petite introduction html1

publicité
Toute Petite Introduction aux
Langages HTML/XHTML
Programmation Internet - P o u r D é b u t a n t
J.B. Dadet DIASOLUKA Luyalu Nzoyifuanga
+243 - 851278216 - 899508675 - 995624714 - 902263541 813572818
La dernière révision de ce texte est disponible sur CD.
L’Internet a été inventé par Tim Berners-Lee, celui-là même qui a par après
fondé le World Wide Web Consortium (W3C) qui tente d’élaborer un standard
commun du HTML.
La structure des pages Internet est souvent décrite avec le lange HTML (HyperText Markup Language). Les pages HTML sont sauvegardées avec l’extension
« htm » pour les versions antérieures du MS-DOS, et avec l’extension « html »
pour les systèmes récents.
Hyper-Texte (=hyperlien) signifie un texte qui activé, déclenche une action et
dans le cas de l’Internet cette action peut être l’accès ou le renvoi à un autre
endroit de la page en cours ou à une autre page Web, ou le déclenchement
d’une autre action (lancement d’une vidéo, d’une musique…).
Mark-up signifie que le langage est descriptif, qu’il sert juste à marquer
(baliser) le texte du code source (format texte normal : pur/brut) pour indiquer
à l’ordinateur comment rendre un élément texte à la position où se trouve
l’unité de sortie (écran [curseur de l’écran, pas celui de la souris], projecteur,
imprimante, circuit vidéo, son…). Actuellement le HTML peut r intégrer des
fichiers multimédias (texte et audiovisuel : image fixe, vidéo, audio…) dans une
page web, bref il décrit (ou structure) la page Web.
Les pages Web sont rendues (affichées) par un navigateur Web (Web Browser).
L’élément de base dans le langage HTML est la BALISE ou TAG, par exemple
l’élément dans la paire de balises <s></s> qui indique que le texte entre les
deux doit être affiché comme strikethru (rayé = barré). Chaque balise est
enfermée dans une paire <>.
Deux sortes de balises :
1. Les balises inaugurales (initiant la définition d’un l’élément, donc
indique le début d’un élément HTML) sont dites « ouvrantes » (parfois
aussi « d’ouverture ») et sont délimitées seulement par la paire <>.
2. Les balises de clôture (terminant la définition de l’élément, donc indique
la fin d’un élément HTML) sont dites « fermantes » (parfois aussi « de
fermeture ») et sont délimitées par </ et >.
Les balises sans le slash-bar barre oblique ( / ) sont donc dites ouvrantes pour
initier une action structurale, celles comportant le / sont dites fermantes ou de
fermeture, elles indiquent la fin de l’action.
Par exemple le mark-up
<s>Ce texte est rayé, barré</s>
ou
<strike>Ce texte est rayé, barré</strike>
ou
<del>Ce texte est rayé, barré</del>
Produiront tous trois l’affichage suivant :
Ce texte est rayé, barré
<s></s> et <strike></strike> et <del></del> ne sont que trois éléments
parmi tant d’autres.
<s> est une balise et </s> une autre balise. Les balises définissent (délimitent)
des éléments de la page Web. Balises, structure et contenu sémantique du
document web qu’elles définissent constituent un « élément de la page ». Par
exemple la description suivante indique un paragraphe :
<p>Un paragraphe</p>
Types de balises :
1. Certaines balises DOIVENT avoir leur paire fermante, pour délimiter
l’étendue de leur action. Par exemple <a>, <b>, <p>, <div>, <span>, <s>,
<ol>, <ul>, <dl>…
2. D’autres n’ont pas besoin de la paire fermante, par exemple <img>, <li>,
<br>.
a. La nouvelle convention notationnelle (XHTML) veut qu’on termine
(ferme) les balises ouvrantes des balises vides par un « espace
slash » juste devant le > de fermeture, comme ceci :
<balise_ouvrante />, sans la balise fermante (mais en fait c’est
une contraction d'une balise ouvrante et d'une balise fermante,
avec un espace et une barre oblique à la fin : <tag></tag> donne
<tag />).
b. On peut tout aussi bien sans problèmes dans le HTML définir ces
éléments avec la paire conventionnelle de balises, comme ceci :
<li></li>.
Types d’éléments HTML :
Il existe dans le HTML des éléments « bloc » et des éléments « inline ».
1. Les éléments bloc (éléments de bloc, par exemple : <div></div>,
<p></p>, <blockquote></blockquote>…) sont automatiquement
précédés d’un retour à la ligne et occupent en principe toute la largeur
du contenant. Par exemple <div>contenu de div</div> s’affichera
comme ceci :
Éléments HTML bloc :
<address> <article> <aside> <blockquote> <canvas> <dd> <div> <dl>
<dt> <fieldset> <figcaption> <figure> <footer> <form> <h1>-<h6>
<header> <hr> <li> <main> <nav> <noscript> <ol> <output> <p> <pre>
<section> <table> <tfoot> <ul> <video>.
2. Les éléments inline (Éléments en ligne, par exemple : <a></a>,
<span></span>, <b></b>, <em></em>…) ne sont pas repositionnés et
n’occupent que l’espace nécessaire à leur affichage, l'espace associé aux
balises.
Par exemple <b>Texte Gras</b> affiche en gras dans sa position exacte
dans la source.
Éléments HTML inline :
<a> <abbr> <acronym> <b> <bdo> <big> <br> <button> <cite> <code>
<dfn> <em> <i> <img> <input> <kbd> <label> <map> <object> <q>
<samp> <script> <select> <small> <span> <strong> <sub> <sup>
<textarea> <time> <tt> <var>
Contenu des « éléments :
1. La plupart des balises (<li />, <a></a>, <q></q>…) traitent la donnée
présentée, souvent du texte brut, mais ça peut bien aussi être un autre
élément (éléments imbriqués) contenant au final un texte.
Par exemple <li>Entrée de liste</li><li></li> suite d'après
Par exemple <li>Entrée de liste</li><li></ol> suite d'après
2. D’autres balises (<img />, <br />, <area /> …) dites balises vides ne
traitent pas les données présentées dans le texte du code source.
Par exemple <img border="1" title="dummy img1">Suite de la page
Web</img><img border=1 alt=dummy img2>2è Suite de la page Web
Dans cet exemple, la chaîne « border=1 » est dite « attribut de balise »
(ici la balise <img>). L’attribut, défini seulement dans la balise ouvrante,
donne des détails supplémentaires sur la façon de traiter l’élément, ici
« ajouter un cadre à l’espace réservé à cette image ».
En définitif, la syntaxe d’un élément HTML est la suivante :
<bo a1="v1" a2="v2" … an="vn"> Texte </bf>
<bo…> = Balise Ouvrante.
a1 … an
v1 … vn
</bf> =
Texte =
= Attributs.
= Valeurs des Attributs.
Balise Fermante.
Texte à afficher.
La version actuelle au mardi 7 novembre 2017 du HTML est le HTML 5.
Pour ne pas faire trop court, voici une petite application pour illustrer comment
utiliser le HTML, pour faire quelque chose d’utile : la création d’un tableau
(données tabulaires = données en rangées et en colonnes).
Rôle de différents éléments de tableau :
<table></table> : Délimite l’espace pour les éléments du tableau.
<legend></legend> : Légende du Tableu.
<summary></summary> : Résumé du Tableu.
<tr></tr> : Délimite un rang du tableau (table row = rangée [horizontale] de table).
<td></td> : Délimite une cellule de donnés du tableau (table data = données de table).
<caption></caption> : Délimite l’intitulé du tableau.
<th></th> : Délimite une entrée (contenu) cellule d’entête (intitulé de colonne) du tableau = Table
Heading.
<tbody></tbody> : Délimite le corps du tableau.
<thead></thead> : Délimite l’entête du tableau.
<tfoot></tfoot> : Délimite le pied du tableau.
<colgroup></colgroup > : Groupe des colonnes consécutifs du tableau
<col></col > : Groupe une pile de cellules verticales.
Par exemple le code ci-dessous :
<table>
<tfoot>
<tr> <th colspan=3> Pied du tableau </th> </tr>
</tfoot>
<tbody>
<colgr<tr> <th> TH1L1 </th> <th> TH2L1 </th> <th> TH3L1 </th> </tr>
<tr> <td> L1C1 </td> <td> L1C2 </td> <td> L1C3 </td> </tr>
<tr> <td> L2C1 </td> <td> L2C2 </td> <td> L2C3 </td> </tr>
<tr> <td> L3C1 </td> <td> L3C2 </td> <td> L3C3 </td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=3> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
</table>
Produit l’affichage suivant :
Très moche.
On peut l’améliorer en ajoutant des attributs à la définition de notre tableau.
On ajoute donc l’attribut border à la balise ouvrante <table> pour afficher les
bords de chaque élément du tableau : le tableau lui-même et ses cellules. On
affecte la valeur= ‘1’ à cet attribut.
<table border='1'>
Chaque cellule est délimitée mais le double contour entre elles et avec le
tableau est un peu dégueulasse.
Nous devons donc supprimer l’espacement entre les cellules pour simuler une
ligne simple, en ajoutant à la balise ouvrante <table> l’attribut cellspacing
auquel on attribue la valeur zéro.
<table border='1' cellspacing='0'>
Ceci nous donne un plus beau :
Mais l’affichage « Caption: Démo Tableau » est sur deux lignes. Nous pouvons
par exemple élargir le tableau pour que tout le texte se contienne dans une
seule ligne.
On ajoute donc l’attribut width=300em à la balise ouvrante <table>, comme
ceci :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em">
L’affichage devient :
Notez ceci jusqu’ici :
1. L’ordre d’affichage des « fils » de <table></table> dans le code source est :
caption, colgroup, thead, tbody, tr (td & th), tfoot, quel que soit l’ordre
dans lequel ils figurent dans le code source lors de la définition de <table>.
2. Ne confondez pas <th></th> et <thead></thead>
3. Le contenu d’une balise <th></th> est automatiquement mis en gras et
centré dans la cellule.
4. <caption></caption> et <thead></thead> occupent automatiquement
leurs places dans l’affichage, quel que soit l’endroit où elles sont définies
dans le code source.
a.
b.
c.
d.
e.
Elles sont affichées dans l’ordre : Caption puis Entête.
Caption, Entête, TH, Pied sont centrés
Caption n’est pas grasse, Entête, TH, et Pied sont gras.
Elles peuvent prendre toute la largeur du tableau.
Elles n’ont pas d’autres formatages spéciaux.
5. Le contenu de <td></td> n’est pas automatiquement [particulièrement]
formaté.
Continuons :
Nous pouvons vouloir que les cellules soient plus spacieuses, en ajoutant
l’attribut cellpading à la balise ouvrante <table> :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex">
Et nous aurons :
On peut vouloir une couleur d’arrière-plan pour le tableau (attribut bgcolor= ) :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
Et finalement, ajoutons cette ligne :
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
Pour faire au final :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
<tfoot>
<tr> <th colspan=3> Pied du tableau </th> </tr>
</tfoot>
<tbody>
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
<tr> <th> TH1L1 </th> <th> TH2L1 </th> <th> TH3L1 </th> </tr>
<tr> <td> L1C1 </td> <td> L1C2 </td> <td> L1C3 </td> </tr>
<tr> <td> L2C1 </td> <td> L2C2 </td> <td> L2C3 </td> </tr>
<tr> <td> L3C1 </td> <td> L3C2 </td> <td> L3C3 </td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=3> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
</table>
Nous aurons l’affichage suivant :
On peut vouloir gérer la colonne de droite, en bloc : on ajoute la ligne
suivante :
<col bgcolor=#E296C6)></col>
Pour faire au total :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
<tfoot>
<tr> <th colspan=3> Pied du tableau </th> </tr>
</tfoot>
<tbody>
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
<col bgcolor=#E296C6)></col>
<tr> <th> TH1L1 </th> <th> TH2L1 </th> <th> TH3L1 </th> </tr>
<tr> <td> L1C1 </td> <td> L1C2 </td> <td> L1C3 </td> </tr>
<tr> <td> L2C1 </td> <td> L2C2 </td> <td> L2C3 </td> </tr>
<tr> <td> L3C1 </td> <td> L3C2 </td> <td> L3C3 </td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=3> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
</table>
Et ça nous donne :
Si nous intercalons une colonne comportant « TH2L1’ » entre celles de « TH2L1
» et « TH3L1 » nous voyons clairement l’effet (la portée) des attributs « span=
» (étalement) et « colspan= » (column span = recouvrement de colonne =
combien de colonnes la cellule recouvre = nombre de cellules à fusionner
