Telechargé par marc.peyraud

11H [1920] - Ch 4 - Seconde Guerre mondiale - N°4. Les victoires des Alliés

publicité
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Ch 4. La Seconde Guerre mondiale
Partie n° 4 : Les victoires des Alliés
1. Pearl Harbor et l’entrée en guerre des USA :
- Situation aux USA
- Le Victory Program
- L’apport technologique des USA ou la suprématie des USA
2. Le front Est, l’opération Barbarossa et la bataille de Stalingrad
- Contexte et début de l’opération Barbarossa
- Staline tient bon et lance même une contre-offensive
- La bataille de Stalingrad
3. Le débarquement de Normandie
- Contexte
- L’objectif à court terme du débarquement de Normandie
- Préparatifs du débarquement, PLUTO et bombardements
- Le jour J ou le D-day
- Le port artificiel d’Arromanches
4. Hiroshima et Nagasaki
- Contexte
- Témoignage
1. Pearl Harbor et l’entrée en guerre des USA
Situation aux USA :
Durant les années 1930, les USA ont une politique isolationniste, c’està-dire que les USA interviennent très peu dans les affaires extérieures.
Donc en 1939, il est hors de question pour le Congrès américain
d’entrer en guerre aux côtés des Alliés, malgré la volonté du président
Roosevelt. Dès mars 1941, grâce à ce dernier qui fait voter la loi prêtbail, les USA vont pouvoir quand même exporter énormément de
matériel de guerre au Royaume-Uni et à l’URSS.
L’événement déclencheur de l’entrée en guerre des USA :
Le 7 décembre 1941, l’empire du Japon attaque par surprise les USA
dans les îles Hawaï, plus exactement sur le port de Pearl Harbor.
Hawaï est un archipel situé à égale distance du Japon et des USA. C’est
un territoire isolé du reste des USA qui déclarent la guerre aux trois pays de l’Axe.
D’après Wikipédia : le discours de Roosevelt le lendemain de l’attaque, le 8 décembre 1941 : « Hier, 7 décembre 1941 — une date qui
restera à jamais marquée dans l'Histoire comme un jour d’infamie — les États-Unis d'Amérique ont été attaqués délibérément par les
forces navales et aériennes de l'empire du Japon. Les États-Unis étaient en paix avec le Japon et étaient même, à la demande de ce
pays, en pourparlers avec son gouvernement et son empereur sur les conditions du maintien de la paix dans le Pacifique. Qui plus est,
une heure après que les armées nippones eurent commencé à bombarder Oahu, un représentant de l'ambassade du Japon aux ÉtatsUnis a fait au secrétariat d'État une réponse officielle à un récent message américain. Cette réponse semblait prouver la poursuite des
négociations diplomatiques, elle ne contenait ni menace, ni déclaration de guerre […]. J'ai demandé […] que le Congrès déclare depuis
l'attaque perpétrée par le Japon dimanche 7 décembre, l'état de guerre contre le Japon. »
Le 11 décembre 1941, l’Allemagne et l’Italie déclarent la guerre aux USA.
Vidéo 1 - Images japonaises de l’attaque de Pearl Harbor - 1’43
Aux USA :
- Le 15 décembre, les syndicats renoncent au droit de grève
pour ne pas pénaliser l’effort de guerre. Toute l’économie
est désormais tournée vers la production d’armes. C’est
Roosevelt qui lancera son programme : le « Victory
Program ».
- Mobilisation de tous les hommes de 20 à 44 ans.
- Les USA vont dans un premier temps combattre les
Japonais dans le Pacifique jusqu’à la victoire à la bataille de
Midway. Par la suite, les USA pourront mieux répartir leurs
forces armées et pourront en envoyer en Europe.
Source, carte possessions et batailles dans le Pacifique :
https://conflitasiepacifique.wordpress.com/
Page 1 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Le « Victory Program » :
C'est le 6 janvier 1942, soit près d'un mois après l'entrée en guerre des Etats Unis que le Président Roosevelt annonce aux
Américains le lancement du "Victory Program". L'élaboration de ce plan, qui doit permettre aux Alliés de l'emporter
contre les forces de l'Axe, remonte en réalité à l'été 1941, alors que les Etats Unis ne sont engagés dans la guerre que
moralement et économiquement.
- Une économie de guerre :
Il s'agit de mobiliser l'économie Américaine dans un effort de Guerre considérable : dans la guerre totale qu'est la
Seconde Guerre Mondiale, il faut produire des quantités croissantes de matériel pour équiper l'armée Américaine et les
armées Alliés.
- Une production de masse :
En trois ans, les Etats-Unis fabriqueront 275 000 avions, 6 340 000 véhicules légers, 90 000 chars et 65 millions de tonnes
de navires. Deux procédés permettent d'accélérer la production : le pré-assemblage et la standardisation. Les "Liberty
Ships", ces cargos qui servent à l'acheminement du matériel, sortent des chantiers au rythme d'un tous les 12 jours.
Ce sont 6 millions d'Américaines qui travaillèrent dans les usines d'armement et dans les arsenaux entre 1941 et 1945. On
les surnomma les "Rosie" : pour convaincre la population que les femmes pouvaient river, souder, fabriquer des armes,
une campagne de presse avait été lancée, montrant la force de "Rosie la Riveteuse".
Source : https://39-45.org/portailv2/articles/articles.php?cat=11&id=62&p=
Q1. Comment s’appelle le programme politique américain qui a précédé son entrée en guerre ?
..............................................................................................................................................................................................
Q2. Qui est l’origine de ce programme ?
..............................................................................................................................................................................................
Q3. En quoi consiste ce programme d’après le texte ci-dessus ?
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Q4. Quel événement va être à l’origine de l’entrée en guerre des USA ?
..............................................................................................................................................................................................
Q5. Dans un premier temps, où iront les USA faire la guerre et contre qui ?
..............................................................................................................................................................................................
Vidéo 2 - L’effort de guerre et le Victory Program - 4’11
L’apport technologique des USA ou la suprématie des USA :
« Les États-Unis ont apporté de nombreuses innovations technologiques et stratégiques qui ont permis la victoire des
Alliés sur tous les terrains. Sur terre, les fantassins américains sont équipés de bazookas qui permettent de détruire un
char et d'être utilisés par un seul soldat. Dans les airs, le bombardier B17, appelé aussi forteresse volante, permet de
larguer une tonne de bombes. L'avion a un rayon d'action de 5.000 km à la fin de la guerre. L'engin permet de mettre en
place des bombardements stratégiques qui regroupent jusqu'à mille avions pour pilonner un objectif ennemi. Sur mer, les
porte-avions américains pourvus de pistes d'atterrissage et de décollage permettent de prendre le dessus sur les
Japonais sur le front du Pacifique. Enfin, la fabrication de la bombe atomique apporte sans conteste la preuve de la
suprématie militaire américaine sur le reste du monde. » Les USA deviennent l’arsenal des démocraties.
Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/histoire-etats-unis-sont-ils-entres-seconde-guerre-mondiale-5436/
Page 2 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
2. Le front Est, l’opération Barbarossa et la bataille de Stalingrad
Contexte et début de l’opération Barbarossa :
Nous sommes le 22 juin 1942. Hitler envahit l’URSS, sa progression est rapide. Alors que l’Allemagne est déjà présente en
Europe de l’Est (Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Pologne, etc.), elle va assez facilement entrer en URSS et occuper les
actuelles Biélorussie et Ukraine, ainsi qu’une grande partie du nord de la Russie. Hitler veut éliminer son plus grand
ennemi idéologique, pourtant deux ans après la signature du pacte de non-agression d’août 1939. Hitler baptisera son
invasion « l’opération Barbarossa ».
« Hitler lançait 3,5 millions d’hommes, 3'500 tanks et 3'000 avions à l’assaut de l’Union soviétique. En moins d’un mois
d’offensive éclair, la moitié de l’Armée rouge était anéantie ou disloquée, et on croyait à l’effondrement prochain de
l’URSS… ». C’est la plus grande opération militaire lancée par l’Allemagne.
Source : https://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2011/06/18/01006-20110618ARTFIG00556-22-juin-1941-hitler-attaque-staline.php
« À la fin de 1941, l'armée allemande aura conquis plus de 1 500 000 km 2 de territoire soviétique, occupant l’Ukraine, la
Biélorussie et une grande partie du nord de la Russie. Les pertes de l’Armée rouge cette année-là seront colossales : 1,5
million de morts et 4 millions de prisonniers – dont la moitié au moins seront tués. »
Source : https://www.retronews.fr/conflits-et-relations-internationales/echo-de-presse/2018/06/21/22-juin-1941-hitler-envahit-lurss#
Le Petit Journal écrit le 22 juin 1941 (journal complaisant et relayant la propagande nazie) :
«Le conflit germano-russe est bien, ainsi que le souligne le chancelier Hitler dans son message au peuple allemand, “un
mouvement militaire dont l'étendue et l'envergure dépassent tout ce que le monde a vu jusqu'ici”. Cent soixante divisions
soviétiques sont articulées le long de la frontière, depuis la Finlande jusqu'à la mer Noire. Mais cette masse considérable
d'hommes se heurte aux troupes au moins aussi nombreuses du Reich et supérieurement entrainées par deux ans de
combat. L'aviation soviétique, qui fut, voici cinq ans, une des meilleures, sinon la meilleure, du monde, a vieilli. Ses
modèles les plus récents n'atteignent pas les performances de types mis en service depuis l'ouverture du conflit par les
belligérants. L'étendue immense des territoires soviétiques est également une autre cause de la faiblesse et, en dépit
d'efforts considérables, les grands centres de réparations d'U.R.S.S. atteignent à peine la demi-douzaine. »
Source : https://www.retronews.fr/conflits-et-relations-internationales/echo-de-presse/2018/06/21/22-juin-1941-hitler-envahit-lurss#
Q6. Comment s’appelle l’opération militaire d’invasion de l’URSS par Hitler ?
..............................................................................................................................................................................................
Q7. Pour quelle raison idéologique Hitler s’est attaqué à l’URSS ?
..............................................................................................................................................................................................
Q8. Pour quelles raisons l’armée allemande a-t-elle réussi à prendre autant de territoires soviétiques dans un premier
temps ?
..............................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................
Staline tient bon et lance même une contre-offensive :
« Malgré des pertes catastrophiques dans les six premières semaines de la guerre et contrairement aux prévisions des
dirigeants nazis et des commandants militaires allemands, l'Union soviétique ne s'effondra pas. A la mi-août 1941, la
résistance soviétique se durcit, en contrariant ainsi le calendrier des Allemands. Néanmoins, fin septembre 1941, les
forces allemandes avaient atteint les portes de Leningrad au nord (St-Pétersbourg, ancienne capitale sous les tsars),
avaient pris Smolensk au centre et Dniepropetrovsk en Ukraine avant d'arriver en Crimée au sud. Elles atteignirent les
environs de Moscou début décembre.
L'armée allemande était toutefois épuisée par ces mois de campagne militaire. S'attendant à un effondrement rapide de
l'Union soviétique, ses stratèges avaient négligé d'équiper les troupes pour le combat en hiver. Pensant que leurs
hommes vivraient des terres soviétiques conquises, aux dépens des populations locales dont les calculs allemands
prévoyaient, les planificateurs allemands ne réussirent pas à fournir suffisamment de nourriture et de médicaments. De
Page 3 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
plus, l'avancée rapide des troupes allemandes avait étiré au maximum les lignes d'approvisionnement et rendu leurs
flancs vulnérables à une contre-attaque soviétique sur les 1600 km qui séparaient Berlin de Moscou.
Le 6 décembre 1941, l'Union Soviétique lança une contre-offensive majeure dans la zone centrale du front, provoquant la
retraite dans le désordre des troupes allemandes qui se trouvaient dans la région de Moscou. En l'espace de quelques
semaines, les Allemands furent en mesure de stabiliser le front à l'est de Smolensk. A l'été 1942, les Allemands reprirent
l'offensive avec une attaque massive dans le sud et le sud-est en direction de la ville de Stalingrad, sur la Volga, et en
direction des champs pétroliers du Caucase.»
Source : https://encyclopedia.ushmm.org/content/fr/article/invasion-of-the-soviet-union-june-1941
Durant cette période (de mi-août 1941 à juillet 1942), les forces s’équilibrent. La bataille de Stalingrad va donner un
avantage définitif à Staline, cette bataille débutera le 17 juillet 1942 et se terminera le 2 février 1943 et constituera le
début de la fin pour Hitler. Staline repoussera les Allemands hors de l’URSS et jusqu’à Berlin.
Carte, source : https://cm2bduras.wordpress.com/2013/05/29/la-seconde-guerre-mondiale-1939-1945/
Q9. Pour quelles raisons l’armée allemande commençait à ralentir dans sa progression ?
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
La bataille de Stalingrad :
Hitler décide de concentrer une partie de ses troupes vers Stalingrad, ville dont le nom a été donné en référence à Staline.
C’est donc une première raison de l’attaquer. Mais Stalingrad est sur la route du Caucase, vers le pétrole de l’URSS, c’est
une raison stratégique.
Carte, source : https://www.courrierinternational.com/article/2013/01/31/70-ans-apres-dans-les-tranchees-de-stalingrad
« Voici les chiffres de novembre 1942. Allemagne : 750 chars, 3'000
canons, 820 avions. URSS : 900 chars, 13'000 canons, 1'100 avions. Audelà des chiffres, des armes dévastatrices sont utilisées. Les chars, les
canons et les avions ne suffisent plus, l'armée rouge utilise les
Katiouchas (aussi nommés les "orgues de Staline" voir photo), des
lance-roquettes placés sur des camions. Le lance-flammes est aussi
utilisé, pour déloger les Allemands des maisons et des bâtiments.
Page 4 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Le bilan est lourd, aux prix d'énormes sacrifices où 1 million d'hommes
meurent, les Soviétiques ont mis fin à l'avancée allemande vers l'est. Jusque-là
fin de la bataille, on compte environ 300’000 pertes civiles, et un million de
soldats. On estime que 80% de la ville a été détruite. La victoire de Stalingrad
marque le début de la contre-offensive russe en direction de l'ouest et de
l'Allemagne. C'est un tournant très important de la Seconde Guerre mondiale.
Bilan allemand : 450’000 morts et 95’000 prisonniers. Ceux-ci seront envoyés
dans les prisons soviétiques, les goulags. Seulement 5’000 d'entre eux
sortiront vivants.
Bilan soviétique : 490’000 morts et 600’000 blessés. On constate que les
Soviétiques ont plus de pertes que les Allemands, alors que ceux-ci ont gagné
la bataille. C'est principalement dû aux ordres durs de Staline.
Ordres extrêmes :
Staline ordonne à ses troupes de ne pas reculer, il dit dans un communiqué : "Pas un pas en arrière !", il dit également
que les soldats qui refusent de se battre seront "exterminés". C'est à cause à cette pression que les Soviétiques se
sacrifient pour défendre la ville, et la cause des nombreuses pertes.
Hitler. Alors que les Italiens parviennent à fuir et commencent une retraite catastrophique vers l'ouest, Hitler oblige le
général Paulus à rester à Stalingrad et à la défendre coûte que coûte. Les efforts allemands pour briser l'encerclement
soviétique échouent. Le 3 février 1943, Paulus capitule. »
Source : https://fr.vikidia.org/wiki/Bataille_de_Stalingrad
Q10. Pour quelles raisons idéologique et stratégique Hitler décide-t-il d’attaquer Stalingrad ?
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Q11. En quoi la bataille de Stalingrad est très importante pour l’issue de la guerre ?
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Vidéo 3 – « La bataille de Stalingrad » - 8’12
3. Le débarquement de Normandie
Source : https://fr.vikidia.org/wiki/Débarquement_en_Normandie
Source italique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_J
Contexte :
Roosevelt, Churchill et de Gaulle choisissent la Normandie, car elle est suffisamment proche de l’Angleterre et les
Allemands s’attendent à un débarquement plus au nord dans le Pas-de-Calais. Ce débarquement en Normandie est
surtout une demande de Staline pour ouvrir un troisième front en Europe, car depuis juin 1941 seule l'armée soviétique
faisait face aux troupes allemandes.
En 1943, le débarquement des Alliés en Italie n'a pas permis une avance rapide et un affaiblissement suffisant de l’armée
allemande. L'ouverture d'un troisième front à l'ouest devrait donc permettre de soulager les Soviétiques et en même
temps diviser les forces allemandes. En vue de la victoire finale, les alliés pensent aussi à ne pas laisser trop de territoires
européens sous le contrôle des armées soviétiques.
L’objectif à court terme du débarquement de Normandie :
Il faut établir un endroit sur le continent, proche de l’Angleterre, pour permettre aux moyens humains et matériels de
débarquer rapidement en Europe, tout en repoussant les éventuelles contre-attaques allemandes. (Cet endroit doit
constituer un point de départ pour repousser l’armée allemande jusqu’à Berlin.)
Page 5 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Préparatifs du débarquement, PLUTO et bombardements :
Avec le maximum de discrétion, les Anglo-américains concentrent et
entrainent des centaines de milliers d'hommes dans les campagnes
du sud de l'Angleterre. Il faut aussi stocker le matériel militaire en
particulier les chars. Il faut concentrer dans les ports des bateaux de
transport et les barges de débarquement. Parallèlement ils
construisent les structures pour les ports artificiels destinés à
recevoir les bateaux de ravitaillement et le pipeline PLUTO (Pipeline
under the ocean), pour le carburant des véhicules militaires et des
chars.
Carte, source : https://www.combinedops.com/pluto.htm
Photo PLUTO, source : https://aoghs.org/petroleum-in-war/secret-pipelines/
En même temps des bombardements massifs et fréquents frappent
les villes de l'ouest de l'Allemagne et de l'Europe de l'Ouest afin
d'endommager les infrastructures routières ou ferroviaires qui
permettent la circulation des troupes allemandes. Les contacts avec
les groupes de résistants s'intensifient pour prévoir les sabotages et
attaques qui doivent paralyser ou retarder les mouvements des
soldats allemands une fois l'attaque lancée.
Les Alliés mettent en place l'opération Fortitude, qui vise à tromper
l'ennemi. Il s'agissait de faire croire à une grande concentration de
chars d'assaut (en fait des maquettes en bois), sur la côte anglais en
face de Calais. Cette opération fait mouche, car même après le
véritable débarquement en Normandie, les Allemands resteront
persuadés que l'invasion principale par l'Ouest doit se faire par un
débarquement dans la région du Pas-de-Calais.
Photo maquette d’un char, source : https://www.elinorflorence.com/blog/d-day-decoys/
Le jour J ou le D-day :
Le débarquement était prévu le 5 juin, mais fut remis au lendemain, en raison d'une forte tempête et d'une pluie
incessante.
Photo du débarquement le 6 juin 1944, source : https://www.debarquementnormandie.fr/debarquement-normandie-synthese
Page 6 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Le débarquement en Normandie se déroule sur cinq plages françaises auxquelles furent donnés des noms de code Juno
Beach, Gold Beach, Sword Beach, Omaha Beach et Utah Beach (localisations à préciser) ainsi que la Pointe du Hoc, une
falaise située entre Omaha Beach et Utah Beach.
Photo de la Pointe du Hoc de nos jours, source : capture film
https://www.youtube.com/watch?v=MzemQg24mEw
Photo de la Pointe du Hoc lors des préparatifs (bombardements par les
Alliés) : https://fr.vikidia.org/wiki/Débarquement_en_Normandie
Les plages choisies sont situées entre Saint-Martin-de-Varangéville (à la base sud-est de la presqu'île du Cotentin) et
l'embouchure de l'Orne au Nord de Caen. Deux divisions d'assaut américaines et trois divisions britanniques sont
chargées de prendre pied sur le continent.
Le 5 juin, des troupes aéroportées sont larguées sur divers objectifs, mais beaucoup rateront leurs missions et seront
massacrées comme à Sainte-Mère-Église. À l'aube du 6 juin, 722 navires de guerre bombardent les installations côtières
fortifiées des Allemands pour protéger l'approche et l'accostage des navires de transport. Malgré cela, l'armée alliée aura
bien du mal à établir une base sur les côtes !
Le transport des troupes et véhicules fut assuré par 1’213 bateaux de guerre, 736 navires de soutien, 864 cargos et 4’126
engins et péniches de débarquement. 156 000 soldats et 20 000 véhicules débarquèrent sur les plages de Normandie et
du Cotentin.
Parmi les soldats, il y avait des Américains, des Britanniques, des Canadiens, des Français, des Polonais, des Belges, des
Tchécoslovaques, des Néerlandais, des Norvégiens, ...
Dès le soir du 6 juin plus de 20 000 soldats alliés avaient débarqué au prix de pertes énormes.
Des différentes plages où ont débarqué les Alliés, c'est Omaha Beach, surnommée « Bloody Omaha » (« Omaha la
sanglante »), qui connut le plus de pertes humaines.
On compte au total 1’500’000 hommes qui ont débarqué sur les plages de Normandie à la fin du mois de juillet 1944.
Le port artificiel d’Arromanches :
La ville d'Arromanches fut prise par les troupes britanniques le 6 juin 1944 au soir. Les Alliés décidèrent d'y construire un
port artificiel, répondant au nom de code « Mulberry », afin de pouvoir ravitailler leurs soldats et débarquer du matériel
lourd nécessaire à la poursuite des opérations. Le chantier commença dès le 9 juin en même temps que celui d'un second
port artificiel à Saint-Laurent-sur-Mer, destiné aux troupes américaines. Cependant, du 19 au 21 juin, une tempête causa
de nombreux dégâts et les contraint à abandonner la construction de ce second port.
Le port artificiel d'Arromanches joua quant à lui un rôle important dans la progression des forces alliées grâce à une
capacité de débarquement de 7’000 tonnes de matériel par jour. Surnommé également « Port Winston » en l'honneur de
Winston Churchill, il s'agissait d'une digue composée de 230 caissons en béton armé dont la plupart étaient surmontés
d'une batterie anti-aérienne. Une fois remorqués depuis l'Angleterre, les caissons baptisés « Phoenix » étaient coulés afin
de reposer sur le fond sableux de Gold Beach afin de calmer la mer.
Page 7 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Photo des éléments flottants de nos jours, port d’Arromanches, source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Arromanches_MulberryHarbour_Phoenix-Elements_1_90.jpg
Photos du port d’Arromanches en 1944, sources :
https://www.gettyimages.ch/detail/nachrichtenfoto/une-des-jetées-du-port-artificiel-darromanches-france-nachrichtenfoto/558663813
https://www.worldwarphotos.info/gallery/france/normandy-1944/supplies-flow-over-mulberry-b-harbor-at-gold-beach-arromanches/
https://en.wikipedia.org/wiki/Mulberry_harbour
Le débarquement en Normandie permet d'affaiblir considérablement l'armée allemande. En effet, celle-ci devait déjà
lutter à l'est contre l'armée de l'URSS. Le fait que les Alliés parviennent à prendre pied en France ouvre un front
supplémentaire, qui oblige l'état-major allemand à déplacer des troupes vers l'ouest. Le débarquement de Normandie
est considéré comme l'événement marquant le début de la fin de Seconde Guerre mondiale.
Ce débarquement, aidé également par celui de Provence, permet aux Alliés de libérer l'Europe occidentale et précipite
la défaite des Nazis.
Q12. Pour quelles raisons décide-t-on d’un débarquement en Normandie ?
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Page 8 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Q13. Quel est l’objectif à court terme du débarquement de Normandie ?
..............................................................................................................................................................................................
Q14. Qu’est-ce que PLUTO ? Quelle est son utilité ?
..............................................................................................................................................................................................
Q15. Comment s’appelle le jour du débarquement et quand a-t-il eu lieu ?
..............................................................................................................................................................................................
Q16. En quoi le débarquement de Normandie est-il important pour l’issue de la guerre ?
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Vidéo 4 - Pointe du Hoc, Normandie - 2'03
Vidéo 5 - C'est pas sorcier - Le débarquement en Normandie - 26'01
4. Hiroshima et Nagasaki
Contexte :
Source texte et photo : https://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/5169-les-bombardements-atomiques-dhiroshima-et-nagasaki-6-9-aout-1945.html
La bataille de Midway, du 3 au 7 juin 1942, remportée par les USA, a stoppé l’expansion japonaise dans la Pacifique.
Depuis les Américains vont reprendre laborieusement le dessus et récupérer une à une les îles occupées. Mais les
Japonais refusent de capituler et la guerre peut continuer encore longtemps, alors que la paix a été signée en Europe.
Le gouvernement américain s’oriente vers une autre stratégie, celle qui repose sur
l’utilisation des armes atomiques. Les matériaux fissibles, l’uranium et le plutonium,
indispensables au projet, ne furent disponibles en quantité suffisante qu’à la fin de la
guerre. La première bombe expérimentale explosa à Alamogordo, au Nouveau-Mexique
(Etat des USA), le 16 juillet 1945. Le président Harry Truman, qui avait succédé à
Roosevelt, décédé le 12 avril 1945, décida d’utiliser cette arme dans le but d’épargner des
milliers de soldats américains et d’accélérer la fin de la guerre. Truman ordonne au
général Cari Spaatz, le chef de l’aviation américaine dans le Pacifique, de lancer aussi vite
que possible une bombe atomique sur une ville très peuplée du Japon. Ce sera Hiroshima.
Le 6 août 1945, le pilote Tibbets
embarque à bord du bombardier B29, baptisé « Enola Gay » (nom de sa
mère), la bombe à uranium « Little
Baoy » et la largue au-dessus de la
ville. L’explosion provoque un
immense incendie, qui va durer plus
de six heures, et détruit toute vie
dans un rayon d’un kilomètre.
On dénombrera 70'000 morts. Le
Japon refuse d’abdiquer. Truman ordonne alors un second bombardement. Le 9 août 1945, un autre bombardier B-29
américain largue « Fat Man » sur la ville de Nagasaki. L’explosion fait 40'000 morts. Le 15 août, l’empereur Hirohito
annonce en personne la reddition du Japon.
Les deux bombes auraient fait entre 300'000 et 400'000 victimes jusqu’en 1995.
Page 9 sur 10
Ch 4 – La Seconde Guerre mondiale – N° 4. Les victoires des Alliés
Témoignage :
Source : https://www.retronews.fr/catastrophes/echo-de-presse/2018/10/05/cetait-la-une-le-premier-recit-de-la-disparision-de-hiroshima
Guam, 8 août. (De William Tyree, correspondant de guerre de l’United Presse). – La première bombe atomique lancée sur
le Japon a atteint Hiroshima comme une foudre d’une puissance extraordinaire et la ville a disparu sous un nuage de
fumée et de flammes bouillonnantes. Telle est l’impression des membres de l’équipage de la superforteresse qui avait été
chargée de lancer cette bombe, à leur retour à leur base de Guam. Au moment de l’explosion, à 9h15 du matin,
Hiroshima qui vaquait tranquillement à ses affaires sous un beau soleil matinal d’été, a brusquement disparu dans un
geyser fantastique de fumée noire et mêlée de poussière à sa base et d’une blancheur de neige à son sommet, à quelque
12 000 mètres au-dessus du sol.
Le pilote de la Superfortress (nom de l’avion B-29 Superfortress), le
colonel Paul W. Tibbets, de Miami et le capitaine chef de bord
William Parsons de Santa Fe, expert militaire, ont rendu compte
personnellement des résultats du raid au général Spaatz et au
général Lemay.
Photo, source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_B-29_Superfortress
« Nous n’avions rencontré aucune opposition de la part de
l’ennemi, raconte le colonel Tibbets, la visibilité était excellente et
nous avons lancé la bombe sans nous servir de nos instruments de
bord, à 9h15 exactement. Le capitaine Parsons, le premier
bombardier Thomas Ferebe et moi-même étions les seuls membres de l’équipage à savoir quel genre de bombe nous
transportions ; les autres savaient seulement qu’il s’agissait d’une arme nouvelle. […]
Lorsque la bombe eut été lâchée nous savions que nous avions déchaîné l’enfer et, pendant la durée de la chute, j’ai
manœuvré pour éloigner l’appareil le plus possible du centre de l’explosion.
Ensuite il est difficile de s’imaginer ce que nous avons vu : cet éclair aveuglant de l’explosion et cet effrayant geyser de
fumée noire qui montait vers nous à une vitesse extraordinaire après avoir noyé toute la ville, dont nous pouvions
distinguer quelques instants auparavant les rues et les grands immeubles. » […]
Tout cela s’est passé très vite, ajoute le colonel Tibbets. Nous avions senti la chaleur de l’explosion et le choc du souffle
qui est venu battre l’appareil à deux reprises successives, à intervalle très rapproché. Il nous a semblé que de très grosses
bombes explosaient à proximité immédiate de l’avion et je crois bien que tout l’équipage a murmuré : « mon Dieu ! »
Mais personne n’a été blessé. […]
« Lorsque se produisit l’explosion, Hiroshima a semblé se soulever comme une montagne de fumée bouillonnante dans
laquelle il était possible de distinguer des filets de poussière grise. Cette masse en ébullition s’est élevée à 6 000 mètres
et le bouillonnement a continué pendant trois ou quatre minutes, puis une colonne de fumée blanche a percé le dôme de
cette montagne et s’est élevée jusqu’à une douzaine de kilomètres du sol. À l’extrême périphérie de la ville, nous avons
pu distinguer d’énormes incendies. »
Le capitaine Parsons ajoute que, malgré son ressentiment à l’égard des Japonais et sa certitude que le Japon a mérité son
sort, il n’a pu s’empêcher d’éprouver, sur le moment, une violente émotion à la pensée de la destruction totale qui
l’attend sous l’effet des bombes atomiques. »
Vidéo 6 - Lumni - La bombe atomique Hiroshima et Nagasaki - 2'26
Ce seront le chef d’Etat-major de l’armée impériale et le ministre des affaires étrangères japonais qui
signeront une capitulation sans conditions en présence du général MacArthur le 2 septembre 1945.
C’est la fin de la Seconde Guerre mondiale et … le début de la Guerre froide.
Page 10 sur 10
Téléchargement
Explore flashcards