I - Qu`est-ce que l`économie

publicité
UE 13
Economie
L’AVENEMENT DE LA « SOCIETE DE MARCHE »
INTRODUCTION GENERALE ....................................................................................................................................................................... 2
L’ECONOMIQUE, UNE DIMENSION ESSENTIELLE DES SOCIETES MODERNES ......................................................................... 2
IQU’EST-CE QUE L’ECONOMIE ? ............................................................................................................................................................... 2
A. L’ « oikos nomos » grec ............................................................................................................................................................... 2
B. Approche substantive et approche formaliste .............................................................................................................................. 2
C. Le concept de rareté .................................................................................................................................................................... 3
II - LA DIVERSITE DES MODES D’ALLOCATION DES RESSOURCES .................................................................................................................. 4
A. Le modèle de la réciprocité ou du donnant-donnant ................................................................................................................... 4
B. Le modèle de la centralité (la redistribution) .............................................................................................................................. 4
C. Le modèle de l’administration domestique .................................................................................................................................. 5
D. Le modèle marchand ................................................................................................................................................................... 5
E. Remarques ................................................................................................................................................................................... 5
III - AUTONOMISATION ET DOMINATION DE L’ECONOMIQUE : DE L’HOMO HIERARCHICUS A L’HOMO AEQUALIS, LA THESE DE LOUIS
DUMONT (1977).............................................................................................................................................................................................. 6
A. L’empreinte du sacré ................................................................................................................................................................... 6
B. L’émergence du politique ............................................................................................................................................................ 7
C. L’automatisation de l’économique .............................................................................................................................................. 8
LES MECANISMES DU MARCHE : DE LA MAIN INVISIBLE AU COMMISSAIRE PRISEUR WALRASSIEN .......................... 10
IQU’EST-CE QUE LE MARCHE ? .............................................................................................................................................................. 10
A. Distinguer le Marché et les marchés ......................................................................................................................................... 10
B. Définition du Marché................................................................................................................................................................. 10
C. L’origine du Marché.................................................................................................................................................................. 10
D. La courbe de demande ............................................................................................................................................................... 11
E. La courbe d’offre ....................................................................................................................................................................... 12
F. L’équilibre ................................................................................................................................................................................. 12
G. Le marché du travail.................................................................................................................................................................. 12
H. Le cadre de la concurrence pure et parfaite.............................................................................................................................. 13
II - LE CADRE STANDARD MIS EN QUESTION : LES NOUVEAUX DEVELOPPEMENTS DE LA THEORIE DU MARCHE.......................................... 13
A. Le néoclassicisme ...................................................................................................................................................................... 13
B. Les comportements stratégiques des agents : la théorie des jeux.............................................................................................. 14
C. La coordination par la qualité : le marché des voitures d’occasion de George AKERLOF (1970) ............................................ 15
D. De la nécessité de l’Etat ............................................................................................................................................................ 15
III - LE MARCHE EXISTE-T-IL ? .................................................................................................................................................................... 15
LE CAPITALISME OU LA PRIMAUTE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE ................................................................................ 16
IQU’EST-CE QUE LE CAPITALISME ?........................................................................................................................................................ 16
A. La recherche du profit ............................................................................................................................................................... 16
B. La définition d’Immanuel WALLERSTEIN .................................................................................................................................... 16
C. Définition de Walter BENJAMIN (1921) ...................................................................................................................................... 16
II - LE CAPITALISME EST NE EN EUROPE ..................................................................................................................................................... 16
A. Les raisons politiques (Jean BAECHLER, 1971, Le capitalisme) ................................................................................................ 16
B. Les raisons religieuses : la laïcisation de l’Occident ................................................................................................................ 16
III - LE DYNAMISME DU CAPITALISME .......................................................................................................................................................... 17
A. La révolution industrielle, un monde en mutation ..................................................................................................................... 17
B. L’invention de la croissance ...................................................................................................................................................... 17
IV - LA CROISSANCE ENDOGENE CHEZ ADAM SMITH ................................................................................................................................... 18
A. La division du travail, porteuse de croissance .......................................................................................................................... 18
B. Une argumentation critiquée ..................................................................................................................................................... 18
C. L’auto-entretient de la croissance ............................................................................................................................................. 19
D. Mesurer la croissance ............................................................................................................................................................... 19
V - L’ETAT STATIONNAIRE DE DAVID RICARDO (1772 – 1823)................................................................................................................... 21
A. Le contexte historique ................................................................................................................................................................ 21
B. La menace de l’état stationnaire ............................................................................................................................................... 21
-1-
UE 13
Economie
INTRODUCTION GENERALE
Depuis début 2008, nous assistons à
- des émeutes de la faim (Cameroun, Haïti)
- des grèves liées au pouvoir d’achat, l’augmentation des travailleurs pauvres et de la souffrance au travail
(Europe)
- des problèmes de pollution (Chine)
- une crise financière (Etats-Unis, Europe)
A priori tous ces éléments ont des liens entre eux, ils caractérisent la fin de la « mondialisation heureuse ». Nos
économies connaissent trois déficits de régulation : il manquerait des règles sur le travail, la nature et la monnaie.
Nous allons essayer de développer un « regard éloigné » (LEVI-STRAUSS) ; pour comprendre aujourd’hui il faut
essayer une mise à distance historique, géographique et sociétale (s’intéresser aussi aux sociétés non modernes).
Au cœur de l’économie on trouve le concept d’échange. Echanger c’est d’abord juger, évaluer, qualifier des objets,
mais les compétences pour effectuer un tel travail ne sont pas données et sont souvent le produit d’une société.
Comprendre notre économie actuelle suppose de faire un travail de conceptualisation, de réfléchir à la nature du
capitalisme et de l’économie de marché. Qu’est-ce que le marché ? Quand est-il apparu ? Quel lien a-t-il avec le
capitalisme ? Existe-t-il ? Faut-il qu’il s’étende ?
Pour essayer d’y répondre nous utiliserons trois outils : l’histoire, la théorie économique et la pensée économique. Il
faut éviter deux dangers : la fuite dans l’abstraction mathématique et penser l’économie comme une discussion de
café, faire de l’opinion.
L’ECONOMIQUE, UNE DIMENSION ESSENTIELLE DES SOCIETES MODERNES
I - Qu’est-ce que l’économie ?
A. L’ « oikos nomos » grec
Étymologiquement « les règles de la maison », s’apparente à la gestion actuelle. Elle apparaît dans L’Economique de
XENOPHON (430 – 345 av JC), qui est un dialogue entre SOCRATE et CRITOBULE. CRITOBULE est un jeune qui veut
sortir, mais n’a pas assez de ressources par rapport à ses besoins. SOCRATE explique que l’économie consiste à faire
prospérer sa maison, son domaine agricole en réfléchissant aux règles d’affectation des ressources. Pour autant sa
réponse est sans appel : la véritable richesse se trouve dans la morale et dans la politique. Le mépris qui s’attache aux
activités économiques chez les grecs empêchera toute réflexion économique de surgir. Il faut attendre le XVIème
siècle en occident pour que la pensée économique devienne significative.
Si les grecs ont pu développer une telle attitude, c’est parce que leur société est portée par les esclaves (500 000
habitants faisant vivre 30 000 citoyens). XENOPHON dit que « Les métiers d’artisan ruinent le corps de ceux qui les
exercent. Les corps étant amollis, les âmes deviennent plus lâches, les métiers ne laissent aucun loisir pour s’occuper
des amis et de la cité. »
B. Approche substantive et approche formaliste
1) L’approche substantive
Pour un certain nombre d’économistes, l’économie peut être définie par l’énoncé de Karl POLONY (1944) :
« L’économie étudie la relation entre les hommes et leur environnement dans le but de fournir les moyens nécessaires
à leurs besoins. »
2) L’approche formaliste
Elle est plus majoritaire, et est définie par Lionel ROBBINS (1947) : « L’économie est une science qui étudie le
comportement humain en temps que relation entre les fins et les moyens rares à usage alternatif. »
3) Comparaison
Il existe deux grandes différences entre ces approches :
- dans l’approche formaliste l’économie est une science, on serait donc capable de trouver des lois qui
s’adapteraient à toutes les sociétés et à toutes les activités humaines
-2-
UE 13
Economie
- on y fait également deux hypothèses à la fois sur les besoins et les ressources afin de faire de la rareté l’objet
même de l’économie :
 les besoins des individus seraient illimités
 les ressources seraient limitées
C. Le concept de rareté
1) Un concept relatif
Pour la majorité des économistes, l’économie se définit comme l’étude de la tension entre des besoins supposés
illimités et des ressources supposées limitées, et elle voit comment y faire face. Mais cela peut être remis en question.
a. Des ressources limitées ?
On peut se demander si les ressources sont limitées ou non. Dire que les ressources sont limitées suppose qu’on
puisse les dénombrer. Lorsqu’on parle de rareté en économie, on la rattache aux pratiques et aux usages des
individus. Or l’histoire nous montre que les pratiques et usages évoluent : une ressource peut être rare à un moment et
ne plus l’être à un autre, soit parce qu’on en produit beaucoup (sel), soit parce qu’on n’en a plus besoin (charbon). De
même, un objet non perçu comme une ressource peut le devenir (neige, détritus). La rareté n’est donc pas absolue,
elle s’apprécie en fonction des besoins et elle est relative aux sociétés.
b. La rareté : le problème de l’économie ?
On peut se demander si le problème de la rareté est vraiment le problème de l’économie. L’histoire récente a eu
tendance à nous montrer que les sociétés souffrent de manière récurrente du problème des débouchées. Crise de 29 :
due à l’absence de consommateurs. Crise de 74 : saturation des marchés. Crise actuelle : sans doute liée à une
répartition délicate de la valeur ajoutée. L’un des problèmes de l’économie n’est-il pas aussi la gestion de
l’abondance ?
c. Des besoins illimités ?
On peut se demander si les besoins sont vraiment illimités. Plus la production est importante, plus le manque apparaît.
Les besoins (manger, boire, dormir) sont limités, ce sont les envies qui sont très présentes. Il semble que l’économie
entretienne une confusion entre besoin et désir. Les besoins ne sont pas par nature illimités, même si l’économie
s’appuie sur cette idée. Le besoin est par définition satiable, c’est-à-dire qu’il fait souffrir jusqu’à ce qu’il soit
satisfait. En revanche, le désir est plutôt insatiable, il se nourrit de son infinité, il n’est limité que par l’imagination
humaine. Si la vocation de l’économie est de combler tous les désirs humains, son champ d’application devient
immense. La rareté s’apprécie en fonction des besoins qui sont relatifs à toute société, mais le problème est qu’au fur
et à mesure qu’on produit, de nouveaux besoins apparaissent, refaisant naitre le problème de la rareté. Croire qu’on
va aboutir à la société d’abondance est une illusion sur laquelle se fonde l’idée de croissance.
2) Les premières sociétés d’abondance
a. L’économie de prédation
Lorsque l’on pense les économies primitives, on pense que ce sont des économies de la misère, de la pénurie, où les
hommes parviennent tout juste à assurer leur subsistance, et où la production de surplus qui garantirait la vie du
groupe est ralentie par le sous-développement technique. M. SALHINS, dans Age de pierre, âge d’abondance (1976),
étudie 2 peuples : les chasseurs collecteurs d’Australie et les Bochimans du Kalahari. Ce sont des sociétés nomades
qui ne produisent rien : c’est une économie de prédation (prélèvement dans la nature), caractéristique du
paléolithique. Il constate que ces prétendus misérables ne travaillent que 2 à 3 h/jour, et pas tous. Si en des temps très
courts la machine de production primitive assure la satisfaction des individus, c’est qu’elle fonctionne en dessous de
ses capacités. Pour lui ce sont donc les premières sociétés d’abondance. Les raisons sont doubles :
- ces individus désirent peu parce qu’ils sont nomades et parce que ce sont des groupes où la pression est forte
et l’expression de l’individualité est impossible ;
- ce sont des individus qui perçoivent la nature comme un stock de nourriture qui se renouvelle.
b. Les premiers producteurs
Penser l’économie en dehors des représentations religieuses et politiques est impossible. Dans le néolithique, entre 10 ka et -8 ka, l’homme devient agriculteur et éleveur. Il devient producteur et se sédentarise. Les premières villes
apparaissent ainsi que l’écriture qui permet de compter et faire des échanges. C’est le passage de la Préhistoire à
l’Histoire. On peut se demander pour quelle raison l’homme est devenu producteur. Deux thèses coexistent.
Gorden CHILDE, dans les années 30, pense que l’homme est devenu sédentaire à cause d’un réchauffement climatique
vers -10 ka. Ce réchauffement aurait entrainé la raréfaction du gibier, obligeant les hommes à inventer l’agriculture et
à fonder des villes. La propriété privée serait alors apparue. C’est une explication typiquement marxiste : l’économie
explique la transformation des sociétés.
-3-
UE 13
Economie
Jacques CAUVIN, dans La naissance de l’agriculture (1997), soutient l’idée qu’il faudrait plutôt développer une
explication culturelle et religieuse pour comprendre le passage au néolithique. En effet il n’y a pas de trace d’une
nécessité vitale pour ces sociétés de la domestication, il n’y a pas de preuves géologiques d’un réchauffement ou d’un
accroissement démographique. Par contre il y aurait eu un nouveau culte des morts qui aurait poussé les hommes à
les ensevelir, les obligeant à rester proche de leurs morts.
3) La construction sociale de la rareté : Fred HIRSCH (1978)
Selon l’analyse économique traditionnelle, la croissance économique constitue le moyen de lutte contre la rareté,
c’est-à-dire de permettre l’accès pour tous à une quantité croissance de biens et services. HIRSCH, dans Les limites
sociales de la croissance, explique qu’il y a des freins qui empêchent l’abondance, mais ce sont des freins sociaux et
pas techniques. Il existe une économie positionnelle, c'est-à-dire de biens et de services, contingentée par des
mécanismes sociaux. Augmenter l’accès à ces biens et services diminue la satisfaction de ceux qui les consomment,
car l’objet de la satisfaction ne réside pas tant dans la consommation que dans le fait que peu d’individus y accèdent
(ou tout au moins que l’individu y accède avant les autres).
II - La diversité des modes d’allocation des ressources
Au cours de l’Histoire, les hommes ont eu recours à différents systèmes économiques pour gérer leurs ressources. On
parle de modes d’allocation, d’affectation ou de répartition des ressources. Pour David RICARDO (1772 – 1823), la
question principale de l’économie politique est la répartition des ressources. On peut identifier 4 systèmes
économiques : les modèles de la réciprocité, de la centralité, de l’administration domestique et de l’organisation
marchande. Selon les économistes, tous ces modèles ne se valent pas. Il y en a u qui aurait une supériorité par rapport
aux autres : le modèle marchand. En répartissant les ressources, il tend à les accroître, il serait donc vecteur de
croissance économique.
A. Le modèle de la réciprocité ou du donnant-donnant
Le don est une prestation de bien ou de service effectuée dans garantie de retour en vue de créer, nourrir le lien social
entre les personnes. Il a trois grandes caractéristiques : il apparaît quand le calcul disparaît, il est caractérisé par de
l’incertitude voulue (il n’y a pas de garantie de retour, mais quand même un espoir de retour), il exprime l’importance
de la relation qui existe entre les partenaires dans un échange. Le don véhicule la dette, et peut se comporter comme
un véritable poison. Marcel MAUSS, dans Emoi sur le don (1925), explique que la chose donnée, le hau, conserve une
partie du donateur qu’il est nécessaire de garder non pas pour l’objet mais pour le donateur. Dans les sociétés
primitives, MAUSS montre que le don est central et structure les sociétés. C’est un moyen de s’affronter entre les
tribus et d’avoir des relations politiques. Par exemple, le potlatch pratiqué par les indiens d’Amérique du Nord est
une confrontation festive à coups de dons et de destruction de nourriture. Le vainqueur du combat est celui qui aura la
plus grande capacité à donner et à détruire.
B. Le modèle de la centralité (la redistribution)
Une structure centrale collecte les ressources et les redistribue. C’est le principe des économies administrées (ex :
URSS, Egypte des Pharaons, l’Etat actuel à travers les impôts). Les critères de redistribution sont multiples : le mérite
(consécutif à un effort), l’égalité ( remboursements par la Sécu), l’équité pour lutter contre les inégalités (à
situation différence, traitement différent ; on rend plus à ceux qui ont le plus besoin, et on donne moins à ceux qui ont
déjà le plus), le privilège. Le modèle de la redistribution se rencontre dans toutes les sociétés de taille importante, en
particulier dans les Empires. La ville de Rome au IIème dépasse le million d’habitants, ce qui pose le problème de la
subsistance. Pour nourrir la population il fallait importer de très loin blé, huile et vin. Pour organiser cela on
demandait à l’intégralité de l’Empire de contribuer par un impôt : l’ânonne. La nourriture était stockée avant d’être
distribuée au peuple. La plèbe romaine, faute de ressources monétaires, pouvait bénéficier gratuitement de ces
marchandises, et les notables les achetaient à un prix bas. C’était une forme de protection sociale qui visait aussi à
assurer la paix sociale. Dans la société Inca, au XIVème, la puissance publique domine la vie économique. La
propriété individuelle n’existe pas. Tout homme devait mettre ses forces pour les travaux collectifs. Cette puissance
publique organisait la production, la distribution et l’assistance. C’est le principe de l’économie non marchande. Les
relations sont anonymes, ce n’est pas immédiat, et il n’y a pas d’équivalence. Il y a un prix d’accès, ou prix
symbolique, inférieur au coût. Dans cette économie il y a toujours des prix, une offre et une demande, et pourtant les
transactions ne peuvent pas être qualifiées de marchandes. Parfois les prix peuvent-être nuls, mais ils existent.
-4-
UE 13
Economie
C. Le modèle de l’administration domestique
C’est la production d’une personne ou d’un groupe pour son propre compte. C’est une forme d’autoproduction. C’est
le cas de l’esclavage, des kibboutz, des exploitations agricoles. Cette forme d’économie est presque oubliée, mais il y
a deux siècles encore l’achat et la vente étaient l’exception. La majorité de la population française vivait sans
monnaie. Elle était composée à 80% de paysans dotés de 1 ou 2 ha de terre sur lesquelles vivaient des ouvriers, des
journaliers, des domestiques, des indigents. L’économie marchande ne représentait alors qu’un circuit très secondaire
de l’économie, réservé principalement aux classes privilégiées.
D. Le modèle marchand
Le problème avec le Marché est que ce n’est pas une entité observable. On observe des transactions marchandes. Il
faut de l’équivalence dans l’échange. Il est fondé sur l’anonymat, et en général sur l’immédiateté. L’échange
marchand est caractérisé par la facilité de sortir de la relation, et d’aller voir ailleurs. Une transaction marchande est
claire, établie par un contrat. La dette est liquidée en permanence. Certains auteurs montrent que la liberté moderne
est essentiellement l’absence de dette. Tocqueville (La démocratie en Amérique, 1850) : « A mesure que les
conditions s’égalisent, il se rencontre un plus grand nombre d’individus qui ne doivent plus rien à personne. »
E. Remarques
1) Modèles dominants
Dans l’histoire des sociétés, le modèle de gestion des ressources dominant a plutôt été le modèle de la réciprocité et le
modèle de l’administration domestique, c’est-à-dire des modèles non monétaires. Ce n’est finalement que très
tardivement que la société va opter pour un modèle qui valorise les transactions marchandes.
2) Economie monétaire et non monétaire, marchande et non marchande
- non monétaire : pas de prix
- non marchande : prix inférieur au coût
- marchande : prix supérieur au coût
Dans tout les cas il existe une offre et une demande. Dans nos sociétés occidentales contemporaines, le non-marchand
progresse partout. Les conditions à remplir pour que l’environnement naturel, social et juridique permette à l’activité
économique marchande de se développer sont de plus en plus nombreuses. Les ménages demandent de plus en plus
d’exigences en termes de santé, d’éducation, d’équipement, de sécurité, de culture. Les entreprises, organisées de plus
en plus en juste-à-temps, réclament des réseaux, des infrastructures, des compétences, des laboratoires,… tout un
ensemble d’éléments qui concernent toute l’économie et la société, dont la base du financement est collective, et
relève en grande partie du non-marchand. Depuis quelques années, les acteurs du non-marchand ont eu tendance à se
diversifier. A côté des acteurs traditionnels publics on trouve des mutuelles, des associations à but non lucratif, et des
entreprises privées auxquelles l’Etat délègue des missions de service public. A l’inverse, l’Etat a tout un ensemble
d’actions marchandes.
Il ne s’agit pas de prétendre que les activités marchandes reculent sur la planète, mais pour que la croissance des
activités marchandes perdure, il faut que la croissance des flux monétaires faisant l’objet d’une économie non
marchande soit plus rapide. Il y a ainsi la croissance des prélèvements obligatoires (impôts, cotisations sociales).
3) La supériorité du modèle marchand
Selon les libéraux il y aurait un modèle d’allocation des ressources meilleur que les autres : le modèle marchand. En
effet les 3 premiers modèles ne font que déplacer les ressources entre des catégories d’individus. Le dernier aurait le
mérite à la fois de répartir les ressources et de les augmenter. Le Marché serait vecteur de croissance économique.
4) La gratuité
En fonction des produits, elle peut être non monétaire, marchande ou non marchande. Lorsqu’elle est marchande
(journaux gratuits par exemple), le prix est égal à 0 mais il existe un profit, réalisé grâce à la publicité. Selon le
dictionnaire de l’Académie, la gratuité se définit comme ce que l’on donne, ce que l’on effectue sans rémunération,
ce que l’on accomplit de manière désintéressée, ce que l’on reçoit, ce dont on profite sans qu’il n’en coûte rien. Cette
définition ressemble à celle du don, elle est peu satisfaisante parce qu’une partie des activités gratuites se situe à
l’extérieur de la sphère du don. Il est limitatif de croire qu’une prestation gratuite l’est de manière désintéressée : le
don en général n’est pas désintéressé ; des biens peuvent être offerts gratuitement avec pour objectif que ça rapporte
de l’argent (mécénat, journaux gratuits, sponsors). Un bien ou un service peut être gratuit pour le consommateur et
pour autant avoir un véritable coût pour le producteur : l’éducation par exemple. Le champ de la gratuité recouvre la
sphère du don et une part non négligeable de l’activité économique des deux autres sphères. On définira la gratuité
comme une action effectuée sans contrepartie monétaire directe. Depuis quelques années, avec les NTIC, la gestion
-5-
UE 13
Economie
de la gratuité se pose avec plus d’acuité. En effet le téléchargement illégal empêche au prototype de la création d’être
rentabilisé par la vente des copies. On ne peut plus répartir les charges fixes sur un grand volume de vente, ce qui
finira par poser un problème pour la création, à moins que l’Etat participe activement à subventionner massivement la
création et la culture.
III - Autonomisation et domination de l’économique : de l’Homo hierarchicus à l’Homo aequalis, la thèse
de Louis DUMONT (1977)
Comment en sommes-nous venus à considérer le travail, la production de richesses et la consommation comme le
centre de nos vies individuelles et collectives ? Comment se fait-il que l’économique soit aussi présente et prégnante
dans la structuration de nos sociétés contemporaines ? Les travaux des anthropologues et des historiens nous ont
convaincu de l’existence de sociétés passées régies autour de principes aéconomiques (magie, morale, politique). Si
la centralité de l’économie n’est pas un invariant des sociétés, c’est qu’il y a eu dans l’Histoire un basculement, un
retournement des principes fondamentaux qui expliquaient la cohérence des sociétés passées.
Louis DUMONT est un anthropologue qui travaille sur les castes indiennes : en quoi la hiérarchie apporte les valeurs ?
Selon lui, l’émergence, l’autonomisation et la suprématie de l’idéologie économique n’a été possible que par
l’apparition en Occident d’une nouvelle idée de l’Homme : l’individualisme auquel est associée l’idée d’égalité. Pour
lui, on serait passé en Occident d’une société holiste (organisée par des valeurs et des principes collectifs) à une
société individualiste au XVIIIème ; cette rupture est appelée la modernité. En ce sens la mise au travail pour tous, la
naissance de la réflexion économique, la primauté de l’individu et l’apparition de la croissance ne sont finalement que
les différentes facettes d’un même phénomène : l’éclosion de la modernité.
De l’Antiquité à la Renaissance, la morale subordonne le politique et l’économique. C’est la recherche de la vérité.
De la Renaissance au XVème au XVIIIème, le politique subordonne la morale et l’économique : on recherche le
pouvoir. Jusque là les sociétés sont hiérarchiques, se sont des sociétés de statuts, sans croissance économique. A
partir du XVIIIème, l’économique subordonne la morale et le politique. C’est une société où on recherche avant tout la
richesse, une société d’individus, de contrats, avec une croissance économique. On serait donc passé d’une société où
est d’abord valorisé l’ordre et la conformité de chaque élément à son rôle dans l’ensemble du système, à une société
om chaque homme se pense l’incarnation de l’humanité et comme tel il s’imagine égal à toues les autres hommes et
libre de ses trajectoires. La notion d’égalité ne signifie pas que tous les individus naissent égaux en force et en
intelligence, mais qu’aucun n’a le droit de soumettre les autres puisque chacun possède assez de raison pour n’obéir
qu’à lui-même. A partir du XVIIIème la question du bonheur acquiert une signification nouvelle. On se met à
réhabiliter et à valoriser le plaisir, les passions. Les hommes des Lumières nous expliquent que le bonheur terrestre
devient un idéal à atteindre. VOLTAIRE : « La grande affaire et la seule que l’Homme doit avoir, c’est de vivre
heureux. » Le capitalisme de consommation va y répondre par la technique et par la profusion des biens matériels. La
sécularisation du monde (Dieu n’explique plus le monde) est allée de concert avec la sacralisation du bonheur
terrestre.
A. L’empreinte du sacré
1) Antiquité : la religion par-dessus tout
A l’origine des sociétés humaines, c’est à la religion et à la morale qu’est revenu le rôle d’opérer la régulation de la
société. Le religieux englobe l’ensemble des conduites sociales et limite les besoins. Les gestes importants de la vie
sont saturés de religion : la naissance, le mariage, la mort. La représentation de pouvoir est tributaire du religieux par
le sacre, la reconnaissance du Pape. La vie économique, les conceptions de la pauvreté, du travail, dépendent souvent
d’une vision religieuse du monde. HIRSCHMANN (1984) : « Parmi ceux qui vivaient au Moyen-âge, il y en avait
beaucoup qui étaient pauvres, malades ou opprimés. Tous avaient tendance à attribuer leur malheur à des causes
lointaines et générales telles que la volonté divine ou la nature humaine. »
2) La Cité de Dieu (SAINT AUGUSTIN, Vème)
C’est un ouvrage majeur du Moyen-âge. En 380, THEODOSE se convertit au christianisme, c’est la fin de la religion
romaine. SAINT AUGUSTIN est sans doute le premier grand intellectuel de l’Histoire occidentale. Son ouvrage
inaugure la pensée médiévale que l’on retrouve jusqu’à la Renaissance. SAINT AUGUSTIN explique qu’il y a 2
sociétés : la cité des hommes marquée par le pêché, et la cité de Dieux où les hommes vivent dans l’amour et la foi.
Pour lui la vérité ne doit pas être recherchée dans les affaires du monde terrestre mais dans l’âme des hommes. En ce
sens, ce qui compte c’est la vie à venir et non la vie terrestre. L’organisation des sociétés doit donc rechercher la
fixité, la stabilité et la morale. La chrétienté va enseigner le mépris du monde matériel. Paradoxalement, SAINT
AUGUSTIN a détaché l’Homme de la nature et a expliqué que Dieu n’était pas dans la nature. Il a ainsi ouvert la voie à
-6-
UE 13
Economie
l’exploitation et à la mise en valeur de la nature. Pour lui il faut essayer de comprendre, de maitriser et d’accroitre la
nature.
3) Economie et religion, le problème de l’usure (SAINT THOMAS D’AQUIN, XIIIème)
A partir du XIIIème, l’usure (le prêt à intérêt) est le grand problème. Les hommes du Moyen-âge ont toujours interdit
le crédit, et SAINT THOMAS D’AQUIN recherche dans les textes sacrés une justification à cette interdiction. Déjà dans
l’empire babylonien, le code D’HAMMURABI (-1750) l’interdisait. Au XIIIème, il semble qu’un nouveau système est en
train d’apparaître qui nécessite des apports de capitaux importants. Sans capital, le capitalisme ne pouvait pas
apparaître. Le trafic d’argent était alors réservé aux Juifs et aux Lombard. Les prêts ne plaisent pas pour plusieurs
raisons :
- l’usurier gagne de l’argent même en dormant, c’est-à-dire sans travailler
- dans la pratique de l’usure celui qui reçoit reçoit plus que ce qu’il a donné
- l’usurier est un voleur parce qu’il vend quelque chose qui ne lui appartient pas : il vend du temps, or le
temps appartient à Dieu
Tant que les religieux développement ce type d’arguments, l’économique ne peut pas se développer. Tant que le prêt
à intérêt est condamné le développement du capitalisme est impossible. Au XIIIème apparaissent des commandes,
c’est-à-dire des projets économiques impulsés par des hommes entreprenants et dépourvus de ressources,
généralement du commerce au loin (Marco POLO par ex). Les aristocrates vont se mettre à prêter de l’argent d’abord
de manière cachée, pour financer l’achat de cargos et de munitions pour ces entreprises risquées. On pense que c’est
dans ces premières expéditions qu’est né le capitalisme. Dès le XIIIème les théologiens commencent à être un peu plus
souples dans leurs condamnations. En 1215, au concile de Latran on invente le purgatoire. C’est l’antichambre du
paradis, qui permet aux âmes de se purger, faisant en quelques sortes disparaître l’enfer. Cette invention va libérer la
conscience des premiers entrepreneurs et des banquiers.
B. L’émergence du politique
1) Le Moyen-âge, une période pleine de bouleversements
L’essor de la classe bourgeoise va être essentiel dans la constitution des Etats nations. La France, l’Espagne,
l’Angleterre s’unifient entre 1460 et 1490. Des banquiers se rapprochent du pouvoir : les MEDICIS sont les chefs de
Florence, Jacques CŒUR aide Louis XI. L’argent devient l’instrument de la puissance. Il permet de faire la guerre et
donc de devenir encore plus puissant. Antoine DE MONTCHRESTIEN : « L’argent est le nerf de la guerre. » Le XVIème
est l’un des siècles les plus mouvementés de l’Histoire. En 1492, la découverte de l’Amérique, un nouveau continent,
pousse à douter de tout ce que l’on croyait. Une méfiance s’installe vis-à-vis de la religion. En 1543, Copernic décrit
la révolution des orbes célestes. Nous ne sommes pas dans un monde clos organisé, mais dans un univers infini, le
chaos, la Terre n’est en fait pas grand-chose. Il faut tout rebâtir. Au XVIIème, on réfléchit avec raison, avec la science.
A cette époque troublée, on commence à penser que la souveraineté n’est plus l’attribut de Dieu, mais qu’elle dit
trouver une justification ; il va falloir légitimer les lois du gouvernement. C’est une époque où la guerre va passer de
la guerre entre clans familiaux à des guerres entre états. Il y a alors des conseillers du Prince : les mercantilistes
(COLBERT, SULLY), qui vont essayer de donner des recettes économiques pour accroitre la puissance politique du
Royaume. C’est l’époque de l’invention de l’économie politique, l’économie au service du politique, notamment avec
le Traité d’économie politique de Montchrestien.
2) Le politique comme art profane (MACHIAVEL, 1513)
En 1513, MACHIAVEL publie Le Prince. Comment contrôler les principaux rouages de l’Etat et faire que le vivre
ensemble soit possible ? Pour SAINT THOMAS D’AQUIN, le bon gouvernement ne doit s’occuper ni de la recherche de
la gloire, ni de la recherche de la richesse. Pour CICERON, la morale et l’honnêteté sont indispensables pour atteindre
l’honneur. C’est contre ces approches que MACHIAVEL va réagir. Pour lui le Prince doit être guidé par la nécessité. Il
doit être simulateur, manœuvrer par la ruse la cervelle des gens, il n’a pas à être un modèle de vertu. La morale s’en
va du politique. Il ne faut pas considérer l’Homme tel qu’il devrait être mais tel qu’il est, c'est-à-dire ingrat,
paresseux, inconstant et lâche. Cette idée aura des conséquences sur l’absolutisme et sur la nécessité de la guerre. Il y
a de la part du Prince un calcul économique des comportements politiques. Le Prince doit utiliser les biens, la Cité.
MACHIAVEL est le premier à expliciter une stratégie utilitariste en matière de gestion des hommes. On perçoit alors à
cette époque une identité entre le Prince et la population ; ce qui est bon pour l’un est bon pour l’autre.
3) Le mercantilisme : une pensé politique
Pour accroitre la puissance, deux solutions : faire la guerre, ou avoir une balance commerciale excédentaire (plus
d’exportations que d’importations, plus d’entrées d’or que de sorties d’or) pour pouvoir faire la guerre. Pour les
mercantilistes, la richesse est fixée une fois pour toute. A l’image d’un stock de métaux précieux limité, les
-7-
UE 13
Economie
mercantilistes pensent que la richesse du monde est fixée dans sa globalité. Tout enrichissement de l’un ne peut se
faire qu’au dépend des autres, en redéfinissant à chaque fois les relations réciproques entre les pays. En ce sens,
l’économie est avant tout un système politique. Il faut donc capter les richesses à l’autre. Pour les mercantilistes, c’est
le commerce qui engendre la richesse et non la production. C’est une vision statique de l’économie qui exclut l’idée
de croissance. COLBERT propose un certain nombre de recommandation économiques :
- une politique douanière très active pour taxer lourdement l’importation des marchandises extérieures
- une politique réglementaire pour les manufactures, avec des entreprises d’Etat (verre, armes, tapisseries), en
normant les produits pour conquérir les marchés extérieurs, mettre en avant la qualité
- mettre en place une politique de l’offre : construire des navires, créer des compagnies de commerce
(comptoirs)
- au Pays-Bas les taux d’intérêts pour se lancer dans les affaires sont bas, ce qui permet de créer un nouveau
métier : négociant de prêts ; face à l’hostilité de l’Eglise qui reste ferme sur la condamnation des prêts à intérêts, la
France renonce à ce système
Cette guerre d’argent est souvent agressive et conduit souvent à une véritable guerre. C’est une époque de patriotisme
économique. Ces éléments de politique économique n’ont pas perdu leur actualité (P. CUVELIER, 2008 :« Y a du
COLBERT chez SARKOZY ») pour plusieurs raisons :
- l’Etat défend de plus en plus les entreprises nationales (Danone, Suez)
- la question principale de l’économie française est celle du déficit de la balance commerciale : on se lance
dans une politique de l’offre en créant des pôles de compétitivité soutenus par l’Etat
- dans un monde sans croissance on retrouve les réflexes mercantilistes : une politique commerciale agressive
et des tentations protectionnistes (surtaxe des produits étrangers)
4) Une économie anticoncurrentielle
L’économie artisanale urbaine domine. Elle est fondée sur des guildes, des corporations et des jurandes. Les
corporations sont des associations d’artisans qui défendent un intérêt commun grâce à tout un ensemble de règles et
de codes. Dans le statut des corporations, tout est écrit : les techniques à utiliser, le nombre d’apprentis, les salaires,
les jours ouvrables, le prix auquel les marchandises sont vendues. C’est une économie anticoncurrentielle. Dès que la
concurrence apparaît, tout est mis en œuvre par la corporation pour lutter contre la concurrence.
C. L’automatisation de l’économique
1) L’apparition de la croissance
A vrai dire, la réflexion économique ne pouvait naitre que dans une société où la masse des richesses produites
augmentait et où cette augmentation était perçue comme désirable. Il n’y a pas ce type de réflexion sans croissance ni
désir de croissance. En effet, lorsque l’amélioration du sort des uns ne peut provenir que de la détérioration du sort
des autres (société sans croissance), la régulation est politique et la morale est là pour rappeler les règles auxquelles
chacun doit se soumettre pour permettre à la société de fonctionner. La naissance de la réflexion économique est donc
contemporaine du moment où la croissance (bien que très faible) devient un fait évident, palpable et mesurable. En
1671, un médecin, W PETTY, écrit L’Arithmétique politique. Il est convaincu que l’Angleterre s’enrichit : mais
pourquoi ? comment le mesurer ? Il est convaincu que l’économie est un circuit, qui fonctionne comme la circulation
du sang fraichement découverte.
2) Le renversement de l’économie et du politique (F. QUESNOY, 1758)
Les mercantilistes identifiaient le Prince et la Nation. La puissance de l’un produisait la richesse de l’autre. Au
XVIIIème on s’interroge sur cette identité. En effet on se demande si la poursuite de la puissance n’absorbe pas la
richesse plutôt qu’elle ne la crée. Pour faire la guerre on a augmenté les impôts pour les plus pauvres. Le Prince, par
la guerre et la recherche de la magnificence, finit par bloquer complètement l’économie du pays. Les impôts finissent
par empêcher l’augmentation de la production. C’est ce que remarque QUESNOY, premier économiste. Pour lui,
l’économie n’est plus une politique au niveau du Prince mais une science qui consiste à respecter l’ordre naturel. Il
jette ainsi les bases du libéralisme en montrant que l’Etat vient perturber les lois naturelles. La source de la richesse
n’est plus dans le commerce extérieur, mais dans le développement de la production intérieure. On bascule d’un
capitalisme commercial à un capitalisme industriel. L’économie n’a plus besoin ni de la politique, ni de la morale car
elle est une science qui produit des lois au nom de la raison.
QUESNOY : « Le fondement de la société est désormais la subsistance des hommes. »
MIRABEAU : « C’est par les choses que les hommes sont désormais gouvernés. »
-8-
UE 13
Economie
3) SMITH et la société économique
SMITH est le 1er auteur à comprendre économiquement la société civile. Pour lui c’est la richesse qui constitue la
nation. La nation est perçue comme un espace de libre échange, comme un immense réseau de contrats que les
individus vont nouer entre eux. Le ciment de la société n’est plus ni moral ni politique, c’est un lieu économique qui
relie les hommes comme producteurs de marchandises pour le marché. Il est le 1er à réclamer la prééminence de
l’individu et il perçoit la bonne société comme celle où la croissance économique est fondamentalement bénéfique à
l’être humain. Grace à la métaphore de la main invisible il explique que si tous les individus recherchent leur intérêt
particulier dans le domaine économique, ils vont rencontrer l’intérêt général (la croissance). C’est la philosophie du
libéralisme. C’est une idée neuve, parce que jusqu’alors on était convaincu que si chacun suivait son intérêt
particulier la société irait vers le désordre et le chaos. On serait donc passé d’une société holiste dont la
caractéristique est la hiérarchie des hommes entre eux et dont la régulation est la politique à une société individualiste
où la régulation est essentiellement économique.
4) Le passage de la société aristocratique à la société démocratique (TOCQUEVILLE, 1805 – 1859)
Pour TOCQUEVILLE dans la société aristocratique les hommes riches et influents sans inquiétudes sur la stabilité de
leur fortune se préoccupaient des affaires publiques. Sous eux des masses d’individus sans espoir d’améliorer leur
sort matériel obéissent. Dans une société démocratique les hommes sont semblables et autonomes, en concurrence les
uns avec les autres et aspirent tous à l’amélioration de leur sort matériel. Le goût du bien être matériel s’empare de
tous les membres de la société. Les affaires privées finissent par prendre le pas sur les affaires publiques. Tocqueville
y voit un danger : isolés, les individus se désintéressent de la chose publique et sont prêts à confier toute la gestion
des affaires aux gouvernants. Pour lui, l’égalité, la recherche du confort finissent par limiter la liberté.
« Je vois une foule d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer des petits
et vulgaires plaisirs dont ils emplissent leur vie. Chacun d’eux, retirés à l’écart, est comme étranger à la détresse de
tous les autres. Ses amis et ses enfants forment pour lui toute l’espèce humaine. Quant aux autres citoyens, il ne les
voit même pas ; en fait, il n’existe qu’en lui-même et pour lui-même. »
Polanyi : « Il nous faut nous défaire de l’idée selon laquelle l’économie a été un terrain d’expériences dont les êtres
humains auraient toujours été conscients. Les faits économiques étaient à l’origine encastrés dans des situations qui
n’étaient pas de nature économique. La cristallisation du concept d’économie fut une affaire de temps et d’Histoire. »
-9-
UE 13
Economie
LES MECANISMES DU MARCHE : DE LA MAIN INVISIBLE AU COMMISSAIRE PRISEUR
WALRASSIEN
« Le monde moderne se présente comme une immense accumulation de marchandises. » (MARX, Le capital, 1857)
Jamais la célèbre phrase de MARX n’a eu autant d’actualité. En effet on voit de plus en plus d’éléments non
marchands et non monétaires qui ont tendance à devenir marchands. De plus en plus de pays adoptent l’économie de
marché.
I - Qu’est-ce que le Marché ?
A. Distinguer le Marché et les marchés
Un échange marchand est un échange entre deux acteurs qui transite par un prix et sera souvent très éloigné de ce
qu’on appelle le Marché, qui est un concept abstrait, c’est-à-dire une fiction active, un référent qui permet de penser
la réalité. C’est une catégorie intellectuelle construite progressivement par les économistes.
B. Définition du Marché
Définition courante : lieu réel ou fictif de rencontre des offres et des demandes sur lequel va s’établir un prix. Cette
définition pose 3 problèmes :
- confondre Marché et échange
- ce n’est pas parce qu’il y a un prix qu’on est sur un Marché
- que peut être ce lieu qui est à la fois réel et fictif ?
Le Marché est plutôt une régulation des quantités offertes et demandées par un prix. C’est presque un mécanisme
physique de régulation.
C. L’origine du Marché
Au Moyen-âge, l’économie est contrôlée par les corporations. Au XVIIIème, pour installer un Marché, il va falloir un
certain nombre de mesures, la première étant de supprimer les corporations. On Deux thèses d’opposent quant à
l’origine du Marché.
1) La thèse orthodoxe (SMITH)
a. Le principe
L’idée principale est que de la volonté de commercer est né le Marché. L’individu a une propension naturelle à
échanger, c’est une pulsion. Il se spécialise selon ses talents naturels : c’est la division du travail. Cela va conduire
aux échanges, au troc. Mais c’est un processus long, le coût des transactions pose problème, ainsi que la nécessité de
double coïncidence des besoins (chacun doit vouloir ce que produit l’autre). On invente la monnaie, neutre, qui
facilite l’échange. On multiplie les échanges, on développe un rapport marchand, avec un marché local, puis national,
puis mondial.
b. Analyse
Cette manière d’expliquer l’apparition du marché a aux moins 2 mérites. On a l’impression que depuis l’aube de
l’humanité les individus ont envie de devenir marchands, c’est quasiment génétique. Tout se passe comme si
l’échange marchand se développait naturellement. La mondialisation semble être un processus naturel. Cette
explication a les caractéristiques de son époque (XVIIIème) : un individu libre, calculateur, respectueuse des autres et
des droits de l’Homme, avec une certaine conception de l’égalité dans l’échange. Or les 1ers échanges économiques
sont violents, c’est plutôt de l’ordre de la prédation, de la capture, et ne se font en aucun cas sur le calcul économique.
Cette explication n’en est pas vraiment une puisque l’individu de départ porte en lui toutes les caractéristiques du
Marché, c’est une tautologie.
2) La thèse hétérodoxe (POLANYI)
Polanyi remarque deux éléments. D’abord, il n’y a pas de marchés partout. Ensuite, on trouve des sociétés qui ont une
monnaie et où pourtant l’organisation de la société n’est pas modifiée ; cette monnaie ne pousse pas au
développement des échanges. Par conséquent, l’idée que la monnaie apparaît pour satisfaire une soif d’échanges se
trouve invalidée. Polanyi repère deux types de commerces : au long cours et local. Le commerce au long cours se
développe aux marges de la société, dans les portus. Il n’a rien à voir avec le Marché : pillage, brigandage, captures,
commerce unilatéral fait de rapports de force. Lorsqu’il est devenu bilatéral, il a pris la forme du don / contre-don et
non du troc. Le commerce sans Marché est plutôt de l’ordre de l’aventure. C’était le commerce des produits rares
(épices, or) et il avait à voir avec le transport. Ce n’est pas de là que vient le Marché. Le commerce local est un
- 10 -
UE 13
Economie
commerce organisé par des corporations, un commerce protecteur, avec des règles qui empêchaient toute forme de
concurrence de pouvoir surgir. Pour Polanyi, il a fallu l’intervention de l’Etat pour que l’économie de marché se
développe en supprimant les corporations. C’est fait en 1791 par la loi LE CHAPELIER. On va ensuite organiser
concrètement la concurrence en détruisant les enceintes des villes, en supprimant les taxes et des péages qui
constituent les octrois, en construisant des routes, des ponts, des canaux. Enfin, on a cherché à unifier le système des
poids et des mesures et de la monnaie pour faciliter les échanges. De ce fait, le Marché n’est pas naturel, il dépend
des rapports de force de la société.
D. La courbe de demande
1) La loi de COURNOT
La quantité demandée d’un bien, c’est la quantité que les acheteurs sont prêts à acheter et capables de payer. Posons
l’hypothèse que le facteur qui influe le choix est le prix. Il semble que la quantité demandée diminue quand le prix
augmente et inversement. La quantité demandée évolue en fonction inverse du prix : c’est la loi de COURNOT, ou loi
de la demande. Le prix est donné et l’individu réagit en fonction des écarts de prix qu’il constate. L’individu est
rationnel, mais pas raisonnable. Les économistes supposent qu’à l’exception du prix, toutes les autres variables
demeurent constantes. On dit qu’on réfléchit ceteris paribus (toutes choses étant égales par ailleurs). Chaque fois que
l’un des déterminants de la demande est modifié, à l’exception du prix, la courbe de demande subira une translation.
2) Les 5 effets contraires à la loi de COURNOT
a. L’effet AKERLOF
Une trop forte baisse des prix peut paraître suspicieuse pour le consommateur qui va ne pas vouloir en demander
plus.
b. L’effet d’accoutumance
L’élasticité est la sensibilité de la demande par rapport au prix, calculé par le rapport de la variation de la demande
sur la variation du prix. Pour un bien normal, l’élasticité est égale à -1. Pour un bien supérieur, elle est supérieure à 0,
il y a alors effet d’accoutumance.
c. L’effet VEBLEN
VEBLEN analyse la consommation comme un phénomène ostentatoire. Les membres de la classe oisive consomment
des produits qui leur permettent de se différencier des autres afin d’affirmer le statut de classe privilégiée. Plus un
bien est cher, plus il sera réclamé.
d. L’effet GIFFEN
ème
Au XIX , GIFFEN a montré que l’augmentation du prix des biens inférieurs rend les consommateurs pauvres encore
plus pauvres, ce qui les contraint à acheter d’avantage le bien inférieur : il y a un effet pouvoir d’achat. Au contraire,
si le prix des biens inférieurs baisse, alors il sera possible avec le même revenu d’acheter plus de biens supérieurs.
e. L’effet spéculatif
(i) Où se forme une bulle spéculative ?
Une bulle spéculative peut concerner tous les biens. La première s’est déroulée en 1637 aux Pays-Bas autour des
tulipes : c’est dans ce pays qu’est apparu le capitalisme, et l’éthique protestante incite les individus au travail, à
l’épargne et à l’enrichissement, qui sont autant de preuves de leur salut sur Terre. Elle se fait surtout sur les valeurs
financières. La spéculation caractérise une situation où le prix d’un actif s’éloigne de sa valeur fondamentale liée à sa
rareté ; c’est le cas en permanence sur les marchés financiers, le marché de l’immobilier et le marché des œuvres
d’art. Un objet a toujours deux valeurs : d’usage et d’échange. Sur un marché où il y a de la spéculation, la valeur
d’échange s’éloigne de la valeur d’usage. Les formes d’achat sur les marchés spéculatifs s’apparentent davantage à de
l’épargne ou de l’investissement plutôt qu’à de la pure consommation. Cette abstraction est complète sur les marchés
financiers, où on échange des actions, des obligations et des monnaies. L’action est un titre, une part du capital d’une
entreprise, c’est la perception de dividendes en fonction de l’activité de l’entreprise qui engendre donc une prise de
risque, c’est la participation à la stratégie de l’entreprise. Une obligation est un autre titre, un prêt d’argent, un coupon
obligatoire rémunéré par des intérêts, il n’y a pas de risque ; ils sont souvent émis par l’Etat.
(ii) Les conditions nécessaires à la formation d’une bulle spéculative
La première étude importante sur les bulles spéculatives remonte à 1933 : c’est celle d’Irving FISHER, qui cherche à
comprendre les conditions de la formation d’une bulle. Il met en évidence les deux facteurs nécessaires : le
mimétisme (chacun copie l’autre) et les banques. Si bon nombre d’agents économiques croient qu’un titre va
augmenter, ils l’achètent, et il monte effectivement. Les prévisions deviennent auto-réalisatrices. Les agents sont
d’autant plus nombreux à agir de la sorte que l’incertitude est grande, ce qui empêche le calcul. Il est parfois rationnel
- 11 -
UE 13
Economie
de prendre des risques en faisant comme les autres, plutôt que de rester timide. Il faut une intervention des banques.
En effet une bulle peut difficilement apparaître sans crédits.
(iii)Première étape de la bulle : la hausse des cours
Dans un premier temps, une bulle contribue à créer de la richesse car elle s’accompagne d’une explosion des crédits.
Les ménages n’ont plus besoin d’épargner, ils peuvent s’adonner à la consommation, ce qui entraine de la croissance
économique et de l’emploi. De même les entreprises vont être incitées à investir, et l’Etat reçoit davantage de recettes
fiscales. Aucun agent économique n’a intérêt à freiner ou stopper la bulle spéculative. Beaucoup d’entreprises
participent à la bulle. Le bilan des entreprises se composent d’un passif (les ressources : le capital et les emprunts) et
d’un actif (l’utilisation des ressources : les titres). Le but est d’avoir un actif supérieur au passif. Quand les titres
montent, c’est ce qui se passe, les entreprises font des résultats records et les banques prêtent facilement, tant aux
particuliers qu’aux entreprises, ce qui fait encore plus grossir la bulle.
(iv) De la stabilisation des cours à l’éclatement de la bulle
La rationalité des comportements individuels sur un marché spéculatif peut déboucher sur une irrationalité collective.
Lorsqu’un certain nombre d’individus sont conscients que les banques prêtent moins, que les ventes se ralentissent, et
que les cours se stabilisent, la bulle finit par éclater. Il faut alors anticiper les anticipations et revendre au plus vite.
L’effondrement de la bulle peut avoir un effet destructeur sur l’éthique du travail. On a l’impression que l’économie
est un casino où il y a des formes d’enrichissement sans cause. L’éclatement de la bulle s’accompagne d’un besoin de
liquidités important. Les spéculateurs qui s’étaient endettés ne peuvent plus compter sur les plus-values. Les banques
rechignent à prêter parce qu’elles n’ont plus d’argent et plus confiance, c’est le credit crunch. Les ménages qui ont
perdu de l’argent reconstituent leur patrimoine et arrêtent de consommer, ce qui ralentit la croissance. Ceux qui
avaient emprunté font la plupart du temps faillite : le chômage s’étend.
(v) La menace de la déflation
Les entreprises, face aux difficultés de l’économie et face à leurs échéances d’emprunts, ont tendance à baisser les
prix pour déstocker. Mais si toutes les entreprises baissent les prix, les salaires baissent et les entreprises sont
incapables de faire leur chiffre d’affaire. S’en suit une cascade de faillite et on tombe dans une spirale déflationniste.
La déflation est sans doute la pire situation que l’économie puisse connaître : chaque euro impayé est un euro plus
lourd à rembourser. Pour éviter cette situation, l’Etat va intervenir pour réguler un marché qui devient fou : il injecte
massivement de l’argent public, c'est-à-dire qu’il joue son rôle de prêteur en dernier ressort en baissant les taux
d’intérêts, en achetant des titres aux banques et en leur prêtant de l’argent.
(vi) La remise en question de la régulation par l’Etat
On se demande toutefois si l’Etat doit toujours jouer ce rôle. En effet, en réinjectant du crédit, il pourrait participer
lui-même à la création de nouvelles bulles. Or, depuis une dizaine d’années, on voit les bulles se rapprocher les unes
des autres de plus en plus. Ce sont toujours les plus faibles qui les subissent, et les capacités financières des Etats sont
très limitées.
E. La courbe d’offre
La quantité offerte d’un bien est la quantité que les vendeurs sont prêts à vendre et capables de vendre. Le principal
déterminant sera le prix. La quantité offerte est une fonction croissante des prix ceteris paribus. D’autres variables
que le prix peuvent jouer : la technologie (progrès technique), les anticipations, le prix des facteurs de production. A
chaque fois qu’un des déterminants de l’offre se trouve modifié à l’exception du prix, la couvre d’offre connaitra une
translation.
F. L’équilibre
Au prix d’équilibre la quantité de biens que les acheteurs sont prêts à acheter et capables d’acheter est exactement
égale à la quantité de biens que les vendeurs sont prêts à vendre et capables de vendre. Pour les libéraux ce prix
d’équilibre est le meilleur possible car à ce prix aucun consommateur ne peut et ne veut acheter plus qu’il ne le fait :
les besoins sont satisfaits. Si le prix courant est supérieur à l’équilibre, l’offre est excédentaire : pour résoudre le
problème il faut améliorer la flexibilité des prix.
G. Le marché du travail
Pour les libéraux le marché du travail fonctionne comme n’importe quel marché. La confrontation de l’offre et de la
demande permet d’assurer l’équilibre des transactions. Pour eux, l’existence d’un chômage durable et massif est
impossible, car le salaire va jouer son rôle de régulateur. A l’équilibre, tous ceux qui désirent occuper un emploi en
ont la possibilité. Le chômage ne peut être que volontaire et s’explique par le fait que les individus ont des prétentions
- 12 -
UE 13
Economie
financières excessives. Supposons un choc exogène, par exemple l’arrivée massive des femmes. Le salaire va jouer
son rôle de régulateur et va absorber ce supplément de main d’œuvre. La nature du chômage n’est que frictionnelle,
elle s’explique par des délais d’ajustement entre deux emplois. Si le chômage existe,
pour les libéraux, c’est parce qu’on ne laisse pas jouer librement la flexibilité des
salaires, en particulier l’Etat qui peut par son intervention bloquer les mécanismes
d’ajustement. Pour les libéraux ce sont les rigidités sur le marché du travail qui
causent le chômage. Il faut soit les baisser, soit les supprimer. L’hypothèse de départ
selon laquelle les individus disposent de la liberté du temps de travail est pour le
moins discutable.
H. Le cadre de la concurrence pure et parfaite
Le Marché est une manière d’organiser l’allocation des ressources et ce sont les prix qui constituent les signaux qui
guident l’allocation des ressources. C’est un système décentralisé puisque l’Etat n’est pas utile, seuls les prix guident
les décisions. Pour que cette allocation se déroule au mieux, tout un ensemble de conditions doivent être réunies. En
1929, Franck KNIGHT a réuni 5 hypothèses qu’il a qualifiées de cadre de la concurrence pure et parfaite :
- hypothèse d’atomicité : les vendeurs et les acheteurs sont si nombreux et si peu importants qu’aucun d’entre
eux ne peut à lui seul influer sur la formation des prix, ce sont tous des price takers ;
- hypothèse de flexibilité : aucune réglementation n’empêche les acheteurs et les vendeurs de s’exprimer
librement et d’entrer et de sortir sur le Marché ;
- hypothèse de transparence : l’information est gratuite et circule librement ;
- hypothèse d’homogénéité : les produits sur un Marché sont parfaitement homogènes ;
- hypothèse de mobilité : les facteurs de production sont parfaitement mobiles, passer d’une activité à l’autre
se fait sans coût.
Doté de ces 5 hypothèses, sans doute que le Marché est le meilleur mode d’allocation des ressources. Ces 5
hypothèses sont illusoires. Si on relâche une hypothèse, alors on va montrer que le Marché ne se révèle peut-être pas
être le meilleur mode d’allocation des ressources. Supposons par exemple que l’Etat, conscient des coûts croissants
de l’obésité, décide de mettre en place un quota sur les glaces : en cas de canicule, c’est l’insatisfaction générale
puisque le consommateur va payer plus pour avoir la même chose.
II - Le cadre standard mis en question : les nouveaux développements de la théorie du Marché
A. Le néoclassicisme
1) Classicisme, néoclassicisme
A la fin du XIXème siècle, alors que le capitalisme triomphe se met en place une approche de l’économie centrée sur
le Marché et le prix. C’est l’école néoclassique, qui apparaît autour de 1870 (les classiques, SMITH, RICARDO, MARX,
apparaissent autour de 1800). L’école néoclassique est composée de 3 auteurs principaux : WALRAS (Lausanne),
MENGER (Autriche), JEVONS (RU). Pour les classiques, la valeur d’une marchandise dépend de la quantité de travail
pour la produire, c’est la théorie objective de la valeur. Pour les néoclassiques, c’est le Marché qui fixe la valeur, par
l’utilité, c’est la théorie subjective de la valeur. La grande nouveauté des néoclassiques est le recours aux
mathématiques à la professionnalisation de la discipline, l’idée que le prix est fonction de l’utilité que les individus
ressentent pour un bien.
2) Le commissaire priseur de Walras
Walras essaye d’établir un marché pur, c'est-à-dire le marché des choses rares et utiles, dans le cadre de la
concurrence pure et parfaite, régulé par des prix. Son rêve est de montrer que le marché est une mécanique pure avec
des flux qui rentrent, qui sortent, des prix qui régulent les quantités ; il est animé par l’idée même de l’ingénieur, par
la métaphore de la machine. Walras s’intéresse à la réalisation pratique de l’équilibre. Si le Marché est en
concurrence pure et parfaite, c’est impossible. En concurrence, aucun acteur n’est capable de modifier les prix. Les
libéraux sont incapables de montrer comment on parvient à l’équilibre sur un marché dans le cadre de la concurrence
pure et parfaite. Walras est obligé d’inventer un personnage, le commissaire priseur, dont l’objectif est de centraliser
l’information, de faire des mécanismes d’enchère et de rabais, jusqu’au moment où, par tâtonnement, la quantité
offerte est égale à la quantité demandée. Pour les libéraux, le Marché est l’expression de la liberté des individus et de
leurs choix, ils parlent d’un mécanisme décentralisé. Or Walras nous montre que sans la centralisation du
commissaire priseur, l’équilibre n’est pas possible. Finalement, le modèle Walrassien est très proche d’un modèle
- 13 -
UE 13
Economie
d’économie administrée à la soviétique. Un marché en concurrence pure et parfaite n’existe jamais, sauf à imaginer
une main invisible ou un commissaire priseur.
3) Paradoxe de l’eau et du diamant : valeur d’usage et utilité marginale
RICARDO énonce le paradoxe de l’eau et du diamant : le prix ne s’explique pas dans ce cas par la valeur d’usage.
L’eau a une valeur d’usage forte, et pourtant elle a un prix faible. Le diamant a une valeur d’usage faible, et un prix
élevé. Pour RICARDO ce n’est pas l’usage qu’on ressent pour un objet qui fera sa valeur. Pour les néoclassiques, la
valeur d’usage et le prix sont semblables. Ils insèrent le principe marginal : quel est le supplément d’utilité apporté
par une unité supplémentaire de bien ? C’est l’utilité marginale. Cette objection leur permet de s’en sortir. En effet,
l’eau, abondante par rapport au diamant, a une utilité marginale faible, donc le prix sera faible. Or le diamant est rare,
il a une utilité marginale élevée, donc le prix sera élevé. Le prix ne va dépendre que de l’utilité que les individus
ressentent. Prix et valeur se confondent. Leur question principale devient la formation des prix. Pour eux, la société
n’est plus structurée en classes mais en individus qui ont tous une utilité différente, ils sont tous souverains et vont
effectuer des choix. L’individu chez les néoclassiques devient un homo oeconomicus, il passe la plupart de son temps
à évaluer les différentes possibilités qui s’offrent à lui et à sélectionner celles qui maximisent sa satisfaction en
fonction de ses contraintes. Les néoclassiques ont cherché à partir d’hypothèses non contradictoires un modèle parfait
d’organisation économique. Le modèle de la concurrence pure et parfaite permettrait à chaque consommateur
d’optimiser sa satisfaction et à caque entreprise de maximiser en profit. Pour autant, si on enlève une hypothèse il
devient plus difficile de montrer que la liberté de consommer et de produire aboutit à une situation optimale. En effet
dans leur modèle les individus sont naïfs, puisqu’ils fondent leurs choix sur les prix affichés sans chercher à savoir ce
que font les autres, sans anticiper les variations de prix et sans faire de coalitions. Les néoclassiques admettent que le
modèle de la concurrence pure et parfaite est une représentation idéalisée, l’objectif étant de relâcher progressivement
les hypothèses pour parvenir à une représentation plus précise de la réalité économique.
B. Les comportements stratégiques des agents : la théorie des jeux
1) La théorie des jeux
La théorie Walrassienne imagine que les agents économiques se situent dans un univers où ils connaissent à tout
moment l’information sur les prix. Les individus réagissent en fonction des écarts de prix constatés : ils sont preneurs
de prix (price takers). Or dans la réalité ils ne sont pas vraiment informés, ils mettent en place des comportements de
stratégie, de calcul, de coopération. Des théoriciens ont réfléchi à cette idée et ont fondé la théorie des jeux,
notamment John VON NEUMANN et Oskar MORGENSTERN. Un jeu est une partie au cours de laquelle les individus
vont se rencontrer dans n cadre doté de règles. L’objectif est de comprendre les stratégies que vont développer les
agents sachant que chacun chercher à maximiser ses gains et minimiser ses pertes. C’est une théorie de décision en
incertain.
2) Le dilemme du prisonnier (TUCKER)
Deux individus (Valéry et Brian) sont arrêtés devant une banque avec une arme. Ils sont enfermés dans 2 cellules
séparées. Pour les inciter à assumer leurs mauvaises intentions, un contrat est conclut avec les policiers :
- si aucun des 2 n’avoue, ils seront condamnés à 2 ans de prison pour port d’arme illégal ;
- si chacun dénonce l’autre, chacun aura 4 ans de prison pour port d’arme et tentative de braquage
- si l’un n’avoue pas tandis que l’autre le dénonce, celui que se tait est condamné à 5 ans de prison pour port
d’arme, tentative de braquage et faux témoignage, tandis que l’autre est libéré en remerciement.
La première solution est la mieux pour les 2, s’ils peuvent communiquer : c’est l’équilibre optimal, l’équilibre de
PARETO. Mais comme ils ne peuvent pas communiquer, ils ne sont pas sûrs de l’autre, la meilleure solution est la
deuxième : c’est l’équilibre de NAST. Chacun sait que l’autre s’est vu offrir le même marché. Celui qui n’avoue pas le
regrettera en se disant que s’il avait dénoncé l’autre il aurait eu une remise de peine. Le comportement de chacun est
donc la dénonciation alors que l’intérêt collectif aurait été le silence. Dans un univers égoïste, normalement la somme
des intérêts particuliers devrait aboutir à l’intérêt général. Or ici ce n’est pas le cas. Dans un marché où l’information
circule mal, il semble que les individus ne prennent pas les bonnes décisions et que l’intérêt particulier ne mène pas à
l’intérêt général. Sans l’hypothèse de transparence, la main invisible ne fonctionne pas. La théorie des jeux montre
que la concurrence ne mène à l’intérêt général. Une stratégie coopérative aurait été meilleure.
3) Autre exemple : campagne de publicité
Deux entreprises de la grande distribution se disputent un marché. Chacun redoute que l’autre lance une campagne
publicitaire. Si les 2 font de la pub, les 2 perdent de l’argent (la campagne est coûteuse et aucun ne gagne par rapport
à l’autre). Si un fait de la pub mais pas l’autre, celui qui en fait gagne de l’argent et l’autre en perd. Si aucun ne fait de
la pub, il n’y a ni gain ni perte. Cette dernière solution est donc la meilleure, c’est l’équilibre de PARETO. Mais si un
- 14 -
UE 13
Economie
fait de la pub et pas l’autre, il y a plus de perte que si les 2 font de la pub. A l’issue du jeu, les 2 vont donc faire de la
pub, elles conservent les mêmes parts de marché mais en ayant des coûts de pub, ce qui entraine un profit moindre ou
des prix plus élevés. L’intérêt collectif aurait été de ne rien faire, mais cela suppose une entente, une non concurrence.
L’entente peut prendre la forme d’un cartel, c'est-à-dire un accord entre producteurs qui conservent leur individualité
mais qui s’entendent sur le niveau des prix et le partage du marché. Parfois le cartel peut aller jusqu’au trust. Un trust
permet aussi de solutionner le jeu. C’est une agglomération de capitaux sous une même direction, parfois ça peut être
une holding (une entreprise qui ne produit rie, qui rassemble des capitaux). Dans tous les cas il y a volonté de réduire
la concurrence pour déboucher sur un marché oligopolistique (un petit nombre de producteurs). La main invisible de
SMITH existe bien au sens où un ordre économique apparaît d’un ensemble de décisions individuelles non concertées ;
mais contrairement à ce que pensait SMITH, elle ne guide pas toujours les individus vers les meilleures décisions pour
la collectivité.
C. La coordination par la qualité : le marché des voitures d’occasion de George AKERLOF (1970)
Dans la théorie de WALRAS, le prix est un indicateur de la qualité. La concurrence permet de toujours déterminer le
meilleur rapport qualité / prix. Ceci permet d’évacuer le problème de la qualité. Or cette qualité peut jouer un rôle
important. Sur ce marché l’acheter souffre d’une asymétrie de l’information par rapport au vendeur. De ce fait les
bonnes et les mauvaises voitures vont se vendre au même prix. L’acheteur, conscient de la fréquence d’apparition de
tacots sur le marché, va proposer de faire baisser les prix. Les bonnes voitures vont quitter le marché parce qu’il
évolue mal le bien. Les mauvaises voitures rentrent puisqu’elles sont vendues plus cher que ce qu’elles valent. La
qualité des voitures baisse. L’acheteur demande de baisser les prix, etc. C’est un cercle vicieux de la qualité, jusqu’à
ce qu’il n’y ait plus d’acheteur, jusqu’à ce qu’aucune transaction n’ait lieu. Le prix joue à la fois le rôle d’indicateur
de rareté et d’indicateur de qualité. Il n’assurera pas l’équilibre du marché. Cela montre la difficulté d’un équilibre
sur un marché où les acheteurs et les vendeurs disposent d’une information privée. Pour que la transaction se fasse il
faut que l’Etat intervienne en normant ce marché, en rassurant le consommateur, dans ce cas en instaurant le contrôle
technique. On parlera de sélection adverse quand dans un échange l’un possède une information à laquelle les autres
n’ont pas accès. On parlera d’aléa moral pour décrire une situation où l’un des participants à l’échange n’observe pas
parfaitement les actions entreprises par l’autre.
D. De la nécessité de l’Etat
Dès que l’on modifie une hypothèse du cadre de la concurrence pure et parfaite, ou que l’on tient compte de
l’incertitude, il devient plus difficile de donner une forme précise au comportement rationnel. La résultante de
comportements rationnels individuels peut être irrationnelle au point de vue de la collectivité. Ainsi donc pour un
conducteur il est plus rationnel de conduire au milieu de la route, mais la solution collectivement rationnelle consiste
à rouler toujours du même côté. L’organisation la plus efficace n’est peut-être pas celle qui résulte du choix
particulier, mais d’une convention décidée collectivement : il nous faut l’Etat.
III -
Le Marché existe-t-il ?
La question a quelque chose d’étonnant puisque l’on est convaincu de vivre dans une économie de marché. Mais
simplement elle vise à montrer que le Marché est bien plus compliqué que ce que l’on en raconte, et qu’aujourd’hui la
plupart des marchés sont avant tout des règles, des institutions, des réseaux qui encadrent la formation de la
rencontre, de l’offre et de la demande. On suppose une information parfaite, or l’information ne tombe pas du ciel, il
faut des institutions pour la diffuser, la produire. On suppose que les agents économiques ne trichent pas, ne volent
pas, il faut donc des institutions comme des sanctions, la police, la justice, une direction de la concurrence et des
fraudes : il faut sur un marché faire respecter les droits de propriété. On suppose que les individus ne se coalisent
jamais, il faut donc des lois pour interdire et réprimer les ententes, les formes de fusion d’entreprises, … Le Marché
est largement encadré par l’Etat. Même un marché le plus pur ne peut fonctionner sans un ensemble de règles et
d’institutions. La bourse elle-même est soumise à des institutions (COB), à des taux d’intérêts de la banque centrale ;
c’est un marché encadré. L’objectif du marché de la fraise (Fontaines en Sologne, 1986) était de rétablir le rapport
économique défavorable pour les agriculteurs, en appelant les producteurs et les acheteurs d’autres régions. La
création de ce vrai marché ne fut pas une mince affaire et elle a débouché sur des comportements opportunistes, sur
des coalitions puis sur de la violence. Le Marché n’est jamais le résultat spontané des comportements des agents
économiques, il est d’abord et avant tout une création institutionnelle très régulée qui est issue d’un important travail
de la société sur elle-même.
- 15 -
UE 13
Economie
LE CAPITALISME OU LA PRIMAUTE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE
La domination de l’économie s’est accompagnée de l’émergence d’un mode de production, qualifié par MARX de
capitalisme. Le capitalisme n’est pas l’économie de marché. Au cœur du capitalisme, il y a la croissance économique.
I - Qu’est-ce que le capitalisme ?
A. La recherche du profit
Au cœur du capitalisme il y a « une domination d’une impulsion irrationnelle » (Max WEBER, 1864 – 1920). La soif
du profit ne caractérise pas le capitalisme puisque dans toutes les civilisations il a existé des gens qui cherchaient le
profit. Le capitalisme a fait de cette recherche folle de l’argent une règle rationnelle. Une organisation capitaliste qui
ne serait pas animée par la recherche de la rentabilité est amenée à disparaître. Dans la sphère de l’échange, sur le
Marché, il n’y a pas de création de valeur, il y a échange de valeur. On va échanger des marchandises de valeur
équivalente. Dans le capitalisme, il y a exigence de non équivalence de la valeur, puisque le principe est
l’accroissement de la valeur.
B. La définition d’Immanuel WALLERSTEIN
Le capitalisme utilise l’argent d’une manière très particulière : il est employé dans le but premier et délibéré de son
auto-expansion.
C. Définition de Walter BENJAMIN (1921)
Le capitalisme est la célébration d’un culte sans rêve et sans merci. Ce culte est celui de l’argent et de son incarnation
sous la forme de marchandises. En effet ce culte est sans merci car il est permanent et total. Il est sans rêve car il ne
promet que son intensification et projette l’homme vers de nouvelles dépenses. Cet homme ne saurait se rebeller car
sans rêve, pas de révolte possible. C’est la théorie de l’école de Francfort.
II - Le capitalisme est né en Europe
Le capitalisme doit être situé historiquement. Que son acte de naissance remonte au XVIIIème ou à la Renaissance,
qu’il soit un système de production ou une structure mentale, c’est en Europe et non en Chine ou en terre d’Islam que
la monté de la classe des marchandes a généré l’apparition de capitalistes. Jusqu’au XVIIème, la Chine a connu des
avancées technologiques exceptionnelles. De même, la terre d’Islam a connu un développement considérable du
commerce (apogée du VIIIème au XIVème). Malgré cela les Arabes ne devinrent pas capitalistes. Seule l’Europe
(Angleterre, France, Italie et Espagne à l’origine) a réussi à concilier l’envol de la curiosité scientifique, l’idée de
profit et la force de rationalisation. Dans la littérature on trouve deux types d’explications.
A. Les raisons politiques (Jean BAECHLER, 1971, Le capitalisme)
Le trait majeur de la civilisation européenne est l’extrême dispersion du pouvoir politique. Entre le Vème et le Xème,
l’Europe est une véritable citadelle assiégée. C’est le temps des grandes invasions (Arabes, Vikings, Hans,
Vandales, …), il n’y a pas de pouvoir politique. L’espace est éclaté en une multitude de seigneuries qui vont
constituer autant d’unités économiques et politiques. Au XIIème se développe le féodalisme. Echappant au contrôle
d’un pouvoir fort, les villes vont devenir un espace libre pour le développement de la classe des marchands.
L’accumulation de la richesse entre les mains de la classe des marchands n’a pas laissé indifférent les Etats qui vont
avoir tendance à valoriser les marchands.
B. Les raisons religieuses : la laïcisation de l’Occident
L’Europe est caractérisée par le christianisme. Jusqu’en 313, c’est une religion interdite. Elle s’est développée contre
le politique, elle parle d’individus et e parle jamais du pouvoir politique. Dans la religion chrétienne, le profane est
séparé du sacré. L’Eglise ne s’occupera jamais de la politique. Cette caractéristique va se retrouver durant tout le
Moyen-âge, et elle est unique dans l’établissement des grandes religions monothéistes. Selon WEBER, « le
christianisme est la religion de sortie de la religion. » Au XVIème, la réforme protestante (CALVIN, LUTHER) va encore
plus affaiblir l’institution religieuse. La réforme accorde la liberté de penser et le libre examen. WEBER va montrer
que l’éthique protestante (XVIIème) a fait progresser la légitimité du profit. Dans son texte de 1904, il part d’un
constat : il vérifie que le capitalisme est né dans les milieux de confession protestante entre le XVIème et le XVIIème, et
qu’à la fin du XIXème, dans les régions allemandes où se côtoient catholiques et protestants, le pouvoir industriel et
commercial appartient aux protestants. Pour WEBER, le protestantisme développé par CALVIN aux Pays-Bas
- 16 -
UE 13
Economie
encourage tout un ensemble de comportements nouveaux : l’épargne, le refus du luxe, l’abstinence, la discipline au
travail. Dans la logique de la réforme, l’individu se retrouve face à Dieu et Dieu est seul à connaître si l’individu aura
le salut. Le salut n’est pas une récompense mais tout simplement le produit de la grâce divine dont les raisons
échappent à la compréhension des hommes. Toutefois le croyant peut trouver un signe de son élection dans la réussite
de ses affaires terrestres. L’ardeur des protestants au travail, à l’accumulation du capital, pourrait s’explique par la
recherche de ces signes. Dans d’autres religions, il semble que l’éthique ne pousse pas à m’émergence du capitalisme.
Le confucianisme est une religion qui suppose l’acceptation du monde tel qu’il est. Il conforte la tradition et
l’immobilité. L’hindouisme s’appuie sur le refus du monde tel qu’il est, mais il propose une fuite hors du monde et
l’attente de la réincarnation. Les conséquences de cette religion sont aussi conservatrices. Le protestantisme conjugue
le refus du monde et l’impératif de le changer.
III -
Le dynamisme du capitalisme
Le capitalisme est dans son essence un mouvement. Il mobilise des ressources et cherche à transformer le monde (en
marchandises). Le capitalisme ne peut jamais être stable, il y a de la création et de la destruction. La où les économies
traditionnelles tendaient à reproduire à l’identique le niveau et les conditions de la production, le capitalisme tend à
élever la croissance et à transformer les conditions de vie. La croissance a été un processus inégal dans le temps et
dans l’espace. Entre l’an 1 et 1800, le revenu par tête est resté constant. On peut lire l’Histoire économique de
l’humanité comme la lutte contre la famine et une croissance durable était inconcevable pour les esprits les plus
éclairés du XVIIIème. MALTHUS (1798, Essai sur le principe de population) explique que si 100 individus arrivent à
cultiver une terre qui peut nourrir 120 individus, alors le surplus de 20 ne sera pas accumulé ; en effet lorsqu’ils ne
sont pas soumis à la contrainte les hommes se reproduisent « comme les souris dans une grange ». Cette pensée n’est
pas stupide puisqu’au XIème, au XIIIème et au XIVème c’est ce qui s’est produit. Chaque fois que l’abondance des
produits agricoles a permis à la population de mieux se nourrir, on a observé par la suite une croissance
démographique qui en annulait l’effet. La croissance est une idée neuve qui apparaît au XVIIIème. Au XIXème, la
croissance est de 2,2%/an. Entre 55 et 75 en France, elle est de 5,5%, c’est les Trente Glorieuses.
A. La révolution industrielle, un monde en mutation
1) Un contexte peu propice aux innovations
La révolution industrielle a été qualifiée ainsi en 1910 par Paul MANTOUX. Les acteurs du XVIIIème n’en avaient
aucunement conscience. Pour autant au XVIIIème il va y avoir un combat entre la tradition et l’innovation.
Progressivement le corps social va accepter l’innovation. En 1623, en Angleterre, on met au point une machine pour
fabriquer plus vite des bas. Le conseil de la ville craignant le chômage détruit la machine et noie l’inventeur. En
Espagne, à Valence, au XVIIème, 77 personnes sont condamnées à la pendaison pour avoir mis sur le marché des
produits textiles exotiques qui font concurrence au textile traditionnel. De nombreux inventeurs au XVIème et XVIIème
existaient, mais le corps social n’était pas préparé, et le développement était entravé par des facteurs institutionnels
(corporations) ou idéologiques. La révolution industrielle va prendre corps sur un produit exotique, c’est-à-dire sur un
produit pour lequel il n’y a pas de corporation : le coton. Le premier mouvement du progrès est souvent fait
d’empirisme et de la nécessité de répondre à des phénomènes pratiques.
2) De 1723 à 1785, innovations et changements de mentalité
En 1723, KAY met au point une navette volante pour tisser plus vite. Il n’est pas remercié, on l’accuse de vouloir
retirer le pain des ouvriers, sa maison est saccagée, on lui demande de quitter l’Angleterre. Dans le combat entre
innovations et tradition, la tradition l’emporte encore. En 1765, HARGREAVES connaît la première crise luddique : les
ouvriers détruisent les machines pour se révolter. En 1779, CARTWRIGHT invente une machine pour filer plus vite. I
développe son invention dans une fabrique, il est enfin accepté : c’est l’époque de la fin des corporations. Avec cette
invention, l’industrie du coton allait trouver sa stabilité et ne connaitrait que des perfectionnements secondaires. Or
perfectionnement technique à un endroit du processus de production entraine des ruptures d’équilibre qu’il faut tenter
de rétablir. C’est ce que SCHUMPETER appelle le « processus d’innovation en grappe ». Parallèlement à cette
révolution technique on va changer l’organisation du travail. Le travail à domicile disparaît, remplacé par les
fabriques, autour d’une unique source d’énergie. C’est l’apparition des premières entreprises, autour de 1780 en
Allemagne, en Angleterre et en France.
B. L’invention de la croissance
Le concept de croissance est une invention relativement récente (invention du PIB) même si les débats ont une
origine lointaine. Pour autant c’est avec le fordisme que ce sont mis en place les institutions pour calculer la
croissance. C’est donc un contexte particulier, à savoir l’expansion de la grande industrie articulée à la consommation
- 17 -
UE 13
Economie
de masse. Si en 1950 on produit 10 000 voitures à 20 000 Fr et qu’on en produit 13 000 à 12 000 Fr en 1951, il y a
croissance car plus de biens sont produits. La monnaie est incapable de mesurer la production de richesses. Le PIB est
d’abord un indicateur de volume. Il faudra s’en tenir à une évaluation du volume. Si en 1982, 13 000 voitures à
12 000 Fr sont produites, il y a de la croissance car la voiture de 1982 n’est pas celle de 1951, elle incorpore des tas
de fonctions, des éléments qualitatifs qui sont autant de richesses qu’on évalue mal. Pour mener à bien l’opération de
mesure de la croissance, il faut s’entendre sur la nature des biens dont on mesure les volumes, et il faut que ces biens
ne changent pas continuellement de nature et de qualité. La situation idéale est celle où l’on retrouve les mêmes
standards de produits au cours du temps. Ces conditions ont été réunies au cours de la période fordiste, c’est-à-dire au
cours de la monté de biens standards qui bénéficiaient de productivité. Il semble bien qu’aujourd’hui le calcul de la
croissance soit rendu beaucoup plus compliqué, beaucoup plus imparfait : du côté de l’industrie il y a des processus
d’innovation permanente de la démassification, ce qui fragilise les conventions de mesure. Par ailleurs, il y a de plus
en plus de services : là les difficultés et incertitudes de mesure sont encore plus grandes, car en général le service est
spécifique. Les institutions, et en particulier la Commission de Bruxelles, réfléchissent de plus en plus en expliquant
que les indicateurs de croissance sont de moins en moins capables de mesurer la production de richesses aujourd’hui.
IV -
La croissance endogène chez Adam SMITH
A. La division du travail, porteuse de croissance
C’est à SMITH que revient le mérite d’avoir proposé le premier schéma explicatif de la croissance dans une société
(1776). Contrairement aux mercantilistes, pour SMITH la richesse ne réside pas dans un stock d’or qu’une nation
aurait su capter de l’extérieur, mais dans le travail des hommes. C’est ce qu’il explique dans la parabole de la
manufacture d’épingles. Un bon siècle avant le développement du travail à la chaine (1913), Adam SMITH pense le
travail à la chaine. La division du travail permet d’augmenter les facultés productives du travail, la productivité étant
le rapport du volume de biens produits par le volume de temps nécessaire à les produire. Il comprend qu’en
réfléchissant à l’organisation il est possible de multiplier les biens fabriqués, c'est-à-dire d’augmenter la richesse des
nations. En effet la division du travail serait porteuse de croissance économique. C’est une économie de spécialisation
(en divisant le travail en tâches élémentaires, on augmente l’habileté de l’ouvrier et sa dextérité au travail), une
économie de temps (le travailleur gagne du temps en ne passant plus d’un type de production à un autre, on combat
ainsi la flânerie des travailleurs), une économie d’innovations (en divisant le travail en tâches élémentaires il devient
possible de substituer le travailleur à une machine qui est plus productive).
B. Une argumentation critiquée
On peut toutefois discuter cette argumentation et faire 5 ou 6 remarques critiques.
1) Une augmentation de la productivité ?
Il n’est pas certain que diviser le travail augmente la productivité, la performance. Il peut apparaître de l’ennui, des
malfaçons, de l’absentéisme, autant d’attitudes qui vont diminuer la productivité.
2) Une spécialisation nécessaire ?
Il n’est pas évident de croire que la division du travail doive automatiquement s’accompagner d’une spécialisation.
SMITH refuse de penser une société coopérative, c'est-à-dire une société où les postes et les responsabilités tournent,
car il veut montrer que la meilleure organisation pour faire de la croissance est une organisation de type capitaliste,
où certains ont le capital et d’autres pas. En ce sens pour lui la hiérarchie dans l’organisation est nécessaire.
3) Le principe de BABBAGE
SMITH oublie un argument, le principe de BABBAGE : aux avantages techniques exposés par SMITH, il y a un avantage
économique. Subdiviser le travail en tâches élémentaires permet pour chaque tâche de payer le salaire le plus faible.
4) Division sociale et division technique du travail
Si on peut être d’accord avec SMITH sur les vertus de la division du travail, on peut se demander comment elle doit se
faire. Pour SMITH cela dépend des talents naturels. Or c’est plus compliqué que ça : ce sont des rapports de force
sociaux, l’Histoire, les circonstances qui le déterminent. Au moment où il devait produire la théorie de la production
interne de l’entreprise, il l’assimile à la division sociale du travail. Il confond la division sociale et la division
technique du travail. Il suppose que chaque petit travailleur impliqué dans une tâche est un producteur indépendant et
cela provoque de l’harmonie. Pour autant il confond une économie artisanale avec une division sociale du travail,
avec une économie capitaliste. Il refuse de voir le capital comme un rapport social. Or comme il faut du capital pour
produire et puisque seul un certain nombre d’individus dispose du capital, la plupart des individus n’ont d’autre choix
que de vendre leur travail à ceux qui le possèdent. Le capital est bien plus qu’une somme d’argent : il est générateur
- 18 -
UE 13
Economie
d’un rapport social dans lequel le travail des uns permet de mettre en valeur le capital des autres. Il faudra attendre
MARX pour spécifier le capitalisme.
