3. cadre legal et institutionnel

publicité
E2305
V8
~ 1DU
~ CONGO
REPUBLIQUE
-------------------------PROJET EAU ET DEVELOPPEMENT URBAIN
(PEDU)
-------------------------Cofinancement Congo/Banque Mondiale
BP 2099 BRAZZAVILLE
Tél: [00 242] 556 87 87 Fax: [00 242] 281 59 07
Email: [email protected]
--------------------------
DP N SC 005 PPF Q654 – COB
PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET
SOCIALE POUR LA REHABILITATION ET/OU
LA CONSTRUCTION DE 25 ECOLES
PRIMAIRES A BRAZZAVILLE
ET POINTE-NOIRE
VERSION DEFINITIVE
JANVIER 2010
~2~
TABLE DES MATIERES
1.
INTRODUCTION .......................................................................................................................................................4
2.
DESCRIPTION, JUSTIFICATION DU PROJET ET CADRE LEGAL ET INSTITUTIONNEL .............................5
2.1. JUSTIFICATION DU PROJET ET DESCRIPTION DES ACTIVITES ....................................................................5
2.1.1.
3.
Impacts négatifs sur les sols.........................................................................................................................7
CADRE LEGAL ET INSTITUTIONNEL .................................................................................................................7
3.1. Cadre politique ............................................................................................................................................................7
3.2. Cadre législatif et réglementaire ..................................................................................................................................8
3.3. Cadre institutionnel et administratif ............................................................................................................................8
4.
DESCRIPTION DE L’ENVIRONNEMENT ACTUEL .............................................................................................9
4.1. Situation géographique des écoles de Brazzaville et de Pointe-Noire .........................................................................9
4.2. Situation de l’environnement des infrastructures scolaires (Etat des lieux) ............................................................... 12
5.
EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX .......................................................... 21
6.
SYNTHESE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX ET MESURES D’ATTENUATION ...... 22
6.1. Impacts Négatifs Globaux, mesures d’atténuation et acteurs responsables .............................................................. 22
6.2. Impacts Positifs Globaux et bonification ................................................................................................................... 24
6.3. Impacts Spécifiques à quelques infrastructures scolaires .......................................................................................... 25
7.1. Suivi et évaluation ..................................................................................................................................................... 26
7.2. Indicateur de suivi ..................................................................................................................................................... 26
8.
ANALYSE DES VARIANTES ................................................................................................................................ 30
8.1. Situation « Sans projet » : .......................................................................................................................................... 30
8.2. Conclusion.................................................................................................................................................................30
9.
CONCLUSION - RECOMMANDATIONS ............................................................................................................. 30
9.1. Conclusion :............................................................................................................................................................... 30
9.2. Recommandations ..................................................................................................................................................... 30
10.
ANNEXES ................................................................................................................................................................ 31
10.1.Annexes I : Détail coût de compensation et assistance .............................................................................................. 31
10.2.Annexe 2 : Clauses environnementales et sociales pour les travaux.......................................................................... 32
10.3.Dispositions préalables pour l’exécution des travaux ................................................................................................ 32
10.4.Installations de chantier et préparation ..................................................................................................................... 33
10.5.Repli de chantier et réaménagement .......................................................................................................................... 34
10.6.Clauses Environnementales et Sociales spécifiques ..................................................................................................36
10.7.Annexe 3 : Quelques photos de sites ......................................................................................................................... 40
10.8.Annexe 4 : Bibliographie........................................................................................................................................... 43
10.9.Annexe 5 : Liste des Personnes Rencontrées ............................................................................................................. 44
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~3~
ABREVIATIONS
BM
BTP
CAP
CCC
CCP-PEDU
CDQ
CGES
CM
CMCIP
CP
DAO
DGE
EIES
IDA
IEC
MEFP
MEPSA
MOD
MCUH
MSASF
MST
OCB
OMS
ONG
PFES
PGES
PME
PEDU
RSE
SIDA
STC
TdR
VIH
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
Banque Mondiale
Bâtiment et Travaux Public
Connaissances, Attitudes et Pratiques
Communication pour le changement de comportement
Cellule de Coordination du Projet PEDU
Comités de Quartier
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
Chargé de Mission
Chargé de Mission Communication, Information et Participation
Comité de Pilotage
Dossier d’Appel d’Offres
Direction Générale de l’Environnement
Etude d’impact environnemental et Sociale
Association Internationale pour le Développement
Information Education et Communication
Ministère de l’Environnement, Forêts et Pêche
Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation
Maître d’ouvrage délégué
Ministère de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat
Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille
Maladie sexuellement transmissible
Organisation Communautaire de Base
Organisation Mondiale de la Santé
Organisation Non Gouvernementale
Point Focal Environnement
Plan de gestion environnemental et social
Petite et Moyenne Entreprise
Projet Eau et développement Urbain
Responsable Suivi-Evaluation
Syndrome d’Immunodéficience Acquise
Services Techniques Communaux
Termes de référence
Virus d’Immunodéficience Humaine
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~4~
1.
INTRODUCTION
Pour s’assurer que la future réhabilitation des infrastructures scolaires sera effectuée de
manière que les conditions environnementales et sociales soient soutenables, il est important
de déterminer des impacts qui résulteraient des futures activités de construction et de
réhabilitation. Pour cela, un cadre de gestion environnementale et sociale a été conçu. Cette
gestion consiste à conduire des évaluations, et à mettre en place des mesures pour réduire
l’impact sur l’environnement.
Le présent document intéresse 33 établissements scolaires Brazzaville et Pointe-Noire. Il est
préparé conformément aux dispositions des Politiques de Sauvegarde prescrit par la Banque
Mondiale dont l’accent est fixé sur les questions relatives à l’environnement du cadre de vie,
aux ressources naturelles et du cadre socio-économique :
-
Première partie,
Description et justification du projet
Cadre légal et institutionnel en République du Congo.
-
Deuxième partie,
Description des conditions environnementales et sociales :
1° Eléments relevés dans toutes les écoles,
2° Eléments spécifiques pour chaque école.
Cette description indiquerait les impacts attendus durant la phase de préparation, la phase des
travaux et la phase d’exploitation des infrastructures. Le document indiquera les impacts
identifiés, les mesures de bonification et d’atténuation proposées, pour accroître les impacts
positifs, minimiser, compenser les impacts négatifs. Un programme de suivi environnemental
et social suivi par une conclusion évoquerait de l’acceptabilité du projet.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~5~
2.
DESCRIPTION, JUSTIFICATION DU PROJET ET CADRE LEGAL ET
INSTITUTIONNEL
2.1.
JUSTIFICATION DU PROJET ET DESCRIPTION DES ACTIVITES
Le projet des écoles fait partie intégrante du projet du Gouvernement de la République du
Congo PEDU, dans sa composante infrastructure urbaine. La réalisation de ce projet est en
cohérence avec les objectifs du Gouvernement Congolais, dans le cadre de la mise en œuvre
de sa Politique de réduction de la pauvreté urbaine, par la construction des infrastructures de
base. Le projet a pour objectif l’amélioration des conditions d’études des élèves et
l’amélioration des conditions de travail des enseignants, par la remise à l’état des
infrastructures scolaires qui ont été endommagées pendant les guerres et/ou détériorées en
raison du manque d’entretien, l’augmentation de leur capacité d’accueil, et la fourniture du
mobilier scolaire pour les écoles qui ont besoin. Pour cela, quelques critères essentiels sont
tenus en compte dans la détermination des actions de réhabilitation et/ou de reconstruction
des différentes infrastructures scolaires ciblées :
- L’état du construit des salles de classe et le respect des normes (nombre et dimension)
- L’état des latrines (qualité et nombre)
- L’état de l’éclairage dans les salles de classe,
- L’état des aires de jeux, L’état des points d’eau,
- L’état du mur de clôture,
- L’état des blocs logements administratifs
- L’état du mobilier scolaire (tables bancs),
- L’état de l’environnement physique des sites
Trente trois (33) infrastructures scolaires ont été retenues par le PEDU, dont dix sept (17) à
Brazzaville et 16 à Pointe-Noire.
a) Description des bâtiments de salles de classe :
-
Nouvelles constructions
D’architecture moderne et modulaire couvant une surface de 63 m2 par entité, ils
comprendront, suivant les sites, trois ou quatre salles de classe parfois annexé d’un bureau
administratif. En matériaux durables, parpaings pour les murs de remplissage avec des enduits
de surface. Les couvertures en tôle bac sur une charpente en bois rouge du pays suivent les
pentes dictées par les pignons. Les fenêtres sont remplacées par de la maçonnerie en claustras
de ciment pour une luminosité permanente des salles de classe. Les portes pour la sécurité des
locaux sont métalliques. L’éclairage artificiel sera garanti par le réseau S.N.E. par des
installations selon les normes. Un réseau de drainage des eaux pluviales est mis œuvre pour
l’assainissement du milieu.
-
Réhabilitation
Au constat des visites certains bâtiments sont en état de dégradation très avancée et méritent
une réhabilitation du corps d’état secondaire en majorité et la consolidation du gros œuvre
pour certains.
Le gros œuvre est compris comme :
-
Solidifier par un appât en béton simple ou ouvrir des fondations dégradées par des
cessions du construit et des déblais de terre par des eaux pluviales.
-
Aux pansements des maçonneries de remplissage présentant des détériorations
manifestes.
-
Autres destructions du système de couverture, sinon la charpente.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~6~
Les corps d’état secondaires sont : Les enduits, les menuiseries, les réseaux électriques et
hydriques et les peintures, les voiries et réseaux divers : V.R.D.
Les écoles ont toutes les problèmes de sécurité d’où la nécessité de construire des murs de
clôture. Ils sont en maçonnerie de remplissage sur un sous bassement en béton armé. La
hauteur maximale est de 1,80 m.
b) Description des logements administratifs
Ces sont des bâtiments didactiques, à architecture moderne et de technologie mixte, structure
en béton armé et mur de remplissage en parpaings de ciment avec des enduits biface. Les
corps d’état sont à l’image de leur classement et standing du B.T.P. Les corps d’état
secondaires sont plus élaborés.
c) Description des sanitaires
Aux normes homologuées par l’OMS-Congo, ce sont des locaux individuels en matériaux
durables, couverts par des tôles posées sur une charpente en bois rouge.
L’ensemble de tous ces travaux se feront dans l’esprit et l’art du B.T.P. et les normes
prescrites par la Direction générale de l’Urbanisme et l’Habitat tout en respectant les
instructions du Ministère en charge des enseignements.
Réhabilitations
Bâtiments en situation
de dégradation
avancée
-
Réhabilitation du gros œuvre (béton simple, fondations,
maçonneries, couverture et charpente) et du corps d’état
secondaires (Enduits, menuiserie, réseaux électriques et
hydriques, peinture et V.R.D) ;
-
Démolir et reconstruire selon le cas.
Nouvelles constructions
Salles de classe
Bureaux administratifs
Logements
administratifs
Blocs sanitaires
Points d’eau
Poubelle scolaire
Fournitures
-
Matériaux durables,
Superficie conforme à la norme,
Fenêtres : maçonnerie en claustras,
Portes métalliques, et éclairage électrique
Matériaux durables,
Fenêtres et portes métalliques, et éclairage électrique
Corps d’état selon le classement et standing du B.T.P
-
Matériaux durables,
Couverture en tôle et charpente en bois,
Conformité aux normes OMS
Branchement sur le réseau SNDE
Tables bancs, meubles pour les bureaux administratifs
Tableau n° 01 : Synthèse de la description des activités
il n y aura aucun impact significatif sur l’air.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~7~
Tableau 1
Impacts négatifs sur la qualité de l’air
Critères d’analyse des impacts
Phase de construction
Phase d’exploitation
Qualité de l’effet
Négatif
néant
Importance
Mineure
-
Réversibilité
partiellement réversible
-
Délai d’apparition
Immédiat
-
Probabilité d’occurrence
Probable
-
Possibilité d’évitement
Evitable partiellement
-
2.1.1. Impacts négatifs sur les sols
En phase de construction, on pourra craindre des risques d’altération de la texture des sols
environnants compte tenu de la nature des sols (sables limoneux argileux jaunes), surtout avec
la présence d’engins de travaux et le stockage des matériaux et moellons aux abords, ce qui
peut craindre des éboulements. Les risques de dégradation et de salissure par les résidus de
chantier seront très limités et pourraient être facilement évités. Lors de l’exploitation, il n y
aura aucun impact significatif sur les sols.
3.
CADRE LEGAL ET INSTITUTIONNEL
3.1.
Cadre politique
La constitution du Congo prescrit qu’en matière de gestion environnementale et sociale l’Etat
doit veiller à la protection et à la conservation de l’environnement. Toute pollution ou
destruction résultant d’une activité économique donne lieu à compensation.
Le projet PEDU étant un projet en cofinancement entre le Congo et la Banque Mondiale, la
gestion des impacts environnementaux et sociaux se fera en conformité avec les politiques de
sauvegarde environnementale et sociale de cette institution.
Dans ce sens les dispositions suivantes seront appliquées :
 PO/PB 4.01 Evaluation environnementale
 PO/PB 4.12 Réinstallation involontaire.
Tous les opérateurs devront avoir une bonne connaissance de ces directives et les appliquer.
Ces directives feront partie intégrante de dossier d’appel d’offre.
Il convient de souligner que le Gouvernement Congolais s’est doté des documents essentiels
régissant le cadre environnemental et social:
- Le Plan national d’action pour l’environnement (PNAE) élaboré en 1994
- La politique nationale santé et environnement ;
- Le document de stratégie de réduction de la Pauvreté (DSRP)
- La Politique et la stratégie nationale en matière d’hygiène et d’un code sur l’hygiène
publique, élaboré en 2005, soumis pour approbation au Gouvernement puis adoption
par l’Assemblée nationale
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~8~
3.2.
Cadre législatif et réglementaire
Les normes applicables sont les dispositions de la Banque mondiale notamment les Politiques
Opérationnelles (OP) et les Procédures de la Banque Mondiale (PB) : PO/PB 4.01 ; PO/PB
4.04 ; PO 4.09 ; PO 4.11 et PO/PB 4.12.
Le cadre légal et réglementaire de la gestion de l’environnement au Congo dispose de
plusieurs lois et règlements concernant la gestion de ce secteur. Adhère à plusieurs
conventions internationales. Aussi on peut noter parmi quelques textes suivants :
- La loi cadre 003/91 du 23 avril 1991 sur la protection de l’Environnement et des lois
sectorielles,
- La loi 003/91 du 23 avril 1991 sur la protection de l’environnement,
- La loi n° 13-2003 du 10 avril 2003 portant code de l’Eau,
- Le Décret n° 86/775 du 7/06/86 rendant obligation les Etudes d’Impacts
Environnementales,
- L’arrêté n°835/MIME/DGE fixant les conditions d’agrément pour la réalisation des
Etudes et Evaluations d’Impacts sur l’Environnement,
3.3.
Cadre institutionnel et administratif
Pour assurer la cohérence et la conformité du projet par rapport à l’action gouvernementale, il
a été installé :
- Sur le plan national,
Le CCP-PEDU. Crée par arrêté N°6059/METP-Cab, la cellule de coordination du PEDU
est chargé de la gestion technique financière et de l’exécution des activités éligibles du
projet. Elle organise les collaborations et le partenariat avec les DG des travaux publics, la
DG de l’équipement (Ministère de l’Equipement), les services techniques de Brazzaville
et Pointe-Noire, le DEP du Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de
l’Alphabétisation, du Ministère de la construction de l’urbanisme et de l’habitat de la
DG/SNDE. Elle assure la supervision des travaux et l’évaluation de leur impact, prépare
les rapports trimestriels d’exécution du projet et collecte les indicateur de performance du
projet dans le cadre du suivi du projet en collaboration avec les acteurs impliqués, assure
la coordination du programme de formation, assure la participation pleine et entière de
toutes les institutions et structures intéressées et impliquées dans la mise en œuvre du
projet, rend compte au Comité de pilotage de la réalisation du projet.
Le CCP assure la maîtrise d’ouvrage des infrastructures physiques du projet sur une base
d’une convention cadre de délégation de maîtrise d’ouvrage signé avec les villes de
Brazzaville et de Pointe-Noire supervisé. Le personnel comprend : le coordonnateur, un
responsable administratif et financier (RAF) et comptable, un chargé de passation de
marché, deux chargés de missions techniques (CMT1 chargé des infrastructures urbaines,
CMT2 chargé de l’appui au secteur de l’eau), un chargé de mission suivi/évaluation, un
comptable. Un personnel d’appui (assistante, chauffeur)
- Au niveau local,
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~9~
Il est mis en place un comité local de suivi des activités du PEDU. Ce comité local est
présidé par le Secrétaire Général de la ville et composé :
Représentants
Municipalité de Brazzaville et
Pointe-Noire
Ministère de l’Enseignement
Primaire et secondaire, chargé de
l’alphabétisation
Ministère de la construction et de
l’équipement
Rôle
Entretien des poubelles scolaires et blocs
sanitaires (matière noires)
Identification de programmes de réhabilitation
et construction
Gestion de l’espace urbain délivrance des
autorisations d’occuper, superviser les travaux
de construction et réhabilitation
Bureaux d’études et de contrôle,
Conception plans, DAO, EIES, réalisations
Entreprises du BTP
travaux, contrôle des travaux
La société Nationale de
Gestion des services d’eau potable des écoles, la
Distribution d’Eau
réalisation des travaux de distribution d’eau et
aménagement des équipements dans les écoles.
COLODE (Comité local de
Renforcement de capacités, ingénierie sociale,
développement) : Organisations
information,
sensibilisation,
mobilisation
communautaires (OC), comité de
sociale,
recrutement,
implication
des
quartier (CQ)
bénéficiaires, suivi mis en œuvre, entretien des
infrastructures scolaires
Organisation de la Société Civile Conseils, accompagnement et formation
(OSC)
Association des parents et élèves Mobilisation des parents, suivi et évaluation des
(APE)
activités de construction et réhabilitation,
entretien et gestion des écoles.
Tableau n° 02 : cadre institutionnel local et rôle
4.
DESCRIPTION DE L’ENVIRONNEMENT ACTUEL
4.1.
Situation géographique des écoles de Brazzaville et de Pointe-Noire
1.1. Brazzaville
Administration
Chaque arrondissement est divisé en quartier et dirigé par un maire d’arrondissement. De
façon générale, tous les quartiers des arrondissements connaissent un niveau d’insalubrité
élevé (mares d’eau, déchets solides et liquides, prolifération des moustiques et des mouches
vecteurs du malaria et de la fièvre typhoïde, l’absence des toilettes modernes), et une
mauvaise gestion des infrastructures publiques (action de vandalisme dans les établissement
scolaire, destruction des salles de classe, insalubrité en milieu scolaire).
Sols
Quelques caractéristique se dégagent sur le plan morphologique et de la nature du sol à
Brazzaville :
- Le sol sablonneux dans les arrondissements de Moungali, Ouénzé et Talangai, Mfilou.
On y trouve aussi du sable noir suite au mélange du sable blanc au limon (Moungali).
Ceci se justifie par la présence des zones basses sous influence des inondations dues
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 10 ~
aux débordements des rivières pendant les saisons pluvieuses. On y trouve aussi des
zones marécageuses (Moungali, Talangai), avec une nappe phréatique qui se trouve à
une moyenne de 2 mètres. En fin, la qualité sablonneuse est la cause principale de
nombreux éboulements et érosion du sol (Talangai, Mfilou).
-
Le sol dominant est le sable et l’argile. On note les début d’érosions surtout dans les
parties débouchant vers la rivière Djoué.
Hydrologie :
Les quartiers de Brazzaville sont traversés par plusieurs rivières :
- Rivière Ouénzé (Madoukou Tsékélé),
- La Tsiémé,
- La rivière Djoué,
- Le ruisseau Mfilou,
- La Mfoa
Ces rivières créent une forte présence des zones marécageuses et sous l’influence d’une
remontée capillaire de sa nappe phréatique. Elles assurent le rôle d’exutoire pour l’évacuation
en moyen des eaux fluviales et usées souvent déversées dans les voiries sans être traitées.
Certaines infrastructure scolaires sont carrément construites sur les zones inondables et
connaissent un état de dégradation avancée.
Infrastructures de base :
Les quartiers de Brazzaville bénéficient des infrastructures et équipement public et privés de
grande importance telles que les écoles primaires, secondaire et universitaires, le système
d’Alimentation en Eau Potable (SNDE), le réseau de la Société Nationale de l’Electricité
(SNE), les voiries principales et secondaires, les voiries non revêtues, les centre de santé, les
Hôpitaux, les latrines privées (non modernes) sujettes aux problèmes de pollution de l’aire et
des eaux souterraines. La fourniture d’eau potable et de l’électricité n’étant pas régulière, les
populations utilisent l’eau de puits forés qui les expose à des risques des maladies hydriques.
L’absence de l’éclairage publique les expose les infrastructures scolaires à des actions de
vandalisme.
Aspect Humain et social
Brazzaville abrite une population ressortissant de tous les horizons du Congo sur le plan
ethnique. Ces populations exercent en dehors de celles qui ne sont pas dans la fonction
publique et dans les structures privées, du petit commerce aux alentours et au sein même des
établissements scolaires, le long des avenues et des rues. Elles pratiquent des activités
agricoles dans les établissements scolaires et le long des rivières pendant la saison sèche.
Elles sont exposées à une pollution de tout genre et vivent dans l’insalubrité et la promiscuité.
Les populations jeunes n’ont pas de lieux de distractions surtout pendant les vacances. Les
centres culturels, les infrastructures sportives scolaires insuffisantes et inadaptées sont
surexploitées par les populations environnantes.
Les établissements scolaires objet du présent se retrouvent dans tous les sept arrondissements
qui composent la mairie de Brazzaville :
-
5 établissements dans l’arrondissement I Makélékélé,
4 établissements dans l’arrondissement II Bacongo,
1 établissement dans l’arrondissement III Poto-Poto,
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 11 ~
-
1 établissement dans l’arrondissement IV Moungali,
2 établissements dans l’arrondissement V Ouénzé,
2 établissements dans l’arrondissement VI Talangaï,
2 établissements dans l’arrondissement VII Mfilou.
Suivant la morphologie et la nature des sols de Brazzaville, les effets des pluies et autres
phénomènes naturelle, nous pouvons placer les établissements comme il suit : Fonction des
inondations, érosion et glissements de terrain :
Arrondissements Etablissements
Scolaires
Fonction des Ouénzé
inondations
Talangaï,
Mfilou,
Erosions,
glissements de
Makéléké
terrain
Moungali
Eméraude et 5
Février
Fleuve Congo
Ngaliéma
Djoué Camp (
Erosion maîtrisée)
31 Décembre
Tableau n°3 : Ecoles en proie à l’inondation et glissement de terrain à Brazzaville
- 1.2. Pointe-Noire
La ville de Pointe-Noire est la ville économique du Congo. Administrativement, elle a quatre
arrondissement (Lumumba, Mvoumvou, Tsiétsié et Loandjili). Située à près de 510 km de
Brazzaville, elle a quasiment les mêmes caractéristiques sur le plan climatiques,
pédologiques, culturels et humains.
Le sol de Pointe-Noire est un sol constitué par le sable et l’argile. La ville est traversée par
deux rivière qui séparent l’arrondissement 3 Tsiétsié et l’arrondissement 4 Loandjili et la
rivière Tchinouka qui sépare l’arrondissement 1 Lumumba et l’arrondissement 3 Tsiétsié. Ces
deux rivières sont utilisées comme exutoire et les abords de celles-ci sont devenus des
dépotoirs des déchets de tout genre.
Les quatre arrondissements bénéficient des infrastructures de bases et des équipements tels
que les hôpitaux, les voiries revêtues et les écoles. Ces dernières sont en état de dégradations
très avancé.
Sur le plan et social, les populations de Pointe-Noire font face aux mêmes problèmes que
celles de Brazzaville : Prolifération de maladies hydriques, dégradation des conditions de vie,
les réseaux d’eau et d’électricité déficients, absence de lieu de distraction et surexploitation et
destruction des infrastructures scolaires.
Les établissements retenus pour le projet d’aménagement et/ou de reconstruction se
retrouvent dans tous les quatre arrondissements qui composent la mairie de Pointe-Noire :
-
2 établissements dans l’arrondissement I Lumumba
-
2 établissements dans l’arrondissement II Mvou-Mvou
-
3 établissements dans l’arrondissement III Tié-Tié
-
4 établissements dans l’arrondissement IV Louandjili
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 12 ~
La situation géographique de Pointe-Noire permet de classer les établissements scolaires du
point de vue géologique et des sols :
Arrondissements Etablissements
Scolaires
Erosions,
glissements de Tié-Tié
terrain
Mpaka 8
Tableau n°4 : Ecoles en proie à l’inondation et glissement de terrain à Pointe-Noire
4.2.
Situation de l’environnement des infrastructures scolaires (Etat des lieux)
2.1. Situation Globale (identique) pour toutes les infrastructures scolaires
2.1.1. Situation de l’Environnement naturel et mesure d’atténuation
Situation de
l’Environnement naturel
Mesures d’atténuation
2
Absence d’arbres et
repousse sauvage d’herbes
Campagne de plantation d’arbres Responsables d’école,
et entretien de l’espace scolaire
COLODE, OC, CQ, APE
3
Sol argileux (BZV),
sablonneux (PNR)
-
-
5
Insalubrité : déchets
scolaires, décharges
publiques
Evacuation des déchets, clôture,
entretien, sensibilisation de la
population environnante
Entreprise de construction,
Responsables d’école,
COLODE, OC, CQ, APE
Responsables
Tableau n°5 : Situation de l’environnement naturel, mesures d’atténuation et responsabilités
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 13 ~
2.1.2. Situation du construit, mesures d’atténuation et responsabilité
Situation du
construit
Mesures d’atténuation
Responsables
1
Salle de classe et
bureaux en état de
dégradation
Réhabilitation, démolition et
reconstruction si nécessaire,
entretien
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction, Responsables
d’école, COLODE, OC, APE
2
Logements
administratifs
inexistants
Construction de logements
administratifs et entretien
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction, Responsables
d’école
3
Latrines
insuffisantes ;
insalubres
Réhabilitation et construction de
nouvelles latrines selon les
normes, entretien
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction, Responsables
d’école
4
Points d’eau non
approvisionnés,
détruits, insuffisants
ou inexistants
Réhabilitation du réseau de la
SNE, construction de points
d’eau selon le besoin, entretien
CCP, Bureau d’études, SNDE,
5
Absence de fosse à
ordures
Construction des fosses à ordure, CCP, Bureau d’études, SNDE,
entretien
Responsables d’école, services de
la municipalité
6
Installation
Réhabilitation du réseau des
électrique détruite ou installations électriques
inexistante
CCP, Bureau d’études, SNE
7
Mur de clôture
détruit ou inexistant
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction
Réhabilitation et/ou construction
du mur de clôture
Responsables d’école
Tableau n°6 : Situation du construit, mesures d’atténuation et responsabilité
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 14 ~
2.1.3. Environnement humain et social, mesures d’atténuation et responsabilité.
Environnement
humain et sanitaire
Mesures d’atténuation
Responsables
1 Carence d’enseignants
Affectation du nombre
suffisant d’enseignants
Ministère de l’Enseignement
Primaire et Secondaire chargé de
l’alphabétisation
2 Sureffectif des élèves :
Répartition des salles de
classe en Vagues
Construction des salles de
classe en nombre suffisant
CCP, Bureau d’études,
Responsables d’école
3 Insuffisance de tables
bancs,
Fourniture de meubles
suffisant
CCP, Bureau d’études,
Responsables d’école
4 Exposition aux
intempéries
Réhabilitation des salles de
classe
CCP, Bureau d’études,
Responsables d’école
5 Absence de système de
traitement de déchets
scolaires
Instauration du système de
traitement de déchets scolaire
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction, Responsables
d’école, services de la municipalité
6 Exposition aux maladies
diarrhéiques,
Réhabilitation des
infrastructures, élimination
des vecteurs, alimentation en
eau potable
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction, Responsables
d’école, services de la municipalité,
SNDE
7 Pas de lieu de repos :
exposition au soleil
Construction sur les
bâtiments, construction des
préaux,
CCP, Bureau d’études, Entreprise
de construction, Responsables
d’école
Tableau n°7 : Environnement humain et social, mesures d’atténuation et responsabilité
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 15 ~
2.1.4. Environnement Economique et sécuritaire, mesures d’atténuation et responsabilité
Environnement économique et Mesures d’atténuation
sécuritaire
Responsables
1
Présence de points de vente dans
l’école et au alentour, Absence
d’unité de production propre à
l’école
/
/
2
Absence de service de sécurité
Instauration de service de
gardiennage
Responsables d’école
3
Actes de vol et de destruction
Sensibilisation de la
population avoisinante
CCP, COLODE, OC, APE,
CQ
Tableau n°8 : Environnement Economique et sécuritaire, mesures d’atténuation et
responsabilité
2.1.5. Environnement Culturel et Social, mesures d’atténuation et responsabilité
Environnement culturel et
social
Mesures d’atténuation
Responsables
1
Absence de dispensaires dans les
écoles et la prise charge sanitaire
Installation des dispensaires
scolaires et la prise en charges
des élèves et enseignants
CCP, COLODE, OC, APE
3
Absence de cantines scolaires
dans 22 écoles sur 33.
Instauration des cantines
scolaires dans toutes les écoles
CCP, COLODE, OC, APE
4
Absence de bus scolaire
Dotation de bus scolaire
CCP, COLODE, OC, APE
5
Genre : Pas de distinction entre
latrines pour filles et garçons
Construction des latrines pour
filles et latrines pour garçons
CCP, Bureau d’études,
Entreprise de construction
6
Aires de jeux non aménagées ou
quasi absente
Réhabilitation des aires de
jeux, mise à disposition des
terrains pour les écoles qui
n’ont pas des aires de jeux
CCP, Bureau d’études,
Entreprise de construction,
Ministère de la construction et
de l’équipement.
7
Absence bibliothèque et de centre
de documentation
Installation de bibliothèque et
centre de documentation
CCP, COLODE, OC, APE
Tableau n°9 : Environnement culturel et social, mesures d’atténuation et responsabilité
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 16 ~
2.1. Situation spécifiques des infrastructures scolaires
Noms
d’Ecoles
Occupation
anarchique
1
Loango
Marine
Maison
d’habitation
(déplacés de
guerre) /
déplacement
population /
assistance
2
Angola
Libre
Jardins
/Démolition/
Assistance
3
Djoué
Camp
5
Moukoun
dzingouak
a
Erosion
Inondation
Voix
d’accès
Démolitions de
bâtiments
Espace
restreint/Délocalis
ation/Extension
des sites
Bâtiment D et
C, Vétustes /4
salles de classe
Difficulté
d’accès en
voiture/Colle
cteur ouvert/
collecteur à
fermer
Route
rétrécie /
ravin et
décharges
publique/Ma
îtriser
l’érosion,
nettoyage de
la route
Travaux en
cours
Mur de
clôture
Passage
piétons/vé
hicules
Excavations
de l’espace
Réhabilitation
bâtiment A, et B
/Construction 3
nouvelles salles
de
classe/UNICEF
En partie
détruit/Réha
bilitation
Passage
pétions/Ré
habilitation
Excavation de
l’espace
scolaire, Eaux
stagnantes /
Remblai et
nettoyage
En partie
détruit,
Passage
pétions /
Mur à
réhabiliter
En partie
détruit,
Passage
Piétons et
véhicules/
Bâtiment C.D,
Maîtres,
surveillant,
Sanitaires/Norm
es, Dégradation
Espace scolaire
restreint /
Sureffectif/Absence
d’aires de jeux
~ 17 ~
Mur à
réhabiliter
Espace scolaire
restreint/Sureffectif/
Absence d’aires de
jeux
6
Révolutio
n
7
Trois
Martyrs
8
Gambio
Mfilou
9
Ngaliéma
10
Amitié
Occupation
non
autorisée/
Garage de
véhicules/Ex
pulsion
/Assistance
En partie
détruit/Néce
ssité du mur
de
séparation
avec le
collège
Passage
Piétons et
véhicules/
Mur à
réhabiliter
11
Mbama
Occupation
non
autorisée/
Champs de
culture/Expu
lsion
En partie
détruit/Néce
ssité
séparation
avec le
collège
Passage
Piétons et
véhicules/
Mur à
réhabiliter
Manque de
ceinture sur
une partie du
mur
Construction
de deux
maisons
d’habitation/
Amputions
Stagnation
des eaux de
ruissellemen
ts des
/nécessité de
canalisation
Ravin
menaçant les
salles de
classe
/Délocalisatio
n
Un bâtiment
/Etat de
dégradation
avancé
Un Bloc
sanitaire
X
Ecole à
délocaliser/site non
encore défini
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 18 ~
/Assistance
Espace scolaire
restreint/Absence
d’aires de jeux
12
Mbiemo I
13
Nkeoua
Joseph
14
Unité
Africaine
15
31
Décembre
16
Eméraude
et 5
Février
Occupation
non
autorisée/Ex
pulsion /
Assistance
Inondation
toute
l’année/néce
ssité de
canalisation
Voie
impraticable
pendant la
saison de
pluie/Travau
x
d’Assainisse
ment
17
Fleuve
Congo
Occupation
non
autorisée
/Amputation
Inondation
toute
l’année/néce
ssité de
canalisation
Difficulté
d’accès en
voiture/
Travaux
d’Assainisse
ment
En partie
détruit/Créat
ion passage
élèves/néces
sité d’un
portillon
Saut du
mur par les
élèves
Occupation
non
autorisée/
Champs de
culture/Expu
lsion /
Assistance
En partie
détruit
Erosion/ruisse
llement des
eaux de
surface
En partie
détruit par
l’érosion
Espace
restreint/inondation/
sureffectif/Absence
d’aires de jeux
Un bâtiment
/Etat de
dégradation
avancé
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
En partie
détruit/Créat
ion passage
élèves/néces
sité d’un
portillon
Passage
Piétons/
Mur à
réhabiliter
Pas de mur
de
clôture/Cons
truction du
mur de
clôture
Passage
pétions/Mu
rà
construire
~ 19 ~
Bâtiment A de 2
salles de classe,
vétuste/Réamén
agement
Excavation de
l’espace
scolaire, eaux
stagnantes/Re
mblai
1
3 Martyrs
4
Pambou
Bénjamin
5
Alexis
Makosso
6
Nanga
7
Mpaka 8
8
S.D.
Kounga
Makosso
9
8 Février
1964
Bâtiment A
abimé, en cours
d’effondrement
Passage
Piétons et
véhicules
10
15 Août
Bâtiment A
abimé, en cours
d’effondrement
Passage
Piétons et
véhicules
11
Tchimba
mbouka
Réhabilitation
du bâtiment de 6
salles de classe
et bloc
administratif/U
NICEF
Occupation
non
autorisée
/Amputation
Passage
piéton
Ravinement
important de
l’extérieur
vers la cours
et salles de
classe
Difficulté
d’accès en
voiture/
Travaux
d’Assainisse
ment
Bâtiment à 5
salles de classe
abimé, en cours
d’effondrement
Passage
piéton
Passage
Piétons et
véhicules
Passage
Piétons et
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 20 ~
véhicules
12
Tchimagn
i
13
Mbota
Raffinerie
14
Ngoyo
15
Loussala
16
Tchiniam
bimbota
Difficulté
d’accès en
voiture/
Travaux
d’Assainisse
ment
Occupation
non
autorisée
/Expulsion/
Assistance
Passage
piétons
Inondations
saisonnière/
nécessité de
canalisation
Passage
Piétons et
véhicules
Réhabilitation
d’un bâtiment
de 3 salles de
classe et bloc
administratif /
UNICEF
Occupation
non
autorisée
/Amputation
Passage
Piétons et
véhicules
Sureffectif/Espace
restreint/Absence
d’aires de jeux /Site
non encore défini
Passage
piétons
Sureffectif/Espace
restreint/Absence
d’aires de jeux /Site
non encore défini
Passage
Piétons et
véhicules
Tableau n°10 : Etat des lieux des infrastructures scolaires (Situation spécifiques)
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 21 ~
5.
EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX
La réalisation de projet de construction et/ou réhabilitation des infrastructures scolaires peut avoir des
incidences environnementales ou sociales :
-
Sur le plan environnemental, les risques possibles sont ceux liés à la pollution de la nappe et des
puits d’eau par les latrines.
-
Sur le plan social, les activités de construction et/ou de réhabilitations des écoles primaires ne
créeront pas de déplacements massifs de populations (il n’y aura pas de destruction d’habitations
pouvant occasionner une réinstallation ailleurs ou perte d’activités) tel que le prévoit le code
domanial et la loi n° 11-2004 portant sur la procédure d’expropriation. Cependant, la disposition
de la Banque Mondiale en la matière, en l’occurrence, l’OP 4.12 prévoit trois catégories de
personnes éligibles à la compensation des terres :
o Les détenteurs d’un droit formel sur les terres,
o Les personnes qui n’ont pas de droit formel sur les terres au moment où le recensement
commence, mais qui ont des réclamations sur ces terres ;
o Les personnes qui n’ont ni droit formel ni titres susceptibles d’être reconnus sur les terres
qu’elles occupent.
Les personnes relevant des deux premières catégories ci-dessus reçoivent une compensation pour les terres
perdues. Quant à celle de la troisième catégorie, elles reçoivent uniquement une aide à la réinstallation.
Cet appui peut éventuellement être complété par une quelconque assistance visant l’atteinte des objectifs
énoncés la précédente politique, si les personnes avaient occupé les terres dans la zone du projet avant une
date limite fixée par l’Emprunteur et acceptable par la Banque. Les personnes occupant ces zones après la
date limite n’ont droit à aucune compensation ni autre forme d’aide à la réinstallation. Ainsi, les occupants
informels (troisième catégorie ci-dessus) ne peuvent bénéficier que d’une assistance à la réinstallation.
Au vu de cette disposition de l’OP 4.12, on constate que toutes les personnes sujettes à être déplacé dans
le cadre du projet de construction et/ou réhabilitation des écoles, appartiennent à la troisième catégorie et
ne peuvent bénéficier que d’une assistance à la réinstallation. Les déplacements suivants sont attendus :
1° Le déplacements des populations
-
Brazzaville :
o Loango Marine (Une maison en bois abritant quatre familles : déplacées de guerre),
2° Déplacements en terme de perte d’activités
-
Brazzaville :
o Ecole primaire Amitié : Gardiennage de voitures
o Ecole Mbama : champ de manioc
o Ecole Angola Libre : jardin maraicher
-
Pointe-Noire :
o Ecole Mbota Raffinerie : Container,
o Ecole primaire Alexis Makosso : Point de vente de pièces détachées pour véhicule,
~ 22 ~
EVALUATION DE L’ASSISTANCE
Nature :
La procédure nationale prévoit que la compensation doit se fait en principe en espèce tandis que l’OP 4.12
autorise le paiement en espèces d’une compensation pour perte de bien. En ce qui concerne l’assistance,
nous pouvons estimer qu’elle devrait être effectuée sous forme d’un paiement en espèce.
La valeur :
-
Perte de logement :
L’objectif de l’assistance est de minimiser l’impact négatif engendré par la perte du lieu d’habitation de
chaque famille déplacée, du fait des travaux. Cette assistance consistera à rendre chaque famille capable
de se procurer un autre lieu d’habitation (location) pendant une durée déterminée.
L’école Loango Marine se trouve dans un quartier ou le loyer mensuel moyen d’une maison familiale est
de 30 000 frs/mois. On peut estimer qu’après 24 mois, la famille pourra se prendre en charge.
-
Perte d’activités :
De même que pour la perte de logement, le montant estimé de l’assistance pour démolition et perte
d’activité ne devrait ne pas excéder l’équivalent du paiement accordé dans le cadre d’une indemnisation
et une période de 30 jours semble suffisant pour permettre aux personnes déplacées de trouver d’autres
sites. Le C.P.R.P, prévoit, dans ce cadre, le maximum de :
Culture
Prix au M2
Ecoles
Manioc de + 10 ans
200 F
Nkéoua Joseph, Mbama
Poireau (légumes)
500 F
5 Février, Angola Libre
Activités
Revenus journalier en Fcfa
Ecoles
Garages
40 000
Amitié
Kiosque/produits divers
5 000
Mbota Raffinerie, Alexis Makosso
6.
SYNTHESE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX ET MESURES
D’ATTENUATION
6.1.
Impacts Négatifs Globaux, mesures d’atténuation et acteurs responsables
Impacts Avant les Travaux
1. Nuisance lors des travaux,
2. Déplacement des populations, arrêt des activités
socio-économiques,
Mesures d’atténuation
Acteurs responsables
1. Application des Clauses
Environnementales et
Sociales pour les Travaux :
CEST (annexe 2)
1. Entreprise
2. Indemnisation et assistance
2. C.C.S. (Comité de
Conciliation et de suivi)
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 23 ~
Mesures d’atténuation
Acteurs responsables
3. Différends sociaux si non utilisation de la main
d’œuvre locale,
3. Recrutement de la main
d’œuvre locale
3. Entreprise, COLODE, OC
4. Exposition de la population scolaire aux
matériaux de construction et leurs déchets ;
4. Application des CEST
(annexe 2)
5. Manipulation des déchets pollués par les
ouvriers
5. Application des CEST
(annexe 2)
6. Mauvaise gestion des déchets et des pertes de
chantiers (eaux résiduaires, déchets solides, etc)
6. Application des CEST
(annexe 2)
Impacts Pendant les Travaux
7. Destruction de l’espace scolaire suite à
l’utilisation des engins et camions,
8. Pollution de l’espace scolaire suite à
l’approvisionnement des chantiers en carrière,
pointes, ciments, huiles et peintures,
9. Contamination de l’écosystème suite à la
démolition des installations existantes (fosses
septiques)
Impacts Pendant l’Exploitation
10. Pollution engendré par le manque traitement
des déchets scolaires,
11. Manque d’entretien et mauvais fonctionnement
des latrines
12. Incitation aux actes sexuels et viols
7. Application des CEST
(annexe 2)
8. Application des CEST
(annexe 2)
9. Application des CEST
(annexe 2)
5. Entreprise, Bureau de
contrôle
6. Entreprise, Bureau de
contrôle
7. Entreprise, Bureau de
contrôle
8. Entreprise, Bureau de
contrôle
9. Entreprise, Bureau de
contrôle
Mesures d’atténuation
Acteurs responsables
10. Traitement et/ou
évacuation des déchets
scolaires
10. Responsables d’école,
COLODE, OC, Services de
Municipalité
11. Information et formation
permanente
12. Séparation des latrines
des filles et des garçons
13. Action de vandalisme et de dégradation des
installations en cas d’absence de suivi et de
surveillance.
4. Entreprise, Bureau de
contrôle
13. Information,
sensibilisation
11. Responsables d’école,
COLODE, OC
12. Responsables d’école
13. Responsables d’école,
COLODE, OC, CQ
Tableau 11 : Impacts environnementaux et sociaux négatifs globaux
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 24 ~
6.2.
Impacts Positifs Globaux et bonification
Impacts pendant les Travaux
1. Activité génératrice de revenus pour les
populations locales au cours des travaux (l’achat de
matériaux de construction et injection d’argent frais
sur les marchés locaux : pierre, sable, gravier,
ciments)
2. Création de nouveaux emplois avec les
entreprises de construction des écoles
3. Intensification des activités de restauration et
d’unité de ventes diverses autour des chantiers
Impacts pendant l’Exploitation
4. Augmentation de la capacité d’accueil des écoles
publiques
5. Réduction des maladies hydriques et lutte contre
le péril fécal, développement chez les élèves d’une
grande conscience d’hygiène et l’assainissement
individuel et collectif, réduction des mauvaises
pratiques dans les écoles (faire les besoins dans la
nature)
Bonification
1. Favoriser le recrutement au niveau
local ; Encourager l’emploi des ouvriers
(clause dans le contrat), Encourager
l’établissement des contrats avec les
associations des jeunes riverains
2. Encourager l’emploi des PME locales
par la sous-traitance de certaines
activités ; appui au PME par la formation
et la facilitation de l’accès aux crédits
Acteurs
responsables
1. Entreprise,
COLODE, OC
2. Entreprise
3. Aménager des airs spécifiques et
organiser les activités autour des
chantiers pendant les travaux
3. Entreprise
Bonification
Acteurs
responsables
4. Sensibilisation des parents à faire
inscrire plus d’enfants à l’école publique
et bénéficier de la gratuité
4. Responsables
d’écoles,
association
parents et
élèves,
COLODE, OC
5. Sensibilisation et formation en vue de
l’adoption de nouveau comportement par
les élèves et les responsables d’écoles
5. Responsables
d’écoles,
association
parents et
élèves,
COLODE, OC
6. Création d’un environnement scolaire saint,
amélioration des conditions de travail pour les
instituteurs et d’études pour les élèves,
7. Construction et/ou aménagement des logements
administratifs,
8. Aménagement et/ou reconstruction des murs de
clôture et des aires de jeux,
9. Construction des latrines remplissant les
conditions d’hygiène ; séparation des latrines pour
maîtres et élèves ; séparation des latrines pour
garçons et filles
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 25 ~
10. Dotations des tables bancs et autres fournitures
scolaires,
11. Ouverture des centres de documentation dans
les écoles ;
12. Construction des fosses à ordures et l'utilisation
adéquate des fosses par la population scolaire.
13. Fourniture d’eau potable dans chaque école et
construction des points d’eau suffisants
14. L’amélioration de l’éclairage dans les salles de
classe grâce au rétablissement du réseau et des
installations électriques ;
15. L’amélioration des conditions d’hygiène dans le
milieu scolaire grâce au rétablissement du réseau
d’eau et des robinets régulièrement alimentés en
eau potable,
Tableau 12 : Impacts environnementaux et sociaux Positifs globaux
6.3.
Impacts Spécifiques à quelques infrastructures scolaires
7.
Impact Environnemental
et Social
Mesures
d’atténuation
Acteurs responsables
Perte d’activités (magasin,
point de vente, garages)
Evaluation sociale /
assistance
C.C.S. (Comité de
Conciliation et de
suivi)
Nkeoua Joseph,
Eméraude et 5
Février, Mbama,
Angola Libre,
Perte de moyens de
production, source de
revenus ou moyen de
substance (jardins, champs)
Evaluation sociale /
assistance
C.C.S. (Comité de
Conciliation et de
suivi)
Loango Marine,
Perte d’habitats construits
sans droit formel
Evaluation sociale /
assistance
C.C.S. (Comité de
Conciliation et de
suivi)
Réduction de la superficie
de l’école pour isoler les
occupants de l’emprise.
Amputer l’école de la
superficie
de
ces
occupants/Pas d’impact C.C.S. (Comité de
financier/Pas d’impact Conciliation et de
sur
la
superficie suivi)
nécessaire
à
l’établissement.
Infrastructures
scolaires concernées
Mbota Raffinerie,
Alexis Makosso,
Amitié,
Fleuve Congo,
Tchiniambimbota
Tableau 13 : Impacts environnementaux et sociaux spécifiques
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 26 ~
COUT DES MESURES D’ATTENUATION
Au constat de l’évaluation des impacts environnementaux et sociaux précédents, il sied de constater que
tous les impacts négatifs sont mineurs. Les mesures d’atténuation simples seront nécessaires.
Mesures d’atténuation spécifiques
Avant les travaux
Formation et sensibilisation
10 000 000
Assistance pour déplacements des populations,
5 250 000
Pendant les travaux
Suivi permanent
(inclus dans le suivi technique du bureau chargé de
la supervision des travaux)
Evaluation à mi-parcours/suivi
4 000 000
Coût global
19 250 000
Tableau 14 : Coût des mesures d’atténuation
PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL
7.1.
Suivi et évaluation
Le suivi et l’évaluation sont complémentaires. Le suivi vise à corriger en temps réel, à travers la
surveillance continue, les méthodes d’exécution des interventions et d’exploitation des infrastructures.
Quant à l’évaluation, elle vise à vérifier si les objectifs ont été respectés et à tirer les enseignements
d’exploitation pour modifier les stratégies futures d’intervention.
7.2.
Indicateur de suivi
Les indicateurs sont des paramètres dont l’utilisation fournit des informations quantitatives ou qualitatives
sur les impacts et les bénéfices environnementaux et sociaux du PEDU.
Indicateurs d’ordre stratégique à suivre par le Responsable de Suivi/Evaluation de la Cellule de
Coordination du PEDU (CC-PEDU).
Les indicateurs stratégiques à suivre par le Responsable de Suivi/Evaluation (RSE) de la CCP-PEDU sont
les suivants :
-
Désignation des Points Focaux Environnement (PFE) au niveau des structures impliquées dans le
PEDU,
-
Effectivité de la sélection environnementale (Screening) des activités du PEDU,
-
Effectivité du suivi environnemental et du reporting ,
-
Mise en œuvre des programmes de formation/sensibilisation sur le Cadre de Gestion
Environnemental et Social (CGES) du PEDU
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 27 ~
Les indicateurs à suivre par le PFE/PEDU, PFE/STC
Les indicateurs ci-dessous sont proposés à suivre par les bureaux de contrôle et les consultants, les PFE
(PEDU, Services Techniques Communaux STC), mais aussi, si possible, des services environnementaux,
les collectivités locales et les ONG et les Chargés de Projet du Ministère de l’Enseignement, Primaire,
Secondaire et de l’Alphabétisation (MEPSA):
-
Recrutement des Experts Environnement pour assurer le suivi des travaux,
-
Effectivité de l’insertion de clauses environnementales dans les dossiers d’exécution,
-
Efficience des systèmes d’élimination des déchets issus des travaux de chantier,
-
% d’entreprises respectant les dispositions environnementales dans les chantiers,
-
Niveau d’application des mesures d’atténuation environnementales et sociales,
-
Nombre d’acteurs formés/sensibilisés en gestion environnementale et sociales,
-
Nombre d’emplois créés localement (main d’œuvre locale utilisée pour les travaux),
-
Niveau d’implication des mairies et acteurs locaux dans le suivi des travaux,
-
Qualité et fonctionnalité des infrastructures réalisées,
-
Nombre de compagne de sensibilisation (sur le projet, sur l’hygiène, la sécurité lors des travaux)
-
Nombre d’associations locales et ONG impliquées dans la mise en œuvre et le suivi,
-
Réalisation du manuel d’entretien des infrastructures,
-
Effectivité de la base des données environnementales en milieu urbain,
-
Nombre de personnes affectées et compensées par le projet,
-
Nombre et nature des conflits sociaux liés aux travaux,
-
Nombre d’accidents causés par les travaux,
-
Nombre de plaintes enregistrées lors des travaux,
-
Régularité et effectivités du suivi de proximité.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 28 ~
Elément de
suivi
Types d’indicateurs
Eléments à collecter
Périodicit
é
Responsabilité
Infrastructure
socioéconomique
Entretien et gestion
. Qualité de la réalisation
Une fois
par mois
. Bureau de
contrôle
. Niveau de dégradation
(exploitation)
. PFE/PEDU
. Effectivité et efficience de la
gestion
Environnemen
t et cadre de
vie
Hygiène et santé
Pollution et nuisance
Sécurité lors des
opérations et des
travaux
Perturbation et
déplacement lors des
travaux
. Types et qualité de gestion des
déchets (liquides, solides)
. Existence d’un mécanisme de
prévention et règlement des conflits
. Nombre de conflits sociaux sur les
sites
. Respect du port des équipements de
protection
. Présence de maladies liées à
l’insalubrité
. Respect des mesures d’hygiène sur
le site
. Nature des indemnisations et
réinstallation
Tableau 15 : Indicateurs de suivi environnemental
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
. PFE/STC
.MEPSA
Une fois
par mois
. Consultant
. PFE/SNDE
. PFE/PEDU
. PFE/STC
. MEPSA
~ 29 ~
Ces indicateurs seront régulièrement suivis au cours de la mise en place et l’avancement du projet et
seront incorporés dans le Manuel d’Exécution et de Suivi du PEDU.
3° Institution responsable pour le suivi de l’application des mesures d’atténuation
Le suivi sera effectué en « interne » (par des les Bureaux de contrôle des travaux et les mairies
d’arrondissement et le Chargés de projet du MEPSA (pour le suivi permanent de proximité) et par les
PFE/PEDU, le PFE/STC (pour le suivi régulier mensuel), durant toute la phase d’exécution des projets.
L’évaluation sera réalisées à « l’externe » (par la DGE, le Ministère de l’Education, des Consultants
indépendants (pour l’évaluation à mi-parcours et finale à la fin des travaux)
4° Calendrier de mise en œuvre des mesures d’atténuation
Le calendrier de mise en œuvre et de suivi des activités environnementales du PEDU s’établira comme
suit :
Période de réalisation
Mesures
Actions proposées
Mois - 2
Mesures
d’atténuation
Sensibilisation
Evaluation sociale pour
déterminer les justes
compensations et
l’assistance
Sensibilisation et
mobilisation des populations
locales
Mois +4
An 1
Avant la
mise
en œuvre
Durant la
mise
En œuvre
Mesures de suivi
Suivi
environneme
ntal et
surveillance
environneme
ntale du
PEDU
Suivi de
proximité
Durant la
mise en
œuvre
Supervision
Tous les
mois
A miparcours
Fin 2ème
année
Finale
Fin du projet
(5ème année)
Evaluation
Tableau 16 : Calendrier de mise en œuvre des mesures d’atténuation
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
…..
An 5
~ 30 ~
8.
ANALYSE DES VARIANTES
8.1.
Situation « Sans projet » :
Aussi bien pour la ville de Brazzaville que pour Pointe-Noire, la situation sans réhabilitation et/ou
construction des écoles impliquerait :
8.2.
-
des effets induits néfastes en termes de maintien de l’état actuel d’insuffisance et de dégradation
des infrastructures et équipements scolaires,
-
d’exacerbation de l’insalubrité,
-
de surpopulation des salles de classe,
-
de difficulté d’accès à l’éducation par les populations démunies,
-
de transmission et propagation des maladies hydriques etc.
Conclusion
L’absence ou la non réhabilitation des équipements éducatifs, constituerait une limite sérieuse dans la
politique d’éducation, de santé et d’amélioration du cadre de vie pour des enfants scolarisés et leurs
enseignants. Aussi, cette option n’est pas à envisager.
9.
CONCLUSION - RECOMMANDATIONS
9.1.
Conclusion :
Les travaux de construction et de réhabilitation des écoles ne vont pas occasionner des impacts
environnementaux et sociaux significatifs. Les nuisances qui seraient être causés par ces travaux seront
pourront être soit évités ou fortement réduits en appliquant les mesures préconisées dans le présent PGES.
Une évaluation sociale sera faite avant les travaux dans chaque école afin de définir les mesures de
mitigation pour des situations susceptibles d’être nées entre la présente étude et le début des travaux. Ces
mesures de mitigation sociales devront être mises en œuvre avant le début des travaux.
Dans ce sens une provision pour la compensation des impacts sociaux est inscrite à hauteur de 20 millions
FCFA pour couvrir les estimations de l’annexe I (actualisées au moment des travaux) mais aussi
d’éventuelles situations à constater avant les travaux dans les écoles retenues.
9.2.
Recommandations
La pérennisation des infrastructures nouvelles et réhabilitées nécessite une gestion intégrée, après la
période de mise en œuvre du projet. Pour mener à bien cette gestion, le ministère de l’Enseignement
Primaire et Secondaire Chargé de l’Alphabétisation en collaboration avec les responsables des écoles,
devra mettre en place un comité de gestion doté d’un budget conséquent et mettre en contribution les
bénéficiaires dans la gestion des infrastructures scolaires
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 31 ~
10.
ANNEXES
10.1.
Annexes I : Détail coût de compensation et assistance
Ecoles primaire Loango Marine
Destinataire
Loyer moyen mensuel frs cfa
Durée (mois)
Montant frs cfa
30 000 FCFA
24
2 880 000
Quatre familles de
sinistrés
Démolition de plantes
Ecole
Nature de
plantes
Estimation
superficie
Coût par M2 en
frs cfa
Montant total en
frs cfa
Nkéoua Joseph
Manioc
1 200 m2
200
240 000
Mbama
Manioc
2 400 m2
200
480 000
5 Février
Légumes
800 m2
500
400 000
Angola Libre
Légumes
400 m2
500
200 000
Total
1 320 000
Pertes de revenus
Ecole
Activité
Revenu journalier
en frs cfa
Nombre de
jours
Montant total
en frs cfa
Amitié
Garage
25 000
30
750 000
Mbota raffinerie
Vente de produits divers
Kiosque
5 000
30
150 000
Alexis makosso
Vente de produits divers
5 000
30
150 000
Total
Total Assistance
1 050 000
5 250 000 frs cfa
Toutefois, une évaluation sociale sera faite avant le début des travaux pour actualiser les montants et avoir
une compensation juste et équitable à mettre en œuvre avant le début des travaux.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 32 ~
10.2.
Annexe 2 : Clauses environnementales et sociales pour les travaux
Comme indiqué plus haut, la gestion environnementale et sociale est une exigence de la constitution de la
République du Congo qui prescrit le droit pour tout citoyen à bénéficier d’un environnement sain,
satisfaisant et durable. Toute pollution ou destruction résultant d’une activité économique donne lieu à
compensation.
Le projet PEDU étant en cofinancement avec la Banque Mondiale, la gestion des impacts
environnementaux et sociaux se fera en conformité avec les politiques de sauvegarde environnementale et
sociale de cette institution. Dans ce sens, seront appliquées les dispositions de :
 PO/PB 4.01 Evaluation environnementale

PO/PB 4.12 Réinstallation involontaire.
Ces clauses environnementales et sociales sont destinées à aider les personnes en charge de la rédaction de
dossiers d’appels d’offres et des marchés d’exécution des travaux (cahiers des prescriptions techniques),
afin qu’elles puissent intégrer dans ces documents des prescriptions permettant d’optimiser la protection
de l’environnement et du milieu socio-économique. Les clauses sont spécifiques à toutes les activités de
chantier pouvant être sources de nuisances environnementales et sociales. Elles devront être insérées dans
les dossiers d’appels d’offres et dans les marchés d’exécution des travaux dont elles constituent une partie
intégrante.
10.3.
Dispositions préalables pour l’exécution des travaux
La gestion environnementale et sociale des travaux se fera conformément aux dispositions du
CGES et du CPRP en rapport avec :

PO/PB 4.01 Evaluation environnementale

PO/PB 4.12 Réinstallation involontaire.
Tous les opérateurs devront connaître et appliquer ces directives
En plus l’Entrepreneur et ses sous-traitants doivent : connaître les lois et règlements en vigueur dans le
pays et relatifs à l’environnement, à l’élimination des déchets solides et liquides, aux normes de rejet et de
bruit, aux heures de travail, etc.; prendre toutes les mesures appropriées en vue de minimiser les atteintes à
l’environnement ; assumer la responsabilité de toute réclamation liée au non-respect de l’environnement.
Permis et autorisations avant les travaux
Toute réalisation de travaux doit faire l’objet d’une procédure préalable d’information et d’autorisations
administratives. Avant de commencer les travaux, l’Entrepreneur doit se procurer tous les permis
nécessaires pour la réalisation des travaux prévus dans le contrat du projet routier : autorisations délivrés
par les collectivités locales, les services forestiers (en cas de déboisement, d’élagage, etc.), les services
miniers (en cas d’exploitation de carrières et de sites d’emprunt), les services d’hydraulique (en cas
d’utilisation de points d’eau publics), de l'inspection du travail, les gestionnaires de réseaux, etc. Avant le
démarrage des travaux, l’Entrepreneur doit se concerter avec les riverains avec lesquels il peut prendre des
arrangements facilitant le déroulement des chantiers.
Réunion de démarrage des travaux
Avant le démarrage des travaux, l'Entrepreneur et le Maître d’œuvre, sous la supervision du Maître
d’ouvrage, doivent organiser des réunions avec les autorités, les représentants des populations situées dans
la zone du projet et les services techniques compétents, pour les informer de la consistance des travaux à
réaliser et leur durée, des itinéraires concernés et les emplacements susceptibles d'être affectés. Cette
réunion permettra aussi au Maître d’ouvrage de recueillir les observations des populations, de les
sensibiliser sur les enjeux environnementaux et sociaux et sur leurs relations avec les ouvriers.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 33 ~
Préparation et libération du site
L’Entrepreneur devra informer les populations concernées avant toute activité de destruction de champs,
vergers, maraîchers requis dans le cadre du projet. La libération des emprises doit se faire selon un
calendrier défini en accord avec les populations affectées et le Maître d’ouvrage. Avant l’installation et le
début des travaux, l’Entrepreneur doit s’assurer que les indemnisations/compensations sont effectivement
payées aux ayants droit par le Maître d’ouvrage.
Repérage des réseaux des concessionnaires
Avant le démarrage des travaux, l’Entrepreneur doit instruire une procédure de repérage des réseaux des
concessionnaires (eau potable, électricité, téléphone, égout, etc.) sur un plan qui sera formalisée par un
Procès-verbal signé par toutes les parties (Entrepreneur, Maître d’œuvre, concessionnaires).
Libération des domaines public et privé
L’Entrepreneur doit savoir que le périmètre d’utilité publique lié à l’opération est le périmètre susceptible
d’être concerné par les travaux. Les travaux ne peuvent débuter dans les zones concernées par les emprises
privées que lorsque celles-ci sont libérées à la suite d’une procédure d’acquisition.
Programme de gestion environnementale et sociale
L’Entrepreneur doit établir et soumettre, à l'approbation du Maître d’œuvre, un programme détaillé de
gestion environnementale et sociale du chantier qui comprend : (i) un plan d’occupation du sol indiquant
l’emplacement de la base-vie et les différentes zones du chantier selon les composantes du projet, les
implantations prévues et une description des aménagements ; (ii) un plan de gestion des déchets du
chantier indiquant les types de déchets, le type de collecte envisagé, le lieu de stockage, le mode et le lieu
d’élimination ; (iii) le programme d’information et de sensibilisation de la population précisant les cibles,
les thèmes et le mode de consultation retenu ; (iv) un plan de gestion des accidents et de préservation de la
santé précisant les risques d’accidents majeurs pouvant mettre en péril la sécurité ou la santé du personnel
et/ou du public et les mesures de sécurité et/ou de préservation de la santé à appliquer dans le cadre d’un
plan d’urgence.
10.4.
Installations de chantier et préparation
Normes de localisation
L’Entrepreneur doit construire ses installations temporaires du chantier de façon à déranger le moins
possible l’environnement, de préférence dans des endroits déjà déboisés ou perturbés lorsque de tels sites
existent, ou sur des sites qui seront réutilisés lors d’une phase ultérieure pour d’autres fins. L’Entrepreneur
doit strictement interdire d'établir une base vie à l'intérieur d'une aire protégée.
Affichage du règlement intérieur et sensibilisation du personnel
L’Entrepreneur doit afficher un règlement intérieur de façon visible dans les diverses installations de la
base-vie prescrivant spécifiquement : le respect des us et coutumes locales ; la protection contre les
IST/VIH/SIDA ; les règles d’hygiène et les mesures de sécurité. L’Entrepreneur doit sensibiliser son
personnel notamment sur le respect des us et coutumes des populations de la région où sont effectués les
travaux et sur les risques des IST et du VIH/SIDA.
Emploi de la main d’œuvre locale
L’Entrepreneur est tenu d’engager (en dehors de son personnel cadre technique) le plus de main-d’œuvre
possible dans la zone où les travaux sont réalisés. A défaut de trouver le personnel qualifié sur place, il est
autorisé d’engager la main d’œuvre à l’extérieur de la zone de travail.
Respect des horaires de travail
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 34 ~
L’Entrepreneur doit s’assurer que les horaires de travail respectent les lois et règlements nationaux en
vigueur. Toute dérogation est soumise à l’approbation du Maître d’œuvre. Dans la mesure du possible,
(sauf en cas d’exception accordé par le Maître d’œuvre), l’Entrepreneur doit éviter d’exécuter les travaux
pendant les heures de repos, les dimanches et les jours fériés.
Protection du personnel de chantier
L’Entrepreneur doit mettre à disposition du personnel de chantier des tenues de travail correctes
réglementaires et en bon état, ainsi que tous les accessoires de protection et de sécurité propres à leurs
activités (casques, bottes, ceintures, masques, gants, lunettes, etc.). L’Entrepreneur doit veiller au port
scrupuleux des équipements de protection sur le chantier. Un contrôle permanent doit être effectué à cet
effet et, en cas de manquement, des mesures coercitives (avertissement, mise à pied, renvoi) doivent être
appliquées au personnel concerné.
Responsable Hygiène, Sécurité et Environnement
L’Entrepreneur doit désigner un responsable Hygiène/Sécurité/Environnement qui veillera à ce que les
règles d’hygiène, de sécurité et de protection de l’environnement sont rigoureusement suivies par tous et à
tous les niveaux d’exécution, tant pour les travailleurs que pour la population et autres personnes en
contact avec le chantier. Il doit mettre en place un service médical courant et d’urgence à la base-vie,
adapté à l’effectif de son personnel. L’Entrepreneur doit interdire l’accès du chantier au public, le protéger
par des balises et des panneaux de signalisation, indiquer les différents accès et prendre toutes les mesures
d’ordre et de sécurité propres à éviter les accidents.
Désignation du personnel d’astreinte
L’Entrepreneur doit assurer la garde, la surveillance et le maintien en sécurité de son chantier y compris
en dehors des heures de présence sur le site. Pendant toute la durée des travaux, l’Entrepreneur est tenu
d’avoir un personnel en astreinte, en dehors des heures de travail, tous les jours sans exception (samedi,
dimanche, jours fériés), de jour comme de nuit, pour pallier tout incident et/ou accident susceptible de se
produire en relation avec les travaux.
Mesures contres les entraves à la circulation
L’Entrepreneur doit éviter d’obstruer les accès publics. Il doit maintenir en permanence la circulation et
l’accès des riverains en cours de travaux. L’Entrepreneur veillera à ce qu’aucune fouille ou tranchée ne
reste ouverte la nuit, sans signalisation adéquate acceptée par le Maître d’œuvre. L’Entrepreneur doit
veiller à ce que les déviations provisoires permettent une circulation sans danger.
10.5.
Repli de chantier et réaménagement
Règles générales
A toute libération de site, l'Entrepreneur laisse les lieux propres à leur affectation immédiate. Il ne peut
être libéré de ses engagements et de sa responsabilité concernant leur usage sans qu'il ait formellement fait
constater ce bon état. L'Entrepreneur réalisera tous les aménagements nécessaires à la remise en état des
lieux. Il est tenu de replier tous ses équipements et matériaux et ne peut les abandonner sur le site ou les
environs.
Une fois les travaux achevés, l’Entrepreneur doit (i) retirer les bâtiments temporaires, le matériel, les
déchets solides et liquides, les matériaux excédentaires, les clôtures etc.; (ii) rectifier les défauts de
drainage et régaler toutes les zones excavées; (iii) nettoyer et détruire les fosses de vidange.
S'il est de l'intérêt du Maître d’Ouvrage ou des collectivités locales de récupérer les installations fixes pour
une utilisation future, l'Entrepreneur doit les céder sans dédommagements lors du repli.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 35 ~
En cas de défaillance de l'Entrepreneur pour l'exécution des travaux de remise en état, ceux-ci sont
effectués par une entreprise du choix du Maître d’Ouvrage, en rapport avec les services concernés et aux
frais du défaillant.
Après le repli de tout le matériel, un procès-verbal constatant la remise en état du site doit être dressé et
joint au procès-verbal de réception des travaux. La non remise en état des lieux doit entraîner le refus de
réception des travaux. Dans ce cas, le pourcentage non encore libéré du montant du poste « installation de
chantier » sera retenu pour servir à assurer le repli de chantier.
Protection des zones instables
Lors du démantèlement d’ouvrages en milieux instables, l’Entrepreneur doit prendre les précautions
suivantes pour ne pas accentuer l’instabilité du sol : (i) éviter toute circulation lourde et toute surcharge
dans la zone d’instabilité; (ii) conserver autant que possible le couvert végétal ou reconstituer celui-ci en
utilisant des espèces locales appropriées en cas de risques d’érosion.
Carrières et sites d'emprunt
L’Entrepreneur est tenu disposer des autorisations requises pour l’ouverture et l’exploitation des carrières
et sites d’emprunt (temporaires et permanents) en se conformant à la législation nationale en la matière.
L’Entrepreneur doit, dans la mesure du possible, utiliser de préférence un site existant. Tous les sites
doivent être approuvés par le superviseur des travaux et répondre aux normes environnementales en
vigueur. A la fin de l'exploitation d’un site permanent, l’Entrepreneur doit (i) rétablir les écoulements
naturels antérieurs par régalage des matériaux de découverte non utilisés; (ii) supprimer l'aspect délabré du
site en répartissant et dissimulant les gros blocs rocheux. A la fin de l’exploitation, un procès-verbal de
l'état des lieux est dressé en rapport avec le Maître d’œuvre et les services compétents.
Gestion des produits pétroliers et autres contaminants
L’Entrepreneur doit nettoyer l’aire de travail ou de stockage où il y a eu de la manipulation et/ou de
l’utilisation de produits pétroliers et autres contaminants.
Contrôle de l’exécution des clauses environnementales et sociales
Le contrôle du respect et de l’effectivité de la mise en œuvre des clauses environnementales et sociales par
l’Entrepreneur est effectué par le Maître d’œuvre, dont l’équipe doit comprendre un expert
environnementaliste qui fait partie intégrante de la mission de contrôle des travaux.
Notification
Le Maître d’œuvre notifie par écrit à l’Entrepreneur tous les cas de défaut ou non exécution des mesures
environnementales et sociales. L’Entrepreneur doit redresser tout manquement aux prescriptions dûment
notifiées à lui par le Maître d’œuvre. La reprise des travaux ou les travaux supplémentaires découlant du
non respect des clauses sont à la charge de l’Entrepreneur.
Sanction
En application des dispositions contractuelles, le non respect des clauses environnementales et sociales,
dûment constaté par le Maître d’œuvre, peut être un motif de résiliation du contrat. L’Entrepreneur ayant
fait l’objet d’une résiliation pour cause de non application des clauses environnementales et sociales
s’expose à des sanctions allant jusqu’à la suspension du droit de soumissionner pour une période
déterminée par le Maître d’ouvrage, avec une réfaction sur le prix et un blocage de la retenue de garantie.
Réception des travaux
Le non respect des présentes clauses expose l’Entrepreneur au refus de réception provisoire ou définitive
des travaux, par la Commission de réception. L’exécution de chaque mesure environnementale et sociale
peut faire l’objet d’une réception partielle impliquant les services compétents concernés.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 36 ~
Obligations au titre de la garantie
Les obligations de l’Entrepreneur courent jusqu’à la réception définitive des travaux qui ne sera acquise
qu’après complète exécution des travaux d’amélioration de l’environnement prévus au contrat.
10.6.
Clauses Environnementales et Sociales spécifiques
Signalisation des travaux
L’Entrepreneur doit placer, préalablement à l’ouverture des chantiers et chaque fois que de besoin, une
pré-signalisation et une signalisation des chantiers à longue distance (sortie de carrières ou de bases-vie,
circuit utilisé par les engins, etc.) qui répond aux lois et règlements en vigueur.
Mesures pour les travaux de terrassement
L’Entrepreneur doit limiter au strict minimum le décapage, le déblaiement, le remblayage et le
nivellement des aires de travail afin de respecter la topographie naturelle et de prévenir l’érosion. Après le
décapage de la couche de sol arable, l’Entrepreneur doit conserver la terre végétale et l’utiliser pour le
réaménagement des talus et autres surfaces perturbées. L’Entrepreneur doit déposer les déblais non
réutilisés dans des aires d’entreposage s’il est prévu de les utiliser plus tard; sinon il doit les transporter
dans des zones de remblais préalablement autorisées.
Mesures de transport et de stockage des matériaux
Lors de l’exécution des travaux, l’Entrepreneur doit (i) limiter la vitesse des véhicules sur le chantier par
l’installation de panneaux de signalisation et des porteurs de drapeaux ; (ii) arroser régulièrement les voies
de circulation dans les zones habitées (s’il s’agit de route en terre) ; (iii) prévoir des déviations par des
pistes et routes existantes dans la mesure du possible.
Dans les zones d'habitation, l’Entrepreneur doit établir l'horaire et l'itinéraire des véhicules lourds qui
doivent circuler à l'extérieur des chantiers de façon à réduire les nuisances (bruit, poussière et congestion
de la circulation) et le porter à l’approbation du Maître d’œuvre.
Pour assurer l'ordre dans le trafic et la sécurité sur les routes, le sable, le ciment et les autres matériaux fins
doivent être contenus hermétiquement durant le transport afin d'éviter l’envol de poussière et le
déversement en cours de transport. Les matériaux contenant des particules fines doivent être recouverts
d'une bâche fixée solidement. L’Entrepreneur doit prendre des protections spéciales (filets, bâches) contre
les risques de projections, émanations et chutes d’objets.
L’Entrepreneur peut aménager des zones secondaires pour le stationnement des engins qui ne sont pas
autorisés à stationner sur la voie publique en dehors des heures de travail et de l’emprise des chantiers.
Ces zones peuvent comporter également un espace permettant les travaux de soudure, d’assemblage, de
petit usinage, et de petit entretien d’engins. Ces zones ne pourront pas stocker des hydrocarbures.
Tout stockage de quelque nature que ce soit, est formellement interdit dans l’environnement immédiat, en
dehors des emprises de chantiers et des zones prédéfinies.
Mesures pour la circulation des engins de chantier
Seuls les matériels strictement indispensables sont tolérés sur le chantier. En dehors des accès, des lieux
de passage désignés et des aires de travail, il est interdit de circuler avec des engins de chantier.
L’Entrepreneur doit s’assurer de la limitation de vitesse pour tous ses véhicules circulant sur la voie
publique, avec un maximum de 40 km/h au niveau des agglomérations et à la traversée des villages. Les
conducteurs dépassant ces limites doivent faire l’objet de mesures disciplinaires pouvant aller jusqu’au
licenciement. La pose de ralentisseurs aux entrées des agglomérations sera préconisée. Les véhicules de
l’Entrepreneur doivent en toute circonstance se conformer aux prescriptions du code de la route en
vigueur, notamment en ce qui concerne le poids des véhicules en charge.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 37 ~
Protection des milieux humides
Il est interdit à l’Entrepreneur d’effectuer des aménagements temporaires (aires d’entreposage et de
stationnement, chemins de contournement ou de travail, etc.) dans des milieux humides.
Protection des sites sacrés et des sites archéologiques
L’Entrepreneur doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour respecter les sites cultuels et culturels
(cimetières, sites sacrés, etc.) dans le voisinage des travaux et ne pas leur porter atteintes. Pour cela, elle
devra s’assurer au préalable de leur typologie et de leur implantation avant le démarrage des travaux. Si,
au cours des travaux, des vestiges d’intérêt cultuel, historique ou archéologique sont découverts,
l’Entrepreneur doit suivre la procédure suivante : (i) arrêter les travaux dans la zone concernée ; (ii) aviser
immédiatement le Maître d’œuvre qui doit prendre des dispositions afin de protéger le site pour éviter
toute destruction ; un périmètre de protection doit être identifié et matérialisé sur le site et aucune activité
ne devra s’y dérouler; (iii) s’interdire d’enlever et de déplacer les objets et les vestiges. Les travaux
doivent être suspendus à l’intérieur du périmètre de protection jusqu’à ce que l’organisme national
responsable des sites historiques et archéologiques ait donné l’autorisation de les poursuivre.
Approvisionnement en eau du chantier
La recherche et l’exploitation des points d’eau sont à la charge de l’Entrepreneur. L’Entrepreneur doit
s’assurer que les besoins en eau du chantier ne portent pas préjudice aux sources d’eau utilisées par les
communautés locales. Il est recommandé à l’Entrepreneur d’utiliser les services publics d’eau potable
autant que possible, en cas de disponibilité. En cas d’approvisionnement en eau à partir des eaux
souterraines et de surface, l’Entrepreneur doit adresser une demande d’autorisation au Ministère
responsable et respecter la réglementation en vigueur.
L’eau de surface destinée à la consommation humaine (personnel de chantier) doit être désinfectée par
chloration ou autre procédé approuvé par les services environnementaux et sanitaires concernés. Si l’eau
n’est pas entièrement conforme aux critères de qualité d’une eau potable, l’Entrepreneur doit prendre des
mesures alternatives telles que la fourniture d’eau embouteillée ou l’installation de réservoirs d'eau en
quantité et en qualité suffisantes. Cette eau doit être conforme au règlement sur les eaux potables. Il est
possible d’utiliser l’eau non potable pour les toilettes, douches et lavabos. Dans ces cas de figures,
l’Entrepreneur doit aviser les employés et placer bien en vue des affiches avec la mention « EAU NON
POTABLE ».
Gestion des déchets liquides
Les bureaux et les logements doivent être pourvus d'installations sanitaires en nombre suffisant (latrines,
fosses septiques, lavabos et douches). L’Entrepreneur doit respecter les règlements sanitaires en vigueur.
Les installations sanitaires sont établies en accord avec le Maître d’œuvre. Il est interdit à l’Entrepreneur
de rejeter les effluents liquides pouvant entraîner des stagnations et incommodités pour le voisinage, ou
des pollutions des eaux de surface ou souterraines. L’Entrepreneur doit mettre en place un système
d’assainissement autonome approprié (fosse étanche ou septique, etc.). L’Entrepreneur devra éviter tout
déversement ou rejet d’eaux usées, d’eaux de vidange des fosses, de boues, hydrocarbures, et polluants de
toute natures, dans les eaux superficielles ou souterraines, dans les égouts, fossés de drainage ou à la mer.
Les points de rejet et de vidange seront indiqués à l’Entrepreneur par le Maître d’œuvre.
Gestion des déchets solides
L’Entrepreneur doit déposer les ordures ménagères dans des poubelles étanches et devant être vidées
périodiquement. En cas d’évacuation par les camions du chantier, les bennes doivent être étanches de
façon à ne pas laisser échapper de déchets. Pour des raisons d’hygiène, et pour ne pas attirer les vecteurs,
une collecte quotidienne est recommandée, surtout durant les périodes de chaleur. L’Entrepreneur doit
éliminer ou recycler les déchets de manière écologiquement rationnelle. L’Entrepreneur doit acheminer les
déchets, si possible, vers les lieux d’élimination existants.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 38 ~
Protection contre la pollution sonore
L’Entrepreneur est tenu de limiter les bruits de chantier susceptibles d’importuner gravement les riverains,
soit par une durée exagérément longue, soit par leur prolongation en dehors des heures normales de
travail. Les seuils à ne pas dépasser sont : 55 à 60 décibels le jour; 40 décibels la nuit.
Prévention contre les IST/VIH/SIDA et maladies liées aux travaux
L’Entrepreneur doit informer et sensibiliser son personnel sur les risques liés aux IST/VIH/SIDA. Il doit
mettre à la disposition du personnel des préservatifs contre les IST/VIH-SIDA. L’Entrepreneur doit
informer et sensibiliser son personnel sur la sécurité et l’hygiène au travail. L’Entrepreneur doit prévoir
des mesures de prévention suivantes contre les risques de maladie : (i) instaurer le port de masques,
d’uniformes et autres chaussures adaptées ; (ii) disposer d’une boite de pharmacie et de soin d’urgence et
fournir gratuitement au personnel de chantier les médicaments de base nécessaires aux soins d’urgence.
Voies de contournement et chemins d'accès temporaires
L’utilisation de routes locales doit faire l’objet d’une entente préalable avec les autorités locales. Pour
éviter leur dégradation prématurée, l’Entrepreneur doit maintenir les routes locales en bon état durant la
construction et les remettre à leur état original à la fin des travaux.
Passerelles piétons et accès riverains
L’Entrepreneur doit constamment assurer l’accès aux propriétés riveraines et assurer la jouissance des
entrées charretières et piétonnes, des vitrines d’exposition, par des ponts provisoires ou passerelles munis
de garde-corps, placés au-dessus des tranchées ou autres obstacles créés par les travaux.
Services publics et secours
L’Entrepreneur doit impérativement maintenir l’accès des services publics et de secours en tous lieux.
Lorsqu’une rue est barrée, l’Entrepreneur doit étudier avec le Maître d'Œuvre les dispositions pour le
maintien des accès des véhicules de pompiers et ambulances.
Journal de chantier
L’Entrepreneur doit tenir à jour un journal de chantier, dans lequel seront consignés les réclamations, les
manquements ou incidents ayant un impact significatif sur l’environnement ou à un incident avec la
population. Le journal de chantier est unique pour le chantier et les notes doivent être écrites à l’encre.
L’Entrepreneur doit informer le public en général, et les populations riveraines en particulier, de
l’existence de ce journal, avec indication du lieu où il peut être consulté.
Entretien des engins et équipements de chantiers
L'Entrepreneur doit respecter les normes d’entretien des engins de chantiers et des véhicules et effectuer le
ravitaillement en carburant et lubrifiant dans un lieu désigné à cet effet. L'Entrepreneur doit effectuer les
vidanges dans des fûts étanches et conserver les huiles usagées pour les remettre au fournisseur
(recyclage). Les pièces de rechange usagées doivent être envoyées à la décharge publique.
Lutte contre les poussières
L'Entrepreneur doit choisir l’emplacement des concasseurs et des équipements similaires en fonction du
bruit et de la poussière qu'ils produisent. Le port de lunettes et de masques anti-poussières est obligatoire.
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 39 ~
Clauses et spécifications s'appliquant aux chantiers

Assurer un accès correctement aménagé et sécurisé pour limiter les risques sécuritaires des
riverains.

Interdire les coupes de bois dans les zones à risque d'érosion (têtes de source, versant pentus ...).

Assurer la récupération des déchets liquides (huile de vidange, carburant) et solides (emballages,
résidus de matériaux de construction, ferraille ...) pour leur traitement ou enfouissement à l'issue
du chantier.

Prendre toutes dispositions pour assurer un accueil correct des ouvriers dans la zone des travaux.
Clauses s'appliquant aux périmètres de protection des points d'eau
Le périmètre de protection est destiné à éviter la contamination des forages. On distinguera un périmètre
rapproché et un périmètre éloigné :

Le périmètre rapproché est destiné à éviter toute contamination directe des eaux, dans un espace
de 100 m autour du point d'eau. Il fera l'objet de mesures de surveillance pour éviter les
mauvaises pratiques par la population (lavage de linge, nettoyage de véhicules, déversement
d'eaux usées ...);

Le périmètre éloigné concerne les activités interdites ou réglementée dans un espace suffisant
autour du point d'eau, fixé à 300 m, notamment les activités humaines polluantes (rejets
industriels, etc.) ;

Des actions de sensibilisation des Communautés et comités de suivi et gestion des points d'eau
seront assurées pour les impliquer dans la surveillance des périmètres et dans l'application
éventuelle des mesures d'expulsion, en cas d'infraction.
Mesures générales d'exécution - Directives Environnementales

Procéder au choix judicieux et motivé des sites d'implantation

Mener une campagne de communication et de sensibilisation avant les travaux

Veiller au respect des mesures d'hygiène et de sécurité des installations de chantiers

Procéder à la signalisation des travaux

Employer la main d'œuvre locale en priorité

Disposer des autorisations nécessaires en conformité avec les lois et règlements en vigueur

Protéger les propriétés avoisinantes des travaux

Assurer l'accès des populations riveraines pendant les travaux

Assurer la collecte et l'élimination des déchets issus des travaux

Respect strict des dispositions techniques de constructions (normes) édictées par la DGH
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 40 ~
10.7.
Annexe 3 : Quelques photos de sites
01 : Inondation à l’école du Fleuve Congo
03 : Occupation anarchique/Ecole Gambio
05 : Etat du construit /Ecole Loango Marine
02 : Occupation anarchique/Ecole du Fleuve
Congo
04 : Etat construit /Ecole Gambio
06 : Aires de jeux /Ecole Loango Marine
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 41 ~
07 : Poteaux électriques /Ecole Loango Marine
08 : Latrine / Ecole Angola Libre
09 : Salle de classe/ Ecole Angola Libre
10 : Point d’eau/ Ecole Djoué Camp
11 : Voie d’accès/ Ecole Djoué Camp
12 : Toiture salle de classe/Ecole 8 Février PNR
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 42 ~
13 : Salle de classe/Ecole 15 Août PNR
14 : Salle de classe/Ecole 15 Août PNR
15 : Début érosion/Ecole Mpaka 8 PNR
16 : Aires de jeux/Ecole Mpaka 8 PNR
17 : Innondation/Ecole 5 Février BZV
18 : Jardins/Ecole 5 Février BZV
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
19 : Salle de classe /Ecole Pambou Benjamin
PNR
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 43 ~
10.8.
Annexe 4 : Bibliographie
-
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES), PEDU, Septembre 2009
-
Cadre de Politique de Réinstallation des Populations, PEDU, Septembre 2009
-
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base ; juin
2004,
-
Etude d’Impact Environnemental et Social, Projet de réhabilitation de la route aflao-savee condji,
juillet 2009
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 44 ~
10.9.
N°
Annexe 5 : Liste des Personnes Rencontrées
NOMS ET PRENOMS
FONCTION
ORGANISME
1 CCP-PEDU- Brazzaville
2 BOUESSO Maurice
Coordonnateur
PEDU
3 GULU Paul
Responsable Administratif et Financier
PEDU
4 DZANGA Enoch
Chargé de Mission technique
PEDU
5 KANGA Auguste
Responsable passation des marchés
PEDU
6 KOUKOUNA Maurice
Comptable
PEDU
Comité de Pilotage du PEDU- Brazzaville
7 Mme MALANDA- Louvouandou
Directrice de la Coopération
METP
8 BONGOU André
Directeur Développement Urbain
MCUH/DGDUHA
9 Bassakinima Joachin
Assistant DGPD cellule DSRP
Cellule DSRP
Directeur de la Prévention des
pollutions
Directeur Générale
Environnement
10
MASSALA Victor
Noms et Prénoms
Fonction
Organisme
Téléphone
Jeanne TOUTONDA
Directrice
Ecole primaire
Tchimbambouka
9564250/5343386
Germain MICHAMOU
Directeur
Ecole primaire
Tchimagni Aviation
5347170
Madeleine
MAKOUNGOU
Directrice
Ecole primaire Mbota
Raffinerie
6293213/5346269
Inès KIINZOUZI
Directrice Vague B
Ecole primaire Ngoyo
5323125
Antoinette KAYA
Inspectrice
Ecole primaire Ngoyo
5206855/6159825
MAVOUNGOU
Directeur Vague A
Ecole primaire Ngoyo
6670102
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 45 ~
Philomène SAMBA
Directrice Vague C
Ecole primaire Loussala
6233770
André TIDIAKILA
DirecteurVague B
Ecole primaire Loussala
6602570
Augustin NGANGA
DirecteurVague D
Ecole primaire Loussala
6243191
Camille
MANTSOUAKA
Directrice Vague A
Ecole primaire Loussala
5357321
Gaston YOUMOU
DirecteurVague B
Ecole primaire
Tchiniambi Mbota
5334655/9434605
Germain BATHY
Directeur Vague C
Ecole primaire
Tchiniambi Mbota
5680832
BATOULA
DirecteurVague D
Ecole primaire
Tchiniambi Mbota
5293381/6074688
MOUNDAMBA Albert
Directeur Vague A
Ecole primaire
LOANGO MARINE
546 01 33
Directrice Vague B
Ecole primaire
LOANGO MARINE
548 89 74
Ninon IBARA
Géomètre principal
Cadastre Bzv
6772812/5781145
MBEBA Nathalie
Directrice
Ecole primaire
ANGOLA LIBRE
558 01 87/ 664 05 87
MBAMBA Samuel
Directeur
Djoué Camp
508 74 55
DIMOSSI Fidèle
Directeur Vague A
Alphonse
MASSAMBA Débat
MOUANA MIKAYILI
Adolph
Directeur Vague B
Alphonse
MASSAMBA Débat
MASSOUMOU Pulchérie
MANTSIKELE Marie
Josée
Directeur
Ecole primaire
Moukoundzi Ngouaka
GNENERE Véronique
Directeur
Ecole primaire
Révolution
598 65 31
MANGUET François
Directeur Vague A
Ecole primaire Trois
Martyrs
662 24 22
IPENDA Jean François
Directeur Vague B
Ecole primaire Trois
Martyrs
570 83 41
TAMBIKA MALONGA
Directeur
Ecole primaire Amitié
665 24 19
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
5558 82 62/ 643 13 08
~ 46 ~
SALABANZI Corneille
Directeur
Ecole primaire Mbama
679 75 94
MANFOUANA Philomène Directeur
Ecole primaire Mbiemo
574 28 85
MEZA Thomas Richard
Directeur
Ecole primaire NKEOUA
Joseph
526 34 22
LOUFOUMA Marcel
Directeur
Ecole primaire Grande
école de l’unité africaine
521 64 62
OTSIIN Pierre
Directeur
Ecole primaire 5 Février
531 92 17
IMBIORO Pierre Castanet
Directeur
Ecole primaire 5 Février
585 62 14
NDEI José Noêl
Directeur
Ecole primaire Emeraude
561 73 09
EDZEDE OKOKO Marie
A
Directeur
Ecole primaire Emeraude
661 46 06
M0MBOULY Jean
Rodrigue
Inspecteur
Ecole primaire Emeraude
Monsieur OTHA Georges
Directeur
Ecole primaire Fleuve
Congo
668 08 09
GOULAKO née NTSAYO
Mathilde
Directeur
Ecole primaire Fleuve
Congo
538 88 61
DIAMONIKA Caroline
Directrice
Ecole primaire 3 Martyrs
661 89 86
EKILI Ange Gabriel
Directeur
NKOUSSOU
NGOMA
Tissambou Nazaire
ITSOUHOU Martial
NZOHO Pierre
MOUKOUITI - Né NGOUOMO Véronique
623 27 51/ 553 43 90
Directeur
Ecole primaire LIEN A.
DAMBOU
573 54 13
Directeur
Ecole primaire LIEN A.
DAMBOU
534 39 53
Directeur
Ecole primaire MVOU MVOU
667 48 89
Directeur
Ecole primaire
PAMBOU BENJAMIN
583 58 34
Directeur
Ecole primaire
PAMBOU BENJAMIN
660 83 40
Directeur
Ecole primaire ALEXY
MAKOSSO
530 83 53
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
~ 47 ~
MBALOULA Moise
Directeur
Ecole primaire NANGA
671 22 69
Milandou Jean
Directeur
Ecole primaire Mpaka 8
662 93 56
Directeur
Ecole primaire S. D.
Ecole primaire
KOUANGA MAKOSSO
523 07 28
Ecole primaire S. D.
Ecole primaire
KOUANGA MAKOSSO
530 37 92
Directeur
Ecole primaire 8
FÉVRIER 1964
529 66 19
Directeur
Ecole primaire 8
FÉVRIER 1964
968 07 00
Directeur
Ecole primaire 15 AOÛT
1963
667 01 32
Directrice
Ecole primaire Gambio
LILOKI Norbert
Directeur
NGOUAKA Jean
MAMSSOUAKANDA
Emmanuel
MAMBOTI Jérôme
ONDONGO Michel
Ange MAPOUNZA
Version Définitive PGES pour les travaux Construction et ou Réhabilitation
des 25 écoles primaires à Brazzaville et à Pointe-Noire
Téléchargement
Explore flashcards