Termes de référence - Global Climate Change Alliance

advertisement
Bon de travail N° 67
Formation en intégration du changement climatique
et financements climats
Contact:
Christophe Brismé
Responsable des partenariats au Mali
Rue aux Laines, 4 - 1000 Bruxelles
cbr@sosfaim.org
+32/2 548 06 74
skype : cbrisme
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
1. Contexte et Justification
1.1. Contexte
Les Changements Climatiques(CC) se sont imposés avec force ces dernières décennies au Mali. Une
irrégularité au niveau des précipitations et de leur répartition spatio-temporelle, des températures
de l`air de plus en plus élevées, des épisodes de sécheresses et d`inondations plus fréquents, une
diminution des apports en eau par les grands fleuves, une dégradation notable des terres, une plus
grande fragilité des écosystèmes et de leur dynamique. Ce sont là quelques éléments qui montrent
que le climat du Mali change avec pour conséquence une amplification des problèmes
environnementaux posés à ce pays sahélien, pauvre et enclavé.
Vu les répercussions des changements climatiques sur l’agriculture et l’importance des exploitations
agricoles familiales dans le secteur agricole malien, l’identification des modules de formation
sollicités à l’AMCC a été réalisée par l’Association des Organisations Professionnelles Paysannes
(AOPP) et la Coordination Nationale des Organisations Paysannes (CNOP).
L’AOPP et la CNOP sont deux structures faîtières regroupant les principales organisations paysannes
du Mali. Elles ont notamment pour mandat de renforcer les capacités de leurs membres sur toutes
les questions en lien avec l’agriculture et de mener des actions de défense des intérêts de leurs
membres auprès des autorités nationales. Depuis plusieurs années, la question des changements
climatiques fait partie des préoccupations de ces 2 structures.
L’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD)
Dans le cadre de l’AMCC au Mali, l'UE a appuyé l’AEDD dans la mise en œuvre de la Politique
Nationale sur le Changement Climatique. L’AEDD, créée en 2010, a pour mission (1) d’assurer la
coordination de la mise en œuvre de la Politique Nationale de Protection de l’Environnement (PNPE)
et (2) de veiller à l’intégration de la dimension environnementale dans toutes les politiques macroéconomiques et sectorielles. Elle est la structure focale nationale qui assure la coordination des
Accords Multilatéraux sur l’Environnement et qui établit les synergies nécessaires parmi les points
focaux des Conventions, Accords et Traités internationaux en matière d’environnement. En plus,
l’AEDD assure le secrétariat (1) du Conseil National de l’Environnement (CNE), (2) du Comité de
Pilotage du Fonds Climat Mali et (3) du Comité National Changements Climatiques du Mali (CNCCM).
Plusieurs projets environnementaux y sont logés comme le Programme d’Action National pour
l’Adaptation (PANA) aux effets néfastes des Changements Climatiques (« Une analyse de
l’Environnement et du Changement climatique, service D2.4 de la coopération belge, 2015).
Des relations seront donc recherchées entre l’AOPP, la CNOP et l’AEDD. Cette structure sera invitée
à participer à la formation. On peut également prévoir une concertation entre les formateurs AMCC
et l’AEDD pour la conception du module 3 « Pourquoi et comment intégrer le CC dans les politiques
et stratégies nationales » et celui consacré au financement du changement climatique pour les
organisations paysannes (voir point 2.2.1.).
Page | 1
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
1.2. Justification de la formation souhaitée
1°. Le Plan d’Action National Climat 2012-2017
Le Mali est un pays particulièrement vulnérable aux changements climatiques. En 2007, le Mali a
élaboré et publié, avec l`appui des Nations-Unies, un Plan d`Action National d`Adaptation aux
changements climatiques (PANA). Quatre catégories de risques climatiques ont été considérés
majeurs pour le Mali lors de l`élaboration de ce plan : la sécheresse, les inondations, les vents forts
et la forte variation de température (extrait du site du ministère de l’Environnement et de
l’Assainissement du Mali). Le PANA a également montré que le secteur le plus vulnérable aux
changements climatiques est l’agriculture. Le Plan d’Action National Climat Mali (PANC Mali 20122017) a proposé 148 actions dont la promotion et la valorisation des initiatives paysannes en
matière d’adaptations aux changements climatiques et le renforcement des capacités des différents
acteurs du secteur agricole sur les changements climatiques et leurs impacts/opportunités possibles
pour l`agriculture au Mali. Ces deux types d’action sont considérés comme «de très grande urgence»
dans le PANC Mali. La formation qui est envisagée, via cette mission de formation sollicitée auprès
de l’AMCC, cadre donc parfaitement avec les priorités identifiées dans le PANC Mali.
Cette mission de formation cadre aussi avec les priorités de la composante “Instrument d’aide au
climat" (IAC) du Programme intra-ACP de l’Alliance mondiale contre le changement climatique
(AMCC). En effet, ce programme offre des experts pour fournir une assistance technique à court
terme personnalisée et des formations dans le domaine du changement climatique aux pays ACP.
L’expertise qui est sollicitée dans le cas présent couvre le volet «Formations, ateliers de
renforcement des capacités ».
2°. L’approche participative dans la rédaction et la mise en oeuvre des politiques, stratégies et
plans d’actions dans le domaine de la protection de l’environnement
Comme le précise le rapport final de « Révision du profil environnemental du Mali » (AGRECO,
Octobre 2014), la participation de la société civile dans la rédaction et la mise en œuvre des
politiques, stratégies et plans d’actions dans le domaine de la protection de l’environnement est
un principe clé du Gouvernement du Mali. La population doit en principe participer activement au
niveau local à l’élaboration et à la mise en œuvre du Programme de Développement Social,
Economique et Culturel (PDSEC) et au Plan Communal d’Action Environnementale (PCAE). La société
civile doit également participer à la mobilisation des ressources financières et à l’élaboration des
conventions locales. Ces principes se heurtent toutefois à un transfert nettement insuffisant des
ressources nécessaires, tant financières que de compétences. La formation qui est envisagée, via
cette mission de formation sollicitée auprès de l’AMCC, au profit de la société civile et en particulier
des organisations paysannes représentatives et reconnues comme l’AOPP et la CNOP, participe donc
à cette volonté du Gouvernement du Mali d’intégrer le public aux politiques environnementales et
des changements climatiques.
3°. La décentralisation des thématiques liées à l’environnement et le transfert des compétences aux
collectivités territoriales
Le code des collectivités territoriales de 2012 donne une grande responsabilité aux collectivités
territoriales en matière de gestion environnementale. Or, le transfert des compétences de l’Etat vers
Page | 2
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
les collectivités est très lent à se mettre en place. Dans les faits, la plupart des élus ne connaissent
pas la législation liée à l’environnement et ils ont rarement les compétences et surtout les moyens
financiers pour intégrer l’environnement dans leurs plans de développement. L’aspect financier est
prépondérant (Révision du profil environnemental du Mali, AGRECO, Octobre 2014).
On peut noter que beaucoup d’élus au sein des collectivités territoriales sont membres ou sont issus
d’organisations paysannes comme l’AOPP ou la CNOP qui seront les bénéficiaires de cette mission de
formation sollicitée auprès de l’AMCC. La formation envisagée des membres de ces structures
participe donc aussi, indirectement, au transfert de compétence vers les collectivités territoriales qui
est un besoin important au Mali.
4°. Transferts des compétences aux membres des structures affiliées à la CNOP et AOPP
Les participants de la CNOP à la formation sont soit des élus, issus de structures affiliées à la CNOP,
soit des employés chargés de retransmettre la formation reçue. Des restitutions sont programmées
au sein des structures affiliées et le profil de poste du responsable des programmes de la CNOP
prévoit leur accompagnement dans la rédaction de leurs programmes, dont ceux liés aux
changements climatiques. Notons également que la CNOP a des activités de plaidoyer à un niveau
national et donc que sa maîtrise de la thématique « Changements climatiques », au niveau de son
bureau central, est également indispensable pour jouer pleinement un rôle actif dans la définition
des stratégies et politiques nationales en lien avec l’intégration des changements climatiques. C’est
pourquoi son président et son coordinateur participeront également à la formation.
Les participants de l’AOPP à la formation sont issus pour la plupart des structures régionales
membres. Chaque structure membre affiliée à l’AOPP disposera donc en interne d’un élu et d’un
employé formés et aptes à mettre en pratique la formation reçue au sein de sa structure.
2. Description de l’atelier
2.1. Objectifs
Objectif général: Renforcer les capacités de 25 représentants d’organisations paysannes maliennes,
membres soit de l’AOPP, soit de la CNOP en matière d’intégration du changement climatique dans
les projets de leurs membres et une meilleure implication des organisations paysannes dans la
définition et le suivi des politiques nationales et locales liées aux changements climatiques.
Ce renforcement capacitaire doit également intégrer, outre les aspects techniques, les aspects liés
au financement de programmes développés par les organisations paysannes, centrés sur
l’adaptation aux changements climatiques.
Objectif spécifique: Mettre à la disposition de 25 organisations paysannes des outils
méthodologiques en matière de lutte contre les changements climatiques (atténuation et
adaptation) et de recherche de financement de leurs programmes centrés sur les changements
climatiques.
15 participants seront des élus des OP membres de l’AOPP et la CNOP et 10 participants seront des
salariés des équipes techniques. + Invitation d’un représentant de l’AEDD à participer à la formation.
Page | 3
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
2.2. Taches
2.2.1. Tâches des consultants
1.
2.
3.
4.
Développer des modules de formation centrés sur l’intégration du changement climatique dans
les programmes des organisations paysannes et sur une meilleure implication de la société civile
dans la définition des stratégies et politiques nationales
Développer des modules de formation centrés sur la recherche de sources de financement et les
fonds accessibles aux organisations paysannes pour développer leurs projets/programmes en
lien avec le changement climatique
Organiser un atelier de formation sur l’intégration du changement climatique, les outils de
planification et budgétisation et les financements climats
Préparer une note sur l’évaluation de l’atelier à partir du questionnaire à remplir par les
participants.
La CNOP et l’AOPP se sont concertées pour choisir 4 modules parmi ceux proposés par le
programme. Nous souhaitons donc que cet atelier de formation intègre ces 4 modules
prioritairement :
1.
2.
3.
4.
module 10 : Pour une meilleure participation des communautés
module 9: intégrer le CC dans le cycle de projet
module 3: pourquoi et comment intégrer le CC dans les politiques et stratégies nationales
module consacré au financement du changement climatique pour les organisations
paysannes
2.3. Résultats attendus
1.
Produire des supports (documentation) pour l'atelier, comprenant des présentations, la liste
des participants.
2.
Produire le rapport de mission pour le Secretariat ACP et le bénéficiaire comprenant:


les principaux problèmes et des besoins de formation identifiés,
Une description succincte du contexte institutionnel du Mali eu égard au
changement climatique sur la base de la documentation collectée avant la formation
sera incluse dans le rapport.
 les actions de suivi et évaluation qui découleront des discussions de l’atelier de
formation.
3. Préparer une note sur l’évaluation de l’atelier à partir du questionnaire à remplir par les
participants.
3. Organisation et méthodologie
3.1. Lieu
Lieu: à domicile/à distance et sur le terrain (Bamako).
Page | 4
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
3.2. Durée de la mission et calendrier indicatif 1:
Idéalement, les ateliers organisés au Mali devraient se faire en septembre ou octobre 2015.
La mission prévoit 25 jours de travail pour chacun des experts (50 jours au total) à effectuer dans les
3 mois à dater de l’approbation des experts proposés et selon la répartition indicative détaillée cidessous.
3.2.1. Phase préparatoire - à domicile/à distance (14 jours de travail par expert)

Expert principal KE4

Durant cette phase, toutes les formations et supports de formation seront élaborés. Ceux-ci
devront être développés et partagés/approuvés par le coordonateur national avant la tenue
de la formation sur place.
3.2.2. Sur le terrain (Mali) (5 jours de travail par expert)

Expert CSF KE4 et Senior non-key expert: Afin d’organiser les séances de formation.

L’Expert CSF KE4 conduira l'atelier de formation sur l'intégration du changement climatique
et les financements climats en collaboration l’expert senior non-key et le coordonateur local.
3.2.3. Rédaction du rapport (à domicile/à distance) et débriefing (Bruxelles) (4 jours de
travail par expert)

A leur retour, les experts devront produire un rapport de mission. Le rapport portera sur les
différentes tâches effectuées et les actions supplémentaires à effectuer, le cas échéant. Les
résultats attendus (supports de formation et évaluation de la formation et le suivi des
actions) seront joints au rapport de mission.

Le débriefing aura lieu après la présentation du rapport de la mission et en concertation avec
le Secrétariat ACP. Si les experts CSF ne sont pas basés à Bruxelles, le compte-rendu pourra
être effectué par téléphone ou via Skype.

La langue de travail et de rédaction des rapports sera le français.
3.2.4. Voyages internationaux (2 jours de travail par expert)

Voyages depuis le pays de résidence des experts jusqu’au Mali. Il n’est a priori pas prévu de
voyages dans le pays (à préciser par le coordonateur local)
1
En cas de besoin légitime, le consultant pourrait être autorisé à continuer à travailler les week-ends et/ou jours fériés, uniquement à la
suite de l’accord du CSF. Le consultant devra préalablement avoir soumis une demande écrite (courriel) à l’administrateur du CSF. L’accord
ne sera valide qu’après réception d’une réponse écrite positive (courriel) du CSF, qui devra aviser le secrétariat ACP, en mettant le Dr
Pendo Maro en copie des messages.
Page | 5
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
3.3. Services offerts par la Facilité Climatique du Programme (CSF) à la
préparation de l'atelier
3.3.1. Consultants/Experts

Adaptation des modules de formation au contexte et aux objectifs du bénéficiaire

Organisation d’un atelier de formation sur l'intégration du CC et les financements climats en
concertation avec le coordonnateur national

Préparation du rapport de l'atelier, comprenant les actions de suivi et d'évaluation
L’Expert principal (KE4) du CSF mettra à disposition son expertise dans le cadre de la formation et de
l'appui institutionnel pour une durée de 25 jours de travail. Un billet d’avion aller-retour et des
indemnités journalières sont prévus selon le budget prévisionnel.
Facilitateur (Junior Non-Key Expert), assistera l’expert principale dans le cadre de la formation et
pour une durée de 25 jours de travail. Une expertise locale sera encouragée, toutefois un billet
d’avion aller-retour et des indemnités journalières sont prévus selon le budget prévisionnel dans le
cas où l’expert ne résiderait pas au Mali.
Profil du facilitateur :






Au moins 5 ans d’expérience professionnelle en matière de gestion des ressources naturelles,
planification, gestion et gouvernance environnementale ou autre lié au changement
climatique ;
Une expérience en Afrique de l’Ouest sera un atout
Bonne expérience en matière de facilitation d’atelier ou de formation, organisation
d’évènements. Ce type d’expérience en pays ACP et particulièrement au Mali sera un atout.
Bonne connaissance des méthodes participatives et leur application dans des ateliers de
formation.
Bonne capacités d’organisation, de travail en équipe et de communication avec la capacité de
travailler dans des conditions de travail parfois difficiles.
Parfaite maitrise du Français écrit et parlé
3.3.2. Sélection et nombre des participants:
Afin que la formation soit la plus efficace et bénéfique possible, le nombre de participants à la
formation devrait être limité à 25 personnes, sélectionnées par le coordonateur national en
collaboration avec les experts CSF.
Le coordonnateur national assurera la liaison avec les experts CSF et les bénéficiaires pour la
sélection des participants.
3.3.3. Frais liés a l’organisation d’atelier
Le budget maximal pour un atelier est de:
Page | 6
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats



300 EUR / jour pour louer une salle, du matériel technique
30 EUR / jour et par participant pour les frais de traiteur, café, boissons
10 EUR / participant pour les documents de réunion et autres petit matériels de formation
NB : Ceci est un budget maximal qui ne pourra être dépensé sans justification valable. Il incombera à
l'expert CSF en charge de la mission d'évaluer la nécessité des dépenses et de les soumettre à
l'approbation préalable de l'administrateur du CSF et du Secrétariat ACP.
Outre les frais indiqués ci-dessus, aucun autre frais ne sera pris en charge par le CSF. Merci de bien
vouloir noter qu'aucun Per diem, ni compensation financière / indemnité journalière ne sera fourni
aux participants (y compris les organisateurs) dans le cadre de l’atelier.
Il est important de souligner que toutes les dépenses liées à l'envoi des invitations aux participants ne
seront pas couvertes par le CSF.
3.4. Services fournis par le bénéficiaire
Services fournis par le bénéficiaire:

le Coordonateur national fournira une documentation de base et une liste de contacts
pertinents et les noms des personnes qui assisteront à l'atelier de formation.

le Bénéficiaire devra gérer l’organisation de l’atelier de formation et des réunions connexes,
la sélection et l’invitation des parties prenantes (en consultation avec les experts CSF) et le
personnel clés pour assister à la formation.
4. Coordination and Supervision
La coordination et la supervision de la formation seront assurées par le coordonateur local désigné
par le bénéficiaire de la mission. Nous proposons un binôme :
Soumana Kanta
Coordinateur technique
CNOP
Kalabancoura Ext Sud Rue 325, Porte 69
BP: E-2169 Bamako, Mali
Tél B:(00223) 20 28 68 00
Fax: 20 72 34 88
Tél Cel: (00223) 76 38 08 78 / 66 65 47 55
Email:smkanta1@yahoo.fr
MALET Safiatou COULIBALY
Représentante Mali SOS Faim,
Immeuble Kafo Jiginew, ACI 2000
Tel + 223 66 71 62 90/+ 223 76 59 04 10
sma@sosfaim.org
Page | 7
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
Le Coordonnateur local assure la bonne organisation matérielle et intellectuelle de la formation. Il
prend, à cet effet, des initiatives conséquentes (identification et invitation des participants, lieu de la
formation, élaboration de l’agenda de l’atelier, facilités de visa, réservation d’hôtel pour les experts,
accueil des experts à l’aéroport, le bon déroulement de la formation, etc.
Page | 8
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
Annexe 1 : Liste des participants à l’atelier
(provisoire)
N°
1
2
NOMS ET PRENOMS
Ibrahima COULIBALY
Mamadou B. CAMARA
STRUCTURE
CNOP
CNOP
STATUT
Elu
Elu
3
4
5
6
7
Souleymane KEITA
Goundo KAMISSOKO
Mamadou Lamine COULIBALY
Mamadou DIARRA
Kefa DIARRA
CNOP
CNOP
CNOP
CNOP
CNOP
Elu
Elu
Elu
Elu
Elu
8
9
10
11
Mariam SISSOKO
Soumana KANTA
Youssouf TRAORE
Aminata DEMBELE
CNOP
CNOP
CNOP
CNOP
Elu
Employé
Employé
Employé
Secrétaire à l'information et à
la communication
3ème vice président
Secrétaire général
2ème vice président
Secrétaire à l'organisation
Présidente
collège
des
femmes
Coordinateur Technique
Responsable de programmes
Chargée genre
Chantal JACOVETTI
CNOP
Abdramane BOUARE
CNOP
Employé
Employé
Chargée agroécologie
accaparement de terres
Conseiller technique
Tounga Mady SISSOKO
Boba A.N. DAKOUO
Abdoulaye KONE
Yacouba Ibrahim Maïga
Siaka Sanogo
Soumaila GUINDO
Abdrahamane Maïga
AOPP R Kayes
AOPP R Ségou
AOPP R Koulikoro
AOPP Gao
AOPP Sikasso
AOPP Mopti
AOPP
Tombouctou
AOPP N
AOPP N
AOPP Kayes
AOPP Ségou
AOPP Mopti
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
Souleymane Diarra
Boubacar Mangara
Bassi Kanté
Henry Coulibaly
Jacques Togo
Elu
Elu
Elu
Elu
Elu
Elu
POSTE
Président
Trésorier général
et
Secrétaire à l'organisation
Président
Membre
Trésorier
Vice Président
Président
membre
Elu
Employé
Employé
Employé
Employé
Employé
Chargé du suivi- évaluation
Chargé de la sécurité
Coordinateur
coordinateur
coordinateur
Page | 9
Bon de travail 67
Formation en intégration du changement climatique et financements climats
Avenue Georges Henri, 451
B-1200 Brussels, Belgium
Tel: +32 (0)2 743 06 90
Email: gccaintraacp@acp.int
www.acp.int
www.gcca.eu/intra-acp
Page | 10
Téléchargement