hepatite et sida: un soucis quotidien pour le chirurgien dentiste

publicité
HEPATITE ET SIDA:
UN SOUCIS QUOTIDIEN POUR LE
CHIRURGIEN DENTISTE
Dr Benjelloun L. : Interne,
service
d'Odontologie
conservatrice.
Pr Abdallaoui F.: Professeur
d'Enseignement
supérieur,
Chef du service d'Odontologie
conservatrice.
RÉSUMÉ :
Dans notre pratique dentaire quotidienne, les instruments qu’on utilise sont des instruments tranchants et
causent facilement des plaies et blessures exposant au sang et aux liquides biologiques, véhiculant ainsi
des agents infectieux susceptibles d'être transmis lors d'un accident.
Parmi ces agents, les plus dangereux et redoutés sont les virus de l'hépatite B, de l'hépatite C et du VIH, en
raison de leur prévalence et de leur gravité.
Éviter la transmission de ces agents pathogènes est donc de la responsabilité du chirurgien-dentiste. Pour
cela, il suffit juste d'avoir une parfaite connaissance de ces agents viraux, de leur complication, de leur
mode de transmission, et de bien connaitre les mesures de protection et de conduite à tenir en cas
d'accident exposant au sang. Sans oublier le respect des règles d'hygiène et d'asepsie qui s'imposent.
MOTS CLES:
Hépatite, SIDA, VIH, infection, contamination, exposition au sang, cabinet dentaire
Les chirurgiens dentistes sont parfois amenés à soigner des patients porteurs de germes
asymptomatiques, tel que le virus de l’hépatite B, de l’hépatite C et du VIH, ce qui est une
source d’inquiétude et de panique pour les praticiens.
Cette inquiétude est justifiée par la complexité et la variété de l’instrumentation que notre
spécialité nécessite, et qui peut facilement causer des coupures et blessures, exposant ainsi à
du sang contaminé.
Pour cela, le chirurgien-dentiste doit avoir une parfaite connaissance des systèmes de
désinfection et de stérilisation et doit savoir prévenir, réduire ou éliminer tout risque de
contamination.
1- LES VIRUS LES PLUS REDOUTES AU CABINET DENTAIRE:
Virus de l'hépatite B (VHB):
Le virus de l'hépatite B est un virus à ADN appartenant à la famille des hepadnaviridae. Sa
période d'incubation est normalement de 24 à 180 jours.
Le virus est très résistant, il est fortement contagieux, 100 fois plus que celui du sida. (16)
Le virus de l’hépatite B peut être transmis de la mère à l’enfant, lors d’un rapport sexuel ou
encore suite à un accident percutanée. (15)
La salive peut être en cause dans certains cas. (11)
Notons aussi que le virus de l'hépatite B peut être transmis par simple projection dans l'œil.
(11)
Ce virus est dangereux vu son aboutissement vers une cirrhose mortelle ou à un cancer du
foie. (4, 16)
Il n’existe pas de traitement de l’hépatite B.
Virus de l’hépatite C (VHC):
Le virus de l'hépatite C (VHC) est un virus à ARN simple brin de polarité positive. Il
appartient à la famille des Flaviviridae. L'incubation du virus prend en moyenne deux mois.
Des dommages au foie peuvent se développer au bout de dix à quarante ans d'infection, allant
dans certains cas jusqu'à la cirrhose ou le cancer. (16, 20)
Le mode de contamination est la voie sanguine : usage de drogue intraveineuse, transfusion
sanguine, piqûre ou contact d'une plaie, même minime, avec un instrument infecté. (16)
La salive pourrait aussi être contaminante. (8)
Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) :
Le VIH est le virus responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise (SIDA) qui est
un ensemble de symptômes consécutifs à la destruction des lymphocytes T CD4+, cellules
majeures du système immunitaire.
Le SIDA est le dernier stade de la séropositivité au VIH, qui entraîne en quelques années la
mort du malade des suites des maladies opportunistes. (4,7)
La transmission du virus peut se faire durant des rapports sexuels, de la mère au fœtus, suite
à une exposition au sang, une transplantation de tissus ou à l’utilisation de drogues par voie
intraveineuse.
Dans de nombreux liquides physiologiques (salive, sueur, larmes, urine), le VIH est en trop
faible quantité pour présenter un risque de contamination. (14, 19)
A l’heure actuelle, il n'existe aucun traitement permettant de guérir le sida. (7)
2-COMMENT
SE
FAIT
LA
CONTAMINATION
VIRALE
AU
CABINET
DENTAIRE?
La contamination virale au cabinet dentaire implique trois éléments principaux:
-
Le patient :
-
Le chirurgien dentiste et son équipe dentaire :
-
L’environnement (le local de soin) et le matériel contaminé (2, 5, 15)
Pour se faire, il faut un hôte susceptible d’être contaminé, un moyen de transmission des
virus (ex : inhalation ou inoculation) et une porte d’entrée par laquelle l’hôte peut être
contaminé. (5)
Les véhicules des virus :
Les virus peuvent être véhiculés de plusieurs manières:
Les mains représentent le premier véhicule et la première porte d’entrée, car elles sont
inévitablement abîmées par les manipulations quotidiennes d'instruments coupants, qui
créent ainsi dans la peau de véritables «boulevards» pour les microbes pathogènes venus du
sang et de la salive du patient. (4)
Ensuite viennent les instruments souillés, l’équipement mal désinfecté, les meubles mal
nettoyés et la tenue professionnelle du praticien ainsi que de son assistante. (4)
Quant au crachoir et à l’aspiration, ils ont une mention spéciale vu qu’ils sont les plus pollués
au cabinet dentaire.
L’air ou plus exactement les aérosols septiques distribués tout autour du fauteuil soit par des
instruments rotatifs, ou par une simple quinte de toux, peuvent aussi jouer un rôle dans la
contamination virale. (4)
Au-delà des ces vecteurs, on trouve aussi le visage, la peau, les cheveux, les vêtements et les
chaussures, ainsi que l'eau et les déchets d'activité de soins (piquants et tranchants
principalement). (6,8)
La transmission virale peut s’établir donc par :
-
un contact direct avec des sécrétions ou du sang.
-
projection dans les yeux, le nez ou la bouche, de gouttelettes contenant des agents
infectieux.
-
des blessures percutanées par des instruments tranchants souillés ou qui ont été
improprement stérilisés (instruments rotatifs, aiguilles d’anesthésie, aiguilles de
sutures, instruments d’orthodontie…)
-
inhalation de la salive projetée par la turbine ou les ultrasons qui génèrent des
aérosols contenant du sang et de la salive.
Ces agents peuvent atteindre l'homme de façon imprévisible.
Ainsi, le soin donné à un patient en phase aiguë ou à un porteur chronique (qui peut être
asymptomatique) fait courir un risque certain au praticien et à son assistante. (3,12, 19)
Le risque de contracter, par exemple, une hépatite B à partir d'une piqûre d'aiguille souillée
est de l'ordre de 2 à 40 %, alors que dans les mêmes conditions, le risque de contracter une
infection au VIH est inférieur à 1 %. Pour le VHC : le risque d’infection après exposition
percutanée est de 2 à 3 %. (3, 4, 6, 10, 12, 15)
La profondeur de la blessure, l’importance du volume de sang injecté, la fréquence
d’accidents et l’exposition à un sang d’un malade en phase aiguë de la maladie, sont des
facteurs qui augmentent considérablement le risque de contamination du chirurgien-dentiste.
(12, 13, 19)
3- LES PRECAUTIONS A PRENDRE LORS DU TRAITEMENT D’UN PATIENT
CONTAMINE :
" Le danger ne vient pas du malade connu mais bien du patient dit improprement « porteur
sain» ou «porteur asymptomatique». (4)
Le chirurgien dentiste est tenu d’assurer la protection de ses patients, de son personnel et luimême. Il doit respecter les règles d’asepsie et d’hygiène qui devraient être appliquées à tout
patient et intensifiées pour les patients à risque.
En effet, l’interrogatoire, la vaccination, l’utilisation des barrières de protection, la
désinfection des surfaces de travail et la désinfection-stérilisation du matériel constituent les
points forts des recommandations internationales pour la prévention de la contamination au
sein des cabinets dentaires.
La prise en charge de ces patients à risque nécessite une tranche horaire particulière. En effet
ces malades doivent être programmés en fin de journée pour ne pas pénaliser les autres
consultants et afin de permettre au personnel d'assurer la bonne désinfection du lieu de
travail. (11)
3-1- Les recommandations universelles :
Afin de prévenir au mieux le risque de transmission virale au sein du cabinet dentaire, il est
recommandé de toujours porter les différentes barrières de protection tel que la blouse qui
doit être toujours propre, longue et imperméable ; le masque qui protège des aérosols et des
projections ; les lunettes ou visière et bien évidemment les gants qui doivent être
obligatoirement portés lors des soins dentaires ou de manipulation de matériel souillé. (8, 9,
11, 19)
Il est recommandé également de procéder à un lavage scrupuleux des mains après chaque
patient, d’éviter tout contact direct avec les patients quand il y a présence de lésions cutanées
ou de plaies ouvertes au niveau des mains du praticien et de les protéger avec des
pansements. (11, 15)
Il existe aussi d’autres précautions qui minimisent considérablement le risque de
contamination infectieuse. C’est le cas de l’utilisation de la digue ou de l’aspiration
chirurgicale lors des soins. (11, 19) (Fig 1)
C’est aussi par une amélioration de la technique de travail, du comportement du praticien que
les risques de blessures diminueront. Par exemple, il faut :
-
mettre le moins possible les doigts dans la bouche du patient
-
assurer les points d’appuis
-
ne pas utiliser les doigts comme écarteurs
-
porter attention aux fraises lorsqu’elles sont en place et les retirer après tout
usage.
-
placer les instruments contondants dans des boites à déchets avant qu’elles ne
soient pleines et ne pas pousser l’aiguille du doigt pour la faire entrer dans la
boite.
-
bon éclairage (21)
Gestion ou manipulation du matériel pendant et après un soin dentaire :
C'est le rôle des assistantes dentaires de savoir gérer ce genre de précautions et c’est le rôle
du chirurgien dentiste de leur expliquer l'importance de la désinfection des lieux du travail et
la stérilisation particulière du matériel utilisé pour ces patients à haut risque.
Pour cela, la tendance à l'utilisation du matériel à usage unique a augmenté, vu l’importance
des risques d’infection croisée.
L’équipement dentaire et les surfaces qui sont difficiles à désinfecter (ex : scialytique, cône
de radiographie, fauteuil, tablette…), et qui sont susceptibles de devenir contaminés, doivent
être recouverts par du papier imperméable ou du papier aluminium ou du plastic transparent.
Ces moyens de protection doivent être changés pour chaque patient. Si ces moyens ne
peuvent pas être mis en place, alors les surfaces de travail devront être désinfectées. (11, 14)
Quant à la manipulation des instruments tranchants, elle doit se faire avec beaucoup de soin
afin d'éviter toute blessure accidentelle. (Fig 2)
Recapuchonner l'aiguille après chaque injection est donc impératif (Fig 3, 4), les instruments
seront toujours orientés dans le même sens dans les plateaux, les instruments endodontiques
seront replacés dans les « clean grip » ou dans des boites spéciales pour petites
instrumentations, les aiguilles des seringues d’anesthésie seront systématiquement replacées
dans leurs conditionnements d'origine après usage. Pour le bistouri, un ensemble lame-
manche jetables réduira les risques d’accidents lors de la désinsertion de la lame. Ces
instruments tranchants doivent ensuite être placés dans des conteneurs à parois rigides. (2, 9)
Il ne faut pas oublier également d’assurer une bonne aération du cabinet dentaire pour réduire
les aérosols septiques qu’engendrent les instruments rotatifs.
Désinfection et stérilisation du matériel utilisé :
Ces virus qui appartiennent à des familles très différentes sont plus ou moins résistants
lorsqu'ils sont en dehors du milieu cellulaire. Ils sont cependant détruits par la procédure
adéquate de décontamination-stérilisation. (9)
Les turbines et contre-angles présentent le plus grand risque de contamination par les virus et
autres bactéries. Une simple désinfection externe ne suffit pas. L'idéal est de posséder
plusieurs jeux de ce type d'instrument et de les échanger entre deux patients afin de pouvoir
les désinfecter (désinfection externe et interne) et les stériliser à l’autoclave. (13) (Fig 5, 6)
Parmi les produits de désinfection utilisés pour combattre ces virus virulents, on trouve : (Fig
7)
-
l’hypochlorite de sodium à 12° chlorométrique pendant 30 min (Eau de JAVEL) ;
(17)
-
l’éthanol à 60%, tel que le BACTINYL PAE*;
-
la solution de glutaraldhéhyde à 2 % pendant 10 min (DENTASEPT Ultra*)
-
SDS (sodium docécyl sulfate) à 1 %, qui s'utilise dilué entre 1 à 10 %;
-
En revanche, les U.V., les ultrasons, n'ont aucune action sur le VIH qui est
radiorésistant. (17)
-
L’alcool se révèle, par exemple, inopérant contre le virus de l’hépatite B.
-
La chlorhexidine possède un large spectre d'activité contre les bactéries et les
virus tels que l'herpès simplex et l'hépatite B. (13)
Tous les autres instruments et éléments utilisés en dentisterie et qui entrent en contact avec le
sang et les liquides tissulaires doivent être stérilisés après chaque utilisation en suivant une
séquence bien définie et bien précise. (9)
Les différentes étapes d’asepsie pour le matériel à haut risque infectieux peuvent être
résumées dans le schéma ci-dessous (Fig 8). (1)
b- La vaccination :
Les vaccins contre le VHC et le VIH ne sont pas encore produits, seul le vaccin contre
l’hépatite B existe.
Il existe deux schémas de vaccination contre l’hépatite B, le schéma le plus utilisé est réalisé
en trois doses séparées. Ce schéma commence d’abord par une première injection, la 2 ème
injection de vaccin est effectuée un mois après la 1ère, et la 3ème 6 mois après la 1ère.
Après un test d’anticorps anti-HBs, les personnes qui ne répondent pas au vaccin peuvent
avoir une 4ème dose avec un espoir de succès.
Ce vaccin offre une immunité très longue et un rappel n’est pas nécessaire, car même si le
taux d’anticorps anti-Hbs baisse au fil du temps, les lymphocytes conservent une mémoire
capable de produire de nouveaux anticorps en cas d’infection. (10, 15, 19)
4- CONDUITE A TENIR EN CAS D’ACCIDENT EXPOSANT AU SANG (AES) :
Nul (praticien ou assistante) n’est à l’abri d’une coupure, piqûre accidentelle avec un
instrument contaminé ou une projection sur les muqueuses pendant ou après un acte de soin.
Si cela arrive, il faut respecter les directives suivantes : (4)
-
En cas de blessure :

interrompre le soin ou l'acte en cours. (13)

ne pas faire saigner (risque d'attrition des tissus). (18)

nettoyer avec eau et savon pour éliminer toute présence de sang au niveau de
la peau.

rincer abondamment. (18)

réaliser l'antisepsie pendant au moins 5 minutes, avec un dérivé chloré stable
ou fraîchement préparé: soluté de Dakin (Cooper), ou eau de Javel à 2,6 %
diluée au 1/10ème.
A défaut, tout antiseptique à large spectre disponible: dérivé iodé (solution
dermique de polyvidone iodée), chlorhexidine alcoolique dermique,...)
-
En cas de projection sur les muqueuses de la face, rincer abondamment au soluté
physiologique, ou à défaut à l'eau, pendant au moins 5 minutes. (18)

Ensuite il faut évaluer le risque infectieux chez le patient source. Pour cela,
les sérologies VIH, VHC, VHB doivent être recherchées, ainsi que la notion
d'antécédents transfusionnels (sérologies déjà réalisées ou à réaliser en
urgence après accord du patient). La non connaissance du statut sérologique
du patient source ne doit pas faire différer la consultation avec un référent
médical.

Il ne faut pas oublier également de faire une déclaration de l’accident de
travail aux services compétents de l’institution. (13)

Le praticien doit ensuite assurer un suivi sérologique et faire des contrôles
réguliers pour déterminer si l’infection a été faite ou pas. (13)
→ Pour la prophylaxie VIH :
Si la personne exposée est séronégative, un traitement antiviral par Zidovudine doit être
débuté de façon optimale dans les 4 heures qui suivent l'AES et au plus tard dans les 48H.
(18)
Par la suite, des tests de contrôle doivent être fait à la 6 ème semaine puis à la 12ème et enfin au
6ème mois pour déterminer si l’infection a été faite ou pas. (15)
→ Pour la prophylaxie VHB :
Si le sujet exposé est vacciné et s'il présente des anticorps anti-HBs, alors une surveillance
est non nécessaire.
Si le sujet exposé est non vacciné, ou vacciné non répondeur, une sérovaccination dans les
48 heures (1 dose de vaccin d »hépatite B et d'immunoglobulines anti-HBs le même jour en 2
sites) doit être effectuée, si le statut sérologique de la personne
source est positif ou
inconnu.
Toutefois, si le sujet exposé est non vacciné, et le statut \ sérologique de la personne source
est négatif, la vaccination est recommandée pour faire face à une contamination récente
(antigènes HBs non détectables). (8,18)
N.B. : Tout chirurgien dentiste atteint d'hépatite B doit arrêter d'exercer durant la phase de
développement de la maladie. Il s'agit d'ailleurs d'une maladie à déclaration obligatoire. (4)
→ Pour l’exposition au VHC:
Il n'existe ni vaccin contre le VHC ni de solution prophylactique pour une contamination par
le virus de l'hépatite C. Cependant, si le risque est avéré, il paraît raisonnable de réaliser
immédiatement chez la personne exposée la sérologie VHC et le dosage de l’ALAT
(Alanine-amino-transférase).
Si le sujet source présente une sérologie anticorps Anti-VHC négative, alors le sujet ne
nécessite pas de surveillance.
Si le sujet source présente une sérologie anticorps Anti-VHC positive ou inconnue, une
surveillance s’impose. En cas d'apparition d'anticorps AntiVHC, ou d'augmentation de
l'ALAT chez la personne exposée, celle-ci doit être adressée à un service spécialisé. (8)
La surveillance des transaminases se fera tous les 15 jours pendant 6 mois afin de détecter un
pic cytolytique. (15,18)
CONCLUSION :
Les virus constituent actuellement, pour la profession dentaire, un risque infectieux
sensiblement plus important que celui induit par les bactéries. En effet, le danger tient surtout
à l'existence de patients chroniquement infectés qui excrètent avec ou sans signes cliniques
des particules virales pendant des mois ou des années. Dans l'état actuel des choses, nous ne
pouvons que tirer une sonnette d'alarme car il règne une absence de maîtrise de la
contamination au sein des cabinets dentaires.
Pourtant, le respect des précautions universelles et l’éducation permanente du chirurgien
dentiste en ce qui concerne le risque et la prévention de l’infection virale reste la stratégie la
plus efficace de prévention contre la contamination virale. Sans oublier de considérer tous les
patients comme étant potentiellement contaminés.
REFERENCES :
1.
ALLOUCHE L. ; Maîtrise des risques en stérilisation ; Information dentaire ;
2006 ; n°3O : 1807-1809
2.
ARAUJO M.W., ANDREANA S. ; Risk and prevention of transmission of
infectious diseases in dentistry; Quintessence International ; 2002 ; vol33 ; n°5 :
376-382
3.
BAUDIN C. ; Accidents d'exposition au sang: risques ; Le chirurgien dentiste de
France ; 2005 ; mois 6 ; n°1215 ; p110-118
4.
BINHAS E., MACHTOU P. ; Guide pratique du contrôle de l'infection au
cabinet dentaire ; Editions CdP Paris 1991
5.
BRISSET L., LECOLIER M.-D. ; Hygiène et asepsie au cabinet dentaire ;
Editions Masson Paris, Décembre 1997 ;
6.
BUISSON M-J. ; Organiser l'environnement professionnel pour maitriser le
risque infectieux ; Réalités cliniques ; 2007 ; vol 18 ; n°1: 17-29
7.
DEPAOLA L.G.; Managing the care of patients infected with bloodborne
diseases; JADA ; 2003 ; 134 ; n°3 : 350-358
8.
GIACOBBI A, FOLLIGUET M. ; La transmission infectieuse inter-humaine au
cabinet dentaire ;Réalités cliniques ;2007 ; vol 18 ; n°1 : 5-16-
9.GREENSPAN D., PINDBORG J., SCHIDT
M., GREENSPAN J.S.; SIDA au cabinet dentaire ; Editions CdP Paris 1987
10. JENNIFER L., DENISE M.; Occupational exposures to human
immunodeficiency virus, HB, HC: risk, prevention, and management; The Dental
clinics of North America ; octobre 2003 ; n°47 : 681-691
11. LAROCHE-CLAIRE Y. ; Attention dentistes ; Editions Le Félin, Paris 1997
12. MCCARTHY G.M. ; Les risques de transmission virale dans le cabinet dentaire ;
J can dent assoc 2000 ; Vol 66: 554-557
13. PERRIN D., PACAUD G., PONE D.; Contrôle du risque infectieux en
odontologie ; Editions CdP Paris 1997
14. PINDBERG J., GREENSPAN D.; Aids and the mouth; Editions Munksgaard
Intl Pub Ltd 1990
15. SAMARANAYAKE L.P., FLEMING S., COTTONE J.A.; Infection control for
the dental team; Editions Munksgaard 1991
16. WIKIPEDIA; Hépatite; Avril 2007;
http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9patite
17.
WIKIPEDIA; HIV; Avril 2007; http://fr.wikipedia.org/wiki/HIV
18. YASUKAWA K, TILOTTA-YAZUKAWA F.; Accidents d'exposition au sang:
risques ; Le chirurgien dentiste de France ; 2005 ; mois 6 ; n°1215 : 114-118
19.
ZEITOUN R., ABITEBOUL D., SIKSOU B., MISSKA P. ; Risques
professionnels et prévention des infections transmissibles par le sang ;
Information Dentaire ; 1997 ; 27-nov ; n°41 : 3159-31
20. ZYLBERBERG H. ; Hépatite C ; Les dossiers du généraliste ; 16 janvier 2001 ;
n 2084 :1-11
Liste des figures
Fig 1 : Exemple d’utilisation de la digue
Fig 2 : Précaution lors de la manipulation de l’aiguille
d’anesthésie
Fig 3 et 4: Recapuchonnage de l’aiguille après utilisation
Fig 5 et 6 : Désinfection et lubrification du matériel rotatif avant stérilisation
Fig 7: Exemple de produit de désinfection
Fig 8: Chaîne d’aseptie pour un matériel contaminé par les virus VHA , VHB, VIH (1)
Fig 9 : Décontamination du matériel dans un bac après
utilisation
Fig 10 et 11 : Autoclave utilisé pour la stérilisation
Fig 12 et 13 : Conditionnement du matériel dans des sachets hermétiques après stérilisation
Summary
In our dental practice, the instrumentation used can easily cause wounds and injuries
involving exposure to blood and body fluids, thus infectious agents could be transmitted in an
accident.
Among these agents, the most dangerous and feared is the virus of hepatitis B, hepatitis C and
HIV, because of their prevalence and severity.
Preventing the transmission of these bloodborne pathogens is therefore the responsibility of
the dentist.
To prevent this transmission, a perfect knowledge of these viral agents, their complications,
their mode of transmission, and the measures of protection in case of exposure to blood, have
to be well known. Also, rules of hygiene and asepsis mustn’t be forgotten.
Key-words: Hepatitis, dental office, bloodborne, HIV, SIDA, infection
Téléchargement