Charles MARTEL propose à ses nobles de devenir ses

publicité
Le Moyen-Age
Introduction
476-1492 = MA
476-1000 = Haut MA → Période du début du Royaume de France.
XI-XIII = MA central / Epoque féodale
XIV- XV = Bas MA
987 Arrivée de Hugues Capet.
MA est une période de transition et de création.
Sociétés marquées par la religion. Le christianisme guide la vie de tout le monde ainsi que de l'État.
Sources:
Utilisation de peu d'écrit.

Ouvrage d'historiens de l'époque (histoire ancienne et de leur vie).
Histoire des Francs de Grégoire de Tours. Ve siècle
Annales royales IX siècle.

Textes officiels et normatifs
Édits, diplômes, capitulaires.

Textes religieux
Hagiographies, textes normatifs, droit canonique

Sources archéologiques
rites funéraires
481-751 Mérovingiens
751-IX Carolingiens
987 Hugues Capet
La Gaule au Ve siècle
L'installation des barbares et la fin de l'Empire romain.
395 Empire romain d'occ (Rome) / Empire d'Orient (Constantinople)
313 Edit de Tolérance par Constantin. On a le droit d'être chrétienne.
380 Le christianisme devient rlg d'E. Tout le monde doit être chrétien.
I / La Gaule romaine.
Conquise par César en -52. La Gaule est donc romanisée, les habitants sont les gallo-romains.
Imp des grandes villes qui concentrent les act commerciales, artisanales, culturelles...
Cuvitas: la cité et ses territoires.
Orléans= Cenabum et ses habitants sont les carnutes.
Campagnes bien mises en valeur et peuplées.
La villa = Grande propriété foncière possédée par un aristocrate ou riche citoyen gallo-romain
cultivée par des esclaves ou des colons.
Source de développement à travers tout l'empire.
Le pouvoir
Le pouvoir impérial est exercé par des aristocrates gallo-romains locaux au nom de l'empereur. Ils
exercent des magistratures municipales dans les cités, ils gouvernent et font appliquer les R
impériales et exercent la justice. Certains vont parfois à Rome en tant que sénateur (haut de la
société). Le sénat est la chambre qui accompagne le roi dans ses décisions.
Les richesses de l'empire proviennent de la Méditerranée. Grandes villes: Lyon, Arles. Au Nord de
la Loire ceux sont des villes de second rang.
II/ Les invasions barbares.
A/ Les peuples barbares.
A partir du IIe siècle mouvements migratoires importants de l'est à l'ouest.
Barbares: hors limes. (parlent ni grec ni latin)
Différentes peuplades:

Goths (Ukraine) A partir de 270 ils se déplacent vers le Sud-Ouest (Roumanie appelée Dacie
à l'époque)

Les Vandales, Alamans, Burgondes, Francs (All, Pologne)

Angles, Saxons, Lombards (Pays-Bas, Danemark)
Peuples semi-nomades
Regroupés en tribu, système tribal. Chaque tribu est composée d'un chef.
Polythéisme. Le dieu le + important est celui de la guerre. Converti à un christianisme déviant:
l'arianisme au IV-Ve siècle. Évangéliser par des chrétiens de l'empire romain.
Arius= prêtre alexandrin qui a développé sa propre conception. Il ne croit pas en la trinité, pour lui
JC n'est pas un envoyé de Dieu mais un simple homme. Il sera condamné.
322 Concile de Nicée: discute sur le dogme
Ulfila IVe converti les Goths

Huns. (turco mongol)
B/ Les grandes invasions.
Les Goths se divisent entre wisigoths et Ostrogoths. Ils sont repoussés par l'empire d'Orient.
410 Premières invasions. Rome est prise par les Wisigoths
412-414 « foedus » → peuple fédéré Ils s'engagent a défendre l'empire romain en contrepartie
d'argent
Les vandales 407 traversent l'empire et la Gaule pour éviter les Huns. Ils vont vers l'Espagne.
416 Affrontements Vandales / Wisigoths. Royaume vandale en Tunisie.
Les Huns 441 avec Attila qui meurt en 453 (mort naturelle)
411 Burgondes s'installent en Rhénanie. Peuple fédéré.
Francs saliens
ostrogoths envahissent l'Italie en 488.
VI-VIII Lombards
C/ Invasions ou fusions des barbares ?
Connaître les noms de peuple et personnages.
Lexique a connaître: Cité, Ordre sénatorial, foedus, limes.
Les royaumes barbares du Ve siècle
I/ Les royaumes barbares de Gaule avant Clovis. (carte 4)
A/ Le royaume wisigothique
Toulouse est la capitale du royaume wisigoth.
Les wisigoths rendent service aux romains car ils les aident à se défendre contre les Huns.
Le royaume de Toulouse atteint son apogée avec Euric qui règne de 466 à 484. Le roi crée une
administration wisigothique qui remplace l'administration romaine. Il ne supprime pas
l'administration romaine mais la réutilise à son profit. Euric y laissent les magistrats
municipaux (gallo-romains) mais ceux-ci leurs doivent fidélité. Il fait la même chose avec les
comtes, qui sont des fonctionnaires romains chargés de la justice et de l'armée dans les différentes
circonscriptions de l'empire romain. Les comtes étaient nommés par l'empereur romain, donc ils
sont a présent nommés par le roi wisigoth. Le roi met en place des ducs qui sont des chefs
militaires, nommés par le roi (wisigoths + aristocrates gallo-romains).
B/ Le royaume burgonde.
Les burgondes ont d'abord créé un premier royaume sur la rive gauche du Rhin près de la ville de
Worms.
411= Royaume de worms. Ils ont obtenu le foedus.
Mais ce royaume a été détruit par les Huns en 451. Ils se déplacent donc vers la Bourgogne et les
Alpes. → Nouveau foedus. Ils servent toujours alliés aux romains.
Ce royaume connaît son apogée avec le roi Gondebaud qui règne de 480 à 516. Il crée une
administration (elle a très inspiré les francs). Comment fonctionne-t-elle ?
–
Optimates (= les grands) Fonction militaire + conseil le roi
–
Les maires du palais. Le roi nomme un maire dans chaque palais du royaume. Fonction
domestique (grand fonctionnement de la maison) + fonction politique car ils accueillent tous les
optimates et autres, les impôts...
–
Les chanceliers, chargés de rendre la justice et de rédiger les écrits.
–
Les comtes. Ils exercent leurs fonctions dans les pagi (un pagus)
–
Les missi (un missus), c'est un envoyé du roi dans le royaume. Il est chargé de vérifier si la
loi est bien appliquée, que tout le monde exerce bien leur travail sur le terrain. Ils rendent des
comptes ensuite au roi.
C/ Le « royaume » de Syagrius.
C'est un espace non conquis par les barbares. Administrations romaines.
476: Romulus Augustule empereur à la chute.
Syagrius était maître des milices (chef des armées) de Gaule depuis 460. En 476, plus d'empereur
mais continue à être chef des armées et dirige le pays. Mais il n'a jamais cherché à devenir roi.
II/ L'émergence du royaume franc.
A/ Qui sont les francs ?
Ensemble de peuples d'origine scandinave (Chamaves, Bructères, Chattes etc) qui sont venus
s'installer au premier siècle aux marges de l'empire sur la rive droite du Rhin.
Ces peuples vont s'unir dans une ligue appelée Franci contre les romains. Ils sont repoussés par les
romains, mais au IV siècle les romains ont plus de mal alors un certain nombre de francs (saliens)
viennent s'installer à l'intérieur du limes avec l'accord des romains. Cela dit ils restent distincts des
romains. Les francs en dehors du limes sont appelés francs rhénans.
Au sein des francs, il y a autant de roi que de tribus. Parmi ces rois, les rois de Tournai dont Clovis
fait parti. Un de ses ancêtres s'appelait Mérovée, Childeric son père (règne 460-481) qui est
prédominant par rapport aux autres. Il est connu car il a conclu un foedus avec les romains, il a
été ami avec Syagrius.
B/ Les conquêtes de Clovis.
Il remporte une victoire contre Syagrius en 486.
493: Il épouse Clothilde (nièce de Gondebaud) → Alliance entre Clovis et les Burgondes, il ne va
pas s'attaquer aux Burgondes.
Les Alamans s'attaquent aux francs rhénans, eux vont appeler Clovis. Il tue le roi et récupère le
territoire après la bataille de Tolbiac en 498.
508 Victoire contre les wisigoths à Vouillé, décisif car il tue Alaric II. Les wisigoths se
réfugient en Espagne et prenne pour capitale Tolède. La septimanie reste wisigothique. →
Aucune façade sur la méditerranée (carte 5) + l'Armoric reste aux bretons.
C/ La fondation du royaume franc.

Baptème de Clovis soit en 498 après Tolbiac, après la bataille contre les Alamans qu'il
gagne il suit le catéchuménat avec Rémi, évêque de Reims qui le baptise le 25 décembre 498. (soit
508 après Vouillé.) Baptême = calcul politique, gallo-romains chrétiens + Eglise est la seule
institution qui reste après la chute de l'empire romain.
Premier peuple barbare chrétien romain.

Cérémonie de Tours en 508: Clovis met la chlamyde (manteau pourpre romain) + diadème
+ distribue de l'argent au peuple. Anastase (empereur de l'empire romain d'orient) le nomme
Auguste (nom romain) ce qui signifie qui le désire successeur de l'empire romain d'occ.
III/ Politique et société dans les royaumes barbares.
A/ La conception du pouvoir.
Le roi est un roi guerrier à la tête d'un peuple guerrier. Tous les ans, ils partent en campagne
militaire.
Les rois sont chevelus. Les cheveux sont une puissance victorieuse magique appelée le mund.
Pour les destituer, on les tond.
En germanique, Childeric est appelé « Hilde-Rik » puissant à la guerre, Clovis « Hlod-wig » illustre
au combat.
Partage du butin entre tout le monde après une victoire.
Le roi à la tête d'un royaume qu'il a conquis, c'est une conception patrimoniale du pouvoir → le
territoire qu'on dirige est sa propriété.
Le pouvoir franc se romanise car il y a des administrations qui sont crées comme les romains et les
burgondes. Childeric a adopté les coutumes romaines, il est vêtu de l'habit romain (la fibule + la
broche et la bague servant de sceau.)
B/ La religion.
Tous les rois barbares sont ariens, mais ils tolèrent les chrétiens. Les choses changent avec le
baptême de Clovis. Le peuple franc va suivre progressivement Clovis tout au long du VI siècle. Le
VI siècle est un siècle d'évangélisation. La religion est un ferment d'unité entre gallo-romains et
francs.
Les rois wisigoths deviennent chrétiens à la fin du VI siècle.
C/ Les relations entre indigènes et barbares.
Les barbares sont des hommes libres (pas d'esclaves). Ceux sont des nomades et se sédentarisent
avec les royaumes. Sociétés de type guerrière avec beaucoup de solidarité. Le roi est le chef du
peuple.
Il n'y a pas de droit écrit, les règles sont issues de la coutume. Justice: faide: le droit de faire justice
soi-même. Clovis installe le Wergeld: amende que l'assassin ou la famille doit verser. Société
violente.
Les rois barbares adoptent des principes:

ils choisissent de ne pas exclure les élites gallo-romaines.

Le principe de la personnalité des lois. Ils sont jugés avec les tribunaux et le droit de leur
origine.
Écriture du droit: 506: Le bréviaire d'Alaric: Succession de lois dans le royaume wisigothique, très
inspiré du droit romain. Gallo-romains et wisigoths sont concernés.
508-511: Loi salique, droit franc.
515 Loi Gambetta, droit burgonde.

Hiérarchie des sociétés. Elite / Libres / Non-libres (anciens esclaves romains) / Nouveaux
esclaves barbares.
Synthèse:
Syncrétisme des royaumes barbares
Recul de la romanité
Lexique : comtes, duc, maires du palais, mund, pagus, faide, wergeld, esclave, personnalité des lois.
Le royaume mérovingien.
I/ Du royaume de Clovis aux 3 royaumes.
A/ Des partages à la guerre civile (511-614)
Le royaume va petit à petit trouver des difficultés à cause de la succession.
Système successoral chez les francs. Le roi considère son royaume comme sa propriété privée.
Il partage donc son royaume entre ses fils.
En 511 Division du royaume en 4 : cf Carte 5
–
Thierry reçoit la partie orientale avec comme capitale Reims
–
Clodomir, une large région de la Loire avec comme capitale Orléans.
–
Childebert reçoit la part NO avec Paris
–
Clotaire reçoit le berceau de la famille mérovingienne avec Soissons.
L'objectif est que chaque fils ai la même superficie avec la même richesse.
Les choses se déroulent bien entre les 4 frères et continue les conquêtes de leur père. En 531 ils
conquirent le territoire thuringe, en 534, ils annexent la burgondie (pas de guerre mais
transmission), 536 ils conquirent une partie de l'Alémanie, en 537 conquête de la provence contre
les ostrogoths. La septimanie reste toujours wisigothique.
Années glorieuses. De plus, ils continuent même sans annexion de territoires à faire des expédition
militaires qui permettent de récupérer des butins.
558 Clotaire est seul survivant et le royaume est réunifié. Il meut en 561.
Clotaire à 4 fils → nouveau partage.
–
Sigebert obtient la partie orientale (Austrasie)
–
Gontran reçoit la Bourgogne.
–
Charibert reçoit le royaume de Paris
–
Chilperic reçoit le royaume de Soissons.
→ Quasi même découpage.
En 567 Charibert meurt et c'est Chilperic qui récupère son royaume. On appelle ce territoire la
neustrie.
Les choses vont s'envenimer avec les femmes.
Sigebert épouse Brunehaut (princesse wisigothique). Chilpéric épouse Galswinthe (il avait déjà une
autre femmes avec qui il a eu 3 fils) et il est en concubinage avec Frédégonde avec qui il a eu un
fils. Frédégonde qui veut le pouvoir va tuer Galswinthe et Brunehaut qui était sa sœur lance la faide
et la venge. Chilpéric ayant renier sa première femme, il se marie avec Frédégonde. Guerre entre les
deux royaumes.
En 614, Il reste Brunehaut qui cherche à mettre son arrière petit fils au trône mais elle est virée par
l'aristocratie, et le royaume est réunifié pour CLOTAIRE (fils de Frédégonde et Chilpéric).
Guerre a duré de 571 à 614 Guerre civile pendant 40 ans. Les nobles critiquent leurs rois car ils
appauvrissent le royaume et font tuer des nobles à cause de la faide.
Avant, malgré les partages, il y avait un sentiment mérovingien. Après 614, même si le royaume est
réunifié, les deux parties vont toujours rester en froid.
B/ Le dernier éclat de la royauté mérovingienne: Clotaire II et Dagobert.
Clotaire a tué le fils de Brunehaut et celle ci est morte tiré par un cheval auquel elle était attaché par
les cheveux.
Clotaire réunit les Grands (fonctions importantes dans le royaume, clercs ou laïcs) provenant de
Bourgogne, Neustrie et Austrasie à Paris. Plusieurs décisions:
–
Il réaffirme les principes antérieurs à la faide
–
Les biens des Grands et serviteurs des rois confisqués pendant la faide leurs sont restitués.
–
Les augmentations d'impôts pendant la faide sont annulées
–
Les hommes qui exercent des responsabilités majeures seront désormais exclusivement
recrutés dans la région qu'ils administrent. C'est le principe de l'indigénat. → Montée du
nationalisme. Stratégie pour montrer qu'il ne va pas envoyer des neustriens dans les 3 royaumes.
Il place son fils Dagobert roi d'Austrasie pour montrer que l'Austrasie a son propre roi. Les nobles
austrasiens apprécient. Dagobert va vivre en Austrasie, il est jeune et se fait donc chapeauter par
Arnoul et Pépin de Landen. En 629, Clotaire meurt et Dagobert devient le seul roi. Dagobert a bien
gouverner et s'est entouré d'évêques (notamment d'Eloi, Ouen et Didierde Cahors)
II/ L'organisation du pouvoir mérovingien.
A/ Le pouvoir royal.
Le roi est le chef et il a des attributions:
•
La guerre. Il est accompagné d'une garde personnel appelée la truste (les instrustions). Ils
jurent fidélité au roi en lui touchant la main. Liens d'homme à homme. Mode de vie nomade: le
roi ne cesse de se déplacer. Le roi va de palais en palais, et même s'il y a une capitale il n'y habite
pas toujours car il va se montrer à ses sujets et il va vérifier si les agents locaux font bien leur
travail, rend la justice et consomme les richesses de son pays. Dans les palais on trouve les maires
du palais et les nutritis (jeunes aristocrates pour apprendre la guerre et le service du roi), on y trouve
aussi la chancellerie, et le trésor du roi. Les ressources royales sont multiples: les butins (gros chez
Clovis et ses fils), les revenus des domaines royaux cultivés par des esclaves ou hommes libres, les
amendes de justice, les anciens impôts romains (la Tonlieux, les droits de passage sur ponts ou
routes, l'impôt par tête), il dispose du droit de gîte (les sujets doivent héberger et nourrir l'armée
quand elle part en campagne).
Dépenses ostentatoires, liées à la vie du palais, rétribution des grands (il rémunère ses
sujets de manière irrégulière, parfois par des terres.)

La justice. Il en est le garant, et dans certains cas il rend la justice dans le tribunal MALLUS
dans les palais provinciaux (conflits entre nobles).

Le ban appartient au roi (=pouvoir de punir et contraindre)
B/ L'administration locale.
–
Les maires du palais
–
Les comtes : attributions judiciaire, militaire, fiscale et policière. Ils les exercent dans
leur comté, équivalent au pagus, diocèse ou cité. Il est aidé par des centeniers dans leur centaine
(mêmes attributions mais inférieur)
Le comte préside le MALLUS comtal, il est assisté par les rachimbourgs. De plus, l’attribution
militaire se fait au comte afin de recruter les soldats lors des campagnes de guerre du roi. Le comte
est alors un chef de guerre, un chef militaire. Tout sujet dans le royaume mérovingien à l’obligation
de rendre son service militaire nommé l’ost.
–
Les évêques sont les chefs du clergé. Ils ont des attributions religieuses mais ils se
substituent à l’administration à tel point qu’ils deviennent les seuls dirigeants des villes. Ex :
St Aignan pour Orléans. Lorsque Clovis installe son pouvoir, il fait alliance avec les évêques et ils
ne vont pas disparaitre suite à l’installation des comtes. Cela crée une rivalité entre les évêques et
les comtes dans chaque grande ville où ils se retrouvent face à face. Leur division va se faire en
pratique où l’évêque garde un pouvoir majeur de type politique, il ne rend ni la justice et ne dirige
pas l’ost. De plus, l’évêque a le soutien de la population, ce qui est un avantage face au comte qui
est vu comme un simple employé par le roi imposant les choses. Bien souvent, le roi doit intervenir
dans les conflits mais, à cette situation il ne soutient que très peu souvent les comtes, il s’allie aux
évêques étant des fidèles au roi. Mais, cela se passe au cas par cas en fonction des personnes et des
époques.
–
Système de l'immunité. Domaine qui appartient à des Grands, évêques, des abbayes.
Domaines où le comte n'a aucun pouvoir. La familia est composée de sujets de l'évêque Mise en
place par une administration mise en place par le proprio. La justice est rendue par l'évêque pour
tous ceux qui y habitent.
C/ La noblesse.
Liens de homme à homme : s'il trahit le roi il perd son honneur. Ces Leudes doivent leur puissance au
roi. Soit il leur donne des terres soit des dons soit des revenus attachés a la fin du comte.
Les charges ne sont pas héréditaires. Mais les choses évoluent à partir du moment où les rois
deviennent moins importants. Les nobles exigent de remettre à leur fils leurs charges, et le roi
qui veut leur soutien accepte. Ça se fait très progressivement par la pratique et le rapport de
forces. Mais des dynasties apparaissent (dynastie de comte, dynastie de maire du palais). Le roi
va se trouver moins puissant par rapport a ses serviteurs locaux. Les nobles se constituent des
familias (qui les servent) et des assistants qui travaillent pour lui. Les nobles se créent des
territoires. Petit à petit, la noblesse devient de + en + indépendante et sert de moins en moins
le roi.
III/ La montée en puissance des maires du palais et la fin des mérovingiens 639-714
A la mort de Dagobert, ses deux fils se partagent le royaume: Clovis II et Sigebert III
Clovis reçoit la neustrie-Bourgogne et Sigebert l'austrasie. Ils ne vont jamais réussir à s'imposer.
La noblesse est bien implantée dans les comtés et a développé le système de la vassalité. Elle se
généralisera qu'au XI siècle.
La vassalité c'est qu'un homme libre se recommande auprès d'un autre homme plus puissant. Celui
qui se recommande est le vassal l'autre est le seigneur. Le vassal se place sous la protection de son
seigneur et reçoit des subsistances et en échange il promet fidélité au seigneur. Les comtes sont très
implantés, ils ont des vassaux etc. Nobles indépendants du roi, qui lui a beaucoup moins de prestige
et d'argent.
Ces comtes utilisent le service militaire à leur profit, pour faire des guerres à leur propre intérêt.
Dans ce contexte, des familles nobles vont prendre le dessus, notamment ceux qui occupent la
mairie du palais. C'est le cas aussi bien en Neustrie qu'en Austrasie. C'est le maire du palais
qui est le plus au courant des affaires royales. Maires du palais connaissent bien les familles
aristocrates et font partis de l'aristocratie, c'est eux qui gèrent les finances royales etc.
Position stratégique entre aristocratie et royauté. Ces maires du palais vont profiter de la
faiblesse des rois pour s'approprier des terres. Neustrie aucune famille se distingue. Austrasie,
Pépin est maire du palais de Dagobert et ses descendants vont garder ce titre. Cette famille se
nomme Arnulfide-Pippinides (Arnould de Metz + Pépin de Landen, ces deux personnages étaient
très proches de Dagobert), concurrence avec les agilolfildes (décend de Agilulf). Grimoald était
maire du palais mais les agilolfild qui comprennent que cette place est stratégique complotent et un
agilolfild prend sa place mais va se faire assassiner par Grimoald. En 662, Grimoald fait un coup
d'État pour devenir roi. Grimoald est renversé et éliminé par un des agilolfild, Wulfoad prend sa
place. Pépin II d'Herstal (Pépin II de Landen) estime qu'il a sa place et va éliminer Wulfoad et
devient donc maire du palais. Pépin II de Landen va tourner l'aristocratie contre les neustriens,
l'intérêt des austrasiens est de réunir l'austrasie et la neustrie sous Pépin II de Landen.
Bataille de Tertry en 687: défaite des neustriens face aux austrasiens.
En Neustrie, aucune famille s'est vraiment imposée, guerres internes entre les familles qui se
dispute la mairie du palais. Royaume mérovingien réunifié avec un seul maire du palais Pépin
II de Landen.
« Princeps Francorum » Pépin prend ce titre. Il meurt en 714.
Ccl°
Pourquoi les mérovingiens ont-ils connus un tel déclin après 639 ?
–
A cause de la R de succession qui affaiblit le royaume. Même la faide. Mais les
mérovingiens ne voulaient pas abandonner leurs coutumes. (Repris d'ailleurs par Carolingiens)
–
Fin des conquêtes et fin des guerres à partir de la faide. Le roi s'appauvrit car plus de
butin et il a donc moins d'argent a distribuer aux aristocrates. Perte d'argent et de prestige. Et
donc perte de contrôle de l'aristocratie. → Prise d'indépendance de l'aristocratie.
–
Les pippinides s'enrichissent, ils captent les richesses des mérovingiens a leur propre
profit.
Cette famille devient chef de guerre.
Dynastie importante, ne pas s'arrêter aux rois féneants.
Def:
nutritis
truste
mallus
Tonlieux
droit de gîte
leude
ost
centeniers
rachimbourgs
familia
faide
triaregla
indigenat
Chap 4: L'Église mérovingienne, une Église conquérante.
Une Église conquérante car la religion chrétienne est encore jeune et elle vient de s'imposer. Elle
s'est imposée en 380 pour les romains et en 498 pour les francs avec le baptême de Clovis. Elle doit
s'imposer aux gallo-romains et aux francs. Elle doit lutter contre :
–
le paganisme. Période d'évangélisation ou de christianisation → elle doit apprendre la
religion à ses fidèles.
–
les croyances anciennes liées à la superstition, croyances dans les personnages fabuleux,
astrologie etc.
–
les hérésies telles que l'arianisme.
Église de combat, jeune.
Comment se passe cette évangélisation ? Quels sont les moyens? Les résultats sont-ils satisfaisants
?
I/ Une Église en ordre de marche : le programme défini par Grégoire le Grand
( pape de 590 à 604)
Mise en œuvre dès le début du VI mais formalisée par Grégoire le Grand.
589 Conversion des wisigoths sous l'impulsion de leur roi Reccared.
Les Angles du Kent se convertissent à peu près au même moment.
Grégoire le Grand était au départ moine, très pieux. Il pratiquait aussi l'ascèse (mode de vie
ascétique): nier le corps pour permettre à l'âme d'accéder les hautes sphères (jeune, s'habiller de
façon neutre, subir le froid...) La souffrance permet de racheter ses péchés et d'accéder au paradis.
Il était très populaire, et les chrétiens ont voulu en faire un pape (alors que les moines ne deviennent
normalement pas pape). Il prend son pontificat très au sérieux, c'est le premier pape que l'on retient.
Il a théorisé l'évangélisation de la population.
Sa théorie pose plusieurs principes:
– La conversion doit se faire par la conviction et non par la force. Le meilleur moyen est
la prédication. Le prêche, c'est quand on explique la religion chrétienne dans un discours.
Le clergé chrétien doit être un excellent prédicateur, et doit séduire. (Porter la bonne
parole.)
–
Plutôt de lutter c/ les croyances païennes, il faut les maintenir mais en leur donnant une
signification chrétienne. Ex: la Toussaint, au lieu de supprimer cette fête païenne, la religion en a
fait la fête de tous les saints. Solstice d'été → fête de la St Jean.
Certains saints se sont démarqués en tuant des figures telles que les dragons etc EX : Saint Marcel a
tué le dragon des marais qui terrassait les parisiens.
Utilisation des anciens temples pour en faire des églises.
On appelle cette politique le syncrétisme religieux (mélange du christianisme aux croyances
païennes)
–
Amélioration de la liturgie (= ensemble des règles par laquelle on rend le culte au Dieu
chrétien, notamment le déroulement de la messe). Les chants, Grégoire le Grand introduit les
chants orientaux à la liturgie occidentale. On appelle ces chants le chant grégorien.
–
Il réorganise le clergé pour le rendre plus efficace. Les évêques doivent être
irréprochables, des modèles de christianisme. Il leur dicte des règles de vie strictes (célibat). Les
évêques doivent être indépendants du pouvoir laïc.
Les évêques sont responsables de leurs fidèles, ils doivent leur assurer le Salut.
Il donne aux moines plus de responsabilités.
Prosélytisme= Volonté de convertir la pop°.
II/ Les évêques, chefs de la cité chrétienne.
Chef du clergé régulier et séculier.
Ils réunissent des synodes= assemblée des ecclésiastiques du diocèse convoquée par l'évêque pour
discuter des affaires du diocèse. Toutes les décisions sont prises par écrit (ressemblent à des lois)
et forment le droit canon (le droit de l'Église). Puni par l'Église, sanction la plus grave est
l'excommunication.
Les évêques ordonnent les prêtres, et sont responsables de la qualité des prêtres du diocèse.
Règles doivent être respectées: les évêques doivent faire respecter le célibat, la tonsure (pratique
pour dissocier les clercs des autres), les clercs doivent porter des vêtements spécifiques (pour la
distinction), ils ne doivent pas participer à des fêtes profanes (noces, le mariage est profane à
cette époque). Si ces règles ont été posées c'est parce que les clercs ne les respectent pas forcément.
Les évêques peuvent participer au concile= (ass d'évêques qui décident de questions, doctrines
religieuses et de disciplines ecclésiastiques). Il peut se faire en province (Une province
ecclésiastique comporte 5, 6 ou 7 diocèses), au niveau national (tous les évêques du pays), les
conciles généraux (évêques + pape + chef des ordres religieux)
→ Ils jouent un rôle dans l'ensemble de la chrétienté.
Ils ont le rôle de chef de cité, protecteur. Fonctions politiques de la cité et de bâtisseur. Au VI et VII
les bâtiments construits sont ordonnés par l'évêque (murailles, bâtiments religieux: Eglises,
cathédrales , baptistaires)
Les évêques qui font des miracles sont appelés évêques thaumaturges.
Ceux sont aussi des pasteurs= ils portent la bonne parole.
Le recrutement.
Ils sont élus par le clergé du diocèse. En réalité, beaucoup d'interventions notamment du roi
(parfois celui-ci impose et ne demande pas l'avis du clergé: Ex de Didier de Cahors, ancien nutritus,
qui a été ami de Dagobert étant jeune.) Cette intervention s'est accentuée tout au long du VIe et
VIIe car comme ils sentent que l'aristocratie leur échappe , ils veulent faire du clergé leur allié.
Intervention des évêques du voisinage ou de l'élite locale.
Ils sont issus la plupart de l'aristocratie gallo-romaine (Grégoire de Tours, Rémi de Reims) car
les romains sont chrétiens depuis plus longtemps que les francs. Certaines familles se spécialisent
dans l'épiscopat (notamment la famille de Grégoire de Tours) Sorte d' « hérédité » au niveau des
neveux.
III/ Les moines, fers de lance de la foi.
A/ Les débuts du monachisme (phénomène monastique)
Le monachisme apparaît en Orient au IIe siècle après JC. L'idée est de copier les apôtres qui après
la mort de Jésus ont voyager pour porter la parole en menant une vie de pauvreté, vivant de
spiritualité, se détachant du matérialisme.
Ceux sont des hommes sans attaches. Des ermites, anachorètes. Vie très difficile en solitaire. On
assiste donc à des regroupements pour mener ensemble cette vie, à partir de ce moment on les
appelle les cénobites (le cénobitisme). Le plus ancien monastère est celui de St Pacôme fondé vers
320 sur le delta du Nil. En Gaule, le premier monastère est celui de St Martin au IV siècle qui était
d'abord soldat romain, quitte l'armée et vit une vie d'ermite près de Tours. Des disciples vont venir
vivre avec lui, noyau qui va donner l'abbaye de Marmoutiers (près de Tours).
La deuxième abbaye de Gaule a été construite sur les îles Lérins fondé en 410 par St Honorat.
Monastère féminin au VI siècle, Sainte Croix de Poitiers.
B/ Le monachisme irlandais.
Les monastères se multiplient dès 460. Souvent fondés par des grands aristocrates car la première
convertie par St Patrick. Monastère irlandais réputés par leurs enluminures et les infligeations à
leur propre corps. Monachisme dynamique. Prédication des païens. De nombreux sont partis
évangéliser le continent. C'est le cas de COLOMBAN qui voulait évangéliser la Gaule en 590.
Parcours connus car son hagiographie a été faite par Jonas de Bobbio dans la 1ère moitié du VII.
590, période de la faide, Colomban rejoint la Bourgogne qui ne s'est pas mêlée à la faide. Il vit
comme un ermite, reçu par les aristocrates locaux car il est reconnu par Gontrand. Il va fonder le
monastère de Luxeuil en Bourgogne. Vie en communauté dans la pauvreté rythmée par la
prière, les travaux manuels et la pénitence. Il continue son périple et rejoint l'austrasie, il est
invité par Thierry II (petit fils de Brunehaut) mais COLOMBAN reproche à Thierry d'avoir
plusieurs femmes et refuse de bénir les enfants que Thierry a fait avec sa concubine. Thierry et
Brunehaut vont le poursuivre et il est expulsé de la Gaule, il gagne Nantes et il va à Nantes où il
doit retourner en Irlande par bateau, mais tempête, le bateau fait demi tour et il retourne en France.
…
Burgundofara a fondé le monastère de femme à Faremoutiers. Elle est la fille de l'évêque de Meaux
et a connu Colomban quand elle était jeune.
Malo a fondé le monastère à St Malo.
C/ Le monachisme bénédictin.
Issu de St Benoît de Nursie (Italie), il meurt en 547. Il entre au monastère de Mont-Cassin et
réfléchit sur la vie des moines, il en écrit un livre → Règle de St Benoît. Elle a du succès car elle est
claire et équilibrée : elle partage équitablement la vie des moines entre lecture et travail
intellectuel (= écriture des manuscrits pour permettre de diffuser des textes), prière (pour
l'humanité) et travail manuel (en moindre mesure).
Ils doivent une totale obéissance à leur abbé et doivent faire vœu de stabilité. Monachisme
bénédictin reste dans un monastère contrairement à Colomban.
Le pape Grégoire Le Grand adopte la règle, et du coup elle se diffuse beaucoup.
Premier monastère apparaît en Gaule entre 620-630 à Albi. Abbaye de Fleury s/ Loire, maintenant
la ville s'appelle St Benoît s/ Loire reconnue par son exemplarité.
L'Église est réticente à partir du VII siècle face aux colombaniens car ils ne sont pas contrôlables,
ils se déplacent tout le temps. Le monachisme bénédictin est statique et donc contrôlable. De plus,
les colombaniens sont beaucoup plus exigeants.
S'il démarre plus tard, le monachisme bénédictin est beaucoup plus durable.
Il est soutenu par les aristocrates et le roi. DAGOBERT a fait des dons à St Denis. Fondation du
monastère de Nivelles par Itte qui était la femme de Pépin Ier de Landen. Fondation du monastère
de Jumièges par Bathilde, femme de Clovis II (fils de Dagobert).
→ Liée à l'alliance depuis longtemps + permet de racheter ses péchés en créant des monastères.
Nombre de monastères explosent en Gaule. 200 monastères sont fondés entre la fin du VI et le
début VIII.
IV/ L'évangélisation des populations.
A/ Les moyens de l'évangélisation.
L'édification de lieu de cultes (construction d'églises). Ceux sont les nobles qui sont responsables de
ces constructions car ils ont des moyens.
La prédication: On doit convaincre. Ceux sont les prêtres : responsables de leurs paroisses, les
évêques, et les moines missionnaires (colombaniens)
Culte des saints et des reliques. Les intercesseurs = saints, ils intercèdent à la faveur de ceux qui ont
prié pour eux auprès de Dieu pour les emmener au paradis. Saints ont beaucoup de succès auprès de
la population car il est plus facile de s'adresser à un saint qu'à Dieu : il a un visage, c'est un homme,
on connait sa vie, il est représenté. Personnage plus accessible, Dieu juge donc il fait peur.
On expose les reliques, et les statues dans les églises, le contact avec elles permettent la protection
ou guérir les maladies. Ex de la basilique de St Martin de Tours avec le tombeau de St Martin de
Tours, pareil pour St Rémi de Reims.
Inhumation ad sanctos= se faire enterrer à côté des saints Ex Clovis s'est fait enterrer dans la
basilique de Sainte Geneviève, Dagobert à Saint-Denis. Cette inhumation ad sanctos est réservée à
l'élite. Pour la population on peut leur réserver l'inhumation à côté de l'Église alors qu'avant les
cimetières étaient retirés du village. Le cimetière se trouve alors au centre du village, les morts sont
sous la protection du saint patron.
L'Église a d'abord souhaitée convertir l'élite puis le bas de la société. Elle a donc visée l'aristocratie
au départ Ex: Colomban reçu par les aristocrates.
B/ Les résultats.
L'adhésion de la population est un succès. A la fin du VI ou au cours du VII, dans le royaume
mérovingien, plus personne n'est païen. Adhésion aux rites Ex: Les pèlerinages sont un immense
succès ainsi que les fêtes religieuses : Baptêmes collectifs, on construit même des baptistères
On a l'impression que les gens adhèrent en faisant les gestes qu'il faut, mais pas sur qu'ils soient
sincères dans leur croyance. On met en place dans les églises des chancels qui est un mur qui
permet de cacher ce que fait le prêtre durant la messe, les fidèles ne voient pas la messe mais
l'entendent → C'est une manière d'impressionner sans qu'ils comprennent.
L'Église dit que l'on doit être monogame mais elle n'arrive pas à l'imposer au MA. Ex du conflit
entre Colomban et Thierry. Résistance très forte des rois et de l'aristocratie sur ce point. De plus elle
a du mal à imposer la chasteté.
Ccl°
Stratégie payante de l'Église puisque les gens adhèrent à l'Église, mais elle reste extérieure pour
eux. Pour eux, la religion c'est des rites et non la communion intérieure.
Vocabulaire :
ascèse
syncrétisme
monachisme
liturgie
chants grégoriens
prosélytisme
clergé séculier/régulier
concile
synode
thaumaturge
ermite
anacorète
pérégrinatio
prédication
Chancel.
La naissance d'une nouvelle société (VI – VII s)
Cette nouvelle société s'organise autour de 3 pôles:
–
La culture franque
–
La culture romaine
–
l'Église
Cette société est un mélange de ces éléments.
I/ Villes et campagnes.
A/ Le déclin des villes.
Sous les romains, le monde était un lieu de pouvoir, de commerce, de culture.
A partir du Ve siècle, déclin irrémédiable d'abord démographique. Les villes perdent des habitants
sous l'effet des grandes invasions parce que les villes ont été les proies premières des barbares
car elles concentraient des richesses. Les habitants se sont réfugiés en campagne car c'était plus
rassurant. Arrêt du commerce avec les grandes invasions, ils partent à la campagne en espérant
mieux manger. Épidémies très meurtrières se développent, notamment la peste qui est réapparue au
VII, la malaria en zone humides, la variole etc qui frappent durement les populations, villes les plus
touchées. Les gens quittent les villes en espérant y échapper.
A l'intérieur des remparts, les zones d'habitation se vident et les quartiers habités sont ceux proches
de l'Église. Monuments tels que les amphithéâtres sont abandonnés. Monuments religieux se
construits.
Quelques villes tiennent, souvent des capitales mérovingiennes Ex : Metz (capitale de l'Austrasie),
Paris (Lutèce sous les romains n'était que secondaire, elle a repri son nom de Paris au III, Clovis
choisit Paris comme capitale pour des raisons géographiques, au centre du royaume) il fait
construire la basilique Ste Geneviève, construction du palais royal sur l'île de la cité, l'Église
épiscopale (où l'on construira plus tard Notre Dame de Paris) elle devient une ville commerciale,
foire de Saint Denis crée par Dagobert, les bénéfices sont reversés à l'Église de St Denis. Superficie
augmente.
B/ Les campagnes.
Elles ont souffert aussi des invasions, des épidémies et de détériorations climatiques (plus froid et
plus humide à partir du IV s) → Mauvaises récoltes + famine
VI siècle est une période de crise
Au VII, + de cultures, mieux qu'au VI.
on connait mal les habitations car ils construisaient en bois donc plus de traces. Beaucoup d'habitats
temporaires (nomade) car épuisement des terres. Phénomène de déplacement.
Sites fouillés montrent des habitats dispersés (5-10 maisons dans un village).
Bâtiments coupés pour séparer habitants et animaux. Murs de bois et torchis avec toits de chaume.
Autour de la maison, souvent un petit jardin avec pâtures + palissades qui entourent la maison pour
se protéger des bêtes sauvages → Habitations paysannes.
Villae (romaine) se maintiennent, là où il y avait la maison du maître avant se développe des
villages (vicus) ou un bourg quand il prend des dimensions importantes. Possession du roi, des
aristocrates ou de gens d'Église dans les villae. Plus d'esclaves, on parle de serfs qui servent leur
maître pour la culture du domaine. Domaine (avec élevage, céréales, légumes) qui vit en autarcie.
C/ Les échanges.
Commerce faible. Il n'y a plus d'échange entre orient et occident comme les romains.
Le centre de gravité des mérovingiens est le nord, commerce dans la mer du nord mais précoce.
Il consiste en des échanges de peau, des fourrures, des draps (en laine), commerce d'argent et
esclaves (païens car chrétiens ne peuvent pas être esclaves). La Gaule exporte du blé, du vin et du
miel.
Fin du modèle romain avec la méditerranée mais début d'un commerce nordique.
II/ Les rapports sociaux, entre violence et fidélité.
Société violente. La seule protection c'est la famille.
A/ La parenté
Dans l'insécurité, c'est la famille qui assure la protection. Les lois barbares donnent aux parentèles
un devoir d'assistance et protection. Si l'on ne respecte pas cette loi, en cas de trahison ou si on se
coupe de la famille, on est hors la loi.
La faide en est la conséquence. On doit défendre sa famille. Réseau de solidarité large mais famille
nucléaire dans les habitations.
Ces réseaux de parentèle large servent pour distribuer le pouvoir.
Pas de mariage d'amour, mariage quand on souhaite que deux familles s'allient ensemble.
Sippe (des sippen)= groupe aristocratique large. Ils cherchent à capter le pouvoir au VI siècle
comme les maires du palais.
B/ La fidélité.
Les rapports de pouvoir sont fondés par des liens d'homme à homme. Serment de fidélité. Au plus
haut sommet du pouvoir et ça se retrouve de plus en plus dans la hiérarchie inférieure avec les
nobles.
Un vassal est une personne qui promet de servir loyalement son seigneur en contrepartie de la
protection du seigneur. Ce n'est pas généralisé au VI-VII siècle.
Les aristocrates ont à leur service des vassaux et ceux sont eux qui exercent la police.
Organisation de type contractuelle.
III/ Une culture nouvelle.
A/ Le déclin de la culture antique.
Au début, éducation à la manière romaine. Ils prennent exemple sur des auteurs antiques. Grégoire
de Tours a baigné dans cette culture et écrit à la manière romaine. Venance Fortunat, poète de la fin
du VI prend exemple sur Orace, auteur romain.
Petit à petit (VII), beaucoup de mots barbares entre dans le langage des auteurs → Mélange.
Les tournures évoluent. Au terme de ce mélange latin-barbare, langue romane qui a intégré
beaucoup de tournures franc et germanique.
B/ Les foyers de culture.
Ils sont la plupart dans les Cour royales. Jeunes laïcs et ecclésiastiques issus de l'aristocratie arrivent
au palais, ils sont appelés nutritis. Ils vont recevoir des enseignements, notamment religieux, le
droit (romain et barbare). Le palais devient un lieu de culture.
Ex: Didier de Cahors a été nutritus au palais d'austrasie et qui a connu Dagobert dans sa jeunesse
et qui a été nommé par lui évêque de Cahors.
Les monastères. Dans les nouveaux monastères ont va trouver des foyers de culture, notamment des
écritures d'hagiographiques. Ex de Jonas de Bobbio qui a écrit la biographie de Grégoire de Tours.
Isidore de Séville (570-636) qui a été évêque de Séville et qui a écrit une œuvre considérable.
C'est un compilateur : il récolte son savoir des œuvres anciennes, fait une sélection des textes et en
fait des compilations. Œuvres à lui sur l'étymologie en 20 livres. C'est un traité de science profane
et religieuse, et il s'intéresse à l'origine des mots. Sa thèse est précisément que l'étymologie permet
de revenir au sens des mots mais aussi à l'essence des êtres et des choses.
Ccl°: Une nouvelle société apparaît: un mélange entre trois branches (romaine, barbare et
chrétiens).
Importance des liens d'hommes à hommes.
Une toute petite élite possédait le pouvoir, tout le monde se connaissait, donc les rapports de fidélité
étaient possible.
Lexique :
La sippe : le cousinage, la parenté large.
Vassal
scripturium
étymologie
La fondation de la royauté carolingienne (714-768)
Charles MARTEL et Pépin LE BREF vont fonder la dynastie carolingienne. Les pippinides
accèdent enfin à la royauté.
On bascule dans une nouvelle société qui est fondée sur les mêmes fondements que les
mérovingiens mais quelques évolutions.
I/ Charles MARTEL, un prince presque roi. (714-741)
A/ Un pouvoir conquis par la guerre.
Pépin de HERSTAL a eu avec PLECTRUDE Drogon et Grimoald. A la mort de pépin ils seront
mort. Grimoald a eu un fils qui a 6 ans à ce moment et qui s'appelle Théodoald.
Charles, fils de Pépin avec une femme de second rang est emprisonné par PLECTRUDE, elle fait la
régence et nomme Théodoald maire du palais.
Les neustrisiens ne reconnaissent pas PLECTRUDE. Les armées sont levées, bataille en 714.
Cessation entre neustrie et Austrasie. Maire du palais est Ragenfield.
Alliance avec les frisons : alliance de revers avec la neustrie.
Très mauvaise situation pour les austrasiens. Charles MARTEL s'échappe et se forme un réseau de
fidèles. Ils gagnent contre la neustrie en 717. Puis nouvelle bataille en 719 entre austrasiens et
neustriens, à nouveau remportée par Charles. Charles en profite pour entrer en Neustrie et s'emparer
de Paris (capitale de neustrie) il n'arrive toujours pas à capturer Ragenfied. Celui-ci se replie à
Angers, ville qui ne reconnaît pas le pouvoir de Charles, il meurt en 731. Charles MARTEL est le
seul maire du palais. Il prend en 724 le titre de princeps (prince). Cependant, il y a encore des
régions qui ne reconnaissent pas l'autorité de Charles car durant les années difficiles pour l'austrasie
ils ont pris leur indépendance. C'est le cas pour Eudes d'Aquitaine. Charles et Eudes font un traité
d'alliance. Il y a aussi des autorités épiscopales qui en avaient marre des conflits et qui ont pris leur
indépendance (evêques d'Orleans, Auxerre, Lyon) Pactes de non violence aussi. + toutes les régions
de l'est: Alémanie, Thuringe, Bavière.
Beaux succès militaires de Charles mais il ne domine pas tout le royaume à cause des conflits
des années 710.
En 711, les musulmans ont passé le détroit de Gibraltar et on conquit l'Espagne contre les wisigoths.
Ils continuent et passent les Pyrénées dans les années 720 et s'emparent de certaines villes du midi
(Narbonne, Carcassonne, Nîmes). Les musulmans remontent doucement vers le Nord et tombent sur
le duché d'Aquitaine (le duché d'Eudes). En 732, expéditions lancées par les arabes vers Bordeaux
en évitant Toulouse. En chemin, l'armée d'Eudes est battue. Ils pillent Bordeaux et remontent vers le
Nord. (L'objectif est de piller et non conquérir le territoire). Ils visent Tours, ville avec du butin avec
la basilique dont les offrandes des fidèles. C'est Charles qui part au devant des troupes musulmanes
pour éviter qu'ils arrivent sur Tours, bataille de Poitiers en 732. Charles tue le chef de l'Espagne
conquise, le WALI ABD-AL-RAHMAN. Le pape salue sa victoire et obtient une sorte de succès
bien au-delà de la Gaule → Immense prestige. Il reprend certaines principautés dans les années 730
notamment l'Aquitaine (qui a perdu les musulmans) et il soumet son pouvoir à la Bourgogne.
Immense prestige alors que le roi mérovingien ne fait rien.
B/ Un pouvoir assis sur des fidèles.
Il a remporté ces victoires car il avait une armée de fidèles. Il développe la vassalité, elle
existait mais elle était utilisée par des nobles locaux qui voulaient des hommes de mains pour
travailler pour eux. Le vassal reçoit la protection et un bénéfice (c'est à dire une somme d'argent
ou des biens pour le récompenser) de la part du seigneur. Très souvent de l'argent à cette époque ou
objets.
Charles MARTEL propose à ses nobles de devenir ses vassaux en échange de bénéfices importants.
Il va dans un premier temps se servir de ses propres richesses, puis par la suite il s'empare des
terres de l'Église pour les donner. On appelle cela la sécularisation des biens d'Église = on retire
des biens de l'Église et ils deviennent laïcs.
Il va mettre ses hommes dans les hautes fonctions et ne va pas hésiter à leur donner plusieurs
fonctions (alors que c'est interdit) notamment Agatheus est évêque de Nantes et Rennes.
Son neveu Hugues lui a confié les évéchés de Paris, Rouen, Bayeux, Lisieux, Avranches + les
abbayes de St Denis, St Wandrille, St Vaast.
Il met toujours des personnes de confiance au pouvoir. Donc c'est la fidélité qui a permis la victoire,
même si ce n'est pas légal.
C/ Des relations contrastées avec l'Église.
L'Église conteste la sécularisation et le cumul des fonctions d'Église. Boniface conteste le fait
qu'on met des hommes politiques dans des Églises. De plus, Charles MARTEL a placé des
laïcs dans les Églises.
Charles MARTEL est chrétien mais met son intérêt politique en avant. Ex : Il soutient les Eglises
qui vont évangéliser les frisons. Il les soutient car pour soumettre ces populations, il faut les
christianiser car ils ne vont pas vouloir appartenir à un royaume qui n'a pas la même religion.
Il soutient Boniface. C'est un grand homme religieux de l'époque. Il est parti évangéliser des
populations, mais il ne s'adresse pas seulement aux aristocrates contrairement à Colomban. Il tente
d'évangéliser les germains et reçoit le soutien de Charles et du pape. Il y fonde de nombreux
monastères et de nouveaux évêchés dans des régions désormais chrétienne. Il est considéré comme
l'évangélisateur de la germanie. Cette collaboration ne va pas continuer à cause d'un refus de
Charles.
En effet, le pape est Grégoire III en 739 et il a un vaste territoire. Depuis le Ve, le pape est protégé
par l'empereur d'orient depuis la chute de l'empire d'occident. L'empereur envoie des troupes pour
défendre le pape et elles sont commandées par l'exarque de Ravenne (nommé par l'empereur). Les
lombards envahissent le nord de l'Italie fin VIe, à la fin du VIIe ils sont devenus chrétiens mais ils
prétendent depuis le début du VIII soumettre toute l'Italie à leur pouvoir. Cela ne plait pas au pape
car il craint de perdre son statut privilégié. Il appelle au secours l'empereur d'orient. Mais celui-ci
est face à une guerre civile et ne peut pas aider le pape. Il a l'idée de faire appel à Charles
MARTEL en 739. Charles refuse car il est allié avec les lombards. Mais les lombards ne vont
pas attaquer tout de suite.
Charles finit sa vie en étant presque roi (subregulus). Lorsque le roi mérovingien (Thierry IV) meurt
en 737, Charles ne lui choisit pas de successeur mais reste maire du palais jusqu'à sa mort en 741. Il
prévoit d'être enterré à sa mort à l'abbaye de St Denis à côté de DAGOBERT.
II/ Pépin Le Bref, le roi sacré (741-768)
A/ Carloman et Pépin.
Carloman et Pépin sont issu du mariage du premier rang de Charles. Il avait aussi un fils Grifon
avec une autre femme.
Il avait prévu que Carloman reçoive l'Austrasie et Germanie, Pépin la Neustrie, Bourgogne et le
Midi et Grifon quelques territoires.
Dès le début, Carloman et Pépin vont écarter Grifon du pouvoir et lui piquer ses territoires.
Ils doivent faire face à une révolte issue de l'alliance entre le duc de Bavarois, le duc des
Alamans et le duc d'Aquitaine. Pépin et Carloman forment une alliance et réunissent leurs
armées pour faire des campagnes militaires et soumettent les ducs.
Carloman et Pépin mettent Childeric III sur le trône, il sera le dernier roi mérovingien. Ils
contrôlent chacun leur mairie du palais.
Ils lancent une réforme ecclésiastique pour racheter les fautes de leur père, ils sont très pieux
et prennent très au sérieux leur rôle de défense de l'Église. Pour cela, Carloman réunit le
Concile germanique en 743, il est présidé par Boniface, et le pape Zacharie donne sa
bénédiction. Carloman dit que son objectif est de « restaurer la loi de Dieu » :

Rétablir la discipline et hiérarchie ecclésiastique. Faire en sorte qu'il y ai un évêque par
diocèse, on réaffirme qu'il doit y avoir un évêque métropolitain dans chaque province. Ils veulent
que les prêtres respectent le célibat

Boniface est nommé pour mener à bien cette réforme et il est nommé légat du pape.

Les conciles seront réunis chaque année pour s'assurer de l'avancement et du respect des
réformes.

Remédier à la sécularisation de l'Église. Or, les vassaux (fondements de la politique) ne
veulent pas redonner leurs terres. Les deux maires du palais ne peuvent pas le redonner à l'Église
mais affirme que l'Église a propriété éminente de ces terres mais les vassaux ont l'usufruit de ces
terres. Les vassaux ont l'obligation de donner un sous (très faible) à l'Église chaque année. Ils disent
que l'Église pourront récupérer un jour ses terres. Ces terres sont précaires au nom du roi.
Petit à petit les décisions vont être appliquées, et de l'ordre va être fait dans le clergé. De moins en
moins de prêtres concubinaires (non célibataires). Réconciliation entre Église et Pippinides. → Rôle
très important pour la suite.
Carloman se fait moine à Mont-Cassin et il délègue tout à Pépin (mairie du palais, territoires
etc) en 747. Pépin à l'ambition de devenir roi.
B/ Le coup d'État de 751 et les deux sacres de Pépin.
Il a l'appui de l'aristocratie. Pépin pense aller demander au pape. Ces deux proches conseillers
(Fulrad abbé de St Denis + Burchard de Wurzbourg) vont aller voir le pape et demandent au pape
s'il trouve bien que le roi mérovingien n'exerce pas le pvr ? Il répond « Il vaut mieux appelé roi
celui qui a, que celui qui n'a pas le pouvoir ».
Pépin rassemble une grande assemblée avec les grands du royaume à Soissons en 751 et se fait
acclamer roi. L'évêque Boniface bénit le nouveau roi avec le St chrême (le oin du St chrême,
baume bénit par les évêques) → Sacre du roi.
3 origines du sacre:

Cérémonie d'investiture d'un évêque. On ne peut pas s'attaquer à lui car il représente Dieu.

C'est une pratique wisigothique : chez les rois wisigoths depuis le VIIe, il y a cette pratique
du sacre

Dans la bible : tous les rois juifs sont sacrés (Le roi David etc)
Tous les rois doivent être sacrés. Il est l'élu de Dieu, et Dieu le protège. Le sacre remplace le mund
des mérovingiens.
Légitimité.
Faire du roi une personne intouchable.
Le sacre va être renouvelé en 754 par Etienne II. Accord entre Pépin et Etienne II, le pape. Pépin
aidera le pape contre les lombards en échange du second sacre de Pépin. Ses fils (Charles et
Carloman) et sa femme sont sacrés en même temps.
L'Empire carolingien : Fondation et apogée (768-814)
Apogée de Charlemagne entre 800-814. Il connait dès lors des difficultés, déclin dès la mort de
Charlemagne. Disparition de l'empire en 888. Très long déclin entre 814-888. L'empire était pour
Charlemagne.
Les fils de Pépin sont Charles et Carloman. Pépin a organisé sa succession, il a fait sacré ses fils et
royaume partagé en 2. Plus de division Neustrie-Austrasie, il distingue un vaste croissant côtier
(manche, Atlantique) confié à Charles qui est le cadet. Carloman garde les terres intérieures. Petites
révoltes s'en suivent, notamment des aquitains. Charles a laissé Carloman s'en dépatouillé. De plus,
Carloman se rapproche de Didier, roi des Lombards → politique qui a l'air d'aller à l'encontre de
Charles. Carloman meurt en 771 et a un fils, qui est trop petit, il s'appelle Pépin. Charles récupère
son royaume (l'aristocratie est avec lui), la régence n'a pas lieu. La régente et Pépin vont chez
Didier. Charlemagne va commencer les conquêtes.
I/ Charles le conquérant.
A/ Les conquêtes.
Lombardie : Il y avait deux casus belli (causes de faire la guerre) :

Tout d'abord l'histoire de Pépin. Didier a l'intention de faire sacrer Pépin pour qu'il
puisse être un rival de Charles.

Il cherche à récupérer les cités de Didier pour les remettre au pape.
Charlemagne lance une offensive en 773. Il parvient à prendre Pavie (la capitale) et renverse Didier.
Il se proclame roi des Lombards en 774. Les francs atteignent jusqu'à la botte de l'Italie → Très
grand succès de Charles. Il va nommer son fils Pépin roi d'Italie en 781. Mais Charles reste roi
des Lombards et roi des Francs.
La saxe (région de l'Allemagne actuelle): Les saxons étaient païens et gênaient les francs car ils
les pillaient. Il décide donc d'en finir avec les saxons, et donc de les convertir. Il lance une série
d'offensives à partir de 772. Il lui faudra 20 ans pour soumettre les saxons car même s'il gagne,
les saxons se révoltent dès qu'il s'en va. Succession de victoires et de révoltes. A la fin des années
790, les saxons sont définitivement vaincus et convertis de force.
Extension du côté de la bavière. Dirigée par les bavarois qui ne se soumettent ni aux mérovingiens
ni aux carolingiens. Charlemagne les soumettent définitivement en 788.
Carinthie et Avars. Les avars sont un nouvel aflux de turco-mongols. Charles décident de réduire
les avars qui sont une menace en 791-796. Très beau succès, il parvient à s'emparer du ring
(capitale où se trouve un très gros butin)
La marche de Pannonie se présente comme une zone tampon, très peu habitée, qui protège les
carolingiens.
Le SO, front avec les musulmans. Charles va tenter de passer les Pyrénées. Les musulmans de
Saragosse étaient en conflit avec d'autres musulmans. Ils demandent à Charlemagne de les aider.
Opportunité pour Charlemagne. Il parvient à Saragosse, mais l'alliance avec les musulmans se
défait donc il repart.
En passant par les Pyrénées, Roland est à l'arrière garde (ami de Charlemagne). Roland tombe
dans un piège à Roncevaux fait par les musulmans et il en meurt. Charlemagne est très
chagriné et ne va pas reprendre les combats. C'est Louis son fils, roi d'Aquitaine, qui va
retourner en Espagne et va s'emparer de Barcelone et de la zone frontière entre Espagne-Franc = la
marche d'Espagne. → Mais gain minime.
Conquête de la Bretagne qui était toujours insoumise. Charles tente de s'en emparer. Pas un succès,
il s'empare seulement de quelques villes. Cette zone conquise se nomme la marche de Bretagne.
Elle est donnée à Roland (marquis de Bretagne avant de mourir.) « dilatatio regni » = dilatation du
royaume.
B/ Le glaive et la terreur.
Raisons des conquêtes.
–
Certain opportunisme. Il attaque quand il y a une opportunité, une raison. Italie à cause de
Didier; La saxe, danger + païen; Espagne, musulmans de Saragosse.
–
Roi franc est un roi guerrier tout comme les mérovingiens. Atavisme guerrier (coutume
ethnique guerrière, attachée à une région). Ils distribue le butin, notamment entre les aristocrates qui
font la guerre. C'est un moyen d'avoir la noblesse avec lui.
–
Volonté d'étendre la chrétienté.
Les moyens.
Le glaive est l'armée de Charlemagne, qui est nombreuse, efficace et très bien organisée.
L'importance de la cavalerie, environ 500000. Fantassins plus nombreux → Armée énorme.
Tous les sujets francs sont obligés de faire un service militaire au mois de mai, tous les ans. On
appelle ça l'ost. La campagne dure normalement 3 mois, mais elle peut durer jusqu'à six mois. (mai,
juin, juillet). Les soldats doivent venir avec leur armement, les cavaliers avec leur cheval,
fantassin avec leur armement (casque, écu (bouclier), lance, épée longue, épée courte, arc,
carquois et flèches.) Dépense très lourde, le roi a donc fait quelques concessions :

seuls les hommes habitant en zones voisines du combat doivent participer à l'ost. Mais
certaines campagnes nécessitent plus de monde donc on n'hésite pas à demander à d'autres qui
habitent plus loin.

proportion en fonction des richesses des habitants. 1/5e partent, ils paient à 5 l'armement
pour celui qui part.
Ceux qui refusent de partir paient l'hériban.
Chaque grands du royaume est tenu de partir avec ses hommes.
Certains évêques et abbé vont être chef de guerre. Immunité des évêques et abbés, ils exercent des
fonctions de comte dans leur domaine. Ceux qui bénéficient de cette immunité doivent partir. →
Système très efficace, car sinon ils sont jugés par le roi. Il y a eu beaucoup de cas de désertion mais
surtout en 805-807, très peu pendant les grandes conquêtes.
Une fois la conquête réalisée, Charlemagne s'empare des terres nouvelles. Sur ces terres, certaines
sont gardée pour lui, c'est le domaine royal = le fiscs. D'autres sont données à des aristocrates
par le moyen de la vassalité. Il fait cela en saxe, en Italie. Ceux qui ont aidé le roi et qui reçoivent
un bénéfice sont aussi appelés vissi dominici (les vassaux du seigneur). Il nomme Roland marquis
de Bretagne, son cousin duc de Toulouse, il place beaucoup de missi dominici et beaucoup
d'aristocrates francs. Les zones frontières sont organisées en marche (zone tampon), très
militarisée. Son fils est nommé roi d'Italie. Il rassemble des duchés, le duc a les mêmes attributions
que le comte mais il est supérieur car il a des attributions militaires. Le duc de Toulouse est chargé
de diriger la septimanie. → organisation territoriale efficace, militarisée dans les zones
difficiles.
La terreur et la politique de répression sévère des populations vaincues.
Il leur impose le serment de fidélité au roi. Lorsqu'une population se révolte, très féroce. Le cas
avec les saxons (qui avaient fait un serment de fidélité), il a mutilé les chefs, il a mis à sac les
habitations, exécution d'otages : 4500 otages décapités à Verden et a organisé la déportation massive
de Saxons en Aquitaine afin de mettre un terme à la révolte des saxons. Il a détruit l'Irminsul, leur
lieu de culte. Capitulaire saxon = textes de lois qui précisaient les sanctions prises si les saxons se
révoltaient.
Cependant, très peu de peuples se révoltaient.
→ Le territoire commence à ressembler à un empire (empire romain)
II/ De « l'imitatio imperii » à la « renovatio imperii » ( de l'immitation impériale à la
restauration de l'empire)
A/ Une intense propagande.
Charlemagne imite les empires romains.
Des écrivains vivent à la Cour du roi, nourri par le roi. Notamment Alcuin qui désigne le royaume
empire dans ses poèmes et compare Charles à David (roi dans la Bible auquel les empereurs se
comparaient).
Rôle religieux, il se présente comme un défenseur de la foi, comme un évangélisateur (conquête
de la saxe). Il a été défenseur du pape (contre Didier)
Il réuni un concile notamment dans l'affaire de la querelle des images à Bizance. Du côté de
l'empire romain, on fait des icônes (même fonction que les reliques en occident). Querelle entre les
iconodoules (pour les icônes) et iconoclastes (c/ les icônes) Charles se permet de prendre position
durant le concile contre les icônes. Division entre l'Église occidentale et Église orientale (qui
deviennent orthodoxes). Droit de pouvoir spirituel fait penser aux empereurs romains.
Aix-la-chapelle. Il choisit une villa qui appartenait aux Pippinides, il décide d'en faire sa résidence
et sa capitale. Construction en 794, il fait appel à Eudes de Metz qui s'inspire de Vitruve (1er siècle
av JC). Alcuin et Paul Diacre participe aussi à la construction du palais.
Il y a deux espaces : espace laïc & espace religieux.
Espace laïc avec une grande salle construite sous le modèle des basiliques romaines. Il y a des
thermes qui sont construits.
Espace ecclésiastique avec une chapelle( la capella), on y conserve la capa (cape) de St Martin de
Tours. Elle est construite pour cette relique.
Aix la chapelle est comme une seconde rome ou jérusalem.
Le pape Léon III songe aussi qu'il serait très bien que Charlemagne soit fait empereur, il a tout à y
gagner car les carolingiens sont les défenseurs de la chrétienté. Le royaume carolingien correspond
à un royaume chrétien.
La mosaïque de Latran 798-800 → propagande impériale. 3 Panneaux :

Le christ en majesté : un christ debout et entouré d'un rayonnement. Il est est train de donner
l'ordre a ses apôtres d'évangéliser le monde. C'est le christ conquérant.

D'un côté, le christ qui remet au pape Sylvestre et à Constantin les clés et l'étendard qui sont
les symboles du pouvoir spirituel et le pouvoir temporel.

Du côté droit, on voit Léon III et Charlemagne qui reçoivent les mêmes pouvoirs par St
Pierre.
B/ Le couronnement impérial.
C'est un événement qui va déclencher le couronnement.
Le pape Léon III est accusé de ne pas être un bon pape. Querelle entre pro Léon III et les contre.
Léon III s'est fait agressé physiquement. Charlemagne se déplace vers l'Italie, et il est accueilli
comme sont accueillis les empereurs. Toujours « l'imitatio impiri »
Le 1er décembre il ouvre un concile, qui se tient dans la basilique St Pierre, pour juger le
pape. Il est décidé que le pape soit disculpé à condition qu'il prête un serment purgatoire (il
doit juger devant Dieu qu'il n'a pas faits ce dont il a été accusé). Il est décidé que le serment en
question aura lieu le 23 décembre. Il prête donc son serment, et c'est au cours de cette réunion
qu'il est décidé que Charlemagne sera couronné empereur. Il sera couronné le 25 décembre
dans la basilique St Pierre. Rituel du couronnement impérial, plusieurs étapes :

Le pape dépose sur sa tête la couronne impériale.

Assemblée acclame « Charles-Auguste, couronné par Dieu, grand et pacifiste empereur, vie
et victoire » C'est plutôt la victoire des chrétiens et la paix chrétienne qui est visé.

La proskynèse (mot grec) : moment où le pape s'agenouille devant l'empereur et lui
manifeste son amour. On nomme cela l'adoration. C'est un rituel byzantin. Alliance forte entre
l'empereur et le pape. Volonté de créer un empire pour Dieu.
A Byzance, cette cérémonie n'est pas bien acceptée car à l'origine c'est eux qui défendent le roi. A
Byzance, l'empereur est une femme, Irène. Charlemagne et le pape vont se servir de l'argument du
fait que c'est une femme, et donc que ce n'est pas légitime. Le successeur d'Irène est Nicéphore I en
810, il reconnaît l'empereur Charlemagne et il obtient la Vénétie et la Dalmatie. Il y a donc un
empereur en Orient et en occident.
III/ Le gouvernement de l'empire.
A/ L'idéologie impériale.
Charlemagne ne prend pas les choses à la légère, il a réellement une ambition. Il a une idéologie =
système d'idées constituant un corps d'idées philosophiques et conditionnant la vision du monde et
le comportement individuel et collectif. Ensemble de croyances et de manières de voir le monde qui
entraine des actions particulières. Il se considère comme le chef de la chrétienté à l'égal du pape,
il considère qu'il n'y a pas de distinction entre pouvoir spirituel et temporel. Il partage les
deux pouvoirs avec le pape. Il veut exercer le pouvoir au nom de la foi et de l'idéal religieux. Il
s'inspire en cela du livre « La cité de Dieu » de St Augustin. St Augustin est l'un des pères de
l'Église qui ont commenté l'évangile, qui ont donné l'interprétation. Il a écrit aussi ce livre qui est
une réflexion religieuse. Il réfléchit au pouvoir politique et dit que le vrai souverain est celui qui
va amener le pouvoir de Dieu. Il faut créer toutes les conditions pour que les sujets du roi
puissent accéder au Salut, donc soutenir l'Église, encourager un comportement chrétien,
servir les intérêts de Dieu, faire régner toutes les prescriptions religieuses dans son royaume.
C'est l'ambition de Charlemagne. Cette idéologie est l'augustinisme politique. C'est une
préoccupation constante et sincère.
Titulature que Charlemagne se donne : Charles cérinissime auguste couronné par Dieu grand et
pacifique empereur gouvernant l'empire romain et par la grâce de Dieu roi des francs et des
Lombards.
Les institutions reprennent celles des francs.
B/ Le pouvoir impérial.
Quels sont les fondements ? Les objectifs ?
L'objectif est de mettre de l'ordre. Le royaume sort de 150 ans sans ordre avec loi des armes. Sa
volonté est d'en finir avec les années de trouble. Il veut rétablir la paix. Après ses conquêtes, il va
faire régner la paix « la paix caroline » → « pax carolina » qui rappelle la pax romana. Le pouvoir
de Charlemagne s'appuie sur cette paix rétablie installée à l'intérieur de l'empire.
Pour cela il faut des sujets obéissants. Le pouvoir qui s'exercent sur eux est le ban = C'est le pouvoir
de commander, d'interdire et de punir. C'est ce qu'on appelle l'autorité publique légitime. La
puissance publique avait disparue avant, révoltes de comtes, d'évêques qui n'obéissaient plus, les
maires du palais exerçaient le pouvoir de manière privée. Charles l'a rétablie à travers le ban.
•
Il est interdit de nuire aux Églises,

de s'attaquer aux veuves aux orphelins et aux pauvres. Interdiction d'enlever les personnes
(les rapts) contre une rançon. Il est interdit d'attaquer une maison en bande et d'incendier les
maisons et villages. → Interdiction d'attaquer des populations sans défense.

Le ban est aussi l'obligation du service militaire.
Après 800, les juges pourront donner des peines arbitraires (ils appliquent la peine qu'ils
veulent) → les peines peuvent être très lourdes.
Charlemagne maintient le lien de homme à homme. Il fait prêter serment personnel à tous ses
sujets (dès 12 ans) au roi, la première fois est en 789. Les hommes promettent de ne pas nuire
aux intérêts du roi. Engagement très fort, il est prêté sous la Bible, engagement devant Dieu,
donc si on le parjure, c'est très grave (possibilité d'excommunication).
Après 800, les sujets doivent promettre de « servir Dieu, ne pas faire de tord à l'empereur, ni à
l'Église ni aux pauvres, rejoindre l'ost et obéir au ban impérial ».
Souci de justice face aux pauvres.
Rejoindre l'armée est un fondement. Ce serment engage chaque homme, et il est renouvelé assez
régulièrement en 802, 805, 806, 811. Contraire aux romains où les hommes servent l'État (Res
publica), les sujets de Charlemagne servent un homme en particulier. Le problème de ce type
de pouvoir est lorsque le roi meurt car les liens personnels tissés sont détruis et doivent être
recréer avec le successeur. Alors que quand c'est la puissance publique, l'obéissance se fait par
l'État, une plus grande pérennité avec la res publica.
L'empereur a des devoirs pour ses sujets, « la gratia regis » → la grâce, la bienveillance. Elle est la
source de la justice, elle est aussi la source de toutes les faveurs que distribuent l'empereur. Si un
sujet trahit le roi, il a donc la disgrâce, il risque donc la mort.
Il a autorité sur le clergé.
Il a un pouvoir absolu, sans limite.
C/ L'administration impériale.
1) Les ressources impériales.
Les richesses du roi ?
Ressources liées à la guerre. Le butin fait à la guerre (Butin des Avars), les terres acquises
deviennent des domaines royaux. Les ressources en hommes, les prisonniers païens sont réduis
en esclavage. Tous les revenus des fiscs. Ses domaines sont gérés par des intendants qui rendent
ensuite des comptes au roi.
Les revenus régaliens qui sont issus des amendes de justice et du monnayage.
Les impôts :

les impôts par tête

Les impôts indirects qui pèsent sur les marchandises (le tonlieux (TVA), péages (ponts etc))
Charlemagne a de l'argent et donc, a de quoi s'assurer les fidélités.
2/ Les institutions centrales.
Tout d'abord il y a tous les agents qui exercent des fonctions royales.

Le sénéchal : intendant du palais.

Le bouteiller : Il veille à la cave.

Le chambellan

Le connétable : les écuries

Le chancelier dirige la chancellerie qui est un service qui met par écrit toutes les décisions
royales.

Le comte du palais : celui qui juge toutes les affaires de justice qui passent en appel auprès
du roi.
Ceux sont ceux qui exercent des fonctions domestiques mais de la maison, fonctions
importantes et très enviées.
Le personnel ecclésiastique qui sont les chapelains. Fonction dans la chapelle de célébrer la messe,
conseiller du roi en matière religieuse.
Il y a aussi les courtisans → vassi dominici
et ensuite les nutritis.
Il y a aussi les intellectuels et savants de l'académie palatine. Il a fait venir des intellectuels,
savants artistes européens.
Ils aident Charlemagne à gouverner, ils vivent avec lui.
Il y avait aussi un processus formel pour les décisions avec des assemblées :

Le conseil du roi. Ils discutent des affaires en cours dans l'empire et prennent un certain
nombre de décisions. Charlemagne le réunit comme il le souhaite.

Assemblées plus larges appelées « plaids généraux » Il y a un plaid général par an. Ceux
sont tous ces serviteurs qui y participent. A l'issu, on rédige les décisions qui ont été prises.
C'est appelé « capitulaire » car organisé en chapitres. Ils sont de formes très variées. Le
capitulaire de villis qui prend des mesures sur la gestion des fiscs royaux. D'autres sont plus
généraux : le capitulaire progammatique de 802 = c'est le 1er capitulaire après le couronnement, il
donne un programme donc très général.
Le capitulaire de « admonitio generalis » de 789 , Charlemagne rappelle la nécessaire concorde
entre les agents ecclésiastiques et les agents du roi. Les principaux visés sont les comtes et les
évêques qui sont rivaux.
Il y a eu 56 capitulaires dont 49 après 800. Plus d'1 par an. La plupart après qu'il soit empereur, ce
qui montre une volonté de tenir ses promesses.
3)
Le gouvernement des territoires.
Mosaïque de peuple. Il souhaite une politique qui reconnaît les particularismes des peuples
mais qui affirme un pouvoir centralisé fort. Il ordonne que les lois de chaque peuple soit écrite.
Principe de personnalité des lois.
Il a nommé ses fils roi d'Aquitaine et roi d'Italie. Pour montrer le statut de ces peuples à part.
Il sait donner une place à l'aristocratie, il lui permet d'avoir des postes. C'est le cas des Lombards,
Charlemagne a permis à certains de devenir comte. Ex : Paul Diacre était un Lombard.
Organisation de zones en marche, organisée différemment que les comté, elle sont plus militarisée.
Ces régions périphériques ont des institutions particulières pour contrôler la région.
Pouvoir centralisé. Important. Il délègue des pouvoirs mais qui doivent rendre des comptes à Aix.
Ces fonctions sont notamment les comtes : fonction de juge, fonction militaire et percepteur
d'impôt, ils exercent le ban au nom de l'empereur et assemblent périodiquement tous les hommes
libres dans le « MALLUS PUBLICUS », assemblée qui rend la justice (tribunal) et donne les
décisions de l'empereur et les capitulaires. Pour la justice, ils se font aider par les rachimbourgs =
des juristes qui connaissent les lois des peuples. Les viguiers (dans les vigueries qui sont les
subdivisions du comté) et centeniers (dans les centaines qui sont les subdivisions des vigueries) sont
des assistants du comte.
Charlemagne a du limiter le nombre de convocation au mallus publicus à 3 par an car sinon ça
prenait trop de temps aux hommes libres qui avaient autre chose à faire.
Les comtes sont nommés à vie mais ils peuvent être révoqués. Les vicomtes sont les remplaçants
des comtes. Il reçoit l'honnor qui est composé d'1/3 des amendes de justice et des tonlieux (les
autres tiers vont au roi), et des terres royales qui lui sont données en usufruit.
Charlemagne est conscient d'un certain nombre de problèmes :

Surcharge de travail des comtes.

Problème de corruption des comtes.
Du coup, Charlemagne a tenté de mieux les contrôler à partir de plusieurs pratiques :

Il a rompu avec la tradition de l'indigénat des comtes (installée par Clotaire après la faide).
Un comte était nommé dans sa région d'origine. Il s'accordait des principautés locales, avaient des
fidèles etc et du coup ils étaient indépendants du roi, ils se sont comportés en princes locaux.
Charlemagne a rompu avec cette règle et a toujours fait en sorte de nommer des comtes
autres que dans leur région d'origine.

Les comtes devront rendre des comptes de leur gestion à l'occasion des plaids
généraux.

Il charge les évêques de surveiller les comtes. L'évêque peut en avertir le roi.

L'institution des missi dominici : ils vérifient l'action des capitulaires, la bonne application
de la justice ce qui fait que les sujets peuvent rencontrer les missi et leur exposer leurs griefs et le
plaid juge l'Appel s'ils ne sont pas contents de la décision du comte. « Ceux sont les yeux et les
oreilles de l'empereur » Ils sont toujours par 2 : un ecclésiastique et un laïc. Ceux sont les
agents/inspecteur de l'empereur. Cette institution a été crée en 779, mais ils l'annoncent
officiellement dans un capitulaire en 802.

Les vassi (un vassus) dominici. Ceux sont les vassaux du seigneur. La vassalité a été gardée
depuis MARTEL. Ceux sont des liens d'homme à homme. Si les comtes entre dans la vassalité,
ils vont bénéficier d'un honnor et un bénéfice en tant que vassal. Le bénéfice est un usufruit, il est
repris en cas de trahison et il n'est pas héréditaire. Les vassaux chasés sont des vassaux qui
reçoivent des bénéfices. La vassalité est au cœur du pouvoir.
Conclusion :
Le mode de gouvernement a-t-il changé après 800 ?
Certes il y a un changement, il est empereur, programme d'augustinisme, il se donne les moyens
d'appliquer ses ambitions. Mais c'est déjà avant 800 (missi dominici, capitulaire) Ce qui est fat
après 800 se fait dans la continuité de ce qui est fait avant. Pas de rupture. Grande cohérence. Le fait
qu'il soit empereur n'a qu'une dimension symbolique. Charlemagne est resté très franc, il s'installe à
Aix, il se dit toujours roi des francs.
Succès de Charlemagne face à son ambition (augustinisme politique) ?
Il crée de nouvelles institutions (missi dominici), il se donne les moyens. Il a réussi à mettre de
l'ordre, à installer la justice, la paix publique.
Il parvient à rallier son peuple derrière lui, réelle adhésion à sa politique.
Cependant, l'abondance de textes législatifs amène à se demander si ce n'est pas un aveu
d'impuissance, la répétition des R signifie surement qu'elles ne sont pas bien appliquées. On estime
qu'il n'y a que 3000 hommes qui servent l'empire.
Les liens de vassalité commencent à se déliter après Charlemagne car ils étaient attaché à lui et non
à l'État impersonnel. Ils se sont attaché à la personne.
Lexique :
ost
vassi dominici
imitatio...
chapelains / chapel.
Sénéchal
bouteillers
chambellans
conétables
chancelier
comtes du palais
missi dominici
vassal chasés
honor
vicomte
plaid
capitulaire.
Le renouveau carolingien (IXe)
Renouveau culturel, religieux. Période brillante depuis la chute de l'empire romain. Les choses
changent à partir de Charlemagne. Chacun a une place bien définie dans la cité de Dieu, chacun doit
être à sa place. Il le dit dans le capitulaire de 802 : obligation des clercs de se conformer aux règles,
les moines aussi, laïcs et séculiers vivent dans la paix, doivent se conformer à Dieu. Respect de la
loi essentiel. Relation entre sujets doivent être fondée sur la charité et la loi. L'intelligence et les
forces → ils considèrent que chacun des sujets à des aptitudes, et doivent mettre au service de Dieu
leurs forces. → Vision optimiste de l'homme : mettre en valeurs les qualités. Épanouissement par
rapport à Dieu. Le rôle du roi est un rôle de chef d'orchestre. Les sujets vont arriver à des conditions
meilleures.
I/ La reprise économique.
A/ Dans les campagnes.
Les campagnes ont beaucoup souffert après les invasions barbares. Le climat est plus sec et plus
chaud qu'avant → Bon pour la culture des céréales.
Système d'exploitation des terres évolue. Il existe deux types d'exploitation :

Les petites exploitations. Le manse : exploitation qui permet de nourrir une famille : potager,
prés, vignes. Manse plus petit dans les zones peuplées. Il fait environ 3 à 5 hectares. Il peut être
sous plusieurs régime de propriété :
** Soit par un alleu = tenu en pleine propriété.
** Tenure : le paysan tient le manse mais ne le possède pas. Il exploite sa tenure et donne des
redevances chaque année au propriétaire. Le tenancier va transmettre sa tenure à ses enfants. Il peut
vendre sa tenure à quelqu'un d'autre qui prendra sa place et paiera la redevance. La redevance est
exprimée en argent ou en nature.
** Bénéfice qu'un vassal tient de son seigneur. C'est un usufruit. Le vassal peut donner son bénéfice
à un paysan qui sera tenancier. Il recevra donc la redevance.
** exploités par les esclaves mais beaucoup moins car les esclaves ne peuvent pas être chrétiens.

Les grandes exploitations détenues par des grands propriétaires : le roi, les aristocrates et les
ecclésiastiques (pas à la personne, ex : pas à l'évêque mais l'évêché). Ex l'abbaye de St Germaindes-prés avait beaucoup de terres et c'est ce qui a fait la richesse de cette abbaye. Ces grands
domaines font plusieurs centaines d'hectares. Ils sont appelés « villae » = organisation des grands
domaines. On connait cette organisation grâce à des textes appelés polyptyques. Le polyptyque de
St Germain-des-prés est appelé le polyptyque d'Irminon, du nom de l'abbé qui l'a rédigé. Le grand
domaine est bipartite :
Manse du maître ou la
réserve. Dédié à la p°
agricole. Vaste, pour que
le maitre aie des
ressources importantes.
Manses des paysans. Les paysans doivent des redevances (car ceux
sont des tenures) mais ils doivent aussi des corvées = du travail gratuit.
La p° est gardée par le paysan.
Système pratique pour le maître. Cette organisation a été faite suite à la disparition des esclaves. A
partir du VI et VII siècle, les chrétiens ne peuvent pas être esclaves, mais les maitres devaient
trouver un moyen pour faire exploiter leurs terres gratuitement. Avantageux pour le maître car
il reçoit des redevances + corvées. Le maître n'avait plus le droit de réduire un chrétien en esclavage
donc ils ont transmis le statut des hommes aux terres :

Manses ingénuiles (libres) (qui doivent le – de redevances et de corvées)

Manses séviles (qui doivent le + de redevances et de corvées)

Manses lidiles (affranchis) (intermédiaires)
Le grand domaine apparaît au VII siècle dans le bassin parisien. Il se généralise surtout au
VIII et IX, c'est pour cela qu'on dit que ceux sont des domaines carolingiens.
Ils ont contribué au redémarrage économique des campagnes car meilleure exploitation du sol,
meilleur rendement. Ils construisent des moulins, des fours, des pressoirs.
Autosuffisance des systèmes : maitres et paysans doivent être autosuffisants et même dégager des
surplus. → Certain nombre d'avantages mais système qui sert avant tout le maitre.
Le paysan partage sa terre à ses enfants, donc il commence à apparaître des demi manses,
quart de manse → division des corvées. Cette conséquence est due à la baisse de la mortalité,
hausse démographique. Le grand domaine explose, ils n'ont pas pris en compte l'évolution dans
le temps et la hausse démographique. Il disparaît donc au Xe siècle.
B/ Le réveil du commerce.
Augmentation du nombre de marchés. On les connait car la création d'un marché était une décision
royale car il disposait d'un droit des transactions commerciales (la tonlieu). Il a lieu dans des
champs, pas forcément dans les villes.
La protection des marchands. Le ban s'applique aux marchands : interdit de s'attaquer aux
marchands.
Construction de ponts et de routes. La restauration de l'ordre public favorise le commerce.
Interdiction de l'usure = c'est le prêt à intérêt. Interdit car même interdit par l'Église. Elle considère
que le temps appartient à Dieu. Considéré comme un crime.
Le prix de produits de première nécessité sont fixés pour éviter les variations à la hausse ou à
la baisse et donc éviter les famines.
La réforme du système monétaire. 1 Livre = 20 sous = 240 deniers. La livre n'est pas une monnaie
mais une unité de compte. Le sous est peu fréquent, c'est surtout le denier qui circule. Le denier
comporte 1,6g d'argent. Cela favorise le commerce car la monnaie a de la valeur, on a confiance en
cette monnaie. Mais le troc est très présent, même au marché.
Essor du commerce avec l'extérieur :
Il reprend notamment en Orient, commerce qui concerne surtout les épices, la soie tandis que
l'occident exporte du métal et des pierres précieuse et du bois.
Commerce des esclaves (slaves, musulmans)
II/ Une Église réformée et soumise.
Elle a connu une crise et repend son apogée avec Charlemagne.
A/ Charlemagne, chef de l'Église.
Il se considère comme le chef de l'Église à l'égal du pape. Politique très active envers l'Église, il
convoque de nombreux conciles, il fait des capitulaire pour lui donner des instructions Ex : le
capitulaire Admonitio Generalis en 789 qui donne des instructions au clergé séculier + évêques.
Il a le pouvoir temporel ET spirituel. Il va donc appartenir à des querelles spirituelles :

Dans la querelles des icônes, des images. C/ Byzance

Contre le credo = la profession de foi des chrétiens (en quoi les chrétiens croient) Dispute
avec Byzance, question de la Trinité : il est dit que le St esprit procède du père et du fils. Alors qu'à
Byzance ils disent que le St Esprit procède du Père par le Fils. → Fils inférieur au Père. Dispute
qui dure durant tout le VIII siècle entre le pape et Byzance. Capitulaire d'Aix de 809
« Filioque » Prise de position importante car ça mettra à terme le divorce entre les deux
Eglises (chrétiens/ orthodoxes)
B/ Laïcs, clercs et moines.
Chacun doit servir Dieu. Il précise le rôle de chacun.
Envers les laïcs, il fixe l'obligation d'aller à la messe toutes les semaines. → Dimanche est devenu
jour de repos pour la messe. Les chrétiens doivent communier. La communion est le moment où
les chrétiens vont recevoir l'hostie, c'est l'eucharistie.
Le clergé séculier. Charlemagne continue la réforme de Boniface, Chrodegang. Il va faire adopter à
Aix la liturgie romaine établie par Chrodegang. Il va favoriser la discipline en faisant des évêques
métropolitains des archevêques → réaffirmation de leur autorité face à leurs collaborateurs.
Charlemagne choisit lui-même les évêques et abbés les + grands du royaume. A l'origine
interdit mais il reprend ce que les autres ont fait avant lui.
Il s'occupe aussi du clergé régulier. Le monachisme est visé par Charlemagne. Il souhaite que tous
les monastères ait la même règle, il souhaite généralisé la règle de St Benoît. Il ne veut pas que
ça se fasse par la force il envoie donc des hommes pour le prosélytisme : Benoît d'Aniane (grande
politique), Saint Riquier. St Riquier a une grande abbaye, il reçoit fréquemment la visite de
Charlemagne, il y a en permanence un office, prière permanente vouée au Salut de l'humanité.
Charlemagne considère que les moines ont un rôle a joué dans la société chrétienne :

la christianisation (on retrouve l'idée de Colomban)

La charité et l'hospitalité envers les laïcs : il insite notamment à ouvrir des hospices destinés
à accueillir des laïcs (en pélerinage, des malades, orphelins, pauvres). Protection.

La mission d'élever les études et les arts. Les moines portent leur culture. Charlemagne est
un passionné des lettres et arts.
III/ La Renaissance carolingienne.
Manifestation de la culture qui s'éveille. Elle se construit sur les écrits de l'Antiquité.
Charlemagne va jouer un rôle majeur car il va mener une politique culturelle.
A/ Les objectifs de la politique culturelle de Charlemagne.
Le fait de relever l'intelligence. Les sujets doivent avoir un niveau d'intelligence élevé
(comprendre la religion dans son fond etc)
Relever d'abord la culture des clercs eux-mêmes pour que ceux-ci la diffuse et ensuite diffuser le
savoir largement pour que le plus grand nombre d'hommes puissent lire les livres sacrés. Tous
ces textes sont écrits en latin classique. Il a posé ces bases dans l'Admonitio generalis : les notes (les
prières), le chant (le psaume), le comput (le calcul) et la grammaire.
B/ Ecoles, livres, architecture.
Pour le Salut, il faut que le clergé soit d'abord instruit pour encadrer la population. Charlemagne
crée des écoles pour l'élite, écoles surtout religieuses. Au début l'école bouge avec
Charlemagne, elle est ensuite stabilisée à Aix. Les jeunes nutriti y vont. C'est Alcuin qui
développe l'école. Les écoles sont rattachées à l'Église, ceux sont des écoles cathédrales et
monarchistes.
A Orléans, Théodulphe construit une école cathédrale et écoles à St Aignan, St Lilard, Fleury sur
Loire (St Benoit). 4 écoles sur Orléans.
Dans ces écoles on enseigne la Bible et l'exégèse (interprétation de la Bible), et les textes sacrés.
On enseigne aussi le trivium : la grammaire (latine), la rhétorique et la logique. Ainsi que le
quadrivium : arithmétique, géométrie, astronomie et la musique.
Réel succès : le niveau d'éducation de l'élite s'élève. Amélioration du niveau alors que chez les
mérovingiens déclin des connaissances.
Multiplication de la production livresque + amélioration de la qualité. Ils sont entièrement écrit à
la main.
Travail pour standardiser l'écriture : la minuscule caroline. C'est une manière d'écrire différente
que celle des mérovingiens, les lettres sont détachées. Textes plus clairs et faciles à lire que les
mérovingiens.
On multiplie les copies, et on varie les textes copiés. Avant surtout des textes religieux qui sont
copiés. Textes variés : textes d'histoire dont la diffusion va se multiplier, les annales, les
chroniques.
Souvent leur diffusion n'était que locale, Charlemagne va les diffuser dans tout l'empire. Pareil
avec les hagiographies. Ouvrages gréco latins, encyclopédies de la fin de l'Antiquité, ouvrages
de Cicéron, Ovide, César. On redécouvre ces auteurs qui avaient un niveau de connaissances
élevé. Ceux sont des moines copistes dans le scriptoria qui font ce travail. Grande bibliothèque à
Fleury sur Loire, St Benoît. On commence déjà à cette époque à y inclure des images.
Les châsses sont des coffrets qui conservent les reliques. Les châsses étaient précieusement décorés.
Un évangéliaire : texte qui contient des extrait d'évangiles, a été conservé à St Riquier.
Renouveau architectural. Sous les mérovingiens, constructions en bois, très peu de choses
conservées. Entre 768-814 27 cathédrales, 232 monastères et 65 ensemble palaciaux construits. Ces
constructions sont aujourd'hui perdues, ou modifiées. Mais à Orléans, Germigny-des-Prés a été
conservées : l'une des rares Église carolingiennes. Les carolingiens s'inspiraient de l'architecture
byzantine.
C/ Quelques acteurs de la renaissance carolingienne.
ALCUIN. Anglais, originaire de York, formé à l'école cathédrale de York. Il devient bibliothécaire
et maître d'école. Très réputé pour sa culture en particulier gréco-latine. Charlemagne l'invite à sa
Cour en 781. Il va passer une quinzaine d'années à la cour où il va diriger l'école du palais. Il
enseigne les nutriti. Conseiller théologique de Charlemagne. C'est lui parmi d'autres qui a poussé
Charlemagne à se faire couronner empereur. On dit que c'est lui qui aurait favorisé la politique
augustinisme de Charlemagne. Il devient abbé de St Martin de Tours et meurt en 804.
Paul DIACRE (ou Warnefied). Originaire d'une grande famille lombarde et a longtemps servi le
royaume lombard, précepteur à la cour. Quand Charlemagne conquiert la lombardie il se réfugie
au mont Cassin. Il rencontre Charlemagne et lui demande de libérer son frère. Son frère est libéré et
Paul sert Charlemagne. En 787 il rejoint son abbaye de Mont Cassin et meurt en 799. Il a écrit
l'Histoire des lombards qui constitue une grande source de ce peuple. Il a écrit aussi l'histoire des
évêques de Metz.
Théodulfe. Wisigoths. Sa famille qui s'était mise au service des carolingiens. Il a été évêque à
Orléans. Il a succédé à Alcuin et aurait écrit le Libri carolini. Il a construit Germiny et les écoles
dans les diocèses d'Orléans.
Angilbert. C'était un laïc, proche de Charlemagne, ami de Pépin le jeune et amant de Bertrade (fille
de Charlemagne). Ils ont eu un fils Nithard. Surnommé « homère ». En 789 il est nommé abbé à St
Riquier → alors qu'il est avec Bertrade et laïc. Mais très bon abbé pour les mesures ecclésiastiques.
Renaissance à de multiples points de vue. Le règne de Charlemagne est une période brillante
notamment au niveau des arts.
La dislocation de l'empire carolingien. (814-888)
En 806 Partage entre ses fils à Thionville entre Charles, Pépin et Louis. Il n'est pas question d'un
empereur car il ne faut qu'un empereur, il était gêné de nommer un seul de ses fils. Par chance les
deux premiers fils vont mourir, Pépin en 810 et Charles en 811. Charlemagne fait couronner Louis
empereur en 813 à Aix la chapelle. Charlemagne meurt en janvier 814.
I/ L'affaiblissement progressif du pouvoir impérial.
A/ Le règle de Louis le Pieux : de la stabilité...
Il est roi d'Aquitaine depuis 781. Bonne expérience du pouvoir et des fidèles autour de lui qui sont
d'Aquitaine et qui sont venu à Aix pour l'aider à gouverner. Il va gouverner comme son père : il
nomme Pépin roi d'Aquitaine et Louis roi de Bavière. Lothaire son premier fils gouverne avec lui.
Louis va vouloir purger la cour de ceux qui ne respectent pas les mœurs de l'Église et expulse les
sœurs de Charlemagne qui sont envoyées dans des couvents. Il organise son sacre à Reims en 816 à
Reims par le pape Etienne IV. Il continue la politique de réforme du clergé et charge Benoît
d'Aniane de le faire. Il rédige de nombreux capitulaires, soucis d'un clergé qui respecte parfaitement
la règle. Il se pose aussi la question de la succession. Il le règle dans l'ordinatio imperii. Louis le
pieux tranche la question de l'empire, il décide que Lothaire sera empereur et que les deux fils
resteraient roi d'Aquitaine et roi de Bavière.
Influence des évêques dans ces décisions, les évêques ont bien compris qu'il fallait garder l'unité de
l'empire car la religion est unie.
B/ … à la crise des années 820.
En 819, Louis le pieux veuf, se marie avec Judith qui est issue du clan Welf. Un petit Charles né en
823.
Faut-il refaire l'ordinatio imperii ou non ?
Les trois aînés ne veulent pas qu'on change le texte, alors que le clan welf veut le modifier. Judith
réussi à convaincre Louis. En 829, le texte est modifié. Les trois aînés se mettent contre leur père,
Lothaire prend la place de son père mais ça s'arrange. Mais en 831, Louis repartage l'empire alors
que ses trois fils, les ecclésiastiques et les aristocrates se placent contre lui.
Champ du mensonge en 823 : les fidèles de Louis rejoignent les fils. Il est donc obligé de mettre
son fils à sa place. Il renonce à sa couronne + pénitence à Soissons en 833. Conséquence du lien
d'homme à homme car chaque fils à des liens d'hommes à homme avec des fidèles. Or, Charles est
trop jeune pour avoir des liens. Les aristocrates quittent Louis le pieux car leur intérêt est d'avoir un
roi ou empereur puissant. Chacun se positionne selon ses intérêts et Louis le Pieux est abandonné.
Il a fait pénitence et retrouve les évêques. Les évêques sont embêtés par l'affaire car comme le roi
descend de Dieu ce n'est pas normal qu'il soit destitué. Ils essaient donc de raccommoder les choses
entre les fils. De plus, Pépin et Louis ne se sentent pas gratifier car Lothaire se mêle de leurs
affaires + leur père affaibli donc il ne viendra pas se mêler à leurs affaires. Pépin et Louis rejoignent
leur père car Lothaire trop ambitieux et ils sont jaloux donc préfèreraient que leur père soit remit sur
le trône. Louis est remit sur le trône le 1 mars 834. Tout le monde est d'accord mais Louis le pieux
ne retrouvera jamais sa légitimité. Il meurt en 840 à 62 ans et rien est réglé.
Pépin meurt donc nouveau partage en 839. Lothaire toujours empereur, Louis garde la Bavière et
Charles la partie occidentale. Mais Lothaire va vouloir modifier le texte car il ne veut pas accepter
que Charles est une part donc à la mort de Louis, guerre.
II/ Le partage de 843 et la naissance des royaumes.
A/ Le traité de Verdun ou le partage de l'empire.
Lothaire est un homme ambitieux et veut rétablir l'unité de l'empire à son profit. Il lance les
hostilités en 840. Il achète les agents royaux et les aristocrates de ses frères. GIRARD comte de
Paris et HILDUIN abbé de St Denis rejoignent Lothaire. Lothaire va donc réussir puisqu'il a un
nombre important d'aristocrates. Charles et Louis s'allient et rassemblent tous leurs fidèles.
Bataille de Fontenoy-en-Puisaye en 841. Énormément de morts et vécue comme dramatique car
des familles qui peuvent être liées entre elles s'entretuent. Guerre fraternelle entre les rois et les
aristocrates qui se connaissent entre eux. Guerre civile et c'est Lothaire qui est battu. Lothaire ne
se considère pas comme battu. Charles et Louis passe une alliance de manière solennelle, c'est ce
qu'on appelle le serment de Strasbourg le 14 février 842. Premier texte écrit en langue
vernaculaire : langue tudesque pour Louis et romane (futur français) de Charles. LOTHAIRE
s'avoue battu et désire faire le partage entre ses deux frères. Les trois frères se réunissent à la
conférence de Coblence en 842 où 120 experts s'en chargent.
Aout 843 partage de Verdun :
Royaume de Lothaire : la lotharingie.
A l'est la Germanie pour Louis le germanique
Charles a la partie occidentale.
Partage fait en fonction des langues parlées, respect des cultures.
Lothaire est bien dit empereur mais c'est juste un titre, il n'a pas droit de se mêler des affaires de ses
frères. Dans les faits, c'est la fin de l'empire.
B/ Le règne de Charles le chauve (843-877) et ses successeurs, ou la restauration du
royaume impossible.
Les aristocrates accordent leur soumission sous Charles. Mais il doit faire quelques concessions.
Assemblée de Coulaines en 843. But de gouverner en accord avec ses aristocrates. Les grands
reconnaissent la légitimité de Charles, de bien lui servir. Charles fait des concessions importantes, il
déclare qu'il ne révoquera aucun agent royal ni le dépouillera de son (honor = fonction
publique qu'un grand exerce) + la rétribution de la fonction. On qualifie la fonction de Charles
comme honor. Nouveau de dire que la royauté est un honor car cela met la royauté au même
niveau que les aristocrates. Le roi pourrait donc être révoqué ou choisi.
Les aristocrates cherchent à exercer le pouvoir dans leur propre intérêt. Ils vont mener de plus en
plus une politique indépendante. On se retrouve dans la même situation qu'à la fin des
mérovingiens. Les aristocrates deviennent autonomes. Montée en puissance de l'aristocratie.
Manifeste à Coulaines et à la réunion de Quierzy sur Oise en 877. Début de l'hérédité des
charges. Tant que Charles ne sera pas rentré de Rome, les charges seront héréditaires. Les honores
vont rester héréditaires. Les aristocrates deviennent incontrôlables puisque ils tiennent leurs charges
de leur père et non du roi.
Montée des périls extérieurs.
Les Vikings ou les normands, ils attaquent l'empire dès 840, mais attaquent d'autres régions
(canada, Islande, Groenland, Angleterre etc). Ils attaquent à l'aide de bateaux appelés drakkars qui
sont des barques à fond plat de 20 à 25 m de long qui se déplacent à voile ou à la rame. 40 à 100
rameurs dans un drakkar. Ils rentrent à l'intérieur des royaumes par les fleuves. Ils attaquent au
cœur de l'empire, là où ce n'est pas défendu. Ils attaquent rapidement, par surprise. Francs
totalement dépourvus d'attaque face à ces Normands. Ils veulent surtout faire du butin. Ils vont
dans les monastères, pillages réguliers car en + ce n'est pas défendus. En 845 ils remontent la Seine,
en 857 ils attaquent Paris. Ils ont remonté la Garonne, la Loire de manière régulière. Ils détruisent
parfois. Edit de Pîtres en 864 pour réorganiser l'armée.
Les vikings dans les années 860 vont commencer à s'installer dans les régions qu'ils pillent. Le
danegeld : ils se font payer pour ne pas piller.
En 885 il siège à Paris. Ville défendue par Eudes, comte de Paris. Elle ne sera libérée qu'en 886
par le danegeld. Les Vikings continuent à s'installer autour de la Seine. Le roi de Francie, Charles
le Simple en 911 conclu un traité à St Clair-sur-epte donne à Rollon, chef des Viking, le comté
de Normandie.
Des raids musulmans depuis 840 commencent à faire des razzias en Provence. Paiement de tribus
pour éviter les pillages.
Affaiblissement des rois + Perte de puissance des rois carolingiens.
C/ Les soubresauts dynastiques.
1e révolte c/ Pépin II (fils de Pépin, roi d'Aquitaine fils de Louis le Pieux) en 844, car il se dit
légitime pour avoir un roi. Bernard de Septimanie, comte de Charles le Chauve a rejoint Pépin.
Charles le décapite en 844. Mais Pépin est trop fort pour Charles, il obtient donc le royaume
d'Aquitaine en 845.
Lothaire meurt en 855. Son fils Louis II devient empereur à la même date. Le royaume est divisé
entre les 3 fils Louis II, Lothaire II et Charles. Louis II est roi d'Italie, les autres ont le reste. Il n'a
pas un pouvoir supérieur aux autres, notamment Charles le chauve malgré son titre.
En 857, révolte de la noblesse. Robert le Fort, comte de Tours et d'Angers, qui a le plus de pouvoir.
Ancêtre des capétiens. Il se révolte contre Charles le Chauve pour obtenir plus de pouvoir et un
certain nombres de désaccords. Louis le Germanique en profite pour espérer récupérer le royaume
de Charles. Charles le Chauve a du mal. Mais les évêques se mettent en faveur de Charles le chauve
notamment le leader charismatique Hincmar, archevêque de Reims (il sacre le roi, rôle politique
majeur). Il appelle les aristocrates à se mettre avec Charles et se battre contre Louis le germanique.
En 875, l'empereur Louis II décède. Pas de possible succession dans la branche de Lothaire. Ceux
qui ont le plus de légitimité sont Louis le germanique et Charles le chauve. Charles le plus rapide
court à Rome et devient empereur en 875. Mais Louis le Germanique a été plus rapide pour
récupérer Aix-la-chapelle. En 876 Louis le germanique meurt. Son successeur Louis le jeune bat
Charles le chauve à la bataille d'Andernach en 876.
Charles le Chauve se rend en Italie après l'appel du pape en 877. Il en meurt. Ses successeurs sont
Louis le Bègue (877-879) puis Louis III (879-882) puis Carloman (882-884) → pas connu, pas eu le
temps d'installer une véritable politique. En 884, le fils de Louis III est trop jeune (5ans)
D/ La fin de la prédominance carolingienne.
Louis le Jeune meurt en 882. C'est Charles le gros qui le succède. En 884, en Francie occidentale
étant donné qu'il n'y a pas de roi possible, les aristocrates choisissent Charles le Gros. Le
royaume de Lothaire n'a plus d'héritier non plus. Charles le Gros se récupère donc tout par chance.
Il est sacré empereur en 885.
En 886, les Normands sont à Paris mais Charles n'arrivent pas à s'en défaire. Mécontentement dans
le royaume. Charles déçoit et les aristocrates qui préfèreraient avoir un royaume divisé. Surtout
qu'ils n'arrêtent pas de se faire la guerre depuis 40 ans + ils parlent des langues différentes →
« sentiment nationaliste ». Les aristocrates destituent Charles en 888, il mourra quelque temps
après. Les aristocrates vont choisir leur roi. On arrive à la fin du processus de la montée des
aristocrates puisqu'ils destituent et choisissent leur roi.
Eudes, fils de Robert le Fort, il était comte de Paris et il avait très bien défendu Paris c/ les Vikings.
Image guerrière. Extrêmement populaire à Paris et pour les aristocrates. Charles le Gros lui remet
en 886 le titre de duc des francs (chef, guide), il est comme un second du royaume. Donc les
aristocrates le choisissent. Ce n'est plus un roi carolingien, mais robertien.
Arnulf, neveu de Charles le gros, mais fils bâtard, règne en Germanie.
Rodolphe règne en Bourgogne → clan welf.
Guy, roi d'Italie.
Lotharingie divisée en 4.
Empire complètement disloqués, certains royaumes n'appartiennent plus aux carolingiens.
Il existe toujours un empereur, c'est un titre honorifique que vont s'arroger les rois d'Italie. Un
empire sera restauré plus tard en 962 par Otton, roi de Germanie qui se proclame empereur.
Pérennité difficile :
–
empire immense
–
problèmes successoraux : les carolingiens sont restés attachés à la propriété de l'empire.
Lutte entre frères. Bien privé qu'il faut diviser.
–
Aristocratie : avec un seul roi tout va bien car ils le servent. Si plusieurs fils, aristocratie se
bataille. Si le roi est faible, l'aristocratie cherche à tirer des avantages, des honores. Ils voulaient ne
plus être destitués (Coulaines) et transmettre leurs fonctions à leur fils (Quierzy)
Le déclin des carolingiens est similaire à celui des mérovingiens.
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire