Octobre Musical : Marcella Roggeri, l`Argentine sans le

publicité
This page was exported from Kapitalis [ http://kapitalis.com/tunisie ]
Export date: Sat Apr 15 18:28:04 2017 / +0000 GMT
Octobre Musical : Marcella Roggeri, l’Argentine sans le
tango
La pianiste Marcella Roggeri a choisi un programme éclectique – Chopin, Liszt, Mozart, Satie, Guastavino,
Ginastera et Chopin – qu'elle a exécuté avec la même aisance.
Par Anouar Hnaïne
Chopinien ou lisztien ? Les deux mon commandant. Marcela Roggeri, pianiste en concert le vendredi 23 aime
sauter d'un compositeur à l'autre. Elle exécute les morceaux avec la même aisance, sans brouiller les repères.
Son répertoire va de Mozart à John Cage, de Chostakovitch à Copland, sans oublier les compositeurs de son
enfance argentine : Villa-Lobos, Ginastera et Piazzolla.
La pédale qui coince
Dynamique, le verbe haut, les cheveux abondant, le sourire fréquent et des mains longues, Marcela Roggeri a
choisi un programme éclectique : Chopin, Liszt, Mozart, Satie, Guastavino, Ginastera et Chopin.
Pour attaquer les soirée ‘‘Ballade N°1 en sol mineur op23 puis Nocturne op 55 (15e et 16e Nocturne)'', un
morceau standard pour attirer l'attention de l'auditoire. Le public est séduit, ça commence bien… sauf que,
quelques minutes plus tard, la pianiste s'arrête : la pédale du piano est coincée, les auditeurs sont consternés,
déçus, concert annulé?
L'après-midi, elle essayé un Yamaha puis elle a préféré un Rameau aux notes plus claires, moins métalliques.
Soit, celui-ci a perdu les pédales. Elle reprend donc à zéro avec le Yamaha; ça marche; elle termine la
première partie en beauté, enchainant avec ‘‘La Rhapsodie hongroise N°6'' de Liszt, un morceau très connu,
inspiré du folklore, difficile mais abondamment joué.
Satie, l'excentrique
A la reprise, Marcella entame ‘‘Les Variations sur un Menuet de Duport K 573'' de Mozart, un peu de gaieté,
beaucoup d'inspiration. Et puis place à Erik Satie, le musicien le plus fantasque. Marcella a un rapport spécial
avec ce compositeur truculent, pas banal et peu ordinaire dont la musique est reconnaissable à des kilomètres à
la ronde. L'histoire nous plonge au début du siècle passé. Olga, la sœur de Satie, a vécu en Argentine après
avoir épousé un médecin argentin. Veuve, elle donnait des cours de piano pour survivre et assistait aux
concerts du fameux théâtre Colon de Buenos Aires. Longue correspondance et complicité sans faille avec son
frère. Morte sans compagnie, les lettres et partitions de son frère seront jetées aux poubelles avec les vieux
objets et autres papiers.
Marcella nous propose ‘‘Trois Gnossiennes et Vals-Ballet'', très enjoué, baigné dans une ambiance libre
débridée, ça arrache le sourire. On imagine le Montparnasse de l'époque.
De Paris, la pianiste prend le chemin de son pays natal. Elle joue un morceau de Guastavino (1912-200)
‘‘Bailecito'', et pour clore, des ‘‘Danses argentines'' de Ginastera (1916-1983). Danses rythmés qui vous font
voyager loin et découvrir la richesse de la musique classique argentine. Quand à Marcella Roggeri, elle sera le
lendemain au Caire.
Post date: 2015-10-29 08:09:26
Post date GMT: 2015-10-29 07:09:26
Post modified date: 2015-10-29 08:09:26
Post modified date GMT: 2015-10-29 07:09:26
Powered by [ Universal Post Manager ] plugin. MS Word saving format developed by gVectors Team www.gVectors.com
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire