L`appareil endocrinien ou hormonal L`homéostasie traduit l`aptitude

publicité
L’appareil endocrinien ou hormonal
L’homéostasie traduit l’aptitude de l’organisme à maintenir constant l’équilibre de son
milieu intérieur, malgré les variations du milieu extérieur. Cela est rendu possible grâce à
l’intervention de glandes endocrines.
Une glande endocrine est une glande qui sécrète au moins une substance chimique, qualifiée
d’hormone, qui sera directement libérée dans le sang pour aller agir à distance sur un organe cible.
Certaines glandes sont strictement endocrine comme l’hypophyse, la thyroïde, les parathyroïdes et
les surrénales. Mais, d’autres glandes peuvent être mixtes, à la fois endocrine et exocrine comme le
pancréas et les gonades.
I - L’APPAREIL HYPOTHALAMO-HYPOPHYSAIRE :
Il correspond au " chef d’orchestre " des glandes endocrines. En effet, il contrôle la totalité
des glandes endocrines sauf deux : le pancréas et les parathyroïdes.
L’hypophyse est une petite glande endocrine située sous l’encéphale. Elle est formée de
deux parties d’origine embryonnaire et de structure différente :
- l’anté-hypophyse est constituée de cellules glandulaires typiques
- la post-hypophyse est constituée de cellules dépourvues d’activité sécrétoire. Ce
lobe postérieur est également appelé neuro-hypophyse car il reçoit des axones
en provenance de certains noyaux gris de l’hypothalamus auquel il est relié par la
tige pituitaire.
Les hormones neuro-hypophysaires sont en fait des hormones hypothalamiques qui
franchissent la tige pituitaire et qui sont, soit stockées dans les axones, soit libérées dans la
circulation sanguine. On peut citer par exemple :
- l’ocytocine qui joue en rôle dans la contraction de l’utérus et dans l’éjection du lait
- l’antidiurétique (ADH) ou vasopressine qui stimulent la réabsorption de l’eau au niveau du
rein
Les hormones anté-hypophysaires ont pour rôle de déclencher ou de stimuler les sécrétions
d’autres glandes endocrines. Elles sont donc de deux types :
- les hormones qui agissent directement sur un organe comme :
- l’hormone de croissance (GH) qui stimule la croissance des tissus (os) et active
l’assimilation des protéines.
- la prolactine qui favorise la sécrétion de progestérone, a un effet protecteurs sur la
muqueuse utérine pendant la grossesse et déclenche la lactation après
l’accouchement.
- les hormones, appelées stimulines, qui stimulent les sécrétions d’autres glandes
endocrines comme la thyroïde, les gonades et la cortico-surrénale
II - LES GLANDES ENDOCRINES SOUS DÉPENDANCE HYPOTHALAMO-HYPOPHYSAIRE :
II – 1 - La thyroïde :
Les stimulines de l’anté-hypohyse sont les thyrotrophine (TSH). Ces dernières vont
stimuler la production d’hormones thyroïdiennes, et notamment celle de T3 et T4.
Leurs rôles sont d’augmenter le métabolisme basal et d’accélérer la croissance.
II - 2 - Les gonades :
Les stimulines de l’anté-hypophyse sont les gonadotrophines (LH et FSH). Ces dernières
vont agir sur le développement et l’activité des glandes sexuelles.
La FSH provoque chez la femme la maturation du follicule ovarien et de l’ovule, et, chez
l’homme, elle active la spermatogenèse.
La LH favorise chez la femme le développement du corps jaune et stimule donc la
production d’œstrogène et de progestérone, et, chez l’homme, elle a une action sur les
cellules interstitielles du testicules, stimulant ainsi la production de testostérone.
II - 3 - Les cortico-surrénales :
Les stimulines de l’anté-hypophyse sont les corticotrophines (ACTH). Ces dernières vont
stimuler la production des hormones cortico-surrénales, à savoir l’aldostérone, la cortisone,
les hormones androgènes qui agissent sur la métabolisme de l’eau, des électrolytes et des
glucides.
II - 4 - Les cellules pigmentaires :
Les stimulines sont les mélanotrophines (MSH). Ces dernières vont stimuler la synthèse
de la mélanine dans les cellules capables de l’élaborer. Cette sécrétion peut être inhibée par
un facteur hypothalamique, le MIF.
Leurs rôles sont de pigmenter la peau.
III - LES GLANDES ENDOCRINES INDÉPENDANTES DE L’HYPOPHYSE :
III – 1 - Le pancréas :
Il est à la fois endocrine et exocrine. Le pancréas comprend des îlots de Langérhans qui
sont constitués de plusieurs types de cellules :
- Cellules alpha qui sécrètent le glucagon : hormone hyper-glycémiante.
- Cellules béta qui sécrètent l’insuline : hormone hypo-glycémiante.
- Cellules gamma qui sécrètent la somatostatine.
III – 2 - Les médullo-surrénales :
Ce sont les parties centrales des glandes surrénales et, elles sécrètent l’adrénaline et
son dérivé, la noradrénaline.
Leurs actions sont de provoquer une vasoconstriction sur la circulation périphérique
(hormone du stress).
III – 3 - Les para-thyroïdes :
Elles sécrètent la parathormone qui est une hormone hyper-calcémiante. Elle a trois
rôles :
- favorise l’absorption du calcium au niveau du duodénum
- mettent le calcium osseux en solution
- bloque la réabsorption des phosphates urinaires
III - 4 - La thyroïde :
Elle sécrète la thyrocalcitonine qui est une hormone hypo-calcémiante qui est sécrétée lorsque la
calcémie dépasse 105 mg/l
IV - Régulation de la libération des hormones : La boucle de régulation.
La synthèse et libération de la plupart des hormones régies par feed-back négatif : Un
stimulus interne ou externe déclenche la sécrétion d’une hormone, puis l’augmentation de sa
concentration inhibe sa libération par la glande endocrine. Par conséquent, les taux sanguins de
nombreuses hormones ne varient que très peu.
On observe différentes stimulations possibles sur les glandes endocrines :
-
Stimuli humoraux : Variation des taux sanguins de certains ions et de certains
nutriments entraînent la libération de certaines hormones. C’est le plus simple des
mécanismes de régulation endocrinienne. Ex : insuline, aldostérone.
-
Stimuli nerveux : Des neurofibres stimulent parfois la libération d’hormones. Ex :
système nerveux sympathique amène la médulla à libérer de l’adrénaline et la
noradrénaline pendant les périodes de stress.
-
Stimuli hormonaux : Libération des hormones en réaction à des hormones produites par
d’autres glandes endocrines. Boucle de feed-back négatif entre adénohypophyse,
hypothalamus et la glande endocrine cible : fondement même du système endocrine.
L’activité du SN peut modifier ou moduler les facteurs stimulants et les facteurs inhibiteurs
(boucle de feed-back). Une hormone peut moduler le comportement, et être modulée par un
comportement. Ex : souris femelles dans un laboratoire. Au bout d’un moment, plus d’ovulation. Si
on introduit une souris mâle, toutes les femelles vont reprendre le cycle d’ovulation en même temps.
Téléchargement
Explore flashcards