Croissance Economique Propre et Les Changements Climatiques

publicité
Au cours des 25 dernières années, la croissance
économique des pays en développement a grandement
contribué à faire en sorte que plus d’un milliard de personnes
ne vivent plus sous le seuil de la pauvreté absolue (1,90 $
US par jour). En effet, aucun pays en développement n’a pu
réduire la pauvreté sans une croissance économique
durable.
Dans les pays en développement ou émergents, neuf
emplois sur dix sont créés par le secteur privé. Des marchés
et un commerce plus performants et plus inclusifs (en
agriculture et dans les secteurs des ressources naturelles,
de la fabrication et des services) peuvent contribuer à
multiplier les possibilités d’emploi, à augmenter les revenus
et à réduire l’insécurité alimentaire chez les pauvres. Les
technologies nouvelles et émergentes, y compris l’énergie
propre, accélèrent la croissance des pays en
développement. La croissance économique ne consiste pas
uniquement à créer des emplois. Elle peut générer des
recettes qui permettent aux gouvernements d’offrir à la
population des programmes et des services sociaux inclusifs,
notamment en matière d’éducation et de soins de santé.
La croissance économique générée par le seul secteur privé
n’est toutefois pas le remède à tous les maux. Une
croissance économique durable sur les plans
environnemental et social doit pouvoir s’appuyer sur des
politiques publiques, des institutions et un état de droit. Il
s’agit de mécanismes essentiels pour protéger les
investisseurs, l’environnement et les droits de la personne,
afin que la croissance puisse profiter aux personnes les plus
pauvres et les plus vulnérables.
Bien que de nombreux pays aient connu une croissance,
l’inégalité demeure très grande. En effet, 72 p. 100 (soit 960
millions) des personnes pauvres habitent dans un pays à
revenu intermédiaire, où elles ne bénéficient pas de la
croissance et n’ont pas un accès suffisant aux possibilités et
aux ressources, y compris l’éducation, les soins de santé, les
services financiers et les emplois dans l’économie formelle,
autant de facteurs qui freinent leur mobilité
socioéconomique.
En fait, l’inégalité peut aussi alimenter les conflits violents et
l’instabilité politique. Les femmes, les enfants, les jeunes et
les groupes marginalisés sont particulièrement touchés par
l’inégalité croissante.
Les modèles actuels de croissance économique ne sont pas
viables et contribuent à accélérer les changements
climatiques, ce qui présente d’énormes risques pour la
planète, pour ses habitants et pour leur prospérité. Ces
risques sont particulièrement graves pour les populations
des pays en développement, qui sont vulnérables aux
conditions météorologiques changeantes, à l’élévation du
niveau de la mer, à l’insécurité alimentaire et à la rareté de
l’eau.
Par exemple, en partenariat avec la société civile et le
secteur privé, le Canada aide la population de Quirulvilca au
Pérou (surtout les femmes, les jeunes et les personnes
handicapées) à jouer un rôle plus actif dans la planification
locale. Ce projet offre aussi des prêts à de jeunes
entreprises et aide les dirigeants locaux à promouvoir le
développement durable.
Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du
climat estime que les changements climatiques menacent
gravement le développement durable et que leurs
répercussions toucheront tous les secteurs. En effet, les
changements climatiques et la détérioration de
l’environnement sont souvent liés directement à des enjeux
de développement comme la santé, l’égalité entre les sexes,
la paix et la sécurité. Il apparaît de plus en plus évident que
les effets combinés de la croissance rapide de la population
dans les régions à risque, de la détérioration de
l’environnement et de l’impact des changements climatiques
accroîtront la fréquence et l’ampleur des migrations et des
déplacements causés par des facteurs environnementaux.
L’égalité entre les sexes, la gouvernance et la viabilité de
l’environnement sont intégrées à ces efforts. Nos
programmes de croissance économique sont fortement axés
sur l’autonomisation des femmes et des jeunes. Le Canada
reconnaît par ailleurs que des entreprises, des industries,
des syndicats et des institutions financières solides et bien
gérés peuvent favoriser une croissance économique durable
et inclusive, et contribuer à la stabilité économique et sociale.
Nous misons sur les jeunes en leur offrant des possibilités de
s’instruire et de se former pour pouvoir jouer un rôle actif
dans leur collectivité et dans la société.
Le Programme 2030 reconnaît que pour en arriver à un
développement véritablement durable, des mesures
concertées doivent être prises d’urgence. De telles mesures
sont nécessaires pour maîtriser la situation et s’adapter aux
changements climatiques, pour instaurer des pratiques de
croissance plus inclusives et plus durables sur le plan
environnemental et qui s’adressent aux pauvres, dans des
domaines comme l’énergie, la consommation, l’agriculture et
la gestion des terres et de l’eau. La croissance économique
propre exige de nouvelles connaissances et de nouvelles
compétences. Pour que les plus pauvres et les plus
vulnérables puissent profiter des progrès sociaux,
économiques et technologiques, il est essentiel de leur offrir
la possibilité de recevoir de la formation et d’acquérir des
compétences.
Réponse du Canada
Nous pouvons partager avec d’autres pays les
enseignements tirés de nos expériences canadiennes. Le
Canada reconnaît l’importance de la croissance économique
pour réduire la pauvreté et promouvoir la prospérité
collective. Afin de favoriser des investissements de la part du
secteur privé et la croissance de celui-ci, le Canada a aidé
des pays en développement à créer des environnements
favorables aux affaires, tout en soutenant la croissance des
petites entreprises et des entrepreneurs et en offrant l’accès
à des fonds et à des crédits, à des services de soutien aux
entreprises et à de la formation professionnelle et technique.
Nous accordons aussi une grande importance à l’agriculture
durable du point de vue de l’environnement, un secteur
crucial pour la sécurité alimentaire et la création d’emplois.
Par exemple, le Canada a donné une formation à de petits
exploitants agricoles pour les initier aux pratiques de
l’agriculture intelligente face au climat, contribuant ainsi à
jeter les bases d’une croissance propre tout en améliorant la
sécurité alimentaire.
La lutte contre les changements climatiques est une
responsabilité mondiale collective. Cela nous concerne tous.
Le Canada envisage les changements climatiques comme
un enjeu, mais également comme une occasion à saisir,
notamment pour les pays en développement. S’attaquer aux
changements climatiques permet de jeter les bases d’une
économie fondée sur une croissance propre et durable du
point de vue de l’environnement, qui favorisera la création de
nouveaux emplois. C’est là une occasion de travailler de
concert avec les pays en développement partenaires du
Canada en vue de repenser et d’améliorer tous les aspects
de l’activité humaine — aussi bien l’énergie ou les transports
que la planification urbaine — pour qu’ils reposent sur une
assise viable.
Le premier ministre Trudeau a annoncé que le Canada
accroîtrait son soutien aux mesures climatiques, en versant
2,65 milliards de dollars — un sommet historique au chapitre
du financement — pour aider les pays en développement à
agir en matière de changements climatiques. Cette somme
comprend un soutien à des pays en développement pour
qu’ils progressent vers une économie à faible émission de
carbone, qu’ils protègent leurs ressources naturelles et les
gèrent de façon viable et qu’ils s’adaptent aux effets négatifs
des changements climatiques.
Les problèmes sont évidents. Tous les pays doivent chercher
à favoriser une croissance économique inclusive, propre et
durable. Par l’entremise de son aide internationale, le
Canada doit trouver des moyens d’appuyer les efforts que
déploient les pays en développement pour que leur
croissance économique profite à l’ensemble de leur
population, sans accroître les risques environnementaux ni
exacerber les répercussions négatives des changements
climatiques. Le Canada peut contribuer à l’atteinte de cet
objectif en s’associant à divers acteurs œuvrant dans des
secteurs tels que l’énergie propre, l’agriculture, la foresterie
et l’eau – un élément essentiel pour assurer la viabilité de
l’environnement et lutter contre les changements climatiques.
Le Canada travaille de concert avec les provinces et les
territoires pour atteindre ses objectifs nationaux et fournit sa
part d’efforts pour aider les pays en développement à
respecter leurs engagements au chapitre du climat.
Thèmes de discussion

Quels sont les domaines dans lesquels le Canada a
apporté une valeur ajoutée en favorisant la promotion
d'une croissance économique durable et propre?
Quelles améliorations peut-on apporter à l’approche du
Canada en matière de croissance économique durable
pour la rendre plus inclusive et écologique?

Comment le Canada peut-il orienter ses politiques et
sa programmation en matière de croissance
économique et de changements climatiques de
manière à promouvoir l'égalité entre les sexes et
l'autonomisation des femmes et des filles?

Comment le Canada peut-il aider les pays en
développement à s'adapter aux changements
climatiques et à en atténuer les effets?

En matière de climat et d'environnement, existe-t-il des
créneaux (par exemple l'eau, la biodiversité, l'utilisation
des terres, l'agriculture, l'énergie) vers lesquels le
Canada pourrait davantage orienter son aide
internationale?

Compte tenu des liens entre les différents secteurs
(entre autres l’agriculture, le secteur financier et
d’autres services, l’infrastructure, les ressources
naturelles et l’éducation), comment pouvons-nous
cibler nos efforts pour maximiser les avantages du
développement tirés de nos investissements?

Le Canada établit-il des partenariats adéquats dans ce
domaine? Comment pouvons-nous agir de manière
plus novatrice en collaboration avec nos partenaires
dans ce secteur?
Faites-vous entendre
Nous invitons tous les Canadiens et tous les partenaires
internationaux qui s’intéressent à l’aide internationale à
participer au processus de consultation.
Nous vous invitons à consulter le document de consultation
au www.canada.ca/consultations-aide-internationale.
Jusqu’au 31 juillet, nous vous invitons à offrir vos
commentaires :



Sur internet: www.canada.ca/consultations-aideinternationale.
Par courriel: IAReview.ExamenAI@international.gc.ca
Par la poste: Direction de la planification de la politique
de développement, Affaires mondiales Canada, 125,
promenade Sussex, Ottawa (Ontario) K1N 0G2
Juin 2016
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire