Telechargé par Matthieu Frappé

Alstom analyse financière

publicité
FRAPPÉ Matthieu
DANIYELYAN Raphael
VU Thibault
Stratégie financière :
L’entreprise ALSTOM
Année universitaire : 2019/2020
Professeur : M. KAIDI
Avertissement
Ce document est le résultat d’une analyse réalisée dans le cadre d’une formation initiale
avec des données exclusivement publiques et dont la source est mentionnée. Uniquement
destiné à l’enseignant en charge de cette formation, il ne saurait être utilisé dans tout autre
contexte ni diffusé à un tiers.
2
Sommaire
3
Introduction
Alstom, à l’origine appelée Als-thom est le produit de la fusion entre la société ThomsonHouston (entreprise franco-américaine d’équipements de traction électrique) et la société
alsacienne de construction mécanique spécialisée dans les locomotives qui a eu lieu en 1928.
C’est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux de l’équipement ferroviaire ainsi que de la
transmission d’électricité. Le groupe emploie 93 000 salariés à travers plus de 100 pays ce qui
lui permet une présence sur l’ensemble des continents. Les performances financières du
groupe sur les derniers exercices lui permettent d’être membre du CAC 40.
Au cours de son histoire, Alstom a connu quelques opérations en termes de
fusions/acquisitions que ce soit avec General Electric Company à la fin du 20e siècle ou bien
plus récemment à travers l’échec de l’opération avec Siemens. Nous avons donc choisi de
nous intéresser à cette entreprise du fait de son actualité. De plus, cette année, dans le but de
devenir le second plus grand groupe ferroviaire au monde, Alstom annonce en 2020 un accord
pour le rachat de son concurrent canadien qui n’est qu’autre que le groupe Bombardier.
Pour étudier cette entreprise, nous allons diviser notre travail en 4 parties. Dans la première,
nous établirons le diagnostic stratégique de l’entreprise, puis nous ferrons ensuite l’analyse de
la performance économique. Dans un troisième temps, nous analyserons la structure
financière d’Alstom. Enfin, nous verrons l’analyse de la rentabilité.
4
Historique
5
I. Diagnostic stratégique de l’entreprise
Alstom est une entreprise française, son siège social est à Saint-Ouen (93). L’entreprise
rayonne depuis la France jusque dans le monde entier ce qui représente un environnement
vaste avec de nombreux facteurs pouvant influencer la stratégie de l’entité.
1.1. Diagnostic externe
1.1.1. Politique
La politique est un facteur à forte influence dans l’industrie ferroviaire. Les dépenses
publiques est l’un des facteurs principaux dans le carnet de commandes des entreprises. Les
pays investissent dans les transports ferroviaires car ils influencent positivement le
développement économique de leur pays. Les pays développés investissement des milliards
d’euros pour rénover, moderniser leurs réseaux (TER, métro, TRAM…) en cohérence avec
les enjeux environnementaux. Les pays émergents construisent des projets d’investissement
plus importants car tout est à construire et à réfléchir.
Cependant, au niveau des régions françaises, l’investissement dans les transports est plus
difficile car l’Etat baisse ses dotations financières depuis 4 ans.
1.1.2. Economique
Le monde touché en 2008 par la crise des subprimes est actuellement en phase de
croissance depuis 2016. Cette croissance impacte forcément positivement l’environnement
des transports ferroviaires car ils représentent des investissements économiques rentables
pour continuer à développer la croissance. Par exemple, en France, nous avons le projet
Grand Paris qui mobilise beaucoup d’acteurs et qui a pour but de construire une ville durable
et d’améliorer la vie urbaine.
Néanmoins, et ce depuis 5 ans, la concurrence chinoise devient de plus en plus forte et
de plus en plus sérieuse au niveau de la qualité et des capacités d’investissement. Pour
l’Europe et ses entreprises ce n’est pas un point positif. Le point positif est l’exportation des
forces de constructions. La mondialisation a
augmenté le nombre de clients possibles.
Cette augmentation d’activité influence
directement le taux d’emploi dans les pays et
notamment en France. Tous les niveaux de
main d’œuvre sont utiles dans cet
environnement même si les cadres,
ingénieurs, techniciens expérimentés coûtent
de plus en plus cher.
1.1.3. Social
Figure 1 : Taux d’emploi des 15-64 ans en France
et dans l’UE-28
Source : Eurostat, Labour Force, Insee
6
Le facteur important dans cette partie est l’urbanisation de la population (voir graphique),
ce qui engendre une augmentation dans l’utilisation des transports en communs (+21% en
France sur ces 10 dernières années).
Figure 2 : Population urbaine dans le monde
Source : Données de la Banque Mondiale
Le transport ferroviaire est aussi sollicité par la population car c’est un transport plus
respectueux de l’environnement, en plus d’être de plus en plus rapide.
1.1.4. Technologique
La transformation digitale touche le monde entier et ne fait pas exception dans
l’environnement d’action de notre société étudiée. L’industrie ferroviaire se doit d’être
innovante et d’effectuer des recherches sur les axes suivants : l’environnement, la
performance, les moteurs et combustibles, les contraintes terrains.
Si on réduit l’échelle de l’environnement au niveau du territoire français, nous pouvons
avancer que depuis 2016 la France se positionne dans le top 20 des pays les plus innovants
au monde d’après l’indice mondial de l’innovation.
Tableau 1 : Classement de la France dans le domaine de l'innovation
Source : Indice mondial de l’innovation
Année
2019
2018
2017
2016
2015
N° de la place de la France
16ème
16ème
15ème
18ème
21ème
1.1.5. Environnemental
Comme pour beaucoup d’activités, le respect de l’environnement devient incontournable
pour un mode de vie soutenable. Les pays développés sont ceux qui mettent le plus de
moyens dans les recherches et équipements.
Le transport de fret par voie ferroviaire revient d’autant plus d’actualité car il est moins
polluant que le transport routier.
1.1.6. Légal
Pour ce dernier domaine d’étude de l’environnement, nous pouvons avancer le poids de
l’Etat dans l’actionnariat des entreprises. Par exemple, dans l’actionnariat d’Alstom l’Etat
possède une part de 33% du capital ou encore chez la SNCF où il est actionnaire majoritaire.
Au niveau du secteur de l’industrie ferroviaire, la commission européenne a le rôle de
régulateur. Sachant que l’Europe a une politique de concentration faible, cela impacte
négativement l’investissement car il y a moins d’opérations financières que sur un secteur
concentré.
7
1.2. Diagnostic Interne :
Forces
Faiblesses
Alstom est une entreprise créée il y a plusieurs
décennies, ce qui lui donne une grande force de
présence locale ainsi que mondiale. La présence
au-delà de son pays d’origine s’est faite grâce à
des partenariats stratégiques ou société
commune (voir la frise de 2018/2019), ce qui lui
apporte un avantage concurrentiel incomparable.
La principale faiblesse d’Alstom est la
dépendance qu’elle a vis-à-vis de ses
actionnaires. La politique peut vite
changer
de
bord
et
impacter
négativement l’entreprise.
Tout
comme
la
commission
européenne, qui lui a déjà refusé l’année
Cette double capacité de présence lui permet passée la fusion avec l’allemand
une proximité avec ses clients que peu Siemens.
d’entreprises peuvent se vanter d’avoir.
On peut ajouter un point négatif sur la
Au fil des années, l’entreprise a su développer main d’œuvre française qui coûte de
une offre complète et se diversifier (stratégie plus en plus cher.
établie en 2017) autour de ses activités, on parle
alors de flexibilité industrielle.
Cette réputation et son engagement de qualité
envers son client poussent l’entreprise à être
parmi les leaders dans la recherche et
développement au niveau technologique et
environnemental. Chaque année le budget R&D
augmente (voir tableau de dépenses de R&D).
Alstom a d’ailleurs dévoilé son projet de bus
électrique qui a déjà séduit de nombreuses villes
françaises, ou encore avec les trains de fret
autonomes ou à hydrogènes commandés par
l’Allemagne et la SNCF pour 2022.
Opportunités
Menaces
Alstom a bien conscience des nombreuses
opportunités qui s’offrent à elle dans les
prochaines années. Elle a déjà quelques coups
d’avance avec des propositions sur le transport
de fret qui devraient bondir les prochaines
années.
La principale menace pour l’entreprise
Alstom est la concurrence étrangère.
Elle s’est déjà vu perdre un projet
d’investissement de la SNCF qui a
préféré un constructeur espagnol.
De plus, les entreprises chinoises
Le
développement
de
transports
plus laissent peu de place à la concurrence
écologiques représente aussi de belles mondiale dans leur pays qui, pourtant, a
perspectives.
une forte demande au niveau des
infrastructures et véhicules ferroviaires.
Les efforts faits par les villes pour modifier la
circulation dans celles-ci ne peuvent être que
positifs pour l’industrie.
Le fait qu’Alstom et Bombardier soient les
principaux acteurs du secteur en France est une
opportunité de monopole si Alstom confirme le
rachat du canadien.
8
II. Analyse de la performance économique
Dans cette partie nous allons analyser la performance économique du groupe Alstom. Pour
ce faire nous avons établi son compte de résultat économique1. Alstom est un groupe composé
de plusieurs entités et a donc des comptes consolidés. Notons que cette analyse est
globalement faite sur les performances réalisées par le groupe lui-même et non par chacune
de ses entités.
1. Évolution du Chiffre d’Affaires
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017 Variation
période
Chiffre d’Affaires Hors Taxes
8072
7346
7306
Taux de variation
9,88%
0,55%
9,49%
Nous constatons une évolution du chiffre d’affaires à la hausse de 9,88% en mars 2019 par
rapport à l'exercice précédent. Une partie de cette hausse s'explique par le carnet de
commandes atteignant un niveau record de 40,5€ milliards comparé à 35,2€ milliards l'année
dernière avec la norme IFRS 15, offrant une forte visibilité sur les ventes futures.
2. Analyse de la marge
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017 Variation
période
Production
7909
7818
7243
8,42%
Taux de variation
1,16%
7,94%
Marge
3810
3547
3341
12,31%
Taux de variation
7,41%
6,17%
Taux de marge
48,17%
45,37%
46,13%
La marge brute est un déterminant fondamental de la rentabilité. En 2019, il reste 48,17% des
ressources pour faire face aux prochaines charges et espérer pouvoir dégager du bénéfice.
En 2019 on observe un taux de marge qui gagne 3 points de base par rapport à 2018. Cette
hausse est majoritairement due à l’augmentation du carnet de commandes.
En M€
1
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017
Variation
période
Voir en Annexe
9
Coût des ventes
4099
4271
Taux de variation
-4,03%
9,46%
Marge brute
3810
Coût des ventes / Marge brute
107,59%
3902
4,81%
3547
3341
12,31%
120,41%
116,79%
Initialement les coûts de production (ventes) incluent les coûts directs (tels que matières, maind’œuvre et coûts de garantie) et les coûts indirects. Nous avons donc retiré les coûts de main
d'œuvre de son calcul. En effet ce dernier est sensé affecter l'EBE après l’avoir soustrait de la
Valeur Ajoutée (VA).
Le coût des ventes représente une grosse charge à payer pour Alstom. En effet, elle
représente 51,83% de la production en 2019. A partir de 2018, Alstom collabore avec ses
partenaires dans le cadre d’une approche « produit responsable ». Ce sont des produits plus
coûteux qui expliquent une partie de la hausse du coût des ventes en 2018.
Avec l'augmentation du carnet de commandes, l'entreprise réussit à baisser de 4,03% son
coût des ventes et par conséquent, augmenter sa marge brute.
