombre de
ces théories pour une meilleure compréhension de notre environnement socio-économique et à
toutes les dynamiques qu’elle engendre modifiant le plus souvent la vision traditionnelle et
orthodoxe même de certaines lois.
II.1.1 La théorie de la consommation et de la production
Lorsqu’on parle de marché, l’on voit tout de suite l’offre d’un produit et la demande de ce
même produit. C’est à ces deux concepts étroitement liés que nous devons la théorie de la
consommation et la théorie de la production.
Pour ce qui est de la théorie de la consommation, son dessein est de rendre compte du
comportement d’un consommateur rationnel, c’est-à-dire d’un agent qui cherche tirer le meilleur
parti des ressources dont il dispose pour maximiser sa satisfaction.
De plus, le consommateur cherche à maximiser son utilité sous la contrainte du revenu monétaire
dont il dispose et qu’il peut affecter à l’achat des biens. Par ailleurs, il est confronté à des prix de
biens qu’il n’a généralement pas la possibilité de négocier ; on considère qu’il est price taker sur
le marché des biens de consommation.
Pour ce qui est de notre étude, parlant d’utilité, nous diront que la qualité de l’information se
révèle à l’usage (Carl Shapiro – Hal R. Varian, 1999). La qualité d’un bien ne se révèle parfois
qu’une fois qu’il a été acheté. La plupart des biens nouveaux entrent dans cette catégorie, dite
des biens d’expérience. Les spécialistes du marketing ont mis au point des stratégies adaptées à
ces biens : échantillons gratuits, spots publicitaires expliquant comment utiliser le produit ou prix
de vente très bas.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 26
Mais l’information est un bien d’expérience permanent. Ainsi lorsque vous lisez par exemple le
Wall Street Journal, vous découvrez un bien nouveau. Comment savoir si l’exemplaire qui figure
sur le présentoir vaut bien le prix que demande le vendeur, sinon en payant ce prix ?
Pour ce qui est de la théorie de la production, nous diront qu’elle tend à expliquer comment une
entreprise doit agir pour organiser sa production, en combinant les facteurs par exemple, de la
manière à obtenir l’efficacité maximale, c’est-à-dire maximiser son profit.
La technologie offre généralement plusieurs possibilités pour réaliser un certain volume de
production, car les facteurs utilisés (ou inputs), supposés homogènes et divisibles, peuvent être
diversement combinés pour créer un volume donné du produit final (ou output). La fonction de
production représente le champ qu’ouvre la technique à la production ; elle décrit, en somme,
l’horizon technologique de l’entreprise. On la définit comme une relation quantitative entre les
inputs et l’output, entièrement déterminée par l’état des techniques et décrivant en termes
physiques quelle est la quantité d’inputs nécessaire pour produire une certaine quantité d’output.
L’information est coûteuse à produire mais peu coûteuse à reproduire. Un livre dont la
production coûte des milliers d’euros peut ensuite être imprimé et relié pour quelques euros. De
même, un film dont la production coûte plusieurs millions d’euros peut être copié sur
vidéocassette pour quelques euros.
En termes économiques, cela signifie que la production d’un bien d’information nécessite des
coûts fixes élevés, mais a un coût marginal faible. Le coût de production du premier exemplaire
est parfois très élevé, mais le coût de production des exemplaires suivants devient très vite
négligeable. Cette structure de coût a des conséquences importantes et multiples. Par exemple, il
est impossible de fixer le prix d’un tel produit en se basant sur le coût de production. Comme les
individus valorisent très différemment les biens d’information, le prix sera nécessairement fixé
de façon discriminante. Parlant de discrimination nous nous tournons tout de suite vers une autre
théorie savoir la théorie des marchés.
II.1.2 La théorie des marchés
L’on distingue les marchés de concurrence pure et parfaite, les marchés imparfaits, les marchés
efficients.
 Un marché de concurrence pure et parfaite (CPP), constitue une authentique
hypothèse d’école et n’a sans doute pas d’existence réelle. Il ne faut pas non plus y voir
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 27
une norme vers laquelle il serait souhaitable de converger ; il permet néanmoins de servir
de référence lorsqu’on analyse les marchés concrets.
La concurrence pure et parfaite, selon la théorie de l'équilibre général, de Léon Walras (1877)
est un modèle de confrontation des offres et demandes d'un bien qui conduit à l'équilibre des
prix. Ce modèle est généralisable à un ensemble de marchés sous cinq conditions :
 1. ATOMICITÉ: Les acheteurs et vendeurs sont une multitude d'agents de
taille
réduite. Ils ne peuvent influencer la formation du prix. Ils sont « price takers » et non «
price makers ».
 2. FLUIDITÉ : Les agents peuvent sortir et entrer librement sur le marché (pas de
barrières réglementaires ou économiques)
 3. HOMOGENÉÏTÉ : Les produits sont tous identiques et substituables
 4. TRANSPARENCE : L'information sur les produits et processus de fabrication est
gratuite et parfaite.
 5. MOBILITÉ : parfaite des facteurs de production (Capital et Travail) qui peuvent sans
coût se substituer l'un à l'autre.
Lorsque ces cinq conditions sont réalisées, la confrontation des
offres/demandes notionnelles
(avant la réalisation effective de l'échange) permet d'atteindre l'équilibre par
tâtonnement
comme sur un marché d'enchères menées par un commissaire-priseur. Les échanges effectifs
sont réalisés après fixation du prix d'équilibre. Prenons le cas du marché de la téléphonie,
comme ce fut le cas aux Etats-unis.
 Cas de la concurrence
avec choix de l'interconnexion (interopérabilité des
technologies)
Situation favorable aux consommateurs :
– la concurrence limite les profits des vendeurs
– l'interconnexion accroît l'utilité des consommateurs (externalités plus fortes dues à la taille plus
élevée de l'ensemble des utilisateurs).
Problème du décollage résolu plus facilement (taille critique atteinte plus rapidement). Mais
l'interconnexion diminue l'incitation des vendeurs à impulser au départ la dynamique
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 28
d'externalités (promotion du produit à perte) car ils ne savent pas qui va s'approprier les profits
à terme.
Risque d'un équilibre de taille plus faible. Ceux qui ont un avantage technologique sont incités
à développer le marché.
– Ils voient dans la promotion du marché le moyen de continuer à faire la course en tête et
d'obtenir à terme un pouvoir de marché.
– Mais l'avantage initial est généralement très provisoire dans un marché compétitif.
 Cas de la concurrence sans interconnexion
Bénéfices moins importants pour les consommateurs (taille plus limitée des réseaux en raison de
non compatibilité). Mais plus forte incitation des vendeurs à promouvoir le marché : espoir de
remporter tout le marché dans le futur et de compenser les pertes de court terme par les surprofits
de monopole de long terme.
Fort développement du marché tant que l'absence de compatibilité ne vient pas le limiter.
Tendance au monopole (standard unique) mais pas inévitable si les concurrents développent des
stratégies de différenciation (marchés de niche comme Apple).
L'enjeu (monopole) est si incitatif que les vendeurs ont intérêt à se lancer dans la concurrence
sans interconnexion, donc à financer à perte le décollage du marché.
Les consommateurs ont intérêt à court terme à cette concurrence : ils bénéficient de la rivalité
entre vendeurs (offres très attractives). Mais ils risquent d'acheter un produit qui ne sera pas le
standard (avec effets sur leurs anticipations). Ils risquent aussi de payer des prix beaucoup plus
élevés quand le standard se sera imposé.
Les marchés électroniques permettent de mettre en relation des vendeurs et des acheteurs
qui n'auraient jamais pu passer des contrats dans le commerce traditionnel à cause de contraintes
géographiques. La rapidité d'accès à l'information, ainsi que les nombreux comparateurs
de prix permettent en quelques clics de rechercher le produit le mieux adapté à ses
besoins, et de connaître l'éventail des prix proposés par
les vendeurs. La concurrence
semble donc jouer plus librement dans le commerce en ligne que dans le commerce traditionnel.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 29
 Les marchés imparfaits sont ceux qui n’obéissent pas aux conditions de marché de
CPP. A cet effet certaines entreprises du marché vont appliquer des stratégies de
différenciation de leur produits compte tenu de leur position sur le marché, parfois même
être en monopole ou encore en concurrence monopolistique ; notons tout de même que
l’une des caractéristiques majeures de ces types de marchés sont le faits de l’innovation
technologique dans le processus de production, ou du produit, ou de tout autre forme
d’innovation qui conduit à des modifications et de vient de ce fait un marché imparfait.
Les firmes maîtrisant les NTIC sont forcément plus compétitives que les autres.
Sur les marchés des biens informationnels, il y a une forte tendance au monopole pour ce qui est
de la structure du marché, et comme défaillances du marché, l’on rencontre deux problèmes de
coordination à savoir, le problème du décollage et la dynamique exponentielle.
 Cas du monopole avec externalités directes
Le monopole décide d'un prix qui définit l'ensemble initial d'utilisateurs, puis les externalités de
réseau prennent le relais si l'ensemble initial est suffisamment élevé.
Il a donc intérêt à choisir un prix d'entrée faible (pertes au départ) pour accroître la taille de
l'ensemble initial. Une manière de le faire : diviser la tarification entre une partie fixe (de faible
niveau) et une partie variable qui s'accroît avec la consommation du service.
Les utilisateurs paient peu au départ, ce qui les incite à s'abonner au service puis de manière
croissante avec leur consommation (compensé par leur utilité qui s'accroît avec la taille du
réseau).
 Cas du monopole avec externalités indirectes
Le monopole internalise l'externalité indirecte au moyen de l'intégration verticale des 2 biens
formant le bien système. Décollage plus facile du marché
Inconvénient : faible incitation du monopole à faire évoluer le produit après avoir résolu le
problème du décollage, moins grande variété offerte.
 La Théorie des Marchés Efficients (Efficient Market Theory) soutient que les marchés
fonctionnent de manière parfaite, c'est-à-dire qu'à tout moment ils prennent en compte
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 30
l'ensemble des informations disponibles pour former des cours qui, à ce moment, en
forment donc une synthèse parfaite.
L'origine de cette hypothèse se trouve dans la thèse soutenue en 1965 par Eugene Fama. Les
acteurs d'un marché sont tous intelligents et recherchent un profit maximum. Dans un marché
efficient, la concurrence entre ces acteurs va conduite à une situation où, à tout moment, les prix
réels des titres reflètent leur valeur intrinsèque.
Introduite sous le nom de "Random Walk Theory", l'hypothèse de Fama conduit donc à énoncer
que les mouvements de prix ne peuvent être prédits d'aucune façon. En particulier, les
mouvements de prix passés ne peuvent servir à prédire l'avenir. Passons sur les trois formes de
l'hypothèse (faible, semi-forte, et forte), et soulignons qu'il existe de très nombreuses études qui
valident l'hypothèse de M. Fama.
Le paradoxe de la Théorie des Marchés Efficients tient à ce que si chaque investisseur pensait
vraiment que le marché était parfaitement "efficient", alors personne n'étudierait les sociétés,
leurs bilans, etc. Il suffirait d'acheter de l'indice. En vérité, les marchés efficients dépendent
d'individus actifs sur le marché parce qu'ils pensent que ce marché est "inefficient" et qu'ils
peuvent faire mieux que le marché !
Dans la théorie économique classique, le modèle de concurrence pure et parfaite est un
idéal vers lequel on doit tendre, sans jamais l'atteindre, idéal qui
semble moins éloigné du
commerce électronique. Les marchés électroniques sont-ils des marchés efficients sans friction
conduisant à l'équilibre des prix ? Le marché de la vente en ligne semble être plus concurrentiel
que le commerce traditionnel pour quatre des cinq conditions du modèle de Walras: atomicité et
fluidité grâce à l'ouverture permise par l'instantanéité du réseau Internet, homogénéité et
transparence avec les moteurs de recherche et les sites comparateurs de prix. Mais qu'en est-il
dans les faits? La transparence sur les prix est-elle vraiment favorable au consommateur? La
concurrence accrue sur les marchés électronique a-t-elle une influence sur les prix du commerce
traditionnel?
Bien que le e-commerce se rapproche en théorie d'un marché de concurrence pure et
parfaite, les études empiriques montrent que les marchés électroniques ne sont pas pour autant
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 31
efficients, car ils ne tendent pas vers un prix unique d'équilibre. De plus une tendance
oligopolistique se dessine depuis la crise de 2001 et ses restructurations inévitables.
II.1.3 La théorie de l’innovation
Bien que les théories de l'entrepreneur et de l'innovation soient étroitement imbriquées chez
Schumpeter, il convient de dégager quelques éléments du point de vue spécifique de l'innovation,
puisque cela est d’un intérêt particulier pour l’analyse stratégique.
En effet, si la production n'est rien d'autre qu'une combinaison particulière des forces
productives, définie par des coefficients de production ou des fonctions de production reliant
l'input et l'output, l'innovation doit présenter certaines spécificités par rapport à cette définition.
Ainsi, comme le note Marty (1955: 87), dans le circuit ou le flux circulaire, tel que défini par
Schumpeter, "les industries d'un même secteur ont des combinaisons productives et des coûts
identiques". Puis, d'après Schumpeter6, lorsqu'un changement se produit, "l'économie entière ou
d'un secteur s'adapte elle-même...de la manière que la théorie classique décrit. Si par exemple il
se produit une augmentation de la population, on ajoutera des bras du côté des classes
productives...Il s'agit d'une « adaptive response ». Dans cette situation, la combinaison
productive reste effectivement inchangée; il n'y a qu'une adaptation.
L’intégration du rôle de l’innovation dans la théorie économique standard, c'est-à-dire
néoclassique constitue un véritable défi car elle implique une adaptation du paradigme et des
hypothèses constitutives. Nombre des hypothèses de travail ou des résultats établis par cette
analyse apparaissent remis en cause par l’innovation. Schumpeter a le premier montré les limites
du modèle walrassien. La stabilité voire l’existence d’un équilibre général s’avère difficiles à
démontrer dès lors que les changements techniques œuvrent. La thèse de Schumpeter fait valoir,
à cause de l’innovation, la possible convergence vers une situation d’équilibre mais inaccessible,
l’innovation empêchant la possibilité d’un arrêt. C'est sa thèse de "l’overshooting ", du
dépassement. L’économie peut converger au voisinage de l’équilibre sans jamais y parvenir car
sa dynamique historique est par nature cyclique.
De plus, l’hypothèse de la loi des rendements décroissants, nécessaire à la détermination d’un
optimum, s’avère elle aussi remise en cause par l’introduction de l’innovation. Des rendements
6
Schumpeter, J. (1947). "Creative Response" in Journal of Economic History. nov. p. 150. cité in Marty (1955: 87).
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 32
croissants peuvent être expliqués par une innovation qui empêche alors la détermination de
l’optimum économique pour la firme, situation particulièrement inconfortable.
D’autre part, l’innovation fruit de la concurrence vise à introduire une différenciation
significative qui octroie un pouvoir de marché. Deux conditions de la concurrence pure et
parfaite volent en éclat puisque les agents supposés être de simples atomes incapables de ce fait
d’influer sur les prix et les quantités, visent par l’innovation à monopoliser le marché et cette
stratégie s’obtient notamment par une hétérogénéité des produits obtenus par la différenciation
apportée par l’innovation alors que le module postule l’homogénéité des produits. L’innovation
change aussi l’environnement analytique en introduisant l’incertitude alors que le cadre de
prédilection de l’analyse néoclassique est celle d’un monde certain. Dès lors, l’intégration de
l’innovation dans la théorie standard constitue un véritable défi, qu’elle va bien sûr relever.
 L’économie standard de l’innovation : compétition technologique, taille des firmes,
incitation à innover et monopolisation du marché
La relation entre la structure du marché et la capacité innovatrice de la firme est posée par
Schumpeter. La recherche d’un pouvoir de marché et de la rente de monopole pousse l’entreprise
à innover. Une fois, la position de monopole acquise, l’innovation constitue le moyen de
conservation de la position qui écarte les concurrents potentiels. Ainsi, l’incitation à innover
dépend de l’aptitude de l’innovation :
1.
à monopoliser le marché,
2.
à dégager la profitabilité escomptée au travers de la rente de monopole,
3.
à assurer la conservation de la position acquise par l’existence de droits de propriété.
L’innovation accroît un pouvoir de marché à la firme, mais encore faut-il que l’entreprise
innovatrice puisse durablement centraliser l’innovation. L’attrait ou le déficit d’incitation à
innover dépendent de l’existence ou non de barrières à l’entrée sur le marché, thèse développée
par E. Mansfield.
En effet, la connaissance est un bien public pur. Toute information produite, toute connaissance
produite, tout savoir produit dans le cadre de l’activité de Recherche et de Développement ont à
priori un coût d’usage nul, ne peuvent être l’objet d’une appropriation par leurs auteurs et sont
incertaines.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 33
Ainsi, l’activité inventive ne peut à priori donner lieu à une allocation optimale des ressources
par le mécanisme du marché, nous sommes ici confrontés à des défaillances du marché. La firme
innovatrice a pris des risques en décidant à innover, le premier réside bien sûr dans la non
garantie d’aboutissement des recherches. L’activité innovatrice a généré un certain nombre de
coûts, évaluables monétairement. Dans, l’hypothèse où elle ne
pourrait pas par les gains
monétaires attendus couvrir et même dépasser les frais engagés, l’incitation a innover devient
inexistante. Cette situation devient effective à partir du moment où les informations sont
divulguées ou dès que l’innovation est copiée.
Les autres firmes qui ont eu connaissance des informations ou qui ont imité l’innovation se
retrouvent alors dans la situation du passager clandestin, "free rider" qui profite sans en supporter
le coût et empêchent la firme innovatrice de rentabiliser son initiative.
La protection contre cette stratégie, qualifiée de "Hit and Run", terme emprunté au vocabulaire
militaire des troupes commandos dont la principale mission consiste à frapper l’ennemi sur son
terrain puis à se retirer, pour les entreprises, il s’agit de capter le marché puis de le quitter une
fois les profits engrangés, consiste dans la mise en place d’un marché de droits de propriété
(Coase).
Le droit de propriété reconnu à l’entreprise innovatrice lui donne la paternité et la jouissance de
l’innovation. Elle peut en conserver l’exclusivité d’exploitation ou consentir un droit
d’utilisation moyennement une rétribution monétaire. Ainsi, le brevet apparaît à la fois comme
un dispositif protecteur de la propriété de l’innovation à son initiateur mais aussi comme un
dispositif incitatif parce que protecteur. Comme l’écrit E. Mansfield (1977) : "La rentabilité de
l’innovation, l’existence et la durée du brevet portant sur le produit et la taille de l’investissement
requis pour produire l’innovation semblent avoir l’effet prévu sur le taux d’imitation ". Il s’agit
d’une stratégie dite de la protection légale pour garantir l’incitation à innover. Pour le brevet, la
production d’externalités positives au bénéfice de concurrents adoptant un comportement de
passagers clandestins, en imitant, se trouve contrôlée.
II.1.3.1
L’analyse évolutionniste de l’innovation
Notons d’abord que l’analyse évolutionniste de l’innovation n’est pas seulement centrée sur la
dimension plus micro-économique, que nous privilégions ici, mais traite aussi de la dimension
macro-économique, à savoir essentiellement la contribution de l’innovation à la croissance
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 34
économique, le processus de diffusion de l’innovation d’un secteur à l’autre et ainsi de suite,
mais nous n’en traitons pas ici.7.Nous abordons plutôt la dimension micro-économique de cette
théorie, car elle nous semble constituer une assise théorique pertinente pour le management
stratégique.
 L’innovation comme processus
Une des caractéristiques majeures de l’analyse évolutionniste consiste à voir l’innovation comme
un processus (Freeman, 1982). Cela peut paraître banal, mais l’analyse économique orthodoxe ne
s’intéresse précisément pas au processus et sur ce plan voit plutôt l’innovation ou le changement
technologique comme une « boîte noire » (cf. Rosenberg). Les évolutionnistes, au contraire,
mettent l’accent sur le processus même de l’innovation, considérant que c’est là le cœur de la
dynamique technologique et de la dynamique économique globale, par son effet sur les
phénomènes de croissance et crises notamment.
Les évolutionnistes et notamment Christopher Freeman (1982) parlent plus précisément de
« coupling processus »; ils font alors référence à un « processus qui transmet des impulsions, en
reçoit, raccorde les idées techniques nouvelles et les marchés » (Le Bas, 1995). Pour un autre
auteur évolutionniste, Giovanni Dosi (1988), l’innovation est un processus de résolution de
problèmes. À l’instar de Freeman, Dosi rejette la notion de connaissance parfaite de la
technologie, qui se dégage de la vision orthodoxe des « blueprints » ou recettes technologiques;
les deux auteurs la considèrent aussi éloignée de la réalité que la notion d’équilibre, ce qui est
peu dire.
Le processus d’innovation est également situé dans une organisation, une entreprise, ce qui
rapproche ici l’analyse institutionnaliste de la vision « schumpeterienne ». Alors que dans une
période antérieure, on considérait que l’innovation était davantage le fait des artisans-créateurs,
les évolutionnistes rattachent l’innovation à l’entreprise qui, depuis la fin du XIXe siècle,
représente effectivement le lieu premier de la création et de l’innovation. Chez Schumpeter, il
s’agissait dans un premier temps des petites ou moyennes entreprises qui étaient le lieu premier
de l’innovation, alors que la concentration du capital aurait au fil des ans amené la domination
des grandes entreprises et de leurs départements de R&D.
7
Outre les travaux originaux des auteurs évolutionnistes, en particulier Dosi (19888), Nelson et Winter (1981),
nous nous inspirons plus particulièrement de la synthèse de Le Bas (1995).
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 35
Chez les évolutionnistes par contre, ces deux lieux (PME et grandes entreprises) ne se succèdent
pas nécessairement dans le temps, mais peuvent au contraire coexister. Cela nous semble
correspondre à la réalité actuelle où, selon les secteurs et selon le degré de maturité du secteur
en question, ce sont les PME ou les grandes entreprises qui dominent le processus d’innovation.
Dosi (1988) a d’ailleurs suggéré que ces deux régimes d’innovation (traditionnelle ou routinière)
peuvent fort bien s’expliquer par les moments auxquels se trouve une industrie donnée. En phase
d’émergence d’une industrie, Dosi note que l’innovation tend à procéder par essais et erreurs; les
entrepreneurs prennent des risques, de nouvelles technologies apparaissent et celles-ci donnent
lieu à la naissance de nouvelles entreprises. Dans la phase de maturité, généralement caractérisée
par une organisation de marché oligopolistique, les changements technologiques et l’innovation
en général constituent une des armes de la concurrence. L’innovation et la création
technologiques deviennent endogènes à l’entreprise et aux mécanismes économiques plus
généraux. On se retrouve alors devant les deux modèles schumpeteriens de l’entreprise
innovante, deux modèles de processus d’innovation. Dans le cas de la PME, on pense davantage
au modèle de l’inventeur, du génie créateur, où l’innovation est hautement incertaine, alors que
dans le cas de la grande entreprise, l’innovation est davantage un processus routinier, effectué de
manière plus systématique dans un département de R&D.
Dans l’analyse évolutionniste, l’innovation est également vue comme un processus social, qui se
rattache aux technologies ou systèmes techniques, comme aux marchés des produits, au marché
du travail et à l’économie. Étant ainsi rattachée à ces ensembles de faits sociaux (Le Bas, 1995),
le processus d’innovation technologique est ainsi incertain, bien que non totalement aléatoire.
L’entreprise opère à l’interface entre ces divers éléments. Elle effectue alors des médiations, des
choix, dans le cadre de cet ensemble de faits sociaux dans lequel elle s’inscrit.
 L’innovation comme processus d’apprentissage
Une autre caractéristique fondamentale de la vision évolutionniste, et peut-être même l’aspect
premier pour lequel l’analyse évolutionniste est reconnue, c’est que l’on considère l’innovation
comme un processus d’apprentissage ou un processus cognitif. Un très grand nombre d’auteurs
évolutionnistes (Dosi, Freeman, Nelson et Winter, etc.) ont ainsi traité de l’innovation comme
processus cognitif et c’est là un des aspects de leurs travaux qui ont connu le plus de succès et
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 36
ont été repris dans nombre de travaux ultérieurs.8 Cette vision renvoie à l’idée qu’il y des
ajustements, des évolutions au sein de l’organisation innovante. L’apprentissage est vu comme
un processus cognitif, et de ce fait irréversible et « path dependent » (ou dépendant de son sentier
d’évolution passé9). En d’autres mots, l’histoire compte !
Les formes d’apprentissage peuvent être diverses, comme l’ont noté Rosenberg (1982) et
d’autres : apprentissage interne, apprentissage externe, apprentissage par l’utilisation (« learning
by using ») ou apprentissage par le partage (« learning by sharing »). Ainsi, les trajectoires
technologiques d’une firme ou d’un secteur résultent des apprentissages réalisés dans la firme ou
le secteur (Pavitt, 1984, 1989; Le Bas, 1995). Ce processus d’apprentissage permettrait aussi aux
firmes de choisir les meilleures stratégies, en fait celles qu’elles jugent les plus satisfaisantes en
fonction de leurs objectifs. Ici encore, il convient de noter l’opposition avec la vision orthodoxe,
axée sur l’optimisation. Les auteurs évolutionnistes sont d’avis que l’optimisation exigerait des
calculs fort complexes qui ne sont pas à la portée des connaissances humaines, et rejettent de ce
fait cette vision de l’entreprise pour retenir une vision plus réaliste, selon laquelle les entreprises
cherchent à atteindre des objectifs « satisfaisants », et non « optimaux » (Coriat et Weinstein,
1995; Le Bas, 1995). D’autres économistes travaillant sur l’information, en particulier Herbert
Simon (1955), avaient d’ailleurs souligné que les entrepreneurs ont tendance à maintenir les
pratiques qu’ils jugent satisfaisantes, ou les routines établies, à moins qu’ils ne se sentent
menacés par des chocs extérieurs et ce, précisément en raison des difficultés d’obtention de
l’information pertinente et des coûts importants liés au traitement de cette information.
Ainsi, le processus d’innovation met fondamentalement en jeu des connaissances, des savoirs,
des compétences, des savoir-faire, des capacités et aptitudes (Winter, 1987). Ces connaissances
et savoirs ne sont pas tous formels et explicites, mais peuvent tout aussi bien être implicites,
informels, comme on le voit d’ailleurs très bien dans le modèle de l’entreprise japonaise.
 L’innovation comme processus interactif complexe
8
Voir notamment les textes de Villavicencio, Ruffier, Tremblay et Rolland, dans Tremblay, D.-G. (Sous la dir.)
Innovation, technologie et qualification; multidimension et complexité du phénomène de l’innovation. À paraître
en 1996, aux Presses de l’université du Québec. Collection de l’Association d’économie politique.
9
Sur cette notion voir l’introduction que nous avons rédigée dans Tremblay, D.-G. (1995, sous la dir.). Concertation
et performance économique. Vers de nouveaux modèles ? Québec: Presses de l’université du Québec. Collection
de l’Association d’économie politique.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 37
Enfin, l’innovation est vue comme un processus interactif complexe. S’opposant au modèle
linéaire et séquentiel de la théorie orthodoxe, soit la thèse du « science push », selon laquelle les
découvertes scientifiques coulent naturellement vers le marché et sont spontanément adoptées,
les auteurs évolutionnistes mettent l’accent sur des effets de bouclage, de rétroaction, sur des
flux et des transferts d’information complexes et interactifs à l’intérieur de la firme. Kline et
Rosenberg (1986) ont ainsi présenté un modèle dit « en chaîne avec liaison » ou « Chain Linked
Model », qui fait état de bouclages et de rétroactions entre les fonctions de conception du
produit, de fabrication, de marketing, etc. Il y a ici de fortes interactions entre la recherche
scientifique et les autres dimensions de l’innovation; les ingénieurs de la R&D sont en étroite
relation avec les ouvriers, les personnels de marketing et de production notamment. L’accent est
ici mis sur l’importance du rôle des acteurs, qui apprennent dans le cadre du processus
d’innovation, qui coopèrent et participent à ce processus. Par ailleurs, ces acteurs agissent dans le
cadre d’un environnement donné de la firme et cet environnement doit être vu comme
intervenant dans le processus d’innovation, et non comme une donnée externe, comme le veut la
vision orthodoxe.
Les travaux de Schumpeter exposent ce qui nous semble constituer l’apport majeur de la vision
économique de l’innovation à la compréhension de l’un des axes du management stratégique, à
savoir la stratégie en matière d’innovation et la gestion de l’innovation dans l’entreprise.
Les NTIC aujourd’hui représente une très grande innovation pour les entreprises et pour les
marchés et pouvons tout de suite constater les changements qui se sont opérés dans l’économie
mondiale au cours de la dernière décennie. D’où l’apparition de concepts nouveaux tels que :
« Société d’information », « Société de la connaissance », « nouvelle économie », « la net
économie », « le e-management », etc. que l’on peut regrouper dans ce que l’on a appelé les
théories de la croissance. Car les théories de la croissance économique tout comme les nouvelles
théories de la croissance économique, considèrent l’élément innovation, cette fois-ci sous forme
de progrès technique. Et c’est grâce à ce progrès technique que la croissance peut se voir être
booster et parfois sur une longue période. Les théories de la croissance économique et théorie de
l’innovation sont étroitement lié. Dans la mesure où, à chaque révolution technologique qui a pu
s’observer dans le monde socio-économique, a eu directement un impact favorable dans la
croissance économique de ces pays là qui ont menés ces différentes révolutions ainsi que dans
les pays qui ont suivis le mouvement de révolution technologique ou d’innovation. Comme c’est
le cas aujourd’hui, avec l’avènement des TIC/NTIC.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 38
II.2
SOCIETE DE L’INFORMATION ET SOCIETE DE LA CONNAISSANCE
La société de l'information désigne un état de la société dans lequel les technologies de
l'information jouent un rôle fondamental. Elle est en général placée dans la continuité de
la société industrielle. De même, la notion de société de l'information a été inspirée par les
programmes des grands pays industriels. Par ailleurs, l'expression de société de la
connaissance est parfois préférée à celle de société de l'information. Elle est au centre de
différents débats dont celui concernant la « fracture numérique ».
La Journée mondiale de la Société de l'information a lieu tous les ans le 17 mai selon l'adoption
par l'assemblée générale de l'Organisation des Nations unies de la résolution A/RES/60/252.
II.2.1
Une ère nouvelle
Ce n'est pas la première fois que des innovations scientifiques et technologiques contribuent
fortement à des modifications profondes de la société :
Hier, les sciences de la dynamique, de la thermodynamique, et de l'électromagnétisme, et leurs
conséquences sur l'apparition de la machine à vapeur, de l'électricité,... étaient accompagnés par
le développement de la presse.
Aujourd'hui, la relativité, la physique quantique, et leurs applications dans l'énergie nucléaire, les
nanotechnologies,... sont accompagnées par les modes de partage de l'information et des
connaissances actuels que sont l'informatique, le web, et les télécommunications.
Le parallèle que l'on pourrait faire avec d'autres périodes de l'Histoire serait donc sur les moyens
de partage de l'information et de la connaissance : l'équivalent pendant les Lumières et
le XIXe siècle serait le développement de la presse écrite, ou bien, en remontant plus loin, pendant
la Renaissance, le développement de l'imprimerie.
Le processus que l'on observe est donc : découvertes dans les sciences fondamentales,
applications technologiques, et partage de la connaissance par de nouveaux moyens techniques.
L'informatique permet aujourd'hui de numériser les informations et de les traiter. D'autre part, les
nouveaux moyens de télécommunication facilitent l'échange et la diffusion de la connaissance.
Ces nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) changent donc
profondément la vie au quotidien des citoyens, le fonctionnement des entreprises, de l'État. Tout
cela entraîne de nouvelles représentations mentales et sociales.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 39
Ce processus est analysé par plusieurs philosophes et sociologues, dans un cadre qui dépasse le
strict cadre de la société de l'information. Plutôt que de société post-industrielle, il serait peutêtre plus juste de parler de période post-moderne. Le philosophe Michel Foucault emploie
l'expression d'hyper modernité, qu'il associe à un changement de conception du monde. Le terme
employé par Michel Foucault pour désigner la conception du monde est l'épistémè, qui
correspond, au niveau de la société, à un ensemble de représentations chez les individus
(paradigmes). Gérard Ayache parle d'hyper monde pour exprimer les mutations radicales nées de
l'association de la mondialisation économique et de l'hyper-information.
II.2.2
Les effets macroscopiques de la société de l’informatio n
1) Croissance économique
Un premier effet macroéconomique important concerne les gains de productivité et la
croissance liée à l'introduction des TIC.
- La mise en réseau, les gains de performances des matériels, les raffinements des logiciels
génèrent un renouvellement rapide de l'industrie des TIC qui assurent ainsi une bonne part de la
croissance économique mondiale.
- Ensuite, il y a le besoin en personnel qualifié capable de gérer les nouveaux systèmes. Ceci a
des implications importantes sur la formation et l'enseignement. Par exemple, les nouveaux
produits et services TIC ne peuvent être utilisés que si les consommateurs ont
des connaissances technologiques de base minimales.
- Les TIC influencent également la recherche scientifique et technique et permettent
indirectement de réaliser de nouvelles découvertes qui ont à nouveau un effet macroéconomique.
- On assiste à la création d'un nouveau Marché, c'est-à-dire un lieu d'échanges, à la fois
économique (on vend et on achète des produits) et social (on échange des informations). Il
faudrait ajouter qu'en matière de TIC, l'offre de produits commerciaux précède et induit souvent
artificiellement la demande ; on pourrait citer l'aspect multimédia (TV, vidéo à la demande, GPS,
musique...) sur les téléphones portables. Un autre phénomène induit par les TIC est l'apparition
d'un marché de services gratuits et de l'économie du don (Wikipédia constitue un exemple).
Les nouveaux processus mis en place grâce aux TIC ont aussi des conséquences sur l'analyse de
la valeur des produits et services, que l'on effectuera davantage sur le cycle de vie, lequel a
tendance à se raccourcir.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 40
Les TIC ont un impact dans de nombreux autres domaines comme les loisirs, la culture, la santé,
la gestion du temps, les comportements en société...
2) Aspect sociaux : fracture numérique, dépendance et sociabilité
Les TIC peuvent également être à l'origine de nouvelles formes d'exclusion sociale.

