Telechargé par Bouk LIa

rapport de sortie

publicité
Introduction :
La consommation mondiale est augmentée de temps en temps, tandis que la
production agricole est menacée par l’influence nombreuse facteurs climatiques (les
maladies en général, pluviosités) et humain (pollution, l’exploitation fortement), pour
cela l’Algérie déposée plusieurs systèmes de recherche agronomique afin
d’augmenter leur production nationale.
Durant les dernières décennies, en plus de la sauvegarde du patrimoine forestier,
L’Algérie a amorcé des programmes de reboisement en vue d'assurer une protection
des massifs forestiers dégradés, et d'espérer atteindre la productivité initiale des
sites rendus presque infertiles. Soucieux de la protection de l'environnement, de la
lutte contre la désertification et de la satisfaction des besoins en produits ligneux,
chaque pays a accordé une priorité au reboisement en fonction de ses moyens
financiers, de l'assistance technique et des prêts octroyés pour la réalisation de
projets de développement.
L’Algérien a crée des pépinières pour améliorer la production agricole forestier,
une de ces dernier c’est la pépinière de Sidi Marouane-Mila qui permit d’exprimée et
identifiée le chêne-liège. Cette station c’est notre destination d’études dans noter
projet
Partie 01 : présentation général de la pépinière de
Sidi-Marouan
2
1. La pépinière :
1.1. Définition :
La pépinière est un site particulier destiné à la production et à l’élevage des plants
avant la mise
en terre. L’objectif est d’obtenir des plants de qualité, c'est-à-dire lignifiés, capables
de résister aux intempéries dès la plantation et aussi jeunes que possible. On en
produit en pots et à racines nues.
1.3. Choix du site de la pépinière et aménagement :
L’emplacement de la pépinière doit tenir compte des aspects suivants :

Le relief et la topographie : Rechercher une surface aussi plane que possible,
bien dégagée, ensoleillée en pente légère, et à faible régime de vents.

le sol : Pour la production à racines nue, rechercher un sol perméable et
fertile, léger et sableux

L’eau : disposer d’une possibilité d’approvisionnement en eau qui peut être un
puits, un forage, un cours d’eau, lac de façon permanente

l’accès : La pépinière doit être accessible en toute saison. Pour ce qui
concerne l’aménagement de la pépinière, il comporte plusieurs opérations.

le nettoyage correct de la surface et des alentours ainsi que l’aplanissement
de cette même surface est nécessaire.

la délimitation et la mise en place d’une clôture de protection contre les
animaux (Grillage ou haie-vive)

la matérialisation de l’emplacement exact des planches pour les plants en pots
et les plants à racines nues, et des allées de circulation (allées principales et
allées secondaires) pour les différents travaux.

la construction d’un hangar pour abri durant l’exécution de certains travaux

la confection de bassins de stockage d’eau pour éviter les ruptures la
construction d’un magasin de stockage et de gestion du matériel de travail si
nécessaire
3
2. Présentation général de la station d’étude (pépinière de sidi
marouane ) :
2.1. L’histoire de la pépinière
La pépinière de «Sidi Marouane» de production le chêne-liège situé dans la wilaya
de « Mila »dans la commune de Sidi Marouane, (elle a une surface total 3,5ha , on
l’utilisé 1,8 ha) est un projet-pilote initié par la Banque mondiale (BM) vers 1992/1993
qui se présente comme un atout incontournable et un partenaire à part entière dans
la production des lièges.
Lancée en 2003 dans le cadre du programme de soutien à la relance économique
(PSRE), elle est plus importante pépinière au plan national, offre une capacité de
production de 1000000 plants pour une rotation de12 mois, a révélé Hocine
Hamadouche, conservateur des forêts de Mila, Pour le compte de la campagne
2007/2008. Cette pépinière a réalisé une production de 200 000 plants, a indiqué le
même responsable. Dans un souci d'optimisation et d'accroissement de son
rendement, celle-ci a bénéficié en 2008 de l'inscription d'une opération d'extension
pour atteindre les objectifs de 800 000 plants. (M B PUBLIE DANS EL WATAN 2008).
Figure 1: La pépinière de Sidi-Marouan
4
2.2. Localisation géographique :
La zone de notre étude est situé dans la commune de Sidi Merouane dans le nord
oust de wilaya de Mila. Délimitée au nord de parage Béni Haroune et l’est mechtat
Ferdoua et au sud la commune de Sidi Merouane et au l’ouest la commune de
Chigara. en loin de la route nationale N°27. Sur une distance de 3km
2.3. Le but :

Programmes de développement économique en de hors des hydro carburant

Protection du bassin surplombant de barrage de beni-haroun

Restauration et protection des foret de chêne-liège au niveau de la wilaya de
Mila
5
Partie 02 : Généralité du chêne liège
6
2. Généralité du chêne-liège :
2.1. Définition du chêne liège :
Le chêne liège (Quercus suber L.) est considéré comme une espèce forestière
d’importance économique et écologique, c’est une essence très répandue dans les
régions tempérées et méditerranéennes notamment l’Algérie. Il forme des véritables
subéraies qui jouent un rôle indéniable sur le plan écologique et social du pays .Qui
le distingue des autres ligneux, à reproduire une nouvelle écorce subéreuse appelée
communément : liège et ayant des qualités spécifiques de légèreté, de souplesse, et
d’élasticité qui la protège du feu .
2.2. Taxonomie :
Classification
Règne
Plantae
Sous-règne
Tracheobionta
Division
Magnoliophyta
Classe
Magnoliopsida
Sous-classe
Hamamelidae
Ordre
Fagales
Famille
Fagaceae
Genre
Quercus
2.3. Caractères du chêne liège :
C'est une espèce très polymorphe dont on a différencié de nombreuses formes
botaniques, qui ont été décrites par plusieurs auteurs.
2.3.1. Arbre
Le chêne-liège à une taille variable de 10 à 20 m. A l’état isolé par contre, il peut
atteindre jusqu’à 20 à 25 m de hauteur.
7
2.3.2. Le tronc
Le tronc est assez court et se ramifie à une faible hauteur (4 m environ), et recouvert
d’une écorce subérifiée et fortement crevassée longitudinalement, la circonférence
du tronc (d’un arbre démasclé) atteint en générale 70 cm entre 30 et 40 ans selon les
conditions de végétation. Dans les vieux peuplements d’Algérie, certains arbres
peuvent atteindre jusqu'à
3,5 m voire 5 m de circonférence.
2.3.3. La cime
La cime est irrégulière, tortueuse, arrondie et large quand l’arbre pousse isolément
en peuplements clairs, est fusiforme lorsqu’il est en peuplements serrés, les
branches principales étalées cassent facilement sous la neige.
2.3.4. Les rameaux
Les rameaux sont sinueux pubescents les premières années, puis bruns clairs et
enfin entièrement subéreux.
2.3.5. Les feuille
Selon Piazzetta, (2005) le chêne liège est un arbre à feuilles persistantes (2 à 3 ans)
bombées, de forme ovale, au limbe quelque peu denté .Par contre selon (Natividade,
1956) sont alternes, simples, coriaces dentées ou pas, très polymorphes vertes et
lisses en dessus, gris blanchâtres au-dessous et duveteuses, elles sont pseudo
sempervirentes, c’est-à-dire restant sur l’arbre entre un et deux ans. Cette durée
dépend des races locales et de l’état de végétation des peuplements, les bourgeons
sont protégés par des écailles.
2.3.6. Fleur
Les fleurs mâles en chatons filiformes (40 à 80 mm de long) pendants en grappes à
l’aisselle des feuilles et des ramoules de l’année ou à l’extrémité des pousses de
l’année précédente ; les fleurs femelles, en chatons court (5à 40 mm de long),
poussent à l’aisselle des feuilles de l’année. Chaque chaton porte 2 à 5 fleurs en
forme de petites cupules écailleuses dont la corolle et le calice, sont peu développés.
2.3.7. Le fruit
8
Le fruit de chêne liège présente une forme et des dimensions très variables 2 à 5 cm
en longueur et 1 à 2 cm en largeur. La maturation des glands à lieu dans l’année de
floraison (Boudy, 1950, Natividade, 1956 et Maire, 1961), les glands tombent en
Octobre et Novembre, parfois jusqu’à Janvier, Selon SACCARDY (1937), la
fructification commence dès l’âge de 15 ans. Les bonnes glandées se répètent tous
les 2 ou 3 ans.
Figure 2: Les fruits de chêne liège
2.3.8. L’enracinement
L’enracinement du chêne-liège est naturellement pivotant, le système racinaire
comprend de puissantes racines qui en s’enfonçant profondément fixent l’arbre sur
des sols légers et même rocheux. Un ensemble de racines latérales peuvent ainsi se
former pour occuper les couches superficielles des sols forestiers
2.3.9. Longévité
La longévité du Chêne-liège varie beaucoup selon les conditions du milieu
physiques, elle
peut être fixée à 150 ans en moyenne . L’âge limite naturel d'un Chêne-liège est
compris entre
300 et 500 ans. Cependant, pour un arbre régulièrement écorcé, cette limite n'est
plus que de
150 à 200 ans.
9
2.4. L’utilisation du chêne-liège :
1-Le bois :
Le bois du chêne liège est utilisé comme bois d’œuvre, il représente une source
importante de bois de chauffage et charbon, vu son pouvoir calorifique
considérable7000 cal à 25%d’humidité (NATIVIDADE 1956).
2-L’écorce à tanin :
Est utilisée pour l’extraction du tanin, qui présente des caractéristiques intéressantes
(BOUDY 1950).
3-Le liège :
Est utilisé pour la fabrication des agglomérés, bouchons, panneau de revêtement et
décoration.
4-La cellulose :
Est utilisé pour la fabrication papetière.
5-Les glands :
Présente une valeur nutritive intéressante, ils sont apprécies par le bétail, la valeur
fourragère est de 0.73 uf/kg.
6-Les feuilles : Selon NATIVIDADE (1956) peuvent constituer un fumier de bonne valeur
Fertilisante des plantes médicinales et aromatiques…etc.
2.5. L’importance du chêne-liège :
L’importance socio-économique par la production du bois et de liège essentiellement.
Du point de vue écologique, elle permet le maintien d’une biodiversité très
importante. En effet, sous le chêne-liège se développe un sous-bois très riche.
Malheureusement, ce patrimoine ne cesse de se dégrader dans notre pays sous les
effets des défrichements, du surpâturage, des incendies et aussi sous les effets de la
prolifération des espèces introduites. Ces menaces et aléas rendent nécessaires la
production en pépinière de plants de bonne qualité par l’utilisation entre autres de la
mycorhization contrôlée. Il est donc nécessaire de mieux connaître l’état mycorhizien
naturel du chêne-liège pour pouvoir procéder à des isolements de souche fongiques
susceptibles d’être inoculées aux jeunes plants destinés aux reboisements. C’est
dans ce cadre que s’inscrit notre étude qui a pour objectif : La réalisation d’un
inventaire
des
espèces
fongiques
se
développant
sous
le
chêne-liège.
10
L’établissement du statut mycorhizien du chêne-liège et de la diversité des
ectomycorhizes qui lui sont associées. L’observation de la croissance du chêne-liège
au moyen d’une expérience de piégeage.
11
Partie 03 : La culture hors sol
12
3. La méthode de culture hors-sol :
3.1. Définition :
La culture hors-sol est un mode de culture qui était déjà utilisé par les Aztèque. Ce
n’est qu’en 1850 que Liebig, scientifique germanique, entreprend des travaux de
recherches pour étudier le comportement nutritionnel des végétaux. On appelle la
culture hors-sol hydroponie et parfois aussi hydro culture.
3.2. Matériel utilisé :
Le conteneur
Le choix du conteneur est un élément déterminant pour produire un plant de qualité,
Les caractéristiques d’un bon conteneur:
La forme: doit avoir des angles inférieurs à 40°.
Le volume: bonne reprise sur le terrain a été constatée avec des plants cultivés
dans des conteneurs de + 400CC.
La hauteur: plus la hauteur du conteneur est importante plus les racines inférieurs
sont installées profondément dans le sol après plantation.
La section: Le diamètre au collet augmente principalement entre 9 et 25 cm.
Modèles de conteneurs:
Le WM de Riedacker: C’est un conteneur sans fond, à parois rigides et
imperméables, composé de deux pièces en polyéthylène (W et M) mobiles,
emboîtables, présentant des angles dièdres inférieurs à 40°.
Figure 3: Le conteneur WM
13
Sachet polyéthylène :
Cette technique se caractérise par:
Un élevage en sachets polyéthylène de forme cylindrique, remplis d'un substrat
compact, installés directement sur le sol et en absence de tout système de drainage.
Figure 4: Le conteneur WM
Figure 4: les sachets polyéthylène
Support :
Qui contient environ 40 conteneurs WM
14
Figure 5: Le support
3.2.1. Comparaison enter les sachets et le conteneur WM
Les conteneurs WM
Les avantages
réserve
-Sous
Les sachets
du -facilité d'emploi
renouvellement.
-le transport est lourd
-Ne prend pas beaucoup Coût bien plus faible...
de temps pour produire.
-plus
la
hauteur
- moins chers
du - plus légers
conteneur est importante -plus pratique
plus les racines inférieurs
sont
installées
Profondément dans le sol
après plantation
-Aider à protéger la plante
Les convenions
-très cher.
-Non renouvellement
-la difficulté de transporte.
-Prendre un certain temps
pour donner la production
-Pilarisation des racines
latérales
(forme
cylindrique du sachet)
-Densité élevée, substrat
lourd et compact,
Faible
aération,
asphyxions et mauvaises
propriétés hydriques
-Déformations
racinaires
provoquées par le sachet
en plastique
15
3.3. Les conditions de culture :
3.3.1. Sol
Le chêne-liège est une essence nettement calcifuge, appréciant les sols dépourvus
de carbonate de calcium, acides, présentant peu de contraintes pour la pénétration
des racines suffisamment drainés et avec un horizon organique bien préservé. Il ne
supporte pas la présence de calcaire actif dans le sol et ne tolère le substratum
calcaire qu’à condition que la chaux soit sous une forme facilement soluble (El
Antrytazi et al, 2008). Il préfère des sols siliceux (grès Numidiens, sable, pliocène) ou
à la rigueur argilo siliceux, il s’accommode à d’autre sols, qui ne sont pas pourvu de
calcaire assimilable, il craint les terrains calcaires et argileux.
3.3.2. Conditions climatiques
Exigence thermique
Pour la température, Quercus suber est une espèce relativement thermophile, liée
aux variantes non froides des bioclimats humides et subhumides, voire semi-aride en
cas de compensation hydrique (nappe phréatique ou forte humidité de l’air), (El
Antrytaziet al, 2008). Il demande une température douce, dont l’optimum se situe
entre 13°C et 18°C, elle ne supporte pas les gelées de -9°C, longtemps (1 à 2 jours)
(Boudy, 1952).
Lumière
Le chêne-liège est une essence héliophile, de ce fait il exige une forte insolation,
Frochot et Levy (1986) estiment que l’augmentation de l’éclairement provoque la
levée de dormance d’une partie du stock de graines au sol et permet une
photosynthèse plus intense. Des observations quantifiées confirment que la survie
des semis et leurs croissances augmentent sensiblement avec l’éclairement relatif.
L’humidité est également un facteur limitant, car bien qu’étant xérophile, le chêneliège nécessite une humidité atmosphérique d’au moins 60٪ même en saison sèche.
Exigence en eau
L’arbre est remarquablement plastique vis-à-vis des précipitations. Sa moyenne
annuelle varie de 441 à 1700 mm, il est exigeant en humidité atmosphérique, surtout
en saison sèche, condition qu’il rencontre seulement au voisinage de la mer en zone
méditerranéenne mais jusqu’à 200 à 300 kilomètres des côtes atlantiques (El Antryet
al, 2008). Maire (1926), souligne que le Quercus suber ne se développe que dans
les régions où les précipitations sont fortes (600 mm). Selon Zeraia (1981), la
16
fréquence des pluies pendant la période estivale constitue l’élément le plus important
pour la régénération du chêne-liège.
Altitude
Son aire de développement dépend du relief ; il monte en Algérie, de 0 à 1500m,
cependant, au Maroc, il peut atteindre 2200 m dans le grand Atlas (dans les
Pyrénées- Orientales, il s'élève jusqu'à 650 m). C'est donc une essence de plaine et
de moyenne Montagne.
3.4. Les étapes de culture :
Cette culture se fait en plusieurs étapes :
1- La collection et préparation de grains (du1ernovembre jusqu’ au 20
novembre) :
On ramasse les grains manuellement dans les régions des forets (foret de Baynene
et Tassala) .il faut les récolter avant qu’ils soient mures et les traiter par les
insecticides et les fongicides puis les garder dans une chambre froide.
2- Préparation du sol :
Cela diffère d’une pépinière à une autre en fonction des moyens disponibles
a la pépinière de Sidi Marouane cela se passe:
-60% du sol constitué de l’humus, sable, la boue et la terre ordinaire, il est ramené du
foret de Jijel.
-40% du sol est constitué du reste des olives qui ne doivent être utilisé qu’après un
an le sol doit être léger et profond.
3- La semence (du 20décembre au 1er avril) :
C’est la période appropriée et ont évité la semence à l’hiver vu la prolifération des
champignons. Et à l’été à cause de la température élevée qui pourrait bruler et
détruire les petites végétations.
4-Pris en charge des plantes et l’irrigation :
La prise en charge des plantes doit se fait soigneusement en les protégeant des
herbes nuisibles et des animaux et on l’irrigant de façon régulière en fonction de leur
besoin à l’eau l’irrigation s’arrête avant 2 moins de la transplantation afin que les
plantes s’habituer avec les conditions dures et devenir résistantes.
17
Figure 6: Le système d'irrigation
3.5. Les ennemies de culture :
3.5.1. Les insectes
Les principaux insectes qui attaquent le chêne-liège sont : le grand capricorne
(Cerampyxcerdo L), qui attaque le bois du tronc et des branches, le bombyx
disparate (Lymantriadispar L) et la tordeuse verte (Tortrix viridana), qui attaquent les
feuilles et les bourgeons, le carpocapse des glands (Cydiafagig landana), la fourmi
du liège (Crematogasters cutellaris).
Figure 7:Lymantria disparu .L
3.5.2. Les champignons
Ils provoquent des dégâts touchent généralement, les feuilles et le bois tels que : la
truffe, Armillariaet Polyporus.
18
3.5.3. Les incendie
Le chêne-liège est une espèce la plus résistante au feu. Les arbres exploités
résistent encore plus au feu (sauf si le feu vient juste après le démasclage), parce
que le liège, un des tissus végétaux le plus isolant, renforce la résistance du chêneliège vis-à-vis du feu
3.6. Les avantages des cultures hors sol :
- Assurer les bonnes conditions de croissance aux plants durant leur stade juvénile,
- Produire des plants sur une superficie qui permettra de présenter les meilleures
conditions de croissance,
- Combattre les maladies et les parasites,
- Produire des plants hors saison,
- Offrir la possibilité de sélectionner des plants homogènes à planter et accroître le
rendement.
19
Conclusion :
Le développement du forêt a une relation étroite de la pépinière , qui a un rôle
important dans la production de divers types de plantes, qui assurèrent la survie de
nombreuses variétés de plantes , et en raison des circonstances difficiles ,nous
avons restructuré la plupart des articles qui se trouve sur sa voie d’extinction, en
raison de leur exposition à des dommages de toutes sortes ,ainsi que la disparition
de nombreuses espèces plants, à cause du feu , et le pâturage aléatoire ainsi que le
vieillissement de nos forêts en Algérie ,d’autre part ,dans le fait que la pépinière de
sidi Marwane a joué un grand rôle dans l’éducation de nombreuses variétés de
plantes ,y compris le chêne liège , qui est exploitée afin de produire la végétation ,et
nous rembourserons le compte de notre forêt de couverture ce qui contribue a
accroître l’économie de notre pays.
Et enfin d’augmenter et améliorer le rendement agricole de cette pépinière nous
avons proposées les perspectives suivants :
-son élargissement et la diversification de ces produits qualitativement et
quantitativement.
-le recrutement de la main d’œuvre qualifiée et permanente.
-l’aider à vendre ses produits dans le marché.
- Augmenter la proportion de chêne-liège et l’introduction d’autres espèces
20
Table des matières
Introduction :........................................................................................................................................... 1
Partie 01 : présentation général de la pépinière de Sidi-Marouan ......................................................... 2
1. La pépinière : .................................................................................................................................... 3
1.1. Définition : .................................................................................................................................. 3
1.3. Choix du site de la pépinière et aménagement :.................................................................. 3
2. Présentation général de la station d’étude (pépinière de sidi marouane ) : ............................ 4
2.1. L’histoire de la pépinière ......................................................................................................... 4
2.2. Localisation géographique : .................................................................................................... 5
2.3. Le but : ........................................................................................................................................ 5
Partie 02 : Généralité du chêne liège ...................................................................................................... 6
2. Généralité du chêne-liège :............................................................................................................. 7
2.1. Définition du chêne liège : ....................................................................................................... 7
2.2. Taxonomie : ............................................................................................................................... 7
2.3. Caractères du chêne liège : .................................................................................................... 7
2.3.1. Arbre .................................................................................................................................... 7
2.3.2. Le tronc ............................................................................................................................... 8
2.3.3. La cime ................................................................................................................................ 8
2.3.4. Les rameaux ....................................................................................................................... 8
2.3.5. Les feuille ............................................................................................................................ 8
2.3.6. Fleur ..................................................................................................................................... 8
2.3.7. Le fruit.................................................................................................................................. 8
2.3.8. L’enracinement................................................................................................................... 9
2.3.9. Longévité............................................................................................................................. 9
2.4. L’utilisation du chêne-liège : .................................................................................................. 10
2.5. L’importance du chêne-liège : ............................................................................................... 10
Partie 03 : La culture hors sol ................................................................................................................ 12
3. La méthode de culture hors-sol : ................................................................................................. 13
3.1. Définition : ................................................................................................................................ 13
3.2. Matériel utilisé : ....................................................................................................................... 13
Le conteneur................................................................................................................................ 13
Sachet polyéthylène : ..................................................................................................................... 14
Support : ....................................................................................................................................... 14
3.2.1. Comparaison enter les sachets et le conteneur WM ................................................. 15
21
3.3. Les conditions de culture : ..................................................................................................... 16
3.3.1. Sol ...................................................................................................................................... 16
3.3.2. Conditions climatiques .................................................................................................... 16
3.4. Les étapes de culture :................................................................................................................ 17
3.5. Les ennemies de culture : .................................................................................................... 18
3.6. Les avantages des cultures hors sol : ..................................................................................... 19
Conclusion : ........................................................................................................................................... 20
Conclusion : ........................................................................................................................................... 20
22
Table de figures :
Figure 5: La pépinière de Sidi-Marouan
Figure 6: Les fruits de chêne liège
Figure 7: Le conteneur WM
Figure 4: les sachets polyéthylène
Figure 5: Le support
Figure 6: Le système d'irrigation
Figure 7:Lymantria disparu .L
23
Bibliographie
abdelouhab, B. (2010). mémoire de magistère en sciences agronomique.
all, S. F. (2014). Culture de chêne liège dans la pépinière de Sidi.
E, Y. (2015). L’adaptation de jeunes plants de chêne liège (Quercus Suber).
MODULE DE FORMATION EN TECHNIQUES DE PRODUCTION DE PLANTS EN PEPINIERE. (2016).
Présentation d’un projet de création d’une pépinière horticole (espèces onementales). (s.d.).
24
Résumé :
Nous avons parlé de cette recherche à pépinière de sidi Merouen qui se situé à Mila.
- Nous avons connu à travers elle, par son activité principale, qui est la culture de
chêne
liège.
- Nous avons fait la connaissance ainsi que sur les méthodes de culture de ce genre
d'arbres en hors sol et les moyens utilisés dans la propagation de celle-ci.
- Nous avons remarqué que cette pépinière jouie un rôle important à fournir le reste
des
États dans ce type des arbres, mais leur capacité à
Présenter ne convient pas pour augmenter leur quantité de productivité on souhaite
obtenir.
‫الملخص‬
.‫تطرقنا من خالل بحثنا ھذا إلى مشتلة سیدي مروان الواقعة بمیلة‬.‫تعرفنا من خاللھا على نشاطھا األساسي أال وھو زراعة شجرة البلوط الفلیني‬.‫عرفنا كذلك على طرق زراعة ھذا النوع من األشجار فوق سطح التربة و الوسائل المستعملة في اإلكثار منھ‬‫الحظنا ان ھذه المشتلة لھا دور مھم في تزوید باقي الوالیات بھذا النوع من األشجار و لكن امكانیتھا الحالیة ال‬.‫تصلح لھا لزیادة انتاجیتھا الى الكمیة المراد الحصول علیھا‬
25
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire