Croissance, développement durable et lien social

publicité
PROGRAMME DE S.E.S.:
Croissance, développement
durable et lien social
Fil conducteur:
Étudier les mouvements longs de l’économie et de la société, analyser les principaux défis économiques
et sociaux du monde contemporain.
Le programme de 1ère a permis de décrire les cadres du fonctionnement de l’économie et de la société.
Dans le cours de terminale, l’horizon s’élargit et devient le monde (même si très souvent la France est
conservée comme exemple) et la description laisse davantage place à l’analyse et aux explications.
→ Classe de 1ère, programme plutôt statique : comment sont organisés et régulés l’économie, la société
et le système politique.
→ Tle : programme plus dynamique qui porte sur les évolutions et le changement
N.B.: la compréhension du cours de terminale est impossible sans la maîtrise tant des concepts de l’analyse
économique et sociologique découverts en 1ère; vous retrouverez leur définition dans ce document. Les
savoir-faire de 1ère sont également supposés acquis. Vous devrez donc vous reporter au cours de l’an
dernier chaque fois que vous hésiterez sur le sens
d’une notion ou sur les outils qui lui sont attachés.
Objectifs :
- connaître et savoir analyser les économies et les
sociétés contemporaines ;
- se préparer avec méthode aux épreuves du
baccalauréat (dissertation, épreuve composée)
- exercer son esprit critique ;
- acquérir une culture générale solide et vous
préparer ainsi à la poursuite et à la réussite d’études
supérieures.
Moyens :
- par la maîtrise de connaissances, d’outils et de
méthodes d’analyse indispensables pour un traitement
rigoureux des questions économiques, sociales et
politiques de notre temps ;
- en s’appuyant sur l’observation de faits
économiques et sociaux enrichie par des apports
théoriques ;
- à l’aide d’une démarche pluridisciplinaire et
grâce à un travail sur des thèmes transversaux ;
Démarche : adopter une posture méthodique, celle de
la critique informée, avec pour toile de fond la devise suivante :
les choix économiques sont avant tout des choix de société, donc des choix politiques !
Quelques grandes questions qui traversent le cours de terminale :
Quelles sont les sources et les limites de la croissance ? ‘’Plus’’, est-ce forcément ‘’mieux’’ ? La croissance
et le développement, tant humain que durable, sont-ils toujours liés ? Qu’est-ce qui justifie l’intervention
économique et sociale de l’État ?
Quels sont les effets du progrès technique sur la croissance et l’emploi ? Comment expliquer les crises
économiques ? Quelles sont les causes du chômage ? Quelles politiques pour l’emploi ? La croissance
favorise-t-elle la baisse des inégalités ?
Comment évoluent la structure sociale, les inégalités et le lien social dans les sociétés contemporaines où
s’affirme le primat de l’individu ? Quels sont les conflits sociaux qui les traversent ? Assiste-t-on à un
brouillage des frontières de classes, voire à leur disparition ? Toute inégalité est-elle injuste ? Quelles sont
les différentes conceptions de la justice sociale ?
Quels sont les fondements du commerce international et de l’internationalisation de la production ?
Pourquoi faut-il réguler la finance internationale ? Qu’est-ce qui dynamise l’intégration régionale ? Quelle est
la place de l’Union Européenne dans l’économie globale ? Quels sont les effets de la construction
européenne sur la régulation des économies et des sociétés des pays membres ?
Vocabulaire de première
(en gras, couleur et italiques, les mots directement mobilisables en terminale, cependant la maîtrise des
autres notions permettra de valoriser une copie lors de l’épreuve du baccalauréat)
 Action publique : action menée par les autorités étatiques
 Agenda politique : ensemble des problèmes qui sont perçus comme appelant un débat public, voire
l’intervention des autorités publiques.
 Allocation des ressources : manière dont une économie utilise ses ressources pour produire des biens et
services.
 Anomie : absence ou affaiblissement des normes sociales.
 Asymétries d’information : quand sur un marché, l’un des deux acteurs dispose d’une meilleure
information. Elle risque de compromettre le fonctionnement efficace du marché.
 Autofinancement : financement d’un agent économique par sa propre épargne.
 Avantage absolu : Chaque pays se spécialise dans le domaine dès lors qu’il est meilleur dans sa
production A SMITH
 Avantage comparatif Théorie selon laquelle un pays se spécialise dans le domaine dans lequel il est le
meilleur. Donc l’échange pourra profiter à tous D.RICARDO
 Banque centrale : institution financière qui met en place la politique monétaire et alimente le marché en
liquidités.
 Biens collectifs : biens ou services qui peuvent être consommés simultanément par plusieurs personnes
(non rivalité) et pour lesquels il est impossible d’exclure celles qui refusent de payer (non excluabilité)
 Bilan : document comptable normalisé établi en fin d’exercice donnant la situation du patrimoine en fin
d’exercice.
 Bureaucratie : mode d’organisation rationnel caractérisé par la division du travail, la spécialisation des
fonctions, une structure d’autorité hiérarchique et un système de règles
 Capital social : ensemble des personnes de sa connaissance (carnet d’adresses) qu’un individu peut
mobiliser en vue d’un objectif.
 Chiffre noir de la délinquance : désigne l’écart entre la délinquance réelle et la délinquance légale.
 Chômage : situation d’un agent qui est sans emploi et en cherche un (actif inoccupé).
 Citoyenneté : participation à la vie de la cité, à la jouissance des droits qui lui sont attachés et à
l’exercice des devoirs qui lui sont attribués.
 Compte de résultats : document comptable normalisé qui rend compte de l’ensemble des charges et des
produits durant un exercice. ( le solde donne le résultat net.).
 Conflit : désaccord, lutte, affrontement dans l’entreprise ou la sphère sociale.
 Contrainte budgétaire : ensemble formé par les revenus du consommateur et les prix des biens qui sont
une donnée lorsqu’il fait ses choix de consommation.
 Contrôle social formel/ informel : le contrôle social formel est mis en places par des institutions
spécialisés alors que le contrôle social informel est exercé par une pression diffuse de l’entourage.
 Coopération : fait d’impliquer les individus appartenant à l’entreprise de manière à ce qu’ils agissent
conjointement et intègrent les objectifs
 Coûts de transaction : coûts liés aux échanges sur le marché, ils peuvent être directs ou indirects.
 Coûts : ensembles des dépenses ( coûts fixes+ coûts variables) encourues par une entreprises pour la
réalisation de son activité.
 Déficit public : situation dans laquelle les dépenses sont supérieures aux recettes de l’état.
 Demande globale : demande des biens et services qui émane de l’ensemble des agents économiques du
pays.
 Démocratie participative : les décisions sont prises par les représentants élus avec la participation des
citoyens.
 Démocratie représentative : les élus s’expriment au nom du peuple qui n’a pour faculté que de les
désigner.
 Dépenses publiques : ensemble des dépenses des administrations publiques.il s’agit pour l’essentiel de
la production de services non marchands.
 Désaffiliation : processus de fragilisation du lien social conduisant à la pauvreté qui s’explique par un
affaiblissement des solidarités de proximité (Robert Castel).
 Déséquilibre extérieur : situation dans laquelle la valeur des exportations est différente de celle des
importations ( on parle d’excédent ou de déficit).
 Dette publique : ensemble des emprunts des administrations publiques.
 Déviance primaire/ secondaire : acte de transgression d’une norme sociale/ reconnaissance et
qualification de la déviance par une instance de contrôle social.
 Disqualification sociale : processus conduisant à l’exclusion, par lequel les individus mal intégrés sur le
marché du travail intériorisent l’étiquette d’assistés ou d’exclus que leur attribuent les différentes
institutions, en particulier gérant les aides sociales (Serge Paugam)
 Dissuasion : mécanisme par lequel la peur de la sanction dissuaderait le candidat potentiel à la déviance.
 Droits civiques : droits accordés par les États à ses citoyens. Ils doivent être différenciés des droits de
l’homme.
 Droits de propriété : droit d'utiliser, de profiter et de disposer d'une chose, d'en être maitre absolu et
exclusif dans les conditions fixées par la loi.
 Échange marchand : échange réalisé par le marché, qui en fixe la contrepartie sous une forme
généralement monétaire
 Enquête de victimation : on interroge un échantillon représentatif pour connaître la délinquance subie,
indépendamment des déclarations officielles
 Équilibre emplois~ressources : égalité entre les ressources en biens et services dont une nation a disposé
au cours d’une année et leurs utilisations.
 État de droit :État caractérisé par une soumission au droit
 État unitaire /fédéral : un État est unitaire lorsque tous les citoyens sont soumis au même et unique
pouvoir ; il s’oppose à l’État fédéral ou la souveraineté est partagée entre la dimension fédérale et la
dimension fédérée.
 État : forme d’organisation politique caractérisé par le monopole du pouvoir de contrainte sur un
territoire et une population donnée
 État-Nation : association d’un état et d’une nation (communauté d’individus qui possède une certaine
unité)
 Externalités : action économique qui a des effets sur des tiers sans que ces effets donnent lieu à un
paiement ou à une transaction économique.
 Facteurs de production : ressources utilisées pour produire des biens et des services et qui ne sont pas
détruites au cours de la production (travail et capital)
 Financement direct/ indirect : financement par l’intermédiaire des marchés financiers / financement par
le crédit bancaire.
 Fonctions de la monnaie : intermédiaire des échanges, unité de compte et réserve de valeur.
 Fonctions économiques de l’État : allocation, redistribution, stabilisation ( Musgrave 1959)
 Formes de sociabilité : ensemble des relations sociales effectives qui relient l’individu à d’autres par des
liens interpersonnels
 Formes de la monnaie : marchandise, métallique, fiduciaire, scripturale, électronique.
 Gain à l’échange : pour les individus, il s’agit de la différence qui leur est favorable entre le prix auquel
le vendeur ou l’acheteur était prêt à effectuer l’échange et le prix auquel s’effectue réellement l’échange.
Pour des pays, il s’agit de se procurer des produits qu’ils ne peuvent pas fabriquer eux-mêmes ou des
produits qui sont moins chers à l’étranger.
 Gouvernance d’entreprise : ensemble des processus, des institutions, des objectifs des normes et des lois
influant sur la manière dont l’entreprise est dirigée, administrée et contrôlée.
 Groupe d’appartenance / de référence : groupe auquel l’individu appartient en fonction de son statut /
groupe dont les normes, valeurs, croyances et représentations sont adoptées comme un modèle
 Groupe d’intérêt : organisation qui cherche à influencer les décisions des autorités de manière à
défendre les intérêts particuliers d’un groupe donné.
 Groupe primaire/ secondaire : groupe de petite taille qui se caractérise par des relations
interpersonnelles.de face-à-face./ groupe de grande taille dont les objectifs ainsi que les rôles des individus
sont définis et ou les relations sont fonctionnelles.
 Hiérarchie : structure de la société classant les groupes et les individus selon une échelle +/- par rapport
à des critères de statut, de pouvoir, de prestige, de richesse, de maîtrise de la culture légitime….
 Incitations sélectives : système d’avantages utilisés par les organisateurs d’une mobilisation afin
d’inciter les individus à participer à l’action. (positives ou négatives)
 Inflation : hausse du niveau général des prix
 Institutions marchandes : ensemble des règles qui s’imposent aux individus et définissent le cadre des
transactions marchandes.
 Loi des rendements décroissants : cette loi stipule que lorsque un des facteurs varie, l’autre restant fixe,
l’accroissement de la quantité produite devient de plus en plus faible jusqu’à devenir nul .
 Marché monétaire : marché des capitaux sur lequel les banques s’échangent des liquidités.
 Marginal : coût d’une unité supplémentaire ( var du coût total / var quantité)
 Marginal : recette supplémentaire engendrée par la vente d’une unité supplémentaire
 Masse monétaire : quantité de monnaie en circulation dans une économie
 Monopole : situation de marché ou une entreprise unique est confrontée à une demande importante et
peut donc fixer ses prix.
 Moyen : coût d’une unité produite ( coût total / quantité produite)
 Moyenne : recette unitaire.
 Normes : règles ou modèles de conduite propre à un individu, à un groupe ou à une société, appris
partagés et légitimés par des valeurs et dont la transgression entraine des sanctions.
 Offre et demande : forces de marché, quantité de biens ou services qu’une entreprise (consommateur)
désire vendre (acheter) sur un marché.
 Oligopole : situation de marché comportant un petit nombre de firmes d’importance comparable.
Chacune dispose donc d’un pouvoir de marché et sont conscientes que les autres sont dans la même
situation.
 Passager clandestin : celui qui bénéficie d’un avantage sans en supporter les coûts.
 Politique budgétaire : action des pouvoirs publics qui passe par une modification des prélèvements ou
des dépenses publiques
 Politique monétaire : action de l’autorité monétaire sur la création monétaire des banques de second
rang pour réguler la quantité de monnaie en circulation
 Pouvoir de marché : capacité d’une entreprise à imposer un prix de vente élevé en raison de son poids
sur le marché.
 Prélèvements obligatoires : ensemble des impôts, taxes et cotisations sociales perçus par les
administrations publiques
 Preneur de prix (price taker) : situation d’une entreprise sur un marché concurrentiel qui ne peut pas
influencer le prix selon la quantité qu’elle produit.
 Préteur en dernier ressort : rôle joué par la banque centrale, consistant à créer de la monnaie centrale
pour alimenter le marché en liquidité lorsque les banques commerciales en ont besoin.
 Prix et quantité d’équilibre : prix et quantité pour lesquels offre et demande sont égales
 Prix relatif : rapport entre les prix de deux ou plusieurs biens.
 Production marchande : production de biens et de services s'échangeant, ou susceptibles de s'échanger,
sur un marché, à un prix couvrant au moins les coûts de production
 Production non marchande : production fournit à la société à titre gratuit ou quasi gratuit
 Productivité : rapport entre la production effectuée et le facteur qui ont permis de l'obtenir. cela mesure
l'efficacité du facteur (par exemple productivité du travail : VA / quantité de travail)
 Profit : revenu d’une entreprise qui permet à la fois de rémunérer ses propriétaires et de financer tout ou
partie de ses investissements (recette totale - coût total)
 Rationnement : situation résultant d’un déséquilibre entre l’offre et la demande sur un marché. Lorsque
le prix est fixé en dessous du prix d’équilibre, la demande est supérieure à l’offre : toute la demande ne
peut être satisfaite on parle de rationnement.
 Recettes : recette totale = chiffre d’affaire (prix de vente unitaire x quantités vendues.
 Relation d’agence : contrat par lequel une ou plusieurs personnes engagent une autre personne pour
accomplir une tache, impliquant la délégation de tout ou partie de l’autorité de prise de décision
 Revenus de transfert : transferts dont les ménages bénéficient grâce aux administrations publiques et
aux ISBLSM et qui n’ont pas pour contrepartie l’apport d’un facteur de production.
 Risque de crédit : risque qu’une contrepartie ne s’acquitte pas intégralement d’une obligation à la date
d’échéance ou ultérieurement
 Rôles : modèles de comportement conformes aux attentes que peuvent avoir les membres de la société.
 Salaire : revenu perçu par ceux qui louent leur force de travail à un employeur.
 Socialisation anticipatrice : forme de socialisation pendant laquelle un individu intériorise les normes et
les valeurs d’un groupe de référence auquel il souhaite appartenir.
 Socialisation différentielles : socialisation différente suivant le genre ou le milieu social
 Socialisation primaire/ secondaire : le processus de socialisation primaire désigne le processus de
socialisation qui se déroule durant l’enfance. La socialisation secondaire correspond à la poursuite de ce
processus durant l’âge adulte.
 Solidarité : lien volontaire ou involontaire qui peut être privé ou collectif entre des individus afin de
s’entraider.
 Spécialisation : Répartition des différentes activités économiques entre les agents ou les nations
 Stigmatisation : processus au terme duquel une personne se voit déconsidérée et ainsi privée
d’opportunité auxquelles elle aurait eu droit.
 Surplus : gains issus des échanges entre consommateur et producteur
 Taux d’intérêt : rapport entre l’intérêt et la somme prêtée ou empruntée.
 Utilité marginale : il s’agit de la variation de l’utilité entrainé par la consommation d’une unité
supplémentaire de bien ou service.
 Utilité : degré de satisfaction lié à la consommation d’un bien économique. On peut également parler de
satisfaction retiré par un individu de la consommation d’un bien ou d’un service.
 Valeur ajoutée : différence entre la valeur finale d'un produit et celle des consommations
intermédiaires. La valeur ajoutée mesure donc la production effective de l'entreprise
 Valeurs : principes qui déterminent l’orientation de l’action individuelle et sociale.
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire