Intro - UNIA Bern

publicité
Résolution 11
Proposition de la région Vaud
Les coopératives ouvrières : une réponse
démocratique du socialisme au
démantèlement social et à la précarisation
provoqués par l’économie capitaliste.
Préambule:
Le mouvement ouvrier, dès les premières séances de l’internationale ouvrière, a eu comme but
d’améliorer la vie des travailleuses et des travailleurs (prolétariat).
Et a donc, dans ce but, concentré ses efforts sur plusieurs stratégies:
1. La défense des intérêts politiques des travailleurs en améliorant les lois en vigueur, en
créant les assurances sociales, en exigeant un renforcement de la démocratie par la
représentation proportionnelle afin de faire reconnaître le prolétariat comme force politique
majeure. L’outil politique pour atteindre cet objectif a pris la forme de la création du parti
socialiste par l’USS.
2. La création des syndicats ouvriers (liberté d’association), pour défendre les travailleurs dans
les entreprises et pour la démocratie économique ou en créant des espaces d’autogestions
comme les coopératives. Pour permettre au prolétariat de vivre dans l’indépendance
économique.
Une part non négligeable de cette stratégie reposait ainsi sur la création des coopératives
ouvrières (de production tant des usine que de la construction ; de logements ; ou de la
consommation avec Coop ; mais aussi des mutuelles d’assurance et des banques, etc.) par les
syndicats dans le cadre du mouvement ouvrier.
Cela a permis des améliorations des conditions de vie (salaires supérieurs, conditions
meilleures, lutte contre le chômage) et une reprise de contrôle des « conditions économiques »
par les travailleurs.
Explications:
Avec la crise actuelle (la Suisse ne va pas être épargnée), la politique de la droite bourgeoise et
patronale de démantèlement social et de privatisations des entreprises publiques va s’accroître,
ce qui implique une perte du pouvoir d’achat des salariés des classes moyennes et
défavorisées. Nous devons trouver des solutions durables pour conserver les acquis et
améliorer les droits modestes actuels (Loi sur le travail, Code des obligations, Code civil) en
faveur des travailleurs, alors que le chômage guette. Les licenciements antisyndicaux des
militants ou des délégués syndicaux des commissions d’entreprise se multiplient car ils sont vus
comme des empêcheurs de tourner en rond par les forces de la réaction, qui veulent retourner
à la loi de la jungle du début du 20ème siècle !
Le seul moyen dont on dispose, c’est de retourner à nos fondamentaux! En soutenant
notamment, malgré leurs limites, la création des coopératives.
Plusieurs pays ont dans leurs lois des moyens pour simplifier et soutenir la création des
coopératives.
6. Résolutions
Page 1 sur 2
C’est pour ces quelques raisons, que la région Vaud du syndicat Unia demande la mise sur
pied d’une vaste campagne, dans le but de:
 Faciliter, notamment lors de la faillite d’une entreprise, la reprise celle-ci en coopérative par
les travailleuses et travailleurs, au franc symbolique. Cela en collaboration avec les
syndicats des secteurs concernés qui apporteront l’aide nécessaire à leur survie ainsi que
leurs experts économiques et leurs compétences.
 Faciliter les créations d’une coopérative à la demande des travailleurs.
 Apporter une aide financière des collectivités publiques (Communes, Cantons,
Confédérations) à la création des coopératives pendant 10 ans (ou plus) sans intérêt.
 Fixer des délais de remboursement du prêt, en accord avec les responsables de la
coopérative. Sans que cela prétérite la bonne marche économique de la coopérative.
 Modifier les lois fédérales, cantonales en conséquence.
6. Résolutions
Page 2 sur 2
Téléchargement
Explore flashcards