WORD

advertisement
Humeau Xavier
Déramé Thomas
UE 3
Introduction
Le cervelet est la partie de l'encéphale, située immédiatement sous le cerveau et en arrière du
tronc cérébral. Il est situé dans la fosse cérébrale postérieure sous la tente du cervelet et en
arrière du 4ème ventricule. Il est recouvert par les méninges. Il pèse 140 grammes.
Le cervelet est responsable de la coordination des mouvements, du tonus musculaire et de
l’équilibre.
I. Embryologie du cervelet
Le cervelet provient en grande partie des lèvres rhombiques du métencéphale. Il
commence à se développer à la fin de la 6ème semaine et continue sa croissance après la
naissance bien que sa morphologie anatomique soit similaire chez le nouveau né et l’adulte.
La prolifération de cellules, dans les lèvres rhombiques du métencéphale, forme les
lames cérébelleuses. Ensuite, une croissance supplémentaire donne les deux hémisphères
cérébelleux latéraux et le vermis central. Une fissure primaire apparaît et divise le cervelet en
2 lobes, un antérieur et un moyen. La poursuite de la segmentation divise le cervelet en lobes
supplémentaires, puis à partir du 3ème mois, en lobules et lamelles. Ce dernier processus
permet d’augmenter considérablement la surface du cortex cérébelleux.
II. Anatomie du Cervelet
Le cervelet est en connexion avec la moelle allongée, le pont et le métencéphale via
les pédoncules cérébelleux. Il est composé de 2 hémisphères cérébelleux, séparés par une
partie médiane appelée vermis. Il est divisé en 3 lobes et est parcouru par des fissures.
1) Phylogenèse
Dans un cervelet Humain, on différencie 3 parties, chacune étant apparu dans différents stades
de l'évolution des espèces:
- L'archéocérébellum : il est apparu chez les poissons. Il est responsable de l'équilibre de la
tête dans l'espace.
- Le paléocérébellum : il est apparu chez les amphibiens, les reptiles puis les oiseaux. Il est
responsable du tonus statique. Il permet la station.
- Le néocérébellum : il est apparu chez les mammifères. Il est spécialement volumineux chez
les primates et surtout chez l'homme. Il est responsable du tonus dynamique. Il apporte la
précision du geste.
2) Morphologie externe
Les sillons divisent le vermis et les hémisphères cérébelleux respectivement en lobules
vermiens et en lobules hémisphériques.
Vue dorsale de l’hémicervelet droit selon Larsell
► Archéocérébellum
► Paléocérébellum
► Néocérébellum
1 : Noyau Fastigial ; 2 : Noyaux Globuleux et Emboliforme ; 3 : Noyau Dentelé
3) Morphologie interne
a) Le cortex cérébelleux (substance grise)
Il comporte uniformément 3 couches superposées, de la périphérie vers la profondeur :
- La couche moléculaire
Elle contient :
- des neurones à corbeille qui font synapse avec les cellules de purkinje.
- des neurones étoilés ou stellaires font synapse avec les fibres parallèles.
.
- La couche des neurones piriformes ou couche des cellules de Purkinje
Elle contient le péricaryon des neurones piriformes. Il est en relation avec les axones des
cellules à corbeille. L’axone des cellules piriformes est la seule fibre efférente du cortex
cérébelleux. Il envoie des messages vers les noyaux intra-cérébelleux qui, ensuite les
transmettent vers la moelle (tonus), le bulbe (équilibre) ou le cortex via le thalamus
(motricité).
- La couche granulaire
Elle contient des neurones granuliformes. Ils possèdent des dendrites au contact des fibres
moussues. Leur axone forme les fibres parallèles, en se divisant en 2 branches.
- Remarque : Les fibres moussues proviennent des tractus spino-cérébelleux, pontocérébelleux et vestibulo-cérébelleux.
Les fibres grimpantes proviennent du noyau olivaire.
A. couche moléculaire
B. couche des cellules
piriformes
C. couche granulaire
D. substance blanche
E. épendyme
1. neurone à corbeille
2. neurone stellaire
3. fibre parallèle
4. neurone piriforme (Purkinje)
5. neurone granuliforme
6. fibre grimpante
7. fibre efférente
8. fibre moussue
9. noyau gris central
b) Le corps médullaire
Il correspond à la substance blanche du cervelet contenant les noyaux cérébelleux :
- Le noyau fastigial qui appartient à l'archéocérébellum
- Les noyaux emboliforme et globuleux qui appartiennent au paléocérébellum
- Le noyau dentelé qui appartient au néocérébellum.
c) Les pédoncules cérébelleux
Ce sont des formations paires unissant le cervelet à la face postérieur du tronc cérébral. Il y en
a 3 (supérieurs, moyens et inférieurs). Ils sont formés de substance blanche (c’est-à-dire de
fibres nerveuses).
III. Vascularisation
1) Artérielle
La vascularisation artérielle du cervelet provient des 2 artères vertébrales (8) et le
tronc basilaire (4) qui correspond à leur réunion. Il est oxygéné par 3 artères principales :
-L'artère cérébelleuse supérieure (2), branche de l'artère basilaire, irriguant le cortex
cérébelleux, les pédoncules cérébelleux supérieurs et les noyaux cérébelleux.
-L'artère cérébelleuse antéro-inférieure (AICA) (6), branche de l'artère basilaire,
vascularise la partie antérieure du vermis, la région des noyaux centraux du nerf facial et
vestibulocochléaire et une partie des lobes cérébelleux.
-L'artère cérébelleuse postéro-inférieure (PICA) (7), branche de l'artère vertébrale,
vascularise les pédoncules cérébelleux inférieurs, les noyaux cérébelleux, et à la partie
inférieure des hémisphères cérébelleux.
2
4
6
7
8
2) Veineuse
Le drainage veineux du cervelet naît dans la profondeur des sillons. Il se fait par :
- La veine supérieure du vermis (17) : draine les veines supérieures du cervelet dans la
grande veine du cerveau (15).
- La veine inférieure du vermis (22) : draine les veines supérieures et inférieures du cervelet
dans le confluent des sinus (23).
- La veine précentrale du cervelet (18) : draine la lingula et le lobule central dans la grande
veine du cerveau
15
17
18
22
23
IV. Systématisation du Cervelet
1) Systématisation de l’archéocérébellum
L’information sensorielle provient de l’appareil vestibulaire. Elle est véhiculée ensuite par le
nerf vestibulaire (VIIIème paire des nerfs crâniens). Il pénètre dans la moelle allongée pour
atteindre le noyau vestibulaire. Les fibres nerveuses qui quittent ce noyau, pénètrent dans le
cervelet par le pédoncule cérébelleux inférieur et atteignent le cortex du lobe flocculonodulaire. Les neurones suivants rejoignent le noyau fastigial, puis se réfléchissent à nouveau
dans le pédoncule cérébelleux inférieur pour retourner au noyau vestibulaire.
Le noyau vestibulaire donne le tractus vestibulo-spinal dont les fibres motrices innervent les
muscles impliqués dans le maintien de l’équilibre.
Le noyau fastigial envoi également des fibres au tractus longitudinal médial qui permet la
coordination des nerfs responsables l’occulocéphalogyrie (III, IV, VI, XI).
Noyau vestibulaire
Noyau fastigial
Faisceau longitudinal médial
Lobe floculo-nodulaire
Tractus vestibulo spinal
Nerf vestibulaire
(VIII)
Vestibule
Ganglion vestibulaire
2) Systématisation du paléocérébellum
Le paléocérébellum assure la régulation des contractions musculaires qui concernent les
activités posturales statiques.
Les informations de types proprioceptives arrivent par les tractus spino-cérébelleux ventral et
dorsal (tonus musculaire périphérique), ainsi que le tractus métencéphalique du V
(proprioception de l’ATM).
Le faisceau spino-cérébelleux dorsal et ventral pénètre dans le cervelet respectivement par le
pédoncule cérébelleux inférieur et supérieur. Ils se projettent au niveau d paléocortex
cérébelleux. Les neurones suivants se réfléchissent sur les noyaux globuleux et emboliforme.
De là, le signal peut se projeter sur 3 éléments :
- le tractus longitudinal médial.
- la formation réticulée puis transmis au reste du corps par les tractus réticulo-spinal
ventral (hypertonie des muscles proximaux) et dorsaux (hypotonie des muscles distaux).
- le tractus tegmental central, pour affiner, harmoniser le mouvement par l’intermédiaire
des structures extra-pyramidales et renvoie les informations au cervelet.
3) Systématisation du néocérébellum
Ce système, assure la régulation temporelle du mouvement volontaire (tonus dynamique). Il
travaille en association avec le néocortex. L’information motrice provient de l’aire 4 de
Brodman et des aires motrices associatives (6, 5, 7, 21 et 22). L’ensemble de ces aires extrapyramidales corticales donne les voies cortico-pontiques. Les axones de ces voies atteignent
les noyaux du pont. Ils envoient l’information au néocérébellum par le pédoncule cérébelleux
moyen et atteignent le néocortex. Les faisceaux se réfléchissent sur le noyau dentelé.
Á ce stade, les fibres nerveuses quittent le cervelet par les pédoncules cérébelleux supérieurs
et constituent deux boucles de rétroaction :
a) Boucle de régulation du mouvement volontaire (boucle d’Alajouaning)
Les fibres efférentes du cervelet retournent au cerveau en passant par le noyau rouge et en
faisant relais dans les noyaux moteurs du thalamus. Elles atteignent les cellules pyramidales
de l’aire 4 du cortex cérébral. Leur axone descend dans le névraxe à l’intérieur de la voie
pyramidale passant par la capsule interne. Elles atteignent les noyaux réticulaires inhibiteurs
de la moelle allongée. C’est la voie cortico-réticulo-spinale à fonction inhibitrice.
C’est donc une boucle d’organisation préliminaire et de régulation du mouvement volontaire,
dont l’activité précède le déroulement apparent du mouvement.
b) Boucle de régulation des activités musculaires cervico-faciales
Une seconde boucle se déroule uniquement au niveau du tronc cérébral, régulant les fonctions
des muscles de la face, du voile du palais, du pharynx et même du diaphragme. Les fibres
efférentes du néocervelet gagnent le noyau rouge, puis l’olive de la moelle allongée, par le
tractus tegmental central.
Un faisceau olivocérébelleux retourne au néocérébellum.
Aire IV de Brodman
Thalamus
Noyau rouge
Tractus cortico-pontin
Lobe dorsal
Noyaux du pont
Tractus tegmental central
Tractus ponto-cérébelleux
Noyau dentelé
V. Pathologie
1) Atteinte de l’archéocérébellum
Etiologie : médulloblastome du vermis
Symptômes : trouble de l’équilibre, démarche ébrieuse, nystagmus, céphalée et vomissement
2) Atteinte du paléocérébellum
Etiologie : alcoolisme chronique
Symptômes : hypotonie avec trouble du tonus postural
3) Atteinte du néocérébellum
a) Boucle d’Alajouaning
Etiologie : tumeur astrocytaire hémisphérique
Symptômes : asynergie : mauvaise coordination motrice
dyschronométrie : retard à la mise en route et à l’arrêt du mouvement
Etiologie : hémorragie dans la capsule interne
Symptômes : spasmes musculaires
b) Boucle de régulation des activités musculaires cervico-faciales
Etiologie : lésion du faisceau olivo-cérébelleux
Symptôme : myoclonie du voile du palais
Bibliographie :
P.KAMINA, Anatomie clinique tome V, édition Maloine, Paris, 2008. (p. 263-277; 377; 398)
W.J LARSEN, embryologie humaine, éd. De Boeck 2ème édition, 2004 (p. 431-438)
VIGUE-MARTIN, Grand atlas d’anatomie humaine, éd. DésIris, 2006 (p. 483-485)
http://www.anatomie-humaine.com/Le-Cervelet.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cervelet
http://home.nordnet.fr/~mbaroncini/PAGES/CHAP6.HTM
Téléchargement