verticalement) ; pour ce cas-ci, il faut augmenter leurs valeurs de 1 pour
prendre en compte le surplus d’une colonne :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
<tfoot>
<tr> <th colspan=3> Pied du tableau </th> </tr>
</tfoot>
<tbody>
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
<col></col><col bgcolor=#E296C6)></col>
<tr> <th> TH1L1 </th> <th> TH2L1 </th> <th> TH2L1’ </th> <th> TH3L1
</th> </tr>
<tr> <td> L1C1 </td> <td> L1C2 </td> <td> L1C2’ </td> <td> L1C3
</td> </tr>
<tr> <td> L2C1 </td> <td> L2C2 </td> <td> L2C2’ </td> <td> L2C3
</td> </tr>
<tr> <td> L3C1 </td> <td> L3C2 </td> <td> L3C2’ </td> <td> L3C3
</td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=3> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
</table>
Et ça nous affiche :
Voici les correctifs :
<tr> <th colspan=4> Pied du tableau </th> </tr>
<thead> <th colspan=4> Entête du tableau </th> </thead>
Nous avons conservé la portée de colgroup aux 2 premières colonnes :
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
Nous n’avons pas spécifié d’attribut particulier pour la nouvelle colonne
(surajoutée), notamment la couleur de fond ; elle héritera les attributs de son
parent <table>
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
<tfoot>
<tr> <th colspan=4> Pied du tableau </th> </tr>
</tfoot>
<tbody>
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
<col></col><col bgcolor=#E296C6)></col>
<tr> <th> TH1L1 </th> <th> TH2L1 </th> <th> TH2L1’ </th> <th> TH3L1
</th> </tr>
<tr> <td> L1C1 </td> <td> L1C2 </td> <td> L1C2’ </td> <td> L1C3
</td> </tr>
<tr> <td> L2C1 </td> <td> L2C2 </td> <td> L2C2’ </td> <td> L2C3
</td> </tr>
<tr> <td> L3C1 </td> <td> L3C2 </td> <td> L3C2’ </td> <td> L3C3
</td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=4> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
</table>
Ci-dessous, le nouvel affichage. Le rendu réel dépend en fait du browser et
peut-être du système d’exploitation :
Figure 1: Internet explorer 11, Edge de Windows 10, EditPlus 4.3 et codeLobster 5.12
Figure 2: Opera 12.11, Firefox 10, Xin Browser 1.1.3, Komodo 9.3.2 et SeaMonkey 2.26
Figure 3: Sleipnir 2.9.15
Figure 4: Baidu 43, Yandex, Opera 48, Google-Chrome 61, Maxthon 5, Sleipnir 6, Maelstrom 37, Avira Scout 2016.02.15,
Epic Privacy browser 60, Comodo Dragon 55.0.2883.59, Torch 55.0.0.12137 et Vivaldi 1.3.551.38
Figure 5: Acoo Browser 1.98, Web Navigateur 2014, AceHTML 11, HotHTML 3, PSPad 4.5.4, WeBuilder 12.3, LockHTML
1.0, navigateur interne de PSPad 4.5.4 (2356), visionneur interne de HTMLEdit 1.74, visionneur d’EditPlus 3.50 (164) et
Crazy Browser 3.1.0
Nous avons vu comment fusionner les cellules d’une ligne/rang, avec l’attribut
colspan (nombre de colonnes traversées). Nous pouvons aussi fusionner des
cellules d’une colonne avec l’attribut rowspan (combien de rangées la cellule
doit recouvrir = nombre de cellules à fusionner horizontalement), par exemple
les L1C2’, L2C2’, L3C2’ dans la colonne que nous venons d’ajouter.
<tr><td>L1C1</td><td>L1C2</td> <td rowspan=3>L1-3C2’</td> <td> L1C3
</td> </tr>
<tr><td>L2C1</td><td>L2C2</td>
<td> L2C3
</td> </tr>
<tr><td>L3C1</td><td>L3C2</td>
<td> L3C3
</td> </tr>
Le code complet :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
<tfoot>
<tr> <th colspan=4> Pied du tableau </th> </tr>
</tfoot>
<tbody>
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
<col><col bgcolor=#E296C6)>
<tr> <th> TH1L1 </th> <th> TH2L1 </th> <th> TH2L1’ </th> <th> TH3L1
</th> </tr>
<tr><td>L1C1</td> <td>L1C2</td> <td rowspan=3> L1-3C2’ </td> <td>
L1C3 </td> </tr>
<tr><td>L2C1</td> <td>L2C2</td>
<td>
L2C3 </td> </tr>
<tr><td>L3C1</td> <td>L3C2</td>
L3C3 </td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=4> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
</table>
<td>
Dans un fichier HTML plusieurs espaces, retour-chariot et tabulations entre les
balises ou à l’intérieur d’une balise sont traités comme un seul espace, mais
peuvent faciliter la lecture du programmeur.
Nous pouvons vouloir cacher la ligne des TH, et profiter pour ajouter les
éléments LEGEND et SUMMARY :
<table border='1' cellspacing='0' width="300em" cellpadding="10ex"
bgcolor="hsl(161 , 74% , 88%)">
<tfoot> <tr> <th colspan=4> Pied du tableau </th> </tr> </tfoot>
<tbody>
<colgroup span=2 bgcolor=rgb(255,106,199)></colgroup>
<col><col bgcolor=#E296C6)>
<tr HIDDEN><th>TH1L1</th> <th>TH2L1</th> <th>TH2L1’</th>
<th>TH3L1</th> </tr>
<tr><td>L1C1</td><td>L1C2</td><td rowspan=3> L1-3C2’ </td>
<td>L1C3</td> </tr>
<tr><td>L2C1</td><td>L2C2</td>
<td>L2C3
</td> </tr>
<tr><td>L3C1</td><td>L3C2</td>
<td>L3C3
</td> </tr>
<caption> Caption : Démonstration de Tableau </caption>
<thead> <th colspan=4> Entête du tableau </th> </thead>
</tbody>
<legend>Légende du tableau</legend>
<summary>Summary du tableau</summary>
</table>
Notez que l’attribut HIDDEN est en majuscules. Le HTML est casse insensible,
mais dans le XHTML tags et attributs doivent obligatoirement être en
minuscules, les tags doivent être fermées, et les valeurs d’attributs doivent se
trouver dans des guillemets.
Et voici ce que ça donne avec la dernière, très vieille version, abandonnée, de
Netscape 2008 (version 9.0.0.6). OK, mais problème des couleurs car les
fonctions des couleurs utilisées ici n’existaient pas en ce moment-là.
Dommage qu’on l’ait fait RIP.
Et avec cette version où on déplace
<legend>Légende du tableau</legend>
Devant </table> comme dans le code ci-dessous :
Figure 6: Avec visionneur d'EditPlus 4.3 (b2478)
Figure 7: Avec la vieille NetScape.
Structure de base ou fondamentale d’une page HTML :
<html>
<head>
<title></title>
</head>
<body>
</body>
</html>
L’élément <html></html> indique au navigateur qu’il s’agit d’un document de
langage HTML.
L’élément <head></head> permet de décrire la page HTML (informations à
propos du document).
L’élément <body></body> reçoit le contenu affichable (à volonté et par défaut)
de la page HTML ou page Web.
L’élément <title></title> indique le titre du document à afficher dans la barre
de titres du navigateur ou dans l’onglet de la page (à ne pas confondre avec
l’attribut « title="" » qui affiche une info-bulle).
Illustration :
Affichage dans un Browser :
Quelques autres attributs pour la balise <table> (s’appliquent en général à tous
les contenus de la table) :
Align= alignement horizontal du tableau : "left" (gauche), "center" (centré),
"right" (droite).
Bgcolor= Couleur du tableau
Border= largeur de la bordure en pixels
Cellpadding= marge interne des cellules du tableau
Cellspacing= espacement entres les cellules de la table
Frame= Côtés du cadre du tableau pouvant être visible : "void" (par défaut :
aucun côté), "above" (top), "below" (bottom), "hsides" (top et bottom),
"vsides" (right et left), "lhs" (left-hand side), "rhs" (right-hand side), "box" (tous
les 4), "border" (tous les 4)
Rules= lignes séparatrices pouvant être affichées : "none" (aucun), "groups"
(entre groupes de colonnes ou de rangs), "rows" (entre les rangs), "cols" ‘entre
les colonnes), "all" (entre tous les rangs et toutes les colonnes)
Style= Propriétés de la table
Summary= "texte"
Title= "Texte de l'infobulle"
Valign= alignement vertical : "top" (haut), "middle" (milieu), "bottom" (bas).
Width= largeur du tableau
Quelques autres attributs pour la balise <tbody>, <td>, <tfoot>, <th>, <thead>,
<tr> (s’appliquent au contenu de la cellule) :
Align= justification du texte dans la cellule : "left" (gauche), "center" (centré),
"right" (droite), "justify" (justifié [gauche et droite]), "char" (caractère
d’alignement).
Valign= alignement vertical du texte dans la cellule : "top" (haut de la cellule),
"middle" (centré verticalement), "bottom" (bas de la cellule), "baseline" (les
cellules à droite de celle dans laquelle « valign=baseline » a été défini
s’aligneront verticalement selon cette dernière).
Exemple :
Figure 8: « valign=baseline » dans <TR> du 2è rang et C4R3.
Ici, dans le visionneur d’EditPlus 4.3 (build 2478) 32 bit.
Figure 9: Avec Firefox Quantum 57.0 (32 bits) et SeaMonkey 2.49.1.
Figure 10: Avec Safari 5.1.7 (7354.57.2) 2012.
Vous pouvez en attendant la suite, avoir la liste exhaustive des balises
(éléments) HTML sur Internet dans la page Web :
https://developer.mozilla.org/fr/docs/Web/HTML/Element
Kinshasa, le 31 mai 2019 (11:58:55 PM).
Mots-clés :
Internet, Hyper-Text Markup Language, Hyper-Texte, hyperlien, BALISE, Tag,
élément, inline
DIASOLUKA Nz. Luyalu
Docteur en Médecine, Chirurgie & Accouchements (1977),
CNOM : 0866 - Spécialiste en ophtalmologie (1980)
Études humanités : Scientifique - Mathématiques & Physique.
Informaticien-amateur, Programmeur et WebMaster.
Chercheur indépendant, autonome et autofinancé,
bénévole, sans aucun conflit d’intérêt ou liens
d'intérêts ou contrainte promotionnelle avec qui
qu’il soit ou quelqu’organisme ou institution /
organisation que ce soit, étatique, paraétatique ou
privé, industriel ou commercial en relation avec le
sujet présenté.
+243 - 851278216 - 899508675 - 991239212 - 902263541 - 813572818
diasfb@mail2world.com
Autre Lecture :
https://www.scribd.com/document/374738470/Le-Plus-Grand-Secret-de-La-Creation
D’autres publications pouvant aussi intéresser :
• https://www.scribd.com/document/377036251/Le-Dosage-Des-Medicaments-en-Cac-Cas
• https://www.scribd.com/document/377035454/Le-Hasard-Des-Thermometres-Non-contact-a-Infrarouge
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
https://www.scribd.com/document/376222482/Petite-Introduction-Aux-Fonctions-JavaScript
https://www.scribd.com/document/376221919/La-Foi-en-Jesus-Christ-Pour-Quoi-Faire
https://www.scribd.com/document/375689778/Lacuite-visuelle-angulaire
https://www.scribd.com/document/375349851/La-variable-This
https://www.scribd.com/document/375024162/Fonctions-Imbriquees-en-JS
https://www.scribd.com/document/374789297/Format-Interne-Des-Objets-JavaScript
https://www.scribd.com/document/374788758/Iterations-en-JavaScript
https://www.scribd.com/document/374738470/Le-Plus-Grand-Secret-de-La-Creation
https://www.scribd.com/document/374597969/Nouvelle-Formule-d-IMC-indice-de-doduite-Selon-Dr-Diasoluka
https://www.scribd.com/document/373847209/Property-Descriptors
https://www.scribd.com/document/373833282/l-Objet-Global-Window
https://www.scribd.com/document/372665249/Javascript-Tome-II
https://www.scribd.com/document/355291488/motilite-oculaire-2
https://www.scribd.com/document/355291239/motilite-oculaire-I
https://www.scribd.com/document/355290248/Script-d-Analyses-Des-Reflexes-Pupillomoteurs
https://www.scribd.com/document/321168468/Renseignements-Id-et-Anthropometriques
https://www.scribd.com/document/320856721/Emission-31-Jul-2016
https://www.scribd.com/document/318182982/Complication-Visuelle-du-Traitement-de-La-Malaria
https://www.scribd.com/document/318180637/Rapport-Entre-Oxymetrie-Et-Type-Respiration
https://www.scribd.com/document/315746265/Classification-Des-Medicaments
https://www.scribd.com/document/315745909/Incongruences-Heresies-et-Heterodoxies-de-la-Notion-de-Laboratoire
https://www.scribd.com/document/315745725/Rapport-Entre-Oxymetrie-Et-Type-Respiration
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire