Telechargé par gh.yac.2013

Histoires de dire Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe « dire » - Rouanne & Anscombre

publicité
Directeur de recherche émérite (CNRS-LDI), Jean-Claude Anscombre œuvre
dans le champ de la sémantique et de son interaction avec la morphologie. Il
s’intéresse aux marqueurs discursifs, aux stéréotypes et au rôle de la parole communautaire dans la structuration discursive.
ISBN 978-3-0343-2098-6
www.peterlang.com
Laurence Rouanne &
Jean-Claude Anscombre
Laurence Rouanne est Maître de conférences à l’Université Complutense de
Madrid. Ses travaux s’inscrivent dans une interface entre sémantique et syntaxe.
Elle s’intéresse spécialement aux adverbes en –ment et aux marqueurs discursifs.
Histoires de dire
Petit glossaire des marqueurs formés
sur le verbe dire
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
Peter Lang
Cet ouvrage se propose de fournir à la fois un recensement et une étude linguistique des expressions du français formés sur le verbe dire, ainsi que à ce
qu’on dit, cela va sans dire, si on peut dire, comme on dit, etc. Ces marqueurs
discursifs se caractérisent par une fonction épilinguistique : ils servent en bref à
indiquer l’attitude adoptée face à une représentation de la réalité. Ce premier
volume en étudie une quarantaine (il en existe plus de cent trente), chaque
auteur se chargeant de l’analyse de deux à cinq marqueurs. Il s’agit donc à la
fois d’un dictionnaire comportant une présentation des différentes valeurs
identifiées pour chaque marqueur, au travers d’exemples tirés de corpus oraux
et écrits, et d’autre part d’un ouvrage théorique abordant les propriétés syntaxiques, sémantiques et pragmatiques propres à chacun d’entre eux.
Les étudiants de langue de niveau supérieur (écoles d’interprétariat et/ou de
langues) trouveront d’utiles renseignements dans la partie descriptive, et les
linguistes confirmés pourront consulter la partie proprement théorique. Une
introduction et la liste alphabétique des marqueurs formés sur le verbe dire
complètent l’ensemble.
Histoires de dire
119
Peter Lang
Directeur de recherche émérite (CNRS-LDI), Jean-Claude Anscombre œuvre
dans le champ de la sémantique et de son interaction avec la morphologie. Il
s’intéresse aux marqueurs discursifs, aux stéréotypes et au rôle de la parole communautaire dans la structuration discursive.
ISBN 978-3-0343-2098-6
www.peterlang.com
Laurence Rouanne &
Jean-Claude Anscombre
Laurence Rouanne est Maître de conférences à l’Université Complutense de
Madrid. Ses travaux s’inscrivent dans une interface entre sémantique et syntaxe.
Elle s’intéresse spécialement aux adverbes en –ment et aux marqueurs discursifs.
Histoires de dire
Petit glossaire des marqueurs formés
sur le verbe dire
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
Peter Lang
Cet ouvrage se propose de fournir à la fois un recensement et une étude linguistique des expressions du français formés sur le verbe dire, ainsi que à ce
qu’on dit, cela va sans dire, si on peut dire, comme on dit, etc. Ces marqueurs
discursifs se caractérisent par une fonction épilinguistique : ils servent en bref à
indiquer l’attitude adoptée face à une représentation de la réalité. Ce premier
volume en étudie une quarantaine (il en existe plus de cent trente), chaque
auteur se chargeant de l’analyse de deux à cinq marqueurs. Il s’agit donc à la
fois d’un dictionnaire comportant une présentation des différentes valeurs
identifiées pour chaque marqueur, au travers d’exemples tirés de corpus oraux
et écrits, et d’autre part d’un ouvrage théorique abordant les propriétés syntaxiques, sémantiques et pragmatiques propres à chacun d’entre eux.
Les étudiants de langue de niveau supérieur (écoles d’interprétariat et/ou de
langues) trouveront d’utiles renseignements dans la partie descriptive, et les
linguistes confirmés pourront consulter la partie proprement théorique. Une
introduction et la liste alphabétique des marqueurs formés sur le verbe dire
complètent l’ensemble.
Histoires de dire
119
Peter Lang
Histoires de dire
Sciences pour la communication
Vol. 119
Comité scientifique
D. Apothéloz, Université de Nancy 2
J.-P. Bronckart, Université de Genève
P. Chilton, Université de Lancaster
W. De Mulder, Université d’Anvers
J.-P. Desclés, Université Paris-Sorbonne
F.H. van Eemeren, Université d’Amsterdam
V. Escandell-Vidal, UNED, Madrid
F. Gadet, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense
J.-M. Marandin, CNRS et Université Paris-Diderot
F. Martineau, Université d’Ottawa
M. Milton Campos, Université de Montréal
J. Rouault, Université Stendhal (Grenoble 3)
Les ouvrages publiés dans cette collection ont été sélectionnés
par les soins du comité éditorial, après révision par les pairs.
Collection publiée sous la direction de
Marie-José Béguelin, Alain Berrendonner,
Didier Maillat et Louis de Saussure
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
Histoires de dire
Petit glossaire des marqueurs formés
sur le verbe dire
PETER LANG
Bern • Berlin • Bruxelles • Frankfurt am Main • New York • Oxford • Wien
Information bibliographique publiée par «Die Deutsche Nationalbibliothek»
«Die Deutsche Nationalbibliothek» répertorie cette publication dans la «Deutsche Nationalbibliografie»; les données bibliographiques détaillées sont disponibles
sur Internet sous ‹http://dnb.d-nb.de›.
- Universidad de Oviedo SV-15-GRUPUO-OPERAS
- Projet de recherche MINECO-13-FFI2013-21427-P
- Laboratoire LDI (Lexiques, Dictionnaires, Informatique) - CNRS - UMR 7187
- Universidad Complutense de Madrid - Département de Philologie Française.
Graphisme : Atelier 4b, Sandra Meyer
ISBN 978-3-0343-2098-6 br.
ISSN 0933-6079 br.
ISBN 978-3-0351-0947-4 eBook
ISSN 2235-7505 eBook
Cette publication a fait l’objet d’une évaluation par les pairs.
© Peter Lang SA, Editions scientistques internationales, Berne 2016
Hochfeldstrasse 32, CH-3012 Berne, Suisse
[email protected], www.peterlang.com
Tous droits réservés.
Cette publication est protégée dans sa totalité par copyright.
Toute utilisation en dehors des strictes limites de la loi sur le copyright est interdite
et punissable sans le consentement explicite de la maison d’édition. Ceci s’applique en
particulier pour les reproductions, traductions, microfilms, ainsi que le stockage et
le traitement sous forme électronique.
Imprimé en Suisse
Table des matières
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs formés
sur le verbe dire���������������������������������������������������������������������������������������������������1
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit :
communauté(s) linguistique(s) et prise en charge
dans des marqueurs génériques en on et en dire������������������������������������������13
Jean-Claude Anscombre
Ne va pas me dire, ne me dis pas, cela va sans dire.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »�������������������37
Juliette Delahaie
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs
autant dire, pour tout dire et disons-le�������������������������������������������������������������������59
Sandrine Deloor
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment
d’un dire au conditionnel ?������������������������������������������������������������������������������81
María Luisa Donaire
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé :
deux marqueurs en dire ou un marqueur en dire précédé de t’sais ?�������107
Gaétane Dostie
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes����������������131
Jean-Jacques Franckel
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait :
marqueurs d’un même groupe ?������������������������������������������������������������������155
Sonia Gómez-Jordana Ferary
VI Table des matières
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs
d’attitude énonciative ?����������������������������������������������������������������������������������181
Adelaida Hermoso Mellado-Damas
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives
et dire que ! ; que n’a-t-on pas dit ! ; qu’est-ce que tu veux
que je te dise ! ; qu’est-ce que je te disais ! ; quand je te le disais !�������������������������205
Christiane Marque-Pucheu
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs
discursifs en français (XVe–XVIIIe siècles)����������������������������������������������229
Evelyne Oppermann-Marsaux
Des effets d’intensification attachés aux formules : Je vous dis
pas, C’est dire (si), Y’a pas à dire, Que dis-je, Tu peux le dire����������������������������249
Laurent Perrin
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire,
si je puis dire, si j’ose dire������������������������������������������������������������������������������������271
Laurence Rouanne
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça,
on va dire ça comme ça����������������������������������������������������������������������������������������293
Agnès Steuckardt
Polyphonie et/ou médiativité : au sujet de je te/vous l’avais
bien dit, je te/vous dirais bien, je te/vous dirais que���������������������������������������������315
Didier Tejedor
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit :
c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire�����������������������������������������������������������������339
Hélène Vassiliadou
Les marqueurs en dire : liste�������������������������������������������������������������������������365
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs
formés sur le verbe dire
L aurence Rouanne
Universidad Complutense de Madrid
Jean-Claude A nscombre
CNRS-LDI
Introduction
1. Le but du projet
Ce projet s’inscrit dans un courant linguistique important aujourd’hui,
et qui concerne l’étude des marqueurs discursifs, dénomination sur laquelle
nous reviendrons en détail un peu plus loin. Ces objets linguistiques sont
habituellement classés dans les mots non lexicaux, et opposés à des mots
comme par exemple table, écrire ou superbe. Il est habituel d’y distinguer –
de façon plus intuitive qu’opératoire – de nombreuses sous-classes, dont
les plus célèbres sont les connecteurs, les particules (pragmatiques), les adverbes d’énonciation, certaines interjections, etc. Nous n’entrerons pas dans
le débat qu’ouvre un foisonnement terminologique dont le bien-fondé n’apparaît pas à première vue. Même si nous sommes encore loin de pouvoir
associer à chacun de ces termes des catégories linguistiques stables, ils n’en
possèdent pas moins le mérite d’avoir ouvert de nouveaux chapitres dans les
études linguistiques, face à une tradition grammaticale qui les avait relégués
au rang d’épiphénomènes. Il ne leur est donc généralement consacré que
quelques lignes, quelques pages, quand ils ne sont pas carrément ignorés1.
1
On s’en rendra aisément compte en feuilletant les grammaires traditionnelles, de
Grevisse à Riegel & alii.
2
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
L’idée de départ est de fournir une étude linguistique de la sous-classe
des marqueurs discursifs (du français) formés sur le verbe dire. Citons à titre
d’exemples : à ce qu’on dit, cela va sans dire, disons, je me suis laissé dire, tout ça pour
dire, vous m’en direz tant, y’a pas à dire, etc. Nous en avons recensé plus de cent
trente, et le présent ouvrage se propose d’en étudier une quarantaine, étude
qui a été confiée à quinze auteurs, chacun se chargeant de l’analyse de deux
à cinq marqueurs (on trouvera à la fin du présent ouvrage la liste de tels
marqueurs établie par nos soins, chaque marqueur étant éventuellement accompagné du nom de l’auteur lui ayant consacré une étude dans ce volume).
Cet ouvrage a en fait été conçu pour un double usage.
a)
b)
Un dictionnaire d’une part : il comporte une présentation des différentes valeurs identifiées pour chaque marqueur, au travers d’exemples
attestés relevés dans divers corpus oraux et écrits, ainsi qu’un exposé
de ses principales propriétés distributionnelles.
Un ouvrage théorique d’autre part : pour chaque marqueur figurera
également une analyse théorique en faisant ressortir le fonctionnement
ainsi que les principales caractéristiques sémantiques et pragmatiques.
Un tel volume peut donc à la fois être utilisé par des étudiants de langue
de niveau supérieur (écoles d’interprétariat et/ou de langues) – qui trouveront d’utiles renseignements dans la partie descriptive – et par des
linguistes confirmés qui pourront se pencher sur la partie proprement
théorique. L’ensemble est complété par la présente introduction d’une
part, et d’autre part, par la liste alphabétique des marqueurs formés sur
le verbe dire,
2. Quelques aperçus théoriques
Si l’idée de marqueur ne semble pas a priori dénuée de sens ou d’intérêt, mettre en place un concept opératoire ne va pas de soi, et mobilise
bien d’autres choses que la structure de surface et/ou l’intuition que nous
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe dire
3
pouvons avoir de son fonctionnement. Les deux sont en effet fortement
suspectes d’être redevables à une grammaire dont l’enseignement précoce
fait passer certaines notions pour le reflet de la nature des choses. Or
une des caractéristiques et de la grammaire traditionnelle, et de certaines
approches linguistiques, est l’opposition mot plein (ou mot lexical )/mot vide
(ou mot grammatical )2 , laquelle repose à son tour sur l’opposition paradigmatique/syntagmatique. En effet, les mots lexicaux ont une fonction notionnelle, outre une possible fonction référentielle, et sont habituellement vus
comme situés sur un axe paradigmatique : dans Aujourd’hui, j’ai aperçu (une
mésange + une hirondelle), mésange s’oppose à hirondelle en ce que les deux sont
susceptibles de permuter dans la chaîne envisagée. Notons que cette opposition est virtuelle : non seulement seul l’un des deux figure effectivement,
mais le sens d’un terme ne fait pas intervenir le sens des autres termes. La
définition de chaise ne fait pas intervenir celle de fauteuil, même si ces définitions s’opposent paradigmatiquement parlant. Les mots grammaticaux
en revanche fonctionnent sur l’axe syntagmatique, et servent à combiner
des termes en principe réellement présents (et non virtuellement présents,
comme dans le cas précédent), ou, en tout cas dont l’existence ne peut
être mise en doute. Répondre parce que, sans plus, ne signifie pas que le
membre de droite n’existe pas, mais simplement qu’il n’est pas explicité. La
grammaire traditionnelle (et scolaire) nous ayant familiarisé avec la notion
de conjonction, c’est cette notion qui a servi de modèle en linguistique à
la notion de connecteur, l’influence de la logique formelle n’étant sans doute
pas étrangère à ce choix terminologique. C’est fondamentalement donc
l’idée de relateur, qui devait, dès les années soixante-dix, et dans le cadre de
l’argumentation dans la langue, voir certaines unités comme instruisant
des opérations sémantiques et/ou pragmatiques en vue de construire le
sens de l’énoncé ou du texte, ainsi que son insertion dans le discours.
L’étude de mais de Anscombre & Ducrot (1977) est la parfaite illustration
de cette optique. Cette idée de relateur a rapidement été étendue aux cas où
le lien est fait non entre deux énoncés mais entre par exemple un énoncé et son contexte, comme le font alors et donc en français parlé, selon
2
Tamba (2005 : 63 sq.) distingue en fait les mots lexicaux (notionnels), les mots indexicaux (renvoyant au contexte d’énonciation), et enfin les mots grammaticaux (morphèmes ou relateurs).
4
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
Hansen (1997). Le développement des études consacrées à ce type de phénomènes a vite obscurci l’idée de départ, et on en est venu à y inclure toutes
sortes d’unités disparates, à commencer par toutes celles ayant un rôle de
commentaire (au sens large) à propos d’un énoncé particulier, ainsi les incises modales comme je pense ou encore des ‘mots d’ouverture’ comme dis
donc. L’idée de base d’un lien entre deux ou plus de deux énoncés n’est alors
plus centrale, les connecteurs devenant de ce fait une simple sous-classe
d’une classe plus générale, classe dont la définition est loin d’être claire au
vu de l’hétérogénéité des divers éléments qu’on y met3. Ce que reflète d’ailleurs une terminologie foisonnante : particules pragmatiques/discursives/conversationnelles, marqueurs, marqueurs linguistiques/ discursifs/ pragmatiques, connecteurs,
opérateurs discursifs, etc., pour ne citer que les plus courants4. Voici quelques
exemples d’utilisation de cette terminologie : marqueurs (Anscombre 1977 ;
hélas, heureusement, malheureusement), connecteur (Anscombre & Ducrot 1977 ;
mais), connecteurs pragmatiques (Gülich & Kotschi 1983, c’est-à-dire, autrement
dit, je veux dire), discourse particles (Schourup 1985), discourse markers (Schiffrin 1987, Fraser 1988), opérateurs syntaxiques (Nølke 1988), marcadores del
discurso (Portolés 1993), etc., pour ne citer qu’une toute petite partie de la
liste complète. L’ensemble des unités concernées comprend en particulier les modalités, au sens de « …expression de l’attitude du locuteur par
rapport au contenu propositionnel de son énoncé… » (Le Querler 2004 :
646), dont les adverbes d’énonciation5. L’examen des recherches récentes
sur ces sujets montre une nette tendance à réserver le terme de marqueur
discursif aux modalités au sens spécifié ci-dessus. Il convient cependant
d’ajouter un bémol à cette affirmation : en effet, le rôle de modalité joué
par une unité peut n’être qu’une des fonctions qu’elle assume. Ainsi bien
sûr que, tout en marquant une attitude du locuteur, possède également une
fonction dialogale (Anscombre 2013), qui relie un co-texte gauche et un
3
4
5
On pourra consulter Schourup (1999), pour les avatars successifs de ces notions.
C’est pourquoi dans le volume Opérateurs discursifs du français. Eléments de description
sémantique et pragmatique (2013), c’est ce terme d’opérateur qui a été préféré, car cette
étiquette permet de faire référence à la fonction commune à toutes ces unités : celle
d’instruire des opérations sémantico-pragmatiques ayant pour but la construction
du sens de l’énoncé et guidant de ce fait son interprétation dans le discours.
Dénomination qui recouvre grosso modo les adverbiaux d’énoncé et d’énonciation de Nølke
(1990), et les disjonctifs d’attitude de Molinier-Lévrier (2000).
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe dire
5
co-texte droit, et l’apparente donc à un type de relateur. Parmi les adverbes d’énonciation comme sincèrement, certains, tout en assumant une
fonction de modalité, agissent aussi comme des sortes de connecteurs/
relateurs : ainsi décidément (Nølke 1993), franchement (Donaire 2006) ou encore carrément (Rouanne 2013). Il serait sans doute plus juste d’établir le
classement des opérateurs selon les agencements particuliers – les stratégies
discursives – que chaque unité instaure dans le discours où elle apparaît.
On pourrait ainsi d’établir des similitudes et des différences, fournissant
la base de regroupements possibles, bien éloignés de ceux que propose
la tradition, qui ne se fonde que sur une seule fonction, dans l’ignorance
donc du caractère polyfonctionnel de nombreux opérateurs.
Quoi qu’il en soit, c’est à partir de la notion de modalité telle que
définie ci-dessus que se dégage progressivement celle de marqueur discursif.
On s’entend en effet à considérer qu’un marqueur discursif : a) est une
entité non notionnelle dans son fonctionnement comme tel ; b) que sa
valeur sémantico-pragmatique inclut l’attitude du locuteur au moment où
il utilise le marqueur. Cette attitude est présente sur le mode de la monstration : utiliser le marqueur revient à ‘prendre’ cette attitude ; c) bénéficie
d’une autonomie syntaxique par rapport au texte dans lequel il apparaît.
Il est donc souvent déplaçable, même si les possibilités de déplacement
peuvent varier selon la nature et la fonction des marqueurs. Alors que tu
sais est relativement libre, et peut entre autres figurer en position frontale
(Tu sais, p), le tu penses interrogatif ne le peut et figure essentiellement en
position finale (Il viendra, tu penses ?/*Tu penses, il viendra ?). C’est le problème de la parenthétisation et/ou de la mise en incise d’un marqueur ;
d) possède une large autonomie prosodique par rapport au texte à son
environnement textuel, ce qui est un phénomène général dans le cas des
incises et des parenthétiques ; e) se caractérise par la perte du caractère
référentiel de certains de ses composants, très généralement les pronoms
personnels, les marques de personne et les anaphoriques – voire même la
perte de ces composants lors de la parenthétisation ou la mise en incise.
Cette perte du pronom fait de je sais une modalité épistémique dans Il
viendra, je sais, face à une simple lecture anaphorique et médiative dans Il
viendra, je le sais. Et dans Vas-y, tire, le pronom y a perdu la quasi-totalité de
son caractère déictique ; f) acquiert une autonomie sémantique plus ou
6
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
moins complète par rapport aux emplois non parenthétiques, très souvent
une complétive en que. Il y a par exemple une nette différence de sens
entre tu sais que c’est difficile et c’est difficile, tu sais. ; g) est très généralement
non-compositionnel, au moins partiellement. Ainsi, même une excellente
connaissance du lexique français de base ne suffit pas à comprendre le
sens d’une expression comme tu m’en diras tant ou comme va-t’en savoir.
Il convient cependant d’être prudent à l’heure de conclure ipso facto à un
figement sous une forme ou une autre, l’hypothèse inverse d’un emploi
parfaitement régulier n’étant la plupart du temps guère plus soutenable, au
vu en particulier des données diachroniques.
3. Les contributions : organisation et contenu
C’est dans la perspective de ces quelques précisions théoriques qu’il fait
envisager la lecture des quinze contributions qui forment ce volume.
Nous l’avons dit plus haut, le lecteur intéressé n’y trouvera pas que des
considérations théoriques. Nous avons en effet demandé aux auteurs que
la première partie de chaque contribution concerne les données recueillies dans divers corpus et la mise en évidence des principales propriétés
distributionnelles des marqueurs qui y figurent. Cet ouvrage pourra donc
être utilisé par les professeurs et étudiants en langue. Chaque auteur a eu
le libre choix de l’angle théorique d’attaque pour les unités qu’il a choisi
d’étudier, et le lecteur aura ainsi un panorama de diverses approches.
Les différentes contributions, classées selon l’ordre alphabétique des
auteurs, sont les suivantes :
Anscombre, Jean-Claude (Directeur de recherche émérite, CNRSLDI, Paris XIII) : “Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit. Communauté(s) linguistique(s) et prise en charge dans les marqueurs génériques en on
et en dire”. L’étude se propose essentiellement de caractériser pour chaque
marqueur la position du locuteur par rapport à la communauté linguistique
évoquée par le on qui y figure, ainsi que la structuration discursive qui en
résulte.
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe dire
7
Delahaie, Juliette (Maître de conférences, Université de Lille III) :
“Ne va pas me dire, ne me dis pas, cela va sans dire. Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »”. Les expressions examinées ici peuvent
être qualifiées de paradoxales, dans la mesure où l’énonciation de ne pas
dire implique cependant de dire, procédé rhétorique connu sous le nom de
prétérition. Outre caractériser leur fonctionnement, l’étude s’attachera à
déterminer s’il s’agit ou non de variantes.
Deloor, Sandrine (Maître de conférences, Université de CergyPontoise) : “Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le”. Les trois marqueurs sont étudiés dans le
cadre d’une conception « syntagmatique » de la description sémantique.
L’interprétation d’un mot dépend de « l’environnement discursif » dans
lequel il se présente, ce qui inclut le contexte linguistique, la situation
d’emploi et les savoirs communs éventuellement convoqués. La description sémantique d’un mot est ainsi conçue comme un ensemble d’ « instructions » indiquant avec quels éléments de l’environnement discursif le
mot interagit et de quelle façon.
Donaire, María Luisa (Professeur, Université d’Oviedo) : “Je dirais,
je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?”.
La présence d’un conditionnel et d’une première personne dans ces trois
locutions pose le problème de leur degré de non-compositionnalité. Il est
remarqué que, d’une façon générale, les faits de surface – ici la morphologie verbale – ne suffisent pas à rendre compte du fonctionnement d’un
marqueur. Il faut pour ce faire interpréter la structure de surface comme
l’indice d’un arrangement sémantique profond.
Dostie, Gaétane (Professeur, Université de Sherbrooke) : “Je veux dire
et t’sais (je) veux dire en français parlé : deux marqueurs en dire ou un marqueur en dire précédé de t’sais ?”. Le problème de ce type de variantes est
celui de l’existence ou non d’une « désémantisation », et en particulier, de ce
qui reste des autres emplois des éléments qui figurent dans sa morphologie.
La réponse à cette question s’avère décisive pour déterminer si on a affaire
à deux marqueurs juxtaposés ou bien à deux marqueurs distincts.
Franckel , Jean-Jacques (Professeur émérite, Université de Paris
Ouest-La Défense) : “Les formes impératives du dire : disons, dis, dites et
leurs variantes”. Ce travail se propose l’étude des formes en disons et en dis/
8
Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
dites dans la diversité de leurs constructions (disons, disons-le, disons que ; dis,
dis-moi), de leurs environnements pris en compte d’un point de vue distributionnel et de leurs valeurs sémantiques. L’analyse proposée consiste à
rapporter les emplois des formes impératives de dire dans toute leur diversité à un fonctionnement général du verbe dire d’un côté, et des formes de
l’impératif de l’autre.
Gómez-Jordana Ferary, Sonia (Maître de conférences, Université
Complutense de Madrid) : “A qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait :
marqueurs d’un même groupe ?”. L’auteur se fixe comme objectif non
pas une description sémantique ou syntaxique en profondeur de chacun
des marqueurs, mais de caractériser leurs principales propriétés morphosyntaxiques, distributionnelles et sémantiques. Ce travail a pour but de
déterminer, sur ce cas particulier, si la similitude des formes va de pair
avec une ressemblance de fonctionnement qui pourrait les faire rattacher
à un même groupe de marqueurs.
Hermoso Mellado-Delmas, Adelaida (Maître de conférences, Université de Séville) : “Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs
d’attitude énonciative”. Le but de cet article est de montrer, en se fondant
sur des critères objectifs, que, malgré les similitudes formelles que présentent soit dit en passant et soit dit entre nous, ces deux constructions ne possèdent pas les mêmes propriétés sémantico-pragmatiques, et ne manifestent
pas non plus le même comportement dans un contexte/cotexte donné. On
se proposera entre autres de répondre aux deux questions fondamentales
suivantes, à savoir : a) les deux locutions soit dit en passant et soit dit entre
nous peuvent-elles être considérées comme des marqueurs discursifs d’attitude ? ; et si tel est le cas, b) en quoi consiste exactement l’attitude énonciative exprimée par chacune de ces deux unités ?
M arque-Pucheu, Christiane (Maître de conférences HDR, Université
de Paris IV-La Sorbonne) : “Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que ! ; que n’a-t-on pas dit ! ; qu’est-ce que tu veux que je te dise ! ;
qu’est-ce que je te disais ! ; quand je te le disais ! ”. Cette étude part du constat que
les exclamatives comme Il a un culot ! possèdent une prosodie spécifique qui
rend acceptable une séquence qui sinon serait syntaxiquement anomale.
De façon générale, le caractère exclamatif semble aller de pair avec une
anomalie syntaxique, une incomplétude morphologique, sémantique ou
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe dire
9
interactionnelle. Cette hypothèse associée au non-dit sera testée au travers
des caractéristiques distributionnelles, morphologiques et syntaxiques des
marqueurs. Une seconde partie examinera leurs caractéristiques énonciatives et argumentatives.
Oppermann-M arsaux, Evelyne (Maître de conférences, Université
de Paris III) : “Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs
discursifs en français (XVe–XVIIIe siècles)”. Cette étude est consacrée
à deux marqueurs discursifs qui comportent une forme impérative du
verbe dire – dis/dites-moi et dis/dites donc – et qui semblent de ce fait avoir
eu à l’origine une fonction d’appel (au sens de Bühler) centrée sur l’allocutaire. Seront étudiées plus précisément les origines de ces deux marqueurs discursifs, ainsi que leur développement en diachronie. On tentera
par conséquent d’identifier et d’analyser les occurrences de dis/dites-moi et
dis/dites donc dans lesquelles l’impératif de dire ne correspond plus à une
injonction « classique » traduisant (seulement) l’ordre de « dire », de prononcer des paroles. L’étude est menée sur une période étendue allant de
1400 à 1800.
Perrin, Laurent (Professeur, Université de Paris XII-Créteil) : “Des
effets d’intensification attachés aux formules : Je vous dis pas, C’est dire (si),
Y’a pas à dire, Que dis-je, Tu peux le dire”. Les formules réunies dans cette
étude ont en commun un effet d’intensification. Elles servant toutes à
déterminer le haut degré d’intensité de ce que représente le contenu d’un
énoncé dont elles modalisent l’énonciation. Elles seront étudiées ici en
tant que formules intensives externes à l’expression propositionnelle, manifestant une attitude du locuteur à l’égard de son énonciation. Il s’agira
de caractériser les effets d’intensification externe à l’expression propositionnelle associés à ces formules.
Rouanne, Laurence (Maître de conférences, Université Complutense
de Madrid) : “Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je
puis dire, si j’ose dire”. Dans cet article est menée une étude détaillée des
possibilités distributionnelles et des valeurs sémantico-pragmatiques de
ces trois marqueurs, afin de mettre à jour le mécanisme polyphonique qui
préside à leur emploi. L’analyse du rôle de on dans si on peut dire sera également déterminante. A la lumière de cette description, on sera en mesure
de savoir s’il s’agit de variantes d’un même marqueur ou de marqueurs
10 Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
différents. On verra comment le locuteur peut, soit exprimer un doute sur
la légitimité d’une formulation ou de l’adéquation entre une formulation
et la représentation d’un événement, soit excuse ou feindre d’excuser le
caractère trop osé d’une formulation, ou encore simuler une sorte de tâtonnement vers la meilleure formulation possible.
Steuckardt, Agnès (Professeur, Paul-Valéry Montpellier) : “À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça comme ça, on va dire ça”. L’étude
se fonde sur le concept de modalisation autonymique, élaboré par Jacqueline Authier-Revuz, en vue de rendre compte du statut particulier que
confère à un énoncé la présence d’un marqueur métalinguistique. L’interprétation sémantico-pragmatique de la modalisation opérée par on va dire
ou ses variantes sera déduite à la fois de la décomposition sémantique des
marqueurs eux-mêmes et des emplois repérés sur plusieurs corpus d’origines variées.
Tejedor de Felipe, Didier (Maître de conférences, Université Autónoma de Madrid) : “Polyphonie et/ou médiativité : au sujet de je te/vous
l’avais bien dit, je te/vous dirais bien, je te/vous dirais que”. Le travail qui suit se
propose d’ébaucher l’analyse de trois unités : je te/vous l’avais bien dit, je te/
vous dirais bien, je te/vous dirais que qui ne semblent avoir en commun que le
recours au verbe dire et les pronoms personnels « je » et « te » ou « vous ».
Se situant dans un cadre polyphonique, l’étude tente de déterminer si ces
formes fonctionnent comme des marqueurs de médiativité. L’analyse de
leur fonctionnement s’appuie sur un corpus tiré pour l’essentiel de la base
de données Frantext.
Vassiliadou, Hélène (Maître de conférences, Université de Strasbourg) : “Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement
dit, ça veut dire”. Ces trois locutions s’inscrivent dans l’ensemble plus large
des formes que l’on nomme métalinguistiques dans la mesure où elles décrivent le contenu d’un segment antérieur X en posant une équivalence en
Y. Cette parenté métalinguistique soulève la question de l’interprétation
de ces formes et de leur différenciation. Trois paramètres interviennent :
le type de caractérisation sémantique apportée au segment sous la portée
des marqueurs, la nature des termes qu’ils mettent en relation et le type de
relation ainsi établie, selon qu’ils font ou non nécessairement référence à
une situation d’énonciation ou au jugement d’un énonciateur.
Histoires de dire. Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe dire
11
Indications bibliographiques
Anscombre, J.C. & Ducrot, O. (1977), “Deux mais en français”, Lingua,
43, p. 23–40.
Anscombre, J.C. & Ducrot, O. (1983), L’argumentation dans la langue, Ed.
Mardaga, Bruxelles.
Anscombre, J.C. (1977), “La problématique de l’illocutoire dérivé”, Langage et société, 2, p. l7–41.
Anscombre, J.C. (2013), “A coup sûr et bien sûr et les fondements de la certitude”, Revue de sémantique et pragmatique, n° 33–34, pp. 67–98.
Anscombre, J.C., Donaire, Ma L. & P. Haillet éds. (2013), Opérateurs discursifs du français. Eléments de description sémantique et pragmatique, Col.
Sciences pour la communication, Peter Lang SA, Berne.
Donaire, M. L. (2006), “Les dialogues intérieurs à la langue”, Le Français
Moderne, 74, n° 1, pp. 61–73.
Fraser, B. (1988), “Types of English Discourse Markers”, Acta Linguistica
Hungarica, 38, pp. 19–33.
Gülisch, E. & Kotschi, T. (1983), “Les marqueurs de la reformulation
paraphrastique”, Cahiers de linguistique française, Genève, pp. 305–346.
Le Querler, N. (2004), “Les modalités en français”, Revue belge de philosophie
et d’histoire, 3, pp. 643–656.
Molinier, C. & Levrier, F. (2000), Grammaire des adverbes. Description des
formes en – ment. Genève, Droz.
Nølke, H. (1988), Opérateurs syntaxiques et cohésion discursive, Henning Nølke
(éd.), Nyt Nordisk Forlag Arnold Busk.
Nølke, H. (1990), “Les adverbiaux contextuels : problèmes de classification”, Langue française, 88, pp. 12–27.
Nølke, H. (1993), Le regard du locuteur 1. Pour une linguistique des traces énonciatives, paris : Kimé.
Portolés, J. (1998), Marcadores del discurso, Ed. Ariel, Madrid.
Rouanne, L. (2013), “Description polyphonique d’un marqueur d’attitude énonciative : carrément”, in H. de Chanay, P. Larrivée & D. Lagorgette, Représentations du sens linguistique, Presses de l’Université de
Savoie, pp. 161–182.
12 Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre
Schiffrin, D. (1987), Discourse Markers, Cambridge, Cambridge University
Press.
Schourup, L. (1985), Common discourse particles in English conversation, NewYork, Garland.
Schourup, L. (1999), “Discourse Markers”, Lingua, 107, pp. 227–265.
Tamba, I. (2005), La sémantique, Coll. Que sais-je, n° 655, PUF, Paris.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit :
communauté(s) linguistique(s) et prise en charge
dans des marqueurs génériques en on et en dire1
Jean-Claude A nscombre
CNRS-LDI, Paris XIII
1. Introduction
Ce travail s’inscrit dans le prolongement de Anscombre (2005, 2006a,
2006b, 2010a, 2010b, 2014a), et se propose en particulier un examen détaillé des positions assignées au locuteur par rapport au(x) contenu(s) dont
la source est signalée par un on. Les différentes notions mises en jeu – cf.
infra – seront également utilisées pour caractériser le fonctionnement sémantique et pragmatique de ces marqueurs dans la construction en incise
marqueur + p – où p est un énoncé, ainsi que pour éventuellement les
comparer entre eux. L’étude se fera par la mise en évidence de propriétés repérables objectivement, et se proposera éventuellement de modifier
certaines propositions de Anscombre (2010a).
Voici un bref échantillonnage concernant ces quatre marqueurs :
(1)“…Que je le veuille ou non, comme on dit, le mal était fait et bien que je sois
pas un type désespéré pour deux sous, je comprenais que le monde puisse
apparaître comme une merde épouvantable…” (P. Djian, 37°2 le matin, 1985).
(2)“…Valéry Giscard d’ Estaing, assis précisément sur le fauteuil qu’occupait Raymond Barre la veille sur le même plateau de TF 1, a lui aussi comme rajeuni.
Décidément, l’éloignement du pouvoir a des vertus insoupçonnées. Il donne
1
Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-21427-P « Étude sémantico-pragmatique des opérateurs discursifs en français contemporain », financé
par le Ministère espagnol chargé de la recherche.
14 Jean-Claude Anscombre
l’œil brillant, le sourire plus facile. Il libère, en somme, la parole comme la
mine. Giscard chuinte moins, on dirait…” (Le Monde, 2007–2013).
(3)“…- Ou alors, les centrales atomiques, tu sais, où on doit – Monsieur Propre,
dirait-on, est passé par là, et grave encore ! – La Tornade blanche ! …” ( J. L.
Benoziglio, La voix des mauvais jours et des chagrins rentrés, 2004).
(4)“…Ils utilisent le rasoir, on dit, dans les faits divers…” ( Jean-Louis Degaudenzi, Zone, 1987).
(5)“…Mais cette opération se fera, dit–on de source militaire française, sans l’aide
des armées…” (Le Monde, 2007–2013).
(6)“…Évidemment, elle se fait vieille, vous n’avez pas remarqué, elle devient un
peu sale, elle qui était si propre à ce qu’on dit…” (Marguerite Duras, Cahiers de
la guerre et autres textes, 2006).
Les marqueurs examinés ici sont pour la plupart d’un emploi très courant,
tant à l’oral qu’à l’écrit, bien que les variétés dirait-on et dit-on semblent d’un
registre plus relevé, ce qui est pratiquement toujours le cas en français
quand il y a inversion du sujet. Faute de place, l’étude se limitera aux emplois en incise, sans préjuger d’un lien ou d’une absence de lien avec les
mêmes formes dans d’autres constructions. Ces quatre marqueurs ont en
commun la présence du verbe dire qui commente une parole, ce qui pose
le problème de la nature exacte de ce commentaire. Et du pronom ‘indéfini’ on, qui renvoie à une source qu’il convient de caractériser.
2. Le cadre théorique : quelques rappels
2.1. La notion de ON-locuteur
Imaginée par Anscombre (1990) sur la base des travaux de Berrendonner
(1981) sur la ON-vérité, la notion de ON-locuteur introduit la notion de
communauté linguistique dans la description linguistique des énoncés. L’idée
de départ est que tout discours fait intervenir une ou plusieurs représentations du monde, parmi lesquelles des savoirs partagés, i.e. des connaissances
attribuées à un ensemble d’individus – une communauté linguistique – qui
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
15
les voient comme une vérité objective et indiscutable. Il s’agit donc d’une
voix collective ou ON-locuteur en termes de polyphonie, là où la médiativité parlerait d’une source collective anonyme. Bien entendu, ces voix
collectives anonymes sont construites de toutes pièces. Un tel concept
intervient dans divers phénomènes comme la présupposition2 ou les proverbes3, entre autres. Il existe d’ailleurs des procédés linguistiques ‘dédiés’
à l’intervention d’un ON-locuteur dans un énoncé, et possédant des propriétés spécifiques4. Parmi de tels procédés, figurent certaines utilisations
du pronom on. C’est le cas dans certaines des expressions étudiées ici.
2.2. Polyphonie et/ou médiativité
Nous nous contenterons d’options minimales en la matière, à savoir que :
a) la signification (profonde) de tout discours est composée d’un certain
nombre de représentations, ou pdv (‘points de vue’) qui, en surface, seront
interprétées comme des voix, i.e. comme des énoncés ayant un auteur
qui n’est pas nécessairement le locuteur de l’énoncé porteur ; b) le sens
de l’énoncé résulte de l’interprétation de ces représentations et en particulier de la position du locuteur de l’énoncé par rapport à ces auteurs.
Nous laisserons de côté la nature exacte de cette polyphonie5, et ne nous
intéresserons qu’à caractériser le fonctionnement de la voix collective – le
ON-locuteur – dans les phénomènes étudiés. On notera la ressemblance
entre la polyphonie et la médiativité telle que conçue par Anderson (1986),
Chafe (1986) et Willett (1988), entre autres, et qui voit dans un énoncé la
présence de contenus informatifs attribués à des sources autres que l’auteur
(réel ou représenté comme tel) de l’énoncé6. Les différences entre les deux
2
3
4
5
6
Berrendonner, op. cit.
Anscombre (2006b).
Anscombre (2010b).
Pour une étude des notions de voix, point de vue, énonciateur, etc., cf. Anscombre
(2009), Dendale-Izquierdo (2013), Donaire (2013).
Cf. Guentcheva (2013) pour une vue d’ensemble. Par ailleurs, la médiativité ne
distingue pas l’auteur physique de l’énoncé (le sujet parlant) et l’être dont l’énoncé dit
qu’il est l’auteur (le locuteur). Le locuteur de l’optique polyphonique est donc aussi
une représentation construite.
16 Jean-Claude Anscombre
approches réside essentiellement en ce que l’approche nord-américaine
favorise la notion de contenu informatif, alors que l’approche européenne
polyphonique donne la priorité à celle d’énonciation. C’est dans ce cadre
que seront étudiées ici des expressions ayant à voir avec la médiativité/polyphonie, pour lesquels il convient de préciser (Marque-Pucheu :
1999) : a) la source et la nature de la représentation ; b) le mode d’accès
du locuteur à cette source ; c) la position du locuteur par rapport à cette
source. Par ailleurs (Anscombre 2006a), nous considérons que l’ensemble
des positions du locuteur par rapport à une source constitue un véritable
système modal7 dont nous tenterons d’illustrer la présence.
2.3. La notion de marqueur
Il est habituel d’opposer marqueur à connecteur, mais cette opposition repose plus sur l’intuition que sur des critères effectifs, et ne résiste guère
à l’examen de cas concrets. Nous n’entrerons pas dans ce débat, et appellerons marqueurs les expressions étudiées ici. Nous intéressent essentiellement ici certaines propriétés qui semblent intervenir dans la nature d’un
marqueur quand il est parenthétique8 et son émergence comme tel. En
particulier : a) une valeur sémantique faisant intervenir l’attitude du locuteur ; b) une autonomie syntaxique plus ou moins marquée par rapport
au reste du texte dans lequel il intervient ; c) une autonomie prosodique
par rapport au reste du texte9 ; d) une perte du caractère référentiel de
certains composants, qui peut être le caractère non-référentiel d’un pronom ou la perte de ce pronom : le en de je vous en prie ‘de rien’ correspond
au premier cas, je crois opposé à je le crois au second10 ; e) une autonomie
sémantique par rapport aux emplois non parenthétiques, par exemple
7
8
9
10
Willett (1988) considère l’evidentiality comme faisant partie des phénomènes de
modalité.
Il y a une certaine ambigüité de la notion de parenthétique, entre ‘incise’ et ‘décrochement à partir d’une structure (par exemple complétive)’.
Anscombre (2013) remarque ainsi les deux intonations possibles – montante et
descendante – de bien sûr dans les structures bien sûr, p.
Cf. Anscombre (1981) sur ces problèmes de dislocation avec ou sans copie. Comme
on (le) voit, ces problèmes ne sont pas jeunes.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
17
une complétive en que 11 ; f) une grande mobilité de position, qui peut être
initiale, médiane ou finale. La position initiale n’est cependant pas toujours possible, ce qui oppose tu vois et je crois. Nous ne retiendrons pas en
revanche le critère de figement, dont on a usé et abusé, et qu’on a parfois
confondu avec l’existence d’une matrice lexicale12 .
Bien entendu, l’étude des propriétés de ces marqueurs se fera moyennant la mise en évidence de caractéristiques linguistiques repérables, et en
évitant le recours très à la mode à des notions aussi floues et mal maîtrisées que la dimension cognitive, les verbes de dire, ainsi qu’à l’utilisation discutable de la notion de fréquence.
3. Les données de base
3.1. Les corpus
Outre des exemples lus ou entendus, nous avons utilisés deux corpus, à savoir Frantext et Le Monde (2007–2013). La comparaison entre les deux fournit les répartitions suivantes, par fréquences décroissantes : Frantext – on
dirait > dit-on > comme on dit > on dit que > dirait-on > à ce qu’on dit ; Le Monde –
on dit que > on dirait > comme on dit > dit-on > dirait-on > à ce qu’on dit13. Enfin, dirait-on et à ce qu’on dit n’apparaissent pas dans le corpus du Monde, qui
n’offre de plus qu’un seule occurrence de dit-on. C’est conforme à la tonalité
de chacun des corpus : soutenu voire littéraire pour Frantext, français de télévision pour Le Monde, très riche en incises et en marqueurs. On notera que
11
12
13
Anscombre (2013) oppose bien sûr et bien sûr que de ce point de vue. Et Delahaie
(2014) heureusement et heureusement que. L’existence des deux constructions n’implique
pas que l’une soit dérivée de l’autre.
Anscombre (2011).
En nombre d’occurrences : a) Frantext : on dirait (181), dit-on (136), comme on dit ((69),
on dit que (61), dirait-on (13), à ce qu’on dit (3+1) ; b) le Monde : on dit que (9280), on dirait
(2881), comme on dit (2600), dit-on (45), dirait-on (1), à ce qu’on dit (0). Par ailleurs, un
examen mené dans Frantext montre une lente érosion depuis 1850 de l’usage à
l’écrit de à ce qu’on dit/à ce que l’on dit.
18 Jean-Claude Anscombre
comme on dit apparaît à la même place dans les deux listes, à ce qu’on dit est en
dernière position dans Frantext, et n’est pas présent dans le corpus du Monde.
Il est sans doute jugé trop populaire, et peut-être en voie de disparition. Une
étude menée sur Frantext montre, depuis 1850, une décroissance régulière
d’environ 8% tous les cinquante ans.
3.2. L’existence de variétés/variations
Un problème récurrent est celui de certaines variations : s’agit-il ou non de
variantes ? A côté de comme on dit, on trouve également les variations comme
l’on dit, comme on le dit et comme on dirait, comme on aurait dit. On dirait admet
les variations l’on dirait, dirait-on, on dirait que, on dirait bien (que). On dit existe
mais est rare, face à on le dit et surtout dit-on. Le dit-on n’est en revanche pas
attesté. Enfin, à ce qu’on dit donne lieu à à ce que l’on dit, et il existe une forme
à ce qu’on dit que, moins fréquente. On a également à ce que l’on dirait/à ce qu’on
dirait, rares14.
Voici un petit échantillonnage de quelques cas :
(7)“…ma grand-mère est restée presque trente ans en situation irrégulière, elle
fut, pendant ces années de vie française, une « sans-papiers », comme l’on dit
aujourd’hui…” (M. Storti, L’arrivée de mon père en France, 2008).
(8)
“…Il y a, comme on le dit couramment, de l’électricité dans l’air…”
(L. Schwarz, Un mathématicien aux prises avec le siècle, 1997).
(9)“…un film réunissant un plateau de stars internationales, mis en scène par
un ancien acteur chouchou des cinéphiles, sur un sujet à la fois sulfureux et,
comme on dirait aujourd’hui, porteur…” (Le Monde, 2007–2013).
(10)“… D’abord parce que – ses signataires l’ ont à peine caché, – le document est
à prendre ou à laisser : ce sont désormais les Républiques qui disent le droit,
leur pouvoir incontournable s’ impose à un “centre” discrédité. Ensuite, parce
qu’ il va dans “le sens de l’ Histoire”, comme on aurait dit naguère…” (Le
Monde, 2007–2013).
(11)“… Je n’arrive pas à les situer. Ils ne sont pas cultivés, ni dégourdis, à ce qu’on
dirait, mais ce n’est qu’une impression….” ( Jean-Patrick Manchette, Journal :
1966–1974, 2008).
14
Une seule occurrence dans Frantext.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
19
Le problème, que nous ne ferons qu’aborder en fin d’étude, consiste à
déterminer à partir de quel moment on n’a plus affaire à une simple variante, mais à une nouvelle entité, i.e. pourvue d’une fonction suffisamment distincte pour devoir être caractérisée de façon différente. Nous
éliminerons d’entrée de notre étude les formes en l’on, i.e. pourvue d’un
l’ dit euphonique, qui semble être plus une préciosité de l’écrit qu’un phénomène linguistique obéissant à des règles. Il est propre à l’écrit, rare à
l’oral15. Il n’y a aucune différence sensible entre les formes avec et sans l’,
et dont l’usage semble assez erratique16.
3.3. Quelques caractéristiques distributionnelles
Outre que nos marqueurs introduisent nécessairement une forme assertive, les données récoltées permettent de formuler un certain nombre de
remarques :
(i) Si par nature dans les formes en M que p, le marqueur M occupe la
position initiale, il n’en est pas toujours ainsi des formes parenthétiques associées. Les formes en comme peuvent occuper cette position,
mais il y a des contraintes – en particulier pour comme on dit, et dont
voici un exemple :
(12)
Comme on dit, il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade.
(13) ??Comme on dit, il se proposait de prendre le taureau par les cornes.
(14) Il se proposait de prendre, comme on dit, le taureau par les cornes.
En revanche, la famille de à ce qu’on dit occupe indifféremment les trois
positions. Pour la famille de on dit, les choses sont un peu plus compliquées : on dit seul n’existe guère qu’à l’oral, où il apparaît alors exclusivement en position médiane (cf. (4))ou finale :
(15)“…Mes parents sont les enfants de la guerre, on dit.…” (Luc Lang, Les Indiens,
2001).
15
16
Certaines formes sont cependant plus courantes que d’autres à l’oral, ainsi si l’on veut.
La possibilité de ce l’ devant on vient de l’origine substantivale hom ‘homme’ de on.
20 Jean-Claude Anscombre
Quant à dit-on, il n’occupe jamais la position initiale17, pas plus qu’aucun
des membres de la famille de on dirait, sauf bien entendu on dirait que.
(ii) Nous avons signalé supra la possibilité de certaines variations temporelles. Elles semblent limitées, et peuvent exiger l’ajout d’un complément circonstanciel de temps ou de lieu. En voici quelques exemples :
(16a) Comme on dit, ce n’est pas demain la veille.
(16b) Comme on disait (?Ø + autrefois + dans les campagnes), la nuit porte conseil.
(16c)
Comme on a dit (Ø + à l’époque + dans les milieux autorisés + parfois), le gouvernement
n’avait pas vu venir le danger.
(16d) Comme on dirait (?Ø + aujourd’hui + en anglais), beaucoup de bruit pour rien.
(16e)
Comme on avait dit (?Ø + à l’époque + dans les journaux), l’absence de preuves n’avait
pas sauvé la carrière du député.
Si comme on a dit est possible seul, il est cependant fréquemment accompagné d’un circonstant. De plus, il semble toujours renvoyer à une énonciation effective, alors que comme on disait est ambigu de ce point de vue. Il
peut renvoyer à une énonciation virtuelle, comme en (16b), ou bien réelle :
comme on disait dans les journaux de l’époque, mort aux tyrans !
Pour ce qui est enfin de on dirait et dirait-on, les variations semblent
limitées à on aurait dit et aurait-on dit, de facture nettement littéraire : les
deux incises apparaissent Frantext, mais sont absentes du corpus le Monde,
plus résolument tourné vers l’oral.
4. Le fonctionnement des différents marqueurs
Pour des raisons purement pédagogiques, nous procéderons, pour une
propriété donnée, soit par étude contrastive entre plusieurs marqueurs,
soit par étude successive de chaque marqueur.
17
Ce qui n’a aucun caractère d’évidence si on le compare à vois-tu ou à penses-tu.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
21
Trois points sont à examiner pour caractériser le fonctionnement de
ces différents marqueurs : a) le renvoi à un ON-locuteur (ou non) dû à la
présence de on ; b) la position du locuteur L par rapport à cet éventuel
ON-locuteur ; c) l’articulation du discours due à chacun des marqueurs.
Un dernier point sera examiné à part : la nature exact du marqueur, en
particulier par rapport à son éventuel parent non parenthétisé, et également son degré d’autonomie. On a en effet trop souvent conclu à un
figement sans autre forme de procès, conclusion qu’un certain nombre de
phénomènes – dont l’existence de variantes temporelles – remet au moins
partiellement en question.
4.1. La présence d’un ON-locuteur
le pronom personnel on est notoirement susceptible de renvoyer à n’importe quelle personne. Parmi ces multiples fonctions, figure la possibilité
d’évoquer une source (en termes de médiativité)/une voix (en termes de
polyphonie) collective anonyme, i.e. non identifiable, et aux limites floues :
un ON-locuteur. Or l’apparition d’un ON-locuteur se produit dans au
moins trois cas fondamentaux bien séparés18 :
a)
b)
18
19
Lors de la présence de marqueurs spécialisés dans l’introduction de
ON-locuteurs (comme on dit, de l’avis général,…). Ils font partie de la
classe plus générale des marqueurs médiatifs génériques 19.
Lors de la présence de certaines entités lexicales nominales comme
la rumeur publique, une partie de la presse, etc. De tels GN possèdent la
propriété d’être des noms de collection, à savoir d’être le regroupement
d’entités de même nature et formant un tout pluriel, sans qu’aucune
soit saillante. Elles possèdent de plus une existence indépendante de
Anscombre (2010b).
Anscombre (2006a, 2010a). Si l’on convient d’appeler marqueur médiatif générique
les indications spécifiques de renvoi à une communauté linguistique, la notion de
ON-locuteur est sa transposition dans le cadre d’une théorie de la polyphonie.
22 c)
Jean-Claude Anscombre
l’entité qu’est la collection : la soustraction d’un ou plusieurs membres
de la collection ne change donc pas son statut 20.
Lors de la présence de certaines fonctions qui semblent centrées
sur l’introduction d’un ON-locuteur : thème, présupposé, assertions
et discours préalables, formes sentencieuses, et plus généralement
phrases génériques analytiques ou non.
Nous utiliserons ces différents procédés pour montrer l’introduction ou
non par les marqueurs étudiés d’un tel ON-locuteur. Une première remarque en ce sens est que les formes comme on dit, on dit, dit-on et à ce qu’on
dit admettent la combinaison avec des GN collectifs renvoyant à une voix
collective et anonyme :
(17) Comme on dit dans nos banlieues, c’était chaud-bouillant.
(18) Les jours du Premier Ministre sont comptés, on dit dans l’entourage du président.
(19) C’est une torpille de l’UDF, dit-on à gauche (Le Monde, 2007–2013).
(20) A ce qu’on dit dans la presse, il s’agit d’un homicide déguisé en suicide.
On note que assez souvent, ce même GN placé en position sujet fournit une paraphrase tout à fait acceptable, et montre qu’il s’agit bien de la
source de l’information :
(18a) L’entourage du président dit que les jours du Premier Ministre sont comptés.
(19a) La gauche dit que c’est une torpille de l’UDF.
(20a) La presse dit qu’il s’agit d’un homicide déguisé en suicide.
Notons que ce côté anonyme autorise la plupart du temps l’introduction
du ‘modalisateur’ circonstanciel un peu partout :
(17b) Comme on dit un peu partout dans nos banlieues, c’était chaud bouillant.
(18b)
On dit un peu partout dans l’entourage du président que les jours du Premier
Ministre sont comptés.
(19b) C’est une torpille de l’UDF, dit-on un peu partout à gauche.
20
Sur les noms de collection, Lecolle (1998), Lammert-Lecolle (2014).
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
23
(20b)A ce qu’on dit un peu partout dans la presse, il s’agit d’un homicide déguisé en
suicide.
De même que le remplacement de on par ils (pluralité d’entités) :
(17c) Comme ils disent dans nos banlieues, c’était chaud-bouillant.
Ils disent dans l’entourage du président que les jours du Premier Ministre sont
(18c)
comptés.
(19c) Ils disent à gauche que c’est une torpille de l’UDF.
(20c) A ce qu’ ils disent dans la presse, il s’agit d’un homicide déguisé en suicide.
Pour ce qui est de on dirait et de dirait-on, on est tenté d’y voir un conditionnel de distanciation. En fait, il ne s’agit pas du conditionnel d’altérité
énonciative de Haillet (2002), qu’on trouve par exemple dans :
(21) Selon des sources officielles, il y aurait des survivants.
Et reconnaissable entre autres à la possibilité d’une paraphrase au présent :
(21a) Selon des sources officielles, il y a des survivants.
Si le conditionnel d’altérité énonciative par exemple de (21) est une médiativité par ouï-dire, le conditionnel de on dirait et de dirait-on représente
en fait une médiativité par déduction. Plusieurs arguments appuient cette
conclusion : a) la paraphrase n’est pas possible meaning preserving dans le cas
qui nous occupe :
(22)“…La pluie redouble, on dirait. Emprunte mon parapluie à Suzanne…”
(Anne-Marie Garat, Dans la main du diable, 2006).
(22a)
L a pluie redouble, #on dit.
(23)“…Mlle Demachy a eu le bon goût de disparaître, dirait-on. Elle a assez
occupé la place, depuis ce matin…” (Anne-Marie Garat, Dans la main du
diable, 2006).
(23a) Melle Demachy a eu le bon goût de disparaître, #dit-on.
b)
aucun des critères relatifs à la présence d’un ON-locuteur mentionnés supra ne s’applique, ainsi :
24 Jean-Claude Anscombre
(22b)L a pluie redouble, (on dirait + dirait-on + *on dirait un peu partout + *dirait- on un
peu partout).
(23b)Mlle Demachy a eu le bon goût de disparaître, (on dirait + dirait-on + *on dirait dans
mon village + *dirait-on dans mon village).
c)
une des gloses les plus naturelles de on dirait et dirait-on est leur substitution par j’ai l’impression :
(22c) La pluie redouble, (on dirait + j’ai l’impression).
(23c) Melle Demachy a eu le bon goût de disparaîre, (dirait-on + j’ai l’impression).
c)
une paraphrase grossière de p, on dirait serait : ‘de certains indices, d’aucuns n’hésiteraient pas à dire que p’. Il s’agit donc bien d’une médiativité par déduction, et non par ouï-dire. De ce point de vue, p n’est pas
affirmé par qui que ce soit, ce qui explique qu’on n’ait jamais p, on dit
en lieu et place de p, on dirait.
Contrairement à ce qu’affirme Anscombre (2010b), il ne s’agit pas d’un
ON-locuteur, ce qui explique que les critères mentionnés ci-dessus ne
s’appliquent pas. Une paraphrase grossière de p, on dirait serait : ‘tout x
voyant les mêmes indices que L doit conclure à p’. Il s’agit donc non
pas d’un conditionnel de distanciation, mais d’un conditionnel hypothétique. Et le on ne renvoie pas à un ON-locuteur : il s’agit simplement
du on générique qu’on a dans Quand on aime, on ne compte pas. Il n’est pas
collectif, il est distribué.
4.2. La position du locuteur L
4.2.1. Le cas de comme on dit
Nous avons toujours soutenu que l’expression comme on dit renvoyait à une
communauté linguistique – un ON-locuteur – mais la position du locuteur L par rapport à cette communauté est beaucoup plus compliquée.
D’une façon générale, comme on dit introduit une façon de parler considérée comme ‘codée’ par rapport à une façon ‘neutre’ d’exprimer les choses.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
25
On aura ainsi difficilement Il fait beau, comme on dit face Il fait un temps de rêve,
comme on dit 21. Et le ON-locuteur auquel renvoie comme on dit est, de façon
claire, la communauté linguistique dans son ensemble ou à tout le moins,
une partie de cette communauté. Dans le cas particulier des proverbes, la
communauté linguistique évoquée est celle qui a trait à la ‘sagesse populaire’ : Nous raisonnerons sur l’exemple :
(24) Comme on dit, à la Sainte Catherine, tout prend racine.
Le locuteur L de (24) appartient à la communauté linguistique – le ONlocuteur – qui partage le savoir A la Sainte Catherine…, comme on le voit
sur le contraste :
(25a) On dit qu’à la Sainte Catherine, tout prend racine, mais j’ai des doutes.
(25b) Comme on dit, à la Sainte Catherine, tout prend racine, ?? mais, j’ai des doutes.
La situation peut en fait être beaucoup plus compliquée, à en juger par :
(26) Comme on dit dans le Nord, à la Sainte Catherine tout bois prend racine.
(27) Comme on dit dans les banlieues, il est grave relou..
(28) Comme on dit en anglais, il vaut mieux un oiseau dans la main que deux dans le buisson.
Or (26) peut par exemple être dit par quelqu’un qui n’est pas du Nord, et
qui de plus utilise la formulation proposée dans (24). Nous proposerons
donc pour comme on dit, p le mécanisme suivant, repris avec certaines modifications de Anscombre (2010a) :
a)
La fonction fondamentale de comme on dit repose sur une opposition entre deux ON-locuteur, que nous noterons respectivement
ON1-locuteur et ON2-locuteur, qui représentent deux communautés linguistiques22 . Ces deux communautés linguistiques peuvent
être différentes dans des conditions que nous allons préciser, et
21
22
C’est sans doute pourquoi, dans ce type d’emplois, on n’a pas comme on dit littéralement.
Je prends ici des communautés ‘réelles’ ou estimées telles, pour ne pas compliquer
les choses. Il est clair que ces communautés relèvent fondamentalement de l’imaginaire linguistique.
26 Jean-Claude Anscombre
leur opposition est ce qui reste de la comparaison indiquée à l’origine par comme.
b) Par commodité d’expression, nous noterons comme ON1 dit, p1, où
ON1 désignant la communauté linguistique que L désigne comme
étant celle de savoir partagé p1. Par exemple, dans (26), ON1 = la
communauté linguistique du Nord, qui a dans son ‘stock’ parémique
p1 = A la Sainte Catherine, tout bois prend racine.
c) En disant Comme ON1 dit, p1, L se présente comme membre d’une
communauté linguistique ON2 . Par exemple les français moyens, les
gens de ma province ou de mon village, etc.
d) L déclare que p1 a dans ON2 un correspondant p2 , considéré comme
de sens équivalent à p1 mais éventuellement de forme différente, et
qui est pour L en tant que membre de ON2 la version de référence.
e) Une glose très approximative de comme ON1 dit, p1 serait : la situation
justifie l’appréciation p2 dans les termes de ON2, que j’exprime sous la
forme p1 caractéristique de ON1. En fait, c’est uniquement par défaut
que ON1 se confond avec ON2, et que L appartient alors non seulement à ON1 mais aussi à ON2. C’est le cas par exemple de Comme on dit,
un tiens vaut mieux que deux tu l’auras : L choisit d’exprimer son avis – ‘il
faut se contenter de ce que l’on a’ – au travers d’un ON1- locuteur qui
partage ici avec lui la classe des formes sentencieuses.
4.2.2. Le cas de on dit et dit-on
Nous avons montré dans Anscombre (2010a) que on dit que met en scène
un ON-locuteur auquel peut ou non appartenir le locuteur L du tout. On
ne peut a priori rien en déduire pour on dit et dit-on23 en incise. L’incise
n’étant souvent qu’une étape dans la formation d’un marqueur discursif, tend à en singulariser la valeur sémantico-pragmatique24. Les deux
exemples suivants montrent que on dit se comporte comme on dit que du
point de vue de l’appartenance de L au ON-locuteur :
23
24
On dit est rare seul en incise, mais l’est moins accompagné d’un circonstant : on dit
dans la presse, on dit parfois.
Cf. de ce point de vue la notion d’hypermarqueur dans (Anscombre : 1981).
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
27
(29)Il se serait réfugié en Amazonie, on dit, dans les faits divers. Mais c’est ce qu’on dit. Pour
ma part, j’attends des preuves.
(30) “…Beaucoup de mes codétenus pratiquent avec la même ferveur. On entre
dans son propre silence, on dit, et la flèche nous prolonge, elle tisse le lien
entre nous et la cible, entre nous et là-bas…” (Luc Lang, Les Indiens, 2001).
Dans (29), le circonstant dans les faits divers, l’usage du conditionnel journalistique et l’enchaînement mais c’est ce qu’on dit… montrent que L n’appartient pas au ON-locuteur. Dans (30), les éléments de cotexte mes co-détenus
et le lien entre nous induisent la possibilité de voir L comme faisant partie
du ON-locuteur. L peut donc appartenir ou non au ON-locuteur convoqué par le on de on dit. Qu’en est-il de dit-on ? Simple variante de on dit ou
non ? En fait, les propriétés de dit-on corroborent l’intuition des sujets
parlants que L n’appartient jamais dans ce cas au ON-locuteur. Plusieurs
arguments appuient cette position : a) dans les exemples de corpus, p,
dit-on est toujours suivi d’une dénégation de L sur son appartenance au
ON-locuteur :
(31)“…Déjà, dit-on – ça, c’est la rue qui le prétend –, le bâtiment principal
a été visité, cette nuit ; on a vu des groupes fourrager parmi les ruines…”
(Lionel-Édouard Martin, Le Tremblement : Haïti, 12 janvier 2010, 2010).
b)
Dit-on sépare L du ON-locuteur y compris dans le cas des formes
sentencieuses, pourtant supposées partagées par tous :
(32)“…Je mesure toute l’horreur de la possibilité d’un pareil amour. La maternité
rend bon, dit-on. Foutaise. Depuis que je l’ai je suis devenue méchante…”
(Marguerite Duras, Cahiers de la guerre et autres textes, 2006).
c)
La forme dit-on renvoie à l’inversion verbe sujet typique du rapport
de parole : Il se fait tard, intervint Lia. Or dans le simple rapport de
parole, l’engagement du locuteur est faible ou nul en ce qui concerne
ce qui est rapporté. On comparera de ce point de vue : On va bronzer,
la météo a dit qu’il allait faire beau et On va bronzer : il va faire beau, a dit la
météo. d) Quand il y a un lien sémantique entre dire et ce qu’il introduit, l’incise en dit-on n’est pas possible – ce qui est compréhensible
puisqu’elle représente alors un simple rapport. On peut le monter
28 Jean-Claude Anscombre
sur l’expression dire merci où dire ne sert pas seulement à mentionner
le mot merci :
(33) Merci, on dit, quand on est poli/*Merci, dit-on, quand on est poli.
e)
Enfin, nous + on dit est possible, alors que nous + dit-on ne l’est pas si
L appartient au ON-locuteur : Il fait beau, nous, on dit versus *Il fait
beau, nous, dit-on.
4.2.3. Le cas de on dirait et dirait-on
De façon plus précise, ces deux tournures sont substituables par il semblerait et semblerait-il (Anscombre, 2010a) :
(22c) La pluie redouble, (il semblerait + semblerait-il )…
(23c) Melle Demachy a eu le bon goût de disparaître, (il semblerait + semblerait-il )…
Or d’après (Nølke : 1994) l’auteur de il semble que p ne prend pas directement en charge p, mais affirme en revanche qu’un certain nombre
d’indices militent pour lui en faveur d’une telle conclusion. D’un point
de vue intuitif, cette configuration semble correspondre à la situation, le
conditionnel ajoutant une distance supplémentaire. En disant p, on dirait,
le locuteur L non seulement ne prend pas en charge p, mais il ne prend
même pas en charge la responsabilité de tirer p à partir des indices en
faveur de p. Cette non-prise en charge de p par L explique la facile combinaison de on dirait et dirait-on avec le marqueur d’attitude énonciative
apparemment (Anscombre & alii, 2009 ; Anscombre 2010b) :
(22d) Apparemment, la pluie redouble, on dirait.
(23d) Apparemment, Melle Demachy a eu le bon goût de disparaître, dirait-on.
Or si q est un énoncé de type assertif à propos d’un événement E, dire
Apparemment, q revient pour un locuteur L à dire que : a) il y a des indices
en faveur du bien-fondé de q ; b) L ne tire pas lui-même la conclusion q. Il
s’agit, là encore, d’un cas de dilution des responsabilités (Nølke : 1994). Le locuteur L de p, on dirait et p, dirait-on attribue la responsabilité de p qu’il n’assume
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
29
pas à un auteur anonyme désigné par on. En d’autres termes, L n’est pas un
des x qui déduit p à partir des indices invoqués par L. Nous montrerons ce
dernier point à l’aide des propriétés de à mon avis. Coltier-Dendale (2004)
montrent qu’une de ses caractéristiques est de permettre à son locuteur de
‘recatégoriser’ un élément du monde, de résoudre l’énigme de la nature de
cet élément en proposant une solution par ailleurs hypothétique. D’où une
opposition comme :
(34)A : – C’est quoi cette couleur ? – B : – A mon avis, (c’est du blanc + *tu vois bien, c’est
du blanc)
Or on constate les contrastes suivants :
(35a) A mon avis, il va pleuvoir.
(35b) A mon avis, il va pleuvoir, (??on dirait + ??dirait-on).
Dans la mesure où L, au travers de on dirait/dirait-on se défend dans (35b)
d’être l’auteur de il va pleuvoir, il ne recatégorise pas le monde (quant à la météo), d’où l’étrangeté de la combinaison avec à mon avis, étrangeté absente
de (35a). Ce point permet de traiter l’opposition suivante (Anscombre :
2010a) :
(26) *Il va pleuvoir, on dirait, mais ce n’est pas mon avis.
(27) Si tu veux mon avis, il va pleuvoir, on dirait.
Dans (26), ce reprend p = il va pleuvoir Dans la mesure où L ne tire pas luimême cette conclusion, son avis ne peut concerner son éventualité, d’où
(26). Dans (27) en revanche, l’avis de L sur la question peut être qu’il y des
indices en faveur de p. Si on remplace on dirait par dit-on, on a le résultat
inverse :
(28) Il va pleuvoir, dit-on, mais ce n’est pas mon avis.
(29) *Si tu veux mon avis, il va pleuvoir, dit-on.
Il va pleuvoir peut être l’avis de L, mais le rapport d’un dire par L n’est pas
un avis. On dirait fonctionne au niveau des indices – du dit, alors que dit-on
30 Jean-Claude Anscombre
fonctionne au niveau d’un dire auquel L n’adhère pas. Notons enfin que
L peut dégager sa responsabilité de façon explicite :
(30)Il va pleuvoir, (on dirait + dirait-on), mais (ça n’est pas certain + je peux me
tromper).
Y-a-t-il une différence entre on dirait et dirait-on, hormis le registre – soutenu pour dirait-on et neutre pour on dirait ? On pourrait en effet estimer
que dirait-on est un cas d’inversion caractéristique des incises en dire, on
dirait en étant la version ‘populaire’ moins raffinée. Il n’en est rien. En
fait, seul on dirait fonctionne comme une modalité d’assertion de p, alors
que dirait-on garde de ses origines citatives le fait que L rapporte la parole
d’autrui. C’est ce qui fait qu’alors que le bien de confirmation est possible
avec on dirait – comme avec je crois, je pense, je suis sûr, etc. – il ne l’est pas
avec dirait-on – pas plus qu’avec semblerait-il, d’ailleurs :
(31) Max y arrivera, ( je crois bien + je suis bien sûr + on dirait bien)
(32) Max y arrivera, (*semblerait-il bien + *dirait-on bien)
C’est pourquoi, avec dirait-on, toute demande de confirmation est impossible, L n’étant pas partie prenante dans l’assertion de p :
(33) Il va pleuvoir, on dirait, (n’est-ce pas ? + hein ?)
(34) Il va pleuvoir, dirait-on, (?n’est-ce pas? + ??hein ?)
4.2.4. Le cas de à ce qu’on dit
Examinons maintenant la position du locuteur L de à ce qu’on dit, p par
rapport à p et au ON-locuteur. Notons que à ce qu’on dit peut introduire
une communauté très vaste, puisque cette expression se combine sans
difficulté avec des formes sentencieuses :
(31) A ce qu’on dit, (tel père, tel fils + Il y a anguille sous roche +…).
qui sont souvent considérées comme étant le savoir partagé par excellence
d’une langue donnée.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
31
Une première caractéristique apparaît lors de la comparaison avec
comme on dit :
(32a) Il y a anguille sous roche, (comme on dit + à ce qu’on dit)
(32b)
Si, (comme on dit + *à ce qu’on dit), il y a anguille sous roche, il va falloir aviser
et nous préparer.
(33a) (Comme on dit + à ce qu’on dit), il y a anguille sous roche.
(33b) (*Comme on dit + à ce qu’on dit), il y aurait anguille sous roche.
Nous opposerons les deux expressions de la façon suivante : le locuteur
de comme on dit, p, commente p en tant que forme : la situation considérée
justifie une appréciation dont une des formes est p, forme relevant d’une
communauté linguistique à laquelle L dit appartenir. Le locuteur de à ce
qu’on dit, p, en revanche, commente p en tant qu’énoncé effectif attribué à
une communauté linguistique à laquelle L dit ne pas appartenir. A ce qu’on
dit correspond donc à un mode de discours rapporté, et la distance entre
L et l’auteur de ce discours rapporté transparaît sur des exemples comme :
(34)“…Évidemment, elle se fait vieille, vous n’avez pas remarqué, elle devient un
peu sale, elle qui était si propre à ce qu’on dit…” (Marguerite Duras, Cahiers
de la guerre et autres textes, 2006).
Cette distance peut-être stigmatisée par du moins : ‘du moins à ce qu’on dit’.
Notons la présence obligatoire du pronom de rappel avec on dit et dit-on
combinés avec du moins : du moins on le dit/*du moins on dit, du moins le dit-on/*du
moins dit-on, obligation due au renvoi à un énoncé effectif. C’est le rôle joué
par ce dans à ce qu’on dit : il renvoie bien à un énoncé présenté comme effectif.
Le cas de (32a) illustre parfaitement notre description. Comme on dit
commente Il y a anguille sous roche en tant que forme mise à la disposition
de la communauté linguistique à laquelle appartient L pour caractériser
une situation donnée et choisie par lui à la place de par exemple Il se prépare
quelque chose. A ce qu’on dit est également possible : il attribue l’énoncé Il y a
anguille sous roche à un ON-locuteur. Si dans (32b), à ce qu’on dit n’est pas possible, c’est en vertu d’une règle générale qui veut que les incises formées sur
des verbes de dire ne peuvent figurer dans une subordonnée, en particulier
conditionnelle :
32 Jean-Claude Anscombre
(35a) Max soupçonne qu’on dit qu’il a tort/#Max soupçonne que dit-on, il a tort.
(35b)L ia sait que Max i a répondu qu’il i ne cèderait pas/#Lia sait que Max i ne céderait pas,
a-t-il i répondu.
(35c)
Si Liai s’est étonnée que je j ne vienne pas, des explications s’imposent /#Si je j ne viens pas,
s’est étonnée Liai , des explications s’imposent.
En revanche, comme on dit est possible : il s’agit certes d’une marque de
polyphonie, mais non de discours rapporté. Cette opposition confirme au
passage l’hypothèse que à ce qu’on dit introduit un discours rapporté. L’opposition enfin présente dans (33b) s’explique si on admet notre hypothèse.
Si L appartient au ON-locuteur introduit par le on de comme on dit, il ne
peut dégager sa responsabilité – du moins pour ce qui est de la forme – de
l’énonciation de il y a anguille sous roche, et ne peut donc s’en désolidariser au
moyen d’un conditionnel ‘journalistique’.
5. Le statut de marqueur : quelques considérations
diachroniques
Rappelons que nous ne considérons ici que les usages parenthétiques des
expressions considérées. Un des problèmes les plus ardus est de déterminer avec précision le statut exact de marqueur d’une entité, problème
compliqué par l’existence éventuelle de nombreuses variantes. On a souvent pensé résoudre un tel problème en usant et abusant de la notion
de figement. Nous pensons à l’inverse que nombre de ces marqueurs se
forment ou sont en train de se former sur la base d’une matrice lexicale, i.e.
d’un schéma de production comportant des entités grammaticales fixes et
des unités lexicales variables, et dont le sens global n’est pas déductible à
partir des seuls composants25. La présence d’une matrice lexicale permet
25
Cette idée apparaît chez différents auteurs et sous différentes formes : construction
(Fillmore, 1988 ; Goldberg, 1995) ; schéma d’événement (Anscombre, 1990b), puis matrice lexicale (Anscombre, 2011) ; phrasème (Mel’čuk, 1995), entre autres. Ces approches
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
33
d’expliquer à la fois une certaine rigidité au niveau de la forme, sans exclure une productivité du schéma. Ainsi l’existence d’un paradigme comme
on (dit + raconte + remarque + voit + prétend + sait + …) appuie l’idée d’une
matrice lexicale de type comme on Vparole – d’autant plus que L appartient
à on dans ces tournures, et fait apparaître comme on (disait + dirait + aurait dit) comme la simple flexion d’un élément lexical à l’intérieur d’une
matrice. Notons qu’une hypothèse de figement concernant par exemple
comme on dit ne parviendrait pas facilement à rendre compte de l’ensemble
de ces phénomènes. D’un point de vue diachronique, la forme comme on dit
apparaît en français pré-classique (1550–1650) sous forme d’incise, avec
ou sans pronom : comme on dit/comme on le dit. Il s’agit de la forme la plus
courante parmi d’autres, et la forme sans pronom domine dès le français
classique (1650–1789) pour s’imposer sur les autres26. Ce qui est conforme
à ce qui semble être le processus général de formation des marqueurs :
passage par l’incise avec ou sans copie, puis début de l’autonomie par
abandon du pronom de rappel (perte du caractère référentiel), d’où souvent la propension à marquer l’attitude et l’acquisition de caractéristiques
prosodiques. Très souvent, cette élaboration d’un marqueur se fait par
exploitation d’une matrice lexicale : les données diachroniques montrent
en effet que ces matrices apparaissent très tôt dans la construction d’une
langue, et perdurent longtemps.
Le cas de on dit/dit-on illustre parfaitement le mode de formation des
marqueurs. En effet, dit-on en incise apparaît dès 159227, on dit en incise
est plus tardif. Il est donc difficile d’y voir de simples variantes d’une
même expression. Il s’agit en fait de deux marqueurs différents, issus de
deux parcours distincts. La tournure dit-on que apparaît dès le XVe siècle,
et jamais en tête de phrase, mais toujours après une conjonction (et) ou
un adverbe (ainsi, aussi) : et dit-on que (1451). Il s’agit donc de l’inversion
dite complexe, encore utilisée de nos jours. La parenthétisation avec copie apparaît vers 1571 sous la forme de ce dit-on, puis très vite dit-on seul
(1592). La construction on dit que est banale dès 1400, mais la forme en
26
27
considèrent qu’il peut y avoir non compositionnalité simultanément avec une relation régulière entre forme et sens.
Anscombre, 2014b.
Les dates fournies sont les premières attestations trouvées dans Frantext.
34 Jean-Claude Anscombre
incise on dit n’est attestée qu’en 1745. Dit-on, spécialisé dans l’exclusion de
L, semble peu à peu s’effacer au profit de on dit, même si ce dernier, bien
que déjà ancien, tarde à s’imposer. Ce déclin de l’inversion complexe est
d’ailleurs général en français contemporain. Les analogues on sait, on voit,
on remarque, on raconte, semblent indiquer la présence d’une matrice lexicale
dont le paradigme lexical serait des verbes médiatifs i.e. indiquant la façon
dont une entité a accès à un savoir.
Le cas de on dirait/dirait-on semble tout à fait parallèle au précédent.
On dirait que apparaît dès 1633, on dirait en incise seulement en 1881, alors
que dirait-on en incise est courant dès 1747. Il y a plus : on trouve en 1768
un Inutilement dirait-on que… qui montre la provenance de dirait-on. Il s’agit
là encore, de deux formations différentes à partir de deux parenthétisations et là encore, il y a perte de référentialité.
En ce qui concerne à ce qu’on dit, la possibilité de flexion partielle à ce
qu’on (disait + dirait), ainsi que l’existence d’un paradigme lexical à ce qu’on
(sait + raconte + prétend + assure) suggère une formation sur une matrice lexicale à ce qu’on [Vmédiatif ], sous réserve de confirmation. Il pourrait s’agir d’une
sous matrice d’une matrice plus générale comprenant des constructions
comme à première vue, au pif, au débotté, au jugé, à l’estime, etc.
Bibliographie
Anderson, Lloyd B. (1986), “Evidentials, Paths of Change, and Mental
Maps: Typologi-cally Regular Asymmetries”, Evidentiality: The Linguistic Coding of Evidentiality, W. Chafe & J. Nichols éds., Advances in Discourse Process, X: 261–272.
Anscombre, J.C. (1981), “Marqueurs et hypermarqueurs de dérivation illocutoire : notions et problèmes”, Cahiers de linguistique française, Genève, 3, 75–123.
Anscombre, J.C. (1990a), “Thème, espaces discursifs et représentations
événementielles”, in Fonctionnalisme et pragmatique, J.C. Anscombre &
G. Zaccaria éds., Edizioni Unicopli : Milan, 43–150.
Comme on dit, on dirait, on dit, à ce qu’on dit : communauté(s) linguistique(s)
35
Anscombre, J.C. (1990b), “Pourquoi un moulin à vent n’est pas un ventilateur”, Langue française, n° 86, 103–125.
Anscombre, J.C. (2005), “Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages”, in Actes du congrès de Cerise ‘Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques’, J. Bres, P.P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke, L. Rosier éds., de
Boeck-Duculot : Bruxelles, 75–94.
Anscombre, J.C. (2006a), “Stéréotypes, gnomicité et polyphonie : la voix
de son maître”, in Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et
en discours, L. Perrin (éd.), Recherches linguistiques, n° 28, Univ. de Metz,
349–378.
Anscombre, J.C. (2006b), “Polyphonie et classification des énoncés sentencieux”, Le Français Moderne, 74, n° 1, 87–99.
Anscombre, J.C. (2010a), “Lexique et médiativité : les marqueurs pour le
dire”, Cahiers de Lexicologie, 1, n° 96, 5–33.
Anscombre, J.C. (2010b), “Autour d’une définition linguistique des notions
de voix collective et de ON-locuteur”, La question polyphonique ou dialogique en sciences du langage, Marion Colas-Blaise, Mohamed Kara, Laurent
Perrin & André PetitJean (éds.), Recherches linguistiques, n° 31, 39–64.
Anscombre, J.C. (2011), “Figement, idiomaticité et matrices lexicales”, in
Le figement linguistique : la parole entravée, J.C. Anscombre & S. Mejri
(éds.), Ed. Champion, Paris, 17–40.
Anscombre, J.C. (2013), “A coup sûr et bien sûr et les fondements de la certitude”, Revue de sémantique et pragmatique, n° 33–34, 67–98.
Anscombre, J.C. (2014a), “Mediatividad, Omni-locutores, y marcadores
del discurso. El caso del francés actual : on sait que, on dit que, on prétend
que, on raconte que, on admet que”, Archivum, LXIV, pp. 7–26.
Anscombre, J.C. (2014b), “Les marqueurs médiatifs sous l’angle diachronique : données et problèmes. Le cas de comme on dit et tournures
affines”, Médiativité, polyphonie et modalité en français. Etudes synchroniques
et diachroniques, J.C. Anscombre, E.Oppermann-Marsaux & A.Rodríguez Somolinos (éds.), Presses de la Sorbonne Nouvelle, 139–158.
Anscombre, J.C., Arroyo, A., Foullioux, C., Gómez-Jordana, S., Somolinos, A., Rouanne, L., Saló, Ma.Jesús (2009), “Apparences, indices et
attitude énonciative”, Langue française, n° 161, 39–58.
36 Jean-Claude Anscombre
Chafe, Wallace. 1986. “Evidentiality in English Conversation and Academic
writing”, Evidentiality: The Linguistic Coding of Evidentiality, W. Chafe &
J. Nichols (éds.), Advances in Discourse Process XX: 261–272.
Delahaie, J. (2011), “L’illusion synchronique et les leçons de l’histoire. Interprétation sémantique d’un curieux couple faussement symétrique,
malheureusement/heureuse-ment (que)”, Revue de sémantique et pragmatique,
n° 29–30, 107–134.
Dendale, P., & Izquierdo, D. (2014), “Les marqueurs évidentiels ou médiatifs en français : un état des lieux bibliographiques”, Cahiers de
lexicologie, 105, 2014-2, 79–97.
Donaire M.L. (2014), “Prise en charge et polyphonie, deux notions pour
une théorie”, Cahiers de lexicologie, 105, 2014-2, 33–56.
Fillmore, C. J. (1988), The mechanisms of ‘Construction Grammar’,
Proceedings of the Fourteenth Annual Meeting of the Berkeley Linguistics
Society, 35–55.
Goldberg, A. (1995), A Construction Grammar Approach to Argument Structure,
The University of Chicago press, Chicago and London.
Guentcheva, Z. (2014), “Aperçu des notions d’évidentialité et de médiativité”, Cahiers de lexicologie, 105, 2014-2, 57–77.
Lammert, M. & Lecolle, M. (2014), “Les noms collectifs en français : une
vue d’ensemble”, Cahiers de lexicologie, 105, 2014-2, 203–222.
Lecolle, M. (1998), “Noms collectifs et méronymie”, Cahiers de grammaire,
n° 23, 41–65.
Marque-Pucheu, C. (1999), “Source, inférence et position du locuteur
dans les énoncés comportant selon”, Revue de sémantique et pragmatique,
n° 6, 111–121.
Mel’čuk, I. (1995), “Phrasemes in Language and Phraseology in Linguistics”, Idioms: Structural and Psychological Perspectives, M. Everaert & E.-J.
Van der Linden (éds.), Erlbaum, Hillsdale.
Nølke, H. (1994), “La dilution linguistique des responsabilités. Essai de
description polyphonique des marqueurs évidentiels il semble que et il
paraît que”, Langue française, n° 102, 84–94.
Willett, Th. (1988), “A cross-linguistic survey of the grammaticization of
evidentiality”, Studies in language 12-1: 51–97.
Ne va pas me dire, ne me dis pas, cela va sans dire.
Explication de quelques expressions paradoxales
en « dire »1
Juliette Delahaie
Université Charles de Gaulle Lille 3 UMR STL
0. Introduction
Il existe un certain nombre d’expressions de la forme Nég. (dire) que
p ou Nég. (dire) p, que l’on peut qualifier de paradoxales2 , dans la mesure où l’énonciation de ne pas dire implique cependant de dire. Il s’agit
d’un procédé rhétorique bien répertorié sous la figure de la prétérition,
définie ainsi par Fontanier en 1827 : « feindre de ne pas vouloir dire
ce que néanmoins on dit très clairement ». Cette figure ne touche pas
seulement le verbe dire, mais presque toujours néanmoins des verbes
de parole, et souvent sous la forme négative : je ne parlerai pas de la façon
odieuse dont il nous a reçus / ce sinistre personnage, Sarkoz y pour ne pas le nommer,
etc. Nous en étudierons trois parmi les plus fréquentes, à savoir ne va pas
me dire et sa variante – on discutera justement de savoir s’il s’agit d’une
véritable variante- ne me dis pas que p, et cela va sans dire, dans des phrases
du type suivant :
1.
Tes mains ! Dans quel état sont-elles ! Ne me dis pas que c’est ton
chantier qui les a arrangées de la sorte… (A.-M. Garat, L’enfant des
ténèbres, 2008)
1
Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41427-P « Estudio
semántico-pragmático de los operadores discursivos en francés contemporáneo »,
financé par le Ministère de l’Economie et de la Compétitivité espagnol.
Un grand merci aux relecteurs pour leurs remarques et leurs conseils.
2
38 2.
3.
Juliette Delahaie
Il n’y a presque aucun effort à faire, l’eau est chaude. Qui est-ce qui
peut se fatiguer ? Il n’y a pas moyen de se fatiguer. Ne va pas me
dire que tu es fatiguée. La Bouchère. -non, je ne suis pas fatiguée.
(P. Claudel, Le soulier de satin, 1929)
Les trois filles aux voix d’or sont aussi très bonnes pianistes et, cela
va sans dire, parfaites futures maîtresses de maison. (S. Weil, Chez
les Weil : André et Simone, 2009)
Avec Fromilhague (1995), on peut qualifier ces trois expressions de « figures
du double langage », dans laquelle énonciation et énoncé ne coïncident pas.
Notre objectif sera d’expliquer le fonctionnement de cette non-coïncidence,
thématique qui a déjà été étudiée par Authier-Revuz (entre autres, 1995)
dans le cadre de la modalisation autonymique du dire, modalisation définie comme l’émergence d’une hétérogénéité constitutive de la parole. Nous
essaierons quant à nous d’apprécier cette non-coïncidence d’un point de
vue essentiellement sémantique, et ceci à plusieurs niveaux de fonctionnement. Tout d’abord pour ces trois expressions, qualifions-les ainsi pour le
moment, une interprétation « classique » de la négation est impossible, et
le modèle polyphonique bien connu de ce phénomène, dans toutes ses variantes (voir Anscombre & Ducrot 1983 ou Nølke 1992), peine à expliquer
leur fonctionnement. Ensuite, le propre de la prétérition est de permettre
au locuteur de ne pas prendre totalement en charge la responsabilité de son
énoncé. Cette non-coïncidence se traduit différemment selon nos expressions, et l’on explorera les modalités de non-prise en charge d’une assertion
p, soit parce que p est considéré comme « allant de soi » et en quelque sorte
connu de tous (cela va sans dire, p), soit que p soit attribué à un allocutaire, fictif ou réel (ne me dis pas/ne va pas me dire que p). Enfin, on étudiera au passage
la non-coïncidence qui semble se dégager de l’utilisation de l’auxiliaire aller
et d’un impératif, dans ne va pas me dire/ne me dis pas, qui n’a plus vraiment
une valeur injonctive.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
39
1. Le cadre théorique
Nous nous placerons dans le cadre d’une sémantique non-vériconditionnelle qui semble s’imposer d’elle-même ici, puisque les conditions de vérité
de la phrase sont quelque peu malmenées. Nous nous inspirerons essentiellement des travaux qui ont été faits dans le cadre de la théorie de la
pragmatique intégrée (Anscombre & Ducrot 1983), théorie selon laquelle,
à grands traits, les mots sont pourvus, dès le niveau sémantique, d’instructions pragmatiques qui conditionnent notamment les enchaînements dans
la phrase, mais renvoient également à des valeurs sémantiques autres que
vériconditionnelles, comme ici des attitudes du locuteur par rapport à son
énoncé. On utilisera notamment la théorie de la polyphonie dans la langue
qui a fait ses preuves en matière d’explication de la négation, et telle qu’elle
a été utilisée dernièrement par Anscombre & al. (2013) à propos des opérateurs discursifs du français.
2. Analyse distributionnelle et état des lieux dans les
dictionnaires
2.1. Corpus et dictionnaires
Cela va sans dire apparaît dans le dictionnaire de l’Académie en 1740
(3e édition), sous la forme cela s’en va sans dire :
On dit prov. Cela s’en va sans dire, pour dire, que la chose est certaine, incontestable,
qu’elle n’a pas besoin d’être expliquée.
Et dans le Dictionnaire critique de l’abbé Féraud (1787) :
Cela s’en va sans dire (quelques-uns ajoutent, comme le bréviaire de Messire Jean),
cela est tout simple, et coule de source ; il n’est pas nécessaire de le dire. “vous ne
sauriez trop aimer Brancas, La Garde et d’Hacqueville. Pour l’Ab. de Grignan, cela
s’en va sans dire. Sév.
40 Juliette Delahaie
L’expression est donc formée sur le verbe réfléchi s’en aller, qui a un sens
particulier et effectivement conforme aux définitions de l’expression données ci-dessus : « se dit aussi en parlant d’un mouvement insensible qui
aboutit à quelque fin […] » (Furetière, Dictionnaire universel, 1690).
La première attestation que l’on trouve dans Frantext est de la même
époque :
4.
On y voit une Junon, qui ne laisse pas, malgré sa gravité et sa prud’
hommie, de se divertir comme les autres. Pour Venus, cela va sans
dire, c’étoit son métier, (N. Lenglet du Fresnoy, De l’usage des romans,
1734)
Le nombre d’occurrences relevées dans cette base de données est assez
élevé : 265 occurrences de 1734 à 2011. L’expression bénéficie par ailleurs
d’une certaine aura politique depuis la fameuse maxime de Talleyrand,
réputé pour aimer que les choses soient dites très clairement : « si cela va
sans dire, cela ira encore mieux en le disant » (1814).
La documentation statistique et dictionnairique pour ne me dis pas/ne
va pas me dire est en revanche quasiment inexistante : aucune mention n’y
est faite dans les dictionnaires actuels et anciens, et l’expression elle-même,
malgré sa grande familiarité à l’oreille de tout locuteur francophone de
France, ne possède que peu d’occurrences dans Frantext : 4 occurrences de
ne va pas me dire, dont la première date de 1814 :
5.
« moque-toi de moi, reste à Paris, aie des amants, que tout le monde
le sache, n’écris jamais, eh bien ! Je t’en aimerai 10 fois davantage. Si
ce n’est pas là folie, fièvre, délire ! ! Et je ne guérirai pas de cela (oh !
Si pardieu, j’en guérirai) ; mais ne va pas me dire que tu es malade,
n’entreprends pas de te justifier. Bon dieu ! Tu es pardonnée » (Napoléon Ier, Lettres à Joséphine)
et 120 de ne me dis pas que p, dont la première date du XVIe :
6. SEVERIN
C’est tout un, car je te promets que, si tost qu’ils seront sortis, que je la
vendray, et la deusse je bailler pour un escu moinspou qu’elle ne m’a cousté.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
41
FRONTIN
Voire, et les esprits y auront faict dommage de plus de vingt cinq escus.
SEVERIN
Mon Dieu ! ne me dis pas cela, tu me fais geler le sang ! Helas ! cecy
ne m’advient par ma faulte, ains par les pechez d’Urbain. Où est il, ce
meschant ?
(P. de Larivey, Les esprits, 1579)
On peut expliquer cette faible fréquence dans Frantext par le fait qu’il s’agit
d’une expression avant tout orale, nécessitant la présence d’un dialogue,
réel ou fictif. Or une grande partie des textes de cette base relève avant
tout du genre narratif. L’absence de référence à cette expression dans les
dictionnaires questionne en revanche son statut, d’autant plus que cela va
sans dire est quant à elle bien répertoriée dans les articles portant sur dire.
On peut cependant se poser la question pour nos trois expressions : s’agit-il
d’expressions figées, de marqueurs discursifs, de verbes au sens plein ? Une
analyse distributionnelle de nos formes nous donnera quelques éclaircissements sur leur fonctionnement.
2.2. Analyse distributionnelle
2.2.1. Cela va sans dire/il va sans dire que p
Cela va sans dire est une incise, c’est-à-dire une proposition insérée dans
une autre proposition, sans coordonnant ni subordonnant (voir Beyssade
2014). Elle apporte un commentaire épilinguistique sur une proposition principale, un peu à la manière d’un adverbe d’énonciation du type
franchement. Cela va sans dire constitue même souvent, dans les données de
Frantext, le second commentaire épilinguistique d’un premier commentaire portant sur l’énoncé principal :
7.
Notre devoir est de vivre (noblement, cela va sans dire), mais rien
de plus. (G. Flaubert, Correspondance, 1860)
42 Juliette Delahaie
Comme les adverbes que l’on appelle « incidents »3, cela va sans dire a une
portée large et il est détaché prosodiquement, ce qui peut se marquer par
une virgule, mais aussi par une forme de ponctuation beaucoup plus forte
comme la parenthèse :
8.
Vauvenargues, comme esprit, c’est bien plus (cela va sans dire) que
M De Séricourt ; c’ est un disciple de Pascal, le premier disciple en
mérite, un Pascal plus doux, plus optimiste, plus confiant en la nature
humaine loyale, généreuse, et qu’ il juge trop par lui : âme bien née, il
croyait à la nature. (C. Sainte-Beuve, Port-Royal : t.1, 1840)
A l’instar d’un certain nombre d’adverbes de phrase, cela va sans dire semble
en fait répondre aux propriétés propres aux marqueurs discursifs, telles
qu’elles ont été énoncées par Dostie & Pusch (2007) ou Rodríguez Somolinos (2009) – et dont on retrouve plus anciennement les principaux
éléments en analyse conversationnelle chez Schiffrin (1987) – : il s’agit
d’abord d’une structure figée qui n’admet ni d’insertion adverbiale -?? tu
dois ranger ta chambre avant de sortir, cela va absolument sans dire/ ?, ni d’ajout
pronominal – ? tu dois ranger ta chambre avant de sortir, cela va sans le dire, si
bien que le verbe dire s’est ici éloigné de sa construction actancielle habituelle, c’est-à-dire avec compléments direct et indirect (dire quelque chose
à quelqu’un). Nous avons vu que l’expression était de plus relativement
autonome dans l’énoncé même si sa mobilité, nous le verrons ci-dessous,
est en réalité restreinte ; ce critère souvent invoqué4 n’est d’ailleurs pas
si général que cela, Andersen (2007) ayant par exemple montré qu’il ne
s’appliquait pas aux « marqueurs discursifs propositionnels » du type tu
vois, tu sais, etc. L’expression, comme la plupart des marqueurs discursifs,
est aussi optionnelle sur le plan syntaxique et elle ne contribue pas au
contenu propositionnel de l’énoncé. Enfin, elle apporte une information
3
4
Voir néanmoins Bonami et Godard (2005) qui révisent les notions d’incidente et de
parenthétique dans un modèle anglo-saxon, mais que nous ne suivrons pas ici.
« [les marqueurs discursifs] n’entrent pas dans une structure argumentale et ils
peuvent occuper différentes positions par rapport à un énoncé, s’ils ne sont pas
utilisés comme mots-phrases » (Dostie & Pusch, 2007 : 4). Les auteurs indiquent
eux-mêmes que cette liste de propriétés est en réalité trop étroite pour circonscrire
l’ensemble des marqueurs discursifs.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
43
sur l’attitude du locuteur par rapport à son énoncé, dernier point qui que
nous traiterons dans les chapitres suivants.
Nous avons dit infra que cela va sans dire était une construction figée
et à la position syntaxique finalement relativement contrainte, cependant
il existe une sorte de variante, sous la forme il va sans dire (que p). Contrairement aux verbes parenthétiques du type je pense/je trouve qui peuvent
constituer des marqueurs discursifs propositionnels (cf. Andersen 2007)
et qui acceptent une complétive en que p, cela va sans dire ne permet une
telle construction, du moins n’est-ce pas attesté dans les corpus (Frantext
notamment). En revanche la forme très proche il va sans dire peut être
suivie ou non de que p (avec indicatif). Cependant, plutôt que de voir
dans cette dernière forme une proposition principale suivie d’une complétive, on considérera qu’il s’agit d’un marqueur discursif suivi d’une
proposition en que p, à l’image de probablement que p. Il va sans dire/cela va
sans dire possèdent d’ailleurs certaines caractéristiques communes avec
l’adverbe modal5 probablement, et notamment, ce qui nous intéresse ici,
leur valeur essentiellement rhématique. Celle-ci se repère à travers la
position syntaxique particulière de ces adverbes. En effet, contrairement
à la description générale qui est faite des adverbes de phrase, cela va sans
dire/il va sans dire sont mauvais en position frontale mais bien meilleurs
en incise ou en finale, comme probablement :
(7) –Qu’est-ce que va faire Max demain soir ? – Il va sortir, probablement.
–Qu’est-ce que va faire Max demain soir ? – ? Probablement, il va sortir.
–Qu’est-ce que va faire Max demain soir ? – Il va sortir, et probablement, il
ira au ciné.
(8) –
–
–
–
Qu’est-ce que va faire Max demain soir ?
Il voit sa maîtresse, cela/il va sans dire.
??Cela/il va sans dire, il voit sa maîtresse.
Il voit sa maîtresse, et cela/il va sans dire, il va rentrer tard.
Dans Frantext, la forme cela va sans dire n’apparaît que 4 fois sur 265 occurrences en position initiale. Et encore, dans ces rares cas, cela va sans dire
5
Voir par exemple Molinier & Levrier (2000) pour une description de la sous-catégorie des adverbes modaux, adverbes de phrases « disjonctifs d’attitude ».
44 Juliette Delahaie
fait moins office de commentaire épilinguistique et secondaire que de
proposition à part entière, comme dans les exemples ci-dessous où cela va
sans dire est coordonné par et à une seconde proposition indépendante, ou
introduit par la conjonction de subordination parce que :
Comme on le voit, la propension à investir n’est pas illimitée. Cela va
sans dire et ce n’ est pas seulement valable pour les investissements
industriels qui sont les plus importants, mais aussi pour les investissements de l’agriculture […]. (F. Perroux, L’économie du XXe siècle, 1960)
10. […] en effet, il y a une autre autorité qui domine tout le reste. On s’
aperçoit qu’ on oublie toujours d’ en parler… pourquoi ? … parce
que cela va sans dire ? … par pudeur ? (J. Romain, Les hommes de
bonne volonté : t.16, Verdun, 1938)
9.
Il en est de même pour il va sans dire, qui apparaît seulement 4 fois à l’initiale d’un énoncé sur les 132 occurrences sans que p, et qui peut également
faire office de proposition à part entière :
11. Quant au moral, il va sans dire. (P. Reverdy, Le livre de mon bord :
notes, 1936)
Il va sans dire que p est donc largement préféré en début d’énoncé, et il est très
fréquemment utilisé dans Frantext (467 occurrences de il va sans dire que p
contre 132 de il va sans dire). Or Anscombre & Delahaie (à par.) ont montré
qu’il existait le même contraste entre probablement, très mauvais en début
d’énoncé, et probablement que p. Ils expliquent cela par la valeur fondamentalement rhématique de probablement : cet adverbe occupe difficilement la
position frontale qui est plutôt la position du thème ; la forme adverbe que
p jouerait ainsi un rôle similaire à celle des constructions clivées en c’est X
que qui servent à mettre en valeur un rhème à l’initiale d’un énoncé. On
peut donc rapprocher il va sans dire que p de probablement que p, où il va sans
dire est à la fois rhématique et pourvu d’une valeur énonciative, exprimant
une attitude du locuteur à l’égard de p, proche, malgré sa construction
relativement contrainte, d’un marqueur discursif. Les deux constructions
il va sans dire/ il va sans dire que p apparaissent à des périodes très proches et
postérieures à cela va sans dire, d’après les données de Frantext au cours du
XIXe siècle :
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
45
12. Vous chicanez, mon cher ami ; il va sans dire que j’entends parler
d’une qualité réelle. (J. De Maistre, Les soirées de Saint-Pétersbourg ou Entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence, 1821)
13. D’autres instruments, façonnés grossièrement, il va sans dire, furent
ainsi fabriqués, lames de rabot, haches, hachettes, bandes d’acier qui
devaient être transformées en scies, ciseaux de charpentier, puis, des
fers de pioche, de pelle, de pic, des marteaux, des clous, etc. (J.Verne,
L’Île mystérieuse, 1874)
L’écart chronologique est assez mince et ne permet pas de confirmer qu’il y
ait eu un processus de grammaticalisation, marqué par le phénomène assez
fréquent de la troncature. De plus, il n’y a pas de changement sémantique
ou d’affaiblissement particulier qui permette de différencier il va sans dire que
p de il va sans dire. Ainsi, il est possible que il va sans dire soit issu d’une troncature de il va sans dire que p, par ailleurs largement plus employé que la forme
courte (467 occurrences contre 132 dans Frantext), non par grammaticalisation, mais par imitation avec cela va sans dire. Enfin dernière hypothèse, il
peut s’agir également de deux constructions concomitantes, où il va sans dire
que p est construit sur le même modèle que probablement que p qui apparaît
également au milieu du XIXe siècle. Il va sans dire que p est dans tous les cas à
mettre en étroite corrélation, non pas avec il va sans dire, mais avec cela va sans
dire, beaucoup plus ancien et mauvais à l’initiale d’un énoncé.
Il va sans dire que p serait donc plus qu’une variante puisque l’expression n’a pas la même position syntaxique, et l’on peut se poser la question de la différence entre les deux pronoms il et cela. En fait, le pronom
neutre il ne permet pas de reprendre anaphoriquement une proposition, il
étant « référentiellement vide » (Riegel et al., 2002 : 450, Cf. Kleiber 1990).
Cela en revanche permet la reprise d’une proposition. Cette différence
explique la distribution complémentaire de cela va sans dire/il va sans dire. En
effet, cela va sans dire peut constituer une incise ou apparaître en fin d’énoncé, cela renvoyant alors à un segment de discours généralement explicite,
placé avant ou après l’expression :
14. – Ce qui est drôle, se reprit l’amie, c’est que tes filles ne se ressemblent
pas entre elles et pourtant… chacune a quelque chose de toi. Je buvais du petit-lait, cela va sans dire. (M.Chaix, L’été du sureau, 2005)
46 Juliette Delahaie
15. Les hommes sont forts, honnêtes, serviables et compréhensifs. Ils
relèvent, cela va sans dire, tout défi qu’on leur lance avec fanfaronnade, mais ils sont les moins jaloux du monde tant que ce n’est
pas aux dépens de leur honneur. (A. Ampâté Bâ, Oui mon commandant !, 1994)
On remarquera alors que il va sans dire est bien meilleur en (15) qu’en (16),
et peu acceptable lorsque cela va sans dire sert à marquer un accord à la suite
d’une assertion :
16. – D’autres conditions ?
– Une autre. Je veux connaître le véritable J..L..B..
Pas question que j’aille au charbon sans savoir qui m’y
envoie.
–
Cela va sans dire/ ??il va sans dire. Vous rencontrerez J..L..B., cet
après-midi, à seize heures trente précises. (D. Pennac, La petite
marchande de prose, 1989)
Or dans ce cas, cela renvoie à l’énoncé du premier interlocuteur, qu’il commente et valide. Cette capacité de reprise ou renvoi à un segment discursif
explique la distribution différente de cela/il va sans dire.
Par ailleurs, phénomène assez rare, cela n’est que très rarement remplacé par la forme ça ; il n’existe en effet que 10 occurrences de ça va sans
dire dans Frantext, de 1831 à 1979, ce qui peut s’expliquer par le caractère
fortement figé de l’expression, mais surtout selon nous, parce que celleci est moins propre à l’oral qu’à l’écrit. Il n’y a ainsi aucune occurrence
de cela va sans dire dans les corpus disponibles de français parlé contemporain consultés (la base de données ESLO2 et CFPP), alors qu’elle est
relativement fréquente dans Frantext, mais aussi dans les corpus d’écrit
journalistique ; la base de données Factiva présente ainsi 140 occurrences de cela va sans dire -et aucune de ça va sans dire- dans différents journaux francophones, pour les trois derniers mois à partir de septembre
2015. L’on connaît l’opposition traditionnelle entre ça et cela telle qu’elle
peut être véhiculée par les grammaires, ça étant considéré comme une
forme familière par rapport à cela qui relèverait d’un langage soutenu.
En fait, comme Anscombre (1998) avait déjà noté, il semble que ça soit
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
47
plutôt réservé à l’oral, tandis que cela relèverait préférentiellement de
l’écrit. Cette préférence pour cela au détriment de ça est intéressante si
l’on considère que cela va sans dire fait partie de la catégorie des marqueurs
discursifs. En effet, cela remet en question l’idée assez répandue selon
laquelle les marqueurs discursifs seraient surtout utilisés à l’oral6.
2.2.2. Ne va pas me dire/ne me dis pas que p
Ne me dis pas/ne va pas me dire que p a en apparence un fonctionnement
syntaxique beaucoup plus simple, mais se pose néanmoins le problème
de son statut. En effet, s’agit-il d’une forme verbale au sens plein ou bien
d’une forme semi-figée s’apparentant à un marqueur de discours ? Peutêtre ne pourra-t-on simplement pas répondre à cette question tant la définition sémantique et syntaxique du marqueur discursif est fluctuante ;
tout au moins pourra-t-on énumérer un certain nombre de propriétés.
D’une part, à l’instar des marqueurs discursifs qui sont des expressions
plus ou moins figées, ne me dis pas/ne va pas me dire ne possèdent que très
peu de variantes, c’est-à-dire des formes susceptibles les remplacer, au
prix cependant de quelques variations sémantiques. Ainsi peut-on élire à
ce titre tu ne vas pas me dire/tu ne me diras pas/ne viens pas me dire/tu n’es pas en
train de me dire/tu ne serais pas en train de me dire, mais absolument pas tu ne
me dis pas :
17. ne me dis pas/ne va pas me dire/tu ne vas pas me dire/tu ne
me diras pas/tu ne serais pas en train de me dire/tu n’es pas en
train de me dire/*tu ne me dis pas que tu es contre l’unité d’action,
dit Henri. Ça serait joli si la gauche commençait à se diviser ! (S. de
Beauvoir, Les Mandarins, 1954)
Futur et futur périphrastique remplacent donc l’impératif, mais l’impératif
n’a pas, dans notre expression, de valeur directive littérale. Nous verrons
6
Voir par exemple Dostie & Pusch (2007 : 4), sans doute influencés par l’analyse
conversationnelle anglo-saxonne qui s’est avant tout intéressée à l’oral, et aux marqueurs discursifs : « les MD sont des mots, particulièrement usités dans la langue
orale, qui n’entrent pas dans les classes grammaticales traditionnelles ».
48 Juliette Delahaie
plus loin quels sont les ponts entre ces différents tiroirs verbaux. Contrairement aux marqueurs discursifs, ne me dis pas/ne va pas me dire que p n’est
pas optionnel sur le plan syntaxique et généralement, il est impossible de
l’enlever :
18. a. –Enfin, te voilà ! Ne me dis pas que je ne t’ai pas manqué,
car toi tu es irremplaçable. (Hervé dit toujours la vérité, même
caricaturale.) (J. Kristeva, Les Samouraïs, 1990)
b. ?? –Enfin, te voilà ! Je ne t’ai pas manqué, car toi tu es irremplaçable. (Hervé dit toujours la vérité, même caricaturale.)
Enfin, ne me dis pas/ne va pas me dire ne jouit bien sûr d’aucune autonomie
dans la phrase. Ce trait, avec la non-optionnalité sur le plan syntaxique,
l’éloigne de la catégorie du marqueur de discours, cependant d’un point
de vue sémantique, nous verrons par la suite que les choses ne sont pas si
claires. On remarquera pour l’instant que ne me dis pas/ne va pas me dire que
p ne fonctionne qu’en situation de dialogue :
19. – Je le fais aussi par amitié.
–Ne me dis pas que c’est par amitié puisque tu es payé, dit-elle en
accélérant le pas. (M. Levy, L’étrange voyage de M. Daldry, 2011)
Dans cet exemple le locuteur reprend les paroles de l’allocutaire « c’est par
amitié ». Il se peut également qu’il attribue à l’allocutaire des propos qui
n’ont pas été explicitement prononcés :
20. – Ellik, tu lui as dit que t’étais mariée ?
– …
–Non ! Ne me dis pas que depuis le temps qu’il vient te voir tous les soirs tu
lui en as jamais touché un mot ? (K. Bernfeld, Les portes de l’espérance, 2003)
Fondamentalement dialogal, ne me dis pas/ne va pas me dire que p exprime toujours une réaction par rapport à un énoncé ou une situation, si bien qu’il ne
peut jamais véritablement commencer un dialogue. Qui plus est, p renvoie
toujours à une assertion préalable, considérée comme connue des interlocuteurs. Cette propriété, associée à la négation, rapproche ces expressions
de cela va sans dire, ce que nous traiterons dans la suite de cette étude.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
49
3. Ne me dis pas/ne va pas me dire, analyse sémantique
3.1. Fonctionnement de la négation dans ne me dis pas/ne va pas me dire
Nous n’avons pas trouvé à ce jour de bibliographie sur l’interprétation
de la négation dans les expressions qui nous occupent, aussi s’appuiera-t-on sur les principes de base de la négation tels qu’ils ont été énoncés
dans plusieurs modèles de la polyphonie dans la langue (Anscombre &
Ducrot 1983, Nølke 1992, Anscombre 1990). On partira du principe
différentiel selon lequel « énoncés positifs et énoncés négatifs ne sont
pas symétriques. Les implicites qu’il peut y avoir dans un énoncé négatif
et dans un énoncé positif n’ont pas le même statut » (Anscombre, 1990 :
97), principe que l’on retrouve également chez Ducrot (1984 : 216) :
« l’affirmation est présente dans la négation d’une façon plus fondamentale que ne l’est la négation dans l’affirmation. » Ces remarques sont
d’autant plus vraies dans le cas qui nous occupe, puisque l’énonciation
de ne pas dire p revient à dire p assez clairement, mais de quelle manière
exactement ?
On sait que la négation est justiciable d’une interprétation polyphonique, et l’on rappellera les principes de bases de la théorie de la polyphonie
tels qu’énoncés entre autres dans Anscombre (2009) et Anscombre & al.
(2013) : tout discours est caractérisé par un ensemble de points de vue ou
pdv ; un pdv correspond à un rôle discursif et se décompose sous la forme
d’un contenu linguistique associé à une source, c’est-à-dire un acteur discursif auquel s’identifiera ou non le locuteur, entité construite dans et par
le discours. Dans ce cadre (et dès Anscombre & Ducrot 1983), la négation
présente deux points de vue, un premier qui défend le contenu de la phrase
dépourvue de la négation, et un autre qui est tenu pour responsable de
la négation. Par exemple, dans l’énoncé Ne me dis pas qui est le coupable, il y
aurait un pdv1 : « Dis-moi qui est le coupable », et un pdv 2 : « ne me dis pas
qui est le coupable ». Le locuteur du tout s’oppose au pdv1 qui a pu être
soutenu par un autre locuteur et prend en charge le pdv2. La négation est
donc conçue comme le siège de deux points de vue, avec des différences,
50 Juliette Delahaie
que l’on ne développera pas ici, selon qu’il s’agit d’une négation descriptive,
polémique ou métalinguistique7.
Le problème c’est que nos trois expressions, et en l’occurrence ne
me dis pas/ne va pas ma dire, ne peuvent relever d’une interprétation « classique » de la négation ; ainsi l’énoncé ne me dis pas qu’il est le coupable, ne peut
relever du même schéma que ne me dis pas qui est le coupable. On essaiera de
reprendre le modèle de base et de comprendre le fonctionnement de ne me
dis pas/ne va pas me dire que p, en faisant un petit détour au préalable par la
valeur de l’impératif dans nos expressions.
Nous avons déjà dit que le propre de ne me dis pas/ne va pas me dire que p
était de mettre en place une scène dialogale, en attribuant à un allocutaire
le dire de p, tout en l’appelant à ne pas dire. La formule est donc à l’intersection de la fonction d’expression et de la fonction d’appel. Selon Bühler
(1950 : 70 sq.) en effet8, la signification est composée de trois fonctions
fondamentales et indépendantes : représentation, expression (concernant
la subjectivité du locuteur) et enfin appel (centrée sur l’allocutaire). En
ce qui concerne ne me dis pas/ne va pas me dire que p, sont au centre de ses
valeurs les fonctions d’expression et d’appel (Bühler dit que le langage de
l’ordre en est l’illustration exacte) : ne me dis pas/ne va pas me dire que p constitue en effet un acte de langage indirect, puisque l’appel littéral à ne pas dire
p est doublé par une seconde valeur sémantique, qui est l’expression d’un
refus de p, jugé comme inacceptable et/ou déjà connu (comme en 21).
On serait dans le cadre d’un acte illocutoire dérivé non marqué, dans la
mesure où le premier acte primitif (l’appel à ne pas dire) n’est pas oblitéré
par la seconde valeur (à la différence par exemple de pouvez-vous me passer
le sel ? voir Anscombre 1980).
7
8
Cf. Anscombre (1990 : 93–94). L’énoncé dans lequel apparaît la négation métalinguistique se présente comme s’opposant à une parole effective ; avec la négation
polémique, « le locuteur s’oppose à un énonciateur que sa propre énonciation met
en scène, sans l’assimiler à l’auteur d’un discours effectif » ; la négation descriptive
enfin, est vue comme l’état de fait qui justifierait le dialogue cristallisé dans la négation polémique, dialogue en quelque sorte « effacé » dans la négation descriptive.
Merci à J.C. Anscombre qui a bien voulu m’envoyer son article à paraître sur le
marqueur voyons (cf. Bibliographie, à par.), et qui utilise cette référence pour traiter
ce marqueur.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
51
On raisonnera à partir de l’exemple suivant :
21. Ils m’ont couru après. J’ai voulu remonter dans le train d’où je venais.
Ne me dis pas que c’est idiot, je le sais.
– C’était le train de Dax ? Celui qui reste à Bordeaux sept minutes
au minimum ?
(H. De Monferrand, Journal de Suzanne, 1991)
L’énonciateur de ne me dis pas que c’est idiot attribue à l’allocutaire l’énoncé
(non réellement prononcé) c’est idiot et exprime son opposition à ce dernier. Le locuteur de ne me dis pas/ne va pas me dire que p fait donc comme si
que quelqu’un avait dit p, soit le locuteur lui-même à un instant T’, soit
son allocutaire, soit un allocutaire fictif, et il ne prend pas en charge cette
assertion, au contraire il s’y oppose. On est donc en présence d’une forme
de négation paradoxale, puisque ne me dis pas que p implique (dire p), mais
aussi l’expression d’une opposition au contenu de p. Il y aurait alors au
moins trois points de vue :
–
–
–
pdv1 : p
pdv2 : « appel à ne pas dire que p »
pdv3 : opposition à p
Le premier point de vue est attribué à un allocutaire, fictif ou réel, qui
aurait prononcé p, tandis que les pdv 2 et pdv 3 sont pris en charge par le locuteur du tout, qui reconnaît l’existence de p mais s’y oppose ( pdv 3). Dans
la négation classique le locuteur considère le pdv 1 comme faux ; ici, au
contraire, il considère le pdv 1 comme vrai, mais exprime son opposition :
« ne pas dire p pour montrer p et s’y opposer ». Il s’agit ainsi d’une sorte
de « refus montré », et ne me dis pas/ne va pas me dire que p aurait des affinités avec les termes de monstration9, notion qui regroupe des interjections (aïe), des adverbes ( franchement) ou des marqueurs discursifs servant
à montrer un énoncé et non à l’exprimer. On remarquera que, comme la
plupart des termes de monstration, ne me dis pas/ne va pas me dire exprime
souvent une forme d’emphase, il peut notamment être associé à la modalité exclamative et la répétition :
9
Cf. Anscombre (1990). C’est la différence entre « aïe » et « j’ai mal » par exemple.
52 Juliette Delahaie
22.« ne me dis pas, ne me dis pas qu’elle est morte ! » il se jeta sur
Dorothée en baisant ses pieds, ses genoux et ses cuisses. (P.J. Jouve,
La scène capitale, 1935)
3.2. Ne me dis pas et ne va pas me dire : valeur sémantique de l’auxiliaire aller
Quelle est la valeur de l’auxiliaire aller dans ne va pas me dire que p ? Il s’agit à
première vue, non d’une valeur temporelle, mais d’une valeur « extraordinaire », terme employé par Damourette & Pichon : l’auxiliarisation du verbe
aller « confère au verbe dont l’infinitif le suit un caractère dérangeant par
rapport à l’ordre attendu des choses » (Damourette & Pichon, 1911–1936 :
108). Le verbe aller ne se retrouve pas qu’avec le verbe dire dans ces emplois
directifs : « tu ne vas pas manger ça quand même ! », et il s’agit en fait d’une
valeur modale déjà bien identifiée par les grammairiens du 17e selon Bres
& Labeau (2013). Ces auteurs donnent quelques critères qui permettent de
distinguer l’extraordinaire des autres emplois de l’auxiliaire : d’abord « il est
possible d’effacer l’auxiliaire et de déplacer le temps verbal sur le procès »,
au prix du sacrifice d’une nuance près. En effet, pour Bres & Labeau (2013),
avec l’auxiliaire aller, « le locuteur porte un jugement sur le procès auxilié : il
le signale à son interlocuteur comme dérangeant par rapport à l’ordre attendu des choses » ; c’est-à-dire que le locuteur rejette le procès comme ce qu’il
considère comme inacceptable ou souhaitable, hors de la sphère normée
en tout cas : ce que dit aller, « en emploi extraordinaire, c’est que le locuteur
pose le procès qui suit l’auxiliaire comme au-delà de la limite de ce qui
doit être, déontico-axiologiquement ou épistémiquement. ». Un des critères
donnés est la possibilité de gloser le tour par l’évaluation négative c’est inacceptable, et la combinaison fréquente avec la négation. Cette interprétation de
l’auxiliaire aller convient parfaitement à la valeur sémantico-pragmatique de
nos expressions ne me dis pas/ne va pas me dire que p, mais elle peine à mettre
au jour les différences. Pourtant, il existe des contextes où ne va pas me dire10
est moins bon, lorsque p est attribué à un allocutaire réel, dans un dialogue :
10
L’expression ne viens pas me dire conviendrait en revanche parfaitement. Nous avons
choisi ne me dis pas/ne va pas me dire, mais il y aurait une étude entière à faire sur toutes
les variantes autour de ne me dis pas que p.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
53
23. – Je le fais par amitié
– Ne me dis pas que c’est par amitié, je ne te crois pas
– ? Ne va pas me dire que c’est par amitié, je ne te crois pas.
En revanche, ne va pas me dire est beaucoup plus acceptable lorsque l’allocutaire reste indéterminé, ou en tout cas lors que p, dans ne va pas me dire
que p, est attribué de manière fictive à l’allocutaire
24. – Je fais ça pour elle
–Non tu le fais pour toi, et ne va pas me dire que c’est par amitié,
je ne te crois pas.
Autrement dit, l’auxiliaire aller ne peut pas permettre de renvoyer à une
énonciation antérieure explicite, et l’on peut supposer qu’il reste ici quelque
chose de sa valeur temporelle.
4. Cela va sans dire
4.1. Le naturel selon cela va sans dire
Cela va sans dire peut être glosé par l’adverbe de phrase naturellement. Ainsi dans le Trésor de la Langue française, naturellement adverbe d’énonciation
« marque que le locuteur juge que ce qu’il entend est dans la norme », et
le dictionnaire donne comme synonymes bien sûr, bien entendu, cela va de soi,
naturellement. Naturellement, comme cela va sans dire, « présente toujours ce
sur quoi il porte comme allant de soi » (Amiot & Flaux, 2005 : 92). Ils
peuvent apparaître tous deux comme marqueurs d’accord :
25. –
–
Il ne t’a pas demandé autre chose, des fois ?
Voyons, qu’est-ce que tu vas imaginer !
n ce domaine, j’ai l’imagination assez vive. Pour un rien. La table d’à
E
côté, un brin de toupet : de l’étoupe, mon imagination s’enflamme. Ce
type met le feu aux poudres.
54 Juliette Delahaie
– Je n’imagine rien, bien sûr. Avec toi, je suis tranquille.
– Naturellement !
– Cela va sans dire. Seulement, cette agréable soirée avec ton charmant médecin, tandis que moi, pauvre âme esseulée… (S. Doubrovsky, Le livre brisé, 1989)
Molinier & Levrier (2000) classent naturellement parmi les disjonctifs d’attitude modale, qui parmi d’autres critères, peuvent constituer une réponse
à une question totale sans être soumis à des restrictions particulières ;
c’est également le cas de cela va sans dire :
26. – Est-ce que Pierre part demain ?
– Cela va sans dire/naturellement
Comme les modaux et tous les disjonctifs d’attitude, cela va sans dire accompagne nécessairement des énoncés assertifs :
27. a. J’attends Luc, et cela va sans dire, il est encore en retard.
b. ?? Est-il en retard, cela va sans dire ?
Ce rapprochement avec naturellement permet en fait de comprendre le
fonctionnement de la négation dans cela va sans dire : s’il n’est pas la peine
de dire, c’est que p fait partie d’un savoir partagé, pris en charge par un
ON-locuteur dont fait partie le locuteur lui-même.
4.2. Cela va sans dire : fonctionnement polyphonique
On peut également rapprocher cela va sans dire des incises de citation du
type dit-il. Certes notre expression n’appartient pas à cette catégorie, parce
qu’entre autres critères, il n’y a pas inversion du sujet ; cependant, il y
a bien quelqu’un qui parle, et qui n’est pas le locuteur du tout, c’est un
ON-locuteur : dans cela va sans dire, p, le locuteur se place du point de vue
d’une communauté linguistique à laquelle il dit appartenir. L’allocutaire
en revanche ne fait pas forcément partie de ce ON-locuteur, ce qui explique pourquoi cela va sans dire peut servir de réponse à une vraie question, ou une demande de confirmation :
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
55
28. – Le front national va-t-il gagner ?
– Cela va sans dire.
29. – Le front national a gagné n’est-ce pas ?
– Cela va sans dire.
Par rapport à ne me dis pas/ne va pas me dire, cela va sans dire présente donc
une autre forme de négation paradoxale. Il s’agit toujours d’un jeu entre
dire et ne pas dire, en revanche dans cela va sans dire, p, où p est pas attribué
à un allocutaire quelconque, mais aussi à un ON-locuteur. On partira de
l’exemple suivant et l’on essaiera encore une fois de raisonner à partir du
modèle classique :
30. Tes filles ne se ressemblent pas entre elles et pourtant… chacune
a quelque chose de toi. Je buvais du petit-lait, cela va sans dire.
(M.Chaix, L’été du sureau, 2005)
Il y a également deux points de vue :
– pdv1 : « je buvais du petit lait », attribué à quelqu’un qui n’est pas le
locuteur au moment où il dit cela va sans dire
– pdv2 : « je buvais du petit lait », attribué à un ON-locuteur auquel le
locuteur L appartient
– pdv3 : « pdv1 n’a aucun sens car pdv2 », dont il est la source
On se trouve face à une négation paradoxale : le locuteur prend en
charge le pdv 3, et adhère au pdv 2 dont il n’est pas la source, la source
étant un ON-locuteur, communauté linguistique à laquelle il se présente
comme appartenant, mais il s’oppose au pdv 1 qui a le même contenu.
Ainsi lorsque cela va sans dire marque un accord, le locuteur reprend les
propos p de son interlocuteur, en les présentant comme relevant d’un
ON-locuteur, enlevant ainsi à son allocutaire la responsabilité de ses
propos :
31. – V
ous savez, messieurs, cette source, c’est une source comme une
autre, ni plus ni moins ! Ce sont les gens qui parlent !
– Mais bien entendu, mon cher monsieur, cela va sans dire mais cela
c’est l’affaire du spécialiste des public-relations. Ne vous en inquiétez pas ! (H. Vincenot, Le Pape des escargots, 1972)
56 Juliette Delahaie
5. Conclusion
Les trois expressions étudiées sont intéressantes par la remise en question qu’elles proposent des modèles d’explication de la négation. Le phénomène n’est pas restreint à l’ensemble étudié, et l’on pourra mettre dans
le même groupe d’autres formes plus orales comme j’te dis pas, j’dis ça
j’dis rien, qui ont toutes en commun de permettre au locuteur de ne pas
prendre en charge entièrement la responsabilité de ce qu’il dit. Elles ont
permis également de questionner la catégorie des marqueurs discursifs,
dont les propriétés et critères distinctifs sont encore à étudier.
Bibliographie
Amiot, D. et Flaux, N. (2007) : « Naturellement en position détachée », in
N. Flaux et D. Stosic, Les constructions détachées : entre langue et discours,
Arras, Artois Presses Université, p. 75–102.
Andersen, H.L. (2007) : « Marqueurs discursifs propositionnels », Langue
française, 154, 13–28.
Anscombre, J.-C. (1980) : « Voulez-vous dériver avec moi ? », Communications, 32, p. 61–124.
Anscombre, J.-C. & Ducrot, O. (1983) : L’argumentation dans la langue,
Bruxelles, Mardaga.
Anscombre, J.-C. (1990) : « Thème, espace discursif et représentation événementielle », in Anscombre, J.-C. & Zaccaria, G. (éd.) (1990), Fonctionnalisme et pragmatique. A propos de la notion de thème, Milan, Unicopli,
p. 43–150.
Anscombre, J.-C. (2009) : « La comédie de la polyphonie et ses personnages », Langue française 164, p. 11–31.
Anscombre, J.-C., Donaire, M.-L., Haillet, P.P (2013) : Opérateurs discursifs
du français. Eléments de description sémantique et pragmatique, Berne, Peter
Lang.
Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »
57
Anscombre, J.-C. (à par.) : « Les marqueurs en voir : de la fonction d’appel
à la fonction métalinguistique. Le cas des formes impératives vois/
voyons/voyez », Scolia.
Anscombre, J.-C. & Delahaie, J. (à par.) : « Les constructions en adverbe
que p en français. Essai de caractérisation d’une matrice lexicale productive ».
Authier-Revuz, J. (1995) : Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et
non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.
Beyssade, C. (2012) : « Le statut sémantique des incises et des incidentes
du français », Langages, 2012/2, n° 186, p. 115–130.
Bonami, O. & Godard, (2007) : « Quelle syntaxe, incidemment, pour les
adverbes incidents ? », Bulletin de la Société de linguistique de Paris,
vol. CII, p. 255–284.
Bres, J. & Labeau, E. (2013) : « Les auxiliaires aller et venir et l’allure extraordinaire », Journal of French Language Studies, vol. 23/2, p. 151–177.
Bühler, K. (1934/2009) : Théorie du langage, Agone, Paris.
Damourette & Pichon, J. (1911–1936) : Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française (tome 5), Paris, D’Artrey.
Dictionnaire (1690) : Dictionnaire universel. Antoine Furetière, en ligne :
<www.classiques-garnier.com>.
Dictionnaire (1740) : Dictionnaire de l’Académie française, 3e édition.
Dictionnaire (1787–1788) : Dictionnaire critique de la langue française de l’abbé
Féraud, en ligne : portail atilf.
Dostie, G. & Pusch, C. (2007) : « Les marqueurs discursifs. Sens et variation. Présentation », Langue française, 154/2, p. 3–12.
Ducrot, O. (1984) : Le dire et le dit, Paris, Minuit.
Fromilhague, C. (1995) : Les figures de style, Paris, Nathan.
Kleiber, G. (1990) : « Quand il n’a pas d’antécédent », Langages, 97, p. 24–50.
Molinier, C. & Levrier F. (2000) : Grammaire des adverbes. Description des
formes en – ment, Genève, Droz.
Nølke, H. (1992) : « Ne…pas : négation descriptive ou polémique ?
Contraintes formelles sur son interprétation », Langue française, 94,
p. 48–67.
Riegel, M., Pellat, J.-C. & Rioul, R. (2002, 1ere éd. 1994) : Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.
58 Juliette Delahaie
Rodríguez Somolinos, A. (2011) : « Présentation : Les marqueurs du discours – approches contrastives », Langages, 184, p. 3–12.
Schiffrin, D. (1987) : Discourse markers, Cambridge : Cambridge University
Press.
TLF, Trésor de la langue française, Dictionnaire du 19e et du 20e siècles (1789–
1960), en ligne.
Corpus et bases de données
Corpus d’Orléans, ESLO1 et ESLO2, Université d’Orléans : <http://eslo.
huma-num.fr>.
Corpus de Français Parlé Parisien des années 2000, Université Paris 3-Sorbonne
nouvelle : <http://cfpp2000.univ-paris3.fr/>.
Factiva, <https://global.factiva.com/>.
Frantext, ATILF : <www.frantext.fra>.
Quand le locuteur renonce à tergiverser :
les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
Sandrine Deloor
UMR 7187 LDI, Université de Cergy-Pontoise
Introduction1
Cet article est consacré aux emplois des marqueurs autant dire, pour tout dire
et disons-le en tant que connecteurs intra-phrastiques (P(xn) marqueur (y)).
Par exemple :
(1)Moi, je suis née (P) dans une ambassade (x n), autant dire dans le champagne
(y). (A. Nothomb, Pétronille, 2014)
(2)La place d’Italie m’a toujours semblé (P) biscornue (x n), pour tout dire mal
fichue (y). (L. Deutsch, Métronome, 2009)
(3)Un caprice de l’écrivain transforme ma mère (P) en petite coureuse (xn),
disons-le : en pute (y). (F. Weyergans, La vie d’un bébé, 1986, Frantext)
Cadre théorique
L’étude que nous présentons relève d’une conception « syntagmatique » de la
description sémantique (Anscombre & Ducrot, 1978 : 353). Nous postulons
que l’interprétation d’un mot dépend de « l’environnement discursif » dans
1
Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41427-P « Estudio
semántico-pragmático de los operadores discursivos en francés contemporáneo »,
financé par le Ministère de l’Economie et de la Compétitivité espagnol.
60 Sandrine Deloor
lequel il se présente (Anscombre & Ducrot, 1978 : 355 ; Haillet, 2007 : 15),
c’est-à-dire non seulement du contexte linguistique dans lequel il apparaît,
mais aussi de la situation dans laquelle il est employé et des savoirs communs
convoqués par l’énonciation. Dans ce cadre, la description sémantique d’un
mot est conçue comme un ensemble d’ « instructions » (Anscombre & Ducrot, 1983) indiquant (i) avec quels éléments de l’environnement discursif
le mot interagit, (ii) quel type d’interaction il met en place et (iii) comment
construire l’interprétation résultant de cette interaction.
1. Données distributionnelles
Dans les emplois que nous étudions2, les trois marqueurs mettent en relation deux séquences à l’intérieur de la phrase. Ils sont en général placés
2
Faute de place, nous n’analysons dans cette section que les propriétés distributionnelles des trois marqueurs en tant que connecteurs intra-phrastiques. On trouvera
ci-dessous des exemples d’autres emplois :
(i)Je vis de la charité d’autrui, autant dire que je meurs de faim. (E.E. Schmitt,
La secte des égoïstes)
(ii)Je n’avais autant dire pas dormi ; mais j’étais on ne peut plus réveillé. ( J. Romains, Quand le navire, Frantext)
(iii)C’était tellement exceptionnel que Mlle Raymond en resta suffoquée. Pour
tout dire, depuis qu’elle travaillait pour le maire d’arrondissement, ça ne s’était
même jamais vu. (P. Lemaître, Au revoir là-haut)
(iv)J’écrivais dans mon coin, des poèmes, des récits de rêves, des fragments de
journal intime, des ébauches de fiction, des textes que je ne travaillais pas,
parce que je n’avais pas compris qu’il fallait travailler, et que généralement
je ne terminais pas non plus. C’était néanmoins une activité, pour tout dire,
d’élection. ( J. Echenoz et Al., Dans l’atelier de l’écrivain, Frantext)
(v)Quand le contrat sera ensuite renégocié chaque année, l’essentiel du profit sera
réalisé par TF1 et Endemol. Disons-le : à partir de la « Star Ac’ 3 », Universal
ne dégage quasiment plus de profit avec l’émission. (P. Nègre, Sans contrefaçon)
(vi)I l y a des hommes qui insinuent que M. Mitterrand avait dû quitter le gouvernement de M. Laniel, l’année dernière, dans des conditions, disons-le, déshonorantes. (P. Mendès-France, Oeuvres complètes, Frantext).
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
61
entre les deux séquences (configuration P(xn) marqueur (y) : exemples (1),
(2) et (3)) mais on peut également les trouver à droite de la seconde séquence (configuration P(xn) (y) marqueur) :
(4)Ça n’est pas une chose ordinaire de se fier à une fille, et surtout à (P) une fille
de ton âge (x n) – une gamine (y) autant dire. (G. Bernanos, Nouvelle histoire de
Mouchette, 1937, Frantext)
(5)Saint-Hiver s’est fait assassiner, on l’a (P) torturé (xn), massacré (y) pour tout
dire, il n’est absolument pas visible. (D. Pennac, La petite marchande de prose, 1989)
(6)Marie s’ennuie. Le flegme de son époux la rend (P) colérique et capricieuse
(x n), insupportable (y) disons-le. (<http://pickachu.over-blog.net/>)
Dans la très grande majorité des cas, les trois marqueurs mettent en relation des syntagmes de même type : ainsi, en (1) et (3) xn et y sont des
syntagmes prépositionnels, en (2) et (6) des adjectifs, en (4) des syntagmes
nominaux et en (5) des participes passés.
Si nous avons choisi de noter la première séquence xn, c’est parce que,
contrairement à y, cette séquence peut comporter plusieurs constituants
juxtaposés. C’est le cas par exemple en (7), (8) et (9) :
(7)Nelly m’a toujours dit que pour porter un short ou un bermuda, il fallait être
absolument dépourvue de fesses : or celles de Charonne sont (P) monumentales (x1), dignes d’une Vénus hottentote (x 2), autant dire affreuses (y).
(E. Bayamack-Tam, Je viens, 2015)
(8)Nous pouvons donc ici, pour une fois, suivre les médias dans leur qualification
d’« historique » de la manifestation du 11 janvier, une qualification (P) intense
(x1), répétitive (x 2), obsessionnelle (x 3), incantatoire (x4), pour tout dire religieuse (y). (E. Todd, Qui est Charlie ?, 2015)
(9)La raison contre les élans du cœur : c’est cette partition (P) binaire (x1), manichéenne (x 2), stupide (y) disons-le, mais structurante dans tout sermon éditocratique qui se respecte, que joue ici Sœur Caroline […] (<http://lmsi.net/Retourde-flamme>)
Notons que cette configuration est rare avec autant dire alors qu’elle est
très courante avec pour tout dire et disons-le.
Dans la configuration P(xn) marqueur ( y), les locutions autant dire, pour
tout dire et disons-le sont séparées de la séquence de gauche par une pause.
62 Sandrine Deloor
A l’écrit, cette pause est généralement marquée par une virgule dans le
cas de pour tout dire et disons-le, et par une virgule ou un point dans le cas
de autant dire. Alors que pour tout dire et autant dire introduisent directement
le segment de droite, disons-le est systématiquement séparé de y par une
pause, représentée à l’écrit par une virgule ou deux points. Enfin, dans la
configuration P(xn) (y) marqueur, aucun des trois marqueurs n’est précédé
d’une pause. On a :
P(xn ), pour tout dire ( y).
P(xn ), autant dire ( y). ou P(xn ). Autant dire ( y).
P(xn ), disons-le, ( y) ou P(xn ), disons-le : ( y).
P(xn ) ( y) marqueur.
Contrairement à autant dire, les locutions pour tout dire et disons-le peuvent
être déplacées en tête de phrase. Néanmoins ce déplacement entraîne
un changement de sens radical : une fois en tête de phrase, pour tout dire
et disons-le ne mettent plus en relation deux séquences à l’intérieur de la
phrase mais portent sur toute la phrase (cf. note 2) :
(1bis) *Autant dire, je suis née dans une ambassade, dans le champagne.
(2bis) Pour tout dire, la place d’Italie m’a toujours semblé biscornue, mal fichue.
(3bis) D
isons-le : un caprice de l’écrivain transforme ma mère en petite coureuse,
en pute.
2. Analyse sémantico-pragmatique de autant dire
2.1. Corpus représentatif
Nous proposons ci-dessous un corpus représentatif des emplois du marqueur autant dire en tant que connecteur intra-phrastique :
(10)Il n’a pas avoué qu’il l’avait tuée. Et les seules preuves qu’on ait contre lui, c’est
la parole de Brown. Autant dire rien. (M.E. Coindreau, Lumière d’août, 1935,
Frantext)
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
63
(11)Il n’y aurait plus quinze cents à deux mille initiés, mais quarante mille, autant
dire tout le monde. (M. Déon, La Carotte et le bâton, 1960, Frantext)
(12)Il n’ose compter les heures passées à atteindre cette quarante-huitième page.
Le bouquin en compte exactement quatre cent quarante-six. Autant dire cinq
cents. 500 pages ! S’il y avait des dialogues, encore. Tu parles ! (D. Pennac,
Comme un roman, 1992)
(13)En Chine, l’agriculture a été inventée il y a 8 500 ans, dans le Shanxi et le
Henan. Une région de riches terres limoneuses, traversée par le Houang Ho,
le fleuve Jaune, et qui se situe grosso modo à 500 kilomètres au sud-ouest de
Pékin. Les premières plantes cultivées ont été le millet des oiseaux et quelques
légumes, dont le chou et le navet. Autant dire pas grand-chose. ( J.M. Pelt
et al., La plus belle histoire des plantes, 2004)
(14)« Allô Bernard ? C’est François. Je vais venir en Corrèze demain, est-ce que
tu pourrais m’organiser une visite chez les Chirac, à Bity ? » […] La sécurité
autour d’un déplacement du chef de l’État nécessite un brin d’organisation.
Or, ce vendredi 18 juillet 2013, il est environ 19 heures – autant dire déjà le
week-end. (E. Karlin, Le président qui voulait vivre ses vies, 2014)
(15)Le lendemain matin, Adamsberg appela son bureau dès son lever. L’homme
avait été cercler dans le 5e arrondissement, rue Saint-Jacques, autant dire à
deux pas de la rue Pierre-et-Marie-Curie où Madeleine Châtelain avait été
égorgée. Suite de la conversation, pensa Adamsberg. Quelque chose comme :
« Rien ne m’empêchera de tracer un cercle près du lieu du meurtre. » (F. Vargas, L’homme aux cercles bleus, 1991)
(16)[…] le fonctionnaire n’est pas décidé à se laisser faire, et sa défense les prend
de court : oui, il a bien autorisé le départ du train, mais c’est suite à la demande
expresse du ministère de l’Air à Berlin. Autant dire de Göring. (L. Binet,
HHhH, 2010)
(17)Retancourt lui tendit sa torche et Adamsberg éclaira le visage de son prisonnier. Puis il lui passa les menottes, un anneau attaché au poignet de Retancourt. Autant dire à un arbre. (F. Vargas, Pars vite et reviens tard, 2001)
2.2. Hypothèse descriptive
L’hypothèse que nous proposons pour rendre compte du sens des énoncés de type P(xn), autant dire (y) est la suivante :
64 Sandrine Deloor
(i) Le locuteur présente P(xn) comme une formulation conforme à la
réalité et rigoureusement objective.
P(xn) n’a pas d’orientation argumentative marquée. Le locuteur est
conscient que son interlocuteur pourrait tirer de P(xn) de multiples conclusions R1, R 2 , R n.
(ii)Afin de communiquer son appréciation de la situation à son interlocuteur, le locuteur compare P(xn) à P(y) :
(ii-1)Contrairement à P(x n), P(y) n’est pas présenté comme conforme à la
réalité. Il s’agit d’une formulation assumée comme non strictement
adéquate par le locuteur en raison de son caractère approximatif,
exagéré ou imagé. D’un point de vue vériconditionnel, P(y) est soit
faux, soit non évaluable parce que non objectif.
(ii-2)Le locuteur présente la différence entre P(xn) et P(y) comme négligeable : dire P(xn) ou P(y) revient au même, les conséquences que
l’on peut tirer de P(y) valent pour P(xn).
(iii)En mettant en regard P(xn) et P(y), le locuteur permet à son interlocuteur d’identifier, parmi R1, R 2 , R n, la conclusion R qu’il vise. R est
la conclusion qui peut être tirée à la fois de P(xn) et de P(y).
Nous appliquons ci-dessous cette hypothèse à l’exemple (1) :
(i)P(x n) [ Je suis née dans une ambassade] est présenté comme une formulation
conforme à la réalité et rigoureusement objective. L’opinion du locuteur sur ce
qu’implique le fait d’être né dans une ambassade ne transparaît pas dans cette
formulation. Le locuteur est conscient que son interlocuteur pourrait tirer de
cette phrase de multiples conclusions. Par exemple : R1 qu’il est habitué à vivre
à l’étranger, R 2 qu’il est polyglotte, R 3 qu’il est issu d’une famille aisée, R4 qu’il
est habitué au luxe, etc. En fait, tous les stéréotypes3 attachés à P(x n) [ Je suis
née dans une ambassade] sont susceptibles d’être activés.
(ii)Afin de communiquer son appréciation de la situation à son interlocuteur, le
locuteur compare P(x n) [ Je suis née dans une ambassade] à P(y) [ Je suis née
dans le champagne].
3
Sur la théorie des stéréotypes, voir notamment Anscombre (2010a).
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
65
(ii-1)P(y) [ Je suis née dans le champagne] est clairement faux. C’est une image.
(ii-2)Le locuteur présente la différence entre P(x n) [ Je suis née dans une ambassade] et P(y) [ Je suis née dans le champagne] comme négligeable : dire P(x n)
[ Je suis née dans une ambassade] ou P(y) [ Je suis née dans le champagne]
revient au même, les conséquences que l’on peut tirer de P(y) [ Je suis née dans
le champagne] valent pour P(x n) [ Je suis née dans une ambassade].
(iii)En mettant en regard P(x n) [Je suis née dans une ambassade] et P(y) [Je suis née
dans le champagne], le locuteur permet à son interlocuteur d’identifier, parmi
R1, R 2, R 3 et R4, la conclusion R qu’il vise. Le champagne n’a pas de lien avec le
fait de vivre à l’étranger (R1) ou de parler plusieurs langues (R 2). R1 et R 2 doivent
donc être écartées. Parmi les stéréotypes associés au champagne, il y a l’idée
d’argent et de luxe, deux idées proches de R 3 [Je suis issue d’une famille aisée] et
R4 [Je suis habituée au luxe]. Ce sont donc ces conclusions que vise le locuteur.
2.3. Eléments de démonstration
•
Trait 1 : Caractère factuel de P(xn) (cf. i)
Le premier trait sémantique que nous avons mis en avant est le caractère
factuel et objectif de P(xn). On peut le vérifier dans les différents exemples
proposés ci-dessus. Quoi de plus objectif qu’un nombre (ex. (11) et (12)),
une date (ex. (14)) ou une localisation spatiale (ex. (1) et (15)) ? Quoi de
plus objectif que la liste des premières plantes cultivées en Chine (ex.
(13)), le nom du ministère dont provient un ordre (ex. (16)), le nom du
policier au poignet duquel est attaché un prisonnier (ex. (10)) ou le nom de
la seule personne ayant témoigné contre un suspect (ex. (17)) ?
•
Trait 2 : Fausseté ou non objectivité de P(y) (cf. ii-1)
Contrairement à P(xn), P(y) n’est pas présenté comme conforme à la réalité.
A la suite de J. Authier-Revuz (1995 : 652), on peut distinguer deux
types de nominations « non strictement adéquates » : (a) les nominations
métaphoriques, « dans lesquelles on peut très schématiquement décrire
l’écart du “pas vraiment” entre le mot et la chose, comme résultant de
l’articulation d’un “pas du tout” à un certain plan, mais d’un “tout à fait
comme” à un autre » et (b) les nominations approximatives, « dans lesquelles l’écart à la pleine, ou stricte coïncidence relève simplement – par
66 Sandrine Deloor
rapport à la “contradiction” de la métaphore – d’un “pas tout à fait” » –
une valeur particulière de l’approximation étant « celle, extrêmement fréquente, liée au caractère absolu du sens de X (rien, sans, tout, jamais, définitivement, même d’identité, etc.), d’une atténuation apportée au degré excessif
du dire ».
La distinction entre nomination métaphorique et nomination approximative permet de caractériser la plupart des exemples de notre corpus :
Nominations métaphoriques
Exemples (1) et (17)
Nominations approximatives
Exemples (12), (13), (14) et (15)
Cas particulier de nomination approximative :
la référence au degré extrême
Exemples (10) et (11)
On remarquera que l’approximation exprimée par P(y) peut être minorante (ex. (10) et (13)) ou majorante (ex. (11), (12) et (14)).
D’après notre hypothèse, la non conformité de P(y) résulte soit de sa
fausseté soit de sa non objectivité. Deux cas se présentent : (i) si P(xn) et
P(y) s’excluent mutuellement, alors P(xn) est présenté comme vrai et P(y)
comme faux ; (ii) si P(xn) et P(y) ne s’excluent pas mutuellement, alors
P(xn) est présenté comme objectif et P(y) comme non objectif. Parmi tous
les exemples proposés, seuls (4), (7), (13) et (15) relèvent du cas (ii).
Si nous n’avons pas commenté l’exemple (7) lorsque nous avons illustré
le trait 1, c’est parce que, dans cet exemple, l’objectivité n’est pas une caractéristique intrinsèque de P(xn) : c’est la présence du marqueur autant dire qui
impose de considérer les commentaires du locuteur sur la taille des fesses de
Charonne comme une description objective de la réalité. Il est intéressant
de noter que, même dans cet exemple où l’objectivité de P(xn) n’est pas une
donnée préalable, l’inversion de P(xn) et P(y) est impossible :
(7bis) * Les fesses de Charonne sont affreuses, autant dire monumentales.
L’inacceptabilité de (7bis) est aisément explicable : même s’il ne peut être
considéré comme une donnée factuelle, un jugement sur la taille est toujours plus objectif qu’un jugement sur la beauté.
L’hypothèse descriptive que nous avons proposée permet de prévoir
que, dans un enchaînement de type P(xn) autant dire (y), xn et y ne sont jamais
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
67
corréférentiels. Contrairement aux marqueurs de reformulation c’est-à-dire
et autrement dit, autant dire n’est pas acceptable en (18) :
(18)
*Le RPR, autant dire le Rassemblement pour la République, n’est pas contre
la cohabitation. (Exemple inspiré de Charolles & Coltier, 1986)
En (19), l’impossibilité d’une lecture corréférentielle oblige à comprendre
que Jacques Chirac et le président du RPR sont deux personnes différentes
et que le président du RPR est manoeuvré par Jacques Chirac :
(19)Le président du RPR, autant dire Jacques Chirac, n’est pas contre la cohabitation. (Exemple inspiré de Charolles & Coltier, 1986)
•
Trait 3 : Insuffisance argumentative de P(xn) (cf. i)
Trait 4 : C’est la mise en regard de P(xn) et P(y) qui permet
d’identifier la conclusion R parmi les conclusions envisageables
(cf. iii)
Selon notre hypothèse, la conclusion R que vise le locuteur de P(xn) autant
dire (y) est l’une des conclusions que l’on peut tirer de P(xn) mais ce n’est
pas la seule et elle n’est pas forcément saillante dans la situation de discours. L’exemple (14) permet d’illustrer cette affirmation. Pris dans son
intégralité, (14) est un argument pour R [Il est trop tard pour que nous
puissions nous organiser] :
P(xn) autant dire (y) donc R / *donc non R : Ce vendredi 18 juillet 2013, il est
environ 19 heures – autant dire déjà le week-end. Il est donc trop tard pour nous
puissions nous organiser / *Nous avons donc tout notre temps pour nous organiser.
Force est de constater que, seul, P(xn) peut être utilisé aussi bien pour
défendre R que non R :
P(xn) donc R / non R : Ce vendredi 18 juillet 2013, il est environ 19h. Il est donc
trop tard pour nous puissions nous organiser / Nous avons donc tout notre temps
pour nous organiser.
En revanche le segment P(y) impose la conclusion R :
68 Sandrine Deloor
P(y) donc R / *donc non R : C’est déjà le week-end. Il est donc trop tard
pour nous puissions nous organiser / *Nous avons donc tout notre temps
pour nous organiser.
Notons que cette démonstration n’est pas possible pour une grande partie
des énoncés du corpus. Par exemple, en (17), P(y) n’est pas suffisant pour atteindre la conclusion R [Le prisonnier n’avait aucune chance de s’échapper] :
P(y) donc R / donc non R : L’anneau était attaché à un arbre. Le prisonnier n’avait
donc aucune chance de s’échapper / Le prisonnier pouvait donc s’échapper à tout
moment.
Dans cet exemple comme dans la plupart des autres, ce n’est pas P(y) seul
mais la mise en regard de P(xn) et de P(y) qui permet d’identifier la conclusion R parmi les conclusions envisageables : en comparant la policière (qui,
en tant qu’être doué de raison, est capable de surveiller le prisonnier et de
prendre des décisions en cas de comportement anormal, mais qui n’a pas
forcément la force physique pour empêcher sa fuite) à un arbre (symbole
de force et de stabilité, inamovible grâce à ses racines, mais non doué de
raison), le locuteur met en avant les qualités physiques de Retancourt : tant
que l’anneau restera attaché à son poignet, elle saura opposer au prisonnier
la même force de résistance qu’un arbre.
Nous proposons ci-dessous une analyse des autres exemples du
corpus :
P
(xn)
à une fille de ton
(4) C
e n’est pas une
chose ordinaire de âge
se fier
autant dire
(y)
une gamine
R
[ Je prends des
risques en te faisant
confiance]
(7) L
es fesses de
Charonne sont
monumentales,
affreuses
dignes d’une Vénus
hottentote
[Il faut que Charonne
évite les bermudas]
(10) L
es seules preuves
qu’on ait contre
lui, c’est
la parole de Brown
[Nous ne pourrons
pas prouver sa
culpabilité]
rien
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
P
(xn)
autant dire
(y)
R
69
(11) Il y aurait
quarante mille
initiés
tout le
monde
[Nous allons être
débordés]
(12) L e bouquin
compte
quatre cent
quarante-six pages
cinq cents
[C’est un très gros
livre, il faut des mois
pour en venir à bout]
(13) L es premières
plantes cultivées
ont été
le millet des
oiseaux et quelques
légumes, dont le
chou et le navet
pas grandchose
[Les débuts de l’agriculture en Chine n’ont
pas été fulgurants]
(15) L’homme avait été
cercler
dans le 5e arrondissement, rue
Saint-Jacques
à deux pas
de la rue
Pierre-etMarie-Curie
où Madeleine Châtelain avait été
égorgée
[L’homme choisit les
lieux où il cercle pour
envoyer des messages
à la police]
(16) I l a autorisé le
départ du train
suite à la demande
expresse
du ministère de
l’Air à Berlin
de Göring
[Il ne pouvait pas se
soustraire aux ordres
qu’il avait reçus]
3. Analyse sémantico-pragmatique de pour tout dire
et disons-le
3.1. Pour tout dire
3.1.1. Corpus représentatif
On trouvera ci-dessous quelques exemples représentatifs des emplois du
marqueur pour tout dire en tant que connecteur intra-phrastique :
70 Sandrine Deloor
(20)Elle semble soudain terriblement bouleversée. Ça lui arrive souvent. Elle est
émotive, instable pour tout dire. (M. Dugain, Avenue des géants, 2012)
(21)« Four more years. » « Quatre ans de plus. » Tout le monde, sur Twitter, n’a pas le
style, la sobriété, pour tout dire la classe de Barack Obama commentant ainsi
sa réélection à la présidentielle américaine. (P. Duhamel & J. Santamaria, Les
flingueurs, 2014)
(22)« Quand j’aurai fini mon instruction (je compte encore six ans pour cela), je
me joindrai, si cela m’est permis, aux étudiants et aux professeurs qui font
une croisière annuelle dans le Proche-Orient. Je voudrais préciser certaines
connaissances, dit-il avec onction, et j’aimerais aussi qu’il m’arrivât de l’inattendu, du nouveau, des aventures pour tout dire. » (Sartre, La nausée, 1938)
(23)Et, bien entendu, on n’aime pas lire. Trop de vocabulaire dans les livres. Trop
de pages, aussi. Pour tout dire, trop de livres. Non, décidément, on n’aime
pas lire. (D. Pennac, Comme un roman, 1992)
3.1.2. Hypothèse descriptive
L’hypothèse que nous proposons pour rendre compte du sens des énoncés
de type P(xn ) pour tout dire ( y) est la suivante :
(i)Le locuteur fait comme s’il s’était rendu compte, après avoir énoncé
P(xn) :
(i-1) que P(xn) était au-dessous de ce qu’il cherchait à dire
(i-2) que P(y) était plus adéquat que P(xn).
(ii)P(y) est plus adéquat que P(x n) parce que (ii-1) y englobe xn et (ii-2)
y va plus loin que xn.
(iii)Le locuteur n’aurait pas spontanément eu recours à y mais, après
s’être rendu compte que xn était au-dessous de ce qu’il cherchait à
dire et que y englobait xn, il choisit d’assumer la formulation y.
Appliquons cette hypothèse à l’exemple (5) :
(i)Après avoir énoncé la séquence on l’a torturé, le locuteur se rend compte que le
terme torturé est au-dessous de ce qu’il cherche à dire et que le terme massacré
serait plus adéquat.
(ii)Le terme massacré est plus adéquat car il englobe torturé, tout en allant plus
loin.
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
71
(iii)Le locuteur n’aurait pas spontanément utilisé le terme massacré. C’est après s’être
rendu compte que torturé était au-dessous de ce qu’il cherchait à dire et que massacré englobait torturé que le locuteur a choisi d’assumer cette formulation.
3.1.3. Eléments de démonstration
•
Trait 1 : y englobe xn (cf. ii-1)
Si y englobe xn, alors il est prévisible que les enchaînements y, c’est x 1, x 2 ,
xn, etc. et y, c’est x et d’autres choses soient acceptables dans tous les cas. C’est
en effet ce qui se passe :
Massacrer, c’est torturer et d’autres choses.
Etre instable, c’est être émotif et d’autres choses.
Avoir de la classe, c’est avoir du style, de la sobriété, etc.
Des aventures, c’est de l’inattendu, du nouveau, etc.
Notons que la valeur englobante de y est inscrite dans le signifiant de
pour tout dire dans la mesure où c’est à y que renvoie cataphoriquement le
pronom tout. Jusqu’à la moitié du XIXème siècle, il était par ailleurs très
fréquent de trouver aux côtés de pour tout dire les syntagmes en un mot, en
peu de mots, en deux mots et en bref : autrement dit, non seulement y disait
tout mais en plus il le faisait de façon synthétique. Ces co-occurrences
ont fortement diminué depuis 1850 : dans le corpus Frantext, pour tout
dire est suivi de en un mot, en peu de mots, en deux mots ou en bref dans 24%
des occurrences entre 1370 et 1850 et dans 3% des occurrences entre
1850 et 2012.
•
Trait 2 : y va plus loin que xn (cf. ii-2)
J.C. Anscombre (1973) a montré qu’on ne pouvait dire « p et même p’ que si
p et p’ sont situés sur une même échelle relative à une certaine propriété,
p’ y représentant alors un degré supérieur à p – l’inverse n’étant pas vrai
à contexte identique. » (Anscombre, 2010b : 28). Si y va plus loin que x n,
il est donc prévisible que l’enchaînement xn et même y soit acceptable dans
tous les cas et que l’interversion entre xn et y soit impossible. C’est en effet
ce qui se passe :
72 Sandrine Deloor
On l’a torturé et même massacré / *On l’a massacré et même torturé / *On l’a
massacré, torturé pour tout dire.
Elle est émotive et même instable / *Elle est instable et même émotive / Elle est
instable, *émotive pour tout dire.
Il a du style, de la sobriété et même de la classe / *Il a de la classe, de la sobriété et
même du style / *Il a de la classe, de la sobriété, pour tout dire du style.
J’aimerais aussi qu’il m’arrivât de l’inattendu, du nouveau, et même des aventures /
*J’aimerais aussi qu’il m’arrivât de l’inattendu, des aventures et même du nouveau /
*J’aimerais aussi qu’il m’arrivât de l’inattendu, des aventures, du nouveau, pour tout
dire.
•
Trait 3 : pour le locuteur, P(y) est la formulation adéquate (cf. i-2)
Trait 4 : Le locuteur n’aurait pas spontanément eu recours à y
mais, après s’être rendu compte que xn était au-dessous de ce
qu’il cherchait à dire et que y englobait xn, il choisit d’assumer
la formulation y (cf. iii)
En présentant P(y) comme une formulation plus adéquate que P(xn), le locuteur de P(xn ), pour tout dire (y) se met en scène dans une situation d’autocorrection qui peut aller de la rectification proprement dite (si le locuteur a dans
un premier temps choisi xn et non y, c’est parce qu’il s’est trompé) au dévoilement (le locuteur a choisi xn et non y parce qu’il n’osait pas dire le fond de
sa pensée ou parce qu’il craignait que y soit jugé trop audacieux ; après avoir
énoncé P(xn), il décide de sortir de sa réserve), en passant par la maïeutique
(c’est en énonçant P(xn) que le locuteur fait le chemin vers y ; P(xn) est le tâtonnement, la réflexion à voix haute qui permet au locuteur de parvenir au
mot juste). Derrière cette mise en scène, une stratégie rhétorique classique :
même si y est au final préféré, xn a bel et bien été énoncé ; même si y est au
final la seule formulation qui compte, c’est xn qui a permis de l’amener.
L’exemple (8) permet d’illustrer cette stratégie. Dans un premier temps,
le locuteur énumère une série d’adjectifs pour caractériser la façon dont les
médias ont utilisé le terme d’historique pour qualifier la manifestation du 11
janvier 2015 à Paris. Puis il se présente comme se rendant compte, à l’issue
de cette énumération, que l’adjectif religieuse englobe tous ces adjectifs et
est adéquat par rapport à ce qu’il cherche à dire. Bien entendu, cet adjectif
est loin d’être neutre dans le contexte des attentats de Paris. Force est de
constater que, dans cet exemple, l’énumération qui précède pour tout dire n’est
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
73
pas tant un tâtonnement qu’une succession d’affirmations qui permettent
de motiver, de légitimer le recours à y. Sans cette énumération, y paraît
arbitraire et il est difficile de saisir ce qu’entend le locuteur par ce terme :
(8bis) ? Nous pouvons donc ici, pour une fois, suivre les médias dans leur qualification d’« historique » de la manifestation du 11 janvier, une qualification religieuse.
Dans cet exemple, xn est donc non seulement indispensable pour que y soit
admis malgré son caractère polémique mais aussi, de façon plus triviale,
pour qu’il soit tout simplement compris. On remarquera qu’il s’agit-là d’un
effet de sens courant des marqueurs regroupés par J. Authier-Revuz (1995)
dans un paragraphe intitulé « “Le dernier mot” de la nomination : X, Y, en
un mot Z » (en un mot, bref, en somme, pour tout dire, disons-le, pour (puisqu’il faut)
l’appeler par son nom) :
« On voit clairement dans l’ensemble de ces nominations “à progression montrée”,
relevant majoritairement de l’écrit, comment, si les premiers termes proposés sont
affectés d’incomplétude par le dernier donné comme “le” mot enfin atteint, inversement, c’est non pas détachée mais comme élément de nomination complexe, en
s’appuyant à ce qui la précède, que cette formulation ultime peut être risquée – c’està-dire comprise et admise – avec son degré élevé […], son caractère insolite […],
paradoxal […], métaphorique […], sa rareté ou sa néologie […], ou encore son vague
[…]. » (Authier-Revuz, 1995 : 618)
3.2. Disons-le
3.2.1. Corpus représentatif
Nous proposons ci-dessous quelques exemples représentatifs de l’emploi
de disons-le en tant que connecteur intra-phrastique :
(24)Si Léon Blum n’était pas intervenu en Espagne, s’il avait échoué à l’intérieur,
ç’avait été à cause de cette opinion publique anti-Front populaire, disons-le,
anti-française, dont j’avais fait partie. (C. Mauriac, Signes, rencontres et rendez-vous,
1983, Frantext)4
4
Faute de place, nous n’analyserons pas les liens entre disons-le et disons le mot. La proximité entre les deux marqueurs est évidente, comme en témoigne le rapprochement
74 Sandrine Deloor
(25)Mais, encore une fois, il faut à ce genre de transplantation une générosité de
moyens, un ensemble de précautions, disons-le, une tendresse d’éducation,
qui se trouvent réunies rarement. ( J. Michelet, L’oiseau, 1856, Frantext)
(26)C’est parce que vous avez eu de la chance, me dit-il. Vous êtes bien tombé. Et il
s’éloigne. S’il avait raison ! Si j’étais seulement bien tombé, moi qui m’imagine
avoir créé mon bonheur moi-même par mon application, ma persévérance,
mon sens de la vie, disons-le : par mon intelligence ! Si je n’étais que bien
tombé ! ( J. Renard, Journal, 1925, Frantext)
(27)Elles se tournèrent, médusées, vers la blonde et grasse Lily, la plus écervelée
d’entre elles, la plus sentimentale, la moins volontaire, bref, disons-le : la plus
normale. Si l’on avait dû pronostiquer quelle prisonnière inaugurerait la rédaction des feuillets, sûr que Lily aurait été désignée parmi les dernières. Tatiana
d’abord, Olga peut-être, ou bien Irina… mais la suave et ordinaire Lily ? (E.E.
Schmitt, Odette Toulemonde et autres histoires, 2006)
3.2.2. Hypothèse descriptive
L’hypothèse que nous proposons pour rendre compte du sens des énoncés de type P(xn ) disons-le ( y) est très proche de celle que nous avons proposée pour les énoncés de type P(xn ) pour tout dire ( y) :
(i)Le locuteur fait comme s’il s’était rendu compte, après avoir énoncé
P(xn) :
(i-1) que P(xn) était au-dessous de ce qu’il cherchait à dire
(i-2) que P(y) était plus adéquat que P(xn).
(ii) P(y) est plus adéquat que P(x n) parce que y va plus loin que xn.
(iii)y est présenté comme une formulation linguistiquement audacieuse :
le locuteur n’aurait pas spontanément eu recours à y mais, après s’être
rendu compte que xn était au-dessous de ce qu’il cherchait à dire, il
choisit d’assumer la formulation y.
que l’on peut faire entre l’exemple (24) (tiré d’un ouvrage de C. Mauriac publié en
1983) et l’exemple suivant (tiré d’un journal que C. Mauriac rédigea en 1938 et publia
en 1992) : « Mais enfin si Léon Blum n’intervint pas en Espagne, s’il échoua à l’intérieur, ce fut à cause de cette opinion publique anti-Front populaire, disons le mot :
anti-française, dont je faisais, dont mon père faisait partie. » (C. Mauriac, Histoire de
ne pas oublier : Journal 1938, 1992, Frantext)
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
75
Appliquons cette hypothèse à l’exemple (9) :
(i)Après avoir qualifié la partition entre coeur et raison de binaire et manichéenne,
le locuteur se rend compte que ces termes sont au-dessous de ce qu’il cherche
à dire et que le terme stupide serait plus adéquat.
(ii)Le terme stupide est plus adéquat car il va plus loin que binaire et manichéenne.
(iii)Le terme stupide est une formulation linguistiquement audacieuse. Le locuteur
n’aurait pas spontanément utilisé ce terme. C’est après s’être rendu compte que
binaire et manichéenne étaient au-dessous de ce qu’il cherchait à dire qu’il a choisi
d’assumer cette formulation.
3.2.3. Eléments de démonstration
D’après les hypothèses qui viennent d’être présentées, les marqueurs pour
tout dire et disons-le ont des fonctionnements sémantiques très proches.
On ne s’étonnera donc pas qu’ils puissent commuter dans la majorité des
exemples proposés.
Le seul exemple où la commutation semble malheureuse est (3) :
(3ter) ? Un caprice de l’écrivain transforme ma mère en petite coureuse, pour tout
dire en pute / en pute, pour tout dire.
Selon notre description, la différence entre pour tout dire et disons-le est que
pour tout dire souligne le caractère englobant de y par rapport à xn tandis
que disons-le met l’accent sur son caractère linguistiquement audacieux. La
différence d’acceptabilité entre (3) et (3bis) corrobore cette hypothèse.
On remarquera tout d’abord que le test utilisé en 3.1.3. pour prouver le
caractère englobant de y par rapport à xn dans les exemples de type P(xn )
pour tout dire y ne peut s’appliquer aux termes pute et petite coureuse :
*Une pute, c’est une petite coureuse et d’autres choses.
Il est donc prévisible que (3bis) ne soit pas acceptable.
C’est en fait sur le plan connotatif que les termes pute et petite coureuse
divergent : pute est un terme péjoratif et vulgaire alors que petite coureuse
relève de l’euphémisme lorsqu’il est utilisé pour désigner une prostituée
(d’après le Petit Robert, coureuse est le féminin de coureur : « Homme, femme
76 Sandrine Deloor
constamment à la recherche d’aventures amoureuses »). En jugeant le
terme pute plus adéquat que le terme petite coureuse, c’est bien la « nomination audacieuse »5 que choisit le locuteur de (3).
En guise de conclusion : comparaison des trois marqueurs
Nous proposons ci-dessous une comparaison du fonctionnement sémantique des
marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le :
(i) Les trois marqueurs présentent P(xn) comme insuffisant sur le plan
argumentatif :
– Dans P(xn ) autant dire ( y), P(xn) doit être complété pour que l’intention argumentative du locuteur apparaisse clairement.
– Dans P(xn ) pour tout dire ( y) et P(xn ) disons-le ( y), c’est précisément
la faiblesse de P(xn) qui amène le locuteur à proposer la formulation y.
(ii) Dans les trois cas, xn et y sont tout aussi importants l’un que l’autre
car l’un apporte un éclairage sur l’autre :
– Dans P(xn ) autant dire ( y), c’est y qui éclaire P(xn) : l’intérêt de
l’information P(xn) ne peut être compris qu’à travers la comparaison avec P(y).
– Dans P(xn ) pour tout dire ( y) et P(xn ) disons-le ( y), c’est xn qui éclaire
y : la formulation y paraît arbitraire et exagérée si elle n’est pas
précédée de xn.
(iii) Enfin, alors que dans P(xn ) autant dire ( y), P(xn) est présenté comme
une formulation conforme à la réalité et P(y) comme une formulation non conforme, utilisée seulement comme point de comparaison,
c’est l’inverse qui se produit dans P(xn) pour tout dire (y) et P(xn) disons-le
5
Nous reprenons ici une formule utilisée par A. Steuckardt (2005) à propos du marqueur disons le mot : « […] avec disons le mot, qui délivre la nomination audacieuse,
[le locuteur] met en scène un cheminement menant de la réserve vers un acte de
courage linguistique. […] C’est l’héroïsme du dire qui est alors représenté. » (Steuckardt, 2005 : 56).
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
77
(y) où P(y) est présenté comme une formulation plus adéquate que
P(xn).
Cette comparaison permet de prévoir les conséquences de la permutation
de autant dire, pour tout dire et disons-le dans les exemples suivants :
(13bis) Les premières plantes cultivées ont été le millet des oiseaux et quelques
légumes, dont le chou et le navet. Autant dire pas grand-chose. / Pas grand-chose
pour tout dire6 / Pas grand-chose, disons-le.
(16bis) […] le fonctionnaire n’est pas décidé à se laisser faire, et sa défense les prend
de court : oui, il a bien autorisé le départ du train, mais c’est suite à la demande
expresse du ministère de l’Air à Berlin. Autant dire de Göring / De Göring pour
tout dire / De Göring, disons-le.
(17bis) Retancourt lui tendit sa torche et Adamsberg éclaira le visage de son prisonnier. Puis il lui passa les menottes, un anneau attaché au poignet de Retancourt.
Autant dire à un arbre / *A un arbre pour tout dire / *A un arbre, disons-le.
(1ter) Moi, je suis née dans une ambassade, autant dire dans le champagne / *dans
le champagne pour tout dire / *dans le champagne, disons-le.
–
–
6
En (13bis), autant dire et disons-le sont utilisés pour clarifier l’intention
du locuteur alors que pour tout dire semble introduire une opinion que
le locuteur vient tout juste de se forger : avec autant dire et disons-le, le
locuteur a toujours considéré que « le millet et quelques légumes »
étaient peu de choses ; avec pour tout dire, on a l’impression qu’il le
découvre en parlant.
En (16bis), la permutation de autant dire, pour tout dire et disons-le a des
conséquences frappantes sur le plan vériconditionnel : la proposition
[le fonctionnaire a reçu un ordre de Göring] est fausse avec autant
dire et vraie avec pour tout dire et disons-le. Avec autant dire, le locuteur
Dans plusieurs des exemples proposés dans cette conclusion, l’insertion de pour
tout dire est possible dans des exemples où y n’englobe pas xn. Il semble que, dans
ces exemples, la ponctuation forte rapproche l’emploi de pour tout dire des emplois
inter-phrastiques cités dans la note 2 (on remarquera en effet qu’avec une ponctuation faible, pour tout dire serait moins facilement acceptable). Dans la mesure où nous
ne prenons pas en compte le trait « y englobe xn » dans notre comparaison des trois
marqueurs, ce problème a peu d’impact sur notre propos.
78 –
Sandrine Deloor
établit une comparaison entre le ministère de l’air à Berlin et Göring
pour mettre en évidence le fait qu’il ne pouvait se soustraire à l’ordre
reçu. Avec pour tout dire et disons-le, on a l’impression que le locuteur
se refusait à avouer quelle était la provenance exacte de l’ordre qu’il
avait reçu et qu’il s’y résout finalement.
La même description vaut pour (17bis) et (1ter), avec des conséquences fâcheuses dans le cas de pour tout dire et disons-le puisque la
rectification qu’ils introduisent imposent une lecture corréférentielle
de xn et y en (17bis) (Retancourt est un arbre) et une interprétation
littérale de Je suis née dans le champagne en (1ter).
Références bibliographiques
Anscombre, J.C. (1973), « Même le roi de France est sage », Communications,
20, pp. 40–82.
Anscombre, J.C. (2010a), « A la croisée des chemins : la théorie des stéréotypes », in C. Alvarez Castro, Flor M.ª Bango de la Campa &
M.ª Luisa Donaire (éds.), Etudes sur la combinatoire et la hiérarchie des
composants, Peter Lang, Berne.
Anscombre, J.C. (2010b), « Les exclamatives : intensification ou hautdegré ? » ; Langue française, 177, pp. 23–36.
Anscombre, J.C. & Ducrot, O. (1978), « Lois logiques et lois argumentatives », Le Français Moderne, vol. 46, n° 4, pp. 347–357.
Anscombre, J.C. & Ducrot, O. (1983), L’argumentation dans la langue, Pierre
Margada, Bruxelles.
Authier-Revuz, J. (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et
non-coïncidences du dire, Larousse, Paris.
Charolles, M. & Coltier, D. (1986), « Le contrôle de la compréhension
dans une activité rédactionnelle : éléments pour une analyse des reformulations paraphrastiques », Pratiques, 49, pp. 51–66.
Quand le locuteur renonce à tergiverser : les marqueurs autant dire, pour tout dire et disons-le
79
Haillet, P.P. (2007), Pour une linguistique des représentations discursives, Duculot,
Paris.
Steuckardt, A. (2005), « Les marqueurs formés sur dire », in A. Steuckardt
& A. Niklas-Salminen (éds), Les marqueurs de glose, Publications de
l’université de Provence, pp. 51–65.
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je :
s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?1
M aría Luisa Donaire
Université d’Oviedo, groupe OPÉR AS
Introduction
Le choix de ces trois unités répond à une certaine homogénéité formelle
qui pourrait faire présumer une homogénéité sémantique. Elles ont en
commun la formulation à la première personne et donc la présence de
je, et un verbe au conditionnel : dire dans le cas de je dirais et de comment
dirais-je ?, et savoir modalisant dire dans je ne saurais dire. Il s’agit de « verbes
parenthétiques »2 ou « faibles » ou « à rection faible »3. D’un point de vue
sémantico-pragmatique, ces trois unités ont en commun leur fonctionnement comme marqueurs de discours et la présence d’une double référence :
référence à l’énonciation (par la présence de je) et référence à l’énoncé (par
la présence de dire).
Ces trois marqueurs ont deux autres propriétés en commun : le fait
que, formellement, ils constituent à eux seuls un énoncé4, et leur emploi
en incise. Cependant, les différences formelles sont aussi saillantes : forme
affirmative dans je dirais, négative dans je ne saurais dire et interrogative dans
1
2
3
4
Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-21427-P « Étude
sémantico-pragmatique des opérateurs discursifs en français contemporain », financé par le Ministère espagnol chargé de la recherche.
C’est l’étiquette appliquée par Andersen (1996) qu’elle emprunte à J.O. Urmson,
dans « Parenthetical verbs », in Ch. E. Caton (éd.), University of Illinois Press, Chicago, 1970, pp. 220–240.
Voir Willems et Blanche-Benveniste (2010).
On peut les classer parmi les « marqueurs discursifs propositionnels » (Andersen,
2001).
82 María Luisa Donaire
comment dirais-je ? ; dans deux d’entre eux c’est le verbe dire qui est au conditionnel, tandis que dans je ne saurais dire c’est le verbe savoir. Quant à leur
fonctionnement contextuel, je ne saurais dire admet certaines insertions (te/
vous, trop), ce qui n’est pas le cas pour je dirais et pas souvent pour comment
dirais-je ? Par ailleurs, je dirais connaît une variante avec inversion dirais-je et
comment dirais-je une variante sans inversion.
Les dictionnaires et les grammaires, ainsi que certains linguistes5,
voient en général dans je dirais et je ne saurais dire des conditionnels d’atténuation6 et dans comment dirais-je ? un marqueur d’hésitation7. Mais l’observation d’un vaste corpus, constitué par des textes divers, tant littéraires
que de presse, ainsi qu’oraux8, permet de détecter, sous les apparences,
des valeurs énonciatives qui questionnent tant ces considérations parfois
intuitives que ce que la surface donne à observer.
Concrètement, je dirais ne semble pas aisément commutable dans
toutes ses occurrences avec la forme de présent je dis, ce qui, d’après
Haillet (2002), permettrait de le classer parmi les formes d’atténuation9.
Comparer, à ce propos, d’une part Je voudrais vous faire part de mes réflexions
sur l’interview de Michel-David Weill10, où l’équivalence avec je veux apparaît
5
6
7
8
9
10
Voir, par exemple, Abouda (2001) à propos de je dirais.
C’est le cas dans le Trésor de la langue française informatisé.
Guy Barrier (La communication non verbale. Comprendre les gestes : perception et signification, Paris, Éditions ESF, 2010 : 29) inclut aussi j’dirais parmi les marqueurs d’hésitation : « Une des marques de l’hésitation du locuteur lors d’une prestation orale,
est l’usage de séquences dites phatiques, telles que : « euh, hein, disons, j’dirais,
j’veux dire, j’allais dire, comment dirais-je, quelque part, un p’tit peu, voyez-vous,
si vous voulez, n’est-ce pas… ».
Des textes postérieurs à 1960 sur Frantext (F), Corpus de la Parole (CP), Corpus
de Français Parisien des années 2000 (CFPP), ELICOP, ESLO, base de données
Wortschatz (W ) et plusieurs journaux. Complété avec les données fournies par un
dépouillement personnel.
« Notre approche [de l’atténuation] […] consiste à considérer, d’une part, que la
relation évoquée ci-dessus s’établit entre deux énoncés en tant que deux représentations du procès correspondant, et d’autre part, que l’interprétation de l’un comme
« version atténuée » de l’autre ne peut avoir lieu que dans les environnements discursifs compatibles avec ces deux représentations » (Haillet, 2002 : 66).
Exemple emprunté à Haillet (2002 : 91).
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
83
comme naturelle, et d’autre part l’exemple (1) où je dis semble moins
acceptable que je dirais :
(1) – Bonjour. Je suis le docteur Flamel. Vous vous sentez mieux ?
– Soulagé d’un poids, je dirais (??je dis). (B. Aubert, Funérarium, Seuil Policier,
2002, p. 271)
C’est aussi le cas pour je ne saurais dire :
(2)La tête m’éclate. Il me faut un instant m’arrêter, tendre l’oreille ou me faire
sourd, je ne saurais dire (??je ne sais (pas) dire). (F. Nourissier, Le maître de maison,
1968, pp. 174–175, F11)
Dans le cas de comment dirais-je ?, si sa fonction était de marquer une hésitation on devrait pouvoir le remplacer par une expression comme j’hésite à
dire, ce que (3) ne confirme pas :
(3)eh ben ils sont quand même obligés euh d- de se ranger euh aux idées CFTC
qui sont beaucoup plus beaucoup plus calmes euh euh beaucoup plus comment
dirais-je ? (??j’hésite à dire) beaucoup moins exaltées (CP12, ESLO-bande 216,
6/07/1970)
On remarque donc que les faits de surface, et concrètement la morphologie verbale, ne permettent pas de définir avec précision la signification de
ces unités. Cet objectif exige d’appliquer une méthode capable d’interpréter la structure de surface comme l’indice d’un arrangement sémantique
profond.
Je pars de l’hypothèse que la valeur sémantique de ces marqueurs
consiste à rendre compte d’une certaine attitude du locuteur à l’égard des
points de vue constituant la structure sémantique profonde de l’énoncé. Afin de vérifier cette hypothèse, je ferai donc appel à la théorie de la
polyphonie, en particulier à la version radicale présentée notamment dans
Anscombre (2013). Cette théorie postule, essentiellement, que la structure
profonde de tout énoncé se décompose en une série d’entités abstraites,
des points de vue notés pdv, comportant une source et un objet construit (ou
11
12
Abréviation pour Frantext.
Sigles pour Corpus de la Parole (<http://corpusdelaparole.huma-num.fr>).
84 María Luisa Donaire
contenu). Ces pdv sont interprétés, en surface, comme des voix identifiant
plusieurs auteurs de discours.
Je me propose d’appliquer ces postulats théoriques aux trois marqueurs choisis, en allant du superficiel, la description du comportement
distributionnel, vers la structure sémantique profonde, l’analyse sémantico-pragmatique.
1. Je dirais
1.1. Propriétés distributionnelles
Ce marqueur répond à une structure superficielle canonique de type X, je
dirais. Il se caractérise par sa position en incise finale, tel que dans (1), mais
on le trouve aussi en incise médiane :
(4)Il y a là un problème qui justifie, je dirais, l’appel à l’aide du gouvernement libanais que nous soutenons. (<http://ambafrance-au.org/france_australie/spip.
php?article1751>)
Lorsqu’il est en position finale, X est un énoncé, comme c’est le cas dans
(1), mais en position médiane je dirais est rattaché à un constituant de syntagme, un adjectif dans (5), ou à un syntagme, comme dans (4) :
(5)mais pour la recherche d’emplois ça devient euh je dirais euh obligatoire (HF8,
<http://eslo.in2p3.fr>)
Il connaît une variante avec inversion dirais-je, peut-être sous l’influence de
comment dirais-je, inversion surtout fréquente dans la presse et dans internet :
(6)Au lendemain de la guerre, à part Pétain, Laval et Bousquet personne n’a été
considéré coupable d’avoir déporté les juifs. Seuls les idéologues étaient alors
considérés comme coupables, dirais-je. (NObs 13, 19/02/2004)
13
Abréviation pour Le Nouvel Observateur.
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
85
Cette variante se met derrière le segment modifié, ce qui n’est pas obligatoire pour je dirais. D’ailleurs, elle peut adopter la forme interrogative
dirais-je ? lorsque le marqueur introduit un constituant :
(7)Courageuse, téméraire – et dirais-je inconsciente ? – Guillemette de Véricourt
sait que sur les vingt et un mille victimes d’homicides et les mille deux cent
huit enlèvements perpétrés en Colombie, on compte plus de cinquante journalistes ; […]. (MD14, M. Pons, mai 1992)
Sous ses deux formes, ce marqueur peut apparaître en emploi dialogal,
généralement répondant à une question de l’interlocuteur, comme c’est le
cas dans (1), ou en emploi monologal (ex. 4 à 7). Mais il ne peut fournir, à
lui tout seul, de réponse à une question :
(1’) – Bonjour. Je suis le docteur Flamel. Vous vous sentez mieux ?
– *Je dirais.
En ce qui concerne son environnement, je dirais peut être suivi de même :
(8)les conservatoires ils ont tout de même une sélection. on choisit oui. même
un milieu choisi eh bien l’échec est très rare je dirais même rarissime (FZ61,
<http://eslo.in2p3.fr>)
Il admet aussi plutôt, tel que dans (9) ; presque, dans (10) ; volontiers, dans (11) :
(9)Une science eidétique descriptive, telle la phénoménologie, peut être rigoureuse mais elle est nécessairement inexacte – je dirais plutôt « anexacte » –
et il n’y faut voir aucune infirmité. ( J. Derrida, L’écriture et la différence, 1967,
p. 240–241, F)
(10)Bill et Hillary ont passé un accord, je dirais presque un pacte faustien, par lequel il s’est engagé à l’aider à conquérir à son tour la Maison-Blanche. (<http://
www.letemps.ch/template/opinions.asp?page=6&article=230523>, W )
(11)[…] c’est que votre manière de traiter les hommes et de ne pas leur permettre
de traiter les problèmes éveille en nous une douloureuse préoccupation, je
dirais volontiers une véritable anxiété. (R. Debray, Loués soient nos seigneurs : une
éducation politique, 1996, p. 536–538, F)
14
Abréviation pour Le Monde Diplomatique.
86 María Luisa Donaire
On remarquera que ces associations déterminent la position du marqueur,
qui occupe alors la position initiale dans l’incise et la position médiane
dans l’énoncé.
Le marqueur je dirais n’admet pas des insertions, en particulier d’un
pronom complément te/vous/lui (*je te/vous/lui dirais)15 ni de le (*je le dirais).
Il n’admet pas non plus la négation, (12) présentant un cas de négation
métalinguistique :
(12)Elle rejette les artistes orgueilleux qui signent leurs œuvres. Moi, je ne dirais
pas orgueilleux, je dirais courageux. Je n’ai jamais apprécié les lettres anonymes. ( J-L. Fournier, La servante du Seigneur, 2013, p. 60)
1.2. Je dirais que
À côté de je dirais, on trouve fréquemment la forme je dirais que, suivie
d’une proposition complétive, et il y a lieu de se demander s’il s’agit d’une
variante du même marqueur. On observe que je dirais que connaît un comportement formel similaire à celui de je dirais, sauf que, évidemment, il ne
peut pas apparaître en incise finale comme c’est le cas de je dirais dans (1),
et qu’il introduit exclusivement des énoncés. Mais ils semblent partager le
reste des propriétés :
– on le trouve en emploi dialogal (13) ou en emploi monologal (14) :
(13) – Pensez-vous que la “fronde” puisse s’organiser derrière ce texte ?
– Je dirais que ça dépend essentiellement de l’accord qui est trouvé… Sachant
qu’il y a Christian Eckert en face, on va peut-être arriver à quelque chose !
(NObs, 22/04/2014)
(14)Mais ses « performances » orales n’avaient aucunement la coloration fortement
morale ( je dirais que la composante éthique de l’existence était chez elle hypertrophiée) qui marquait, par ailleurs, ses actions et ses jugements. ( J. Roubaud,
La Boucle, 1993, p. 472–473, F)
– il admet l’insertion de même (15), plutôt (16), presque (17) et volontiers (18) :
15
Voir dans ce même volume l’analyse de D. Tejedor à propos de je te/vous dirais bien.
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
87
(15)euh ma foi euh je ne m’en plains pas je dirais même que je trouve que c’est très
bien (HN169, <http://eslo.in2p3.fr>)
(16)Autrefois, on appelait ça « cristalliser ». En ce qui me concerne, je dirais plutôt
que j’avais « flashé » sur Anne, car il faut vivre avec son temps. (F. Beigbeder,
Mémoires d’un jeune homme dérangé, La Table Ronde, 1990, p. 40)
(17)« Je prévois que ce défilé me fera souffrir, or ma souffrance m’est précieuse, je
dirais presque que c’est mon outil de travail principal, et je ne peux vous la céder pour 2 000 francs ». (H. Guibert, Le Mausolée des amants : Journal 1976–1991,
2001, p. 356–357, F)
(18)S’agissant de ma propre vie, je dirais volontiers que la réponse à toute question
a toujours été le travail. (F. Nourrissier, À défaut de génie, 2000, p. 325–326, F)
– je dirais que n’admet pas l’insertion d’un pronom complément de forme te/
vous/lui (*je te/vous/lui dirais que)16 et encore moins le (*je vous le dirais que).
On pourrait avancer l’hypothèse qu’il s’agit en effet d’une variante de je
dirais en position initiale, ce qui détermine la présence de que pour introduire la suite. La possibilité de transformer l’énoncé en déplaçant le marqueur en position incise finale ou médiane pourrait fournir un argument
en faveur de cette hypothèse. Cependant, cette transformation n’est pas
toujours possible :
(19)Si j’osais, je dirais que j’éprouvais son arbitraire. (S. Lilar, Une enfance gantoise,
1976, p. 54–55, F)
(19’) *Si j’osais, j’éprouvais son arbitraire, je dirais.
On pourrait donc conclure que je dirais que est une variante de je dirais
quand la forme avec que admet le déplacement en position incise sans le
que. Mais c’est plutôt l’analyse sémantique qui devrait permettre de vérifier
cette hypothèse.
1.3. Analyse sémantico-pragmatique
La structure sémantique de ce marqueur est de forme je dirais p, où je
dirais représente une attitude par rapport à p. Cette attitude consisterait à
16
Voir dans ce même volume l’analyse de D. Tejedor à propos de je te/vous dirais que.
88 María Luisa Donaire
introduire un commentaire du locuteur à propos de p, faisant référence à
ce qui est dit, ce qui lui attribue un caractère métalinguistique.
La forme du conditionnel semble motiver une description de cette
attitude en termes de distance et d’atténuation, celle-ci comprise comme
une stratégie qui présente un contenu non assumé mais finalement pris
en charge par le locuteur17. Cette description met l’accent sur l’aspect « affaiblissant » du procédé d’atténuation, celui-ci ayant pour effet la présentation de p comme un argument « faible », ce qui suscite des questions
concernant le but discursif d’une telle stratégie18.
Dans le cas de je dirais p, l’effet atténuateur « affaiblissant » semble
confirmé par l’emploi d’un certain nombre de procédures linguistiques
qui l’accompagnent souvent et qui constituent des marques de distance
énonciative. C’est le cas de la combinaison avec presque (exemples 10, 17),
et de certaines expressions qui relativisent le dit : en simplifiant beaucoup,
dans (20), et ailleurs en gros, pour schématiser, pour faire court, laconiquement, en
exagérant19, etc. :
(20)L’histoire se situe à des paliers différents, je dirais volontiers trois paliers, mais
c’est façon de parler, en simplifiant beaucoup. (G. Gurvitch, Traité de sociologie, 1, 1967, p. 91–92, F)
Parfois, ces expressions constituent même des disqualifications, comme
c’est bien le cas dans (20), où je dirais est suivi de « mais c’est façon de
parler », et dans (21) où l’expression commentée par je dirais est par la suite
qualifiée d’inadéquate, « mal appliquée » :
(21)Je viens de parler de montres d’origine extérieure à la communauté et j’imagine que le gouvernement pourra obtenir, à l’égard de ce détournement de
trafic, je dirais presque de cette fraude, bien qu’en réalité le mot s’applique
17
18
19
« Le producteur du message se présente comme n’assumant pas le contenu d’une
proposition qu’il prend finalement en charge par le simple fait de l’énoncer » (Abouda, 2001 : 291), à propos de Je dirais p.
Fondamentalement : quelle serait l’intention du locuteur lorsqu’il propose un argument « faible » ; comment cet affaiblissement servirait mieux cette intention que
l’argument tout court ou qu’un « renforcement » de l’argument posé.
Expressions relevées dans le corpus, occurrences non transmises en contexte faute
d’espace.
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
89
mal , des dispositions de protection. (P. Mendès-France, Œuvres complètes, 4,
1987, p. 376–377, F )
À l’oral, je dirais s’accompagne d’autres marques de distance, parfois d’un
rire (22) qui peut être verbalisé à l’écrit, pour rire dans (23), et avec humour
ailleurs20 :
(22)on se met à la portée du correspondant euh c’est un peu de l’hypocrisie je dirais
[rire : noise : instantaneaous] puisque ça fait pas ressortir euh nos sentiments
propres (RP283, <http://eslo.in2p3.fr>)
(23)… pas d’erreur, devant l’hôtel Esplanade… oh je me trompe pas !… mais
cabossé et bien fendu, l’hôtel Esplanade, le tout croulant lui pendait devant…
je dirais pour rire : surréaliste !… (L-F. Céline, Rigodon, 1961, p. 219–220, F )
Les guillemets seraient aussi une marque de cette mise à distance, comme
c’est le cas dans (9) et dans (24), celui-ci un exemple de l’oral :
(24)y a vraiment ça vaut le coup de se déplacer je dirais entre guillemets c’est c’est
vraiment il y a de très très beaux parcs hein (NH63, <http://eslo.in2p3.fr>)
Mais, en même temps, je dirais s’accompagne très souvent de marques
d’adhésion : le renfort de je (moi, je), dans (25), ou l’expression de mon point
de vue dans (26) :
(25)Van Buck aime Flora parce qu’elle lui échappe. Moi je dirais : bien qu’elle
lui échappe. On n’aime pas ce qu’on possède trop, parait-il. (B. et F. Groult,
Journal à quatre mains, 1994, F)
(26) D
e mon point de vue, je dirais oui, mais à une seule condition : qu’il y ait une
vraie valeur ajoutée apportée (conseils personnalisés, infos exclusives, jeux,
etc.). (<http://feediz.01net.com/item-272095-1725812427.html>, W )
L’expression volontiers qui peut accompagner ce marqueur signale également un certain degré d’adhésion (exemple 11).
C’est encore le cas quand je dirais est suivi d’un argument en faveur
de p :
20
« Je suis devenu membre du MoDem […] Avec humour, je dirais que j’ai un faible
pour les causes perdues », a déclaré sur France Inter l’ancien militant d’extrême
droite, libéré en août 2009. (NObs, 28/07/2011).
90 María Luisa Donaire
(27)Je retiens votre idée : un patrimoine. À ceci près que je dirais plutôt un patrimoine d’énergie et d’orgueil. D’orgueil, pourquoi pas ? (A. Césaire, La
tragédie du roi Christophe, 1970, p. 61–62, F)
Cette alternance de marques de distance et d’adhésion est cohérente avec
la dynamique contradictoire qui semble caractériser le procédé d’atténuation : le locuteur se présente comme n’assumant pas p et le prenant finalement en charge (Abouda, 2001 : 291). Mais, s’il y a atténuation, elle n’est
pas de même genre que « l’atténuation polie » que manifestent les verbes
qui communiquent une requête.
D’une part, comme on l’a vu, je voudrais p21 commute avec je veux p,
tandis que je dirais p n’est pas toujours commutable avec je dis p. D’autre
part, dans une forme d’atténuation comme Je voudrais vous faire part de mes
réflexions, il s’agit d’une requête à l’interlocuteur, celui-ci est explicitement
concerné −de là la présence du pronom complément de forme te/vous−,
le conditionnel atténuant l’agressivité de la requête ; autant dire que le pdv
montré en surface par le conditionnel se présente comme imposé et obligeant l’allocutaire à se positionner à son égard, tout en présentant ce pdv
comme hors actualité.
Dans le cas de je dirais p, il ne s’agit pas d’une requête quelconque mais
d’un dire, de l’énonciation de p modalisée, et donc l’« agressivité » n’est
pas si évidente. Il n’y a pas non plus explicitement de demande d’accord
de l’allocutaire (incompatibilité avec le pronom complément te/vous) et,
comme conséquence, p ne se présente pas comme imposé ni comme devant être accepté obligatoirement.
L’analyse de je dirais comme un simple conditionnel d’atténuation
s’avère donc insuffisante à expliquer la signification du marqueur, surtout parce que cela ne permet pas d’expliquer le but discursif d’une telle
stratégie.
Haillet (2002) distingue trois emplois du conditionnel : temporel, lorsqu’il admet la paraphrase par allait+infinitif ; hypothétique, lorsqu’il est paraphrasable par une phrase de forme si V-ait, V-rait ; d’altérité énonciative,
lorsqu’il admet l’insertion de « d’après X », X étant un locuteur distinct de
21
Et toute autre forme d’atténuation au conditionnel avec des verbes modaux :
pourriez-vous, vous devriez, etc.
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
91
L. Notre marqueur je dirais exclut l’interprétation temporelle ou d’altérité
énonciative, et il apparaît plutôt comme un conditionnel hypothétique.
Certains contextes confirment ce classement, la structure hypothétique se manifestant en surface :
(28)elle était en quelque façon, sous mes yeux et dans ma main, tout ce que j’avais
écrit et pourrais jamais écrire ; je dirais : mon œuvre, si cela n’était grotesque –
et n’est que trop vrai. (P. Michon, Vies minuscules, 1984, pp. 174–175, F)
(29)Cette nuit du 3 mars a été une nuit fantastique, je dirais même magnifique par
les jeux (!) de lumière, si je ne pensais aux nombreuses victimes. (B. Auroy,
Jours de guerre : ma vie sous l’Occupation, 2008, pp. 208–210, F)
Très souvent, la protase fait référence à une condition imposée par la
langue, comme c’est le cas dans (21) et (28), mais plus nettement dans (30) :
(30)Dans le passage de l’une à l’autre. Pourquoi je dis : « de l’une à l’autre » ? Si je
restais dans le cadre de la pratique sage de la langue française, je dirais :
« de l’un à l’autre ». (H. Cixous et M. Calle-Gruber, Hélène Cixous, photos de
racines, 1994, pp. 19–20, F)
À cela s’ajoute le fait que, dans tous les contextes, on peut toujours paraphraser je dirais p par une forme hypothétique comme s’il m’était permis/
si j’osais, je dirais p, ce qui viendrait appuyer l’interprétation hypothétique.
Mais une remarque s’impose à ce propos : la protase est toujours
constituée par une phrase négative (ex. 28, 29) ou qui présuppose une
phrase négative, comme c’est le cas dans (30), où je ne reste pas dans le cadre
de… est présupposé. C’est bien le cas dans toutes les occurrences de je
dirais, même quand il est possible ajouter s’il m’était permis (présupposé = il
ne m’est pas permis) ou si j’osais (présupposé = je n’ose pas)22 .
On retrouve alors à nouveau la dualité, propre au conditionnel23, entre
ce qui est effectivement dit, donc pris en charge, et cette présentation
22
23
C’est d’ailleurs toujours le cas dans le cadre hypothétique.
« L’analyse attentive de tous les emplois du conditionnel fait apparaître une structure sémantique constante dans la plupart d’entre eux (et notamment dans ceux qui
posent des problèmes aux théories non polyphonistes), structure sémantique qui
détermine un contraste et même parfois une opposition entre deux situations, deux
contenus, deux points de vue. » (Donaire, 1998 : 219).
92 María Luisa Donaire
du dit comme si ce n’était pas dit ou pas pris en charge. La structure hypothétique nous conduit ainsi au même point de l’analyse que la valeur
d’atténuation et se présente donc aussi comme insuffisante. Cependant, la
présence de la négation dans la structure sémantique profonde et la référence à ce qui est linguistiquement acceptable fournissent, à mon avis, un
argument éclairant concernant la signification du marqueur. Le recours
à la polyphonie permet d’identifier, sous la négation, un pdv dont L n’est
pas la source et qui, de par la référence à la langue, se présente d’ailleurs
comme attribué à la communauté linguistique (ON-locuteur). L’hypothèse
situe L comme n’appartenant pas à cette communauté (cf. 30) : si je restais
dans le cadre de la pratique sage de la langue française.
Quelques critères en faveur de cette hypothèse.
Lorsque p constitue la réponse à une question q, p ne peut pas être
l’équivalent d’une réponse confirmant q :
– Vous vous sentez mieux ?
– Je me sens mieux, ??je dirais.
Un deuxième critère : je dirais ne semble pas adéquat comme commentaire
à un proverbe à moins que le sens soit modifié et même inversé :
Une hirondelle ne fait pas le printemps, ??je dirais
Une hirondelle fait bien le printemps, je dirais
Troisième critère : il est fréquent de trouver je dirais comme réaction à
un pdv dont la source peut s’identifier à l’interlocuteur (dans l’emploi dialogal), comme dans (1), à un ex-locuteur différent de λ, dans (31), ou au
ON-locuteur, dans ce cas une communauté linguistique à laquelle le locuteur dit ne pas appartenir, tel que dans (32). Dans ces contextes, p apparaît
donc comme s’opposant à q :
(31)Cent millions d’euros ! proclame la même. – Moi je dirais en milliards, corrige
la secrétaire du CE comité d’entreprise, […] (MD, F. Ruffin, août 2008).
(32)Et pourtant je me demande si j’arriverai un jour à trouver mon équilibre toute
seule. Ça doit être ce qu’on appelle la vocation du mariage, moi je dirais plutôt
la vocation d’être amoureux. (D. Domenach-Lallich, Demain il fera beau : journal
d’une adolescente, 2001, p. 119–121, F).
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
93
Par ailleurs, il y a la combinaison avec plutôt (ex. 9, 32) ou même (ex. 8), qui
font référence à un discours préalable (un pdv) pour lui opposer un argument meilleur ( plutôt) ou plus fort (même) : dans la structure sémantique
q, je dirais plutôt/même p, il n’y a que p qui peut être attribué à L, q pouvant
en tout cas être attribué à λ mais représenté dans l’énoncé comme un
ex-locuteur. C’est le cas dans (8) l’échec est très rare je dirais même rarissime et
dans (9) elle est nécessairement inexacte – je dirais plutôt « anexacte ».
La présence des guillemets, fréquente lorsque p est un constituant,
marque également la présence d’un pdv présenté comme non partagé par la
communauté : c’est bien le cas de (9) où le mot « anexact » apparaît comme
n’appartenant pas à la langue mais créé de toutes pièces par le locuteur.
Je dirais p présente donc un pdv comme non imposé, pdv qui devient
par là « incontestable », dans le sens qu’il n’est pas soumis à contestation.
Dans cette optique, l’atténuation constituerait une stratégie discursive
mise en place pour faire adhérer à ce qui se présente comme un pdv dont
le locuteur (L) est la source.
Le pourquoi (et le pour quoi) de cette stratégie ne serait pas dans
la force ou la faiblesse de l’argument introduit par je dirais, ce qui n’est
qu’une partie de la stratégie, mais plutôt dans l’attitude de L, source du
pdv ( pdv1) dont l’objet construit est {p}, attitude qui consiste à se situer par
rapport à un pdv 2 , dont l’objet construit est {q} et la source la communauté
linguistique (ON-locuteur). Plus précisément, cette attitude consisterait
à se présenter comme n’appartenant pas à la communauté linguistique :
il s’agit de faire adhérer à pdv1 moyennant la non prise en charge de pdv2 .
L’intention du locuteur est de « faire passer » le pdv marqué en surface
( pdv 1) et son « astuce » consisterait à ne pas prétendre l’imposer (conditionnel), ni le soumettre à l’accord de la collectivité, lui affectant de cette
façon une force particulière sous une apparence de faiblesse, car il n’y a
pas lieu de le contester24.
Tant les marques de distance que les marques d’adhésion qui, comme
on a vu, peuvent accompagner ce marqueur signalent le pdv qui n’est pas
pris en charge ( pdv 2) : je dirais p en exagérant, en exagérant par rapport à ce
24
Je dirais que partage avec je dirais les propriétés sémantico-pragmatiques, ce qui favorise la considération de je dirais que comme une variante de je dirais. Par manque
d’espace, ne sont pas cités ici les contextes qui permettent de le montrer.
94 María Luisa Donaire
qui est acceptable par la communauté ; je dirais p de mon point de vue et donc
non pas celui de la communauté, etc. Une paraphrase linguistique du fonctionnement de je dirais serait je dis p et non pas q comme on dit 25.
2. Je ne saurais dire
2.1. Propriétés distributionnelles
Ce marqueur répond à une structure formelle de type X, je ne saurais dire,
où X prend la forme d’une interrogation, comme c’est le cas dans (33)26.
X peut prendre aussi la forme d’une alternative, celle-ci constituant l’objet
d’une question, tel que dans (2) :
(33)« Combien d’heures j’y ai passé ? Je ne saurais dire… Je ne compte pas ». (La
Montagne, 5/11/2012)
Ce marqueur est constitué par la forme négative de savoir au conditionnel,
qui se caractérise par l’absence de pas, un reste de la vieille langue et une
propriété qu’il partage avec trois autres verbes de modalité : cesser, oser, et
pouvoir. Mais on trouve aussi la forme je ne saurais pas dire qu’on pourrait
considérer comme une variante de la forme archaïsante27 sans pas :
25
26
27
On remarquera que l’enchaînement par comme on dit n’est pas possible à partir de
p : je dirais p *comme on dit.
On trouve aussi la structure Je ne saurais dire X, où X prend la forme d’une interrogation indirecte : « Je ne saurais dire combien de temps s’écoula ainsi jusqu’au
moment où un hurlement déchirant provenant de l’immeuble me glaça la moelle. »
(M. Tournier, Le Roi des Aulnes, 1970, p. 194–195, F). Par manque d’espace on ne
traitera pas ici la possibilité de considérer cette forme une variante de X, je ne saurais
dire, mais on se tiendra à la forme en incise. Il faut cependant signaler que cette possible variante n’admet pas la position en incise, de par la présence de la proposition
subordonnée.
Les deux formes avec et sans pas coexistent dans ce contexte : « oui je crois elle a dû
avoir ça au moins quand nous étions jeunes. oui. mais je saurais pas dire je ne saurais
dire où il est » (NC, CP7, <http://eslo.in2p3.fr>).
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
95
(34) –Vous pensez que quelqu’un s’est introduit dans sa chambre, ce soir-là, et
l’a emmenée de force ?
–
Je ne saurais pas vous dire. Je n’ai rien entendu. Mais comme vous pouvez
le voir, il n’y avait aucune trace de lutte. ( J. Dicker, La vérité sur l’affaire
Harry Quebert, 2012, p. 113)
Je ne saurais dire est toujours associé à un énoncé, par rapport auquel il se
situe en incise finale (ex. 2 et 33) ou médiane :
(35)« Je pense que M. Safa voulait « acheter » l’influence de ces hommes de pouvoir, mais à quelle fin, je ne saurais dire, sinon qu’il y avait des services rendus ».
(NObs, 5/02/2002)
Ce marqueur peut apparaître en emploi monologal (ex. 2, 33, 35) ou en
emploi dialogal (36), dans ce cas il fait partie de la réponse à une question
de l’interlocuteur :
(36) – Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
–Une musique, je ne saurais dire, parce que je n’ai pas l’habitude d’associer le
texte au son. (20 Minutes, 10/10/2013)
Il admet l’insertion d’un pronom complément de personne te/vous, le plus
souvent lorsqu’il constitue une réponse à une question de l’interlocuteur,
le pronom faisant référence à celui-ci :
(37)et à quoi est-ce qu’on reconnaît par exemple un vrai Orléanais ?. ah ça hm ça
je ne saurais vous dire (RC, FH717, <http://eslo.in2p3.fr>)
L’insertion du pronom complément le est également possible, et ceci le
plus souvent lorsque c’est le locuteur lui-même qui se pose la question,
comme dans (38), le pronom marquant la reprise de l’objet de la question :
(38)« C’est un assassin, regrette l’entraîneur des Suns Alvin Gentry. Est-ce que
c’était Kobe ou Michael ( Jordan) sur ce shoot ? Je ne saurais le dire… Nous
avons fait tout ce qui était en notre pouvoir mais Kobe les a portés tout seul. »
(20 Minutes, 30/05/2010)
L’insertion des deux pronoms combinés, vous+le, est aussi possible, pour
référer en même temps à l’interlocuteur et à l’objet de la question :
96 María Luisa Donaire
(39)et votre premier stylo à encre c’était à quel âge ?. oh seize ans. seize ans et à la
suite de quelles circonstances ? c’était en cadeau ou vous l’avez acheté vousmême ?. euh je ne saurais vous le dire ça remonte à cinquante ans (NC, CP7,
<http://eslo.in2p3.fr>)
La reprise anaphorique peut aussi se faire au moyen de ça, précédant cette
fois le marqueur :
(40)et à quoi est-ce qu’on reconnaît par exemple un vrai Orléanais ?. ah ça hm ça
je ne saurais vous dire
Je ne saurais dire admet également l’insertion de trop, un morphème de degré qui renforce la négation :
(41)Pour l’éducation à l’intérieur de cette enceinte, je ne saurais trop vous dire.
(<www.sene.nom.fr.txt>, W )
2.2. Analyse sémantico-pragmatique
La structure sémantique de ce marqueur est de forme je ne saurais dire p, où
je ne saurais dire représente une attitude par rapport à p.
Cette attitude est généralement décrite en termes d’atténuation, de
par la présence du conditionnel, comme dans le cas de je dirais. Mais, tout
comme je dirais, je ne saurais dire n’est pas l’équivalent de la forme au présent
je ne sais (pas) dire :
(2)La tête m’éclate. Il me faut un instant m’arrêter, tendre l’oreille ou me faire
sourd, je ne saurais dire (??je ne sais (pas) dire).
Savoir dans je ne saurais dire n’a pas la signification ‘avoir la connaissance
de’, mais il prend plutôt le sens de pouvoir, ce qui serait un premier argument contre l’équivalence je ne saurais = je ne sais (pas). Et on peut encore
préciser cette différence : dire je ne sais pas p c’est déclarer qu’on ne peut
pas dire p parce qu’on n’a pas le savoir nécessaire, tandis qu’avec je ne
saurais dire p, on déclare qu’on cherche à dire p, mais il y a un certain
obstacle qui s’impose au locuteur et l’empêche de dire p, obstacle qui
n’est pas toujours l’absence du savoir nécessaire. Par ailleurs, p n’est
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
97
pas toujours une information (cf. 33) mais aussi et le plus souvent une
opinion (cf. 40).
Un argument en faveur de cette interprétation : la présence fréquente
dans les contextes de je ne saurais dire d’une justification de ce non-dire
( parce que, dans l’exemple 36), justification qui peut s’appuyer sur le temps
écoulé favorisant l’oubli (42), le silence imposé par le secret (43), ou tout
autre facteur qui pose des difficultés à un certain calcul 28 ou à l’expression
d’une opinion :
(42)et votre premier stylo à encre c’était à quel âge ?. oh seize ans. seize ans et à la
suite de quelles circonstances ? c’était en cadeau ou vous l’avez acheté vousmême ?. euh je ne saurais vous le dire ça remonte à cinquante ans (NC, CP7,
<http://eslo.in2p3.fr>)
(43)–Et quelles sont ces herbes ? dit mon père, qui était toujours très curieux
des simples utilisés dans les chaumières.
–Avec votre respect, je ne saurais vous le dire, dit la Maligou. La ménine, qui
me les a enseignées, m’a fait promettre le secret. (R. Merle, Fortune de
France I, 1997, p. 201)
Parmi ces facteurs, il peut s’agir aussi d’un manque de savoir ou d’information :
(44)et combien en possédez-vous environ ?. ah ça je ne saurais dire ah ça je ne saurais
dire ça je ne sais pas (RC, FH717, <http://eslo.in2p3.fr>)
(45)
–
« L’établissement du Reichskommissariat sera différé un certain
temps. » – « Et pourquoi les représentants de la SP et du SD n’ont-ils pas
été informés ? » – « Je ne saurais vous le dire. J’attends encore des compléments d’information. » ( J. Littell, Les bienveillantes, 2006, p. 154)
L’analyse formelle a montré que je ne saurais dire p est associé à une question
à propos de p : combien p ?, comment p ?, où p ?, qui p ?, etc., et que la référence
à l’interlocuteur (vous) est assez fréquente. Je ne saurais dire constitue la réaction à cette question, la réponse, sans que la demande d’information
ou d’opinion soit satisfaite. On peut donc dire que quand on emploie ce
marqueur on assume l’obligation intrinsèque à toute question, l’obligation
28
Dans l’exemple (37), le locuteur ne peut pas dire combien d’heures il a passé quelque
part parce qu’il ne compte pas.
98 María Luisa Donaire
de répondre29, tout en exprimant ainsi l’intention de dire, mais on signale
en même temps qu’on ne peut pas dire la réponse à p ?. L’insertion de trop
permet de renforcer cet empêchement.
D’après ceci, l’attitude représentée par ce marqueur et donc sa signification consisterait à réagir à une question, comme il est de règle, assumant
l’obligation de répondre et se montrant donc coopératif vis-à-vis de son
allocutaire (souvent l’interlocuteur, mais pas toujours), mais déclarant en
même temps son incapacité pour verbaliser cette réponse. Cette attitude
de coopération est souvent renforcée par l’expression de l’obstacle qui
s’interpose à la verbalisation de la réponse. Alors, il n’y a pas que p qui
intervient dans la signification de je ne saurais dire mais il y a aussi q, ce
qui peut être expliqué en termes de polyphonie.
La question qui déclenche l’emploi de je ne saurais dire, formalisée sous
p ?, constitue un premier pdv, pdv 1, qui pose l’existence d’une réponse p,
la source n’étant pas nécessairement le locuteur. La formulation d’une
question convoque par ailleurs un pdv 2 dont la source est un ON-locuteur,
une communauté linguistique à laquelle le locuteur dit appartenir et dont
l’objet construit serait quelque chose comme « on répond aux questions ».
Le locuteur prend en charge pdv 2 mais il y oppose pdv 3, dont il est source
et l’objet construit {q} représente un obstacle pour appliquer pdv 2.
Je ne saurais dire instruit donc une stratégie plus complexe que celle
d’atténuation.
3. Comment dirais-je ?
3.1. Propriétés distributionnelles
Ce marqueur répond à une structure formelle de type X, comment dirais-je ?,
Y, où X et Y font partie d’un même énoncé (46) ou d’un même syntagme
(3) :
29
Ducrot (1991).
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
99
(46)–Tu trouves quelque chose à redire à ça ? demandait Marguerite.
–C’est peut-être un peu, comment dirais-je, verrouillé, répondait mon père.
(É. Orsenna, L’exposition coloniale, 1988, p. 28)
Il constitue à lui tout seul un énoncé, comme c’est le cas pour les deux
autres marqueurs.
Il connaît une variante sans inversion comment je dirais, peu fréquente
dans mon corpus :
(47)–Peu importe son nom, a déclaré Pradier d’un ton livresque. Moi, je ne
connais pas les détails, comment je dirais ? psychologiques, hein ? Mais le fait
est qu’ils se fréquentaient, mon copain et elle. ( J-P. Manchette, Que d’os !,
1976, p. 26–27, F)
Il connaît aussi une variante au futur, comment dirai-je 30, assez fréquente :
(48)« Tu n’es pas en train de tondre la pelouse ? », lui ai-je demandé sachant que dehors il pleuvait, comment dirai-je… fort, très fort ! (La voix du nord, 13/06/2012)
Le plus souvent accompagné d’un point d’interrogation á l’écrit, on le
trouve aussi sans, tel que dans (48)31, ce qui témoigne de son caractère
formulaire.
L’insertion en incise médiane est de règle, dans le cas de ce marqueur,
et il peut apparaître à l’intérieur d’un même syntagme, comme c’est le cas
dans (3) et (46) à (48), ou bien entre deux syntagmes :
(49)[…] ils découvrirent, comment dirais-je ?, un être vivant qui les attendait. La
première idée qui leur […] (MD, M. Pons, déc. 1991)
Mais aussi entre n’importe quel type de fragment de discours et une
reformulation de celui-ci :
(50)ah ben il est je l’ai mis dans la chambre où y avait ma fille parce que ça fait un
peu [b : pronounce : instantaneaous] ça fait un peu comment je vous dirais ? euh
on met des livres quoi je mets des livres là (MY510, <http://eslo.in2p3.fr>)
30
31
Steuckardt (2005) ne mentionne que la forme au futur.
Voir aussi infra l’exemple (57).
100 María Luisa Donaire
Cette occurrence montre d’ailleurs la possibilité d’insérer un pronom
complément de forme vous, ainsi que l’absence d’inversion commentée à
propos de (47).
Ce marqueur admet comme expansion la reprise anaphorique du
segment à compléter :
(51)[…] l’habitude aidant, peut-être serais-je arrivé à n’en pas souffrir, si j’avais
trouvé dans la libre possession physique de ma femme une compensation à ces
continuels renoncements, et, comment dirais-je cela ? une sorte de récompense
pour tout ce que je lui abandonnais lâchement, […]. (O. Mirbeau, Mémoire pour
un avocat, Éd. du Boucher, 2007, p. 49)
Par ailleurs, on trouve comment dirais-je tant en emploi monologal (ex. 3, 48,
49, 50) qu’en emploi dialogal (ex. 46, 47).
3.2. Analyse sémantico-pragmatique
La structure sémantique de ce marqueur est de forme p, comment dirais-je,
p’, où p et p’ représentent le contenu d’une même énonciation, et comment
dirais-je marque une attitude de L par rapport à p’.
Cette attitude est généralement décrite en termes d’hésitation, le locuteur hésitant entre p’ et autre que p’. Très souvent, le marqueur est accompagné de points de suspension à l’écrit, une pause ou des expressions comme
euh (50), qui marquent l’hésitation à l’oral.
Mais dire que ce marqueur signale une hésitation n’explique pas sa
signification particulière, vu que l’hésitation pourrait être exclusivement
marquée par un silence ou un balbutiement à l’oral, et par des points de
suspension à l’écrit, ou par un autre marqueur comme euh. Il y a donc lieu
de se demander quelle est la fonction particulière de comment dirais-je par
rapport à ces autres procédures.
Pour commencer, ce marqueur vient justement occuper ce silence qui
accompagnerait l’hésitation, c’est-à-dire qu’il a pour effet de ne pas produire
de silence, de ne pas interrompre l’énonciation. Comment dirais-je donne une
dimension verbale à un espace d’énonciation non verbal, le temps nécessaire au choix d’une expression : le locuteur cherche un mot, un syntagme,
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
101
une phrase, et la verbalisation du marqueur lui donne le temps de trouver.
Mais l’effacement du marqueur, remplacé par des points de suspension,
par exemple, non seulement ne rend pas inacceptable l’énoncé mais celui-ci
apparaît comme moins lourd :
(46’) C’est peut-être un peu… verrouillé, répondait mon père.
(47’) Moi, je ne connais pas les détails… psychologiques, hein ?
(48’) […] dehors il pleuvait,… fort, très fort !
La question serait donc dans quelle intention le locuteur décide de marquer cette recherche et quelle est la différence entre ce marqueur et par
exemple euh qui, à l’oral, remplit aussi ce temps vide dans l’énonciation.
Les deux marqueurs coexistent dans (50), par exemple, ce qui pousse à
leur supposer des fonctions différentes.
Les environnements de comment dirais-je dans certains contextes fournissent une possible explication. Dans (52), il y a ellipse du résultat de la
recherche et pourtant l’interlocuteur, sollicité par le locuteur, reconstruit
facilement le sens :
(52)Il faut que je m’appuie un instant… Ce repas, cette chaleur, j’avoue me sentir
quelque peu… Comment dirais-je ?… La tête… Les jambes… Enfin32 vous me
comprenez ?
– Oui madame… (B. Blier, Les Valseuses, 1972, p. 357–358, F)
Dans (53), même s’il n’est pas explicitement sollicité, l’interlocuteur formule la suite du discours interrompu par comment dirais-je :
(53)–Écoute Léo, tu ne pourras jamais faire pleurer aux gens, car si tu te voyais
lorsque tu louches et comment tu montres ton visage de… Comment dirais-je…
–Oui, d’imbécile quoi, l’aide-t-il à terminer ce qu’elle voulait lui insinuer.
( J. Gonzalez, La folle du dimanche, Société des Écrivains, 2008, p. 25)
Puisque comment dirais-je ? adopte la forme d’une question, on peut se demander qui est le destinataire de cette question et on constate que, bien
32
Notez ici la présence d’enfin, unité qui vise l’approbation du destinataire. Il s’agit
d’un enfin 2, d’après Donaire (2013).
102 María Luisa Donaire
que c’est le locuteur qui pose la question et que c’est à lui de répondre,
le vrai destinataire est l’allocutaire. En effet, ce marqueur instruit une
représentation discursive qui met l’accent sur la relation du locuteur avec
son allocutaire (interlocuteur en contexte dialogal), celui-là cherchant à se
rapprocher de celui-ci, au moins discursivement.
Cela explique que la présence d’unités linguistiques faisant référence à
l’interlocuteur, comme l’insertion du pronom vous dans (50) ou la demande
de confirmation n’est-ce pas ?, soit fréquente. Par ailleurs, le commentaire si
vous voyez ce que je veux dire, dans (54), paraphrase nettement l’intention implicite dans comment dirais-je, la recherche de l’accord de l’allocutaire :
(54)Il a, comment dirais-je, un peu « fêté » la sortie de l’album, si vous voyez ce que
je veux dire. (<http://www.blam.be/dossiers/markolier.php>, W )
À cela s’ajoute que ce marqueur apparaît dans des contextes qui contiennent
des jugements ou des opinions peu favorables à l’interlocuteur, (55) étant
particulièrement intéressant de par la présence d’une excuse qui suit l’expression introduite par le marqueur :
(55)–Vous savez, même sans le livre, j’avais déjà senti en vous… comment
dirais-je ?… une certaine…
– Oui ?
–Une certaine désespérance, pardonnez-moi. ( J-L. Izambert, Le crédit agricole hors la loi ?, Carnot, 2001, p. 89)
Cette propriété permet non seulement de mieux décrire la signification
de comment dirais-je mais aussi de le distinguer de euh, les deux considérés
comme des marques « d’hésitation » : ce dernier, contrairement à notre
marqueur, se combine aisément tant avec des contextes favorables que
des contextes défavorables à l’allocutaire :
Vous êtes, comment dirais-je ?… vous vous trompez
Vous êtes, comment dirais-je ?… ??vous avez raison
Vous êtes… euh… vous avez raison / vous vous trompez
Dans un certain nombre d’occurrences, comment dirais-je ? signale l’intention du locuteur d’utiliser une expression acceptable par la communauté
linguistique, ou plutôt de faire passer une expression comme acceptable
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
103
même si elle risque de ne pas l’être. L’exemple (56) est, dans ce sens, particulièrement significatif, s’agissant du discours d’un non-humain, un virus
dans la fiction :
(56)De là où nous sommes, la vue est comment dirais-je ?, « Imprenable », je crois
que c’est le mot humain. (E. Nataf, Autobiographie d’un virus, Odile Jacob,
2004, p. 189)
Il s’agit donc de trouver le bon mot, la bonne expression, bons pour le locuteur mais surtout bons (ce n’est pas ‘quoi dire’ mais ‘comment le dire’),
c’est-à-dire acceptables, pour la communauté linguistique à laquelle le locuteur dit appartenir ainsi que son allocutaire. Dans (57), le locuteur
confirme avoir trouvé le bon mot ou la bonne expression :
(57)Vous avez besoin d’une présence régulière, ça se sent et je suis un courant
d’air ! Vous avez besoin, comment dirais-je ?, d’équilibre, voilà le mot ! Et je ne
pourrais que vous déséquilibrer. (P. Barbarin, 20 ans ou la conscience accrue, Ed.
Publibook, 2004, p. 51)
L’attitude caractérisant la signification de comment dirais-je ? consisterait
donc à présenter p’ comme la suite de p acceptable par la communauté
linguistique, mettant l’accent en particulier sur son allocutaire. Il s’agit de
faire adhérer l’allocutaire à un pdv dont la source est le locuteur, présentant
ce pdv comme admis par la communauté. La stratégie consiste à formuler
une (auto)interrogation par laquelle l’allocutaire doit se sentir concerné,
le locuteur se donnant l’obligation de répondre à la question, mais pour
donner la bonne réponse, ce qui fait la spécificité de ce marqueur.
En termes de polyphonie, tant la question que le conditionnel
marquent ici la présence de deux pdv : d’une part, la question convoque
un pdv 1 dont le locuteur est la source et la mise en question de {p} l’objet
construit (en surface, l’énoncé à compléter : « comment dire p ? »), ainsi qu’un pdv 2 dont la source est la communauté linguistique, ON-locuteur qui inclut tant le locuteur que l’allocutaire, et {p’} l’objet construit
(c’est-à-dire l’existence d’une réponse p’). Le conditionnel construit la
représentation de deux autres pdv : pdv 3, dont le locuteur est la source,
qui consiste à prendre en charge p’, et pdv4 dont la source est L et l’objet
construit est {p}.
104 María Luisa Donaire
Il n’est donc pas simplement question d’hésitation, mais surtout d’un
souci de trouver la bonne expression qui puisse inciter le destinataire à adhérer au point de vue pris en charge par le locuteur.
4. Conclusions
Les notions d’atténuation ou d’hésitation, appliquées par les linguistes,
apparaissent comme insuffisantes pour décrire la signification de ces unités, et le morphème du conditionnel s’est avéré comme ne déterminant
que partiellement leur valeur sémantique.
Par contre, l’analyse polyphonique permet de décrire la signification
de chacun de ces trois marqueurs, leurs similitudes et leurs différences.
En ce qui concerne les similitudes, les trois expressions sont des
marqueurs d’attitude, leur signification consiste à introduire un commentaire à propos d’un discours dont le locuteur est source et, en définitive,
ils signalent l’intervention du locuteur dans l’énoncé. Quant aux différences, disons que je dirais montre une attitude non coopérative du locuteur, tandis que je ne saurais dire et comment dirais-je se présentent comme
des marques d’une attitude coopérative. Ces derniers, qui font intervenir
une interrogation, se distinguent par la représentation de l’impossibilité
de répondre, dans le cas de je ne saurais dire, et l’intention de donner une
réponse qui soit la « bonne », c’est-à-dire, celle qui est acceptable par la
communauté, dans le cas de comment dirais-je ?.
Références bibliographiques
Abouda, L. (2001) : « Les emplois journalistique, polémique, et atténuatif
du conditionnel. Un traitement unitaire », in Dendale, P. et Tasmowski,
Je dirais, je ne saurais dire, comment dirais-je : s’agit-il vraiment d’un dire au conditionnel ?
105
L. (eds), Le conditionnel en français, Recherches Linguistiques, 25, Univ. de
Metz, pp. 277–294.
Andersen, H.L. (1996) : « Verbes parenthétiques comme marqueurs discursifs », in Muller, C. (éd.), Dépendance et intégration syntaxique : subordination, coordination, connexion, Tübingen, Niemeyer, pp. 307–315.
Andersen, H.L. (2001) : « Marqueurs discursifs propositionnels », Langue
française, 154, pp. 13–28.
Anscombre, J-C. (2013) : « Polyphonie et représentations sémantiques :
notions de base », in Anscombre, J-C., Donaire, M.L. et Haillet, P.P.,
Opérateurs discursifs du français. Eléments de description sémantique et pragmatique, Berne, Peter Lang, pp. 11–32.
Donaire, M.L. (1998) : « La mise en scène du conditionnel ou quand le
locuteur reste en coulisses », Le Français Moderne, 66, 2, 204–227.
Donaire, M.L. (2013) : « Enfin, quelle(s) stratégie(s) énonciative(s) ? », Revue
de Sémantique et Pragmatique, 33–34, pp. 139–158.
Dostie, G. (2004) : Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique
et traitement lexicographique, Bruxelles, De Boeck-Duculot.
Ducrot, O. (1991) : Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.
Haillet, P.P. (2002) : Le conditionnel en français : une approche polyphonique,
Paris, Ophrys.
Steuckardt, A. (2005) : « Les marqueurs formés sur dire », in Steuckardt,
A. et Niklas-Salminem, A. (dir.), Les marqueurs de glose, Publications de
l’Université de Provence, pp. 51–65.
Willems, D. et Blanche-Benveniste, C. (2010) : « Verbes « faibles » et
verbes à valeur épistémique en français parlé : il me semble, il paraît, j’ai
l’impression, on dirait, je dirais », in Iliescu, M., Siller-Runggaldier, H. et
Danler, P. (éds.), Actes du XXVe Congrès International de Linguistique et de
Philologie Romane (Innsbruck 2007), Berlin / New York, De Gruyter,
tome IV, pp. 565–576.
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé :
deux marqueurs en dire ou un marqueur en dire
précédé de t’sais ?
Gaétane Dostie
Département des lettres et communications
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
1. Introduction
1.1. Objet d’étude
Cet article examine la séquence je veux dire [ʒ(ə)vødir] en français parlé et
son association avec la particule t’sais figurant spontanément à sa gauche
en français québécois. Voici deux exemples typiques mettant en jeu je veux
dire et t’sais ( je) veux dire (prononcé soit [tseʒ(ə)vødir], soit [tsevødir]).
(1)mais sinon enfin rien que quand tu vois pour le même pour le même pour le
logement quoi enfin je veux dire y n’a pas photo des des apparts comme ça
euh quand j’en parle à mes potes à Paris ils sont fous quoi quand je leur dis le
loyer
(ESLO2, ENT 1019)
(2)VE : c’est moi qui suis toute la saison (.) l’année passée on a des équipes de
football c’est moi qui a suivi toute leur saison (.) mais en même temps c’est le
fun parce q- quand tu ben c’est sûr que (.) quand je le lis mon chum il lit mon
texte pis il dit •ouin c’est sûr que t’sais (.) ça se VOIT que c’est pas écrit par une
pro là° t’sais je veux dire c’est sûr que ça coule pas autant que (.) si tu lisais
un: un journaliste sportif qui fait ça ça fait trente ans
(CFPQ, sous-corpus 19, segment 4, p. 40, ligne 6; 7 min, 10 s)
La présente étude repose sur des données recueillies dans les 4 corpus suivants, qui reflètent différentes variétés diatopiques/diaphasiques de français
108 Gaétane Dostie
actuellement en usage : le Corpus de français parlé au Québec (CFPQ), le
Corpus de Français Parlé Parisien des années 2000 (CFPP2000), les Enquêtes sociolinguistiques à Orléans (deuxième phase ; ESLO2) et le Corpus
Oral de Français parlé en Suisse Romande (OFROM).
Comme le montre le tableau 1 ci-dessous, au-delà du nombre variable
d’occurrences de je veux dire dans les différents corpus interrogés, une
constante se dégage1 : il s’agit de l’attirance marquée entre, d’un côté, je
veux et le verbe dire à sa droite et, de l’autre, le segment veux dire et le pronom je à sa gauche. Ainsi, dans l’ensemble des corpus, je veux introduit dire
et non n’importe quel autre verbe une fois sur deux, voire un peu plus,
selon le corpus considéré2 . Dans la même veine, le taux d’apparition de
j’/ je devant veux dire, au détriment principalement de tu, est notable : il va
de 86 % à 98 % dans 3 des 4 corpus consultés, à savoir dans le CFPQ,
ESLO2 et OFROM. Seules les données du CFPP2000 diffèrent légèrement sur ce point avec une fréquence un peu moins élevée de 58 % 3 .
1
2
3
La différence de taille entre les corpus consultés explique sans doute pourquoi la
séquence je veux dire y est inégalement répartie. Par exemple, OFROM est le plus
petit des 4 corpus en question et c’est aussi celui qui contient le moins d’occurrences de je veux dire.
De manière plus spécifique, les données se répartissent comme suit : le CFPQ contient
243 occurrences de je veux dire et 444 occurrences de je veux, si bien que dire apparaît tout de suite après je veux dans 55 % des cas (243 / 444 = 55 %). De même, le
CFPP2000 renferme 124 occurrences de j’veux/ je veux et 191 de j’veux/ je veux dire, ce
qui signifie que dire suit j’veux/ je veux dans 65 % des cas (124 / 191 = 65 %). Le corpus
ESLO2 contient, quant à lui, 369 occurrences de la première séquence et 632 de la
seconde, ce qui revient à dire que dans 62 % des cas, je veux introduit dire (369 / 632 =
62 %). Enfin, OFROM présente 51 occurrences de je veux dire contre 91 occurrences
de je veux, de sorte que dire apparaît après je veux dans 56 % des cas (51 / 91 = 56 %).
Le calcul se décline de la manière suivante : dans le CFPQ, il y a 243 occurrences
de je veux dire et 284 occurrences de veux dire (ce qui donne un rapport de 243 / 284
ou 86 %). Dans le CFPP2000, le nombre d’occurrences de je veux dire est de 124 et
celui de veux dire est de 215 (124 / 215 = 58 %). De même, ESLO2 contient 369 de je
veux dire et 389 occurrence de veux dire (369 / 389 = 95 %). Enfin, OFROM renferme
51 occurrences de je veux dire et 52 occurrences de veux dire (51 / 52 = 98 %).
109
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
Tableau 1: Nombre d’occurrences de je veux dire, je veux et veux dire dans 4 corpus du
français actuel.
CFPQ
Conversations à
bâtons rompus
Enregistrements :
2006–2012
CFPP2000
ESLO2
Entrevues semi- (sans la partie
dirigées
diachronie)
Enregistrements : Entrevues
2005–2006
semi-dirigées
Enregistrements : 2014–
Taille : 34 h ½ / Taille : 40 h /
542 072 unités
578 908 unités
graphiques
graphiques
je veux dire
243
1245
je veux
444
191
veux dire
284
215
OFROM
Nombre total
Entrevues semi- d’occurrences
dirigées
dans les 4
Enregistrecorpus
ments :
2008–2014
Taille4 :
Taille : 28 h ½ /
925 940 unités 232 536 unités
graphiques
graphiques
369
51
632
91
389
52
791
1 370
946
45
Les données présentées ci-dessus portent à croire que le degré « d’entrenchment » (c’est-à-dire d’enracinement) relatif à la séquence je + veux + dire est
grand, qu’elle a toute chance d’être mémorisée en tant que séquence morphologiquement complexe ayant atteint, dans certains contextes, un degré
élevé de figement (entre autres, Langacker 1987 : 59–60). Ces contextes,
nous le verrons, correspondent à ceux où elle agit à titre de marqueur
discursif (MD).
Malgré son emploi répandu en français parlé, je veux dire a reçu peu
d’attention, contrairement à d’autres marqueurs en dire, dont c’est-à-dire qui
en est relativement proche (entres autres, Gülich et Kotschi 1983 ; Murât
et Cartier-Bresson 1987 ; Choul 1989 ; Fløttum 1994 ; Steuckardt 2003 ;
Vassiliadou et Lammert 2006 ; Beeching 2007 ; Jacquel 2007a et 2007b ;
Vassiliadou 2004, 2008 ; Khatchatourian 2008). Hormis quelques travaux
centrés sur la paraphrase ou sur la parenthéticité, qui font au passage état de
4
5
Le nombre total d’heures actuellement accessibles en ligne n’est pas précisé sur le
site du corpus.
Dans le CFPP2000, la transcription je veux / je veux dire alterne avec j’veux / j’veux
dire. Le nombre total d’occurrences présentées dans ce tableau pour je veux / je veux
dire inclut cette variante graphique.
110 Gaétane Dostie
notre marqueur (par exemple, Khatchatourian 2008 ; Authier-Revuz 2012
[1995] ; Schneider 2007a, 2007b, 2009 et 2013), une seule étude, à notre
connaissance, lui est spécifiquement consacrée, à savoir celle de TestonBonnard 2008 (section 1.2). La séquence t’sais (je) veux dire n’a, quant à elle,
jamais été examinée. De plus, elle n’est attestée dans aucun des ouvrages
suivants, axés sur la variété de français dans laquelle elle est spontanément
utilisée (ni sous l’entrée savoir, ni sous l’entrée dire, ni, encore moins, en
entrée propre) : le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui 1993, le Dictionnaire du
français plus 1998 et Usito 2012–.
1.2. Objectifs et cadre théorique
L’étude de Teston-Bonnard 2008 met en valeur, de manière très détaillée, les différents contextes syntaxiques dans lesquels je veux dire apparaît.
Cependant, elle laisse en suspens les questions de nature lexico-sémantique et pose l’existence d’une « désémantisation » en ce qui a trait aux
emplois discursifs associés à l’expression considérée. Par « désémantisation », nous supposons qu’il est ici question d’une possible rupture entre,
d’un côté, le sens exprimé par le MD je veux dire et, de l’autre, les éléments
figurant dans sa morphologie, lorsqu’ils sont utilisés de manière autonome6 . À l’encontre de cette hypothèse, nous entendons montrer, dans
cet article, que le marqueur en cause demeure toujours sous l’influence
des éléments figurant dans sa composition et plus encore, que ceux-ci en
orientent le fonctionnement (section 2). Cette démonstration servira de
tremplin pour répondre ensuite à la question posée dans le titre de notre
article : t’sais et je veux dire font-ils office de MD juxtaposés ou t’sais (je)
veux dire est-il un MD distinct de je veux dire ? Dans les faits, cette question
admet deux réponses. Tantôt on est face à deux marqueurs juxtaposés,
tantôt on a affaire à deux marqueurs distincts (section 3). Les éléments
contextuels (notamment la prosodie et la prononciation de la séquence
considérée, avec ou sans le je) sont alors décisifs pour déterminer l’interprétation adéquate.
6
Nous excluons l’interprétation selon laquelle je veux dire serait un marqueur « vide
de sens », peu défendable dans une optique lexico-sémantique.
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
111
L’ancrage théorique de la démarche sera celui de la lexicologie explicative et combinatoire qui place au cœur de sa réflexion la problématique
de la polysémie et qui favorise la mise en relief des liens existant entre les
lexies par le recours à un jeu de paraphrases formulées en langue naturelle
(entre autres, Mel’čuk et al. 1984–1999 ; Mel’čuk et al. 1995 ; Mel’čuk et
Polguère 2007).
2. Je veux dire : de locution verbale à marqueur discursif
2.1. La locution verbale vouloir dire
Pour évaluer l’apport des sens d’origine à celui exprimé par le MD je veux
dire, un détour du côté de la locution vouloir dire s’impose. Celle-ci, qui est
polysémique, met en relation les actants X et Y (cf. X veut dire Y ). Elle est
proche :
–
–
soit de ‘signifier’/ ‘avoir le sens de’ (X veut dire1 Y ≅ ‘X signifie Y’ ;
‘X a le sens de Y’) ;
soit de ‘chercher à signifier’ ou ‘chercher à exprimer, à énoncer quelque
chose’, comme le suggère le TLFi, dans lequel seule cette valeur est
attestée (X veut dire2 Y ≅ ‘X cherche à signifier Y’ ; ‘X cherche à exprimer, à énoncer Y’).
La première valeur, exprimée par vouloir dire1, surgit lorsque l’actant X
réfère à un inanimé, comme en (3) et (4)7. Dans ces exemples, X prend
la forme du pronom anaphorique ça et il renvoie au contexte linguistique
gauche. La seconde valeur, associée à vouloir dire2, apparaît lorsque X correspond à un animé (humain), comme en (5) et (6). Il en est ainsi du fait
7
Pottier (1976) présente vouloir comme un prédicat modal « qui demande une base
animée » en français dit « standard ». La locution vouloir dire1, bien attestée dans les
4 corpus pris comme cibles, diffère sur ce point de vouloir suivi d’un verbe autre que
dire. Par exemple, le il, dans il veut parler, renvoie forcément à un être animé.
112 Gaétane Dostie
que chercher (cognitivement), de manière active, à faire quelque chose
(dans le présent cas, chercher à exprimer une idée), implique la volonté,
qui est une faculté humaine. Aussi, vouloir présente-t-il ici une dimension
volitique ou boulestique de l’ordre du virtuel, contrairement, par exemple,
à pouvoir ou à savoir qui sont de l’ordre de l’actualisation, ou encore à faire,
qui est de l’ordre de la réalisation (Greimas 1976).
(3)M : ça peut-tu vouloir dire d’autre chose ↑ (.) pour vous-autres choker/ ou
c’est tout le temps le même sens
(CFPQ, sous-corpus 3, segment 7, p. 114)
(4)R : mettre des balises c’est ça que ça veut dire pi:s mettre des balises c’est pas
juste de dire •non° c’est de dire •non pourquoi↓° c’est beaucoup plus difficile
de dire •non pourquoi° que de dire •oui bingo° et on s’en va hein
(CFPQ, sous-corpus 20, segment 1, page 9, ligne 15)
(5) C : pourquoi pourquoi [qu’ils tuent/
J:
[mais c’est ce que je veux dire
(CFPQ, sous-corpus 17, segment 2, p. 24, ligne 3 ; 8 min 24 s)
(6)R : ben lui ce qu’il voulait dire c’est pas euh: la qualité de l’écriture de (.) de la
syntaxe là
(CFPQ, sous-corpus 13, segment 6, p. 89, ligne 4)
Dans un exemple comme (5), la séquence je veux dire est donc une instance
particulière de vouloir dire2. Son statut verbal ne fait aucun doute8. Or
fait important pour nous, la dimension volitive inhérente à cet emploi
se retrouve également dans le sémantisme du MD je veux dire, auquel elle
donne une teinte particulière. Nous y revenons plus loin, après une incursion du côté du je dont l’apport au sémantisme global du marqueur s’avère
tout aussi central.
8
Citons quelques-unes des caractéristiques attendues, associées à cette séquence verbale : elle n’est pas figée à la première personne du présent de l’indicatif, comme en
atteste (6) où le pronom il occupe la fonction sujet et où vouloir apparaît à l’imparfait.
De plus, elle joue un rôle au sein de l’énoncé, si bien qu’elle ne pourrait en être retranchée sans créer une impression d’incomplétude.
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
113
2.2. Je veux dire : marqueur discursif
2.2.1. Subjectivisation du propos : le poids de je
Je veux dire perd son statut verbal pour devenir un marqueur discursif
(MD) dans un exemple comme (7)9. Bien qu’il soit optionnel au plan syntaxique, il ne l’est pas au plan sémantico-pragmatique. Pour bien mesurer
l’apport du je au sens exprimé par je veux dire, nous le comparerons à un
marqueur du même paradigme, à savoir c’est-à-dire usité en (8). Dans les
grandes lignes, les deux marqueurs ont une visée explicative et ils effectuent, en première approximation, ce que Murât et Cartier-Bresson (1987)
appellent une « reprise interprétative ». Sous l’angle d’analyse adopté, la
reprise interprétative ne pose pas une équivalence sémantique ou une
« prédication d’identité » entre les segments X et Y qui sont reliés10 . Elle
vise essentiellement à rendre plus clair, plus compréhensible, le segment
X (figurant à la gauche des marqueurs dans nos exemples), par l’ajout du
segment Y (qui se trouve à leur droite dans les exemples considérés ; cf.
X je veux dire Y ; X c’est-à-dire Y ).
9
10
Les propriétés générales des MD sont connues. En voici quelques-unes, illustrées
à partir du cas de je veux dire. Contrairement à la séquence verbale de forme identique, je veux dire discursif n’est pas intégré à la structure de l’énoncé, de sorte que sa
suppression n’entraînerait pas une agrammaticalité. De plus, il est morphologiquement figé à la première personne du présent de l’indicatif et il renvoie non pas au
présent de l’énoncé, mais plutôt au présent de l’énonciation. Enfin, à la différence
de l’emploi verbal ayant une forme identique, je veux dire discursif ne joue pas un
rôle au plan propositionnel, mais plutôt au plan métadiscursif. Nous développons
ce dernier point aux sections 2.2.1 et 2.2.2.
C’est ce qui distingue, pour Murât et Cartier-Bresson, la reprise interprétative de la
paraphrase, cette dernière présupposant dans leur optique, une identité sémantique
(plus ou moins étroite) entre les segments X et Y. Ainsi, pour certains chercheurs,
les segments X et Y reliés par c’est-à-dire se trouvent dans une relation de paraphrase
l’un par rapport à l’autre, car il y aurait équivalence sémantique entre eux (entre
autres, Vassiliadou 2004). Cela dit, la terminologie est flottante et les définitions se
recoupent souvent dans le domaine de la reprise, reformulation, glose, paraphrase,
pour ne citer que quelques termes. En guise d’exemple, De Gaulmyn 1987 range
c’est-à-dire parmi les marqueurs paraphrastiques, mais, pour elle, la paraphrase n’implique pas une identité entre X et Y. Sa vision du marqueur rejoint donc celle de
Murât et Cartier-Bresson.
114 Gaétane Dostie
(7)M : fait que si t’as pas le temps (.) elle mettons <acc<elle a pas le temps de prier
là>> on s’entend-tu là/ elle est ici euh t- (.) une bonne partie de la journée je
veux dire elle fait peut-être ses prières le matin mais le soir pis l’après-midi
euh je veux dire elle s’en va pas pour faire ça là\ fait que pour elle c’est ben
euh FLEXIBLE dans le fond
(CFPQ, sous-corpus 10, segment 1, p. 3, ligne 2)
(8)mon mari très gentiment a cherché un appartement il en a visité quatre-vingtdix jusqu’à c’que j’accepte finalement de déménager et euh nous nous sommes
installés ici c’est-à-dire pas loin nous avons juste t- traversé la rue de Sèvres
et donc nous sommes dans un quartier qui je dois dire maintenant que je suis
euh sevrée de mon septième est euh je pense plus plus agréable à habiter
(CFPP2000)
Cela étant, il est clair que je veux dire inscrit la prise de parole du locuteur
dans un cadre ouvertement subjectif (ce qui est imputable à l’influence du
je dans sa morphologie), alors que c’est-à-dire présente cette parole comme
davantage objective. Ce dernier fait est notamment souligné par Murât
et Cartier-Bresson (1987 : 8). Le caractère subjectif inhérent à je veux dire
est quant à lui mis en relief par Authier-Revuz 2012 [1995] lorsqu’elle
écrit : « [ je veux dire] correspond aux deux valeurs (à frontière non discrète)
de la rectification – c’est une des formes types de la reprise de lapsus vrai
ou simulé – et de l’explicitation, équivalente d’un ce qui signifie pour moi »
(p. 116–117). Le segment pour moi, présent dans la glose proposée par l’auteure, est ici sans équivoque.
Partant, la séquence X je veux dire Y émane systématiquement d’un
seul et même être physique et discursif. Voilà pourquoi le marqueur ne
s’emploie pas en parallèle à c’est-à-dire dans les dialogues relevés en (9) et
(10)11. En (9), le locuteur cherche à obtenir une explication ou une clarification auprès de l’interlocuteur, grâce à un c’est-à-dire associé à une intonation fortement montante, qu’il produit sans rien d’autre12 . De même en
11
12
Ces exemples contredisent une propriété souvent attribuée à c’est-à-dire selon laquelle
il s’agirait d’un marqueur uniquement monologual. À titre d’exemple, Gülich et
Kotschi (1983 : 320) le rangent parmi les marqueurs de « relation paraphrastique
entre énoncés du même locuteur », en fonction des données recueillies dans leur
corpus (oral).
Dans les transcriptions du CFPQ, la flèche orientée vers le haut indique une intonation fortement montante.
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
115
(10), à la question-invitation qui lui est adressée, le locuteur laisse entendre
qu’il a une explication à fournir (réponse « a » dans laquelle le marqueur
est suspensif) ou il en fournit explicitement une (réponse « b »).
(9) G : oui il y a des chansons épiques
S : oui
P : c’est-à-dire ↑
G : comme des euh (.) mettons des trames sonores des films comme justement
Trois cents (.) ou euh: des séries euh (.) moyenâgeuses qui ont l’accent sur les les
GRANdes batailles rangées
(CFPQ, sous-corpus 9, segment 5, p. 64, ligne 1)
<* je veux dire ↑>
(10) – Est-ce que tu peux venir dîner ce soir?
(a) – C’est-à-dire…
(b) – C’est-à-dire (que) justement ma belle-mère doit débarquer…
(Murat et Cartier-Bresson 1987 : 14)13
<* je veux dire>
Au vu de ce qui précède, nous concluons qu’avec je veux dire, le locuteur
n’indique pas simplement qu’il y a reprise ou renvoi à du déjà dit, comme
il le fait avec c’est-à-dire. De façon plus spécifique, il signale sans équivoque
qu’il se reprend. Ce faisant, il accomplit un acte éminemment subjectif que
l’on pourrait appeler un acte d’« aveu d’auto-reprise ». De ce point de vue,
en disant X je veux dire Y, le locuteur affirme au moins deux choses : il pose
i) que « je » n’est pas entièrement satisfait du déjà-dit (= X) et ii) que « je »
désire se racheter (par le biais de Y).
13
Murat et Cartier-Bresson 1987 expliquent de la façon suivante en quel sens c’est-àdire en (10) peut être vu comme mettant toujours en jeu une reprise interprétative :
On peut se demander dans ce cas comment fonctionne la reprise : le démonstratif
c’ n’est pas anaphorique, mais la définition donnée plus haut reste valable. L’entourage situationnel de l’occurrence permet bien d’identifier le réfèrent, au moyen d’un
calcul pragmatique assez simple. Le terme reconstruit correspond à une formule
implicite de refus, telle que « je ne veux pas » ou la paraphrase « non ». (p. 14)
116 Gaétane Dostie
2.2.2. Explication, réflexion, hésitation : le poids de vouloir dire2
Notre préoccupation sera maintenant de situer je veux dire dans la typologie des clauses parenthétiques réduites esquissée dans Schneider 2007a,
2007b, 2009 et 2013. Nous reviendrons ensuite sur l’aspect volitif du marqueur après avoir dégagé quelques-unes de ses propriétés sous l’angle de
la « parenthéticité ».
Dans le cadre considéré, je veux dire appartient à la deuxième des 4
classes identifiées par Schneider relativement aux clauses parenthétiques
réduites. Les marqueurs de cette classe indiquent, selon l’auteur, la force
illocutoire des énoncés auxquels ils sont joints. En ce qui concerne je veux
dire, celui-ci signale plus spécifiquement, on l’a dit, que le fragment de texte
Y auquel il est associé a une valeur explicative. Sans lui, l’idée qu’il y a
explication serait soit transmise de manière implicite, soit plus vraisemblablement, perdue. Sur ce point, je veux dire n’est pas différent d’une petite série de marqueurs, souvent regroupés sous l’appellation large de marqueurs
« reformulatifs », qui sont tenus comme nécessaires pour indiquer la relation entre X et Y (entre autres, Gülich et Kotschi 1983 ; voir aussi la sousclasse des marqueurs dits « métadiscursifs » dans De Gaulmyn 1987 : 171).
En guise d’exemple, je veux dire signale explicitement, en (11) que le segment
textuel figurant à sa droite s’inscrit naturellement dans la continuité de ce
qui vient d’être dit, qu’il l’explique et le justifie. Sur le plan distributionnel, le marqueur apparaît généralement, dans nos corpus, avant la séquence
qu’il module et non après elle, même si la seconde position ne paraît pas en
soi exclue (ex. pour 11 : mais tant qu’à faire de rester à Paris j’veux dire). Force
est donc de conclure que je veux dire a le plus souvent pour fonction non
seulement de souligner la teneur explicative de la séquence qu’il accompagne,
mais aussi de l’annoncer.
(11)enfin comme ça + mais c’est vrai qu’en dehors de ça + bon évidemment si
on est obligé de partir en banlieue ou dans d’autres villes pour des raisons
professionnelles ou quoi bien sûr qu’on le j’ l’aurais fait évidemment on va
pas non plus euh mais j’veux dire tant qu’à faire de rester à Paris euh bon
ben c’est vrai que c’est un quartier très agréable et qu’on n’a pas tellement
envie d’en partir
(CFPP2000)
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
117
Cela dit, Schneider 2007a rapproche les marqueurs de sa classe 2, tels
je veux dire, de ce que Fraser 1975 nomme hedges performatifs en écho aux
observations de Lakoff 1972 qui établit un lien entre hedges (marqueurs d’atténuation) et verbes performatifs (Fraser 2010). Selon cette analyse, le hedging est envisagé comme une stratégie rhétorique qui atténue soit la portée
d’une expression, soit la force d’un acte illocutoire. Pour en revenir aux
clauses parenthétiques réduites de la classe 2, Schneider y voit des unités
qui ont elles aussi pour effet d’atténuer la force illocutoire des énoncés
qu’elles accompagnent. À titre illustratif, en leur présence, les assertions
paraissent moins assertives, les demandes moins directives, etc. Tout cela,
nous semble-t-il, découle en partie, en ce qui concerne je veux dire, de la
dimension volitive dont il hérite de vouloir dire2 : on l’a dit (section 2.1), ce
dernier traduit la quête de l’actant X pour exprimer sa pensée (cf. X veut
dire2 Y @ ‘X cherche à exprimer Y’ / ‘X cherche à énoncer Y’). De même, je
veux dire discursif pourrait être glosé, en première approximation, de la
façon suivante : ‘je cherche à expliquer ma pensée’.
La glose précédente met l’accent sur deux aspects centraux du sens
exprimé par je veux dire. Premièrement, le je qui y figure indique explicitement la prise en charge, par l’actant de l’énonciation, de la quête ici effectuée (section 2.2.1). Deuxièmement, la composante ‘je cherche’ souligne
le fait qu’avec je veux dire, le locuteur est en mode réflexif : il tente, au moment précis où il utilise le marqueur, de formuler une pensée qui n’est pas
forcément facile à mettre en mots. Son effort est palpable, il hésite. Voilà
pourquoi l’explication qu’il donne paraît souvent (encore) plus tâtonnante,
moins assurée que ce qu’elle aurait été sans je veux dire. Par exemple, le
locuteur délibère avec lui-même en (12) sur la justesse du terme quartier
pour désigner le secteur où il habitait à une certaine époque. Sa difficulté
à utiliser cette dénomination l’amène à introduire par j’veux dire un segment textuel qui éclaire son indécision : le lieu dont il parle se compose
de galeries commerciales. De manière implicite, on comprend que, de son
point de vue, un tel lieu ne correspond pas au quartier prototypique, d’où
son hésitation.
(12)enfin j’habitais à côté de la place Bauveau donc j’dirai pas qu’c’est un quartier + euh c’est un quartier bien sûr mais c’est pas un endroit où les + où
les gens + j’veux dire c’est des galeries + on est à côté du faubourg saint
118 Gaétane Dostie
Honoré de l’Elysée euh ça m’a pas paru un quartier euh + en revanche j’vais
deux fois par semaine dans le vingtième où+ qu’est un vrai quartier où je
vais travailler faire de l’alphabétisation
(CFPP2000)
En somme, je veux dire renvoie à la volonté, mais aussi, plus spécifiquement peut-être, à la « bonne volonté » du locuteur, qui cherche à expliquer
au mieux sa pensée pour le bénéfice de l’interlocuteur. En ce sens, celui
qui en use inscrit sa démarche dans un cadre foncièrement collaboratif et
« honnête ». Il ne cache pas l’effort de réflexion auquel il se livre au moment
même où il construit son discours et le désir qui l’habite de clarifier son
propos.
3. T’sais (je) veux dire
Nous justifions d’abord, dans ce qui suit, notre intérêt pour la séquence
t’sais (je) veux dire, à partir de quelques données quantifiées qui montrent
que t’sais apparaît de manière régulière à la gauche de je veux dire en français québécois (section 3.1). Par la suite, nous nous intéressons aux emplois où t’sais est un MD précédant le je veux dire discursif décrit plus haut
(section 3.2). Enfin, nous scrutons les cas où t’sais (je) veux dire a le statut
de MD morphologiquement complexe, polysémique, distinct de je veux
dire (section 3.3).
3.1. T’sais (je) veux dire : quelques données quantifiées
Parmi les 4 corpus consultés, seul le CFPQ renferme des occurrences de
la séquence t’sais ( je) veux dire. Bien que leur nombre soit plutôt modeste
dans l’absolu (il y en a 44), la fréquence d’apparition de t’sais devant je
veux dire mérite d’être signalée : elle est de 18 %. En d’autres termes, t’sais
119
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
précède je veux dire près de 1 fois sur 514 . On pourrait croire, à première
vue, que cette fréquence d’emploi découle de la fréquence particulièrement élevée du marqueur tu sais/ t’sais dans le corpus québécois (on
en repère plus de 3 900 occurrences), comparativement à une apparition nettement plus restreinte dans les 3 autres corpus : il y a, en effet,
86 occurrences de tu sais / t’sais dans le CFPP2000, 353 dans ESLO2 et
97 dans OFROM. Or une recherche sommaire dans nos corpus montre
que la fréquence élevée d’un marqueur sur une base individuelle ne suffit
pas à rendre compte de sa fréquence importante d’association avec un
autre marqueur. En guise d’exemple, le tableau 2 ci-dessous illustre le
fait que des marqueurs extrêmement fréquents sur une base individuelle
dans le CFPQ, tels pis, oui et non, ne précèdent que rarement je veux dire,
voire, jamais. Pourtant, les séquences pis je veux dire, oui je veux dire ou
encore non je veux dire n’ont, en soi, rien d’impossible.
Tableau 2 : Trois marqueurs fréquents dans le CFPQ et leur association à je veux dire.
Unités simple et unités en cumul
pis
pis je veux dire
oui
oui je veux dire
non
non je veux dire
Nombre d’occurrences
9 033
8
8 331
Ø
5 516
2
T’sais est de fait l’unité graphique qui introduit le plus souvent je veux dire
dans le corpus considéré. La deuxième unité à le faire est mais (43 occurrences) et la troisième est là (25 occurrences). Un calcul simple permet ainsi
d’établir que dans 46 % des cas où la séquence je veux dire est utilisée, soit
t’sais, soit mais, soit là apparaissent à sa gauche et, ce, au détriment de toute
autre unité qui, par ailleurs, pourrait être extrêmement fréquente dans le
corpus.
Au vu de ce qui précède, nous concluons que je veux dire sélectionne
naturellement t’sais au nombre de ses cooccurrents privilégiés. Voyons
14
Le calcul est établi de la manière suivante : 44 occurrences sur un total de 243 équivaut à 18 % et donc, à un rapport de près de 1 sur 5.
120 Gaétane Dostie
maintenant quel est l’apport de ce MD lorsqu’il introduit le je veux dire
discursif présenté plus haut. Le cas du MD complexe t’sais (je) veux dire
sera ensuite considéré.
3.2. Deux marqueurs discursifs figurant en contiguïté : je veux dire précédé de t’sais
L’intonation et le rythme, combinés au caractère audible du je (prononcé
[ʒ(ə)]), permettent d’établir que t’sais et je veux dire surgissent, dans certains
cas, l’un après l’autre tout en conservant leur sens respectif. Par exemple,
en (13), t’sais est produit avec une intonation légèrement montante qui
le détache de je veux dire. Dans ce cas-ci, il sert au locuteur à en appeler
discrètement à la participation cognitive de l’interlocuteur, à sa compréhension, afin de s’assurer qu’il suit bien son propos (grosso modo, ‘tu
comprends’, ‘tu me suis’, entre autres Dostie et De Sève 1999). De ce
point de vue, t’sais demeure sous l’influence de son unité source, c’est-àdire du verbe de connaissance savoir, précédé du pronom d’adresse tu. Je
veux dire, quant à lui, présente toujours une dimension réflexive et explicative, comme dans les exemples discutés plus haut. En résumé, les deux
marqueurs, usités en contiguïté, assument des fonctions différentes, qui
se complètent au plan interactionnel.
(13)S : c’est la même CHOSE moi je disais •regardez moi ça me fait rien là de
faire n’importe quoi moment donné ils te le reprochent •ah ouin toi euh: tu
décides tout° t’sais/ (.) oui mais à un moment donné là/ (.) c’est TOI qui as
TOUJOURS décidé (.) t’sais c’est (.) que ce soit aussi pour habiller les enFANTS (.) t’sais/ je veux dire au niveau bon de penser •les bottes sont-tu
assez grandes/° (.) non ça je Luc je l’ai jamais vu partir aller acheter des bottes
plus grandes (.) les suits euh: t’sais les enfants (inaud.)
(CFPQ, sous-corpus 1, segment 4, p. 48, ligne 9)
3.3 Le marqueur discursif t’sais veux dire
En parallèle aux emplois cumulés des MD t’sais et je veux dire, se trouvent
ceux où la séquence t’sais (je) veux dire forme un bloc au plan prosodique
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
121
et correspond, au plan sémantique, à un seul MD. La prononciation la
plus naturelle (mais non exclusive) est alors [tsevødir] (sans le pronom
j’/ je). De ce fait, nous optons désormais pour la transcription graphique,
non ambiguë, t’sais veux dire et examinons, ci-dessous, les deux fonctions
associées au marqueur. Elles sont notées respectivement, t’sais veux dire1
et t’sais veux dire2.
3.3.1. T’sais veux dire1 : appel à la compréhension de l’interlocuteur
T’sais veux dire1 est produit avec une intonation (légèrement) montante,
dans un contexte où je veux dire (sans t’sais) serait inacceptable, comme en
(14). Il fait appel à la participation cognitive de l’interlocuteur, à sa compréhension, à la manière du t’sais dont il vient tout juste d’être question.
L’appel en cause est particulièrement pressant et ouvert en raison de l’intonation associée au marqueur qui lui donne une valeur de (semi-)question. Aussi, il n’est pas rare que l’interlocuteur y réagisse explicitement.
C’est le cas en (14), où G signale à la fois son écoute, sa compréhension
et, peut-être aussi, son accord, par le biais d’un ben oui faisant suite au t’sais
veux dire1 un peu montant produit par S.
(14)S : ouais va falloir faire quelque chose par exemple t’sais au niveau de l’éducation physique/ dans les écoles qui ont diminué là\ (.) les heures de conditionnement physique
[…]
S : parce que (.) à en faire (.) tu prends le GOÛT [de (.) pis que t’sais je veux
dire/
C:
[justement
G : ben oui
(CFPQ, sous-corpus 1, segment 8, page 120, ligne 7)
<*je veux dire />
En un mot, le sens exprimé par t’sais est donc totalement intégré au sémantisme de l’expression discursive t’sais veux dire1. Qu’en est-il, maintenant, de celui induit par je veux dire ? La valeur explicative et la portée
réflexive de ce marqueur semble ici moins prégnante. En revanche, il est
facile d’établir un lien avec la locution verbale vouloir dire2. Pour mémoire,
cette locution a le sens de ‘chercher à exprimer, à énoncer quelque chose’
(section 2.1). De là, nous retenons la glose suivante pour t’sais veux dire1 :
122 Gaétane Dostie
‘je te demande si tu comprends bien ce que je cherche à exprimer / l’idée
que je cherche à énoncer’.
Sur le plan paradigmatique, t’sais veux dire1 commute avec tu vois ce que
je veux dire. Cette expression constitue également un appel non équivoque à
la compréhension de l’interlocuteur et elle sollicite ouvertement, elle aussi,
une réaction de sa part15 . Toutefois, le subordonnant ce que est élidé dans
t’sais veux dire, ce qui serait impossible avec tu vois ce que je veux dire16 (cf. *tu
vois (je) veux dire). De plus, tu vois, dans l’expression tu vois ce que je veux dire,
accepte la forme fléchie vous voyez, éventuellement réduite à voyez, comme
en témoignent les exemples (15) et (16). Une telle modification de forme
est tout à fait exclue avec t’sais veux dire (*vous savez veux dire / *savez veux
dire). Étant donné ce qui précède, nous concluons que t’sais veux dire1 est
davantage pragmaticalisé que tu vois ce que je veux dire, même si l’influence des
unités sources se fait toujours sentir (cf. t’sais, vouloir dire2 et le je implicite).
(15) – mais je prends l’accent de la personne qui a la
– hm hm
– vous voyez ce que je veux dire ?
– ouais ouais
(ESLO 2)
<*vous savez veux dire ? ; *savez veux dire ? ; *(je) veux dire ?>
(16)– et alors il y a qu’à avoir un coup dur le patron ne me défendra pas
– ah oui
– voyez ce que je veux dire ?
– oui oui oui je vois oui
(ESLO 1)
<*vous savez veux dire ? ; *savez veux dire ? ; *(je) veux dire ?>
Par ailleurs, l’expression vous comprenez ce que je veux dire est parfois utilisée en parallèle à t’sais veux dire1 et à tu vois ce que je veux dire. En voici un
exemple en (17), extrait du corpus ESLO117.
15
16
17
Cette séquence est sentie comme étant suffisamment lexicalisée pour être consignée dans le Petit Robert 2015 sous l’entrée dire. Elle n’est cependant pas définie.
Ce que peut être prononcé [səkə] ou [skə].
Les 4 corpus consultés qui reflètent, nous l’avons dit, un français en usage dans les
années 2000, ne contiennent aucune occurrence de la séquence tu comprends ce que je
veux dire / vous comprenez ce que je veux dire. Il faut interroger le corpus ESLO1, dont
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
123
(17) – vous comprenez ce que je veux dire ?
– oui oui oui
– il faut quand même euh y connaî- s’y connaître un peu hein
(ESLO 1)
D’un point de vue général, l’appel à la compréhension de l’interlocuteur
est imputable, avec t’sais veux dire1, tu vois ce que je veux dire et tu comprends ce
que je veux dire, à l’influence de trois unités rattachées à des verbes cognitifs
(t’sais versus savoir, tu vois versus voir et tu comprends versus comprendre). Leur
rôle est central dans la dynamique des expressions considérées. Ces unités
dominent sémantiquement le segment (je) veux dire, dont on pourrait, à la
limite, faire l’économie. Dans ce dernier cas, l’appel à la compréhension
adressé à l’interlocuteur porterait toujours sur ce que le « je » veut dire,
mais il n’en ferait plus fait état de manière explicite.
3.3.2. T
’sais veux dire2 : affirmation d’une intercompréhension sur la base d’un
savoir partagé
T’sais veux dire2 partage plusieurs propriétés avec t’sais veux dire1. Par
exemple, comme lui, il est figé sous cette forme (ex. : *vous savez veux dire)
et l’insertion du subordonnant ce que, sur le modèle de tu vois ce que je veux /
tu comprends ce que je veux dire, n’est pas naturelle. Une première différence
entre les deux emplois tient au fait que t’sais veux dire2, contrairement à
t’sais veux dire1, n’est pas associé à une intonation montante et qu’il n’appelle pas ouvertement une réaction de la part de l’interlocuteur. Sur le
plan distributionnel, il s’en suit que t’sais veux dire2 se trouve souvent à
l’intérieur du tour de parole du locuteur, comme en (18) et (19). Celui-ci
n’a pas à attendre une réaction de la part de l’autre pour se sentir conforté
dans son rôle de parleur18 .
18
les enregistrements ont été effectués dans la ville d’Orléans entre 1969 et 1974,
pour trouver 3 occurrences de cette séquence. Il se pourrait que l’expression soit
un peu vieillie.
Nous n’avons trouvé aucune attestation, dans nos corpus, des expressions tu vois
ce que je veux dire / tu comprends ce que je veux dire en parallèle à t’sais veux dire2, mais
Authier-Revuz, (2012 : 198–199) propose quelques exemples similaires avec (si) vous
voyez ce que je veux dire.
124 Gaétane Dostie
(18) MC : u- une fois <all<pis c’était pas bon>> moi le tartare de
M : <all<c’est-tu bon/>>
J : ah je sais PAS (en haussant les sourcils et en abaissant la commissure des lèvres comme
pour exprimer son scepticisme) ben c’est comme/ d’un peu le sushi qu’on on m’a
dit t’sais je veux dire le le le fromage ( probablement pour dire « le poisson ») cru
dedans c’est pas (.) ça ressemble un peu à ça là\
(CFPQ, sous-corpus 22, segment 1, page 11, ligne 6 ; 5 min 41 s)
<t’sais ; je veux dire>
(19)P : pis elle est un peu casse-couilles parce que moi j’arrive à Sherbrooke je suis
comme en ville je suis comme •wo:w° j’arrive d’un petit village (.) là elle est
là <all<•ben voyons (.) c’est banal°>> j’étais là peut-être pour toi qui as vécu
ici toute ta vie moi je suis là •ben non t’sais je veux dire moi j’ai des VAches
chez nous là°(.) (inaud.)
(CFPQ, sous-corpus 25, segment 2, page 20, ligne 14 ; 1 min, 53 s)
<t’sais ; je veux dire>
Il reste maintenant à établir quel est l’apport spécifique de t’sais veux dire2
dans l’interaction. Pour commencer, remarquons que t’sais et je veux dire
pourraient être utilisés l’un sans l’autre dans les contextes où t’sais veux
dire2 surgit. On le voit en (18) et (19). T’sais servirait alors à faire appel à
la compréhension de l’interlocuteur et le MD je veux dire aurait une portée
réflexive et explicative, conformément aux analyses proposées plus haut
(section 2). Cependant, malgré sa proximité avec ces deux marqueurs, la
séquence t’sais veux dire2 ne se résume pas à la somme des sens qu’ils expriment sur une base individuelle, ni d’ailleurs au sens exprimé par t’sais
veux dire1, reformulé sous forme assertive. Certes, t’sais veux dire2 fait appel
à la compréhension de l’interlocuteur relativement à l’idée que le locuteur
cherche à exprimer, mais également, à la connivence – réelle ou feinte –
qui lierait ces interactants l’un à l’autre. Cette connivence vient de ce que
le locuteur impute à l’autre un savoir lui permettant de comprendre ce
qu’il cherche à dire, sans qu’il soit forcément nécessaire de tout expliciter.
De là, nous proposons pour t’sais (je) veux dire2, la glose approximative suivante : ‘Étant donné le savoir général dont tu disposes, tu comprends certainement ce que je cherche à exprimer / l’idée que je cherche à énoncer’.
À titre illustratif, considérons le dialogue en (20). Dans cet exemple,
la locutrice M évoque l’époque où elle a quitté le giron familial : elle devait veiller seule à la préparation de tous ses repas et elle est devenue
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
125
anémique. T’sais veux dire2 lui sert ici à affirmer que l’interlocutrice V comprendra certainement pourquoi son état de santé s’est alors dégradé. Pour
ce faire, cette dernière prendra appui sur l’information donnée dans le
segment textuel figurant à la droite du marqueur et sur les connaissances
générales du monde dont elle dispose. Ainsi, pour établir un lien entre,
d’un côté, être anémique et, de l’autre, manger un type de saucisse fumée
appelé pogo, il faut savoir ce qui suit : la pauvreté d’un tel régime alimentaire risque d’entraîner des carences nutritionnelles.
(20) M : t’sais quand j- quand [tu commences à être en appart là
V:
[(elle hoche la tête affirmativement)
M : à un moment donné heille je faisais de l’anémie ma première année d’appart là parce que: (rire) j’étais pas euh <all<t’sais je veux dire je mangeais
des pogos>> pis des moi j-je savais pas là t’sais dans le fond là à part des petits
plats genre pain de viande pâté chinois des affaires de même (.) chez nous
c’était pas la grande gastronomie là t’sais
(CFPQ, sous-corpus 10, segment 9, page 108, ligne 13)
En somme, de manière générale, t’sais veux dire2 permet au locuteur d’imputer à l’interlocuteur un savoir communément partagé. Sur cette base, il
présume que ce dernier sera en mesure de comprendre ce qu’il dit, même
si son propos est allusif, sommaire ou incomplet.
4. Conclusion
Le verbe dire joue un rôle central dans la communication (entre autres, De
Gaulmyn 1986 ; Franckel 1998) et il participe à la formation d’un nombre
considérable de MD, comme en témoigne le présent ouvrage (voir aussi
Langue française 2015). Pour notre part, nous nous sommes concentrée,
dans cet article, sur les séquences je veux dire et t’sais (je) veux dire, afin de
répondre à la question suivante : t’sais et je veux dire font-ils office de MD
juxtaposés ou t’sais (je) veux dire est-il un MD distinct de je veux dire ?
Pour répondre à cette question, nous avons examiné, dans un premier temps, le marqueur je veux dire, eu égard à ses liens avec les éléments
126 Gaétane Dostie
présents dans sa morphologie. L’idée générale sous-tendant cette démarche était que ceux-ci imprègnent et infléchissent le fonctionnement
du marqueur. De manière plus spécifique, nous avons avancé ce qui suit :
–
–
sous l’emprise du je, le marqueur je veux dire sert au locuteur à accomplir un acte foncièrement subjectif, qui s’apparente à un acte d’« aveu
d’auto-reprise ». Cela signifie que le sujet de l’énonciation, « je », avoue
explicitement ne pas être entièrement satisfait de ce qu’il vient tout
juste de dire (= X) et exprime le désir de se racheter (par le biais de Y) ;
sous l’influence de la locution vouloir dire2, je veux dire renvoie en outre
à la « bonne volonté » du locuteur qui affirme chercher à mieux expliquer X par le biais de Y, pour le bénéfice de l’interlocuteur.
Dans un deuxième temps, nous avons focalisé notre attention sur la séquence t’sais (je) veux dire pour laquelle deux cas ont été distingués :
–
–
un premier, où les MD t’sais et je veux dire se succèdent dans le texte ;
un second, où t’sais veux dire (ainsi orthographié, car je est le plus souvent omis) a le statut de MD morphologiquement complexe, distinct
de je veux dire. Les éléments contextuels (notamment la prosodie et la
prononciation de la séquence considérée, avec ou sans le je) contribuent alors à fixer l’interprétation adéquate.
Le marqueur t’sais veux dire renvoie ouvertement à la parole du locuteur,
tout comme je veux dire discursif. Cependant, la référence au dire est cette
fois subordonnée à l’appel à la participation cognitive de l’autre, à sa compréhension et à son savoir. Cela se fait sous l’influence de la particule t’sais,
issue du verbe savoir, dont le sens irradie ceux exprimés par t’sais veux dire1
et t’sais veux dire2.
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
127
Références
Authier-Revuz, Jacqueline, 2012 [1995], Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles
réflexives et non-coïncidences du dire, Limoges : Lambert Lucas.
Beeching, Kate, 2007, « La co-variation des marqueurs discursifs bon, c’està-dire, enfin, hein, quand même, quoi et si vous voulez : une question d’identité ? », Langue française, 154, p. 78–93.
Choul, Jean-Claude, 1989, « C’est-à-dire. L’expression métalinguistique de
l’équivalence », Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée, 8 :
3–4, p. 89–106.
De Gaulmyn, Marie-Madeleine, 1986, « Sur les verbes de parole. Dire,
demander, proposer », in : Sylvanne Rémi-Giraud et Michel Le Guern
(éds), Sur le verbe. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, p. 307–357.
De Gaulmyn, Marie-Madeleine, 1987, « Reformulation et planification métadiscursives », in : Jacques Cosnier et Catherine Kerbrat-Orecchioni
(éds), Décrire la conversation, Lyon : Presses Universitaires de Lyon,
p. 167–198.
Dictionnaire du français plus (DFP), 1998, sous la direction de Claude Poirier,
avec le concours de Louis Mercier et Claude Verreault, Montréal :
Centre Éducatif et Culturel (CEC).
Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (DQA), 1993, sous la direction de JeanClaude Boulanger, Jean-Yves Dugas et Bruno De Bessé, avec la collaboration de Jean Blouin, Dicorobert inc : Saint-Laurent.
Dostie, Gaétane et Suzanne de Sève, 1999, « Du savoir à la collaboration.
Étude pragma-sémantique et traitement lexicographique de t’sais »,
Revue de sémantique et pragmatique, 5, p. 111–138.
Fløttum, Kjersti, 1994, « À propos de c’est-à-dire et ses correspondants
norvégiens », Cahiers de linguistique française, 15, p. 109–129.
Franckel, Jean-Jacques, 1998, « Au cœur de l’indicible : le verbe dire »,
Linx, 10, p. 53–69.
Fraser, Bruce, 1975, « Hedged Performatives ». in : Peter Cole et Jerry L.
Morgan (éds.), Syntax and semantics, vol. 3. Speech Acts, New York :
Academic Press, p. 187–210.
128 Gaétane Dostie
Fraser, Bruce, 2010, « Pragmatic Competence: The Case of Hedging », in :
Gunther Kaltenböckb et al. (éds), New Approaches to Hedging, Bingley :
Emerald Publishers, p. 15–34.
Greimas, Algirdas Julien, 1976, « Pour une théorie des modalités », Langages, 10 : 43, p. 90–107.
Gülich, Elisabeth et Thomas Kotschi, 1983, « Les marqueurs de reformulation paraphrastique », Cahiers de linguistique française, 5, p. 305–351.
Jacquel, Géraldine, 2007a, « C’est-à-dire (que) et relations de subordination
et de coordination », Français moderne, 75 : 2, p. 241–261.
Jacquel, Géraldine, 2007b, « Le rôle de que dans la distribution syntaxique
de c’est-à-dire (que) en langue orale », Lingvisticae Investigationes, 30 : 2,
p. 247–260.
Khatchatourian, Elisaveta, 2008, « Les marqueurs de reformulation formés à partir du verbe dire », in : Marie-Claude Le Bot et al. (éds),
La reformulation, Marqueurs linguistiques – Stratégies énonciatives, Rennes :
Presses Universitaires de Rennes, p. 19–33.
Langacker, Ronald W., 1987, Foundations of Gognitive Grammar. Theoritical
Prerequisites, vol. 1, Sandford : Standford University Press.
Lakoff, George, 1972, « Hedges. A Study in Meaning Criteria and the
Logic of Fuzzy Concepts », Papers from the Eighth Regional Meeting of the
Chicago Linguistic Society, p. 183–228.
Langue française, 2015, numéro thématique « Dire et ses marqueurs », Sonia
Gómez-Jordana et Jean-Claude Anscombre (éds), 186 : 2.
Murât, Michel et Bernard Cartier-Bresson, 1987, « C’est-à-dire ou la reprise
interprétative », Langue française, 73, p. 5–15.
Mel’čuk, I. A., et al., 1984–1999, Dictionnaire explicatif et combinatoire du
français contemporain, Recherche lexico-sémantiques, vols 1–4, Montréal :
Presses de l’Université de Montréal.
Mel’čuk, I. A., et al., 1995, Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire,
Bruxelles : Duculot, 256 p.
Mel’čuk, Igor A. et Alain Polguère, 2007, Lexique actif du français, Bruxelles :
De Boeck.
Pottier, Bernard, 1976, « Sur la formulation en linguistique », Langages,
10 : 43, p. 39–46.
Je veux dire et t’sais (je) veux dire en français parlé
129
Schneider, Stefan, 2007a, Reduced Parenthetical Clauses as Mitigators. A Corpus
Study of Spoken French, Italian and Spanish. Amsterdam et Philadelphia :
Benjamins.
Schneider, Stefan, 2007b, « Les clauses parenthétiques réduites en français, italien, et espagnol. Une analyse pragmatique fondée sur des
corpus de la langue parlée », in : David Trotter (éd.), Actes du XXIVe
Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes. Aberystwyth,
2–5 août 2004, vol. 3, Tübingen : Niemeyer, p. 423–432.
Schneider, Stefan, 2009, « Les clauses parenthétiques dans les textes de la
Nouvelle-France du 17e et du 18e siècle : aspects syntaxiques, pragmatiques et diachroniques », Linx, 61, p. 87–102.
Schneider, Stefan, 2013, « Clauses parenthétiques réduites et type d’interaction verbale. Quelques considérations », in : Hélène Chuquet (éd.),
Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive. Rennes :
Presses Universitaires de Rennes, p. 175–194.
Steuckardt, Agnès, 2003, « C’est-à-dire au XVIIIe siècle », in : Agnès Steuckardt et Aïno Niklas-Salminen (éds), Le mot et sa glose, Aix-en-Provence :
Publications de l’Université de Provence, p. 223–244.
Teston-Bonnard, Sandra, 2008, « En français parlé, je veux dire est-il toujours une marque de reformulation ? », in : Marie-Claude Le Bot
et al. (éds), La reformulation, Marqueurs linguistiques, stratégies énonciatives,
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 51–67.
Usito 2012-, Dictionnaire de l’équipe Franqus. Sous la direction éditoriale
de Hélène Cajolet-Laganière et Pierre Martel. Éditions Delisme inc.,
Sherbrooke. En ligne : <https://www.usito.com>. (Consulté le 15 mai
2015).
Vassiliadou, Hélène, 2004, « Les connecteurs de reformulation c’est-à-dire en
français et diladi en grec », Lingvisticae Investigationes, 27 : 1, p. 125–146.
Vassiliadou, Hélène, 2008, « Quand les voies de la reformulation se
croisent pour mieux se séparer : à savoir, autrement dit, c’est-à-dire, en
d’autres termes », in : Marie-Claude Le Bot et al. (éds), La reformulation,
Marqueurs linguistiques – Stratégies énonciatives, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 35–50.
130 Gaétane Dostie
Vassiliadou, Hélène et Marie Lammert, 2006, « C’est-à-dire (que) : entre
rupture et cohérence discursive » in : Frederic Calas (éd.), Cohérence et
discours, Paris : PUPS, p. 209–218.
Corpus
CFPP2000 (Corpus de français parisien des années 2000), Université
Paris 3 – Sorbonne nouvelle. Site : <http://cfpp2000.univ-paris3.fr/
Corpus.html> (Consulté le 5 septembre 2015).
CFPQ (Corpus de français parlé au Québec), CATIFQ, Université de
Sherbrooke. Site : <http://recherche.flsh.usherbrooke.ca/cfpq/>.
Sous-corpus exploités dans le cadre de la présente étude : sous-corpus
1 à 21, ainsi que sous-corpus 23 et 25 (= environ 34 h ½ d’enregistrement). (Consulté le 22 septembre 2015).
ESLO (Enquêtes sociolinguistiques à Orléans), Université d’Orléans,
Site : <http://eslo.huma-num.fr/> (Consulté le 5 septembre 2015).
OFROM (Corpus oral de français parlé en Suisse romande), Université de
Neuchâtel. Site : <http://www11.unine.ch/> (Consulté le 5 septembre
2015).
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et
leurs variantes
Jean-Jacques Franckel
Université Paris-Ouest La défense
1. Introduction
Dans cet article, nous nous intéresserons aux formes impératives du
verbe dire.
A partir d’une analyse du verbe dire d’un côté et des formes de l’impératif de l’autre, nous étudierons les formes en disons et en dis / dites dans
la diversité de leurs constructions (disons, disons-le, disons que ; dis, dis moi),
de leurs environnements pris en compte d’un point de vue distributionnel
et de leurs valeurs sémantiques.
2. Cadre théorique
2.1. Cadre théorique général
1) Nous partons de la notion d’énonciation entendue non pas comme acte
d’un sujet qui produit un énoncé, mais comme processus à mettre en évidence à partir de l’énoncé en tant qu’agencement de formes. L’activité de
langage telle que nous la prenons en compte est entièrement définie par
ce qu’en tracent les formes de la langue, leur agencement et les contraintes
qui se manifestent à travers ces agencements. Dans cette approche, que
132 Jean-Jacques Franckel
l’on peut qualifier de constructiviste1, les sujets ne sont pas externes à la
langue : il s’agit non pas de sujets qui utilisent des formes, mais de formes
qui marquent et construisent la présence de sujets et de relations entre ces sujets, sous le mode particulier que leur confèrent ces formes. Dans le cas
de l’impératif en particulier, il ne s’agit pas d’un locuteur A s’adressant à
un locuteur B pour lui donner un ordre ou une consigne ou établir tout
autre rapport de force, de supplique ou d’intimation. L’impératif est une
forme qui met en jeu des positions énonciatives variables dont nous analyserons différentes configurations à travers les expressions étudiées.
De même, notre analyse du verbe dire se fonde sur l’observation de la
façon dont le sens s’élabore à partir de la diversité de ses emplois dans toute
leur complexité, et non sur un schéma de communication établi a priori et
hors la langue par lequel dire serait de quelque façon associé à la transmission de paroles d’un locuteur à un autre locuteur, conception au demeurant
difficilement compatible avec des emplois tels que Ça te dit de venir faire un
tour avec moi ? Ce nom ne me dit rien ; Quelque chose me dit qu’il va venir ce soir ; Il est,
disons, un peu décalé ; Non mais dis donc, ça va pas la tête ?!
2) Nous récusons tout recours à un processus de « pragmaticalisation »
(cf. en particulier E.C. Traugott & R.B. Dasher (2007), G.Dostie (2004)) par
lequel notamment certaines formes impératives de dire telles que Non mais
dis, ça va pas la tête ! ou encore Il est un peu bizarre, disons un peu décalé feraient
perdre au verbe ainsi qu’aux marques de l’impératif leur consistance sémantique et leur fonction propre. J. Delahaie (2015) distingue dans les emplois
impératifs de dire les emplois de sens plein des emplois « discursifs » relevant
d’une perte totale ou partielle de la valeur injonctive et d’un éloignement
du sens fondamental du verbe. Nous soutenons au contraire que dans ces
emplois, la sémantique du verbe se trouve pleinement en jeu.
Notre démarche se fonde sur la prise en compte des formes dans leur
détail et dans leur composition, avec l’objectif de comprendre comment
se construit le sens des séquences étudiées, que nous ne considérons pas
a priori comme des « locutions figées », mais comme relevant d’un fonctionnement régulier des unités qui les composent.
1
Pour un développement de cette approche, en lien direct avec cet article, cf. en
particulier A. Culioli et C. Normand (2005), S. De Vogüé (1999, 2006 et 2011),
J.-J. Franckel (2002), D. Paillard (2009).
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
133
2.2. Cadre théorique de l’analyse des formes impératives de dire
L’analyse proposée consiste à rapporter les emplois des formes impératives de dire dans toute leur diversité à un fonctionnement général du
verbe dire d’un côté, et des formes de l’impératif de l’autre.
2.2.1. Analyse du verbe dire
2.2.1.1. Caractérisation
Nous partons dans cette optique d’une caractérisation générale du verbe
dire dont la complexité tient au fait que dire est une forme qui marque la
production de formes. Pour une analyse de ce verbe et de l’organisation de
la variation de ses valeurs nous renvoyons à Franckel, J.-J. (2015). Nous
ne retiendrons ici que ceux des éléments de cette analyse qui concernent
directement l’étude de ses formes impératives. Nous reprenons la caractérisation proposée dans cet article :
Dire met en scène la production d’une forme verbale qui rend visible pour un sujet S une représentation non visible en elle-même.
Cette caractérisation fait apparaître deux traits essentiels (le deuxième
étant spécifique à ce verbe) : a) dire est une forme verbale qui marque la
production de formes verbales ; b) ce qui est rendu visible est pris dans un
rapport à l’invisible : le visible est partie d’un invisible dont il émerge de
diverses façons, en conférant un statut à cet invisible.
Cette caractérisation, où la notion de mise en scène2 s’inscrit dans le
cadre théorique évoqué supra repose centralement sur la notion de forme.
Nous définirons le mot forme comme ce qui confère dans des rapports
d’adéquation variables une visibilité à une représentation de quelque
chose tel que ce quelque chose se présente. Cela signifie en particulier
que la forme n’est pas une propriété de ce dont elle est la forme.
La complexité de dire vient du fait que la forme dont il s’agit est une
forme verbale. Cela signifie que la représentation en jeu (que nous noterons
2
Sur cette notion, cf. D. Paillard (2009).
134 Jean-Jacques Franckel
R) est cela même que cette forme rend visible, et n’a aucun statut indépendamment de cette forme (que nous noterons f) : f n’est pas une « mise en
mots » de R. La représentation R (ce dont f est la forme) est invisible en soi,
dire ne la rend visible qu’à travers la forme que lui confère f. Dans la suite,
nous notons <f-R> la représentation R telle que la forme f la donne à voir.
Visible est pris comme un méta-terme3, que l’on peut mettre en regard de la valeur que prend voir dans des emplois tels que vous voyez ou voyez
ponctuant un discours ou encore je vois ce que tu veux dire qui peut être glosé
(nous y reviendrons) par : je vois de quel invisible émerge ce que tu donnes à voir (ce
que tu en donnes à voir de façon imparfaitement complète et adéquate).
Les différents emplois du verbe correspondent à des pondérations
variables, soit sur la représentation (rendre visible signifiant alors rendre
cette représentation appropriable et partageable) ; soit sur le fait même de
rendre visible (rendre visible signifiant rendre public et manifeste).
Le sujet S correspond au complément attributif de dire, dont nous verrons les enjeux de la présence ou de l’absence en fonction des types d’emplois. L’agent du verbe (Co) peut correspondre ou non à un sujet énonciateur
(So ) : Il m’a dit qu’il venait / quelque chose me dit qu’il va venir aujourd’hui ; Ça te dit
de venir faire un tour ? ; Voyons ce que dit le thermomètre ; Ce nom me dit quelque chose ;
Ça en dit long etc. S peut s’inscrire dans des rapports et des régimes d’altérité
variables à Co et So.
Le propre de dire est d’introduire une articulation visible / invisible,
ou non visible pour S. S’agissant de l’invisible d’une représentation qu’une
forme rend visible, dire met en jeu le visible dans ou relativement à l’invisible, l’invisible dans ou relativement au visible. C’est en raison de la
mise en jeu de cette articulation visible / invisible qu’une assertion introduite par dire n’est jamais équivalente à l’assertion simple correspondante.
Comparer par exemple : voici ce qui s’est passé / je vais te dire ce qui s’est passé
(dévoilement).
3
Ce méta-terme fait écho à l’étymologie du verbe dire qui remonte à la racine indo-européenne deik, dik, renvoyant à l’acte de montrer, de désigner, de donner à
voir, d’attirer l’attention. Pour Levinas dans Le visage de l’autre, « l’acte de désigner
place les choses dans la perspective d’autrui ».
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
135
2.2.1.2. Organisation de la variation
Nous n’évoquons ici que les éléments de variation du verbe dire propres à
éclairer par la suite les valeurs de ses formes impératives. Cette variation est
fondée sur trois types de rapports qu’établit dire entre visible et invisible, où
se distribuent en particulier les différents emplois des formes impératives
de dire.
2.2.1.2.1. Passage de non visible d’une forme verbale pour S au visible de cette forme
pour S
Il s’agit de toutes les variantes, replis et strates des différents types de discours citationnels (directs ou rapportés). Invisible correspond ici à non visible
pour S. Dire marque l’actualisation pour S du visible d’une forme f dont la
représentation R lui est inhérente. La question de l’adéquation de la forme
à la représentation dont elle est la forme ne se pose pas (la représentation
R est inhérente à la forme f). Visible et non visible sont ici exclusifs l’un de
l’autre. Une pondération sur la mise en scène de la forme verbale apparaît
avec les exemples où dire se rapproche de proclamer, déclamer, clamer, proférer,
prononcer, articuler, citer, réciter, dénoncer, manifester quelque chose. Ex. Dire la messe ;
Dis merci ; C’est dit, tope là ! La mise en scène peut correspondre à des valeurs
de « théâtralisation » : Je vais le dire à maman que tu m’as frappé !
Pour ce qui est des formes impératives, relèvent de ce cas :
– l’emploi de disons-le : Il est, disons- le / osons le dire / il faut le dire carrément
odieux ;
– l’emploi de dis lui : dis lui donc (n’aie pas peur).
2.2.1.2.2. La représentation R dont f est la forme correspond à un état de choses
Il s’agit ici de dire des choses avec des mots. Dans ce cas, dire correspond non
plus à la reprise, mais à la construction d’une représentation R à laquelle f
donne forme. La question de l’adéquation de la forme à la représentation
dont elle est la forme est cette fois centrale.
Cette représentation R rendue visible par la production de la forme
f correspond à la valeur référentielle de <f-R>. Cette valeur peut se définir
comme l’état de choses (ou cela dans le monde) à quoi réfère <f-R>, ce
136 Jean-Jacques Franckel
dont il est question à travers <f-R> (que nous notons Z) et renvoie à ce
que nomme le terme anglais d’aboutness : ce dont il est question quand
l’énonciateur dit ce qu’il dit. Nous avons défini R comme ce dont f est
la forme. Le présent cas se caractérise par le fait que R est ici une représentation de quelque chose (Z) qui lui est extérieur. Du même coup, ce dont il
est question n’est pas réductible à ce que l’on peut en dire : d’autres dires,
ou d’autres façons de dire, sont toujours possibles relativement à Z, de
sorte que <f-R> n’est pas stabilisé, coexiste ou peut entrer en concurrence
avec d’autres dires possibles <f’-R’> susceptibles de compléter, moduler,
rectifier (et qui à leur tour n’épuisent pas Z). Invisible correspond ici à ce
qui échappe au visible susceptible de lui être conféré par une forme verbale.
On n’épuise jamais le monde en le décrivant (comme s’en est amusé par
exemple Georges Perec dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien) ; et en
même temps, on peut le décrire à travers des milliards « d’exercices de
styles » (comme s’en est amusé non moins élégamment Raymond Queneau). <f-R> est partie intégrante de l’invisible4 d’un état de choses qu’il
ne résorbe pas. Il n’y a pas de à dire indépendant du dit qui en serait une
réalisation. C’est le dit qui construit et fraye le à dire, le à dire se construit à
partir de ce qui se dit (l’invisible n’est pas premier). Le à dire et le dit ne se
situent pas sur deux plans indépendants. L’invisible se construit à partir
du visible comme l’excédant. Dire est source de à dire, lui-même construit
comme source de ce qui se dit.
Ce cas correspond en particulier aux emplois de dire, notamment
ceux de disons mettant l’accent sur le choix d’un mot parmi d’autres pour
rendre compte d’un état de choses, : elle est – disons / comment dirais-je ? /
je dirais ; si l’on peut dire ; oserais-je dire ; on va dire ; comment dire… un peu décalée.
Ces emplois du verbe dire portent sur la forme du mot décalé pour rendre
appropriable et partageable comment elle est. Le mot « décalé » pourrait
figurer entre guillemets. Sur ce point, les travaux de J. Authier-Revuz
(1995/ 2012) sur les emplois de dire dans les reformulations font référence.
4
Un rapprochement de invisible avec indicible ne s’avère pertinent que dans les cas
particuliers où se trouve en jeu ce qui par l’intensité de sa beauté ou de son horreur
échappe à toute verbalisation.
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
137
2.2.1.2.3. La représentation R dont f est la forme est indissociable de
l’actualisation de la production de cette forme
Contrairement au cas précédent, R n’est pas la représentation de quelque
chose qui lui est extérieur, mais se réduit à ce dont f est la forme, et, bien plus,
la forme telle qu’elle s’actualise : la production de la forme, ainsi que ce
qu’elle rend visible, est événementielle. L’invisible tient ici à l’éphémère du
visible5. Il n’y a pas de représentation préexistante à la production de la
forme (dont elle serait un dévoilement) ni de représentation qui en résulterait. La forme exhibe une représentation qu’elle résorbe dans l’actualisation de sa production, bloquant du même coup l’appropriation de cette
représentation par son caractère fugitif et évanescent. La représentation
R n’est saisissable que dans l’insaisissable du présent de la production de
la forme f qui la donne à voir.
Ex. Pierre ? Ah oui, ce nom me dit quelque chose.
C’est la représentation en tant qu’elle échappe qui est saillante.
Quelque chose n’est rendu appropriable que dans la mesure où s’actualise
une mise en contact entre le nom Pierre et me et échappe dès lors que cesse
cette actualisation. D’où l’impossibilité de s’approprier ce qui est ainsi
donné à voir. Aucun autre complément que l’indéfini quelque chose n’est
possible. C’est de ce cas que relèvent en particulier les formes impératives
de dire du type Non mais dis ! (Tu me prends pour qui ? Ça va pas, la tête !?) que
nous analysons infra.
2.2.2. Formes impératives de dire : disons, dis (dites), dis (donc)
2.2.2.1. Les trois pôles des relations inter énonciateurs
Un énoncé engage (cf. D. Paillard, (2015, p. 98)) un jeu de relations inter-énonciateurs à trois pôles avec des activations et des relations variables
entre ces pôles, que l’on représente comme suit : [So (S’o] S1).
5
On peut mettre cet emploi en parallèle avec l’empoi du mot forme je vois une forme
se détacher sur le mur, dont ce qu’elle représente ne correspond à rien d’autre qu’elle
même, se réduisant à sa seule manifestation.
138 Jean-Jacques Franckel
Nous insistons sur le fait que So et S1 représentent non pas des locuteurs physiquement distingués, mais des positions énonciatives. Ces positions
sont construites comme discontinues i.e. dans un rapport de démarcation
stricte. Cela signifie que pour une relation prédicative p associée à So, S1
correspond à un pôle d’altérité susceptible d’être associé à p’ excluant p (soit
non p, soit autre que p). L’avancée décisive de ce schéma est l’introduction
de la position S’o qui établit un rapport de continuité d’un côté à So, de l’autre
à S1, dans un rapport d’altérité non exclusif à chacun de ces pôles. S’o est à la
fois autre que So et que S1, et en même temps dans un rapport de continuité
à l’un et à l’autre, eux-mêmes dans un rapport d’altérité exclusive. S’o n’est en
aucune façon assimilable à une « tierce personne ». Il s’agit d’une zone frontière, partagée, intermédiaire, charnière, de coexistence. Selon les modalités mises en jeu dans les énoncés (différentes formes d’assertion, question,
exclamation, injonction, etc.), ces trois pôles sont activés de façon variable.
2.2.2.2. Les pôles de la forme impérative
2.2.2.2.1. Impératif « deuxième personne »
Selon D. Paillard, (ibid.), l’impératif marque que la relation prédicative
est associée à deux positions, correspondant chacune à un statut particulier du procès p : d’un côté, So correspond à une position où p est visé ;
de l’autre, S1 correspond à la pointe d’une bifurcation menant soit à p, soit
à p’, donc à une position à partir de laquelle le procès est susceptible
d’être ou non validé (S1 peut soit réaliser f soit ne pas le réaliser). Ce que
l’on peut représenter ainsi :
S o -->p
p’
S1
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
139
2.2.2.2.2. Impératif « première personne » 6
C’est cette fois S’o qui se situe à la pointe de la bifurcation avec des pondérations variables sur le rapport à S1 ou à So (et par conséquent des activations variables de p’)
S o -->p
p’ (S)1
S’o
La position So est associée à la validation de p, celle de S1 à la non validation de p ou à la validation de p’ (autre que p). Selon les cas, la pondération
porte sur la relation S’o – S1 ou sur la relation S’o – S o, ce que nous illustrons par les deux exemples suivants :
–
–
6
Prenons le cas de Paul, par exemple. Par l’intermédiaire de S’o, S o est associé à S1 a priori susceptible d’être partie prenante de l’actualisation
de p ( prendre Paul comme exemple) ;
Voyons ! Cette forme se prête à deux interprétations :
a) Valeur de coopération dans le contexte où il s’agit par exemple
de prendre connaissance d’un document. La pondération est sur
S o, p’ est désactivé et S1 neutralisé ;
b) Faites attention, voyons ! La pondération est sur la relation S’o – S1.
On aurait de même Allons ! Pressons ! Dépêchons ! On notera la
différence avec dépêchons-nous où So et S1 se trouvent associés à
l’actualisation de p. Allons-y est compatible avec les deux interprétations.
Nous reprenons faute de mieux la terminologie traditionnelle en porte- à -faux
avec notre analyse, désigant la forme – ons de l’impératif (ex. Allons-y ! Vérifions !
Prenons un exemple).
140 Jean-Jacques Franckel
3. Données distributionnelles
3.1. Formes en disons
Du point de vue distributionnel, trois types d’emplois doivent être distingués.
3.1.1. Formes de disons sans complément
On distingue deux types d’emplois distibutionnellement différenciés :
3.1.1.1. Distribution « discursive »
Disons s’insère avec un positionnement très libre dans le fil d’un discours.
Il marque alors que ce qui se dit se donne comme la recherche d’une formulation propre à rendre visible de façon adéquate la représentation (l’idée
qu’on se fait) de quelque chose. Nous illustrons ce cas par cette transcription d’un entretien oral donné par Roland Barthes, à propos du plaisir du
texte (1973, INA) :
–
–
Dans Le plaisir du texte, vous dites que le plaisir est à droite. S’agit-il d’un
paradoxe, d’un clin d’œil au lecteur, ou d’une opinion profonde ?
Non, c’est-à-dire j’ai pris, disons, ce que je croyais être l’opinion courante sur le
plaisir qui effectivement attribue plutôt au plaisir de la littérature, au plaisir du
texte disons une sorte de contexte disons en gros réactionnaire […] et ce que
j’ai voulu, c’est persuader disons les écrivains, les intellectuels et les chercheurs
disons en gros de gauche qu’ils devaient assumer la notion de plaisir dans la
théorie du texte.
Dans cet emploi, disons fonctionne comme un « mot du discours ».
Comme le montre cet exemple, le positionnement de disons est souple
et disons peut devenir une sorte de ponctuant du discours, voire de « tic
discursif ».
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
141
3.1.1.2. Distribution intra-énoncé
Disons apparaît en introduction ou en spécification d’un complément
(direct ou circonstanciel) du verbe et marque alors la sélection d’une
forme préconstruite à titre de précision ou d’exemplification :
(1)
(2)
(3)
(4)
On se voit demain, disons à 14h
On se donne rendez-vous, disons mardi
Vous voulez laquelle ? Disons celle là.
Reprenons disons mesure 34 (rapprochement possible avec genre).
3.1.2. Formes complétives : disons que
Disons que apparaît en début d’énoncé et se présente le plus souvent comme
réponse modulée à une question :
Il vous a paru en bonne forme ? Disons qu’il était tout de même très éprouvé.
3.1.3. Forme disons-le
Cette forme apparaît essentiellement en incise. Le correspond à la reprise
d’un mot ou d’une séquence préconstruite. Dans ce cas, disons met en
avant la mise en scène de ce mot. Il est, disons-le, carrément odieux, osons le mot
(cf. le cas de « théâtralisation » évoqué en 2.2.1.2.1.).
Il ne s’agit pas, comme avec disons en emploi absolu de la recherche d’un
mot adéquat, mais de rendre public un mot qui aurait pu avoir vocation à
ne pas l’être, avec une pondération sur la mise en scène de la production du
mot. A titre d’illustration, on notera la différence entre : Il est, disons-le, un peu
décalé, où il s’agit de mettre en exergue le fait qu’il est un peu décalé et Il est,
disons, un peu décalé où l’enjeu est la recherche d’un mot adéquat pour rendre
compte de l’idée qu’on peut se faire de son état et de son comportement7.
7
De ce point de vue, nous ne plaçons pas sur le même plan les exemples proposés
par J. Delahaie (op. cit, p. 42) dont nous reprenons la numérotation : (36)a La ruse,
disons mieux la perfidie, est la meilleure arme politique ; (36)b La ruse, disons plutôt la perfidie,
est la meilleure arme politique ; (36)c La ruse, disons le mot, la perfidie, est la meilleure arme
politique. De notre point de vue (36)c relève du cas analysé dans le § 2.2.1.2.1 (avec
une pondération sur la « mise en scène ») à la différence de (36) a et b qui relèvent
du présent cas, correspondant à la recherche du mot adéquat.
142 Jean-Jacques Franckel
3.2. Formes en dis / dites
3.2.1. Emplois avec présence d’un complément attributif
Il s’agit des formes dis-moi, dites moi.
On distingue une sous-distribution :
–
–
forme absolue, introduisant une question : dis moi, tu le vois souvent
Pierre ?
Introduisant une complétive en si : dis moi si cela te convient.
3.2.2. Emplois sans complément attributif
Ces emplois correspondent à des formes d’interpellation. Du point de
vue distributionnel, on distingue quatre cas, correspondant chacun à une
combinaison avec des mots du discours spécifiques :
–
–
–
–
emplois compatibles avec non mais ;
emplois compatibles avec au fait, à propos ;
emplois compatibles avec eh bien, eh ben, ah ben ;
emplois directs (sollicitation ou question).
Relevons que ces emplois se composent massivement avec donc, dont la
présence est obligatoire dans le troisième cas.
4. Analyse sémantique
L’analyse sémantique que nous présentons constitue une mise en œuvre
de la caractérisation du verbe dire d’une part et des formes de l’impératif
d’autre part.
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
143
4.1. Disons
Notre analyse fait suite aux travaux de É. Khatchatourian (2008 et 20011)
et de É. Saunier (2012). Cette dernière présente une description fine et
fouillée des emplois de disons et propose en particulier une comparaison
avec d’autres verbes de sens localement voisin, notamment mettons, mais
sans s’appuyer spécifiquement sur une analyse du verbe dire ni de la forme
de l’impératif.
Nous reprenons du point de vue de l’analyse sémantique les deux
grands cas distingués d’un point de vue distributionnel : 1) reformulation
à la recherche d’une formulation adéquate pour rendre visible une représentation (l’idée qu’on se fait) de quelque chose ; 2) sélection d’une forme
préconstruite à titre de précision ou d’exemplification.
4.1.1. Recherche d’une forme adéquate visant à rendre visible une représentation
(l’idée qu’on se fait) de quelque chose. Pondération So -S’o
Disons introduit la reformulation d’une première forme (mot, énoncé, assertion). Cet emploi relève du cas 2.2.1.2.2. du verbe dire.
Disons marque la recherche de mots pour dire de façon adéquate un à
dire qui se cherche :
Il n’est pas très sociable, il est disons, (comment dire, comment dirais-je, je
dirais, si l’on peut dire, oserais-je dire… ; on va dire) un peu décalé.
Relativement au schéma de l’impératif, So se solidarise de la position
S’o dans sa relation non stabilisée à S1 relativement à la production d’une
forme adéquate pour donner une visibilité à ce dont il est question. Relativement à cette position S’o il est un peu décalé est un dire parmi d’autres possibles relativement à ce / celui dont il est question (cf. je veux dire, c’est-à-dire,
plutôt, etc.).
Ce cas se caractérise par une pondération sur la relation So-S’o. En même
temps cette position S’o est également associable à la position S1 qui se
trouve, ici secondairement, associé à la construction de <f-R> telle qu’elle
est validée dans la position de So.
Notons que cet emploi exclut les reformulations « objectives », notamment scientifiques : ?C’est le fils de son oncle, disons son cousin (comparer
avec c’est-à-dire).
144 Jean-Jacques Franckel
On peut distinguer deux positionnements possibles de disons au sein
d’un énoncé ou d’une séquence discursive :
–
–
position intermédiaire : Il est, disons, un peu décalé marque que l’énonciation du mot décalé relève d’emblée de la position S’o qui est celle
d’une représentation en formation.
position finale : Il est un peu décalé, disons. Disons opère un déplacement
de So à S’o, en conférant rétrospectivement un statut non stabilisé à
l’énonciation de la séquence dont il marque une manière de commentaire.
4.1.2. Sélection d’un élément dans une classe préconstruite. Pondération S’o- S1
Disons ajoute une précision à une forme préconstruite. Il y a pondération sur la relation S’o-S1. C’est relativement à la prise en compte de S1
qu’est ajoutée une précision à l’énonciation qui précède, comme dans les
exemples (1) à (4) supra.
La pondération sur la relation S’o-S1 se traduit par le fait que la séquence introduite par disons peut prendre ou tendre vers une intonation
interrogative, ou s’accompagner d’une séquence telle que si ça vous convient,
dans la recherche coopérative d’un affinement.
Dans le cas précédent, disons était en général compatible avec plutôt ; la
compatibilité qui se fait jour ici est avec par exemple : <f-R> prend le statut
d’élément sélectionné dans une classe parmi d’autres possibles, à titre,
d’exemple, d’illustration, de précision, de stabilisation.
<f-R> ne correspond plus comme précédemment à la construction
d’une valeur référentielle. Disons introduit la sélection d’un élément dans
une classe d’éléments préconstruite par un terme qui précède. Comparer :
On se voit demain 14h qui fixe la donnée du rendez vous et On se voit demain
disons à 14h qui dissocie demain et 14h : demain est pris comme ensemble
d’heures, ouvrant à un choix d’heures possibles. Ou encore : Vous voulez
laquelle ? – celle là qui marque qu’un choix est fixé et – Disons celle là qui
marque un choix ouvert et associant S1 à d’autres choix possibles. Ces
exemples marquent un effet de coopération liée à la neutralisation de la
discontinuité entre So et S1 : 14h ou celle-là est introduit comme relevant
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
145
d’un accord négociable. Comparons encore Je vais en mettre beaucoup8 : 300.
300 détermine la quantité relative à beaucoup et Je vais en mettre beaucoup,
disons 300. Disons introduit la détermination d’une valeur parmi d’autres
valeurs possibles associables à beaucoup.
La précision peut prendre valeur d’exemple : imagine que d’ici tu veuilles
prendre un train pour Villeneuve, disons : eh bien tu en as pour au moins 3 heures.
4.1.3. Disons que
4.1.3.1. Construction complétive
Disons que correspond à un cas particulier de la construction complétive
de dire. Dans cette construction, dire met en scène la production d’une
forme verbale correspondant à la séquence préconstruite introduite par
que. Le marqueur que9 opère la mise en suspens de la valeur assertive de
cette séquence qui de ce fait n’est pas prise en charge. Il s’ensuit une forme
de « mise à distance » de l’énonciateur relativement à l’assertion :
Le rapport de <f-R> à l’état de choses dont il est question est établi à
travers l’assertion qui fait l’objet d’une construction distincte de la mise en scène
de cette assertion par dire : ce n’est pas dire qui construit la valeur référentielle de <f-R>.
4.1.3.2. Disons que <f-R>
Le propre de disons que est de neutraliser ou de brouiller à travers la position S’o la dissociation entre l’asserteur de <f-R> et l’actualisateur de
dire, entre l’assertion et sa mise en scène. L’assertion <f-R> est intégrée à sa
mise en scène par le verbe dire. S’o est le pôle d’une continuité entre So et S1
d’où résulte une association et un effet de coopération entre énonciateur
et coénoniateur dans l’effort à rendre compte d’un état de choses Z. Cet
emploi relève du cas 2.2.1.2.2.
Nous analysons les différentes valeurs possibles de cette séquence.
8
9
Exemple reprise de É. Saunier (op. cit).
Pour une analyse de que, cf. A. Culioli (2001 : 281).
146 Jean-Jacques Franckel
4.1.3.2.1. Restriction de la portée d’un dire précédent
Disons que peut prendre une valeur proche de il faut dire que, souvent associé à un adverbe comme quand même : Ses résultats ne sont guère brillants, mais
disons quand même ( pour être tout à fait honnête) qu’il a fait beaucoup d’efforts. Avec
l’introduction d’un point de vue qui amende un point de vue précédent, cet
emploi s’inscrit dans un mouvement de régression discursive.
Pour être plus précis, disons que les pays excessivement tributaires du pétrole et/
ou ayant un faible accès aux marchés sont fortement impactés.
Disons pour être tout à fait exact que 2% ont été reversés à une association
caritative.
Le tarif est exorbitant, enfin disons que ça peut varier selon les périodes.
4.1.3.2.2. Synthèse, simplification, approximation acceptable, formulation
de compromis, généralisation de ce qui précède
Disons que peut être associé à grosso modo, marque que l’on peut se mettre
d’accord sur f comme formulation satisfaisante s’agissant de rendre compte
de quelque chose (R comme représentation d’un état de choses Z) :
Sans vouloir m’étendre sur cette partie du projet de loi, disons que sa nature très
générale risque de causer des problèmes par la suite.
Quelques problèmes techniques subsistent peut-être encore, mais disons que tout
cela marche.
Disons pour simplifier que l’investisseur possède des fonds communs de placement
auprès de trois sociétés.
Disons que lorsque l’on sème un grain de blé aujourd’hui, on ne peut pas prévoir
quel sera l’état du marché et de l’équilibre.
4.1.3.2.3. Situation fictive
Il peut notamment s’agir de l’introduction d’un exemple ou d’une illustration. Disons est alors proche de imaginons.
Disons par exemple que c’est ce modèle là que vous avez choisi. Il vous faudra
alors compter environ trois jours pour obtenir toutes les pièces.
Premier scénario : Disons que vous voulez prendre un échantillon d’eau à une
certaine profondeur ; vous devez alors…
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
147
Disons que vous vouliez la monter sur ce dispositif. Tout d’abord, dégagez le
boitier, puis montez-le sur l’autre branche…
4.1.3.2.4. Comparaison disons que / on va dire que
Dans de nombreux emplois, les formes Disons que / on va dire que ont des
valeurs apparemment très proches. Dans deux types d’emplois cependant
une différence importante se fait jour :
–
–
emplois de type amendement, où disons que… s’apparente à il faut dire
que…, où seul disons que… est naturel : Disons (tout de même) qu’il a fait
beaucoup d’efforts /?? On va quand même dire que…Cette mise en regard fait
apparaître que si disons que est compatible avec un mouvement de retour
discursif, on va dire relève au contraire d’un mouvement de progression
discursive. On va dire introduit <f-R> comme moyen terme correspondant à un accord sur une formulation permettant une progression ;
emploi de type situation fictive prise à titre d’illustration. Ainsi, dans
l’exemple précédent : Premier scénario : disons que vous voulez prendre un
échantillon d’eau à une certaine profondeur, on va dire que peut difficilement
se substituer à disons que : ? On va dire que vous voulez prendre un échantillon
d’eau à une certaine profondeur
4.2. Dis, dites, dis donc, dites donc !
4.2.1. Dis-moi
Il s’agit des emplois avec présence d’un complément attributif S (moi)
Dis moi place S1 en position de produire (ou non) une forme f.
Selon les cas, dire prend une valeur de dévoilement plus ou moins
saillante. Elle est neutre dans le cas de Dis moi ce que tu en penses ; Dis moi ce
qui s’est passé. Il s’agit d’une injonction ou invitation a priori neutre à dire ce
que tu en penses ou ce qui s’est passé. La mise en scène est en revanche
saillante, à divers titres dans les exemples suivants :
–
Dis moi, tu le vois souvent, Paul ? Cette question n’est pas une simple
demande de réponse (comme elle se serait sans la présence de dis-moi).
148 Jean-Jacques Franckel
Elle a une valeur insinuante, mettant en scène la réponse attendue
comme un aveu. Elle peut également constituer une invite à se livrer :
Je viens te voir pour une affaire qui me tient à cœur. – Dis-moi… (ne garde pas
ça pour toi, livre toi).
4.2.2. Dis, dites sans S
Tous les emplois des formes impératives de dire sans S relèvent d’une pondération sur la mise en scène de la production d’une forme correspondant
à une représentation qui se réduit à l’actualisation de cette production. Ce
cas relève de la pondération évoquée dans le § 2.2.1.2.3.
Il s’agit non d’une sollicitation mise en scène de réponses, mais de
formes d’interpellation. L’interlocuteur n’est présent que comme pôle de déclenchement de la production d’une forme verbale par So. A travers la
forme impérative de dire, So place S1 en position de produire une forme,
en même temps que So court-circuite cette position et produit à la place de S1 la
forme correspondant à sa propre représentation.
Nous reprenons les quatre cas d’interpellation distingués dans le
§ précédent dans le cadre de leur distribution avec non mais, au fait, à
propos, eh bien, eh ben, ah ben ; emplois directs (sollicitation ou question).
4.2.2.1. Emplois compatibles avec non mais !
Non mais dis donc, tu pourrais dire merci, quand même !
Non mais dites ! Ça va pas la tête !
A travers non mais dites ! So marque que la forme f10 Ça va pas la tête ! est déclenchée par le comportement de l’interlocuteur auquel renvoie S. Il s’agit
d’une pseudo-injonction à valeur d’interpellation, résultant du court-circuitage de la position S1. La position S1 correspondant au déclencheur de la
production d’une forme verbale f n’est prise en compte que pour la ramener à celle de So qui produit f à la place de S1.
10
Nous notons f une forme vide, dont le contenu se réduit à l’actualisation de sa
profération.
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
149
Le mécanisme discursif peut ainsi se décomposer :
–
–
–
–
S1 renvoie au déclencheur de la production d’une forme verbale par So ;
l’impératif marque que So est site de construction de la production
d’une forme verbale f qui place S1 en position de valider (ou non)
cette production ;
So produit une forme verbale f à la place de S1, sans prendre en
compte sa latitude d’actualiser ou non cette production. La représentation R dont f est la forme est dissociée de l’actualisation de
dire. Ce qui est supposé être dit par S1 à travers l’impératif l’est par
So : Ça va pas la tête ! La forme f ça va pas la tête correspond non pas
directement à la forme produite par dire, mais à l’explicitation du
déclenchement de la production par dire d’une forme qui se réduit à
sa profération ;
pour ce qui est de l’actualisation de la forme produite par dire, il s’agit
d’une forme vide dont le contenu se réduit à l’actualisation de sa production, à sa propre profération. (cf. la note 5 et l’exemple : je vois une
forme se détacher sur le mur, dont ce qu’elle représente ne correspond à
rien d’autre qu’elle même, se réduisant à sa seule manifestation).
La production de <f-R> échappe donc d’un double point de vue : d’un
côté la production même de la seule forme de dire échappe à So (dire prend
valeur d’interjection, surgit, s’impose, advient en quelque sorte indépendamment du locuteur, comme le ferait un cri, si ce n’est qu’un cri n’est pas
une forme verbale) ; de l’autre, le contenu R dont f est la forme échappe à
S1 dès lors que c’est So qui le produit à sa place.
Ces exemples se caractérisent par la présence possible de non mais !
Selon A. Culioli, (1999), mais indique (1) que l’on distingue, par construction, deux zones de validation telles que (2) il existe une relation d’altérité entre les deux zones (altérité signifie qu’il y a différenciation / non
identification, qu’il s’agisse d’altérité qualitative, modale, d’altérité dans
l’orientation vers le Centre / l’Extérieur, etc.) ; enfin (3) mais marque le
passage d’une zone à l’autre. Non dans non mais fait sortir d’une zone pour
y revenir de plus belle, sortir pour marquer une attraction vers l’intérieur.
150 Jean-Jacques Franckel
4.2.2.2. Emplois compatibles avec à propos, au fait
Oh dis donc, tu sais pas qui j’ai vu hier ?
Cette forme d’interpellation se distingue sur deux points du cas
précédent :
–
–
le déclencheur n’est plus un comportement de S1, mais une représentation construite par So. Cette construction renvoie à un souvenir qui
se présente à la mémoire du locuteur.
la séquence se présente comme une question rhétorique : So ne sollicite pas une réponse mais constitue S1 comme pôle passif de la mise
en suspens du dévoilement de la réponse qu’il s’apprête lui-même à
donner. La question tend à mettre en jeu des formes telles que tu sais
pas ou devine…
Dis donc marque la mise en scène de la production d’une question comme
dévoilement annoncé de la réponse qu’elle recèle. Comme dans le cas précédent, la position de S1 est court-circuitée : So est le seul maître d’un jeu
dont S1 n’est qu’une condition de possibilité passive. Une variante se présente avec la composition à dis donc de la forme j’tai pas dit : oh dis donc, j’tai
pas dit, j’ai vu Paul hier soir. Il s’agit de l’annonce du passage de non visible à
visible pour S1 d’un événement dont le souvenir se présente à So comme à
dire (à rendre partageable)
4.2.2.3. Eh bien, dis donc / dis-moi
Il a été reçu premier ! – Eh bien dites moi ! Eh bien dites donc !
Eh ben dites donc, il s’embête pas !
Dis-moi / dis donc, tu crois pas que tu exagères un peu !
Il s’agit de nouveau d’un cas d’interpellation rhétorique. A la différence
des cas précédents, c’est une première séquence verbale qui déclenche la
forme impérative de dire. C’est à travers l’interpellation du locuteur correspondant à S1 constructeur de cette première séquence que So produit sa
propre forme verbale en écho à celle-ci.
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
151
Ce déclenchement peut également être lié un événement externe : eh
ben dis donc, il y en a du monde, qu’est-ce qu’il pleut !
4.2.2.4. Emplois vocatifs
Dis Jean, tu me prêtes ta tablette ?
Il s’agit d’emplois à valeur d’interpellation ou de sollicitation. Ces
emplois sont à distinguer de leur correspondant avec présence de S (moi)
en ceci, ici encore, que le dire de S1 n’est pas pris en compte.
La postposition est possible Elle accentue la pondération sur la mise
en scène de la question en lui conférant une valeur de supplique :
Tu me le prêtes, dis ?! Tu veux bien y aller, dis ?!
Il convient de distinguer ces énoncés « suppliques » non compatibles
avec la présence d’un S attributaire d’énoncés de type question qui l’admettent au contraire : Dis / dis moi, pourquoi tu n’enlèves jamais ton chapeau ?
4.2.2.5. Synthèse
Dans les trois premiers cas supra, la forme impérative dis / dites est une
forme déclenchée : elle marque la production d’une forme correspondant à
une interpellation consécutive à ce déclenchement et présente trois caractéristiques :
–
–
–
s’agissant de la mise en jeu du verbe dire, elle est essentiellement associée à la production d’une forme verbale à la forme exclamative de la
plus neutre (eh ben dis donc, il y a du monde !) à la plus appuyée (non mais
dis, ça va pas la tête !) ;
s’agissant de la mise en jeu de l’impératif, elle sollicite S1 comme susceptible d’actualiser ou non la production d’une forme verbale marquée par dire ; mais en même temps, elle court-circuite S1 pour ce qui
est de cette latitude : So produit une forme verbale à sa place ;
elle est déclenchée en réaction à un événement. Il peut s’agir d’un
événement lié à S1 : comportement (non mais dis donc, ça va pas la tête !)
ou d’une première séquence proférée par S1 (eh ben dis donc, il devait être
content !) ; d’un événement récent dont le souvenir se présente à So dis
donc (oh dis donc, tu sais pas qui j’ai vu hier) ; ou d’un événement externe
(eh ben dis donc, qu’est ce qu’il pleut !)
152 Jean-Jacques Franckel
4.2.2.6. Donc
Dans ces différents cas, la forme impérative de dire se trouve associée à donc.
Des trois types d’emploi de dis /dire, seul le troisième (Il a été reçu
premier ! – Eh bien dites moi ! Eh bien dites donc !) ne peut fonctionner sans
l’ajout de donc ou de moi. Dans les autres cas la forme simple est possible :
(non mais) dis (donc) tu pourrais pas faire attention ! Dis (donc), tu n’aurais pas vu
mes lunettes par hasard.
Le connecteur donc est le plus souvent décrit par le biais de la notion
problématique d’inférence ou de conséquence : dans le schéma X donc Y,
donc introduit Y comme conséquence de X, établit une inférence de X à Y.
Cette description est particulièrement problématique dans le cas des formes
exclamatives ( je suis désolé ! – Et moi, donc !) ou impératives. À la suite de A.
Culioli (1997) et D. Paillard et V.T. Ngan (2012) nous caractériserons donc de
la façon suivante : étant donné / dès lors que X, Y s’impose, va de soi (X étant
un terme ou une situation). Y est à la fois lié à X (donc est un connecteur et Y
ne s’impose qu’en référence à X) et en même temps acquiert son autonomie
par ce lien même. Dans les exemples analysés, donc marque que le surgissement interpellatif est immédiatement déclenché par la situation.
Conclusion
De cette analyse ressortent en particulier deux points :
1)
2)
Les formes impératives de dire ont des statuts différents selon la
construction syntaxique : forme nue sans complément (Non mais
dis ! tu pourrais pas faire attention ! Il est, disons un peu décalé) ou emplois
avec un complément : complément attributif (dis moi) ou complément
marquant une reprise (il est, disons-le, carrément odieux, dis le que tu ne
m’aimes plus), ou encore d’une complétive (disons qu’il n’est pas toujours
très facile).
Les emplois de dire à la forme impérative dans leur diversité relèvent
du même fonctionnement général du verbe que dans la totalité de
Formes impératives de dire : disons, dis, dites et leurs variantes
153
ses emplois et non de cas particuliers qui ne seraient analysables que
sous le couvert d’un processus de pragmaticalisation.
Références bibliographiques
Authier-R evuz J. (1995/2012), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives
et non coïncidence du dire, Limoges : Lambert-Lucas.
Culioli A. (1997), « Accès et obstacles dans l’ajustement intersubjectif »,
in Mieville D., Berendoner A. (eds.), Mélanges Jean-Blaise Grize, Peter
Lang, 239–248.
Culioli A., (2001), « Heureusement ! », Saberes no tempo – Homenagem a Maria
Henriquez Costa Campos, Lisboa, 279–284.
Culioli A., Normand C. (2005), onze rencontres sur le langage et les langues,
Ophrys.
Delahaie, J. (2015), « Dis, dis donc, disons : du verbe au(x) marqueurs (s)
discursif(s) », Langue Française, 186, Larousse, 31–47.
De Vogüé S. (1999), « Construction d’une valeur référentielle : entités,
qualités, figures », Travaux linguistiques du Cerlico, 12, Presses Universitaires de Rennes, 77–106.
De Vogüé, S. (2006), « Qu’est-ce qu’un verbe », in Lebaud, D., Paulin, C.,
Ploog D. (eds.), Constructions verbales & production de sens, Presses Universitaires de Franche-Comté, 43–62.
De Vogüé S. (2011), « La langue entre discours et cognition », in Audiffren M., Chuquet J. (eds), Langage, Cognition et Société. Actes du colloque international d’octobre 2008 pour les 10 ans de la MSHS de
Poitiers. Presses Universitaires de Rennes, 169–196.
Dostie G., 2004, Pragmaticalisation et marqueurs discursifs, De Boeck.
Franckel J.-J. (2002), « Introduction », Langue française, Larousse, 133, 3–15.
Franckel J.-J. (2015), « Dire », Langue Française, 186, Larousse, 87–102.
K hachaturyan E. (2008), « Les mots du discours de dire. Analyse contrastive », Estudos Linguísticos / Linguistic Studies 2. Lisboa : Colibri /
CLUNL, N. 2, 287–315.
154 Jean-Jacques Franckel
K hachaturyan E. (2011), « Disons et pour ainsi dire, deux marqueurs de la
non-prise en charge », in Patrick Dendale & Danielle Coltier (eds.), La
prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques, De Boeck Universite, 163–181.
Paillard D. (2009), « Prise en charge, commitment ou scène énonciative », Langue française, 162, 109–128.
Paillard, D. Ngân, V.T. (2012), Inventaire raisonné des marqueurs discursifs
du français, description, comparaison, didactique, éditions Université Nationale de Hanoi, 165.
Paillard, D. (2015), « Les locutions en + N dans leurs emplois comme
marqueurs discursifs », Scolia, Presses universitaires de Strasbourg,
29, 97–114.
Saunier, É. (2012), « Disons : un impératif de dire ? Remarques sur les
propriétés du marqueur et son comportement dans les reformulations » L’Information grammaticale, 132, 25–35.
Traugott E.C., Dasher, R.B. (2007), Regularity in semantic change, Cambridge studies in Linguistics.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait :
marqueurs d’un même groupe ?1
Sonia Gómez-Jordana Ferary
Universidad Complutense de Madrid
Introduction
Au premier coup d’œil il semblerait que les marqueurs choisis, à savoir
à qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait possèdent des points commun
qui pourraient les unir dans un même groupe ou famille de marqueurs :
le verbe dire et un pronom qui. Or, à regarder de près ces structures, nous
remarquons que le pronom qui n’est pas le même dans tous les marqueurs,
pronom relatif pour deux d’entre eux mais pronom interrogatif dans À qui
le dis-tu ? Les points communs de ces marqueurs commencent déjà à s’estomper. Il s’agira ici de fournir une brève description de chacun des marqueurs, nous attachant tout d’abord à leurs propriétés morphosyntaxiques
et distributionnelles puis à leurs propriétés sémantiques. On ne proposera
pas une description sémantique ou syntaxique en profondeur de chacun
des marqueurs, et nous aborderons plutôt leurs principales fonctions dans
un but théorique mais également encyclopédique. La question que nous
nous poserons le long du travail est de savoir si ces marqueurs, apparemment similaires de par leur forme – verbe dire, pronom qui – partagent
vraiment certains traits et s’ils pourraient appartenir à un même groupe.
Voici quelques exemples construits des marqueurs qui seront étudiés le
long de l’article.
1
Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41355-P du
Ministerio de Economía y Competitividad, Espagne, (Plan Estatal I+D+i 2013–16).
156 –
–
–
–
–
Sonia Gómez-Jordana Ferary
Quelle chaleur il a fait cette nuit !
À qui le dis-tu ! Dans mon quartier on est arrivés à 40 degrés !
La Grèce restera dans l’Eurozone.
C’est toi qui le dis. L’Eurogroupe n’a pas l’air de penser la même chose…
Suivez mes conseils, je suis comme qui dirait votre guide spirituel !
Cadre théorique
Le cadre théorique choisi est celui de la théorie de l’argumentation dans
la langue, dans la mesure où nous nous intéresserons aux possibilités discursives des marqueurs, en même temps que nous essaierons de caractériser le fonctionnement sémantique de chacun d’entre eux. Nous nous
servirons également de la théorie de la polyphonie, telle qu’elle est décrite
par exemple dans Ducrot (1984). Notre travail se situe, en outre, dans le
cadre des études des marqueurs médiatifs, telles que Guéntcheva (1996),
Dendale et Tasmowski (1994), ou Anscombre (2005, 2010).
Nous apporterons aussi bien des exemples construits que des exemples
authentiques provenant de diverses sources, blogs, corpus littéraires, tels
que Frantext, ou lectures personnelles2.
1. À qui le dis-tu
1.1. Propriétés morphosyntaxiques et distributionnelles
Le marqueur À qui le dis-tu est relativement récent, sa première apparition
datant de 1835. Il se trouve toujours en situation dialogale, et en début de
2
Nous avons également cherché dans des corpus oraux tels que Clapi, <http://
clapi.ish-lyon.cnrs.fr/>, ou le corpus de français parlé parisien, <http://cfpp2000.
univ-paris3.fr/>, mais nous n’avons pas trouvé d’occurrences.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
157
réplique. Par ailleurs, il exige toujours un cotexte antérieur, car il ne peut
être une ouverture de discours.
Le marqueur est composé du pronom interrogatif complément d’objet indirect (à) qui, du pronom complément d’objet direct le qui, comme
nous le verrons, renvoie à un contenu ayant déjà fait l’objet d’une énonciation antérieure et reprend l’élément X qu’aura énoncé l’interlocuteur
en situation dialogale, du verbe dire et du pronom sujet tu qui fait référence à l’interlocuteur. Le marqueur apparaît le plus souvent à l’écrit sous
forme interrogative, mais peut le faire également sous forme exclamative.
D’ailleurs, l’intonation à l’oral est celle de l’exclamation. Par ailleurs, le
marqueur peut introduire une réponse à une demande de confirmation,
comme par exemple dans :
(1) A : Tu ne trouves pas que ce type est bizarre ?
B : A qui le dis-tu ! Il n’arrête pas de me regarder de travers !
Le marqueur peut apparaître suivi d’un élément Y qui vient confirmer
l’élément X énoncé par le premier locuteur A, comme c’est le cas dans
l’exemple que nous venons de proposer. Il peut également apparaître en
position absolue, l’élément Y étant facilement déduisible, comme dans :
(2) A : Je me tape de ces embouteillages le matin !
B : À qui le dis-tu !
Le locuteur B n’a pas besoin de spécifier Y. Le marqueur indique que la
situation de B est encore pire que celle de A. D’ailleurs, un enchaînement
allant dans le sens contraire ne serait pas possible :
(2’) A : Je me tape de ces embouteillages le matin !
B : *À qui le dis-tu ! Moi, je ne rencontre que peu de circulation.
1.2. Propriétés sémantiques
Nous analyserons des exemples comme le suivant :
(3) A (interlocuteur) : Quel boucan ont fait les voisins hier soir ! (X)
B (locuteur) : À qui le dis-tu ! Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit ! (Y)
158 Sonia Gómez-Jordana Ferary
Le marqueur possède plusieurs propriétés. Nous parlerons tout d’abord
de la propriété « accord du locuteur ». Comme dans le cas de en effet et effectivement, étudiés par Danjou-Flaux (1980 : 113), le locuteur du marqueur
donne son accord (que ce soit pour dire oui ou non) à l’interlocuteur.
Observons les exemples de Danjou-Flaux puis des exemples similaires
avec À qui le dis-tu ?
(4) Marie n’est pas gentille, n’est-ce pas ?
En effet = non
(5) Marie est gentille, n’est-ce pas ?
En effet = oui
(6) Marie n’est pas gentille, n’est-ce pas ?
A qui le dis-tu (= non) ! Elle a été une vraie peau de vache avec moi.
(7) Tu ne trouves pas que Marie est une vraie peau de vache ?
A qui le dis-tu (= oui)! C’est elle qui est partie avec mon mari !
Une autre propriété est que l’élément X introduit par l’interlocuteur est déjà
connu du locuteur du marqueur. Il s’agit d’un trait important du marqueur,
ce qui est reflété par le pronom le anaphorique, reprenant « Marie est une
vraie peau de vache ». Le locuteur sait déjà « le » parce qu’il l’a vécu luimême. À nouveau les adverbes en effet, effectivement décrits par Danjou-Flaux
(1980 : 113) partagent ce trait. Dans le cas du marqueur A qui le dis-tu, le
locuteur donne son accord à l’interlocuteur, mais de façon autonome dans
la mesure où lui-même connaissait déjà X, parce que lui-même l’a vécu. Ceci
peut être spécifié ou pas.
Dans l’occurrence suivante, le locuteur spécifie qu’il a vécu luimême X :
(8)Quel bel ensemble ! Voilà un mensonge bien agencé. Ça devient sérieux, d’autant plus sérieux que j’ai surpris, à la brune, ce bout de dialogue entre les deux
garçons, derrière le tennis :
– mon vieux, il n’a pas arrêté de minuit à trois heures.
– à qui le dis-tu, mon petit ! De minuit à quatre heures, oui ! Je n’ai pas fermé
l’œil.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
159
Il faisait : “pom… pom… pom…” comme ça, lentement… comme avec des
pieds nus, mais lourds, lourds…
COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 252
X est dans ce cas le segment énoncé par l’interlocuteur « Il n’a pas arrêté
de minuit à trois heures ». Le marqueur à qui le dis-tu marque que le fait
qu’il n’ait pas arrêté de minuit à trois heures est déjà connu du locuteur,
d’autant plus qu’il l’a vécu et qu’il n’a pas fermé l’œil de minuit à quatre
heures. Nous appellerons cette spécification Y.
En revanche dans cette autre occurrence, Y n’est pas spécifié :
(9)– Eh bien, ma fille, dis-lui qu’il aille à l’ambassade de Portugal, voir le comte
de Funcal, ton père, j’y serai.
– Et M. de Maulincour qui lui a parlé de Ferragus ? Mon Dieu, mon père,
tromper, tromper, quel supplice !
– À qui le dis-tu ? Mais encore quelques jours, et il n’existera pas un homme
qui puisse me démentir.
BALZAC Honoré de, Histoire des Treize, 1835, p. 877
Ou alors dans cet exemple construit :
(10) – J’ai du mal à faire cours à 8 heures du matin.
– À qui le dis-tu ? Mais bon on approche de la fin du semestre.
Où le locuteur du marqueur ne spécifie pas Y, que nous pouvons sous-entendre : lui aussi commence les cours à 8h00, voire plus tôt, et a également
du mal avec cet horaire.
Comme l’indique Danjou-Flaux (1980 : 114), après en effet on ne pourrait pas avoir une continuation en alors :
(11) – Pierre est à Paris.
– En effet. *Alors j’irai le voir.
En revanche cet enchaînement est possible avec oui.
(12) – Pierre est à Paris.– Oui. Alors j’irai le voir.
Il en est de même avec À qui le dis-tu, où le pronom le renvoie à un contenu ayant fait l’objet d’une énonciation antérieure, contenu déjà connu, et
vérifié, par le locuteur :
160 Sonia Gómez-Jordana Ferary
(13) – Pierre est à Paris.
–À qui le dis-tu ! On a fait la fête hier jusqu’à cinq heures du matin, je suis
crevé.
–À qui le dis-tu ! *Alors j’irai le voir.
Finalement, non seulement l’élément X doit être connu du locuteur mais
également de l’interlocuteur3:
(14) A – Je viens d’apprendre que Le Pen a été élue !
B – *À qui le dis-tu ! C’est un scandale.
(15) A – Tu sais que Le Pen a été élue !
B : À qui le dis-tu ! C’est un scandale.
X ne peut être une information nouvelle, ni pour l’interlocuteur ni
pour le locuteur. C’est pour cela que X peut être introduit par le verbe
savoir – tu sais que X – car dans ce cas X, qui est un savoir antérieur, est
présupposé.
Avant de nous attaquer à la signification du marqueur, nous voudrions
proposer quelques gloses. Celui-ci pourrait être remplacé par Je le sais bien /
comment ne vais-je pas le savoir ? / je le sais déjà d’autant plus que Y.
Si nous reprenons l’exemple construit :
(3) A (interlocuteur) : Quel boucan ont fait les voisins hier soir ! (X)
B (locuteur) : À qui le dis-tu ! Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit ! (Y)
Nous pourrions très bien avoir à la place du marqueur : Je le sais bien /
Comment ne vais-je pas le savoir ? / Je le sais déjà d’autant plus que je n’ai pas fermé
l’œil de la nuit !
Nous voyons d’une part que le locuteur donne son accord à son interlocuteur, et que X était connu préalablement par le locuteur. Non seulement, « le » renvoie à un contenu ayant déjà fait l’objet d’une énonciation,
mais en plus le locuteur, par le biais du marqueur, présente Y – spécifié
ou sous-entendu – comme un argument co-orienté avec X et plus fort
que X pour la même conclusion. Voici un schéma du fonctionnement du
marqueur :
3
Nous devons ce trait à Jean-Claude Anscombre.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
161
A : – X.
B : – À qui le dis-tu ? (À qui dis-tu X ? À moi ? Tu ne devrais pas
me le dire puisque je sais déjà X. La preuve : Y explication).
Par ailleurs, en reprenant les travaux de Ducrot et Anscombre des années soixante-dix, quatre-vingts, par exemple Anscombre (1981), nous
pourrions en rendre compte en termes de valeurs locutoire et illocutoire.
En effet, la première valeur du marqueur, disons la valeur primitive, serait celle d’une interrogation. Cependant le marqueur n’exige pas une réponse. Il ne s’agit donc pas d’une vraie question. Le marqueur possède
une valeur illocutoire qui est mise en scène. Il s’agirait d’une question
rhétorique visant à donner l’accord à X avec plus de force par le biais de
Y, qu’il soit exprimé ou sous-entendu. De ce point de vue, l’intonation
exclamative du marqueur fonctionnerait comme un hypermarqueur empêchant la lecture interrogative.
Il y a un côté exclamatif important relié à l’aspect illocutoire. À qui
le dis-tu est une réaction du locuteur à ce que vient de dire l’interlocuteur.
En principe, l’interlocuteur n’attend pas de réaction du locuteur, il ne lui
a pas posé de question, il n’attend rien linguistiquement de celui-ci, mais
le locuteur réagit à X avec À qui le dis-tu. C’est une réaction à X voulant
dire : tu n’as pas à me le dire, je le sais encore mieux que toi. Il n’y a pas de
demande de la part du locuteur du marqueur, et l’interlocuteur ne va pas
le décoder comme une question littérale. Il s’agit presque d’une interjection, dans la mesure où la locution manifeste une émotion, une réaction
face à quelque chose qui a été dit plutôt que d’apporter une quelconque
information. À un niveau argumentatif, ce que fait le marqueur, c’est souligner que l’explication Y est co-orientée avec X avec plus de force que X.
Reprenons notre exemple :
A : Quel boucan ont fait les voisins hier soir ! (X)
B : À qui le dis-tu ! Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit ! (Y)
Y est co-orienté avec X, avec plus de force que X. À qui le dis-tu marque
que Y est plus fort argumentativement que X.
A : – X. (orienté par exemple vers on va prendre des mesures envers les voisins)
B : – A qui le dis-tu ? Y.
162 Sonia Gómez-Jordana Ferary
Y est co-orienté avec X, d’autant plus que le locuteur connaît déjà X et en
a souffert.
Nous pourrions décrire ainsi le fonctionnement sémantique de À qui
le dis-tu.
1)
2)
3)
L’énonciation de À qui le dis-tu se présente comme une réaction non à
un fait mais à une énonciation de X, celle de son interlocuteur.
Cette réaction consiste à montrer que X est déjà connu du locuteur,
ce qu’il démontre par l’énonciation de Y qui est co-orienté avec X,
mais avec plus de force dans la mesure où le locuteur lui-même a
vécu X. Y peut être spécifié ou pas mais il est toujours là, ne serait-ce
que de façon sous-jacente.
Cette réaction, qui peut apparaître sous forme interrogative, est plutôt
montrée comme une exclamation qui va dans le même sens que X.
Une des caractéristiques du marqueur est qu’il est orienté axiologiquement. Sa valeur non marquée est celle du mécontentement, le locuteur
renvoyant nécessairement à quelque chose qu’il n’aime pas ou qui lui pose
problème. Ainsi, l’exemple suivant est tout à fait possible :
(16) A : Quand même, c’est difficile le chinois !
B :À qui le dis-tu ! Ça fait des années que je l’étudie, et je ne sais même pas
dire bonjour !
par rapport à :
(17) A : J’adore le chinois !
B :??À qui le dis-tu ! Ça fait à peine un an que je l’étudie et je peux déjà
maintenir une petite conversation.
qui lui est nettement plus difficile à accepter. Aussi bien X énoncé par
l’interlocuteur que Y énoncé par le locuteur du marqueur, dans – X. –
À qui le dis-tu ! Y, sont marqués axiologiquement et doivent véhiculer le
mécontentement de la part de l’interlocuteur et du locuteur. X et Y sont
toujours coorientés argumentativement.
À un niveau polyphonique, le locuteur, en employant cette locution,
donne son accord à l’interlocuteur, il est d’accord avec X, mais il va plus
loin dans le mécontentement. Il existe d’autres marqueurs similaires en
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
163
français qui feraient partie de la même famille que À qui le dis-tu. Ainsi, Tu
me dis ça à moi ? ou Tu peux le dire ! serviraient également à diriger un discours – marqué axiologiquement vers le mécontentement – vers la même
orientation que l’énoncé précédent de l’interlocuteur, mais avec plus de
force. Dans l’occurrence suivante, nous voyons que le marqueur Tu peux
le dire ! a un fonctionnement similaire à À qui le dis-tu ! Le chauffeur et la
cuisinière d’une maison critiquent leur patron :
(18) Le chauffeur
Pire, mon vieux, pire ! Ah ! ce qu’il a pu me faire poireauter jusqu’à des quatre
heures du matin devant des bistrots… Et au petit jour, quand tu étais gelé, ça
sortait de là congestionné, reniflant le vin à trois mètres, et ça venait vomir sur
les coussins de la voiture…Ah ! le salaud !
La cuisinière
Tu peux le dire… Combien de fois je me suis mis les mains dedans, moi qui
te parle ! Et ça avait dix-huit ans.
Anouilh, Le voyageur sans bagages, 1958, p. 36
Nous aurions très bien pu avoir À qui le dis-tu à la place de Tu peux le dire.
Il serait intéressant d’étudier les différences avec A qui le dis-tu et les placer
dans une échelle argumentative afin de vérifier la force de chacun de ces
marqueurs. La traduction espagnole est également digne d’intérêt dans ce
sens-là : Dímelo a mí / A mí me lo vas a decir / Y a mí que lo digas qui expriment
également le mécontentement du locuteur, coorienté avec l’énoncé de son
interlocuteur.
2. C’est toi qui le dis
Nous trouvons une première occurrence en 1669 qui ne correspond pas
au marqueur puisque son sens est complètement littéral :
(19) HARPAGON.
C’est là votre fils ?
ANSELME.
Oui.
164 Sonia Gómez-Jordana Ferary
HARPAGON.
Je vous prends à partie, pour me payer dix mille écus qu’il m’a volés.
ANSELME.
Lui, vous avoir volé ?
HARPAGON.
Lui-même.
VALÈRE.
Qui vous dit cela ?
HARPAGON.
Maître Jacques.
VALÈRE.
C’est toi qui le dis ?
MAÎTRE JACQUES.
Vous voyez que je ne dis rien.
MOLIÈRE, L’Avare, 1669, p. 201
La première occurrence du marqueur apparaît dans Frantext au XIXème
siècle, en 1866 :
(20) M. BARUTIN
Tiens, tu as de la vocation.
M. DE PONTRESME
Non, fichtre non, je n’en ai pas. Mais…
M. BARUTIN
Mais tu acceptes.
M. DE PONTRESME
C’est toi qui le dis. – Eh bien, puisque je n’ai plus que cette nuit, qu’elle soit
bonne ! que mon agonie soit une bacchanale ! que le viveur d’aujourd’hui
scandalise à jamais le magistrat de demain !
HUGO Victor, Mille francs de récompense, 1866, p. 755
2.1. Propriétés morphosyntaxiques et distributionnelles
C’est toi qui le dis apparaît le plus souvent en situation dialogale à la suite
d’une intervention de l’interlocuteur, comme dans :
(21) A : Paris est la plus belle ville d’Europe.
B : C’est toi qui le dis ! Moi je préfère Rome de loin !
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
165
Nous nous trouvons face à une extraction par clivée mettant en relief le
pronom tonique toi, qui fait référence à cet interlocuteur et qui souligne
que c’est bien l’interlocuteur le responsable des propos X et non pas le
locuteur. Le pronom le reprend ces propos X. Ce marqueur ne peut pas
apparaître sous une forme interrogative puisqu’il perdrait son statut de
marqueur de mise à distance pour prendre un sens littéral, comme dans
l’exemple (19). Il peut apparaître en position absolue, comme dans :
(22) A : C’est la droite qui va l’emporter aux prochaines élections.
B : C’est toi qui le dis !
Le locuteur du marqueur n’a pas besoin de spécifier Y, quelque chose
comme moi je pense que ce sera plutôt la gauche.
Par ailleurs, le marqueur apparaît toujours en début de réplique et
exige un contexte précédent. Il ne peut pas ouvrir un discours.
2.2. Propriétés sémantiques
Voyons quelques occurrences :
(23) – Tu peux dire que vous m’en aurez fait endurer, ton garçon et toi ! grogna-t-il.
–Comme si ce n’était pas le tien… Tu as de la chance de ne pas être en souci.
– C’est toi qui le dis.
– Ça se voit.
–Imbécile !… Ma pauvre femme, que tu es bête !
CLAVEL Bernard, Celui qui voulait voir la mer, 1963, p. 350
(24) HÉLÈNE.
Ils ont parfaitement compris, ce sont deux hommes intelligents, ils ont parfaitement compris que nous en avions besoin, l’argent, tout ça…
ANTOINE.
– Nous n’en avons pas tellement besoin.
HÉLÈNE.
– C’est toi qui le dis !
LAGARCE Jean-Luc, Derniers remords avant l’oubli, 1988, p. 42
Nous voyons dans ces deux occurrences que le locuteur du marqueur ne
donne pas son accord à son interlocuteur. Dans l’exemple (23) le locuteur
166 Sonia Gómez-Jordana Ferary
en énonçant le marqueur réfute l’affirmation de son interlocuteur « Tu as
de la chance de ne pas être en souci ». De même, en (24) par le biais du
marqueur, le locuteur ne donne pas son accord à son interlocuteur qui
affirme qu’ils n’ont pas besoin d’argent.
Par le biais de l’énonciation du marqueur, le locuteur ne répond jamais à une question, contrairement à d’autres marqueurs tels que Tu parles,
tu penses, étudiés dans (Rodríguez Somolinos 1994 et 1997) où on voit
qu’ils peuvent répondre à une question.
(25) – La gauche gagnera cette fois-ci.
– C’est toi qui le dis !
(25’) – La gauche gagnera-t-elle cette fois-ci ?
– *C’est toi qui le dis ! / Tu parles ! / Tu penses !
Rodríguez Somolinos (1997) remarque que Tu parles est compatible avec
Au contraire, alors que ce n’est pas le cas de Tu penses, qui véhicule une réfutation moins forte, plus atténuée que Tu parles. Dans notre cas, C’est toi qui
le dis ! marque, comme Tu penses, une réfutation atténuée. En fait, il y a une
mise à distance et le locuteur ne donne pas son accord à l’interlocuteur lui
signalant que lui, locuteur, n’a pas émis son avis sur X. Mais il n’y a pas
une réfutation catégorique pour autant. C’est pourquoi l’enchaînement
sur Au contraire serait difficile. Alors que le marqueur Que tu dis, qui lui
marque une réfutation forte, serait compatible avec au contraire :
(26) – La gauche gagnera cette fois-ci.
– C’est toi qui le dis ! Moi je n’y crois pas du tout.
(27) – La gauche gagnera cette fois-ci.
– ??C’est toi qui le dis ! Au contraire, c’est la droite qui va l’emporter.
–La gauche gagnera que tu dis, au contraire, c’est la droite qui va l’emporter.
Le locuteur dit quelque chose comme Prends X à ton compte, moi je m’en
détache et je ne lui donne pas mon accord. En même temps, il ne s’agit pas d’une
réfutation catégorique. Si on pense en termes d’échelles argumentatives,
que tu dis exprimerait une réfutation plus forte que c’est toi qui le dis, comme
nous pouvons le voir dans cet exemple.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
167
(28) Menelas. -tu es la même toujours.
Brindosier. -la même, c’est toi qui le dis ; tu en es sûr ?
Menelas. -Hélène : il n’y a pas d’autre femme au monde.
CLAUDEL Paul, Protée, 1914, p. 338
Le locuteur reprend les termes de son interlocuteur pour les remettre en
question. Elle se détache de ces termes auxquels elle ne donne pas son
accord, puis elle revient sur ce refus pour l’atténuer : tu en es sûr ? Si le
locuteur avait choisi le marqueur que tu dis, la suite par tu en es sûr, serait
plus bizarre :
(29) – Tu es la même toujours.
– ??La même, que tu dis. Tu en sûr ?
Nous aurions plutôt quelque chose comme :
(29’) – La même, que tu dis. Au contraire, j’ai énormément changé.
C’est toi qui le dis opère une mise à distance avec les paroles de l’interlocuteur sans exprimer une réfutation catégorique pour autant.
Parfois cette mise à distance et le désaccord du locuteur envers
l’énonciateur4, qui correspond dans ce cas à l’interlocuteur, est expliquée
à la suite du marqueur :
(30) VLADIMIR. – Je n’avais pas pensé à ça.
ESTRAGON (ayant trouvé). – Qui peut le plus peut le moins.
VLADIMIR. – Mais est-ce que je pèse plus lourd que toi ?
ESTRAGON. – C’est toi qui le dis. Moi je n’en sais rien. Il y a une chance
sur deux. Ou presque.
BECKETT Samuel, En attendant Godot, 1952, p. 27
4
Rappelons très brièvement que dans la théorie de la polyphonie telle que développée
par Ducrot (1984) ou Anscombre (1990), le locuteur est le responsable de l’énonciation, du dire. Quant à le ou les énonciateurs, « s’ils “parlent”, c’est seulement en ce
sens que l’énonciation est vue comme exprimant leur point de vue, leur position, leur
attitude, mais non pas au sens matériel du terme, leurs paroles ». (Ducrot 1984 : 204).
Le locuteur, comparé par Ducrot à un auteur de théâtre, met en scène un ou plusieurs
énonciateurs avec lesquels il peut s’identifier, auxquels il peut donner son accord –
sans s’identifier avec lui ou avec eux pour autant – ou dont il peut se distancier.
168 Sonia Gómez-Jordana Ferary
Moi je n’en sais rien vient expliquer pourquoi le locuteur ne peut pas donner
son accord à « je pèse plus lourd que toi ».
À un niveau argumentatif, il est intéressant de comparer les marqueurs À qui le dis-tu et C’est toi qui le dis. Comme nous l’avons vu, les deux
exigent un contexte antérieur et ne pourraient pas ouvrir un discours.
Tous les deux apparaissent également en situation dialogale. Cependant,
À qui le dis-tu est toujours coorienté avec le segment précédent de l’interlocuteur, alors que C’est toi qui le dis est anti-orienté avec le segment précédent de l’interlocuteur. L’un sert à donner l’accord au segment X, orienté
avec plus de force vers une conclusion donnée – À qui le dis-tu –, l’autre –
C’est toi qui le dis – sert à réfuter ce que vient d’énoncer l’interlocuteur, sans
que cette réfutation soit aussi forte qu’avec d’autres marqueurs comme que
tu dis. À qui le dis-tu et C’est toi qui le dis sont deux marqueurs qui servent
à exprimer respectivement l’accord et le désaccord avec le segment antérieur énoncé par l’interlocuteur.
3. Comme qui dirait
3.1. Propriétés morphosyntaxiques et distributionnelles
Comme qui dirait est un marqueur figé de nos jours et présente le sujet qui,
équivalant sémantiquement à si on et qui fait allusion à un ON-énonciateur5, à une communauté linguistique. Dans comme qui dirait Y, le temps
verbal est toujours le conditionnel, qui marque une distance avec ce qu’introduit la locution. Dans,
(31) « – Engueulés ?
–Oui, enfin, j’ai l’impression. Diaz et lui, enfin, ils ont échangé comme qui
dirait des insultes. »
Manchette J.P., Nada, 1972, p. 140.
5
Sur la notion de ON-Énonciateur (parfois dénommé ON-Locuteur), cf. Anscombre
(1990, 2005).
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
169
le conditionnel opère déjà une mise à distance avec Y – ils ont échangé des
insultes. Fuchs (2007) dans son étude sur comme qui dirait signale que le
verbe instaure une situation d’énonciation imaginaire et propose comme
paraphrase « quiconque dirait, s’il était à ma place d’énonciateur ». Nous
ajouterons, reprenant les termes d’Haillet (2002), qu’il s’agit dans les deux
cas, d’un conditionnel d’hypothèse où le point de vue est mis à distance et représenté comme attribué à une instance distincte, imaginée. Remarquons
cependant que même si de nos jours le temps est figé dans la locution comme
qui dirait, en moyen français il y avait une alternance entre l’imparfait de
l’indicatif et le conditionnel du verbe dire : comme qui diroit, comme si l’on disoit6 .
Comme qui dirait avec son sens contemporain apparaît à partir de 1648.
Nous avons 239 occurrences à partir de cette date-là.
a)
b)
Dans la plupart des cas il apparaît en incise (49% des cas) :
(32)« J’en parle, comme qui dirait, de haut. Quand n’importe quoi disparaît, c’est
déjà drôle. »
Queneau R., Le Chiendent, 1933, p. 172.
Il apparaît également très souvent avant Y : comme qui dirait, Y (36%
des cas).
(33)« C’est un îlot de résistance, comme qui dirait des partisans qui se préparent
à faire la guérilla… »
Triolet, E., Le premier accroc coûte deux cents francs, 1945, p. 254.
c)Le marqueur peut apparaître en position frontale, détachée, commençant une phrase, et ce à partir de 1869 (8% des cas) :
(34)« – C’te pisciculture, j’m’la suis faite ! Intégralo ! Toute en eau de Seine ! Vois les
vannes, les retenues…rien que de la 15×20×30 maçonnée de mes mains nues !
– Comme qui dirait un étang, en quelque sorte ?
– En quelque. […] »
Vautrin, J., Bloody Mary, 1979, p. 70.
ous trouvons beaucoup d’exemples contemporains tirés de blogs où le
N
marqueur apparaît dans le titre :
6
Voir à ce propos Gómez-Jordana (2009), où l’auteur étudie l’évolution du marqueur depuis le moyen français jusqu’au français contemporain. Il apparaît ainsi
qu’il s’agit du même marqueur qui a connu une évolution syntaxique et sémantique.
Une des différences étant que le français contemporain ne présente plus l’imparfait
de l’indicatif et que nous ne pourrions pas trouver comme qui disait de nos jours.
170 Sonia Gómez-Jordana Ferary
(35) « Comme qui dirait : l’important c’est de participer »
<http://marsonnas.fr/comme-qui-dirait-limportant-cest-de-participer/>
d)Il peut également paraître en position finale (3% des cas) :
e)
f)
(36)« – Bah, il a dit en redémarrant. Des réflexes, comme qui dirait. Je m’emmerde, voyez-vous ? Quand je m’emmerde, je fais les hostos, les commissariats, ce genre de choses. »
Manchette J.P., Morgue pleine, 1973, pp. 58–59.
Il peut apparaître plus rarement après Y. (2,5% des cas) :
(37) « Une espèce de lumière comme qui dirait qui s’éteignait et se rallumait. »
Claudel, P., Le soulier de satin, 1929, p. 881.
Il apparaît une seule fois dans notre corpus en position absolue :
(38) « – Alors, t’es comme qui dirait content ?
– Comme qui dirait !
– C’est une bonne chose d’être content, bien sûr ! »
Chevallier, G., Clochemerle, 1934, p. 159.
3.2. Propriétés sémantiques
Dans le cas de comme qui dirait nous sommes face à deux mises à distance.
La première signale que la source7 de Y n’est pas le locuteur. Dans ce cas,
il s’agit de qui, que l’on peut paraphraser par si on 8. L’énonciateur de Y est
dans ces cas-là un ON anonyme, la voix collective d’une communauté
linguistique. Il y a une deuxième mise à distance dans le cas de comme qui
dirait. Le marqueur sert en plus à atténuer Y.
7
8
Rappelons que la notion de source est empruntée aux travaux sur la médiativité, où
sont étudiées les sources auxquelles renvoient les marqueurs.
Rappelons que le pronom relatif qui a eu comme valeur, jusqu’au XVIIème siècle
inclus, aussi bien celui qui que si on. C’est ce que l’on voit dans certains proverbes tels
que Tout vient à point qui sait attendre (équivalant à Tout vient à point si l’on sait attendre) et
auquel la préposition à a été ajoutée récemment. (Voir à ce sujet Anscombre 1994 :
96). Nous gardons des traces de cette valeur en si on du pronom relatif dans certains proverbes et dans certaines locutions, telles que Qui dit X, dit Y, par exemple
dans Qui dit Picasso, dit cubisme que l’on peut paraphraser par Si on dit/si on parle de
Picasso, on pense à cubisme. Voir Bertrand (2003) pour une étude diachronique du
pronom relatif.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
171
Comme qui dirait en français contemporain consiste à atténuer un terme
ou un syntagme que le locuteur ne peut affirmer de façon catégorique9.
(39) « – Engueulés ?
–Oui, enfin, j’ai l’impression. Diaz et lui, enfin, ils ont échangé comme qui
dirait des insultes. »
Manchette J.P., Nada, 1972, p. 140.
Le marqueur porte sur le terme Y pour l’atténuer. Le locuteur n’affirme
pas de façon catégorique qu’ils ont échangé des insultes. Il met en scène un
énonciateur E1 qui dit « ils ont échangé des insultes », dont il se distancie.
Dans certaines occurrences, le marqueur non seulement établit une
mise à distance atténuatrice, mais implique qu’à un niveau informatif p est
faux, alors qu’à un niveau argumentatif Y fonctionne comme étant vrai.
Ce phénomène apparaît dans les emplois dénominatifs, du type Je suis Y,
Il est Y.
(40) « – Ton petit frère et ta petite sœur ?
–Oui ; d’aujourd’hui il faut que je sois pour eux comme qui dirait leur
père. »
Sue, E. Les Mystères de Paris, 1843, p. 862.
(41)« Ne rougissez pas, madame. Je suis comme qui dirait un confesseur, muet
comme la pierre tombale et discret comme un périodique. »
Queneau, R., Le dimanche de la vie, 1952, p. 128.
La valeur informative de comme qui dirait Y correspond à non-Y. Autrement
dit, la valeur informative de Je suis comme qui dirait un confesseur correspond
à je ne suis pas un confesseur. En revanche, l’orientation argumentative de je
suis comme qui dirait un confesseur tend vers les mêmes conclusions que je suis
un confesseur.
Jusqu’à la première moitié du XXème siècle, le marqueur accompagne
le plus souvent un segment – que ce soit un substantif, un adverbe, un
participe, un groupe prépositionnel10 – et fonctionne comme un adverbe
9
10
En moyen français ou en français préclassique et classique (voir Gomez-Jordana
2009), comme qui dirait se présente dans des structures en X marqueur Y, où il se produirait une reformulation de X en Y.
Voir à ce sujet Gomez-Jordana (2009).
172 Sonia Gómez-Jordana Ferary
de constituant, ne modifiant que ce terme. Cependant à partir des années
1930 et surtout à partir des années 1970, on trouve de plus en plus d’occurrences où le marqueur apparaît seul, en position détachée, en incise ou
en position finale, et où il porte alors sur l’énonciation de tout l’énoncé,
comme le ferait un adverbe d’énonciation.
(42)J’en parle, comme qui dirait, de haut. Quand n’importe quoi disparaît, c’est
déjà drôle.
QUENEAU Raymond / Le Chiendent / 1933, Page 172
(43)[…] mais toujours est-il que j’étais avec mon jonc et je les entendais qui s’injuriaient à travers la porte.
– Une dispute sexuelle ?
–Non, non, plutôt de la politique, comme qui dirait. C’est-à-dire, il y en
avait un qui traitait l’autre de marxiste. Ou de révolutionnaire. J’ai pas bien
fait attention.
MANCHETTE Jean-Patrick / Nada / 1972, Pages 141–142 / 22
Le marqueur, en position détachée, ne porte plus sur un seul terme mais
sur toute l’énonciation. Ainsi, lorsqu’il apparaît en incise, il serait tout à
fait possible de le déplacer en position finale sans changement de sens :
J’en parle, comme qui dirait, de haut / J’en parle de ha comme qui dirait. En disant :
Non, non, plutôt de la politique, comme qui dirait, le locuteur n’atténue pas le
terme politique mais le fait d’énoncer qu’il s’agit d’une dispute de politique.
Il atténue son énonciation qu’il considère comme étant trop forte. Il y a
même des exemples où le locuteur marque son hésitation uniquement par
le biais de marqueurs d’atténuation :
(44)La langue du pays avec les syllabes qui traînent, tandis qu’une par-ci par-là
sort plus marquée et sonne comme un coup de maillet : « ah ! Alors oui… et ça
n’est pas pour dire… c’est comme qui dirait… et puis voilà, on verra bien. »
RAMUZ Charles-Ferdinand / Aimé Pache, peintre vaudois / 1911, Pages 294–295
Finalement, les occurrences trouvées sur la toile présentent le marqueur
principalement dans des titres de blogs, aussi bien comme marqueur
d’énonciation que comme marqueur de constituant :
(45) « Il y a comme qui dirait un problème… et un problème de taille »,
<http://mamoizellek.canalblog.com/archives/2008/12/28/11879502.html>
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
173
(46)« Comme qui dirait : j’ai été tagué »
<http://www.leblogdedarcy.fr/index.php?post/2008/09/26/Commr-dirait%3A-Jai-ete-tague>
Comme qui dirait peut être suivi de ce n’est pas marqueur X, c’est X tout court,
ce qui permet de mettre en relief les deux mises à distances opérées par
ce marqueur.
(47) – Lia est comme qui dirait le bras droit de Max.
–Ce n’est pas comme qui dirait le bras droit de Max, c’est le bras droit tout
court !
(48) –C’était comme qui dirait une dispute de politique.
–C’était pas comme qui dirait une dispute de politique, c’était une dispute
de politique tout court !
Comme le montrent ces exemples, comme qui dirait non seulement attribue
la source du segment p à un autre énonciateur, d’où son aspect médiatif,
mais atténue en plus le segment p, d’où son aspect modal.
Par ailleurs, comme qui dirait est commutable par en quelque sorte ou pour
ainsi dire qui viennent, comme notre marqueur, atténuer Y.
(49) Ça s’est passé comme qui dirait malgré moi
Anouilh, Le voyageur sans bagages, 1958, p. 63
Ça s’est passé en quelque sorte / pour ainsi dire malgré moi.
(50) Nous sommes comme qui dirait voisins.
Nous sommes voisins en quelque sorte / pour ainsi dire.
3.3. Notice diachronique
Dans les deux cas précédents, nous ne pouvions présenter une notice diachronique étant donné que les marqueurs À qui le dis-tu et C’est toi qui le dis
ont une apparition relativement récente, au XIXème siècle. En revanche,
comme qui dirait se prête à une analyse diachronique que nous résumerons
très brièvement ici.
Il a connu les valeurs suivantes11 :
11
Pour une étude détaillée de la diachronie du marqueur, voir Gomez-Jordana (2009).
174 Sonia Gómez-Jordana Ferary
En ancien, moyen français et français préclassique sa valeur est
compositionnelle, équivalant à « X c’est comme si on disait Y ». Comme
qui dirait 1 apparaît vers la moitié du XIVème siècle et est employé jusqu’au
XVIIIème siècle, sa fréquence diminuant en français classique. Ce marqueur se trouve entre deux segments : X comme qui diroit1 Y, et établit
une comparaison hypothétique paraphrasable très facilement – sa lecture
étant compositionnelle – par X c’est comme si on disait Y. Nous parlerons ici
d’une valeur grammaticale du marqueur.
(51)si Dieu est exempt de passion, comme croyent tous les bons esprits, n’ est-ce
pas estre ignorant, et superstitieux, de penser qu’il soit agité de colere, et de
vengeance. Ce quatrain suppose que nous depeignons Dieu furieux, cruel, et
plein de trouble, ce qui est aussi faux, comme qui diroit que le blanc est noir,
ou que le ciel n’est pas le ciel ;
MERSENNE Le Père Marin, L’Impiété des déistes, athées et libertins de ce temps,
1624, p. 587–588.
Le marqueur introduit un discours rapporté hypothétique. Il s’agit d’un
discours qui n’a pas été matériellement tenu. Le locuteur met en scène un
énonciateur, E1, une hypothétique communauté linguistique, qui dit : le blanc
est noir, le ciel n’est pas le ciel. Le locuteur ne lui donne pas son accord et rejette
son point de vue. Le locuteur est responsable de la comparaison entre X et
Y, entre dépeindre Dieu furieux, cruel, et plein de trouble et dire que le blanc est noir.
Cependant, il n’est pas le responsable de Y, il montre ce point de vue qu’il
rejette. La comparaison de Y avec X permet de rejeter X également.
Comme qui dirait 2 apparaît en français préclassique, vers la moitié du
XVIème siècle. Il est devenu un marqueur de reformulation paraphrastique
unissant toujours deux items, X et Y, et remplaçable par c’est-à-dire. En français préclassique et début du français classique (jusqu’au début du XVIIIème
siècle), la plupart des occurrences de comme qui dirait 2 relient un X consistant
en un terme d’une langue étrangère, et Y apporte la traduction en français :
(52)Scot le subtil tient que c’est plustot le syllogisme, que les Latins appellent
Ratiocination, comme qui diroit Raisonnement.
DUPLEIX Scipion/La Logique ou l’Art de discourir et raisonner/1607, p. 41–43.
À partir du début du XVIIIème siècle, on trouve de moins en moins d’occurrences où le marqueur relie un terme dans une langue étrangère et sa
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
175
traduction en français. À partir de ce moment, comme qui dirait 2 relie un
terme X et un quasi-synonyme qui vise à expliquer ou spécifier X.
Dans l’occurrence suivante, le terme Y apporte une spécification par
rapport au terme X :
(53)[…] en attendant, envoie-moi une partie de ton petit trésor, comme qui dirait une vingtaine de ducats…
Sénac de Meilhan Gabriel, L’Émigré, 1797, p. 1705.
Dans la première valeur du marqueur, comme qui dirait 1, le locuteur mettait
en scène un énonciateur dont il rejetait le point de vue. En revanche, dans
comme qui dirait 2 le locuteur met en scène un énonciateur E1, une communauté linguistique qui aurait pu énoncer Y, et il lui donne son accord.
À nouveau, le locuteur est responsable de la comparaison X comme qui
dirait 2 Y, mais il n’est pas responsable du contenu de Y. Il met en scène un
énonciateur E1 qui dit : pour X on pourrait dire Y, et il lui donne son accord.
L’énonciateur mis en scène est la communauté linguistique.
Au XXème siècle, les emplois de comme qui dirait 2 deviennent de plus en
plus rares, voire même inexistants.
La première attestation de comme qui dirait 3 date de 1648, en français
classique. Mais c’est surtout au XVIIIème siècle que le marqueur s’installe
en français. Au XIXème siècle, comme qui dirait 3 s’impose et il y a de moins
en moins d’occurrences de comme qui dirait 2 .
(54)Il n’y avait pas, je crois, longtemps que je pionçais, quand un bruit m’éveille en
sursaut : c’était le Maître d’école qui causait comme qui dirait amicalement
avec un autre.
SUE Eugène /Les Mystères de Paris/1843, p. 91–92.
De nos jours, pratiquement toutes les occurrences correspondent au marqueur de mise à distance. Dès 1920, nous commençons à trouver comme
qui dirait 3 en position détachée, en incise ou en position finale12 .
12
La première attestation de comme qui dirait en incise date de 1920, et en position
finale de 1929.
« […] je cherchais, afin de m’abstraire, un coin solitaire et discret, quand j’aperçus
un cabaret que j’aimais déjà comme un frère. À peine dans ce cabaret étais-je, comme
qui dirait – à méditer devant un verre, que surgit, à mon grand émoi, un client,
176 Sonia Gómez-Jordana Ferary
(55) –[…] mais c’est des gens pas habitués au malheur, alors, ça y applique des
remèdes de bonne femme, comme qui dirait… et puis…
– et puis quoi, alors ?
GIONO Jean, Un de Baumugnes, 1929, p. 124–125.
La structure ne correspond plus à X marqueur Y, où il se produirait une
reformulation de X en Y, comme dans comme qui dirait 2. Cette fois-ci, le
marqueur porte sur le terme Y pour l’atténuer.
Le marqueur comme qui dirait est le résultat d’un processus de pragmaticalisation, suivant les termes de Dostie (2004)13. Le marqueur a migré
vers la zone pragmatique. Ainsi, il se produit dans l’évolution de comme qui
dirait une décatégorisation, qui se manifeste par des pertes de flexibilité syntaxique et par des figements. De forme X marqueur Y, la lecture de comme
qui dirait1 était compositionnelle et la structure n’était pas complètement
figée – on trouvait comme se l’en disait, comme qui diroit, comme l’en diroit… Comme
qui dirait 2 devient ensuite un marqueur de reformulation paraphrastique
unissant toujours deux items, X et Y. Finalement, c’est le marqueur de mise
à distance comme qui dirait3 qui l’emporte. La forme est figée, l’évolution est
accompagnée d’un changement syntaxique – l’élément X n’apparaît plus –
et sémantique au niveau polyphonique.
Conclusion
Nous venons de passer en revue une série de marqueurs qui ont comme
points communs la présence du verbe dire et le pronom qui, interrogatif
et relatif. Il y aurait apparemment deux groupes si notre analyse part du
pronom qui :
13
en face de moi, qui me ressemblait comme un frère avais-je toute ma raison ? »
(Ponchon Raoul, La Muse au cabaret, 1920, p. 58–60.)
Remarquons au passage qu’aussi bien la grammaticalisation que la pragmaticalisation possèdent beaucoup de traits communs avec la notion de délocutivité, qui fut
développée dans les années 1970–1980 pour étudier les marqueurs du discours,
voir entre autres Anscombre 1979 et 1981.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
a)
b)
177
le groupe générique où le pronom qui fait référence à une entité non
délimitée applicable aux locuteurs d’une communauté linguistique
d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Comme qui dirait.
Le groupe où qui fait référence à un individu précis, toi/moi : à qui le
dis-tu, c’est toi qui le dis.
Si l’analyse se fonde sur l’aspect polyphonique des marqueurs, nous parlerions également de deux groupes différents :
a)
b)
Le locuteur donne son accord à l’énonciateur ou interlocuteur – à qui
le dis-tu ? comme qui dirait. Le premier le fait avec une intensification de
ce qui vient d’être dit, le dernier avec une mise à distance.
Le locuteur ne donne pas son accord à l’interlocuteur : c’est toi qui le dis
(qui serait comparable à que tu dis).
Nous voyons grâce à cette analyse que les marqueurs en dire combinés au
pronom qui – interrogatif ou relatif – sont très productifs. Cependant, il ne
faut pas penser pour autant qu’ils ont un quelconque rapport et chacun des
marqueurs étudiés possède une signification bien précise qui se distingue
entre autres par son aspect polyphonique. Nous pourrions penser en revanche à d’autres marqueurs qui pourraient faire partie de la famille de ceux
que nous venons d’étudier. Ainsi, à qui le dis-tu ? admettrait des gloses en je
le sais bien, je le sais bien d’autant plus que Y. Il pourrait faire partie de la même
famille que Tu peux le dire, Tu me dis ça à moi ? Le marqueur c’est toi qui le dis,
pourrait faire partie de la même famille que que tu dis, l’un exprimant une
réfutation plus catégorique (que tu dis). Comme qui dirait serait commutable
par pour ainsi dire et pourrait faire partie de la famille de comme dirait l’autre,
avec quelques différences sémantiques entre les deux, qui ont fait l’objet
d’un autre travail14.
Petit à petit, nous pouvons commencer à dresser un arbre généalogique des marqueurs en dire, qui nous permettra de créer différents
groupes de familles de marqueurs, ce qui sera d’une grande aide au niveau
des définitions et des commutations possibles, mais également au niveau
de la traduction des marqueurs dans d’autres langues.
14
Voir Gómez-Jordana et Anscombre (2015), Dire et ses marqueurs, Langue française 186.
178 Sonia Gómez-Jordana Ferary
Références bibliographiques
Anscombre J.C., (1979), « Délocutivité benvenistienne, délocutivité généralisée et performativité », Langue française 42, pp. 69–84.
Anscombre J.C., (1981), « Marqueurs et hypermarqueurs de dérivation : illocutoire : notions et problèmes », Cahiers de linguistique 3, pp. 75–124.
Anscombre J.C., (1990), « Thème, espaces discursifs et représentations
événementielles », Fonctionnalisme et pragmatique, (eds) Anscombre,
J.C., Zaccaria G., Milan, Ediozioni Unicopoli, pp. 43–150.
Anscombre J.C., (1994), « Proverbes et formes proverbiales : valeur évidentielle et argumentative », Langue française 102, pp. 95–107.
Anscombre J.C., (2005), « Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages », in BRES Jacques, Haillet Pierre-Patrick, Mellet Sylvie, Nølke
Henning et Rosier Laurence (éds), Dialogisme et polyphonie : approches
linguistiques, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 75–94.
Anscombre J.C., (2010), « Lexique et médiativité : les marqueurs pour le
dire », Cahiers de lexicologie 96, 5–33.
Bertrand O., (2003), « Évolution sémantique du pronom indéfini QUI en
français : une étude diachronique », Mémoire en temps advenir, Louvain :
Peeters, Orbis/Supplementa, 22, 381–197.
Danjou-Flaux N., (1980), « A propos de de fait, en fait, en effet et effectivement »,
Le Français moderne 48, pp. 110–139.
Dendale P. et Tasmowski L. (éds) (1994), Les sources du savoir et leurs marques
linguistiques, Langue française 102.
Dostie G. (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique
et traitement lexicographique, Bruxelles : Duculot / De Boeck, Coll.
Champs linguistiques.
Ducrot O. (1984), Le dire et le dit, Paris, Les éditions de minuit.
Fuchs C. (2007), « Comme qui dirait : entre analogie énonciative et approximation », Parcours de la phrase, M. Charolles et alii. Paris, Ophrys,
77–92.
Gomez-Jordana S. (2009), « Comparaison hypothétique, mise à distance,
et reformulation : étude diachronique et polyphonique du marqueur
comme qui dirait », Cahiers de lexicologie 95, 83–114.
À qui le dis-tu, c’est toi qui le dis, comme qui dirait : marqueurs d’un même groupe ?
179
Gomez-Jordana S. et Anscombre J.C. (2015), Dire et ses marqueurs, nº
monographique de la revue Langue Française, nº 186.
Guentcheva Z. (1996), L’énonciation médiatisée, Louvain, Paris, Peeters.
Haillet P. (2002), Le conditionnel en français : une approche polyphonique, Paris,
Ophrys (coll. « L’essentiel Français »).
Rodríguez Somolinos A. (1994), « Tu parles ! Una ambivalencia ilocutiva »,
in La lingüística francesa. Situación y perspectivas a finales del siglo
XX, Actes du colloque organicé par le Département de Philologie française de
l’université de Saragosse (4–6 novembre 1993), 337–350.
Rodríguez Somolinos A. (1997), « Tu penses ! La modalidad de la evidencia », ed. Arturo Delgado, Actes du IV colloque de l’APFUE, Centenaire de
François Rabelais, Universidad de las Palmas de Gran Canaria. 155–169.
Soit dit en passant et soit dit entre nous :
deux marqueurs d’attitude énonciative ?1
A delaida Hermoso M ellado-Damas
Universidad de Sevilla
[email protected]
1. Introduction
Le but de cet article est l’analyse contrastive de soit dit en passant et soit
dit entre nous (SDEP et SDEN, respectivement, par la suite). Le choix de
ces deux locutions répond à une question formelle : elles présentent une
même structure de base constituée du verbe dire à la forme impérative
passive avec auxiliaire être [soit + dit]. Cette singularité morphosyntaxique
aura un effet de sens dans la manière d’opérer de ces deux expressions,
un effet qui concerne, d’un côté, l’absence de complément agent du passif
et, d’un autre côté, la valeur expressive directement associée à la forme
injonctive du verbe de base.
Ces données linguistiques nous amènent à penser que, dans les deux
cas, le passage de la phrase d’origine à l’expression figée serait susceptible
de déboucher sur un emploi énonciatif de SDEP et SDEN : ces deux expressions se comporteraient dès lors comme des marqueurs discursifs. En
effet, comme le montre le corpus d’étude, tant SDEP que SDEN accompagnent, la plupart des cas, des énoncés qui incluent des traces de l’engagement du locuteur dans son discours, comme c’est le cas des exemples
(1) et (2) ci-dessous :
1
Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41427-P « Étude
sémantico-pragmatique des opérateurs discursifs en français contemporain » financé
par le Ministère espagnol chargé de la recherche.
182 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
(1)Il faut attendre le XXe siècle pour assister à la « résurrection d’Homère », selon
la belle expression de Bérard, un charmant Français, soit dit en passant (P. Sollers, Le Coeur absolu, 1987).
(2)Pendant que je vous envoie ces lignes, la Princesse répondait à Mallefille dont
la lettre m’a paru (entre nous soit dit) bien singulière, pour ne pas dire d’avantage
(T. Marix-Spire, Les romantiques et la musique : le cas George Sand, 1804–1830, vol.
1, 1953).
Or, ci ces deux locutions expriment une attitude, il conviendra de préciser
les paramètres sémantiques et pragmatiques qui interviennent dans l’expression de cette attitude et en quoi consiste-t-elle exactement.
Les auteurs consultés rangent le lexème soit dit entre nous 2 dans la
classe plus générale des adverbes d’énonciation du type sincèrement, franchement ou confidentiellement. Nølke (1990), par exemple, inclut cette locution parmi les « adverbiaux d’énonciation », très exactement dans le
sous-groupe des « adverbiaux d’interlocuteurs », lesquels « portent sur les
protagonistes de l’acte illocutoire » (p. 25). Molinier (2009), pour sa part,
retient comme aspect principal de cette locution celui de « rapport intersubjectif que le locuteur veut instituer avec l’interlocuteur (confidentialité, secret, connivence…) » (p. 13). Finalement, Marque-Pucheu, dans son
article de (2010), fait aussi intervenir la notion de « confidentialité » dans
la description de SDEN, lorsqu’elle affirme qu’il « invite l’allocutaire /
énonciataire à écouter un point de vue confidentiel et, le cas échéant, à
exprimer lui-même un avis / une information sous le sceau de la confidence » (p. 11). Pour nous, en revanche, l’emploi de SDEN ne concerne
pas la notion de confidence ; on peut très bien imaginer une séquence du
type Paul est un bon chercheur. Mais, entre nous, on dit qu’il est un peu brouillon,
où l’expression on dit que attribue le contenu « Paul est un peu brouillon » à
un ON-locuteur3, auquel le locuteur peut ou non s’identifier mais qui, en
tout cas, n’est en rien confidentiel. On assiste là à une espèce de transfert
plus ou moins intuitif du sémantisme propre à l’adverbe confidentiellement
à la description théorique de la locution, sans qu’aucun critère spécifique
ne vienne étayer l’hypothèse.
2
3
Ainsi que ses variantes entre nous soit dit et entre nous.
Cf., Anscombre, 2005.
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
183
Pour ce qui est de la locution SDEP, elle n’a pas fait l’objet – à notre
connaissance – d’une étude à part entière ; on trouve une seule mention
de SDEP dans Steuckardt (2005 : 51), qui la range parmi les « marqueurs de
glose » construits sur le verbe dire, et signale que, contrairement à d’autres
unités de ce même groupe (c’est-à-dire, autrement dit, etc.), SDEP « ne semble
pas participer d’un processus explicatif ».
Le but de cet article est de montrer que, malgré les similitudes formelles que présentent SDEP et SDEN, ils ne possèdent pas les mêmes
propriétés sémantico-pragmatiques, ni ne manifestent le même comportement dans un contexte – et un cotexte – donné.
Le présent article sera donc axé sur deux questions :
a)
Les locutions soit dit en passant (SDEP) et soit dit entre nous (SDEN)
sont-elles des marqueurs discursifs d’attitude ?
Et si tel est le cas :
b)
En quoi consiste exactement l’attitude énonciative exprimée par chacune de ces deux unités ?
Pour répondre à ces deux questions, dans une première partie (§ 2), nous
appliqueront une série de critères formels qui mettront en évidence le
caractère extra-prédicatif des deux locutions, face au syntagme prépositionnel homonyme de entre nous et le gérondif en passant qui seraient internes au SV correspondant. Dans une deuxième partie (§ 3), en nous
appuyant sur certaines propriétés sémantiques et pragmatiques, nous partiront de l’hypothèse que la locution SDEP sert de cadre discursif à un
énoncé exclamatif, tandis que SDEN ouvre un espace polémique où deux
pdv viendraient s’opposer. Cette dernière étape nous aidera ainsi à mieux
comprendre en quoi diffèrent ces deux locutions.
Quant au cadre théorique, nous opterons pour la polyphonie développée chez Anscombre, Donaire & Haillet (2013). Selon cette approche,
tout énoncé se décompose en une série de points de vue, notés pdv, chaque
pdv ayant une source [x], et un contenu {p}. Une description sémantique
doit rendre compte du nombre et de la nature des pdv sous-jacents à un
énoncé donné ainsi que de la relation que le locuteur dudit énoncé entretient avec ces pdv. Il s’agira de voir dans quelle mesure la présence de
184 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
SDEP ou de SDEN détermine l’agencement des différents points de vue
convoqués lors de l’apparition de cet énoncé.
2. Les données distributionnelles de soit dit en passant et soit dit
entre nous
a) Place dans l’énoncé
Les deux marqueurs SDEP et SDEN sont employés en incise initiale
(exemples 3 et 4), médiane (séparés ou non par des parenthèses ou par des
traits) (exemple 2 ci-dessus et exemple 5), ou finale (exemple 1 ci-dessus
et exemple 6) :
(3)Quelques voyageurs conseillent la visite de l’institut vétérinaire. Soit dit en passant, malgré des tempêtes de neige et de sable violentes mais intermittentes,
son climat est réputé clément (H. Athews, Ma vie dans la CIA : une chronique de
l’année 1973, 2005).
(4)Ton défaut essentiel vient de ce que tu es un découvreur-né, disait-il. Entre nous
soit dit, heureusement que les gens comme ça sont rares (A. Zinoviev, Homo
sovieticus, 1983).
(5)Au Moyen Age, la culture comique populaire se trouve profondément liée aux
fêtes, aux réjouissances de type carnavalesque qui, soit dit en passant, arrivaient
à occuper un total de trois mois par an (G. Lipovetsky, L’Ère du vide : essais sur
l’individualisme contemporain, 1983).
(6)le repas n’attendait qu’un signe de notre part pour bondir sur la table dressée,
une des choses dont nous étions les plus fiers, soit dit entre nous (G. Perec, Quel
petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?1966).
b) Extraction en c’est…que
Quant à la possibilité d’extraction en c’est…que, on constate que aucune
des deux unités ne peut être focus d’une phrase clivée :
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
185
(7) Soit dit en passant, cela m’a pris trois bons quarts d’heures
*C’est soit dit en passant que cela m’a pris trois bons quarts d’heure
Je crois qu’il ne m’aime guère, soit dit entre nous
*C’est soit dit entre nous que je crois qu’il ne m’aime guère
c) Possibilité d’inversion et de parenthétisation
Une première différence se dégage déjà du procédé de grammaticalisation
de SDEP et SDEN concernant la possibilité d’inversion de ses constituants : le SP entre nous peut occuper la position en tête de locution (soit dit
entre nous → entre nous soit dit) ; le gérondif en passant, en revanche, n’accepte
pas un tel déplacement (soit dit en passant → *en passant soit dit).
L’on constate en plus que, comme résultat direct du phénomène d’inversion, seule la locution SDEN accepte la parenthétisation en entre nous4,
face à SDEP qui, elle, la refuse.
En fait le gérondif en passant est souvent employé en compagnie d’un
verbe de parole (ajoutons en passant / remarquons en passant / je vous dis ça en
passant / je signale en passant), avec une valeur proche des paraphrases du
type « sans s’y arrêter » ou « sans trop (vouloir) insister » ; mais, comme on le
verra par la suite, il s’agit là d’un apport sémantique tout à fait différent de
celui que présente la locution soit dit en passant 5. La preuve en est que ces
deux expressions ne peuvent commuter dans un même contexte :
(8)Rien ne m’excède plus que ces calculs d’apothicaires qu’Elle fait avec sérieux
quand on lui demande mon âge, ce qui, soit dit en passant [*en passant], est d’une
grande inconvenance ! (C. Guillebaud, Dernière caresse, 2009).
4
5
Ce qui implique l’existence de deux expressions homonymes : l’une interne au prédicat, susceptible d’entrer dans un paradigme pronominal (« Il y a trop de distance
entre nous [+ entre vous + entre elle et moi] ») ; l’autre externe au SV, sans possibilité de
transformation (« Entre nous [+ *entre vous + *entre elle et moi], ce livre ne vaut rien »).
Cette différence apparaît aussi au niveau syntaxique : face à SDEP externe au prédicat, le gérondif en passant opère à l’intérieur du SV correspondant. Le critère de
coordination et juxtaposition montre que l’on peut combiner en passant avec ses
quasi-synonymes, lesquels présentent tous une portée intraprédicative (« je te dis ça
en passant et sans trop vouloir insister » / « ajoutons en passant et sans nous y arrêter que… »).
186 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
(3a)Quelques voyageurs conseillent la visite de l’institut vétérinaire. Soit dit en passant [*En pasant], malgré des tempêtes de neige et de sable violentes mais intermittentes, son climat est réputé clément.
Dans le cas de SDEN, en revanche, les trois formes de la locution soit dit
entre nous, entre nous soit dit et entre nous peuvent figurer dans un même entourage discursif sans provoquer un changement de sens6 :
(4a)Ton défaut essentiel vient de ce que tu es un découvreur-né, disait-il. Entre nous
soit dit [Soit dit entre nous + Entre nous], heureusement que les gens comme ça sont
rares.
Or, il faut tout de même préciser que la forme parenthétique entre nous
paraît réfractaire à occuper la position finale d’une séquence, comme on
le voit sur les exemples (6a) et (9) ci-dessous :
(6a)le repas n’attendait qu’un signe de notre part pour bondir sur la table dressée,
une des choses dont nous étions les plus fiers, soit dit entre nous [entre nous soit dit
+ ??entre nous].
(9) Je crois qu’il ne m’aime guère, soit dit entre nous [entre nous soit dit + ??entre nous].
Au vu des propriétés distributionnelles de SDEP et SDEN, nous pouvons conclure que les deux expressions se comportent comme des unités
extra-prédicatives, portant sur l’énoncé dans son ensemble et non pas sur
un constituant précis de celui-ci. Il s’agit donc dans les deux cas de deux
marqueurs discursifs.
6
Nous traiteront ici les locutions soit dit entre nous, entre nous soit dit et entre nous comme
des synonymes et laisseront pour une autre occasion la question de l’évolution
d’une expression vers l’autre et du phénomène résultant de parenthétisation.
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
187
3. Propriétés sémantico-pragmatiques de soit dit en passant et
soit dit entre nous
Passons maintenant à l’analyse sémantique et pragmatique de SDEP et
SDEN. Afin de faire ressortir les contrastes existant entre ces deux unités,
nous les étudierons tour à tour dans deux chapitres (3.1. et 3.2.) indépendants. Il s’agira d’appliquer les mêmes critères aux deux unités et de vérifier
si elles présentent ou non un même comportement dans un contexte – et
un cotexte – donné.
3.1. Soit dit en passant
3.1.1. Soit dit en passant en tant que cadre discursif :
En me fondant sur Anscombre (1989 et 1990), je pars de l’hypothèse que
SDEP est un marqueur d’attitude qui occupe une position thématique :
c’est-à-dire que le locuteur de SDEN présente un « cadre de discours » subjectif et évaluatif où placer les contenus énoncés, et possède de ce fait des
propriétés qui l’apparentent au thème.
Outre l’affinité de cette locution avec la position frontale -ou en incise- et son impossibilité d’extraction en c’est…que, déjà signalées dans le
§ 2, l’expression SDEP ne peut être présente dans des complétives dont le
verbe tête n’est pas un verbe de dire :
(10)Je ne t’engage pas, soit dit en passant, à essayer de garer ton corps (L. Aragon,
OEuvre poétique, tome 1, livre 3, 1926, 1982).
(10a) * Je ne t’engage pas à, soit dit en passant, essayer de garer ton corps
(11)Je déplore, soit dit en passant, qu’on ait fait de cette question […] un sujet
d’attaque personnelle contre lui (Ch. De Gaulle, Discours et messages. 2. Dans
l’attente. 1946–1958, 1970).
(11a)*Je déplore que, soit dit en passant, on ait fait de cette question […] un sujet
d’attaque personnelle contre lui
188 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
SDEP n’apparaît jamais dans une relative restrictive. Elle figure en revanche dans des relatives appositives (exemple 12) ou bien dans des relatives semi-substantives mises en apposition (exemples 13) :
(12)Peut-être aussi est-ce la gouvernante qui l’a tué, et qui a imaginé tout le reste
avec la complicité de ce docteur Juard, dont la réputation – soit dit en passant –
n’est pas tellement bonne (A. Robbe-Grillet, Les Gommes, 1952).
(13)J’ai donc changé la roue, et parcouru au moins vingt kilomètres (ce qui, soit
dit en passant, m’a pris trois bons quarts d’heure !) avant de crever à nouveau
(L. Benjamin, L’Opéra du fond des mers, 1983).
Dans (14) la locution accompagne une restrictive mais d’un terme luimême apposé à un autre terme :
(14)Voici le cueilleur de cerises sur l’arbre, un métier, soit dit en passant, qui n’est pas
prêt d’être livré à la machine (G. Friedmann, Où va le travail humain ? 1950).
Ces caractéristiques à la fois distributionnelles et sémantiques laissent à
penser que SDEP présente un comportement similaire à celui d’autres
unités énonciatives du type sincèrement, franchement ou honnêtement, auquel
appartient aussi en principe SDEN : elle exprime une attitude de la part
du locuteur envers les contenus énoncés et envers l’acte d’apparition desdits contenus. Certes, il s’agit là d’un marqueur d’attitude, mais, de quel
type d’attitude ?
3.1.2. Soit dit en passant : un marqueur d’attitude exclamative
Lorsque nous avons entrepris l’analyse en détail des données du corpus,
la première chose que nous avons constatée est que la locution SDEP apparaît presque toujours en cooccurrence avec des éléments qui expriment
soit une intensification soit une gradation, deux marques propres à l’interjection et à l’exclamation. Parmi ces marques on constate la présence
dans le cotexte de droite de :
–
Adjectifs qualifiants extrinsèques (scandaleux, affreux, épouvantable,
incroyable, dérisoires, dictatoriales, etc.), lesquels, comme le signale Anscombre (2010 : 27), « désignent un (très) haut degré », et ce qui est
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
189
encore plus important : « sont proches de l’interjection ». L’exemple
(15) contient un adjectif de ce type :
(15)Le traité prévoit, en outre, que le commandement de l’armée dite « intégrée »
appartiendra obligatoirement au commandement américain – ce qui, soit dit en
passant, est proprement incroyable (Ch. De Gaulle, Discours et messages 1946–1958,
1970).
–
Adverbes intensifieurs extrinsèques :
(16)J’ai chargé Péletier qui est à Londres – et qui, soit dit en passant, me coûte fort cher
en sucre et en café- (A. Césaire, La Tragédie du roi Christophe, 1970).
–
Déterminants qualifiants extrinsèques :
(17)En y réfléchissant bien, je sais aussi d’où me vient mon manque de sympathie
pour Blouse blanche, qui, soit dit en passant, est un très bon et même une crème de
vétérinaire (C. Guillebaud, Dernière caresse, 2009).
–
Substantifs subjectifs (qui dénotent un commentaire subjectif et
intensif de la part du locuteur) : « peaux de cochon » ; « charmant français »,
« gueule de fausse couche », « tête à claques type », etc., ou celui de (18) :
(18)C’est pourquoi – soit dit en passant – nous accueillons avec un mépris de fer les
dérisoires imputations d’ambitions dictatoriales (Ch. De Gaulle, Discours et
messages, 2, Dans l’attente, 1946–1958, 1970).
–
Tournures syntaxiques propres d’un contexte exclamatif, comme
c’est le cas de la structure attributive [être + DE + N + Adj] :
(19)Ma femme est, soit dit en passant, d’un naturel concupiscent (G. Brassens, Poèmes et
chansons, 1973).
–
Des verbes de jugement également intensifs (déplorer, détester, remercier le ciel, etc.), ou bien accompagnés d’une marque d’intensité :
« cela montre bien que », « on voit bien que », « j’espère vivement », « je souhaite vivement ».
190 –
Adelaida Hermoso Mellado-Damas
Exclamatives directes :
(20)– Soit dit en passant : qu’il est beau notre vieux Paris rajeuni ! (Ch. De Gaulle,
Discours et messages 1962–1965, 1970).
–
Exclamatives indirectes :
(21)
Soit dit en passant, je me demande comment vous faites avec ce clavier de machine à écrire allemande, il y manque toutes les touches des signes diacritiques
(A.-M. Garat, Dans la pente du toit, 1998).
La locution présente une grande affinité avec les exclamatives indirectes,
comme le montrent les exemples fabriqués sous (22)7 :
(22) Soit dit en passant, regarde ce qu’elle est belle
Soit dit en passant, j’admire combien elle a peu vieilli
Soit dit en passant, c’est curieux comme il est malin
Mais outre cette tendance à occuper un contexte exclamatif, la locution
SDEP partage d’autres propriétés plus spécifiques avec les exclamatives.
Comme le fait remarquer Bosque (1984 : 297, 298) les exclamatives indirectes reposent sur « une structure factive »8, i.e. sur un contenu qui dénote
un fait accompli. Suivant ce raisonnement, le locuteur de (23) présuppose
le fait que « Paul a parlé contre Marie » pour ensuite exprimer son étonnement envers ce fait.
(23) Je suis étonné que Paul ait parlé contre Marie
Cette propriété empêche les exclamatives indirectes d’être accompagnées
par deux SN coordonnées par une disjonctive. Observons le contraste
existant entre (23a/b) et (24a/b) :
(23a) Je sais / suis sûr que c’est Paul qui a gagné le concours
(23b) Je sais / suis sûr que c’est Paul ou Jean qui a gagné le concours
(24a) Je déplore / je regrette que ce soit Paul qui ait gagné le concours
(24b)*Je déplore / je regrette que ce soit Paul ou Jean qui ait gagné le concours
7
8
Les phrases exclamatives sont empruntées à Riegel et al., 1994, p. 501.
C’est nous qui traduisons.
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
191
Les prédicats savoir et être sûr sélectionnent une phrase déclarative, ils acceptent donc une subordonnée non factive, ce qui n’est pas le cas pour les
prédicats déplorer et regretter lesquels régissent des subordonnées exclamatives à contenu factif.
L’on constate que ce même critère vaut pour la locution SDEP : elle
accepte la présence d’un sujet au singulier (25a) ou au pluriel (25b) mais
supporte assez mal la présence de deux SN coordonnés par la conjonction
disjonctive ou. Comme le montre l’exemple (25c) le résultat de cette combinaison semble un peu bizarre :
(25a) […] Soit dit en passant, c’est Paul qui a gagné le concours
(25b) […] Soit dit en passant, ce sont Paul et Jean qui ont gagné le concours
(25c) […] ?Soit dit en passant, c’est Paul ou Jean qui a gagné le concours
Une autre propriété linguistique qui rapproche la locution SDEP des exclamatives concerne l’existence d’une échelle pragmatique et la lecture
polarisée qui en résulte. Comme le signale Bosque (1984), « la lectura
exclamativa está obligatoriamente polarizada hacia uno de los extremos
de una escala pragmática » (p. 297).
Anscombre (2010 : 35), pour sa part, décrit les exclamatives en [Quel
+ SN !] comme mettant « en jeu une scalarité qu’elles présentent comme
préexistante », et ajoute : « elles n’assignent pas vraiment un degré, mais
qualifient une entité par référence à un parangon qui ne peut renvoyer à
un degré bas ou même moyen ».
Pour illustrer ces descriptions, observons les exemples (26 a et b) :
le locuteur de (26a) réfère par « le prix de l’appartement » soit à un prix trop
bas, soit à un prix trop élevé par rapport à la norme, mais jamais au prix
moyen. Le syntagme « le prix de l’appartement » de (26b) joue à la place d’une
phrase déclarative qu’on pourrait restituer sans problème à l’aide d’une
interrogative indirecte, elle accepte donc les trois enchaînements (a), (b) et
(c). Dans l’exemple (26a), en revanche, ce même syntagme joue à la place
d’une phrase exclamative en héritant ses traits sémantico-pragmatiques,
en particulier le fait d’induire une lecture « extrême » représentée par les
enchaînements (a) et (b) et non pas par la continuation (c).
192 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
(26a)J’ai été frappée par le prix de l’appartement [(a) C’est trop cher + (b) C’est pas
mal du tout + (c) ?? C’est un prix normal].
(26b)On m’a communiqué le prix de l’appartement [(a) C’est trop cher + (b) C’est pas
mal du tout + (c) C’est un prix normal].
Voyons maintenant quel est le comportement de la locution SDEP à
l’égard de cette propriété. Si l’on observe les exemples (27) et (28), on
vérifie que la présence de SDEP fait que le complément de quantité –
« trois euros » dans (27) ; « cent euros » dans (28) – reçoive une interprétation
polarisée, renvoyant soit à un prix trop élevé, soit à un prix trop bas par
rapport à la moyenne, mais non pas au prix standard. SDEP introduit ici
un cadre de discours où placer un énoncé exclamatif, autrement dit, le
locuteur de (27) s’exclame à propos du prix de la bière (dans le bar près de
chez lui), tout comme celui de (28) le fait à propos du prix du dictionnaire
de linguistique (qu’il a acheté).
(27)On est allés à un bar près de chez moi où, soit dit en passant, la bière coûte trois
euros [c’est un prix scandaleux + c’est un prix pas mal du tout + ??comme
partout].
(28)J’ai acheté un dictionnaire de linguistique, lequel, soit dit en passant, m’a coûté
cent euros [C’est un prix scandaleux + C’est un prix pas mal du tout + ??C’est
le prix normal].
Dans la même veine, on constate que la présence de SDEP résulte peu
naturelle en combinaison avec une interrogative partielle appelant une réponse spécifique (exemples 29 et 30) ; en revanche, lorsqu’il s’agit d’une
question donnant lieu à une réponse ouverte9, à plusieurs variables, comme
dans l’exemple (31), la locution SDEP convient beaucoup mieux :
(29) A : ?Soit dit en passant, comment s’appelle-t-il ?
B : Il s’appelle Pierre
(30) A : ?Soit dit en passant, qui vient ce soir ?
B : C’est Sophie qui vient ce soir
9
C’est-à-dire une interrogation alternative ou double (Riegel et al., 1994, p. 392).
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
193
(31) A : Soit dit en passant, qui veut venir au cinéma ce soir ?
B : Ce sera moi, Paul ou Jean
La raison de cette dissymétrie obéit à une propriété des phrases exclamatives déjà signalée par Anscombre (2009) : « une phrase exclamative ne
peut constituer de réponse directe à une demande d’information » (p. 10).
Observons sous cet angle le contraste existant entre les dialogues (32) et
(33) ci-après :
(32) A : Quelle heure est-il ? J’ai oublié ma montre chez moi
B : Tu oublies toujours ta montre chez toi. *SDEP, il est midi pile
(33) A : J’ai oublié ma montre chez moi
B : Tu oublies toujours ta montre chez toi. SDEP, il est midi pile
Le locuteur B de (32) donne une réponse directe à la question posée par
son interlocuteur A, ce qui empêche la présence de la locution SDEP ;
lorsqu’on supprime la phrase interrogative (dialogue sous 33), la locution
passe sans problème. En effet, dans (33) la phrase « il est midi pile » n’est
pas une réponse à une question directe ; elle joue à la place d’une phrase
exclamative qui reçoit une lecture polarisée, c’est-à-dire penchée vers l’un
des deux pôles d’une échelle pragmatique ; le locuteur B de (33) ne veut
informer son interlocuteur de l’heure qu’il est ; il convoque un pdv d’après
lequel « il est tard » ou « il est tôt ». Autrement dit, le locuteur B de (33) n’est
pas l’auteur de la phrase explicite « il est midi pile », mais celui d’une phrase
exclamative sous-jacente du type « On doit partir ! », « C’est déjà trop tard ! »,
ou similaire.
Comme on peut le voir sur les exemples précédents, la locution
SDEP ouvre un espace exclamatif. Le locuteur de SDEP s’exclame d’un
certain état de choses, d’un événement ou d’une situation. Suivant notre
approche polyphonique, SDEP introduit un pdv 1 dont la source est indéterminée (ON ou autre), et cache un autre pdv 2 attribué au locuteur de
l’énoncé qui l’accueille, ce pdv 2 évoquant un contenu exclamatif.
Remarquons que ce contenu exclamatif peut présenter des formes
diverses -explicite ou implicite, tel qu’on l’a vu- ainsi que des nuances
sémantiques très variées : il peut représenter comme le fait remarquer
Anscombre (2010) « un simple écart par rapport à une norme » (p. 32).
194 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
De ce point de vue, un énoncé du genre (34) résulte beaucoup plus naturel
que celui sous (35) :
(34)Aujourd’hui j’ai rencontré mon nouveau voisin de palier, lequel, soit dit en passant, s’appelle [Quasimodo + Eustache + Bovary].
(35)J’ai rencontré mon nouveau voisin de palier, lequel, soit dit en passant, s’appelle [??Paul + ??Philippe + ??Charles].
Pour interpréter (35) comme un énoncé acceptable il faudrait penser à
une norme -quoique ponctuelle ou relative au moment de l’énonciationqui aille à l’encontre du fait que « un voisin de palier s’appelle Paul, Philippe ou
Charles ». SDEP ne peut introduire un pdv qui traduit la norme.
Un dernier exemple nous montre à quel point SDEP comprend ce
trait sémantico-pragmatique concernant une attitude exclamative :
(36) ?Soit dit en passant, il est beau
(37) Soit dit en passant, [il est très beau + il est beau, mais beau + lui, il est beau]
L’exemple (36) pose problème : il s’agit là d’un énoncé trop neutre ne
contenant aucune marque d’insistance capable de déclencher le contenu
exclamatif exigé par la locution. Il faut augmenter le degré du qualificatif
beau, soit par un adverbe intensif (très, vraiment…), soit par une construction renforcée par mais. Cet accent d’insistance peut aussi tomber sur le
sujet de la phrase redoublé par un pronom tonique. Les marques d’intonation à l’oral seraient évidemment décisives aussi dans de tels cas.
3.2. Soit dit entre nous
3.2.1. Soit dit entre nous en tant que cadre discursif
Si l’on applique les mêmes tests qu’auparavant (cf. § 3.1.1.), toujours à la
suite de Anscombre (1989 et 1990), on constate que la locution SDEN
se comporte en tant que cadre de discours : elle occupe presque toujours
une position frontale (ou en incise) et ne peut être extraite en c’est…que.
SDEN partage aussi avec SDEP le fait de refuser les relatives restrictives
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
195
et d’accepter en revanche les relatives appositives, comme le montrent les
exemples (38) et (39) ci-dessous, le premier fabriqué, le deuxième tiré du
corpus :
(38)J’ai vu le film dont [*soit dit entre nous] tu m’a parlé hier, lequel [soit dit entre nous]
ne m’a beaucoup intéressé
(39)J’avais demandé à Zan de venir dîner ce soir mais elle a rendez-vous avec son
ex-mari, ce qui est une erreur entre nous soit dit. Il l’accuse d’avoir laissé son fils
(M. Higgins Clark, quand reviendras-tu ? 2011).
Comme SDEP, SDEN ne peut être enchâssée dans une complétive
(exemples 40a et 41a), une autre caractéristique propre aux expressions
thématiques :
(40)
Entre nous soit dit, je crois que Bartley avait le béguin pour elle. Il lui avait dit
qu’elle était plus jolie que la plupart des filles qu’elle maquillait (M. Higgins
Clark, Quand reviendras-tu ? 2011).
(40a)Je crois que [*entre nous soit dit + *soit dit entre nous] Bartley avait le béguin
pour elle
(41)
Soit dit entre nous, c’est vrai qu’il est chiant (T. Jonquet, Ils sont votre épouvante et
vous êtes leur crainte, 2007).
(41a) C’est vrai que [*soit dit entre nous + *entre nous soit dit] il est chiant
D’après ces critères on peut affirmer qu’il s’agit bien dans le cas de SDEN
d’un marqueur d’attitude énonciative. Voyons maintenant en quoi consiste
l’attitude énonciative véhiculée par SDEN.
3.2.2. Soit dit entre nous : un marqueur d’attitude polémique
L’analyse en détail du corpus nous laisse voir que, l’entourage discursif de
SDEN – surtout pour ce qui est du cotexte droit –, contient des éléments
qui expriment une évaluation subjective faite de la part du locuteur et
que cette évaluation se manifeste par des marques d’intensification ou de
gradation, comme c’était le cas pour SDEP. Les occurrences (42) et (43),
qui portent de telles marques, acceptent sans problème la commutation
des deux locutions :
196 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
(42)Aussi, je tiens à commencer par vous rassurer de suite, Polux va pour le mieux
et se porte très bien. Soit dit entre nous [Soit dit en passant], vous auriez pu trouver
un nom un peu moins con pour un castor, enfin…personne n’est parfait (S. Fatrov,
Dernier avertissement avant saisie ! 2013).
(43)Pendant que je vous envoie ces lignes, la Princesse répondait à Mallefille dont
la lettre m’a paru (entre nous soit dit [soit dit en passant]) bien singulière, pour ne pas
dire d’avantage (T. Marix-Spire, Les romantiques et la musique : le cas George Sand,
1804–1830, vol. 1, 1953).
Or, en dépit de ces similitudes formelles, l’application des critères montre
que SDEN présente un comportement tout à fait différent de celui qui
a été décrit pour SDEP. Si l’on applique les deux critères concernant le
contenu factif et la polarisation, on vérifie que SDEN ne sélectionne pas
une phrase exclamative.
L’exemple (44) montre que SDEN accepte la présence d’une coordonnée disjonctive en ou, c’est-à-dire ne donne pas lieu à une lecture factive :
(44) (a) […] Soit dit entre nous, C’est Paul qui a gagné le concours
(b) […] Soit dit entre nous, Ce sont Paul et Jean qui ont gagné le concours
(c) […] Soit dit entre nous, C’est Paul ou Jean qui a gagné le concours
Face à SDEP, la locution SDEN n’impose pas une lecture polarisée ; elle
autorise une interprétation neutre et littérale des contenus énoncés :
(45)On est allés à un bar près de chez moi où, soit dit entre nous, la bière coûte trois
euros [(a) c’est un prix scandaleux + (b) c’est un prix pas mal du tout + (c) c’est
un prix correct].
L’énoncé (45) accepte les trois types d’enchaînements (a), (b) et (c), ce qui
nous montre que la locution SDEN se comporterait comme un prédicat déclaratif. Le locuteur de SDEN dans (45) est l’auteur responsable
de l’énoncé explicitement exprimé ; SDEN autorise une lecture neutre et
objective du SN de quantité « trois euros ».
Si la locution SDEN n’exprime pas une attitude exclamative, quelle
est donc la valeur sémantico-pragmatique qui lui est attachée ?
Comme nous l’avons déjà fait remarqué ci-dessus, le corpus objet
d’étude montre que le locuteur de SDEN émet un jugement de valeur
qui se traduit en une évaluation subjective sur un fait ou un événement.
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
197
Dans (42) ci-dessus, par exemple, l’évaluation porte sur le fait d’appeler
un Castor « Polux » ; dans (46) ci-dessous c’est le fait que Zan fixe un rendez-vous avec son ex-mari qui se voit critiqué :
(46)J’avais demandé à Zan de venir dîner ce soir mais elle a rendez-vous avec son
ex-mari, ce qui est une erreur entre nous soit dit. Il l’accuse d’avoir laissé son fils
(M. Higgins Clark, Quand reviendras-tu ? 2011).
On constate également que, dans la plupart des occurrences de entre nous,
ce jugement de valeur est penché plutôt vers le négatif que vers le positif :
les verbes douter et manquer, les verbes croire et penser à la forme négative ou
les adjectifs désignant une dévaluation singulier, rare, confus, barbare, chient,
entre autres, apparaissent en cooccurrence avec la locution dans le corpus. L’énoncé (47) ci-dessous contenant le substantif clébard à la place de
chien est un bon exemple de cette particularité de entre nous :
(47)Je te crois. Toute façon, entre nous soit dit, je ne peux pas le sentir, ce clébard.
Toujours à venir me renifler avec sa truffe baveuse. Il m’en met plein partout
sur le costume (Osmont, Éléments incontrôlés, 2012).
En nous appuyant sur ces données, nous faisons l’hypothèse que SDEN
ouvre un espace polémique où placer deux points de vue dont les contenus s’opposent. Observons à cet égard les exemples (48) et (49) :
(48)On dit que Paul est un bon chercheur. Soit dit entre nous, il est plutôt médiocre /
je ne partage pas ce point de vue
(49)On dit que Paul est un bon chercheur. ?Soit dit entre nous il est très bon / je
partage tout à fait ce point de vue
Pour que l’enchaînement dans (49) soit senti comme naturel, on doit imaginer un contexte, un peu forcé, où l’opinion selon laquelle « Paul est un
bon chercheur » serait en grande minorité par rapport à « Paul est un chercheur
médiocre ».
Ajoutons à cette explication que l’expression on dit que, dans une
structure du type [On dit que X], n’implique pas forcément que le locuteur
fait partie de la source énonciative de X10, ce qui autorise sa combinaison
10
Cette source étant représentée par un ON-locuteur (cf. Anscombre, 2005).
198 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
avec entre nous dans (48). En effet, la combinaison de la locution et d’un
énoncé qui exprime un accord avec ce qui précède produit un résultat
douteux – ce qui s’explique par le fait que l’emploi de entre nous met en
place un espace discursif polémique.
Les exemples (42), déjà analysé, et (50) illustrent très bien cette particularité sémantico-pragmatique de soit dit entre nous et entre nous soit dit :
(42)[…] Polux va pour le mieux et se porte très bien. Soit dit entre nous, vous auriez
pu trouver un nom un peu moins con pour un castor, enfin…personne n’est
parfait.
(50)Mais, entre nous soit dit, Ronny, si Faye était encore vivante, je doute fort qu’elle
apprécierait tes manœuvres (E. Bevarly, Fiancée malgré elle, 2009).
Dans (42), la locution avance un pdv dont les contenus s’opposent à un
point de vue attribué à d’autres – source représentée par « vous » – selon
lequel Polux est un nom approprié pour un castor. Dans l’exemple (50),
le point de vue sous-jacent et dont la glose serait quelque chose comme
« Faye apprécierait tes manœuvres, si elle était encore vivante » se trouve contesté et
critiqué par le locuteur du tout.
L’exemple (51) qui contient la locution parenthétique entre nous répond aussi à cette même propriété. Le point de vue contesté serait du type
« des budgets européens en yen, ça aurait du sens » :
(51) –Ben, la conversion des yens vers l’euro ! s’indigne-t-elle. Ça prend du temps,
et entre nous, des budgets européens en yen, ça n’a pas beaucoup de sens
(Z. Shepard, Absolument débordée, 2010).
Ce trait pragmatique rapproche la locution – dans ses trois états – de
l’adverbe d’énonciation franchement, lequel ouvre aussi un espace polémique, et étudié dans Donaire (2006). Je reprends sous (52) deux de ses
exemples :
(52) (a) A : – J’ai fait un gros effort. B : – ? Franchement, je te crois
(b) A : – J’ai fait un gros effort. B : – Franchement, je ne te crois pas
Le problème avec la séquence (52a) consiste en ce que le locuteur exprime
une attitude de monstration qui traduit une relation d’opposition entre un
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
199
pdv 1 attribué à d’autres, dont les contenus seraient « A a fait un grand effort »
et un pdv 2 sous-jacent à l’intervention de B, selon lequel « A n’a pas fait un
grand effort » ; franchement agit ici en tant que cadre polémique où insérer le
contenu « je te crois », ce qui pose problème.
Curieusement on constate que la substitution de l’adverbe à la locution dans les trois exemples (42), (50) et (51) commentés ci-dessus n’entraîne pas de changement de sens significatif. La présence de franchement
convient parfaitement :
(42a)Aussi, je tiens à commencer par vous rassurer de suite, Polux va pour le
mieux et se porte très bien. Soit dit entre nous [+ franchement], vous auriez pu
trouver un nom un peu moins con pour un castor, enfin…personne n’est
parfait.
(50a)Mais, entre nous soit dit [+ franchement], Ronny, si Faye était encore vivante, je
doute fort qu’elle apprécierait tes manœuvres.
(51a) –Ben, la conversion des yens vers l’euro ! s’indigne-t-elle. Ça prend du
temps, et entre nous [+ franchement], des budgets européens en yen, ça n’a pas
beaucoup de sens.
3.2.3. Soit dit entre nous : un marqueur interlocutif
Si franchement et SDEN partagent le paramètre concernant la relation entre
la source et le contenu, c’est-à-dire l’attitude adoptée par le locuteur qui les
énonce, ils diffèrent, pour nous, quant à l’identification d’une telle source.
Franchement, on l’a dit, introduit un pdv attribué à d’autres, c’est-à-dire un
pdv dont la source n’est pas le locuteur ; SDEN, pour sa part, introduit
aussi un pdv attribuée à une source distincte du locuteur mais dont l’interlocuteur se trouverait aussi exclu. Dans l’exemple (53) la commutation
de franchement et entre nous s’avère impossible : le cadre instauré dans ce cas
concerne uniquement le locuteur (B).
(53) A – Voulez-vous une bière ?
B – [Franchement + *soit dit entre nous], merci, mais j’ai du travail
Pour donner une explication à cette apparente contradiction, nous ferons ici recours à la distinction établie chez Ducrot (1980 : 29–38) entre
l’auditeur du discours, appartenant au niveau de la réalité empirique, et
200 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
le destinataire en tant que personnage de discours auquel l’énonciateur
adresse son message et que l’énoncé pose comme relié à son apparition11.
Si l’on observe à l’égard de cette distinction l’exemple (54)12 ,
(54) Soit dit entre nous, tu as eu tort de refuser
l’on constate que l’instance de deuxième personne tu agglutine deux entités différentes que l’on pourrait dissocier : l’interlocuteur – auditeur chez
Ducrot – de l’énoncé, lequel pourrait être désigné par le pronom te d’une
phrase d’énonciation explicite du type « je te dis que tu as eu tort de refuser » ; et
le destinataire de l’acte accompli lors de son apparition, qui serait désigné
par le pronom tu de la phrase sous-jacente « tu as refusé ». Cette ambiguïté
référentielle autorise la présence de la locution SDEN, laquelle déconsidère
le tu-destinataire, sujet du verbe refuser, et retient uniquement le tu-interlocuteur, auteur du verbe avoir tort. Ces faits nous amènent à conclure que entre
nous porte sur le contenu posé et non pas sur les contenus présupposés de
l’énoncé qui l’accueille.
Lorsqu’un tel amalgame pronominal n’existe pas, la présence de entre
nous est impossible. Si l’on observe sous cet angle l’exemple (53), analysé
ci-dessus, on comprend tout de suite pourquoi il refuse la présence de entre
nous : le vocatif merci de (53) recevrait une paraphrase du type « je vous remercie », laquelle ne supporte pas la présence de la locution (« ??Soit dit entre
nous, je vous remercie ») ; l’instance de deuxième personne (avec marque de
politesse) vous réfère ici uniquement au destinataire du message proféré,
i.e. de l’acte de remerciement, ou ce qui est le même, dans (53) le destinataire en tant que personnage de discours coïncide avec l’interlocuteur en
tant qu’être du monde sans qu’une séparation entre ces deux entités puisse
être opérée, raison pour laquelle la présence de entre nous ne convient pas.
Observons sous ce même angle les exemples suivants :
11
12
Rappelons que, pour Ducrot (1980 : 38), l’énonciateur serait « la personne à qui est
attribuée la responsabilité d’un acte illocutoire » et le destinataire « celle à qui cet acte
est censé s’adresser ».
Exemple emprunté à Nølke (1990 : 50).
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
201
(55) ??Soit dit entre nous, tu as refusé13
(55a) ?? Je te dis que tu as refusé
(56) Soit dit entre nous, c’est toi qui as refusé
(56a) Je te dis que c’est toi qui as refusé
Là encore on assiste au même phénomène : dans (55) il n’est pas possible
d’interpréter le pronom tu comme référant à l’interlocuteur du message
communiqué, la phrase d’énonciation explicite (55a) résulte bizarre (ou
dépourvue de sens) ; l’exemple (56), en revanche, semble beaucoup plus
naturel, la dissociation entre interlocuteur / destinataire du message est
tout à fait viable : dans ce cas, l’interlocuteur est représenté par le pronom
tonique « toi », tandis que le destinataire est désigné par le pronom relatif
sujet « qui ». Quant à la phrase d’énonciation (56a), elle contient deux pronoms personnels qui présentent une coréférence : le COI « te » et la forme
tonique « toi ». Comme dans l’exemple (54), on constate ici que SDEN ne
porte pas sur les contenus présupposés mais sur les contenus posés de
l’énoncé qui l’accueille.
Pour revenir sur le contraste existant entre SDEP et SDEN, observons l’occurrence (57) de SDEP :
(57)[…] que notre chère camarade Ridot a bien voulu se charger de préparer
pour nous lors de notre dernière réunion, à laquelle tu n’assistais pas, soit dit
en passant [*soit dit entre nous] (C. Chabrol, La Folie des miens, 1977).
On s’aperçoit que la substitution de soit dit entre nous à soit dit en passant
s’avère impossible : l’instance de deuxième personne soulignée « tu » ne
réfère pas ici à l’interlocuteur du message mais au destinataire de celui-ci,
i.e. à la personne à laquelle est adressé l’acte illocutif de reproche émis par
l’auteur de (57).
Terminons par une dernière remarque sur SDEN qui va dans le
même sens. Comme on le voit sur les exemples (58) et (59), la présence de
comme tu sait résulte incompatible avec celle de SDEN.
13
Soulignons que c’est la présence du pronom de deuxième personne tu qui rend cette
séquence maladroite ; si on remplace tu par un pronom de troisième personne, la
phrase redevient grammaticale : « Entre nous, il / elle a refusé », ainsi que la phrase
d’énonciation correspondante « Je te dis qu’il / elle a refusé ».
202 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
(58) (a) Soit dit entre nous [Soit dit en passant], ta femme te trompe
(b) *Entre nous [Soit dit en passant], comme tu sais, ta femme te trompe
(59) (a) Etre nous [Soit dit en passant], j’ai gagné à la loterie
(b) *Entre nous [Soit dit en passant], comme tu sais, j’ai gagné à la loterie
Comme tu sais convoque un pdv qui traduit un savoir partagé des interlocuteurs et évoque ainsi l’instance de deuxième personne comme étant
co-responsable et donc destinataire du message communiqué.
L’auteur de [soit dit entre nous, P] s’adresse à l’interlocuteur de P et non
pas au destinataire du message communiqué dans P. La locution SDEN décide du statut discursif de la marque de deuxième personne contenue dans
l’énoncé qu’elle accompagne. Cette contrainte ne pèse pas sur l’expression
SDEP, sa cooccurrence avec comme tu sais ne posant aucun problème.
4. Conclusion
Notre étude a montré que SDEP et SDEN sont deux marqueurs d’attitude énonciative : ils ouvrent un espace discursif à partir duquel interpréter l’énoncé proféré. La différence existant entre ces deux locutions
concerne le type d’attitude énonciative qu’elles aident à véhiculer.
La locution SDEN exprime une attitude polémique : le locuteur de
SDEN est l’auteur de l’énoncé explicitement proféré, celui-ci s’opposant
à un autre énoncé censé être prononcé avant. À ce trait sémantico-pragmatique polémique viendrait s’ajouter un autre trait concernant le rôle
joué par les interlocuteurs du message proféré. D’après notre approche
polyphonique, SDEN ouvre un espace polémique où placer deux pdv qui
s’opposent : un pdv1 dont la source est le locuteur de l’énoncé et un pdv 2
qui serait attribué à d’autres et dont l’interlocuteur se verrait aussi exclu.
La locution SDEP, pour sa part, ouvre un espace où placer un énoncé exclamatif, explicite ou implicite, dont la source est le locuteur. Cette
propriété sémantique et pragmatique donne lieu à un enjeu polyphonique
complexe : SDEP convoque une voix ( pdv1) qui traduit un écart par rapport
Soit dit en passant et soit dit entre nous : deux marqueurs d’attitude énonciative ?
203
à une autre voix ( pdv2) qui représente la norme. Cet écart repose sur l’existence d’une échelle pragmatique à deux pôles bien éloignés.
L’étude présentée ici rend ainsi compte du caractère hétérogène de
la classe générale des marqueurs discursifs formés sur le verbe dire. L’application de critères sémantiques et pragmatique pertinents s’avère, de ce
point de vue, nécessaire pour réussir une description complète et exhaustive des unités qui l’intègrent.
Références bibliographiques
Anscombre, J.-C. (1989) : « Théorie de l’argumentation, topoï et structuration discursive », Revue québécoise de linguistique, vol. 18, nº 1, pp. 13–55.
Anscombre, J.-C. (1990) : « Thème, espace discursif et représentation événementielle », in J.-C. Anscombre & G. Zaccaria (éds.), Fonctionnalisme
et pragmatique. À propos de la notion de thème, Milano, EdizioniUnicopli,
pp. 43–150.
Anscombre, J.-C. (2005) : « Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages », in J. Bres, P.P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke et L. Rosier (éds),
Dialogismes et polyphonie : approches linguistiques, Bruxelle, De BoeckDuculot, pp. 75–94.
Anscombre, J.-C. (2009) : « Notes pour une théorie sémantique des jurons, insultes et autres exclamatives », in D. Lagorgette (éd.), Les
insultes en français : de la recherche fondamentale à ses implications (linguistique,
littérature, histoire, droit), Chambéry, Université de Savoie, pp. 9–30.
Anscombre, J.-C. (2010) : « Les exclamatives : intensification ou haut degré ? », Langue Française, 177, pp. 23–36.
Anscombre, J.-C., Donaire Mª. L. et Haillet P. P. (éds) (2013) : Opérateurs discursifs du français. Eléments de description sémantique et pragmatique,
Berne, Peter Lang.
Bosque, I. (1984) : « Sobre la sintaxis de las oraciones exclamativas », Hispanic Linguistics 1, pp. 183–204.
204 Adelaida Hermoso Mellado-Damas
Donaire, M. L. (2006) : « Les dialogues intérieurs à la langue », Le Français
Moderne 74-1, pp. 58–70.
Ducrot, O. (1980) : “Analyses pragmatiques”, Communication, 32, pp. 11–60.
Marque-Pucheu, C. (2010) : Entre nous marqueur dialogique interlocutif et
intralocutif dissymétrique, Colloque international Dialogisme : langue, discours, septembre 2010, Montpellier. Publié en ligne <http://recherche.
univ-montp3.fr/praxiling/spip.php>? article264, date de consultation
(08/03/2015).
Molinier, Ch. (2009) : Les adverbes d’énonciation : comment les définir et
les sous-classifier, Langue Française, 161, 9–21.
Nølke, H. (1990) : Les adverbiaux contextuels : problèmes de classification, Langue Française, 88, 27.
Riegel, M., J.-C. Pellat et R. Rioul (1994) : Grammaire méthodique du français,
Paris, P.U.F. Linguistique Nouvelle.
Steuckardt, A. (2005) : « Les marqueurs formés sur dire », in A. Steuckardt & A. Niklas-Salinem (éds.), Les marqueurs de glose, Publication de
l’Université de Provence, pp. 51–65.
Entre syntaxe et interprétation de dire :
les exclamatives et dire que ! ; que n’a-t-on pas dit ! ;
qu’est-ce que tu veux que je te dise ! ; qu’est-ce que je te
disais ! ; quand je te le disais !
Christiane M arque-Pucheu
Université Paris-Sorbonne
EA 4089, Sens, Texte, Informatique, Histoire
Introduction
Le point de départ est le non-dit dans les exclamatives comme dans Il a un
culot ! : une prosodie spécifique rend acceptable une séquence qui sinon serait syntaxiquement anomale, i.e. prononcée Il a un culot comme Il a un frère,
alors que l’adjonction d’un modifieur la rendrait acceptable (Il a un culot
incroyable.). Le non-dit serait par exemple incroyable (Le Goffic 1994 : 128)1.
Certains marqueurs de discours en dire illustrent ce type d’incomplétude :
ainsi, la principale (rétablie entre parenthèses) est presque toujours absente dans Quand je te le disais (je disais vrai / tu ne m’écoutais pas) ou dans Et
dire qu’il est mort, (c’est incroyable !). Si le caractère exclamatif n’est pas nécessairement complémentaire d’une anomalie syntaxique, il est associé à une
incomplétude morphologique, sémantique ou interactionnelle : morphologique dans Et dire que ! où dire est à l’infinitif, i.e. à un mode non conjugué ; sémantique dans Que n’a-t-on pas dit ! où le pronom interrogatif que n’a
pas de référent précis puisque l’on peut répondre tout. L’interprétation globale est qu’il s’agit de discours erronés, mais on ne sait pas lesquels exactement. Même si l’on reconstituait la structure complète Que… comme N,
1
Un merci reconnaissant à J.-C. Anscombre, D. Leeman, T. Nakamura et L.
Rouanne pour leurs nombreuses remarques.
206 Christiane Marque-Pucheu
il faudrait définir cette classe sémantique de N (idioties, etc.) ou de N Adj
(choses fausses, etc.) :
(1)Ces accusations monstrueuses […] m’attirent, car je sais qu’elles s’adressent
invariablement aux hommes valeureux qui ont compris aux souffrances humaines […], malgré la barrière […] des préjugés, des sottises et de l’ignorance.
Que n’a-t-on pas dit des premiers chrétiens ? (Du Camp 1859, En Hollande :
lettres à un ami)
L’incomplétude concerne enfin les interactions : ni le locuteur proférant
Qu’est-ce que tu veux que je te dise ! ni l’allocutaire n’attendent une suite car le
sens est « je n’ai rien à te dire là-dessus » et marque la clôture de l’échange.
L’incomplétude peut affecter le vrai motif de profération (Martins-Baltar
1994), i.e. ce qui déclenche l’énonciation du marqueur : est-ce lassitude,
agacement, résignation, renoncement ?
Négatives (Que n’a-t-on pas dit !) ou non (Qu’est-ce que je te disais !), proches
des interrogations (Que n’a-t-on pas dit ! ; Qu’est-ce que je te disais !) ou non (Et
dire que P ! ; Quand je te le disais !), ces exclamatives ont pour point commun
d’être peu explicites. Notre hypothèse est que le non-dit qui leur est attaché
dépend aussi souvent du verbe dire car le dit a été implicitement dit et n’est
pas nécessairement redit : Qu’est-ce qu’on ne dit pas (en général) ! ; Qu’est-ce que tu
veux que je te dise (d’autre) ! Afin de tester et de valider l’hypothèse associée ici
au non-dit, nous étudions pour chaque marqueur, ses caractéristiques distributionnelles, morphologiques – si elles sont pertinentes –, et syntaxiques.
Notre deuxième partie est consacrée au traitement sémantico-pragmatique,
i.e. aux caractéristiques énonciatives et argumentatives.
Cadre théorique
Les cadres théoriques adoptés, de prime abord éloignés, sont explicatifs de
l’implicite à des niveaux différents. Au niveau syntaxique et sémantique,
(Harris 1988 : 40) a considéré que les éléments peu informatifs ou indéfinis étaient réductibles sans perturbation pour la communication ( J’attends
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
207
que Jo arrive → J’attends Jo). Au niveau sémantico-pragmatique, l’approche
polyphonique (Anscombre 1990 ; 2009) part du postulat que le sens d’un
énoncé implique un échange entre des voix auxquelles correspondent des
points de vue ( pdv) divergents ou non, « visibles » en contexte ou non ;
dans cet échange, le marqueur a un rôle argumentatif, visant à orienter
le discours en contraignant l’interlocuteur à conclure. Enfin, en traitant
des motifs de profération du discours ordinaire, l’analyse motivationnelle
(Martins-Baltar 1994) donne des pistes pour le traitement de l’implicite.
1. Et dire que !
Et dire que a pour variante dire que.
1.1. Caractéristiques distributionnelles et syntaxiques
Le marqueur traduit une relation de concession logique : on concède p
pour lui opposer q par son biais (voir 2.1) :
(2) [ p] Tu n’étais pas instruit, et dire que [q] tu arrivais à faire tout cela ! (<http://
rulof.org/frlivres.html>)
Il peut précéder la séquence et être placé en tête de phrase. Ainsi, en (3),
le p concédé est « les miracles arrivent », à quoi s’oppose q « notre monde
déchristianisé ne croit plus aux miracles » :
(3)Et dire que notre monde déchristianisé ne croit plus aux miracles… Pourtant
ils arrivent (<http://www.dreuz.info/2015/05/07/et-dire-que-notre-monde-dechristianise-ne-croit-plus-aux-miracles/>)
Si l’on rétablit p dire que q, cela donne :
(3)a. [Les miracles] arrivent. Et dire que notre monde déchristianisé n[’y] croit
plus
208 Christiane Marque-Pucheu
Enfin, la place absolue peut correspondre à un commentaire, y compris
proféré par soi-même, où le marqueur n’introduit pas de q s’opposant à
un p cotextuel :
(4)Quelques élèves étaient […] déjà assis sur leurs tabourets. Et dire que pour
gagner ma vie je vais devoir supporter tous ces gamins (<http://wand-academy.
vraiforum.com/t162-1er-cours-04-03-07.html>)
L’infinitif contribue au flou en « pren[ant] en contexte une (pseudo-) valeur
modale ainsi qu’une (pseudo-) valeur d’acte de langage » selon Le Goffic
(1994 : 127) qui parle également d’exclamation « au sens faible ». Figé avec
dire, cet emploi est préféré à des verbes de sens apparenté comme raconter /
annoncer qui engendrent des énoncés non attestés lorsque la principale est
omise2.
Cette incomplétude corrobore une propriété de l’exclamation : l’absence de cotexte marquant la subjectivité serait compensée par la prosodie. Ainsi il est facultatif lorsque Et dire que ! correspond à l’exclamation
figée mais non dans un emploi libre, comme en (5), où le sujet serait dire
que le climat est bon :
(5)Dire que le climat est bon […], ce ne serait pas vrai (Claudel 1906, Partage de midi)
(5)a.* Dire que le climat est bon (ce ne serait pas vrai / *Ø)
Le marqueur (à sens énonciatif) est donc à distinguer de l’expression libre
(à sens compositionnel). Il autorise une case vide en raison d’une certaine
redondance, i.e. du fait que la probabilité d’apparition de C’est incroyable est
élevée. L’implicite provient donc à la fois de l’emploi de dire en infinitif
(nominal) et de l’absence de cotexte.
Les caractéristiques sémantiques et pragmatiques du marqueur impliquent elles-mêmes de l’implicite.
2
Je te raconte pas existe parallèlement à Je te dis pas, avec une valeur différente
(Marque-Pucheu 2015).
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
209
1.2. Caractéristiques sémantico-pragmatiques
1.2.1. Un marqueur argumentatif dans un schéma concessif
Et dire que introduit une relation concessive logique entre deux propositions p et q qui implique que, habituellement, à partir de p on infère la
négation de q3 : p → ~q :
(3) Tu n’étais pas instruit, et dire que tu arrivais à faire tout cela !
p (Tu n’étais pas instruit) → ~q (habituellement quand on n’est pas instruit, on
n’arrive pas à faire tout cela).
L’implicite entre locuteurs en présence réside dans la relation instaurée par Et dire que : p implique ~q. La conclusion normalement exclue
(arriver à faire tout cela) est validée ici par et dire que. Ne pas être instruit active
donc en arrière-fond une phrase générique : quand on n’est pas instruit, on
ne peut pas faire tout cela. Autrement dit, l’exemple (3) présente q comme
contraire à la conséquence déductible de p, i.e. ~q, comme une « exception
extraordinaire »4 : et dire que infirme la règle générale donnée par la phrase
générique quand on n’est pas instruit, on ne peut pas faire tout cela. L’implicite est
donc inhérent au schéma concessif. De même dans (6) :
(6)[…] cet ours fut mon tout premier compagnon… et dire que je l’avais totalement oublié.
p (cet ours fut mon premier compagnon), et dire que q (je l’avais totalement
oublié),
q est donné comme vrai ( je l’avais totalement oublié), mais en même temps
les locuteurs admettent que, habituellement, de p on infère ~q : on n’oublie
pas sa première peluche. Cette relation sous-jacente qui apparait dans des
phrases souvent associées à des stéréotypes renvoie à des croyances partagées par les locuteurs d’une communauté linguistique ou à une croyance
vraie pour un locuteur particulier (Anscombre 2005). Décider s’il s’agit du
premier cas ou du second n’est pas toujours trivial. L’exemple :
3
4
Notons le et proche du et argumentatif de (Ibrahim 1978).
Anscombre (2002 : 125) oppose exception extraordinaire et exception ordinaire dans la
comparaison tracée entre pourtant et mais.
210 Christiane Marque-Pucheu
(7)Et dire que quelqu’un est mort pour ce barrage à la con (<http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/barrage-de-sivens/sivens-et-dire-quequelqu-un-est-mort-pour-ce-barrage-a-la-con_730113.html>)
semble illustrer plutôt une vérité propre à un ou plusieurs locuteurs : un
barrage ne vaut pas la peine que l’on risque sa vie.
En termes d’argumentation, dans p, et dire que q, le marqueur et dire que
q introduit une contre-argumentation directe. Une contre-argumentation
est directe si p est argument pour ~q (Anscombre 2002 : 120) dans une séquence discursive p connecteur q, où p est l’antécédent et q le conséquent.
Par exemple, dans Tu n’étais pas instruit et dire que tu arrivais à faire tout cela !,
ne pas être instruit est un argument pour ne pas arriver à faire tout cela qui
s’oppose directement à arriver à faire tout cela. De même dans (6), Cet ours
fut mon premier compagnon est un argument pour ne pas l’oublier qui s’oppose
directement à l’oublier totalement.
On a souvent la symétrie p, et dire que q ou bien q, et dire que p ; les
deux propositions permutent généralement sans affecter le sens de la relation concessive (Morel 1996 : 53). Dans (2), nous avions donné comme
implicite la croyance selon laquelle ne pas être instruit est (habituellement)
un argument pour ne pas arriver à faire tout cela qui s’oppose directement à
arriver à faire tout cela. Inversons l’ordre de p et q :
(2’) Tu arrivais à faire tout cela, et dire que tu n’étais pas instruit !
Implicitement, arriver à faire tout cela constitue (habituellement) un argument pour être instruit. La permutation conserve donc le sens de la relation concessive. Dans (3), où la phrase sous-jacente est quand des miracles
arrivent, le monde déchristianisé devrait y croire, l’inversion de p et q n’a pas non
plus d’incidence :
(3’) Des miracles arrivent et dire que notre monde déchristianisé n’y croit plus.
1.2.2. Caractéristiques énonciatives et analyse polyphonique
Pour mémoire, selon l’approche polyphonique, un énoncé met en jeu des
voix auxquelles peuvent être attribués des points de vue ( pdv) concordants
ou non. Ces pdv sous-jacents supposent une source et un contenu. La source
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
211
est une entité linguistique, qui peut correspondre ou non à un personnage
du discours, éventuellement anonyme (par exemple un ON-locuteur), et
auquel le locuteur L s’identifie ou non. Le pdv 1 correspondra à l’entrée en
scène du marqueur, quelle que soit la chronologie des pdv ; dans ce pdv, le
locuteur s’identifie à la source et le contenu est un fait, un événement ou
un sentiment. Un pdv2 , dont la source est généralement un ON-locuteur
auquel le locuteur s’identifie, correspond à une loi générale sous-entendue
dans le schéma concessif : en général p entraîne ~q. L’implicite est donc à attribuer au pdv 2 sous-jacent. Un pdv 3 au contenu non explicite et ayant pour
source le locuteur dénote l’affectivité : c’est incroyable / dommage commente
implicitement la non-application de la loi générale c’est incroyable de ne pas
Vinf, dire que impliquant généralement c’est incroyable / dommage que ~q.
La chanson « Capri, c’est fini » de Hervé Vilard
(8) Capri c’est fini
Et dire que c’était la ville
De mon premier amour
émet un constat ( pdv 1) qui ne se voit pas opposer le contraire du contenu
attendu (i.e. « on oublie ce qui est fini ») dans une phrase impliquée « ??
quand une histoire d’amour qui a commencé dans une ville est finie, ce
n’est pas la ville d’un premier amour ». La phrase impliquée devrait être ici
« Quand quelque chose est un premier amour, il ne peut pas être fini ». Le
marqueur introduit ici un regret (le locuteur-énonciateur regrette la fin de
son premier amour, à l’imparfait en q et signalé comme « fini » en p). Ainsi, le schéma concessif – polémique, et donc exclamatif – brossé en (1.2.1)
ne suffit pas à rendre compte du marqueur, notamment des différentes
composantes de son caractère exclamatif. Si une séquence de structure
C’est Adj met bien en scène l’affectivité du sujet parlant et déclenche l’exclamation, ici le motif de Et dire que (Martins-Baltar 1994) est le regret et
non plus l’étonnement.
Au schéma concessif (2.1) – et donc à la phrase impliquée « en général p entraîne ~q » –, se superpose une interprétation où le sujet s’étonne
(c’est incroyable dans (1–7)) ou regrette ici (c’est dommage). De même que le
temps peut être au passé (6), au présent (3) ou au futur proche (9) lorsque
dire que est motivé par l’étonnement :
212 Christiane Marque-Pucheu
(9) On est en hiver. Et dire qu’il va faire 15° demain.
l’interprétation discursive de regret est indépendante du temps de la complétive qui est au passé (10), au présent (11) ou au futur (12) :
(10) Dire qu’il était là pas plus tard qu’hier5 !
(11) Dire que je suis seul !
(12) Dire qu’il ne viendra plus !
et implique la phrase sous-jacente C’est dommage/triste. On peut regretter
un temps révolu, une personne, un état présent ou futur.
L’implicite est de plusieurs ordres. Il correspond au refus d’un principe général (habituellement, p → ~q) qui conduit à l’exclamation ; l’enchaînement est possible avec pourtant, indice d’une polémique. Il est également
attaché à la réduction d’un cotexte en être, et selon le cas, l’attribut prend
la forme Adj ou (Dét) N (c’est incroyable / c’est un monde ! c’est malheureux ! c’est
dommage), le marqueur ayant une fonction interactionnelle et expressive.
2. Que n’a-t-on pas dit (sur) !
Au passé composé, Que n’a-t-on point dit ! est une variante soutenue de Que
n’a-t-on pas dit ! D’un style plus standard, (Qu’est-ce / Ce) qu’on n’a pas dit ! est
préférable avec complément. Au présent, au contraire, Qu’est-ce qu’on ne dit
pas ! est plus approprié (à la situation) que les formes Que ne dit-on pas /
point ! Ce temps est souvent associé à des stéréotypes avec, pour variante
de on, les gens. Le futur semble réservé à la forme en ce que : Ce qu’on ne dira
pas (si tu pars) ! Le registre peu soutenu de raconter6 explique l’absence d’occurrence avec que (Que n’a-t-on pas raconté !) dans Frantext, contre 15 pour
dire. Si ce corpus n’en comporte pas non plus avec qu’est-ce que, on ne saurait
exclure la variante plus standard Qu’est-ce qu’on ne raconte pas (sur les gens) !
5
6
Communication orale de J.-P. Franckel (28 mai 2015).
Voir, par exemple, Qu’est-ce que tu racontes là vs Qu’est-ce que tu dis là ?
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
213
Dans un contexte p comme Il quitta sa femme, on peut enchaîner sur
Que n’a-t-on pas dit ! éventuellement suivi d’un cotexte : sur lui / dans les
chaumières, etc. Le marqueur (et sa suite éventuelle) se présente comme une
conséquence de p (« le fait qu’il quitte sa femme a fait jaser »).
2.1. Caractéristiques distributionnelles et syntaxiques
La place après p est la plus caractéristique avec le verbe au passé :
(13)Hollande-Merkel, Merkel-Hollande, que n’a-t-on pas dit […] sur leur impossible entente. Tout, semble-t-il, [les] opposait. (<http://www.lepoint.fr/
invites-du-point/michele-cotta/cotta-hollande-merkel-que-n-a-t-on-pas-ditsur-le-couple-impossible-13-02-2015-1904680_1595.php>)
Ici, p comporte Hollande-Merkel thématisé et il est implicite que le dit a déjà
été proféré, étant évoqué dans leur impossible entente. Sur leur impossible entente
indique ce sur quoi porte le dit et l’énoncé suivant en est la conclusion.
La place absolue concerne un titre (14) ou une réponse dans un dialogue (15) :
(14)
Que n’a-t-on pas dit sur le RAID (<http://www.vosgesmatin.fr/actualite/2012/04/01/> que-n-a-t-on-pas-dit-sur-le-raid ?)
(15)Les habitants ne parlaient que de l’événement, les uns assurant que c’était vrai,
d’autres que non, certains allant jusqu’à affirmer que ce Manuel avait rapporté
de Cuba les mauvaises fièvres.
– On dit, on dit, qu’est-ce qu’on ne dit pas, fait l’incrédule. (Roumain 1944,
Gouverneurs de la rosée)
Le marqueur et ses variantes peuvent donc ouvrir un cadre de discours
(13–14) ou avoir une valeur conclusive. Ces fonctions différentes dépendent, le cas échéant, du genre, la première étant propre à l’écrit oralisé,
la seconde plus spécifique du dialogue. Il peut également prendre place au
sein des constituants. Dans le SV, il peut s’insérer entre V et la complétive :
(16)On dit (mais que n’a-t-on pas dit à son sujet !) que […] Louis XVIII […] lui
tint […] ce langage
(<http://www.talleyrand.org/politique/talleyrand_diable_d_homme.html>)
214 Christiane Marque-Pucheu
La parenthétisation confère au marqueur valeur de rectification par rapport à on dit (voir 2) ; implicitement on dit tout et son contraire.
Syntaxiquement, la structure étudiée est du type que Nég V : que dans
que n’a-t-on pas dit ! est COD et dans Ce qu’on n’a pas dit ! pronom relatif
ayant pour antécédent ce. La variante en Qu’est-ce que comporte un SN ou
un pronom de sens générique (les gens /on).
Il n’existe pas de symétrique positif équivalent : Qu’a-t-on dit !, Qu’estce qu’on dit ! 7 L’implicite provient d’abord de l’exclamation négative qui
met en jeu une fausse négation – négation oratoire (Anscombre et Ducrot 1983) –, où le locuteur n’attend pas que l’interlocuteur ajoute Voilà ce
qu’on n’a pas dit. L’exclamation signifie « il n’y a rien qu’on n’ait pas dit » et
l’énumération reste implicite. « Comme la phrase interrogative de forme
négative suggère souvent une réponse affirmative, cette forme négative a
très souvent la valeur d’une exclamative » (Grevisse 1986 : 659). Par ailleurs, la structure corrélative Qu’est-ce qu’on dit comme N8, où N renvoie à un
paradigme négatif (mensonges, stupidités), est incomplète :
(15)a. On dit, on dit, qu’est-ce qu’on ne dit pas [comme N], fait l’incrédule !
On évoquera, sinon une anomalie syntaxique, car la structure exclamative
autorise généralement la négation9, du moins une incomplétude syntaxique
(et sémantique puisque le N « classifieur » n’est pas renseigné). La même
analyse s’applique à Que (de N) ne dit-on pas ! / Que ne dit-on pas (comme N).
2.2. Caractéristiques sémantico-pragmatiques
2.2.1. Schéma polyphonique
Si la première valeur du marqueur correspond à celle d’une interrogation,
la valeur illocutoire est celle d’une question rhétorique qui vise à contester
quantité et nature du dit. Si la situation n’est pas obligatoirement dialogale,
7
8
9
Voir cependant avec pouvoir : Qu’est-ce qu’on a pu dire sur lui !
Intensité et négation sont souvent couplées (Ne me dis pas que P, Je te dis pas ! Y’a pas
à dire, etc.).
Le Goffic (1994 : 112–113).
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
215
les caractéristiques de Que n’a-t-on pas dit ! sont polyphoniques. En effet, le
marqueur réfère à des discours antérieurs où des voix sont portées par un
ON collectif, mais non forcément anonyme, ce que montre (17) :
(17)Depuis 2012 que n’a-t-on dit dans de nombreux cercles politiques et syndicaux de gauche contre l’autonomie universitaire, cause désignée de tous les
maux des universités françaises, et d’abord de leur prétendue faillite !
Un référé de la Cour des comptes […] vient de rétablir la vérité : […]
les universités françaises n’ont jamais été aussi à l’aise financièrement,
et, si faillite il y a, c’est celle de la tutelle de l’Etat. (<http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0204125944735-lautonomie-bafouee-des-universites-1092883.php?yDirMEV4emlp74Uy.99>)
Le pdv 1 a pour source un ON-locuteur, une collectivité (cercles… de
gauche) et pour contenu l’autonomie universitaire, cause désignée de tous les maux.
En (15), il est décomposable en plusieurs pdv, plusieurs ON-locuteurs non
identifiés et plusieurs contenus :
(15)L es habitants ne parlaient que de l’événement, les uns assurant que c’était vrai,
d’autres que non, certains allant jusqu’à affirmer que ce Manuel avait rapporté
de Cuba les mauvaises fièvres.
– On dit, on dit, qu’est-ce qu’on ne dit pas, fait l’incrédule.
La source du pdv 1 est un ON-locuteur, les habitants, éclaté en les uns, d’autres,
certains, avec, en regard, les contenus correspondants : l’événement était
vrai ou non, Manuel avait rapporté les fièvres.
D’une manière générale, le pdv 2 a pour source le locuteur qui se démarque du pdv 1 dont il ne prend pas en charge le contenu : il conteste le
(déjà) dit, ce qu’indique l’incrédule. Appliquons un critère testant l’absence
de prise en charge, le commentaire et j’en suis d’accord : *Que n’a-t-on pas dit, et
j’en suis d’accord. On contrastera ce cas où le locuteur est exclu de l’ensemble
du ON-locuteur avec ne dit-on pas. Dans (18) :
(18)Mais ne dit-on pas dans mon pays que lorsqu’on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage ? [Et j’en suis d’accord] (Europarle)
ne dit-on pas implique que le locuteur fait partie du ON-locuteur source du
proverbe. Il s’y inclut (et j’en suis d’accord), alors que le marqueur Que ne dit-on
216 Christiane Marque-Pucheu
pas (dans mon pays) ! impliquerait l’absence de prise en charge. Le sens de
ce dernier résulte donc de la position du locuteur par rapport aux auteurs
de ces dires.
Où est localisé l’implicite ? On dit que peut être factuel contrairement
à Que ne dit-on pas !. De l’implicite y est toujours attaché, porté par la négation, du fait que, en s’exclamant Que n’a-t-on pas dit !, on ne (re)dit pas des
dires qui confinent parfois au tabou. L’implicite peut être attribué ici au
pdv 1 dont le contenu n’est pas toujours exprimé et au pdv 2 qui en constitue
une critique implicite.
2.2.2. Motivation (motif et but) et argumentation (moyens)
La critique motive la profération du marqueur qui vise ainsi à influer
sur le destinataire. En proférant Que n’a-t-on pas dit !, le locuteur cherche
à s’opposer à un dit, en l’absence de sa source. Selon Fillmore (1970)
cité par Martins-Baltar (1994 : 95), la critique vise d’abord une situation,
alors que le reproche vise une personne. Elle vise le dit, avant de viser
la source.
Parmi les moyens utilisés, prétendue (17) spécifie que le locuteur est
distinct du ON-locuteur prenant en charge le pdv 1 et s’oppose à sa source
(de nombreux cercles) et à son contenu (l’autonomie universitaire est cause de la
faillite des universités). L’adjectif annule une possible prise en charge, par
le locuteur, du contenu du pdv1 en restreignant sa validité à la source (les
cercles). Un exemple apparenté est illustré par pourtant en (19), où le locuteur
source de ce pdv 2 se démarque du point de vue collectif :
(19)
Que n’a-t-on pas dit et écrit sur la puissance diabolique de la publicité ?
Pourtant […], y a-t-il un pouvoir dont l’impact soit aussi modique ? (Lipovetsky 1987, L’Empire de l’éphémère)
Parfois, la divergence instaurée par Que n’a-t-on pas dit est confirmée dans
le cotexte droit – en (20) par Et si ce n’était pas là l’essentiel ? –, notée en
caractères gras :
(20)Que n’a-t-on pas dit sur cette société bourgeoise, hypocrite, pudibonde,
avare de ses plaisirs […] ? Que n’a-t-on pas dit sur le plus lourd héritage
qu’elle aurait reçu du christianisme – le sexe-péché ? […]
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
217
Et si ce n’était pas là l’essentiel ? S’il y avait au centre de la « politique du sexe »
des rouages bien différents ? […] Si le pouvoir n’avait pas pour fonction essentielle
de dire non […], mais de lier selon une spirale indéfinie la coercition, le plaisir et la
vérité ? (Foucault 1980, Nouveau millénaire)
En (15) la divergence observe un crescendo, débutant par un on dit factuel,
redoublé par un autre on dit qui amorce un doute, et prenant fin avec le
marqueur qui conteste le dire :
(15) […]
– On dit, on dit, qu’est-ce qu’on ne dit pas, fait l’incrédule.
Si le simple on dit que permet le doute et laisse ouvertes les possibilités
d’adhésion (16) au locuteur qui peut s’inclure dans ce ON-locuteur, Que
n’a-t-on pas dit ou Que ne dit-on pas fait entrer en scène un point de vue
divergent par rapport au ON-locuteur. Critiquer le dit, voilà l’objectif premier, le second étant de dévaloriser les instances dissimulées derrière un
ON-locuteur. La profération du marqueur est motivée par la critique d’un
dit et, par ricochet, de ses sources.
Comme protester, Que n’a-t-on pas dit ! a pour fonction discursive de
contester le dit, mais s’en distingue en introduisant une contestation indirecte. Le locuteur attire l’attention sur un dit qui peut rester implicite
et il se démarque du contenu du pdv pris en charge par le ON-locuteur.
Son utilisation peut amorcer une contestation explicite : le recours à des
expressions comme prétendue ou rétablir la vérité interdit alors explicitement
l’adhésion du locuteur au contenu du pdv 1. L’argumentation appuyant cette
contestation peut également ne pas être exprimée. Alors que le locuteur
peut protester verbalement sans utiliser Je proteste, Que n’a-t-on pas dit ! peut
instaurer une protestation sans verbalisation.
L’implicite se résume ainsi : le marqueur sous-entend que des paroles
ont été prononcées et sont contestables. La liste, non donnée, est ouverte.
Alors qu’avec ce marqueur on a trop dit et qu’il convient éventuellement de dire la parole juste, le marqueur suivant ne remet pas en cause
une parole dite, mais attire l’attention sur un dire possible. Contrairement au précédent qui dénote une critique, les trois marqueurs suivants,
traités en 3 et 4, partagent la caractéristique pragmatique de traduire un
218 Christiane Marque-Pucheu
reproche. Du point de vue polyphonique, en effet, leur utilisation met en
jeu un destinataire auquel est attribué un contenu plus ou moins explicite
(ou diaphonie10), même si cette attribution imputable au locuteur n’implique pas que le destinataire assume ledit contenu ; car le reproche vise,
chez le destinataire, un manque de confiance.
3. Qu’est-ce que tu veux que je te dise !
Le marqueur existe aux personnes tu et vous, que ce soit dans la version
standard en qu’est-ce que ou dans celle en que relevant d’un registre plus
soigné lié à l’inversion du sujet (Que veux-tu que je te dise !)11. Dans la complétive, le sujet ne peut être que je (??Que veux-tu que l’on te dise ?).
3.1. Caractéristiques distributionnelles et syntaxiques
Le marqueur peut suivre p :
(21)[…] mais il faut songer à l’avenir que veux-tu que je te dise tiens moi j’en
frémis (Aragon 1956, Le Roman inachevé)
ou le précéder, étant alors placé en tête de phrase :
(22)Quand je le vois, tout effroi s’efface[…]. Que veux-tu que je te dise ? Je
l’aime ! (Sand 1864, Le Marquis de Villemer)
La place absolue s’observe dans une réplique :
(23)vous savez que je n’ai aucun préjugé de races, […] mais enfin, que diable !
Quand on s’appelle le marquis De Saint-Loup, on n’est pas dreyfusard, que
voulez-vous que je vous dise ! (Proust 1920, À la recherche du temps perdu)
10
11
Voir (Moeschler J. et Auchlin 1997 : 151–152).
Ces marqueurs ne sont pas des variantes de Vous voulez que je vous dise ! et Tu veux que
je te dise ! (Marque-Pucheu 2015).
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
219
La parenthétisation coupe court à tout développement (voir 3.2.2) :
(24)Écoute, à la fin de la semaine, on saura s’il en sort ou – que veux-tu que je te
dise – ou s’il n’en sort pas (Chaix 1974, Les Lauriers du lac de Constance)
Structurellement, une première caractéristique est le type de phrase
concerné. Malgré la fréquence du point d’interrogation dans Frantext, le
marqueur a vocation exclamative plus qu’interrogative : il note plus l’impuissance à « dire » qu’une demande de réponse à l’interlocuteur. Tout au
plus évoquera-t-on une question rhétorique12 . La seconde caractéristique,
syntaxique et sémantique, concerne la réduction d’un complément en de.
Suivant (Harris op. cit.), on postulera l’effacement fréquent de d’autre ou de
plus ci-après entre crochets dans la suite discontinue que… d’autre / de plus :
(22)a. Quand je le vois, tout effroi s’efface […]. Que veux-tu que je te dise
[d’autre / de plus] ? Je l’aime !
Quelques attestations comportant le deuxième membre de la suite justifient l’hypothèse concernant cette source :
(25)Je ne vous avais hélas pas menti au téléphone… Nettoyage par le vide !… Que
voulez-vous que je vous dise de plus ? Je n’ai pas été assister à la vente.
(Simon 1981, les Géorgiques)
(26)Ton Mangeclous […] t’écoute avec amour, concupiscence et vertu !
– Que veux-tu que je te dise d’autre ? (Cohen 1938, Mangeclous)
Cette particularité illustre le caractère implicite du marqueur qui s’est figé
sans ce complément : il n’y a rien à dire, que quelque chose ait été dit ou non.
3.2. Caractéristiques sémantico-pragmatiques
3.2.1. Schéma polyphonique
Deux pdv au moins sont impliqués. Dans le pdv1, la source est le locuteur qui
profère le marqueur ; dans le pdv 2, la source est généralement le destinataire
12
On considérera Que veux-tu ! / Que voulez-vous ! comme variantes sans dire.
220 Christiane Marque-Pucheu
auquel s’adresse le marqueur, et le contenu peut en déclencher la profération. Le pdv3 a pour source celle du pdv1 et pour contenu la reformulation
du contenu du pdv1 ou une allusion à celui-ci.
Dans le pdv 1, le contenu est exprimé (Je fus assez indigne en (27)) ou non
(23 supra) :
(27) Le président.– Mais est-ce ta faute ?… […] que veux-tu dire ?…
L’abbé, pleurant.– Que veux-tu que je te dise ? […] Je fus assez indigne…
(Collé 1768, La Vérité dans le vin)
La présence de d’autre ou de plus renvoie alors à un pdv 3 antérieur dont le
contenu note une opinion : Je fus assez indigne dans (27) ; un fait : Je n’ai pas
été assister à la vente (25) ; un sentiment : Je l’aime (22).
Dans le pdv 2 , la source est généralement le destinataire auquel s’adresse
le marqueur et le contenu peut en déclencher la profération. Le destinataire
est présent ou non selon qu’il s’agit d’un dialogue, en (27) ci-dessus, avec
pour destinataire le président, ou d’une correspondance (28)13 :
(28)tu me demandes des explications à des choses qui s’expliquent d’elles-mêmes.
Que veux-tu que je te dise de plus que je ne t’ai déjà dit […] ? (Flaubert 1846,
Correspondance)
Le contenu du pdv 2 – qui peut déclencher le marqueur – est réalisé directement en (27) ci-dessus (est-ce ta faute ?) et en (29) (après ?) :
(29) – Et après ?… après ?
– Après ?… […] je ne sais pas, moi. Mon Dieu, que veux-tu que je te dise ?…
après, je verrai. (Sue 1845, Le Juif errant)
ou indirectement en (28) et (30) par le biais d’un discours rapporté (respectivement tu me demandes des explications et tes infâmes plaisanteries). Le locuteur qui profère Qu’est-ce que tu veux que je te dise ! attribue le contenu du
pdv 2 au destinataire et le lecteur/l’auditeur éventuel n’a aucune certitude
sur le fait que le destinataire l’assume : dans (30), les plaisanteries sont
jugées infâmes par le locuteur, mais pas nécessairement par le destinataire
du marqueur :
13
Implicitement, l’expression équivaut à je n’ai rien à dire / je ne dirai rien.
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
221
(30)L e moniteur. […] Quant à répondre à tes infâmes plaisanteries, que veuxtu que je te dise, si ce n’est qu’on me fait beaucoup d’honneur. (Flaubert
1868, Correspondance)
L’exemple (25a) modifié par nos soins illustre un pdv 3 :
(25)a. Le visiteur –. Comme au cinéma où […] une fée remplit une pièce de fauteuils
et de plantes décoratives… Mais peut-être est-ce son métier : producteur, puis
se rappelant : « Non : promoteur, car pour ce qui est du mobilier… ». Il regarda
avec incrédulité son hôte, l’appartement vidé comme par un aspirateur géant ;
à mesure qu’il parlait, il expliquait la raison de sa visite (ce qu’il avait déjà fait
au téléphone, n’obtenant que des réponses évasives).
L’hôte –. montrant […] la pièce à la moquette sale, nue : « Vous voyez ?…
Je ne vous avais hélas pas menti au téléphone… Nettoyage par le vide !…
Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Je n’ai pas été assister à la
vente. (Simon 1981, les Géorgiques)
–Le pdv 2 qui déclenche le marqueur a pour source le visiteur et le contenu fait
référence à la raison de sa visite.
–Le pdv 1 a pour source l’hôte et le contenu est Que voulez-vous que je vous dise de
plus ? Je n’ai pas été assister à la vente. Il fait donc référence à un autre pdv :
–un pdv 3 qui a pour source l’hôte et dont le contenu correspond à des propos
tenus au téléphone (du déjà dit). Il met fin ainsi à toute nouvelle argumentation.
3.2.2. Rôle argumentatif
Comment le marqueur oriente-t-il l’interprétation de l’énoncé par le destinataire vers une conclusion donnée ?
Lorsque deux pdv seulement sont en présence et que le destinataire
source du pdv 2 cherche à savoir (question du président en (27)), le marqueur
peut avoir un rôle conclusif, ou noter la résignation, comme en (31) :
(31) – Nous vivons des journées très particulières.
– Dis-moi, que font-ils dans le Palais ?
–Ma pauvre chérie, c’est le procès de ton père. […], à la fin de la semaine,
on saura s’il en sort ou – que veux-tu que je te dise – ou s’il n’en sort pas
(Chaix 1974, Les Lauriers du lac de Constance)
Le contenu qui suit le marqueur correspond à une non-information ( je ne
sais pas) dans (29), une solution sans issue (il est trop tard) en (32) :
222 Christiane Marque-Pucheu
(32)Eh bien ! Que voulez-vous que je vous dise ? Il est trop tard. (Bernanos
1943, Monsieur Ouine)
une alternative (s’il en sort ou s’il n’en sort pas), qui met un terme à tout dire
supplémentaire (31), ou une incompréhension du locuteur (33) :
(33) Garcin. – Estelle ! […] est-ce que c’est vrai ?
Estelle. – que veux-tu que je te dise ? Je ne comprends rien à toutes ces
histoires. (Sartre 1944, Huis Clos)
Le contenu du pdv 1 à droite du marqueur revient donc implicitement
à dire qu’il n’y a rien à dire/faire. Son rôle conclusif, parfois par défaut,
met un terme à tout dire du locuteur et du destinataire source du pdv 2. Un
autre marqueur peut renchérir, comme voilà tout :
(34) – Parti ? Parti pour où ?
– est-ce que je sais !
– tout de même, en pleine nuit, sous ces torrents d’eau ! […]
–
que veux-tu que je te dise ! Il n’était plus dans la chambre, voilà tout.
(Bernanos 1943, Monsieur Ouine)
Deuxième cas de figure : trois pdv sont en présence. Le marqueur est plus
fortement conclusif puisqu’il renchérit sur une précédente conclusion : le
destinataire sait déjà et, comme précédemment, l’agacement du locuteur
est explicité (28) ou implicite (25). En cas de pdv 3, le marqueur implique
donc qu’il n’y a rien d’autre à dire, et dans ce cas, le locuteur source du pdv 1
limite les justifications – déjà données –, ou esquisse une explication pour
clore l’échange, alors qu’en l’absence de pdv 3, il implique qu’il n’y a rien à
dire. L’implicite est donc attaché à un dit supplémentaire rarement dit ou
à un dit déjà connu du destinataire.
Notant un reproche implicite, le marqueur tient lieu d’explication,
confirmant l’inutilité d’explications en « plus » à donner « à des choses
qui s’expliquent d’elles-mêmes » (28). Explicite (de plus), le reproche est
généralement implicite, de plus ou d’autre n’étant pas exprimé. Alors que
la critique ne vise pas nécessairement un destinataire précis comme avec
Que n’a-t-on pas dit !, le reproche attaché à Qu’est-ce que tu veux que je te dise !
vise l’interlocuteur, marquant le dernier mot dans le dialogue.
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
223
4. Qu’est-ce que je te disais ! Quand je te le disais !
Les deux marqueurs connaissent des variantes. Le pronom je commute
avec on qui inclut je (Qu’est-ce qu’on te disait ! Quand on te le disait !). Le complément indirect est tu ou vous – ou absent dans le premier cas (Qu’est-ce
que je (te) disais !). Une variante sans subordonnant quand existe : Je vous (le
disais / l’avais dit). Enfin, l’adverbe bien peut modifier le verbe au plus-queparfait seulement ( Je vous l’avais bien dit / *Je vous le disais bien).
4.1 Caractéristiques distributionnelles et syntaxiques
Les marqueurs peuvent être placés avant p et éventuellement en tête de
phrase :
(35)Elle fut bientôt au rez-de-chaussée et je vis au-dessous de moi Rouletabille
qui, penché sur la rampe du premier palier, regardait, lui aussi. […]
–Hein ! fit-il, qu’est-ce que je vous avais dit !… la malheureuse ! (Leroux
1908, Le parfum de la dame en noir)
Avec le marqueur en quand, à cette place, le pronom le est corrélé à que, annonçant cataphoriquement la complétive complément du verbe en (36) :
(36)La nommée Delobelle est morte […]. Quand je vous le disais qu’elle ne
recommencerait plus. (Daudet 1874, Fromont jeune et Riesler aîné)
La place après p et la place absolue sont illustrées par une réplique dans
(37) :
(37) Rose. – Oh ! monsieur.
Amy Férat […] – Il est joliment bien, ton bonhomme.
Canilhac. – Quand je te le disais. (Daudet 1881, le Nabab en sept tableaux)
Les marqueurs peuvent être placés après p :
(38)[…] toutes ces lumières […] qui dansent sur la mer… la voilà… […] c’est la
flotte… quand je vous le disais… (Daudet 1894, La petite paroisse)
224 Christiane Marque-Pucheu
(39) – Ma gentille Marthon d’autrefois ! Ah ! que je suis contente ! […]
– Avais-je raison ? insistait Favreuille. Qu’est-ce que je vous avais dit ?
(Bourget 1924, le Chapiteau roman)
ou en incise :
(40)« […] mon brave Valmajour, quand je vous le disais… Quel succès !… hein
? » criait Roumestan […] (Daudet 1881, Numa Roumestan)
(41) – Ça alors ! qu’est-ce que je vous disais… Quel succès !…
Du point de vue morpho-syntaxique, le cotexte sous-entendu est au passé : Quand je vous le disais, (Ø / vous ne m’écoutiez pas). L’usage n’a pas choisi le
passé composé : Quand je vous l’ai dit, (*Ø / vous ne m’avez pas écouté), puisque
à ce temps, la subordonnée étant obligatoire, Quand je vous l’ai dit n’a donc
pas le statut de marqueur. À l’imparfait, quand renvoie à une suite d’occurrences répétées et la principale réduite comporte un verbe d’activité
(vous ne m’écoutiez pas) ou d’état ( j’avais raison) (Borillo 1988 : 89) ; l’imparfait
ajoute une valeur itérative qui donne autorité au locuteur pour émettre
des reproches (voir 4.2). Quand et qu’est-ce que n’introduiraient donc pas
nécessairement une subordonnée pour le premier, une question pour le
second, mais on aurait une valeur de « prise à témoin » associable à un
effacement de souviens-toi de, soit (Ø / Souviens-toi de) Quand je te le disais ! (Ø /
Souviens-toi de) Qu’est-ce que je te disais ! : il s’agirait d’interpellations à se
souvenir de ce qui a (déjà) été dit et non d’interpellations à apporter des
réponses à une ignorance.
Le statut exclamatif des expressions n’est pas toujours clair. On peut
imaginer une polémique entre deux interlocuteurs dans le dialogue suivant, fabriqué :
(42) Qu’est-ce que je vous disais !?
–…
– Je vous (vous) l’avais bien dit !
Et dans l’exemple (43), la séquence est interprétable littéralement ou de
manière détournée :
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
225
(43) Pierné prit un air tatillon et vainqueur :
Loc 1 – Qu’est-ce que je vous avais dit ?
Loc 2 – Qu’est-ce que tu nous avais dit ?
Loc 1 – Ne faites pas les idiots (Sartre 1949, la Mort dans l’âme)
De même, cet exemple est également indécidable :
(44)
Qu’est-ce que je t’avais dit ? De rester à la maison. Et toi au contraire t’as
voulu sortir… (Ammaniti 2001, Et je t’emmène)
Mais souvent avec les marqueurs, l’intonation lève l’ambiguïté (Schiffrin
1987 : 73–101).
La spécificité du deuxième marqueur concerne l’absence de principale :
(27)L es vieux n’ont plus qu’à crever tout seuls. Quand je te le disais, tu ne voulais pas me croire. C’est pourtant vrai. (Clavel 1968, les Fruits de l’hiver)
Comme avec Et dire que P, elle est facultative lorsque Quand je vous le disais !
correspond à un acte de langage (voir 3), contrairement à la séquence libre
où son omission est interdite :
(45) Quand je te le disais (,tu ricanais /* Ø).
Le marqueur est devenu autonome :
(46) – Ne tire pas, va ! ton coup va rater.
Thénardier pressa la détente. Le coup rata.
– Quand je te le disais ! fit Javert. (Hugo 1862, les Misérables)
L’absence de principale illustre l’implicite attaché au marqueur.
4.2. Caractéristiques sémantico-pragmatiques
4.2.1. Schéma polyphonique
Dans l’exemple (27) ci-dessus, le schéma polyphonique du marqueur est
le suivant. Le pdv 1 a pour source le locuteur et pour contenu les vieux n’ont
plus qu’à crever tout seuls. Le pdv2 a pour source l’interlocuteur ; le contenu,
non explicite, correspond à des propos dubitatifs inférables de « tu ne
226 Christiane Marque-Pucheu
voulais pas me croire ». Le pdv 3 a pour source le locuteur et pour contenu
C’est pourtant vrai, qui reproche à l’interlocuteur sa non-adhésion au contenu du pdv 1 ; ce contenu est souvent implicite, i.e. le locuteur est persuadé
d’avoir raison (il s’appuie sur des faits). On pourrait contester le statut de
marqueur à l’expression, du fait que la principale est exprimée, mais son
omission est envisageable sans changement de sens.
Dans Qu’est-ce que je vous disais ! le pdv 1 a pour source le locuteur et le
contenu n’est pas nécessairement explicite. Le pdv 2 a pour source le destinataire du marqueur et le contenu est un fait, un événement ou une vérité
générale ; il peut être présent dans le pdv 1 :
(47) Le maître d’hôtel revint, déclarant que cette demoiselle avait répondu : non !
– qu’est-ce que je t’avais dit ! S’exclama Anny triomphante. (Druon 1948, les
Grandes familles)
4.2.2. Fonctions argumentatives : reproche et triomphe
Dans les deux cas, il s’agit d’un dit de confirmation, comme l’indique
triomphante (47) ou pourtant vrai (27), venant renchérir sur le marqueur qui
constitue un argument d’autorité. Le locuteur attend implicitement que le
destinataire lui dise « c’est vrai, vous me l’aviez dit et vous aviez dit vrai ».
Conclusion
Que ces marqueurs soient introductifs (Et dire que !), conclusifs (Qu’est-ce
que je vous disais !, Quand je vous le disais !), médians (Que n’a-t-on pas dit !),
et quelle que soit leur fonction discursive (contestation du dit, reproche,
conclusion), ils impliquent un non-dit. Leur sens se déduit pour certains
d’un complément réduit, mais aussi d’une mise en rapport avec des énoncés présents ou non (polyphonie). Car les marqueurs étudiés impliquent
un jeu de voix et l’absence de ces énoncés correspond souvent à une polémique sous-jacente, mais perceptible dans l’exclamation.
Le non-dit peut revêtir divers aspects :
Entre syntaxe et interprétation de dire : les exclamatives et dire que !
•
•
•
227
il correspond à une vérité générale qui fait consensus (et dire que P), à
laquelle s’ajoute un sentiment ;
un déjà dit n’est pas toujours répété et sa qualification est implicite,
puisqu’il est considéré comme « faux » (Que n’a-t-on pas dit !) ou « vrai »
(Quand je vous le disais !) ;
il a une fonction conclusive (Qu’est-ce que tu veux que je te dise !).
Liée à un schéma concessif ou non, l’exclamation amène sur le terrain polémique souvent par le biais du non-dit. Dire dit plus que dire, mettant en jeu
selon le cas un acte de regret, d’étonnement, de contestation, de reproche,
ou de clôture. Il faut souvent suivre l’ensemble du discours pour tracer le
sens du marqueur ; et comme dire note ici un acte de langage, il est difficile
d’en saisir l’interprétation en dehors d’une perspective pragmatique.
Sans parler d’une famille de marqueurs, nous avons mis en évidence
de l’implicite. La grammaire transformationnelle qui offre la possibilité de
réductions rend compte d’un certain nombre de cas. La polyphonie permet
de révéler non seulement le rôle du locuteur, mais aussi celui de l’interlocuteur qui peut déclencher l’exclamation ou y réagir. Il conviendrait de tester
ces remarques sur l’ensemble des marqueurs exclamatifs en dire.
Références bibliographiques
A nscombre J.-C. (1990). « Thème, espaces discursifs et représentations
événementielles », in J.-C. Anscombre & G. Zaccaria (éds), Fonctionnalisme et pragmatique, Ed. Unicopli, Testi et studi 76, 43–150.
Anscombre J.-C. (2002). « Mais/pourtant dans la contre-argumentation directe : raisonnement, généricité et lexique », Linx 46, « Les connecteurs », 115–131.
Anscombre J.-C. (2005). « Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages », In Bres, J. Haillet, P. P., Mellet, S. Nølke, H., Rosier, L.(éds),
Dialogisme et polyphonie ; Approches linguistiques, Bruxelles : de Boeck –
Duculot, 75–94.
228 Christiane Marque-Pucheu
A nscombre J.-C. (2009). « La comédie de la polyphonie et ses personnages », Langue française 164, 11–31.
A nscombre J.-C., Ducrot, O. (1983). L’Argumentation dans la langue,
Bruxelles : Mardaga.
Borillo A. (1988). « Quelques remarques sur quand connecteur temporel », Langue française 77, 71–91. Syntaxe des connecteurs.
I brahim A. (1978). « Coordonner pour argumenter », Semantikos Vol. 2,
n° 3/4, Paris : The Semantikos Association, 21–42.
Marque-Pucheu C. (2014). « Ellipse de compléments et de pseudo-compléments de verbes dans les énoncés situationnels », Travaux de Linguistique 68, « Points de vue sur la complémentation », 65–81.
Marque-Pucheu C. (2015). « Les paroles implicites : l’absence de complément direct dans les formulations avec dire », Langue française 186/2,
123–137.
Martins-Baltar M. (1994). Analyse motivationnelle du discours, Paris : Hatier/
Didier.
Moeschler J. et Auchlin A. (1997). Introduction à la linguistique contemporaine, Paris : Armand Colin.
Morél M.-A. (1996). La concession en français, Paris : Ophrys (l’essentiel).
Schiffrin D. (1987). Discourses markers, Cambridge : Cambridge University
Press.
Corpus
Europarle (European Parliament Proceedings Parallel 1996–2011) [en ligne]. Disponible sur : <http://www.statmt.org/europarl/>
<www.linguee.fr>
Base textuelle Frantext, ATILF – CNRS & Université de Lorraine, <http://
wwww.frantext.fr/>
Languefrancaise.net
corpus du Web français, <http://nl.ijs.si/noske/wacs.cgi/first_form?corpname=frwac;lemma=;lpos>
Dis/dites-moi, dis/dites donc :
la naissance de deux marqueurs discursifs
en français (XVe–XVIIIe siècles)1
Evelyne Oppermann-M arsaux
Université Paris III – Sorbonne Nouvelle, CLESTHIA
Introduction
Cette étude est consacrée à deux marqueurs discursifs qui comportent
une forme impérative du verbe dire – dis/dites-moi et dis/dites donc 2 – et qui
semblent, de par cette forme, avoir en premier lieu une fonction d’appel3
centrée sur l’allocutaire. Elle s’interrroge plus précisément sur les origines,
en français, de ces deux marqueurs discursifs, ainsi que sur leur développement en diachronie. Il s’agira par conséquent d’identifier et d’analyser
les occurrences de dis/dites-moi et dis/dites donc dans lesquelles l’impératif
de dire ne correspond plus à une injonction « classique » traduisant (seulement) l’ordre de « dire », de prononcer des paroles.
1
2
3
Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41355-P
« Marqueurs pragmatiques et oralité en linguistique historique du français », financé par le Ministerio de Economía y Competitividad, Espagne.
Nous avons déjà eu l’occasion d’examiner la naissance de l’emploi interjectif de
di en français ainsi que les valeurs du marqueur discursif di va en ancien français, qui comporte également un impératif du verbe dire, cf. Oppermann-Marsaux
(2011, 2012).
Nous nous appuyons sur la distinction entre fonction d’appel (centrée sur l’allocutaire) et fonction d’expression (centrée sur la subjectivité du locuteur), établie par
K. Bühler – cf. (Ducrot & Todorov, 1972, p. 426) – et reprise par Sirdar Iskandar
(1983), qui répartit les interjections en deux grandes classes : « celles qui expriment un
état du locuteur […] et celles qui servent à demander quelque chose à l’allocutaire. »
(p. 31).
230 Evelyne Oppermann-Marsaux
Etant donné que nos deux marqueurs apparaissent à des périodes
différentes du français, nous nous appuierons sur des occurrences représentant une diachronie relativement étendue, allant de 1400 à 18004. En
effet, le marqueur dis/dites-moi est attesté, dès le français médiéval, dans des
contextes comme (1), où il précède un énoncé syntaxiquement autonome5 :
(1)« Or, sui ge, fait Ysaÿe, plus courchiés du chevalier que devant et, se Dieux m’et,
ce poyse moy. Mais, dy moy, a il nul enffant ? – Certes, fait il, sy a ung… » (Ysaÿe
le triste, 1400, p. 42)
En ce qui concerne di/dites donc, sa formation est en revanche plus tardive :
lorsque l’impératif de dire apparaît en français médiéval en association
avec donc, et qu’il ne correspond pas à un verbe régissant, il s’agit soit d’un
emploi absolu comme dans (2)
(2)…Ysaÿe leur dist : « Beau seigneur, s’il vous plaisoit ung pau a entendre a my, je
croy que ce serroit vostre pourfit. – Dittes donc, font il. – Vollentiers, dist Ysaÿe. »
(Ysaÿe le triste, 1400, p. 113)
soit d’un emploi à l’intérieur de la séquence dis-moi donc, comme dans (3)
(3) Anselme : Di moy dont, que paieras tu a Dieu pour ton pechié ?
Boso : Je douray a Dieu penitance, contricion de cuer, humiliacion et abstinence et maintes manieres de labours de corps, misericorde en donnant
et pardonnant, et vraie obbeissance.
(Crapillet Pierre, Cur Deus homo de arrha animae, 1450, p. 196, livre I, chap. XVI).
Dans le corpus Frantext, les premières occurrences de « Dis/dites donc +
énoncé syntaxiquement autonome » datent du XVIIe siècle, où elles
restent toutefois sporadiques.
4
5
Nos occurrences proviennent toutes de la base Frantext, et, pour la période 1400–
1500, de la base du Dictionnaire du Moyen Français – DMF (base textuelle initiale
consultée à partir de Frantext).
L’exemple (1) relève du moyen français, mais on peut trouver, sporadiquement,
des occurrences similaires dès l’ancien français : « Di moi, vassal, fait l’emperere, /
comment osa li fius ton pere / me honte querre et porcachier ? » (Gautier d’Arras,
Eracle, 1180, v. 4901-03).
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
231
(4) Spitridate : …Un amant avoué renverse tous obstacles :
Tout lui devient possible, il fléchit les parents,
Triomphe des rivaux, et brave les tyrans.
Dites donc, m’aimez-vous ?
Elpinice : Que ma soeur est heureuse. (Corneille Pierre, Agésilas, 1682, acte 4,
scène 1)
Si la période du français préclassique (1550–1650)6 s’avère importante
pour l’évolution du marqueur dis/dites-moi, comme nous le verrons plus
loin, celle de dis/dites donc ne pourra par conséquent s’observer qu’à partir
du français classique.
1. Cadre théorique
L’analyse de nos données s’inscrit dans le cadre de la pragmaticalisation.
Ce terme, introduit par Erman et Kotsinas (1993) et repris dans des
études récentes, notamment par Dostie (2004) et Dostie & Pusch (2007),
désigne une évolution par laquelle une unité lexicale (ou grammaticale)
change de catégorie et de statut pour devenir une unité pragmatique,
dont le rôle est prioritairement discursif. Dans le cadre de notre étude,
il s’agira par conséquent d’observer le changement de statut de l’unité
lexicale dis/dites (à l’intérieur des séquences dis/dites-moi et dis/dites donc), en
tenant compte en particulier du maintien (ou non) du sémantisme verbal
premier7 ainsi que de la valeur directive d’origine (liée à l’emploi de l’impératif), et donc de sa fonction d’appel. Nous ne tiendrons pas compte ici
du critère de la décatégorisation, permettant de rendre compte de la perte
ou de la neutralisation des marques morphologiques (ici des morphèmes
6
7
Nous reprenons cette périodisation à Combettes & Marchello-Nizia (2010).
Ce critère de la « désémantisation » n’implique pas un appauvrissement du sens de
l’unité considérée, mais s’accompagne souvent de l’apparition de valeurs sémantiques plus abstraites et plus difficiles à décrire : nous suivons ici Dostie, qui souligne qu’ « en se pragmaticalisant, une unité devient souvent sémantiquement plus
complexe » (2004, p. 39).
232 Evelyne Oppermann-Marsaux
verbaux) : pour nos marqueurs, ce critère n’est en effet pas pertinent, dans
la mesure où la variation dis/dites reste toujours liée à la présence de tu ou
de vous dans le discours.
Etant donné que la pragmaticalisation est présentée comme un processus graduel et progressif, on pourra poser l’hypothèse que nos deux
marqueurs discursifs sont susceptibles d’avoir différents emplois, témoignant d’un degré de pragmaticalisation plus ou moins avancé.
2. Données distributionnelles
Nous considérons dis/dites-moi et dis/dites donc comme des marqueurs discursifs lorsqu’ils ne peuvent pas être analysés comme des verbes régissants et se trouvent par conséquent juxtaposés à des énoncés autonomes.
Dis/dites-moi et dis/dites donc deviennent alors des éléments facultatifs à l’intérieur du discours dans lequel ils figurent : ils peuvent y être supprimés
sans que cela affecte la structure syntaxique ni le sens de l’énoncé sur
lequel ils portent. Cela se vérifie dans (1) et dans (4).
2.1. Distribution de dis/dites-moi
Ce marqueur discursif accompagne, à quelques exceptions près8, un énoncé interrogatif, auquel il est en principe antéposé, comme dans (1). Il peut
toutefois aussi figurer en incise ou en postposition :
(5)Dom Juan, apercevant Charlotte : Ah ! ah ! d’où sort cette autre paysanne, Sganarelle ?
As-tu rien vu de plus joli ? et ne trouves-tu pas, dis-moi, que celle-ci vaut bien
l’autre ?
Sganarelle : Assurément. Autre pièce nouvelle. (Molière, Dom Juan, 1673, acte 2,
scène 2)
8
Nous renvoyons à la note 9 ainsi qu’à l’exemple (22).
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
233
(6) La femme : N’avés vous pas un bien parfaict amant ?
La seconde fille : Le plus parfaict dessoubz le firmament.
La femme : Il n’ayme rien plus que vous, dictes moy ?
La seconde fille : Madame, non : il tient ferme sa foy.
(Navarre Marguerite de, Comédie du parfait amant, 1549, scène 1)
Conformément aux constats de Pitavy (2005), dis/dites-moi peut être accompagné
–
d’une interjection dans son contexte gauche immédiat :
(7)Hé, dis-moi, elle ne demeureroit pas dans ce château que tu dis, où il y a un
soldat qui a une arbalète ? (Sedaine Michel-Jean, Richard Coeur de Lion, 1786,
acte 1, scène 1)
–
d’un élément « atténuateur », qui apparaît en général dans son
contexte droit immédiat :
(8) Le marquis : Dis-moi un peu, Chevalier, crois-tu que Lysandre ait de l’esprit ?
Dorante : Oui sans doute, et beaucoup. (Molière, La Critique de l’École des femmes,
1663, scène 5)
Si l’on prend en compte les contextes plus larges dans lesquels s’inscrivent
les occurrences de « dis/dites-moi + interrogative », deux types d’emplois
peuvent être dégagés pour notre marqueur :
–
–
« Dis/dites-moi1 + interrogative » figure en contexte dialogal, suscitant
en principe une réponse verbale de la part de son allocutaire. C’est le
cas dans les occurrences citées jusqu’à présent. Notons que l’énoncé
interrogatif sur lequel porte le marqueur discursif peut alors correspondre à une véritable demande d’information, comme dans (1) et
(8), où représenter une demande de confirmation, comme dans (5),
(6) et (7).
« Dis/dites-moi2 + interrogative » figure en contexte monologal, dans
le sens où le locuteur formule alors lui-même la réponse à la question
qu’il vient de poser. Dans notre corpus, cet emploi est attesté à partir
du milieu du XVIe siècle, période qui marque le début du français
préclassique :
234 Evelyne Oppermann-Marsaux
(9)
Dy moy, toy qui entends Latin, estoit il possible de bien traduire ce passage sans
une grande intelligence de Ciceron ? Or saiche donques qu’il est besoing et necessaire
à tout traducteur d’entendre parfaictement le sens de l’autheur, qu’il tourne d’une langue en
autre. Et sans cela, il ne peut traduire seurement et fidelement. (Dolet Estienne, La Maniere de bien traduire d’une langue en aultre / D’advantage de la punctuation de la langue
francoyse / Plus des accents d’ycelle, 1540, p. 14)
Nous montrerons plus loin que dis/dites-moi1 et dis/dites-moi2 prennent des
valeurs distinctes et correspondent de ce fait à des degrés de pragmaticalisation différents. On peut en effet noter dès à présent que seul un emploi
en contexte dialogal permet d’avancer que le marqueur discursif dis/ditesmoi maintient son sémantisme premier de [dire].
2.2. Distribution de dis/dites donc
Si dis/dites donc peut introduire, comme dis/dites-moi, un énoncé interrogatif, les occurrences relevées pour ce marqueur dans les textes du
XVIIIe siècle mettent aussi en évidence des propriétés distributionnelles
distinctes de celles que nous venons de relever pour dis/dites-moi. Nous
distinguerons ainsi trois emplois de dis/dites donc, liés à des traits contextuels différents :
–
dis/dites donc 1 est suivi d’un énoncé interrogatif pouvant correspondre à une demande d’information comme dans (4) ou à une demande de confirmation comme dans (10) ; il se rapproche alors de
dis/dites-moi1.
(10)J’aime ma fille, c’est mon unique héritière ; je veux faire son bonheur en la
donnant, non à un efféminé, mais à un honnête mari, qui l’aime de façon à la
préserver de l’envie, ou du besoin d’en aimer d’autres. Dis donc, est-ce qu’elle
ne te plaît pas ? – à moi, monsieur ? C’est une charmante demoiselle ! (Rétif de
la Bretonne Nicolas, La Vie de mon père, 1778, p. 35, livre 1er)
–
dis/dites donc 2 introduit un énoncé dont la forme n’est pas interrogative : il peut s’agir d’un énoncé déclaratif (11) ou d’un énoncé à valeur
injonctive (12) :
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
235
(11)Comme elle achevoit ces mots, une belle dame est entrée. J’ai compris que c’étoit
Obscurophile. Laure l’a mise au fait en deux mots. – ah bon dieu ! (s’est écriée
la danseuse)… mais il faut faire pendre cet homme-là ! … dis donc l’amie ? Je ne
remettrai plus les pieds chez toi, je t’en avertis : s’il y venoit encore, je mourrois de peur :
fi donc ! Un assassin ! Mais c’est horrible ! (Rétif de la Bretonne Nicolas, Le
Paysan perverti ou les Dangers de la ville, 1776, p. 61, 7e partie)
(12)…mon ami, qu’est-ce que vous me prendrez pour me mener au pont-tournant ? Mamselle, ce lui fis-je, vous êtes raisonnable. Oh, point-du-tout, ce
fit-elle, je veux faire marché. Eh bien, vous me donnerez vingt-quatre sols, la
pièce toute ronde… oui-dà, qu’ il est gentil avec ses vingt-quatre sols ! Il n’y
a qu’un pas. Je vous en donnerai douze : tenez, j’en mettrai quinze ; si vous
ne voulez pas, je prendrai une brouette… allons, mamselle, montez. Vous
donnerez de quoi boire… oh, pour cela non, ne vous y attendez pas : c’est
bien assez… eh mais ! Dites donc, l’homme, tirez vos vitres, il fait tout plein de
vent, (il ne souffloit pas) cela me défriseroit ; et ma tante croiroit que j’ai été
je ne sais où. (Caylus Anne-Claude de, Histoire de Monsieur Guillaume, cocher,
1737, p. 12)
–
dis/dites donc 3 ne peut plus être considéré comme un élément introducteur dans le discours, mais forme un énoncé à lui tout seul. C’est le
cas dans (13) :
(13)Figaro : Suzanne, Suzanne ! où cours-tu donc si vite en quittant Monseigneur ?
Suzanne : Plaide à présent, si tu le veux ; tu viens de gagner ton procès. Elle
s’enfuit.
Figaro la suit. Ah ! mais, dis donc… (Beaumarchais Pierre-Augustin Caron
de, La Folle journée ou le Mariage de Figaro, 1785, acte 3, scène 10)
Ces propriétés distributionnelles laissent déjà entrevoir que les trois emplois de dis/dites donc qui s’y rattachent correspondent à trois étapes dans
la pragmaticalisation du marqueur discursif : seul dis/dites donc 1 témoigne
du maintien du sémantisme premier de [dire], et si la fonction d’appel liée
à l’emploi de l’impératif reste pertinente dans dis/dites donc 2, elle semble
devenir secondaire dans dis/dites donc 3.
236 Evelyne Oppermann-Marsaux
3. Analyse sémantico-pragmatique
3.1. Dis/dites-moi
Comme nous l’avons déjà constaté, dis/dites-moi est presque exclusivement
juxtaposé à un énoncé de forme interrogative.
3.1.1. Di/dites moi1
Lorsque le marqueur discursif associé à l’énoncé interrogatif appelle une
réponse verbale de la part de l’allocutaire, nous avons affaire à di/dites moi1 :
(1)« Mais, dy moy, a il nul enffant ? – Certes, fait il, sy a ung… » (Ysaÿe le triste, 1400,
p. 42)
Il ne s’agit alors que d’un marqueur faiblement pragmaticalisé, qui comporte le trait sémantique d’origine du verbe dire et ne se distingue de l’impératif injonctif « classique » que par son caractère facultatif à l’intérieur
de l’échange dans lequel il figure. En effet, sa suppression n’affecterait ni
la structure syntaxique ni le sens de l’énoncé
Mais a il nul enffant ? – Certes, fait il, sy a ung…,
contrairement à ce que l’on constate par exemple dans (14), où l’impératif
injonctif dy régit une proposition interrogative indirecte :
(14)« je te prie dy moy qui tu es qui es entré si soubdainement en ceste tour… » (Les
Chroniques admirables, 1534, p. 269, chap. 37)
Pitavy (2005) qualifie dis moi dans cet emploi d’ « auxiliaire pragmatique
d’interrogation directe » : le marqueur discursif attire l’attention de l’allocutaire sur la question posée, l’invite à la prendre en compte et à y répondre.
Nous retenons cette interprétation quelles que soient les propriétés de l’interrogative sur laquelle porte dis/dites moi1. Qu’il s’agisse d’une
question ouverte ou orientée vers une réponse attendue par le locuteur,
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
237
celui-ci attend une réaction verbale de son allocutaire, qui doit « dire »
quelque chose. Les occurrences telles que (6) et (7),
(6) La femme : N’avés vous pas un bien parfaict amant ?
La seconde fille : Le plus parfaict dessoubz le firmament.
La femme : Il n’ayme rien plus que vous, dictes moy ?
La seconde fille : Madame, non : il tient ferme sa foy.
(Navarre Marguerite de, Comédie du parfait amant, 1549, scène 1)
(7)
Hé, dis-moi, elle ne demeureroit pas dans ce château que tu dis, où il y a un
soldat qui a une arbalète ? (Sedaine Michel-Jean, Richard Coeur de Lion, 1786,
acte 1, scène 1)
où l’allocutaire est censé valider, par sa réponse, l’hypothèse avancée par
le locuteur9, soulignent cependant un autre trait caractéristique de dis/
dites moi1 : il figure en général dans un échange (que le locuteur souhaite)
consensuel.
Cet aspect est particulièrement mis en évidence lorsque l’interrogative (en général de polarité négative) sur laquelle porte le marqueur discursif implique une prise de position du locuteur, qu’il cherche alors à
faire partager à son allocutaire10. Nous le voyons dans (5)
9
10
Dans cet emploi, l’énoncé introduit par le marqueur discursif comporte, malgré sa
forme interrogative, des propriétés de la phrase déclarative : nous relevons l’ordre
S – V dans (6) et (7) et l’emploi du conditionnel à valeur épistémique dans (7).
D’autres modalisateurs à valeur épistémique peuvent être présents, cf. « Dites-moi,
vous avez à Colmar garnison, que je croi ? (Collin d’Harleville, Le Vieux célibataire,
1792, acte 4, scène 11) ; « Dis-moi, la jolie Baron l’aînée, est sans doute endoctrinée par
toi ? » (Rétif de la Bretonne Nicolas, Le Paysan perverti ou les Dangers de la ville, 1776,
3e partie, p. 9–10). Mais, de par sa ponctuation, l’énoncé introduit par dis/dites-moi
n’est que très rarement déclaratif : « Hé, dis-moi un peu : il me semble avoir distingué
quelquefois ta Céphalide entre ses compagnes. – oui, mon père, on la distingue aisément. » (Marmontel Jean-François, Contes moraux, t. 3, 1761, Les mariages samnites).
Il ne s’agit alors plus d’une demande de confirmation mais d’une véritable question rhétorique, caractérisée par « l’inversion de polarité qui s’opère entre la forme
grammaticale de l’interrogation telle qu’elle est formulée et la proposition par laquelle on peut rendre compte du sens suggéré » (Borillo, 1981, p. 2) ; elle n’est
nullement employée « pour marquer un doute et provoquer une réponse mais pour
indiquer au contraire la plus grande persuasion et défier ceux à qui l’on parle de
pouvoir nier ou même répondre. » (ibid.).
238 Evelyne Oppermann-Marsaux
(5)Dom Juan, apercevant Charlotte : Ah ! ah ! d’où sort cette autre paysanne, Sganarelle ?
As-tu rien vu de plus joli ? et ne trouves-tu pas, dis-moi, que celle-ci vaut bien
l’autre ?
Sganarelle : Assurément. Autre pièce nouvelle. (Molière, Dom Juan, 1673, acte 2,
scène 2)
ainsi que dans (15) et (16), également sous la plume de Molière :
(15)Angélique : Dis-moi un peu, ne trouves-tu pas, comme moi, quelque chose du
Ciel, quelque effet du destin, dans l’aventure inopinée de notre connoissance ?
Toinette : Oui. (Molière, Le Malade imaginaire, 1673, acte 1, scène 4)
(16) Alain : Je m’en vais te bailler une comparaison,
Afin de concevoir la chose davantage.
Dis-moi, n’est-il pas vrai, quand tu tiens ton potage,
Que si quelque affamé venoit pour en manger,
Tu serois en colère, et voudrois le charger ?
Georgette : Oui, je comprends cela.
Alain : C’est justement tout comme :
La femme est en effet le potage de l’homme ;…
(Molière, L’École des femmes, 1663, acte 2, scène 3)
La stratégie de persuasion du locuteur peut toutefois être plus complexe :
dis/dites moi1 introduit alors une première interrogation, qui est immédiatement suivie d’une question rhétorique orientant vers la réponse attendue :
(17)Nicot : Je ne sçay à quel propos tu perseveres tant en ton obstination.
Or dy moy, faisons nous honestement quand nous desrobons le bien d’autruy, ou quand nous
le ravissons par force et violence ? n’est-ce pas contre nature et contre raison de s’enrichir en
endommageant les autres ?
Aubert : Ce sont nos loix qui nous font croire ces resveries … (Brués Guy
de, Les Dialogues de Guy de Brués contre les nouveaux académiciens, 1557, p. 204, 2.
dialogue)
(18)
Di-moi, que serions-nous si nous n’aimions plus ? Eh ! Ne vaudroit-il pas mieux cesser
d’être que d’exister sans rien sentir, et pourrois-tu te résoudre à traîner sur la terre l’insipide
vie d’un homme ordinaire, après avoir goûté tous les transports qui peuvent ravir une âme
humaine ?(Rousseau Jean-Jacques, La Nouvelle Héloïse, 1761, 2de partie)
Même si le locuteur attend encore, dans ces deux exemples, un acquiescement (verbal) de la part de son allocutaire, acquiescement qu’il n’obtient
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
239
d’ailleurs pas toujours, on remarque en même temps qu’il ne lui pose plus
véritablement de question : il ne cherche plus à obtenir la validation d’une
hypothèse qu’il avance mais souhaite convaincre son allocutaire du bienfondé de ses actions et de ses opinions.
3.1.2. Dis/dites-moi2
A côté de ces emplois, on commence à rencontrer, à partir du milieu du
XVIe siècle, c’est-à-dire à une période qui marque le passage du moyen
français au français préclassique, des occurrences de « dis/dites-moi + interrogative » dans lesquelles le locuteur ne laisse cette fois plus la possibilité
à son allocutaire de formuler une réponse verbale : la réponse souhaitée,
impliquée par l’interrogation (qui correspond, là encore, à une question
rhétorique), est alors exprimée, dans la suite du discours, par le locuteur
lui-même, comme nous l’avons déjà noté dans (9) :
(9)
Dy moy, toy qui entends Latin, estoit il possible de bien traduire ce passage sans
une grande intelligence de Ciceron ? Or saiche donques qu’il est besoing et necessaire
à tout traducteur d’entendre parfaictement le sens de l’autheur, qu’il tourne d’une langue en
autre. Et sans cela, il ne peut traduire seurement et fidelement. (Dolet Estienne, La
Maniere de bien traduire d’une langue en aultre / D’advantage de la punctuation de la langue
francoyse / Plus des accents d’ycelle, 1540, p. 14)
Nous trouvons un enchaînement semblable, c’est-à-dire « marqueur discursif + interrogation positive orientée vers une réponse négative + réponse négative », dans les occurrences suivantes :
(19)
Dittes-moy, que peuvent nos princes sans luy ? Rien. Le roy de Navarre est le
plus fort, quand nous nous réconcilierons les uns avec les autres. (Lucinge
René, Dialogue du François et du Savoysien, 1593, p. 236)
(20) Jamais l’homme, dis-moy, vit-il la beste folle,
sacrifier à l’homme, adorer son idole,
lui venir, comme au dieu des saisons et des vents,
demander à genoux la pluie, ou le beau temps ?
Non. Mais cent fois la beste a vû l’homme hypochondre,
adorer le metal que lui-mesme il fit fondre :
a vû dans un pays les timides mortels
trembler aux pieds d’un singe assis sur leurs autels
(Boileau-Despréaux Nicolas, Satires, 1701, p. 114, satire 8)
240 Evelyne Oppermann-Marsaux
(21) Di-moi, mon enfant, l’âme a-t-elle un sexe ? En vérité, je ne le sens guère à la mienne.
(Rousseau Jean-Jacques, La Nouvelle Héloïse, 1761, 2de partie, p. 269–270)
Nous avons, dans ce cas de figure, affaire à dis/dites-moi2 , dont l’apparition
est liée à un discours à caractère monologal : le locuteur construit alors
lui-même l’échange « question-réponse », sans laisser à son interlocuteur
la possibilité d’intervenir. Dis/dites-moi2 correspond ainsi à un degré de
pragmaticalisation plus avancé que dis/dites-moi1 : contrairement à ce-dernier, il témoigne de la perte du sémantisme premier du verbe, l’interlocuteur n’ayant plus rien à dire…
La valeur de dis/dites-moi devient alors plus abstraite : nous pouvons
comprendre que le marqueur discursif attire dans nos derniers exemples
en premier lieu l’attention sur la réponse du locuteur à la question posée,
réponse déjà impliquée par la question rhétorique, puis explicitée et que
l’allocutaire est censé considérer comme juste et pertinente. Il arrive alors,
sporadiquement, que le marqueur discursif introduise un discours exclusivement déclaratif, comme dans (22) :
(22)Ne t’afflige donc point de faire plus tost ce que quelques-uns de tes compagnons feront plus tard : leur condition est plus déplorable que la tienne ; car si
la mort est un mal, elle n’est mal qu’à ceux qui ont à mourir ; et ils seront au
prix de toy, qui n’as plus qu’une heure entre cy et là, cinquante ou soixante ans
en estat de pouvoir mourir ; et puis, dis-moy, celuy qui n’est pas né n’est pas malheureux. Or tu vas estre comme celuy qui n’est pas né ; un clin-d’oeil après la vie, tu seras ce
que tu estois un clin-d’oeil devan ; et ce clin-d’oeil passé, tu seras mort d’aussi long-temps que
celuy qui mourut il y a mille siècles :… (Cyrano de Bergerac, Les Estats et empires du
soleil, 1655, p. 161)
Son sémantisme verbal pourrait alors se rapprocher à « penser » / « juger », valeurs attestées pour le verbe dire dans la langue du XVIIe s11. Quoi
qu’il en soit, dis/dites-moi2 continue, comme dis/dites-moi1, à garder une fonction d’appel, une valeur directive grâce à laquelle le marqueur discursif
11
Cf. « Dire, Se prend aussi quelquefois pour, Juger. Les avis sont si partagez sur cette affaire
qu’on n’en sçait que dire », Dictionnaire de l’Académie française, 1ère éd. 1694. – Le Dictionnaire
de la langue française (1872–77) d’E. Littré mentionne le sens de « juger, penser, être
tenté de croire », avec, entre autres les exemples « Qu’en dites-vous ? Que dira-t-on
de vous ? » (La Fontaine, Fab. VII, 7) et « Qui l’eût dit ? ».
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
241
conserve un lien avec la valeur impérative de la forme verbale d’origine :
quel que soit le contexte d’emploi de dis/dites-moi, il s’agit toujours d’un
marqueur discursif qui sert à interpeller l’allocutaire, à attirer son attention
sur le discours qui suit afin de lui faire adopter une attitude particulière.
3.2. Dis/dites donc
Tout comme dis/dites-moi, le marqueur discursif dis/dites donc connaît différents emplois. Et même s’il apparaît plus tardivement dans notre corpus
que dis/dites-moi, nous verrons que sa pragmaticalisation est, dès le XVIIIe
siècle, plus avancée que celle de notre premier marqueur.
3.2.1. Dis/dites donc1
Lorsque le marqueur discursif correspond à dis/dites donc 1, il est juxtaposé à
un énoncé interrogatif autonome, sur lequel il attire l’attention de l’allocutaire. Comme pour dis/dites-moi1, il s’agit d’un emploi faiblement pragmaticalisé du marqueur discursif, qui maintient le sens initial du verbe dire. Nous
l’interprétons donc également comme un « auxilaire pragmatique d’interrogation directe ». L’interrogation sur laquelle porte dis/dites donc1 peut alors
correspondre à une véritable demande d’informations, comme dans (4) :
(4) Spitridate : …Un amant avoué renverse tous obstacles :
Tout lui devient possible, il fléchit les parents,
Triomphe des rivaux, et brave les tyrans.
Dites donc, m’aimez-vous ?
Elpinice : Que ma soeur est heureuse. (Corneille Pierre, Agésilas, 1682, acte 4,
scène 1)
ou représenter davantage une demande de confirmation, comme dans (10) :
(10)J’aime ma fille, c’est mon unique héritière ; je veux faire son bonheur en la
donnant, non à un efféminé, mais à un honnête mari, qui l’aime de façon à la
préserver de l’envie, ou du besoin d’en aimer d’autres. Dis donc, est-ce qu’elle
ne te plaît pas ? – à moi, monsieur ? C’est une charmante demoiselle ! (Rétif de
la Bretonne Nicolas, La Vie de mon père, 1778, p. 35, livre 1er)
242 Evelyne Oppermann-Marsaux
Dans les deux cas de figure, dis/dites donc 1 appelle bien une réponse verbale
de la part de l’allocutaire, et une commutation avec dis/dites moi1 nous paraît ici tout à fait envisageable.
Notons toutefois que, contrairement à dis/dites moi1, qui implique (ou
qui vise) une relation consensuelle entre les interlocuteurs, dis/dites donc 1 peut
traduire, avec l’énoncé qu’il accompagne, la surprise voire l’agacement du
locuteur face à un discours antérieur de son interlocuteur. Nous le voyons
dans (23), où la locutrice souligne d’ailleurs qu’elle est « bien ébahie ».
(23) Une autre [femme] : On ne vous prendra jamais pour un astre.
Lina : Tredame, ni vous non plus pour une étoile.
Une femme : Tenez, ce petit étourneau, avec son caquet.
Madame Sorbin : Ah ! pardi, me voilà bien ébahie ; eh ! dites donc, vous autres
pimbêches, est-ce que vous croyez être jolies ?
Une autre : Eh ! mais, si nous vous ressemblons, qu’est-il besoin de s’enlaidir ?
Par où s’y prendre ? (Marivaux, La Colonie, 1750, scène 9)
Même si l’énoncé introduit par le marqueur discursif prend la forme d’une
interrogation totale, aucune réponse affirmative (ou négative) n’est attendue ici : la réplique de Madame Sorbin équivaut à une insulte (vu qu’elle
implique l’affirmation vous n’êtes pas jolies) et suscite, de ce fait, une réaction
tout aussi insultante.
3.2.2. Dis/dites donc2
Lorsque dis/dites donc n’est pas employé en corrélation avec un énoncé interrogatif, cette attitude négative du locuteur face à son allocutaire est
régulièrement présente. Nous le constatons dans (11), où le marqueur discursif introduit une affirmation,
(11)Comme elle achevoit ces mots, une belle dame est entrée. J’ai compris que c’étoit
Obscurophile. Laure l’a mise au fait en deux mots. – ah bon dieu ! (s’est écriée
la danseuse)… mais il faut faire pendre cet homme-là ! … dis donc l’amie ? Je ne
remettrai plus les pieds chez toi, je t’en avertis : s’il y venoit encore, je mourrois de peur :
fi donc ! Un assassin ! Mais c’est horrible ! (Rétif de la Bretonne Nicolas, Le
Paysan perverti ou les Dangers de la ville, 1776, p. 61, 7e partie)
ainsi que dans (12) et (24), où il accompagne un énoncé à valeur injonctive.
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
243
(12)…mon ami, qu’est-ce que vous me prendrez pour me mener au pont-tournant ? Mamselle, ce lui fis-je, vous êtes raisonnable. Oh, point-du-tout, ce
fit-elle, je veux faire marché. Eh bien, vous me donnerez vingt-quatre sols, la
pièce toute ronde… oui-dà, qu’ il est gentil avec ses vingt-quatre sols ! Il n’y a
qu’un pas. Je vous en donnerai douze : tenez, j’en mettrai quinze ; si vous ne
voulez pas, je prendrai une brouette… allons, mamselle, montez. Vous donnerez de quoi boire… oh, pour cela non, ne vous y attendez pas : c’est bien
assez… eh mais ! Dites donc, l’homme, tirez vos vitres, il fait tout plein de vent, (il
ne souffloit pas) cela me défriseroit ; et ma tante croiroit que j’ai été je ne sais
où. (Caylus Anne-Claude de, Histoire de Monsieur Guillaume, cocher, 1737, p. 12)
(24)Suzon : À quelle heure que vous vienrez me prendre, pour que je me tienne
prête ? Janot : À huit heures. Mais, dites donc, faut pas aller avec ce guernadier de
l’aute jour. J’ai toujours peur qu’il me racole, avec ses crocs. C’est de la mauvaise
compagnie, ça ; et vous savez ben le proverbe : Dis-moi qui tu hantes, je te
dirai qui tu fréquentes… (Dorvigny, Les Battus paient l’amende, 1779, scène 5)
A chaque fois, le locuteur s’oppose ici, par le biais de dis/dites donc 2 , au
comportement (ici non verbal) de son allocutaire : à l’attitude de Laure
dans (11), à la négligence du cocher dans (12) et aux fréquentations de
Suzon dans (24). On peut avancer que dis/dites donc 2 est plus pragmaticalisé
que le dis/dites donc 1 des exemples précédents, vu qu’il n’est plus compatible avec le maintien du sémantisme premier du verbe dire. Comme dis/
dites-moi2 , il semble alors renvoyer, de manière plus abstraite, à la prise
en considération, par l’allocutaire, du discours dans lequel il figure. Le
marqueur discursif conserve en revanche sa fonction d’appel, sa valeur
directive : l’allocutaire est censé se conformer à la demande explicitée ou
impliquée par l’énoncé qu’introduit dis/dites donc 2 .
3.2.3. Dis/dites donc3
Dans un troisième groupe d’occurrences enfin, dis/dites donc n’introduit
plus d’énoncé – interrogatif ou autre – mais constitue un énoncé à lui tout
seul. C’est le cas de dis/dites donc 3, que nous rencontrons dans (13) et (25) :
(13)Figaro : Suzanne, Suzanne ! où cours-tu donc si vite en quittant Monseigneur ?
Suzanne : Plaide à présent, si tu le veux ; tu viens de gagner ton procès. Elle
s’enfuit.
Figaro la suit : Ah ! mais, dis donc… (Beaumarchais Pierre-Augustin Caron
de, La Folle journée ou le Mariage de Figaro, 1785, acte 3, scène 10)
244 Evelyne Oppermann-Marsaux
(25) Charle suivant des yeux sur l’arbre généalogique : Arrêtez donc un peu.
Je vois plus près, tout seul, Pierre Armand, un neveu :
Il exclut les cousins ; la chose paroît claire.
Le deuxième cousin : Embarrassé Oui ; mais… frère, dis donc…
Le grand cousin : Nous ne le craignons guère.
(Collin d’Harleville, Le Vieux célibataire, 1792, acte 2, scène 14)
On peut rattacher à cet emploi également (26) :
(26)Enfin je me rends un samedi saint pour dîner. Ma chère tante m’annonce
qu’elle est forcée de sortir et qu’elle ne reviendra qu’à huit heures et demie ;
qu’une assemblée de charité, un sermon, une quête et toute la simagrée sont
pour elle d’une obligation indispensable (car, par contenance, la bonne dame
place l’ordre dans le temple de Dagon). Je peste, je me fâche… on se flatte d’
un jour de bonheur… on est cruellement abusé. – la bonne dame me console
avec attendrissement… eh bien ! Mon petit, ne te fâche pas ; je m arrangerai
pour souper avec toi, et puis…hein ? … dis donc, petit fripon ! … mais je ne
veux pas que tu sortes. Julie restera avec toi, et vous ferez de la musique…
(Mirabeau Honoré de, Le Libertin de qualité, ou Ma conversion, 1783, p. 33)
Malgré ces propriétés distributionnelles différentes, la valeur expressive
négative reste présente ici comme dans dis/dites donc 2 : elle est cette fois traduite par le marqueur discursif seul et non plus par la séquence « marqueur
discursif + affirmation / injonction ». Dis/dites donc 3 révèle ainsi l’étonnement, voire l’agacement du locuteur face à l’attitude de son interlocutrice
dans (13), sa surprise et son embarras face aux révélations que l’on vient
de lui faire dans (25). Dans (26), où le dialogue entre les deux personnages
n’est pas rapporté dans son intégralité (ce que suggèrent les points de suspension), on peut faire l’hypothèse que « dis donc, petit fripon » fait suite et
s’oppose à une demande non retranscrite du narrateur. Dans nos exemples,
la subjectivité du narrateur également soulignée par la présence d’interjections (Ah ! (13), hein ? (26)), par la nature du terme d’adresse employé ( petit
fripon dans (26)), ainsi que par les didascalies (Embarrassé dans (25)).
En nous appuyant sur l’analyse de Dostie (2004), nous pouvons avancer que dis/dites donc 3 correspond au degré de pragmaticalisation le plus
avancé de notre marqueur discursif : après la perte du sémantisme premier de [dire] constatée pour dis/dites donc 2 , dis/dites donc 3 témoigne de plus
d’un affaiblissement de la valeur directive (liée à la présence de l’impératif)
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
245
pour traduire prioritairement une valeur expressive et devenir ainsi en premier lieu un marqueur discursif centré sur la subjectivité de son locuteur.
Conclusion
Cette comparaison rapide des emplois de dis/dites donc et de dis/dites-moi du
français médiéval au français classique met ainsi en évidence que dis/dites
donc est un marqueur discursif plus pragmaticalisé que dis/dites-moi, alors
qu’il apparaît plus tardivement dans la langue que ce dernier. Les deux marqueurs discursifs attestent bien, dans certains de leurs emplois (dis/dites-moi2,
dis/dites donc 2), de la perte du sémantisme d’origine du lexème verbal pour
laisser la place à une valeur sémantique plus abstraite, dont nous faisons
l’hypothèse qu’elle pourrait être glosée par « considérer » ; mais seul dis/dites
donc, à travers les emplois de dis/dites donc3, se révèle de plus compatible avec
l’affaiblissement de la fonction d’appel liée à la forme impérative de dire.
Parallèlement à ce constat, les contextes d’emplois de dis/dites donc et de
dis/dites-moi suggèrent encore d’autres différences pragmatico-énonciatives
entre ces deux marqueurs discursifs : les situations d’énonciation dans lesquelles nos marqueurs s’inscrivent n’ont en effet pas toujours les mêmes
propriétés.
Ainsi, dis/dites donc est employé dans des dialogues de théâtre, comme
par exemple dans (4) et (23), ou dans des dialogues rapportés enchâssés
dans un récit, ce que l’on observe dans (11) et (26) : dans tous les cas, les
contextes d’emploi du marqueur rendent compte d’une énonciation directe,
impliquant la co-présence des interlocuteurs dans la même situation d’énonciation. Les échanges cités nous permettent aussi d’avancer l’hypothèse que
dis/dites donc, lorsque le sémantisme premier de [dire] s’estompe, caractérise
en premier lieu des discours familiers : c’est ce que suggèrent en particulier
(12) et (24), mais aussi l’occurrence de (13), prononcée par un domestique et
(26), à cause de la juxtaposition au terme d’adresse « petit fripon ».
Les emplois de dis/dites-moi, en revanche, ne semblent nullement représentatifs d’un niveau de langue particulier ni limités à une énonciation
246 Evelyne Oppermann-Marsaux
directe impliquant la co-présence des interlocuteurs12. Lorsque le locuteur
emploie dis/dites-moi non plus dans l’attente d’une réponse verbale de son
interlocuteur mais pour lui imposer son propre point de vue (dis/ditesmoi2), le marqueur apparaît en effet surtout dans des discours qui sont
représentatifs d’une énonciation écrite : c’est notamment le cas de (9) et
(20), dans lesquels seuls le point de vue du locuteur est rapporté et où
l’allocutaire n’a donc plus de droit de réponse, ainsi que de (18) et (21), qui
relèvent du style épistolaire et, de ce fait, obligatoirement d’une énonciation différée, la réponse de l’allocutaire ne pouvant intervenir qu’ultérieurement, dans un autre temps d’énonciation.
Tout en témoignant d’un degré de pragmaticalisation moins important que dis/dites donc, dis/dites-moi apparaît donc dans des contextes d’emplois plus diversifiés que ce dernier ; mais seul dis/dites donc, dont l’emploi
est véritablement lié à un contexte dialogal, est susceptible de correspondre
à la marque d’une certaine spontanéité de son locuteur et de participer, à
ce titre, à la représentation d’un discours oral.
Références bibliographiques
Borillo, A. (1981), « Quelques aspects de la question rhétorique en français », DRLAV 25, p. 1–33.
Combettes, B. & Marchello-Nizia, Ch. (2010), « La périodisation en linguistique historique : le cas du français préclassique », Combettes, B.
et al. (éds), Le changement en français, Berne : Peter Lang, p. 129–141.
Dostie, G. (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique
et traitement lexicographique. Bruxelles, De Boeck-Duculot.
Dostie, G. & Pusch, C.D. (éds.) (2007), Langue française : Les marqueurs
discursifs 154, Paris, Armand Colin.
12
L’énonciation directe s’oppose à l’énonciation différée, « dont la caractéristique essentielle est […] que le temps de l’énonciation n’est plus commun au locuteur et à
l’allocutaire » (Perret, 1994, p. 12).
Dis/dites-moi, dis/dites donc : la naissance de deux marqueurs discursifs en français
247
Ducrot, O. & Todorov, T. (1972), Dictionnaire encyclopédique des sciences du
langage, Paris, Ed. du Seuil, coll. Points.
Erman, B. & Kotsinas, U.-B. (1993), « Pragmaticalization : the case of ba’
and you know », Studier i modern språkvetenskap 10, p. 76–93.
Oppermann-Marsaux, E. (2011), « Les emplois du marqueur discursif ‘di
va’ en ancien français », Sarda S., Carter-Thomas S., Fagard B. (éds),
Approches fonctionnelles de la structuration des textes, Discours n° 8 [en ligne],
<http://discours.revues.org/8162>.
Oppermann-Marsaux, E. (2012), « Le développement du marqueur discursif di de l’ancien français jusqu’au français classique », Guillot C.
et al. (éds), Le changement en français. Etudes de linguistique diachronique,
Berne, Peter Lang, p. 265–280.
Perret, M. (1994), L’Enonciation en grammaire du texte, Paris, Nathan, coll. 128.
Pitavy, J.C. (2005), « Allez, dis donc…: dire entre verbe et opérateur du discours en grec, latin et français », Revue de Sémantique et de Pragmatique
17, p. 137–150.
Sirdar Iskandar, Ch. (1983), « Allons ! », Semantikos 7,1, p. 28–44.
Base textuelle Frantext, ATILF – CNRS & Université de Lorraine.
<http://www.frantext.fr>
Le rayon complet des dictionnaires – ARTFL project (ATILF – CNRS & Université de Chicago) : artfl-project.uchicago.edu/content/dictionnaires-dautrefois
Des effets d’intensification attachés aux formules :
Je vous dis pas, C’est dire (si), Y’a pas à dire, Que dis-je,
Tu peux le dire
L aurent Perrin
Université de Paris-Est Créteil, Céditec, EA 3119
1. Introduction
La parenté des formules réunies dans le titre de cette étude tient à leurs
effets d’intensification. Elles ont pour vocation commune de déterminer
le haut degré d’intensité de ce que représente le contenu d’un énoncé dont
elles modalisent l’énonciation. Ces formules n’ont de sens que si ce contenu
représente un état de chose graduel, dont elles déterminent le haut degré.
Ainsi les énoncés comme : C’est grand (ou petit), je vous dis pas ; C’est dire
si c’est beau ; Il n’y a pas à dire (ou Tu peux le dire), ça fait plaisir… sont généralement compatibles avec un adverbe du haut degré d’intensité comme
très, vraiment, énormément, mais pas avec un adverbe atténuateur comme assez,
plutôt, un peu. Sauf effet rhétorique de litote ironique sur l’atténuateur, les
constructions comme : Ça fait *assez plaisir, je vous dis pas ; C’est dire si
il est *plutôt grand ; Il n’y a pas à dire (ou Tu peux le dire), il a *un peu
bu… ne sont pas recevables. Que dis-je impose quant à lui un effet de reprise
autocorrective de haut degré (Que dis-je un peu ? Il a beaucoup bu ; Que
dis-je il est grand ? Il est immense). Les constructions inverses (Que dis-je
il est immense ? Il est *grand) ne seraient pas recevables.
Comme marqueurs discursifs (ou énonciatifs) du haut degré, les formules en question interagissent, mais pour autant ne se confondent pas
avec les expressions d’intensité conceptuelle en quoi consistent les adverbes comme très, vraiment, beaucoup, énormément, ou avec toute autre expression lexicale notamment adjectivale comme immense, énorme, minuscule,
250 Laurent Perrin
consacrées à la détermination quantitative d’un haut degré d’intensité. Les
formules qui vont nous intéresser ne sont pas des expressions conceptuelles consistant à décrire le haut degré de telle ou telle propriété d’un état
de choses représenté au plan du contenu propositionnel de l’énoncé. Ce
sont des formules intensives que nous dirons externes à l’expression propositionnelle (au sens de Perrin 2015), émanant d’une attitude que manifeste
le locuteur à l’égard de son énonciation, de l’évaluation quantitative qui
s’y rapporte en l’occurrence, plutôt que de ce qui est simplement décrit au
plan du contenu. L’objectif de cette étude sera d’analyser ce qui caractérise
les effets d’intensification externe à l’expression propositionnelle attachés
à ces formules.
2. Cadre théorique
Pour ce faire, le cadre théorique élaboré s’appuiera sur ce qui oppose, selon
différents modèles linguistiques, deux dimensions complémentaires du
sens des énoncés, associées respectivement à ce qui par exemple est défini
comme procédural ou instructionnel (vs conceptuel ou vériconditionnel ), ou encore
à ce qui est parfois qualifié de modal (vs dictal ) au sens de Bally (1932), ou
sous un angle plus sémiotique, à ce qui est montré (vs dit) selon Wittgenstein
(1922) – repris par Ducrot (1984, 151), Kroning (1990, 2013), Nølke (1994,
114), entre autres –, plus techniquement à ce que nous définirons comme
indiciaire (vs symbolique) au sens de Peirce (1955). L’opposition peircienne
entre indice et symbole permet de rendre compte de ce qui caractérise les
expressions à sens montré que sont les formules énonciatives qui vont nous
intéresser, plus généralement de ce qui est énonciatif à l’intérieur du sens,
par opposition à ce qui est décrit symboliquement au plan du contenu
conceptuel ou propositionnel des énoncés.
J’ai tenté ailleurs de faire apparaître que le sens de certaines expressions ne relève pas (ou pas exclusivement, selon les cas) de la fonction dite
symbolique du langage, attachée à un sens littéral dénotatif ou conceptuel
saisissable hors contexte, sans tenir compte de l’événement en quoi consiste
Des effets d’intensification attachés aux formules
251
leur énonciation (Perrin 2013, 2014). La fonction des interjections notamment, mais aussi des adverbes de phrase, modalisateurs, connecteurs ou
autres marqueurs discursifs, n’est pas de représenter conceptuellement
un état de chose que l’expression dénote, mais de modaliser telle ou telle
propriété constitutive du fait même en quoi consiste l’énonciation d’un
énoncé dont relève cette expression en contexte. Je parle de formules énonciatives, dans un sens proche de celui défini par Anscombre (1985), pour
désigner un ensemble des marqueurs ou opérateurs discursifs consistant
à montrer, c’est-à-dire à instruire symptomatiquement les opérations sémantico-pragmatiques associées à l’énonciation d’un énoncé dont elles relèvent.
Les formules énonciatives ne sont pas des symboles (au sens peircien)
consistant à dénommer ou à décrire ce qui est censé exister par ailleurs (dans
un monde auquel ces expressions réfèrent), mais des indices consistant à
indexer conventionnellement, en vertu de leur présence matérielle, ce qui
par ailleurs est avéré contextuellement par l’énonciation effective d’une
proposition qu’elles servent à modaliser.
L’un des points à clarifier, autour duquel nous graviterons dans cette
étude, a trait au lien diachronique reliant cette force indiciaire des formules énonciatives à la force descriptive source dont elles procèdent généralement, dont elles ne se détachent que graduellement. Ce lien repose
sur ce qui a trait à la pragmatique dite intégrée (par Anscombre et Ducrot notamment), c’est-à-dire à l’intégration sémantique graduelle, dans
le sens linguistique conventionnel des expressions, de ce qui tient à un
sens pragmatique purement contextuel au départ. L’interjection chic ! par
exemple, comme indice conventionnel de la joie du locuteur qui l’énonce,
résulte diachroniquement de la valeur d’indice contextuel associée initialement au fait de dire que quelque chose est chic (en un sens descriptif
symbolique) en vue de montrer sa joie. Déchargée peu à peu de ce sens
descriptif source et de l’inférence contextuelle qui s’y rapporte, l’expression est devenue aujourd’hui une interjection, parfaitement détachée de la
notion conceptuelle dont elle procède, consistant désormais simplement
à instruire la joie du locuteur qui l’énonce. Mises à part quelques formules
d’origine onomatopéique issues d’une dérivation analogue1, la plupart des
1
L’interjection ouf ! comme formule de soulagement, par exemple, est issue d’un soupir interprété comme l’indice contextuel d’un soulagement du locuteur. Au terme
252 Laurent Perrin
marqueurs discursifs résultent d’un processus de figement diachronique
aboutissant au codage linguistique de la valeur indiciaire associée à l’énonciation d’une forme descriptive originelle. Au terme de cette dérivation
diachronique, qui correspond à la grammaticalisation de certains effets pragmatiques énonciatifs (Traugott 1982)2, l’expression a perdu à la fois ce qui
a trait le cas échant à sa force de rection syntaxique, et à la dénotation
sémantique qui s’y rapporte, au profit des instructions pragmatiques intégrées qu’elle instruit à l’arrivée.
Par-delà ce qui concerne l’ensemble des formules énonciatives –
qu’elles soient assimilables à des interjections, à des adverbes, à des locutions verbales, ou autre – l’objectif de cette étude sera d’examiner un
sous-ensemble de locutions centrées sur le verbe dire, dont la visée indiciaire est en l’occurrence d’intensifier le contenu d’un énoncé dont elles
modalisent l’énonciation.
3. Je vous dis pas
Qu’elles servent ou non à intensifier un contenu, les formules énonciatives
peuvent être rangées dans trois catégories distinctes, en fonction de l’environnement discursif que détermine leur portée. La première catégorie,
dont relève en l’occurrence Je vous dis pas, comprend l’ensemble des formules
modales que nous dirons simples, relatives à l’énonciation d’une séquence
discursive identifiée à un acte de langage appréhendé isolément. La plupart des modalisateurs épistémiques, appréciatifs ou expressifs relèvent de
cette première catégorie, que nous opposerons par la suite à une seconde
catégorie de formules énonciatives, ici représentée par C’est dire (si), Y’a pas
à dire, Que dis-je, dont relève plus généralement l’ensemble des connecteurs
2
de la dérivation diachronique dont elle procède, l’interjection n’a plus besoin aujourd’hui d’être reconnue comme l’onomatopée d’un soupir associé à une inférence
contextuelle ; elle fonctionne directement comme l’indice conventionnel d’un soulagement que manifeste le locuteur.
Certains parlent à ce sujet de pragmaticalisation.
Des effets d’intensification attachés aux formules
253
argumentatifs, et enfin à une troisième catégorie, dont relève notamment
Tu peux le dire, sur laquelle nous reviendront à la fin de cette étude.
3.1. Données distributionnelles associées à Je vous dis pas
En tant que formule modale à effets énonciatifs simples, Je vous dis pas s’articule à l’énonciation d’une séquence X prise comme un tout indépendant
(par opposition aux connecteurs abordés ultérieurement, impliquant une
relation X-Y entre au moins deux séquences discursives). Parmi d’autres
formules simples, assimilables à des indices du haut degré d’intensification,
généralement postposées à l’énonciation de X (comme Je vous dis que ça, C’est
moi qui vous le dis, etc.), Je vous dis pas (en gras dans nos exemples authentiques)
se caractérise en raison du fait qu’il peut soit préfacer l’énonciation de X (en
gras italiques), comme en (1) à (3) discutés ci-dessous, soit lui succéder pour
la qualifier rétroactivement, comme en (4) à (6) abordés ultérieurement.
Comme marqueur ou formule énonciative, Je vous dis pas ne consiste
pas (ou plus) aujourd’hui simplement à représenter un état de chose selon lequel le locuteur n’exprime pas, n’énonce pas, n’affirme pas ce que
dénomme une séquence régie par le verbe dire. La formule en question
s’est peu à peu affaiblie conceptuellement, et syntaxiquement détachée
de son complément verbal, pour en venir à qualifier symptomatiquement
les effets d’intensification associés à l’énonciation d’une séquence X dans
sa portée. Il apparaît cependant que cette évolution n’est pas à ce jour
suffisamment aboutie pour avoir engendré une formule intégralement détachée de son sens descriptif originel. La difficulté consistera donc à faire
la part de ce qui oppose et à la fois de ce qui relie ces deux dimensions du
sens de Je vous dis pas, respectivement descriptive et énonciative, qui sont
comme les deux faces d’une seule et même formulation.
C’est en position de préface, et lorsqu’il modalise de surcroît l’énonciation d’un syntagme nominal (SN), que le sens énonciatif de la formule
est sans doute le moins aisé à dissocier de ce qui est perçu intuitivement
comme son sens descriptif source. Dans le passage suivant, par exemple,
le sens énonciatif tient au fait que Je vous dis pas intensifie une évaluation
du prix dont il est question (susceptible d’être orientée vers le cher ou au
254 Laurent Perrin
contraire le bon marché), évaluation que beaucoup interprètent comme
l’implication indirecte d’un sens descriptif source selon lequel le locuteur
refuse de révéler le prix en question qu’il juge indécent :
(1) Je vous dis pas le prix, c’est indécent ! [<http://www.igeneration.fr>]
Comme formule énonciative, Je vous dis pas n’a de sens que s’il modalise
une énonciation comme exprimant le haut degré d’évaluation quantitative
d’un état de chose mesurable comme le prix en (1), ou plus généralement
de ce que représente une expression qualifiante comme le bordel en (2) :
(2)
Je vous dis pas le bordel s’ils gagnent la finale. [<http://mousa.dcs.gla.ac.uk>]
Dans un cas comme dans l’autre, quel que soit le rôle éventuel de son sens
descriptif résiduel, la formule n’est alors interprétable que si elle modalise
le haut degré d’intensité associé à l’énonciation d’une expression à effets
qualifiants (vs classifiants). Un énoncé comme Je vous dis pas le vélo, ou
la maison, par exemple, ne peut être interprété que comme exprimant le
haut degré d’intensité de telle ou telle propriété d’un vélo ou d’une maison
dont il est question3.
Les effets énonciatifs indiciaires dont relèvent les propriétés intensives de la formule peuvent être appréhendés à différents niveaux et
sous différents angles, par le biais de ce qui les oppose aux propriétés
strictement descriptives du verbe dire. Au plan de la cohérence discursive
d’abord, contrairement à ce qui semble être littéralement interprétable,
personne ne comprend que c’est de révéler le prix qui est présenté comme
indécent en (1). Et personne ne comprend que le locuteur s’engage à ne
pas ébruiter les débordements que pourraient provoquer la victoire dont
il est question en (2). Dans un cas comme dans l’autre, l’enchaînement
ne s’articule pas alors à un contenu descriptif selon lequel le locuteur ne
dit pas quelque chose, mais à une forme d’exclamation évaluative du haut
degré de cherté (ou au contraire de bon marché) en (1), de désordre en
(2), que détermine le simple fait d’énoncer l’expression le prix, ou le bordel.
3
Je vous dis pas la bécane ou la baraque seraient sans doute jugés plus naturels en
ce sens, compte tenu des connotations évaluatives attachées aux expressions dont
l’énonciation est alors modalisée.
Des effets d’intensification attachés aux formules
255
La portée de l’enchaînement atteste ici empiriquement du sens énonciatif
indiciaire de la formule.
Lexicalement, le sens énonciatif de Je vous dis pas tient au figement de
la formule, qui interdit bon nombre de manipulations usuelles sur le sens
descriptif correspondant de la formulation. Par exemple, il semble difficile
de réinsérer le ne de la négation dans le signifiant de la formule (Je ne vous
dis pas le prix, Je ne vous dis pas le bordel relèveraient ici de l’hypercorrection),
tout comme de supprimer le pronom personnel d’adresse. Si Je vous dis
pas autorise l’alternance tu/vous4, la suppression du pronom de deuxième
personne est en revanche impossible, sous peine soit de rétablir un sens
descriptif dépourvu d’effets intensifs ( Je dis pas le prix, Je dis pas le bordel ),
soit de créer une confusion avec le sens énonciatif d’autres formules5.
Syntaxiquement, l’affaiblissement de la force de rection normalement
attachée au verbe dire détermine la parenthétisation6 qui autorise le détachement de la formule par antéposition du SN, ou même tout bonnement
la suppression de la formule, ou son remplacement par une forme ou une
autre d’interjection. Ainsi une séquence de la forme : Le prix, je vous dis
pas, c’est indécent ! ou Le bordel, je vous dis pas, s’ils gagnent ! préserve le sens
de (1) et (2), contrairement à une dislocation ordinaire avec reprise pronominale du SN (Le prix, je ne vous le dis pas…), qui imposerait un sens
descriptif étranger à la formule. De même, la suppression pure et simple
de la formule, ou le fait de pouvoir lui substituer une interjection (dans le
cadre d’une séquence du genre : Le prix, nom de nom, c’est indécent !, ou Le
bordel, bon dieu, s’ils gagnent la finale !) n’atteint que superficiellement le sens
de (1) et (2). Sous un angle plus sémantique, on observe que l’énonciation
modalisée est alors systématiquement assortie d’une force exclamative,
dont attestent d’ailleurs explicitement de nombreux exemples comme le
suivant, agrémentés d’une interjection qui facilite d’autant l’application
des tests envisagés (suppression, détachement de la formule, etc.) :
4
5
6
Contrairement à d’autres formules, comme Tu l’as dit, Tu parles, par exemple, dont le
sens indiciaire n’autorise pas les variantes : *Vous l’avez dit, *Vous parlez (Perrin 2014).
Par exemple, dans le cadre d’un énoncé comme C’était le prix, je dis pas, la formule
modalise un sens concessif tout à fait dépourvu d’effets intensifs (Perrin 2014).
Sur l’affaiblissement de la rection verbale et la notion de verbe parenthétique, se référer à Blanche-Benveniste (1989). Voir aussi sur ce sujet Apothéloz (2003).
256 Laurent Perrin
(3)A h là là, je vous dis pas l’angoisse ! Je me croyais peinard, définitivement
au chaud sur mon île tropicale et puis voilà… [<http://www.heresy.com.hk/
creative/thailand.htm>]
De fait, ces diverses observations expliquent notamment que Je vous dis
pas apparaisse fréquemment en construction détachée, postposé à la séquence dont l’énonciation exclamative est modalisée, comme dans le passage suivant (où la formule intensifie les déboires du locuteur, représentés
par antiphrases en l’occurrence) :
(4)Il avait piqué dans un nerf ! La joie, je vous dis pas ! […] Beaucoup de séances
coûteuses mais peu de résultats. Il me demandait de faire des exercices : pointe
talon pointe talon, passionnant je vous dis pas… […] [Il m’a dit] Je n’ai
qu’une chose à vous dire : vous devez vivre avec ! Ça fait vachement plaisir à
entendre, je vous dis pas ! [<www.synostose.fr>]
En (4), Je vous dis pas modalise rétroactivement l’énonciation exclamative
d’un groupe nominal pour commencer (la joie), ensuite successivement
celle d’un participe à fonction attributive ( passionnant), et finalement d’une
proposition entière (Ça fait vachement plaisir à entendre). Il apparaît alors que
les propriétés catégorielles de l’expression dont l’énonciation est modalisée sont nettement plus libres que lorsque la formule précède. Contrairement à Je vous dis pas la joie, qui constitue une paraphrase satisfaisante de
ce qui est exprimé en (4), * Je vous dis pas passionnant, * Je vous dis pas ça fait
vachement… ne sont pas acceptables7. Comme si, en position de préface,
la formule devait en outre respecter certaines propriétés syntaxiques de
la construction descriptive dont elle relève, consistant à la base à régir un
complément du verbe dire.
3.2. Analyse sémantico-pragmatique
Or cette construction descriptive source, à quoi ressemblait-elle ? L’hypothèse générale qui dirige nos observations stipule que toute formule
énonciative résulte diachroniquement d’une assimilation (ou intégration)
7
Sauf à passer par une citation directe étrangère au sens de (4).
Des effets d’intensification attachés aux formules
257
linguistique – à force de répétitions et par le biais d’un genre de routine –
de la force pragmatique indiciaire associée à l’énonciation d’une forme
conceptuelle ou propositionnelle ordinaire à la base, interprétée par inférence contextuelle. Reste à déterminer quelle forme syntaxique, en quel
sens descriptif, et pour quelle inférence ou figure. Quel est pour commencer le complément syntaxique susceptible d’avoir été régi par le verbe
dire au départ ? Pourquoi notamment un SN complément du verbe dire en
(1) à (3), et pas une phrase subordonnée complétive comme Je vous dis pas
que c’était le prix, le bordel, l’angoisse ? Comment se fait-il que Je vous dis pas que
c’était la joie, ou que c’était passionnant, que ça fait plaisir semblent parfaitement
incompatibles avec ce qui est exprimé en (4) ? Existe-t-il tout bonnement
une seule et même forme descriptive source dont l’énonciation ait pu déclencher initialement une inférence contextuelle susceptible d’être à l’origine de la force intensive de Je vous dis pas comme formule énonciative ? A
défaut d’entreprendre l’examen minutieux de l’évolution diachronique des
emplois du verbe dire à la première personne du présent de l’indicatif assorti de la négation, rien n’interdit de formuler à ce sujet quelques hypothèses.
A la lumière de nos exemples (1) à (3) ou au début de (4), où Je vous
dis pas intensifie l’énonciation d’un SN, le sens de la formule semble à
première vue compatible avec l’énonciation d’une phrase descriptive exprimant simplement le renoncement du locuteur à dire ce que représente
ce SN. La formule pourrait donc être issue d’une figure de rhétorique
assimilable à une forme de prétérition (ou de réticence), déclenchant une
inférence du genre : « Si le locuteur dit qu’il ne dit pas ce que dénomme le SN,
c’est pour faire entendre que ce dont il est question est trop fort, trop énorme pour être
dit ». Le fait de dire qu’on ne dit pas quelque chose aurait ainsi fonctionné
d’abord comme un indice contextuel de l’énormité de ce dont le locuteur
ne parvient pas verbalement à rendre compte, indice qui serait devenu
peu à peu routinier, pour aboutir finalement au sens conventionnel de la
formule. Ainsi envisagée, la force d’intensification de l’expression était
purement contextuelle à la base, avant de s’être codée dans le sens indiciaire de la formule.
La difficulté d’une telle analyse (mais de taille) tient au fait qu’elle
se heurte à de nombreux contre-exemples comme en (4), où la formule
ne modalise pas rétroactivement l’énonciation exclamative d’un SN,
258 Laurent Perrin
mais d’un participe, ou même d’une proposition, par exemple, dont la
construction descriptive de base ne peut être ramenée ni à un SN, ni à
une phrase complétive. Une solution pourrait être de s’appuyer sur une
hypothèse de Marque-Pucheu (2014), pour analyser Je vous dis pas comme
issu de la réduction d’une subordination exclamative (ou percontative)
de la forme : Je vous dis pas comme… (ou à quel point…, ce que…,
si…). Dès lors, le cas paradigmatique du fonctionnement de Je vous dis pas
ne serait pas à chercher du côté de nos exemples (1) à (3), où la formule
modalise l’énonciation d’un SN, mais plutôt du côté d’exemples comme
les suivants, assimilables au simple renversement séquentiel d’une subordination de la forme : Je vous dis pas ce qu’on est content, Je vous dis pas quelle
affaire :
(5)Mais quand on réussit, ce qu’on est content, je vous dis pas !!! [<http://
www.berlol.net>]
(6)Il y avait tellement de neige que l’autoroute était bloquée et nous avons dû passer toute une nuit dans la voiture ! Quelle affaire ! Je vous dis pas ! [<http://
www.berlol.net>]
Vue sous cet angle diachronique, la force intensive de Je vous dis pas dans
nos exemples (1) à (3) ne serait pas dérivée contextuellement d’une phrase
où le verbe dire aurait consisté simplement à régir un SN, mais de la réduction d’une phrase plus complexe intégrant une subordonnée exclamative de la forme Je vous dis pas comme le prix est indécent, à quel point c’était
le bordel, ce que c’était l’angoisse. De même en (4), Je vous dis pas serait issu
d’une construction de la forme Je vous dis pas si c’était la joie, combien c’était
passionnant, comment ça fait plaisir… Loin de contredire l’analyse qui vient
d’être formulée, relative à une figure de prétérition originelle, le procédé
tiendrait dès lors plus précisément d’une forme de litote associée à la retenue du locuteur (au sens de Perrin 2015), face à l’énormité de ce dont
il cherche à rendre compte. De fait, en position de préface énonciative
comme en (1) à (3), Je vous dis pas semble aujourd’hui toujours compatible
avec une inférence du genre « Le locuteur n’ose dire le prix, car il est
trop élevé », « ne peut verbalement rendre justice au degré de bordel »,
« à l’angoisse abyssale ». Plutôt que d’un simple renoncement du locuteur à
représenter ce que dénomme un SN, Je vous dis pas serait aisni le fruit d’une
Des effets d’intensification attachés aux formules
259
construction exclamative indirecte, dont les effets d’intensité étaient initialement circonscrits à une subordination.
4. C’est dire si
A la différence de Je vous dis pas, C’est dire si n’est pas un modalisateur
simple, mais un connecteur argumentatif à effets intensifs. Contrairement aux formules modales simples, les connecteurs ne modalisent pas
les propriétés de l’énonciation d’un énoncé isolé, d’une clause discursive
identifiée à un acte de langage pris isolément, mais les propriétés relationnelles de l’énonciation d’une séquence à l’intérieur d’une période discursive complexe, d’une intervention (au sens de Roulet & al. 1985).
4.1. Données distributionnelles associées à C’est dire si
Au plan distributionnel, les connecteurs argumentatifs impliquent non
seulement l’énonciation d’une séquence discursive dont ils modalisent
telle ou telle propriété relationnelle, mais ce faisant celle d’au moins une
autre séquence, impliquée indirectement par la relation dont il est question. C’est dire si est un connecteur conclusif à effets intensifs consistant
ainsi à modaliser, non l’intensité d’une séquence discursive en soi comme
Je vous dis pas, mais celle d’une conclusion Y, et donc indirectement la force
d’un argument X explicite préalable. Les exemples suivants font apparaître que C’est dire si s’inscrit obligatoirement dans le cadre d’une période
discursive complexe de la forme [X. C’est dire si Y ], où l’énonciation d’une
conclusion Y (en gras et italiques) est modalisée comme renforcée par un
argument X préalable (en italiques maigres) :
(7)Je suis ancien combattant, militant socialiste, et bistrot. C’est dire si, dans ma vie,
j’en ai entendu, des conneries ! [Un idiot à Paris, film de Serge Korber, 1967,
dialogues de Michel Audiard]
260 Laurent Perrin
(8)[Selon l’AFP] le prince Georges « sera baptisé avec de l’eau du Jourdain – où Jésus a
été baptisé par Jean-Baptiste selon l’Evangile ». C’est dire si l’on prend les
choses au sérieux, à Buckingham. [<http://www.illustre.ch>]
Le haut degré d’intensification associé à l’énonciation de la conclusion Y
est dû alors à la force de l’argument X. Cette corrélation de force intensive
entre argument et conclusion se vérifie notamment par l’adéquation du
connecteur même en X, corrélativement à l’occurrence de C’est dire si en Y,
comme dans l’exemple suivant notamment :
(9)
Un paysan auvergnat ne reconnaît même pas comme frêne un plant de frêne produit en
Normandie… c’est dire si la génétique diffère ! [<www.semencemag.fr>]
Quel que soit l’exemple envisagé, si même n’apparaît pas explicitement en
X, il est toujours senti comme conforme à la cohérence de la période. En
(7) et (8), par exemple, l’ajout de même en X ( Je suis même ancien combattant…, Le Prince Georges sera même baptisé…) s’accorde à la cohérence de la
période. L’ajustement de même et C’est dire si s’explique en raison du fait que
si les instructions interprétatives qu’impose C’est dire si consistent à renforcer une conclusion Y corrélativement à un argument X préalable, les
instructions de même consistent réciproquement à renforcer un argument
X corrélativement à une conclusion Y. Un connecteur appelle l’autre, en
quelque sorte, comme pour expliciter chacun des pôles de l’articulation
d’intensité argumentative qu’ils instruisent.
4.2. Analyse sémantico-pragmatique
En ce qui concerne la construction descriptive source de C’est dire si, il ne
semble pas déraisonnable de s’interroger à nouveau – toujours à la suite de
Marque-Pucheu (2014) – sur le rôle fondateur d’une éventuelle subordination exclamative indirecte. Une telle hypothèse, conforme à la construction conjonctive en si, s’accorde à la force exclamative de l’intensification
associée à l’énonciation de la proposition modalisée. Elle ne permet pas
à elle seule de rendre compte de ce qui fait de C’est dire si (contrairement
à Je vous dis pas) un connecteur argumentatif, plutôt qu’un simple moda-
Des effets d’intensification attachés aux formules
261
lisateur. Pour rendre compte de cette dernière propriété, une autre piste
à explorer concerne la structure attributive c’est dire, qui semble avoir instauré à la base une équivalence (ou comparaison) non entre concepts en
l’occurrence (comme dans Partir, c’est mourir un peu), mais entre l’énonciation préalable d’une séquence X (à laquelle réfère métadiscursivement le
pronom démonstratif ce) et d’une propositions subordonnée Y (introduite
par la conjonction si). Ainsi la structure argumentative de la période [X.
C’est dire si Y ] serait l’héritière d’une comparaison propositionnelle épistémique selon laquelle : Dire X, c’est dire si Y (Le fait de dire X revient/équivaut
à dire si Y ). D’autres formules plus ou moins figées (comme Ça veut dire
que, Autant dire que) peuvent sous cet angle être apparentées à C’est dire si.
Incontestablement moins figé, plus proche encore de leur sens descriptif
source, C’est dire que semble ainsi pouvoir leur être substitué la plupart
du temps en contexte, moyennant quelques nuances de sens d’un cas à
l’autre, tout comme inversement C’est dire si (ou Ça veut dire que, Autant dire
que) semblent pouvoir être substitués à C’est dire que, par exemple dans le
passage suivant (tiré d’un discours de Malraux à l’Assemblée) :
(10)Considérez les collections américaines. Il n’y en avait pas une, l’année dernière, qui,
après deux générations, n’ait pas été remise à un musée. C’est dire que, à l’heure actuelle, la notion de possession de l’objet d’art est en train de disparaître.
[Malraux, le 26/10/1961]
A l’origine, l’ensemble de ces marqueurs d’équivalence épistémiques a sans
doute consisté à produire en Y une reformulation de ce qui est exprimé
en X, reformulation susceptible d’être interprétée de cas en cas comme
l’indice contextuel de telle ou telle relation, par exemple d’implication,
de paraphrase, de glose, d’intensification, etc. Avec le temps, certaines
constructions ont fini par se spécialiser sous la forme de formules consistant à coder la relation dont elles procèdent. Au terme de leur dérivation
diachronique, l’affaiblissement descriptif du verbe dire, et de la force de
rection qui s’y rapporte, ont fini par transférer sur les propriétés énonciatives de la relation instruite par la formule, les effets contextuels associés
initialement à la reformulation. Tout comme Ça veut dire que, par exemple,
consiste aujourd’hui à coder une relation d’implication à effets définitoires, C’est dire si se caractérise essentiellement sur la base de ses effets
262 Laurent Perrin
d’intensification. Cette formule est devenue l’indice conventionnel d’un
haut degré de force conclusive. Ainsi, lorsque l’on substitue C’est dire que
(ou Ça veut dire que, Autant dire que) à C’est dire si en (7), (8) ou (9) par exemple,
ce qui a trait à l’intensification disparaît du sens linguistique de la période.
Tout comme l’intensification s’y inscrit mécaniquement si l’on substitue
C’est dire si à C’est dire que en (10). Proche de C’est dire combien, C’est dire
à quel point, C’est dire si code non seulement l’implication X–>Y, mais la
force argumentative de X, par le haut degré de force conclusive de Y. Il
n’est pas exclu que la cause originelle de cette propriété soit à chercher du
côté de la subordination percontative (interro-exclamative) dont procède
C’est dire si, qui a pu donner lieu à diverses sortes d’inférences impliquant
l’étonnement, l’interrogation du locuteur, face à l’énormité de ce dont il
cherche à rendre compte.
Quel qu’ait été son sens descriptif source, C’est dire si ne fait plus du
tout aujourd’hui référence à une quelconque équivalence épistémique ou
reformulation d’une énonciation X par une énonciation Y. Si l’on se met
en tête de gloser son sens indiciaire, la meilleure paraphrase propositionnelle qui vient à l’esprit pourrait être que « le fait représenté en X prouve,
révèle le haut degré d’intensité d’un jugement formulé en Y ». En (7), par
exemple, on comprend que « le fait d’avoir été ancien combattant, militant socialiste, et d’avoir fréquenté les bistrots, prouve que le locuteur a
entendu nombre de conneries », en (8) que « le baptême à l’eau du Jourdain
révèle à quel point l’on prend les choses au sérieux à Buckingham », en
(9) que « la confusion des plants montre combien la génétique diffère ».
Deux sortes de relations logiques entre X et Y peuvent dès lors être reconstituées. La première option, dont atteste l’exemple (7), associe le fait
représenté en X à la cause de l’intensité de la conclusion Y. La relation
X-Y peut dès lors être restituée par une phrase clivée consistant à extraire
une subordonnée circonstancielle causale du type : « C’est parce que X,
que Y », « C’est parce que j’ai été ancien combattant… que j’ai entendu tant de
conneries », ou encore : « Si Y, c’est que (ou parce que) X », « Si j’ai entendu
tant de connerie, c’est que j’ai été ancien combattant ». Ou alors, seconde option, dont attestent (8) et (9), le fait que représente l’argument X est une
conséquence de l’intensité de la conclusion Y. La relation X-Y peut alors
être rapportée par une corrélation intensive impliquant une subordonnée
Des effets d’intensification attachés aux formules
263
consécutive du genre : « C’est si (ou tellement) Y, que X », « On prend les
choses si sérieusement à Buckingham, que le bébé sera baptisé à l’eau du Jourdain »,
« La génétique diffère tellement qu’on confond les plants ». Certains exemples
semblent compatibles avec les deux options interprétatives.
4.3. Variantes distributionnelles
Autre fait remarquable en ce qui concerne cette formule, C’est dire si comporte certaines variantes dont on peut illustrer le fonctionnement par
simple suppression de la conclusion Y. Les séquences de la forme : Je
suis ancien combattant […] c’est dire ; Le prince sera baptisé à l’eau du Jourdain,
c’est tout dire ; Un paysan auvergnat ne reconnaît même pas un plant de frêne de
Normandie, ça veut tout dire, comportent certes un déficit d’information
par rapport à (7), (8), (9), mais restent interprétables en un sens analogue.
Avec C’est dire en particulier, seul le contenu de la conclusion Y fait défaut,
créant ainsi un effet de suspension de sens que l’interprète est mis en demeure de combler, mais sans neutraliser les effets d’intensification dont
bénéficie indirectement l’argument X. Le propre de C’est dire serait dès
lors de renforcer simplement, par le moyen d’une conclusion sous-entendue, un argument X antécédent. Deux sortes de situation semblent pouvoir se présenter dans ces conditions. Soit le procédé consiste à placer le
destinataire devant une sorte d’énigme, de béance interprétative, susceptible d’être comblée selon son inspiration, quitte à ignorer définitivement
à quelle conclusion effective le locuteur voulait en venir. Soit il consiste
simplement à réactiver, au titre de conclusion, un contenu préalablement
énoncé, comme c’est le cas en (11), un contenu du moins aisément déductible de ce qui a été dit :
(11)Ensuite, la situation des constructeurs, eh bien, elle est très difficile. On sait
même que Toyota va mal, c’est dire. [France Inter, « L’édito-éco », 30 mars 2009]
La différence avec C’est dire si tient essentiellement alors à un renversement
de l’ordre des séquences X-Y, ceci par le jeu d’un effet de reprise implicite
(dû à la suspension conclusive) de ce qui a été énoncé antérieurement.
L’ordre de succession des éléments de la période que détermine C’est dire
264 Laurent Perrin
si peut simplement être rétabli par inversion dans ces conditions (On sait
même que Toyota va mal. C’est dire si la situation des constructeurs est difficile).
5. En guise de conclusion
Compte tenu du cheminement qui nous a conduit de Je vous dis pas à C’est
dire si, l’espace imparti aux contributions de ce recueil nous force à revoir à la baisse nos ambitions, qui étaient initialement de passer en revue
cinq différents marqueurs discursifs à effets d’intensification. L’objectif
était d’aborder l’intensification externe à l’expression propositionnelle sous
l’angle de ce qui oppose trois grandes sortes de formules énonciatives, en
quoi consistent respectivement les modalisateurs simples comme Je vous dis
pas, les connecteurs comme C’est dire si, Y’a pas à dire, Que dis-je, et enfin une
troisième catégorie de formules, dont relève en l’occurrence Tu peux le dire.
Les effets d’intensification attachés à cette dernière forme de marqueurs –
dont la fonction commune est de déterminer la structuration dialogique
des échanges de paroles (au sens de Roulet & al. 1985) – ayant été esquissés
dans Perrin (2014), il ne nous reste que le temps désormais de nous focaliser, en guise de conclusion de cette étude, sur les propriétés distributionnelles de Y’a pas à dire et Que dis-je, sous l’angle de ce qui les oppose à C’est
dire si, quitte à laisser en suspens les questions d’analyse qui s’y rapportent.
5.1. Propriétés distributionnelles et esquisse d’analyse de Il n’y a pas à dire
Souvent transcrite par la graphie Y’a pas à dire (pour figurer le registre
d’oralité dont elle est censée procéder), la formule en question est sémantiquement très proche de C’est dire si, puisqu’elle sert elle aussi à intensifier
une conclusion Y, pour agir indirectement sur la force d’un argument X.
A quelques nuances de sens près, Y’a pas à dire peut donc généralement
être substitué sans trop de perturbation à C’est dire si, par exemple dans
(7), (8) ou (9).
Des effets d’intensification attachés aux formules
265
Au plan distributionnel, Y’a pas à dire est néanmoins plus libre que
C’est dire si, ce qui rend la substitution inverse parfois plus ardue. Contrairement à C’est dire si, Y’a pas à dire peut notamment être placé en incise, ou
postposé à la conclusion dont il modalise alors rétroactivement l’énonciation. Et par ailleurs il est fréquent que l’argument X ne précède pas, mais
succède à l’énonciation de la conclusion Y, ou même que cet argument
ne soit pas du tout énoncé explicitement. En (13) par exemple, le rôle de
l’argument X est assuré par une vidéo censée justifier le compliment dont
fait l’objet le Président Obama :
(13) Obama c’est un mec cool, y’a pas à dire… [ebeho.wordpress.com]
Même transféré en position de préface, C’est dire si serait difficilement
substituable à Y’a pas à dire en (13). Et dans le passage suivant, où l’énonciation conclusive de Y précède celle de l’argument X, la substitution est
encore moins aisée :
(14)
Il n’y a pas à dire, Jens Voigt a soigné sa sortie. Le cycliste allemand âgé de
43 ans a mis un terme à sa carrière en établissant un nouveau record de l’heure. [<www.
metronews.fr>]
Avec C’est dire si, l’organisation de la période impose d’inverser l’ordre des
séquences, d’enchaîner l’énonciation de Y sur celle de X ( Jens Voigt a mis
un terme à sa carrière en établissant un nouveau record de l’heure. C’est dire s’il
a soigné sa sortie). Cette contrainte s’explique diachroniquement par
la structure d’équivalence dont procède C’est dire si, assortie de la visée
anaphorique du pronom démonstratif ce, qui impose d’avoir préalablement explicité l’argument X. Et sans parler du fait que Y’a pas à dire, à la
différence de Je vous dis pas et de C’est dire si, ne consistait peut-être pas
initialement à régir un complément du verbe dire. La forme descriptive
source de Y’a pas à dire s’articule en outre à diverses propriétés relatives à
l’identité du dire dont il était question à la base, à la visée de la négation, à
la force directive de la formulation. S’agissait-il alors d’un refus d’enchérir
face à une évidence ? D’une forme de prétérition à effet de litote comme
Je vous dis pas ? S’agissait-il en revanche de récuser un contre-argument,
comme le laissent entrevoir certains exemples à effets adversatifs ? Autant
de questions que nous allons devoir laisser ici en suspens.
266 Laurent Perrin
Quant à ce qui oppose sémantiquement Y’a pas à dire à C’est dire si,
dont témoigne leur substitution par exemple en (14), nous allons là aussi
devoir nous contenter de formuler un peu brutalement une hypothèse
que nous n’aurons le loisir ni vraiment d’étayer ni de justifier dans cette
étude. Tandis que C’est dire si repose simplement sur la force d’un argument X présenté comme décisif en faveur de l’intensité conclusive de Y,
Y’a pas à dire renforce lui aussi la conclusion Y, mais en jouant cette fois
sur la prise en compte d’un argument supplémentaire, qui s’ajoute à une
liste préétablie, et présenté de surcroît comme impromptu dans l’esprit du
locuteur. Ainsi en (13) et (14), Y’a pas à dire ne renforce pas l’énonciation
de la conclusion Y par la seule force d’un argument X, mais par le fait que
ce dernier s’ajoute alors abruptement à un ensemble d’arguments sous-entendus présentés comme déjà connus des interlocuteurs. Entre C’est dire si
et Y’a pas à dire, la différence ne tient ni à la nature de la relation X-Y, ni à
la force conclusive de Y, mais essentiellement à la prise en compte énonciative de X, soit comme un argument décisif lié à une norme préétablie,
soit comme l’irruption d’un argument supplémentaire à effet confirmatif.
5.2. Propriétés distributionnelles et esquisse d’analyse de Que dis-je
A l’inverse de Y’a pas à dire, Que dis-je ne renvoie pas à un registre d’oralité,
mais à un style élaboré et châtié propre à l’écrit. Et sémantiquement, Que
dis-je ne joue pas sur la force d’une conclusion Y relativement à un argument X, mais sur celle de la reformulation autocorrective d’un argument
trop faible. Sous un angle strictement distributionnel, Que dis-je s’inscrit
dans une période discursive de la forme [X. Que dis-je X ? Y ], sur le modèle du fameux vers de Rostand mémorisé par des générations d’écoliers :
(15)C’est un roc !… c’est un pic… c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? C’est une
péninsule ! [Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac]
ou sur celui du cri amoureux de Néron dans le vers racinien non moins
célèbre :
(16) J’aime, que dis-je, aimer, j’idolâtre Junie. [Racine, Britannicus]
Des effets d’intensification attachés aux formules
267
souvent repris parodiquement dans des exemples comme le suivant :
(17)L es scènes de banlieue aiment, que dis-je aimer, idolâtrent la ComédieFrançaise [<http://blogs.rue89.nouvelobs.com>]
Orientés vers le figement indiciaire de la formule, la plupart des emplois
contemporains de Que dis-je font désormais l’économie de la séquence intermédiaire de reprise autocorrective à effets citatifs de X. Dans le passage ci-dessous par exemple, Que dis-je modalise directement l’énonciation
d’une séquence Y consistant à reformuler pour le renforcer un argument
X énoncé préalablement (et rétroactivement l’énonciation de X comme
trop faible corrélativement à Y) :
(18)Cette école où l’on menace – que dis-je ? – où l’on frappe les institutrices avec
des couteaux de cuisine. [F. Bazin, Le Nouvel Observateur]
La principale contrainte qui s’impose aujourd’hui à la relation X-Y par Que
dis-je est de pouvoir interpréter Y comme plus fort que X en faveur d’une
conclusion sous-entendue (relative en (18) à l’aggravation de la pression
sur les institutrices à l’école). Cette propriété se vérifie par l’impossibilité
d’inverser l’ordre de succession des arguments X–Y à l’intérieur de la période (Cette école où l’on frappe – *que dis-je ? – où l’on menace les institutrices).
Pour rester interprétable, l’inversion des arguments impose alors de remplacer Que dis-je par Enfin ou Disons, qui à l’inverse de Que dis-je, modalisent
une reformulation par affaiblissement de l’intensité (Cette école où l’on frappe,
enfin où l’on menace les institutrices).
Quant aux sens descriptif source de Que dis-je, il est incontestablement
moins opaque, plus transparent que celui des formules discutées précédemment, dont le degré de figement, de codage indiciaire, était plus avancé. Parmi les formules d’intensification abordées dans cette étude, l’intérêt
de Que dis-je est de se confondre encore avec la figure descriptive dont
il procède, connue des rhétoriciens sous le nom d’épanorthose – consistant
selon Morier (1989) « à revenir sur ce que l’on vient d’affirmer, soit pour le
nuancer, l’affaiblir, et même le rétracter, soit au contraire pour le réexposer
avec plus d’énergie ». La figure en question repose sur un jeu d’autocorrection consistant à mettre en scène le difficile cheminement de la pensée du
locuteur cherchant ses mots à tâtons, face à l’énormité de ce dont il s’agit
268 Laurent Perrin
de rendre compte. Le fait de se reprendre et de se corriger fonctionne
alors comme l’indice contextuel d’une expérience émotive du locuteur en
voie de se coder peu à peu dans le sens indiciaire d’une formule à effets
conventionnels d’intensification (Que dis-je) ou au contraire d’atténuation
(Enfin, Disons).
Références bibliographiques
Anscombre J.-C. 1985, « De l’énonciation au lexique : mention, citativité
et délocutivité », Langages 80, 9–34.
Apothéloz D. 2003, « La rection dite faible : grammaticalisation ou différentiel de grammaticité », Verbum 25/3, 241–262.
Bally Ch. 1965 [1932], Linguistique générale et linguistique française, Berne,
Francke.
Blanche-Benveniste C. 1989. « Constructions verbales en incise et rection
faible des verbes », Recherches sur le français parlé 9, 53–73.
Ducrot, O. 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.
Kronning H. 1990, « Modalité et diachronie : du déontique à l’épistémique. L’évolution sémantique de debere/devoir », Actes du XIe congrès des
romanistes scandinaves. Université de Trondheim, 301–312.
Kronning H. 2013, « Monstration, véridiction et polyphonie. Pour une
théorie modale de la polyphonie », in de Chaney H., Colas-Blaise M.
& Le Guern O., Dire/Montrer au cœur du sens, Université de Savoie, Laboratoire langages, littérature et société, coll. Langage n° 12, 93–115.
Marque-Pucheu Ch. 2014, « Ellipse de compléments et de pseudo-compléments de verbes dans les énoncés situationnels en français », Travaux
de linguistique 68, 65–81.
Morier H. 1989, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF.
Nølke H. 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Louvain/ Paris,
Peeters.
Peirce Ch. S. 1955, Philosophical Works of Peirce, New York, Dover Publications Inc.
Des effets d’intensification attachés aux formules
269
Perrin L. 2015, « L’intensification dans l’hyperbole et la litote », dans Horak
A. (Ed.), « L’hyperbole rhétorique », Travaux neuchâtelois de linguistique,
43–61.
Perrin L. 2014, « Formules énonciatives à visée échoïque », Arena Romanistica 14, « Dialogisme, hétérogénéité énonciative et polyphonie »,
Université de Bergen, 184–202.
Perrin L. 2013, « Les formules monologiques et dialogiques de l’énonciation », in Dufaye, L. et Gournay, L. (éds), Benveniste après un demi-siècle.
Regards sur l’énonciation aujourd’hui, Paris, Ophrys 182–216.
Roulet E. et al. 1985. L’articulation du discours en français contemporain, Berne,
Peter Lang.
Traugott E.C. 1982, « From propositional to textual and expressive meanings ; some semantic-pragmatic aspects of grammaticalization », in
Lehmann W.P. & Malkiel Y. (eds), Perspectives on historical linguistics,
Amsterdam, John Benjamins, 245–271.
Wittgenstein L. 1922, Tractatus Logico-philosophicus, Londres, Routledge &
Kegan Paul. [traduit par P. Klossovski, Gallimard, 1961]
Modalisation et expression de la réserve :
si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
L aurence Rouanne
Université Complutense de Madrid
Introduction1
Dans cet article, notre objectif est de présenter une étude détaillée de
trois locutions – si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire – telles que l’on les
trouve par exemple dans :
(1)Elle est née Louise Sergent, le 3 janvier 45 à Courville, près d’Envermeu,
Seine-Maritime. Comédienne, si on peut dire. Des petits rôles dans des machins intitulés Caresses Interdites, Comment Guérir un Homosexuel Sans
Vraiment se Fatiguer […] ( Jean-Patrick Manchette, Morgue pleine, 1973)
(2)Saint-Sulpice adopte les tableaux électroniques [Titre] Pour les enfants, qui
naissent si je puis dire avec une tablette, c’est un outil très intuitif. (24 heures,
<www.24heures.ch>, 24 aout 2015)
(3)J’ai une demi-compagne, si j’ose dire. C’est une femme que je connais depuis
une quinzaine d’années, on a beaucoup d’affection l’un pour l’autre. (L’illustré,
<www.illustre.ch>, 18 aout 2015)
À l’issue de cette analyse, nous devrons être en mesure de dire s’il s’agit,
soit de trois marqueurs différents, soit de variantes du même marqueur,
ainsi que la similitude de leur structure de surface le laisserait présumer.
Nous commencerons par poser quelques prémisses syntaxiques : nous
nous limitons à l’analyse des cas dans lesquels les locutions sont utilisées
1
Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41355-P « Marqueurs pragmatiques et oralité en linguistique historique du français », financé par
le Ministerio de Economía y Competitividad, Espagne.
272 Laurence Rouanne
en position détachée, c’est-à-dire isolées des cotextes droit et gauche (graphiquement, souvent par des marques de ponctuation plus ou moins fortes
– virgules, parenthèses, tirets ou points – et à l’oral par des pauses prosodiques antérieures et postérieures). Autrement dit, dans les cas qui nous
intéressent, les locutions ne relèvent ni d’une interrogative indirecte,
(4) Je ne sais pas si on peut dire que c’est une réussite.
(5) Je me demande si je peux dire que je suis malade.
ni d’un cadre hypothétique formant la protase d’une apodose, comme ce
serait le cas dans
(6) Ne m’en veuillez pas si j’ose dire que je vous aime.
(7)Si l’on peut dire que les premiers épisodes étaient plutôt réussis, la fin de celui-ci
laisse à désirer.
Les relations entre les locutions-que et les marqueurs tels que nous les étudions sont certes dignes d’intérêt mais par manque de place nous ne pourrons les développer ici.
Précisons également certaines données morphologiques y paradigmatiques. Au niveau morphologique, les possibilités de variation sont très
restreintes : la variation en temps est impossible, et reste extrêmement limitée quant à la personne. On trouve pourtant dans la presse (mais aucune
occurrence dans Linguee, une seule dans Frantext) quelques cas de si nous
pouvons dire2 qui seront traités en (3). La seule variation immédiatement envisageable est si l’on peut dire, l’emploi du déterminant devant le pronom ne
répondant à rien d’autre, ici comme ailleurs, qu’à une variante diaphasique :
une recherche sur le corpus littéraire de Frantext débouche sur 640 occurrences de si l’on peut dire contre 82 de si on peut dire, alors que, dans les archives
du Monde depuis 1987, on trouve 67 fois la séquence si on peut dire, mais
aucune de la variante en l’on. Toutefois, étant donné que cette variante n’a
pour corollaire aucun glissement d’aucune sorte (autre qu’en ce qui concerne
le registre de langue, donc) ni sur l’environnement de la lexie, ni sur sa
valeur sémantico-pragmatique, nous ferons dorénavant référence, par le
biais de l’item si on peut dire aux deux variantes en question.
2
Ce que nous n’avions pas signalé dans Rouanne (2014).
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
273
Signalons également la possibilité de si je peux dire, variante de si je puis
dire, qui est employé plus fréquemment que ce que les préjugés de notre
idiolecte ne le laissaient supposer : 52 occurrences de si je peux dire (contre
400 de si je puis dire) sur Frantext, 718 (contre 3100) sur Google news 3. Dorénavant, la notation si je puis dire fera référence, dans le texte, aux deux variantes.
(8)J’aimerais maintenant que tu fasses un effort de concentration. Un effort sans
effort, si je peux dire, parce que je vais t’en demander beaucoup d’autres, il
faut y aller progressivement. (Emmanuel Carrère, Un roman russe, 2007)
Par ailleurs, une variation sur un axe paradigmatique débouche sur d’autres
locutions, telles que si je puis m’exprimer ainsi, si je puis me permettre ou encore
(x) si on peut appeler ça un (x). Nous ne préjugerons pas de leurs liens (ou de
l’absence de ces liens) avec celles que nous étudions ici, mais considérons
logique de les maintenir en dehors de cette étude sur les marqueurs en dire.
Les exemples attestés utilisés sont extraits pour la plupart de la base
Frantext, mais aussi de différents journaux (Google news) ainsi que de divers
blogs et sites sur Internet.
1. Cadre théorique
L’étude que nous menons conçoit la description sémantique dans le cadre
de l’argumentation dans la langue (Anscombre & Ducrot, 1983). Elle
s’encadre dans les études sur les marqueurs médiatifs comme celles de
Dendale et Tasmowski (1994), Guéntcheva (1996) ou Anscombre (2005),
ce type de marqueurs indiquant les sources dont se sert le locuteur pour
dire quelque chose. Nous ferons également appel, pour l’occasion, aux
3
Avec l’inconvénient suivant : si je puis dire est incompatible (pour le moins, en synchronie) avec un emploi comme protase, ce qui n’est pas le cas de si je peux dire ;
or, il est impossible, sur Google, que les résultats obtenus prennent en compte les
marques de ponctuation comme les virgules ou les points, ce qui rend impossible
le dénombrement précis des occurrences isolées de la locution. Mais le nombre de
718 est forcément supérieur, voire bien supérieur, à la réalité.
274 Laurence Rouanne
théories portant sur l’hétérogénéité énonciative et la polyphonie : Authier-Revuz (1995), Anscombre et Ducrot (1983), Anscombre (2005) ou
Donaire (2006).
2. Si on peut dire
2.1. Distribution
Sera noté x l’élément du discours sur lequel porte le dire de la locution.
En effet, dire est un verbe à trois arguments, N0 V N1 à N2 , qui admet la
non-actualisation de N2 – Il dit qu’il va venir – mais requiert la saturation
de N1 – *Je dis, *Il dit.
a)
En position finale : P(x), si on peut dire.
(9)20 septembre 1940, fin des vacances, si on peut dire ! Demain, au petit jour,
J. doit venir nous enlever nous et notre bazar. Cette dernière nuit à Vinerville
figurera dans nos souvenirs de guerre les plus tragiques. (Berthe Auroy, Jours de
guerre : Ma vie sous l’Occupation, 2008)
b) En incise : P(x) si on peut dire (y)
– entre deux syntagmes :
(10)Quelles qu’aient pu être par ailleurs leurs convictions morales, ces hommes de
terrain étaient effarés de voir les dégâts qu’entraînaient les avortements sauvages
dans les couches populaires. Il fallait que la loi protège ces femmes. Les riches,
si on peut dire, étaient mieux loties : elles partaient se faire avorter clandestinement à l’étranger, en Angleterre ou aux Pays-Bas. (Simone Veil, Une vie, 2007)
–
à l’intérieur d’un syntagme :
(11)[…] vie moins effrénée et moins surchauffée que dans les grandes capitales où
la vitesse commerciale, si on peut dire, de la course à la mort devient trop rapide pour ces névropathes qui succombent en masse. (Colette Fellous, Avenue
de France, 2001)
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
275
En position intraphrastique, les marques de ponctuation avant et après
la locution sont fréquentes mais non obligatoires, surtout dans les textes
journalistiques.
(12)La géographie du cambriolage si on peut dire est plus irrationnelle qu’on ne
le pense. (La Voix du Nord, <http://www.lavoixdunord.fr>, septembre 2015)
En bref, on remarque que les emplacements en incise ou en fin d’énoncé
sont prototypiques de la position du marqueur.
c)
En dialogue, comme réplique
(13)Pour l’identification par la veuve éventuelle, on attendrait plus tard. Car, dès
l’après-midi, les choses avaient beaucoup avancé.
- Si l’on peut dire, madame Baruk. En cas de décès sur la voie publique, établir
les causes de la mort est obligatoire. (Anne-Marie Garat, Pense à demain, 2010)
d) En position initiale : P(x). Si on peut dire (y)
(14)Tout ce petit monde n’a pas dû crier fort, Willy Borsus était sur pieds. Si on
peut dire car le ministre, qui relève d’une opération chirurgicale au genou,
s’aide de béquilles. (L’avenir, <www.lavenir.net>, septembre 2015)
Cette séquence reste rare. En fait, cette position initiale est un leurre et n’a
jamais pour corollaire un emploi dans une phrase autonome, Si on peut dire
(y) reste dépendant syntaxiquement et sémantique du P(x) qui le précède.
Le même mécanisme se reproduit dans (e)
e)
En position « autonome » : P(x). Si on peut dire.
(15)Un café, rouge, or et noir, avec des militaires jouant aux dominos, et des
femmes pour servir. Si on peut dire. Où avait-on déniché ces spécimens de
plomb ? Des êtres gris, lourds, hors d’âge. (Louis Aragon, Les Voyageurs de
l’impériale, 1947)
Le fait que la locution puisse apparaître, graphiquement, isolée entre deux
points n’en fait pas un item pourvu d’un sens plein. Comme d’autres marqueurs du discours (et comme les connecteurs argumentatifs), le sens de
si on peut dire n’est rien d’autre que les instructions qu’il donne pour l’interprétions des segments qui l’entourent.
276 f)
Laurence Rouanne
P(x), si on peut dire (y), avec (y) spécifiant
(16)Excusez-moi, mademoiselle, mais puisque j’ai le rare privilège de tenir une
seconde mon ex entre quatre-z-yeux, si on peut dire dans une cohue pareille,
il faut absolument que je règle avec lui la question des vacances de notre fils
qui… ( Jean-Luc Benoziglio, La voix des mauvais jours et des chagrins rentrés, 2004)
(17)J’étais arrivée depuis une heure peut-être, le temps de m’installer, si l’on peut
dire quand il s’agit de camper sans défaire son sac ni ouvrir un lit, un duvet
jeté sur le divan suffira. (Anne-Marie Garat, La Première fois, 2013)
« Sous (16) et (17), on trouve respectivement une spécification du lieu et
du moment, en guise de segment y ».
g) P si on peut dire (x)
L’élément sur lequel porte le dire est rarement postposé :
(18)I l parvient plus à se souvenir, voilà sur quoi il préfère glisser, en même
temps que lui revient brusquement à la mémoire le seul objet qui, si
l’on peut dire, meublait la pièce. ( Jean-Luc Benoziglio, La voix des
mauvais jours et des chagrins rentrés, 2004)
(19)[…] en me tendant, par-dessus le bureau encombré de paperasses, le
manteau et, comme à regret, le curieux objet qu’il avait, si l’on peut
dire, dégainé et rengainé à plusieurs reprises, l’air de s’amuser. (Hector
Bianciotti, Le Pas si lent de l’amour, 1995)
h) Reprise de x : P(x), si on peut dire (x), (y)
La reprise peut être celle du terme x lui-même, ainsi sous (20),
(20)Et ainsi, de ma visite pour commander un fromage chez le crémier, je ne
m’étais rappelé (si on peut dire “se rappeler” à propos d’un visage si mal regardé qu’on adapte dix fois au néant du visage un nez différent), je ne m’étais
rappelé que la petite qui m’avait déplu. (Marcel Proust, À la recherche du temps
perdu, 1922)
ou être faite par le biais d’un adverbe ou d’une locution adverbiale, avec
ou sans copie pronominale :
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
277
(21)Comment profitez-vous de vos origines « disparates », si on peut dire ainsi,
pour nourrir vos inspirations musicales ? (ResMusica, <www.resmusica.com>,
septembre 2015)
(22)On pourrait penser que les gens ne vont pas cracher dans la soupe de ceux qui
les nourrissent si on peut le dire ainsi, mais ce n’est pas ce que montrent mes
recherches. (Neon, <www.neonmag.fr>, avril 2015)
(23)Et le « rôle » de Charlie Hebdo, si on peut dire ça comme ça, est de rappeler
qu’en République, aucune valeur n’est aussi sacrée qu’elle ne puisse échapper à
la dérision et à la moquerie (Yagg, <www.xelias.yagg.com>, février 2015)
Il ressort de ces premières observations que l’élément x sur lequel porte
le marqueur est obligatoirement présent dans le cotexte gauche ou droit
(il ne peut pas être implicite). Mais il ne peut pas figurer dans l’énoncé
comme élément d’une complétive : toute structure en si on peut dire que
reste exclue de cette étude. Car même si la proposition en -que constitue
une reprise, le schéma initial protase + apodose émerge, avec un si on peut
dire plus proche de son sens plein :
(24)Les camions montèrent en soufflant, si l’on peut dire qu’un camion souffle,
mais ceux-là, des GMC à la peinture qui s’écaille, aux gros pneus usés, aux
portières cabossées, parfois trouées d’impacts, ils montaient si lentement […].
(Alexis Jenni, L’Art français de la guerre, 2011)
→ Si l’on peut dire qu’un camion souffle, (alors) les camions montèrent en
soufflant.
La question des rapports sémantico-pragmatiques entre si on peut dire que
et si on peut dire (que nous avons choisi de ne pas étudier ici, comme il a été
signalé dans l’introduction) est particulièrement épineuse dans ce genre
d’énoncés, et le sera plus encore quand il sera question de comparer si l’on
peut dire qu’un camion souffle et si l’on peut dire ainsi.
2.2. Analyse sémantico-pragmatique
Nous allons distinguer deux modalités d’emploi de si on peut dire en
contexte. Le mécanisme qui sous-tend les deux est le même, mais les variables pragmatiques diffèrent.
278 Laurence Rouanne
2.2.1. Si on peut dire1
Nous proposerons la description suivante : avec P(x) si on peut dire1, le
locuteur marque que l’énonciation de (x) relève d’une incongruité de type
linguistique. Il s’agit en quelque sorte une anti-collocation. C’est le caractère atypique, et donc osé, des mots ou expressions choisis qui est mis en
exergue. On trouve des cas de si peut dire1 dans les exemples (1), (8), (11),
(12), et (21) À (23). A titre de démonstration, on comparera (25) et (26) :
(25)A côté, la sculpture Janus, deux têtes accolées dos-à-dos, si on peut dire,
enfonce le clou : l’exposition fera des va-et-vient entre le passé et le présent en
érigeant le tête-à-queue comme principe moteur bizarre. (Next, <http://next.
liberation.fr>, septembre 2015)
Janus, un des plus anciens dieux romains, dieu des commencements et des
fins, des choix, du passage et des portes, est bifront : il est représenté par
deux visages, avec une face tournée vers le passé, l’autre sur l’avenir. Par
ailleurs, l’expression dos-à-dos s’applique, littéralement du moins, à la description d’êtres animés qui se présentent mutuellement leur dos (travailler
dos-à-dos, être assis dos-à-dos). Il est donc tout à fait inusité, et par là surprenant, d’employer une expression comprenant le terme dos pour en réalité se
référer au crâne. L’association entre « deux têtes accolées » et « dos-à-dos »
est présentée par le locuteur comme étant risquée, hardie, car hors-norme.
(26)Quand j’étais à Bordeaux, il y avait une exposition en plein air avec des
œuvres de Jaume Plensa. Ma sculpture préférée était Marianna et Awilda,
une œuvre en acier de deux têtes face à face. (France Langue, <www.blog.
france-langue.fr>)
(26’) *Ma sculpture préférée était Marianna et Awilda, une œuvre en acier de deux
têtes face à face, si on peut dire.
Utiliser une expression comportant le terme face pour décrire les positions
respectives de deux têtes est logique, courant prévisible (912 occurrences
sur Google de « tètes face--à-face »). La non-recevabilité de (26’) démontre
que la formulation x doit être inusitée et surprenante pour pouvoir être
marquée par si on peut dire.
D’un point de vue argumentatif, si on peut dire1 est orienté vers on ne
peut pas dire : en effet les conditionnelles en si sont ce qu’il est convenu
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
279
d’appeler des contextes négatifs, ce qui fait de si on peut dire une locution à
polarité négative. Malgré cette orientation argumentative, de fait, le locuteur dit quand même, ose employer effectivement cette anti-collocation qu’il
reconnait comme telle : deux têtes accolées dos-à-dos, si on peut dire peut se gloser
par je sais qu’on ne peut pas dire « deux têtes accolées dos-à-dos » mais je le dis malgré
tout. En d’autres termes, l’emploi de si on peut dire permet au locuteur d’avoir
recours à une association atypique de deux termes, tout en marquant qu’il
est conscient de cette bizarrerie. Si on peut dire est fréquent dans le discours
littéraire car il permet d’introduire dans le discours une incohérence sémantique, avec des effets de sens certains au niveau expressif.
2.2.2. Si on peut dire2
Dans cet emploi, le fonctionnement du marqueur est, à la base, le même,
mais l’association incongrue faite dans x n’est plus de nature linguistique
mais contextuelle, pragmatique en fait. Le locuteur qui énonce P(x)si on
peut dire 2 marque qu’il est conscient du fait que l’emploi de x n’est pas, ou
pas vraiment, approprié. Mais le recours à P(x) n’est pas le fruit d’une hésitation ou l’indication du fait qu’il ne trouve pas « le mot juste ». Comme
avec si on peut dire1, c’est tout à fait volontairement que le décalage est
réalisé et volontairement qu’il est signalé comme tel. Cela est d’ailleurs,
parfois, explicite dans l’énoncé (voir exemple (20)).
(27)[…] il avait été élevé, si l’on peut dire, à l’Assistance publique d’Avignon, non
sans agrémenter son internat d’un certain nombre de fugues. (Michel Tournier,
Le Médianoche amoureux, 1989)
Dans l’exemple sous (27), il apparait que les stéréotypes4 constitutifs du
sens de élever ne sont pas applicables lorsque c’est l’Assistance publique
d’Avignon qui élève (d’où les fugues…)
(28)L e grand homme si on peut dire était quasiment le seul de la classe politique
qui ne connaissait même pas le nom de Bygmalion ! (Le JDD, <www.jdd.fr>,
septembre 2015)
4
Sur la théorie des stéréotypes, voir Anscombre (2010a).
280 Laurence Rouanne
Ici, il ne s’agit plus de mettre en avant le caractère audacieux de l’association
entre deux termes : l’expression un grand homme relève même d’un certain degré de figement, et utiliser ladite expression en l’attribuant à un être humain
est tout à fait banal. De fait, l’exemple (28), ou plus précisément l’énonciation du marqueur dans cet exemple, est incompréhensible hors contexte.
Mais si l’on sait que le grand homme en question est M. Nicolas Sarkozy, on
comprend l’ironie de l’énoncé. Si on peut dire2 permet ici au locuteur de marquer qu’il joue consciemment sur la polysémie de grand et que c’est délibérément qu’il utilise cette expression pour parler d’un homme dont la petite
taille est connue. Si on peut dire2 marque le fait que le locuteur est conscient
qu’il est impropre, inadéquat, d’employer x dans un certain contexte.
D’un point de vue argumentatif, si on peut dire 2 fonctionne de la même
façon que si on peut dire1. Il est orienté vers on ne peut pas dire, et cette orientation est consciemment utilisée par le locuteur qui, malgré tout, va dire
x. Toute l’ingéniosité du marqueur consiste en cela : le locuteur, de facto,
dit quand même ce qu’on ne peut pas dire et dont il nie être la source (voir
2.2.4). Cela d’ailleurs n’est pas sans rappeler le mécanisme sous-jacent à
d’autres expressions paradoxales, telles cela va sans dire5, par exemple, grâce
auxquelles le locuteur dit, de fait, ce que littéralement il prétend ne pas dire
ou ne pas avoir à dire.
De ce mode de fonctionnement découlent facilement des effets de
sens humoristiques ou ironiques, des jeux de mots :
(29)Cambadélis et Aubry sont des petits politiciens qui magouillent pour leurs
intérêts propres (si on peut dire). (Le Parisien, <http://www.leparisien.fr>,
mai 2015)
(30)La présence de crottes de chien un peu partout est un sujet récurrent, si on
peut dire. (La voix du Nord, <http://www.lavoixdunord.fr>, avril 2015)
On remarquera que, comme réplique dans un dialogue, on trouve systématiquement si on peut dire2 :
(31) NANON. – Oui, mais le profit sera gros.
MÉLIE. – Le profit, on joindra les deux bouts.
NANON. – Si on peut dire ! Tout le monde sait bien que vous êtes les plus
riches du village, voyons. (Georges Chepfer, Théâtre, 1945)
5
Étudié par Juliette Delahaie dans ce volume.
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
281
2.2.3. Si on peut dire : un marqueur de modalisation
Signalons enfin que, dans ses deux variantes, si on peut dire effectue une opération de modalisation : c’est un commentaire du locuteur sur son propre
dire ou sur le dire d’un autre (de là que sa position prototypique soit l’incise
(a) ou la position finale (b)). Le locuteur de P(x) si on peut dire manifeste une
attitude à l’égard de sa propre énonciation. Il s’agit donc d’un marqueur de
modalisation, mais qui agit sur un autre plan que celui des modalités déontiques, aléthiques et autres, qui portent sur le dit. Au sens d’Authier-Revuz
(1995) il s’agirait d’une modalisation autonymique, d’un commentaire fait
sur un segment de discours pris à la fois en usage (signe standard) et en
mention (signe autonyme), et pas uniquement dans son contenu. La modalisation autonymique est ainsi, selon l’auteur, une forme opacifiante du
sens. L’archi-forme de la modalisation autonymique est le guillemet, et de
fait l’emploi de guillemets accolés à x, dans les cas qui nous intéressent, est
fréquent : tout se passe alors comme si le marqueur devenait la manifestation explicite d’un signe typographique, dans une tournure alors pléonastique quant à l’opération modalisante réalisée. L’emploi de guillemets est
compatible aussi bien avec si on peut dire1 (32) qu’avec si on peut dire2 (33) :
(32)L’Orphéon a encore fait le plein [titre] Ils ont chanté une fois encore, si on
peut dire, « à guichets fermés » quoique la prestation soit gratuite ou plutôt au
bon cœur de chacun. (La Dépêche, ladepeche.fr, juillet 2015)
(33)Croyez-moi, je ne pense pas que l’“œuvre” (si on peut dire) de ce malheureux
Rivière ait eu plus d’intérêt que ses propos… (Claude Roy, La Traversée du Pont
des Arts, 1979)
Il serait extrêmement chronophage de compter précisément, parmi les
centaines d’occurrences des différents corpus, quelles occurrences relèvent respectivement des deux variantes de si on peut dire. Nous pouvons
toutefois avancer que les cas de si on peut dire1 sont nettement supérieurs à
ceux de si on peut dire2.
2.2.4. Le rôle de on
Nous faisons l’hypothèse que le on de si on peut dire n’est plus une marque
fléchie de personne, mais représente une voix collective et anonyme, aux
282 Laurence Rouanne
limites floues : il s’agit d’un ON-locuteur (décrit par exemple dans Anscombre : 2005 et 2006). À l’appui de cette hypothèse, on constate que :
a)
b)
Si on peut dire est commutable – mais non équivalent – avec d’autres
marqueurs formés par un ON-locuteur, tels que comme qui dirait ou
pourrait-on dire (étudiés respectivement par Gómez-Jordana : 2009 et
Anscombre : 2010b).
Si le on du marqueur est un ON-locuteur, une analyse en termes de
polyphonie doit être possible6. En effet, le locuteur de P(x) si on peut
dire met en scène plusieurs points de vue :
– un point de vue pdv 1 = [ p = on peut dire (x)] dont la source est
ON-loc.
– un point de vue pdv 2 = [ p’ = ~ p = on ne peut pas dire (x)] dont
la source est également ON-loc.
– un point de vue pdv 3 = [LOC] [ p’].
Le locuteur n’est la source ni de pdv 1 ni de pdv 2. Il rejette pdv 1 et
assume pdv 2.
Par conséquent, si on peut dire est un marqueur médiatif : il est courant
que le locuteur n’assume pas la responsabilité d’une représentation qu’il
convoque par le biais d’un marqueur de ce type, puisqu’il n’en est pas la
source. Le locuteur ne se présente pas comme faisant partie de la communauté évoquée par le ON-locuteur. Et c’est bien là ce qui lui permet de
dire quand même (même si ON ne peut pas dire).
On trouve parfois, en contexte, des éléments qui explicitent pdv 3 :
(34)Tout de suite ce qui avait retranché Armand des autres élèves, c’était son histoire avec Yvonne, la laveuse de vaisselle. Son histoire, si on peut dire. Il
n’y avait pas d’histoire du tout : ça avait commencé n’importe comment et ça
continuait de même. (Louis Aragon, Les beaux quartiers, 1936)
c)
On a vu, en (1.c), qu’il était possible d’employer le marqueur en dialogue, comme réplique. Or, cela serait impossible si le on était l’équivalent d’un nous. Si nous pouvons dire, on le verra plus loin, n’est pas
6
Cette analyse diffère de celle proposée dans Rouanne (2014). Nous avons, dans la
présente étude, modifié la représentation polyphonique proposée.
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
283
recevable en dialogue, le locuteur ne pouvant se mettre à distance
d’un point de vue qu’il a lui-même convoqué.
d) Il a été également signalé, en (1.e), la possibilité de P(x), si on peut dire
(y), avec y spécifiant. Le fait que le marqueur accepte une désignation
plus ou moins précise des circonstances de l’énonciation est un critère distinctif du ON-locuteur. Tel était le cas sous (16) et (17), cela
l’est également sous (35) :
(35)Le père décida de prévenir les gendarmes et les Recherches dans l’Intérêt des
Familles, si on peut dire dans le cas de Patrick. (Christiane Rochefort, Les
Petits enfants du siècle, 1961)
À l’encontre de notre positionnement quant au rôle de on, il semblerait
toutefois y avoir un argument de poids : l’existence même de la variante
en si nous pouvons dire. Cependant, comme nous allons tenter de le montrer dans ce qui suit, si nous pouvons dire est une variante de si je puis dire.
Ces deux marqueurs diffèrent sensiblement de si on peut dire. Leur analyse
contrastive constituera d’ailleurs le point (e) de notre démonstration.
3. Si je puis dire
Rappelons tout d’abord que nous considèrerons si je peux dire comme une
variante diaphasique de si je puis dire. Aucune modification de sens ni
d’emploi ne les différencie (si ce n’est que si je puis dire bloque pratiquement
l’apparition d’une complétive7 ).
7
Sur la base Frantext, 0,25 % des occurrences de si je puis dire se réalisent sous la
forme si je puis dire que (1 cas parmi 400), contre 8,4% des occurrences en si je peux
dire que, par rapport à si je peux dire (8 cas parmi 95).
284 Laurence Rouanne
3.1. Distribution
Les possibilités distributionnelles de si je puis dire sont semblables à celle
de si on peut dire : l’incise et la position finale sont les plus représentatives, la
position autonome est possible, la tête de phrase reste fort rare. On trouve
l’élément x presque systématiquement dans le cotexte gauche, mais une
situation dans le cotexte droit reste possible.
Mais si je puis dire ne peut pas être employé en dialogue, comme réplique. On n’a pas non plus P(x), si on peut dire (y), avec y spécifiant.
Si je puis dire apparait en outre dans un environnement nouveau, P(x1)
et/ou si je puis dire (x 2), où x 1 et x 2 sont des constituants de même nature.
Ainsi :
(36)1865–1868 est de notre point de vue une période d’abondance et si je puis dire
de prospérité et d’exaltation. (Raymond Queneau, Les enfants du limon, 1938)
(37)Notre objectif, ou si je puis dire notre philosophie, est désormais de reconstruire Vítkovice, de rendre le site sûr. (Radio Prague, <www.radio.cz>, aout
2015)
3.2. Analyse sémantico-pragmatique
Les deux caractéristiques distributionnelles citées supra et qui discriminent les deux premiers marqueurs étudiés sont directement en rapport
(il ne saurait en ètre autrement) avec la variation opérée sur l’axe paradigmatique de la personne. De fait, on se rappellera que la possibilité d’un
emploi comme réplique et celle d’une spécification de y ont été mentionnées comme éléments de démonstration de la présence d’un ON-locuteur
dans si on peut dire. Il est donc parfaitement cohérent que, corollairement
au passage de on à je, ces possibilités se voient altérées. Il s’agira de savoir
quelle est la portée de ces altérations.
Notre hypothèse est la suivante : si je puis dire marque une certaine hésitation dans l’expression (peut-être feinte, d’ailleurs), une sorte de tâtonnement du locuteur qui cherche ou semble chercher la meilleure formulation.
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
285
(38)A 76 ans, je ne peux pas faire mieux, j’ai atteint mes limites de la rejuvénation,
si je puis dire. (Serge Doubrovsky, Un homme de passage, 2011)
(39)Georges pense en effet que le personnage, à la fin du film, a appris quelque
chose. Je pense au contraire qu’il a vécu une expérience « de moins », si
je peux dire : il ne pourra pas se référer à cette expérience, il ne peut que
s’engager dans la société, ou se suicider. Il revient au même point. (Georges
Perec, Entretiens et conférences I, 2003)
Il est grosso modo glosable par si je peux permettre de dire ça comme ça ou si je
puis m’exprimer ainsi. Même s’il s’agit, là encore, d’un cas de modalisation
autonymique – si je puis dire constitue également un commentaire du locuteur sur son propre discours –, il n’y a pas de mise à distance. Le locuteur
assume le point de vue représenté.
La différence entre si on peut dire et si je puis dire va donc bien plus loin
qu’une simple variation de personne. Dans l’exemple (1), on trouve un si
on peut dire2 : le locuteur donne à entendre qu’il n’est pas adéquat de qualifier Louise de comédienne, car elle n’a eu que des « petits rôles » dans
des « machins ». Selon la description proposée, il assume le pdv 2 (Louise
n’est pas comédienne) mais n’en est pas la source. Or, l’énoncé équivalent
en si je puis dire ne serait pas franchement irrecevable, mais à tout le moins
bizarre, car l’interprétation changerait substantiellement :
(1’)Elle est née Louise Sergent, le 3 janvier 45 à Courville, près d’Envermeu,
Seine-Maritime. Comédienne, si je puis dire.
Au niveau argumentatif, étant donné que l’on conserve la structure conditionnelle, le marqueur est également orienté vers je ne peux pas dire, en
l’occurrence je ne peux pas dire qu’elle est comédienne. Au niveau polyphonique,
le locuteur commente l’énonciation de [p = je peux dire (elle est comédienne)]. Mais ce locuteur est lui-même la source du pdv sous-jacent. Il se
met à distance de ce pdv, mais ne le rejette pas. L’effet de sens produit sera
ici interprété, a) comme je ne suis pas sûr de me permettre de dire qu’elle est comédienne car cela pourrait être mal perçu, ou b) comme je ne suis pas sûr que le terme
soit approprié à la situation. Or, aucune des deux interprétations ne concorde
bien avec la suite de l’énoncé original :
286 Laurence Rouanne
(1’) Elle est née Louise Sergent, le 3 janvier 45 à Courville, près d’Envermeu,
Seine-Maritime. Comédienne, si je puis dire. Des petits rôles dans des machins intitulés Caresses Interdites, Comment Guérir un Homosexuel
Sans Vraiment se Fatiguer.
La simple atténuation, la réserve véhiculée par si je puis dire est sans commune mesure avec le contre-pied amené, sous (1), par si on peut dire, qui
est interprété dans le sens où il n’est franchement pas approprié de dire
qu’elle est comédienne (elle n’a joué que des petits rôles dans des films de
série Z). Contrepied rendu possible, répétons-le, par le fait que le locuteur
n’est pas la source du pdv sous-jacent.
Parmi les exemples cités précédemment, un certain nombre répondrait
au même schéma. La commutation serait possible, mais l’interprétation
substantiellement différente (exemples (9) à (12), (14) et (15)). En revanche,
la recevabilité pragmatique serait sérieusement remise en question sous (18),
(19), (27), (29) et (30), et (32)). La plupart des exemples de cette deuxième série sont des extraits de journaux ou des séquences fortement marquées par
un discours fait à la non-personne, et sont donc difficilement compatibles
avec le je de si je puis dire.
À l’inverse, peu d’énoncés attestés en si je puis dire pourraient permuter avec si on peut dire. Tel est le cas sous (8), ou encore sous (40) ou (41) :
(40)J’aimerais que ceux qui s’émeuvent le plus de cette situation fassent un petit
peu un bilan de conscience si je puis dire. (Le Lab politique, <www.lelab.
europe1.fr>, septembre 2015)
(41)Curieusement, Azaïs (autant que j’ai pu le voir dans la lecture partielle qui a été
la mienne) plonge toujours en surface, si je puis dire, dans les eaux de l’année
précédente, et non dix, vingt ou trente ans en arrière. (Philippe Lejeune, Signes
de vie, le pacte autobiographique 2, 2005)
Il semble bien que la présence du je dans le contexte soit l’élément qui
bloque l’apparition du ON-locuteur de si on peut dire, le locuteur de P(x)
ne pouvant alors se mettre à distance d’un pdv qu’il a lui-même convoqué,
ou plutôt, ne pouvant user dans ce contexte d’une non-appartenance à la
communauté à laquelle renvoie le ON-locuteur.
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
287
Cependant, la modalité véhiculée par pouvoir est la même8. Il s’agit
d’une modalité déontique, par laquelle le locuteur apprécie la relation prédicative, positivement ou négativement, en fonction de règles pré-établies,
d’un code déontologique.
Remarquons finalement que le tâtonnement inhérent à si je puis dire
donne pied aux séquences type P(x 1) et/ ou si je puis dire (x 2), où x 1 et x 2 sont
des constituants de même nature. Cette structure, comparable dans son
mécanisme à celle du renchérissement et qui n’est pas envisageable avec si
on peut dire, met en évidence qu’il n’y a pas de changement dans la source
des pdv sous-jacents à x 1 et x 2 .
Pour les raisons précédemment citées, nous ne considérons pas donc
si je puis dire comme une variante de si on peut dire, mais comme un marqueur distinct.
Reste à revenir sur une autre variante plusieurs fois mentionnée : si
nous pouvons dire. Il convient de souligner que cette locution relève exclusivement du discours journalistique ou scientifique.
(42)De ce fait la relax a été prononcé ! – (encore faut-il attendre le délibéré…) ! –
Ensuite, blanchi, DSK sera présidentiable (si nous pouvons dire). (Le Figaro,
<www.lefigaro.fr>, février 2015)
(43)Ce qui gouvernera la répartition de ces matières et l’emploi de l’espace offert par
la page sera / en dehors de toute autre considération d’ordre directorial /, un
souci de clientèle particulière, acquise ou, si nous pouvons dire, visée. (Sans
mention d’auteur, La Civilisation écrite, dir. Julien Cain, 1939)
La locution présente exactement les mêmes possibilités distributionnelle
que si je puis dire et de fait il est également possible de trouver P(x 1) et/ou si
nous pouvons dire (x 2) – sous (37) par exemple. Le nous en question est une
personne amplifiée, un je amplifié : le jeu bien connu du locuteur-auteur
qui se veut présenter comme multiple. Si nous pouvons dire est donc bien une
variante de si je puis dire.
8
Sur les modalités véhiculées par ce verbe, on pourra consulter Fuchs & Guimier
(1989).
288 Laurence Rouanne
4. Si j’ose dire
4.1. Distribution
L’étude des possibilités distributionnelles de si j’ose dire débouche rigoureusement sur les mêmes résultats que ceux décrits pour si je puis dire :
incise et position finale en sont les positions prototypiques, la position
autonome est également représentée, la tête de phrase reste fort rare. Ainsi qu’il a été souligné en (3.1), si j’ose dire ne peut pas non plus apparaitre
comme réplique, dans un dialogue. N’existent pas non plus d’occurrences
dans lesquelles y serait spécifié, dans le cadre d’une séquence P(x), si j’ose
dire (y). Mais si j’ose dire peut facilement être inséré dans un mouvement de
coordination entre x 1 et x 2.
(44)Durant quelque vingt ans de journalisme actif, et si j’ose dire, itinérant, je me
suis trouvé en contact avec la plupart des hommes les plus marquants de notre
temps, souverains, hommes d’États et hommes de guerre, artistes, écrivains,
financiers, etc., etc. (Le Figaro, <www.lefigaro.fr>, avril 2015)
4.2. Analyse sémantico-pragmatique
Si j’ose dire et si je puis dire sont parfaitement interchangeables dans toutes
leurs occurrences.
(45)Cette technique est en soi un instrument très intéressant, mais sa mise en
œuvre par des personnes qui prennent pour argent comptant, si j’ose dire, des
concepts éculés, dépourvus de tout réalisme, est une catastrophe. (LesEchos.fr,
<www.lesechos.fr>, 21/05/2015)
(46) – N
on ! Je ne me souviens pas, Lanvin, vous parlez sans qu’on vous entende, en
vos propres ténèbres intérieures, si j’ose dire. (Luc Lang, Les Indiens, 2001)
L’orientation argumentative et le schéma polyphonique sous-jacents sont
les mêmes. La seule différence décelable tient au sémantisme propre à pouvoir et à oser. Alors que si je puis dire marque un certain tâtonnement dans
la recherche de l’expression juste, si j’ose dire excuse ou feint d’excuser le
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
289
caractère trop hardi ou trop critique d’une formulation9. Au-delà de cette
nuance, il s’agit donc de deux variantes du même marqueur.
Conclusion
Nous reprendrons, en guise de conclusion, les observations formulées à
propos de trois marqueurs. D’un point de vue syntaxique, la similitude
des distributions possibles est indéniable. Cependant, on a relevé certaines
différences, peu nombreuses mais fondamentales quant aux conclusions
qu’on peut en tirer. Le fait que si on peut dire soit le seul des trois qui puisse
être utilisé comme réplique dans un dialogue et en outre le seul de trois
apte à recevoir une spécification de y, alors qu’en revanche si j’ose dire et
si je puis dire ont la particularité de pouvoir coordonner deux circonstants
x 1 et x 2 de même nature, démontre, entre autre chose, que le mécanisme
polyphonique à l’œuvre dans si on peut dire diffère fondamentalement de
celui des deux autres marqueurs. Avec si on peut dire, le locuteur n’assume
pas la responsabilité d’une représentation dont il n’est pas la source (il ne
fait pas partie de la communauté évoquée par le ON-locuteur) ce qui lui
permet de dire quand même, c’est-à-dire d’exprimer un doute sur la légitimité d’une formulation (si on peut dire1) ou de l’adéquation entre une formulation et la représentation d’un événement (si on peut dire2). Par le biais de si
je puis dire et de si j’ose dire, le locuteur assume le point de vue représenté (il
n’y a pas de mise à distance). Avec si j’ose dire, il excuse ou feint d’excuser
le caractère trop osé d’une formulation, alors que si je puis dire représente
une sorte de tâtonnement du locuteur qui cherche ou semble chercher la
meilleure formulation.
Même si les trois marqueurs relèvent de la modalisation autonymique,
dans laquelle un segment de discours est utilisé à la fois en usage et en
mention, comme dans l’îlot textuel, ils fonctionnent de façon clairement
différenciée : malgré leur plus grande proximité apparente, si je puis dire
9
Description reprise et aménagée à partir de données extraites du Trésor de la langue
française, entrée si.
290 Laurence Rouanne
(ainsi que si nous pouvons dire) est une variante de si j’ose dire et non pas de si
on peut dire.
Références bibliographiques
Anscombre, J.-C. (2005), « Le ON-locuteur : une entité aux multiples
visages », in Bres, J., Haillet, P.P., Mellet, S., Nølke, H., Rosier, L.
(éds), Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques, Bruxelles, De
Boeck-Duculot, p. 75–94.
Anscombre, J.-C. (2006), « Stéréotypes, gnomicité et polyphonie : la voix
de son maître », in Perrin, L. (éd.), Dialogisme et polyphonie en langue et en
discours, Recherches linguistiques vol. 28, Metz, Université Paul Verlaine, p. 349–378.
Anscombre, J. C. (2010a), « A la croisée des chemins : la théorie des
stéréotypes », in C. Alvarez Castro, Flor M.ª Bango de la Campa &
M.ª Luisa Donaire (éds.), Etudes sur la combinatoire et la hiérarchie des
composants, Peter Lang, Berne.
Anscombre, J.-C. (2010b), « Lexique et médiativité : les marqueurs pour le
dire », Cahiers de Lexicologie 1, 96, p. 5–33.
Anscombre, J.-C., Ducrot, O. (1983), L’argumentation dans la langue, Liège,
Mardaga.
Authier-Revuz, J. (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et
non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.
Base textuelle Frantext, <http://www.frantext.fr/>.
Dendale, P., Tasmowski, L. (éds.) (1994), Langue française n° 102 : Les sources
du savoir et leurs marques linguistiques, Paris, Armand Colin.
Donaire, M.L. (2006), « Les dialogues intérieurs à la langue », Le Français
Moderne 74, 1, p. 61–73.
Fuchs, C., Guimier, Cl. (1989), « Introduction : la polysémie de pouvoir ;
modalité et interprétation : pouvoir », Langue française n° 84, p. 4–8.
Modalisation et expression de la réserve : si on peut dire, si je puis dire, si j’ose dire
291
Gómez-Jordana, S. (2009), « Comparaison hypothétique, mise à distance,
et reformulation : étude diachronique et polyphonique du marqueur
comme qui dirait », Cahiers de lexicologie n° 95, p. 83–114.
Guentchéva, Z. (1996), L’énonciation médiatisée, Paris, Peeters.
Rouanne, L. (2014), « De la médiativité à la modalisation : si on peut dire
comme marqueur d’un métadiscours », in J.-C. Anscombre, E. Oppermann-Marsaux, A. Rodríguez Somolinos (Eds.), Médiativité, polyphonie
et modalité en français : études synchroniques et diachroniques. París : Presses de
la Sorbonne Nouvelle, p. 85–99.
À la recherche du consensus :
on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
Agnès Steuckardt
Université Paul-Valéry, Montpellier
1. Introduction
« Mettre des on va dire partout, c’est surtout pratique pour meubler des
conversations. Et parfois, ça permet d’éviter des euh interminables ; mais
quand on veut dire quelque chose, on peut très bien le dire sans préciser
explicitement qu’on va le dire. Signalons encore la variante on va dire ça
comme ça »1. On va dire et ses « variantes » on va dire ça, on va dire ça comme ça ne
servent-il qu’à « meubler les conversations » ? Comme souvent, l’émergence
d’un nouveau marqueur discursif suscite l’agacement des chroniqueurs de
langue et l’intérêt des linguistes, qui ne manquent pas de débusquer dans
l’insupportable tic de langage de subtiles valeurs sémantico-pragmatiques.
Depuis 2010, quatre enquêtes linguistiques ont exploré l’installation de ce
nouveau venu dans la famille des marqueurs discursifs : deux se fondaient
exclusivement sur des corpus oraux (Lansari, 2010 ; Labeau 2012), deux
autres (Kuyumkuyan 2008 ; Steuckardt 2014) intégraient les usages écrits
(traditionnels et numériques). En nous appuyant sur ces premières enquêtes
et en les complétant par de nouvelles données2 , nous proposons de faire un
point d’étape sur l’usage actuel de on va dire et de ses variantes.
1
2
« Si tu veux le dire, dis-le ! », Le Soir, 22/05/2012.
Nos corpus d’étude sont les suivants : pour l’oral : CFPP2000, CLAPI ; pour l’écrit
numérique : corpus POLOP (tweets 12/2011-05/2012, Bouillot et alii, LIRMM) ;
corpus 88milSMS (SMS, 2011, Panckhurst et alii, Praxiling, Huma-Num) ; pour
l’écrit journalistique : corpus de presse extrait d’Europresse (Presse généraliste nationale, 1er semestre 2012 et 1er semestre 2015 ; Presse généraliste régionale 05/2012
294 Agnès Steuckardt
Quels sont leurs emplois-types ? D’après nos corpus, on va dire à l’écrit
se présente comme introducteur d’une proposition complétive :
(1) J’ai perdu mais on va dire que je ressors la tête haute. (Midi libre, 27/05/2015)
À l’oral, il porte plus ordinairement sur un constituant infrapropositionnel, après lequel il se trouve placé :
(2)C’était un café tabac un petit petit euh un petit troquet de quartier on va dire.
(CFPP2000, Lucie da Silva, 07/2002)
Les variantes on va dire ça et on va dire ça comme ça constituent, du point de
vue statistique, des épiphénomènes. Dans les corpus examinés, on va dire
ça comme ça est présent à l’oral et dans l’écrit journalistique, mais représente
moins de 5% des occurrences ; on va dire ça n’est présent que dans notre
corpus de tweets, avec une fréquence du même ordre.
(3)« Le trio arbitral a manqué un peu de réalisme sur ses décisions, on va dire ça
comme ça, soupirait le coach lillois après la rencontre ». (Aujourd’hui en France,
09/02/2012)
(4)[Elle] est, comment dire, absolument épatante, on va dire ça. (Corpus POLOP,
05/2012)
Pourquoi dépenser les précieux caractères d’un tweet à annoncer qu’on va
dire quelque chose que l’on a déjà dit (4) ? Pourquoi ce retour d’un paradoxal futur sur le mot lâché (2, 3, 4) ? Quelles vertus émollientes recèlent
donc ces marqueurs pour engager les sportifs malheureux à en faire usage
après défaite (1, 3) ?
et 05/2015). Soit pour l’oral : 157 occurrences ; pour l’écrit numérique : 56 ; pour
l’écrit journalistique : 97. Ces corpus servent de base aux données statistiques ; on ne
s’interdit pas, pour l’analyse qualitative, d’utiliser d’autres sources documentaires.
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
295
2. Cadre théorique
Notre analyse s’inscrit dans une conception sociale de la langue : elle part
de corpus authentiques, quantifie les occurrences et les appréhende dans
leurs conditions de production (notamment ici : oral/écrit). Les possibles
de langue sont actualisés par les usages attestés, dont la description requiert
une analyse syntaxique et sémantique de la séquence on va dire. Du point de
vue syntaxique, l’analyse de on va dire demande, à cause de la possible absence de complétive (2), de solliciter la notion de recteur faible3, construite
dans le cadre de la grammaire du français parlé (Blanche-Benveniste, 1989)
et précisée par Apothéloz (2003). Blanche-Benveniste définit les recteurs
faibles (e. g. je crois, je pense, je trouve) par deux propriétés : « (1) ils peuvent
régir une proposition complétive, (2) ils peuvent former une proposition
parenthétique de forme « clitique sujet (ou SN sujet + verbe » ou « verbe +
clitique sujet (ou SN sujet) », incise dans une proposition ou postposée à
celle-ci » (synthétisé par Apothéloz, 2003, 242). Nous montrerons que on va
dire peut être utilisé comme un recteur faible et qu’il possède les propriétés
morphosyntaxiques identifiées par Apothéloz (2003, 243–247).
Pour dégager la valeur sémantique particulière développée dans cet
emploi, nous partirons du concept de modalisation autonymique, élaboré
par Jacqueline Authier-Revuz : il permet de rendre compte du statut particulier que confère à un énoncé la présence d’un marqueur métalinguistique. En (2) par exemple, un petit troquet de quartier apparaît d’abord, dans la
linéarité de l’écoute, employé en usage, mais la présence de on va dire amène
une réinterprétation du statut : le constituant un petit troquet de quartier est
alors aussi envisagé en tant que choix de dénomination. Sans se trouver
à proprement parler en emploi autonymique (comme il le serait dans on
appelle cela un troquet de quartier), il est placé sous modalisation autonymique.
L’interprétation sémantico-pragmatique de la modalisation opérée par on
va dire ou ses variantes sera déduite à la fois de la décomposition sémantique des marqueurs eux-mêmes et des emplois repérés en corpus.
3
Dans la recherche anglo-saxonne, « parenthetical verb » (Urmson, 1952), notion
dont Gachet (2009) souligne les fragilités.
296 Agnès Steuckardt
3. Les données distributionnelles
On va dire est constitué d’un pronom et d’une forme verbale. Une première
distinction est entraînée par la référence du pronom : on distinguera on
excluant la 1ère personne vs on l’incluant. Dans cette seconde interprétation, on distinguera deux interprétations du futur périphrastique. Trois on
va dire peuvent ainsi être décrits.
3.1. On va dire1 : on excluant la première personne
Dans des exemples comme :
(5)Mourad Boudaoud, patron du restaurant Sidi Rached, rue Myrha, a le même
réflexe : « Ça recommence ! On va dire que c’est nous les coupables. » (Le
Monde, 10/01/2015)
(6)[Sarkozy] a salué la présence de ces derniers : « Je sais ce que l’on va dire, que
je suis sentimental ». Je ne suis pas une momie, je suis un être humain ». (Le
Figaro, 21/04/2012)
Les propositions c’est nous les coupables, je suis sentimental ne sont pas prises
en charge par le locuteur : elles posent sur lui une prédication négative
à laquelle il ne saurait adhérer. La première, prononcée par un locuteur
musulman après les attentats contre Charlie Hebdo, est imputable à une
opinion commune aux relents d’extrême droite, la seconde, à des détracteurs rappelant le Président vaincu à plus de retenue. Le pronom on pose
ici une instance énonciative distincte du locuteur.
3.2. On va dire2 : on incluant la première personne, énonciation de p située au-delà de l’espace-temps de l’énonciation
Dans les exemples suivants, le propos annoncé par on va dire ne présente
en revanche pas de discordance avec la pensée du locuteur :
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
297
(7)On l’a vu par ce qui a été dit, et on le verra encore par ce que l’on va dire.
(Esprit Jacques, La fausseté des vertus humaines, 1678, référence Frantext)
(8)« Je vais naturellement parler de la Syrie avec Vladimir Poutine, mais ce n’est
pas conseillé de communiquer avant ce qu’on va dire », esquivait-elle. (Sud
Ouest, « Le cas syrien divise », 31 mai 2012)
(9)On nous aurait accusés de plomber la campagne du second tour, mais à partir
de dimanche, on va dire ce qu’on pense », lâche une députée. (Aujourd’hui en
France, 26/03/2015)
(10)J’ai pas pu voir le powerpoint de si en entier car pb d’ordi mais ce que tu as
fait me semble pas mal après il reste à voir ce qu’on va dire oralement pour
l’accompagner. (SMS, 08/11/2011)
Dans la citation (7), le référent de on coïncide avec le locuteur ; le pronom
de 3e personne est employé par énallage de modestie, dans un registre
soutenu. En (8), l’indéfini on se situe à un haut niveau généralité : il est
employé dans une sorte de maxime de conduite à destination des bons
communicants, au nombre desquels se compte la ministre. Ce on inclut le
locuteur. En (9), le pronom on, dans on va dire ce qu’on pense, forme alternative du nous, recouvre 1ère personne (la députée) et 3e personne (les autres
députés socialistes) : comme un nous exclusif, ce on exclut l’interlocuteur.
En (10), c’est un on inclusif qui est actualisé : il inclut l’auteur du SMS et
son destinataire, qui préparent ensemble un exposé.
Dans ces citations, la déclaration annoncée de p est située dans un
temps ultérieur au moment d’énonciation partagé par les interlocuteurs,
au-delà de la borne finale de l’interlocution et généralement dans un lieu
différent. En (7), la déclaration de p surviendra dans la phrase ou dans les
lignes suivantes, après la phrase en cours d’écriture ; en (8), elle se produira
au moment de l’entrevue avec Poutine, à un moment postérieur à l’interview ici rapportée et dans un autre lieu ; en (9), le circonstant à partir de
dimanche explicite une borne initiale pour la déclaration de p ; en (10), la
déclaration de p adviendra au moment de l’exposé et probablement dans
une salle de cours.
Ce dernier cas de figure, où le pronom on, inclusif, représente je et tu/
vous apparaît, dans certaines occurrences, très proche du on va dire marqueur, si bien que l’interprétation de on va dire prête à discussion dans
certains exemples comme :
298 Agnès Steuckardt
(11)Quand on retire une sonde gastrique à une vieille dame, on va dire que ce n’est
pas de l’euthanasie parce que la loi le permet. (Libération, 30/05/2015)
(12)Toi, tu diriges, mais ce sont bien les musiciens qui jouent ? Alors on va dire
que ce sont les musiciens qui travaillent et pas toi. (Le Figaro, 11/02/2012)
L’énonciation de p11 (ce n’est pas de l’euthanasie) et celle de p12 (ce sont les musiciens qui travaillent et pas toi) sont-­elles situées au-delà du hic et nunc de
l’énonciation ? Si oui, il devrait être possible d’ajouter des circonstants du
type plus tard pour le temps, sur la place publique pour l’espace :
(11’) On va dire plus tard/sur la place publique que ce n’est pas de l’euthanasie.
(12’)On va dire plus tard/sur la place publique que ce sont les musiciens qui travaillent et pas toi.
Si non, on devrait pouvoir ajouter maintenant, entre nous :
(11’’) On va dire maintenant/entre nous que ce n’est pas de l’euthanasie.
(12’’)On va dire maintenant/entre nous que ce sont les musiciens qui travaillent et
pas toi.
Il est difficile de décider, en se fondant sur la seule analyse du pronom
et de la valeur du futur, de la meilleure acceptabilité de ces énoncés. Le
contexte de (11’), qui invoque la loi, donc une parole publique et non limitée à un accord éphémère entre les interlocuteurs, semble plutôt orienter
vers un on va dire2 ; en (12’’), le ton de conversation familière posé notamment par le tutoiement oriente davantage vers un on va dire34.
3.3. On va dire3 : marqueur discursif
Dans les exemples (1) à (4), le fonctionnement de on va dire apparaît syntaxiquement différent de on va dire1 et de on va dire2 : son aptitude à la
postposition engage à formuler l’hypothèse d’un recteur faible (Lansari,
2010). Comme le requiert la définition des recteurs faibles, on va dire peut
4
Sur cette ambiguïté, voir Steuckardt, 2014 : 72–75.
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
299
régir une proposition complétive (1) et également former une proposition
parenthétique de forme « clitique sujet » incise dans une proposition ou
postposée à celle-ci (2). Il possède en outre les propriétés syntaxiques
mises en évidence par Apothéloz pour les recteurs faibles : leur fonctionnement spécifique dans les tests d’extraction, négation, interrogation5
d’une part, et d’autre part l’érosion de la conjonction que.
3.3.1. Extraction de la complétive, négation, interrogation
Comparons l’exemple (1) avec une séquence on va dire 2 + complétive :
(13) –Si on nous demande comment c’est arrivé, qu’est-ce qu’on va dire ? Et notre
secret ?
–Eh bien on va dire qu’il courait pour attraper un cabri qui était parti et qu’il
est tombé sur une souche. C’est déjà arrivé à un camarade de classe. D’accord ? On va dire ça. (Sylvie Line, Ti Dolfine et le Tilibo vert, Paris, Editions
Caribéennes, 1985 : 54)
Par extraction/détachement, en pseudo-clivage, de la complétive,
(1)
j’ai perdu mais on va dire que je ressors la tête haute
(13) on va dire qu’il courait pour attraper un cabri
deviennent
(1’) j’ai perdu mais ce qu’on va dire, c’est que je ressors la tête haute
(13’) ce qu’on va dire, c’est qu’il courait pour attraper un cabri.
(13’) ne change pas fondamentalement le propos de (13) : le pseudo-clivage met en relief un acte déclaratif (le mensonge imaginé par les personnages, il courait pour attraper un cabri). En revanche (1’) paraît étrange : on
ne voit pas bien comment fonctionne ici la réorientation argumentative
engagée par mais. Le fonctionnement argumentatif de mais apparaît en
revanche clairement quand on supprime on va dire que ; dans j’ai perdu, mais
je ressors la tête haute, la proposition j’ai perdu oriente vers une conclusion du
5
Ces propriétés caractérisent plus généralement les marqueurs d’attitude (Anscombre, 2001).
300 Agnès Steuckardt
type je suis désespéré, conclusion que contrecarre mais je ressors la tête haute.
(1’), en mettant en relief on va dire, brouille l’enchaînement argumentatif et
rend problématique le sens de l’énoncé.
De même, la transformation négative concerne la complétive et non
son introducteur en (1) :
(1’’) j’ai gagné mais on ne va pas dire que je ressors la tête haute.
On peut supprimer on va dire en 1’’ sans modifier fondamentalement le
propos :
(1’’’) j’ai gagné mais je ne ressors pas la tête haute.
La transformation négative concerne en revanche la proposition on va dire
en (13) :
(13’’) –Si on nous demande comment c’est arrivé, qu’est-ce qu’on va dire ? Et
notre secret ?
–Eh bien on ne va pas dire qu’il courait pour attraper un cabri [mais on
inventera autre chose].
Si l’on supprime on va dire, le propos devient problématique :
? (13’’’) –Si on nous demande comment c’est arrivé, qu’est-ce qu’on va dire ? Et
notre secret ?
–Eh bien il ne courait pas pour attraper un cabri [mais pour attraper un
lièvre].
Le propos est fondamentalement transformé et ne constitue plus une
réponse adéquate à la question initialement posée. Ces transformations
mettent en évidence le caractère secondaire, sur le plan de l’information,
de l’introducteur on va dire en (1).
3.3.2. Effacement de que, position de on va dire
Selon Blanche-Benveniste, pour les recteurs faibles, une érosion phonologique de la conjonction est sensible au niveau phonologique. Dans le
corpus CLAPI, cette érosion de que est notée (par l’antiquote `) :
301
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
(14)on va dire qu` tu la donnes au gardien/ (CLAPI, « Foot 2 joueurs Aix »,
30/10/2007)
L’effacement total de la conjonction que, avec on va dire antéposé à la proposition sur laquelle il porte, est attesté (à l’oral dans nos corpus d’étude) :
(15)parce que les autres on va dire j’les connais pas hein. (CFPP, Lucie da Silva,
07/2002)
On va dire, libéré de la conjonction que, ne porte pas nécessairement sur
une proposition. Dès lors, on va dire ne fonctionne plus comme une proposition, mais comme ce qu’Apothéloz nomme un « adverboïde » : il rejoint
la catégorie des marqueurs discursifs, dont un des traits définitoires est le
caractère optionnel (Dostie, 2007 : 2–3). Il peut porter sur un constituant
infrapropositionnel X, comme en (2) ; il peut être postposé à p, ou placé
en incise. Au final, du point de vue de la portée et de la place, l’usage de
on va dire se présente, d’après nos corpus, selon la répartition récapitulée
dans le tableau ci-dessous.
Tableau 1 : Portée et place de on va dire, en pourcentage.
portée
position
oral6
écrit numérique
écrit
p
anté-
22,4
55,4
75,3
47,3
incise/post-
12,8
12,5
13,4
12,9
24
14,3
6,2
15,8
40,8
17,9
6,2
24
100
100
100
100
X
antéincise/post-
Le cas apparemment le plus présent dans nos corpus est l’emploi de on
va dire en tant qu’introducteur d’une proposition complétive (1). Il faut
cependant relativiser cette prégnance de on va dire que antéposé : dans nos
corpus écrits, qui sont des corpus de presse, les occurrences de on va dire
se trouvent généralement dans des discours directs rapportés : il est possible que l’auteur de l’article reconstruise une construction on va dire que
antéposé, là où l’interviewé employait un on va dire postposé. On va dire que
6
Pour l’oral, nous reprenons les statistiques de Labeau, (2012).
302 Agnès Steuckardt
antéposé est en tout cas plus conforme à l’idée que se fait le journaliste du
style écrit qui doit être le sien.
La postposition d’un on va dire à portée propositionnelle est possible,
et à peu près également représentée dans les trois types des corpus :
(16)Bah…c’est compliqué…, j’évite de trop reflechir on va dire. (Corpus 88milSMS,
27/09/2011)
La portée restreinte à un constituant infrapropositionnel, rare dans l’écrit
de presse, est mieux attestée dans l’écrit numérique et dominante à l’oral,
avec une nette préférence pour la postposition (2).
3.3.3. Variantes on va dire ça, on va dire ça comme ça
Deux cas de figure doivent être distingués : l’utilisation en réponse par l’interlocuteur d’une part, d’autre part l’utilisation par le locuteur lui-même.
On va dire, contrairement aux recteurs faibles je crois, je pense, je trouve,
mais comme d’autres, tel que j’avoue, ne semble pas (encore ?) apte à fonctionner en tant que réponse : dans cette situation, on va dire ça ou on va dire
ça comme ça prennent le relais ; ils enchaînent sur le propos précédent dont
le pronom démonstratif ça opère l’anaphore :
(17)« C’est mouvementé chez vous ? » « On va dire ça comme ça oui. » (Le Maine
libre, 09/10/2014)
Dans le corpus POLOP, deux tweets prennent la forme oui on va dire ça.
Plutôt que le pronom personnel le, c’est le pronom démonstratif ça qui est
utilisé pour opérer l’anaphore. La préférence pour cette forme caractéristique de l’oral familier signale un ancrage du marqueur on va dire dans ce
registre.
Les recteurs faibles du type je crois, je pense, mais aussi il faut dire, je veux
dire, devenus marqueurs discursifs, peuvent réinvestir la position objet par
un pronom anaphorique, pour signaler une insistance sur le marquage ; il en
va de même de on va dire, à la préférence près pour l’anaphorique familier ça.
L’insistance de la comparative comme ça, où ça ne fait que réitérer l’anaphore,
apparaît comme une redondance, qui a pu être mise en œuvre, dans l’histoire du français, avec d’autres marqueurs en dire : dans un registre soutenu,
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
303
Vaugelas relève par exemple s’il le faut ainsi dire, où le pronom le et l’adverbe
ainsi opèrent le même type d’anaphore redoublée (Steuckardt, 2015).
Le choix entre on va dire et on va dire ça comme ça semble tenir non seulement à des motivations d’insistance, mais aussi au support du discours :
dans nos corpus d’étude, la forme on va dire ça est spécifique des tweets,
propices à une certaine concision.
Le fonctionnement anaphorique induit une situation préférentielle en
postposition, avec une portée propositionnelle (3), ou infrapropositionnelle (4). Cependant, l’antéposition, avec un fonctionnement cataphorique
du démonstratif, reste possible, que la cataphore concerne une structure
propositionnelle, voire suprapropositionnelle, comme :
(18)On va dire ça comme ça : à la CCFL, on a la chance de pouvoir mener les
projets qu’on veut mener. (La Voix du Nord, 18/01/2014)
ou infrapropositionnelle, comme :
(19)oui, on va dire ça, tonique. y avait aussi abject ou honteux. (Corpus POLOP,
05/2012)
Cette antéposition, inhabituelle, attire l’attention sur l’acte de modalisation effectué par le marqueur. Les variantes de on va dire3 confirment une
situation préférentielle en postposition et un ancrage dans un registre oral
familier.
4. Analyse sémantico-pragmatique
4.1. Trois on va dire
Les trois on va dire se distinguent par leurs gloses respectives. On va dire 1
commute avec on dira, les gens diront 7 :
7
On va dire 1 est susceptible d’entrer dans un processus argumentatif. Il met en scène
la voix de tiers (les gens, l’opinion publique, autrui) pour anticiper les reproches
304 Agnès Steuckardt
Mourad Boudaoud, patron du restaurant Sidi Rached, rue Myrha, a le même réflexe : « Ça recommence ! Les gens diront que c’est nous les coupables. »
Cette commutation ne fonctionne pas, salvo sensu, avec on va dire3, et encore
moins avec on va dire 2 :
? J’ai perdu mais les gens diront que je ressors la tête haute.
?? – Si on nous demande comment c’est arrivé, qu’est-ce que les gens diront ? Et
notre secret ?
– Eh bien les gens diront qu’il courait pour attraper un cabri.
On va dire 2 commute avec nous déclarerons, nous raconterons, qui ne convient
pas comme équivalent de on va dire 3, ni de on va dire1 :
–Si on nous demande comment c’est arrivé, qu’est-ce que nous raconterons ? Et
notre secret ?
– Eh bien nous raconterons qu’il courait pour attraper un cabri.
?? J’ai perdu mais nous raconterons que je ressors la tête haute
?? Mourad Boudaoud, patron du restaurant Sidi Rached, rue Myrha, a le même
réflexe : « Ça recommence ! Nous raconterons que c’est nous les coupables. »
Mais c’est on va dire 3 qui a acquis un fonctionnement de marqueur discursif et qui, à ce titre, nous intéresse principalement ici.
4.2. Valeurs sémantico-pragmatiques de on va dire3
On va dire 3, marqueur discursif en dire, met en place une modalisation
autonymique. La proposition p ou la nomination X sur lesquels il porte
sont posées en usage et conjointement comme en tant que signe. Parmi
les marqueurs en dire, on va dire 3 se rapproche non de ceux qui, comme
autrement dit, pour mieux dire, à vrai dire, présentent p ou X comme une
ou objections auxquels le locuteur risque de se heurter. En (6) par exemple, on va
dire que je suis sentimental pose l’objection pour amener une autojustification, voire
une autopromotion ( je ne suis pas une momie, je suis un être humain). Ce schéma discursif a intéressé, pour son rendement argumentatif, la rhétorique traditionnelle,
qui l’appelle prolepse, et, pour la mise en scène de la voix d’autrui, les études sur le
dialogisme, qui le nomment dialogisme interlocutif anticipatif.
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
305
formulation alternative, meilleure ou particulièrement sincère, mais de
ceux qui, tels comme on dit, pour ainsi dire, signalent une prise en charge
incomplète de la formulation par le locuteur. Pour indiquer ce déficit
de prise en charge, les marqueurs en dire jouent sur les paramètres de la
personne et du prédicat verbal.
4.2.1. Le paramètre verbal
Contrairement à comme on dit, comme dit le proverbe, qui imputent à une communauté linguistique anonyme la responsabilité de la formulation initiale
(Anscombre, 2010 ; et ici même), on va dire 3 reste dans la sphère de la 1ère
personne (cf. 3.3). En cela, il est proche des marqueurs en dire strictement
formés sur la 1ère personne : je vais dire, je dirai(s), j’allais dire, j’ai envie de dire, si
j’ose dire, si je puis dire, si je peux dire. Avec ces marqueurs, le locuteur présente
comme non actuel l’acte déclaratif qu’il est pourtant en train de réaliser.
Cette désactualisation du procès déclaratif est opérée de différentes manières : les marqueurs en si (Rouanne, ici même), comme le conditionnel
je dirais, le suspendent à une condition ; j’ai envie de dire le présente comme
l’objet d’un désir. Avec ceux qui utilisent le futur, le locuteur montre l’acte
déclaratif en cours de réalisation et le saisit avant qu’il ne soit réalisé : avec
le futur simple je dirai, la réalisation de l’acte déclaratif est projetée au-delà
du moment de l’énonciation. Dans
C’était un café tabac un petit petit euh un petit troquet de quartier je dirai
le futur je dirai situe la profération de l’énoncé c’était un café tabac un petit petit
euh un petit troquet de quartier au-delà du moment de l’énonciation ; il s’agit
d’une mise en scène énonciative, puisque le locuteur vient en réalité de
proférer cet énoncé. On va dire, de même que je dirai et je vais dire, ne pose
pas explicitement la réalisation de l’acte déclaratif : il envisage le moment
où cet acte n’est pas encore réalisé. Des indices de temporisation (points
de suspension (16), euh (23), reformulation (2)) soulignent l’arrêt sur cet
instant. Placé à l’orée de l’à-dire, le locuteur a choisi un énoncé possible,
mais qui aurait pu être autre. Cette saisie du procès déclaratif permet d’en
signaler l’arbitraire.
306 Agnès Steuckardt
4.2.2. Valeur de on
Dans on va dire, le pronom on associe dans l’acte de formulation la 1ère et la
2e personne de l’interlocution : forçant la participation de l’interlocuteur,
il se rapproche de disons, qui, par la personne 4, associe l’interlocuteur à
l’acte déclaratif. La comparaison entre disons et on va dire met en évidence
l’importance du registre spécifique à on va dire. Dans :
C’était un café tabac un petit petit euh un petit troquet de quartier disons
disons, comme on va dire, indique, de la part du locuteur, un déficit de prise
en charge et oblige l’interlocuteur à participer à la formulation familière
un petit troquet de quartier. Mais on va dire fait plus : par son propre registre,
il justifie les raisons de cette participation ; la nomination survient dans le
cours d’une conversation ordinaire, sans apprêts. Avec disons, la phrase apparaît à la fois plus guindée et plus autoritaire. Le pronom on de on va dire3
joue donc un rôle double : il associe l’interlocuteur à l’acte déclaratif et installe un registre familier. Ce registre est confirmé par la préférence pour
le futur périphrastique, de niveau moins « soigné » que le futur simple
(Blanche-Benveniste, 2010 : 69). Dans les variantes on va dire ça, on va dire
ça comme ça, le choix du démonstratif ça confirme ce registre.
4.2.3. Visée pragmatique du désengagement : la recherche d’un consensus
En quoi consiste l’arbitraire qui motive le désengagement indiqué par on
va dire ? Dans quel but le locuteur le souligne-t-il par ce marqueur ? Comment on va dire répond-il à ce but ?
Le choix de la formulation peut apparaître inadéquat à différents
égards, notamment :
–
la précision d’une évaluation :
(20)On avait pris cette classe au hasard et on va dire qu’elle était de niveau moyen
à faible. ( Journal de Saône et Loire, 26/05/2015)
(21)euh j’ai une + une jeune maman on va dire ça comme ça + qui a une trentaine
d’années (CFPP2000, Jacqueline Pelletier, 04/2001)
(22)On va dire six et demi sept pour ce film (Corpus 88milSMS, 02/12/2011)
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
–
307
le jugement axiologique (voir aussi 3, 14, 16, 18) :
(23)J’ai fait quelques bons matchs mais ce n’est pas suffisant. On va dire que c’est
une année d’adaptation… (La Voix du Nord, 20/05/2015)
(24)L es séances sont très animées, on va dire ça comme ça ! C’est ce qu’il nous
faut. Un coach derrière nous en permanence. (L’Est républicain, 17/10/2013)
–
la convenance de registre (voir aussi 2) :
(25)Par rapport à certains sports, on va dire qu’ils mouillent le maillot. (Midi libre,
25/05/2015)
(26)C’est bien de se dépuceler aujourd’hui, on va dire ça comme ça. (AFP Infos
Françaises, 02/10/2014).
Le locuteur, en notant, par le marqueur on va dire ou ses variantes, une
inadéquation, anticipe un dissensus et construit le consensus nécessaire
pour poursuivre une interaction paisible. Cette bonhomie voulue peut
être soulignée par d’autres indices, comme les invites collaboratives sur
le mode interrogatif (sa te va, (27)) ou exhortatif (allez, (29))8, l’indication
« Rires » dans les corpus de presse, les binettes (ou émoticônes) dans les
tweets (Steuckardt, 2014 : 77–78), ou encore dans les SMS, par exemple :
(27)Mdr on va dire une grande amatrice de boissons alcoolisées alors lol sa te va : P
(Corpus 88milSMS, 15/12/2011)
Les abréviations Mdr et lol installent le ton de la plaisanterie pour la nomination euphémisante. L’interrogation métadiscursive postposée sa te va redouble la sollicitation de l’interlocuteur, déjà posée par le on du marqueur on
va dire. L’euphémisme est présenté comme le résultat d’une négociation linguistique dont l’émoticône : P (langue tirée) souligne le caractère ludique.
Le locuteur se sert alors de on va dire pour faire accepter ses propres formulations ; dans un énoncé dialogal (17), il l’utilise pour accepter celles de
son interlocuteur, alors qu’elles ne lui conviennent pas forcément – toujours
8
Le verbe aller est fortement sollicité dans cette marche vers le consensus, où locuteur et interlocuteur sont invités à faire chacun un bout de chemin dans la négociation du dire.
308 Agnès Steuckardt
dans un esprit de recherche du consensus. Dans les corpus de presse, les
commentaires du journaliste soulignent parfois cette visée consensuelle :
(28)Et quand on lui demanda s’il [Samuel Umtiti] prenait goût à ce poste de latéral
gauche, il répondit : « Oui. On va dire ça. » On a connu des réponses plus
enjouées. Mais on sait, et on n’est pas loin de partager sa conviction, que ce
pur produit de la formation lyonnaise se sent plus à l’aise dans l’axe. (Le Progrès,
07/03/2013)
(29)Est-ce que je pratique actuellement le meilleur tennis de ma carrière, ici à
Bercy ? Allez, on va dire ça comme ça. » Pas dérangeant, Roger. (L’Équipe,
13/11/2013)
En (28), faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le joueur accepte la
formulation positive prenait goût, malgré ses réserves, explicitées ensuite
par le journaliste, sur le poste qui lui est échu. Le commentaire litotique on
a connu des réponses plus enjouées souligne l’effort consenti pour éviter d’entrer
dans un échange polémique. En (29), Roger Federer accepte par on va dire
ça comme ça une formulation superlative, qu’il pourrait récuser parce qu’elle
est susceptible de blesser sa modestie. Le commentaire du journaliste (Pas
dérangeant, Roger) apprécie l’effort vers le consensus – non sans quelque
ironie, car les blessures de modestie ne sont pas des plus douloureuses.
L’aptitude de on va dire et de ses variantes à installer cette ambiance
débonnaire peut être mise en relation avec leur registre d’oralité. Le rappel du cadre de la conversation permet d’autoriser le recours à des expressions familières ou basses (troquet en (2), mouiller le maillot en (25), dépuceler
en (26)). Il autorise de même l’approximation dans l’évaluation quantitative ou axiologique : parce qu’il ne s’exprime pas dans un rapport de l’inspection académique en (20), dans une note des services sociaux en (21),
ni dans une critique cinématographique en (22), le locuteur peut se permettre une formulation hésitante et vague (« moyen à faible », « jeune »,
« six et demie ou sept »).
Quand l’état de chose ou le référent sont négatifs, les contextes
montrent une forte propension, soit à une axiologie positive, soit à une
axiologie neutre, dans une démarche d’euphémisation montrée (voir aussi
Steuckardt, 2014). En (23), une année où les résultats positifs apparaissent
rares (« quelques bons matchs ») est appelée année d’adaptation ; en (24), les
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
309
séances caractérisées par les remontrances continuelles du coach (« un
coach derrière nous en permanence ») deviennent des séances très animées ;
en (27), la personne qui pourrait sans doute, dans un contexte moins bienveillant, être appelée par exemple alcoolique invétérée est nommée, plus flatteusement, grande amatrice de boissons alcoolisées. Les indices de négativité du
référent (quelques, derrière nous) ou de distanciation à l’égard de la nomination
(Mdr, lol, : P) sont suffisants pour montrer que le locuteur sait à quoi s’en
tenir et pour que l’interlocuteur le sache aussi, mais l’atmosphère de conversation bon enfant et souriante, construite par le registre oral familier, fait
accepter des formulations euphémisantes ((23), (24), (27)), familières ((25),
(26)), authentiquement (28) ou apparemment (29) conciliantes.
5. Notice diachronique
La séquence on va dire est attestée depuis le français médiéval :
(30)Car qui veult faire vne feste pour luy ou pour un sien amy, il y a certains hostelx en chascune ville. On va dire a lostel, « Faites moy demain appareillier a
mangier pour tant de gens ». (Mandeville, Voyages, 1360, Frantext)
Le pronom on, comme le relatif qui de la phrase précédente, revêt une
valeur générique ; la contextualisation spatiale (ville, ostel ) actualise pour
aller sa valeur de verbe de mouvement. Il prend une valeur de futur périphrastique, résultant de la valeur de mouvement (Bres et Labeau, 2012)
dans les occurrences ultérieures :
(31)On trouvera peut-être ce que l’on va dire petit. (Maupéou, La vie du T. R. P.
Dom Armand Jean Le Bouthillier de Rancé, 1602, Paris, d’Houry, 66)
La déclaration de p, représenté par le pronom ce, est située au-delà de
l’espace-temps de l’énonciation. On a affaire à l’emploi décrit comme on
va dire2.
Les premières occurrences de on va dire1 sont attestées également au
17e siècle :
310 Agnès Steuckardt
(32)J’attends qu’on me va dire : jusque-là vous avez toujours disputé, mais vous
n’avez rien résolu. (Vaugelas (trad.), Histoire d’Alexandre le Grand, Paris, Toussaint, 1646, 758)
On me va dire, on va me dire, on va nous dire sont des variantes de ce on va dire2 ,
où le pronom on exclut la première personne.
On va dire3 est d’émergence récente, comme l’atteste l’abondance des
commentaires épilinguistiques auxquels il donne lieu depuis la première
décennie du début du 21e siècle9. Les rares transcriptions de corpus oraux
que l’on possède pour le 20e siècle permettent d’attester l’existence de la
forme en français québécois des années 1950 et dans l’oral marseillais des
années 1970 (Steuckardt, 2014). On va dire3 est attesté à l’écrit depuis la fin
du 20e siècle :
(33)Mon siamois ! Et ses yeux ont brillé, brillé. Et il a fait un… On va dire que ce
fut un feulement. Je sais que ce sont les tigres qui feulent. Cette nuit-là, mon
siamois, il est devenu un tigre. (Forlani, 1989, Frantext)
(34)Je l’ai connu… je n’en sais rien… mais forcément, dans les années 50, c’est-àdire après qu’il a été… on va dire ministre, pour simplifier sous Vichy. (propos
de François Mitterrand, rapportés dans Le Monde, 14/09/1994)
On va dire3, présent dans Frantext (12 occurrences), s’est installé dans
l’écrit journalistique : d’après la base Europresse, de huit occurrences de on
va dire, dont trois on va dire3, dans la presse généraliste nationale au premier semestre 1998, on passe au premier semestre 2008 à 30, dont 22 on
va dire3 ; sa prégnance est plus marquée encore dans la presse régionale.
On va dire ça et on va dire ça comme ça, dont Frantext ne fournit pas encore
d’occurrences, sont attestés dans la presse depuis le début du 21e siècle :
(35)L es gosses se déclarent ravis de leur première journée sur place. Du côté
des animateurs, « ça va, on va dire ça comme ça », dit malicieusement Momo.
(Le Progrès, 26/07/2000)
(36)Soyaux vient de réaliser un nouveau 2–2 à l’extérieur à Thouars après celui
concédé à Royan sur le même score. Un abonnement ? « On va dire ça… »,
concède un peu frustré le coach sojaldicien. (Sud-Ouest, 11/11/2005)
9
Voir Lansari (2010) et ici même, Introduction.
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
311
Le degré de lexicalisation de on va dire peut difficilement être apprécié en
modifiant la personne ou le temps puisque ces changements ramènent
à d’autres marqueurs discursifs ; l’insertion d’une négation ou d’adverbe
( juste, simplement) peuvent être attestés (Lansari, 2010). Ils semblent cependant rares et ne présentent aucune occurrence dans nos corpus d’étude. Si
l’on note un léger fléchissement dans la deuxième décennie du 21e siècle
(pour le premier semestre 2012, 26 occurrences dont 15 on va dire3 ; pour
la même période en 2015, 25 dont 16 on va dire 3), l’usage du marqueur on va
dire est, quoiqu’en pensent les chroniqueurs de langue, plus qu’une mode
éphémère. Il a pris sa place parmi les marqueurs discursifs en dire : moins
autocentré qu’un je dirai ou je vais dire, moins soutenu qu’un disons, il met en
scène un désengagement décontracté du dire, choisissant, pour l’accepter
ou le faire accepter, une négociation dans la détente.
La différence entre on va dire 2, possible depuis le 17e siècle, et on va dire3,
émergé au 20e, tient principalement à une modification dans le schéma
temporel. Le début de l’acte déclaratif projeté est situé au-delà du moment
de l’énonciation avec on va dire2 ; il est programmé pour intervenir dans
le cours de l’interlocution avec on va dire3. Ce déplacement temporel, qui
va de pair avec un resserrement du on sur les interlocuteurs en présence,
entraîne un changement d’équilibre du topic : pour la séquence on va dire
que p, il est placé sur on va dire dans le premier cas, mais porte sur p dans le
second. Devenu alors recteur faible, il voit s’effacer la conjonction que, devient mobile, peut porter sur un constituant infrapropositionnel. Ce statut,
récent, ne va pas jusqu’à lui permettre de fonctionner comme une réponse
dans le cadre d’un dialogue : c’est alors aux variantes on va dire ça et on va
dire ça comme ça que recourt le locuteur. Portant sur le discours d’autrui, elles
mettent en scène une prise en charge différée, signalant à la fois réticence
(parce que l’acte déclaratif est futur) et acceptation (parce que cet acte reste
néanmoins accompli pendant le temps que dure l’interlocution).
Lorsque le locuteur utilise dans son propre discours on va dire marqueur (ou ses variantes, disponibles aussi pour cet usage), la mise en scène
de ce schéma réticence/acceptation porte sur ses propres mots : on va dire,
affichant une réticence, montre la conscience de ce qu’ils ont de potentiellement dissensuel, mais engage en même temps les co-énonciateurs dans
une commune acceptation, invitant à une interlocution consensuelle, sur
312 Agnès Steuckardt
le mode d’une oralité familière. Marqueur pas contrariant, on va dire s’épanouit dans des interactions verbales contemporaines dont le mot d’ordre
semble être « pas de souci » et dans un écrit numérique dont la communication est policée par des binettes réjouies.
Références bibliographiques
Anscombre J.-C. (2001), « A coup sûr/Bien sûr : des différentes manières
d’être sûr de quelque chose », Actes des Journées Scientifiques 2000, n° 16,
Les phrases dans les textes. Les sons et les mots pour le dire. Les connecteurs du discours. L’opposition verbo-nominale en acte, H. Dupuy-Engelhardt, S. Palma,
J.‑E. Tyvaert (éds), Reims, Presses Universitaires de Reims, 135–160.
Anscombre J.-C. (2010), « Lexique et médiativité : les marqueurs pour le
dire », Cahiers de lexicologie, n° 93, 5–33.
Apothéloz D. (2003), « La rection dite faible : grammaticalisation ou différentiel de grammaticité ? », Verbum, XXV, 3, 240–262.
Authier-Revuz J. (2013/1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives
et non-coïncidences du dire, Limoges, Lambert-Lucas.
Blanche-Benveniste C. (1989), « Construction verbales en incise et rection
faible des verbes », Recherches sur le français parlé, 9, 53–74.
Blanche-Benveniste C. (1997), Approches de la langue parlée en français, Gap,
Ophrys.
Bres J. et Labeau E. (2012), « De la grammaticalisation des formes itive
(aller) et ventive (venir) : valeur en langue, emplois en discours », A.
Rihs et L. de Saussure (éds), Études de sémantique et pragmatique françaises, Berne, Peter Lang, 143–166.
Dostie G., Push C. D. (2007), « Les marqueurs discursifs. Présentation »,
Langue française, n° 154, 3–12.
Gachet F. (2009), « Les verbes parenthétiques : un statut syntaxique atypique ? », Linx, 13‑29.
Kuyumkuyan A. (2008), « On va dire : une enquête », O. Bertrand et alii (éds),
Discours, diachronie, stylistique du français, Berne, Peter Lang, 175–192.
À la recherche du consensus : on va dire, on va dire ça, on va dire ça comme ça
313
Lansari L. (2010), « On va dire : vers un emploi modalisant d’aller + infinitif », E. Moline, C. Vetters (éds), Temps, aspect et modalité en français,
Cahiers Chronos, vol. 21, Amsterdam/New York, Rodopi, 119–139.
Labeau E. (2012), « Une façon d’indiquer la “non-coïncidence entre les
mots et les choses”, on va dire », Actes du 3e Congrès mondial de linguistique
française, EPD Sciences, 573‑582.
Steuckardt A. (2014), « Polyphonie et médiativité dans un marqueur
émergent : on va dire », J.-C. Anscombre, E. Oppermann-Marsaux, A.
Rodriguez-Somolinos (éds) (2014), Médiativité, polyphonie et modalité en
français, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne nouvelle, 67‑84.
Steuckardt A. (2015), « Histoire de quelques correctifs formés sur dire »,
Langue française, n° 186, 13–30.
Urmson J. O. (1952), « Parenthetical verbs », Mind, n° 61, 480–496.
Polyphonie et/ou médiativité : au sujet de je te/vous
l’avais bien dit, je te/vous dirais bien, je te/vous dirais que
Didier Tejedor
Universidad Autónoma de Madrid
Introduction
Le travail qui suit se propose d’ébaucher l’analyse de trois unités : je te/
vous l’avais bien dit, je te/vous dirais bien, je te/vous dirais que qui présentent,
dans une première approche, une faible homogénéité. On pourrait penser
effectivement qu’elles ne partagent que le recours au verbe dire ainsi que
des procès ayant pour objet les actants de l’énonciation représentés par les
noms personnels « je » et « te » ou « vous ». Cette étude tente de répondre,
entre autres, à la question qui en est à l’origine, à savoir, ces formes sontelles des marqueurs de médiativité ? Du moins, telle qu’elle est présentée
dans Anscombre (2011 : 13) :
« La médiativité (appelée aussi évidentialité) se propose l’étude de l’origine de l’information transmise par le biais de la langue, et elle distingue traditionnellement
trois grandes catégorie : la perception (J’ai vu de mes propres yeux Max arriver) ; l’inférence
(Max parle anglais, il a vécu à Londres) ; et enfin l’emprunt, i.e. l’allusion à la parole d’un
autre (Selon Lia, Max est arrivé). »
La catégorie concernée ici correspondrait à l’emprunt. Et le propre d’un
marqueur médiatif serait d’indiquer l’origine d’un contenu (dorénavant p)
quand la source est distincte du locuteur. La question est donc de savoir si
ces trois unités sont employées dans le but premier d’indiquer l’origine de
p et si celle-ci est différente du locuteur. Si on peut envisager une réponse
affirmative pour je te/vous l’avais bien dit, en faisant intervenir, à l’intérieur
d’une théorie donnée, la distinction entre un locuteur-auteur – responsable
316 Didier Tejedor
de l’énoncé – et un locuteur-objet de l’énoncé, il est a priori plus difficile
d’attribuer aux deux autres formes le même sens premier. Ainsi il y aurait
polyphonie dans les trois cas, mais seulement médiativité pour le premier.
Ce qui demande vérification par l’analyse.
Nous allons tenter de cerner leur fonctionnement en nous appuyant
sur un corpus tiré pour l’essentiel de la base de données Frantext. L’analyse
du corpus se fera en deux temps, d’un côté, je te/vous l’avais bien dit, pour
lequel nous mettrons en relief les principales propriétés distributionnelles
ainsi qu’une analyse sémantico-pragmatique ; de l’autre, je te/vous dirais bien
et je te/vous dirais que, qui nous semblent être des variantes, et seront soumis au même traitement.
1. Cadre théorique
Pour ce qui est de l’approche sémantico-pragmatique générale, nous nous
situerons dans le cadre théorique de L’argumentation dans la langue de Ducrot-Anscombre (1983) et essentiellement dans celui de la polyphonie linguistique issue des travaux J.-C. Anscombre (2006, 2013). Nous essaierons
également d’aborder un aspect de cette théorie, telle qu’elle est présentée
chez O. Ducrot (1984, VIII).
2. Je te/vous l’avais bien dit
2.1. Propriétés distributionnelles
2.1.1. Emploi dialogal / emploi monologal
Un rapide parcours du corpus fait apparaître que je te/vous l’avais bien dit apparaît en emploi dialogal, ce qui semble se justifier par le fait qu’en utilisant
cet énoncé le locuteur – représenté discursivement par la forme « je » –
Polyphonie et/ou médiativité
317
s’adresse sans détour à son interlocuteur – représenté par les formes « te »
ou « vous », tel qu’on peut le constater dans les exemples (1) et (2) :
1)« Tu vois ! que remarqua Voireuse, quand on fut bien devant, c’est comme une
espèce de château… Je te l’avais bien dit… Le père est un grand manitou
dans les chemins de fer, qu’on m’a raconté… C’est une huile…
– Il est pas chef de gare ? que je fais moi pour plaisanter.
(Céline (1932) : Voyage au bout de la nuit, p. 108)
2)Marshall aussi le reconnaît, et tandis qu’on l’entraîne, il lui crie : « Patron, patron, je vous l’avais bien dit, il y a de l’or partout, tout est en or. »
(Cendrars, B. (1925) : L’Or, p. 154–156, CHAPITRE XVI)
Cette affirmation laisserait entendre qu’il existerait un emploi monologal
en l’absence de « te » ou de « vous ». Si je l’avais bien dit s’emploie également
presque toujours en contexte dialogal, rien n’empêche cependant de trouver des emplois monologaux, tel que (3) :
3)Le château d’Hiroshima a eu moins de chance. Il se trouve à moins d’un kilomètre de ground zéro et il a été entièrement rasé, soufflé comme dans l’histoire
des trois petits cochons. Je l’avais bien dit, les maisons en bois ce n’est pas
assez résistant
(<http://vivienbrunel.over-blog.com/2015/03/hiroshima-ground-zero.
html>)
Anticipons, au passage, que l’absence de représentation de l’interlocuteur
devrait indiquer une variation sémantique, ne serait-ce que l’absence d’une
mise en cause directe de l’interlocuteur, – mise en cause qui correspond
souvent mais pas toujours à un reproche, en tout cas à la revendication
d’une prévision formulée dans le passé et qui s’est avérée correcte. Ce
que l’on observe si on essaie d’introduire le marqueur discursif tu vois –
d’ailleurs présent en (1) – ou vous voyez dans les exemples précédents. Ce
marqueur, propre de l’oral et du dialogue spontané, indique, en effet, une
forte implication de l’interlocuteur dans l’acte d’énonciation. Combinaison possible en (2’), mais plus difficile en (3’) :
2’)Marshall aussi le reconnaît, et tandis qu’on l’entraîne, il lui crie : « Patron, patron,
(vous voyez), je vous l’avais bien dit, il y a de l’or partout, tout est en or. »
318 Didier Tejedor
3’)Le château d’Hiroshima a eu moins de chance. Il se trouve à moins d’un kilomètre de ground zéro et il a été entièrement rasé, soufflé comme dans l’histoire
des trois petits cochons. (*tu vois / *vous voyez) Je l’avais bien dit, les maisons en bois ce n’est pas assez résistant.
Dans ce dernier exemple, le locuteur se limite à constater le bien-fondé d’une assertion préalable, alors que (1) et (2) peuvent être interprétés comme des reproches adressés à l’interlocuteur, ce qui se vérifie, par
exemple, en enchaînant avec mais tu ne voulais /vous ne vouliez pas me croire
ou avec mais personne ne m’écoute, encore une fois possible en (1’) et (2’’) et
inacceptable en (3’’) :
1’)« Tu vois ! que remarqua Voireuse, quand on fut bien devant, c’est comme
une espèce de château… Je te l’avais bien dit (mais tu ne voulais pas me
croire)… Le père est un grand manitou dans les chemins de fer, qu’on m’a
raconté… C’est une huile…
2’’)Marshall aussi le reconnaît, et tandis qu’on l’entraîne, il lui crie : « Patron, patron, je vous l’avais bien dit (mais vous ne vouliez pas me croire), il y a de
l’or partout, tout est en or. »
3’’)L e château d’Hiroshima a eu moins de chance. Il se trouve à moins d’un kilomètre de ground zéro et il a été entièrement rasé, soufflé comme dans l’histoire
des trois petits cochons. Je l’avais bien dit (*mais tu ne voulais /vous ne
vouliez pas me croire), les maisons en bois ce n’est pas assez résistant.
2.1.2. Position
Quelle est la situation de je te/vous l’avais bien dit dans le discours, et plus
exactement par rapport à p, qui correspond à un contenu que le locuteur
dit avoir tenu ? Deux cas sont à envisager :
a.– Je te/vous l’avais bien dit est autonome, il peut alors se placer en incise
aussi bien devant que derrière p :
4)Nous avons repris le bus. Toujours aussi peu de voyageurs. Nous avons revu le
char des soldats canadiens Laigle et Legrand, en arrêt, surveillant le trafic. Laigle
m’a fait un signe amical. Comme pour me dire : « Je vous l’avais bien dit, hein ?
Elle est belle, la route. » À quelques kilomètres de l’arrivée, une bande de lycéens
est montée. Chahuteurs et insouciants, les baskets sur les banquettes.
(Maspero, F. (2002) : Les abeilles et la guêpe, Éditions du Seuil p. 165)
Polyphonie et/ou médiativité
319
5)Nous étions heureux ainsi, je te l’avais bien dit, pourquoi t’étonner que je
refuse lorsque tu me proposes de changer ?
(Gide, A. (1909) : La Porte étroite, pp. 525–526)
En emploi absolu, p n’est pas matériellement présent mais cependant facilement restituable par le cotexte :
6)En ce moment une voix vive et forte, éclatant brusquement derrière eux, cria :
Je vous l’avais bien dit, monseigneur !
Toutes les têtes se retournèrent, stupéfaites.
(Hugo, V. (1874) : Quatrevingt-treize, p. 651, <http://beq.ebooksgratuits.com/
vents-xpdf/Hugo-93.pdf>)
7)[…] voûté, l’entrée d’un souterrain maçonné à la perfection, comme le couloir
d’une pyramide égyptienne. L’enfant exulte.
Je vous l’avais bien dit !
Nous nous avançons, torche électrique au poing. Brusquement le sol se dérobe
sous mes pieds.
(Bataille, M. (1967) : L’Arbre de Noël, pp. 180–181)
b.- En présence d’un élément subordonnant, il est forcément devant p :
8)Nous sommes à nouveau dans la petite pièce du fond… *Maurice est rouge de
colère : je vous l’avais dit, je vous l’avais bien dit qu’il fallait le descendre ! …
vous êtes tous là : il est fils unique, sa mère n’a que lui ! …
(Triolet, E. (1945) : Le Premier accroc coûte deux cents francs, pp. 373–374.)
2.1.3. Modalités de phrase
Je te/vous l’avais bien dit peut apparaître en phrase déclarative affirmative ou
en modalité exclamative :
9)Ce qu’elle appelait « mon idylle » l’excitait au moins autant que les événements
du 8 février.
Je vous l’avais bien dit, répétait-elle à chaque dîner, que cette affaire Stavisky
amènerait un coup de balai général. Les braves gens !…
(Bazin, H. (1950) : La Mort du petit cheval, pp. 89–91)
10)Frères, bonnetiers en gros. Mariette a téléphoné. Je trouve la belle-mère en
train d’engueuler fermement le beau-père :
Je te l’avais bien dit que, dans l’état des filles, on ne pouvait pas s’éloigner !
(Bazin, H. (1967) : Le Matrimoine, pp. 115–116)
320 Didier Tejedor
11)Imbécile, va !… Je te l’avais bien dit !… Ah ! tu as voulu aller en Afrique…
Eh bien, té ! la voilà l’Afrique !… Comment la trouves-tu ?
(Daudet, A. (1872) : Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon, p. 56)
Il se combine d’ailleurs assez souvent avec la locution interjective Tu vois !
ou est susceptible de le faire :
12) BERENGER Ils nous font des farces maintenant !
DAISY Des farces de mauvais goût.
BERENGER Tu vois, je te l’avais bien dit !
DAISY Tu ne m’as rien dit !
BERENGER Je m’y attendais, j’avais prévu.
(Ionesco, E. (1963) : Rhinocéros, pp. 229–231)
La combinaison avec d’autres interjections n’est pas impossible, comme
dans l’exemple (13) où le locuteur non seulement confirme son propre
dire – produit en un temps antérieur au Nunc – mais est également responsable d’une demande de confirmation à son interlocuteur, marquée par
l’interjection hein !:
13)Ce sont les gauchos, j’en suis certain. Ne chantons pas trop tôt victoire. Je
vous l’avais bien dit, hein !… Rancuniers comme ils le sont, furieux de la leçon que nous leur avons donnée, ils ont pris notre piste, se sont collés comme
des limiers à notre trace… et… les voici.
(Boussenard, L. (1880) : Le tour du monde d’un gamin de Paris. La Bibliothèque
électronique du Québec Collection À tous les vents. Volume 964 : version 1.0)
En outre, ce marqueur ne peut jamais adopter une forme négative :
(13’)Ce sont les gauchos, j’en suis certain. Ne chantons pas trop tôt victoire. * Je
ne vous l’avais pas bien dit, hein !
Cette forme apparaît cependant dans des constructions interro-négatives
à valeur rhétorique orientée vers le positif, avec ou sans inversion du sujet – c’est d’ailleurs le seul cas où le marqueur accepte l’inversion tout en
gardant la même valeur :
14)Arrêtez ! Seigneur ; pourquoi courez-vous si vite ? Si vous saviez combien
j’ai été affligé du mauvais traitement que le cadi vous a fait, à vous qui êtes si
généreux, et à qui nous avons tant d’obligation, mes amis et moi ! Ne vous
Polyphonie et/ou médiativité
321
l’avais-je pas bien dit, que vous exposiez votre vie par votre obstination à ne
vouloir pas que je vous accompagnasse ?
(Les mille et une nuits, T1, Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits »,
p. 492–493, <http://www.crdp-strasbourg.fr/je_lis_libre/livres/Anonyme_
LesMilleEtUneNuits1.pdf>)
Il s’agit là quand même d’une construction peu utilisée de nos jours, la
plupart des exemples appartenant au XVIIIe et XIXe siècles.
2.1.4. Variantes et tiroirs verbaux
En ce qui concerne le tiroir verbal, la forme habituelle est bien évidemment le plus-que-parfait : le locuteur est alors représenté dans un procès
accompli antérieur par rapport à un repère passé, qui n’est pas forcément
présent dans le cotexte, bien au contraire.
15) Alors, le chanteur, triomphant :
« Vous voyez, je ne m’étais pas trompé, je vous l’avais bien dit que vous aviez
bon cœur. » Papa nous a annoncé que notre sort va se décider d’un moment à
l’autre.
(Siefridt, F. (2010) : J’ai voulu porter l’étoile jaune : journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante, pp. 89–91)
On trouve également l’imparfait, mais moins fréquemment : le locuteur
est cette fois représenté dans un procès inaccompli contemporain par
rapport à un repère passé antérieur au Nunc, qui n’est pas normalement
présent dans le cotexte :
16)F. 2 : J’ai trouvé ça très impoli, si vous voulez que je vous dise la vérité. On
me tuerait pour que je me permette… H. 3 : Oui, moi. de jouer, comme ça, les
censeurs… LUI : Vous voyez. Tout le monde vous en veut. Je vous le disais
bien.
(Sarraute, N. (1970) : Isma ou Ce qui s’appelle rien, Gallimard, p. 96)
17)La tête du dieu *Quoat-*Quoat est là. Elle est rouge. Je vous le disais bien !
Elle est rouge. (il gesticule.) de part et d’autre de la tête se dressent les colonnes
royales […]
(Audiberti, J. (1948) /Théâtre : t. 1- pp. 32–33
322 Didier Tejedor
18) Toutes se mirent à parler en même temps :
–Ah vous voyez, je vous le disais bien ! Les pauvres gamins ! Dire qu’un
jour, il faudra en faire des soldats ! Et on n’est même pas sûr
(L’Hôte, J. (1981) : Le Mécréant ou les preuves de l’existence de Dieu, pp. 34–35)
Finalement, on trouve quelques cas où le temps employé est le passé composé. Le locuteur est alors représenté dans un procès antérieur au Nunc :
19)« Vous avez découvert qu’ils étaient venus chez vous ? » demanda Mr Gaunt.
– Oui ! Oui ! Comment le sa… ?
–Ils sont partout dans cette ville. Je vous l’ai bien dit, l’autre jour, non ?
–Oui ! et… » Il s’interrompit brusquement et prit une expression angoissée.
(King, S. (1992) : Bazaar, Éditions Albin Michel)
L’existence de ces variantes et la possibilité de jouer avec la présence ou
l’absence du datif, de l’anaphorique ou du cataphorique et de l’adverbe
bien, nous invite à nous éloigner de l’idée selon laquelle Je te/vous l’avais bien
dit serait un marqueur médiatif. Voyons à présent si cela peut se confirmer
à travers l’analyse sémantique et pragmatique.
2.2. Approche sémantique et pragmatique
Pour résumer l’approche générale que nous adoptons, nous dirons que
dans la théorie polyphonique à laquelle nous avons recours, nous essayons
de rendre compte des observables, i.e. des énoncés, au moyen d’une organisation abstraite d’entités abstraites qui correspond à la structure profonde. La thèse étant qu’au niveau de surface, il n’y a ni énonciateurs,
ni points de vue, mais simplement des voix, niveau auquel on ne peut
expliquer directement le jeu des voix. La solution consiste à construire ce
système abstrait constitué d’entités abstraites (les fameux points de vue)
auxquelles on applique une série de règles aboutissant à un résultat dont
l’interprétation est censée dévoiler le sens de la structure de surface. En
d’autres termes, et dans le cas qui nous occupe, que cherche le locuteur
en utilisant ce marqueur ? Il nous semble que c’est fondamentalement une
question d’ethos : le locuteur prétend donner une image le valorisant aux
yeux de son interlocuteur.
Polyphonie et/ou médiativité
323
L’ethos discursif auquel nous faisons référence correspond à l’image
que le locuteur projette de lui-même à travers son activité linguistique.
Or, s’il est clair qu’il y a une activité linguistique explicite, il nous semble
également, dans le cadre que nous venons d’exposer succinctement, que
nous pouvons postuler l’existence d’une activité linguistique implicite. En
gros, cela veut dire qu’un locuteur peut construire son ethos de deux
manières différentes. La première – évidente – consiste à se représenter
discursivement comme en 20),
20) J’ai triché à l’examen.
exemple de dédoublement énonciatif où nous distinguons un locuteur-auteur – celui qui est tenu pour responsable de l’énoncé, d’un locuteur-objet – le locuteur en tant qu’entité représentée dans l’énoncé. Ainsi
le locuteur-auteur représente le locuteur-objet dans un procès antérieur
au maintenant de l’énonciation et en donne l’image discursive d’un individu malhonnête.
La deuxième manière de projeter un ethos est le fruit de toute une
stratégie linguistique sous-jacente. En effet, dans ce même exemple, le locuteur-auteur en se représentant et donc en se reconnaissant dans le passé
comme un individu malhonnête, projette de lui-même l’image contemporaine d’un individu sachant reconnaître ses erreurs, en définitive un ethos
positif1. Pour ce deuxième type d’ethos, c’est toute une activité linguistique sous-jacente qui est mise en place. On y accède en faisant intervenir
une approche argumentative et polyphonique et notamment le concept
de point de vue. Point de vue dont le locuteur peut ou non être à l’origine
et à l’égard duquel il aura telle ou telle attitude. C’est l’analyse de ce jeu de
positionnement du locuteur à l’égard des points de vue qui permet donc
de dévoiler également un ethos.
Munis de ces outils analysons à présent l’exemple suivant :
21) « Je vous l’avais bien dit que Pierre viendrait »
1
Pour une description de la construction d’un ethos positif dans le cadre de l’autocritique, voir Tejedor (2006).
324 Didier Tejedor
Première étape : le cotexte implicite
La production de cet énoncé, qui constituera notre observable, prend appui sur l’existence d’un « cotexte implicite » qui correspond, par exemple,
à la perception de ‘Pierre dans la salle’. Ce cotexte est fondamental car
sans lui, on ne serait jamais amené à produire l’énoncé : je vous l’avais bien
dit que Pierre viendrait. Cela est facilement vérifiable à partir des deux enchaînements suivants :
Le premier ne pose aucun problème :
22)Je vous l’avais bien dit que Pierre viendrait. D’ailleurs, il est là, en conversation
avec Philippe.
Le deuxième étant impossible :
23)Je vous l’avais bien dit que Pierre viendrait. * Mais je ne l’ai pas vu de la soirée
/ pourtant je ne l’ai pas vu de la soirée.
Deuxième étape : les points de vue
A ce niveau, nous dirons que le locuteur-auteur, c’est-à-dire le locuteur en
tant que tel, est responsable de la mise en scène d’un scénario où figurent
plusieurs points de vue. Tout point de vue ayant la forme (Loc, [x] {p}) – où
Loc correspond au locuteur-auteur, [x] à l’origine de {p}, qui est un contenu. Dans le cas qui nous occupe, nous défendrons qu’il y en a six :
Le premier point de vue correspond à la perception de Pierre dans
la salle à un moment forcément antérieur au maintenant de l’énonciation,
que nous représentons comme suit :
Pdv1  (Loc, [x] {Pierre-être-là en un temps antérieur au Nunc})
où Loc est le locuteur-auteur, [x] est la variable qui correspond à la source
et {Pierre-être-là en un temps antérieur au Nunc} au contenu p. Ce point de vue,
le locuteur en est la source et il le prend en charge. De plus, c’est ce point
de vue (dorénavant pdv) qui justifie l’existence de tous les autres pdv. Ce
qui veut dire qu’à un moment de la formalisation, il faudra tenir compte
de cette variable, afin de marquer un rapport de dépendance entre les
autres pdv et le pdv1.
Polyphonie et/ou médiativité
325
Le deuxième point de vue correspond à la représentation du locuteur-objet réalisant un acte d’énonciation antérieur à la perception de Pierre dans
la salle, donc dans un temps pré-antérieur au Nunc :
Pdv2  (Loc, [x] {moi-avoir-dit-X en un temps pré-antérieur au Nunc})
Où x = loc, Prise en charge
C’est encore une fois le locuteur-auteur qui en est la source. Il le prend
également en charge.
Le troisième pdv (X) représente la venue de Pierre dans un temps post-antérieur au Nunc, c’est-à-dire postérieur au procès décrit dans le pdv2 et
antérieur à celui du pdv1. Nous le représentons comme suit :
Pdv3  (Loc, [x]{Pierre-venir-à-la-fête en un temps postérieur au préantérieur au Nunc})
Où x = ex-loc ou loc-obj, Prise en charge
Cette fois-ci l’origine du pdv est à attribué au locuteur-objet, c’est-à-dire
à une source distincte du locuteur-auteur. Faute de marques indiquant le
contraire, celui-ci le prend en charge.
Arrivés à ce point, nous défendons qu’en réalisant l’acte d’énonciation
qui donne lieu à je vous l’avais bien dit que Pierre viendrait, un deuxième acte
d’énonciation indirect à valeur performative se produit. A cet acte performatif, que nous verbalisons comme suit : Je constate la justesse de ma prévision,
nous faisons correspondre le point de vue suivant :
Pdv4 (Loc, [x] {moi-constater-la-justesse-de-ma-prévision en un temps
contemporain du Nunc})
Où x = loc, Prise en charge
L’origine en est le locuteur et il le prend en charge.
Nous ferons maintenant intervenir la démarche argumentative qui nous
permet d’attribuer à ce point de vue la valeur d’un argument favorisant
une conclusion implicite du type « Qu’est-ce que je suis fort ! » ou tout
simplement « Je suis fort » et cela en vertu d’une croyance partagée selon
326 Didier Tejedor
laquelle « il y a du mérite à prévoir ». Conclusion et croyance auxquelles
nous faisons correspondre les points de vue suivants :
Pdv5 (Loc, [x] {moi- être-fort en un temps contemporain du NUNC})
Où x = loc, Prise en charge
On peut en attribuer l’origine au locuteur-auteur, qui le prend en charge.
Pdv6 (Loc, [x] {il-y-a-du-mérite-à-prévoir en un temps indivis})
Où x = communauté linguistique (ON-LOC), Prise en charge
L’origine du pdv6 est à attribuer à la communauté linguistique (ON-LOC),
le locuteur prenant en charge le point de vue, entre autres choses parce
qu’il fait lui-même partie de la communauté, ainsi que son interlocuteur
d’ailleurs.
La représentation des pdv de l’énoncé correspondrait à :
([Loc], Pdv1 ([x1] {Pierre-être-là – temps antérieur au Nunc}) ; Pdv2 ([x2]
{moi-avoir-dit-X – temps pré-antérieur au Nunc}) ; Pdv3 ([x3]{Pierrevenir-à-la-fête – temps postérieur au pré-antérieur au Nunc}) ; Pdv4 ([x4]
{moi- constater -la-justesse-de-ma-prévision – temps contemporain du
Nunc}) ; Pdv5 ([x5] {moi- être-fort – temps contemporain du NUNC}) ;
Pdv6 ([x6] {il-y-a-du-mérite-à-prévoir – temps indivis}) (x1, x2 , x4, x6 = Locaut ; x3 = Loc-obj ; x5 = ON-LOC) (pdv1 > pdv2, pdv3, pdv4, pdv5, pdv6))
Où la notation [Loc] représente le locuteur-auteur de l’énoncé ; pdv1,
pdv2 , pdvn, correspondent aux points de vue que nous associons, dans
le cadre de l’application d’une théorie, aux séquences de surface. [x1], [x2],
[xn] sont les variables, constituantes du pdv, indiquant la source de {p1},
{p2}, {pn} qui correspondent quant à elles aux contenus des pdv. Finalement, la deuxième parenthèse rend compte de la variable source, c’est-àdire de l’attribution d’une origine à [x] ; quant à la dernière parenthèse, elle
correspondrait à l’organisation des variables, ce qui, dans le cas présent est
à lire comme « le pdv1 est hiérarchiquement supérieur aux pdv 2 , pdv 3, pdv4 ,
pdv5, pdv 6 » et symbolise que les pdv 2 , pdv 3 , pdv4 , pdv 5, pdv 6 s’envisagent dans
le cadre de pdv1, en définitive qu’ils en sont dépendants.
Polyphonie et/ou médiativité
327
Troisième étape : l’interprétation
Cette troisième étape est celle de l’interprétation du jeu des points de vue.
Finalement le sens associé à la séquence je te/vous l’avais bien dit repose
sur la prise en compte d’éléments implicites tels que l’acte indirect de
constatation ainsi que la conclusion dont l’origine est à priori le locuteur
mais dont la responsabilité de l’inférence pourrait très bien être attribuable
à l’interlocuteur. En effet, le locuteur s’est limité à se représenter dans le
passé comme ayant tenu un certain discours en vertu d’une constatation
actuelle. L’astuce de recourir à une croyance partagée par la communauté
à laquelle l’interlocuteur et lui-même appartiennent lui permet également
de prévoir que son interlocuteur arrivera à la même conclusion.
La fonction de je vous l’avais bien dit n’est pas tant d’indiquer que le
locuteur est l’origine de p que d’indiquer que le locuteur avait prévu p, acte
de prévision bien considéré dans la communauté linguistique à laquelle
appartiennent locuteur et interlocuteur. Nous nous éloignons donc de
l’idée selon laquelle le sens premier de je vous l’avais bien dit serait médiatif.
En revanche, nous considérons qu’il fait partie d’une stratégie permettant
de projeter un ethos positif d’individu sachant prévoir les événements.
3. Je te/vous dirais bien, je te/vous dirais que
3.1. Propriétés distributionnelles
Nous observons dans notre corpus que je te/vous dirais bien et je te/vous
dirais que apparaissent en emploi dialogal comme en 24) et 25). Ces structures manifestent systématiquement un échange entre un locuteur – représenté par je – et son interlocuteur qui s’inscrit dans l’énoncé avec les
noms personnels te ou vous – l’utilisation du second étant plus fréquente.
24)Adieu, mon petit, je vous dirais bien d’entrer avec nous pendant que nous
essaierons, pour vous amuser. Mais nous causerions, il va être minuit et il faut
que nous n’arrivions pas en retard pour que la fête soit complète.
(Proust, M. (1921) Sodome et Gomorrhe, p. 262)
328 Didier Tejedor
25) –Écoute, Landry, lui dit-elle de sa voix douce et flatteuse, si j’étais belle, je
te dirais que ce n’est le lieu ni l’heure de s’embrasser comme en cachette.
(Sand, G. (1849) La petite Fadette, p. 155–156)
L’inscription de l’interlocuteur est lourde de conséquence quant au sens
de l’énoncé, comme nous le verrons par la suite dans l’analyse, mais également quant à la forme de celui-ci, car nous aurons alors affaire à une
structure hypothétique en protase et apodose, dans laquelle la protase
peut être explicite ou implicite :
26)Ah ! Monsieur le marquis, vous me prenez par mon faible. – Mais cependant… je vous dirais bien quelque chose… si je ne craignais pas que vous
me prissiez pour une rapporteuse.
(Mérimée, P. (1857) Théâtre de Clara Gazul : Les Espagnols en Danemarck,
p. 90–91)
27)
Si j’étais malhonnête, je vous dirais que, le lendemain, il ne s’est rien passé
de spécial […]
(Dorin, F. (1984), Les jupes-culottes, p. 148–149)
28)Je suis charmé de l’histoire des vaches qui ont donné à boire à ton grand-papa. Je te dirais bien de les embrasser de ma part, mais tu ne les as plus là
sous la main.
(Hugo, V. Correspondance : t.1, p. 546–547 1835)
L’absence d’une protase explicite – qui correspond d’ailleurs à la forme la
plus employée – est facilement restituable à partir du cotexte. Elle est en
générale détectable à partir de l’enchaînement introduit par mais :
29) –Mon cher, je te présente monsieur… je te dirais bien son nom, mais il
n’en a pas !…
(Goncourt, E. de ; Goncourt, J. de (1860), Charles Demailly, p. 50–51)
29’) –Mon cher, je te présente monsieur… je te dirais bien son nom, s’il en
avait un, mais il n’en a pas !…
En effet, on peut restituer la protase en reprenant l’enchaînement avec
mais et en changeant la polarité.
30) Je te dirais bien que ton Gabriel t’adore ; mais ce n’est pas une nouvelle.

Je te dirais bien encore que ton Gabriel t’adore, si c’était une nouvelle ; mais ce
n’est pas une nouvelle.
Polyphonie et/ou médiativité
329
3.1.1. Position
L’autonomie et la position en incise ne sont pas compatibles avec ces
formes. Dans notre corpus, je te/vous dirais bien et je te/vous dirais que se
situent toujours devant un p qui correspond à un syntagme nominal complément d’objet direct, ou à une complétive :
31) –Moi, Monsieur le curé, je ne peux pas croire des histoires pareilles ! Si
c’était vrai, je vous dirais que le Bon Dieu, il a raté son coup en créant un
premier homme et une première femme aussi bêtes !
(L’Hôte, J. (1981), Le Mécréant ou les preuves de l’existence de Dieu, p. 103–104)
32)Bonsoir, mon cher Meure. Je vous dirais bien des choses charmantes de la
part de toute la maison et de tous les environs, mais je suis forcée d’avouer
qu’en ce moment, personne ne pense à vous à moins que ce ne soit en rêve, car
il est 2h. du matin et chacun dort excepté moi.
(Sand, G. (1830), Correspondance, p. 692–694)
3.1.2. Modalités de phrase
Je te/vous dirais bien apparaît systématiquement en phrase déclarative affirmative. Toute autre modalité obligatoire – exclamative, impérative ou
interrogative – est exclue. Les modalités emphatique et passive – i.e. les
modalités facultatives – sont également impossibles. Pour ce qui est de
je te/vous dirais que, le corpus affiche presque le même résultat, cependant,
même si elle est peu utilisée, la forme négative est possible :
33)Si vous me connaissiez, je ne vous dirais pas que demain je vais partir avec
les miens pour passer la frontière. Je craindrais trop de vous compromettre.
Mais je viens de loin, je suis entrée ici par hasard, ainsi je puis vous dire à quoi
nous nous préparons.
(Christine Arnothy (1955), J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir, Fayard, p. 86)
3.1.3. Tiroirs verbaux et variantes
Puisque nous défendons dans le présent travail que je te/vous dirais (bien)
(que) p constitue l’apodose d’une construction hypothétique, les tiroirs
verbaux contraints sont alors le conditionnel présent et le conditionnel
passé, et éventuellement, mais rarement, le futur :
330 Didier Tejedor
34)[…] Chili, je récuse cette interprétation. Mais si vous me demandez dans quel
contexte il se situe, je vous dirai que nous nous situons dans le contexte […]
(Buhrer, J.Cl. Le Monde diplomatique, avril 1971)
Dans tous les cas, ainsi que nous le verrons dans l’analyse sémantique,
le locuteur est représenté dans un procès n’appartenant pas à sa réalité2 .
Comme cela a été annoncé, nous concevons ces deux structures
comme des variantes qui manifestent une valeur unique du verbe dire. La
variante minimale étant : je te/vous dirais. L’absence de marques représentant
l’interlocuteur en combinaison avec bien ou que, octroie un sens différent
à la forme résultante, à savoir : je dirais. En effet, cela en fait un marqueur
permettant d’introduire – comme le souligne Donaire dans ce même volume – un commentaire du locuteur à propos de p. En voici un exemple :
35) –Ce n’est jamais bon – je dirais même que c’est dangereux – d’être fils
unique. On prend ainsi l’habitude de se sentir le centre du monde, […]
(GARY, R., La Promesse de l’aube, 1960, p. 188)
Je te/vous dirais bien et je te/vous dirais que ne sont donc pas des variantes de
je dirais. Cependant, quelques précisions s’imposent notamment en ce qui
concerne les combinaisons possibles. Dans les deux cas, le pronom personnel complément d’objet indirect lui peut naturellement s’insérer comme le
font te ou vous, sans modifier la valeur sémantique première de la structure :
36)Probablement qu’il n’arrive jamais à se décider, car il ne m’a encore rien dit.
Je lui dirais bien ce qu’il en est, s’il le fallait.
(Léautaud, P., In memoriam, 1905, p. 194)
37)Si j’étais franche, je lui dirais que se faire traiter de mort vivant, tous les jours
que Dieu, n’est pas ce qu’on peut souhaiter de mieux à un ami.
(Brisac, G., Week-end de chasse à la mère, 1996, p. 59)
On peut également trouver dans un même énoncé la combinaison de bien
et de que :
2
« […] par convention, nous dirons que la réalité du locuteur est constituée par ce que son
discours représente comme des faits contemporains et / ou antérieurs par rapport au moment de
l’énonciation. ». P. P. Haillet (2002, p. 7–8).
Polyphonie et/ou médiativité
331
38)Si je ne craignais de me faire de sots compliments, je te dirais bien que ma
vie est héroïque de travail.
(Sand, G. (1836), Correspondance, p. 218)
En définitive, ces différentes formes auxquelles nous avons affaire s’insèrent dans une construction du type : Si X, je te/vous/lui dirais (bien) (que) Y.
Voyons à présent le niveau sémantique et pragmatique.
3.2. Approche sémantique et pragmatique
L’analyse sémantico-pragmatique de je te/vous dirais (bien) (que) repose sur
les mêmes présupposés théoriques auxquels nous avons eu recours pour
la description de je te/vous l’avais bien dit, à cela près que, comme nous
l’avons signalé auparavant, nous avons affaire à une construction hypothétique en protase et apodose. Plus exactement, suivant les travaux de
Foullioux & Tejedor (2004), nous dirons que les énoncés de notre corpus
correspondent systématiquement à des cas de mode irréel actuel3.
Nous partons de la constatation que le conditionnel peut présenter,
en fonction de son cotexte d’apparition, différentes valeurs sémantiques
permettant des effets de sens divers. Une de ces valeurs est le conditionnel dit hypothétique4, qui fait partie des éléments permettant d’exprimer le
mode, tel que nous l’avons défendu, par exemple, dans Foullioux & Tejedor
(2004 : 113) :
En produisant un énoncé, le locuteur représente, entre autres, son propre savoir ou
non-savoir quant à l’existence ou non du procès (action/état), et dans le cas de la
non-existence ou du non-savoir sur ses possibilités d’exister. Cette représentation
épistémique a pour résultat le choix d’un mode – considéré, dans notre approche,
comme une propriété de l’énoncé.
3
4
Nous n’avons pas relevé dans notre corpus d’exemples au mode irréel du passé, bien
qu’il soit tout à fait possible. De même, le mode réalisable potentiel avec une structure en protase et apodose, bien qu’habituellement rare, n’est pas à rejeter. Nous
renvoyons à Foullioux & Tejedor (2004) pour une description générale du mode.
Pour une description plus exhaustive du conditionnel, nous renvoyons, entre autres
à Haillet (2002), où divers critères sont proposés afin d’en distinguer les différentes
valeurs sémantiques.
332 Didier Tejedor
Dans cette perspective, les énoncés qui relèvent du mode irréel représentent
la réalisation du procès comme impossible, c’est-à-dire que le locuteur sait
que le procès n’a pas existé, n’existe pas, voire n’existera pas. Les critères
permettant de distinguer un tel mode sont les suivants :
a)
b)
les énoncés se présentent, de manière générale, sous la forme protase
+ apodose, l’un des deux au moins devant apparaître dans la surface de
l’énoncé ;
la protase et l’apodose se voient associées des points de vue : au passé
composé, pour l’irréel du passé ; au présent, pour l’irréel actuel, avec
un changement de polarité, dans les deux cas.
De sorte que le locuteur, à partir de la protase, met en place un cadre
discursif imaginaire antérieur ou actuel par rapport au maintenant de
l’énonciation, ce qui a pour conséquence la représentation du procès de
l’apodose comme n’appartenant pas à la réalité du locuteur, puisque sa
réalisation est impossible. C’est ce qu’on peut observer en (39) :
39) Si j’étais méchant, je vous dirais bien d’aller voir ailleurs.
A cette structure en protase + apodose on associe au minimum deux
points de vue avec, dans les deux cas, un changement de tiroir verbal et
de polarité :
Pdv1  je ne suis pas méchant (associé à la protase : Si j’étais méchant)
Pdv2  je ne vous dit pas d’aller voir ailleurs (associé à l’apodose : je vous
dirais d’aller voir ailleurs)
C’est un cas identique que l’on retrouve sous (40), malgré l’apparente
absence de protase :
40)Dans le tableau de Doyen, tout en haut de la toile à gauche, on voit la sainte à
genoux, portée sur des nuages ; elle a les regards tournés vers un endroit du
ciel éclairé au-dessus de sa tête, le geste des bras dirigé vers la terre, elle prie,
elle intercède… je te dirais bien le discours qu’elle tient à Dieu, mais cela est
inutile ici.
(Diderot, D. (1768), Salon de 1767, p. 178, Frantext)
Polyphonie et/ou médiativité
333
Pdv1  C’est inutile ici (associé à la protase implicite : Si c’était utile)
Pdv2  je ne te dis pas le discours qu’elle tient (associé à l’apodose : je te
dirais le discours qu’elle tient)
Il est à remarquer que, pour chaque exemple du corpus où la protase n’est
pas explicite, il existe systématiquement dans le cotexte un enchaînement
introduit par mais qui correspond justement au point de vue sous-jacent
qu’on associe à la protase. Pour la restituer, il suffit de changer la polarité
et le tiroir verbal du segment qui se trouve après mais pour obtenir la protase qui était apparemment absente.
Ceci nous permet donc de défendre que je te/vous dirais (bien) (que/de)
s’intègre habituellement dans des constructions hypothétiques, mais une
telle affirmation ne permet pas de répondre exactement au fonctionnement
et à l’effet de sens obtenu à travers l’emploi d’une telle séquence.
Pour tenter de répondre à cette objection, nous adoptons de nouveau
une démarche polyphonique à partir de l’exemple qui précède :
43) Je te dirais bien de venir chez moi, ajouta la blonde, mais je n’ai qu’un lit.
Première étape : protase + apodose
L’analyse sémantique et pragmatique de cet énoncé, qui constituera notre
observable, prend appui sur la considération que nous avons affaire à une
construction hypothétique en protase + apodose.
En effet, pour les raisons que nous avons évoquées précédemment,
cet énoncé peut se décomposer en une protase implicite du type Si j’avais
un autre lit dont l’existence en structure profonde est vérifiée par la présence en surface de l’enchaînement mais je n’ai qu’un lit et en une apodose
explicite : je vous dirais bien de venir chez moi.
Deuxième étape : les points de vue
C’est de nouveau à ce niveau de l’analyse que nous faisons intervenir le
concept de point de vue, en nous plaçant dans un cadre polyphonique :
nous associerons des points de vue aux différentes voix présentes dans
l’énoncé. Dans le cas qui nous occupe, nous défendrons qu’il y en a sept :
Dans un premier temps, nous associons deux points de vue à l’apodose, à savoir :
334 Didier Tejedor
Pdv1(Loc, [x1] {moi-vous-dire- X en un temps contemporain d’un procès hors de la réalité du locuteur})
Où Loc est le locuteur-auteur, [x] est la variable qui correspond à la source et
{moi-vous-dire- X en un temps contemporain d’un procès hors de la réalité du locuteur}
au contenu p. Le point de vue représente le locuteur dans un procès n’appartenant pas à sa réalité puisqu’il se situe par rapport à un autre procès, dont
il est contemporain, qui se situe lui-même dans un cadre discursif imaginaire. Ce deuxième procès, présent dans le point de vue associé à la protase
(pdv2), représente le locuteur dans un procès n’appartenant pas à sa réalité,
puisqu’il n’est ni antérieur, ni contemporain du NUNC mais imaginé.
Pdv2  (Loc, [x 2] {moi-avoir-un-autre-lit en un temps hors de la réalité
du locuteur})
Où x = loc, prise en charge
Dans les deux cas, le locuteur auteur est la source des deux contenus associés à la protase et à l’apodose, et il les prend en charge. De plus, c’est le
pdv2 qui justifie l’existence du pdv1. En effet, l’apodose étant en corrélation
avec la protase, le pdv1 est également en corrélation avec le pdv2 dont il dépend, ce qui veut dire qu’à un moment de la formalisation, il faudrait tenir
compte de cette variable, afin de marquer un rapport de dépendance entre
le pdv1 et le pdv2.
Le pdv3, quant à lui, constitue le pdv que nous associons à la complétive présente dans l’apodose qui correspondrait en discours direct à un
impératif à valeur d’invitation, du type Venez chez moi.
Pdv3  (Loc, [x3] {vous-venir-chez-moi en un temps postérieur à un procès postérieur au NUNC})
Où x = loc-obj, prise en charge
L’origine de ce point de vue ne peut pas être attribuée au locuteur-auteur : nous dirons que la source en est le locuteur-objet représenté dans
un procès en corrélation avec un cadre discursif imaginaire. Cependant,
en tenant compte précisément de ce cadre imaginaire et seulement ce
cadre imaginaire, le locuteur-auteur prend en charge ce point de vue.
Polyphonie et/ou médiativité
335
Comme nous l’avons signalé précédemment, dans le cadre théorique
que nous utilisons, nous associons, à la protase et à l’apodose, deux autres
points de vue qui se caractérisent par un changement de tiroir verbal et
de polarité. Le tiroir verbal ici concerné est le présent, et la polarité est
négative. Ces deux points de vue sont inférés dans notre analyse par l’existence d’une construction hypothétique à valeur d’irréel du présent dans la
surface de l’énoncé, mais en même temps, nous sommes amené à défendre
que ce sont le pdv1 et le pdv2 – également le pdv3 – qui dépendent respectivement du pdv4 et du pdv5, car le discours imaginaire représenté par la
protase (pdv2) et l’apodose (pdv1 et pdv3) ne saurait exister sans l’existence
préalable d’une certaine réalité, à savoir : l’absence d’un autre lit (pdv5). Cette
considération devrait également s’insérer comme une variable présente en
structure profonde.
Pdv4  (Loc, [x4] {moi-NON-dire-X en un temps contemporain du
NUNC)
Où x = loc, prise en charge
Pdv5  (Loc, [x5] {moi-NON-avoir-un-autre-lit en un temps contemporain du NUNC})
Où x = loc, prise en charge
Le locuteur est à l’origine aussi bien du pdv4 que du pdv5, il les prend tous
les deux en charge.
Troisième étape : l’interprétation et deux autres pdv
Il découle de ce jeu de voix que l’énoncé pointe vers une conclusion
implicite du type : vous ne viendrez pas chez moi inférable à partir d’une
croyance partagée par la communauté linguistique à laquelle, soit dit
en passant, appartiennent le locuteur et l’interlocuteur, selon laquelle
lorsqu’on n’a pas les moyens d’inviter, on ne doit pas inviter. La conclusion n’est
évidemment pas explicite car cela remettrait en cause l’existence de la
stratégie discursive mise en place par le locuteur qui cherche, à travers
l’utilisation de l’irréel actuel, à atténuer l’agressivité que supposerait le
fait de dire vous ne pouvez pas venir chez moi. En recourant à une telle
336 Didier Tejedor
stratégie, le locuteur tente de projeter l’ethos positif d’un individu qui
voudrait bien mais qui ne peut pas en raison des circonstances.
Finalement, nous considérons que la conclusion, ainsi que la croyance
qui permet le passage de l’argument à la conclusion, doivent être présentes
en structure profonde afin de rendre compte de la stratégie discursive
mise en place.
Pdv6 (Loc, [x6] {VOUS-NON-venir-chez-moi en un temps postérieur
au NUNC})
Où x = interloc, prise en charge
L’origine en est attribuée à l’interlocuteur, c’est là que réside l’astuce. Le
locuteur met en place une stratégie qui mène l’interlocuteur à se rendre
responsable de la conclusion visée. En conséquence, le locuteur ne prend
pas en charge le point de vue.
Pdv7  (Loc, [x7 ] {L’absence de moyen empêche l’invitation – temps
indivis}
Où x = ON-LOC, prise en charge
La communauté est à l’origine du point de vue et il est forcément pris en
charge par le locuteur qui appartient à ladite communauté.
La formalisation des points de vue associés aux voix de l’énoncé se
représenterait comme suit :
([Loc], Pdv1 ([x1] {moi-vous-dire- X – temps contemporain d’un
procès hors de la réalité du locuteur}) ; Pdv2 ([x2] {moi-avoir-un-autrelit – temps hors de la réalité du locuteur}) ; Pdv3 ([x3] {vous-venir-chezmoi – temps postérieur à un procès postérieur au NUNC}) ; Pdv4 ([x4]
{moi-NON-dire-X – temps contemporain du NUNC) ; Pdv5 ([x5] {moiNON-avoir-un-autre-lit – temps contemporain du NUNC}) ; Pdv6 ([x6]
{VOUS-NON-venir-chez-moi – temps postérieur au NUNC}) ; Pdv7 ([x7]
{L’absence de moyen empêche l’invitation – temps indivis}) (x1, x2, x4, x5
= Loc-aut ; x3 = Loc-obj ; x6 = interloc ; x7 = ON-LOC)(pdv2> pdv1 ;
pdv5 >pdv1, pdv2, pdv3, pdv4).
Où la notation [Loc] signifie le locuteur-auteur de l’énoncé ; Pdv1,
pdv2 , pdvn, correspondent aux points de vue que nous associons, dans le
Polyphonie et/ou médiativité
337
cadre de l’application d’une théorie, aux séquences de surface. [x1], [x2],
[xn] sont les variables, constituantes du pdv, indiquant la source de {p1},
{p2}, {pn} qui correspondent quant à elles aux contenus des pdv. Finalement, la deuxième parenthèse rend compte de la variable source, c’est-à-dire
de l’attribution d’une origine à [x] ; quant à la dernière parenthèse, elle correspondrait à l’organisation des variables, ce qui, dans le cas présent est à lire
comme « le pdv 2 est hiérarchiquement supérieur au pdv1 et que le pdv5 est
hiérarchiquement supérieur aux pdv1, pdv 2 , pdv 3, pdv4 » et symbolise que les
pdv 1, pdv 2 , pdv 3, pdv4 s’envisagent dans le cadre de pdv 1, en définitive qu’ils
en sont dépendants.
Conclusion
Au terme de cette ébauche, nous observons, sans pouvoir entrer dans le
détail, que l’image positive du locuteur dans je te/vous dirais (bien) (que/de)
peut se voir renforcée par le biais de l’emploi de l’adverbe bien qui permet
au locuteur de se représenter comme un individu plein de bonne volonté,
mais attrapé par les circonstances. Ce qui nous pousse à suggérer cette
valeur c’est la possibilité de commuter par l’opérateur volontiers combiné
avec la séquence présente dans les enchaînements en mais. Valeur qu’on
ne retrouve pas dans des constructions telles que je vous l’avais bien dit, où
cette même commutation semble impossible. En revanche, il semblerait
que ce soit plutôt une valeur de confirmation qui serait ici convoquée.
Confirmation de quoi ? Le locuteur chercherait à confirmer et donc à
rappeler aux yeux de son interlocuteur qu’il a dit p en un temps antérieur
au Nunc.
338 Didier Tejedor
Références bibliographiques
Anscombre, J.CL. (2006) : « Polyphonie et classification des énoncés sentencieux », Le Français moderne, 74, nº 1. Paris, Éditions CILF, p.
87–99.
Anscombre, J.-CL. (2011) : « L’introduction du pronom neutre dans les
marqueurs médiatifs à verbe de dire de type Comme dit le proverbe /
Como dice el refrán : étude sémantique contrastive d’une contrainte
polyphonique. », Langages 4/2011 (n° 184), p. 13–34.
Anscombre, J.-CL. (2013b) : « Polyphonie et représentation sémantique
des marqueurs de discours. Quelques problèmes » in Les marqueurs
du discours : Théorie et pratique, Revue de Sémantique et Pragmatique,
nº 33–34, pp. 7–32.
Anscombre, J.-CL. & Ducrot, O. (1983) : L’argumentation dans la langue,
Liège-Paris-Bruxelles, Mardaga.
Ducrot, O. (1984) : Le dire et le dit, Paris, Ed. de Minuit.
Foullioux, C. & Tejedor, D. (2004) : « A propos du mode et de l’atténuation », in P.P. Haillet : Les procédés de modalisation : l’atténuation, Langue
française nº 142, p. 112–127.
Haillet, P. (2002) : Le conditionnel en français : une approche polyphonique,
Ophrys, Col. L’essentiel, Paris.
Tejedor, D. (2006) : « Ethos linguistique et autocritique », Le Français moderne, 74, nº 1. Paris, Éditions CILF, p. 11–21.
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit :
c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
Hélène Vassiliadou
Université de Strasbourg, LiLPa / Scolia
Introduction
« Toute phrase contenant un mot métalinguistique participe à quelque
titre du métalinguistique, a fortiori les phrases contenant dire au sens faire
savoir par le langage » (Rey-Debove 1985 : 28). C’est-à-dire (ci-après càd ),
autrement dit et cela (ça) veut dire s’inscrivent ainsi dans l’ensemble plus
large des formes que l’on nomme métalinguistiques dans la mesure où ils
décrivent le contenu d’un segment antérieur X en posant une équivalence en Y :
(1)
Il avait les crocs, càd qu’il était affamé. (Authier-Revuz 1987 : 58)
(2)[…] originaires de toute la Côte-d’Or et de départements limitrophes qui
suivent le motu proprio, autrement dit le rite romain traditionnel. (Le Bien Public
2003)
(3) – Et magasiner pour vous c’est ?
– Ça veut dire faire du shopping. (ESLO1 = E1 ENT 065)
Les trois marqueurs sont métalinguistiques dans des énoncés où nous avons
des définitions ou des traductions qui analysent le contenu du signe X,
mais dans de nombreux exemples le dire s’efface un peu pour se spécifier
en d’autres opérations et pour que les glissements de « X signifie la même
chose que Y » à « X désigne la même chose que Y » voient le jour (Fuchs
1982 : 116) :
340 Hélène Vassiliadou
(4) Il avait les crocs, càd qu’il a fallu s’arrêter. (Authier-Revuz ibidem)
(5)Promouvant la “responsabilité individuelle”, le radical a déjà augmenté les franchises minimales. Autrement dit : tout le monde paiera plus de sa poche. (La
Tribune de Genève 2003)
(6)Bon, vous êtes en opposition : ça veut dire que vous avez tort ! (Bayon, Le lycéen,
1987)
Tout en appartenant au cadre général de la reformulation et du métalangage, les marqueurs choisis signalent la reprise de ce qui précède de
manières différentes : càd ne met pas l’accent sur l’altérité du dire contrairement à autrement dit qui annonce clairement Y d’une manière autre. Dit et
dire s’opposent également : le premier renvoie « à l’achèvement du discours
qui vient d’avoir lieu » (Rossari 2005 : 88), le second inclut une instruction
plus dynamique, « le dit est spécification d’un à dire » (Franckel 1998 : 58).
Ça veut dire de son côté insiste sur le vouloir dire, il affirme un contenu et
se glose par cela signifie. Pour des raisons méthodologiques, sont écartées
de cette étude les occurrences dans lesquelles ça/cela étaient absents de la
structure ça veut dire comme en (7) :
(7) […] parce que Spitz veut dire chien (E1 REU 519)
1. Cadre théorique : métalangage, reformulation et polysémie
raisonnée…
S’en tenir à un cadre théorique précis pour rendre compte de la reformulation dans toutes les dimensions qu’elle manifeste est une mission
délicate. Il existe des conceptions plus ou moins larges de cette notion,
mais les pratiques reformulatives, étant conçues comme exercices langagiers en soi, sont d’une portée voisine de ce qui est généralement entendu
par métalinguistique. On considère ces dernières comme des compétences
d’analyse permettant de parler du code linguistique, d’expliquer ou d’évaluer les pratiques langagières ainsi que de planifier et réguler le discours
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
341
(Portine 1997 : 31 et 37). Si notre description ne s’inscrit pas dans un
courant théorique spécifique, elle concilie diverses approches sur la base
du postulat selon lequel la reformulation est un phénomène général, repérable dès qu’un « locuteur/scripteur présente une expression comme
explicitant […] la signification d’une autre ; que cette explication […] soit
justifiée par référence au lexique ou par un lieu commun […] ou par une
opération de correction » (Charolles & Coltier 1986 : 57). Ce qui rapproche fondamentalement les opérations de paraphrase, reformulation,
glose, dénomination, rectification est leur caractère métalinguistique, ou
mieux, épilinguistique au sens d’ajustement « spontané » non théorisé de
tout locuteur sur son propos (Culioli 1990).
L’opposition entre les deux séries d’exemples ci-dessous soulève la
question de l’interprétation de ces formes et de leur différenciation. Trois
paramètres interviennent : le type de caractérisation sémantique apportée au segment sous la portée des marqueurs, la nature des termes qu’ils
mettent en relation et le type de relation ainsi établie, selon qu’ils font ou
non nécessairement référence à une situation d’énonciation ou au jugement
d’un énonciateur.
Enfin, à l’instar de Dostie (2004 : 52–53), nous ne retiendrons d’une
approche dite polysémique qu’un minimalisme méthodique, notre ambition
n’étant pas de multiplier inutilement les sens, mais de séparer les différents emplois des marqueurs pour les analyser individuellement, quitte à
établir par la suite la nature des liens qui les unissent.
2. Données distributionnelles
Dans la mesure où càd / ça veut dire / autrement dit Y constituent un commentaire métalinguistique, leur action reste étrangère à la forme de la
phrase. Il y a une variation de constituants X et Y, mais, contrairement
à ce que note Fløttum (1994), les marqueurs ne restent pas indifférents
à la nature du membre déterminé. Les syntagmes nominaux définis dominent dans le cas de càd tandis que autrement dit et ça veut dire ont une nette
342 Hélène Vassiliadou
préférence pour les propositions. Les positions insérées ont une valeur
reformulative plus forte, et les positions initiales revêtent plus facilement
des valeurs conclusives et/ou de réorientation discursive. Les trois fonctionnent en quelque sorte comme des isolants : on ne peut jamais trouver
en Y des éléments qui ne soient pas autonomes :
(8)C’est un chat très beau, càd / ça veut dire / autrement dit *immensément vs immensément beau.
Cela constitue la plus importante des contraintes syntaxiques pesant sur
les trois marqueurs : l’élément qui les suit doit pouvoir former un syntagme à lui tout seul.
2.1 Càd (que)
Càd peut se trouver dans des unités monologale ou dialogale :
(a1) X càd Y.
(a2) X. Càd Y.
(b1) – X.
– Càd ?
– (Càd) Y.
(b2) – X.
– Càd Y.
(c)
– Ω ? (segment autre que X ou Y)
– (X) càd Y (où X est implicite).
Toute reformulation présuppose la présence d’un fragment discursif antérieur, càd est antéposé à l’énoncé glosé et lie a priori deux segments contigus. Outre la proximité, on observe majoritairement un parallélisme morphosyntaxique entre les deux segments ou un marquage typographique
qui aide au repérage des X et Y réduisant ainsi le travail d’interprétation :
(9)Cela supposerait que soit d’abord menée à son terme la procédure engagée aux
Etats-Unis et […] qu’un juge français le réclame, càd ait des éléments suffisants
pour l’inculper. (Yahoo actualités, 2011)
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
343
Càd a une position fixe et ne jouit pas d’une grande souplesse syntaxique
à l’intérieur de la phrase. Il ne peut se loger ni entre les composants d’un
syntagme nominal complexe ni entre le verbe et son attribut à la manière
de autrement dit ou encore de en d’autres termes (formule elliptique de dit en
d’autres termes) :
(10) * La traversée càd de l’Atlantique.
(11)Pierre est, en d’autres termes, un incapable. (Melis 1983 : 155) vs * Pierre est, càd,
un incapable.
Càd remplit un rôle conjonctif différent de celui des adverbes qui ouvrent
vers la phrase qui suit et non pas sur la précédente. Il ne peut pas être focalisé, nié, interrogé, placé dans des positions détachées ni avoir d’emplois
absolus en tant qu’intervention réactive dans un dialogue. Mais il se combine avec des questions, des structures impératives, négatives ainsi qu’avec
des modalisateurs quand ceux-ci ne portent pas directement sur lui :
(12) Càd qui ? / Càd combien de personnes ?
(13)Envoie-moi mes livres, càd, envoie-moi seulement mes dictionnaires. (Corpus
V = CV = Vassiliadou 2004)
En (12) par exemple, c’est la question qui est cette fois dans la portée de
càd et l’énoncé devient possible, contrairement à *Combien càd ? La question porte sur le contenu de l’assertion X et l’enchaînement se fait sur
l’énonciation de la question. Le marqueur forme un bloc intonatif homogène avec la particule interrogative et l’intégration de la question à la
portée de càd est totale. Càd peut également introduire une question qui
porte sur les inférences à tirer d’un discours précédent :
(14) A : Tout est fini entre nous ?
B : C’est ce que je pensais avant que tu reviennes.
A : Et maintenant ?
B : Je ne sais plus où j’en suis.
A :Càd que mon retour a changé la situation ? (CV, Les feux de l’amour 2004)
Il ne se greffe pas seulement sur l’énoncé immédiatement en amont, mais
sur les inférences à tirer de tout le discours précédent, la conjonction que
344 Hélène Vassiliadou
facilitant la formulation de la question. Càd est-ce que… ? ou càd qu’est-ce
que… ? sont des formulations difficiles sauf bien sûr si càd est détaché du
reste de l’énoncé :
(15)Est-ce que les athlètes modernes sautent avec le même plaisir que nous à
l’époque ? Càd [pause] qu’est-ce que ça a fait que tout a changé ? (sic) (CV, JO
2004)
Ici càd enchaîne en apparence sur une question et non sur une assertion.
Le contenu concerné par l’enchaînement correspond à la valeur argumentative de la question (Anscombre et Ducrot 1983), à savoir non-P : « est-ce
que les athlètes… » laisse présager une réponse négative du type « non, ils
ne sautent plus avec le même plaisir qu’avant ».
Càd impose bien des restrictions sélectionnelles aux constituants de
la phrase, il ne partage pas la mobilité des adverbes et n’a pas la possibilité
d’être dans le focus de l’interrogation ou de la négation. Il ne peut pas se
combiner avec une autre conjonction de coordination, on peut procéder
à des effacements des éléments identiques et coréférents et, dans beaucoup de cas, on peut inverser l’ordre des constituants puisqu’ a priori ils
entretiennent les mêmes relations syntaxiques. S’il semble plus proche de
la catégorie des conjonctions de coordination, ces propriétés ne se vérifient
pas toujours, car la valeur sémantique de càd n’est pas celle d’un opérateur
« d’addition » (Ducrot 1983 : 166). Càd est un connecteur « non descriptif
ou rhétorique » (Le Groupe λ-1 1975), textuel et parenthétique qui « précise
le contenu rhétorique du rapport, alors que la conjonction, pur élément
de liaison, est un opérateur numérique » (Nøjgaard 1992 : 146). La mise
en commun du déterminant est ainsi contraignante pour càd (que) (16) et,
même si les éléments restent syntaxiquement sur un pied d’égalité, l’effet
sémantique ne sera pas forcément le même en cas d’inversion, surtout dans
des structures causales :
(16)
* En 1630 se produit une mare moto, càd raz-de-marée. (Authier-Revuz
1987 : 59)1
1
Pour Authier-Revuz, cet exemple n’est pas agrammatical. Nous ajoutons l’astérisque.
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
345
Enfin, quelques précisions sont nécessaires quant à la nature controversée
de que, qui pousse certains linguistes et grammaires à classer càd que dans
les locutions conjonctives de subordination. Cette solution ne paraît pas
plausible pour plusieurs raisons. Un premier argument contre un càd que
subordonnant est la possibilité de supprimer que sans que la phrase devienne agrammaticale :
(17)Il use le paradoxe comme l’arme classique de tous les grands poètes baroques
pour essayer d’arriver à résoudre ces contradictions et à arriver un peu plus
loin par les mots. Càd (qu’) il essaie de dire par les mots ce que son esprit ne
peut pas concevoir. (Le Figaro 2004)
De plus, l’alternance des occurrences càd / càd que dans des contextes
semblables est très régulière même s’il y a évidemment une préférence
pour que + P :
(18)D’abord il s’agit d’un autoclonage, càd ils ont fait appel, pour obtenir un tel
embryon cloné, à deux types de cellules. (Le Figaro 2004)
Par ailleurs, que peut être séparé de càd et se trouver plus loin dans la
phrase, chose difficile pour une conjonction de subordination proprement dite :
(19)La théorie de X ne s’applique qu’à des arguments conçus comme des entités
individuelles spécifiques. Càd, entre autres, qu’elle ne convient pas pour les
relatives des SN génériques. (Kleiber 1987 : 48)
Dans une intégration hiérarchisée, les structures phrastiques enchâssées
peuvent être mises sous la portée de la négation de la structure phrastique
principale, ce qui n’est pas le cas de càd (que) :
(20) Il mange, càd qu’il a faim / * Il ne mange pas càd qu’il a faim (*mais càd qu’il …)
Dans la suite X càd que Y, càd que Y ne se laisse pas non plus focaliser
comme un constituant de X :
(21)
*C’est seulement càd qu’il a faim qu’il mange. Vs. C’est seulement parce qu’il a
faim qu’il mange.
346 Hélène Vassiliadou
Si que est une conjonction qui impose à la structure de la phrase française
plusieurs contraintes, càd que, pris comme un tout, ne semble pas se comporter comme une conjonction de subordination. Que a pour fonction
de « dénoncer l’initiale des différentes séquences d’un même niveau syntaxique » (Englebert 2000 : 29–30) et il accède dès lors au statut de coordonnant. Il est clair enfin – et on aurait pu tout simplement n’évoquer que
cela – que que P ne peut pas être une complétive introduite par le verbe
dire. Son figement interdit au verbe dire de régir la proposition introduite
par que à la manière d’un je dis que ou ça veut dire que.
2.2. Autrement dit
Si le figement de càd n’est pas remis en question, celui de autrement dit
peut poser quelques problèmes. En effet, on peut distinguer deux lexies
autrement dit (Steuckardt 2005 : 234–235) : une partiellement lexicalisée
équivalente à autrement appelé ou dit autrement qui se cantonne dans des
configurations du type Nom propre1 autrement dit1 Nom propre2 et est équivalent à autrement appelé ou dit autrement avec lesquels il peut alterner :
(22) Galope-chopine autrement dit 1 / appelé le Grand Cibot. (Steuckardt 2005 : 235)
Autrement dit1 Y peut être vu comme une construction à épithète liée ou
détachée de X, ce qui rend l’accord possible :
(23)Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil : autrement dite Amérique (Gallica,
J. de Léry 1578)
En revanche, dit dans autrement dit 2, dont la lexicalisation est plus nette,
« ne peut être remplacé sans dommage par appeler ou nommer » (Steuckardt
op. cit. : 235) :
(24)Par une porte à l’ogive demi-brisée, nous atteignons la campagne, autrement
dit / ?? autrement appelée la région sans fin des cyprès et des tombes (P. Loti,
Suprêmes visions d’Orient 1921)
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
347
Il semble pourtant que des traces du sens 1 colorient sémantiquement
autrement dit 2 , ce qui expliquerait sa difficulté à apparaitre dans certaines
configurations syntaxiques :
(25)A :C’est au Seigneur Dieu, c’est à Jehova, c’est à Iahvé que nous devons la
semaine comme nous la connaissons.
B : Càd ? vs ?? Autrement dit 2 ?
A :(Càd) belle et ronde, refermée sur elle-même […] (D’Ormesson, La douane
de mer 1993 transformé ici en dialogue)
Autrement dit 2 relie des termes déjà exprimés qui sont à appeler autrement
(Vassiliadou 2008). Il ne s’assimile donc pas à une question sous-jacente :
Qu’est-ce que tu veux dire par la semaine comme nous la connaissons ? La réponse
décrit la semaine en question. C’est l’une des raisons pour lesquelles il
apparaît rarement en contexte dialogal avec la forme interrogative :
(26) – C’est un manomètre.
– Càd ? vs ?? Autrement dit ? / ?? Ça veut dire ?
Il ressort du corpus oral (ESLO1, 2 et CV) que les locuteurs n’utilisent pas
autrement dit pour interroger le sens et/ou le contenu propositionnel de X.
Ainsi, la configuration (b1) (vue pour càd) est difficile pour autrement dit 2 et
la configuration (c) est impossible. Autrement dit2 a la particularité grammaticale d’osciller entre locution adverbiale (Steuckardt 2005 : 237) et connecteur, ce qui l’autorise à avoir une plus grande liberté positionnelle que càd.
2.3. Ça veut dire
Les unités lexicales ça/cela, veut, dire ont gardé leur sens plein et leurs
constructions n’ont pas été converties en une seule unité aux valeurs
sémantiques multiples. Ça veut dire est une expression non figée qui n’a
pas vraiment subi de réanalyse syntaxique. Le paradigme constructionnel des locutions en vouloir dire est ouvert sur une multitude de combinaisons en ça veut tout dire, ça veut rien dire, (ce) qui veut dire, etc. De plus,
la séquence est variable en temps (ça voudrait dire, ça voulait dire…), ça est
bien le sujet du prédicat vouloir dire et (que) Y son complément. Il entre
348 Hélène Vassiliadou
enfin dans des constructions interrogatives et négatives portant sur la
signification :
(27)La nuit, le jour, qu’est-ce que ça veut dire ? (C. Paysan, Les Feux de la Chandeleur
1966)
(28)Quand je dis travailleurs communistes ça ne veut pas dire les membres du parti.
(E1 INTERPERS 436)
On s’attendrait aussi à ce que ça veut dire soit contraint syntaxiquement
par la présence de ça et à ce que la structure en veut dire soit privilégiée
pour introduire des gloses. Or, bien que non nécessaire, ça apparaît quasi systématiquement tant dans le corpus oral que dans Frantext. Ça veut
dire fonctionne le plus souvent en position pivot liant des constituants
infrapropositionnels, mais peut également lier des propositions et être
clairement détaché de X par une pause ou une ponctuation forte :
(29)Est-ce qu’on peut parler vraiment de classe ? ça veut dire que je crois qu’on peut
de moins en moins en parler. (E1 INTERPERS 439)
Les deux cadres syntaxiques que ça veut dire privilégie sont (a2) et (b2)
alors que la configuration en (c) est sémantiquement impossible (§ 3).
L’alternance cela veut dire / ça veut dire n’est pas clairement tranchée dans les
différents corpus. Il n’y a qu’une seule occurrence de cela veut dire dans E1
et, dans Frantext (tous genres confondus), ça veut dire domine également.
3. Analyse sémantico-pragmatique
Càd nous servira de point de comparaison pour au moins trois raisons :
dans la famille des connecteurs reformulatifs, càd et ses homologues dans
les langues romanes (cioè a dire, es decir, es a dir, etc. ; Vassiliadou 2013)
occupent la position centrale. Les études antérieures considèrent que
càd, par son sémantisme, est le marqueur de reformulation prototypique
et, pour finir, Steuckardt (2005 : 56–58) a montré, statistiquement dans
Frantext, que càd est la lexie la plus productive.
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
349
3.1. Càd (que)
Càd présente des emplois relativement diversifiés dont les exemples (30)
à (43) sont un aperçu.
•
Càd1 : la reformulation portant sur des mots
Il s’agit ici d’emplois standards de reformulation (Gülich & Kotschi 1983).
Les gloses (métalinguistiques) pour cette série sont : X signifie Y, X est
Y, X est un Y, X est ce qu’on appelle Y, X est aussi appelé Y, X doit être
compris comme Y, X au sens de Y :
(30) Il s’agit d’une « grève sèche », càd non-reconductible. (Le Parisien 2004)
(31) Et la « guerre sainte », càd le djihad dans toute cette histoire ? (DNA 2004)
•
Càd2 : autres sites d’équivalence…
Equivalence ne renvoie pas toujours à paraphrase et moins encore à définition : ce constat conduit à distinguer des emplois supplémentaires. Il s’agit
des usages dits rhétoriques en ce que le marqueur exploite des mécanismes
qui se fondent sur une explication par analogie. Dans ces emplois, càd
reprend un segment qui a été dit pour le présenter comme l’équivalent
d’un autre segment. On relève également des emplois identificatoires (32)
et/ou dénominatifs (33) dans lesquels càd n’apporte pas une information
sur le mot, mais sur le référent. Il sert alors à fixer un lien référentiel métonymique, spatial, numéral ou temporel entre X et Y. La relation entre
X et Y peut être légèrement différente quand càd met en relation deux
dénominations avec l’indication dans l’apposition d’une « distribution de
rôles » (Picabia 2000 : 73). Les exemples de ce genre sont marqués par des
commentaires explicites du type de son vrai nom, pour les intimes, né X (34) :
(32)Depuis le temps que l’on s’est pas vu / c a dire bientôt une semaine. (Corpus
chaté : aikide.net)
(33)Le Président de la République française, càd Nicolas Sarkozy, a annoncé qu’il
faut maintenir le cap en période de crise. (CV, JT Belgique 2010)
(34)Jean-Philippe Smet, càd J. Hallyday de son nom de scène, est né en Belgique.
(CV, Le Grand Show 2009)
350 Hélène Vassiliadou
Càd2 n’a pas vocation à expliquer la signification, mais à indiquer quel est
le référent du signe X et il est majoritaire tout corpus confondu. Les gloses
(référentielles) pour cette série sont : càd quand ? / comment ?/ quoi ? /
qui ? / où ? / combien ?
•
Càd3 : entre maintien et changement de perspective énonciative
Càd n’articule pas seulement les signes aux objets, il en parle par le biais
d’opérations qui sont de statuts différents : il est instrument de reformulation tantôt des contenus (càd1 et càd2), tantôt des valeurs énonciatives et
pragmatiques (càd3 et càd4). Ainsi, il est difficile de parler d’orientation argumentative pour les exemples (30)-(34), qui ne présentent pas d’« échelles »
(Ducrot 1980) mises en rapport l’une avec l’autre contrairement à (35) où il
n’y a pas de blocage de l’utilisation de X en tant qu’argument pour Y à cause
de la relation de synonymie entre X et Y (Anscombre 1995) :
(35)Pierre travaille jour et nuit pour un salaire misérable, càd qu’il se fatigue pour
rien.
Plus la ressemblance entre X et Y est modérée, voire faible, plus le glissement vers la dissemblance peut avoir lieu, càd Y ne fournit qu’une conclusion parmi le nombre des conclusions potentielles. La rétrointerprétation
globale du segment gauche donne souvent un effet récapitulatif que l’on
peut gloser par Je conclus que. Càd entre alors dans une relation qui correspond à deux grands types : il introduit des conséquences factuelles (36) ou
des conclusions qui découlent d’un raisonnement inférentiel abductif (37) :
(36) A : Ah, j’en ai marre. Tous les hommes sont des salauds.
B : Càd que ton mari est un salaud aussi ?
A : Lui le premier. (CV)
(37) Il boit trop, càd qu’il est malheureux (Rossari et al. 2004 avec donc)
On peut inclure dans cet ensemble quelques exemples qui ont trait à
la « scalarité argumentative », à des relations argumentatives qui s’instaurent dans un même champ argumentatif, mais qui signalent des forces
différentes :
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
351
(38) [Lors d’une communication orale, l’orateur manque de temps] :
Et je passe rapidement aux conclusions. Càd très rapidement [rires dans la
salle] (CV)
Càd indique que le locuteur revient en arrière pour rectifier, non pas le
contenu propositionnel de X, mais sa force argumentative. On a affaire
ici à une coorientation de force croissante (Norén 1999). Une coorientation de
force décroissante est également possible, càd Y s’interprète alors comme
une « version bémolisée » (Haillet 2004 : 11) de l’assertion présentée en X.
Y nuance cette première assertion sans l’annuler :
(39) A :Est-ce que le statut social dont une personne jouit a une importance capitale pour vous ?
B :Euh, càd capitale non, mais importante quand même. (CV, Vie privée, vie
publique 2004)
Ces différentes opérations suivent un fil conducteur : càd introduit une
forme d’inférence qui va des faits constatés vers une hypothèse explicative. L’énoncé càd Y doit être compris soit comme une explication plausible
de X, soit comme une conclusion qui nécessite une construction mentale
préalable. Càd exprime une altérité instaurée à partir de la ressemblance
entre les énoncés X et Y et de leurs dissemblances créées par les éléments
distinctifs qui relèvent de l’argumentation (Anscombre 2006).
•
Càd4 : marqueur discursif
Le passage entre càd3 et càd4 se fait naturellement, sauf que càd4 est davantage
un marqueur de prise de parole visant à surmonter une difficulté communicative ou à changer de topique. L’implication du locuteur est plus marquée
et càd4, accompagné de pauses et de marqueurs d’hésitation, est le signal
d’une implication émotionnelle du locuteur. En tant que marqueur démarcatif placé en incipit, il contribue à l’organisation de la structure argumentative du texte, une valeur consécutive et justificative lui est toujours associée :
(40)ch-OB1 : vous z- vous voyez une évolution dans dans votre métier justement
ou dans l- dans dans l’ambiance dans le rôle de l’école dans la société ?
ZF4 : càd que nous euh euh hm on a quand même eu beaucoup de chance
(E2 ENT1 004)
352 Hélène Vassiliadou
Càd combine son aptitude à justifier et à annoncer quelque chose et sert
ainsi à remplir un rôle discursif. Dans sa fonction d’initialisateur de réponse, il signale également que le locuteur prend des égards vis-à-vis de
l’interlocuteur. L’élément qui suit càd présente « des marques de thématisation », le marqueur sert à relancer « un objet différent de l’objet en
circulation tout en le posant comme relié à ce qui précède par une relation
d’identification » (Sitri 2003 : 170).
•
Càd5 : marqueur de rectification
Nous avons ici des exemples plus marginaux de correction. La relation
d’équivalence est exclue pour cet emploi et l’état de chose exprimé dans Y
permet de rectifier celui évoqué dans le premier :
(41) Je l’ai vu hier… càd avant-hier. (Mais : *càd il y a 15 jours) (GLLF)
(42) A : Ton copain m’a appelé ce matin.
B : Tiens, tiens. Et pourquoi ?
A : Càd que j’aurais mieux fait de me taire, non ? (CV)
(43) Est-ce qu’il faut mettre une, càd un astérisque ? (CV)
Dans ce groupe d’emplois, càd (que) Y constitue une nouvelle prédication,
différents facteurs conduisent à un changement de contenu en Y : corrections de contenu propositionnel, de force illocutoire ou de forme (réparations syntaxiques). Le plus souvent, càd enchaîne sur l’acte d’énonciation
(42) : le locuteur ne revient pas sur le fait que X l’a appelé ni sur la question
posée par B, mais sur le fait de l’avoir dit.
Le critère de vériconditionnalité préside à la séparation des emplois
équivalence (càd1234) vs correction (càd5) qui se caractérise par un changement de valeur de vérité. Quoique marginal, c’est un emploi répertorié tôt
par les lexicographes qui le signalent cependant comme abusif. Il est vrai
que la plupart du temps il s’agit de rectifications plutôt que d’infirmations,
la valeur de vérité de X stricto sensu n’est pas remise en cause mais le degré de
précision : càd nuance et justifie la réponse donnée en vertu de la maxime de
qualité et/ou de pertinence. Càd5 est alors très proche de càd4.
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
353
3.2. Autrement dit
La distinction entre autrement dit1 et 2 faite dans la section 2 a servi de point
de départ pour l’analyse syntaxique de ce marqueur. Pour l’étude sémantique, nous considérerons uniquement les valeurs de autrement dit2 qui vont
se déployer ici de manière différente. Ainsi, pour faciliter la comparaison entre les différents marqueurs, la numérotation des emplois (autrement
dit123) reprend les distinctions établies pour càd.
•
Autrement dit1 : équivalences métalinguistiques
Autrement dit1, introducteur de traductions, transcodages et définitions
semble être préféré à càd, surtout dans le discours journalistique :
(44)Une très sérieuse étude européenne […] affirme que le « brain drain », autrement dit la « fuite des cerveaux » s’accentue. (Ouest France 2004)
(45)Un deuxième arrêté pris, dit-on « par sécurité » a été publié au JO le 1er novembre. Autrement dit, il ne ferait que renforcer le premier. (L’Est Républicain
2003)
Dans cet emploi, càd et autrement dit présupposent tous deux un antécédent et présentent en eux-mêmes un élément anaphorique (ce, autre).
Autrement dit1 apparaît dans les contextes de définition analytique, car
la lecture propositionnelle de l’équivalence s’ancre dans le contenu
même des énoncés mis en relation. Le mot étranger en (44) continue
à renvoyer à son référent, mais attire notre attention par le fait qu’il
est étranger. Le terme Y est rarement, voire jamais, en mention. Cette
première description générale qui présente càd1 et autrement dit1 comme
des introducteurs de gloses parfaitement synonymes est trompeuse. En
effet, si on considère les phrases définitionnelles analytiques (X est un
hyponyme de Y) d’une part (46), et les phrases caractérisées par une
relation d’inclusion, au sens strict, comme en (47) d’autre part, la substitution n’est plus possible :
(46) Il s’agit d’un tandem, càd / autrement dit d’une bicyclette pour deux personnes.
(47) J’ai acheté une tulipe, càd / ? autrement dit / *ou une fleur que j’aime beaucoup.
354 Hélène Vassiliadou
Alors qu’on peut gloser (46) par tandem signifie bicyclette…, tulipe ne signifie
pas fleur. Dans (47), le locuteur ne pointe pas le sens de tulipe mais rappelle
qu’il va parler de tulipe en tant que fleur. Autrement dit1 et ou (avec lequel
il se combine souvent) servent à proposer un autre nom pour tulipe et
établissent ainsi une relation d’identité. Or, c’est connu, on ne peut pas
paraphraser par tulipe est un autre nom pour fleur. Le phénomène est encore
plus saillant dans les contextes dialogaux dans lesquels, en règle générale,
càd ne pose pas une question métalinguistique et/ou épilinguistique sur le
sens de X. Autrement dit1 ne cible pas tant l’explication du contenu propositionnel de X, mais en propose une autre nomination : il donne l’instruction que le locuteur présentera son dire d’une autre manière paraphrasable
par j’ai utilisé pour X les termes Z. La combinaison syntagmatique de autrement dit1 avec ça veut dire et ce qui signifie corrobore ce constat :
(48)[…] nationale de transport aérien Air Madagascar et qui vient à échéance ce
mois de janvier ne sera pas renouvelé. Autrement dit, cela veut dire qu’Air Madagascar va avoir un nouveau directeur général. (Libération 2004)
(49)La protection est donc accordée pour l’essentiel « en échange du travail », ce
qui signifie, autrement dit, que la citoyenneté procède du contrat ( J. Rodriguez, Le
pauvre et le sociologue : la construction de la tradition sociologique 2007)
Alors que ça veut dire donne l’information explicite Y sera l’explication de X,
autrement dit signale que cette explication empruntera des termes autres. Cet
exemple ainsi que l’impossibilité d’avoir dans le même contexte *càd ça veut
dire… montre que la liaison anaphorique passe par l’élément autre pour autrement dit. D’ailleurs, càd ne mettant pas l’accent sur l’altérité du dire, véhicule l’information que ce est à dire et non à dire autrement. En ce sens, contrairement à autrement dit1, il peut se combiner avec en d’autres termes :
(50)L ocke […] prête aux philosophes spiritualistes la croyance qu’un fœtus dans
le sein de sa mère sait les mathématiques, ou que nous pouvons savoir sans
apprendre, càd, en d’autres termes, / *autrement dit, en d’autres termes, apprendre sans
apprendre. (De Maistre, Soirées St-Pétersbourg 1821)
•
Autrement dit2 : autres sites d’équivalence
Autrement dit2, comme càd2, peut intervenir dans les cas où le rapport entre
X et Y n’est pas celui d’une identité de signifiés construite en langue. Les
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
355
exemples de dénomination sont assez nombreux, ce qui rappelle le sens de
autrement dit non lexicalisé (§ 2) :
(51)Mais la bonne […] déclara qu’elle connaissait bien cette demoiselle Le Gad,
« autrement dit Mlle Rinette ». (Steuckardt, 2005 : 236)
Nous retrouvons ici le cas où le locuteur lui-même pose X=Y, selon ses
propres jugements et selon le message qu’il veut transmettre. Autrement dit2
sert à légitimer la mise en équivalence des deux segments. La référence de
visiblement choqués en (52) est spécifiée par calmement indignés et bien qu’elle
fasse l’objet d’une mise à distance ironique, elle pose l’identité entre X et Y :
(52)Les camarades chinois étaient visiblement choqués, càd / autrement dit calmement indignés ( J. Kristeva, Les Samouraïs 1990)
La mise en parallèle des deux attitudes ajoute des informations culturelles et sociales. Le passage de visiblement choqués à calmement indignés se fait
plus en douceur avec càd, car il vise en quelque sorte la reconstruction du
référent de X et donne l’instruction X doit être compris comme Y ; autrement
dit 2 pose clairement qu’on doit accepter que Y est une façon autre de dire
X. L’identité amenée par càd ne procède pas selon le même mécanisme,
elle vise la totalité des contenus sémantiques et l’opération énonciative
ne constitue pas une sélection ou une acception particulière du type X
au sens de Y (Julia 2001 : 43). Autrement dit 2, dans le même contexte, vise
au remplacement de choqués par indignés et indique plus nettement qu’on a
affaire à une autre nomination de ce mot.
On a vu que càd2 peut ancrer la référence temporelle ou spatiale et
correspondre à une question du type càd quand ? / où ? :
(53)L es manœuvres de Spirit doivent commencer cinq jours après son atterrissage, càd / autrement dit le 9 janvier. (Le Monde 2004)
(54)L e nœud de l’affaire, c’était que […] nous faisions comme si papa était le seul
Joseph à être mort depuis les débuts officiels de l’univers, càd / ? autrement dit
jusqu’où portaient nos souvenirs. ( J. Rouaud, Les champs d’honneur 1990)
(55)Je suis né à Schiltigheim. Càd / ? Autrement dit en Alsace.
(56)Je suis né en Alsace. Càd / ? Autrement dit à Schiltigheim pour être plus précis.
(CV)
356 Hélène Vassiliadou
En (53), le segment X a une valeur non-autonome, on apprend qu’un événement aura lieu sans en connaître la date. Le segment Y introduit, par
relocalisation indirecte, la chronologie absolue. Càd comble ici le manque
de référence temporelle et opère une identification complète entre X et Y.
Il peut alors commuter avec autrement dit2, le résultat est le même à partir
du contenu sémantique propre à chacun. L’exemple (54) est différent en
ce que le but de l’auteur n’est pas de fournir une indication temporelle
absolue ; ce qui est essentiel, c’est que pour la famille, les débuts de l’univers « se mesurent » en termes de souvenirs personnels. L’accent n’est pas
mis sur le moment exact, mais sur le fait que leur univers s’écroule avec
la mort de leur père. Dans cet exemple, l’emploi de autrement dit2 est moins
naturel : tout d’abord, la structure syntaxique ne favorise pas l’insertion
de autrement dit2, puis l’enchaînement de X à Y est plutôt fondé sur une
appréciation subjective, une équivalence non-absolue. On peut ainsi supposer que autrement dit2 présente Y, certes comme une autre manière de
dire X, mais avant tout comme une manière que des facteurs extérieurs
légitiment. L’équivalence est alors renforcée.
La commutation en (55)–(56) n’est pas aisée non plus : autrement dit2
donne l’instruction Alsace est un autre nom pour Schiltigheim et vice versa, ce qui
n’est manifestement pas le cas. Le segment pour être plus précis rend aussi
l’emploi de cette locution moins naturel. Càd2, en revanche, apporte en
Y une spécification par rapport à X et non une autre formulation. Ce ne
sont pas deux manières différentes de dire la même chose car X et Y ne
se situent pas au même niveau hiérarchique et informationnel. Càd2 ne
commute avec autrement dit2 que lorsqu’il est question de calculs objectifs
inscrits dans le système, qui, par la suite sont donnés d’une manière différente selon les intentions discursives des locuteurs.
•
Autrement dit3 : opérateur résumant
Autrement dit2 laisse entrevoir les valeurs de autrement dit3, lequel s’emploie
pour marquer une paraphrase résumante ou conclusive et – plus rarement – explicative. La frontière entre les emplois 2 et 3 est mince, certains
exemples pouvant passer de l’un à l’autre dès qu’on utilise le marqueur
pour faire entendre que ce qu’on va dire est la conséquence de ce qu’une
autre personne a fait ou dit. L’opération résumante peut être schématisée
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
357
par X1, X2, X3 autrement dit3 Y, où le dernier terme de l’énumération vient
synthétiser et non remplacer X. La reformulation relève alors d’un procédé de généralisation plutôt que de restriction. L’énonciation de autrement
dit3 devient plus naturelle si X et Y sont détachés par une forte pause orale
ou graphique et s’il s’emploie en ouverture de phrase :
(57)« Le principe de péréquation géographique est intangible », a-t-il ainsi assuré.
Autrement dit, la Poste continuera dans les années à venir à jouer un rôle de
service public […] (Le Figaro 2003)
Càd ne suppose jamais clairement que ce qui est présenté dans le contexte
antérieur est fini. Il souligne la reprise du dire et présuppose ainsi la
conservation de la forme et du sens de X. En revanche, autrement dit3 souligne la reprise du dit et présuppose la conservation du sens avant tout.
Cette propriété le lie étroitement aux formes bref ou en un mot issues de
dit brièvement, dit en un mot. Autrement dit3 marque des séquences « surassertées », qui « se trouve(nt) en position saillante, le plus souvent en fin
de texte, de manière à [leur] donner le statut d’un condensé sémantique »
(Maingueneau 2006 : 110).
On signalera que la compatibilité de autrement dit3 avec des énoncés où
le locuteur prend en charge son énonciation est largement exploitée par
les interviewers. Il permet d’indiquer que l’énoncé de l’interlocuteur est
inféré de l’énoncé produit par le locuteur : autrement dit3 présente l’énoncé
qui suit comme une « reformulation inférentielle synthétisante » : le raisonnement inférentiel permet d’introduire aisément en Y un récapitulatif
de X (Rossari & Jayez 1996). Autrement dit3 dans un contexte dialogal ou
dialogique peut porter sur l’assertion de X et introduire en Y une conclusion à valeur généralisante et/ou restrictive, il se greffe le plus souvent sur
une interprétation personnelle du locuteur inférée à partir d’un implicite :
(58)FO221 : dans les petites classes y a beaucoup de livres qui permettent d’apprendre l’orthographe quand même
MM : autrement dit c’est mieux quoi (E1 ENT 069)
Mais dès qu’on s’éloigne des emplois de reformulation, autrement dit3 ne
peut plus commuter avec càd3 :
358 Hélène Vassiliadou
(59) A :Dites à votre ami Elie Sémoun ce que vous voulez faire plus tard dans
la vie.
B : Alors, mon ami Elie, plus tard…
A : Ah, parce que c’est votre ami !
B : Mais, vous m’avez dit « dites à votre ami ».
C :(Elie Sémoun) càd que / ?? Autrement dit lui, il répète ce qu’on lui dit, quoi.
D’accord. (CV, Jeu télévisé 2004)
Càd ne se contente pas de se greffer sur une inférence implicite à visée
conclusive, il justifie l’inférence (renforcée par d’accord et quoi en fin de séquence). Autrement dit3 ne peut pas expliciter une inférence directement et
se contente de la reformuler. Du moment qu’on se trouve dans un schéma
reformulatif, autrement dit3 permet d’indiquer à l’interlocuteur que l’état de
choses évoqué en X équivaut à celui évoqué en Y. Il introduit ainsi une
reformulation qui est justifiée par une inférence implicite, en même temps
qu’il instaure une prédication d’identité entre X et Y. De ce fait, en cas de
prise en charge forte de l’événement par le locuteur, l’emploi de autrement
dit3 est également plus contraignant :
(60)Voila neuf mois que je n’avais rien posté sur mon blog !!! Càd que / ?? Autrement
dit ma charcuterie me prend tout mon temps !!! (<http://vincent.cuisineblog.fr>
2014)
De même, quand la relation textuelle est la justification d’un acte (emploi illocutif), seul càd convient, car il justifie l’acte de mise en doute de
l’énoncé du locuteur A sans le reformuler. Or, autrement dit 3 doit pouvoir
reformuler un X (même quand Y est une synthèse/conclusion de X) :
(61) A : Paul et Marie se sont séparés.
B :Vraiment ? Càd qu’ils semblaient si amoureux ! Vs Vraiment ? * Autrement
dit, ils semblaient… (CV)
Par conséquent, autrement dit3 ne peut pas non plus partager les emplois
d’hésitation et de « refus poli » de càd4 :
(62a) A : Viendrez-vous vous promener avec nous ?
B : Càd que /*Autrement dit je ne suis pas libre (Larousse 1971 : 653)
(62b) Je ne suis pas libre. C’est-à-dire que / Autrement dit je ne viendrai pas.
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
359
(62b) est possible car il y a reformulation, tandis qu’en (62a), il s’agit
d’introduire le motif qui sert de justification à un acte précédent : je
ne suis pas libre conduit à je ne viendrai pas mais n’est en aucun cas une
reformulation.
Enfin, dans les configurations où càd5 introduit une correction du
contenu de X, autrement dit3 ne peut pas non plus apparaître en dépit du
trait autre présent dans son sémantisme :
(63) A : Vous êtes marié ?
B : Oui. * Autrement dit non.
Autrement dit1,2,3, tout en posant le sens autrement, indique toujours l’existence d’une équivalence entre X et Y en langue ou dans le monde. Même
dans ses emplois conclusifs, la conclusion introduite en Y est proposée comme équivalente de l’énoncé précédent et/ou de l’inférence qu’on
pourrait en tirer. Hormis ces contextes d’invalidation totale, autrement
dit ne peut pas non plus corriger la force illocutoire de X, car il semble
n’enchaîner que sur le dit. Il est difficile de trouver ce qu’il reprend dans :
(64) A : Ton copain m’a appelé ce matin.
B : Tiens, tiens. Et pourquoi ?
A : * Autrement dit, j’aurais mieux fait de me taire, non ? (CV)
Si X n’est pas exprimé explicitement ou, du moins, ne peut pas être récupéré en termes, autrement dit est inapte à le reprendre ou à le spécifier. Càd
est porteur d’une instruction sémantique lui permettant de donner à voir,
d’une certaine façon, le référent désigné par X, puis corrigé par Y.
3.3. Ça veut dire
Ça veut dire est le plus métalinguistique des trois marqueurs établissant
« une relation de signification entre un signe et un sens » (Gomila 2005 :
250). Il s’emploie alors préférentiellement dans les mêmes contextes que
càd1, à l’exception des emplois identificatoires et/ou dénominatifs de
càd2. En outre, il sert difficilement à fixer un lien référentiel sauf dans
des cas très précis (ça veut dire2). Il n’apparaît enfin ni dans des contextes
360 Hélène Vassiliadou
d’atténuation (càd4) ni dans des configurations rectificatives (càd5), d’où
l’effet comique de l’extrait suivant :
(65) –Quelqu’un qu’il est très intelligent, qu’est-ce que vous entendez ? Qu’il est
idiot, ou quoi ?
–Bien sûr, répondait la petite. Etre très intelligent, ça veut dire qu’on est idiot.
– Et très beau, j’imagine, ça veut dire repoussant ?
–Ça dépend. Vous êtes très beau. ( J. d’Ormesson, Tous les hommes sont fous
1986)
•
Ça veut dire1 : gloses métalinguistiques
Ça veut dire1 privilégie le sens signifier et établit des relations définitionnelles
(Khatchatourian 2008). La source du vouloir dire est celui des mots (glose :
que veut dire ce mot…) :
(66)Allah Ikoune fi Aounek ! ça veut dire « Que Dieu te garde… » ( J.-L. Degaudenzi, Zone 1987)
(67) –dis, Lily, qu’est-ce que ça veut dire rouler des pelles ?
– Ça veut dire embrasser, répond Lily en souriant. (R. Morgiève, Un petit
homme de dos 1988)
Le segment X, le segment Y ou les deux sont marqués typographiquement (italique, guillemets, parenthèses). Selon Authier-Revuz (1995),
en contexte métalinguistique, ça veut dire peut constituer une marque de
« modalité autonymique » sur X. Ça veut dire1 se distingue de càd1 dans
des constructions propres à cette modalité, l’effacement des marques du
temps et de la personne sur le verbe de Y en témoignent :
(68)L e clarinettiste quintoyait, ce qui signifie / ça veut dire / *càd faire des canards.
(Authier-Revuz 1987 : 60)
Ça veut dire1 se différencie également de je veux dire qui peut introduire des
gloses :
(69)Elle témoigna beaucoup de désir de me servir jusqu’à ce qu’elle eut reconnu
que j’étais des deux sexes, je veux dire hermaphrodite. (Foigny, La terre australe
connue 1676)
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
361
Mais je veux dire ne se traduit pas par je signifie ou j’ai pour sens et ses emplois ne découlent pas tous du sens habituel de la locution verbale vouloir
dire.
•
Ça veut dire2 : X au sens de Y
Les emplois de ça veut dire 2 se distancient des opérations paraphrastiques.
Il sert à légitimer la mise en équivalence des deux segments : il ne s’agit
pas d’un emploi particulier de X en tant que tel, mais de l’interprétation
choisie pour une situation précise dans le sens X est Y selon le jugement du
locuteur :
(70)Heureusement, ma mère n’a pas tout à fait dit oui. Elle a utilisé le joker “Inchallah”. Ça veut dire ni oui, ni non. C’est “si Dieu veut” la vraie traduction
(Bastian 2009 : 42)
(71)« On trichera. » « Ça veut dire quoi, tricher ? » « Arranger, sans déranger. »
(Y. Navarre, Romans, un roman 1988)
On a ici des exemples entre ça veut dire1 et ça veut dire2 où le marqueur
introduit une explicitation de X quitte à détourner complétement sa
valeur (72) :
(72)Que veut dire R ? Recette ? Salut max Effectivement, ça veut bien dire recette
(c’est plus court). (Corpus Newsgroups, NUNC)
(73)SIDA, ça veut dire Stationnement Interdit dans l’Anus ! ( J.-L. Degaudenzi, Zone
1987)
Ce marqueur peut subtilement signaler la reprise du dire et du dit et indiquer que le discours est en pleine élaboration. Le passage vers ça veut dire3
se fait alors tout naturellement.
•
Ça veut dire3 conclusif
La source du vouloir dire est cette fois le monde et non les mots (Franckel
1998). La majorité des occurrences de ça veut dire3 sont à la forme interrogative et/ou négative. Les contextes dialogiques et les cas des hétéro-reformulation sont également privilégiés :
362 Hélène Vassiliadou
(74) –qu’elle arrête de se balader la nuit, approvisionnée comme un compte libanais. Et ça, tu vois, gamin, ça m’inquiète plus que tout.
– Ça veut dire que Cercaire se trompe sur la jeunesse bellevilloise ?
– Ça veut dire que tout le monde se plante. (D. Pennac, ibidem)
La rétrointerprétation globale de X peut donner un effet récapitulatif du
type de je conclus que. Ça veut dire3 doit faire entendre que ce qu’on va dire est
la conséquence de ce qu’une autre personne a fait ou dit ou l’explication
qu’il faut en donner :
(75)L e type en blouse bleue nous confirme avec mépris qu’il risque effectivement
d’y avoir quelques places. Ça veut dire qu’il y en a, comprend mon compagnon.
( J.-L. Degaudenzi, op. cit.)
Ça veut dire3 enchaîne d’ailleurs souvent sur le non-dit et peut se substituer
à càd3, il met donc explicitement les intentions du locuteur en mots.
Conclusion
Le point commun, malgré les spécificités de chaque exemple, est que les
trois marqueurs examinés indiquent à chaque fois l’opération effectuée et
annoncent sa « justification comme production du ‘même’ au moment où
le locuteur produit de l’‘autre’ » (Gardin 1987 : 95). C’est ce trait-là qui permet à càd de commuter avec autrement dit et ça veut dire, malgré les nuances
de sens perceptibles.
Références bibliographiques
Anscombre, J.-C. (1995), « Topique ‘or not’ topique : formes topiques intrinsèques et formes topiques extrinsèques », Journal of Pragmatics 24,
115–141.
Mouvements de réflexion sur le dire et le dit : c’est-à-dire, autrement dit, ça veut dire
363
Anscombre, J.-C. (éd.) (2006), Les objets de la polyphonie, Français moderne 74/1.
Anscombre, J.-C. & Ducrot, O. (1983), L’argumentation dans la langue, Liège :
Mardaga.
Authier-Revuz, J. (1987), « L’auto-représentation opacifiante de dire dans
certaines formes de couplage », DRLAV 36–37, 55–103.
Authier-Revuz, J. (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et
non-coïncidences du dire, Paris : Larousse.
Charolles, M. & Coltier, D. (1986), « Le contrôle de la compréhension
dans une activité rédactionnelle : Eléments pour une analyse des reformulations paraphrastiques », Pratiques 49, 51–66.
Culioli, A. (1990), Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, tome 1, Paris : Ophrys.
Dostie, G. (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique
et traitement lexicographique, Bruxelles : Duculot.
Ducrot, O. (1983), « Puisque : essai de description polyphonique », Revue
Romane 24, 166–185.
Englebert, A. (2000), « Etude fonctionnelle d’un QUE dit ‘pléonastique’ »,
L’information grammaticale 86, 25–30.
Fløttum, K. (1994), La reformulation introduite par c’est-à-dire, Stavanger :
Høgscole senteret i Rogaland.
Franckel, J.-J. (1998), « Au cœur de l’indicible : le verbe dire », LINX 10,
53–69.
Fuchs, C. (1982), La paraphrase, Paris : PUF.
Gardin, B., (1987), « Les enjeux sociaux des reformulations », Études de
linguistique appliquée 68, 95–110.
Gomila, C. (2005), « La glose introduite par ça veut dire dans le discours
didactique scolaire », in Steuckardt, A. & Niklas-Salminen, A., (dir.),
103–112 et 243–251 pour la notice Ce qui veut dire.
Gülich, E. & Kotschi, T. (1983), « Les marqueurs de la reformulation
paraphrastique », Cahiers de linguistique 5, 305–351.
Haillet, P.P. (2004), « Nature et fonctions des représentations discursives :
le cas de la stratégie de la version bémolisée », Langue Française 142,
7–16.
Julia, C. (2001), Fixer le sens ? La sémantique spontanée des gloses de spécification
du sens, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle.
364 Hélène Vassiliadou
Khatchatourian, E. (2008), « Les marqueurs de reformulation formés à
partir du verbe dire », in M.-C. Le Bot, M. Schuwer & E. Richard
(éds), La reformulation : marqueurs linguistiques, stratégies énonciatives,
Rennes : PUR, 19–33.
Le Groupe λ-1 (1975), « Car, parce que, puisque », Revue Romane 10, 248–280.
Maingueneau, D. (2006), « Les énoncés détachés dans la presse écrite. De
la surassertion à l’aphorisation », Tranel 44, 107–120.
Nøjgaard, M. (1992), Les adverbes français. Essai de description fonctionnelle, vol. 1,
Historisk-filosofiske Meddelelser, 66, Copenhague : Munksgaard.
Norén, C. (1999), Reformulation et Conversation. De la sémantique du topos aux
fonctions interactionnelles, Uppsala : Studia Romanica.
Picabia, L. (2000), « Appositions nominales et déterminant zéro : le cas
des appositions frontales », Langue française 125, 71–89.
Portine, H. (1997), « D’où vient le métalangage ? », LINX 36, 25–39.
Rey-Debove, J. (1985), « Le métalangage en perspective », DRLAV 32,
21–32.
Rossari, C. (2005), « Cela dit : un marqueur de prise de conscience », in
Steuckardt, A. & Niklas-Salminen, A., (dir.), 87–102.
Rossari, C. & Jayez, J. (1996), « Donc et les consécutifs. Des systèmes de
contraintes différentiels », Linguisticae Investigationes XX : 1, 13–28.
Sitri, F. (2003), L’objet du débat. La construction des objets de discours dans des
situations argumentatives orales, Paris : PSN.
Steuckardt, A. (2005), « Les marqueurs formés sur dire », in Steuckardt,
A. & Niklas-Salminen, A., (dir.), 51–66 et 233–239 pour la notice
Autrement dit.
Vassiliadou, H. (2004), Les connecteurs c’est-à-dire (que) en français et ðilaði
en grec. Analyse syntaxique et sémantico-pragmatique, Thèse de doctorat,
Université de Strasbourg.
Vassiliadou, H. (2008), « Quand les voies de la reformulation se croisent
pour mieux se séparer : à savoir, autrement dit, c’est-à-dire, en d’autres
termes », in M.-C. Le Bot, M. Schuwer & E. Richard (éds), 35–50.
Vassiliadou, H. (2013), « La formation de c’est-à-dire (que) et de ses correspondants dans les langues romanes : quelques remarques », in E. Casanova Herrero & C. Calvo Rigual, (eds), Actes del 26é Congrés de Lingüística
i Filologia Romàniques, Berlin : W. de Gruyter, Tome III, 453–464.
Les marqueurs en dire : liste
Étudié dans ce volume par :
(ça), tu l’as dit (, bouffi)
(et) dire que
à ce qu’on dit
Jean-Claude Anscombre
à dire vrai/à vrai dire
à en croire ce qu’on dit
à qui le dis-tu
Sonia Gómez-Jordana Ferary
au dire de
autant dire que
Sandrine Deloor
autrement dit
Hélène Vassiliadou
ça dit bien ce que ça veut dire
ça en dit long sur
ça n’est pas dit (que)
ça veut dire que
Hélène Vassiliadou
ça/cela revient à dire que
ça/cela/il va sans dire
Juliette Delahaie
ce n’est pas peu dire
ce n’est pas pour dire
ce que j’en dis
ceci dit
cela dit
c’est à moi que tu dis ça ?
c’est beaucoup dire
c’est ce que je dis
c’est comme je te le dis
c’est dire (si)
c’est dit
c’est histoire de dire
Laurent Perrin
366 Les marqueurs en dire : liste
Étudié dans ce volume par :
c’est le cas de le dire
c’est le moins qu’on puisse dire
c’est pas dit
c’est pas pour dire
c’est peu de le dire
c’est rien de le dire
c’est tout dire
c’est vous/toi/lui qui le dites
Sonia Gómez-Jordana Ferary
c’est-à-dire (que)
Hélène Vassiliadou
comme je te le dis
comme on dit
Jean-Claude Anscombre
comme qui dirait
Sonia Gómez-Jordana Ferary
comme vous dites/comme tu dis
comment dirais-je
María Luisa Donaire
comment dire
dirait-on
Jean-Claude Anscombre
dire que
Christiane Marque-Pucheu
dirions-nous/dirais-je
dis donc/ dites donc
Jean-Jacques Franckel
dis/dites
Jean-Jacques Franckel
disais-je/disions-nous
dis-moi tout
dis-moi/dites-moi
disons
Jean-Jacques Franckel
disons-le
Sandrine Deloor
dit-on
Jean-Claude Anscombre
est-ce à dire (que)
faut dire
faut dire les choses comme elles sont
il n’y a pas à dire
J’aime mieux/autant te dire
j’ai envie de dire
367
Les marqueurs en dire : liste
Étudié dans ce volume par :
j’aimerais dire
j’allais dire
je crois qu’on peut dire ça
je dirais
María Luisa Donaire
je dois dire
je me suis dit
je me suis laissé dire
je n’dis pas
je ne me le suis pas fait dire deux fois
je ne saurais dire
María Luisa Donaire
je ne te le dirai pas deux fois
je ne te le fais/l’envoie pas dire
je n’vous dis que ça/ j’te dis que ça
je te le dis et te le répète
je veux dire
Gaétane Dostie
je vous l’avais bien dit
Didier Tejedor de Felipe
j’te dirais bien
Didier Tejedor de Felipe
j’te dirais que
Didier Tejedor de Felipe
j’te dis
j’te dis pas
Laurent Perrin
ne me dis/dites pas
Juliette Delahaie
ne va pas me dire
Juliette Delahaie
on a beau dire
on dirait
Jean-Claude Anscombre
on dirait pas
on dit
Jean-Claude Anscombre
on peut dire ça
on va dire
Agnès Steuckardt
on va dire ça comme ça
Agnès Steuckardt
on va dire ça
Agnès Steuckardt
pour ainsi dire
pour dire les choses comme elles sont
368 Les marqueurs en dire : liste
Étudié dans ce volume par :
pour dire si
pour ne pas dire plus
pour tout (vous) dire
pour tout dire
Sandrine Deloor
quand je vous le disais
Christiane Marque-Pucheu
que dire
que dis-je
Laurent Perrin
que je dis
que n’a-t-on pas dit
Christiane Marque-Pucheu
que tu dis
qu’est-ce à dire
qu’est-ce que tu en dis/qu’en dis-tu
qu’est-ce que vous/tu voulez que je vous
dise
Christiane Marque-Pucheu
qui aurait dit que
quoi qu’on dise
qu’est-ce que je vous disais
Christiane Marque-Pucheu
si je puis dire
Laurence Rouanne
si j’ose dire
Laurence Rouanne
si on/l’on peut dire
Laurence Rouanne
si tu vois ce que je veux dire
si vous/tu/il le dites
soi disant
soit dit en passant
Adelaida Hermoso Mellado-Damas
soit dit entre nous
Adelaida Hermoso Mellado-Damas
soit dit entre parenthèses
Adelaida Hermoso Mellado-Damas
tiens-/tenez-le vous pour dit
tout ça pour dire que
tout est dit
tu as beau dire
tu disais ?
tu m’en diras tant/ vous m’en direz tant
369
Les marqueurs en dire : liste
Étudié dans ce volume par :
tu peux le dire
Laurent Perrin
tu (ne) vas pas me dire que
vous me direz/me direz-vous
vous voulez dire
y’a pas à dire
Laurent Perrin
y’a rien à dire
y’en a qui disent
Sonia Gómez-Jordana Ferary
Favoriser la confrontation interdisciplinaire et internationale de toutes les formes
de recherches
�
consacrées à la communication humaine, en publiant sans délai
des travaux
�
scientifiques d’actualité: tel est le rôle de la collection Sciences pour la
Â�communication. Elle se propose de réunir des études portant sur tous les langages,
naturels ou artificiels, et relevant de toutes les disciplines sémiologiques: linguisÂ�tique,
psychologie ou sociologie du langage, sémiotiques diverses, logique, traitement automatique, systèmes formels, etc. Ces textes s’adressent à tous ceux qui voudront, à
quelque titre que ce soit et où que ce soit, se tenir au courant des développements les
plus récents des sciences du langage.
Ouvrages parus
1. Alain Berrendonner – L’éternel grammairien Etude du discours normatif, 1982 (épuisé)
·
2. Jacques Moeschler – Dire et contredire Pragmatique de la négation et acte de réfutation
dans la conversation, 1982 (épuisé)
·
3. C. Bertaux, J.-P. Desclés, D. Dubarle, Y. Gentilhomme, J.-B. Grize, I. Mel’Cuk,
P. Scheurer et R. Thom – Linguistique et mathématiques Peut-on construire un discours
cohérent en linguistique? · Table ronde organisée par l’ATALA, le Séminaire de philosophie et mathématiques de l’Ecole Normale Supérieure de Paris et le Centre de
recherches sémiologiques de Neuchâtel (Neuchâtel, 29-31 mai 1980), 1982
·
4. Marie-Jeanne Borel, Jean-Blaise Grize et Denis Miéville – Essai de logique naturelle,
1983, 1992
5. P. Bange, A. Bannour, A. Berrendonner, O. Ducrot, J. Kohler-Chesny, G. Lüdi,
Ch. Perelman, B. Py et E. Roulet – Logique, argumentation, conversation · Actes du
Colloque de pragmatique (Fribourg, 1981), 1983
6. Alphonse Costadau: Traité des signes (tome I) – Edition établie, présentée et annotée
par Odile Le Guern-Forel, 1983
7. Abdelmadjid Ali Bouacha – Le discours universitaire · La rhétorique et ses pouvoirs,
1984
8. Maurice de Montmollin – L’intelligence de la tâche · Eléments d’ergonomie cognitive,
1984, 1986 (épuisé)
9. Jean-Blaise Grize (éd.) – Sémiologie du raisonnement · Textes de D. Apothéloz,
M.-J. Borel, J.-B. Grize, D. Miéville, C. Péquegnat, 1984
10. Catherine Fuchs (éd.) – Aspects de l’ambiguïté et de la paraphrase dans les langues
naturelles Textes de G. Bès, G. Boulakia, N. Catach, F. François, J.-B. Grize, R. Martin,
D. Slakta, 1985
·
11. E. Roulet, A. Auchlin, J. Moeschler, C. Rubattel et M. Schelling – L’articulation du
discours en français contemporain, 1985, 1987, 1991 (épuisé)
12. Norbert Dupont – Linguistique du détachement en français, 1985
13. Yves Gentilhomme – Essai d’approche microsystémique · Théorie et pratique · Application dans le domaine des sciences du langage, 1985
14. Thomas Bearth – L’articulation du temps et de l’aspect dans le discours toura, 1986
15. Herman Parret – Prolégomènes à la théorie de l’énonciation · De Husserl à la pragmatique, 1987
16. Marc Bonhomme – Linguistique de la métonymie · Préface de M. Le Guern, 1987
(épuisé)
17. Jacques Rouault – Linguistique automatique · Applications documentaires, 1987
18. Pierre Bange (éd.) – L’analyse des interactions verbales: «La dame de Caluire. Une
consultation» · Actes du Colloque tenu à l’Université Lyon II (13-15 décembre 1985),
1987
19. Georges Kleiber – Du côté de la référence verbale · Les phrases habituelles, 1987
20. Marianne Kilani-Schoch – Introduction à la morphologie naturelle, 1988
21. Claudine Jacquenod – Contribution à une étude du concept de fiction, 1988
22. Jean-Claude Beacco – La rhétorique de l’historien · Une analyse linguistique du discours, 1988
23. Bruno de Foucault – Les structures linguistiques de la genèse des jeux de mots, 1988
24. Inge Egner – Analyse conversationnelle de l’échange réparateur en wobé · Parler WEE
de Côte d’Ivoire, 1988
25. Daniel Peraya – La communication scalène · Une analyse sociosémiotique de situations
pédagogiques, 1989
26. Christian Rubattel (éd.) – Modèles du discours · Recherches actuelles en Suisse romande
· Actes des Rencontres de linguistique française (Crêt-Bérard, 1988), 1989
27. Emilio Gattico – Logica e psicologia · Studi piagettiani e postpiagettiani, 1989
28. Marie-José Reichler-Béguelin (éd.) – Perspectives méthodologiques et épistémologiques
dans les sciences du langage · Actes du Colloque de Fribourg (11-12 mars 1988), 1989
29. Pierre Dupont – Eléments logico-sémantiques pour l’analyse de la proposition, 1990
30. Jacques Wittwer – L’analyse relationnelle · Une physique de la phrase écrite · Introduction à la psychosyntagmatique, 1990
31. Michel Chambreuil et Jean-Claude Pariente – Langue naturelle et logique · La sémantique intentionnelle de Richard Montague, 1990
32. Alain Berrendonner et Herman Parret (éds) – L’interaction communicative, 1990
(épuisé)
33. Jacqueline Bideaud et Olivier Houdé – Cognition et développement · Boîte à outils
théoÂ�riques · Préface de Jean-Blaise Grize, 1991 (épuisé)
34. Beat Münch – Les constructions référentielles dans les actualités télévisées · Essai de
typologie discursive, 1992
35. Jacques Theureau – Le cours d’action Analyse sémio-logique · Essai d’une anthropologie cognitive située, 1992 (épuisé)
·
36. Léonardo Pinsky (†) – Concevoir pour l’action et la communication · Essais d’ergonomie
cognitive · Textes rassemblés par Jacques Theureau et collab., 1992
37. Jean-Paul Bernié – Raisonner pour résumer · Une approche systémique du texte, 1993
38. Antoine Auchlin – Faire, montrer, dire – Pragmatique comparée de l’énonciation en
français et en chinois, 1993
39. Zlatka Guentcheva – Thématisation de l’objet en bulgare, 1993
40. Corinne Rossari – Les opérations de reformulation · Analyse du processus et des marques dans une perspective contrastive français – italien, 1993, 1997
41. Sophie Moirand, Abdelmadjid Ali Bouacha, Jean-Claude Beacco et André Collinot
(éds) – Parcours linguistiques de discours spécialisés · Colloque en Sorbonne les 2324-25 septembre 1992, 1994, 1995
42. Josiane Boutet – Construire le sens · Préface de Jean-Blaise Grize, 1994, 1997
43. Michel Goyens – Emergence et évolution du syntagme nominal en français, 1994
44. Daniel Duprey – L’universalité de «bien» · Linguistique et philosophie du langage,
1995
45. Chantal Rittaud-Hutinet – La phonopragmatique, 1995
46. Stéphane Robert (éd.) – Langage et sciences humaines: propos croisés · Actes du colloque «Langues et langages» en hommage à Antoine Culioli (Ecole normale supérieure.
Paris, 11 décembre 1992), 1995
47. Gisèle Holtzer – La page et le petit écran: culture et télévision · Le cas d’Apostrophes,
1996
48. Jean Wirtz – Métadiscours et déceptivité · Julien Torma vu par le Collège de ’PataÂ�
physique, 1996
49. Vlad Alexandrescu – Le paradoxe chez Blaise Pascal · Préface de Oswald Ducrot, 1997
50. Michèle Grossen et Bernard Py (éds) – Pratiques sociales et médiations symboliques,
1997
51. Daniel Luzzati, Jean-Claude Beacco, Reza Mir-Samii, Michel Murat et Martial Vivet
(éds) – Le Dialogique · Colloque international sur les formes philosophiques, linguisÂ�
tiques, littéraires, et cognitives du dialogue (Université du Maine, 15-16 septembre
1994), 1997
52. Denis Miéville et Alain Berrendonner (éds) – Logique, discours et pensée · Mélanges
offerts à Jean-Blaise Grize, 1997, 1999
53. Claude Guimier (éd.) – La thématisation dans les langues · Actes du colloque de Caen,
9 -11 octobre 1997, 1999, 2000
54. Jean-Philippe Babin – Lexique mental et morphologie lexicale, 1998, 2000
55. Thérèse Jeanneret – La coénonciation en français · Approches discursive, conversationÂ�
nelle et syntaxique, 1999
56. Pierre Boudon – Le réseau du sens · Une approche monadologique pour la compréhension du discours, 1999 (épuisé)
58. Jacques Moeschler et Marie-José Béguelin (éds) – Référence temporelle et nominale.
Actes du 3e cycle romand de Sciences du langage, Cluny (15–20 avril 1996), 2000
59. Henriette Gezundhajt – Adverbes en -ment et opérations énonciatives · Analyse linguistique et discursive, 2000
60. Christa Thomsen – Stratégies d’argumentation et de politesse dans les conversations
d’affaires · La séquence de requête, 2000
61. Anne-Claude Berthoud et Lorenza Mondada (éds) – Modèles du discours en confrontation, 2000
62. Eddy Roulet, Anne Grobet, Laurent Filliettaz, avec la collaboration de Marcel Burger
– Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, 2001
63. Annie Kuyumcuyan – Diction et mention Pour une pragmatique du discours narratif,
2002
·
64. Patrizia Giuliano – La négation linguistique dans l’acquisition d’une langue étrangère ·
Un débat conclu? 2004
65. Pierre Boudon – Le réseau du sens II · Extension d’un principe monadologique à
l’ensemble du discours, 2002
66. Pascal Singy (éd.) – Le français parlé dans le domaine francoprovençal · Une réalité
plurinationale, 2002
67. Violaine de Nuchèze et Jean-Marc Colletta (éds) – Guide terminologique pour l’analyse
des discours · Lexique des approches pragmatiques du langage, 2002
68. Hanne Leth Andersen et Henning Nølke – Macro-syntaxe et macro-sémantique · Actes
du colloque international d’Århus, 17-19 mai 2001, 2002
69. Jean Charconnet – Analogie et logique naturelle · Une étude des traces linguistiques
du raisonnement analogique à travers différents discours, 2003
70. Christopher Laenzlinger – Initiation à la Syntaxe formelle du français · Le modèle
Principes et Paramètres de la Grammaire Générative Transformationnelle, 2003
71. Hanne Leth Andersen et Christa Thomsen (éds) – Sept approches à un corpus · Analyses
du français parlé, 2004
72. Patricia Schulz – Description critique du concept traditionnel de «métaphore», 2004
73. Joël Gapany – Formes et fonctions des relatives en français · Etude syntaxique et
sémantique, 2004
74. Anne Catherine Simon – La structuration prosodique du discours en français · Une
approche mulitdimensionnelle et expérientielle, 2004
75. Corinne Rossari, Anne Beaulieu-Masson, Corina Cojocariu et Anna Razgouliaeva –
Autour des connecteurs · Réflexions sur l’énonciation et la portée, 2004
76. Pascal Singy (éd.) – Identités de genre, identités de classe et insécurité linguistique,
2004
77. Liana Pop – La grammaire graduelle, à une virgule près, 2005
78. Injoo Choi-Jonin, Myriam Bras, Anne Dagnac et Magali Rouquier (éds) – Questions de
classification en linguistique: méthodes et descriptions · Mélanges offerts au Professeur
Christian Molinier, 2005
79. Marc Bonhomme – Le discours métonymique, 2005
80. Jasmina Milićević – La paraphrase · Modélisation de la paraphrase langagière, 2007
81. Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt (éds) – Les linguistes et la norme · Aspects normatifs
du discours linguistique, 2007
82. Agnès Celle, Stéphane Gresset et Ruth Huart (éds) – Les connecteurs, jalons du discours,
2007
83. Nicolas Pepin – Identités fragmentées · Eléments pour une grammaire de l’identité,
2007
84. Olivier Bertrand, Sophie Prévost, Michel Charolles, Jacques François et Catherine
Schnedecker (éds) – Discours, diachronie, stylistique du français · Etudes en hommage
à Bernard Combettes, 2008
85. Sylvie Mellet (dir.) – Concession et dialogisme · Les connecteurs concessifs à l’épreuve
des corpus, 2008
86. Benjamin Fagard, Sophie Prévost, Bernard Combettes et Olivier Bertrand (éds) –
Evolutions en français · Etudes de linguistique diachronique, 2008
87. Denis Apothéloz, Bernard Combettes et Franck Neveu (éds) – Les linguistiques du
détachement · Actes du colloque international de Nancy (7-9 juin 2006), 2009
88. Aris Xanthos – Apprentissage automatique de la morphologie · Le cas des structures
racine–schème, 2008
89. Bernard Combettes, Céline Guillot, Evelyne Oppermann-Marsaux, Sophie Prévost et
Amalia Rodríguez Somolinos (éds) – Le changement en français · Etudes de linguistique diachronique, 2010
90. Camino Álvarez Castro, Flor Mª Bango de la Campa et María Luisa Donaire (éds) –
Liens linguistiques · Etudes sur la combinatoire et la hiérarchie des composants, 2010
91. Marie-José Béguelin, Mathieu Avanzi et Gilles Corminboeuf (éds) – La Parataxe · Entre
dépendance et intégration; Tome 1, 2010
92. Marie-José Béguelin, Mathieu Avanzi et Gilles Corminboeuf (éds) – La Parataxe ·
Structures, marquages et exploitations discursives; Tome 2, 2010
93. Nelly Flaux, Dejan Stosic et Co Vet (éds) – Interpréter les temps verbaux, 2010
94. Christian Plantin – Les bonnes raisons des émotions · Principes et méthode pour l’étude
du discours émotionné, 2011
95. Dany Amiot, Walter De Mulder, Estelle Moline et Dejan Stosic (éds) – Ars Grammatica ·
Hommages à Nelly Flaux, 2011.
96. André Horak (éd.) – La litote · Hommage à Marc Bonhomme, 2011.
97. Franck Neveu, Nicole Le Querler et Peter Blumenthal (éds) – Au commencement
était le verbe. Syntaxe, sémantique et cognition · Mélanges en l’honneur du Professeur
Jacques François, 2011.
98. Louis de Saussure et Alain Rihs (éds) – Etudes de sémantique et pragmatique françaises,
2012.
99. L. de Saussure, A. Borillo et M. Vuillaume (éds) – Grammaire, lexique, référence.
Regards sur le sens · Mélanges offerts à Georges Kleiber pour ses quarante ans de
carrière, 2012.
100. Groupe de Fribourg – Grammaire de la période, 2012
101. C. Guillot, B. Combettes, A. Lavrentiev, E. Oppermann-Marsaux et S. Prévost (éd.) –
Le changement en français · Etudes de linguistique diachronique, 2012.
102. Gudrun Vanderbauwhede – Le déterminant démonstratif en français et en néerlandais ·
Théorie, description, acquisition, 2012.
103. Genoveva Puskás – Initiation au Programme Minimaliste · Eléments de syntaxe comparative, 2013.
104. Coco Norén, Kerstin Jonasson, Henning Nølke et Maria Svensson (éds) – Modalité,
évidentialité et autres friandises langagières · Mélanges offerts à Hans Kronning à
l’occasion de ses soixante ans, 2013.
105. Jean-Claude Anscombre, María Luisa Donaire et Pierre Patrick Haillet (éds) – Opérateurs
discursifs du français · Eléments de description sémantique et pragmatique, 2013.
106. Laurent Gosselin, Yann Mathet, Patrice Enjalbert et Gérard Becher (éds) – Aspects de
l’itération · L'expression de la répétition en français: analyse linguistique et formalisation,
2013.
107. Alain Rihs – Subjonctif, gérondif et participe présent en français · Une pragmatique
de la dépendance verbale, 2013.
108. Emmanuelle Labeau and Jacques Bres (éds) – Evolution in Romance Verbal Systems,
2013.
109. Alda Mari – Modalités et Temps · Des modèles aux données, 2015.
110. Christiane Soum-Favaro, Annelise Coquillon et Jean-Pierre Chevrot (éds) – La liaison:
approches contemporaines, 2014.
111. Marion Fossard et Marie-José Béguelin (éds) – Nouvelles perspectives sur l’anaphore ·
Points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel, 2014.
112. Thierry Herman et Steve Oswald (éds.) – Rhétorique et cognition / Rhetoric and Cognition,
2014.
113. Giovanni Gobber and Andrea Rocci (éds) – Language, reason and education, 2014 ·
Studies in honor of Eddo Rigotti, 2014.
114. Elena Siminiciuc – L’ironie dans la presse satirique · Etude sémantico-pragmatique,
2015.
115. Milton N. Campos – Traversée · Essai sur la communication, 2015.
116. Gaétane Dostie & Pascale Hadermann (éds) – La dia-variation en français actuel ·
Etudes sur corpus, approches croisées et ouvrages de référence, 2015.
117. Anne Carlier, Michèle Goyens & Béatrice Lamiroy (éds) – Le français en diachronie ·
Nouveaux objets et méthodes, 2015.
118. A paraître
119. Laurence Rouanne & Jean-Claude Anscombre – Histoires de dire · Petit glossaire des
marqueurs formés sur le verbe dire, 2016.
Téléchargement
Explore flashcards