incident peigne

publicité
L'incident du peigne
De 1722 à 1724 J. J. Rousseau est en pension à Bossey, en Suisse chez le pasteur Lambercier.
L'écrivain garde de son séjour un souvenir heureux malgré l'incident du peigne cassé.
5
10
15
20
25
J'étudiais un jour seul ma leçon dans la chambre contiguë à la cuisine. La servante avait mis sécher à la
plaque les peignes de Mlle Lambercier. Quand elle revint les prendre, il s'en trouva un dont tout un
côté de dents était brisé. A qui s'en prendre de ce dégât ? personne autre que moi n'était entré dans la
chambre. On m'interroge : je nie d'avoir touché au peigne. M. et Mlle Lambercier se réunissent,
m'exhortent, me pressent, me menacent ; je persiste avec opiniâtreté ; mais la conviction était trop
forte, elle l'emporta sur toutes mes protestations, quoique ce fût la première fois qu'on m'eût trouvé tant
d'audace à mentir. La chose fut prise au sérieux ; elle méritait de l'être. La méchanceté, le mensonge
l'obstination parurent également dignes de punition ; mais pour le coup ce ne fut pas par Mlle
Lambercier qu'elle me fut infligée. On écrivit à mon oncle Bernard ; il vint. Mon pauvre cousin était
chargé d'un autre délit, non moins grave : nous fûmes enveloppés dans la même exécution. Elle fut
terrible. [...]
On ne put m'arracher l'aveu qu'on exigeait. Repris à plusieurs fois et mis dans l'éclat le plus affreux, je
fus inébranlable. J'aurais souffert la mort, et j'y serais résolu. Il fallut que la force même cédât au
diabolique entêtement d'un enfant, car on n'appela pas autrement ma constance. Enfin, je sortis de cette
cruelle épreuve en pièces, mais triomphant.
Il y a maintenant près de cinquante ans de cette aventure, et je n'ai pas peur d'être aujourd'hui puni
derechef pour le même fait ; et bien, je déclare à la face du Ciel que j'en étais innocent, que je n'avais
ni cassé, ni touché le peigne, que je n'y avait pas même songé. Qu'on ne me demande pas comment ce
dégât se fit : je l'ignore et ne puis le comprendre ; ce que je sais très certainement, c'est que j'en étais
innocent.
Qu'on se figure un caractère timide et docile dans la vie ordinaire, mais ardent, fier, indomptable dans
les passions, un enfant toujours gouverné par la voix de la raison, toujours traité avec douceur, équité,
complaisance, et qui n'avait pas même l'idée de l'injustice, et qui, pour la première fois, en éprouve une
si terrible de la part précisément des gens qu'il chérit et qu'il respecte le plus : quel renversement
d'idées ! quel désordre de sentiments ! quel bouleversement dans son coeur, dans sa cervelle, dans tout
son petit être intelligent et moral ! Je dis qu'on s'imagine tout cela, s'il est possible, car pour moi, je ne
me sens pas capable de démêler, de suivre la moindre trace de ce qui se passait alors en moi.
Jean-Jacques Rousseau Les Confessions 1782-1789
1. L'incident vécu
Par qui ce texte a-t-il été écrit ?
Qui est désigné par le pronom « je » à la ligne 1 ?
Qui est le narrateur ?
A quel genre ce texte appartient-il ? Justifiez votre réponse.
Dites à qui renvoie le pronom « on » aux lignes 4, 9 et 12.
« On m'interroge »
« On écrivit »
« On ne put m'arracher l'aveu qu'on exigeait »
Valeurs de l'imparfait
Complétez le tableau suivant
Description / Action
de second plan qui
sert à la description
Action de second
plan vue dans son
déroulement
Habitude
passée ou
répétition
J'étudiais
tout un côté de dents était brisé
j'en étais innocent
Autres temps
Donnez le temps et le mode des verbes « revenir » et « se trouver » (ligne 2) Justifiez l'emploi de ce
temps
Donnez le temps et le mode du verbe « mettre » (ligne1) Justifiez l'emploi de ce temps
Donnez le temps et le mode des verbes « se réunir », « nier », « se réunir », « exhorter', « presser »,
« menacer », « persister »(lignes 4 et 5) Quelle est la valeur de ce temps ?
A quel temps et à quel mode le verbe « mettre(sécher) »est-il conjugué (ligne 1)? Justifiez l'emploi
de ce temps.
2. Un souvenir persistant
Qui est désigné par le pronom « je » à la ligne 16 (« je n'ai pas peur d'être aujourd'hui puni ») ?
Grâce aux renseignements fournis par le texte, dites quand celui-ci a été écrit et quand s'est
déroulée la scène du peigne.
« je n'ai pas peur d'être aujourd'hui puni » (ligne 16)
• A quel temps et à quel mode le verbe avoir est-il conjugué ?
• Quelle est la valeur de ce temps ?
Qui est désigné par le pronom « on » aux lignes 18 (« Qu'on ne me demande pas ») et 21 (« Qu'on
se figure »)
Comment ce texte est-il construit ?
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire