1 - INFO`RISK

publicité
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Contribution à la réalisation d'une présentation
du Centre de découverte des sciences de la terre.
Variance - JP030301
page 1/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1 Contexte ...................................................................... 4
1.1
historique .......................................................................................................................................................................... 4
1.2
scientifique ....................................................................................................................................................................... 4
1.2.1 Les réseaux d'enregistrements des mesures ....................................................................................................... 5
1.2.2 La prévision des séismes ............................................................................................................................................ 5
1.3
environnemental ............................................................................................................................................................... 5
1.3.1 Les séismes ................................................................................................................................................................... 6
1.3.2 Le cyclone .................................................................................................................................................................... 12
1.4
Conclusion ........................................................................................................................................................................ 13
2 la problématique générale des travaux parasismiques, ................... 14
2.1
2.2
2.3
Sauvegarder les vies humaines ................................................................................................................................... 14
En amont : la formation et l'information ................................................................................................................. 14
Le surcoût de la construction parasismique ............................................................................................................ 15
3 les différentes écoles de construction parasismiques, ................... 16
3.1
Les éléments en présence ........................................................................................................................................... 16
3.1.1 La charge sismique .................................................................................................................................................... 16
3.1.2 La construction et sa réponse ................................................................................................................................ 17
3.2
Bilan des énergies et lignes d'action ....................................................................................................................... 20
4 les grandes lignes de la réglementation française et étrangère ......... 22
4.1
La réglementation française ...................................................................................................................................... 22
4.1.1 Zonage physique........................................................................................................................................................ 22
4.1.2 Classement des ouvrages ........................................................................................................................................ 22
4.1.3 Valeurs retenues pour les calculs ......................................................................................................................... 23
4.1.4 Préconisations pour une démarche cohérente de programmation ................................................................. 23
4.2
La réglementation étrangère ..................................................................................................................................... 24
4.2.1 La réglementation européenne .............................................................................................................................. 24
4.2.2 Les autres réglementations ou méthodes ........................................................................................................... 24
4.3
Le cas des Petites Antilles ......................................................................................................................................... 24
5 la genèse du CDT ........................................................... 24
5.1
Lancement des études ................................................................................................................................................. 24
5.2
Définition du programme de l'opération ................................................................................................................. 25
5.3
Désignation du maître d'œuvre - Sélection du projet ......................................................................................... 25
5.4
Saisie de la Commission d'Analyse des Cas des Ponts et Chaussées ................................................................ 25
Le CDST sera équipé d'appuis parasismiques comme des centrales nucléaires et des ouvrages d'art................ 26
6 la recherche du site, ....................................................... 27
7 les différents projets du concours, ....................................... 28
8 les raisons du choix effectué, ............................................. 29
8.1
8.2
8.3
L'Assistance du maître d'ouvrage ............................................................................................................................ 29
Le Concepteur ............................................................................................................................................................... 29
Les intervenants pour l'exécution et le contrôle des travaux ........................................................................... 30
9.1
9.2
9.3
Étude sur la réponse du site aux mouvements sismiques ..................................................................................... 31
Définition des séismes de référence ....................................................................................................................... 32
Les hypothèses de calcul ............................................................................................................................................ 33
10.1
10.2
Les appuis sismiques .................................................................................................................................................... 34
La prise en compte du déplacement ......................................................................................................................... 35
9 les principes physiques et techniques du projet retenu, ................. 31
10 les calculs de dimensionnement et leurs contrôles, ....................... 34
Variance - JP030301
page 2/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
11 le déroulement des travaux, des fouilles préalables aux travaux
d'aménagement des abords, .................................................. 36
12 les missions du CDT, ....................................................... 37
13 ses caractéristiques opérationnelles. ...................................... 37
Variance - JP030301
page 3/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1 CONTEXTE
Contribution du Conseil Général à la commémoration de l'éruption de la Montagne Pelée (mai 1902), le Centre de
Découverte des Sciences de la Terre répond aux objectifs suivants :
 Témoignage à la mémoire de la catastrophe et outil culturel et pédagogique dédié aux sciences de la Terre;
 Outil de développement touristique orienté sur la Montagne Pelée et la mise en valeur de la région nord
caraïbes;
 Fédération et complément des équipements existants (musée, observatoire,…).
1.1
HISTORIQUE
Le Centre de Découverte des Sciences de la Terre a pour thème central la Montagne Pelée et la ville de SaintPierre.
Deux axes le composent :
 L'axe du bâtiment qui permet une vision élargie, directe et forcée sur la Montagne Pelée;
 L'axe des piles et des bâtiments d'accueil qui rappelle celui des vestiges voisins de l'habitation Perinelle
détruite en 1902.
1.2
SCIENTIFIQUE
Dans le domaine de la construction, c'est l'application des lois de la mécanique et de la physique qui permet de
définir le dimensionnement des structures porteuses. C'est simple lorsque les forces et leur mode de
fonctionnement sont connus et stables. Ainsi la pesanteur, les charges d'utilisation ont des effets valables en
tout lieu, le vent et la neige des régions tempérées présentent des suppléments de charge dont les maxima et
les directions dominantes sont bien connus. Cette maîtrise s'applique aussi aux sollicitations induites par les
cyclones, il n'en est pas de même pour les séismes. Le globe présente des zones de séismes où, grâce aux
travaux des géologues, des sismologues et des vulcanologues, la connaissance des risques s'accroît par
l'acquisition des données.
Variance - JP030301
page 4/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Mais le taux de récurrence des séismes décroît avec leur intensité et la démarche scientifique est récente, ainsi
l'approche des valeurs extrêmes est-elle incomplète.
L'étude du risque sismique à l'aide des données sismologiques, géophysiques et géologiques doit donc être
développée.
1.2.1 Les réseaux d'enregistrements des mesures
Des stations de mesures équipent les zones à plus grand risque.
Des études de micro-zonage sont réalisées pour afin de mieux
prévoir les effets de secousses en fonction de la nature et de la
composition des sous-sols dans des sites sélectionnés.
Le réseau régional des Petites Antilles est constitué depuis
1978 les stations sismologiques sont réparties sur les îles
d'Antigua, de la Guadeloupe, de la Dominique et de la Martinique.
La surveillance sismologique des Antilles dépasse les frontières
de chaque île ; la coopération est bonne avec les îles voisines
anglophones, Antigua, Trinidad notamment, même si les moyens
de recherche de ces pays sont faibles. En outre, deux stations
sismiques sous-marines fixes à 5 000 m de profondeur entre la
Martinique et la Guadeloupe sont particulièrement utiles.
1.2.2 La prévision des séismes
Dans le domaine de la prévision :
Le point commun de ces recherches est un effort pluridisciplinaire de toutes les disciplines des sciences
de la terre, pour comprendre le phénomène de gestation de la rupture sismique; il s'agit pour l'instant de
définir des critères de prédiction plus que de faire des annonces publiques de séismes imminents. (1995)
La méthode VAN du nom des chercheurs grecs P. Varotsos, K. Alexandropoulos et K. Nomikos, proposée au début
de la décennie 80, est encore en phase d'élaboration. Elle est basée sur les mesures des courants
électrotelluriques.
1.3
ENVIRONNEMENTAL
Trois risques naturels majeurs concernent les constructions en Martinique :
 Les séismes;
 Les cyclones;
 Le volcanisme.
La convergence de deux plaques océaniques est responsable du volcanisme et des séismes des arcs insulaires.
C'est le cas pour l'arc antillais où la plaque Amérique plonge sous la plaque caraïbe.
Variance - JP030301
page 5/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1.3.1 Les séismes
1.3.1.1
DEFINITION
Un séisme ou tremblement de terre se traduit en surface par des vibrations du sol. Il provient de la
fracturation des roches en profondeur; celle-ci est due à l'accumulation d'une grande énergie qui se libère,
créant des failles, au moment où le seuil de rupture mécanique des roches est atteint.
Les dégâts observés en surface sont fonction de l'amplitude, la fréquence et la durée des vibrations
On distingue les séismes d'origine :
-
tectonique, les plus dévastateurs (secousses, raz-de-marée) ;
volcanique ;
humaine, remplissage de retenues de barrages, exploitation des sous-sols, explosions dans les carrières.
1.3.1.2
LE CYCLE SISMIQUE
La plupart des séismes sont concentrés au voisinage des frontières des plaques lithosphériques ; le plus souvent
sous la mer, ils peuvent produire des raz-de-marée dévastateurs. Ce sont dans les zones de subduction (où une
plaque s'enfonce sous une autre, pour plonger dans le manteau) que l'on voit les séismes de plus grande
magnitude.
Dans la partie supérieure de la croûte, la température étant trop basse, le mouvement n'est pas continu; les
failles restent bloquées pendant de longues périodes de temps, contrairement aux couches inférieures où le
mouvement régulier des plaques se poursuit de part et d'autre.
La région de la faille bloquée se déforme alors progressivement, se charge, jusqu'à ce qu'elle cède brutalement,
coulissant sur toute sa surface. C'est la rupture sismique qui relâche les contraintes tectoniques et rattrape le
retard du au mouvement des plaques.
Variance - JP030301
page 6/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1.3.1.3
-
-
-
-
CARACTERISTIQUES D'UN SEISME
Le foyer (hypocentre) : Région de la faille d'où partent les ondes sismiques.
L'épicentre : Point de la surface terrestre, à la verticale du foyer, et où l'intensité du séisme est la plus
importante.
La magnitude (M) : C'est la mesure de l'énergie libérée, au foyer, par le séisme. Elle est fonction de la
longueur de la faille et elle est donnée par la mesure de l'amplitude maximale mesurée par les sismographes
à 100 km de l'épicentre. Elle est comptée en degrés sur l'échelle de RICHTER où on s'arrête généralement
au 9ème. Augmenter la magnitude d'un degré revient à multiplier l'énergie libérée par 30.
L'intensité (I) : C'est la mesure des effets et dommages du séisme en un lieu donné. Pour un séisme de
magnitude donnée, elle est maximale à l'aplomb de la faille (intensité épicentrale) et décroît avec la distance
(sauf effets de site, sur terrain sédimentaire par exemple). Elle est d'autant plus importante que le foyer
est plus superficiel. Sur l'échelle MSK, il y a 12 degrés.
La faille : On peut distinguer :
- les failles verticales qui coulissent horizontalement;
- les failles inclinées où un bloc s'affaisse ou monte par rapport à l'autre.
La fréquence et la durée des vibrations : engendrées par l'énergie libérée, elles ont une incidence
Variance - JP030301
page 7/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
-
fondamentale sur les effets en surface. Ce sont les vibrations dans la gamme de 0,1 à 2 secondes de période
qui affectent le plus les bâtiments courants;
La connaissance des phénomènes : Les sismographes enregistrent les composantes des mouvements du sol
(verticaux et horizontaux) ; ils permettent d'étudier le phénomène, de localiser le foyer (comparaison avec
d'autres sismographes) et de surveiller les failles menaçantes.
1.3.1.4
LES EFFETS DU SEISME : DEPLACEMENTS ET FAILLES
Lors d'un séisme, la rupture peut se propager en surface, les failles verticales vont alors décaler la surface du
sol de part et d'autre de la faille (jusqu'à plusieurs mètres) ; les failles inclinées vont créer des escarpements
pouvant former des murs de plusieurs mètres de haut (6 m à El Asnam en 1980). La répétition du phénomène sur
une même faille, au cours des millénaires, peut provoquer des décalages verticaux ou horizontaux de plusieurs
kilomètres.
C'est sur la base de ces indices morphologiques que les géologues mesurent l'activité tectonique des failles et
peuvent préciser le cycle sismique.
1.3.1.5
LES EFFETS DU SEISME : LA PROPAGATION D'ONDES VIBRATOIRES
Les ondes sismiques sont des ondes élastiques. Elles peuvent traverser un milieu sans le transformer.
Les ondes sismiques se classent en deux catégories :
 Les ondes de volumes qui se propagent à l'intérieur du globe à partir du foyer :
 les ondes primaires (P) ou ondes de compression qui produisent des compressions et des dilatations
successives dans le même sens que leur propagation et qui apparaissent les premières sur les
sismographes,

les ondes secondaires (S) ou ondes de cisaillement qui, plus lentes, sont enregistrées en second lieu par
les sismographes et dont les effets sont des mouvements perpendiculaires au sens de leur propagation;
Variance - JP030301
page 8/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre

les ondes de surface qui se propagent à la surface de la Terre, moins rapides que les ondes de volume, mais
aux amplitude plus importantes :
 l'onde de Love dont les effets sont perpendiculaires au sens de sa propagation, mais sans la composante
verticale,

1.3.1.6
l'onde de Rayleigh qui provoque des déplacements aussi bien verticaux qu'horizontaux.
L'EFFET DE SITE
Une construction subit les secousses transmises par le sol, mais les oscillations ne sont pas les mêmes en tous
les points du sol. Elles dépendent de la configuration du site.
Variance - JP030301
page 9/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1.3.1.7
ECHELLES D'INTENSITE
Les dégâts en surface ne sont pas mesurés par l'échelle de Richter (qui indique l'énergie libérée par le séisme
au foyer : magnitude) mais par l'échelle MSK (qui renseigne sur les dégâts en un front géographique donné :
intensité). La magnitude d'un séisme est un nombre invariable qui le caractérise; l'intensité varie selon le point
considéré (éloignement du foyer, nature du sol, effet de site..).
En Europe, on utilise l'échelle d'intensité M.S.K. (Medvedev, Sponheuer, Karnik), graduée de I à XII. Le
seuil d'affolement des populations et de faible dommage est au degré V, celui des dommages importants
au degré VIII, le degré XII étant le "bouleversement de paysage". L'échelle MSK 1964 utilisée a été
adoptée en avril 1978 par une commission des Nations-Unies, la commission sismologique européenne a
souhaité des modifications lors de sa réunion de Sofia en 1988, pour combler les lacunes des intensités
VI et VII, et les effets ressentis dans les étages supérieurs des bâtiments de grande hauteur.
I
II
secousse non perceptible
secousse à peine perceptible
III
IV
secousse faible ressentie
seulement de façon partielle
secousse largement ressentie
V
réveil des dormeurs
VI
Frayeur
VII
Dommages aux constructions
VIII
Destruction des bâtiments
IX
Dommages généralisés aux
constructions
X
destruction générale des
bâtiments
XI
catastrophe
XII
changement de paysage
Variance - JP030301
la secousse est détectée et enregistrée seulement par les sismographes
la secousse peut-être ressentie par des individus au repos, dans les étages
supérieurs des bâtiments
vibration comparable à celle causée par le passage d'un camion léger ; léger
balancement des objets, dans les étages supérieurs
vibration comparable à celle causée par le passage d'un camion lourdement chargé
; fenêtres, portes et assiettes tremblent ; planchers et murs font entendre des
craquements ; les objets suspendus se balancent légèrement
les animaux sont nerveux ; les constructions sont agitées d'un tremblement
général ; des objets peuvent être renversés
vibration comparable à celle causée par la chute d'un objet lourd dans le bâtiment
pertes d'équilibre ; les animaux domestiques s'échappent ; du mobilier lourd peut
se déplacer ; les petites cloches tintent
grande difficulté à rester debout ; les grosses cloches tintent ;
glissements des routes le long des pentes ; fissures en travers des routes et des
murs de pierre ; joints de canalisations endommagés ;
variation des niveaux d'eau dans les puits et du débit des sources
frayeur et panique ; le mobilier lourd se déplace et se renverse
ruptures de joints de canalisations ; déplacement de monuments ou de statues ;
effondrement des murs de pierre
crevasses dans le sol de plusieurs centimètres ; nouvelles retenues d'eau dans les
vallées ; changement dans le débit et niveau de l'eau
panique générale ; dégâts considérables au mobilier ; animaux affolés s'enfuient
dans toutes les directions
rupture partielle de canalisations souterraines ; monuments et colonnes tombent ;
réservoirs au sol très endommagés ; rails de chemin de fer peuvent être pliés
crevasses au sol de 10 cm ; chutes de rochers ; nombreux glissements de terrain ;
grandes vagues sur l'eau
dommages dangereux aux barrages et digues ; dommages sévères aux ponts ; rails
de chemin de fer tordus ; canalisations souterraines rompues ; pavage des rues et
asphalte forment des grandes ondulations crevasses au sol peuvent atteindre 1
mètre ; considérables glissements de terrain le long des rivages escarpés et dans
les berges des rivières ; création de nouveaux lacs
dommages sévères même aux bâtiments bien construits, aux ponts, aux barrages,
aux lignes de chemin de fer ; destruction des canalisations souterraines
terrain considérablement déformé par des mouvements horizontaux et verticaux
toutes les structures au dessous et au dessus du sol sont gravement
endommagées ou détruites
la topographie est bouleversée ; énormes crevasses, affaissements des berges de
rivières, vallées transformées en lacs, apparition de cascades, déviation de
rivières
page 10/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1.3.1.8
LE CAS DE LA MARTINIQUE
Les séismes au niveau des Petites Antilles ont pour origine la subduction de la plaque Amérique sous la plaque
Caraïbe. La vitesse de convergence est de l'ordre de 2 cm/an. La Martinique a subi, au cours des trois derniers
siècles une vingtaine de séismes d'intensité VI à VIII.
L'identification des failles en surface et leur suivi permet d'élaborer des principes de construction plus
adaptés.
Synthèse sismotectonique régionale de la Martinique (Godefroy et Mouroux, 1991)
Variance - JP030301
page 11/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
1.3.2 Le cyclone
1.3.2.1
DEFINITION
"Cyclone" est un terme générique qui recouvre ce phénomène atmosphérique appelé, suivant la région : typhon,
hurricane,… et ouragan dans l'hémisphère nord. Le mot cyclone vient du grec kuklos qui évoque l'enroulement du
serpent.
"Perturbation atmosphérique tourbillonnaire, de grande échelle, due à une chute importante de la pression
atmosphérique. On la rencontre dans les régions tropicales; elle est caractérisée par des pluies diluviennes et
des vents très violents (jusqu'à 350 km/h), tournant dans le sens des aiguilles d'une montre (hémisphère sud) ou
dans le sens inverse (hémisphère nord); les vents les plus violents se rencontrent autour de l'œil, qui est une
zone de calme."
1.3.2.2
UN PHENOMENE DE GRANDE ECHELLE..
Si la taille d'un cyclone peut dépasser les 1500 km de diamètre, sa partie la plus active est comprise entre 50 et
250 km de rayon. Les dégâts peuvent être occasionnés à plus de 100 km du centre du cyclone.
Sa hauteur peut atteindre 12 km d'altitude au-dessus du niveau de l'océan.
La quantité d'énergie nécessaire au fonctionnement du cyclone est équivalente à la quantité d'énergie électrique
produite par les États-Unis pendant une année entière…
1.3.2.3
LA VIE DU CYCLONE
Chaque année , 80 à 100 tempêtes tropicales se développent, mais seulement la moitié se transforme en
cyclones.
Dans l'Atlantique nord la période cyclonique va de juillet à octobre, pendant l'été boréal qui réchauffe les
océans.
Au





stade de la dépression tropicale il faut cinq conditions pour que le phénomène se crée :
Une zone dépressionnaire initiale;
Une température de la mer supérieure à 26°C sur 50 à 80 m de profondeur;
Des vents stables;
En altitude, une situation météorologique particulière qui favorise le développement de mouvements
ascendants;
La force de Coriolis.
C'est cette force qui provoque la déviation de la trajectoire du cyclone vers le nord, c'est aussi cette force qui
donne le mouvement giratoire au cyclone (inverse de la déviation puisque c'est une dépression!) lui donnant cette
allure de toupie. Les vitesses atteintes sont telles qu'il se produit un équilibre à une certaine distance du centre
de l'œil entre les forces centrifuge et centripète créant ainsi le "mur" du cyclone où l'activité est intense et
une zone calme dans l'œil.
Variance - JP030301
page 12/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Dans l'Atlantique nord les cyclones se forment pour la plupart au large des côtes de l'Afrique et se déplacent
sur l'ouest en s'éloignant de l'équateur.
La vitesse de déplacement d'un cyclone est de 10 à 40 km/h. L'intensité d'un cyclone peut varier au long de son
parcours. Sa durée de vie peut varier de 24 heures à 3 semaines.
1.3.2.4
STATISTIQUES
Les départements de la Réunion, de la Martinique et de la Guadeloupe subissent en moyenne un cyclone très
destructeur tous les quinze ans, pour la Nouvelle-Calédonie, un tous les vingt ans.
La Martinique est, en général, moins sévèrement touchée que la Guadeloupe par les cyclones.
En 100 ans il a été recensé 20 tempêtes tropicales et 8 ouragans, ce qui représente :
 Un phénomène cyclonique tous les 4 ans environ,
 Un ouragan tous les 12,5 ans
1.4 CONCLUSION
Les séismes et les cyclones sont les risques naturels qui sont pris en compte lorsque le lieu d'implantation de la
construction a été choisi. Ces deux phénomènes ont en commun que la capacité d'une structure à résister à leurs
actions est due à sa conception globale et non pas à la qualité de ses composants pris séparément. Les
sollicitations du vent sont toutefois moins intenses que celle d'un séisme au point qu'en zone de forte sismicité,
il suffit souvent de suivre les règles de constructions parasismiques pour satisfaire celles de la construction
para cyclonique.
Variance - JP030301
page 13/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
2 LA PROBLEMATIQUE GENERALE DES TRAVAUX PARASISMIQUES,
2.1 SAUVEGARDER
LES VIES HUMAINES
Construire dans une zone à risque sismique est un acte de responsables : hormis certaines circonstances
exceptionnelles, le séisme n’est dangereux pour l’homme qu’à travers ses effets sur les ouvrages que lui-même a
construits.
Le but de la construction parasismique est de préserver la vie humaine, directement pour les habitations en
protégeant les occupants et indirectement pour les sites industriels (barrages, centrales nucléaires) en évitant
des catastrophes technologiques que des destructions incontrôlées pourraient provoquer.
Si la décision de construire appartient au maître d'ouvrage et l'autorisation aux autorités locales, la qualité
d'une construction au regard de la sauvegarde des vies humaines est due à plusieurs autres acteurs :
 L'architecte qui conçoit un bâtiment pour répondre à une activité humaine.
 Le géologue qui définit les qualités du sol, de l'environnement.
 Les bureaux d'études des structures qui définissent les fondations, les matériaux de structure (calcul du
béton armé).
 Les entrepreneurs qui assurent de la qualité des matériaux fournis et de la mise en œuvre.
 Les utilisateurs successifs par les modifications qu'ils apportent au projet de base.
Encore faut-il qu'ils soient formés et informés.
Les connaissances actuelles permettent de limiter les conséquences d'un séisme presque en tout lieu. En effet, il
s'agit bien de limiter et non de supprimer. Le filet du funambule n'empêche pas sa chute mais l'amortit.
Construire parasismique c'est choisir un niveau de protection en considérant que les situations les plus
catastrophiques sont aussi les plus rares, cela revient à effectuer un choix économique pour tenir compte du
coût supplémentaire des mesures parasismiques. Pour les ouvrages à risque "normal", c'est à dire limité à
l'ouvrage lui-même, ses occupants et son environnement immédiat, le seul objectif est le non-effondrement.
Pour des séismes d'intensité moyenne l'objectif est d'avoir peu ou pas de dégâts sur la construction et pour des
séismes plus importants de préserver les vies humaines malgré les désordres survenus sur la construction.
2.2 EN
AMONT
:
LA FORMATION ET L'INFORMATION
Extrait du rapport de M. Christian KERT, député, présenté à l'Assemblée Nationale et au Sénat en avril 1995
sur Les TECHNIQUES de PRÉVISION et de PRÉVENTION des RISQUES NATURELS : SÉISMES et
MOUVEMENTS de TERRAIN
6 - LA FORMATION ET L'INFORMATION, OU COMMENT ÊTRE CRÉDIBLE SUR UN RISQUE AUSSI ALÉATOIRE ?
C'est en effet bien le problème de la crédibilité qui se pose ici. Il y a une quasi-certitude que le territoire national subira en un
quelconque endroit, dans un temps indéterminé, un séisme de magnitude supérieure à 7 sur l'échelle de Richter et d'intensité X.
Comment se préparer à cette catastrophe ? Comment motiver des habitants qui n'ont jamais vécu de tremblements de terre et
n'en vivront certainement jamais ? Cela étant, il est impossible de faire l'impasse sur cette possible catastrophe et il faut pour
cela s'y préparer sereinement.
6-1 - formation : cursus en génie parasismique
Les tremblements de terre sont une menace permanente pour les vies humaines, pour le parc immobilier, ainsi que pour l'économie
de nombreuses régions. Plus de 90 % de décès qu'ils occasionnent sont dus à l'effondrement de constructions. La seule prévention
efficace contre ce fléau est donc la construction parasismique des bâtiments neufs et le confortement préventif du bâti existant.
L'architecte peut avoir dans ce domaine une action déterminante. Les études postsismiques montrent que les dommages graves aux
bâtiments sont en grande partie directement imputables à des erreurs et négligences commises par les concepteurs de projet. En
zone épicentrale, parmi les bâtiments semblables calculés conformément aux règles parasismiques, seuls ceux dont la conception
architecturale est correcte au plan parasismique échappent à des dommages importants ou à la destruction sous action sismique
violente. En effet, les bâtiments sont réglementairement calculés pour une intensité sismique inférieure à celle des grands
tremblements de terre survenus dans le passé, comme ceux de Nice (intensité X), de Lambesc en Provence (intensité IX) ou de
Bâle (intensité X), la probabilité qu'une construction se trouve durant son existence à proximité de l'épicentre d'un tel séisme
étant très faible.
Variance - JP030301
page 14/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Ainsi, des ouvrages construit suivant des normes parasismiques anciennes se sont effondrés, pour ne citer que les événements les
plus récents, à Kobe en 1995, à Los Angeles en 1994, en Turquie en 1992, à San Francisco en 1989 et en Arménie en 1988. En
revanche, on a observé que des bâtiments correctement conçus aux niveaux de l'avant-projet et du projet d'exécution ont résisté
aux séismes les plus violents.
Une formation adéquate des concepteurs de projet, actuellement absente du programme d'enseignement de la plupart des écoles
d'architecture françaises, apparaît par conséquent comme indispensable.
A la connaissance de votre Rapporteur, seule l'École d'Architecture de Marseille-Luminy propose, dans le cadre d'un troisième
cycle, un certificat d'études approfondies en architecture parasismique dont le responsable scientifique de la formation est Milan
Zacek. Originalité de cette formation, elle s'adresse à des architectes mais aussi à des ingénieurs. Mais si cette formation est
mondialement appréciée, cela est dû à la très grande qualité des enseignants, on ne peut que regretter que bien peu d'architectes
et de futurs architectes français se sentent concernés.
L'École d'Architecture et du Paysage de Bordeaux a mené une étude en 1991, à la demande de la DRM, sur l'historique et la
théorisation du risque et les réponses apportées par l'architecture et le paysage. Cette étude, dirigée par Alain Billard, remise en
son temps, portant essentiellement sur le risque inondation, n'est toujours pas publiée et ceci est fort dommageable quant à la
crédibilité de travaux ainsi commandés et à l'usage réel qui devait en être fait. Dans le cadre de la 3ème année d'un programme
TEMPUS, avec la Belgique (École de La Cambre) et la Bulgarie (Institut de Sofia), 21 étudiants se sont formés sur les risques en
1994-1995. Un projet avec l'Université de Lusiada à Porto et l'Institut d'architecture de Liverpool, lié à la problématique des
ports sur l'Atlantique et donc des risques du littoral, est à l'état embryonnaire actuellement. Mais d'ores et déjà, existent des
cours sur l'ensemble des risques, cours sanctionnés par un certificat par semestre en 2ème, 3ème et 4ème année. Un 3ème cycle
"Aménagement et Architecture au regard des risques environnementaux", sur deux semestres, est également mis en place.
Victor Davidovici, sa modestie dut-elle en souffrir, que l'on peut considérer comme l'un des pères du génie parasismique en France,
avait fait établir un état de l'enseignement et de la recherche en génie parasismique et dynamique des structures de génie civil,
dans les établissements publics et parapublics. Cet état a été publié en mai 1991 et n'a guère évolué depuis.
Le bilan était le suivant : 37 équipes pédagogiques dispensent l'enseignement du génie parasismique et de la dynamique des
structures ; 25 centres de recherche travaillent dans ces domaines. Mais cet enseignement est assez disparate et Victor
Davidovici considère que la recherche n'est pas au niveau du potentiel disponible.
Au plan de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de cursus bien individualisé en matière de génie parasismique, même si
plusieurs écoles et universités proposent des modules ou certificats spécialisés (Ecoles centrales de Lyon et Paris, Ecole des Ponts
et Chaussées, Ecole des Mines, Ecole nationale supérieure de géologie de Nancy, Institut des sciences et techniques de Grenoble,
etc.). Les enseignements universitaires restent plutôt orientés vers la physique du Globe (sismologie fondamentale) et n'intègrent
encore que très peu, des éléments de sismologie de l'ingénieur.
C'était pourtant une recommandation véhémente du rapport de 1982 de l'Académie des Sciences. Un effort important reste donc
à engager pour créer des enseignements de troisième cycle spécialisés, des cycles de fin d'étude d'écoles d'ingénieurs et des
formations plus techniques (DUT, maîtrises, mastères, etc.).
Le Président de l'AFPS M. Alain Pecker, qui est aussi professeur à l'Ecole des Ponts et Chaussées, souhaitait mettre en place un
master en génie parasismique, la direction de l'Ecole a refusé. L'Ecole Centrale de Lyon a également un projet, nécessitant au
moins 4 mois de stage, ce n'est toujours qu'un projet.
Le génie parasismique en fait est une science qui dérange les habitudes dans de nombreux cas ; les superbes études réalisées dans
nombre d'écoles d'architecture ne peuvent donner lieu à une réalisation correcte. Et plutôt que de revoir le contenu des
formations en y impliquant le génie parasismique, on l'ignore totalement, tant de la part d'un certain nombre d'enseignants que des
élèves dont l'enthousiasme s'évanouit avec l'avancée dans le programme.
Il serait donc souhaitable, si l'on veut que se développe une culture parasismique plus particulièrement ou même du risque en
général, de prévoir cet enseignement de manière obligatoire dans un certain nombre d'établissements, tant pour les architectes
que pour les ingénieurs.
2.3 LE
SURCOUT DE LA CONSTRUCTION PARASISMIQUE
Pour des bâtiments normaux d'habitation en zone de sismicité moyenne le surcoût entraîné par le respect des
règles de constructions parasismiques, hors le surcoût des études et du contrôle, reste inférieur à 7% pour le
gros œuvre, mais peut atteindre des coûts importants dès qu'il s'agit de constructions en zone de forte
sismicité et présentant de mauvais critères de régularité.
Dans le cas de l'habitat individuel, en zone de sismicité forte, le respect des règles de construction
parasismique pour les maisons individuelles permet de s'affranchir du coût des études de structure. Dans ce cas
le surcoût de la construction est seulement induit par l'augmentation du ferraillage.
Une étude du CSTB de 1997 a calculé le surcoût entraîné par l'application des nouvelles règles par rapport aux
anciennes. Elle est limitée aux constructions d'habitat collectif, sans irrégularité prononcée, en France
métropolitaine. Le surcoût est faible et inférieur à 2% du génie civil.
Variance - JP030301
page 15/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
3 LES DIFFERENTES ECOLES DE CONSTRUCTION PARASISMIQUES,
Il n'existe pas d'"écoles" de construction parasismique, mais seulement l'utilisation de techniques appropriées à
chaque situation et qui prennent en compte :
 Une conception architecturale libre (forme, volume, emploi de matériau,…);
 La sauvegarde des vies humaines;
 Le niveau de conservation de la construction et de ses fonctionnalités.
3.1 LES
ELEMENTS EN PRESENCE
3.1.1 La charge sismique
La charge sismique est l'ensemble des forces provoquées par le séisme et transmises par les mouvements du sol
à la structure.
Les principales caractéristiques du mouvement sismique sont :
Caractéristique
La durée du séisme
L'accélération maximale
La vitesse
Le déplacement maximal
Le contenu fréquentiel du mouvement
Ordre de grandeur pour un séisme fort
5 à 10 s
0,1 à 1,0 g
5 à 50 cm/s
5 à 50 cm
La gamme des fréquences est généralement de l'ordre de 0 à 30 Hz
L'accélération, la vitesse et le déplacement sont ceux du sol. Leurs valeurs varient considérablement au cours
des séismes et dépendent de la nature des sols et de la configuration des sites. Il peut y avoir atténuation ou
amplification du mouvement suivant les cas.
Lors du séisme de Mexico en 1985, les accélérogrammes enregistraient une atténuation du mouvement à 350 km
de l'épicentre et une amplification à 400 km !
Variance - JP030301
page 16/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
"Dans les conditions réelles, les mouvements sismiques (accélération, vitesse et déplacement) sont des
mouvements qui se propagent au hasard dans les trois directions de l'espace. Les structures sont donc
soumises à un mouvement de translation à trois composantes, qui s'exercent dans deux directions
horizontales perpendiculaires et dans la direction verticale et à un mouvement de rotation correspondant à
une torsion autour d'un axe vertical et à deux mouvements de bascule autour des axes horizontaux."
L'accélération verticale n'est généralement forte qu'au droit de l'épicentre et décroît avec l'éloignement.
3.1.2 La construction et sa réponse
Chaque construction a un comportement propre vis à vis d'un séisme.
Variance - JP030301
page 17/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Lorsqu'une structure se trouve soumise à une action sismique, elle effectue tout d'abord, tant que dure
le séisme, une série d'oscillations (vibrations) forcées régies par des lois en général complexes; il leur
succède, dès que le séisme a pris fin, des oscillations libres qui obéissent à des lois plus simples, et qui
finissent par s'amortir plus ou moins rapidement.
La réponse sismique d'une construction est assimilée à celle d'un oscillateur multiple (composé d'oscillateurs
simples).
Un oscillateur simple est schématisé par une boule solide fixée sur une tige plus ou moins flexible encastrée
dans un support. La masse de la boule et la raideur de la tige sont les caractéristiques de cet assemblage.
Un oscillateur a une période propre : temps mis pour effectuer un aller-retour.
Le mouvement libre d'un oscillateur s'amortit, dans le temps, jusqu'à l'arrêt.
Un oscillateur entre en résonance lorsque des sollicitations périodiques lui sont appliquées avec une période
égale à sa période propre. Dans ce cas les efforts se conjuguent pour atteindre des valeurs extrêmes.
Le spectre de réponse est l'une des données les plus utilisées pour les calculs sismiques. Le spectre de réponse
est un diagramme représentant, pour un amortissement donné, la variation des valeurs maximales de l'une des
données suivantes :
- du déplacement,
- de la vitesse,
- de l'accélération,
en fonction de la période.
Variance - JP030301
page 18/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
L'analyse de l'allure des spectres de réponses montre que les valeurs croissent rapidement jusqu'à un palier
pour décroître plus lentement vers les périodes les plus longues.
On conçoit qu'une construction ayant une période propre nulle ou une période propre longue subira des
déplacements relatifs, des accélérations beaucoup moins importants qu'une construction dont la période propre
serait comprise dans la fourchette des périodes correspondantes au palier.
Variance - JP030301
page 19/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Lorsque le support subit une accélération la boule subit l'effet de trois forces :
- Une force de rappel élastique exercée par la tige et proportionnelle à sa raideur,
- Une force de freinage proportionnelle à l'amortissement,
- Une force d'inertie proportionnelle à la masse qui s'oppose aux précédentes.
Mais en réalité les constructions se comportent souvent mieux que ce que prévoit les calculs. En effet beaucoup
de matériaux constitutifs présentent une capacité importante de déformation plastique avant rupture qui agit
en limiteur d'efforts.
Élasticité
Propriété que possèdent certains solides de reprendre d'eux-mêmes leur forme initiale après avoir été
déformés (dans certaines limites) par l'application d'une force.
Un ressort constitue un exemple de solide élastique : il reprend après compression la forme qu'il avait au repos.
Tout matériau possède une limite d'élasticité, qui est la valeur de la déformation élastique limite au-delà de
laquelle le corps n'est plus en mesure de reprendre sa forme primitive.
Fragilité et ductilité
Un solide soumis à une ou des contraintes (c'est-à-dire une force appliquée sur une surface) subit une
déformation (autrement dit une variation de ces dimensions). On distingue plusieurs comportements selon
l'intensité des contraintes appliquées.
Le premier est un comportement élastique. Celui-ci correspond au fait que lorsqu'on relâche la contrainte
appliquée sur le matériau, il reprend ses dimensions initiales. Au contraire, un comportement plastique
correspond au fait que lorsqu'on relâche la contrainte, le solide conserve la déformation subie.
Si on trace une courbe des contraintes appliquées en fonction des déformations, on observe un point de
transition entre le domaine élastique (partie linéaire de la courbe) et le domaine plastique (partie non linéaire).
Ce point de transition est appelé limite élastique ou limite d'élasticité. Or ce point permet de définir deux types
de ruptures différentes :
- Si la rupture a lieu avant d'avoir atteint la limite, on parle de rupture fragile et on dit du matériau qu'il est
fragile,
- Si la rupture a lieu après cette limite, on parle de rupture ductile et
on dit du matériau qu'il est ductile.
Schématisation de la courbe des déplacements (u) en fonction d'une
sollicitation sismique d'amplitude d'effort maximale f0
Le domaine élastique correspond aux parties obliques de la courbe et le
domaine plastique aux parties horizontales.
3.2 BILAN
Un
-
DES ENERGIES ET LIGNES D'ACTION
séisme transmet une énergie à la construction, cette énergie est distribuée entre :
L'énergie cinétique des masses,
L'énergie de déformation élastique,
L'énergie dissipée dans le domaine non-élastique,
L'énergie restituée au sol.
Il se dégage trois orientations pour concevoir des constructions parasismiques.
Variance - JP030301
page 20/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Diminuer la transmission de l'énergie à la construction : en s'éloignant du palier du spectre. Dans le cas des
sols fermes ou le palier est court et rapproché des périodes courtes, il peut s'agir d'augmenter la période du
mode fondamental de la construction. L'interposition d'appuis parasismiques le permet.
En France l'expérience des appuis parasismiques débute en 1977 avec la construction du collège Jean Guéheno à
Lambesc
Construit en 1977, ce collège est de la classe C.E.S. 600. Le collège est un ensemble de 77 x 26 mètres,
comportant un bâtiment à un étage et deux bâtiments à deux étages. Cet ensemble est monté sur 152
isolateurs de type Gapec, de 300 mm de diamètre ; il est dimensionné pour résister à un séisme
d'intensité VIII. L'effet de ces isolateurs est le suivant :
- la période propre fondamentale sans isolateurs était de 0.25 s dans la direction transversale et 0.18 s
dans la direction longitudinale. Elle est passée à 1.7 s dans les deux directions avec la mise en place des
isolateurs,
- les accélérations spectrales, les efforts tranchants et les moments de renversement ont été divisés
par 3 en moyenne,
- les contraintes de flexion dans le béton, sous sollicitation sismique, qui étaient de 247 bars pour les
poutres et 213 bars pour les poteaux, ont été ramenés respectivement à 136 bars et 112 bars : le
coefficient de sécurité du bâtiment a donc été doublé.
Augmenter la possibilité d'accumuler l'énergie cinétique et de déformation élastique : en privilégiant les
éléments de structures massifs et raides.
Augmenter la possibilité de dissipation de l'énergie dans le domaine non-élastique : en comptant sur la
capacité d'éléments de structure à subir, pendant plusieurs cycles, des déformations excédant la limite
élastique.
Variance - JP030301
page 21/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
4 LES GRANDES LIGNES DE LA REGLEMENTATION FRANÇAISE ET
ETRANGERE
4.1 LA
REGLEMENTATION FRANÇAISE
La conception architecturale des constructions parasismiques n'est pas encadrée par des textes réglementaires.
Seuls les études techniques et l'exécution des travaux le sont.
La loi n°87-565 du 22 juillet 1987 porte dans son titre II "la prévention des risques majeurs" d'où découle la
prévention des risques sismiques.
Risque sismique :
-
Le décret n°91-641 du 14 mai 1991 : il définit les ouvrages concernés et les répartit en 2 catégories et
présente une division du territoire français en cinq zones de sismicité croissante.
L'arrêté du 10 mai 1993 fixe les règles à appliquer pour les constructions ou installations dites "à risque
spécial" (barrages, centrales nucléaires, …).
L'arrêté du 29 mai 1997 rend désormais obligatoire l'application des règles parasismiques pour les
constructions ou installations dites "à risque normal" correspondant à des bâtiments, équipements ou
installations pour les quels les conséquences d'un séisme demeurent circonscrites à leurs occupants et à leur
voisinage immédiat. Il précise la classification des bâtiments et désigne le DTU "Règles PS 92", NF P 06-013
comme règles de construction à appliquer à ces bâtiments. Il permet, pour les maisons individuelles de leur
substituer des règles simplifiées "PS-MI 89 révisées 92".
En l'absence de règles pour les ouvrages "à risque spécial" ce sont les publications de l'Association Française du
génie ParaSismique ainsi que les documents du CEA de la COGEMA ou d'EDF qui sont utilisés.
4.1.1 Zonage physique
En France, un zonage physique a été élaboré, sur la base de 7600 séismes, pour l'application de règles
parasismiques de construction (décret du 14 mai 1991) avec 5 zones :
- Zone 0 = sismicité négligeable;
- Zone Ia = sismicité très faible;
- Zone Ib = sismicité faible;
- Zone II = sismicité moyenne;
- Zone III = sismicité forte;
Les départements de Guadeloupe et de Martinique sont classés en zone III.
4.1.2 Classement des ouvrages
Les niveaux de protection sont fixés par la réglementation qui prévoit quatre classes d'ouvrages à risque
"normal" :
Classe Définition
A
La défaillance ne présente qu'un risque minime
pour les personnes ou l'activité économique.
B
La défaillance présente un risque moyen pour les
personnes.
C
Exemples
hangars, étables,…
Bâtiment d'habitation individuelle, bâtiment de
hauteur inférieure à 28 m, bâtiment industriel
occupant moins de 300 personnes,…
La défaillance présente un risque élevé pour les Bâtiment recevant du public, bâtiment pouvant
Variance - JP030301
page 22/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
D
personnes et pour leur activité, étant donné son
importance socio-économique.
Regroupe les bâtiments, les équipements et les
installations dont le fonctionnement est
primordial pour la sécurité civile, pour la
défense ou pour le maintien de l'ordre public.
accueillir simultanément plus de 300 personnes,
bâtiments des établissements sanitaires et sociaux, …
Bâtiments abritant les moyens de secours en
personnels et matériels, bâtiments contribuant au
maintien des communications, bâtiments des
établissements de santé, …
4.1.3 Valeurs retenues pour les calculs
L'accélération nominale : valeurs par zone et classe de bâtiment
L'accélération nominale est l'accélération efficace en surface d'un site rocheux à stratification sensiblement
horizontale.
A
B
C
D
Zone 0 = sismicité négligeable
Zone Ia = sismicité très faible
0,10 g 0,15 g 0,20 g
Zone Ib = sismicité faible
0,15 g 0,20 g 0,25 g
Zone II = sismicité moyenne
- 0,25 g 0,30 g 0,35 g
Zone III = sismicité forte
- 0,35 g 0,40 g 0,45 g
4.1.4 Préconisations pour une démarche cohérente de programmation
Présentées par la Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques
éléments spécifiques PS
Préambule
résumé des points forts du programme
Présentation du projet de la maîtrise d'ouvrage:
- organisation de la maîtrise d'ouvrage
- genèse du projet
- objectifs/concept de l'équipement
Fonctions,
activités
et
usages:
- le service
les
publics
et
les
personnels
- les fonctions, activités, usages et leur
organisation
Site:
- analyse du site - contraintes/potentialités
introduire l'aléa sismique dans la zone considérée
rappeler les textes
préconiser une architecture adaptée
- intervention d'un organisme de contrôle
- choix des options, du site, incidence sismique
- durée de vie, possibilité d'extension
préciser le type de bâtiment- de classe A,B,C ou D
vis à vis de la réglementation, niveau de protection
requis, fonctiol1s à préserver en cas de séisme
- résultats d'études de sols, de microzonages,
incidences
sur
les
sollicitations
sismiques
attendues, stabilité des pentes, voisinage d'autres
bâtiments, desserte du site, servitudes de type
PPR...
- attentes urbaines, architecturales, paysagères - nécessité de concevoir des bâtiments réguliers,
-,
ou bien d'intégrer le surcoût de leur résistance aux
et environnèînentales
séismes.
Espaces nécessaires aux activités:
- définition et organisation des locaux
- organisation fonctionnelle
- exigences particulières
Variance - JP030301
examen des locaux et des activités sous l'angle
parasismique,
protection
des
occupants,
cheminements pour mise en sécurité, cas
particuliers selon fonctions du bâtiment
page 23/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
éléments spécifiques PS
Contraintes et exigences techniques:
- conditions de fonctionnement
- conditions de maintenance
- sécurité et sûreté
Contraintes
et
exigences
- phasage
- calendrier prévisionnel
- enveloppe financière
opérationnelles:
Annexes
4.2 LA
cas des locaux devant rester opérationnels en cas
de séisme, classement des équipements des
bâtiments selon le niveau de résistance PS requis,
cas des ascenseurs 'et escaliers, des réseaux et
circuits divers, ...
- mettre en garde sur le fait que la nécessité de
renforcer un projet inadapté peut entraîner des
surcoûts
donner les textes à appliquer ainsi que l'ensemble
des études réalisées dans le domaine parasismique.
REGLEMENTATION ETRANGERE
4.2.1 La réglementation européenne
Dans cette perspective, on doit compter sur des travaux du Comité Européen de Normalisation (CEN) où
s'élabore l'Eurocode 8 relatif aux constructions en zone sismique. Cet Eurocode sera publié dans un premier
temps sous forme de norme expérimentale (ENV). Bien que le texte Eurocode 8 ne soit pas complet
actuellement, on peut juger qu'en ce qui concerne les orientations principales, il y aura une assez bonne
correspondance entre les deux textes. Néanmoins, des différences subsistent soit dans le détail, soit sur des
sujets particuliers tels les murs porteurs en béton armé pour lesquels les schémas de justification diffèrent.
Pour devenir applicable, l'Eurocode 8 (ENV) devra faire l'objet d'un Document d'Application Nationale (DAN).
Ce document devra s'attacher à concilier les dispositions de l'Eurocode 8 et des Règles PS 92.
4.2.2 Les autres réglementations ou méthodes
Dans les pays de forte sismicité comme les États-Unis, le Japon, l'Italie, … les méthodes utilisées pour estimer
le mouvement sismique sont essentiellement basées sur des méthodes empiriques (lois d'atténuation) calées sur
les données enregistrées lors des séismes de fortes intensités.
4.3 LE
CAS DES
PETITES ANTILLES
Placées en zone de forte sismicité avec des séismes d'origine tectonique en zone de subduction, les lois
d'atténuation applicables aux Petites Antilles devraient être celles qui sont appliquées dans les régions du
monde aux caractéristiques analogues (lois d'atténuation japonaises, par exemple).
5 LA GENESE DU CDT
5.1 LANCEMENT
DES ETUDES
Les avis favorables des différentes commissions ont été obtenus au cours de l'été 1998 :
Commission BTP le 22/09/98
Commission Culture/sports/Jeunesse le 09/07/98
Variance - JP030301
page 24/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Commission Artisanat Industrie Tourisme le 11/09/98
Commission permanente le 30/07/98 : décide de lancer les études préalables à l'opération et autorise la
recherche du foncier.
5.2 DEFINITION
DU PROGRAMME DE L'OPERATION
Composantes du programme fixé par le maître d'ouvrage pour le CDST :
- Des espaces extérieurs pour le stationnement, les accès et les cheminements;
- Des espaces extérieurs constitués d'espaces verts, d'activités, de jeux et d'animations à caractère
pédagogiques;
- Des espaces de gestion pour les bureaux de l'administration, des locaux de maintenance, d'accueil et de
sécurité;
- Des espaces de découverte des produits locaux organisés autour d'une place couverte;
- Le centre pédagogique comprenant :
- des locaux d'exposition,
- des salles pour l'animation de thèmes plus particuliers,
- une salle polyvalente pour des conférences et des projections,
- un centre de ressources scientifiques abritant un fond documentaire;
5.3 DESIGNATION
DU MAITRE D'ŒUVRE
- SELECTION
DU PROJET
Le projet du Centre de Découverte des Sciences de la Terre a suscité certaines incompréhensions quant
à sa fiabilité face aux risques sismiques, malgré les notes de calculs et les justificatifs fournis par le
maître d'œuvre. Certains "experts" ont mis en doute la fiabilité du bâtiment sans être en mesure de
fournir une contre-expertise ou des notes de calculs contredisant celles du maître d'œuvre. Ce dossier a
donc été élevé par le Président du Conseil Général au niveau national, auprès de la Commission d'Analyse
des Cas qui a validé l'option du Département.
5.4 SAISIE
DE LA
COMMISSION D'ANALYSE
DES
CAS
DES
PONTS
ET
CHAUSSEES
La Commission d'Analyse des Cas du Groupe d'Études et de Propositions pour la prévention du risque sismique en
France - Conseil Général des Ponts et Chaussées considérant lors de sa réunion du 06/06/2001 la présentation
du projet a émis l'avis suivant :
Variance - JP030301
page 25/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
La conception architecturale, qui évoque plus l'idée d'un monument que celle d'un bâtiment, ne peut donc
être appréciée, du point de vue de la prévention parasismique par rapport aux principes généraux de
régularité structurale recommandée pour les bâtiments. Elle doit cependant tenir compte des
enseignements du retour d'expérience sismique sur les dangers des effets de torsion résultant de la
dissymétrie des systèmes de contreventement ; ces effets, même s'ils sont correctement pris en
compte dans le dimensionnement requis par les codes parasismiques, ont pour conséquence une diminution
de la robustesse (c'est à dire des marges de sécurité vis à vis d'un dépassement de l'action sismique de
calcul) par rapport au cas des structures dont la sensibilité à la torsion a été minimisée.
Le projet présenté à la Commission n'a pas suffisamment intégré, dans la conception des supports de la
structure principale, cet objectif de minimisation des effets de torsion; il doit donc être
significativement amélioré de ce point de vue, par exemple en augmentant fortement la raideur des
poteaux d'extrémité (file 15).
Compte tenu de la vocation pédagogique de l'ouvrage, il importe que la modification adoptée par les
supports soit clairement perceptible par les visiteurs du Centre et fasse l'objet d'explications dans les
salles d'exposition.
La Norme NF-PO6 (Règles PS 92) admet que l'on déroge au principe général de solidarisation, des points
d'appui si l'on tient compte des effets des déplacements différentiels. Il est souhaitable, pour un
ouvrage de cette nature, de renoncer à cette possibilité de dérogation et de respecter le principe
général en réalisant un système de longrines dans la direction longitudinale pour solidariser entre elles
les différentes semelles de fondation.
Certaines des vérifications prescrites par cette même norme, qui a été pour l'essentiel, conçue pour des
bâtiments, sont à la limite de leurs conditions d'applicabilité dans le cas de l'ouvrage en question. Il
paraît nécessaire de les compléter, du moins pour les dispositions constructives adoptées dans le fût, par
les prescriptions du guide AFPS 92 pour la protection parasismique des ponts.
La qualité de l'exécution étant un facteur essentiel pour un tel projet, notamment en raison de
l'importance des ferraillages dans certaines zones, il importe de veiller particulièrement à l'élaboration
et à la mise en œuvre des Plans d'Assurance de la Qualité par les différents intervenants. La Commission
a noté les engagements du maître d'œuvre dans ce domaine, et la mission de conseil auprès du maître
d'ouvrage comportera en particulier le suivi du chantier de bout en bout.
5.5 LE CDST
SERA EQUIPE D'APPUIS PARASISMIQUES COMME
DES CENTRALES NUCLEAIRES ET DES OUVRAGES D'ART
M. Victor Davidovici, consulté pour arbitrage entre architecte DDE et
CG972 sur la base du projet d'architecte conçu sans appuis, conclut à la
faisabilité de l'opération moyennant des dispositions complémentaires à
apporter sur le système de fondation et son ancrage dans la dalle.
Puis, poursuivant sa "réflexion sur l'économie de l'ouvrage", il propose
d'intercaler des appuis entre la dalle caisson et le système de
soutènement constitué par un fût et des pilotis avec pour objectif de
compenser les défauts de symétrie et de permettre un équipement du
bâtiment avec des installations standards comme c'est le cas pour les
centrales nucléaires.
Variance - JP030301
page 26/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Cette proposition est définitivement adoptée.
6 LA RECHERCHE DU SITE,
Le Centre de Découverte de la Terre est implanté sur le site de l'ancienne Habitation Périnelle situé à la
sortie Nord de Saint-Pierre, en bordure de la rivière des Pères (limite nord). Au sud-ouest, la parcelle est
mitoyenne avec le parking du stade municipal Pierre-Charles.
Le terrain, de forme rectangulaire, s'étend sur une superficie de 3,7 ha. Il présente une pente moyenne et
régulière en direction de la mer. La vue sur la Montagne Pelée est directe.
L'accès au terrain s'effectue par la départementale 10 et la départementale 10A qui desservent aussi le stade
municipal.
Au-delà de la rivière des Pères une carrière est en activité. Cette activité dont il a fallu tenir compte lors de
l'étude du comportement du site basée sur l'analyse de la transmission des bruits dans le sol, pourrait être mise
à profit pour illustrer la corrélation qui peut exister entre cette transmission et la définition de la qualité d'un
sol vis à vis des sollicitations d'origine sismique.
Le terrain est voisin des vestiges de l'habitation Perrinelle détruite par l'éruption de 1902. Il est situé à
proximité du quartier du Fort, site de nombreux vestiges historique, qui a été classé sanctuaire archéologique en
septembre 1989.
La continuité de l'activité sur ce site de 1640 à 1902 semble accorder un crédit favorable à l'implantation du
projet.
La présence de vestiges archéologiques ont contraint à modifier l'implantation initiale du CDT et ont conduit à
réaliser des campagnes de reconnaissance en préalable à tous travaux. Ce sont les ruines d'une ancienne
habitation des jésuites ainsi que les ruines d'une architecture industrielle qui pourraient être mises en valeur et
fournir un caractère touristique supplémentaire. La présence de vestiges précolombiens à moins de deux mètres
de profondeur, y compris sous l'emprise du projet, ont nécessité des campagnes de fouilles menées en
collaboration avec la DRAC et l'AFAN.
Variance - JP030301
page 27/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
7 LES DIFFERENTS PROJETS DU CONCOURS,
La zone d'implantation du projet est faiblement urbanisée et le Centre de Découverte deviendrait un
élément qui structurera le développement du quartier. Pour toutes ces raisons, le maître d'ouvrage a
souhaité l'édification de bâtiments dont l'image architecturale, forte et remarquable, symbolise le Centre
de Découverte. C'est pourquoi il avait demandé aux concepteurs de proposer un projet architectural
marquant, forgeant l'image et l'identité du projet.
Le souhait de pouvoir partager ultérieurement les espaces avec des projets présentés par d'autres intervenants
publics ou privés nécessitait la prise en compte de l'évolutivité de l'opération.
Quatre équipes concurrentes ont été sélectionnées par vote à bulletin secret
Conformément au code des marchés publics, les prestations des quatre équipes candidates sélectionnées
ont été transmises de manière anonyme au jury. Une procédure spécifique a été mise en place pour
assurer le respect de cette règle parmi lesquelles la création d'un « secrétariat du concours », rendu
anonyme des prestations,
L'analyse des prestations a été effectuée par une commission technique afin d'éclairer le jury sur les
réponses apportées au programme, Cette commission technique était composée de 11 personnes :
- 2 architectes libéraux en exercice;
- un ingénieur structure béton ;
Variance - JP030301
page 28/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
- l'ingénieur géotechnicien ayant réalisé les études de sols;
- le contrôleur technique chargé du suivi du projet (BET VERITAS);
- le coordonateur SPS chargé du suivi du projet (ASCO BTP);
- la directrice du Carbet des sciences (structure émanant de le cité des sciences de la Villette);
- le directeur chargé des bâtiments et collèges du Conseil Général;
- le chef du groupe Architecture et Programmes du Conseil Général;
- le conducteur d'opération en phase études du Conseil Général;
- un ingénieur d'un bureau spécialisé chargé d'effectuer l'analyse technico économique des 4 projets
concurrents
La question de la tenue aux séismes a largement été évoquée dès l'ouverture par le jury des prestations
des concurrents. Il a donc été demandé au contrôleur technique, dans le cadre des travaux de la
commission technique et en liaison avec l'ingénieur géotechnicien qui avait déjà réalisé une première
étude géotechnique sur l'emprise de l'opération, d'effectuer une analyse de tenue aux séismes des 4
projets concurrents. Cette analyse a été mise en annexe du rapport de la commission technique, remis et
exposé par son auteur au jury du concours pour le choix du projet lauréat. Le Conseil Général a voulu
ainsi, dès l'origine des études, s'assurer de la conformité du projet sous tous ses aspects y compris
sismique.
8 LES RAISONS DU CHOIX EFFECTUE,
8.1 L'ASSISTANCE
DU MAITRE D'OUVRAGE
La Direction Générale Adjointe Chargée des Services Techniques et Economiques s'est adjoint dès le début de
l'opération le concours d'un spécialiste en génie parasismique : M. Victor Davidovici consultant à Dynamique
Concept à Paris. Auteur de nombreuses publications il participe aux activités de normalisation. Président de
l'AFPS pendant plusieurs années, il est membre associé du Conseil Général des Ponts et Chaussées.
Sa mission consistait :
- à analyser la faisabilité du Centre pédagogique, au stade du Dossier de Consultation des Entreprises (niveau
final de la conception) vis à vis de la résistance à l'action sismique,
- à assister le Maître d'Ouvrage pendant l'exécution des travaux.
8.2 LE CONCEPTEUR
Les raisons du choix de ce projet par le jury sont principalement :
- Sa réponse à l'organisation fonctionnelle du Centre;
- Son image forte, marquante conformément à la volonté affichée au programme;
- La souplesse et l'évolutivité de son bâti;
- Sa faible atteinte à la couche précolombienne,
Il convenait aussi que l'équipe d'architectes et que les bureaux d'études associés soient suffisamment qualifiés
(qualification des hommes et expérience sur des projets analogues) pour assurer la maîtrise d'œuvre de
l'opération.
Les lauréats du concours d'architecture ont donc été : Messieurs Bernard Leclercq, Louis Grandgeorge et
Nicolas Roustang.
Cette équipe d'architectes est connue du Conseil Général pour avoir remporté, avec Alain Cuzon, en 1992 le
concours d'architecture lancé pour la construction des nouveaux bâtiments des Archives Départementales.
L'expérience de cette équipe dans la construction de bâtiments particuliers en zone de forte sismicité est donc
établie.
L'Architecte sur la base de l'esquisse présentée au concours d'architecture a réalisé le dossier d'Avant Projet
Sommaire qui a servi pour la Demande de Permis de Construire.
Variance - JP030301
page 29/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Après approbation par le Conseil Général des avant-projets, l'Architecte a monté le Dossier de Consultation des
Entreprises. Il a assisté le Maître d'Ouvrage pour l'analyse des offres et la constitution du marché de travaux.
8.3 LES
INTERVENANTS POUR L'EXECUTION ET LE CONTROLE DES TRAVAUX
Entreprises
La Commission Permanente du 31/05/2001 a donné son accord pour conclure le marché de travaux avec
l'entreprise BATIQUE, remplacée, après son dépôt de bilan, par l'entreprise NOFRAM qui intervient en
entreprise générale.
Les différents lots et les sous-traitants :
Lot
Désignation
Entreprises
01
VRD
TTC
CARAIB
02
Aménagements extérieurs TTC
03
Armatures
ADA
Traitement anti termites
SUPRIM
04
Charpente
TRAMETAL
05
Couverture-Etanchéité
SOCARE
06
Menuiserie Aluminium
BANGUI
07
Serrurerie
TRAMETAL
08
Menuiserie bois
BANGUI
09
Plâtrerie - plafond
BANGUI
10
Carrelage
BANGUI
11
Peinture
MADININA PEINTURE
12
Ascenseur
COTRAVA
13
Plomberie, sanitaire
CAMELEC
14
Climatisation
IPC
15
Courants forts
EEM
16
Courants faibles
EEM
Coordonateur SPS : ASCO BTP Schoelcher
Bureau de contrôle : Bureau VERITAS
Missions du bureau de contrôle
Mission Contenu
L
Solidité des ouvrages et éléments d'équipements indissociables.
S
Sécurité des personnes dans les constructions.
PS
Sécurité des personnes dans les constructions en cas de séismes.
P1
Solidité des ouvrages et éléments d'équipements non indissociables.
PV
Recollement des Procès-Verbaux d'essais de fonctionnement des installations.
Ph
Isolation acoustique.
Hand
Accessibilité des constructions pour les personnes handicapées.
F
Fonctionnement des installations.
Maîtrise d'œuvre :
Architectes
M. Bernard Leclercq à Schoelcher
M. Grangeorge et M. Roustang à Nancy
BET Structure SABE à Cailly
BET Fluides
CETE à Fort de France
Variance - JP030301
page 30/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
9 LES PRINCIPES PHYSIQUES ET TECHNIQUES DU PROJET RETENU,
Compte tenu des caractéristiques techniques du projet et du contexte de forte sismicité, le Conseil Général a
lancé deux études :
- sur la réponse du site aux mouvements sismiques;
- recherche des valeurs de séismes représentatifs.
9.1 ÉTUDE
SUR LA REPONSE DU SITE AUX MOUVEMENTS SISMIQUES
Cette étude très lourde et très complète, et allant bien au-delà des obligations en la matière, a montré
que le site ne comportait pas de risques particuliers.
La zone de subduction considérée comporte des sources lointaines et proches qui ont été prises en compte pour
des valeurs toujours majorées.
Le site est à plus d'un kilomètre de la "faille de St Pierre".
La géométrie des couches géologiques est régulière.
Aucune liquéfaction n'est à craindre d'autant que la couche superficielle du sol sera décapée.
Le sol du site est de classe S1. C'est le spectre PS92 qui est retenu : son palier est 20% supérieur à ceux
spécifiques de la classe de sol C1 et des installations classées.
L'étude a été confiée, en 2001, à la Société GEO-TER (Rapport
GTR/CGM/0601-144 de juin 2001).
Les effets de site correspondent à des modifications des
mouvements sismiques observés pour une condition
standard de site rocheux. Ils peuvent se traduire par des
amplifications du mouvement sismique à certaines
fréquences, qui conditionnent l'agression sismique que l'on
doit considérer en un site donné.
Deux paramètres sont recherchés : la fréquence de résonance
du site et le niveau d'amplification du mouvement sismique par
rapport au rocher horizontal. Ils s'observent en situation réelle
lorsque l'instrumentation des sites est réalisée et quand la
période d'observation permet d'enregistrer un certain nombre
de séismes significatifs.
En Martinique la microsismicité locale est faible et le temps
imparti pour l'étude était court.
Pour arriver aux fins de l'étude la Société GEO-TER a retenu la
méthode dite "de Nakamura" qui permet par l'enregistrement
du bruit de fond ambiant et la comparaison de ses composantes
horizontales et de sa composante verticale d'obtenir une
évaluation de la fréquence de résonance du pic fondamental. Cela suppose que la composante verticale est la
même pour le site rocheux, qu'elle ne varie pas en fonction du site ce qui est démontré par les faits. Mais la
fonction de transfert obtenue est plus qualitative que quantitative : le niveau de l'amplification n'est pas
calculé, seules les fréquences où se produisent ces amplifications sont détectées.
Le bruit de fond est produit par plusieurs sources :
- La houle marine,
- Les secousses sismiques lointaines,
- Les activités humaines.
Variance - JP030301
page 31/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Les enregistrements ont été réalisés avec et sans le fonctionnement de
la carrière pour évaluer son influence dans le bruit de fond.
Les résultats obtenus :
- confirment l'homogénéité du site et permettent d'établir d'après
les calculs des règles PS92 que le déplacement différentiel maximal
entre le fût et le portique le plus éloigné à prendre en compte est
de l'ordre de 1,7 cm à 3 cm;
- caractérisent la réponse du site par deux gammes de fréquences qui
se situent en dehors des modes principaux du bâtiment (sans les
appuis parasismiques).
9.2 DEFINITION
DES SEISMES DE REFERENCE
Une étude a été confiée, en octobre 2002, à la Société GEOTER International (Rapport GTI/CGM/1002-16)
pour déterminer les accélérogrammes naturels qui serviront à l'élaboration des calculs de structure.
L'évaluation de l'aléa sismique sur le site a permis de dégager les caractéristiques suivantes :
Tableau des caractéristiques des séismes retenus parmi ceux dont l'instrumentation a fourni des
accélérogrammes (bases de données internationales) :
Variance - JP030301
page 32/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
Les spectres de ces deux séismes ont été comparés au spectre PS92, zone III, site S1, ouvrage Classe D et au
spectre spécifique du site pour un amortissement de 5%.
9.3 LES
HYPOTHESES DE CALCUL
Elles sont fournies par l'étude de Dynamique Concept
Caractéristiques des matériaux
- Béton B30 pour les poteaux, le fût et la dalle caisson
- Béton B25 pour les voiles
Sol et fondations
- La fondation du fût est coulée en pleine fouille sur une hauteur de 1,00 m
- Des longrines longitudinales réunissent les semelles des poteaux
Hypothèses sismiques
- Zone de sismicité III
- Sol de type S1
- Classe de l'ouvrage C
- Accélération nominale 0,40 g (soit environ 4 m/s²)
Appuis sismiques
Appuis en néoprène fretté
Déplacement libre : 17 cm
Remarque : sous l'effet des cyclones le bâtiment bougera (déplacement prévu 4 cm sous des vents de 250 km/h)
il pourra être perçu par les visiteurs.
Variance - JP030301
page 33/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
10 LES CALCULS DE DIMENSIONNEMENT ET LEURS CONTROLES,
10.1 LES
APPUIS SISMIQUES
Les appuis retenus pour le CDST sont des appuis analogues à ceux utilisés pour les ponts.
Un appui en caoutchouc fretté :
C'est un bloc en caoutchouc vulcanisé renforcé à
l'intérieur par des plaques d'acier (ou frettes)
adhérisées chimiquement lors de la vulcanisation. Le
caoutchouc est une matière macromoléculaire qui
retrouve approximativement ses dimensions et sa
forme initiale après avoir subi une importante
déformation sous l'effet d'une faible contrainte puis
d'un relâchement de contrainte.
En fonction des degrés de liberté qu'il autorise, un appareil d'appui en caoutchouc fretté est, pour le bloc
élémentaire, un appareil d'appui mobile : outre les rotations sur appui, les déplacements sont permis dans
deux directions. On peut soit augmenter les possibilités de déplacement par l'ajout d'un plan de
glissement, soit empêcher les distorsions par des platines métalliques constituant ainsi un appareil d'appui
fixe.
Dans le cas où les appuis sont équipés d'éléments de glissement, il faut prévoir des dispositifs d'anticheminement qui ne doivent pas empêcher la compression, la distorsion et la rotation de l'appui.
Pour le CDST, les appuis sont en néoprène fretté. Ils reposent sur des plaque de glissement en byrium (alliage
de cuivre et de plomb dans lequel le plomb joue le rôle de lubrifiant, coefficient de frottement de 0,20). Ils
sont calculés en fonction du poids du bâtiment et répartis sur les faces de contact pour une bonne répartition
des efforts : 15 sur le fût et 4 sur chacune des six têtes de piliers.
Les appuis sont à changer :
- Si, lors d'un séisme, ils subissent des déformations qui sortent du domaine élastique,
- Si leur tenue baisse en fonction de leur âge.
Des dispositions sont prévues pour l'installation de vérins
et le soulèvement du bâtiment pour le remplacement des
appuis. Cette opération se pratique périodiquement sur les
ponts. Le bâtiment devrait subir au même titre que les
ouvrages d'art les inspection détaillées systématiques.
Compte tenu de l'important porte à faux du bâtiment sur le fût il a fallu construire la dalle caisson avec une
contre-flèche afin qu'une fois le bâtiment fini et équipé, la dalle soit la plus plane possible.
Un essai de chargement a été réalisé pour contrôler la déformation de la dalle avant la finition du bâtiment.
Variance - JP030301
page 34/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
10.2 LA
PRISE EN COMPTE DU DEPLACEMENT
Le déplacement retenu pour les séismes de référence est de 17 cm.
Compte tenu de la position des appuis les déplacements
relatifs s'effectueront au niveau de la sous face de la dalle
caisson. C'est à dire à la pénétration du fût dans le bâtiment
et en tête des piliers.
Les équipements qui relient le bâtiment au sol doivent pouvoir
se déplacer avec le sol sans s'entrechoquer avec le bâtiment
ou subir de cisaillement. Ce sont les circulations verticales et
les colonnes verticales de fluides.
Il s'agissait donc de désolidariser, du bâtiment, l'ascenseur
et sa cage qui restent solidaires du fût et de sa fondation.
L'escalier métallique est suspendu au bâtiment et n'est pas
fixé au sol.
Les vides de 20 cm sont protégés par des remplissages en tôle.
Coupe verticale au niveau du fût
Des amortisseurs pourront être interposés, leur
emplacement est réservé et leurs supports sont
intégrés dans le gros-œuvre. Des trappes de visite
permettent de montrer l'appareillage des appuis.
Coupe horizontale du fût
Tête de pilier sous les nervures de la dalle caisson
L'ascenseur est un ascenseur hydraulique.
Variance - JP030301
page 35/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
11 LE DEROULEMENT DES TRAVAUX, DES FOUILLES PREALABLES AUX
TRAVAUX D'AMENAGEMENT DES ABORDS,
En mai 2000, le Conseil Général a réalisé une campagne d'évaluation archéologique du site sous la direction
de l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN) devenue INRAP (Institut National de
Recherches Archéologiques Préventives).
Les travaux commencent en 2002 pour une durée prévue de douze mois.
Une deuxième phase concernera les aménagements muséographiques.
Planning - Durées des principales phases du chantier (bâtiment administration, centre pédagogique,
bungalows et aménagement extérieurs)
Les approvisionnements sont réalisés à partir de la Métropole sous le contrôle de la centrale d'achat de NORD
FRANCE INTERNATIONAL.
Désignation
Études du gros œuvre
Étude et fabrication de la charpente
Fabrication des appuis et des ancrages pour les amortisseurs
Carrelage, choix et approvisionnement
Menuiseries aluminium, choix, fabrication et approvisionnement
Plâtrerie - plafonds, choix, fabrication et approvisionnement
Menuiseries bois
Terrassements
Aménagements extérieurs
Bâtiment administration
Centre pédagogique
Avec les points d'arrêt suivants, pour réception :
- du fond de fouille semelle du fût,
- du ferraillage de la semelle du fût,
- du fond de fouille des semelles des poteaux,
- des ferraillages des semelles des poteaux (3 u),
- des appuis,
- de l'étaiement de la dalle,
- du ferraillage du plancher bas et des nervures.
Charpente, couverture, montage et mise hors eau
Carrelage, pose
Menuiserie aluminium
Plâtrerie
Menuiserie bois
Peinture
Bungalows
Variance - JP030301
Quantités principales
Durée en
semaines
13
14
15
8
10
12
10
9
44
11
38
5
13
12
10
8
17
11
page 36/37
Contribution à la réalisation d'une présentation du Centre de Découverte de la Terre à Saint-Pierre
12 LES MISSIONS DU CDT,
Compte tenu de l'évolution urbaine et démographique de la Martinique et du peu de sols constructibles et
de bonne qualité disponibles, des solutions architecturales originales et techniquement plus audacieuses
devront être imaginées pour répondre aux besoins des populations.
Le Département entend avoir en matière sismique, comme pour les autres risques naturels, une action
pédagogique en montrant ce qui est du domaine des réalisations envisageables, moyennant les précautions
nécessaires, et sans esprit réducteur a priori sur les solutions à mettre en œuvre.
Afin néanmoins d'éviter les amalgames dans l'esprit de certains, entre ce qui peut se faire dans un cadre
courant et ce qui peut se faire dans des situations exceptionnelles, le Conseil Général envisage de mettre en
place un plan de communication pour le grand public en continuité et en harmonie avec celui engagé par les
services de l'État, et de faire de ce thème l'un des axes pédagogiques de l'information diffusée à la
population dans le cadre précisément de ce Centre de Découverte des Sciences la Terre.
Les missions du CDST résultent à la fois des volontés des élus du département et des opportunités qui sont
apparues au cours de l'élaboration de l'ouvrage.
En installant, cent ans après son éruption catastrophique, un ouvrage de cette importance sur les flans de la
Montagne Pelée, le département de la Martinique a voulu qu'au souvenir du 8 mai 1902 soit dorénavant associé un
témoignage vivant de l'effort scientifique engagé pour mieux protéger les hommes des forces de la nature.
Le centre sera le cadre d'actions pédagogiques et informatives destinées à faire connaître et appliquer les
techniques de préventions des risques liées aux phénomènes naturels. Il atteindra cet objectif en traitant d'une
part le cœur des thèmes sensibles : volcanisme, séismes, cyclones, inondations et d'autre part en abordant
globalement la connaissance du globe.
Afin d'intéresser un très large public tel qu'élèves des écoles, collégiens, lycéens, adultes de tous niveaux
scientifiques, martiniquais et touristes, les sujets y seront présentés sous des formes variées : manipulations
interactives, expositions artistiques, démonstrations spectaculaires, jeux, présentations didactiques.
Ayant suscité, pour sa conception même un important débat technologique, sorte de première retombée du
Centre en matière des sciences de la terre, recevant une instrumentation dont les enregistrements apporteront
d'utiles compléments à la connaissance du comportement des structures, le CDST sera aussi le cadre d'une
synergie nouvelle entre spécialistes de la physique du globe et ingénieurs du génie civil. Elle se traduira, par
l'organisation de rencontres, par la réalisation d'expositions originales et des initiatives originales.
Par sa présence à Saint-Pierre et par les événements d'intérêt régional, national, voire international qu'il
suscitera, le CDST est déjà un instrument essentiel de développement du Nord caraïbe.
13 SES CARACTERISTIQUES OPERATIONNELLES.
Le bâtiment pédagogique comprend ,dans un volume de 50 m par 18 m sur 4 m de hauteur :
- Une salle animation / prévention, de 93,50 m² pour de petites expériences sur les thèmes des catastrophes
naturelles qui intéressent nos régions,
- Deux espaces d'exposition pour les manifestations temporaires de 75 m² et 130 m²,
- Un centre de ressources de 180 m² qui comporte des salles de travail en équipe (1 salle) individuel (2 salles),
- Une salle polyvalente de 112 m² pour les réunions, les projections.
Les accès sont constitués d'un escalier métallique extérieur donnant accès aux aménagements extérieurs, d'un
escalier intérieur occupant le fût avec un ascenseur hydraulique pouvant accueillir 20 personnes.
Variance - JP030301
page 37/37
Téléchargement