La mondialisation à un rôle dans l`alimentation assez importante

publicité
La mondialisation à un rôle dans l’alimentation assez importante.
En effet, dans l’agroalimentaire, les pays se distinguent des uns des autres par leur
culture alimentaire. Nous pouvons observer que dans des pays la mondialisation à provoquer
un brassage culturel bénéfique comme l’échange de manière de manger, de se nourrir ou
d’aliments. D’autre part, dans certains pays la mondialisation n’est pas appréciable car on
peut observer une mauvaise alimentation des pays en voie de développement pour des raisons
économiques le plus souvent, au détriment de la santé et de la culture des habitants.
La mondialisation est elle bénéfique pour notre alimentation ?
Dans un premier temps, j’exprimerai en quoi la mondialisation est bénéfique pour notre
alimentation et dans un second temps pourquoi on considère dangereux la mondialisation
dans notre alimentation. Je parlerai de la mondialisation alimentaire en réalité avec par
exemple, le rôle des distances, la cuisine. Ainsi, j’exprimerai les lieux où l’on peut observer
différentes manières de manger, les différents goût et saveurs.
La mondialisation est le processus d'ouverture de toutes les économies nationales sur
un marché devenu planétaire. www.toupi.org
Alimentation : L’alimentation est ce qui permet aux êtres vivants de se nourrir, ils
apportent à leur organisme des nutriments nécessaires à son bon fonctionnement et à
l’entretien d’une bonne forme physique. www.maxisciences.com
L'agriculture tend vers une mondialisation tout comme les modes alimentaires des
Français. C'est à partir du XVIème siècle, avec le phénomène de la colonisation que des
produits tels que le café, le cacao, les arachides ont commencé à changer les modes
alimentaires des Français et des ports tels que Marseille ont su profiter de ce commerce.
Actuellement quatre pôles diffusent activement leur modèle alimentaire : l’Amérique
du Nord, les pays de la Méditerranée occidentale, l’Asie de l’Est (Japon, Chine) et l’Asie du
sud (Inde).
Les Etats-Unis et l’Europe exportent leurs savoir- faire locaux par leur culture
culinaire. En effet, les Etats-Unis par leur mode de vie « rapide », en diffusant les « fast
food ». Ce mode d’alimentation a plu au reste du monde et est même devenu l’emblème de la
mondialisation alimentaire car ceci à permis d’accélérer le temps de la prise du repas à midi
par exemple ou encore faciliter la préparation du repas car en un peu moins de 10 minutes, un
repas peut être commandé, préparé et servis, ceci permet aussi de créer une indépendance aux
mangeurs comme une liberté car ils peuvent alterner prises alimentaires individuelles ou
collectives échappant ainsi aux repas chaleureux qui sont des moments forts d’intimité et de
partage. Ensuite, l’Europe, avec ses différents « savoir-faire culinaire locaux ». Par exemple,
l’Italie, spécialiste des pâtes, la France spécialiste de vins, de fromages. L’Espagne qui
s’invite dans nos apéritifs dinatoire avec les tapas, les anglo-saxons avec le développement de
soupes froides.
Les pays de la Méditerranée occidentale comme la Grèce, le Maroc par exemple ont
bénéficié de leur statut de bassin touristique qui a permis de créer un mode de l’alimentation
méditerranéenne. L’Asie de l’Est et du Sud a su faire rayonner sa cuisine et ses codes
alimentaires. Ce sont les pôles les plus forts dans le monde, tant le nombre de restaurant
chinois, japonais, vietnamiens se développent dans les grandes métropoles du monde. Les
goûts et les saveurs des produits qui viennent d’une préparation au préalable permettent aux
mangeurs de consommer cette alimentation sans être contraint à une consommation dans le
cadre rigide d’un repas.
http://blog.cuisine-et-mets.com/ le 2/12/11.
De plus, les goûts et saveurs que nous connaissons aujourd’hui sont de nos jours
résultat d’un processus de diffusion. Par exemple, le goût du grillé avec le hamburger et
kebab, le goût du cru et du poisson avec le sushi, le goût des légumes, le fromage dans
pizza). Tout comme, les saveurs fermentées comme le vin, plats cuisinés comme
choucroute progresse dans les pays comme la Chine.
le
le
la
la
Enfin, nous pouvons aussi dire que la mondialisation est bénéfique par le fait de la
qualité sanitaire des aliments. En effet, nos aliments que nous mangeons viennent de tous les
pays donc des règles sanitaires ont été mis en vigueur aux frontières. Nous pouvons remarquer
cela dans les grands marchés gare où les services vétérinaire sont très pointilleux sur la
provenance des produits ainsi que la façon dont ils ont été transportés car toutes nos règles
sanitaires ne sont pas appliqués dans tous les pays du monde.
La mondialisation est donc un bien fait pour notre alimentation car elle nous a permis
de découvrir de nouvelles saveurs grâce à différents aspect comme le tourisme. On a pu grâce
à ces diffusions apprendre de nouvelles cultures comme celle de l’Asie avec les différents
plats aux poissons cru par exemple ou encore le fait de manger avec des baguettes. On a su
découvrir et on a pu apprendre de nouvelles manières de préparer un repas en assemblant
différentes parties comme en Amérique.
Néanmoins, la mondialisation de l’alimentation a des enjeux et des coûts qui ne sont
pas négligeable.
En effet, l’augmentation du kilométrage parcouru par les aliments qui est environ de
2600km avant de parvenir à sa destination final. Ceci implique donc une augmentation de la
pollution. De plus, certains produits sont classés en tant que « produits favorable à
l’environnement », néanmoins, le trajet qu’ils effectuent pour atteindre l’autre bout du monde
n’est point convenable pour notre environnement. L’utilisation croissante de pesticide,
d’insecticides et de certains OGM pour maintenir les rendements des gros producteurs ce qui
bien sur ont des effets néfastes pour notre alimentation qui est donc de moins bonne qualité
car il faut produire plus pour avoir plus sans se soucier du bien être de la terre, des hommes
qui mangent cette nourriture. Nous pouvons aussi voir se système dans les grandes industries
internationales où les volailles « grandissent » dans des conditions révoltante. En effet, il faut
savoir qu’une poule vit dans un espace qui ne lui permet pas de bouger et de vivre la vie
habituelle d’une volaille c'est-à-dire courir, voler… Ces conditions donnent lieux à des
dérèglements psychiques de la volaille car ce manque d’espace, ce manque de luminosité réel
dérègle complètement son mode de vie. Elle ne sait plus quand il faut dormir ou manger car
les lumières sont toujours allumés car il faut produire plus d’œuf ! Ainsi, elles mangent leur
excréments, elles sont nourris d’aliments fabriqués avec des OGM car il faut toujours plus de
rendement mais à moindre coût.
Concernant nos produits locaux, on peut observer que la mondialisation à des effets
négatifs. En effet, l’import- export des produits venant du Maghreb ou de l’Espagne sont
beaucoup cher que nos produits car la main d’œuvre est moins cher donc, chaque
consommateurs préfèrent acheter ses aliments en fonction du prix qu’en fonction de la qualité.
Ensuite, la mondialisation de l’alimentation distingue 3 groupes qui sont dans un
premier temps les personnes adeptes qui prône l’alimentation qui vient d’ailleurs et le plus
souvent grasse. Dans un second groupe, les anti-américanismes qui ont développés des
images négatives pour eux la mondialisation des produits américains donnent à penser une
uniformisation des cultures par la culture américaine. Le troisième groupe rassemble des
personnes soucieuses de faire plaisir gustativement. Ils sont conscients des problèmes
concernant la malnutrition à long terme. Par exemple, les parents étant restrictifs à l’idée
d’emmener leurs enfants dans un fast-food par crainte qu’ils prennent l’habitude.
De plus, nous sommes de plus en plus dépendants des autres pays puisque nos
aliments proviennent de plus en plus des pays étrangers. Ce qui engage de gros
problèmes lorsque qu’il arrive accidents comme en Chine lors des tremblements de terre, les
produits en provenance de ce pays étaient donc interdit à la vente ce qui à provoquer une
hausse des prix et des pertes dans les rayons des commerces.
Ensuite, la création de la PAC, politique agricole commune, certaines de nos règles ont
été modifiées à nos détriments. Par exemple, avant la création de la PAC , pour qu’un produit
agricole soit certifié « bio » il fallait un minimum de 10 mètres entre un champ dit « bio » et
un champ pollué par des pesticides etc. De nos jours, depuis la création de la PAC, ces règles
ont été modifiées par le fait qu’il faut attendre 3 ans avant de profiter d’un champ dit « sain »
sans produits chimique ainsi qu’il n’y a plus de distance à respecter d’un champ à l’autre.
Donc ceci pousses à nous poser des questions sur le devenir des produits biologique et donc
notre santé.
http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/05/17/comprendre-le-codexalimentarius/ le 2/12/2011
Nous pouvons donc conclure, que la mondialisation de notre alimentation pose beaucoup de
problèmes qui sont loin d’être négligeable pour notre santé. L’ouverture de certaines
frontières à permis de mettre en place certaines règles mais aussi certaines contraintes.
La découverte des différentes cultures est un enrichissement pour nous tous mais elle reste un
problème pour la conservation de notre terroir. Cependant nous avons pu voir que les produits
que nous consommons régulièrement sont à la base des produits venant d’ailleurs que nous
avons pu découvrir grâce a cette mondialisation.
La mondialisation est bénéfique sur différents points mais nous pouvons nous demander si
elle est profitable à tous les pays du monde et à quel niveau.
Téléchargement
Explore flashcards