WORD

advertisement
Innervation sensitive
de la cavité buccale
I.
Introduction
II.
Le maxillaire
-Nerfs
-Analgésie
III.
La mandibule
-Nerfs
-Analgésie
Lahiri Lemarié
Victoire-Eugénie Quinsat
Introduction
Le nerf trijumeau (V) est le principal nerf sensitif de la tête, et innerve également les muscles qui
mobilisent la mâchoire inférieure. Il véhicule des afférences somatiques générales (ASG) et des fibres
efférentes branchiales (EB).
Il émerge à la surface antérieure du pont par une grosse racine sensitive et une petite racine
motrice. Ces racines se dirigent en avant depuis la fosse crânienne postérieure vers la fosse
crânienne moyenne en passant au dessus du bord médial de la portion pétreuse de l’os temporal.
Dans la fosse crânienne moyenne, la racine sensitive entre dans le ganglion trigéminal qui
contient les corps cellulaires des neurones sensitifs du nerf trijumeau, et est comparable à un
ganglion spinal. Le ganglion est situé dans une fossette à la surface antérieure de la portion pétreuse
de l’os temporal, dans une cavité durale. Les trois rameaux terminaux du nerf trijumeau naissent du
bord antérieur du ganglion trigéminal et sont, de haut en bas :
-le nerf ophtalmique (V1)
-le nerf maxillaire (V2)
-le nerf mandibulaire (V3)
La cavité buccale est innervée par les branches V2 et V3.
Nerf trijumeau (V) (schéma)
Le maxillaire
Les nerfs
Le nerf maxillaire chemine en avant dans la dure mère de la paroi latérale du sinus caverneux, juste
en dessous du V1, sort de la cavité crânienne par le foramen rond et entre dans la fosse
ptérygopalatine.
C’est là qu’il se divise en trois branches majeures: ganglionnaire, zygomatique et alvéolaire supéropostérieure. Ce dernier descend sur la surface postérolatérale du maxillaire, pénètre le sinus
maxillaire et se termine par les branches sensitives innervant les molaires maxillaires et la
muqueuse buccale environnante, à l’exception dans certains cas de la racine mésiale de la première
molaire.
En poursuivant sa course, le nerf maxillaire entre dans la gouttière sous orbitaire ou il devient le nerf
sous-orbitaire. Sur son trajet ce nerf donne naissance aux nerfs alvéolaires supérieurs moyen et
antérieur. Le nerf alvéolaire supérieur moyen procure la sensibilité à la racine mésiale de la première
molaire maxillaire, des prémolaires et de la muqueuse buccale associée. Cependant ce nerf peut
être absent chez certaines personnes ou les zones précitées sont alors innervées par le nerf
alvéolaire supérieur antérieur et postérieur. Les zones principalement innervées par le nerf alvéolaire
supérieur antérieur sont les canines, les incisives centrales et latérales ainsi que la muqueuse
buccale avoisinante.
Le nerf sous orbitaire continu sa trajectoire et sort par le trou sous orbitaire pour innerver entre
autre la muqueuse vestibulaire et la lèvre supérieure.
Le nerf grand palatin arrive par le foramen grand palatin et tourne en avant pour innerver la
muqueuse palatine homolatérale (sauf la papille rétro incisive et le frein médial).
Les nerfs palatins accessoires eux cheminent en arrière et en dedans pour innerver la luette, le voile
du palais ainsi que les piliers amygdaliens.
Enfin, le nerf naso palatin nait aussi de la fosse ptérygopalatine mais chemine en avant vers la cavité
nasale. Il continu en dedans au dessus du toit de la cavité nasale pour atteindre la paroi médiale, puis
en avant et obliquement vers le bas de la paroi pour gagner le canal incisif dans le plancher antérieur.
Il descend ensuite dans le canal et la fosse incisive pour atteindre la face inférieure du palais osseux
et innerver par sa branche médiale la papille retro incisive et le frein médial.
L’analgésie
Au maxillaire, on peut pratiquer des analgésies sectorielles ainsi qu’une analgésie loco-régionale.
-Loco-régionale = Tubérositaire Haute
-Sectorielle = Para apicale haute
Para apicale secteur incisivo canin
Canine haute
Grand palatin
Naso palatin
La Mandibule
Les nerfs
Tous les nerfs sensitifs du mandibulaire proviennent du nerf mandibulaire (V3). Ce dernier constitue
la troisième et la plus grosse branche du nerf trijumeau, cinquième paire des nerfs crâniens.
- Le tronc antérieur du V3 va donner le tronc temporo buccal qui passe au-dessus du fascia ptérygotemporo-mandibulaire et se dirige vers la face profonde du. Ptérygoidien latéral puis se divise en :
- n. temporal profond antérieur
- n. buccal qui se dirige vers le bas et l’avant et passe entra la branche de la
mandibule et le
buccinateur (qu’il traverse sans l’innerver). C’est le seul nerf sensitif de ce tronc ; il innerve la
muqueuse vestibulaire postérieure.
- Le tronc postérieur du nerf mandibulaire.Ce tronc est surtout sensitif et comprend : -le tronc
commun des muscles ptérygoidien médial, tenseur du tympan et tenseur du voile du palais.
-
le nerf auriculo-temporal
-
le nerf lingual
-
le nerf alvéolaire inférieur
Le nerf lingual est issu de la branche terminale du V3, il se sépare du nerf alvéolaire inférieure juste
avant le foramen mandibulaire puis continu en descendant presque verticalement, légèrement
oblique en bas et en avant. Il donne un rameau communicant pour la corde du tympan (issue du nerf
de Wrisberg VII bis) puis se dirige vers la loge submandibulaire (avec le m.styloglosse) et se place
sous la muqueuse orale au niveau de la troisième molaire inférieure. Il atteint ensuite la loge
sublinguale et la face latérale de la langue (où il est en rapport étroit avec le conduit submandibulaire
de Wharton qu’il sous croise en X allongé). Il est situé au-dessus du nerf hypoglosse XII avec lequel il
s’anastomose par un rameau communicant. Il s’épanouit enfin sous la muqueuse linguale. Il prend en
charge l’innervation sensitive de l’isthme du gosier, la tonsille, les deux tiers antérieurs de la langue,
les glandes submandibulaire et sublinguale, la gencive (du côté lingual) des dents antérieures et la
muqueuse du plancher oral.
Le n. alvéolaire inférieur descend verticalement jusqu'au foramen mandibulaire. Avant de s'engager
avec l'artère alvéolaire inférieure dans le canal mandibulaire, il abandonne le n. mylo-hyoïdien qui
glisse à la face inféro-latérale du muscle mylo-hyoïdien, qu'il innerve comme le ventre antérieur du
digastrique. Le nerf alvéolaire inférieur innerve les racines des dents de l'arcade dentaire inférieure
et la gencive adjacente par ses rameaux gingivo-dentaires.
Le nerf mentonnier, une grosse branche cutanée du nerf alvéolaire inférieure, prend naissance dans
le canal mandibulaire et en sort par le foramen mentonnier de la mandibule. Il se divise en trois
branches qui se dirigent en rayonnant à partir du foramen mentonnier : l’une descend vers les
téguments du menton et les deux autres innerve la muqueuse vestibulaire antérieur et les lèvres
inférieures.
L’analgésie
Plusieurs types d’analgésie peuvent être réalisées : - loco-régionale
- sectorielle
L’analgésie loco-régionale vise le nerf alvéolaire inférieur au niveau de l’épine de Spix.
Pour les analgésies sectorielles il existe diverses possibilités :
- analgésie para-apicale au niveau du secteur prémolaire et incisivo-canin
- analgésie du nerf buccal
- analgésie du nerf lingual
BIBLIOGRAPHIE
Manuel d’analgésie en odontostomatologie
www.septodent.ca
www.phoniatrie.org
www.stephadol.org
www.infirmiers.com
Téléchargement