5) L’origine du progrès technique
SMITH suppose que la productivité va augmenter car la machine va remplacer l’homme, sauf qu’il ne nous explique
pas d’où viennent les innovations. Le progrès technique est exogène. Il faudra attendre SCHUMPETER pour nous
expliquer d’où provient le progrès technique.
C. L’auto-entretient de la croissance
SMITH est le premier à nous expliquer que la croissance économique est un processus endogène aux sociétés, c’est-àdire qu’elle s’auto-entretient. La croissance génère les moyens de la croissance future.
1) Redistribution des gains de productivité
En effet, si la productivité augmente, il y a trois solutions : soit le profit augmente, soit le salaire augmente, soit les
prix baissent. Dans le cas où le salaire augmente, la consommation et l’épargne augmentent : c’est l’effet revenu. Si
les prix baissent, la consommation augmente un peu : c’est l’effet prix. Suivant le mode de répartition des gains de
productivité, la croissance s’auto-entretiendra plus ou moins bien.
2) Marché du capital
Pour les libéraux il existe un marché du capital, où se rencontrent les capacités de
financement (épargne) et les besoins de financement (investissement). L’épargne
est fonction du taux d’intérêt : plus le taux est élevé, plus l’épargne est
importante. Pour l’investissement, c’est le contraire. Plus il y a d’épargne, plus il
y a d’investissement car le taux va baisser.
3) Le système et les conditions de l’auto-entretient de la croissance
Selon SMITH, la croissance s’autoentretiendra si et seulement si le travail
et le capital sont organisés sous une
forme marchande. Si l’Etat intervient en
bloquant les taux d’intérêts ou les
salaires, la croissance s’arrêtera. Le
capitalisme a besoin de l’économie de
marché pour grossir. Pour SMITH la
croissance ne s’arrêtera jamais : on peut
le qualifier de libéral optimiste.
4) Ragnar NURKSE : l’auto-entretient de la pauvreté
Dans les années 50, Ragnar NURKSE explique de manière opposée qu’un pays pauvre est pauvre parce qu’il est
pauvre. En effet, un pays pauvre est incapable de susciter de l’épargne, et sans épargne pas d’investissement, et sans
investissement pas de croissance. Il y a un cercle vicieux de la pauvreté, comme il y a un cercle vertueux de la
croissance.
D. Mesurer la croissance
1) Croissance extensive, croissance intensive
Pour obtenir la croissance, il faut travailler plus. Il existe deux types de croissance : extensive (le volume de travail
augmente, la productivité est la même) et intensive (l’intensité du travail augmente, la productivité augmente).
Connaître la croissance est important pour 3 types d’acteurs : l’Etat (ses recettes fiscales en dépendent), les
entreprises (pour réfléchir à leurs stratégies), les ménages (les syndicats pourront négocier plus facilement des
augmentations salariales). A long terme, c’est l’évolution des facteurs de production qui déterminent la croissance.
- 19 -
UE 13
Economie
L’augmentation de la richesse dépend essentiellement du nombre de personnes au travail et des progrès de leur
productivité.
2) Le PIB
a. Comment est-il calculé ?
(i) Le calcul
L’ampleur de la crise des années 30, l’insuffisance des statistiques et l’intérêt porté par le phénomène
macroéconomique par Keynes poussent les pays les plus riches à élaborer des agrégats afin de permettre à l’Etat de
piloter l’économie. On calcule le PIB depuis les années 50, à partir de la production, des dépenses et des revenus. La
production vient des entreprises (marchand), des administrations publiques (non marchand) et des ménages (non
monétaire). La production des entreprises est la valeur ajoutée (le chiffre d’affaire moins les coûts de production). On
passe par la valeur ajoutée pour éviter la multi-comptabilisation de la production. Dans les administrations publiques,
le prix est inférieur au coût. Le prix ne révèle rien, il n’y a pas de chiffre d’affaire donc pas de valeur ajoutée. Pour
évaluer la production de l’administration publique, on n’a pas d’autre choix que de l’évaluer en se fondant sur les
coûts. Cette mesure pose problème : on se fonde plutôt sur la mesure des moyens mis en œuvre que sur l’appréciation
des services rendus. Dans les ménages, la production n’a aucun prix.
(ii) De l’importance des activités non monétaires
Il serait absurde de vouloir intégrer toutes les activités que l’individu fait pour et par lui-même. Mais dès qu’une
activité peut être substituée par une relation marchande, le débat peut avoir lieu. Il est important parfois d’évaluer les
relations économiques non monétaires pour les comparaisons internationales. En effet le PIB a tendance à revaloriser
le poids des relations marchandes au détriment des relations non monétaires. Les comptables nationaux vont essayer
de compter 3 éléments : le potager (autoproduction), le bricolage des hommes grâce au chiffre d’affaire des magasins
de bricolage (conventions sexistes), les propriétaires et les locataires (tenir compte du fait qu’un propriétaire se rend
un service gratuit qu’est le logement, en réintroduisant un loyer fictif). Malgré cette méthode, il n’y a pas une
exhaustivité de l’activité productive. Il y a parfois une activité parallèle faible, décomposée en 3 morceaux : les
activités productives mais illicites (drogues, armes, prostitution) non intégrées, les activités légales non déclarées
(travail au noir) évaluées et réintégrées, et les fraudes fiscales qui représentent environ 4% du PIB.
b. Un indicateur critiqué
(i) Un indicateur trop neutre
Le PIB est de plus en plus critiqué pour sa neutralité, c’est-à-dire qu’il additionne avec indifférence les flux
marchands et non marchands, qu’ils construisent ou détruisent quelque chose. Ainsi, les accidents de la route font
monter le PIB. Polluer et dépolluer un lac également. Le PIB exclut tout un ensemble d’éléments du bien être social
et individuel qui ont la malchance d’être gratuits ou mal valorisés (silence, savoir, …). Le PIB ne reflète pas la
transformation du monde, qu’il s’agisse de l’état de l’environnement, de l’état de santé ou du savoir. Depuis les
années 90, on prend conscience d’un écart entre l’augmentation du PIB et les indicateurs de développement. A la une
du Monde on pouvait lire « Le Japon va de mieux en mieux, mais les Japonais vont de moins en moins bien » à cause
de la précarisation du travail, des problèmes de logement et d’aménagement du territoire, de la violence, des
incivilités, des problèmes écologiques, de la crise de l’école.
(ii) Une mauvaise évaluation de la richesse des territoires
Le PIB n’est plus suffisant pour appréhender la richesse d’un territoire. En Irlande, le PIB/hab est plus élevé que celui
de la France. Or le revenu par habitant est plus bas en Irlande. Le PIB est calculé en fonction de la production, des
dépenses et des revenus. Les revenus sont composés des salaires des ménages, des profits des entreprises, et des
impôts et taxes de l’Etat. Quand le PIB monte, ce sont surtout les profits des entreprises qui montent. Lorsque ces
entreprises sont étrangères, et c’est notamment le cas en Irlande, les profits ne restent pas dans le pays. Dans un
monde occupé de plus en plus par des entreprises multinationales, les pays qui produisent la richesse ne sont plus
forcément ceux où elle est distribuée. Il y a une distorsion entre la production de richesse et la croissance des revenus.
Aujourd’hui les territoires qui sont champions de la croissance ne sont plus les champions du développement. Le
même phénomène s’observe à l’échelle des villes et des régions : ce sont celles qui produisent le plus qui gagnent le
moins. Par exemple, la région PACA a la part du PIB la plus faible de France mais la part du revenu la plus élevée.
Ce problème que connaissent les territoires est dû à une circulation invisible des richesses que le PIB n’arrive plus à
appréhender. Il ya 4 flux de circulation invisible des richesses : les transferts publics de revenus (nationaux ou
européens), les transferts privés de revenus (liés à la dissociations résidence / travail), le tourisme, et les revenus des
retraités (touchés dans une région, mais dépensés dans une autre).
- 20 -
UE 13
Economie
c. Vers de nouveaux indicateurs pour mieux évaluer la richesse ?
En 1996, le rapport Boskin (EU) et le rapport Viveret (Fr), puis la commission Sarkozy en 2008, montrent qu’on ne
sait plus mesurer la richesse. C’est pour ça que dans les années 90 apparaissent une multitude d’indicateurs alternatifs
de richesse : IDH, IPH, PIB vert, ISDH, BIP 40, … Malgré la multiplication des indicateurs, aucun ne semble
emporter l’adhésion générale. Chaque indicateur entraine une vision du monde. Où s’arrête-t-on pour trouver le bon
indicateur de développemetn ? Qui le décide ? Qu’est-ce qu’une bonne société ? Face à ces questions politicophilosophiques, on en revent finalement au PIB malgré toutes les critiques qu’on lui a adressées.
V - L’état stationnaire de David RICARDO (1772 – 1823)
A. Le contexte historique
Au cours du XVIIIème, la population anglaise est passée de 6 à 9M hab. De plus la volonté de développer l’industrie a
eu tendance à délaisser l’agriculture. D’exportatrice, l’Angleterre devient importatrice de céréales. Consécutivement
aux guerres Napoléoniennes se met en place en 1807 un blocus continental : on interdit la circulation des
marchandises vers l’Angleterre. Les Anglais sont contraints de mettre en culture des terres de moins bonne qualité.
Le coût de production des céréales augmente. Entre 1807 et 1815 les prix flambent. En 1815, le congrès de Vienne
assure la paix : c’est le retour du libre commerce. La classe des propriétaires fonciers s’allie au Parlement pour mettre
en place des taxes sur le blé étranger afin de maintenir le prix du blé artificiellement élevé : c’est l’instauration des
Corn Laws. Elles sont abrogées en 1846 après que Ricardo intervienne dans le débat et montre que les taxes sur le blé
pèsent sur les profits et donc sur la croissance.
B. La menace de l’état stationnaire
1) Rente, salaire et profit
Le PIB est composé des profits (capitalistes), des salaires (salariés) et des rentes (propriétaires fonciers). Pour
Ricardo, la part de chaque composante du PIB aura une influence sur la taille du PIB. Si les profits viennent à être
moins représentés, le PIB sera plus faible. Son objectif est donc de trouver des lois pour expliquer la détermination de
ces revenus. La rente est cette partie du produit de la terre que l’on paye au propriétaire pour avoir le droit d’exploiter
les facultés productives du sol. Sa valeur est fonction de la qualité de la terre : plus la qualité est élevée, plus la rente
est élevée. Elle n’est pas le fruit d’un travail. Les salaires vont dépendre de la valeur du blé. Pour Ricardo, le profit
est résiduel : c’est ce qui reste quand on déduit le prix du bien, la rente et le coût du travail. Il n’explique pas le
profit : c’est ce qui reste. Il faudra attendre Marx pour avoir une théorie sur le profit.
2) De la croissance économique forte à une croissance ralentie
Avec la croissance économique, la population s’accroit. Il faut mettre en culture des terres moins fertiles. Le prix du
blé augmente. Pour Ricardo « le blé n’est pas cher parce qu’une rente est payée, mais une rente est payée parce que le
blé est cher ». Dans l’économie de Ricardo, moins les terres sont fertiles, plus il faut augmenter les salaires pour
assurer un salaire de subsistance à la population, et plus une rente apparaît sur les terres les plus fertiles. De ce fait le
profit diminue, et donc la croissance est ralentie. Sur les terres les plus fertiles les coûts de production sont plus bas
que sur les terres moins fertiles, mais l’ensemble de la production est vendu au prix le plus fort, c'est-à-dire à un prix
supérieur au coût de production le plus élevé. Pour atteindre ce prix là où le coût de production est faible (sur les
terres fertiles), la rente est augmentée. « La rente mange le profit » et il devient de moins en moins intéressant de
devenir capitaliste et de plus en plus intéressant de devenir propriétaire foncier. C’est la nature qui finira par bloquer
le processus de croissance. La théorie de Ricardo peut nous aider à comprendre les chocs pétroliers de 73 et 79. Le
profit est coincé entre 2 contraintes : la subsistance des salariés et la nature qui exerce une productivité décroissante
des terres. Pour Ricardo, il est possible de retarder l’état stationnaire mais pas de l’éviter. Il faudrait supprimer les
tarifs protectionnistes, développer le progrès technique et développer une fiscalité sur la rente.
- 21 -
Téléchargement