initiation a l`astrophotographie

publicité
LA MISE EN STATION EQUATORIALE
Pascal CHASSANG
Club OCTAN - 05 octobre 2001
INTRODUCTION
Vous pouvez m'interrompre au cours de l'exposé si vous avez une question ou surtout si vous ne
comprenez pas un terme que j'utilise.
Vous savez tous que la Terre tourne sur elle-même autour de son axe, ce qui revient à observer pour
nous qui sommes sur la Terre un mouvement apparent du ciel autour d'un axe, l'axe polaire.
La terre fait un tour sur elle-même en 24 heures environ ; donc si nous prenons comme référentiel la
Terre, le soleil ou une étoile donnée en feront le tour en 24 heures. (orange)
Ce qui donne un mouvement apparent de 360 ° en 24 heures, soit 15 ° par heure, soit ¼ de ° par minute,
c'est à dire qu'il faudra environ 2 minutes à un astre pour se déplacer sur la voûte céleste d'une distance
égale au diamètre de la Lune.
Lorsque nous utilisons un grossissement au télescope, nous grossissons de ma même manière cette
vitesse angulaire. Ainsi, avec un grossissement de 300 fois, une étoile ne met que quelques secondes à
traverser le champ de l'instrument.
Ce n'est pas du tout commode lorsqu'on veut observer confortablement un astre, et il est impossible de
faire de la photo à longue pose pour les objets peu lumineux, car on obtient au mieux des traînées de
bougé. (photo)
Pour remédier à ce problème, les astronomes ont inventé pour leurs instruments une monture dite
équatoriale qui permet de suivre facilement la rotation de la voûte céleste. Cette monture comporte un
axe, dit axe polaire ou axe d'ascension droite, qu'il faut aligner parfaitement avec l'axe de la Terre.
(monture Super-Polaris) Ainsi il suffit de faire tourner (avec un moteur par exemple) le télescope autour
de cet axe, à la même vitesse angulaire que la Terre et en sens inverse pour avoir le télescope immobile
par rapport à la voûte céleste. Les objets observés ne bougent alors pas du champ de l'oculaire.
La grosse difficulté réside dans l'alignement parfait entre l'axe de la monture et l'axe de la Terre.
C'est cette opération qui est appelée mise en station.
I. MISE EN STATION AVEC ALIGNEMENT POLAIRE APROXIMATIF
- Simplement aligner grossièrement à l'œil l'axe de la monture avec l'étoile polaire
- Peut suffire pour une observation visuelle peu exigeante
- La mise en station d'un top-top utilise ce principe, mais est un peu plus précise puisqu'on vise la polaire
le long d'un axe matérialisé plus précisément, et permet donc 10 à 20 minutes de pose avec un objectif
standard
II. MISE EN STATION AVEC VISEUR POLAIRE
- Principe : pour viser le pôle, prendre comme point de repère l'étoile polaire tout à côté (Tirion)
- Description : petite lunette dans l'axe, permet de grossir la région du pôle pour être plus précis
- Réticule (viseur + dessin), affichages, réglage par les vis
- Problème précession équinoxes : le pôle se déplace par rapport à l'étoile polaire, corriger selon années
- Très facile, en 5 minutes c'est fait
- Idéal pour l'observation visuelle et la photo à pose courte
- Pour les poses longues, essayer d'être le plus précis possible. C'est un peu limite pour des poses de
l'ordre d'une heure : si l'alignement n'est pas assez parfait, les objets dévient trop dans le champ.
- Personnellement, je m'en suis toujours contenté avec satisfaction (photos)
II. MISE EN STATION AVEC VISEE POLAIRE PAR L'INSTRUMENT
- Principe : utiliser le télescope lui-même pour viser le pôle exact
- 1er temps : aligner l'axe optique avec l'axe du télescope et bloquer
- 2ème temps : chercher le pôle et le centrer avec une carte précise en utilisant les réglages de l'axe polaire
- Prend 10 à 15 minutes avec l'habitude
- Avantage : serait plus précis que le viseur polaire
- Inconvénient : peu utilisable avec des montures allemandes, pas utilisables avec les montures à berceau,
donc pour les montures à fourche
III. MISE EN STATION AVEC LA METHODE DE BIGOURDAN
- Principe : un mauvais pointage de l'axe polaire provoque une dérive des étoiles sur l'autre axe
(déclinaison). En observant le sens de la dérive, on peut en déduire dans quel sens déplacer l'axe
polaire pour obtenir l'alignement parfait.
- Description concrète du mode d'emploi dans plusieurs bouquins (astrophotographie p.180, manuel du
150/750 p.14, guide pratique p.35)
- Avantage et inconvénient : peut être excessivement précis, tout dépend de la patience de l'utilisateur :
c'est long et fastidieux…
- Personnellement, j'ai prévu de l'utiliser sur plusieurs nuits quand je me serai construit mon observatoire
IV. MISE EN STATION AVEC LA METHODE PHOTOGRAPHIQUE
- Principe : calcul de l'erreur de pointage à partir de mesures de bougé faites sur une photographie
- Méthode un peu compliquée
CONCLUSION
La mise en station précise n'est pas une chose simple. Le viseur polaire permet une bonne précision
qui peut être améliorée dans des situations exigeantes par la visée polaire à l'instrument ou la méthode
de Bigourdan.
Téléchargement
Explore flashcards