Telechargé par Med Br

rapport-p

publicité
Sommaire
Présentation générale de l’entreprise ..................................................................................... 5
1.
Présentation de la société : .............................................................................................. 5
1.1 L’unité de production A : ................................................................................................. 5
1 .2 L’unité de production B :................................................................................................. 6
1.3L’unité de production C :................................................................................................... 7
2.
Organigramme intérieur de l’entreprise : ........................................................................ 8
Introduction générale .............................................................................................................. 9
PROBLEMATIQUE ............................................................................................................ 10
Chapitre 1 : Etude bibliographique ....................................................................................... 12
1.
Introduction : ................................................................................................................. 13
2.1. Processus de production : .............................................................................................. 13
2.2. Découpage des tôles : .................................................................................................... 13
2.3. La cisaille guillotine hydraulique : ................................................................................ 14
2.3. Déprécation rapide :....................................................................................................... 15
2.4. Paramètre : ..................................................................................................................... 15
2.5. Caractéristiques des ciseaux ACCURL CNC :............................................................. 15
3.
Les systèmes de maintien des tôles : ............................................................................. 15
4.
La méthode SMED : ...................................................................................................... 16
4.1 Présentation de la méthode SMED : ............................................................................... 16
4.1.1 L’origine du SMED : ................................................................................................... 16
4.1.2 Définition : .................................................................................................................. 16
4.1.3 Domaine du SMED : .................................................................................................. 16
4.1.4 La dynamique SMED : ............................................................................................... 16
4.1.5 Les enjeux de la méthode : ........................................................................................ 17
4.2 La démarche SMED : .................................................................................................... 17
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 1
4.2.1 Méthodologie : ........................................................................................................... 17
4.2.2 Les phases de la méthode : ......................................................................................... 18
4.2.3 Les avantages de la méthode SMED : ........................................................................ 18
5. Conclusion : ...................................................................................................................... 19
Chapitre 2 : Analyse fonctionnelle ..................................................................................... 20
1.
Introduction : ................................................................................................................. 21
2. Analyse du besoin :........................................................................................................... 21
2.1 Modélisation du système : ............................................................................................. 21
Système de maintien de tôle ..................................................................................................... 21
2.2 Enoncer de besoin :......................................................................................................... 21
2.3 Valider le besoin : .......................................................................................................... 22
3. Recherche des idées et des solutions : .............................................................................. 22
4. Caractérisation des fonctions de service :......................................................................... 23
5 . Hiérarchisation des fonctions de service : ....................................................................... 24
6.
Etablissement de l’histogramme des fonctions : ........................................................... 25
7. Conclusion : ...................................................................................................................... 25
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 2
Liste de figure
Figure 1 : Exemple de produits de l’unité de production A ....................................................... 6
Figure 2: Exemple de produits de l’unité de production B ........................................................ 7
Figure 3: Climatisation (Résidentielle et petits espace & Tertiaire et grands espaces) ............. 7
Figure 4 : organigramme intérieur de l’entrepris ....................................................................... 8
Figure 5 : le défaut de machine ................................................................................................ 11
Figure 1.1 : principe de découpage .......................................................................................... 14
Figure 1.2: cisaille guillotine .................................................................................................... 14
Figure 1.3:domaine d'application de SMED ............................................................................ 16
Figure 1.4: les étapes de méthodologie du SMED ................................................................... 18
Figure 2.1 : Niveau A-0 du système ......................................................................................... 21
Figure 2.2 : diagramme bête à corne ........................................................................................ 22
Figure 2.3 : diagramme pieuvre ............................................................................................... 23
Figure 2.4 : histogramme des fonctions de service .................................................................. 25
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 3
Liste de tableau
Tableau 1 :paramètre de cisaille ............................................................................................... 15
Tableau 2 : cahier de charge fonctionnelle ............................................................................... 24
Tableau 3 :notes de pondération............................................................................................... 24
Tableau 4 :pondérations des différentes fonctions ................................................................... 25
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 4
Présentation générale de l’entreprise
1. Présentation de la société
La société Industrielle d’appareils Electriques « COALA TUNISIE » est une entreprise
industrielle privée ayant la forme juridique d’une société a responsabilité limitée S.A.R.L son
capital au cours de son existence était de 19000. Elle est spécialisée dans la fabrication
d’appareils domestiques de chauffage, ventilation et de climatisation.
« COALA TUNISIE » a été créé en 1980, mais à cause de plusieurs difficultés au niveau de la
distribution, ou de la production elle n’a pu démarrer en activité continue qu’en 1986, reprise
par son nouveau gérant M.AMRI Taher qui avec sa politique spécialisée a sauvé la société.
L’entreprise COALA TUNISIE est constituée de trois Unités différentes A, B et C et de cinq
bureaux régionaux (Tunis, Sousse, Sfax, Gafsa, Médenine). La direction générale et l’unité B
et C sont installent dans la zone industrielle du gouvernorat de Sidi Bouzid alors que l’unité A
se trouve devant la prison civile. Chaque unité comprend une administration et une unité de
production diversifiée et variée d’une unité à une autre même dans une seule unité de
production on trouve des gammes de produits différents.
2. Les différentes unités
……………………..
2.1. L’unité de production A
Spécialisée en radiateurs électroniques portables, des réchauds électriques, de cuisson, inox
et émaillés, des fours électriques, des ventilateurs de bureaux, des ventilateurs sur colonnes,
des ventilateurs de plafond et des chauffages à pétrole. La caractéristique de cette production
est que les produits sont influencés par le facteur saisonnier.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 5
Figure1 : Exemple de produits de l’unité de production A
2.2. L’unité de production B :
Spécialisée particulièrement dans la fabrication des résistances de toutes formes et de
toutes puissances variées, des thermoplongeurs…Il faut noter qu’une partie de sa
production est destinée aux unités de production A et C en cas de besoin.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 6
Figure 2: Exemple de produits de l’unité de production B
2.3. L’unité de production C :
Produit de radiateurs à gaz et à bain d’huile, des appareils de chauffages à gaz et des
climatiseurs monoblocs et split système de diverses puissances. L’effet saisonnier
reste toujours l’élément remarquable dans l’opération de la production avec
l’existence d’un plan directeur de production et d’un processus de fabrication.
Figure3: Climatisation (Résidentielle et petits espace & Tertiaire et grands espaces)
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 7
1. Organigramme intérieur de l’entreprise :
Direction générale
Service de contrôle
de qualité
U.P.A
Administration
Equipement
montage
Service
commerciale
Service achet
U.P.B
Administration
Atelier
Magasin
Equipement
mécanique
Magasin
U.P.C
Atelier
Administration
Equipement
montage
Equipement
électrique
Figure 4 : organigramme intérieur de l’entrepris
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Equipement
technique
Service admis
Page 8
Atelier
Magasin
Equipement
mécanique
Introduction générale
Le développent mondial actuel a économique actuel a créé un environnement très
dynamique, ou les technologies dans tous les domaines sont devenues de plus en plus
avancées. Cet environnement impose, donc a toutes les industries, toutes activés confondues,
d’être toujours au diapason de ce développement, et d’avoir des yeux vigilants sur la rude
concurrence entre les industriels du même secteur. De ce fait, et ayant à faire face aussi à un
client qui devient de plus en plus exigent, les industriels ne cessent de veiller à pousser leur
productivité tout en gardant un hait niveau de qualité. L’amélioration est de plus en plus
nécessaire. En effet, elle permet d’optimiser le pilotage des processus majeurs ; de réduire
notablement les fonctionnements internes. De diminuer les gaspillages et d’amélioration la
productivité globale de l’entreprise. dans le cadre der l’organisation de ces conditions ainsi
que mieux exploiter le temps pour
répondre aux exigence et aux impératif de la
compétitivité , l’intérêt de ce projet est donc l’optimisation temporelle de la proc écure du
réglage et de montage du dièdre notre travail consiste alors à trouver et apporter les
modifications nécessaires sur le montage de cette denier ainsi que les mesures
d’organisations adéquates pour la réduction au maximum du temps d’arrêt de la machine .
afin de délivrer un projet à la meilleure qualité et des solutions retables , nous allons
entamer le projet par la présentation des procédés que notre projet concerne et une
description d’une méthode pratique d’optimisation du temps (SMED) .ensuite ,nous allons
rédiger un de charges fonctionnelles lors duquel nous choisirons les solutions convenables
pour garnir les résultats prévus et arriver par la fin à la réalisation et la mise en place de ces
solution . Notre travail consiste particulièrement à l’étude et conception laminage d’un
système de maintien des tôles sur le cisaille pour facilité la coupage des tôles. L’exigé de le
décomposer en 4 taches principales qui constituent les parties de ce rapport :
 Première partie : étude bibliographique à propos sur les différentes opérations que subit
la lame après le laminage et une étude concernant la méthode d’opération SMED.
 deuxième partie : analyse fonctionnelle.
 Troisième partie : choix et validation de la solution convenable et la conception de
différentes pièces du die set.
 Quatrième partie : mise en place de la méthode SMED.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 9
PROBLEMATIQUE
Principe de fonctionnement de cisaille :
Le cisaillage consiste en un déplacement relatif de de 2 lames suivant un plan
parallèle, entrainant la rupture de la matière sous un effet de traction.
Figure 5: schéma de cisaillage
1) Lame supérieure mobile
2) Lame inférieure fixe
3) Butée arrière réglable
4) Presse-tôle
5) Carter de protection
6) Butée latérale
7) Tôle à cisailler
Déroulement d’une séquence de cisaillage :
Figure 6 : séquence de cisaillage
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 10



La première phase consiste en un allongement de la matière sous l’action de la lame
supérieure, la tôle se déforme mais ne cède pas.
La lame supérieure continue son effort et les fibres s’étendent jusqu’ à se rompre.
Sous cet effort considérable, la zone cisaillée voit son état passer de l’état élastique à
l’état plastique.
Les fibres rompues, l’effort continue quelques instants pour lutter contre le frottement
entre les parties détachées de la matière et pour éjecter la partie cisaillée.
Les risques sur les machines de cisaillage :
La sécurité sur une cisaille sera apportée essentiellement au niveau des mains qui sont
les plus sollicitées pendant les opérations de débit.
Les chutes de tôles doivent aussi être prises en compte lors de la manutention.
Les cisailles guillotine utilisent des presse-tôle pour maintenir bloquer la tôle lors de
l’effort. Cet effort est considérable et il faudra veiller à ne pas laisser sa main ou un
doigt au niveau de cet organe de la machine.
Bien entendu les lames sont aiguisées et présentent un danger.
Les pièces cisaillées présentent généralement une bavure plus ou moins importante et
peut entrainer des coupures au niveau des mains
Figure 7: cisaille a étudié
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 11
Chapitre 1 : Etude
bibliographique
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 12
1. Introduction :
Pour mettre le projet dans son cadre, nous commençons par un premier chapitre
intitule « étude bibliographique ».
Nous allons présenter dans ce chapitre la définition de cisailler guillotine hydraulique sa
principes de fonctionnement et sa déférente types, par la suite, nous présentons la méthode
SMED. Enfin nous abordons la problématique du sujet.
2. Processus de production :
La gestion de la production est l’ensemble des activités qui participent à la conception, la
planification des ressources (matérielles, financières, ou humaines), leur ordonnancement,
l’enregistrement et la traçabilité des activités de production de l’entreprise. Du fait du
développement des activités de services dans les économies développement des activités de
services dans les économies développées (ainsi le secteur tertiaire représentait en France en
2004 75 de l’emploi civil et 76 de la valeur ajoutée), la gestion de la production c’est élargi
aux services et ne concerne plus seulement l’industrie. L’objectif est d’améliorer de façon
continue la gestion de flux et stocks inclus dans la chaine de travail qui débute avec les
fournisseurs est termine chez les clients intermédiaires ou finaux. Mais dans les entreprises de
services la production ne peut par définition pas être stockée du fait de son caractère
immatériel. De plus d'autres caractéristiques des services, comme l'inséparabilité, qui tient à
ççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççç
ççççççççççççççççççççççççççççççççce que la consommation et la production aient lieu
forcément ensemble et que le client soit de ce fait fortement impliqué dans la production du
service, imposent aux entreprises du secteur tertiaire des formes spécifiques de la gestion de
production des services L'ensemble de ces activités doit être réalisé dans le respect des
procédures établies (implicitement ou explicitement) par l'entreprise et tenir compte à la fois
de la qualité de ses produits ou
Services, mais aussi de la sécurité de ses salariés ou de son environnement. Pour mener à bien
ces différentes tâches, les entreprises s'aident d'outils informatiques, de la gestion de la
production assistée par ordinateur aux progiciels de gestion intégrés : PGI ou ERP en passant
par la supervision ou le MES.
2.2. Découpage des tôles :
Une cisaille est un outil de la famille du ciseau, utilisé pour le découpage de matériaux autres
que le papier.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 13
Figure 1.1 : principe de découpage
2.3. La cisaille guillotine hydraulique :
Lacisaille guillotine sert à découper les tôles. Elle est largement répandue dans l’industrie
transformatrice des métaux, principalement dans les chaudronneries et les métalleries.
Agissant comme la lame d’une guillotine ou d’une paire de ciseaux, lalame supérieure va
pénétrer le métal et le coincer sur une lame inférieure. Il existe deux principaux types de
coupe :

Une coupe en forme de triangle rectangle, où la lame descend inclinée.

Une coupe en forme de rectangle, où la lame descend droite.
La cisaille guillotine peut être à commande manuelle ou numérique. Elle s’actionne à l’aide
d’un pédalier situé sur le sol. Ces machines sont en général hydrauliques, le
systèmed’activation se faisant à l’aide d’huile sous pression.
Ce type de machine sera sans doute remplacé par la découpe laser, machine encore très
couteuse mais relativement agréable de par sa précision se sa rapidité d’exécution. La cisaille
à guillotine est structurellement.
Figure 1.2: cisaille guillotine
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 14
2.3. Déprécation rapide :
Lieu d'origine: Anhui, Chine (continentale).
Nom de marque: ACCURL.
Numéro de modèle: QC12Y.
Tension: 220V / 380V.
Puissance nominale: 4 ~ 450kw.
Dimension (L * W * H): 7300x3900x5100mm.
Poids: 10000KG.
Certification: CE ISO.
1 année de garantie.
Service après-vente fourni: Ingénieurs disponibles pour entretenir des machines à l'étranger .
Nom: Guillotine hydraulique QC12Y.
Nom du produit: guillotine cisaille.
Type: Outils de coupe hydrauliques.
Type de machine: machine de découpe métallique guillotine.
2.4. Paramètre :
Modèle
4x2500
Max
Max
épaisseur longueur
de
de coupe
coupe(mm)
Mm
Mm
4
2500
Coupe
Angle
RAM
coups
Arrière
Arrêtez
Gamme
Moteur
Taille de la
machine
°
1.3
n / min
18
Mm
20-600
KW
4
Mm
3150x1650x1700
Tableau 1 : paramètre de cisaille
2.5. Caractéristiques des ciseaux ACCURL CNC :

La guillotine hydraulique ACCURL est une guillotine hydraulique robuste fabriquée à partir
d'une construction monobloc soudée tout en acier pour assurer une qualité de coupe
optimale.

L’angle de coupe réglable peut minimiser la déformation de la plaque.

Système hydraulique intégré avance avec une excellente qualité de fiabilité.

Conter pour la jauge arrière motorise.

Raider, ajustant avec précision et commodément le dégagement de lame par le moteur.
2. Les systèmes de maintien des tôles :
Le système de maintien tôle hydraulique suit le mouvement du coulisseau. Utilisé pour la
coupe des tôles fines, il assure le calibrage parfait lors de l’entrée de la tôle dans la machine.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 15
La tôle reste soutenue pendant l’opération de coupe pour éviter qu’elle ne soit endommagée
ou déformée. Lorsque la coupe est terminée la tôle glisse lentement vers le bas. Le système
peut être désactivé, par exemple pour couper des tôles plus épaisses.
3. La méthode SMED :
La méthode traitée est une méthode utilisée dans le cadre de changements de fabrication. Elle
a pour objectif de réduire ses temps, et permettre ainsi de réduire la taille de lot minimale. Il
S’agit bien entendu du SMED (Single Minute Exchange of Die), littéralement « changement
D’outil de presse dans un temps inférieur à 10 minutes »
4.1 Présentation de la méthode SMED :
4.1.1 L’origine du SMED :
En 1970, S.SHINGO de l’usine TOYOTA développe une nouvelle méthode de travail sur les
postes de production.
4.1.2 Définition :
Le SMED est une méthode d’organisation qui cherche à réduire de façon systématique le
Temps de changement de série, avec un objectif quantifié.
4.1.3 Domaine du SMED :
Figure1.3:domaine d'application de SMED
4.1.4 La dynamique SMED :
Le SMED a pour but d’accroître à son maximum la flexibilité des équipements, et de réduire à
son minimum le temps de changement de référence. Il organise la technique du changement
d’outils, synchronise les compétences des équipes sur le sujet et rassemble les conditions d’un
fonctionnement fiable et économique des systèmes de production capables de répondre en
temps réel, aux demandes des clients.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 16
Conforme à la tradition japonaise (observation de l’existant et progrès pragmatique), le
SMED décrit la séquence de changement de référence tant au niveau des activités humaines
que des configurations matérielles des équipements liés au Setup et au réglage.
Shingo a démontré à de multiples occasions que l’atteinte du "moins de 10minutes" est
Possible dans la plupart des technologies.
4.1.5 Les enjeux de la méthode :
L’entreprise qui cherche à réduire ses temps de changement de série poursuit un double
Objectif :

Réduire ses stocks en fabriquant des séries plus courtes et en procédant plus souvent à
Des changements de séries.

Augmenter le rendement de ses installations en diminuant le temps d’arrêt des
Machines.
4.2 La démarche SMED :
4.2.1 Méthodologie :
L’un des objectifs du SMED est d’arriver à convertir des opérations s’effectuant machine à
l’arrêt (MA) en opérations possibles machine en marche (MM). Et Dans ce cas on distingue
Deux types de réglages :

Réglages / temps internes (opérations internes) : Cela correspond à des opérations qui
se font machine arrêtée, donc hors production.

Réglages / temps externes (opérations externes) : Cela correspond à des opérations qui
se font (ou peuvent se faire) machine en fonctionnement, donc en production.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 17
4.2.2 Les phases de la méthode :
Figure1.4: les étapes de méthodologie du SMED
 Etape 1 : identifié (analyser) : A partir d'un film vidéo qui donne la chronologie
exacte des opérations, on peut objectivement déterminer toutes les opérations relatives
au changement de fabrication.
 Etape 2 :séparé (dissocier) : - L’organisation du changement de production va
s’effectuer à travers des opérations externes faite en temps masques et des opérations
internes faites machinent à l’arrêt.
Cette étape permet un gain de production de 30 à 50%...
 Etape 3 : convertir : Il s’agit de faire sur un autre poste les opérations internes pour
les transformer en opérations externes.
De nouveaux moyens matériels sont à envisager
 Etape 4 : réduire : Cette étape consiste à trouver des solutions pour rationaliser et
optimiser le temps de fabrication.
C’est donc la simultanéité des opérations qui permettra un gain de temps et donc
d’argent.
4.2.3 Les avantages de la méthode SMED :
La méthode représente plusieurs avantages qu’on peut identifier par les
caractéristiques suivantes :

Augmentation de la productivité du personnel et de la capacité de production des
Machine,

Augmentation de la flexibilité de la production,

Amélioration de la qualité,

Réduction des coûts,
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 18

Réduction des délais et les stocks,

Élimination des erreurs de réglage,

Diminution du nombre de rebuts et de pièces de réglage,

Confort et travail rationnel des régleurs,

Nettoyage simplifié.
5. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons enquêté d’un part quelques opérations facile la fixation
des tôles, de l’autre part une méthode d’optimisation de temps de réglage a été le sujet
de la deuxième partie. Cette recherche nous a permis d’apprendre ce qui est nécessaire
pour bien entamer la réalisation du sujet enjeu.
Attention à la mise en forme
Les titres , le texte et la numérotation automatique
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 19
Chapitre 2 : Analyse
fonctionnelle
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 20
1. Introduction :
Avant l’étude et la conception de système de maintien de tôle, il est nécessaire de faire une
analyse fonctionnelle préalable visant le classement du mécanisme dans son environnement.
Cette analyse permet d’une part, à préciser les performances recherchées et les services a
fournir par le système étudie et d’autre part, a indique les contraintes à affronter.
Pour bien mener cette analyse fonctionnelle, notre étude de basera sur les points suivants :

Analyse du besoin.

Modélisation du système.

Enoncer le besoin.

Etude de faisabilité.

Identification des fonctions de service.

Caractérise les fonctions de service.

Hiérarchisation des fonctions de service.
2. Analyse du besoin :
2.1Modélisation du système :
La modalisation d’un système, revient à lui donner une représentation graphique simplifiée,
cette représentation va nous permettre en évidence sa fonction globale, la matière d’œuvre
entrante, la matière d’œuvre sortante et les contraintes d’activités. La figure présente la
modélisation du système.
Ordre
Réglage
Opérateur
Système de maintenir les
tôles
A-0
Système de maintien de tôle
Figure 2.1 Niveau A-0 du système
2.2 Enoncer de besoin :
Dans cette phase, il s’agit d’exprimer avec rigueur le but les limites de l’étude. Il est donc
impératif d’éviter la confusion entre le moyen actuel et le besoin futur. Pour cela il est
fondamental de poser les trois questions suivantes en utilisant l’outil bête à corne (Figure2.2) :
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 21

A qui (à quoi) le produit rend service ?

Sur qui (sur quoi) agit-il ?

Dans quel but ?
L’outil graphique bête à corne permet d’exprimer le besoin :
Operateur
Les tôles
A qui rend-il service ?
Système de maintien
des tôles
Sur qui (quoi) agit-il ?
Dans quels buts ?
Maintenir les tôles sur la
cisailleguillotine
Figure 2.2 : diagramme bête à corne
2.3 Valider le besoin :
Apres avoir saisie et énoncer le besoin, on va passer à l’étape suivante ; c’est l’étape de
validation. Dans ce cas, on va s’assurer en posant les questions suivantes :
Pourquoi ce besoin existe-t-il ?
Ce besoin existe dans le but maintien les tôles sur la cisaille guillotine.
Comment peut-on évolué ?
Apparition d’une nouvelle méthode de maintien et fixer les tôles.
3. Recherche des idées et des solutions :
Il s’agit de trouver le maximum de solution. Cette phase est importante et complexe et qui
nécessite une démarche structurée, donc il faut procéder à une recherche progressive et
descendante des fonctions techniques qui doivent satisfaire chacune des fonctions de
services. Le diagramme de pieuvre permet de recenser les fonctions de service d’un
produit. Ce diagramme est constitué du produit au centre et autour de lui les éléments de
son environnement (milieu extérieur). On fait apparaître les relations (fonctions) entre le
produit et le milieu extérieur.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 22
Les tôles
Cisaille
guillotine
FC1
FP1
Qualité
Energie
des tôles FC2
FC2
FC7
Système de
maintien des tôles
Prix
Normes de
sécurité
FC4
FC3
FC6
Prix
FC5
Maintenance
Commande
Figure 2.3 : diagramme pieuvre
Les fonctions de services identifiées à partir Dèce diagramme se sont de deux types :
fonctions principales « FP » et fonctions complémentaires « FC »
 FP1 : Permettre à l’utilisateur de maintien les tôles sur la cisaille guillotine.
 FC1 : s’adapter à la cisaille guillotine.

FC2 : être commande.

FC3 : s’adapter à l’énergie disponible.
 FC4 : ne pas présenter de danger pour l’utilisateur.
 FC5 :être maintenable.

FC6 : avoir un prix acceptable.

FC7 : etre résistant.
4. Caractérisation des fonctions de service :
La caractérisation des fonctions de service est plus délicate vue qu’elle nécessite de bien
choisir les critères quantifiables et de déterminer le niveau de performance à atteindre ou à
ne pas dépasser. L’accent est mis sur la définition des critères.
pas dépasser. L’accent est mis sur la définition des critères.
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 23
Critères et Niveaux
Fonctions de services
FP1 : Permettre de maintien les tôles sur la
…………………………..
cisaille guillotine
FC1 : s’adapter à la cisaille guillotine.
…………………………..
FC2 : s’adapter à la commande.
………………….
FC3 : s’adapter à l’énergie disponible
Énergie électrique 230v 50Hz monophasé
FC4 : assurer la sécurité de la machine.
Normes de Sécurité
FC5 : être maintenable
FC6 : avoir un prix acceptable
Prix 10,00£
FC7 :etre résistant
Poids 5 Kg
Tableau 2 : cahier de charge fonctionnelle
5 . Hiérarchisation des fonctions de service :
L’hiérarchisation des fonctions de service consiste à juger et à classer les FS suivant un
critère de supériorité relative permettant de comparer et pondérer ces fonctions une par une et
attribuer à chaque fois une note de supériorité compris entre 0 et 3 puis établir un
histogramme des fonctions.
0
Pas de supériorités
1
Légèrement supérieur
2
Moyennement supérieur
3
Nettement supérieure
Tableau 3 :notes de pondération
L’outil graphique utilisé pour hiérarchiser
les fonctions de service est appelé « Tri
croisé »
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 24
FP1
FC1
FC2
FC3
FC4
FC5
FC6
FC7
Point
%
FP1(2)
FP1(3)
FP1(3)
FP1(2)
FP1(1)
16
32
FC1(2) FC1(2) FC1(3) FC1(3)
FC1(2)
FC1(1)
13
20
FC5(1)
FC1(2)
9
18
FC5(1)
FC2(1)
2
4
FC3(1) FC 3(3) FC 3(1)
7
14
FP1 FP1(3) FP1(2)
FC1
FC2
FC1(3) FC1(2) FC1(2)
FC3
FC3(2) FC2(1)
FC4
FC5
FC5(2)
FC4(1)
1
2
FC6
FC6(1)
4
8
FC7
1
2
50
100
total
Tableau 4 :pondérations des différentes fonctions
6. Etablissement de l’histogramme des fonctions :
Il consiste à tracer un diagramme en bâtonnet représente en pourcentage les notes attribuée à
chaque fonction .L’histogramme permet de faire apparaitre les fonctions des services, par
ordre d’importance, souhaitées par l’utilisateur.
35
Série 1
30
25
20
15
10
5
0
FP1
FC1
FC2
F
i
g
u
r
e
3
:
H
i
sto
g
r
FC4
a
m
m
e
FC6
d
e
s
f
o
n
c
ti
FC3
o
n
s
d
e
s
e
r
v
i
c
FC5
FC7
e
Figure 2.4 : histogramme des fonctions de service
7. Conclusion :
L’analyse fonctionnelle a présenté donc un pont vers la détermination des fonctions de
services requises dans le cahier des charges. Ceci représente le point de départ pour le
reste du projet.
Toutes les figures doivent être mentionné dans le texte
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 25
Voir figure….
La figure présente……….
(figure..)
SLIMI Chayma & GUESMI Imen
Page 26
Téléchargement
Explore flashcards