3. Analyse de la Valeur Ajoutée
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017 Variation
période
Production
7909
7818
7243
8,42%
Taux de variation
1,16%
7,94%
Valeur ajoutée
3310
3038
2882
12,93%
Taux de variation
8,95%
5,41%
Taux de VA
41,85%
38,86%
39,79%
On constate que la variation de la valeur ajoutée n’est pas similaire à celle de la variation du
chiffre d’affaires, ce qui peut sembler étrange. L’entreprise a su légèrement optimiser ses
charges externes, mais la hausse de la VA se justifie surtout par la baisse de coût des ventes.
a. Facteur travail
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017
Salaires chargés
2542
2415
2269
Taux de variation
5,26%
6,43%
10
Valeur ajoutée
3310
3038
2882
Les salaires chargés sont à la hausse de 5% environ chaque année. Les dirigeants de Alstom
ont donc suscité l’envie de travailler à leurs salariés en augmentant leurs salaires. Cette
augmentation est justifiée par une bonne exécution des projets et reflète une forte croissance
sur l’ensemble des régions au niveau de la performance économique du groupe.
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017
Ratio de productivité
76,80%
79,49%
78,73%
Effectif
36 270
34 466
32 779
Salaire / Effectif
70 085
70 069
69 221
VA / Effectif
9,13%
8,81%
8,79%
2872,17
2731,58
Salaire mensuel
chaque salarié
moyen
de 3022,50
Nous constatons que l’effectif de Alstom augmente d’année en année (1804 personnes de
plus en 2019 qu’en 2018 par exemple). Ces augmentations s'expliquent par le fait que le
groupe Alstom fonctionne par rachat ou fusions de sociétés. En avril 2018, Alstom a finalisé
l’acquisition complète de la société britannique 21net, installée en France, Italie Royaume-Uni
et Belgique, spécialiste de l’internet à bord et de l’infodivertissement des passagers pour le
secteur ferroviaire.
Malgré ces hausses le ratio de productivité n’évolue pas mais reste stable, ce qui est correct.
b. Facteur capital
En M€
Dotations
loyer cb
31/03/2019
amortissements
et 360
31/03/2018
31/03/2017
242
255
Immobilisation brutes
1423
1270
1144
VA
3310
3038
2882
(Dotations + CB) / VA
10,88%
7,97%
8,85%
(Immo brute) / VA
42,99%
41,80%
39,69%
Alstom n'a pas recours au crédit-bail mais possède un grand nombre d’immobilisations
(corporelles/incorporelles) et investi tous les ans afin de rester concurrentiel. Le ratio
« Dotations / VA » est à supérieur à 10% en 2019, ce qui est correct pour le secteur d’activité.
c. Productivité globale
11
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017
Salaires
2542
2415
2269
VA
3310
3038
2882
et 360
242
255
1,14
1,14
1,14
Dotations
loyer cb
amortissements
VA / (Salaires + Dotations)
L’indicateur de productivité globale nous permet de mesurer la richesse créée par l’entreprise
par euro dépensé dans la production, machine et main d’œuvre. Ainsi, on trouve des ratios
pour les trois années supérieures à 1. On peut dire qu’en 2017, pour 1 euro dépensé en
production humaine et machine, l’entreprise dégage 1,14 € de valeur ajoutée.
4. Analyse du Résultat d’Exploitation (REX)
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017 Variation
période
Résultat exploitation
408
381
358
Taux de variation
7,09%
6,42%
Production
7909
7818
7243
Rex / Production
5,16%
4,87%
4,94%
12,25%
Le résultat d’exploitation s’éleve à 408€ millions, contre 381€ millions au cours de l’exercice
fiscal 2018/19, grâce à une solide performance opérationnelle durant l’exercice fiscal.
On distingue donc une activité qui se maintient et dont le résultat d’exploitation est tout de
même à la hausse par rapport aux années précédentes de 7% environ. Notamment grâce aux
dotations de provisions nettes de reprise qui ont plus que doublé.
5. Analyse du résultat net
En M€
31/03/2019
31/03/2018
31/03/2017 Variation
période
Résultat net
693
485
303
Taux de variation
42,89%
60,07%
Production
7909
7818
7243
Résultat Net / Production
8,76%
6,20%
4,18%
56,28%
12
Le résultat net des activités non poursuivies a atteint 248€ millions comprenant principalement
la révision des estimations des passifs liés aux cessions d’activité.
Le résultat financier net du groupe s’est réduit à 88€ millions au cours de l’exercice fiscal
2018/19 contre 91€ millions lors de l’exercice fiscal précédent. Ceci est en partie lié à la
diminution de la dette financière brute résultant du remboursement de 371€ millions
d’obligations échues au cours de l’année.
Nous remarquons que en créant plus de richesse Alstom paie moins d’impôts sur le bénéfice.
En effet le groupe a enregistré une charge d’impôt de 70€ millions pour l’exercice fiscal
2018/19 correspondants à un taux d’impôt effectif de 22 %. Ce taux était de 33% les années
d’avant.
Le résultat net du groupe s’est établi à 681€ millions au cours de l’exercice fiscal 2018/19
contre 365€ millions lors de l’exercice fiscal précédent.
L’entreprise est donc très constante dans son activité et voit tous ses indicateurs à la hausse.
13
III. Analyse de la Structure Financière
1. Le fonds de roulements et le besoin en fonds de roulement
Nous pouvons constater que le BFR est négatif sur toute la période et qu’au terme de celle-ci
il connait une baisse totale d’environ -40%, cependant il a légèrement augmenté au terme de
l’exercice 2017 (clôturé le 31/03/18) de +7,38% pour ensuite baisser de nouveau au dernier
exercice.
Le chiffre d’affaires lui, connait une augmentation constante sur la période (+10,48%) avec
une hausse plus importante au cours de l’exercice 2017 (+8,83%), là où le BFR a connu une
légère hausse. Au cours de l’exercice de 2018 (clôturé le 31/03/19), le CA indique une
augmentation peu significative (+1,5%).
On peut constater avec l’annexe 5, que le CA et le BFR n’évolue pas dans les mêmes
proportions (même si pour l’exercice de 2017, les pourcentages d’évolutions se rapprochent)
comme la théorie le recommande.
Le fond de roulement va d’abord augmenter et revenir dans le positif (+404%) puis diminuer
considérablement tout en restant positif (+153M€). Ce qui montre que l’entreprise était en
difficulté lors du premier exercice de la période observée (c’est aussi pour cela qu’elle a du
vendre General Electric).
En ce qui concerne la trésorerie nette, elle a été négative sur les deux premiers exercices pour
augmenter considérablement sur le dernier exercice et devenir positive, donnant une variation
sur la période de +1217%.
Du fait du BFR négatif sur la période, on va parler de Ressource en fonds de roulement
puisque l’entreprise n’a pas besoin de se financer couvrir les décalages de trésorerie
(entrées/sorties). Nous ne pouvons donc estimer un taux de couverture sur la période.
14
2. Analyse des composantes du BFR
Il s’agit ici, à travers différents ratios d’analyser les facteurs explicatifs du niveau du BFR, celuici étant négatif on peut faire l’hypothèse que l’entreprise encaisse avant de décaisser.
 Délais de rotation des stocks des produit finis et en-cours
En millions d’€
2018
2017
2016
PF/encours
916
1146
1533
CA
8 072
7 951
7 306
40,85j
51,89j
75,53j
𝑆𝑡𝑜𝑐𝑘𝑠
∗ 360
𝐶𝐴
Ici on assiste à une baisse du délai de rotation des stocks (-35 jours) sur la période, notamment
dû à une hausse de l’activité et une baisse des stocks.
Ce qui peut expliquer en partie la baisse du BFR sur la période.
Par rapport au secteur, le poids des stocks de Alstom fluctue et passe d’au-dessus de la
médiane (62 jours) pour ensuite être bien en dessous. Il s’agit d’une entreprise qui produit
selon les commandes reçues et s’applique au sur-mesure donc possède peu de stocks.
 Délais règlement clients
Diminution de 10 jours puis faible hausse de 2 jours du délai de règlement, et donc une baisse
sur la période 8 jours qui permet de réduire le BFR, il se peut donc que le délai a dû être
négocier à la baisse en raison de carnet de commandes plus variés et moins conséquents.
Au niveau du secteur, les délais règlements clients sont ici bien supérieur à la médiane (33,2
jours).
 Délais règlement fournisseurs
15
Ici il nous est impossible de calculer le ratio de délais fournisseurs puisque les achats ne sont
pas détaillés et directement intégrés dans le cout des ventes. Cependant nous estimons un
délai de règlement fournisseurs supérieur à celui des règlements clients et c’est ce qui va
expliquer un BFR négatif.
Au niveau du secteur, la médiane est de 45 jours, dans ce cas on estime que le délai est
supérieur à la médiane.
Nous pouvons dire en synthèse, que le BFR a diminué sur la période observée par le biais de
plusieurs facteurs : une baisse des ressources d’exploitation mais aussi des emplois
d’exploitation, la réduction du délai de rotation des stocks d’une quinzaine de jours ainsi que
la réduction du délai de règlement des clients (d’environ 10 jours).
3. Analyse des composantes du FR
 Évolution des composantes du FR
Actif
2018
2017
2016
Variation
Incorporelle nettes
2044
1832
1908
7,12%
Corporelles nettes
953
831
749
27,23%
Financière nettes
1017
868
3126
-67,46%
3531
5783
-31%
Total
stables :
emplois 4014
Passif
2018
2017
2016
Variation
Capitaux propre
4 159
4027
3713
12%
Quasi CP
0
0
0
-
Endettement à terme
286
1164
1595
-82%
4908
4167
-22%
1377
-453
+133%
Total
stables
ressources 4167
Évolution du FR
153
16
On constate que les emplois stables sont globalement en baisse (de 31%) du fait de la
réduction des immobilisations financières malgré la hausse des immobilisations corporelles et
incorporelles sur la période.
Concernant les ressources stables, celles-ci aussi ont diminué (-22%) dû à la baisse fulgurante
du poids de la dette, toutefois cette baisse est limitée par une augmentation des CP (+12%).
La baisse des emplois stables a permis d’augmenter le FR malgré une baisse des ressources
stables.
 Appréciation du niveau des capitaux propres
En millions d’€
2018
2017
2016
Variation
Capitaux propres
4159
4027
3713
12%
AE
(BFR
+ 2289
Immobilisations nettes)
2378
4538
-49,55%
Ratio CP/AE
169%
81,8%
181%
On constate que les CP couvre plus du total de l’actif économique sur la période (sauf pour le
premier exercice), donc la situation est très confortable, les CP sont plus que suffisants pour
assurer l’activité de l’entreprise.
 Appréciation du niveau de l’endettement à terme
En millions d’€
2018
2017
2016
Variation
Dettes MLT
286
1164
1595
-82%
Capitaux propres
4159
4027
3713
12%
Ratio Dettes/CP
6,87%
28,9%
42,9%
On remarque ici que le gearing est inférieur à 1 sur la période, ce qui est une bonne chose, de
plus le poids de la dette réduit considérablement sur la période. L’entreprise n’a donc pas
besoin des banques pour se financer, mais donne de la confiance aux banquiers pour de futurs
prêts.
 Poids de l’endettement à terme
En millions d’€
Dettes
terme
financières
2018
à 286
2017
2016
Variation
1164
1595
-82%
17
CAF
398
388
352
Ratio Dettes/CAF
0,72
3
4,5
+13%
Nous pouvons dire que l’entreprise en réduisant le poids de sa dette et avec une hausse de
sa capacité d’autofinancement a su obtenir un ratio satisfaisant lui permettant de rembourser
sa dette en 0,72 an si elle consacrait la totalité de sa CAF au remboursement de la dette. En
revanche elle dépasse le ratio maximum (4 ans) lors de l’exercice de 2016.
Globalement l’entreprise a très largement réduit sa dette à terme notamment du fait de son
résultat net en hausse et de la vente de General Electric en 2015.
4. Analyse des dettes à court terme
 Poids de l’endettement
En millions d’€
2018
2017
2016
Variation
Dettes financières à CT
1032
543
444
132%
CA
8 072
7 951
7 306
10,48%
Ratio Dettes CT/CA
12,78%
6,82%
6,07%
On remarque que l’entreprise s’est désendettée à LT mais elle s’est endettée à CT, ce qui est
mauvais puisque ce moyen de financement est très couteux et souvent il est choisi quand les
banques refusent de prêter à LT et perdent confiance.
 Couverture des créances clients
En millions d’€
2018
2017
2016
Variation
Dettes financières à CT
1032
543
444
132%
Créances Clients
1661
1589
1693
-1,8%
34,17%
26,22%
Ratio
CT/Clients
Dettes 62,13%
On voit qu’à terme de la période étudiée on dépasse largement le ratio maximum (30%) et
donc on peut parler de dépendance bancaire de l’entreprise. Risque de cessation de paiement.
Un endettement à CT qui alarme quelque peu, l’entreprise devrait réagir et trouver un moyen
de financement moins couteux (c’est d’ailleurs ce qu’elle a fait courant 2019 en émettant des
obligations pour un montant nominal de 700M€).
18
5. Analyse de l’endettement global
 Dettes financières totales / AE
En millions d’€
Dettes
totales
2018
2017
2016
Variation
financières 1318
1707
2039
-35%
2378
4538
-7,25%
71,78%
44,93%
Actif économique
Ratio
CT/Clients
2289
Dettes 57,57%
L’actif économique est financé en trop grande partie par la dette, toutefois le ratio est en baisse
ce qui est bon signe. Malgré une hausse de l’endettement à CT, l’endettement global lui a
tendance à réduire.
 Poids des frais financiers
2018
2017
2016
Variation
Frais financiers
91
98
138
-34%
VA
3177
2905
2769
14,7%
3,37%
4,98%
Ratio
CT/Clients
Dettes 2,86%
Les frais financiers diminuent alors que l’endettement à CT augmente, toutefois l’endettement
à LT a largement diminué donc pourrait expliquer cette baisse, en plus de la hausse de la VA.
Pour conclure, l’endettement global a tendance à réduire et les frais financiers, cependant les
proportions de financement à CT et LT semblent déséquilibrées et nécessitent le besoin d’agir.
19
IV. Analyse de la rentabilité
La rentabilité est l’aptitude d’une entreprise à générer des bénéfices. Les informations
transmises par le calcul de la rentabilité n’ont pas la même signification selon que l’on soit
associé ou dirigeant. C’est pour cela que deux indicateurs sont calculés :
- la rentabilité économique intéresse essentiellement les dirigeants,
- la rentabilité financière intéresse essentiellement les associés.
La principale limite au calcul de la rentabilité est la non prise en compte du risque.
a. La rentabilité économique (le point de vue des dirigeants)
La rentabilité économique mesure la rentabilité des capitaux engagés, c’est-à-dire la
capacité de l’entreprise à générer des bénéfices à partir des capitaux investis. Pour ne tenir
compte que de l’activité « normale » (donc récurrente) de l’entreprise, le résultat
d’exploitation est retenu (les éléments financiers et exceptionnels sont donc exclus). Les
capitaux investis correspondent à la valeur des immobilisations brutes + la valeur du besoin
en fonds de roulement d’exploitation (BFRE).
L'actif économique est un terme équivalent aux capitaux investis.
b. La rentabilité financière (le point de vue des associés)
La rentabilité financière mesure la rentabilité des capitaux propres, c’est-à-dire la capacité
de l’entreprise à rémunérer les associés. Pour attirer les investisseurs ou ne pas « perdre »
les associés actuels, l’entreprise a pour objectif de maximiser cet indicateur.
Les capitaux propres représentent les apports des associés et les réserves générés par
l’activité de l’entreprise.
Une entreprise dégageant une rentabilité supérieure à celle demandée par ses associés
n’aura pas, à long terme, de problèmes pour financer son activité. De plus, pour les grandes
entreprises, plus le taux de rentabilité des capitaux propres (rentabilité financière) est élevé,
plus l’entreprise aura des facilités à lever des fonds sur les marchés financiers.
Un taux de rentabilité financière de l’ordre de 10 % peut être considéré comme très
satisfaisant. Mais un taux satisfaisant diverge d’un secteur d’activité à un autre, donc
attention à l’interprétation des chiffres.
Ces ratios prennent tout leur sens par une comparaison dans le temps et dans l’espace
(avec d’autres entreprises du même secteur d’activité).
20
Chez Alstom :
Rentabilité économique :
2016 : -5.66%
2017 : 2.05%
2018 : 3.99%
2019 : -2.18%
Nous remarquons donc que la rentabilité économique fluctue selon les années ce qui n’est
pas un indicateur rassurant pour l’entreprise Alstom.
Rentabilité financière :
2017 : 8.16%
2018 : 12.04%
2019 : 16.66%
Nous voyons donc que la rentabilité financière augmente de façon significative d’années en
années ce qui est un très bon indicateur pour Alstom.
21
Conclusion
Pour conclure, il est important de préciser que nous avons pris les résultats et avons effectué
l’analyse financière du groupe dans sa globalité, et non pas entités par entités.
Au vu de notre étude, celle-ci à révéler l’excellente santé financière du groupe Alstom.
Le chiffre d’affaires du groupe augmente considérablement, le taux de marge également. La
valeur ajoutée est elle aussi en hausse. Les salaires ainsi que le nombre de salariés sont en
croissance. Le résultat d’exploitation est en augmentation significative et la trésorerie est
positive. Les capitaux propres sont très satisfaisants et le taux d’endettement est faible. Mais
un bémol est à souligner. On remarque que l’entreprise s’est désendettée à long terme mais
elle s’est endettée à court terme, ce qui est mauvais puisque ce moyen de financement est
très couteux et souvent il est choisi quand les banques refusent de prêter à long terme et
perdent confiance. Pour finir, les rentabilités économiques et financières sont très
encourageantes.
Pour conclure, nous pouvons dire après cette analyse que le groupe Alstom se porte très bien.
22
Références




Article “ALSTOM, l’histoire” sur le site internet FO-ALSTOM
https://www.fo-alstom.com/info/alstom-l-histoire/
Statuts de la société au 24 septembre 2019 (consulté le 16/03/2020)
https://www.alstom.com/sites/alstom.com/files/2019/11/21/20190924_Alstom_Statuts.pdf
Code de gouvernement d’entreprise des sociétés cotées (actualisé en janvier 2020)
https://www.medef.com/fr/content/code-afep-medef-revise-de-gouvernement-dentreprisedes-societes-cotees-janvier-2020
Règlement intérieur du Conseil d’Administration au 5 juillet 2016 (consulté le 16/03/2020)
https://www.alstom.com/sites/alstom.com/files/2018/07/17/R%C3%A9glement%20int%C
3%A9rieur%20du%20Conseil%20d%27Administration%20au%205%20juillet%202016.pd
f
 https://fr.investing.com/equities/alstom-ratios
file:///Users/thib/Downloads/ENTFRA14f_D4_delais_paiement%20(1).pdf
https://www.alstom.com/sites/alstom.com/files/2019/05/06/FY1819%20Group%20Consolidated%20FS%20%20Notes%20FR.pdf

https://www.alstom.com/sites/alstom.com/files/2019/05/28/Alstom-DDR%202018-2019VFran%C3%A7aise_0.pdf

https://www.alstom.com/sites/alstom.com/files/2018/07/17/4%20%20Document%20de%20reference%20201718_1.pdf

https://www.alstom.com/sites/alstom.com/files/2017/07/04/ALSTOM%20DDR201617_FR__0.pdf
https://www.maxicours.com/se/cours/la-rentabilite-economique-et-la-rentabilitefinanciere/

23
Annexes :
Annexe 1 : Compte de résultat
24
Annexe 2 : Calcul de la CAF
25
Annexe 3 : Bilan fonctionnel
26
Annexe 4 : Ratios
Annexe 5 : Évolution du CA et BFR
27
Compte de Résultat Économique
28
Téléchargement
Explore flashcards