Telechargé par bouzianiz

Première-Guerre-mondiale-vers-une-guerre-totale-1914-1918-3ème-Cours

publicité
Niveau : 3eme
La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)
 Comment et pourquoi la Première Guerre mondiale a-t-elle bouleversé les Etats et les sociétés
européens entre 1914 et 1918 ?






Quelles sont les trois grandes phases de la guerre ?
Quels sont les acteurs et les fronts de la Première Guerre mondiale ?
Comment la guerre des tranchées reflète-t-elle la violence de masse ?
En quoi le génocide est-il une forme extrême de violence de masse ?
Quelles sont les conséquences de la révolution russe en Europe ?
Comment les traités de paix dessinent-ils une nouvelle carte de l’Europe ?
Je me repère dans l’espace et dans le temps
En 1914, de profondes rivalités politiques, territoriales et économiques opposent les principaux pays
européens organisés en deux systèmes d’alliance : la Triple-Entente qui unit la Grande Bretagne, la France
et la Russie et la Triple-Alliance formée de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie et de l’Italie avant qu’elle
ne change de camp en 1915. C’est l’assassinat du prince héritier de l’empire austro-hongrois le 28 juin 1914
qui met le feu aux poudres. Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France, l’empire Ottoman rejoint
rapidement la Triple-Alliance, une guerre d’un genre nouveau débute.
Date
28 juin 1914
Évènement
Août 1914
06 - 13 septembre 1914
Février - décembre 1916
Juillet - novembre 1916
Février - octobre 1917
Avril 1917
3 mars 1918
11 novembre 1918
Janvier 1919
28 juin 1919
Assassinat de l'archiduc François Ferdinand à Sarajevo
Début de la première guerre mondiale
Bataille de la Marne
Bataille de Verdun
Bataille de la Somme
Révolution russe
Entrée des américains dans la guerre
Traité de Brest-Litovsk
Armistice
Insurrection à Berlin
Traité de Versailles
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
Définitions :
Guerre totale (une) : conflit mobilisant toutes les ressources humaines, techniques et économiques des Etas.
Guerre de mouvement : stratégie militaire offensive visant à manœuvrer les armées ennemies pour engager
le combat en position de force.
Guerre de position : stratégie militaire défensive visant à conserver les positions acquises.
Tranchée : réseau de fossés creusés, renforcés et protégés à l’aide de sacs de sable, de planches de bois et de
barbelés, dans lesquels les soldats vivent.
Poilu : surnom affectueux donné aux soldats français qui pouvaient difficilement se raser.
Violence de masse : violences exercées à grande échelle sur les soldats et les populations civiles.
Bolchevik : militant du parti ouvrier social-démocrate, favorable aux idées de Lénine sur la prise du pouvoir
et l’instauration d’un régime communiste.
Régime communiste : régime politique qui met en commun les moyens de production économiques afin de
créer une société sans classes sociales.
Soviets : « conseils » en russe. Assemblée représentant les masses populaires, composées d’ouvriers, de
paysans et de soldats.
Blocus : mesure militaire prise l’encontre d’un pays ou d’une ville pour l’isoler et l’empêcher d’entretenir
des relations commerciales.
Censure : intervention de l’Etat visant à contrôler la diffusion de l’information et à interdire les idées et les
nouvelles jugées dangereuses.
Propagande : ensemble es moyens mis en œuvre par l’Etat pour convaincre une société d’une idée ou du
bien-fondé d’une politique.
Pacifisme : attitude politique fondée sur le rejet et le refus de la guerre.
Diktat : mot allemand pour qualifier le traité de Versailles, imposé sans négociations.
Génocide : extermination programmé et systématique d’un peuple.
Armistice : accord qui met fin aux combats.
I. La Première Guerre mondiale : un conflit d’une violence extrême
1. Les grandes phases d’un conflit mondial
Dès la fin du XIXe siècle, les Etats européens ont formé des systèmes
d’alliance (la tripe alliance et la tripe entente), cette rivalité
prolonge l’Europe dans la guerre. Après l’assassinat de FrançoisFerdinand d’Autriche à Sarajevo, le 28 juin 1914, les pays européens
sont pris dans un engrenage diplomatique qui aboutit dès août
1914, à une guerre européenne opposant l’Entente (France,
Royaume-Uni, Russie) à la triple alliance (Allemagne, AutricheHongrie, Italie), où des millions d’hommes sont alors mobilisés pour
défendre leur patrie. L’empire ottoman rejoint les Empires centraux
dès 1914, et l’Italie s’engage aux côtés de l’Entente en 1915. La
participation des colonies françaises et britanniques donne une
dimension mondiale au conflit dès 1914.
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
Après l’échec de la courte guerre
de mouvement, les hommes
s’engagent dans une guerre de
position, à la fin 1914. A l’Ouest,
les soldats creusent des tranchées
de part et d’autre d’un front
immobile, long de 700km.
En 1917, la guerre prend une autre
tournure après l’entrée des EtatsUnis en guerre. En mars 1918, la
Russie se retire de la guerre suite à
la révolution bolchévique. Au
printemps 1918, les allemands
lancent une vaste et dernière
grande offensive, mais l’entente
contre-attaque pendant l’été et
remporte la victoire en novembre
1918, l’armistice est signé à
Rethondes, le 11 novembre 1918.
2. Une violence de masse
Au cours de cette guerre les Etats se livrent à une mobilisation militaire sans précédent. Les soldats sont
soumis à des formes de violence jusque-là inconnues. La puissance de feu et la capacité de destruction des
armes industrielles (canons, mitrailleuses, gaz) se sont considérablement accrues et engendrent des pertes
massives et la guerre des tranchées est particulièrement éprouvante où les conditions d’existence sont très
difficiles (froid, la boue, la faim…).
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
Ce combat est caractérisé par la
brutalisation de la guerre. Les
combats à l’artillerie déciment
les rangs ennemis et laissent de
nombreux blessés. Dans les
zones occupées, la guerre
frappe durement les civils, qui
endurent
restrictions,
réquisitions et violences ; dans
l’Empire
ottoman,
les
Arméniens sont victimes d’un
génocide.
3. Vers la guerre totale : la mobilisation des populations civiles
Le conflit mobilise entièrement les économies et les sociétés, les Etats se livrent à une guerre totale. Les
usines sont reconverties pour produire en masse les armements et les munitions. Une économie de guerre se
met en place et le
rationnement des
denrées
alimentaires est
instauré.
Les
femmes
remplacent
les
hommes dans les
travaux agricoles,
on
recrute
également
les
ouvriers
coloniaux.
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
Pour financer la guerre, les impôts
sont augmentés et l’épargne des
citoyens est sollicitée à l’occasion
de grands emprunts de guerre. Les
populations sont soumises à une
propagande et une censure
massive, le patriotisme est célébré
et l’ennemi est caricaturé.
La différence entre militaires et
civils s’estompe. Les populations
sont victimes de bombardements et
de massacres. Le génocide des
Arméniens, entre 1915-1916, est
une forme de violence de masse.
La guerre sous-marine allemande
et le blocus naval britannique
visent à asphyxier l’économie de
l’ennemi.
II. L’Europe transformée par la guerre
1. Les traités de paix redessinent la carte de l’Europe : nouvelles frontières
La Première Guerre mondiale s’achève avec l’armistice du 11
novembre 1918. Les représentants des vainqueurs se réunissent à Paris
à partir de janvier 1919 pour négocier les traités de paix. Ces traités
imposés par les vainqueurs (basés sur les 14 points du président
américain Wilson, qui reposent sur le droit des peuples à disposer
d’eux-mêmes) bouleversent la carte de
l’Europe et donnent
satisfaction aux revendications nationales manifestées dès le XIXe
siècle. Les traités de Saint-Germain et de Trianon imposent la
disparition des empires austro-hongrois et ottoman, qui laissent place à
de nouveaux Etats comme le Pologne et la Tchécoslovaquie.
Les négociations de paix marquent le triomphe des démocraties sur les
Empires autoritaires. Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919,
règle le sort de l’Allemagne qui est tenue seule responsable de la
guerre et soumise à des réparations très lourdes, elle perd des
territoires, voit ses capacités militaires sévèrement limitées. Les
frontières des pays vaincus sont modifiées en fonction du principe des
nationalités. Le principe d’une Société des Nations est adopté pour
garantir la paix et la sécurité collective.
Le traité de Versailles est mal accepté par les allemands, ils le
considèrent comme un Diktat. Les traités de paix engendrent de
nouveaux motifs de tension, et des conflits éclatent, comme entre la
Turquie et la Grèce. L’Allemagne refuse de reconnaitre ses frontières
orientales, notamment le couloir de Dantzig, crée pour garantir à la
Pologne un accès à la mer, et qui coupe son territoire en deux.
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
2. Le traumatisme de la guerre
Le bilan de la guerre est désastreux. Plus de 10 millions de personnes ont été tuées, dont 9 millions de
soldats, et deux fois plus ont été blessées. Les Etats doivent secourir les invalides et les « gueules
cassées », mais aussi les veuves et les orphelins. La violence des combats a profondément marqué les
soldats. Ils se retrouvent après la guerre dans des organisations d’anciens combattants. Certains exaltent la
violence et l’ordre, tandis que d’autre constituent de puissants courants
pacifistes. A cela s’ajoutent le choc démographique provoqué par la
baisse du nombre de naissances. La destruction des terres agricoles, des
villes, des régions industrielles a profondément affaibli l’Europe.
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
3. L'influence de la révolution russe et ses conséquences en Europe
En 1917, la Russie est fragilisée par les conséquences de la guerre. La
population russe subit les problèmes d’approvisionnement, la hausse des prix
et du chômage. Cette situation entraine un vaste mouvement de contestation
populaire. En février 1917, des grèves, des manifestations et des mutineries
entraient, en mars, l’abdication du tsar Nicolas II et la création d’un
gouvernement provisoire.
La seconde phase de la révolution est menée par les bolcheviks, conduit par
Lénine. Dans la nuit du 24 au 25 octobre 1917, ils prennent le contrôle et
renversent le gouvernement provisoire aux révolutions, Lénine accède au
pouvoir à la tête d'un gouvernement communiste.
Les autres pays d'Europe s'inspirent de cette révolution. Des partis
communistes sont créés partout, les grandes grèves et les manifestations se
multiplient. Des révoltes éclatent, par exemple en Allemagne (révolution
Spartakiste). Cette influence communiste inquiète les pays démocratiques.
Auteurs : A. BOUAMARA A.ALILECHE pour www.pass-education.fr
Téléchargement
Explore flashcards