De nombreuses actions politiques ont été mises en place pour lutter contre la fracture
numérique, on parle alors de e-inclusion et à présent de solidarité numérique.

La dépendance au jeu vidéo, à un monde virtuel représente un aspect sombre des nouveaux
outils informatiques et réseaux : l’emploi du temps et la psychologie des personnes fascinées
s’en trouvent modifiés. En parallèle, de nouvelles formes de sociabilité apparaissent par
l’appartenance à un réseau social.
Le Cameroun devrait pouvoir parvenir à se définir en tant que société d’information, pour
pouvoir tirer profit des opportunités qu’offrent le monde moderne, le monde des NTIC et du Ecommerce.
La société de la connaissance est un terme utilisé pour désigner un certain type de société où
règne une forte diffusion des informations et du savoir.
La distinction entre société de l'information et société de la connaissance correspond à la
différence entre système d'information et système à base de connaissance.
La société de la connaissance :

reprend en partie la notion de société de l'information, désignant une société dans laquelle se
généralise la diffusion et l’usage d’informations et qui s’appuie sur des technologies de
l'information et de la communication (TIC) à bas coûts.

met plus largement l'accent, non pas sur les flux d’information et les réseaux qui les
supportent, mais sur le savoir, l'expertise, la créativité, l'innovation, la connaissance. La
vision est donc plus humaine même si cette société de la connaissance est portée par un
développement technique.

s'intéresse aussi à l'impact, considéré de plus en plus crucial (économie du savoir), de la
création et diffusion des connaissances sur le développement économique, par l'intermédiaire
de l'intelligence économique dans les entreprises et les territoires.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 41
Dans ce cadre, la stratégie de Lisbonne désigne un axe majeur de la politique économique et de
développement de l'Union européenne arrêtée au Conseil européen de Lisbonne en mars 2000.
Le conseil européen de Lisbonne a ainsi fixé un objectif stratégique visant à faire de l’Union
européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde
d'ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration
quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ».
Le Cameroun a beaucoup de challenge quant à la création et la mise en valeur d’une société de la
connaissance. Ce qui permettra à sa population de maîtriser un certains nombre d’outils
nécessaire lui facilitant l’insertion dans la nouvelle économie.
Le concept qui lui est étroitement lié c’est le concept de gestion des connaissances.
II.2.3
« Knowledge » management (gestion des connaissances)
La gestion des connaissances (en anglais Knowledge Management) est l'ensemble des initiatives,
des méthodes et des techniques permettant de percevoir, d'identifier, d'analyser, d'organiser, de
mémoriser, et de partager des connaissances entre les membres des organisations, en particulier
les savoirs créés par l'entreprise elle-même (ex : marketing, recherche et développement) ou acquis de
l'extérieur (ex : intelligence économique) en vue d'atteindre l'objectif fixé.
C'est aussi une méthode managériale pour la Société de la Connaissance (Charles Savage, Peter Drucker,
Debra Amidon, Eunika Mercier-Laurent)
Les acteurs de l'organisation ne doivent pas se limiter à la consommation d'informations brutes. Ils
doivent veiller aux usages des informations, ce qui signifie interprétation, structuration, capitalisation, et
partage des connaissances.
La gestion des connaissances est à la croisée de différentes disciplines telles que :

Théorie des organisations ;

Sciences cognitives ;

Sciences sociales ;

Sciences de l’information et de la communication ;

Informatique.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 42
 Enjeux de la gestion de la connaissance
1) Au niveau mondial
L’arrivée d’Internet, comme jadis celle de l’imprimerie, est en train de modifier les
organisations. Ces nouvelles modalités d’échange des informations présentent plusieurs enjeux,
dont deux principaux, le contrôle des informations et le rayonnement scientifique et culturel des
États.
Une circulation sans contrôle de ces informations peut présenter des risques au niveau de la
sécurité des États, de la réputation des entreprises ou des organisations (risques de diffamation).
Il existe également un risque si les effets d’annonce sont privilégiés au profit d’une activité
réelle, dans le cadre d’une campagne de communication superficielle. Par ailleurs, avec le
développement des technologies de l'information et de la communication, la surinformation est
un danger réel.
D’autre part, le développement de la société de la connaissance – qui touche au développement
du savoir, du savoir-faire et des compétences des entreprises et du monde de la recherche - ou de
l’économie du savoir, se traduit par la mise en œuvre des pôles de compétence, qui nécessite une
politique d’ingénierie des connaissances, mise en place en Europe à travers la stratégie de
Lisbonne (2001). Ceci concerne à la fois les entreprises, les centres de recherche et de
développement, les universités et les Grandes Écoles.
2) Au niveau des entreprises
Au niveau des entreprises, l'enjeu se situe dans

la performance de l'entreprise liée à la motivation du personnel ;

dans la capacité des entreprises à nouer des alliances et partenariats dans le contexte
de mondialisation économique, c'est-à-dire à organiser des pôles de compétence sur
les territoires, en mettant en commun des compétences et connaissances, et surtout à les
concrétiser dans leur mise en œuvre sur le terrain ;

dans les gains de la valeur de l'entreprise liés à l'augmentation de capital de connaissance ;

dans la conduite de l'innovation, notamment en termes de rapidité des réponses apportées aux
demandes des clients.

dans la sauvegarde des savoir-faire et des processus de l'entreprise. Ainsi, son activité sera
moins sensible au départ d'une personne ayant acquis un savoir-faire important.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 43

dans la connaissance des valeurs éthiques de l’entreprise au niveau des employés. Trevino
(2006) a découvert que la plupart du temps les employés ne sont même pas au courant de la
politique éthique de l’entreprise et que cela serait du au mode de transmission d’informations
en entreprise. Dans bien des cas, la Charte des valeurs correspond à cette définition proposée
par Eileen Shapiro dans son livre Surf Managerial : c'est à peine plus "qu'un talisman exhibé
en lieu public afin de conjurer les esprits malfaisants".
En fait les enjeux de la gestion des connaissances et de l'intelligence économique sont liés. La
gestion des connaissances permettra plus particulièrement l'organisation de la mémoire collective
(en termes d'intelligence économique), qui est un facteur clé de la pérennisation de l'intelligence
économique.
3) Au niveau du monde académique
Au niveau du secteur institutionnel (universités, institutions de recherche et autres type
d’organisations engagées dans la recherche et développement, et l’innovation) l’enjeu se situe :

dans l’optimisation du transfert de connaissances et des technologies au sein de leur
communauté ;

dans l'évaluation des performances en termes de productivité scientifique et techniques et
applications de ces résultats afin que cela puisse servir à la société.
Les enjeux de la gestion des connaissances portent également sur la visibilité des
activités R&D de ces institutions à l’échelle mondiale. La Recherche scientifique est de plus en
plus concurrentielle et internationale, assurer une bonne position passe par une gestion efficace
de sa productivité.
Depuis son amorce dans les années 1990, puis son développement qui suivit, la gestion des
connaissances a été développée dans de nombreuses formations et de nombreux établissements.
Notamment, ces Master sont certainement recherchés dans les entreprises voulant implémenter
un programme de gestion des connaissances. L'apparition de nouveaux rôles dans l'entreprise,
particulièrement les Knowledge Managers, justifie une telle apparition de thèses dans le monde
académique. Les contributions de ces thèses servent ensuite, par une gestion des connaissances
efficaces, aux entreprises et aux individus.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 44
Le capital humain camerounais doit être sérieusement formé aux NTIC de façon à ce qu’il puisse
lui-même développer un patrimoine technologique propre, dans le développement de ses atouts
commerciaux et managériaux dans la « nouvelle économie ».
II.3
L’E-ECONOMIE
"E-conomie", fondée sur la synergie entre microélectronique, logiciel et réseau, s'appelle
aussi "nouvelle économie" parce qu'elle modifie la concurrence sur les marchés, l'organisation
interne des entreprises et leur coopération.
Il s'agit certes d'une "économie de l'immatériel", mais cette caractéristique découle d'une autre,
plus fondamentale : le coût de production, pratiquement indépendant du volume produit, est payé
dès l'investissement initial. Il s'agit d'une "économie à coûts fixes". Ceci a des conséquences
profondes sur l'équilibre économique.
Les usines sont des automates, l'emploi réside dans la conception et la distribution. La
distribution des revenus n'est pas reliée au salariat. Les entreprises différencient leur production
pour construire des niches de monopole et s'organisent autour de leur système d'information. Le
commerce passe par les médiations électroniques. L'investissement est risqué, la concurrence est
mondiale et violente.
La modélisation éclaire les jeux de concurrence dans l'informatique, les réseaux, et dans les
secteurs qui les utilisent : audiovisuel, transport aérien, commerce. Elle permet d'interpréter
l'évolution des systèmes d'information et de diagnostiquer les blocages.
L’« E-conomie » est hautement efficace, mais sa puissance même peut conduire au désastre si
elle est traitée sur le mode du "laissez faire". Il faut donc dépasser la dimension économique pour
considérer les exigences de l'éthique et de la cohésion sociale.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 45
II.4
TIC, ENTREPRISES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE (Rapport 2010
sur l’économie de l’information)
II.4.1
Utilisation des TIC par les entreprises et lutte contre la pauvreté
L’Amélioration de l'accès aux TIC et des services connexes a créé de nouvelles opportunités
pour les entreprises avec la participation directe des pauvres à l’accès à l'information et d'autres
intrants. Cela est particulièrement important pour des entreprises basées sur la subsistance, qui
étaient auparavant dépourvus d'accès aux TIC. Les entreprises utilisant les TIC peuvent
bénéficier de transaction réduits des coûts, de surmonter diverses défaillances du marché et
l'amélioration de l'information et de la communication le long des chaînes de valeur. Il existe
également la possibilité de suggérer que l’utilisation des TIC peut aider les entrepreneurs et
apporter par la même occasion d'autres acquis sociaux.
Mais les bénéfices ne sont pas automatiques, et les résultats varient considérablement entre les
différents types d'entreprises, reflétant leurs besoins respectifs et leurs capacités.
Basé sur un examen des données disponibles, qui existe principalement dans les formes de
micro-études à partir d'un certain nombre de pays et les industries, cette petite partie examine
comment l'utilisation des TIC a affecté la performance des entreprises et les moyens de
subsistance des pauvres. Une attention particulière est donnée à la façon dont les différentes
formes de TIC répondent aux diverses informations et besoins liés auxquels font face les
entreprises le long de leurs chaînes de valeur.
II.4.2
L'analyse de l’implication des TIC et son utilisation par les
entreprises
II.4.2.1 Impacts de l'utilisation des TIC dans les entreprises
Il est bien établi que l'utilisation accrue des TIC par les entreprises peuvent ainsi aider à
réduire les coûts de transaction et améliorer la productivité et la croissance (OCDE, 2004;
Eurostat, 2008). Les TIC ont joué un rôle important dans la promotion de la productivité des
pays en développement dans tous les secteurs lorsqu'elle est mesurée au niveau national. Un
examen des éléments de preuve concernant la relation entre les investissements dans les TI et la
productivité dans les pays en développement a conclu que (Indjikian et Siegel, 2005: 696):
«L'écrasante majorité des chercheurs ont trouvé une corrélation positive entre certains proxy
pour l'investissement en TI et des proxy pour la performance économique à chaque niveau
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 46
d'agrégation (par exemple usine, entreprise, industrie et pays). En outre, il y avait une évidence
suggérant que les investissements complémentaires dans le travail liées aux TI et de
l'organisation des facteurs qui offrent un milieu de travail plus confortable pour maximiser le
rendement des investissements en TI contribue aussi à l'amélioration de la croissance de la
productivité.
Certaines évidences disponibles au niveau des firmes indiquent que l'utilisation des TIC
par les entreprises a un effet positif sur le travail, la productivité aussi dans les pays à faible
revenu (CNUCED, 2009a). Dans une étude de 13 pays africains, l'utilisation des TIC est
positivement corrélée avec la productivité dans tous les types d'entreprise et l'utilisation du
téléphone mobile a été identifiée comme étant le facteur significatif de corrélation (Esselaar et al.
2007).
Une autre revue de 14 études différentes ont conduit à la conclusion que les téléphones mobiles
ont aidé les petites entreprises à devenir plus productives, en particulier en matière de marketing,
ventes et relations clients (Donner et Escobari, 2009). Cependant, les auteurs ont également noté
que les bénéfices de l'utilisation des TIC peuvent être inégalement distribués.
"Ce n’est Pas toutes les entreprises qui vont prospérer d'une augmentation de l'accès aux
télécommunications, et parmi ceux qui le font, leurs usages des mobiles variera selon les
industries et les positions dans les systèmes de valeur ... la preuve courante suppose que les
bénéfices de l’utilisation de la téléphonie mobile augmente surtout (mais pas exclusivement)
dans les anciennes entreprises, de manière à amplifier et d'accélérer le matériel et les flux
informationnelles, plutôt que de les transformer fondamentalement. "
Afin de mieux comprendre les raisons précises de telles améliorations de la productivité, il est
nécessaire d’ouvrir la «boîte noire» et d'examiner l'évolution au niveau micro-économique. Le
fait qu’une entreprise réalise des gains de l'adoption des TIC dépend de plusieurs facteurs, tels
que les compétences en affaires des managers, la disponibilité du personnel formé pour utiliser et
à entretenir l'équipement et la disponibilité des sources additionnelles d’informations qui
permettent d'améliorer la prise de décisions dans l’approvisionnement et autres processus
d'affaires. Ainsi, la mesure dans laquelle chaque gain d’entreprise issue d'un meilleur accès aux
TIC dépend de leur taille, secteur industriel, la localisation, les compétences des travailleurs, la
disponibilité d'un contenu pertinent et si leurs fournisseurs et clients sont des utilisateurs
fréquents des TIC.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 47
Les bénéfices de l'utilisation des TIC ne sont pas le résultat de la technologie elle-même, mais de
ce que la technologie permet, Par exemple, l'accès à l'information qui peut réduire les coûts de
transaction et améliorer la qualité de la relation client, ou l'utilisation de logiciels pour gérer les
stocks et le travail. Les défis auxquels font face les entreprises varient, tout comme leurs besoins
en matière de TIC (Barton and Bear, 1999; Duncombe et Heeks, 2002b; Oyelaran-Oyeyinka et
Lal, 2006). Tous les micros et petites entreprises n'ont pas besoin de devenir des utilisateurs
intensifs des TIC pour être efficace. Bien que toutes les entreprises aient besoin d'une
communication efficace et pour accéder aux informations de toutes sortes, la raison pour laquelle
une entreprise pourrait bénéficier de l’utilisation des TIC pour effectuer des transactions ou pour
le traitement d’information varie grandement.
Les coûts liés à l'obtention, en sélectionnant et en utilisant l’information sont des obstacles
significatifs pour la plupart des petites entreprises (Pingali et al. 2005). Les entreprises ont
besoin d’informations pour décider quoi, quand et combien produire. Ils ont également besoin de
décider quand et à quel marché vendre. Trouver les réponses à ces questions est associée à des
coûts significatifs. En conséquence, il est important de considérer le rôle que les TIC peuvent
jouer, et quand, en aidant les entreprises à réduire les coûts d’information et les asymétries. Etant
donné que les besoins d'information et d'autres inputs sont différents, une distinction doit être
faite entre entreprises basées sur la subsistance et orientées sur la croissance ainsi qu'entre
secteurs lors de l'examen de l'impact de l'utilisation des TIC par les entreprises sur la pauvreté.
II.4.3
L’utilisation des TIC dans l'agriculture
L’entreprise rurale est d'une importance particulière pour les pauvres. De nombreux ménages
pauvres produisent pour leurs propres besoins, gagnent des revenus relativement faibles par
excédent commercial produit pour la consommation locale, ou en tant que producteur ou groupes
d'agriculteurs d'atteindre des marchés éloignés via des intermédiaires (Ellis, 2000). Il ya aussi
des exemples de croissance axée sur les entreprises rurales parmi les collectivités pauvres. Les
bénéfices des entreprises orientées sur la croissance "off-farm" ont tendance à augmenter pour
ceux qui deviennent moins pauvres, et devenir une source importante de revenus pour ceux qui
ont grimpé au-dessus du seuil de pauvreté (Shaw, 2004; Ellis et Bahiigwa, 2003). Les études de
cas de divers pays en développement indiquent que la consommation des TIC - en particulier les
téléphones mobiles - est en augmentation parmi les entreprises rurales, et contribue de façon
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 48
positive à la croissance des entreprises dans les zones rurales (Frempong, 2007; Esselaar et al,
2007; Goodman, 2007).
Dans le cas des petits agriculteurs, divers besoins d'information peuvent être identifié le long de
la chaîne de valeur dans le cadre de leurs activités principales et de soutien (de Silva et al, 2008):

Logistique interne: l'information concernant la source et l'achat de semences pour une
culture spécifique.

Exploitation: l’information concernant l'ensemencement, la préparation, le plantage, la
culture et la récolte.

Marketing et ventes: l'information qui aide à identifier les clients pour la sortie. Il est
également important pour l'agriculteur de savoir quand et dans quels marchés faut-il
acheter et vendre.

Logistique externe: informations concernant le packaging, le stockage et le transport.

Service après-vente: les commentaires des clients.

Soutenir les activités: information sur l'accès à l'extension des services, de crédit et
d'assurance.
Les besoins d'information dans les entreprises rurales directement liés aux pauvres peuvent être
considérables. Une étude de la chaîne de valeur des pauvres cultivateurs de légumes au Sri
Lanka a mesuré les coûts de recherche d'information pour toutes les opérations de base des
entreprises, telles que la préparation des terres, la croissance et la récolte, ainsi que pour l'achat
de semences et de la vente (De Silva et Ratnadiwakara, 2009). Il a constaté que la proportion
relative des coûts de recherche d'information dans le coût de production total, étaient les plus
élevés au début des étapes de décision et les dernières étapes vente. Dans l'ensemble, les coûts de
recherche d'information s'élève à 70 pour cent de tous les coûts de transaction (les coûts de
transaction ont été enregistrés à 15 pour cent du total des frais engagés).
Les principaux coûts de recherche d'information ont été liés aux (a) les coûts de transport (temps
et argent), (b) le temps dépensés à des réunions et des visites pour obtenir des matériaux (Tels
que les engrais), et (c) les coûts de comparaison des prix et ceux qui sont associés avec le
transport des produits pour le marché. Les coûts ont été comptabilisés à la fois dans les dépenses
financières directes et les coûts d'opportunité du temps dépensés (de Silva, 2008). L'étude
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 49
conclut que l’information de meilleure qualité et plus rapide, combinée avec une communication
plus rapide et moins coûteuse, permettrait de réduire les coûts opérationnels.
Il ya des preuves croissantes que l'accès amélioré aux TIC a aidé les agriculteurs à répondre à
certaines ou la totalité de ces besoins. Dans de nombreux cas, cela a été réalisé grâce à l'adoption
spontanée de mobiles par les agriculteurs; dans d'autres cas fournir des informations s'est
améliorée
Grâce à l'assistance délibérée par le gouvernement ou d'autres acteurs. Il ya aussi de nombreux
exemples d’initiatives TIC visant à améliorer l'information pertinente qui n'a pas réussi à
produire les résultats escomptés.
II.4.3.1 Utilisation du téléphone portable
Les téléphones mobiles sont de plus en plus utilisés par les agriculteurs pour obtenir des
informations pertinentes et de coordonner leurs activités avec les autres participants dans la
chaîne de valeur.
Au Rwanda, par exemple, les téléphones mobiles ont fait de certains agriculteurs des
commerçants et a ainsi permit une amélioration globale de l’efficacité du marché (Nsengimana,
2009). Une autre étude mesurant l'impact des téléphones portables sur les marchés céréaliers au
Niger ont fait des observations similaires. Elle a constaté que les coûts de transaction ont été
abaissés pour les commerçants dans la chaîne de valeur, en raison d'une réduction de 50 pour
cent dans les coûts de recherche d'information (Aker, 2008). Cela a conduit à une réduction des
écarts de prix entre différents marchés. Cinq ans après que les téléphones portables aient été
introduits, les
commerçants de céréales opérant avec des téléphones cellulaires ont été la
recherche des clients et des prix sur un bien plus grand nombre de marchés géographiquement
dispersés, et avait mis en place un plus grand nombre de contacts sur le marché que les
commerçants sans ces téléphones.
Les producteurs laitiers dans les régions montagneuses du Bhoutan ont également vu
les
bénéfices de l'introduction de téléphones mobiles. Les agriculteurs dans la partie orientale du
pays ont premièrement acheté des téléphones pour rester en contact avec les membres de la
famille et les amis, ne pensant pas qu'ils pourraient également avoir des implications pour leurs
activités génératrices de revenus. Toutefois, il est vite devenu clair que les téléphones mobiles
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 50
pouvaient soutenir leurs moyens de subsistance. Les téléphones les ont aidés à réduire les coûts
de transaction liés au Voyage et le temps d'attente pour atteindre les clients, de renforcer leur
pouvoir de négociation, réduit leur dépendance à l'égard des intermédiaires, ont augmenté leurs
revenus et l'amélioré leurs liens avec les différentes parties prenantes. D'autres études ont
confirmé que les téléphones mobiles peuvent aider les agriculteurs à éviter les intermédiaires.
II.4.3.2 Utilisation de l'Internet et le web (arbitré par les PCs ou les
téléphones mobiles)
L'Internet et le web sont des outils potentiellement puissants pour fournir de l'information
aux utilisateurs et à des fins de commercialisation. Particulièrement pour les entreprises axées
sur la croissance, l'utilisation d'Internet permet potentiellement l’accès à de nouvelles
informations. Cependant, la grande majorité des entreprises situés dans les communautés rurales
pauvres ont peu ou pas accès direct à Internet, et ils n'ont souvent pas les compétences
nécessaires pour faire un usage efficace de la technologie (d’où l’importance du « knowledge
management »). Dans la mesure où ils accèderont à des ressources sur Internet, ils s'appuient
généralement sur une certaine forme de télécentre intermédiés. Bien que de nombreux
gouvernements ont cherché à fournir des informations utiles sur le Web aux petites entreprises,
notamment dans les zones rurales, beaucoup de ces initiatives ont eu un succès limité en raison
de la mauvaise accessibilité à l'Internet parmi les bénéficiaires ainsi que les compétences limitées
de faire usage de l'information (voir par exemple Wade, 2002; Madon, 2005; Ulrich, 2004).
Dans la ville de montagne de Pazos, Pérou, par exemple, un télécentre local a facilité l'accès à
l'information depuis des sources lointaines qui a été utilisé par les agriculteurs pour se renseigner
sur les méthodes de culture, les types de sol et les insectes nuisibles, etc. Ceci leur a permis de
s’approvisionner dans les meilleurs inputs, de créer un effet de serre qui a dûment produit une
bonne récolte, et il a motivé d'autres agriculteurs à suivre l’exemple (Heeks et Kanashiro, 2009:
15). Dans d'autres cas, cependant, les agriculteurs interrogés dans l'étude n'a pas fait une
utilisation efficace de l'information qu'ils ont trouvée. Certains avaient l’information trouvée sur
les grossistes de pommes de terre à qui, en théorie, ils pourraient vendre leurs récoltes. Mais ils
n'avaient pas les intrants nécessaires complémentaires (en particulier les matières premières, les
compétences et connaissances) pour produire une récolte d'une assez grande qualité pour
répondre aux exigences des grossistes.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 51
II.4.4
Utilisation des TIC dans la pêche
La pêche est un autre secteur des ressources naturelles d’un intérêt direct pour les pauvres.
Dans le sud de l'Inde, province de Kerala, sur lequel un certain nombre de pertinentes études
empiriques ont mis l'accent, plus de 1 million de personnes sont directement employées dans le
secteur piscicole (Gouvernement du Kerala, 2005). Un certain nombre de caractéristiques de
défaillances du marché d’information peuvent influer sur les pêcheurs traditionnels dans les pays
à faible revenu (Jensen, 2007).
En mer, les pêcheurs ont une connaissance limitée du prix du marché et ne peut pas identifier le
marché dans lequel ils obtiendraient un meilleur prix. En raison du coût de transport et la
périssabilité
de leurs produits, ils ne peuvent visiter qu’un marché par jour, se terminant
souvent, par la vente sur leur marché local. Ils ne disposent généralement pas d'un stockage
approprié ou d’un transport interne pour leurs produits. Par conséquent les pêcheurs ont peu de
pouvoir de négociation sur le marché.
II.4.5
L’utilisation des TIC dans la fabrication à petite échelle et des
services
Les industries de petite échelle et services englobent une large gamme de micro et petites
entreprises dans les deux zones rurales et urbaines. Les types d'activités exécutées peuvent se
rapporter à des ventes au détail, les petits fabricants, artisans, chauffeurs de taxi et de nombreux
autres services. Par conséquent, la nature précise de la chaîne de valeur diffère considérablement
entre les entreprises concernées.
Le degré de formalité varie également tout comme le besoin pour les TIC différents. Les
entreprises vont de ceux qui sont encore non connecté à aucune forme de réseau de
télécommunications à ceux qui sont déjà des utilisateurs avérés des Tics avec l'utilisation
fréquente du courrier électronique et le web, et l'utilisation des ordinateurs dans des applications
telles que pour les systèmes de comptabilité et de facturation client (Duncombe et Heeks,
2002a). La plupart des entreprises qui étaient auparavant non-utilisateurs ont pris leur premier
pas dans les TIC grâce à l'utilisation des téléphones mobiles (Aker et Mbiti, 2010).
Ce rapport de la CNUCED montre que les micro-entreprises des pays à faible revenu
adoptent rapidement la téléphonie mobile comme moyen de développer leurs activités
commerciales. Au Niger, les petits négociants en céréales profitent de coûts de transaction et de
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 52
recherche de l’information plus bas. Au Ghana et en Inde, les téléphones portables sont devenus
un outil indispensable pour les pêcheurs et les marchands de poisson, ce qui améliore l’efficacité
des marchés (théorie des marchés efficients) et les moyens de subsistance. Au Nigeria, la
téléphonie mobile a réduit les coûts de transaction des micro-entreprises du tissage dirigées par
des femmes.
En outre, les producteurs gagnent du temps et de l’argent en évitant les meilleurs prix.
Enfin, au Bangladesh, un service d’assistance téléphonique a été mis en place pour proposer des
informations et des services consultatifs aux petits exploitants agricoles qui disposent d’un
téléphone portable. En outre, de nouveaux emplois ont été crées pour répondre à la demande
locale concernant la téléphonie mobile et les applications et services correspondants. De
nombreux pauvres vendent des cartes de recharge ou des services bancaires par téléphonie
mobile dans la rue ou dans des boutiques. Ce type de travail peut généralement être effectué par
des personnes possédant peu de compétences formelles. En Gambie, par exemple, d’anciens
mendiants se sont vu offrir la possibilité de travailler pour un opérateur de téléphonie mobile, ce
qui a amélioré leurs revenus et leur statut social. Qu’en est-il du Cameroun ?
II.5
LE E-MANAGEMENT
II.5.1
Principaux "outils" et concepts de base du e -management
II.5.1.1 Les réseaux : Intranet, Extranet, Internet
Un intranet est un ensemble de services Internet (par exemple un serveur web) interne à un
réseau local, c’est-à-dire accessible uniquement à partir des postes d’un réseau local. Il utilise les
standards client-serveur de l’Internet (grâce aux protocoles TCP/IP) pour réaliser un système
d’information interne à une organisation ou une entreprise.
Un intranet repose généralement sur une architecture à trois niveaux, composée :

De « clients » (navigateur Internet généralement) qui gèrent l’interface graphique ;

D’un ou plusieurs serveurs d’application (middleware) qui manipulent les données. Un
serveur web permet d’interpréter des scripts CGI, PHP, ASP ou autres et de les traduire
en requêtes SGL afin d’interroger une base de données ;

D’un serveur de bases de données
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 53
Le principal intérêt d'un intranet est de pouvoir mettre un ensemble de documents de tous types
(textes, images, vidéos, sons, etc.) à la disposition de tous les employés. Bien entendu, il est
également possible de restreindre la consultation d'une partie de ceux-ci à certains utilisateurs, en
définissant une politique de droits d'accès en fonction de leur profil.
Ses applications concrètes sont multiples : mise à disposition d'informations sur l'entreprise ou
de documents techniques , moteur de recherche de documentations, échange de données entre
collaborateurs, gestion de projets, aide à la décision, messagerie électronique, forum de
discussion, chat en direct, visioconférence, etc.
Un intranet favorise donc la communication au sein de l'entreprise et limite les erreurs dues à la
mauvaise circulation d'une information (sous réserve que les documents mis en ligne fassent,
effectivement, l'objet d'une mise à jour régulière). Il contribue, ainsi, à la constitution d'une
véritable "mémoire de l'entreprise", centralisée et cohérente, permettant une capitalisation des
connaissances. En outre il peut faciliter la mise en place d'un travail coopératif entre les membres
du réseau (fonction de groupware10).
Un extranet est une extension du système d'information de l'entreprise à des partenaires situés
au-delà du réseau.
Bien entendu, son utilisation doit être sérieusement sécurisée dans la mesure où elle permet à des
personnes extérieures à l'entreprise d'accéder à son système d'information interne. Cet accès peut
être délivré à l'issue soit d'une authentification "simple" (authentification par nom d'utilisateur et
mot de passe) ou d'une authentification "forte" (authentification à l'aide d'un certificat).
Un extranet n'est donc ni un intranet, ni un site internet. Il s'agit d'un système supplémentaire
offrant à certains des partenaires privilégiés d'une entreprise (filiales, clients, fournisseurs, etc.)
un accès à certaines de ses ressources informatiques, par l'intermédiaire d'une interface Web.
Internet (ou net) est le réseau mondial bâti autour de routeurs employant le protocole
standard TPC/IP (Internet Protocol). Plus concrètement, il s'agit d'un réseau composé d'une
multitude de mini-réseaux d'ordinateurs, ces derniers étant identifiés par une adresse IP et
interconnectés entre eux grâce à ce protocole commun TCP qui leur permet de d'échanger des
informations.
10
On désigne par "groupware" (en français collectique) les méthodes et outils logiciels
(appelés collecticiels ou, plus rarement, synergiciels) permettant à des utilisateurs de mener un travail
en commun à travers les réseaux.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 54
Internet est composé de plusieurs sous-ensembles distincts qui représentent chacun une porte
d'accès indépendante au réseau : le World Wide Web (Web : échange de documents),
le Mail (courrier électronique), l'Usenet (Newsgroups ou forums de discussion en temps différé),
l'Internet Relay Chat (IRC ou forum de discussion en temps réel), le File Transfer
Protocol (FTP ou Transfert de fichiers), etc.
L'utilisateur utilise ces services grâce à des logiciels spécialisés, appelés "logiciel client" (client
de navigation www, client de messagerie électronique, client de téléchargement, client forums,
etc.), qui interrogent un serveur (prestataire de service en ligne) grâce à un protocole spécialisé.
II.5.1.6 Les différentes facettes du e-management
 Gestion Électronique de Document (GED) ou Gestion Électronique de l'information
et de Documents pour l'Entreprise (GEIDE)
La Gestion Électronique de Documents (GED) ou Gestion Électronique de d'Informations
et de Documents pour l'Entreprise (GEIDE) a pour fonction d'organiser et de gérer des
informations et des documents électroniques au sein d'une organisation.
À travers un ensemble d'outils et de techniques, elle permet de dématérialiser, classer, gérer et
stocker des documents à partir d'applications informatiques dans le cadre normal des activités de
l'organisation. Elle est un élément important pour le développement d'une culture apprenante
dans les organisations car elle participe aux processus de travail collaboratif, de capitalisation et
d'échanges informationnels.
Selon l'Association des professionnels de la GED (APROGED), on peut distinguer la GEIDE
administrative (classement de documents électroniques), la GEIDE bureautique (production et
partage de documents dans un groupe de travail), l'archivage numérique, la GEIDE documentaire
(indexation de ressources documentaires) et la GEIDE technique (gestion de documents
techniques au format propre à un métier).
Ce sont les applications de type classement administratif ou archivage électronique qui, grâce à
la GEIDE, connaissent les gains de productivité les plus importants et dégagent le meilleur retour
sur investissement.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 55
 Gestion de la connaissance (Knowledge Management : KM)
On appelle gestion de la connaissance (Knowledge Management : KM) les méthodes et outils
logiciels permettant d'organiser, de partager et de capitaliser les connaissances 11 de l'entreprise.
L'efficacité d'une organisation dépend fortement de la capacité de ses membres à disposer au bon
moment de la bonne information12 et à pouvoir confronter leur expertise à celle des autres
membres du groupe (concept d'intelligence collective). Or, le développement des technologies de
la communication, peut se traduire par une surinformation (pollution informationnelle) venant
noyer ou diluer les informations pertinentes. Aussi, l'objectif d'un système de gestion de la
connaissance est d'identifier, de capitaliser et de valoriser le capital intellectuel de l'entreprise en
impliquant l'ensemble du personnel.
Là encore, les NTIC peuvent offrir des solutions particulièrement performantes à chacune des 5
phases classiques de mise en place d'un système de gestion de la connaissance :
- le repérage des connaissances : veille
passive par le biais de moteur de recherche sur
le Net (recherche de l'information publique, dite "blanche") et active par l'intermédiaire des
forums spécialisés et autres communautés virtuelles (recherche de l'information protégée, dite
"grise" - ou secrète, dite "noire").
- la préservation des connaissances : bases de données, entrepôt de données, magasin de données,
etc.
- la valorisation des connaissances : programmes de traitement des données, le Forage de
données13, etc.
- la création et le partage des connaissances : réseaux (intranet, extranet et Internet)
11
] On distingue généralement les connaissances tangibles (contenues dans les bases de données de
l'entreprise ou dans des documents papiers et électroniques), des connaissances intangibles
(composées de connaissances, savoir-faire et compétences de l'ensemble du personnel : "capital
immatériel").
12
D'après une étude menée par la firme IDC en 2001 :
-les "travailleurs du savoir" passeraient de 15 % à 35 % de leur temps à rechercher de l'information ;
- 40 % des travailleurs ne parviendraient pas à trouver l'information dont ils ont besoin sur l'intranet de
leur organisation et sont donc obligés de la re-créer d'une manière ou d'une autre ;
- seulement la moitié de ceux qui recherchent de l'information sur le Web parviendraient à leurs fins.
13
Le forage de données ou extraction de la connaissance (datamining), s'appuie sur le constat qu'il
existe des informations dont le sens ou les liens sont cachés dans le gisement des données collectées et
conservées par les entreprises. L'objectif du datamining est donc de mettre en évidence des corrélations
éventuelles dans ces volumes importants de données, afin de dégager des tendances. Il utilise, pour
cela, des techniques d'intelligence artificielle (réseaux de neurones).
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 56
- l'actualisation des connaissances : systèmes de traitement automatisée des données, de diffusion
en temps réel, etc.
 Gestion de la Chaîne Logistique : GCL (Supply Chain Management : SCM)
On appelle Gestion de la Chaîne Logistique (GCL pour SCM : Supply Chain Management)
les outils et méthode visant à améliorer et automatiser l'approvisionnement en réduisant les
stocks et les délais de livraison ("Juste à Temps", "Flux tendu" etc.)
La chaîne logistique est constituée par l'ensemble des maillons relatifs à la logistique
d'approvisionnement (achats, approvisionnement, gestion des stocks, transport, manutention,
etc.). Celle-ci est appréhendée de manière globale c'est-à-dire au travers non seulement de
l'entreprise mais, également, de l'ensemble de ses fournisseurs et de leurs sous-traitants.
L'objectif poursuivi par la GCL est d'intégrer l'amont et l'aval de l'entreprise (fournisseurs et
clients) dans la chaîne globale des flux afin de réduire les coûts administratifs de traitement de la
commande et le niveau de stock, tout en améliorant le taux de service pour le consommateur
final, en assurant la traçabilité de la marchandise (suivi de son cheminement entre les différents
intervenants de la chaîne logistique).
Les logiciels de SCM peuvent être regroupés en trois grandes catégories suivant le type de
fonctions qu'ils traitent :
 Supply Chain Planning (SCP) : applications ayant pour objectif de projeter ou planifier
l'ensemble des processus de la chaîne logistique ;
 Supply Chain Execution (SCE) : applications visant à gérer l'exécution des processus de
la chaîne logistique, notamment :
 Manufacturing Execution System (MES) : gestion de la production ;
 Warehouse Management System (WMS) ou SGE (Systèmes de Gestion d'Entrepôt) :
gestion des entrepôts et des stocks ;
 Transport Management System : gestion du transport
 Order Management System (OMS) : gestion des ordres et des ventes
 Supply Chain Event Management (SCEM) et Business Intelligence : applications d'aide
au pilotage, à la simulation et au contrôle de la chaîne logistique (ce nouvel outil
supervise le réseau logistique, en reliant l'exécution à la planification et donne l'alerte en
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 57
cas de dysfonctionnement dans le processus ou déclenche des procédures de
substitution).
La mise en place d'une Gestion de la Chaîne Logistique se traduit généralement par une refonte
totale du système d'information de l'entreprise et suppose une profonde transformation de son
mode d'organisation.
 Gestion de la relation client : GRC (Customer Relationship Management : CRM)
L'intégration des nouvelles technologies dans les relations client-entreprise a contribué à un
renforcement des relations de concurrence interentreprises. En effet, grâce à celles-ci, il devient
de plus en facile au client de rechercher, trouver et adopter un nouveau fournisseur.
Dans ce contexte, les entreprises ont rapidement pris conscience qu'il était beaucoup plus
rentable de fidéliser un client existant que d'en prospecter de nouveaux et que ces mêmes
nouvelles technologies pouvaient les y aider. En effet, elles leur offrent des moyens, de plus en
plus puissants et efficaces, de cerner les besoins, goûts et attentes de chacun de leurs clients et
donc d'y répondre de manière de personnalisée.
La GRC (Gestion de la Relation Client ou CRM pour Customer Relationship Management)
vise à développer la capacité de l'entreprise à identifier, acquérir et fidéliser ses meilleurs clients
dans l'optique d'augmenter son chiffre d'affaires et ses bénéfices. Il ne s'agit donc pas, à
proprement parler, d'une application ou d'une technologie, mais plutôt d'une stratégie d'entreprise
qui place le client au cœur des systèmes d'information et d'action de l'entreprise :
 Intégration des logiciels de gestion : Enterprise Ressource Planning : ERP (PGI)
versus Enterprise Application Integration : EAI
Les Progiciels de Gestion Intégrés (PGI, en anglais Enterprise Resource Planning : ERP14),
sont des applications dont le but est de coordonner l'ensemble des activités d'une entreprise
(activités dites "verticales" telles que la production, l'approvisionnement - et "horizontales"
comme le marketing, la force de vente, la gestion des ressources humaines, etc.) autour d'un
même système d'information.
14
Le terme "ERP" trouve son origine dans le nom de la méthode MRP (Manufacturing Resource
Planning), utilisée depuis les années 70 pour la gestion et la planification de la production industrielle.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 58
Les PGI proposent généralement des outils de « Groupware et de Workflow » afin d'assurer la
transversalité et la circulation de l'information entre les différents services de l'entreprise.
L'implantation d'un PGI est un projet extrêmement lourd, requérant une intégration totale de
l'outil logiciel au sein d'une organisation et d'une structure spécifique. Il génère donc des coûts
important d'ingénierie (le logiciel représente, en général, moins de 20% du budget du projet) et
sa mise en place entraîne nécessairement des modifications importantes de l'organisation de
l'entreprise.
L'Intégration
des
Applications
de
l'Entreprise (EAI,
pour Enterprise
Application
Integration) a pour objet d'assurer l'interopérabilité et l'organisation de la circulation de
l'information entre des applications hétérogènes. Elle vise, donc, à faire communiquer les
différentes applications de l'entreprise, voire même celles des clients, des partenaires ou des
fournisseurs.
La première étape d'un projet d'EAI consiste à mettre en place une architecture dans laquelle les
différentes applications puissent communiquer entre elles. Il s'agit donc de développer des
connecteurs (middleware) permettant d'interfacer des applications utilisant des protocoles de
communication différents (généralement propriétaires).
Toutefois un projet d'EAI va au-delà de l'interopérabilité entre les applications. Dans une
deuxième étape, il passe par la définition d'un « workflow » entre les applications.
L'Intégration des Application de l'Entreprise constitue donc une alternative aux Progiciels de
gestion Intégrés dont elle se différencie par son approche plus modulaire.
N.B : notons que le logiciel est un bien d’information très important de nos jours dans la gestion
rationnelle des ressources au sein d’une entreprise et même d’un Etat.
La prise en compte des composantes de l’E-management par les entreprises camerounaises et de
son insertion efficient dans les caractéristiques des marchés permettra à améliorer la productivité
qui est d’ailleurs l’objectif principal des entreprises.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 59
II.6
LE CONCEPT D’INNOVATION TECHNOLOGIQUE FAVORABLE AU
DEVELOPPEMENT DURABLE
Avant toutes choses sachons que le développement durable c’est la gestion et l’utilisation
rationnelle des ressources par la génération présente sans toute fois qu’elle porte préjudice aux
générations futures. Parlant d’innovation et développement durable, nous voyons tout de suite
l’idée de croissance et développement dans un environnement saint.
II.6.1
Technologie et innovation
L’innovation est un processus, dans lequel les technologies constituent un élément particulier,
quoique souvent essentiel. D’une manière très générale, l’innovation peut porter sur le produit, le
procédé, l’organisation ou le marché d’une entreprise.
 L’innovation de produit concerne la conception d’un bien – matériel, équipement,
instrumentation, fournitures, produits – ou d’un service, qui est nouveau ou amélioré sur
le plan technologique.
 L’innovation de procédé a trait aux processus de production ou de distribution du bien
ou du service.

L’innovation organisationnelle désigne les changements organisationnels dans la
production de biens ou de services, de même que les comportements innovants.
 L’innovation de marché concerne la percée sur de nouveaux marchés ainsi que les
modifications des relations que l’entreprise entretient avec son environnement
(fournisseurs, concurrents, pouvoirs publics, investisseurs).
Les sources de connaissances liées à l’innovation technologique se décomposent classiquement
en quatre grands piliers :
 la recherche-développement (R&D) ;
 l’acquisition de technologies développées à l’extérieur ;
 la collaboration avec d’autres entreprises et organismes de recherche ;
 d’autres activités liées à l’augmentation des connaissances. Selon les termes figurant
dans l’inventaire permanent du potentiel scientifique belge, établi dans le cadre de
l’accord de coopération interrégional du 12/06/1994 :
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 60
« La recherche comprend les activités créatives entreprises en vue d’agrandir les connaissances
scientifiques et la compréhension scientifique. Le développement comprend également des
travaux créatifs entrepris systématiquement (structurés) en vue d’exploiter les résultats de la
recherche pour produire des matériaux et/ou des produits nouveaux ou fortement améliorés, de
même que pour développer des applications, des procédés ou des systèmes nouveaux ou
fortement améliorés. Le critère de base permettant de distinguer la R&D des autres activités liées
à l’accroissement du stock de connaissances est la présence d’un élément de nouveauté et la
volonté de trouver une solution à une certaine incertitude scientifique et technologique. Est
considéré comme nouveau ce qui l’est pour l’entreprise, à l’exclusion des connaissances
accessibles du grand public (“the state-of-the-art”). Les activités qui ne relèvent pas de cette
catégorie sont le design industriel, l’outillage, l’ingénierie industrielle, la pré-production, les tests
de normalisation ».
II.6.2
La
stimulation
de
l’innovation
technologique
favorable
au
développement durable
II.6.2.1 Les dimensions du changement technologique
Le changement technologique comprend d’une part, les investissements destinés au
développement de nouveaux procédés et de nouveaux produits, et d’autre part, la diffusion de
ces nouveaux produits et procédés auprès de leurs utilisateurs. Soete et Arundel15 suggèrent de
caractériser le changement technologique à l’aide de cinq éléments :
 Les infrastructures de communication et les canaux de circulation de l’information et la
connaissance sont indispensables pour favoriser les liaisons en boucle au sein d’une
entreprise, d’un secteur ou entre secteurs.
 Des processus cumulatifs et d’auto-renforcement se mettent en place lorsque se produit
un changement technologique. Dans l’analyse du processus d’innovation, il y a
aujourd’hui une meilleure prise en considération du temps. On observe des phénomènes
de sélection (ex. : trajectoires technologiques), mais aussi de création d’irréversibilité
(ex. : effets de verrouillage).
15
Soete L., Arundel A. (Eds.), An integrated approach to European innovation and technology
diffusion policy – A Maastricht Memorandum, European Commission, Luxembourg, 1993.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 61
 La connaissance et l’apprentissage jouent un rôle central. L’accent est aujourd’hui mis
par de nombreux auteurs, dont Foray16, sur le rôle des savoirs codifiables mais aussi
celui des savoirs tacites accumulés par l’expérience, aussi bien l’expérience directe
(learning by doing) que l’expérience des autres (learning by interacting).
 Chaque innovation présente un caractère singulier. Peu d’instruments de promotion de
l’innovation peuvent convenir en toutes circonstances. Il est raisonnable de mener de
front des politiques génériques, convenant pour un large éventail de technologies, et des
politiques plus ciblées sur certains domaines technologiques et pouvant faire l’objet
d’adaptations rapides, en fonction des circonstances.
 Le changement technologique a un caractère systémique. Il se produit des interactions
entre les connaissances publiques et les technologies privées ainsi que des transferts de
connaissances entre opérateurs de la science et de la technologie appartenant à des
activités ou des organisations différentes17.
Par ailleurs, dans une entreprise, l’innovation peut se développer selon plusieurs axes, qui
concernent toutes les dimensions de l’activité de l’entreprise (figure 1).
Figure 1 : le prisme de l’innovation totale
16
Foray D., L’économie de la connaissance, Ed. La Découverte, Paris, 2000.
Amable B., Barré R., Boyer R., Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Economica,
Paris, 1997.
17
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 62
II.6.2.2 Les défis du développement durable pour les politiques d’innovation
Le concept de développement durable est un concept-cadre, qui cristallise trois questions : la
question écologique, la question de la solidarité (entre les générations actuelles et futures et entre
le Nord et le Sud) et la question des modes de production, de consommation et de régulation.
Par rapport à ces trois questions, l’innovation technologique n’est pas neutre, puisqu’elle peut
aggraver les problèmes ou au contraire contribuer à les résoudre. Le commun dénominateur de
ces problèmes est l’incertitude qui les entoure.
Les défis que pose le développement durable aux mécanismes collectifs d’encadrement de
l’innovation sont multiples. Nous avons caractérisé six principaux défis :
1- Pour pallier la défaillance des marchés en ce qui concerne les technologies favorables au
développement durable, il faut recourir à divers mécanismes permettant de combler l’écart entre
leur rendement privé et leur rendement social auprès des générations actuelles et futures. Des
mécanismes de soutien à la demande de technologies, ainsi que de subvention de la recherche
fondamentale et de la recherche technologique de base, peuvent être utilement déployés.
2- Soutenir la diffusion de technologies propres et sobres signifie aussi favoriser la diffusion des
informations et connaissances les concernant. Ce soutien peut revêtir différentes formes :
lancement de programmes de démonstration ou de certification, appui au transfert de
technologies, guidance technologique.
3- Afin de promouvoir la diversité technologique, le soutien public à la recherche fondamentale
peut être justifié comme un investissement, permettant la reconfiguration et le renouvellement de
réseaux technico-économiques18. Le maintien de la diversité permet d’éviter les verrouillages
autour de technologies présentant des risques pour les écosystèmes ou pour les générations
futures.
4- Afin de renforcer les capacités d’innovation dans le long terme, il est nécessaire de
comprendre comment les compétences se codifient au sein des entreprises, comment elles se
renouvellent et comment elles peuvent être gérées pour faire face au long terme. Dans une
optique de long terme, il convient aussi de procéder à des exercices de prospective stratégique,
18
Caracostas P. et Muldur U., La science, ultime frontière. Une vision européenne des politiques de
recherche et d’innovation pour le XXI° siècle, EUR 17655, Office des publications officielles des
Communautés européennes, Luxembourg, 1997.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 63
en s’interrogeant sur les enjeux économiques du développement de telle ou telle technologie, sur
l’acceptabilité sociale et culturelle de celle-ci, sur son potentiel de diffusion locale. De plus, une
attention particulière doit être apportée aux PME pour leur permettre de s’orienter vers le long
terme.
5- Si on veut mettre l’accent sur l’appropriation des technologies par les utilisateurs et par la
société, il faut prévoir des modalités de mise en cohérence des acteurs, par des expérimentations
sur site19.
6- L’encouragement de la participation citoyenne peut être mené sur divers plans : lors de la
construction de scénarios prospectifs, pour la détection avancée de risques, pour l’évaluation
socio-économique des choix technologiques, et enfin pour la conception et l’expérimentation de
produits ou procédés à composante technologique.
En ce qui concerne notre étude, les NTIC/TIC qui constituent aujourd’hui l’innovation
technologique la plus actuelle s’est déjà illustré positivement par les chiffres de croissance qui
sont enregistrés dans certains pays, quoique les statistiques ne soient pas évidentes à obtenir
compte-tenu de la nature même de la technologie et de son utilisation. Néanmoins, l’on aimerait
croire que ce sera un processus à long terme et qu’il ne deviendra pas obsolète avec le temps.
L’on souhaite davantage son développement d’autant plus qu’il n’est pas préjudiciable à
l’environnement.
19
Rip A., “Introduction of new technology : making use of recent insights from sociology and
economics of technology”, Technology Analysis and Management, vol. 7, n°4, 1995.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 64
CHAPITRE TROISIEME
METHODOLOGIE
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 65
Chapitre 3 Méthodologie
Dans ce chapitre, nous allons présenter la recherche terrain menée autour de notre
problématique du marché d’informations et le E-commerce au Cameroun. Quels sont les grands
axes de notre étude ? Que cherche-t-on à vérifier ? Tels sont quelques questions basiques mais
nécessaire afin de clarifier nos recherches et de concevoir un outil d'étude pertinent. Ainsi, nous
expliquerons notre choix portant pour une étude synthétique, la méthode de collecte de données,
la base de données de l’étude, la validité et la fiabilité des données, ainsi que l’originalité te les
limites.
III.1
L’APPROCHE OU L’ASPECT METHODOLOGIQUE DE
L’ETUDE.
L’objet de cette étude est de constituer un état des lieux du marché d’information et du Ecommerce ou commerce électronique au Cameroun. En 2000 une étude de ce genre a été menée
par un jeune étudiant de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC) sous le thème « le
commerce électronique au Cameroun : Etats des lieux, Enjeux et Perspectives ».
Dans la continuité de ce qu’il a commencé, nous allons ajouter à cette étude la notion de marché
d’information et réactualiser la position du Cameroun et de ses consommateurs comme ses
producteurs par rapport au E-commerce d’autant plus qu’il s’est écoulé 11 ans depuis cette étude.
La preuve en est qu’il n’existait pas encore à l’époque une loi sur les communications
électroniques et la « cyber criminalité » au Cameroun.
Comme il a été dit dans le chapitre premier de notre étude, la méthode choisie est la méthode
synthétique : Elle procède par réunion et composition des éléments.
On passe des éléments constitutifs à l’ensemble qui les regroupe. On passe du simple au
composé, c’est-à-dire des éléments constitutifs d’un ensemble au tout qui les réunit. Elle procède
par association ou combinaison des idées et des concepts. Cela signifie que le chercheur qui
recourt à cette méthode doit commencer par rassembler les éléments de connaissance concernant
un objet d’étude pour en présenter un ensemble structuré et cohérent, visant à donner une « vue
d’ensemble » du sujet.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 66
A cet effet la revue de la littérature est composée d’éléments constitutifs pour mieux
comprendre le sujet qui nous présente de nouveaux outils ou d’informations à prendre en
considération dans nos économies actuelles pour mieux gérer ses acquis, ses avoirs, pour mieux
gérer en considérant les nouveaux changements dus à l’introduction des NTIC et de l’Internet.
III.1.1
Processus d’échantillonnage
Pour décrire le processus d'échantillonnage, nous allons définir tout d'abord le plan
d'échantillonnage et par la suite nous proposerons la méthode d'échantillonnage.
III.1.1.1 Plan d’échantillonnage
Nous avons besoin, dans le cadre de notre recherche, d'internautes, tout âge confondu. Par
conséquent, notre population mère est constituée de l'ensemble des internautes camerounais.
Donc les fonctionnaires, enseignants et étudiants, ainsi que d’entreprises qui disposent de sites
internet ou qui envisagent d’en avoir un.
A cet effet nous aurons voulu avoir deux échantillons ; un échantillon représentant les
individus de la société, tels que les étudiants, les fonctionnaires et les enseignants pour ne citer
que ceux là. Mais également un échantillon représentant les entreprises camerounaises les plus
en vue, et qui souhaitent à l’avenir se développer davantage en s’arrimant aux NTIC tel Internet
et autres.
III.1.1.2 Méthode d’échantillonnage
La méthode qu'on a utilisée pour le choix de l'échantillon est la méthode non probabiliste ou
par choix raisonné. Ces méthodes reposent fondamentalement sur le jugement et permettent de
choisir les éléments de l'échantillon de manière précise.
On a choisi plus précisément la méthode de convenance. Elle nous a semblé la méthode la plus
appropriée dans notre recherche, étant donné les moyens d'analyse dont on dispose pour la faire.
III.1.1.3 Taille de l’échantillon
La taille choisie pour notre échantillon est de 31 individus, mais les enseignants n’y sont pas
représentés à cause de leur volatilité d’où l’impossibilité de leur faire répondre à notre
questionnaire ainsi que les fonctionnaires qui ne sont également pas facile à retenir pour
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 67
répondre à un questionnaire. Ce nombre qui est assez restreint peut être justifié par le problème
de manque de temps auquel nous avons été confrontés.
III.1.1.4 Description de l’échantillon 20
Notre échantillon était constitué en sa totalité par des internautes, tout âge confondu. L'âge
variait par conséquent entre 19 et 40 ans. Pour ce qui est de la variable "genre", notre échantillon
était constitué par 48.4% de femmes et par 51.6% d'hommes dont 81.6% sont des étudiants,
9.7% des ouvriers, 3.2% de professeur, 3.2% de cadre supérieur, 3.2% de fonction libérale.
III.2
METHODE DE COLLECTE DES DONNEES
Etant donné que notre travail est une étude à grande échelle, étant donné qu’elle concerne la
majorité des internautes camerounais et par-dessus tout qu’il s’agisse d’une évaluation de
l’ensemble de la population camerounaise et de son degré de relation avec les NTIC et le Ecommerce, nous avons opté pour l’utilisation de données primaires et secondaires. En ce qui
concerne les données primaires, nous avons établi un questionnaire et fait certaines interviews.
Le questionnaire est un outil de collecte de données très efficace qui est le plus souvent utilisé
dans ce genre d’étude ; dans la mesure où l’on cherche à évaluer, mesurer, analyser, l’impact de
certaines variables ou observations sur les autres de manière à tirer des conclusions fiables. Il
sera d’un très grand apport dans la présente étude.
Pour ce qui sont des données secondaires, nous allons utiliser les données déjà traitées comme
celles de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) ; celles de l’ANTIC (Agence
Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication) ; celles de la Banque
mondiale sur le Cameroun, certains articles, les informations collectées sur le net et un mémoire
rédigé en 2000 sur le commerce électronique au Cameroun…
L’ensemble des éléments constitutifs des ressources secondaires sont généralement valide et
fiable à environ 80%. C’est la raison pour laquelle elles seront très importantes pour notre
présente étude. Dans la mesure où elles sont constitués de tout ce qu’on cité ci-dessus.
20
Voir annexe N°2
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 68
III.3
BASE DE DONNEES DE L’ETUDE
III.3.1
Données primaires
L’établissement des différents questionnaires s’est fait dans le cadre du développement du
commerce électronique au Cameroun, en
invitant les uns et les autres à répondre à ces
questionnaires en les remerciant d'avance pour leur coopération. Le questionnaire individuel a
été administré par une enquête en face-à-face et pour le questionnaire d’entreprise, il a été
administré par voie électronique (e-mail).
L’évolution de la société actuelle se fait de plus en plus par les NTIC d’où le concept de
société de l’information. Ainsi, les différents questionnaires ont été structurés tels que suit :
 Concernant le questionnaire individuel, il est de type papier-crayon, la plupart des
questions sont de type fermés (sous forme de cases à cocher). Cette enquête a été
administrée par un enquêteur en face-à-face en se déplaçant sur divers lieux, tels que les
facultés, les cités universitaires et autres.
Le détail du questionnaire21 se présente comme suit :
Q1 : Etes-vous internaute ? Oui Non
A travers cette question (qui constitue une question filtre), on peut distinguer si l'interviewé
correspond à notre cible ou non, c'est-à-dire s'il répond oui, c'est qu'il est internaute, on continue
donc l'interview, dans le cas échéant on arrête le questionnaire.
Q2 et Q3 sont des questions qui nous renseignent sur la fonction de l’interviewé ainsi que de son
âge, dans le but de mieux canaliser notre étude. Pour le cas d’espèce elle sera composé en grande
partie des étudiant, d’autant plus que c’est la population qui grandit avec l’internet, et qui est
susceptible à l’avenir de s’investir dans le E-commerce. C’est la population la plus ouverte aux
changements socio qui s’opèrent au travers de la technologie.
Q4, Q5, Q6, Q7, Q8, Q9, Q10, Q11, Q17, Q18, Q19
s’intéresse plus précisément aux
caractéristiques de l’information. Elles mesurent le degré de connaissance de la population
21
Voir annexe N°1
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 69
étudiée quant à l’information, et à tout ce qu’on retrouve tout autour. Les informations recueillies
par ces questions constituent également
les caractéristiques ce que l’on appelle « société
d’information ». Elles nous permettront d’évaluer le marché d’information camerounais et de ce
fait l’infrastructure en NTIC.
Q12, Q13, Q14, font également partir des questions de type générales comme Q2 et Q3, et nous
permettent de situer les individus de la population étudiée, ainsi que de les classifier par rapport
au genre et au statut financier pouvant être un facteur important dans l’accessibilité et à
l’utilisation du E-commerce.
Q20, Q21, Q22 sont des questions portant sur la notoriété du concept « commerce
électronique » chez les internautes camerounais. Ces questions nous permettront en fait de savoir
ce que les interviewés savent à propos du e-commerce et de distinguer ceux qui n'en savent rien
de ceux qui ont des connaissances approfondies. Elles nous permettront également d’avoir une
vue globale de la question pour ce qui est de l’internaute camerounais.
Q23, Q24 sont des questions qui évaluent la prédisposition de l’internaute à pratiquer le Ecommerce ; c’est-à-dire qui renseigne l’enquêteur sur les moyens de paiement basic que peuvent
utiliser tout internaute au Cameroun.
Q25, Q26, Q27 sont des questions portant sur l'expérience de l'interviewé avec le commerce
électronique. Elles permettent en fait de déterminer ceux qui ont eu déjà recours au commerce
électronique, le type d'opération auquel ils ont eu recours, et leur perception de la qualité du
service qui leur a été fourni.
Q28 : C'est une question aux choix multiples qui a pour vocation de déterminer les différentes
raisons du recours au commerce électronique.
Q29 : C’est une question qui permet à l’interviewé de donner son avis sur le type de paiement
qu’il aimerait utiliser en cas d’utilisation du E-commerce.
Q30 (a et b) : ce sont des questions administrées en vue de déterminer la perception des
interviewés de la situation du e-commerce au Cameroun, et les facteurs qu'ils jugent être à
l'origine du retard du développement de ce type de commerce au Cameroun. Dans la question
30-(a) nous avons utilisé l'échelle de Lickert (Tout à fait d'accord jusqu'à Pas du tout d'accord), la
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 70
question 30-(b) est une question à choix multiples dont la vocation est de renseigner sur les
différents freins au développement du e-commerce au Cameroun.
Ces questions vont nous permettre de répondre à notre problématique.
Q31 est une question ouverte qui donne la possibilité à l’interviewé de donner son avis sur les
actions à mener pour le développement de ce type de commerce au Cameroun.
 Concernant le formulaire d’entreprise22, ou questionnaire d’entreprise, il est composé de
17 questions :
Q1 renseigne sur les coordonnées de l’entreprise qui répond au questionnaire ;
Q2 renseigne sur le secteur d’activité de l’entreprise en question ;
Q3 nous renseigne sur l’effectif des employés travaillant dans la dite entreprise ;
Q4 elle nous renseigne sur le niveau d’utilisation de l’outil informatique dans l’entreprise ;
Q5, Q6 et Q7 sont des questions qui nous renseignent sur la connectivité de l’entreprise à
internet, le type d’abonnement, la nature de l’utilisation de cette connexion et la disponibilité
d’un site web et son hébergement.
Q8, Q9, Q10 et Q11 sont des questions qui évaluent le niveau de rapprochement de l’entreprise
avec le E-commerce ;
Q12 renseigne sur le point de vue de l’entreprise quant à la définition du E-commerce ;
Q13, Q14 et Q15 nous apportent des informations sur les avantages du e-commerce et les freins
qui peuvent empêcher son développement au sein de l’entreprise, du point de vue de la dite
entreprise ;
Q16 recueille les avis quant aux attentes en matière de promotion du E-commerce par l’Etat
camerounais.
22
Voir annexe N°1
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 71
 Concernant les interviews elles ont été menées directement lors des enquêtes en face-àface avec les différents internautes à qui étaient demandé de répondre au questionnaire
 Pour ce qui est des observations, nous les faisons presque tous les jours en suivant
l’actualité des NTIC, en étant soit même à l’écoute des différents changements qui
s’opèrent dans la structure informationnelle camerounaise ; de plus l’on ne peut passer
outre les différends débats et discussions qui ont cours de vie dans les campus
universitaires ; nous observons également l’évolution des réseaux socio tel facebook,
twitter et autres. A l’avenir cela pourrait se transformer et devenir un important marché
électronique peer to peer ou alors B2B.
NB : tous ces différents questionnaires ont été produits en anglais et en français.
III.3.2
Données secondaires
De nombreux articles ont été rédigés sur les NTIC ainsi que leur importance dans le
développement actuel de certains pays. Alors nos données secondaires sont constitués des
résultats d’enquêtes de certains organismes tels que l’UIT23, l’ANTIC24, la banque mondiale, etc.
pour ne citer que ceux-là.
 S’agissant des livres et autres documents ;
L’on peut citer le rapport 2010 des nations unies sur l’économie de l’information : TIC,
entreprises et lutte contre la pauvreté ;
L’on peut également citer la récente loi camerounaise sur les communications électronique et la
cybercriminalité ; le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi ; le document intitulé
« Usage et bonnes pratiques des technologies et des documents de communication dans
l’enseignement à distance et l’apprentissage libre » ;
 S’agissant des données internet, nous pouvons recueillir les données des sites tels
que :
www.nodiscameroun.com ; www.kongossalive.com ; www.cameroonshopping.com;
www.nino.akopo.com; www.gugocom.net; www.camerounboutique.com;
www.eshopcamer.com; www.ecameroun.cm; www.cmclick.com; www.cameroun.cm;
23
24
Union Internationale des Télécommunications
L’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 72
www.camnet.cm; www.ethnik.org; www.internetworldstats.com; www.statisticscameroun.org; www.spm.gov.cm; www.budde.com.au; www.asafe.org;
www.toutcameroun.com;etc.
III.4
VALIDITE DES DONNÉES
La validité dans la recherche est de savoir si l’on est proche de la vérité. C’est de présenter
les données tout en se rassurant de l’absence maximale de biais pouvant fausser les résultats de
l’enquête et de l’étude qui est entrain d’être menées.
La validité présente trois exigences à savoir :
 La validité interne
 La validité externe
 La validité de construit/concept
S’agissant de la validité interne, c’est d’identifier la cause et l’effet, c’est-à-dire les variations
de la variable à expliquer sont causées uniquement par les variables explicatives.
X
A
B
Ou
A
B
Selon John Stuart Mill (1806-1873), trois critères permettent d’inférer la causalité :
i. La covariation,
• Cause et effet sont corrélés, dans notre étude nous pouvons constater que la cause est le
développement des TIC qui entraînent tout nécessairement la société classique vers une société
de l’information ou tout devient de plus en plus numériser et électronique d’où l’essor du Ecommerce.
ii. La précédence temporelle
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 73
• La cause précède l’effet, les effets qu’ont les TIC et les NTIC aujourd’hui sur les structures
économiques sont palpables.
iii. L’élimination d’explications alternatives.
• Pas de troisième variable ; l’essor du E-commerce est issue des TIC tel que l’internet et la
téléphonie. On ne peut lui trouver une autre explication.
Notons tout de même qu’il existe huit biais limitant la causalité. Observons le tableau ci-dessous.
Tableau N° 1 biais à éviter pour une bonne validité des données.
Type
Comment l’éviter
Origine
Des évènements extérieurs à l’étude fausse le
•
Réduire
résultat (promotions et offres TIC gratuites)
d’étude
la
période
Effet d’histoire
• Examen critique de la
période d’étude
Effet de maturation
Les individus ont changé pendant l’étude
•
(passant d’un environnement à l’autre/
d’étude
passant d’un statut social à l’autre : plus
meilleur ou moins meilleur)
•
Réduire
Examen
la
période
critique
des
individus
Effet de test (pour une étude
longitudinale/ par panel)
Les réponses au deuxième questionnaire sont
• Ne pas questionner deux
affectées par le fait d’avoir déjà répondu
fois les mêmes individus
(mémoire)
(?)
• Éviter la mémorisation ?
Effet d’instrumentation
Les questions utilisées pour recueillir les
•
données
questionnaire par un expert
sont
mal
formulées
(mots
compliqués)
faire
valider
le
• protocole normalisé
• Méthode de la pensée à
voix haute…
Présélection des individus sur la base de
Effet de régression statistique
caractère extrêmes (les participants avec les
plus mauvais résultats à un test sont inclus
• Revoir la constitution de
l’échantillon
dans un programme de formation, ils
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 74
réussissent au prochain test peu importe le
programme, … parce que les probabilités
d'obtenir d'aussi mauvais résultats deux fois
sont faibles)
Effet de sélection
L’échantillon n’est pas représentatif de la
• Attention au plan de
population pertinente (les enquêteurs sont
collecte !
actifs la journée, mais plus après 20h… les
internautes qui travaillent tard sont oubliées)
Des sujets disparaissent en cours d’étude (des
•
Effet de mortalité expérimentale
participants abandonnent l’étude. Ceux qui
perdus
(pour une étude longitudinale/ par
agissent ainsi peuvent être différents de ceux
panel)
qui restent)
Remplacer
les
sujets
• Optimiser les moyens de
garder le contact.
Un individu interrogé apprend à l’avance par
les autres l’objet de l’étude ou les réponses
Effet de contamination
attendues
• Mener l’étude rapidement
• Cacher son objectif
•
Prévenir
la
communication entre sujets
S’agissant de la validité externe, les résultats sont-ils généralisables ?
« Overfit » : en recherche inductive, on construit une théorie à partir de donnée et le modèle
construit colle tellement à ces données qu’il ne représente plus le phénomène qu’on voulait
étudier au départ mais uniquement les données. Néanmoins, notre recherche est synthétique.
Une faible validité externe signifie que l’on ne peut pas généraliser, mais la recherche peut tout
de même être intéressante.
Pour ce qui est de la validité de construit/concept ; il s’agit de bien mesurer ce que l’on veut
mesurer. Les recherches en sciences humaines portent sur des concepts abstraits non toujours
directement observables (le changement, l’autonomie, l’information, les savoirs-être...). Les
théories étudiées reposent sur ces concepts, souvent polysémiques et difficiles à définir. C’est la
raison pour laquelle ici, il faut faire la liaison entre information et E-business ou Emanagement…
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 75
III.5
ORIGINALITE ET LIMITES
Notre étude rassemble un certains nombre d’éléments explicatifs qui forment un tout
cohérent dans la compréhension et le développement des idées émises dès le départ dans le but
de pouvoir résoudre le problème que l’on s’est posé à savoir, « Le Cameroun à l’heure actuelle
au regard de toute l’évolution constaté dans le monde du commerce dispose t-il d’un réel
marché d’information pouvant fixer les bases du développement de son e-commerce ? » ou
encore, le Cameroun dispose-t-il des infrastructures nécessaire, ou alors de la logistique adéquate
pour que l’on puisse enfin parler d’E-commerce ou d’essor du E-commerce. L’originalité de
notre étude repose également sur la pertinence du thème sur lequel porte l’étude et de par son
actualité. C’est l’un des thèmes les plus actuels et qui lorsqu’il est étudié éléments par éléments,
fait couler beaucoup d’encre.
Partout dans le monde de nos jours, l’on parle de NTIC/TIC et croissance économique,
impact des NTIC/TIC dans la performance des entreprises, l’E-économie, etc.
Comme limites, nous avons rencontrés des problèmes lors de l’enquête sur le terrain. Dû
notamment à l’indisponibilité de certains individus nécessaire pour notre enquête dont les
enseignants du supérieur, les fonctionnaires et même les chefs d’entreprises.
Pour ces derniers, un questionnaire particulier propre aux entreprises surtout celles qui sont
membres du GICAM25 leur a été envoyé par mails à leur différentes adresses électroniques (boîte
e-mail). Elles étaient au nombre de 250. Leur réponse nous auraient beaucoup aidé dans notre
étude et nous aurait permit d’avoir des résultats plus généralisés sur la situation du E-commerce
au Cameroun. Nous avons également manqué de temps pour mener une étude encore plus
approfondi dans le but d’éliminer au maximum tous les biais possible sur les résultats obtenus.
Nous pouvons également noter comme limite que le logiciel SPSS 17.0 que nous utilisons est en
anglais d’où la difficulté le plus souvent de lecture et d’interprétation de certaines données.
25
Groupement Inter Patronal du Cameroun
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 76
III.6
RECAPITULATIF
L’objet de notre est d’étudier l’impact de la société d’information sur le développement du
E-commerce ou encore les préalables à l’adoption d’un nouveau mode d’opération dans la
structure économiques camerounaise.
Pour ce faire nous avons optés pour une méthode de recherche synthétique qui nous a permit de
rassembler un certains nombre d’informations entrant dans l’explication du concept majeur de
notre étude à savoir le « E-commerce ». Il est d’autant plus à relever que l’élaboration de ce
travail n’a pas été sans difficultés. Néanmoins nous avons travaillé suivant le plan suivant :
 la définition de l'objectif de l'enquête;
 la conception de la structure du questionnaire et des types de questions;
 la validation définitive du questionnaire;
 l'administration de l'enquête et la collecte des informations;
 la codification des variables;
 la saisie des données sur le logiciel d'analyse des données (SPSS 17.);
 l'analyse et l'interprétation des résultats;
 les conclusions et recommandations.
Pour comprendre et analyser le comportement du consommateur nous avons jugé nécessaire
de détecter l'environnement habituel des enquêtés pour savoir la fréquence d'utilisation d'Internet
ainsi que leurs connaissances et leurs expériences sur le commerce électronique en
vue
d'identifier
les
obstacles
qui
limitent
l'activité
de
la
cyberconsommation.
Cette enquête couvre une vingtaine de questions classées selon six rubriques :
 Informations sur l'enquêté (informations sociodémographiques et socioprofessionnelles).
 Connectivité à Internet,
 Connaissances générales sur le commerce électronique (les projets existants, les moyens
de paiements).
 Habitudes et expériences de l'enquêté avec le commerce électronique.
 Perspectives futures du comportement de l'enquêté vis-à-vis du commerce électronique.
 Obstacles au développement du commerce électronique en Tunisie.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 77
Le traitement des données recueillies sur le terrain se fera à l’aide du logiciel informatique de
traitement de données statistiques SPSS 17.026. Nous aurons également à faire de la régression
de certaines variables par rapport aux autres ; étudier la corrélation entre elles ; et même faire des
tests de Chi deux sur certaines variables, ainsi que des tests de Fisher pour évaluer la
significativité des modèles de régression que nous allons construire.
Dans un test de Chi deux ;
• Si le khi-carré calculé est inférieur au khi-carré théorique : indépendance
• Si le khi-carré calculé est supérieur au khi-carré théorique : dépendance
Dans un test de Fisher,
Idée : La régression est globalement significative si la SCE (la variabilité expliquée) est
significativement différente de 0.
Sous H0, F∗ → Fk,T−k−1.
Règle de décision : Si F∗ > Fαk,T−k−1 : on rejette H0 ; la régression est globalement
significative
Si F∗ ≤ Fαk,T−k−1 : on accepte H0 ; la régression est globalement non significative.
Les tests de « student » sont également nécessaires pour tester le pouvoir explicatif d’une
variable explicative par rapport à la variable à expliquer. Ainsi :
Sous H0 : tc
tlu où tc représente la statistique de « student » calculé sur l’échantillon, et
tlu représente la statistique de « student » lu sur la table27. La règle de décision est la même que
celle de Fisher.
26
27
« Statistical Package for Social Sciences » est un outil d'analyse statistique sous Windows
Toutes les tables sont disponibles en annexe N°4
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 78
CHAPITRE QUATRIEME
PRESENTATION, ANALYSE
ET INTERPRETATION DES
DONNEES
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 79
Chapitre 4 Présentation des Résultats et
Interprétation
Dans ce qui suit, nous allons procéder à l'analyse des réponses recueillies en ayant
recours au logiciel SPSS, qui nous a permis de traiter les données à travers les tris à plats qui
permettent de calculer des fréquences pour chaque question.
De ce fait, tous les tableaux et diagrammes qui vont être présentés, ne sont que le résultat du
traitement effectué par le logiciel SPSS 17.0.
IV.1
PRESENTATION DES RESULTATS
Nous allons tout d’abord commencer par les résultats d’ordre général venant du
questionnaire d’enquête, suivie de ceux concernant les outils d’informations ; l’Internet et le Ecommerce ; les obstacles et les freins liées au E-commerce au Cameroun.
IV.1.1
Résultats d’ordre général
Graphiques N°2 et 3 (genre de l’internaute et âge de l’internaute)
Nous pouvons constater à partir des diagrammes ci-dessus que 48.39% des enquêtés sont
des femmes et que 51.61% sont des hommes. Parmi lesquels, hommes comme femmes, 3,23%
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 80
ont moins de 20 ans, 58,06% ont un âge compris entre 20 et 30 ans, 35,48% ont un âge compris
entre 30 et 40 ans et 3,23% ont plus de 40 ans.
Graphiques N°4 et 5 (métier de l’enquêté et revenu de l’enquêté)
Les deux graphiques ci-dessus, nous font part du métier et du revenu des enquêtés. Nous
avons pu constater que, 80,65% sont des étudiants, 9,58% sont des ouvriers ou employés, 3,27%
sont des professeurs, 3,27% sont des cadres supérieurs et 3,27% exercent une fonction libérale.
De plus parmi les enquêtés, 37,93% affirment avoir moins de 100,000 F CFA comme revenu
annuel, 17, 24% affirment avoir un revenu annuel compris entre 100,000 et 300,000 F CFA,
34,48% affirment avoir un revenu annuel compris entre 300,000 et 600,000 F CFA, 3,45%
affirment avoir un revenu annuel compris entre 600,000 et 1,000,000 F CFA et 6,90% affirment
avoir un revenu annuel de plus d’1,000,000 F CFA.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 81
IV.1.2
Résultats portant sur les moyens d’information
Graphiques N°6 et 7 (types de moyens d’information et nombre de moyens d’information connu)
La vue des graphiques ci-dessus nous présentent clairement le nombre de moyens
d’information connu et les types de moyens d’informations connu par les enquêtés. Pour ainsi
dire nous avons 3,33% qui ne connaissent que 2 (dont l’ordinateur et l’internet), 13,33% ne
connaissent que 3 (dont la presse, l’internet, les livres ou la radio, la télévision et l’internet),
33,33% ne connaissent que 4 (dont la radio, la télévision, l’internet, la presse), 50% d’enquêtés
ne connaissent que 5 (dont le téléphone, la radio, la télévision, l’internet, la presse et même plus,
le fax et les livres) comme moyens d’information.
Graphique N°8 (nombre de supports numériques en
connaissance)
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 82
Le graphique ci-dessus, représente le nombre de supports numériques connu. C’est-à-dire
que, 60% des enquêtés connaissent et utilisent les CD, DVD, Clé USB, Cartes mémoires et
Disque dur externe ; 26,67% les CD, DVD et Clé USB et 13,33% uniquement la Clé USB.
Graphiques N°9 et 10 (nombre d’enquêtés ayant un ordinateur et disposant d’un compte email)
Ci-dessus nous avons les graphiques représentant le nombre d’enquêtés ayant un
ordinateur dans l’un des trois lieux proposés et le nombre d’enquêtés disposant d’un compte
Email. Ainsi, 7,69% disposent d’un ordinateur au travail, 7,69% A l’université, 57,69% A la
maison, 3,85% Au travail, A l’université et A la maison, 11,54% A l’université et A la maison, et
11,54% Au travail et A la maison. De plus, 12,90% ne disposent pas d’un compte Email, alors
que 87,10% en dispose.
IV.1.3
Résultats portant sur l’Internet et le E -commerce
Graphiques N°11 et 12 (nombre d’enquêtés connecté à Internet et degré d’utilisation d’internet)
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 83
Les deux graphiques ci-dessus nous présentent le nombre d’enquêtés connectés à internet
ainsi que le degré d’utilisation d’internet. Ainsi, 11,11% sont connecté au travail, 22,22% sont
connectés à l’université, 33,33% sont connectés à la maison, 5,56% sont connectés au travail, à
l’université et à la maison ; 16,67% sont connectés à l’université et à la maison ; 11,11% sont
connectés au travail et à la maison. De tous ceux-là, 23,33% utilisent rarement ou
occasionnellement Internet, 20% utilisent Internet moins d’une fois par semaine, 26,67%
utilisent Internet régulièrement, 13,33% utilisent Internet au moins une fois par semaine et
16,67% utilisent Internet tous les jours ou presque.
Graphiques N°13 et 14
Pour ce qui est de la connaissance des sites de commerce électronique et de leur lieu de
connaissance chez les enquêtés, nous diront que : 48,39% ne connaissent pas des sites de
commerce électronique tandis que 51,61% en connaissent. 3,33% ont entendu parler du Ecommerce par les médias, à l’université, sur internet et par les collègues ; 30% en ont entendu
parler par les médias (télévision, radio) ; 10% à l’université ; 23,33% sur Internet ; 3,33% par des
amis ou des collègues ; 13,33% n’ont jamais entendu parler ; 6,67% par les médias et l’Internet ;
3,33% par les médias et les amis ; et 6,67% à l’université et sur Internet.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 84
Graphiques N°15 et 16
Pour ce qui est de la situation du E-commerce au Cameroun et de l’utilisation de la carte
bancaire, nous avons pu constater que : 48% pensent que la situation est prometteuse et 52%
pensent que la situation est plutôt peu satisfaisante. De plus juste 3,23% utilisent la carte
bancaire et 96,77% n’en utilisent pas ; on pourrait certainement dire que c’est parce que notre
échantillon est en grande majorité composé d’étudiants.
Graphiques N°17 et 18
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 85
Les graphiques ci-dessus nous présentent les différents pourcentages d’utilisateurs de MTN
mobile transfert ainsi que des sites de commerce électronique. Ainsi, 80,65% n’ont jamais utilisé
MTN mobile transfert tandis que 19,35% l’ont déjà fait ;
87,10% n’ont jamais utilisé des sites de commerce électronique, tandis que 12,90% l’ont déjà
fait.
Graphique N°19 (moyens de paiement en cas d’utilisation du E-commerce)
Ce graphique ci-dessus représente les pourcentages d’utilisation d’un type de
paiement si à l’avenir l’enquêté optait pour l’utilisation du E-commerce. Ainsi, 44,83%
d’enquêtés aimeraient à l’avenir utiliser une carte bancaire ; 6,90% aimeraient utiliser un
intermédiaire ; 20,69% aimeraient utiliser la monnaie numérique ; 3,45% aimeraient utiliser une
carte puce ; 10,34% n’aimeraient pas recourir au paiement électronique ; et 13,79% n’ont aucune
idée ou ne connaissent pas ces types de paiement.
IV.1.4
Obstacles au développement du E-commerce
Graphique N°20 (obstacles au développement du E-commerce)
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 86
S’agissant des obstacles au développement du E-commerce, 62,50% seraient tout à fait
d’accord du fait qu’il y ait des obstacles au E-commerce au Cameroun, 25% seraient d’accord et
12,50% seraient moyennement d’accord.
S’agissant des résultats d’ordre secondaires, ils ont été collectés dans le site internet de
l’ANTIC et www.internetworldstats.com. Ils seront présentés et interprétés directement dans la
partie interprétation des résultats.
IV.2
INTERPRETATION DES RESULTATS
Dans un premier temps, rappelons tout d’abord que, les enquêtés sont beaucoup plus
composés d’étudiants, pour la simple raison que c’est la population qui est plus proche de ce
qu’on appelle E-commerce, dans la mesure où elle est en grande majorité composé d’internaute
compte-tenu des études universitaires qui demandent un certains nombre de recherches. De plus
rappelons également que nous n’avons pas pu recueillir les informations sur les entreprises les
plus importantes pour donner davantage du poids à notre étude. Néanmoins, retenons que :
Les hommes et les femmes qui ont été interrogés sont en nombre presque équivalent, pour
pouvoir évaluer également l’impact de la notion de genre dans l’étude. Gardons toujours en idée
que nous cherchons à savoir si le Cameroun à l’heure actuelle dispose d’un assez bon marché
d’information pour fixer définitivement les bases de son E-commerce ?
Lorsqu’on parle de marché d’information, c’est le caractère social des différents moyens de
communications et d’informations nécessaires pour la mise en place d’un bon système
informationnel qui pourra être aussi bien bénéfique pour les producteur, à tous les niveau de
production bien sûr que pour les consommateur de ces biens. Tout ceci participe également à la
sensibilisation du public à propos du E-commerce dans son ensemble par tous les différents
moyens d’informations et leurs différents outils. Parmi les résultats de l’enquête menés28,
44,44% pensent que l’un des obstacles est l’absence de sensibilisation et nous savons qu’il passe
également par tous ces moyens d’information pour attirer l’intérêt du public. De plus, pour
44,44% encore, c’est un problème d’immaturité de l’internaute Camerounais ; là encore nous
pouvons dire que la maturité vient du degré de culture que l’on a sur quelques domaines donnés.
Pour 51,85% c’est un problème d’infrastructures (de télécommunications, financières,
28
L’ensemble des résultats est disponible en annexe N°3
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 87
technologiques, etc.) ; pour 44,44% une fois de plus, c’est un manque de ressources dédiées au
E-commerce ; là encore le développement du secteur informatique local peut être déterminant
pour diffuser les TIC dans l'économie en offrant des ressources précieuses aux sociétés qui
souhaitent se lancer dans l'e-économie. Juste 14,81% pensent que c’est dû a une hausse des frais
transactionnels ; ceci est compréhensible à partir du moment où très peu l’utilisent. Pour 62,96%
c’est un problème d’ignorance et de manque de formation qui est un frein au développement du
E-commerce quand on sait également que ignorance veut aussi dire manque de sensibilisation ;
juste 18,52% pensent que c’est un problème de manque de services en ligne (tels que vente des
tickets d’accès de tout genre, inscriptions universitaires, abonnement à certains programmes
proposés en ligne, etc.) ; pour 25,93% c’est un problème de sécurité des paiements qui
constituent un frein au développement du E-commerce ; pour 22,22% c’est dû à l’impossibilité
d’achats internationaux ; là également nous constatons un manque de services adéquat, un
problème transactionnel etc. ; pour 29,63% c’est un problème d’efficacité des moyens de
paiement quand on connaît le degré de sous-développement de notre système bancaire ; pour
40,74% c’est un problème de cadre juridique inadéquat qui est frein.
Graphique N°21(éléments d’obstacles au développement du E-commerce au Cameroun)
Nous avons commencé par les freins au développement du E-commerce juste parce que
les enquêtés répondent aux questions compte-tenu de ces obstacles qui influencent quelques peu
leurs réponses. De plus nous avons opté pour l’évaluation de la dépendance entre certaines
variables en effectuant des tests de Chi deux dans le but de mesurer la causalité de certaines
variables sur les autres, ainsi des tests de Fisher sur certains modèles de régression.
Soit par exemple le modèle de régression entre le degré d’utilisation d’internet et l’âge de
l’enquêté nous a donné :
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 88
De plus nous avons opté pour l’évaluation de la dépendance entre certaines variables en
effectuant des tests de Chi deux dans le but de mesurer la causalité de certaines variables sur les
autres.
De plus nous avons opté pour l’évaluation de la dépendance entre certaines variables en
effectuant des tests de Chi deux dans le but de mesurer la causalité de certaines variables sur les
autres.
De plus nous avons opté pour l’évaluation de la dépendance entre certaines variables en
effectuant des tests de Chi deux dans le but de mesurer la causalité de certaines variables sur les
autres.
Model Summary
R
R Square
,048
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
,002
-,033
1,423
La variable indépendante c’est l’âge de l'internaute..
ANOVA
Sum of Squares
Regression
df
Mean Square
F
,131
1
,131
Residual
56,669
28
2,024
Total
56,800
29
Sig.
,065
,801
La variable indépendante c’est l’âge de l'internaute.
Coefficients
Standardized
Unstandardized Coefficients
B
âge de l'internaute
(Constant)
Std. Error
,109
,430
2,541
1,049
Coefficients
Beta
t
,048
Sig.
,255
,801
2,422
,022
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 89
Graphique N°22 (régression de l’âge de l’internaute par rapport au degré d’utilisation d’Internet)
Ainsi le modèle s’écrirait : Y= 0,109X+ 2,541 X étant l’âge de l’internaute et Y étant le
degré d’utilisation de l’internet; alors H0 : 0,109=0
Ici Fc = 0,65 < Flu = 4,20 d’où ce modèle de régression n’est pas statistiquement significatif à
5% d’erreur mais il peut l’être à un niveau d’erreur plus petit; de plus, en faisant un test de
student, tc = 0,255 < tlu = 2,0484 d’où le rejet de H0. Donc l’âge de l’internaute n’est pas à même
d’expliquer fortement le degré d’utilisation d’Internet statistiquement parlant. Néanmoins l’on
constate une corrélation positive entre les deux (0,109) mais elle paraît négligeable. L’allure de
la courbe nous montre qu’il serait possible d’expliquer le degré d’utilisation de l’internet par
l’âge des internautes. De plus la statistique de R2= 0,002 nous montre que juste 0,2% du degré
d’utilisation d’internet est expliqué par l’âge de l’internaute.
D’un autre point de vue, observons le degré d’utilisation d’Internet compte-tenu du revenu
des enquêtés :
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 90
Model Summary
R
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
R Square
,020
,000
-,037
1,385
The independent variable is revenu de l'enquêté.
ANOVA
Sum of
Squares
Regression
df
Mean Square
,021
1
,021
Residual
51,772
27
1,917
Total
51,793
28
F
Sig.
,011
,917
The independent variable is revenu de l'enquêté.
Coefficients
Standardized
Unstandardized Coefficients
B
revenu de l'enquêté
(Constant)
Std. Error
,023
,215
2,674
,547
Coefficients
Beta
t
,020
Sig.
,105
,917
4,887
,000
Graphique N°23 (régression entre le revenu de l’enquêté par rapport au degré d’utilisation d’Internet)
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 91
Ici de même nous observons les mêmes résultats. Dans la mesure où Fc = 0,011 < Flu = 4,22
Et tc = 0,105 < tlu = 2,0518. Donc rejet de H0 comme dans le premier cas. Il n’y a pas
statistiquement explication de ce modèle par le revenu de l’enquêté. Néanmoins on peut
remarquer une légère corrélation entre ces variables que nous pouvons visualiser par la tendance
ci-dessus.
Model Summary
R
R Square
,087
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
,008
-,029
,356
The independent variable is revenu de l'enquêté.
ANOVA
Sum of Squares
Regression
df
Mean Square
F
,026
1
,026
Residual
3,422
27
,127
Total
3,448
28
Sig.
,204
,655
The independent variable is revenu de l'enquêté.
Coefficients
Standardized
Unstandardized Coefficients
B
Std. Error
revenu de l'enquêté
,025
,055
(Constant)
,082
,141
Coefficients
Beta
t
,087
Sig.
,452
,655
,582
,566
Lorsqu’on effectue la régression entre l’utilisation des sites de commerce électronique et le
revenu de l’enquêté, nous constatons qu’il n’y a pas significativité dans la mesure où Fc = 0,204
< Flu = 4,22 et tc = 0,452 < Flu = 4,22 d’où rejet de H0 le modèle n’est pas significatif. Le revenu
n’explique pas fortement l’utilisation des sites de commerce électronique. Néanmoins on peut
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 92
remarquer une légère corrélation entre ces variables que nous pouvons visualiser par la tendance
ci-dessus.
Model Summary
R
R Square
,086
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
,007
-,028
,351
The independent variable is degré d'utilisation d'internet.
ANOVA
Sum of Squares
Regression
df
Mean Square
,025
1
,025
Residual
3,441
28
,123
Total
3,467
29
F
Sig.
,206
,653
The independent variable is degré d'utilisation d'internet.
Coefficients
Standardized
Unstandardized Coefficients
B
degré d'utilisation d'internet
(Constant)
Std. Error
-,021
,047
,192
,145
Coefficients
Beta
t
-,086
Sig.
-,454
,653
1,326
,195
Ici l’on peut déjà remarquer la corrélation négative entre le degré d’utilisation d’Internet et
l’utilisation des sites de commerce électronique. De plus les statistiques calculées de Fisher et de
student demeurent inférieure à celles lu sur la table pour un niveau d’erreur 5%. Donc le degré
d’utilisation d’Internet n’a rien à voir avec l’utilisation des sites de commerce électronique. L’on
peut également remarquer l’allure de la courbe qui est décroissante.
Model Summary
R
R Square
,014
,000
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
-,041
,332
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 93
Model Summary
R
R Square
,014
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
,000
-,041
,332
The independent variable is nombre d'enquêté ayant un
ordinateur.
ANOVA
Sum of Squares
Regression
df
Mean Square
,001
1
,001
Residual
2,653
24
,111
Total
2,654
25
F
Sig.
,005
,946
The independent variable is nombre d'enquêté ayant un ordinateur.
Coefficients
Standardized
Unstandardized Coefficients
B
nombre d'enquêté ayant un
Std. Error
-,003
,049
,127
,178
Coefficients
Beta
t
-,014
Sig.
-,068
,946
,712
,484
ordinateur
(Constant)
Graphique N°24 (régression entre le nombre d’enquêtés ayant un ordinateur et l’utilisation des sites de commerce
électronique)
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 94
Là également, nous avons le même résultat que le précédent. Ce qui nous conduire à déduire que,
le fait d’avoir un ordinateur n’a pas d’effet significatif sur l’utilisation des sites de E-commerce.
Model Summary
R
R Square
,168
Adjusted R
Std. Error of the
Square
Estimate
,028
-,033
,329
The independent variable is nombre d'enquêté connecté à
Internet.
ANOVA
Sum of Squares
Regression
df
Mean Square
,050
1
,050
Residual
1,728
16
,108
Total
1,778
17
F
Sig.
,464
,505
The independent variable is nombre d'enquêté connecté à Internet.
Coefficients
Standardized
Unstandardized Coefficients
B
Std. Error
Coefficients
Beta
t
Sig.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 95
nombre d'enquêté connecté
,035
,051
-,003
,184
,168
,681
,505
-,015
,989
à Internet
(Constant)
Graphique N°25 (régression entre le nombre d’enquêtés connectés à Internet et l’utilisation des sites de commerce
électronique).
L’on peut constater ici une légère corrélation entre la connexion à Internet et l’utilisation des
sites de E-commerce. Mais les statistiques de Fisher et de Student calculés demeurent inférieures
à celles lu sur les différentes tables. Fc = 0,464 < Flu = 4,49 et tc = 0,681 < tlu = 2,1199.
D’autres régressions telles que la relation entre les types de moyens d’information,
l’environnement de l’enquêté et l’utilisation des sites de E-commerce29 a présenté premièrement
une corrélation négative entre les
variables explicatives que sont les types de moyens
d’informations (c’est-à-dire est-ce que la fait de connaître les différents moyens d’information
montrent pour autant que nous sommes sensibilisé sur le sujet ? ou alors ces moyens
d’information sont ils efficaces ?), l’environnement de l’internaute (c’est-à-dire est-ce que le fait
de vivre en ville ou banlieue ou au village ou en zone rurale, influence l’utilisation des sites de
E-commerce ? les résultats étaient tous négatifs. Ces modèles n’étaient pas significatifs. Par
contre la relation entre le lieu de connaissance du E-commerce et l’utilisation des sites de Ecommerce, s’avère légèrement significative quoique la Fc = 3,515 < Flu = 4,20.
Graphique N°26 (régression entre le lieu de connaissance du E-commerce chez l’enquêté et l’utilisation des sites de Ecommerce).
29
Voir annexe des tests statistiques
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 96
Tableau N°2 représentant le test de Chi deux entre le métier de l’enquêté et l’utilisation des sites de E-commerce.
S’agissant des tests de Chi deux,
métier de l'enquêté * utilisation des sites de commerce électronique Crosstabulation
utilisation des sites de commerce
électronique
non
métier de l'enquêté
étudiant
Count
4
25
21,8
3,2
25,0
3
0
3
2,6
,4
3,0
Count
1
0
1
Expected Count
,9
,1
1,0
Count
1
0
1
Expected Count
,9
,1
1,0
Count
1
0
1
Expected Count
,9
,1
1,0
Count
Expected Count
professeur
cadre supérieur
fonction libérale
Total
21
Expected Count
ouvrier
oui
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 97
Total
Count
Expected Count
Pearson Chi-Square
Likelihood Ratio
Linear-by-Linear Association
4
31
27,0
4,0
31,0
Chi deux calculée ici 1,102< Chi
Chi-Square Tests
Value
27
df
Asymp. Sig. (2-
deux lu 9,49 d’où indépendance
sided)
entre les deux variables. De
1,102a
4
,894
même,
1,858
4
,762
disponibles dans les annexes,
,682
1
,409
nous disons compte-tenu des
N of Valid Cases
31
a. 9 cells (90,0%) have expected count less than 5. The minimum
selon
les
résultats
différents tests d’indépendances
effectués entre les variables tels
expected count is0,13.
que :
Types de moyens d’information et utilisation des sites de E-commerce ; degré d’utilisation
d’internet et utilisation des sites de E-commerce ; environnement de l’enquêté et utilisation des
sites de E-commerce ; être internaute et utilisation des sites de E-commerce ; n’a montré aucune
dépendance. Bref nous pouvons dire par anticipation que, le E-commerce au Cameroun n’est pas
encore une culture commerciale.
Pour la majorité des enquêtés, la situation de E-commerce au Cameroun est prometteuse
et ceci peut également s’expliquer par la proportion d’enquêtés qui souhaitent utiliser des sites de
commerce électronique à l’avenir de même que le pourcentage d’utilisation des moyens de
paiement
électronique dont 44,83% uniquement pour la Carte Bancaire. La majorité des
internautes étudiés ici utilisent l’Internet beaucoup plus pour la recherche et la consultation des
informations, ainsi que pour la communication telles que les mails, le tchat, les forums, etc. une
grande majorité également a déjà entendu parler du E-commerce quelque soit le lieu, ce qui est
déjà d’une grande importance mais pas suffisante. De plus la venue
de « MTN mobile
transfert » qui est un service de transfert d’argent par téléphone peut également contribuer à
l’amélioration des ventes électronique. De plus les 19,35% qui l’ont déjà utilisé contre 80,65%
qui ne l’ont pas encore fait ont néanmoins trouvé le service très satisfaisant ou avantageux. Cela
pourrait améliorer l’efficacité des paiements concernant le commerce électronique.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 98
D’après les statistiques de l’ANTIC :
Tableau 3 : Données Statistiques TIC Année 2007
Figure 27 : Diagramme de comparaison des données Statistiques Année 2007
Tableau 4 : Tableau comparatif donnant l’indice d’accès numérique de chaque pays
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 99
Figure 28 : Diagramme de comparaison d’indice d’accès numérique TIC Année 2007
Cet indice est établit en prenant en compte la Qualité (Abonnés au large Bande, Largeur
de Bande Internet Internationale), L'Infrastructure (Abonnés
au téléphone fixe et mobile
cellulaire), L'Accessibilité économique (Prix d'accès à l'Internet) et l'Education (Taux
d'alphabétisation des adultes, taux de scolarisation). On constate que, seul le GABON présente
un niveau d'accès moyen au TIC car son indice est compris entre (0,3 et 0,49). Tous les autres
pays présentent un niveau d'accès faible (indice compris entre 0,29 et moins). La République Sud
Africaine étant le premier pays africain avec un indice de 0,45 suivie du Botswana (0,43).
La vue de ces données présente la position du Cameroun du point de vue infrastructurel en
télécommunications par rapport aux autres pays africains. Nous pouvons constater la croissance
du taux de pénétration de la téléphonie mobile ainsi que le niveau croissant de la qualité de la
technologie utilisée pour l’internet.
Il ressort que le e-commerce suppose l’électronisation de l’un des 07 éléments constitutifs
d’une transaction commerciale par l’usage d’un réseau d’ordinateurs. En pratique, parce qu’il est
le réseau des réseaux, Internet est le réseau support du e-commerce par excellence. A ce titre, le
e-commerce dans les pays pauvres du Sud ne peut s’appuyer que sur l’Internet. C’est alors que
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 100
peut se poser la question de la disponibilité immédiate dans ces pays de la technologie nécessaire
pour développer de manière efficiente cette forme de commerce. En d’autres termes, cette
question revient à se demander si la qualité de la connexion Internet disponible actuellement
dans les pays pauvres est capable de soutenir des activités de commerce électronique. Il va sans
dire que l’Internet actuellement disponible dans ces pays est généralement à faible débit. Mais
alors que la technologie disponible dans les pays développés autorise des débits de plus en plus
élevés et à moindres coûts, les statistiques montrent que tous les internautes ne s’y pressent pas
pour suivre cette évolution. Le fondement de ce comportement peut se situer dans les usages que
chacun fait de l’Internet tant il est vrai qu’on n’a pas besoin d’une connexion à haut débit
lorsqu’on n’utilise de l’Internet que la messagerie.
Au Cameroun proprement dit, le niveau des infrastructures en ce qui concerne les TIC est
présenté ainsi qu’il suit :
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 101
Tableau 5 : Tableau donnant la télédensité du téléphone fixe, mobile et de l’Internet de 1999 à 2007
Nous remarquons à la suite de ce tableau que 2005 représente une année importante comme
point de départ marquant aussi bien dans le niveau technologique que dans la croissance de la
télé densité en téléphonie fixe, mobile, d’internet.
Figure 29 : Courbe d’évaluation de la télé densité du mobile et du fixe de 1999 à 2007
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 102
Nous constatons que, depuis l'avènement de la technologie CDMA, la téléphonie fixe connait
une certaine croissance faisant passer la télé densité du simple au double (0,7% en 2004 à 1,5%
en 2007). L'opérateur historique Camtel et son partenaire Huawei Technologies sont en charge
de ce secteur d'activité. La téléphonie mobile connait également une évolution considérable
allant de 0,04% en 1999 à 24,45% en 2007. Vu les données du troisième semestre 2008, à la fin
de cette année la télé densité passera à plus de 30%. Ceci est dû au renforcement permanent de
la couverture radio par les opérateurs en charge, et à la facilité d'acquisition du terminal et
d'abonnement. Ce secteur d'activité est partagé entre deux opérateurs (MTN et ORANGE).
MTN couvre actuellement plus de 375 localités contre 350 localités environ pour ORANGE.
Ceci permet d'avoir un taux de couverture radio national d'environ 70 % en ce début de troisième
semestre 2008.
Figure 30 : Courbe d’évaluation de la télé densité de l’Internet de 1999 à 2007
Les services Internet sont offerts au grand public grâce à une trentaine des ISP (Internet Service
Provider) déclarés. On note une croissance de la télé densité depuis 2003, année suivante celle à
partir de laquelle le câble sous marin SAT-3 a été mi en exploitation. La télé densité de l'Internet
ici représente le nombre d'abonné à l'Internet et non le nombre d'utilisateur.
A ce jour tout le trafic Internet géré par Camtel (environ 80% du trafic national) est routé sur le
câble sous-marin SAT3.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 103
Le pourcentage d'abonné Internet est de 0,17% en 2007, pour un taux de pénétration de 2,45%
(nombre d'utilisateur). Ce taux reste encore très faible. L'accès aux infrastructures et les coûts
d'utilisation de l'Internet restent encore élevés
Tableau N°6 (taux de pénétration estimé des marchés du secteur des télécommunications au Cameroun- fin 2011).
Taux de pénétration estimé des marchés du secteur des télécommunications au Cameroun- fin 2011
Marchés
Taux de pénétration
Mobile
43%
Fixed/fixed-wireless
4%
Internet
5%
(Source: BuddeComm based on various sources)
Selon l’INTERNET USAGE STATISTICS FOR AFRICA, le Cameroun:
Tableau N°7 (statistiques d’usage d’Internet concernant le Cameroun en 2010)
Cameroun
Utilisateurs
Utilisateurs
Pénétration
Croissance
estimée (2010)
d’internet
d’internet
(%
utilisateurs
Afrique
(Dec/2000)
(dernières données)
population)
20,000
750,000
3.9 %
3,650.0 %
0.7 %
19, 294,149
des
% d’utilisateurs en
Population
L’usage d’internet est encore très faible au Cameroun ; là on peut constater un problème
d’infrastructures en TIC liés au commerce.
Du point de vue juridique, tout récemment il a été mis sur pied, la LOI N° 2010/012 DU 21
DECEMBRE
2010
RELATIVE
A
LA
CYBERSECURITE
ET
A
LA
CYBERCRIMINALITE AU CAMEROUN (LAW N° 2010/012 OF 21 DECEMBER 2010
RELATING TO CYBERSECURITY AND CYBERCRIMINALITY IN CAMEROON)30.
Elle pourra apporter des solutions aux peurs et réticences des uns et des autres au sujet des
transactions électroniques ; plusieurs ont d’ailleurs présentés cet aspect comme étant l’un des
obstacles majeurs au développement du E-commerce au Cameroun.
30
Voir annexe N°5
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 104
Nous pouvons aussi préciser certaines avancées comme le PLAN DE MISE EN ŒUVRE DE
LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES DE
L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION piloté par l’ANTIC.
En 2000 la même étude menée par un étudiant de l’université Catholique d’Afrique Centrale,
présentait dans son chapitre 331 que la plupart des moyens de paiement disponibles au Cameroun
en ce temps là bien sûr ne permettait pas de faire le commerce sur Internet en temps réel. De plus
il ajoutait que la carte bancaire est encore peu utilisée au Cameroun voire inexistante ; les
banques ne sont pas reliées entre elles par des réseaux informatiques ; et que le niveau d’épargne
reste encore très faible, alors que le principe des paiements électroniques repose sur la possession
d’un compte bancaire. Il montrait également que la forme la plus présente des entreprises sur le
net était « la vitrine » c’est-à-dire que l’entreprise ne présente que (nom, description générale des
activités, présentation des dirigeants et des principaux produits ou services, contacts
commerciaux, coordonnées, email) comme plusieurs le font d’ailleurs aujourd’hui ; ce qui peut
déjà constituer une base en attendant que le secteur bancaire, juridique, et technologique
s’améliore et s’accapare de tous.
A présent, pour conclure cette partie, nous allons essayer de présenter quelques sites de
commerce électronique au Cameroun :
PHOTOGRAPHIE N°1
Source :Web- www.cameroon-shopping.com
31
Le commerce électronique au Cameroun : Etat des lieux, enjeux et perspectives d’évolution
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 105
Nous pouvons facilement remarquer la catégorie de produits qui sont offerts sur ce site de
commerce électronique au Cameroun. Nous pouvons également remarquer les différentes cartes
de paiement qui sont autorisées ou accepter dans les transactions commerciales dans ce site.
PHOTOGRAPHIE N°2
Source : Web- www.camerounboutique.com
Ici également, nous pouvons remarquer les propositions de locations de voitures et les différentes
cartes bancaires qui y sont utilisées.
PHOTOGRAPHIE N° 3
Source : Web- www.gugocom.net
Ce site est un sous site de « nodis cameroun » spécialisé dans le E-commerce. Comme nous
pouvons le constater, il fait dans l’achat et la vente sur Internet et c’est au Cameroun.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 106
PHOTOGRAPHIE N°4
Source : Web- www.eshopcamer.com
Ce site est spécialisé dans l’offre des produits « apple » c’est-à-dire les téléphones portables de
dernières générations ainsi que des appareils mp4 et mp3 en F CFA comme cela est indiqué
clairement sur le site.
PHOTOGRAPHIE N°5
Source : Web- www.nodiscameroun.com
c’est l’un des grands portail de E-commerce au Cameroun et l’on peut admirer ses offres de
produits et services présentées dans la partie gauche du site.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 107
PHOTOGRAPHIE N° 6
Source : Web- www.bayamsellam.com
PHOTOGRAPHIE N° 7
Source : Web- www.camnet.cm
C’est un site qui informe non seulement sur le Cameroun, mais qui est également un fournisseur
d’accès Internet à tout type d’usagers et entreprises camerounaises ou opérant au Cameroun.
Pour ces quelques sites présentés, nous pouvons davantage dire que le E-commerce au
Cameroun à un avenir prometteur pourvu que l’on développe les moyens de paiement et
l’infrastructure nécessaire qui va avec.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 108
CHAPITRE CINQUIEME
CONCLUSION ET
RECOMMANDATIONS
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 109
Chapitre 5
Conclusion et Recommandations
Nous avons énoncé comme problématique dès le départ que : le Cameroun dispose t-il d’un
assez bon marché d’information lui permettant de fixer les bases de son E-commerce ?
Tout au long de notre développement nous avons présenté presque tous les aspects de la société
d’information au sein de laquelle, les TIC ne sont guère négligés et où l’économie des réseaux
prévaut d’où le concept de E-économie qui aboutit tout forcément au concept de E-management.
Les outils qui ont servi à mener cette étude ont été l’utilisation d’un questionnaire, de quelques
interviews, la revue de la littérature, et quelques données très importantes recueillies sur le net.
Ainsi l’analyse et le traitement de ces informations collectées ont abouti à l’interprétation qui a
été fait au chapitre précédent.
Nous pouvons néanmoins affirmer sous réserve compte-tenu des tests qui ont été effectués sur
notre échantillon que le Cameroun ne dispose pas d’un assez bon marché d’information, ou du
moins n’est pas assez efficace, pour non seulement fixer les bases d’une société de l’information
induisant l’appropriation de la pratique du E-commerce par les internautes camerounais. Les
tests ont été statistiquement non significatif mais un certain nombre de régression ou de relation
entre les variables tels que (l’âge, la connaissance des moyens d’information, le revenu, le lieu
de connaissance de l’existence du E-commerce, ou encore le degré d’utilisation de l’Internet) et
l’utilisation des sites de commerce électronique ont présenté des coefficients de corrélation
positif, montrant ainsi une possible relation causale entre ces variables, n’étant pour autant pas
forte de manière à expliquer les différents modèles qui ont été construits. De toutes les façons :
Au Cameroun, les médias ont connu une très nette évolution à partir des années 90, considérées
comme
les
années
de
liberté
dues
au
vent
de
l’Est.
En
effet,
lit-on
sur
http://www.mincom.gov.cm , le site du ministère camerounais de la communication, une loi
libérale sur la liberté de la communication sociale a été votée par l’Assemblée Nationale puis
promulguée par le Président de la République le 19 décembre 1990 ; la censure administrative
préalable a été supprimée par la loi du 4 janvier 1996, le monopole de l’Etat sur les ondes a été
abrogé, le métier de journaliste a été défini et
organisé conformément aux principes
universellement reconnus, une direction de la communication privée a été créée au sein du
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 110
Ministère de la communication en vue d’une meilleure prise en compte des problèmes liés aux
médias du secteur non étatique.
De plus, la culture médiatique s’est subitement enrichie, l’État ayant dû appliquer ce que l’on a
appelé la démonopolisation, c’est-à-dire la libéralisation de l’information sous toutes les formes :
écrite, parlée, télévisée et cybernétique. À cette époque, longue de 30 ans, seuls les organes de
presse gouvernementaux avaient pignon sur rue. Quelques rares titres imprimés faisaient office
de presse privée. De nos jours, on compte des centaines de titres paraissant et disparaissant aussi
spontanément qu’ils naissent; une centaine de chaînes de radiodiffusion privées, locales,
communautaires ou thématiques émettent en permanence.
La radio et la télévision étaient, jusques à ces 05 dernières années, l’apanage de l’État. Les
difficultés des utilisateurs à respecter la réglementation constituent la cause majeure du petit
nombre actuel de radios existant. Les grandes villes et les grosses agglomérations demeurent les
zones privilégiées des radios privées dont les missions concernent très peu la formation
éducative ou l’enseignement. Elles se consacrent aux faits sociaux, à la politique ou aux
événements ponctuels.
Selon le plan national des infrastructures de la communication et de l’information (2001 : 45), on
apprend cette information : au plan des consommateurs des équipements et en ce qui concerne
l’audiovisuel, l’Enquête Camerounaise 1996 auprès des Ménages indique que, à Yaoundé ou à
Douala, quatre foyers sur cinq possèdent un récepteur de radio. D’une manière générale l’on
estime que la télé densité au Cameroun est de 8,11 récepteurs de télévision pour 100 habitants.
La presse électronique, qui reprend la plupart du temps les textes de la presse écrite, est de plus
en plus présente sur le terrain; elle se consacre aux phénomènes sociaux et politiques et
abandonne le secteur de la formation. À la suite de nombreux séminaires portant sur la presse et
les Tic, ces outils font essentiellement appel aux ordinateurs, aux logiciels, aux réseaux de
transmissions de données. Par les Tic, reconnaît-on aussi au Cameroun, le traitement de
l’information, sa collecte et sa diffusion et son archivage sont devenus importants, faciles et
pratiques. L’acquisition des équipements demeure néanmoins problématique à cause des coûts et
de la maintenance.
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 111
La reconversion des personnels vers les Tic représente une lourdeur qui retarde l’accès aux
équipements modernes. Faute de communiquer tous les nombreux titres de la presse écrite, on
trouvera toutefois ci-dessous la liste des organes de presse réguliers et disponibles sur le Net:
http://www.quotidienmutations.net/; http://www.heraldnewspaper.org/;
http://www.lemessager.net/; http://www.cameroon-tribune.cm; http://www.latribunedelest.net;
http://www.cameroun-info.net; http://www.liberte-freedom.net/; Radio Télévision camerounaise
(http://www.crtv.cm)
Des journaux électroniques comme Cameroon-info et Science-info ont vu le jour au Cameroun et
ne connaissent pas de support papier. Ils prouvent ainsi que les webmestres et autres techniciens
assument correctement le travail pour avoir reçu une bonne formation.
Avec ses nouvelles extensions dans plusieurs villes camerounaises, le réseau de transmission
téléphonique se subdivise en un réseau de faisceaux hertziens et en un réseau utilisant la fibre
optique. Une unité particulière est chargée du téléphone mobile. De manière globale, la
CAMTEL, la Cameroun Telecomunication (CAMTEL), Orange et MTN gèrent les réseaux de
transmission du Cameroun.
La CAMTEL assure les liaisons téléphoniques et toutes les communications transitant par le
satellite. Ce réseau comporte, à ce jour, et d’après les chiffres communiqués par la CAMTEL,
plus de 5.000.000 km de faisceaux hertziens, soit 4.176.140 km analogiques et 820.010 km
numériques-PDH. Il faut y ajouter 100.000 paires de câbles et quelques lignes raccordées à la
fibre optique à Douala à Yaoundé, bien que ce réseau soit encore en construction, le long du
pipe-line Tchad Cameroun. Les communications internationales sont de bonne qualité, malgré le
prix très élevé. Les communications intérieures par téléphone, par télécopieur et par télex sont
difficiles, de mauvaise qualité et coûteuses.
Le réseau fibre optique forme le prolongement du réseau transcontinental SAT3. D’une longueur
de 28.800 km, il relie plusieurs continents et permet à 09 pays africains de la côte Atlantique
d’accéder au haut débit et d’avoir une interconnexion locale. La capacité du trafic entre le
Cameroun et l’étranger, supportant initialement 600 circuits, va alors en acheminer 3000 par
compression et, à plus long terme, multipliera cette capacité par 2000. Le raccordement du
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 112
Cameroun à la fibre optique autorise désormais la Camtel à répondre virtuellement à la demande
nationale et à relier le territoire camerounais par 28 points de sortie.
Sous la vigilance de l’ART, l’Agence de régulation du téléphone, Camnet, Orange et MTN
assurent la téléphonie mobile au Cameroun. En 1994, PTT Cameroon Cellnet avait mis en place
un réseau (GSM) avec du matériel de Siemens et de Philips. Bénéficiant du désengagement
progressif de l’Etat, ce réseau, qui comptait 2485 usagers en 1996, a doublé à ce jour si l’on en
croit les journaux camerounais.
Il couvre l’ensemble des 10 provinces et s’infiltre dans les plus éloignés des hameaux. Deux
réseaux de radiocommunication à ressources partagées, pour les communications des entreprises
sont à signaler.
Le Cameroun est connecté à Internet depuis longtemps. Les réseaux Internet et ceux des Tic
tirent leur source de la recherche du développement des réseaux des télécommunications
nationales et internationales. Ces réseaux comptent à peu près 150.000 abonnés. Néanmoins,
l'ensemble des usagers est difficilement quantifiable au regard de l'utilisation dans les
universités, dans les entreprises et dans les cybercafés pour environ 40.000 personnes.
L’un des buts principaux de l’introduction des Tic visait un moyen efficace pour améliorer la
santé et l’éducation. Ces deux secteurs constituent, eux aussi, un atout pour l’ouverture de
nouvelles voies vers la diffusion du savoir et la création des espaces virtuels afin de favoriser
l’appropriation de l’information scientifique.
Selon des observateurs, le manque de formation du personnel des grandes entreprises
entraîne une sous utilisation des connexions haut débit. Par contre, dans les cybercafés, l'afflux
de clients, 20 pour des connexions de 64 kbs, rend les connexions particulièrement lentes. Le
coût de la connexion à domicile, téléphone, modem et ordinateur, étant passé de 72.000 FCFA à
30.000 FCFA, fait dire que le Cameroun est un des pays les moins chers en la matière et
détourne les professionnels des cybercafés pour des connexions individuelles. Le courrier
électronique supplante petit à petit le courrier postal bien que le réseau téléphonique défectueux
rende les connexions lentes et aléatoires.
Les utilisations des Tic et de l’Internet sont multiples, chaque type de population adaptant ces
outils en fonction de ses besoins. La messagerie électronique s’affiche comme l’un des services
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 113
les plus demandés. La messagerie est l’envoi et la réception des messages, le « clavardage ou
chat », la téléphonie par Internet. Ces opérations s’effectuent très régulièrement, sinon
quotidiennement avec des correspondants étrangers, locaux ou surtout avec la communauté
camerounaise de la diaspora.
L’Internet et les TIC au Cameroun peuvent être utilisés dans le sport, la culture, la santé,
l’agriculture, le développement communautaire etc. sous une forme plus accessible aux
internautes camerounais en y introduisant petit à petit la notion de commerce électronique au
sein de toutes les institutions concernées par ces différents domaines.
L’idée du développement du commerce électronique planait déjà au Cameroun depuis 03 ans. En
effet, devant la popularité des services électroniques, le Gouvernement avait jugé utile de voir le
pays franchir assez rapidement une nouvelle étape vers les Tic en le propulsant dans le
commerce électronique. Aussi, lors de son discours du 14 juin 2000, le Premier Ministre a
annoncé : la mise en œuvre d'un programme national de développement de l'Internet et des
Inforoutes incluant les stratégies d'introduction du commerce électronique au Cameroun.
Le Chef du Gouvernement avait vanté les avantages de ce nouveau procédé électronique. Il
diminue les coûts des échanges, accroît le volume de ces échanges et améliore la présence du
Cameroun dans le monde. Une des conséquences est d’avoir vu, en 2000, le secteur bancaire
intégrer, lui aussi, les Tic.
La Banque des Etats de l’Afrique Centrale a inauguré un site instaurant des opérations bancaires
par la voie de la carte électronique. Plus pratique encore, le système des e-card, très récent, entre
dans les mœurs. Toutes les banques s’y adonnent et les cartes bancaires, (visa, american express,
etc.) rares autrefois, désengorgent aujourd’hui les guichets pendant la période des salaires. De
plus, les paiements en magasin peuvent s’effectuer par tous types de cartes électroniques.
De nombreuses banques camerounaises ou affiliées possèdent un site où s’informent les clients.
On citera par exemple:
http://www.izf.net/izf/Financement/Cameroun/CBC.htm Commercial Bank of Cameroon ;
http://www.izf.net/izf/Financement/Cameroun/AMITY.htm Amity Bank
http://www.standardchartered.com/cm/Standard Chartered Bank ;
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 114
http://www.afd.fr/ Agence Française de Développement ;
http://www.iccnet.cm/ccec/f_bref.htm Caisse Camerounaise d’Épargne et de Crédit (CCEC).
RECOMMANDATIONS
En 2000 un jeune étudiant travaillant sur ce domaine, proposait quelques actions à entreprendre
dont :
-
Création de centres de télécommunications communautaires qui permettront de
faire des échanges régionaux et internationaux ;
-
Mise en valeur des liens entre les types de commerces ;
-
Mise en exergue des produits à promouvoir sur le marché ;
-
Activer les nouvelles formes de marketing interactif, la distribution directe, etc. ;
-
Former les personnes concernées par ce service ;
-
Sécuriser les canaux de communication ;
-
Inciter les populations à épargner (si les niveaux de revenus peuvent le
permettre) ;
-
Amorcer la mise en réseau du système bancaire ;
-
Résoudre le problème d’adressage des villes.
Cette liste n’est pas exhaustive car d’autres actions sont susceptibles d’être menées.
Pour ce qui est de remédier aux potentiels obstacles au développement du E-commerce au
Cameroun, une oreille attentive a été tendu du côté des enquêtés qui ont donné leur point de vue :
-
Rendre Internet accessible à toutes les bourses ;
-
Vulgariser la formation à l’utilisation de l’outil informatique ;
-
Promouvoir la sécurité des cartes électroniques possédées par les citoyens ;
-
Installer gratuitement Internet à tous les domiciles ;
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 115
-
Sensibiliser les citoyens à tous les niveaux ; primaire, secondaire, universitaire
publiques et privées et la population en générale sur l’existence du E-commerce;
-
Subventionner les promoteurs des cybercafés ;
-
L’apprentissage du E-commerce doit être introduit dans les programmes
d’informatique des élèves du lycée et du supérieur ;
-
La population doit être sensibilisé sur les bienfaits du E-commerce ;
-
Les médias camerounais doivent mettre l’accent sur la publicité concernant le ecommerce. Si c’était fait, tout ceux qui ont affirmé connaître tous ces moyens
d’information ce serait rapidement intéressé sur ce type de commerce ;
-
Des caravanes mobiles devraient être utilisées pour sensibiliser le public sur
comment utiliser le E-commerce ;
-
Le gouvernement devrait mettre l’accent sur l’énergie afin que même dans les
zones rurales l’électricité ne soit pas un handicap. Rendre le E-commerce plus
attractif aussi bien du côté des consommateurs que du côté des entreprises ;
-
Commencer par changer le tissu économique en ce qui concerne la production et
la commercialisation, assurer le service après-vente qui défini l’infrastructure des
transports et routière, apprendre peu à peu aux consommateurs à utiliser d’autres
moyens de paiement que les pièces et les billets de banque, …
-
Monter les avantages et les inconvénients et mettre l’accent sur les jeunes car
c’est la génération qui grandi avec les NTIC et qui a vraiment quelque chose à
offrir de par la créativité.
Bien évidemment, le Cameroun s’inscrit sur une dynamique de long terme dont on ne sait le
point d’explosion. De toutes les façons ce que nous gardons en mémoire jusqu’à l’heure actuelle,
c’est la déclaration du Ministre des postes et télécommunications M. Jean Pierre BIYITI BI
ESSAM « Année de l’Internet pour tous les camerounais, grâce à la fibre optique qui va faire
revoir à la baisse le coût de l’Internet ».
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 116
BIBLIOGRAPHIE
- Bailey J. P. (1998) Electronic Commerce : Prices and Consumer Issues for Three Products:
Books,Compact Discs, and Software, OECD.
- Cécile Patris, Françoise Warrant, Gérard Valenduc ; Rapport de synthèse Février 2001
« L’innovation technologique au service du développement durable » Services fédéraux des
affaires scientifiques, techniques et culturelles Programme « Leviers du développement durable
» Contrat de recherche n° HL/DD/020 ;
- Christian BIALÈS,(2007), « la nouvelle économie en questions » article- Comment ça marche, "Introduction au e-business"- Danielle Attias,(2007), « L'impact d'Internet sur l'économie de la presse :quel chemin vers la
profitabilité ? »- Thèse de doctorat en vue de l'obtention du doctorat en Sciences ¶
Economiques.
- Diane-Gabrielle Tremblay,(1997) « innovation, management stratégique et économie:comment
la théorie économique rend-elle compte del'innovation dans l'entreprise ? »- dépt. Travail,
économie et gestion,Télé-université, Université du QuébecC.P. 670, succ. C. Montréal, QC ;
- Dominique Foray (2000), Economie de la connaissance, La Découverte, Paris
- ELIASSON, G. (1987). Technologie de l'information, structure du capital et nature
duchangement technique dans l'entreprise. in OCDE (1987). Technologies de l'information
etperspectives économiques. Paris: OCDE. 20p.
-Eric Dibeu Kamgue,(2000), « Le commerce électronique au Cameroun :Etat des lieux, Enjeux
et Perspectives d’évolution »- Université Catholique d’Afrique Centrale ;
- Information Economy Report 2010, “ICTs, Enterprises and Poverty Alleviation”
- J. Braley - Strategic Watch, « EDI et Internet : antagonistes ou complémentaires ?",
- Louis Matin ONGUENE ESSONO, (2002), « Usage et bonnes pratiques des technologies et des
documents de communication dans l’enseignement à distance et l’apprentissage libre »- École
normale supérieure Yaoundé, Cameroun ;
- ONU « Programme de Coopération du Programme de Coopération du Système des Nations
Unies au Système des Nations Unies au Cameroun en matière des NTIC Cameroun en matière
des NTIC pour le Développement pour le Développement » (Mars 2002 Mars 2002).
-Manuel Castells, (1998), « La société en réseaux : L’ère de l’information », Edition Fayard
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 117
- P. BARBET & M. RAINELLI M. [2002] la régulation internationale de la nouvelle économie,
contribution au colloque de l’ADIS, Nouvelle économie : théories et évidence, à paraître en
2002.
- P.Alard - Microsoft Executive Summit (27/04/2000 ), "Management de la relation client",
-Pierre CÉLIER, (2005) « le e-management : principaux outils et concepts »- article.
- René GARCIA, (1986), « La théorie économique de l’information: exposé synthétique de la
littérature »- L'Actualité Économique, Revue d'analyse économique, vol. 62
- Représentations sociales, acteurs et pouvoirs dans l'appropriation sociale des dispositifs
communicationnels : Recherche sur l’Internet au Cameroun (2002) ;
- Shapiro C. et Varian H. (1999), Economie de l’information, De Boeck,, Bruxelles
WEBGRAPHIE
1. Bérenger Anne-Laure, (2004),« Le commerce en ligne passe à la vitsse supérieure », Journal
du Net, http://www.journaldunet.com/0501/040103bilanecom.shtml
2. Chen Pei-yu, Hitt Lorin, (2004), « A Model of Price Dispersion in Internet-Enabled Markets
», http://grace.wharton.upenn.edu/~lhitt/bapd.pdf
3. Frey Perrine, Larribeau Sophie et Pénard Thierry, (2002), « Prix et dispersion des prix sur
Internet : une application aux stratégies tarifaires des cyberdisquaires en france », Université de
Rennes 1, CREREG,http://perso.univ-rennes1.fr/thierry.penard/ biblio/Emarketingpenard.pdf
4. Larribeau Sophie, Pénard Thierry, (2001), "Commerce électronique et dynamique des prix :
une application à la vente en ligne de CD", Université de Rennes 1, CREREG, http://perso.univrennes1.fr/thierry.penard/biblio/CD.pdf
5. Leblanc Gilles, (2002), « Tarification et commerce électronique », Ecole des mines de Paris,
http://www.cerna.ensmp.fr/Enseignement/CoursModelesEcoNumerique/Cours/Cours3.pdf
6. Pénard hierry, (2002), « Internet et efficience des marchés », Université de Rennes 1,
CREREG, http://www.jm.u - p sud.fr/~adisrob/alma/efficien.pdf
Pénard Thierry, (2001), « E-commerce, éléments théoriques et empiriques », Université de
Rennes 1, CREREG, h ttp://perso.univ - r ennes1.fr/thierry.penard/biblio/Ecommerce.pdf
7. Smith Michael D., Brynjolfsson,Erik, (2001), « Consumer Decision-Making at an Internet
Shopbot : Brand still Matters». http://ssrn.com/abstract=290334
10.www.cameroonshopping.com;
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 118
11. www.nino.akopo.com;
12. www.gugocom.net;
13. www.camerounboutique.com;
14. www.eshopcamer.com;
15. www.ecameroun.cm;
16. www.cmclick.com;
17. www.cameroun.cm;
18. www.camnet.cm;
19. www.ethnik.org;
20. www.internetworldstats.com;
21. www.statistics-cameroun.org;
22. www.spm.gov.cm;
23. www.budde.com.au;
24. www.asafe.org;
25. www.toutcameroun.com;etc.
8. www.nodiscameroun.com ;
9. www.kongossalive.com ;
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 119
ANNEXES
Mémoire rédigé en vue de l’obtention du DIPET II par M. Kenou Liwuitekong Stephan
Management Niveau 5 ; Matricule 9B1970. ENSET de Bambili-Université de Bamenda.
Page 120
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire