Telechargé par marielissa J

Quand Zola mène l'enquête

publicité
Quand Zola mène l'enquête : le terrain comme caution scientifique
Author(s): Frédérique Giraud
Source: Ethnologie française , Janvier-Mars 2013, T. 43, No. 1, Pays perdus, pays
imaginés (Janvier-Mars 2013), pp. 147-153
Published by: Presses Universitaires de France
Stable URL: https://www.jstor.org/stable/42772332
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide
range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and
facilitate new forms of scholarship. For more information about JSTOR, please contact [email protected]
Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at
https://about.jstor.org/terms
Presses Universitaires de France is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend
access to Ethnologie française
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
I Varia
Quand Zola mène l'enquête :
le terrain comme caution scientifique
Frédérique Giraud
Équipe
Dispositions,
Pouvoirs,
Cultures,
Socialisations
RÉSUMÉ
Cet article analyse chez Emile Zola le recou
des documents humains et d'analyser des si
comme caytion dans l'espace littéraire.
Mots-clés : Écrivain. Littérature. Ethnograp
Frédérique Giraud
DPCS (CNRS-UMR 5283)
ENS de Lyon, Centre Max- Weber
15, parvis René-Descartes
69342 Lyon cedex 7
[email protected]
Descente dans les mines et visite des corons, voyage faudra s'interroger sur le rôle qu'il accorde à sa passion
à bord d'une locomotive, vagabondage aux Halles de monographique et documentaire. Popularisée dans sa
Paris et dans les grands magasins, séjour en Beauce... correspondance, dans les interviews, l'enquête est un
Emile Zola fait précéder l'écriture de chacun des tomes instrument de présentation de soi sur la scène littéraire.
des Rougon-Macquart d'une enquête. Pour « présenter Ce sera l'objet de notre troisième partie.
les choses telles qu'elles sont en réalité et [appuyer ses]
dires par des faits » [Zola et Mitterand, 1970 : 355],
l'écrivain va sur le terrain, interviewe des chefs de
rayon, des chefs mécaniciens, des banquiers... Le
crayon à la main, il dresse des croquis, prend des notes.
Ces observations sont relatées de façon précise et
détaillée sur des feuillets que l'écrivain rassemble dans
■ L'enquête de terrain au service
de la préparation des romans
À la fin du XIXe siècle l'usage de l'observation afin
d'analyser les phénomènes sociaux prend corps à l'exté-
ses dossiers préparatoires1.
Si l'on se réfère à la définition du travail de terrain
rieur des sciences sociales [Chapoulie, 2000 : 9] . H. Mar-
que donne Chapoulie, « recueil d'une documentation
tineau, par exemple, est l'une des premières à formaliser
sur un ensemble de phénomènes à l'occasion de la
présence dans les lieux au moment où ceux-ci se manifestent » [Chapoulie, 2000 : 6], il nous semble possible
de voir dans les enquêtes préparatoires de Zola un
« travail de terrain ». C'est ce que nous voudrions montrer dans une première partie. Mais alors que l'ethnographe doit se priver des ressources de l'imagination
et décrire au plus proche de la réalité ce qu'il observe,
nous verrons que Zola garde toujours son roman en
tête au cœur même de ses observations. Pourtant il
[Martineau, 1989] des conseils pour l'observation des
sociétés. Celle-ci se systématise et devient un objet de
professionnels : « de pratique de "bon sens" pour le collectionneur curieux, l'observation se transforme en
action de spécialistes des taxinomies, construisant des
analogiques, des dictionnaires, des encyclopédies »
[PenefF, 2009 : 29]. Quelle est la place des romanciers
dans ce développement de l'observation ? À l'instar des
botanistes du xvnr siècle, des auteurs de dictionnaires
du xixe siècle avec leurs inventaires lexicologiques
Ethnologie française , XLIII, 2013, 1, p. 147-153
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
148 Frédérique Giraud
[Dezalay, 1972 : 176], Zola se donne pour mission [...] que de fois, je m'en souviens, il m'entraîna dans
les Halles ! » [Alexis et Colin, 2001 : 96] ; « il venait
« Nous en sommes, pour le quart d'heure, à collection- les visiter par tous les temps, par la pluie, le soleil, le
ner et à classer les documents, surtout dans le roman » brouillard, la neige, et à toutes les heures, le matin,
d'épuiser le réel. Dans Le Roman expérimental , il affirme :
[Zola et al., 1968 : 1297]. À la fin du XIXe siècle, la l'après-midi, le soir, afin de noter les différents aspects.
confiance des romanciers réalistes dans une démarche
Puis, une fois, il y passa la nuit entière, pour assister au
reposant sur la collecte de documents humains est une
conséquence directe de leur situation dans le jeu littéraire [Ponton, 1973]. En lutte pour asseoir leur légiti-
grand arrivage de la nourriture de Paris ». L'écriture
des carnets d'enquête se donne comme objective,
rigoureuse, au service avant tout d'une connaissance
mité culturelle sur la scène littéraire face aux
pointue et minutieuse du terrain où se déroulera le
roman.
néo-romantiques, aux Parnassiens..., ils font de
la Il s'agit bien pour Zola de collecter les données
constitutives d'un savoir réaliste sur le monde social.
science un credo. L'enquête doit prendre la place de
Le but affiché est la construction d'un protocole
l'imagination. Ainsi que le rappelle Hamon :
d'observation et de description fiable.
Pour Au Bonheur des dames , Zola se familiarise avec
pour Flaubert, pour les Goncourt, pour Zola, le réalisme-naturalisme est avant tout une « méthode » les
quigrands magasins en y passant plusieurs après-midi,
consiste à préparer (ou à étayer en cours de rédaction)
il visite tous les services, interroge un chef de rayon
les descriptions d'un roman par une ample « enquête
du »Bon Marché, un ancien chef de comptoir du
documentaire à la fois sur le terrain, dans les livres techLouvre, une employée du magasin Saint-Joseph, les
niques et auprès des spécialistes reconnus [Hamon,
dirigeants, des clients. . . Il récupère auprès de sa femme
et de ses amis des anecdotes et détails vécus : il s'agit
« d'accumuler et de croiser des sources multiples pour
Orchestrée avec sérieux, l'observation chez Zola
restituer les phénomènes dans leur épaisseur » [Barthéprend l'allure d'une véritable méthode d'investigation.
lémy et Couroucli, 2008 : 16] à l'instar de l'ethnoNous employons le terme de méthode au sens plein
graphe. Préparant la rédaction de Germinal , Zola part
qu'il peut avoir dans l'esprit positiviste du XIXe siècle :
à Anzin en compagnie d'Alfred Giard, professeur à la
selon la définition du Littré , « ensemble des procédés
faculté des sciences de Lille et député d'extrême
rationnels employés à la recherche de la vérité ». Pregauche de Valenciennes, qui s'est offert comme guide
nons le dossier préparatoire du Ventre de Paris pour
de Zola. Leur séjour se déroule du 19 au 22 février
exemple [Zola, Becker et Lavielle, 2003]. L'espace des
1884 [Zola et Mitterand, 1986 : 444], à l'occasion
1991 : 156] 2.
Halles est entièrement passé au crible : inventaire
détaillé des marchandises, disposition topographique
des différents pavillons, des magasins, étals, mais aussi
informations sur l'organisation des ventes, le rôle des
inspecteurs, les rues autour des Halles... L'enquête de
Zola articule un « grand tour » et des « minitours »
d'observation [Spradley, 1980 : 73-84]. À partir d'une
vue générale, il zoome sur certains détails. Le feuil-
let 245 décrit l'entrée des maraîchers dans les Halles
d'une grève qui éclate le 19 février. Zola descend au
fond d'une fosse jusqu'à 675 mètres sous terre, pour
connaître de l'intérieur le trajet du mineur ; il passe au
crible les rôles des porions, herscheurs, se renseigne
sur le fonctionnement des machines, visite les bâtiments, s'informe sur les amendes, les accidents, il visite
une maison ouvrière, va au cabaret, et dans plusieurs
estaminets... Pour La Bête humaine , Zola s'entretient
longuement avec le sous-directeur du Mouvement à la
telle que l'a observée Zola depuis l'appartement de Compagnie de l'Ouest, Pol Lefèvre, qui lui accorde
Maurice Dreyfous, les feuillets 293 à 299 sont des notes entre le 15 février et le 15 avril 1889 une série d'entregénérales sur les Halles : reproduction3 des lieux pré- tiens. Début mars 1889, il fait un voyage au Havre et
cise (« Les pavillons ne sont pas tous pourvus de la est reçu par le chef de gare. Le sommet de cette enquête
même toiture. Le 3 et le 4 ont trois toitures superpo- est constitué par le voyage que Zola est autorisé à faire
le 15 avril 1889 dans la locomotive. Dans ses notes, il
sées ; les 5 et 6, deux... »), description des pratiques
(« le café se sert dans une petite tasse bleue sans anse, consigne les emplacements sur la plateforme du mécaoù se trouve à l'avance un morceau de sucre. La soupe nicien et du chauffeur, analyse leurs mouvements et
rôle respectifs, leurs relations, leur salaire, les qualités
aux choux se sert dans des tasses jaunes plus grandes4 »).
Paul Alexis raconte dans sa biographie « en 1872, attendues de chacun... On peut bien parler de norlorsque nous sortions du n° 5 de la rue Coq-Héron, malisation de la collecte de matériaux empiriques, un
Ethnologie française, XLIII, 2013, 1
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
Quand Zola mène l'enquête : le terrain comme caution scientifique 149
même protocole étant suivi lors des enquêtes prépara-
toires. Le souci du détail et de l'authenticité guide
l'enquête de Zola.
Avide de documents, la recherche sur le terrain n'en
répond cependant pas moins à d'autres objectifs.
Comme Zola le rappelle à Sighele, « [il n'est] qu'un
artiste. [Il] regarde et observe pour créer, non pour
copier. Ce qui [lui] importe, ce n'est pas l'exactitude
pédante des détails, c'est l'impression synthétique5».
C'est ce que nous allons voir dans notre deuxième partie.
■ Donner la vie à des documents
humains
• Zola et l'observation diffuse
1967], que du côté de l'ethnographie. Ponctuelles, les
observations de Zola ne permettent pas de différencier
clairement ce qu'il a vu et entendu de ce qu'il reconstruit. Prenons le carnet d'enquête du voyage à Rome.
Le 1er novembre Zola écrit: «J'ai causé pour mon
cardinal. Je puis prendre un noble romain, mais pas de
trop haute noblesse » [Zola et al, 1968a : 1024] ; le
14 : « Et voici en gros les quelques détails nouveaux.
La congrégation de l'Index a pour préfet un cardinal,
et ce sont des cardinaux qui la composent. [...] Donc
Pierre vient pour se défendre, et ses ennuis, on ne lui
permet pas de le faire. Pourtant, le cas où il peut agir.
Il prépare donc un mémoire justificatif » [ibid. : 1076].
Les pronoms personnels et les possessifs (mon cardinal)
sont la marque dans les carnets d'enquête de l'implication du romancier dès la prise de notes. Les « don-
nées » observées sont immédiatement traduites et
Du 17 au 26 avril 1891, les époux Zola sont à Sedan
retravaillées dans l'esprit du roman où elles se trouvent.
pour la préparation de La Débâcle. Accordant une interLes descriptions du carnet d'enquêtes ne donnent pas
view dans Le Petit Ardennais le 26 avril 1891, Zola
à
voir l'éventail des variations possibles. Pour autant on
raconte :
ne saurait reprocher à Zola la partialité de ses notations
ou l'apparence parfois informelle de ses notes, ChaJ'ai une masse de documents excellents. Voyez-vous, il
poulie
rappelant combien les premiers anthropologues
y a deux façons de prendre des renseignements. La premais
aussi
mière consiste à se renseigner longuement, à visiter un les sociologues de Chicago tombent sous le
des mêmes critiques.
pays par petites étapes, en s'installant même coup
au milieu
des habitants pour vivre leur propre vie. La seconde
- c'est la mienne - consiste à passer dans un pays
• Une visée esthétique
rapidement pour en emporter une impression rapide,
Littérature et récit ethnographique engagent des
logique, intense.
pactes de lecture différents. Sous la trivialité de ce
Mondher Kilani rappelle que Malinowski
La première définition du travail de terrainconstat,
pourrait
«
sépare
nettement
le "rapport ethnographique" de son
être donnée par un ethnographe de métier, tandis que
travail
sur
le
terrain
du "rapport final" de sa recherche »
la seconde, adoptée par Zola, le rapproche des voya[Kilani,
1990
:
85]
et
privilégie pour la version finale
geurs décriés par Claude Lévi-Strauss en ouverture de
la exploranarration. Malinowski orchestre la séparation entre
Tristes Tropiques : «Je hais les voyages et les
ces deux
matériaux dans les Argonautes [Malinowski,
teurs. » Tiphaine Barthélémy et Maria Couroucli
rap1989] que
en usant de deux textes séparés : « le texte-reprépellent que « c'est contre certaines des illusions
sentation
capable de faire "voir" et de faire "entendre"
colportent les récits faits par le voyageur à son
retour
au lecteur
que s'est affirmée l'ethnographie comme produit
de les hommes que l'anthropologue de terrain
méthodes d'observation et de recueil des données »
a côtoyés [...], c'est le texte scientifique [...] et de
l'autre un hors-texte dans lequel sont consignées les
[Barthélémy et Couroucli, 2008 : 8].
considérations méthodologiques » [ibid. : 85-86]. On
La distinction opérée par Chapoulie entre l'obserpeut utiliser cette bipartition des matériaux chez Malivation diffuse et l'observation analytique [Chapoulie,
nowski pour penser les différences entre les notes
2000 : 6-7] permet de caractériser la pratique d'end'enquêtes et le roman chez Zola.
quête de Zola. Chapoulie définit l'observation diffuse
comme celle visant à saisir les « comportements [...]Comme le remarque Henri Mitterand, Zola observe
de manière globale et sous les modalités de l'usuel,
du une visée démonstrative nouée par avance.
avec
typique, ou encore de la règle ». C'est bien là l'ambi« Comme toujours, ses observations sur le terrain
tion de Zola. Il se situe plus du côté du reportage
allaient être orientées par les besoins propres du
journalistique, à la façon de Henry Mayhew [Mayhew,
roman : un cadre à trouver, une logique à construire,
Ethnologie française, XLIII, 2013, 1
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
150 Frédérique Giraud
des personnages typiques à trouver » [Zola et Mitterand, 1986 : 558]. Il ne s'agit pas ici de mettre en scène
une vision ingénue du travail de terrain et d'opposer
par nature l'observation « pure » de l'ethnographe et
celle du romancier. Lena Lederman a bien rappelé
l'enquête est menée d'une manière qui l'éloigné d'un
visée scientifique à proprement parler, il faut cependant
prendre acte du souci de Zola de défendre et valorise
sa méthode de travail comme participant d'une logiqu
spécifique.
combien le « hors terrain » s'immisce toujours dans les
notes de l'ethnographe [Lederman, 1993 : 76]. La
lettre que Zola écrit à Henry Céard, lors de son séjour
d'enquête en Beauce, est le témoin de ce glissement
assumé de la focale du romancier :
Mon cher Céard, après une journée à peu près inutile
passée à Chartres, je suis ici depuis hier, et tiens le coin
de terre dont j'ai besoin. C'est une petite vallée à quatre
lieues d'ici, dans le canton de Cloyes. Entre le Perche et
la Beauce, et sur la lisière même de cette dernière. J'y
mettrai un petit ruisseau se jetant dans le Loir, - ce qui
existe d'ailleurs ; j'y aurais tout ce que je désire , de la
grande culture et de la petite, un point central bien
français, un horizon typique, très caractérisé, une population gaie, sans patois. Enfin le rêve que j'avais fait.
Les quatre expressions en italique dans cet extrait
révèlent combien c'est l'impression de réel plus que le
réel qui prime pour le romancier. Zola écrit :
Prenez les faits vrais que vous avez observés autour de
vous, classez-les d'après un ordre logique, comblez les
trous par l'intuition, obtenez ce merveilleux résultat de
■ La composition d'une image de soi
• Une visée scientifique
Le privilège méthodologique reconnu à l'enquête
par Zola tient selon nous à son potentiel symbolique.
Christophe Charle démontre dans Naissance des intellectuels [Charle, 1990] combien la figure du savant se
pare de prestige intellectuel à la fin du XIXe siècle. Et
à travers l'enquête se joue, selon nous, l'image de Zola
homme de science7. Il faut porter attention à sa convic-
tion scientiste. Parti à Lourdes du 20 août au 1er septembre 1892, il consigne chaque soir ses notes dans un
«journal de terrain » de près de 240 feuillets. Lors de
ce voyage, alors qu'il observe le bureau des constata-
tions des miracles, en bon homme de science, Zola
s'étonne que des malades dont l'état de santé n'a pas
été vérifié à leur arrivée à Lourdes puissent être déclarés guéris par le biais d'un miracle. «J'ai fait observer
qu'il serait très désirable qu'une commission de médecins, ayant à sa tête le docteur Boissarie, constatât l'état
du malade à l'arrivée, pour constater ensuite la guérison
avec plus de force » [Zola et al, 1968a : 415].
aurez exercé dans un ordre supérieur vos facultés d'imaL'enquête est le reflet positiviste et techniciste qu'il
giner » [Zola et Mourad, 2006 : 248].
veut appliquer à sa démarche littéraire. En effet, le
naturalisme tel qu'il le définit consiste à « introduire
On sait que le soir l'écrivain met ses notes de terrain
dans l'étude des faits moraux l'observation pure, l'anaau propre [Zola et Mitterand, 1986 : il]. Dans ce paslyse
exacte employée dans celle des faits physiques »
sage des notes griffonnées aux notes de terrain [Sanjek,
1993 : 97] 6, il compose à partir des « faits vrais » des [L'Événement, 25 juillet 1866]. La formule implique
personnages et des situations qu'il veut représentatives. que le roman étudie l'homme comme on le ferait avec
Analysant cette conversion d'un type à l'autre, Orten- un élément de la nature. Dans l'article « Du progrès
berg pointe la sélection à l'œuvre dans la constitution dans les sciences et la poésie », il note : «je rejetterais
des notes de terrain [Ottenberg, 1993 : 148]. Parfois les mythes et n'aurais plus d'amour que pour les vérités.
