La prévention des escarres

advertisement
12.11.09
UE.4.1.S1
La prévention des escarres
-
Préoccupation de tous les instants : évaluer
Continuité dans les soins et coordination de l’équipe soignante : transmissions
Prévention :
-
Connaitre et supprimer si possible les facteurs de risques
Dépister les sujets à risque : évaluer à l’admission et dès que la situation clinique change
Agir le plus rapidement possible
Evaluer les facteurs de risque
-
Echelle de Norton : état G, état mental, activité, mobilité, incontinence
Début des années 60, validée en 1989, équilibre facteurs de risques intrinsèques et
extrinsèques, très simple d’utilisation.
Critiques : non validée pour PA < 65 ans, nutrition, cisaillement ?
-
Echelle de Braden : perception sensorielle, humidité, activité, mobilité, nutrition, friction et
cisaillement.
Recommandée par la conférence de consensus sur les escarres.
Simple validée, bonne reproductibilité inter-observateurs
Critique : uniquement 2 facteurs intrinsèques, cisaillement : subjectif
-
Echelle de Waterlow : masse corporelle, aspect visuel de la peau, sexe, âge, continence,
mobilité, mdts, appétit, chirurgie et traumatologie.
Catégories bien étudiées, réfère le tabac.
Critique : plus complexe, score tjs élevé après 85 ans
Echelle de Braden
-
Outil d’évaluation du degré de riques d’escarre
Risque calculé selon 6 items
1
12.11.09
UE.4.1.S1
Le score se situe entre 6 et 23.
Plus le score est faible, plus le risque est élevé
Un score < ou égal à 16 impose:
- une évaluation minutieuse, fréquente et régulière de la peau
- la suppression de facteurs favorisants (si c’est possible)
- la mise en route immédiate des actions de prévention
Un score > à 16 indique un risque faible mais toujours présent !
Évaluer: à l’admission et dès que la situation clinique change
Qualité des transmissions
-
Toute l’équipe doit se sentir concernée
Protocole écrits
Tenues des dossiers de soins
Feuilles spécifiques pour le suivi des patients
Hygiène cutanée
-
Toilette quotidienne et dès que la peau est souillée (matières fécales +++)
Utiliser un savon neutre avec de l’eau tiède
Rincer et sécher, ne pas frotter mais tamponner
Éviter la macération de la peau (transpiration, incontinence urinaire, Mytosil*et Oxyplastine*
contiennent des excipients allergisants et imperméabilisent la couche…)
Supprimer les plis des draps et les corps étrangers dans le lit (miettes de pain, capuchons,
couverts…)
Éviter l’alcool (eau de Cologne), les savons parfumés
Éviter les produits qui colorent ou assèchent la peau
L’éosine assèche et masque les zones à risques.
Inspecter les zones à risque plusieurs fois par jour:
-
Observer et palper (peaux pigmentées +++) régulièrement
À chaque change, soin d’hygiène, tournée et réfection du lit
Reconnaître la rougeur permanente
-
Régions: sacrum, talons, hanches, ischions, chevilles, pieds+++
État cutané? (sécheresse, macération, rougeur, oedème…)
Palpation: induration, chaleur?
2
12.11.09
UE.4.1.S1
Positionner
-
Attention au cisaillement et au frottement (ne pas tirer le patient mais se mettre à 2 pour
mobiliser)
Utiliser du matériel adapté (matelas, coussin, soulève-malade, F.R., potence stabilisatrice...)
Éviter les positions non physiologiques
Se méfier des attitudes vicieuses
Changement de position toutes les 2 à 3 H (les alterner avec une fiche de surveillance)
Ne pas dépasser 3 H d’affilée en station assise
Utiliser la position couchée semi-latérale ou 3/4 (30°)
La position latérale stricte est à éviter (sauf en cas d'indication médicale)
Kiné et ergothérapie: verticaliser, autonomie AVQ, matériels
Le problème des massages
Le massage avec pétrissage est interdit.
L’effleurage avec des crèmes hydratantes est discuté. Toujours utiliser les produits les plus neutres
possibles.
L’absence de massage ne doit pas faire oublier la nécessité d’une inspection pluri-quotidienne de la
peau.
L’efficacité des films protecteurs transparents ou minces est discutée. Intérêt dans la lutte contre le
frottement et le cisaillement.
Huiles essentielles: discutées (conf. de consensus, étude GIPPS).
La peau de mouton est inutile.
Les supports d’aide à la prévention et de ttt des escarres
Diminuer la pression d'interface (peau / support).
Réduire le temps d’obtention de la guérison des escarres.
Diminuer les phénomènes douloureux.
Les supports ne dispensent en aucun cas des autres mesures de prévention, la mobilisation en
particulier.
3
12.11.09
UE.4.1.S1
Les matelas et les surmatelas statiques
a) Le matelas mousse à découpe (en forme de gaufrier) +++
Attention à la qualité de la mousse




Housse adaptée (poly-uréthane) et fermée
Nettoyer la housse avec des produits adaptés
Ne pas cumuler les épaisseurs de drap
Ne jamais border le lit mais plis d’aisance à la tête et au pied du lit
b) Matelas composé de mousses de densité élevée
c) Matelas ou surmatelas en fibres siliconées, ç air statique, matière à mémoire des formes, en
gel, pneumatique à cellule télescopiques, modules amovibles…
d) Matelas à eau : en désuétude
Les supports à air « motorisés » et fluidisés
Matelas et surmatelas à air + compresseur :
-
Matelas et surmatelas dynamiques sans perte d’air
Matelas et surmatelas à perte d’air mesurable
Lits fluidisés.
-
 Matelas et surmatelas à circulation d’air dynamique sans perte d’air
Avec des capteurs de pression
Sans capteur de pression
Système SST (HNE)
Exemple de surmatelas pris en charge à domicile : HNE Pro-ease ™
20 cellules, 11 cm épaisseur, cycles de 10 mn, housse en Daretex
o Surmatelas et support mousse: 50 € TTC
o Compresseur: achat 160 € location 11 €/semaine
o Prix = tarif LPPR
o Matériel agréé par le ministère
4
12.11.09
UE.4.1.S1


Matelas à perte d’air mesurable
o SenTech 3000
o Fisrt-Step Plus
Lit fluidisé : cuve de microsphères mises en suspension par de l’air : diminution majeure
des pressions mais nombreux inconvénients
Autres supports
-
Tables des blocs opératoires :
Pour tout acte opératoire de longue durée, chez les patients identifiés à risque.
Coussins de décharge du talon (talonnière), du coude ou du genou :



Mousses
Gouttières moulées
Matériel à base de polyuréthane
Talon : attention à l’équinisme
Prise en charge :
-
Risque d’escarre évalué par une échelle validée
Lésions médullaires
Si réalisés dans un des matériaux ayant reçu un N° d’agrément au titre du matériel d’aide à la
prévention des escarres
Modalités en cours de révision (J.O. n°8 du 10 janvier 2006)
5
12.11.09
UE.4.1.S1
Les coussins d’aide à la prévention des escarres
-
-
réduisent les pressions exercées au niveau des régions ischiatiques quand une personne est
en station assise.
sont indiqués en cas de risque élevé d’escarre et / ou de douleurs ischiatiques en station
assise.
s’accompagnent d’une éducation à la prévention (autosoulèvement si possible…), d’une
installation adaptée (assise, réglage hauteur des cal-pieds…) et d’une rotation des points
d’appui toutes les 2 à 3 H.
Une station assise ne doit pas dépasser 3 H d’affilée !
doivent suivre le malade lors d’un changement d’assise
si nécessitent une housse: adaptée et fermée, sans « autre » épaisseur entre la housse et la
personne (pas de drap, d’alèze...)
Coussins :






mousse visco-élastique
mousse de polyuréthane
gel-mousse
coussin à air statique
coussin à cellule pneumatiques
coussin à air dynamique
Les interdits : les bouées
 Matériels spécifiques selon les situations
Aucun matériel de prévention ne dispense pas des autres soins de prévention +++
Choix selon l'efficacité (pression d'interface), la facilité d’utilisation et d’entretien, le stockage, le
coût, la maintenance, le service après-vente et le confort du patient.
Prise en charge:
-
Établissements de soins et EHPAD: budget de l’établissement
Domicile: LPPR (J.O. 10 janvier 2006)
Uniquement pour le matériel ayant reçu un agrément délivré par arrêté du ministre chargé de la
santé.
Le tarif de remboursement (TTC) correspond au "prix limite de vente au public" Tarifs et prix limite de
vente déterminés par le comité économique des produits de santé pour le surplus.
6
12.11.09
UE.4.1.S1
Autres principes de la prévention
-
Alimentation: lutte contre la malnutrition protéinoénergétique
Hydratation
Prise en charge des pathologies associées
Information et éducation du patient et de son entourage
Dans la prise en charge d’une escarre constituée
-
Les mesures de prévention restent valables
Tenir compte de la douleur et des odeurs
Matériel:
 Matériel prévention escarres
 Matelas ou surmatelas
o à air équipé de capteurs de pression
o à perte d’air et très basses pressions
 Sont très efficaces et limitent les douleurs
o Lit fluidisé: en désuétude
En soins palliatifs: Le confort du malade avant tout !
-
Pas d’acharnement nutritionnel
Déshydratation souvent bien tolérée (soins de bouche++)
L’escarre ne justifie pas le traitement de l’anémie
Si état infectieux général: tenir compte de l’évolution du pronostic vital et du confort
Si mobilisations douloureuses: matériel de positionnement et de confort, privilégier les
positions antalgiques, parfois matelas à air dynamique
7
12.11.09
UE.4.1.S1
Les responsabilités des infirmiers dans dynamique de lutte contre les escarres
Décret n° 2002-194 du 11 février 2002:
Autonomie dans:
-
l’organisation de leur travail
la mise en œuvre et l’évaluation des soins prescrits
la coordination des actions soignantes
Rôle propre dans la prévention des escarres
8
12.11.09
UE.4.1.S1
Mobilisation de toute l’équipe soignante
Lutte contre des attitudes erronées acquises
Escarre : « affection nosocomiale » ?
Procédure juridiques
Responsabilité professionnelle :



médecins
soignants
directeur d’établissements
9
Téléchargement