[...] Faut-il le dire ?Je serais savant, j'emprunterais aux
Zola n'attend pas les documents : « Ne cherchez pas
davantage un masque de variolique, mon siège est fait, sciences leurs grands horizons, leurs hypothèses si
et j'en suis si content queje ne le corrigerais pas, même admirables qu'elles sont peut-être des vérités » [Zola
sur des documents exacts », écrit-il à Céard le 7 jan- et Mitterand, 2002 : 370].
Le rôle du romancier n'est plus ni de divertir, ni de
vier 1880, alors qu'il lui avait confié le soin, une quinzaine de jours plus tôt, de lui fournir un « document corriger, mais de chercher à connaître : la littérature
exact ».
prend la place réservée par Comte à la sociologie dans
La description des milieux, des situations ne
sa répond
loi des trois états [Ripoll, 1978]. « Nous continuons,
donc pas à un souci référentiel, mais participe
d'une
par nos
observations et nos expériences, la besogne du
volonté dramaturgique propre au récit fictionnel.
Si qui a continué celle du physicien et du
physiologiste,
donner la vie à des documents humains [...] et vous
Ethnologie française , XLIII, 2013, 1
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
Quand Zola mène l'enquête : le terrain comme caution scientifique 151
chimiste », écrit Zola dans Le Roman expérimental [Zola
et al., 1968 : 1185]. Pour lui, la littérature doit prendre
exemple sur la science et participer du mouvement
d'enquête et d'analyse « qui est le mouvement même
du xixe siècle » [Zola et al, 1968c : 283]. Déjà Flaubert
le martelait : « la littérature prendra de plus en plus les
allures de la science ; elle sera surtout exposante »
[Flaubert et Bruneau, 1980 : 280]. L'enquête doit servir de caution dans l'espace de la création littéraire :
en s'appuyant sur une autorité qui ne relève pas de la
futilité fictionnelle, mais de vérités scientifiquement
fondées, Zola veut rehausser le roman dans la hiérarchie des genres. La frivolité du roman est un repoussoir
dont il faut se défaire au plus vite pour octroyer du
crédit au roman8.
• Un savant comme double fictif
La figure du docteur Pascal est l'incarnation fictionnelle de ce rôle de savant que se donne Zola. Person-
nage éponyme du dernier roman de la série des
L'ostentation du matériel d'enquête de Pascal est à
l'image de celle que Zola met en scène pour lui-même,
dans ses romans tout d'abord, dans sa correspondance
et ses articles ensuite. Chantai Pierre-Gnassounou
montre que « [les] romans [de Zola] sont encombrés
de piles de dossiers, de rapports, de fiches diverses
patiemment élaborés et collectés par des personnages
entreprenants » [Pierre-Gnassounou, 1999 : 30]. Ainsi
en est-il dans L'Argent ou encore de Son Excellence
Eugène Rougon , où le bureau d'Eugène est encombré
de papiers. Zola met ainsi en scène de façon métaphorique son propre rapport à l'enquête : la recherche qui
précède la rédaction ne se cache pas mais s'expose.
Les dossiers préparatoires ont été envisagés par Zola
comme des témoignages de son travail de composition
et de recherche. L'écrivain insiste sur sa méthode qu'il
souhaite suffisamment exemplaire pour être admis
parmi les savants et grands hommes de son temps, qu'il
a célébrés dans ses études critiques (Taine, Littré,
Michelet, Claude Bernard). Il évoque régulièrement
ses enquêtes dans sa correspondance avec Jacques Van
Santen Kolff[Zola et Niess, 1940], avec Henry Céard
ralisme. Seul membre de la famille Rougon-Macquart
son informateur privilégié ou encore dans les interà être épargné par les origines funestes de tante Dide,
views qu'il donne. Ainsi, mettant en forme ses notes
Pascal Rougon mène des recherches sur l'hérédité à
d'enquête avec soin (conservation, classement, présenpartir des cas que lui offrent les descendants dégénérés
tation), Zola compose une image de lui-même qui
de la branche Macquart. Pour ce faire, il amasse dans
mêle sérieux, méthode et logique scientiste [Becker,
son cabinet de travail, comme Zola le fait lui-même
1993]. Il juge indispensable de justifier ses activités en
pour ses personnages, des documents sur chacun des
conformant celles-ci à ce qui lui semble être un
membres de sa famille. Double fictif de Zola, à l'instar
« modèle scientifique », ou, au moins, d'insister sur la
de l'écrivain de Pot-Bouille ou de Sandoz dans L'Œuvre
rigueur de la documentation qui sert de soubassement
[Grantel, 2001 ; Giraud, 2011], ce personnage sert à
à ses romans. Le Roman expérimental se veut ainsi la
exhiber le souci de scientificité qui a animé Zola dans
transposition en littérature de la théorie de la médecine
la composition de sa série. Le docteur Pascal est notamexpérimentale de Claude Bernard. Derrière l'enquête,
ment représenté dans la phase documentaire de son
c'est une caution scientifique que Zola engage dans ses
travail : il découpe des articles, les colle dans des dosromans. Si elle permet de s'opposer par exemple à
siers, il classe, trie... Cette instance ď autoreprésentaErckmann-Chatrian [Zola étal, 1968b : 129], Prévost-
Rougon-Macquart , il est la caution scientifique du natu-
tion participe, selon nous, de la reconnaissance des
Paradol [Zola et al, 1968b : 201-204], ou Edmond
procédures d'enquête que Zola a faites siennes. Le lecAbout [Zola et al, 1968b : 209-212] et est donc un
teur peut être marqué par la masse des documents qui
encombrent le sommet de l'armoire du docteur Pascal.
Zola attire le lecteur sur cette « masse » :
Un instant, Pascal regarda les dossiers, dont l'amas
moyen de se placer dans l'espace littéraire, cette volonté
de faire science doit beaucoup à des dispositions extra-
littéraires, formées en amont du jeu. Un ensemble
d'éléments explique son penchant positiviste. C'est
tout d'abord la force socialisatrice de son expérience
chez Hachette, où il s'est frotté à toute une culture
qui occupait le milieu de la salle de travail. Dans le
scientifique.
Comme le rappelle Colette Becker [Becpêle-mêle, plusieurs des chemises de fort papier bleu
semblait énorme, ainsi jeté au hasard sur la longue table,
s'étaient ouvertes, et les documents en débordaient, des ker, 2001], Hachette publie alors une collection de
lettres, des coupures de journaux, des pièces sur papier dictionnaires et d'annales et édite à partir de 1863 le
timbré, des notes manuscrites.
Dictionnaire de la Langue française de Littré, mais aussi
les Merveilles de la Science, les ouvrages de Figuier sur
Ethnologie française , XLIII, 2013, 1
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
152 Frédérique Giraud
La Terre , Les Mers, La Lune. Second élément, le sou- des informateurs, il s'agit de saisir de façon synthétique
venir du père de Zola, à l'ombre duquel il a été élevé. un milieu et des caractères que le roman mettra en scène.
Or celui-ci a obtenu un diplôme d'architecte-ingé- La publication dans la collection « Terre humaine » chez
nieur, est entré aux Ponts et Chaussées, où son frère Pion des Carnets d'enquêtes de Zola [Zola et Mitterand,
est ingénieur en chef, et a publié à 23 ans un mémoire 1986] a popularisé ce recours à l'enquête. Méthodique
très remarqué : Traité sur le nivellement topographique. Ce et rigoureux, tel veut apparaître Zola par ce biais. Reflet
de l'importance symbolique prise par la science à la fin
du XIXe siècle et de l'intérêt pour la « modernité » de
et enfin sa volonté d'être « de son temps » qui le pous- Zola, ce recours à l'enquête nous informe sur la volonté
sont aussi les amis de Zola, Baille et Marion, très proches de Zola, qui sont des scientifiques de haut niveau9,
sent à aborder la littérature dans un esprit scientifique.
du romancier d'apparaître comme un homme de
science, un écrivain rigoureux et méthodique. Se met-
Zola fait précéder la rédaction de ses romans d'une
enquête de terrain : observations in situ, discussions avec
I Notes
tant en scène comme romancier et enquêteur, Zola
cherche à conquérir un espace de légitimité littéraire. ■
l'enquête médico-psychologique de ce jeune
3. Il n'est pas rare que Zola adjoigne des dessins et des plans aux notes prises sur le terrain. psychiatre, Zola accepte de se faire photographier, mesurer, peser, examiner comme un
4. Sic : faute de Zola.
sujet de laboratoire. L'ensemble des examens
1. Outre les notes de terrain proprement
auxquels Zola se soumet rencontre sa foi dans
5. Cet extrait de lettre de Zola à Sighele
dites, ces dossiers préparatoires renferment les
la science, son admiration pour le travail de
est cité sur le blog de Philippe Pujol consacré
notes de lecture, les articles de presse découpés,
Claude Bernard mais également son désir
à Zola à la page http://www.zola.free.fr/recitl'ébauche du roman, le plan et la caractérisation
mythique4.htm, pourtant je ne parviens pas àd'enquêter sur le monde social. La similitude
des personnages.
retrouver la référence de cette lettre dans la
des projets explique l'enthousiasme de Zola
pour cette enquête.
correspondance de Zola.
2. Dans la préface des Frères Zemganno
8. C'était déjà l'ambition de Balzac qui
[Goncourt, 1983], Edmond de Goncourt note6. Nous traduisons scratch notes par notes
donne au roman la mission d'étudier des « espègriffonnées par opposition aux fieldnotes, repreque les descriptions des milieux « ne peuvent
ces sociales ».
nant la distinction analytique établie par Sanjek.
se rendre qu'au moyen d'immenses emmagasinements d'observations, d'innombrables notes 7. On peut expliquer ainsi l'empressement
9. Baille a fait Polytechnique et mène des
prises à coups de lorgnon, de l'amassement
recherches en physique, le second, des recheravec lequel Zola se soumet à l'étude du docteur
d'une collection de documents humains ».
en zoologie.
Toulouse. Offrant son corps et son cerveauches
à
I Références bibliographiques
avec les sciences sociales. En l'honneur de Pierre Bourdieu , Paris,
Alexis Paul et René-Pierre Colin, 2001, Emile Zola : notes
revues/home/prescript/issue/arss_0335-5322_l 97 5_num_l_4
[accédé : 2 février 2011].
et Larose.
Charle Christophe, 1990, Naissance des « intellectuels » : 18801900 , Paris, Minuit.
d'un ami avec des vers inédits de Emile Zola , Paris, Maisonneuve
Barthélémy Tiphaine et Maria Couroucli, 2008, « Intro-
duction. Ethnographies, voyages et mises en texte », in Tiphaine
Barthélémy et Maria Couroucli (dir.), Ethnographes et voyageurs.
Les défis de l'écriture , Paris, éditions du CHTS, « Le regard de
l'ethnologue », 17 : 7-19.
Publications de la Sorbonne, http://www.persee.fr/web/
Dezalay Auguste, 1972, « L'exigence de totalité chez un
romancier expérimental : Zola face aux philosophes et aux classificateurs », Cahiers de l'Association internationale des études fran-
çaises , 24 : 167-184.
Becker Colette, 1993, « Retour sur les dossiers préparatoires. Flaubert Gustave et Jean Bruneau, 1980, Correspondance. II,
Cela "s'établira en écrivant" », Les Cahiers naturalistes , 67 : Juillet 1851 - Décembre 1858 , Paris, Gallimard.
225-234.
Giraud Frédérique 2011, «La double croyance dans le jeu
littéraire d'Emile Zola », COnTEXTES, 9, septembre.
Becker Colette, 2001, Zola. Le saut dans les étoiles , Paris, Presses
de la Sorbonne nouvelle.
Goncourt Edmond, 1983 [1879], Les Frères Zemganno , PlanChapoulie Jean-Michel, 2000, « Le travail de terrain, l'obser- de-la-Tour, Editions d'aujourd'hui, Paris, Gallimard, « Les
vation des actions et des interactions, et la sociologie », Sociétés Introuvables ».
contemporaines , 40, 1 : 5-27.
Grantel Martine, 2001, « Zola et ses doubles : les instances
Charle Christophe, 2002, « De la science à la prophétie :d'autoreprésentation dans Pot-Bouille et L'Œuvre », Les Cahiers
situation de Zola », in Eveline Pinto (éd.), Penser l'art et la culturenaturalistes , 75 : 87-99.
Ethnologie française, XLIII, 2013, 1
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
Quand Zola mène l'enquête : le terrain comme caution scientifique 153
Hamon Philippe, 1991, La Description littéraire. De V Antiquité à
Roland Barthes : une anthologie , Paris, Macula.
Spradley James P., 1980, Participant Observation , New York,
Holt, Rinehart and Winston.
Kilani Mondher, 1990, « Les anthropologues et leur savoir :
du terrain au texte », in Jean-Michel Adam, Marie-Jeanne
Borei, Claude Calarne et Mondher Kilani, Le Discours anthropologique. Description, narration, savoir , Paris, Méridiens-
Zola Émile, Colette Becker et Véronique Lavielle, 2003, La
Fabrique des Rougon-Macquart, vol. I : édition des dossiers
préparatoires, Paris, H. Champion.
Klincksieck.
Lederman Lena, 1993 [1990], "Pretexts for Ethnography : on
Reading Fieldnotes", in Roger Sanjek (dir.), Fieldnotes. The
Makings of Anthropology , Ithaca/London, Cornell University
Press : 71-91.
Zola Émile, Colette Becker et Véronique Lavielle, 2005, La
Fabrique des Rougon-Macquart, vol. II : édition des dossiers
préparatoires, Paris, H. Champion.
Zola Emile, Colette Becker et Véronique Lavielle, 2006, La
Fabrique des Rougon-Macquart, vol. III : édition des dossiers
préparatoires, Paris, H. Champion.
Malinowski Bronislaw, 1989, Les Argonautes du Pacifique occi-
Zola Emile, Colette Becker et Véronique Lavielle, 2009, La
Fabrique des Rougon-Macquart, vol. IV : édition des dossiers
préparatoires, Paris, H. Champion.
Martineau Harriet, 1989 [1838], How to Observe Morals and
dental , Paris, Gallimard.
Manners , New Brunswick/Oxford, Transaction Books.
Zola Émile, Armand Lanoux et Henri Mitterand, 1984,
Les Rougon-Macquart : histoire naturelle et sociale d'une famille sous
Mayhew Henry, 1967 [1862], London Labour and the London
le Second Empire , 5 vol., Paris, Gallimard.
Poor , New York, A. M. Kelley.
Emile et Henri Mitterand, 1970, Œuvres complètes ,
Ottenberg Simon, 1993 [1990], "Thirty Years of Fieldnotes Zola
:
t. XIV, Paris, Cercle du livre précieux.
Changing Relationships to the Text", in Roger Sanjek (dir.),
Fieldnotes. The Makings of Anthropology , Ithaca/London, Cornell
University Press : 139-160.
Zola Émile et Henri Mitterand, 1986, Carnets d'enquêtes :
une ethnographie inédite de la France , Paris, Pion.
Peneff Jean, 2009, Le Goût de l'observation : comprendre et prati-
Zola Émile et Henri Mitterand, 2002, Œuvres complètes, 1. 1,
quer l'observation participante en sciences sociales , Paris, La
Les débuts, 1858-Î865 , Paris, Nouveau Monde.
Découverte.
Zola Émile, Henri Mitterand, Claude Bonnefoy et al .,
Pierre-Gnassounou Chantai, 1999, Zola : les fortunes de la
fiction , Paris, Nathan.
1968a, Œuvres complètes , t. VII, Paris, Cercle du livre précieux.
Zola Émile, Henri Mitterand, Claude Bonnefoy et al,
Ponton Rémy, 1973, « Programme esthétique et accumula1968b, Œuvres complètes , t. X, Paris, Cercle du livre précieux.
tion de capital symbolique. L'exemple du Parnasse », Actes de
la recherche en sciences sociales , 14 : 202-220.
Zola Emile, Henri Mitterand, Claude Bonnefoy et al,
1968c, Œuvres complètes, t. XI, Paris, Cercle du Livre précieux.
Ripoll Roger, 1978, « Zola et le modèle positiviste », Romantisme , 8, 21 : 125-135.
Zola Émile et François-Marie Mourad, 2006, Le Roman expérimental, Paris, Flammarion.
Sanjek Roger, 1993 [1990], "A Vocabulary for Fieldnotes", in
Émile et Robert Judson Niess, 1940, Emile Zola's Letters
Roger Sanjek (dir.), Fieldnotes. The Makings of AnthropologyZola
,
Ithaca/London, Cornell University Press : 92-121.
to J. Van Santen Kolff, St. Louis (Mo), Washington University.
I ABSTRACT
When Zola Carries on Research : Fieldwork as a Scientific Guarantee
This paper analyses how Émile Zola makes use of fieldwork before starting to write his novels. As a way to document human and
social situations, the research is meant to be a token of the scientific nature of his work, which offers a gurarantee to the literary
space, as Zola maintains.
Keywords : Writer. Literature. Ethnography. Fieldwork. Survey.
I ZUSAMMENFASSUNG
Wenn Zola die Untersuchung leitet : Feldforschung als wissenschaftlich Garantie
Der vorliegende Artikel analysiert die Bedeutung der Feldforschung flir das Schreiben von Romanen am Beispiel Ém
Die Methode der Befragung diente Zola als Mittel Zeugenaussagen zu sammeln und soziale Situationen zu analysieren ; s
flir ihn zu einer Bedingung seines literarischen Schaffens.
Stichwörter : Schriftsteller. Literatur. Ethnographie. Gebiet. Untersuchung.
Ethnologie française, XLIII, 2013, 1
This content downloaded from
50.92.135.127 on Mon, 17 Jan 2022 06:40:28 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
Téléchargement