Telechargé par Soufiane Ghandi

Sois toi et change le monde

publicité
https://luxury2library.blogspot.com
Titre original : Being you, changing the world
Publié pour la première fois aux États-Unis par Access Consciousness Publishing Company.
© Dain Heer, 2013
© Le Courrier du Livre, 2016 pour la traduction française
Traduit de l’anglais par Kalinka Poullain-Jacobs et Véronique Benitah.
Conception de la couverture : Katarina Wallentin
Photo de couverture : Allannah Avelin
ISBN : 978-2-7029-1604-9
Tous droits de reproduction, traduction ou adaptation, réservés pour tous pays.
www.editions-tredaniel.com
info@guytredaniel.fr
www.facebook.com/editions.tredaniel
PRÉFACE
SOIS TOI ET CHANGE LE MONDE ! Il fallait oser, mais surtout il
fallait proposer les outils pour le faire !
Dans cet ouvrage de référence, le Dr Dain Heer nous offre des
processus vivants et puissants pour défaire tous les conditionnements
conscients ou inconscients qui empêchent la brillance de chacun de
se révéler au monde.
Lorsque j’ai rencontré le Dr Dain Heer en 2013 lors d’une classe à
Copenhague intitulée « Symphonie des Possibilités », je me
demandais qui était cet homme qui tournait autour des personnes
allongées en faisant des gestes étranges. Même si j’étais déjà familière
avec l’énergie, je constatais que Dain avait une capacité de parler aux
corps que je n’avais jamais vue auparavant.
En tant que participante à cette formation, j’ai pu explorer et
ressentir que je savais moi aussi suivre l’énergie des corps mais,
jusqu’à ce que je le fasse, je ne savais pas que je le savais ! Je pensais
qu’il fallait avoir fait des études spécifiques pour cela, qui, bien sûr,
devaient être longues et fastidieuses.
Avec une extrême bienveillance et beaucoup d’humour, je voyais
Dain amener chacun à oser et à reconnaître qu’il avait beaucoup plus
de capacités qu’il ne le pensait.
Lorsque Dain est venu à Paris en septembre 2015 animer la classe
« Sois toi et change le monde » en lien avec ce livre, j’ai vu des larmes
couler des yeux de personnes qui réalisaient qu’elles avaient de la
valeur telles qu’elles étaient et qu’elles n’avaient rien à prouver. Juste
Être. Et qu’en étant juste ce qu’elles étaient, elles pouvaient changer
leur vie ! Et en changeant leur vie, en révélant au monde leur propre
splendeur, elles se mettaient à changer le monde ! Quel soulagement
et quelle légèreté ! Nul besoin de se rouler dans la souffrance, de
s’autoflageller, ni de raconter en détail sa vie, ses malheurs, ses
traumas…
Pour moi qui avais passé tant d’années dans l’univers des thérapies
et qui avais choisi de laisser tout cela pour m’orienter vers la
libération des mémoires cellulaires, je voyais que ce que Dain faisait
et disait amenait les gens à dissoudre la source énergétique de leur
« mal-Être ». Passionnée par la physique quantique, qui nous dit que
ce monde est vibratoire et que chacun de nous émet des ondes qui
créent notre réalité, je cherchais depuis longtemps ce qui permettrait
de retrouver notre vibration originelle sans le parasite des pensées,
des jugements et de tout ce poids contenu dans ce que Jung a nommé
l’« inconscient collectif ».
Ce livre, Sois toi et change le monde, est un cadeau inestimable offert
à l’humanité. Page après page, vous plongerez dans l’univers de la
magie d’Être soi. C’est-à-dire une magie naturelle, innée à ce que
nous sommes.
Je me souviens qu’enfant, j’inventais des formules ou des potions
magiques et souvent il se passait des choses étranges que les adultes
cassaient en riant, voire en se moquant.
Combien d’enfants se sont tus, ont eu honte et ont éteint la magie
naturelle qu’ils savaient être ?
Dans cet ouvrage, Dain Heer offre des outils d’une simplicité
incroyable et tellement efficaces pour restaurer nos capacités oubliées.
Pour les avoir invités dans mon quotidien, je peux témoigner qu’ils
ont changé beaucoup d’aspects de ma vie.
Dain Heer a intégré dans ses classes spécialisées des processus
précieux de la méthode Access Consciousness™ créée par Gary
Douglas, son ami et cofondateur.
Cette méthode, Access Consciousness™, répandue dans plus de
173 pays, donne la possibilité d’accéder à plus de Conscience en
proposant de nombreux moyens de libérer les implants et mémoires
cellulaires, croyances cachées, certitudes, vérités, etc., qui génèrent de
l’énergie et des créations non désirées à notre insu. Le premier
processus (et le plus connu) se nomme « Access Bars™ ». Il consiste
à poser ses doigts sur des points spécifiques au niveau de la tête, ce
qui crée des barres électromagnétiques pouvant dissoudre de
nombreux points de vue fixes et considérations qui peuvent remonter
à la nuit des temps.
Dans ce livre et dans ses classes, Dain utilise, la « formule de
déblayage » POC and POD, qui est nommée parfois « phrase
magique » ou « formule magique » et qui est expliquée à la fin du
livre.
La plupart du temps, elle est précédée d’une question qui fait
remonter les énergies qui ont créé la problématique. Elle est conçue
pour contourner le mental qui joue son rôle de « gardien du seuil »,
c’est-à-dire maintenir les choses comme elles sont, car le mental a
horreur du changement même si c’est pour quelque chose de plus
grand.
Cette phrase, qui présente une formulation particulière allant audelà de la dualité (vrai ET faux, bon ET mauvais) peut paraître
étrange. Elle est énoncée en anglais, la langue de son créateur Gary
Douglas, car les tentatives de traduction en différents langages ont
montré que cela diminuait ses effets. Sa prononciation à voix haute
(ou intérieurement) permet de libérer les énergies appelées et de nous
reconnecter à la puissance de notre Être quand nous ne laissons pas
notre mental le réduire.
J’invite le lecteur à laisser opérer la magie de la vibration sans
chercher à comprendre intellectuellement. Cette phrase de déblayage
revient souvent au cours de cette lecture.
Il peut arriver aussi que certaines formulations ne soient pas tout à
fait écrites dans un français usuel. Ce n’est pas un problème de
traduction. Car même en anglais, certains mots sonnent de façon
inhabituelle. Ils permettent à Dain d’aller dans l’énergie plutôt que
dans la rhétorique.
Le ton direct, voire familier, de Dain peut surprendre et les
questions ouvertes au lieu des conclusions habituelles peuvent
déstabiliser celui qui est attaché à des vérités et à des certitudes. C’est
justement le but de cet ouvrage : sortir de notre zone de confort et
cesser de se raccrocher à du connu.
Mais quand le désir d’aller vers Soi devient plus pressant que tout
et que l’Être s’ouvre pour recevoir, alors la magie peut totalement
opérer.
Ce livre est une invitation à baisser nos barrières, à oser être
vulnérable, à demander et à recevoir, et à ressentir la gratitude pour
tout ce qui est. Il nous guide vers de nouveaux choix et de nouvelles
possibilités. Inlassablement, Dain nous accompagne dans des
processus afin de nous permettre de choisir la liberté totale et de
révéler l’Être Unique que nous sommes.
Quoi d’autre est possible pour laisser s’épanouir la fleur spéciale
que nous sommes et donner notre parfum au monde dans un
phénoménal bouquet de senteurs et de couleurs ?
Que faudrait-il pour que la Joie et l’Enthousiasme qui m’habitent à
la lecture de ce livre se répandent comme une rivière chantante sur la
surface de la Terre ?
Avec Gratitude,
Meena Goll Compagnon
Facilitatrice certifiée Access Consciousness™
Facilitatrice L’Aventure d’Être soiTM
« Vous pouvez dire que je suis un rêveur,
mais je ne suis pas le seul.
J’espère qu’un jour vous vous joindrez à nous…
et que le monde vivra uni. »
John Lennon
« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »
Mahatma Gandhi
« Sois toi et change le monde. »
Gary M. Douglas
CE QUE CERTAINS DISENT DE CE
LIVRE…
« Vous avez bouleversé mon monde avec ce livre. J’observe que la
magie commence à opérer. JE PERÇOIS CLAIREMENT que chaque
aspect de ma vie est en train de changer… J’ai 62 ans et sincèrement
je ne me rappelle pas d’un seul moment de ma vie où je n’étais pas
consciente de cette perception ainsi qu’à la recherche de ce dont vous
parlez, d’une façon ou d’une autre. Oui, c’est maintenant le moment
pour moi. De toutes les expériences que j’ai eues le privilège de vivre,
celle-ci est la cerise sur le gâteau. Je vous suis tellement
reconnaissante. »
Ann
« Un immense merci d’avoir écrit ce livre… ABSOLUMENT TOUT
ce que vous dites résonne avec légèreté dans mon cœur et pour la
première fois de ma vie j’ai l’impression que quelqu’un me
comprend. Le sens de ma propre valeur a changé durant les
cinquante-deux minutes pendant lesquelles j’ai écouté la lecture de
votre premier chapitre. Je ne peux pas vous remercier assez… »
Stefanie
« Je suis vraiment reconnaissante envers vous et votre nouveau
livre. Je l’ai acheté pour mon fils qui traversait des difficultés (il a été
diagnostiqué hyperactif, a pris de la Ritaline pendant une année, s’est
transformé en “zombie”, ne voulait plus vivre, a quitté l’école et
semblait incapable de s’insérer dans le système). Il a adoré votre
livre ; il l’a fini en une nuit ! Il m’a dit qu’il avait d’un coup compris
beaucoup de choses sur sa vie. Il s’est même acheté du matériel de
dessin et s’est remis à dessiner. »
Caro
« Merci infiniment d’avoir écrit ce livre et de l’avoir écrit sous ce
format. Il est devenu mon meilleur ami quand je n’arrive pas à
éclaircir mes pensées à diverses occasions et c’est magnifique de voir
comment je peux l’utiliser pour renforcer ma capacité à vivre avec
plus de facilité, de joie et de splendeur. Je suis intensément
reconnaissant que vous ayez eu le courage de le faire à VOTRE façon.
Cela me convient parfaitement. Sans toutes les séparations et les
petits paragraphes, il me serait presque impossible d’utiliser ce livre
comme “Le Livre magique de la sagesse de la transformation
pragmatique quotidienne” qu’il est réellement ! »
Jason
« Je n’ai entendu que le premier chapitre mais vous m’avez déjà fait
glousser comme une petite fille, pleurer des larmes de lâcher-prise,
joie et souvenirs de qui je suis réellement. »
Cheryle
GRATITUDE
Quand vous êtes entouré d’autant de personnes phénoménales
dans votre vie, il est difficile d’exprimer toute la reconnaissance que
vous ressentez sur une seule page.
Je voudrais commencer en remerciant Gary Douglas, le fondateur
d’Access Consciousness™. Comment remercier une personne qui
non seulement a sauvé votre vie mais vous a également donné les
outils nécessaires pour en créer une entièrement nouvelle ? Il
renforce en chaque personne qu’il rencontre la capacité à faire des
choix pour soi-même. Comment le monde est-il devenu si chanceux ?
Je tiens aussi à remercier l’éditrice et la cocréatrice de ce livre,
Katarina Wallentin. Sans ses efforts incessants, ce livre n’aurait
jamais vu le jour. Sa capacité à rassembler les transcriptions quasi
sans fin des classes ESB (en anglais : Energetic Synthesis of Being™ –
« Synthèse Énergétique d’Être ») et à les transformer en un premier
manuscrit était un effort dantesque qu’elle a mené à terme en
donnant l’impression que c’était presque sans effort. (Aussi, travailler
avec moi n’est pas souvent facile, mais elle a totalement réussi à
donner l’impression contraire.)
Je tiens à remercier tous les participants des classes d’Access
Consciousness™ et des classes ESB, qui ont tous ensemble voulu aller
là où aucun homme, femme, enfant n’était allé auparavant et sans
lesquels une grande partie de ce qui est présenté dans ce livre
n’existerait pas.
Je remercie également ma mère qui m’a toujours permis d’être
aussi bizarre et rêveur que je le suis, peu importe à quoi cela pouvait
ressembler. Je ne peux dire combien sa capacité à m’accepter
totalement – moi, ainsi que mes choix – a contribué à ma vie.
Merci aussi à l’équipe d’Access Consciousness™ – le personnel –
ainsi qu’aux nombreux et talentueux praticiens d’Access qui
contribuent à créer un univers avec de plus grandes possibilités pour
chacun d’entre nous.
Enfin le dernier, mais pas des moindres, merci à VOUS – merci
d’être quelqu’un qui désire quelque chose de plus grand et qui est prêt
à faire ce choix. Ensemble, je sais que nous pouvons créer un monde
plus merveilleux encore que ce dont nous pouvons rêver à l’heure
actuelle.
MAGNIFIQUE VOUS
Peu importe comment, ce livre est tombé entre vos mains.
Comment ça devient encore mieux que cela ?
Alors est-ce le moment maintenant ? Êtes-vous prêt à être vousmême et à changer le monde ? Si c’est le cas, mon courageux ami,
avant que vous ne commenciez à lire, répétez ce qui suit à haute voix,
cinq fois de suite. Oui, à haute voix.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Maintenant, vous êtes suffisamment préparé. Tournez la page et
commencez votre voyage vers le bizarre.
https://web.facebook.com/Luxelib
INTRODUCTION
Je n’ai pas écrit ce livre pour tout le monde. Je l’ai écrit pour
quelques personnes – celles-là même qui se rendent compte que la
réalité dans sa forme actuelle n’est pas faite pour permettre au plus
grand « NOUS » de se manifester tel qu’il le pourrait réellement. Je
l’ai écrit pour les « rêveurs », ceux qui savent que quelque chose de
différent – et de plus grand – est possible et que nous devrions avoir
la capacité de le recevoir.
Vous, les rêveurs, faites partie de ma tribu. Vous êtes de ceux qui
ont la capacité de réellement changer le monde, si vous vous donnez
la permission de le faire… Si vous pouvez vous libérer de l’idée que
cette réalité (telle qu’elle est) ne sera jamais suffisante pour vous. Et
si vous pouvez simplement commencer à réaliser que CHAQUE
LIMITATION que vous avez toujours cru avoir était juste une
grandeur que vous n’aviez pas la capacité de reconnaître comme telle
à ce moment-là.
Si vous étiez vous, qui seriez-vous ? Et si vous, étant vraiment
vous, était la seule chose nécessaire pour TOUT changer – votre vie,
tous ceux qui vous entourent, le monde ? Et si être vous était la clé
manquante pour obtenir tout ce que vous avez toujours désiré ou
voulu créer et changer dans ce monde ? Et si être vous signifiait
TOUT recevoir, être, savoir et percevoir ?
Savez-vous qu’il est temps de vous réveiller ? Voilà à quoi sert ce
livre. Il ne ressemble à aucun autre livre de développement personnel
que vous avez pu lire jusqu’ici. Il n’a rien à voir avec l’habituel
rabâchage psycho-spirituel où l’on vous dit toujours la même chose
mais avec d’autres mots. Ce n’est pas le genre de livre qui vous amène
à vous juger comme étant insuffisant une fois que vous l’avez lu.Non,
ce livre concerne votre pouvoir et votre capacité à changer toutes les
façons que vous avez de vous juger, de vous donner tort et de vous
considérer comme insuffisant.
Ce dont il s’agit ici, c’est d’arrêter de vous juger et de considérer
que vous êtes en tort de quelque façon que ce soit. Ce livre vous
invitera peut-être même à réaliser que beaucoup plus est possible.
Imaginez à quoi cela ressemblerait… de ne jamais plus avoir à vous
sentir insuffisant de quelque façon que ce soit, pour aucune raison, à
tout jamais.
Et si vous étiez la différence que la Terre attendait ? Est-il temps de
se bouger ?
Alors, de quoi avez-vous besoin pour être véritablement vous ?
Êtes-vous prêt à essayer quelque chose de complètement différent ?
Je ne parle pas de votre réussite. Encore moins de faire quelque
chose de mieux que les autres. Je parle d’ÊTRE SOI, d’ÊTRE
L’ÉNERGIE que vous êtes, peu importe ce à quoi cela ressemble.
Quelqu’un vous a-t-il déjà demandé de vous montrer tel que vous
êtes ? Juste vous, exactement tel que vous êtes ?
Je veux vous inviter à ceci : être l’énergie que vous êtes.
Commencez par lire et UTILISER les outils présentés dans ce livre.
Ils peuvent paraître très simples, mais s’il vous plaît, ne les ignorez
pas à cause de cela. Si vous choisissez d’utiliser ces outils, votre vie va
changer – et l’investissement que vous aurez mis dans ce livre vaudra
bien plus que son prix.
Vous n’avez même pas besoin de travailler intensément les
exercices de ce livre. Les lire, c’est tout ce qu’il faut – et la volonté de
changer. Juste la volonté. Vous n’avez même pas à savoir comment
les changements vont arriver. Le « comment » est entre les mains de
l’Univers. Utilisez ces outils et permettez à l’Univers de travailler pour
vous.
Si vous pouviez comprendre votre vie par la pensée, si vous pouviez
mentalement découvrir comment être vous, ne l’auriez-vous pas déjà
fait ? S’il vous suffisait de vous penser différemment pour changer, ne
seriez-vous pas en train de générer une réalité totalement différente
maintenant ? Et franchement, cela ne fait-il pas une éternité que
vous essayez de réfléchir à comment faire différemment ?
Si vous êtes partant, ce livre peut vous donner conscience et vous
rappeler ce qu’est ÊTRE SOI, au-delà de la pensée et de l’esprit
logique. Il vous donnera également les outils pour vous choisir VOUS.
Tout au long de ce livre, je vais vous demander de regarder certains
aspects de votre vie sous une perspective différente. Pourquoi ? Parce
que regarder les éléments de votre vie avec la même perspective est ce
qui a créé la vie que vous avez aujourd’hui. Si c’était suffisant à vos
yeux, vous ne liriez pas ce livre.
Avez-vous la volonté de découvrir qui vous êtes réellement ?
Êtes-vous prêt à demander que cela arrive ? Êtes-vous prêt à
découvrir ce qui est réellement vrai pour VOUS ? Laissez-moi vous
parler un peu de ce terrain de jeux…
La première partie de ce livre concerne tout ce qui vous empêche
d’être vous. C’est là que nous allons explorer les limites de tout ce
que vous appelez votre « vie » – et qui n’ont aucune raison d’être ! Je
vais vous montrer quelques domaines clés dans lesquels vous avez
adopté de nombreuses idées comme étant vraies, alors qu’elles ne le
ne sont pas. Nous allons regarder en profondeur cette réalité, le
cancer nommé jugement (et comment il nous stoppe et nous tue
selon des manières que vous n’avez peut-être jamais imaginées), la
capacité à recevoir, la bienveillance, les relations, l’amour, la famille,
les abus ainsi que votre corps.
Vous découvrirez également certains des outils qui vous
permettront de changer tout ça. Quelles autres possibilités existe-t-il
si tout ce qui est considéré comme important et ayant de la valeur
dans cette réalité… n’est qu’une illusion et n’est pas vraiment
important, ni précieux, POUR VOUS ?
Dans la deuxième partie, nous allons explorer ce qui se trouve audelà… Quelles sont les possibilités INFINIES ? Et si vous étiez
magique ? Et si vous étiez le leader de votre vie ? Et si nous vivions
dans le Royaume du Nous au lieu de nous enfermer dans la création
artificielle d’un Royaume du Moi ? Et si la Terre n’avait pas besoin
d’être sauvée ? Et si… être pleinement vous était le cadeau nécessaire
pour changer le monde ?
Je vous donnerai plusieurs sujets de réflexion en cours de route. Je
vous offrirai la possibilité de changer de nombreuses choses DÈS À
PRÉSENT. Sachez qu’il s’agit toujours de votre choix. À partir du
moment où vous choisissez, je n’ai aucun point de vue sur ce que
vous choisissez. S’il vous plaît, continuez juste à faire des choix. Pour
vous. Pour chacun d’entre nous.
Il semblerait que nous, particulièrement nous rêveurs, passions un
temps considérable à réparer ce qui ne va pas en nous au lieu de créer
et générer un monde différent – un monde rempli de possibilités que
nous aimerions être capables de choisir. Et pendant que nous
explorerons les différentes situations dans lesquelles vous avez
potentiellement maintenu un blocage, je vous montrerai des
possibilités complètement différentes que vous n’avez peut-être
jamais envisagées avant – et plusieurs que vous avez probablement
considérées sans savoir que vous pouviez les choisir ou les mettre en
place.
Et toujours avec cette invitation : « Voulez-vous faire un choix
différent ici ? » Parce que même si vous n’avez aucune idée de la
façon dont cette nouvelle réalité peut se manifester, votre choix est
toujours le premier pas qui vous y mènera.
Vous n’avez pas besoin de savoir comment ce que vous choisissez
va apparaître. Votre choix change le monde et permet l’apparition de
possibilités. Le travail de l’Univers, c’est d’exécuter. Vous devez juste
choisir d’aller dans cette direction – continuer à avancer. Si vous le
faites, rien ni personne ne pourra plus jamais vous arrêter.
Comme le suggère le titre, ce livre est écrit en ayant conscience que
vous, étant VOUS, changerez non seulement votre vie mais également
le monde. En fait, la seule chose qui puisse changer le monde, ce sont
les personnes incroyables qui ont la volonté d’être elles-mêmes et
font des choix en accord avec ce qu’elles savent – quels que soient les
critiques, les jugements ou les points de vue de qui que ce soit.
Ce livre ne contient pas de réponses ! Je ne suis pas un gourou. Je
ne suis pas parfait et je n’ai aucune réponse à vous donner. Je n’ai
que des questions.
Ce livre contient seulement des possibilités – la possibilité d’être
dans ce monde d’une manière totalement différente.
En 2000, j’ai fait une demande qui a changé ma vie. Durant toute
ma vie, j’ai été l’un de ces rêveurs. J’ai fait tout mon possible pour
rendre mon entourage heureux. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour
contribuer à améliorer la vie des gens. J’ai suivi une formation de
chiropracteur pour apprendre des techniques qui me permettent de
créer des « miracles » dans le corps et la vie des gens, parce que JE
SAVAIS QUE C’ÉTAIT POSSIBLE !
Cependant, cette réalité et les problèmes inhérents à cette réalité
pesaient de tout leur poids sur moi, à tel point que j’ai perdu tout
espoir de voir quoi que ce soit changer. J’avais tout ce qui est censé
vous combler, mais rien de tout ça ne marchait pour moi.
Sans que ma famille ne le sache à l’époque, j’ai commencé à me
réveiller déprimé et malheureux. J’ai commencé à détester mon
travail parce que j’avais la sensation que rien de ce que je faisais
n’était suffisant. Les gens n’avaient pas les outils nécessaires pour
réellement changer leur vie. Le pire, cependant, était la sensation que
j’étais le seul à vouloir vivre une réalité très différente. Personne ne
semblait me comprendre et la sensation d’être le seul de mon
« espèce » était quasiment insoutenable.
C’est alors qu’à ma grande surprise j’ai trouvé une sortie… un
chemin au-delà… une possibilité de changer tout ce que je pensais ne
pas pouvoir changer. On m’a redonné accès au désir de VIVRE, à ma
vie, on m’a permis d’en apprécier chaque instant, de SAVOIR que
j’étais une contribution et que quelque chose d’autre était possible –
et plus important encore –, de savoir que tout ce que je pensais être
vrai l’était réellement.
Voilà ce que je vais partager avec vous dans ce livre, au mieux de
mes capacités.
POURQUOI MOI ? POURQUOI AI-JE ÉCRIT CE LIVRE ?
En 2000, j’étais arrivé à un point de ma vie où j’en avais assez de
cette réalité ; j’avais tout ce que je pouvais désirer, pourtant rien de ce
qui se passait dans ma vie n’avait de valeur à mes yeux. J’étais prêt à
mettre un point final à tout ça si rien ne changeait. Au plus profond
de moi, je savais qu’une réalité différente était possible. Je savais.
Tout comme vous.
J’ai fait cette demande à l’Univers : « Soit ma vie change
complètement, soit je disparais. » J’avais même fixé une date, six
mois plus tard. J’ai donné un délai à l’Univers.
Exactement une semaine plus tard, j’ai découvert quelque chose qui
a bouleversé ma vie : Access Consciousness™ (« Access » pour faire
plus court). Durant ma première séance, j’ai eu un sentiment de paix
et d’espace que j’avais recherché toute ma vie ; je n’ai plus jamais
pensé au suicide. Et j’espère, avec ce livre, vous transmettre ce cadeau
également. Depuis lors, la paix et l’espace ont continué à GRANDIR,
contrairement à toutes les autres modalités que j’avais testées
auparavant.
Les outils que je partage avec vous font partie d’Access – et ils ont
continué à élargir ma vie et ma conscience à chaque instant de
chaque jour depuis ce premier contact.
Access est la technique la plus bizarre, folle et extravagante que j’ai
jamais rencontrée – et ça marche. Ça marche, tout simplement.
Une façon de décrire Access, c’est de dire qu’il s’agit d’une
technique de transformation de l’énergie qui relie sagesse ancestrale,
connaissances anciennes et outils de changement pragmatiques et
modernes. Son but est de créer la possibilité d’un monde de
conscience et d’unité.
Vous vous demandez : « Qu’est-ce que la conscience ? » La
conscience inclut tout et ne juge rien. Cela prend en compte toutes
les possibilités qui pourraient exister, en ne portant aucun jugement
sur rien – encore moins sur vous. Est-ce le genre de monde dans
lequel vous voudriez vivre ? Alors continuez votre lecture ! (Si ce n’est
pas le cas, c’est probablement le bon moment pour transmettre ce
bouquin à l’un de vos amis ou membre bizarre de votre famille.)
Aujourd’hui, je voyage à travers le monde, « facilitant » les gens
grâce aux outils d’Access Consciousness™. J’ai développé une façon
unique de travailler simultanément avec des groupes de gens, des
énergies et des corps que j’ai appelée la « Synthèse Énergétique
d’Être » (en anglais : Energetic Synthesis of Being™ – ESB).
La plupart des informations contenues dans ce livre proviennent de
ce que j’ai appris en explorant avec les formidables participants des
classes ESB quelles autres possibilités s’offrent à nous. Les endroits où
ils sont prêts à aller et les autres possibilités qu’ils sont prêts à
explorer m’épatent complètement, à chaque fois. Les gens sont bien
plus formidables que ce qu’ils pensent et ils ont bien plus de capacités
que ce qu’ils imaginent.
Au cours d’une classe ESB, vous êtes invité à être et à accéder à des
énergies que vous n’imaginiez même pas disponibles. Et vous le faites
avec tout le groupe. Dans l’espace de cette classe, vous commencez à
vous connecter à votre être, votre corps et à la Terre de façon à créer
une vie et une planète plus conscientes. Lorsque vous êtes ces
énergies, lorsque vous êtes vous, vous changez tout : la planète, votre
vie et tous ceux avec qui vous entrez en contact. Vous êtes vous et
vous changez le monde.
J’ai également été très chanceux d’avoir le plus phénoménal des
facilitateurs, Gary Douglas, qui est aussi le cofondateur d’Access
Consciousness™, comme meilleur ami. Comment puis-je être aussi
chanceux ?
Sachez que les outils, perspectives et processus présentés ici ont
changé la vie de milliers de personnes à travers le monde ! C’est la
raison pour laquelle j’ai écrit ce livre. S’il vous est arrivé de penser :
« Il doit bien y avoir quelque chose de mieux que ça ! », c’est ma
façon de vous dire : « OUI ! Oui, ça existe ! Certaines personnes en
font l’expérience ici et maintenant ! »
C’est l’un des chemins possibles vers une façon totalement
différente de vivre dans ce monde – de diriger votre vie consciemment
et d’être le changement que la Terre réclame.
Cela fonctionnera-t-il pour vous ? Ce livre vous guidera-t-il pour
ÊTRE VOUS ? Et cela va-t-il vraiment changer le monde ? Mon ami,
vous seul le savez. Vous seul pouvez choisir pour vous. Alors, que
savez-vous ?
Est-il possible que ce soit l’invitation que vous attendiez ? Et si le
moment était venu ?
Je ferai de mon mieux pour vous montrer les possibilités. Votre
travail consistera à rester en dehors de tout jugement ou conclusion
pendant suffisamment longtemps pour voir si ces possibilités sont
quelque chose que vous voudriez choisir. Prêt à embarquer ? Voulezvous jouer ?
Êtes-vous prêt ? Alors, c’est parti !
NOTE AU LECTEUR
BIZARRE
Connaissez vous la définition du mot « weird », traduction anglaise
du mot « bizarre » ? « Weird » : Bizarre, mystérieux, étrange – qui
vient de l’esprit, destin et destinée.
Cela vous ressemble-t-il ? Même juste un petit peu ? Êtes-vous prêt
à abandonner l’illusion que vous êtes normal, banal et réel… comme
n’importe qui d’autre ?
Voulez-vous par contre être aussi bizarre, merveilleux et
INCROYABLE que vous l’êtes réellement ? En commençant dès
maintenant ?
AVERTISSEMENT
BON LIVRE !
Comme ce livre a été écrit pour provoquer des changements, vous
serez probablement confus ou énervé par moment. Si vous ne
comprenez pas quelque chose ou que cela vous semble incomplet, il
se peut que l’information qu’il vous manque se trouve juste quelques
pages plus loin.
Comment ça devient encore mieux que cela ?
Sachez également que de nombreux chapitres de ce livre ont été
écrits pour que vous vous demandiez ce qui est vrai pour vous, plutôt
que de vous présenter un nouveau point de vue que vous êtes supposé
adopter.
Ces parties peuvent vous sembler incomplètes, mais elles ont été
laissées ainsi volontairement pour que vous accédiez à votre propre
savoir en y pensant. Alors si vous êtes en train de vous poser des
questions ou de vous demander ce qui se passe, ce petit livre fait son
boulot.
Bonne lecture !
PREMIÈRE PARTIE
ÊTRE SOI…
« Nous passons la totalité de nos vies à essayer de prouver que nous
ne sommes pas ce que nous n’étions de toute façon pas dès le
départ. »
Mel C.
Et si vous commenciez à aborder la réalité comme vous en avez
envie ? Et si votre réalité était quelque chose de… complètement
différent ? Et si une réalité complètement différente était exactement
ce dont vous aviez besoin maintenant ?
Le moment est-il venu ?
OUTIL
DÉTRUISEZ, DÉCRÉEZ ET LIBÉREZ
VOTRE RÉALITÉ
Le livre que vous tenez entre vos mains vous paraît solide, non ? La
science nous dit cependant que ce livre est composé à 99,999 %
d’espace. Il a bien l’air solide. N’est-ce pas étrange ? Et pourtant il est
constitué à 99,999 % d’espace – ce sont simplement les molécules qui
le composent qui sont organisées de telle façon qu’il a l’air
totalement solide et impénétrable.
Et si chacune des limitations que vous rencontrez dans votre vie et
dans votre corps suivait exactement le même principe ? Et si le fait
qu’elles vous semblent toutes très solides était peut-être la seule façon
dont vous avez été capable de les percevoir jusqu’à maintenant ?
Je sais que cela peut sembler étrange… Et pourtant, ce que je vais
vous inviter à faire, si vous êtes prêt, c’est de prendre conscience que
ces choses ne sont pas nécessairement solides, ne l’ont jamais été et
n’ont en fait plus besoin de l’être.
J’aimerais vous inviter (ainsi que l’énergie que vous êtes) à
retourner au moment où vous avez pris toutes ces molécules et les
avez définies comme étant solides (plutôt qu’étant l’espace, la
souplesse et la flexibilité qu’elles sont réellement) et à « décréer » cela
afin que ces molécules redeviennent l’espace qu’elles sont
effectivement. Et afin que VOUS puissiez être l’espace que vous êtes
en réalité. C’est tout. Et c’est aussi beaucoup plus que cela !
Afin de pouvoir arriver à cela, je vais vous demander de temps en
temps d’abandonner certaines choses. En fait, je vais carrément vous
demander de les détruire et de les décréer. Cela va peut-être vous
paraître complètement fou sur le moment.
Pourquoi vous demander cela ? Parce qu’à chaque fois que vous
êtes ouvert et prêt à détruire, décréer et lâcher quelque chose qui vous
limite, cela ouvre automatiquement et instantanément la possibilité à
quelque chose de moins limité, ou même d’illimité, d’apparaître dans
votre vie.
Comprenez-vous ce que je veux dire ? Abandonner ce qui est limité
et tout ce qui est illimité aura enfin la place d’exister.
S’il vous plaît, prenez toutefois une seconde et posez-vous la
question suivante : « Ai-je vraiment envie de faire cela ? » Si la
réponse est « oui » qu’avez-vous à perdre ?
Tout ce que vous êtes prêt à laisser tomber, à décréer et à détruire
ouvre une possibilité totalement différente dans votre vie.
Vous ne pouvez jamais laisser tomber ce que vous êtes. Votre être
véritable est indestructible. Vous pouvez uniquement laisser tomber,
décréer et détruire :
− ce qui vous définit ;
− ce qui vous limite ;
− ce qui vous coince, vous et votre être.
Et ce faisant, vous créez l’espace nécessaire pour que quelque chose
de différent et de meilleur apparaisse dans votre vie.
Si vous le souhaitez, je vous recommande vivement d’ajouter la
formule de déblayage suivante : Right and Wrong (« Juste et Faux »),
Good and Bad (« Bon et Mauvais »), POC and POD (« Point de
destruction et Point de création »), All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™*.
En résumé : « POC et POD. » C’est ce que je fais.
Cette phrase demande à votre conscience de retourner au Point de
création (ou de destruction), juste avant que vous plantiez la graine
de cette limitation et invitiez cette graine à se dissoudre.
Ce qui est drôle et bizarre c’est que… c’est exactement ce que cela
fait. Ça marche. Comme de la magie.
Et si ce que vous étiez en réalité était en fait magique ?
Et si vous considériez cette phrase de déblayage comme votre
baguette magique – comme une façon de changer N’IMPORTE
QUELLE partie de votre vie que vous avez envie de changer ?
Sortez vos baguettes magiques ! On y va !
* Cette formule de déblayage ayant plus d’impact en anglais qu’en francais, elle n’est pas traduite. Pour
une traduction complète, voyez en fin de livre, p. 363-364.
OUTIL
POSEZ UNE QUESTION…
NE CHERCHEZ PAS DE RÉPONSE
Je vous entends déjà penser.
Les rouages tournent.
Penser. Penser. Penser.
Tic-tac, tic-tac, tic-tac.
Vrai, faux, vrai, faux.
Est-ce que cette façon de faire RÉELLEMENT fonctionne ? N’en
avez-vous pas assez de cette foutue machine que vous nommez votre
mental et de son incessante recherche pour trouver la BONNE
réponse ?
Laissez-moi vous donner un moyen de sortir de « l’univers de la
bonne réponse » : POSEZ UNE QUESTION. C’est vraiment aussi
simple que cela.
Voilà comment ça marche : la plupart d’entre nous avancent sur le
chemin de nos vies en ayant déjà un point de vue sur où nous allons
arriver, ayant déjà décidé que c’était notre direction et que c’était
comme ça. Basta.
Le fait que nous ayons déjà décidé de la direction de nos vies
équivaut à ériger des murs tout autour de nous au travers desquels
nous ne pouvons rien voir, au-dessus desquels nous ne pouvons pas
sauter et autour desquels nous ne pouvons pas bouger. Notre seule
option est d’avancer dans la direction que nous pensons être la nôtre.
Ne plus se poser de questions nous condamne à errer sans cesse
dans les couloirs du labyrinthe que nous avons créé avec nos
conclusions, comme si nous n’avions pas d’autres choix possibles
dans nos vies.
Dès que vous posez une question, de nouvelles portes s’ouvrent
immédiatement de tous côtés et apportent de la lumière et de
l’espace, vous donnant accès à de nouvelles pièces ainsi qu’à de
nouveaux possibles. Lorsque vous ouvrez ces portes, vous vous dites :
« Waouh ! Ce sont des possibilités dont je n’imaginais même pas
l’existence ! »
Se poser une question est la clé pour ouvrir les portes de nouveaux
possibles. Vous ne pourrez jamais voir ces portes ou même savoir
qu’elles existent – sans parler de les ouvrir – si vous ne posez pas de
questions. Dans le doute, posez une question.
Voici plusieurs questions très utiles pour ouvrir de nouvelles
possibilités dans beaucoup de situations de votre vie :
1. « Comment ça devient encore mieux que cela ? » (Posez cette
question lorsque quelque chose de « positif » se produit ou lorsque
quelque chose de « négatif » arrive.)
2. « Qu’est-ce qui est juste dans cette situation que je n’ai pas
encore saisi ? »
3. « Que faudrait-il pour changer cela ? »
4. « Quoi d’autre est possible ? »
5. « Que faudrait-il pour que cela se passe bien mieux que je ne l’ai
imaginé ? »
6. « Qui suis-je aujourd’hui et quelles grandes et glorieuses
aventures vais-je vivre ? »
Et s’il vous plaît, ne cherchez pas de réponses !
Voilà comment cela fonctionne d’habitude dans notre réalité :
nous posons une question et nous allons immédiatement consulter
notre mental : « Est-ce que c’est ça la bonne réponse ? Ou bien celleci ? Ou bien celle-là ? »
C’est comme si vous preniez une graine, que vous la plantiez, que
vous l’arrosiez et que le jour suivant, vous la sortiez de terre pour voir
si elle a déjà poussé ! Et si ce n’est pas le cas, de vous exclamer :
« Stupide graine ! Elle n’a pas encore fleuri ! » Alors vous la remettez
en terre, vous l’arrosez de nouveau, puis vous la ressortez encore le
lendemain : « Alors, ça y est ? Tu as poussé ? Mais qu’est-ce que tu
attends ? »
Est-ce la faute de la graine ? Non. Vous ne lui avez donné le temps
ni de germer, ni de prendre racine.
Voici ce que je vous suggère : lorsque vous posez une question,
TAISEZ-VOUS ! FERMEZ-LA ! Littéralement !
Je sais que dire ça comme cela peut paraître dur et impoli à certains
d’entre vous. Je vous prie de m’en excuser. Mais taisez-vous quand
même, OK ?
Posez votre question et restez tranquille pendant un moment…
pendant une heure… pendant un jour… ou pendant un mois… Laissez
l’énergie infiltrer votre univers.
Pas la bonne réponse – juste de l’énergie : l’énergie qui résulte de la
question qui a été posée. À chaque fois que vous posez une question,
une énergie « apparaît ». Elle se présente à vous. Elle se montre à
vous. Cette énergie est en fait l’énergie qui vous a poussé à poser la
question initialement. Car c’est pour cela que vous avez posé cette
question : pour ouvrir la porte à l’énergie qui vous guidera vers ce que
vous cherchez.
Alors posons une question : Quel véritable cadeau ce livre peut-il
être pour vous ? Un cadeau que vous ne pouviez même pas imaginer
lorsque vous avez acheté, trouvé, emprunté, volé ou reçu ce livre ?
Maintenant cher ami, taisez-vous et lisez :)
AU-DELÀ
DE CETTE RÉALITÉ
NOTE AU LECTEUR
QU’EST-CE QUE L’ÉNERGIE ?
Avez-vous déjà pris quelqu’un dans vos bras avec l’impression que
vous pouviez rester là pour l’éternité… que vous pouviez vous fondre
dans l’autre et devenir un avec cette personne ? Et au contraire, avezvous déjà pris quelqu’un dans vos bras qui vous donnait l’impression
de tenir un rocher sur pattes ? Ces deux expériences sont-elles
différentes ?
Si elles le sont pour vous, alors vous savez de quoi je parle quand je
parle d’énergie. Ces deux expériences sont totalement différentes
énergétiquement. Ce sont deux « énergies » totalement différentes.
C’est aussi simple que cela. (À un autre niveau, cela peut aussi être
infiniment complexe – nous commencerons à explorer cela ensemble
dans ce livre.)
Imaginez que vous marchez en pleine forêt. Il n’y a pas de routes,
juste des sentiers tracés par les elfes et les fées. Les rayons du soleil
verdissent en perçant le feuillage épais des arbres. Vous marchez sur
cette terre vivante. C’est si doux sous vos pieds… Alors que vous
inspirez l’odeur de l’été, vous vibrez au doux battement de votre
cœur… Fermez les yeux et restez immobile pendant quelques instants
dans cette forêt. Comment vous sentez-vous ?
La forêt ne vous juge absolument pas et elle n’a aucune réalité à
valider. C’est l’un des endroits où il est aisé d’être.
Maintenant, fermez à nouveau les yeux et imaginez que vous êtes
en train de marcher dans la rue principale de votre ville natale ou à
l’endroit où vous travaillez, ou sur les marches qui mènent à la
maison de vos parents.
Y a-t-il une différence dans votre façon d’être ? Pourquoi ?
Comment seriez-vous si votre ville natale et tous ses habitants
pouvaient vous recevoir sans jugement, exactement comme la forêt ?
Qui – et comment – pourriez-vous choisir d’être dans ce contexte ?
Tout ce qui vous empêche de choisir cela immédiatement, pouvezvous le détruire et le décréer s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
CHAPITRE 1
VOTRE RÉALITÉ ET L’UNIVERS
DU LIBRE ARBITRE
Avant de continuer, définissons ce qu’est la RÉALITÉ…
Ce que j’entends par « réalité » est en fait la façon commune,
moyenne et ordinaire selon laquelle tout le monde a appris à
fonctionner ici sur cette planète – ce que nous partageons tous – et
toutes les choses que nous PENSONS être VRAIES sans vraiment y
réfléchir. Ce sont toutes les choses qui nous paraissent ÊTRE
tellement vraies que, la plupart du temps, nous ne remettons jamais
en cause leur véracité.
Créer une réalité nécessite deux personnes ou plus qui s’accordent
et s’alignent sur un point de vue similaire. En d’autres termes, une
réalité se crée chaque fois que deux personnes (ou plus) concluent :
« Ceci est comme cela », même si elles ne le font pas consciemment.
C’est vraiment comme cela qu’une réalité se crée. Le saviez-vous ?
Donc quand je parle de cette « réalité », je parle en fait de ce qui
vous a été transmis depuis votre naissance – les règles et façons de
procéder de votre famille, les règles et façons de procéder de votre
société, les règles et façons de procéder de la planète, toutes les lois
physiques de cette réalité, tout cela.
Par exemple, les règles de cette réalité affirment qu’il est impossible
de transporter notre corps d’ici aux îles Fidji instantanément. Je dis :
« Pourquoi pas ? Et si on changeait cela ? Ne serait-ce pas beaucoup
plus drôle ? »
Nous n’allons peut-être pas réussir à le faire en un jour, mais
avançons au moins dans cette direction et voyons ce que nous
trouvons en chemin. Comme le disait un conférencier qui a changé
ma vie lorsque j’étais au collège : « Visons la Lune ! Si nous échouons
et atteignons les étoiles, ce n’est pas si mal ! »
Au lieu de faire cela, pour être heureux, nous essayons de faire
fonctionner ensemble les différentes parties de cette réalité – plutôt
que de créer ce que nous voudrions vraiment, même si cela est
totalement différent de cette réalité. Nous pensons qu’il doit y avoir
quelque chose de bien dans cette réalité vu que tout le monde la
choisit et que tout le monde nous dit que c’est juste. Ça doit être
juste, non ?
Le scénario perpétuel qui se déroule dans nos têtes ressemble un
peu à ça : « Les jugements, ça doit être bien. La famille, ça doit être
bien. L’école, ça doit être bien. L’argent, ça doit être bien. Je suis
probablement le seul qui n’y arrive pas et qui a tout faux. » Et si
toutes ces choses qui sont supposées être « bien et justes » ne
marchaient pas pour vous ? Et s’il y avait une façon totalement
différente de considérer tout cela ?
Voici une possibilité à considérer : la réalité que l’on vous a
transmise ne fonctionne pas. Vous n’êtes pas obligé de continuer à
faire les mêmes choix si vous ne le voulez pas.
Avec cette prise de conscience, quelle vie souhaitez-vous vraiment
choisir ? Si vous saviez vraiment que ceci est l’UNIVERS DU LIBRE
ARBITRE, que commenceriez-vous à choisir immédiatement ?
ET SI VOUS ÉTIEZ LE MAÎTRE DE VOTRE UNIVERS ?
Vous avez déjà entendu parler de l’idée que nous vivons dans un
univers de libre arbitre ? On nous dit que c’est l’une des lois de
l’Univers, l’une des façons dont cet endroit bizarre et extravagant
fonctionne.
Ma question est : Si cela est vrai, pourquoi nos vies sont-elles ce
qu’elles sont ? Pourquoi le monde est-il tel qu’il est ? Si c’est un
univers de libre arbitre, pourquoi continuons-nous de croire que nous
ne pouvons pas choisir de changer ? Choisir de changer notre
situation financière. Ou choisir de changer ce que notre corps
ressent. Ou changer la relation que nous recréons incessamment avec
la même personne, juste dans un corps différent.
Et pourquoi continuons-nous de choisir la souffrance et les
drames, la pauvreté, le malheur, la séparation, la colère et les
jugements ? Pourquoi sommes-nous apparemment incapables de
changer ou de choisir de changer tout cela ?
Nous sommes peut-être mignons, mais franchement pas très
malins. Mon point de vue est qu’il doit y avoir quelque chose que
nous ne comprenons pas dans cette idée d’univers du libre arbitre.
J’aimerais donc non seulement que vous examiniez cette idée
d’univers du libre arbitre mais aussi que vous l’adoptiez. En d’autres
termes, je vous demande d’utiliser votre pouvoir de choix ainsi que
votre pouvoir de changer les choses. Utilisons ces pouvoirs pour
modifier le passé qui vous a limité et qui n’a pas fonctionné pour
vous et créons un présent et un futur différent – où vous seriez vousmême et où vous changeriez le monde.
C’est plus marrant comme idée, non ? C’est bien ce que je pensais !
Nous semblons tous avoir cette idée, ce point de vue, que nous
savons exactement ce qu’il faut faire pour obtenir ce que nous
voulons dans la vie. Et si en fait nous avions besoin de quelque chose
de complètement différent ? Cela doit être le cas, sinon nous aurions
déjà tous la vie que nous désirons.
Si vous ne vivez pas dans le monde dans lequel vous aimeriez vivre
et si vous ne vivez pas la vie que vous aimeriez vivre, alors tout ce que
vous croyez être nécessaire pour atteindre vos objectifs… n’est pas ce
qui est réellement nécessaire. Qu’en pensez-vous ?
Tant que nous restons attachés au point de vue que le changement
ne peut arriver que de la façon dont nous l’avons décidé (façon qui
d’ailleurs ne marche pas), nous continuons à chercher la source du
changement dans la mauvaise direction. Nous le faisons tous !
Êtes-vous prêt à lâcher, détruire et décréer – au moins le temps que
cela vous prendra de lire ce livre – toutes les projections, attentes,
séparations, décisions, conclusions, tous les jugements, rejets et
points de vue que vous avez adoptés comme vrais concernant ce dont
vous croyez avoir besoin pour changer votre vie (et le monde) ? Right
and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
Merci. Quelles réalités différentes sont maintenant possibles ?
Et franchement, qu’avez-vous à perdre d’essayer ?
TROUVER L’UNIVERS DU LIBRE ARBITRE (OU EN TOUT CAS,
COMMENT J’AI COMMENCÉ À TROUVER LE MIEN…)
J’avais l’habitude de connaître beaucoup de réponses ou plutôt je
prétendais les avoir.
Il y a dix ans, j’ai ouvert mon second cabinet de chiropracteur et
j’avais même des patients. Je gagnais presque assez d’argent pour
payer mon loyer : quelle JOIE ! Tout le monde me disait que ma petite
amie était parfaite pour moi. J’avais tout ce qui était supposé nous
rendre heureux, à part des tonnes d’argent, mais ce n’était pas
important à mes yeux. J’avais testé à peu près toutes les techniques et
méthodes censées créer la paix intérieure, mais je continuais à mourir
intérieurement.
Alors j’ai dit à l’Univers : « Tu as six mois ou je me suicide. Cela
fait un moment que je travaille pour toi, que j’essaie d’aider les gens à
prendre conscience, que j’essaie de changer leur vie et leur corps, que
j’essaie de faire tout ce que je peux pour améliorer les choses sur cette
planète et je n’ai aucun retour. Je hais devoir me lever le matin ! Si
c’est ça la vie, OK. Mais alors, je me suicide. Soit les choses changent,
soit je m’en vais. » M’en aller n’impliquait pas seulement quitter
Santa Barbara ou ma petite amie. Cela voulait dire quitter cette vie.
« Il doit bien exister quelque part un endroit plus heureux, un autre
corps, une sorte d’autre vie. Je reviendrai en gitan ou en habitant du
Pacifique passant mes journées à flâner sur les îles. Ou je reviendrai
en Rockefeller et j’aurai des tonnes d’argent. Il doit bien exister une
autre possibilité. Quelque chose de mieux. Peut-être une autre
planète… »
J’étais prêt à en finir pour de bon car j’en étais arrivé au point où ce
que la réalité me proposait ne me suffisait plus. Je le savais, et ce
savoir m’amenait dans un espace où ce que j’avais décidé être si
important auparavant ne l’était plus. Tout ce que j’avais décidé être
important et précieux à mes yeux, je l’avais. Et cela ne valait rien.
Vous comprenez de quoi je parle ? Vous êtes-vous jamais retrouvé,
même brièvement, dans la même situation ? Si c’est le cas, ce livre
vous parlera certainement beaucoup.
Une semaine après ma demande, j’ai vu une annonce dans un
journal, un tout petit encart qui disait : « Access : tout de la vie vient
à moi avec aisance, joie et gloire », avec le numéro de téléphone de
cette fille.
Ma réaction a été : « Maya l’abeille a mis une pub dans le
journal ! » J’étais furieux. « Ma vie n’est que souffrance, douleur et
horreur ! De quoi parles-tu ? Aisance, joie et gloire. C’est quoi, ce
truc ? » J’ai littéralement déchiré le journal avant de le jeter. Sauf que
ce journal paraît chaque semaine à Santa Barbara et que la semaine
suivante, je suis à nouveau tombé sur cet encart : « Access : tout de la
vie vient à moi avec aisance, joie et gloire. » ARGHHHHHHH !
Bien longtemps avant d’avoir vu cet encart, j’avais conscience que
lorsque l’on résiste totalement à quelque chose, c’est que, même si on
ne le sait pas encore, il y a sûrement quelque chose qui nous
concerne à son sujet. Alors, comme tout ce que je voulais faire était
de tuer la personne qui avait mis cet encart dans le journal, je l’ai
appelée et j’ai pris rendez-vous…
Appelez cela de l’inspiration divine, appelez cela de la folie, appelez
cela se raccrocher à un canot de sauvetage juste avant que le Titanic
qu’était devenue ma vie ne plonge dans les abysses… Toujours est-il
que cet appel téléphonique m’a redonné accès à la vie et que depuis,
je n’ai plus jamais été capable de me ratatiner dans la petite boîte
dans laquelle je vivais auparavant. J’en suis tellement, tellement
reconnaissant.
J’ai fait une session avec cette jeune femme, une session d’Access
Bars™, une méthode très simple qui consiste à toucher certains
points sur la tête d’une personne. Cette session m’a donné la
première sensation de paix intérieure que j’aie ressentie en presque
trois ans. C’était également la première fois où je me suis souvenu
que je savais que tout était OK, que tout l’avait toujours été et que
tout le serait toujours… Et je n’ai plus jamais envisagé le suicide.
Un outil, une chose, un processus qui a pris à peu près une heure…
par quelqu’un que je n’avais jamais rencontré auparavant… Et cela a
changé l’énergie de toute ma vie, ainsi que ce que je savais être
possible.
C’est ce que j’espère partager avec vous dans ce livre – la conscience
intuitive qu’une énergie différente est possible pour vous aussi. Parce
que ce que vous voulez vraiment changer en fait, c’est l’énergie de
votre vie.
J’avais l’habitude de faire toutes ces choses, ces processus spirituels
en pensant : « Je veux changer ceci et cela… » Mais même si la chose
changeait, l’énergie de base restait la même et du coup, rien ne
changeait vraiment. Vous comprenez ce que je veux dire ?
VOTRE VIBRATION
Lorsque vous changez l’énergie, les situations dans votre vie
changent comme par magie. Avez-vous remarqué, par exemple,
comment les gens autour de vous semblent ralentir lorsque vous êtes
très pressé ? Avez-vous remarqué que, dès que vous décidez – quelle
qu’en soit la raison – que vous n’êtes plus pressé, les gens accélèrent à
nouveau ? C’est parce que vous avez changé votre énergie.
Êtes-vous déjà entré dans une pièce et en avez changé l’énergie sans
même le faire exprès ? Ou bien avez-vous déjà allégé l’énergie d’un
ami qui passait un mauvais moment en prenant le temps de parler
avec lui ou simplement en le serrant dans vos bras ? Qu’est-ce qui a
créé ces changements ? Est-ce ce que vous avez dit ou une technique
psychologique – ou bien est-ce votre être véritable ?
C’est votre être qui les a changés. C’est l’énergie que vous êtes,
votre vibration… l’essence de ce que vous êtes qui est en fait la totalité
de ce que vous êtes et qui existe bien au-delà de ce que vous pensez.
C’est vous, étreignant le monde entier.
J’ai découvert la chose suivante : lorsque nous choisissons de
devenir quelque chose, nous devenons simplement cette énergie. Cela
invite toutes les personnes autour de nous à faire de même – si elles
veulent bien la recevoir.
Si elles n’en ont pas envie, cela rend cette énergie accessible dans
leur monde et elles pourront y accéder lorsqu’elles se sentiront prêtes.
Cela peut prendre vingt ans, voire un million d’années. Cela n’a pas
d’importance.
Tout ce qui se passe, c’est que vous choisissez d’être quelque chose.
Le fait que vous deveniez conscient de quelque chose de nouveau et
choisissiez de l’être permet à chaque personne sur cette planète de
l’être aussi. Quand vous faites le choix d’être quelque chose de
différent, vous ouvrez l’espace à une nouvelle façon d’être qui
n’existait pas auparavant.
J’aimerais vous inviter à devenir conscient des énergies vibratoires
de l’être, l’être que vous êtes et que, jusqu’à maintenant, vous n’avez
pas voulu voir. L’énergie que vous êtes. La vibration que vous êtes. Et
c’est probablement quelque chose de totalement différent de ce que
vous avez jamais imaginé. Complètement différent.
Mais quand vous laissez simplement cela être ce que c’est, l’aisance
que vous avez toujours recherchée dans votre vie peut alors enfin
apparaître. La joie peut apparaître et les possibilités peuvent
apparaître – pas à force d’efforts ou de réflexion, mais juste parce que
vous êtes vous-même avec une telle présence que cette énergie ne
peut pas être détruite.
Êtes-vous prêt à découvrir ce que vous êtes vraiment ? Êtes-vous
prêt à exiger de vous-même de vous montrer enfin ? Êtes-vous prêt à
vous familiariser avec ce qui est réellement vrai pour vous en tant
qu’être ?
Demandez-le, tout simplement. Là, maintenant. En le faisant, vous
ouvrez la porte d’un autre monde rempli de nouvelles possibilités.
Vous n’avez pas besoin de savoir ni de comprendre comment le
faire ! C’est le boulot de l’Univers de vous montrer comment cela va
arriver. Tout ce que vous avez à faire est de demander que cela se
produise ! Ensuite, vivez simplement votre vie et allez là où l’Univers
vous envoie. Plutôt facile, non ? Je vous donnerai plus de détails sur
le « comment » plus tard…
Oh, juste une chose encore… JE SAIS QUE VOUS EN ÊTES
CAPABLE !
TROUVEZ VOTRE ÉNERGIE
J’ai reçu ce magnifique cadeau il y a dix ans, le jour où Gary
Douglas, le fondateur d’Access Consciousness™, est venu dans mon
cabinet pour une séance. À l’époque, j’utilisais des techniques
chiropratiques avec trois niveaux de soins et je venais de commencer
les classes d’Access.
Quand il est entré, Gary m’a dit : « Je sais que dans votre pratique,
il y a trois niveaux de soins. Les deux premiers ne fonctionnent pas
vraiment sur moi. Je suis désolé. Il vous faut aller directement au
troisième niveau. »
Voilà ce qui s’est passé dans ma tête : « Oh merde ! Je n’ai aucune
idée de ce que je vais pouvoir faire avec ce type. » À cette époque, je
n’avais que des clients qui demandaient le niveau 1 et 2 et je n’avais
aucune idée de la façon de m’occuper d’une personne de niveau 3.
Je suis resté assis jusqu’au moment où il m’a dit : « Demandez
simplement à mon corps ce qu’il veut. Suivez l’énergie. Vous saurez
quoi faire. » Une partie de moi s’est mise à tirer un certain nombre de
conclusions : « Quoi ? Je saurai ce qu’il faut faire ? Savez-vous qui je
suis ? Je suis le praticien le plus nul de la planète ! Je suis le plus
grand idiot que vous puissiez rencontrer ! Mon cabinet a la taille
d’une armoire. Je ne sais rien du tout ! » Et une autre partie s’est
mise en mode questionnement : « Je sais ? »
Quand j’ai commencé à travailler avec lui, j’étais dans un espace
complètement différent. Je savais quoi faire. Pas de façon cognitive,
ni d’aucune façon que j’aurais été à même de décrire à ce moment-là.
Mais mon être savait. Il y avait un savoir en moi.
La possibilité d’être dans laquelle je suis entré à ce moment-là
m’était inconnue jusque-là. Je ne savais même pas qu’elle pouvait
exister. Je suis devenu moi dans cet espace, j’avais accès à moi et à ce
que je savais. Il n’y avait aucune pensée – simplement je savais.
À un moment, alors que je travaillais sur lui, à une distance de cinq
mètres de l’autre côté de la pièce, il s’est mis à gigoter sur la table
comme un poisson hors de l’eau. Je bougeai ma main dans l’air juste
parce que je sentais que c’était la chose juste à faire. À chaque fois
que je pivotais ma main sur la droite, sa tête tournait vers la droite. À
chaque fois que je pivotais ma main sur la gauche, sa tête tournait à
gauche alors qu’il était couché sur le ventre ! Il n’avait donc aucun
moyen de me voir.
Cette première session avec lui a été la toute première session de ce
que j’appelle maintenant la « Synthèse Énergétique d’Être » (Energetic
Synthesis of Being™ ou ESB). Ce fut le début d’une façon
radicalement différente de travailler avec le corps, en utilisant
l’énergie du corps et de l’être pour supprimer les limitations – de
façon permanente dans bien des cas.
Maintenant, je voyage à travers le monde pour « faciliter » les gens
avec ce travail ESB. Les plus beaux cadeaux que je reçois sont les
lettres de remerciements, les témoignages et la reconnaissance des
personnes dont la vie a changé grâce à cela.
Sachez que nous avons TOUS la capacité de créer un monde
meilleur – pour nous-mêmes ainsi que pour les autres – simplement
en étant prêts à être qui nous sommes véritablement et à assumer
notre différence. Ce que nous avons à faire est simplement de
découvrir ce que cela veut dire pour nous et d’être prêts à le choisir.
Le monde a besoin de vous. Qu’attendez-vous ?
Que savez-vous et avez prétendu ne pas savoir (ou même nié
savoir) jusqu’à maintenant concernant qui et ce que vous êtes
réellement ? Je ne savais pas ce que je savais jusqu’à ce que je le
devienne. Que pouvez-vous devenir si vous vous autorisez tout
simplement à lâcher, à faire confiance et à être ?
TROUVER L’ÉNERGIE D’ÊTRE SOI
Si personne ne vous apprend jamais comment être, quelle prise de
conscience pouvez-vous avoir pour savoir ce qu’est Être Soi ? L’une
des choses qui peut vous aider, c’est de regarder dans votre passé
toutes les fois où vous avez choisi d’être vraiment vous. Des moments
où il n’y avait aucune pensée, aucun jugement, une paix totale et la
joie d’être tout simplement, sans aucun point de vue. Oh oui, vous
avez probablement ressenti aussi de l’enthousiasme et de nouvelles
possibilités s’offrir à vous. Voilà les moments où vous étiez VOUS.
Je vais vous donner un exemple de ma vie qui peut vous aider : une
année, je me suis porté volontaire pour participer à la course
californienne contre le sida. C’est une course à vélo de 600 miles
(environ 965 kilomètres) qui dure une semaine et qui s’étend de San
Francisco à Los Angeles.
La raison pour laquelle je me suis porté volontaire pour cet
événement totalement extraordinaire est que l’année précédente,
alors que j’effectuais ma dernière année en école de chiropractie,
j’étais volontaire également mais en tant qu’élève chiropracteur pour
prendre soin des participants de cette course. Tout l’argent récolté par
les coureurs était reversé à des organisations qui viennent en aide aux
personnes séropositives ou malades du sida. Nous faisions partie de
ceux qui aidaient les coureurs à tenir la semaine. En tant que
chiropracteurs volontaires, nous étions en première ligne, aidant les
coureurs qui avaient désespérément besoin de nos services.
Plusieurs fois durant cette semaine-là, j’ai été ému aux larmes par
le courage des coureurs que j’ai eu la chance de traiter. Il y avait des
grands-mères, des grands-pères, des frères, des sœurs, des amants, des
parents et des amis qui couraient parce qu’une personne qui comptait
pour eux était séropositive ou en train de mourir du sida.
Il y avait des séropositifs qui couraient pour dire à la maladie : « Tu
ne m’auras pas ! Tu me tueras peut-être un jour, mais pas
aujourd’hui et pas sans que je me batte ! » Le courage de ces
personnes, leur absence de jugement et la sensation de communion
que nous avons partagée m’inspirent encore à ce jour.
Cette course était l’un des seuls endroits où j’étais allé réunissant
beaucoup de monde sans que personne ne juge qui que ce soit. C’était
l’une des premières fois où je faisais l’expérience que chacun était là
pour s’entraider et encourager les autres. J’ai perçu quelque chose
d’important dans cette possibilité et je me suis dit : « Tu sais quoi, tu
dois contribuer à ça. L’an prochain, je ferai partie de cette sacrée
course ! »
Et même si je n’étais pas monté sur un vélo depuis mes 16 ans, j’ai
fait la demande de trouver un vélo et d’apprendre à en faire. J’ai
racheté un vélo à un collègue et élève chiropracteur qui était un
ancien coureur. J’ai commencé tout doucement et je me suis entraîné
durant des mois. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour rassembler les
2 500 dollars requis pour participer à la course et j’ai bénéficié de
l’aide de généreux donateurs absolument fantastiques qui m’ont
permis de poursuivre ce rêve.
Finalement, après des mois de préparation, de recherche de fonds
et d’entraînement, j’étais dans la course ! Je participais à ce challenge
aux côtés de personnes qui n’auraient jamais réussi à faire une course
de 1 000 kilomètres en temps normal, mais qui étaient là parce que
cela comptait tellement pour elles. Et comme l’année précédente,
cette course a permis à tout mon être d’avoir une prise de conscience
totalement nouvelle sur ce que nous sommes capables de faire
lorsque nous travaillons ensemble.
Pendant les longues ascensions, beaucoup pensaient : « Je ne vais
pas y arriver, je vais mourir ! » C’est pour ces personnes que je
commençais par grimper en premier la colline, puis je la descendais
en encourageant les participants qui se trouvaient de l’autre côté de la
route et je la remontais encore tout en encourageant et en hurlant :
« Coureurs, vous pouvez le faire ! Cette colline ne peut pas vous
arrêter ! Vous lui mettez votre pied où je pense ! Allez, les coureurs ! »
Ce fut l’une des premières fois de ma vie d’adulte où il m’est
clairement apparu, sans l’ombre d’un doute, que j’étais une
contribution pour d’autres personnes. Quand ces personnes ont vu
que quelqu’un se souciait suffisamment d’elles pour les encourager
(et grimper deux fois ces collines si étonnamment longues),
beaucoup d’entre elles ont eu le courage nécessaire pour continuer.
Une dame, qui apparemment s’était souvenue de mon numéro de
dossard et de mon vélo, m’a abordé pendant une pause et m’a dit que
de me voir descendre et remonter la pente tout en encourageant les
autres lui avait donné le courage de continuer ce jour-là. Elle était
presque épuisée et elle avait demandé l’aide de Dieu quand, vingt
minutes plus tard, j’étais arrivé comme un dingue en encourageant
tout le monde. À ce moment-là, elle avait ri, pleuré et trouvé le
courage de continuer. C’est à ce moment que j’ai fondu en larmes, on
s’est embrassés et j’ai réalisé le cadeau que nous pouvions être les uns
pour les autres si nous en faisions le choix. En faisant ce don, je
recevais moi aussi, simultanément, une contribution bien difficile à
partager avec des mots.
Alors j’espère que vous percevez l’énergie que je tente de
transmettre. Voilà un des exemples de ma vie qui révèle ce que veut
dire ÊTRE SOI totalement, sans aucun jugement, sans point de vue,
mais aussi avec une impression d’exubérance et de nouvelles
possibilités.
Alors que je participais à cet événement, descendant et remontant
la colline pour la deuxième fois, je ne pouvais plus nier l’énergie de ce
que signifiait « être moi ». Combien d’énergie avez-vous utilisée
contre vous pour nier l’énergie que vous étiez quand vous étiez
réellement vous ? Tout ceci, allez-vous le détruire et le décréer s’il
vous plaît, affirmer et reconnaître à quel point vous êtes
extraordinaire ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Cette semaine-là a changé toute ma vie et depuis je suis différent.
C’est l’une des raisons qui m’a donné le courage de rester en vie
quand je souhaitais vraiment mourir. Quelque part, je savais que
l’énergie et les possibilités d’ÊTRE étaient présentes. Je ne pouvais plus
complètement le nier après l’expérience de cette course contre le sida.
Je savais que c’était là. Je n’y avais simplement pas accès à ce
moment-là.
Pourquoi vous raconter cette histoire tirée de ma vie ? Pour que
vous regardiez la vôtre. Quand avez-vous été si dynamiquement,
incontestablement vous, exubérant, en paix et dans le nonjugement ?
Tout le monde n’a pas la possibilité de participer à une course
contre le sida, alors laissez-moi vous donner un autre exemple
légèrement différent. Quand j’avais 6 ans, ma mère m’a emmené
dans l’Idaho pour rendre visite à mes grands-parents, mes oncles,
mes tantes et aux autres membres de la famille. Ce qui était
magnifique à cette époque, dans cette petite ville de l’Idaho, c’est
qu’un gosse de 6 ans pouvait facilement aller tout seul au magasin du
coin.
Et c’est ce que j’ai fait ! Je me suis rendu dans ce magasin, j’ai pris
tout l’argent que j’avais reçu à mon dernier anniversaire (et que
j’avais mis de côté pour ce voyage) et j’ai tout dépensé en achetant
des petites boîtes de baume pour les lèvres pour ma grand-mère et
chacun de mes oncles et tantes auxquels j’allais rendre visite.
J’étais tellement heureux de leur offrir un petit cadeau à chacun !
Et apparemment, ils étaient heureux aussi de le recevoir. Ils souriaient
et certains ont même pleuré, surtout quand ma mère leur a expliqué,
à mon insu, que j’avais pris tout mon argent et que j’étais allé en
personne acheter ces babioles parce que je voulais leur faire un
cadeau.
Cet autre exemple m’est revenu en mémoire quand je cherchais à
savoir ce que je ressens les fois où je suis vraiment moi. Je pense à la
générosité de ce gamin de 6 ans et à sa volonté de dépenser jusqu’à
son dernier centime pour rendre les autres heureux. J’y repense
chaque fois que je me sens bizarre concernant l’argent ou chaque fois
que je me juge. D’une certaine manière, cela me rappelle que j’ai
d’autres choix disponibles.
La question importante ici est : Quels sont les autres choix que
vous pouvez faire… que vous n’avez pas faits… probablement depuis
très longtemps ? Tout ce qui vous empêche d’être tout ce que vous
pouvez vraiment être, allez-vous le détruire et le décréer totalement
maintenant ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Avoir votre réalité ne dépend ni de quelqu’un d’autre, ni des points
de vue de quelqu’un d’autre. Cela ne dépend que de vous. Vous
pouvez y accéder maintenant (si vous le demandez) !
Seriez-vous prêt à demander à ce qu’une plus grande partie de votre
vie soit comme cela maintenant ? Et tout ce qui pourrait empêcher
cela de se présenter à vous, allez-vous le détruire et le décréer
maintenant s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Parcourez votre vie maintenant, s’il vous plaît, et notez ci-dessous
les trois fois où vous SAVEZ que vous étiez vraiment vous, avec des
détails pour rafraîchir votre mémoire et votre conscience. Ce sont des
moments où vous n’aviez aucun jugement, une paix totale, la joie
d’être en vie et probablement un sentiment d’exubérance aussi.
J’espère que les exemples que je vous ai donnés vous aideront.
N’y réfléchissez pas trop. Prenez juste les trois premiers exemples
qui vous viennent à l’esprit. Et si vous en avez plus que trois,
continuez à écrire, s’il vous plaît. Prenez une autre feuille de papier si
besoin.
1.
2.
3.
Si vous utilisez les trois exemples que vous venez d’écrire, vous
aurez conscience de ce que cela veut dire « être vraiment soi ». Cela
vous donnera un objectif, quelque chose qui pourra vous rappeler
l’énergie de qui vous êtes et la possibilité de demander à l’Univers de
vous l’offrir plus souvent. Avec ces exemples, vous pourrez voir
comment vous vous sentez quand vous êtes vraiment vous. Ce
sentiment, cette énergie, c’est votre point de départ.
Durant les trois prochains jours, à chaque fois que vous y penserez,
faites remonter l’énergie d’un de ces moments où vous étiez
réellement vous et demandez : « Que faudrait-il pour que cela arrive
plus souvent à partir de maintenant ? »
Vous êtes déjà sur le chemin pour être encore plus vous ! Comment
ça devient encore mieux que cela ?
VIVEZ DE LA FAÇON DONT VOUS LE DÉSIREZ VRAIMENT : VOUS,
L’UNIVERS ET LA BULLE D’ÉNERGIE
Pour la plupart d’entre nous, il nous a été dit que pour créer
quelque chose qui se réalise, nous devions projeter notre désir « hors
de nous ». J’ai découvert que c’était le contraire qui fonctionnait. J’ai
découvert qu’il était bien plus efficace d’inviter en nous ce que nous
aimerions que notre vie soit. Voulez-vous essayer ?
S’il vous plaît, notez que ce N’EST PAS une visualisation. C’est la
création par le biais d’une requête à l’Univers. C’est une façon de
demander et de recevoir de l’Univers infiniment généreux dans lequel
nous vivons, en parlant son langage – celui de l’énergie.
Prêt pour quelque chose de différent ? Voilà comment ça
fonctionne : faites appel à l’énergie de ce que vous voudriez vraiment
avoir dans votre vie. Si vous pouviez demander et avoir absolument
n’importe quoi, qu’est-ce que ce serait ? S’il n’y avait ABSOLUMENT
AUCUNE LIMITATION dans votre monde concernant le temps,
l’argent, vos capacités créatives et génératives, que demanderiezvous ? Si vous aviez une baguette magique qui pouvait exaucer
n’importe lequel de vos vœux maintenant, que choisiriez-vous là, tout
de suite ?
Maintenant, que RESSENTIRIEZ-VOUS si vous pouviez voir toutes
ces choses apparaître dans votre vie ? N’y réfléchissez pas trop, faites
simplement la demande – peu importe ce que c’est.
Aimeriez-vous être en mesure d’avoir une jolie maison avec une
atmosphère particulière ? Je ne vous demande pas d’imaginer une
maison à quatre chambres, trois salles de bains… Non, ouvrez-vous à
la sensation de ce que ce serait pour vous d’avoir un endroit où vous
adoreriez vivre.
Aimeriez-vous pouvoir voyager ? Voudriez-vous un travail qui vous
procure beaucoup de plaisir ? Et que chaque jour, vous fassiez tout ce
que vous avez à faire avec une sensation d’excitation, de joie, de
nouveauté et de changement ? Et que cela vous permette encore plus
chaque jour d’être vous ? Serait-ce excitant pour vous ? Recherchez ce
que vous ressentiriez là aussi. Je vous donne juste quelques
possibilités, vous pouvez y ajouter toutes celles que vous désirez. Alors
recherchez cette sensation, placez cette énergie devant vous, un peu
comme une bulle d’énergie, si vous voulez.
Maintenant, quel genre de relations et/ou de sexe voudriez-vous y
mettre ? Si vous pouviez avoir absolument tout ce que vous voulez
dans ce domaine, quelle sensation cela vous procurerait-il de vous
lever avec lui/elle, de l’avoir dans votre vie, autour de vous et avec
vous ?
Quel genre de relation auriez-vous avec votre famille, vos amis et
quel genre de relation auriez-vous avec la planète et les plantes ? avec
les animaux ? avec les océans ? avec la Terre elle-même et avec cette
même terre qui est sous vos pieds ? Quel genre de plaisir pourriezvous avoir et comment ce serait ? Recherchez quel est votre ressenti à
cette idée.
Comment vous sentiriez-vous si vous aviez tout cela au quotidien ?
Mettez-le aussi dans la bulle.
Maintenant, tirez l’énergie de tout l’Univers et placez-la dans cette
bulle d’énergie de sensations. Continuez à tirer cette énergie…
Encore… Encore… Encore… Et encore plus… L’Univers est vraiment
très grand et il désire vous donner, donc… tirez encore PLUS
d’énergie ! Voilà. C’est ça !
Ce qui devrait arriver, c’est l’ouverture de votre cœur quand vous
tirez plus d’énergie pour les choses que vous désirez vraiment. C’est
un Univers vraiment grand, donc ne vous arrêtez pas là. GRAND
UNIVERS, merci.
Tirez de l’énergie dans la bulle de tous les coins de l’Univers.
Continuez à tirer, continuez à tirer et tirez encore plus d’énergie
jusqu’à ce que votre cœur s’ouvre réellement.
Quand ça arrive, restez avec cette énergie un moment… et puis
laissez des petits filets de cette énergie se diriger vers toute personne
et tout ce qui, dans cet Univers que vous ne connaissez pas encore,
vous permettrait de créer cette réalité.
Cette bulle d’énergie que vous avez créée à partir de votre ressenti
n’est, en fait, pas juste fondée sur vos sensations. Elle est basée sur
une conscience de l’énergie qui serait présente si vous aviez vraiment
ce que vous demandez. L’emploi du mot « sensation » rend
simplement cela plus facile à décrire.
Recherchez par conséquent cette « sensation » parce qu’elle vous
permettra d’opter pour l’énergie de la vie que vous souhaitez créer.
Après tout, vous l’avez choisie. Alors créons-la ! Tout ce qui empêche
cela de se produire, allez-vous le détruire et le décréer ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
Toutes les projections, attentes, séparations, tous les jugements et
rejets que vous avez sur ce que la vie est censée être qui ne permettent
pas à votre vie d’être ce qu’elle pourrait être, allez-vous les détruire et
les décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
C’est une façon d’avoir une énergie que vous pouvez suivre pour
générer la vie que vous désirez. Quand quelque chose se présente avec
cette énergie (en d’autres termes, quand votre ressenti est identique à
celui que votre bulle d’énergie vous procure), vous pouvez choisir
d’aller dans cette direction.
Par exemple, si vous devez choisir entre deux emplois et que votre
ressenti pour l’un d’entre eux ressemble plus à celui de votre bulle,
choisissez celui-là. Ou si vous devez choisir entre deux personnes
pour entamer une relation et que vous ressentez pour l’une d’entre
elles une énergie proche de l’énergie de cette bulle, choisissez celle-là.
Et ainsi de suite… avec la nourriture, les voitures, les voyages, les
habitations, les cours à suivre, les livres à acheter, etc. De cette façon,
vous saurez si une personne, une classe ou un livre contribueront à
créer la vie que vous voulez vraiment avoir avant même de perdre du
temps ou de l’argent pour ça ! Comment ça devient encore mieux que
cela ?
Maintenant, vous pouvez vous rapprocher de cette énergie de la vie,
vous pouvez vous en éloigner – mais elle peut TOUJOURS être une
conscience de ce que choisir veut dire pour vous.
Vous pouvez utiliser ceci comme un test décisif pour tous vos
choix : Ce choix ressemble-t-il à la bulle d’énergie ? Cela me
rapproche-t-il de ce que je désire ? Est-ce que ça me rapproche de
moi ? Ce choix me rapproche-t-il plus de ce que je suis vraiment ou
est-ce que ça m’en éloigne ?
Alors au moins vous saurez – vous le savez ! – et cela pourra vous
servir d’indication pour chaque choix que vous ferez à partir de
maintenant.
L’énergie de qui vous êtes, l’énergie de votre vie.
OUTIL
LÉGER = VRAI. VOUS SAVEZ, TOUT
SIMPLEMENT
Testez l’énergie des mots contenus dans ce livre. Comment les
percevez-vous ? Avec légèreté ou lourdeur ?
Maintenant, sachez que la vérité procure toujours une sensation de
légèreté ; un mensonge, une sensation de lourdeur.
Si vous vous sentez plus léger, c’est que c’est vrai pour vous – aussi
étranges que les mots puissent être. Peut-être pas vrai pour quelqu’un
d’autre ; pourtant vrai pour vous.
Je vais le redire encore une fois : si c’est vrai pour vous, vous
ressentirez toujours une sensation de légèreté. Un mensonge
provoquera toujours de la lourdeur.
Oui, je viens maintenant de dire deux fois la même chose. Mais
deux fois pourraient ne pas être encore suffisantes pour me croire.
Voyez-vous, l’une des règles tacites de cette réalité est que vous n’êtes
pas supposé juste savoir. Pourtant, c’est l’une de vos capacités
essentielles. C’est une façon de savoir ce qui est vrai – pour vous – et
ce qui est faux – pour vous. Mais parce qu’on nous enseigne que nous
ne pouvons pas simplement SAVOIR, nous passons nos vies entières à
essayer de comprendre.
Et si VOUS SAVIEZ, vous, justement ? Et s’il était bien plus simple
– et bien plus rapide – de savoir que de tenter de comprendre quoi
que ce soit ? Qu’est-ce qui est plus rapide, penser ou savoir ? Savoir,
n’est-ce pas ?
Et si ce qui était vrai pour vous vous faisait simplement vous sentir
léger ? Sinon, ce serait lourd. N’avez-vous pas voulu toute votre vie
avoir un outil simple qui vous permette d’avoir conscience de ce qui
est vrai pour vous ? Votre vie ne serait-elle pas BEAUCOUP plus
simple ? Donc je vous le dis encore une fois : la vérité vous fait vous
sentir plus léger. Un mensonge vous fait vous sentir plus lourd.
Même si ce que vous lisez ici va à l’encontre de tout ce que vous
pensiez avant d’ouvrir ce livre, si vous vous sentez plus léger, alors
c’est probablement vrai pour vous. Si vous vous sentez plus lourd,
alors c’est un mensonge. Donc si vous lisez quelque chose dans ce
livre qui vous fait vous sentir lourd, soit ce n’est pas vrai pour vous
personnellement, soit cela rentre en conflit avec une décision passée
qui, pour vous, était vraie. Si ce n’est réellement pas vrai pour vous,
N’Y CROYEZ PAS ! Vous pouvez quand même recevoir toutes les
autres parties de ce livre qui sont vraies pour vous.
Maintenant, on arrive à la partie la plus bizarre : la plupart des
grandes limitations que nous créons sont des choses que nous
pensons être vraies… et qui en fait ne le sont pas.
Disons que vous décidez que votre mère vous déteste vraiment. Ou
bien disons que vous décidez que le monde dans lequel nous vivons
manque de bienveillance et d’amour. Essayez. Ces affirmations vous
font-elles vous sentir plus léger ? Si c’est le cas, elles sont vraies. Si
vous vous sentez plus lourd, alors c’est un mensonge.
Sachez également ceci : intégrer le point de vue de quelqu’un
d’autre, même s’il est vrai pour lui, vous fera toujours vous sentir
lourd, car ce n’est pas vrai pour vous. Ce n’est pas votre point de vue,
mon cher magnifique vous.
Ce qui est vrai pour vous vous fera toujours vous sentir plus léger.
Toujours. Si c’est lourd, c’est un mensonge ou ce n’est pas votre point
de vue. Point final. Vraiment. Honnêtement.
Dans ce livre, nous allons explorer plusieurs choses que vous avez
intégrées comme étant vraies, même si elles ne l’étaient pas et bien
qu’elles ne vous soient plus utiles du tout. Seriez-vous prêt à choisir
quelque chose de totalement différent maintenant ? Comment ?
Voilà où commencer : utilisez cet outil en lisant ce livre, s’il vous
plaît ! Encore et encore et encore, posez la question : « Léger ou
lourd ? »
Même si vous pensez ne pas savoir ce que c’est, ni de quelle
sensation il s’agit. En posant cette question (qui correspond
simplement à l’utilisation d’un outil très simple mais très
performant), vous allez prendre conscience de ce que ces sensations
de légèreté et de lourdeur veulent dire.
Une femme l’a exprimé dans l’une de mes classes : « Je me
demandais si les choses étaient légères ou lourdes – et je pensais ne
rien ressentir. Puis, trois semaines plus tard, je SAVAIS. J’ai posé la
question et je SAVAIS. Et plutôt que de me quitter, cette sensation de
savoir a continué à grandir. Bien sûr, je la nie parfois (généralement
quand je veux faire un choix sachant qu’il ne m’est vraiment pas
favorable), mais cet outil a TOUT changé pour moi. Merci ! » – L. H.,
Denver, Colorado, États-Unis.
Voici une autre façon d’utiliser cet outil : si une chose est légère
pour vous quand vous l’entendez ou que vous y pensez, la choisir
créera de la légèreté dans votre vie. Si c’est lourd quand vous y pensez,
c’est en général le résultat que vous allez créer.
Disons par exemple que vous allez dans le café du coin et que vous
commandez un triple café caramel hyper-gras et sucré avec double
dose de chantilly, puis que vous entamez la conversation avec un mec
vraiment canon. Il vous propose de sortir avec lui et semble se
moquer du choix de votre café, tandis qu’il commande sa tisane
décaféinée sans sucre. Même sans savoir pourquoi, une étrange
sensation de lourdeur vous envahit dès qu’il vous pose la question.
Cette lourdeur, c’est le résultat que vous obtiendrez si vous répondez
favorablement à sa demande de sortir avec lui. Pourquoi ? Parce que
dès qu’il fait sa demande, vous percevez le futur qui se crée en disant
« oui » ou « non ». VOUS SAVEZ – voilà comment ça fonctionne.
Vous savez, même si vous ne désirez pas savoir que vous savez ces
choses. Et si vous regardez votre vie avec du recul, n’avez-vous pas
toujours su ? Ne saviez-vous pas quand quelque chose ne se passerait
pas bien pour vous ? Dans cet exemple, vous n’avez pas besoin de
sortir avec cet homme pour savoir comment ça va finir.
Quelque chose qui semble léger le sera toujours pour vous. Dans le
cas du rendez-vous ci-dessus, il se peut que le mec canon ne soit pas
seulement mignon mais aussi prompt à juger les choix de nourriture
de quelqu’un – ou peut-être juste enclin à juger en général.
Au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué, ce n’est pas
agréable de passer du temps avec des personnes qui critiquent.
Lorsqu’on vous juge, c’est toujours lourd – pour quoi que ce soit.
Voilà une bonne chose à savoir : à moins que ce ne soit des membres
de votre famille, vous pouvez choisir si vous voulez passer du temps
avec des gens qui jugent ou pas.
Une dernière chose : si vous voulez une vie agréable, faites des
choix qui vous font vous sentir léger quand vous y pensez parce que
ce sont ceux qui vous conduiront à plus de légèreté.
AU-DELÀ
DU JUGEMENT
NOTE AU LECTEUR
LES ROIS ET REINES DU
JUGEMENT
Pour quelles raisons les personnes les plus limitées gagnent-elles
toujours sur cette planète ? Pourquoi lâchons-nous toujours notre
réalité et notre conscience au profit des points de vue étriqués de la
personne qui juge le plus ? Pourquoi pensons-nous : « Oh, ils doivent
avoir raison de me juger si durement ! » ou « Oh, ils doivent avoir
raison d’être aussi méchants ! »
Qu’ils vous jugent si férocement ne leur donne pas raison, mon bel
ami. Cela veut simplement dire que ce sont les rois et les reines du
jugement.
CHAPITRE 2
JE SUIS. PAR CONSÉQUENT J’AI
TORT, N’EST-CE PAS ?
Y a-t-il quelqu’un dans votre vie qui ne vous juge absolument pas ?
Ne serait-ce qu’une seule personne. Si vous connaissez une personne
qui ne vous juge pas, avez-vous remarqué combien c’est nourrissant
et régénérant d’être en sa compagnie ? Et comment après dix minutes
en sa présence tout votre corps et tout votre être se détendent ?
Et si vous étiez cette personne ? Pour vous ?
Comment seriez-vous perçu si quelqu’un était prêt à vous accueillir
totalement, sans jugement ? Comment vous considéreriez-vous si
vous pouviez percevoir sans jugement tout ce que vous êtes ? N’est-ce
pas ce que vous avez toujours voulu toute votre vie ?
Pourtant, vous y mettez toujours des conditions. Vous dites : « Je
peux avoir ça si… je suis parfait », « Je peux avoir ça si… ça
correspond à ce que tout le monde sait et à ce que tout le monde me
dit être possible dans ma réalité », « Je peux avoir ça si… je me
débarrasse enfin de tout ce qui cloche en moi » ou « Je peux avoir ça
si… je peux finalement rendre mes parents (ou l’être cher) heureux ».
Et si au lieu de ça, vous disiez : « OK, j’exige et je choisis d’arrêter
de me juger – et je décide d’accéder à ce que ça pourrait être de
percevoir, savoir, être et recevoir tout ce que je suis sans jugement,
que je sois parfait ou non. »
Tout ce qui ne permet pas à cela de se produire, « fois un
dieulliard* », allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right
and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Et si c’était une possibilité ? Pourriez-vous envisager d’être tout cela
et encore plus dans votre vie ? Même si personne ne vous a jamais
appris comment ? Pour moi, c’est un aspect essentiel pour être soi :
percevoir, savoir, être et recevoir tout ce que vous êtes sans jugement.
L’une des choses qui m’attriste le plus dans le monde, c’est que
non seulement on ne nous apprend pas comment faire cela, mais
surtout, personne ne nous enseigne la valeur d’être soi. Dans cette
réalité, on nous apprend à rentrer dans des cases. On nous apprend à
juger. On nous apprend à nous séparer des autres et à nous donner
tort. On nous apprend à gagner et à ne pas perdre et à faire ce qui est
supposé être bon. Mais on ne nous apprend jamais à être. On nous
apprend à penser, à passer des tests, à conduire, à lire, à faire des
maths. Mais on ne nous apprend jamais à être.
Quand je parle de cette idée d’être, ce n’est pas quelque chose que
l’on apprend. Mais c’est quelque chose que vous pouvez choisir souvent, cela nous demande de désapprendre beaucoup de choses. Et
si être était quelque chose de totalement différent de ce que vous
pensiez ? Et s’il n’y avait rien qui clochait en vous ?
Avez-vous déjà remarqué combien il est régénérant et nourrissant
de passer du temps avec de petits enfants ? Savez-vous pourquoi ?
Parce qu’ils ne vous jugent pas. Ils n’ont aucun point de vue sur vous.
À leurs côtés, vous vous permettez d’être vous-même, sans aucun
jugement.
Les enfants n’ont pas le point de vue que vous devriez être différent
de ce que vous êtes dans l’instant. Il n’y a rien qui cloche en vous à
leurs yeux. Combien de temps avez-vous passé dans votre vie à
considérer que vous êtes nul et qu’il y a quelque chose qui ne va pas
en vous ?
OK, voici quelque chose que je sais : il n’y a rien qui cloche en
vous. Vous n’êtes pas une nullité ambulante. Vous êtes l’une des
choses les plus justes que l’Univers ait jamais vue.
Nous avons appris à créer nos vies au travers de nos jugements, mis
à part quelques rares moments privilégiés. Vous fonctionnez à partir
de jugements 99,9999999999 % de votre vie. Ce qui est marrant,
c’est qu’en lisant la phrase ci-dessus, vous vous dites : « Oh, mon
Dieu ! Je suis tellement nul ! J’ai tellement tort de faire ça ! » Ça,
mon bel ami, c’est un jugement. De vous-même. À nouveau.
Et s’il n’y avait rien qui cloche en vous, rien à défaire, où
commenceriez-vous ? Que choisiriez-vous ?
La majorité d’entre nous essaie de défaire ce que nous considérons
comme n’allant pas chez nous, avant même de commencer quoi que
ce soit. Nous savons qu’il doit y avoir un problème inhérent et
majeur à l’intérieur de nous, parce que nous le ressentons jusque
dans notre moelle. C’est vraiment la seule chose dont nous soyons
sûrs nous concernant.
Nous pensons : « Si seulement je rencontrais la bonne personne »
ou « Si seulement j’avais assez d’argent » ou « Si seulement j’avais les
enfants les plus mignons de la planète, alors je ne me sentirais plus
nul ».
Mais lorsque vous obtenez ces choses, vous continuez à sentir que
quelque chose ne va pas. Vous savez pourquoi ? Parce que l’idée
même que quelque chose cloche en vous est un mensonge. Et vous ne
pouvez pas changer un mensonge et en faire une vérité. Vous pouvez
seulement reconnaître que c’est un mensonge et cesser de l’adopter
comme étant vrai !
Prenons un moment pour examiner ce qui est censé avoir de la
valeur dans cette réalité… Une des choses qui semble avoir de la
valeur dans cette réalité, c’est le jugement – comme si c’était de la
conscience ou comme si c’était un moyen de créer quelque chose.
Mais chaque fois que vous jugez, vous vous séparez de la personne ou
de la chose que vous jugez et pour pouvoir faire cela, vous devez vous
séparer de vous-même.
Tout ce que vous avez créé et institué pour vous séparer de vousmême en adoptant le mensonge selon lequel le jugement serait vrai et
réel, allez-vous détruire et décréer tout ceci, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
EST-CE QUE VOTRE VIE A QUELQUE CHOSE À VOIR AVEC VOUS ?
Un jour, j’ai rencontré un homme lors d’une classe que j’animais à
Montréal. Il avait vendu son entreprise dix ans auparavant et avait
gagné plus d’argent que n’importe qui pourrait l’espérer. Il était
tranquille pour la vie. Il avait les voitures, il avait les maisons, il avait
les femmes, il avait le chéquier, et tout ce à quoi il pensait était :
« C’est tout ce qu’il y a ? »
Cette réalité vous dit que si vous avez assez d’argent, si vous avez ce
type de voitures, ce genre de maisons, ce style de relations, alors vous
serez heureux et comblé. Posez-vous la question : est-ce vrai pour
moi ?
Peu importe ce que vous utilisez comme modèle de réussite dans
cette réalité, quand vous l’obtiendrez, ce ne sera jamais assez.
Pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas inclus dans cette équation.
Les gens avec lesquels je travaille me disent : « Je suis dans cette
relation, mais ça n’a rien à voir avec moi. » Je leur demande : « Et
quel élément du reste de votre vie a à voir avec vous ? » Et ils
réalisent : « Oh, mon Dieu. Absolument aucun. »
La plupart des gens qui vivent une vie normale, moyenne et
ordinaire ne comprennent pas ça. Bien sûr, cela va à l’encontre de
tout ce que nous avons appris sur l’importance de valider les points
de vue des autres et de défendre cette réalité à tout prix.
Quand je regarde autour de moi, je vois la majorité des gens essayer
de prouver que ce qu’ils ont choisi est le bon choix – le type de « bons
choix » qu’ils ont décidé qu’il fallait faire, tout en ressentant dans
leur propre univers qu’il y a quelque chose qui cloche. En d’autres
termes, ils essaient désespérément d’avoir « tout bon », tout en
ressentant qu’ils ont véritablement tout faux. C’est en fin de compte
ce point de vue qui régit leur vie. Ils ne savent même pas pourquoi ils
ont tort. Ils savent simplement qu’ils ont tort. Ils sont persuadués
qu’il y a quelque chose qui ne va pas en eux.
Quelle que soit la raison ou la justification, cela les empêche de se
voir tels qu’ils sont. Cela les empêche d’avoir ce qu’ils aimeraient
vraiment créer et générer dans leur vie. Cela les empêche d’être
véritablement en paix et heureux. Est-ce le cas pour vous aussi ? Les
choses n’ont pas besoin d’être ainsi.
L’une des raisons majeures qui m’a fait envisager le suicide il y a
onze ans, c’est que je ne supportais plus cette permanente et
envahissante sensation que quelque chose n’allait pas chez moi et que
j’étais incapable de changer. Je suis – avec les milliers de personnes
avec lesquelles j’ai travaillé ces onze dernières années – la preuve
vivante que ce n’est pas une fatalité. Ça peut changer ! C’est pour
cela que j’ai écrit ce livre – pour que vous sachiez que le niveau de
changement que vous demandez existe bel et bien.
Donc si cela fait un moment que vous vous percevez comme étant
nul ou si cela fait un moment que vous croyez que vous ne pouvez
pas changer ce que vous désirez désespérément changer, reconnaissez
simplement que c’est là où vous en êtes maintenant dans votre vie.
Cette volonté de ressentir votre vulnérabilité peut changer toute votre
vie.
Ensuite, demandez : Quoi d’autre est possible ? (Avez-vous
remarqué que cela aussi est une question ?)
« M. DEMILLE, JE SUIS PRÊT POUR MON GROS PLAN** ! »
Combien de fois avez-vous eu l’impression de jouer un rôle dans
votre vie ? « Pourquoi est-ce que je joue ce rôle ? Je n’en ai même pas
envie ! Où est mon choix dans cette situation ? »
À un moment donné dans votre vie, vous avez décidé quel rôle vous
vouliez jouer et vous avez choisi un personnage, un costume et les
circonstances de ce rôle. Pourquoi ? Simplement parce que vous l’avez
fait.
D’une certaine façon, c’est comme si vous viviez la vie de
quelqu’un d’autre ou le point de vue de quelqu’un d’autre et
pourtant, vous continuez à jouer ce rôle encore et encore, comme si
c’était la somme totale de qui vous êtes et que vous n’aviez pas
d’autre choix.
Certaines femmes choisissent de jouer le rôle principal. Elles ont le
rôle principal quoi qu’elles fassent et où qu’elles aillent. Elles entrent
dans une pièce et tout le monde se retourne en pensant : « Ah, voilà
l’actrice principale. »
Comment ça se fait ? Pourquoi et comment le savons-nous tous ?
Parce que c’est le rôle qu’elles ont choisi. Même si le personnage
qu’elles jouent est différent en fonction de chaque situation, cela
reste le rôle principal.
Votre rôle pourrait être : « Je suis le plus émotif » ou « Je suis le
plus riche » ou « Je suis la personne la plus attirante sexuellement »
ou « Je suis une pauvre victime » ou encore quelque chose de
complètement différent. Il n’y a que vous qui sachiez.
Par exemple, certaines personnes décident : « Mon rôle est d’être
un ramasseur d’ordures et un tas de détritus. Comment vais-je jouer
à cela avec ma famille ? Oh oui, je vais choisir une famille où tout le
monde est riche et je vais m’arranger pour être incapable de faire de
l’argent, comme ça je me sentirai comme un tas de détritus la plupart
du temps. Comment vais-je faire cela dans mon couple ? Je vais
choisir quelqu’un qui ne m’aime pas et qui me le rappelle tout le
temps ! Comment vais-je jouer à cela au travail ? Je sais ! Je vais aller
travailler chez McDonald’s et je vais rester là jusqu’à la fin de mes
jours. »
Lorsqu’ils jouent leur rôle, la plupart des gens donnent
l’impression de parler à partir de cassettes préenregistrées. Voici la
bande préenregistrée numéro 27 :
« Comment allez-vous aujourd’hui ?
– Je suis allé voir un film formidable. C’était génial.
– Que pensez-vous de Barack Obama ? Est-ce que ça peut vraiment
générer un changement ?
– Je ne pense pas.
– Et John McCain ?
– Je ne sais pas ce qu’il peut donner non plus. C’est peut-être juste
un autre politicien. C’est un républicain apparemment. »
Il y a les épouses Stepford, les enfants Stepford et les hommes
Stepford. Ils jouent les bandes préenregistrées numéro 27,
numéro 432 et numéro 37. Oh, et vous répondez avec la bande
numéro 30 et 31. Et la 31a. Comme vous avez répondu avec la bande
numéro 36, je répondrai avec la bande 36a.
Voilà comment la plupart des gens communiquent entre eux. Ils ne
sont pas présents. Tout ce qu’ils font, c’est de passer d’une bande à
une autre, comme s’ils étaient pris dans un tourbillon de vide.
Est-ce que cela marche vraiment pour vous ? Ou bien avez-vous
l’impression que votre vie entière est un mensonge quand vous
entendez pour la énième fois la bande numéro 31 s’enclencher à
nouveau ?
Je crois que nous ressentons tous cela d’une certaine façon. Pour
certains d’entre nous, cette sensation s’étend à l’ensemble de notre
vie. Pour d’autres, cela ne concerne que 90 % de leur vie. Les gens
vraiment heureux ne le ressentent que dans 85 % de leur vie.
Mais combien d’entre nous disent : « Tu sais quoi, ma vie n’a rien
à voir avec moi »?
Au lieu de cela, dans la majorité des cas, nous continuons à dire :
« Non. Il faut que j’aie tout bon. Il faut que j’aie tout juste. Laissezmoi juste contrôler cette partie. Il faut que j’aie tout bon. Laissez-moi
juste contrôler cela. Il faut que j’aie tout bon. Laissez-moi juste
contrôler cela. J’ai juste besoin de changer ce petit truc et j’aurai tout
bon… » plutôt que de dire : « Tu sais quoi ? J’ai tellement
l’impression d’avoir tout faux que je ne veux pas que quiconque le
sache, y compris moi-même. »
C’est ce que vous devez vraiment comprendre : cela vous semble
souvent plus réel de vous éliminer de l’équation de votre propre vie,
plutôt que d’y être présent.
Et si ce que vous désiriez comme votre vie était si présent et
conscient à l’intérieur de vous que personne n’aurait la capacité de
vous l’enlever – parce que vous ne valideriez aucune autre réalité que
la vôtre et que vous seriez totalement conscient de votre réalité. Cela
vous rendrait inébranlable dans votre exigence à la créer.
Tout ce qui ne permet pas à cela de se manifester maintenant,
allez-vous le détruire et le décréer s’il vous plaît ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Ce serait bizarre, non ? Seriez-vous prêt à avoir plus de tout cela
dans votre vie ?
Et si tout ce qui ne fonctionne pas dans votre vie était simplement
lié au fait que vous avez choisi de jouer des rôles qui ne marchent pas
pour vous ?
ET SI VOUS POUVIEZ CHOISIR LE RÔLE QUE VOUS VOULEZ JOUER ?
Seriez-vous prêt à essayer quelque chose de différent ? Je ne vous
demande pas d’abandonner ni de jeter vos rôles, vos personnages et
vos costumes. Je vous demande d’en être conscient. Et d’être
conscient quand vous les choisissez.
Et si au lieu de croire que vous et vos rôles ne faites qu’un, vous
choisissiez les rôles qui marchent pour vous ? Et si cela générait une
vie plus vraie et plus réelle pour vous ?
C’est parfaitement OK de jouer un rôle quand c’est nécessaire. Ce
serait irréaliste de penser pouvoir tous les abandonner. Et pourquoi le
feriez-vous ? Il y a des rôles que vous devez jouer pour remplir vos
obligations.
Sachez simplement quand vous jouez un rôle et choisissez de jouer
le rôle quand c’est nécessaire. De cette façon, vous possédez le rôle et
non l’inverse. Vous pouvez l’utiliser pour améliorer votre vie au lieu
de le laisser mettre votre vie en pilote automatique.
Voici quelques questions que vous pouvez utiliser pour vous donner
des options et des possibilités différentes la prochaine fois que vous
aurez un choix à faire :
1. « Est-ce que je joue un rôle dans cette situation ? Si j’étais
vraiment moi dans cette situation, qu’est-ce que je choisirais ? » Et
tout ce qui ne permet pas que cela se produise, allez-vous le détruire
et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
2. « Qu’est-ce que je pourrais choisir d’autre si je faisais le choix de
ne pas jouer ce rôle-là, maintenant ? » Tout ce qui ne permet pas à
cela de se produire, allez-vous le détruire maintenant, s’il vous plaît ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™.
3. « Si mes options étaient bien plus vastes que tout ce que j’ai
considéré dans le passé, qu’est-ce que je choisirais ? » Tout ce qui ne
permet pas à cela de se produire, allez-vous le détruire maintenant,
s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
4. « Si je pouvais totalement choisir ce que je voulais, qu’est-ce que
je choisirais ? » Tout ce qui ne permet pas à cela de se produire, allezvous le détruire maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
5. « Si j’avais une baguette magique et que je pouvais créer ce que je
voulais, comment est-ce que j’aimerais que ça se produise ? » Et puis
UTILISEZ VOTRE BAGUETTE MAGIQUE ! POC et PODez (POC et
POD est juste la version courte de la formule Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™) tout ce
qui ne permet pas que cela apparaisse de cette façon. Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
À TOUS CEUX QUI ONT L’IMPRESSION DE NE PAS APPARTENIR À
CETTE PLANÈTE
Cette partie peut vous sembler étrange. Vous pouvez la sauter si
vous le souhaitez. Avant de le faire, vérifiez d’abord si c’est léger pour
vous…
Voyez-vous, il semble qu’il y ait sur cette planète deux types de
personnes très différents, comme deux espèces différentes. Nous leur
avons donné affectueusement un nom différent à chacun, mais
commençons avec l’idée qu’il y a des gens de type bovin et des gens
de type chevalin, OK ?
Les gens de type bovin sont ceux qui ont toujours raison. Vous
savez comment sont les bovins : ils sont prêts à rester dans leur pré et
à ruminer leur herbe en attendant de finir en viande hachée. Cela ne
semble pas les déranger. Ils n’ont jamais vraiment envie de bouger
vite. Ils ne veulent pas changer quoi que ce soit et sont parfaitement
heureux assis dans leur coin, sans vraiment bouger, à ne rien faire…
et surtout à ne rien changer.
Maintenant, le truc avec les gens bovins, c’est qu’ils pensent qu’ils
ont toujours raison. Ils ont toujours raison et vous avez toujours tort.
Ils ne se posent aucune question. Ils n’ont pas besoin de se poser de
questions puisqu’ils pensent qu’ils ont toujours raison. Ils
consument la planète à grande vitesse, sans se poser de questions,
concentrés sur comment prendre leur part du gâteau avant qu’il n’y
ait plus rien et avant que d’autres ne la prennent avant eux.
Voici ce qu’une personne du type bovin pourrait dire : « Tu sais
quoi, il faut que tu arrêtes ces idioties ! Pourquoi est-ce que tu perds
ton temps avec ces idioties et à chercher je ne sais quoi ? Tu ne peux
pas laisser tomber tout cela ? Tu ne peux pas être simplement
heureux affalé sur ton canapé à zapper avec la télécommande en
buvant des bières ? Oh, et d’ailleurs, le réchauffement climatique,
cela n’existe pas vraiment. » Voilà le point de vue d’une personne de
type bovin.
Les autres personnes – de type chevalin – passent leur temps à se
demander : « Quelles sont les autres possibilités ? »
Vous savez à quel point les chevaux aiment galoper et sauter et
jouer et forniquer et manger et galoper et sauter et forniquer et
galoper et sauter et jouer et forniquer et manger avant de se dire :
« Que pourrais-je faire d’autre ? Je me demande si je peux sauter audessus de cela ? Oh, mon Dieu, je l’ai fait ! Tu as vu ? Allez, viens voir
et saute au-dessus de ce truc ! C’est tellement amusant ! Où est-ce
que l’on pourrait sauter encore ? Où est-ce que l’on pourrait aller ?
Quoi d’autre est possible ? » Voilà le point de vue d’une personne de
type chevalin.
Si vous êtes du genre à avoir passé toute votre vie à chercher
quelque chose de différent, vous êtes une personne de type chevalin.
Je vous appellerai un humanoïde.
Personne de type chevalin = humanoïde. Personne de type bovin =
humain. Peu importe à quelle catégorie vous appartenez. Mais étant
donné que vous n’avez pas encore jeté ce livre par la fenêtre, je
suppose que vous êtes un humanoïde.
Sachez ceci : cela n’empêchera pas que je puisse continuer à vous
irriter énormément. Énormément !
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE AUSSI DIFFÉRENT QUE VOUS L’ÊTES
VRAIMENT ?
La plupart des humanoïdes passent leur vie entière à se juger en se
demandant pourquoi ils sont incapables de s’intégrer, pourquoi la
perspective de faire le même travail pendant vingt ans, pour ensuite
prendre sa retraite, recevoir une montre en plastique en cadeau et
mourir ne les rend pas heureux.
Si vous vous êtes déjà demandé « Pourquoi est-ce que cela ne
marche pas pour moi alors que ça marche pour tous les autres ? »,
vous êtes un humanoïde.
Ce que vous devez comprendre, c’est que les humains ne
souhaitent pas changer. Ils n’en auront le désir que lorsque les
humanoïdes (vous) comprendront qu’être différent est en fait très
précieux. Ce n’est qu’à ce moment-là que les humains choisiront une
autre possibilité, car ils veulent être comme tout le monde. C’est le
point de vue à partir duquel ils fonctionnent.
Pour le moment, les « autres » passent leur temps à juger, sont
méchants, durs, se sentent séparés les uns des autres et consomment
à tout va. C’est comme cela que la majorité de la planète fonctionne.
Devinez quoi… Rien ne changera tant que vous ne deviendrez pas
la différence que vous êtes – le non-jugement, la gentillesse, la
sollicitude, la joie, la paix, la connexion et la conscience d’une
possibilité différente – car tant que vous ne le ferez pas, les humains
ne seront pas motivés à changer.
Je ne dis pas que les humanoïdes sont mieux ou que les humains
sont mauvais ou inférieurs. Je dis simplement qu’ils sont différents.
Vous êtes différent.
Combien de fois avez-vous eu l’impression de ne pas être à votre
place ? Pourquoi croyez-vous que cela vous arrive ? C’est parce que
appartennez à un type de personnes différent – peut-être même une
espèce différente. Vous ne vous adaptez pas au statu quo et quand
vous essayez, ça vous fait résister et réagir à fond car vous détestez
entrer dans le moule, même si vous essayez de vous convaincre que
c’est ce que vous voulez. N’ai-je pas raison ?
Stop ! En lisant ces lignes, certains d’entre vous ont commencé à se
sentir mal à l’aise. Certains d’entre vous sont en train de penser : « Il
juge les humains. Il juge les gens avec qui j’ai grandi et qui vivent
encore dans la même ville, dans la même rue et qui font le même
travail depuis qu’ils ont quitté le lycée. »
C’est la chose que vous ne faites pas : juger un autre… Bien sûr,
vous n’avez aucun problème à vous juger vous-même. Vous n’avez
pas de problème non plus à laisser ces gens que vous ne voulez pas
juger vous juger. Vous le faites constamment, jour après jour. Mais
vous vous abstenez de juger les autres… car ce ne serait pas gentil.
Et si toute cette conversation n’avait rien à voir avec le fait de juger
les humains ? Et si l’objectif de cette conversation était de vous
amener à arrêter de vous juger pour votre différence ? Et si l’objectif
de cette conversation était de reconnaître qu’il y a des différences
dans la façon dont chacun choisit de fonctionner ? Voilà l’objectif de
cette conversation.
Et si vous pouviez simplement reconnaître : « C’est OK d’être moi.
Je suis juste différent. Et alors ? »
FAISONS UN TEST : ÊTES-VOUS RÉELLEMENT BOURRÉ DE
JUGEMENTS ?
Combien de fois au cours de votre vie – ou depuis que vous avez
commencé à lire ce livre – avez-vous eu la sournoise impression que
vous étiez BOURRÉ de jugements, que vous étiez une mauvaise
personne – qui juge sans arrêt ?
Laissez-moi vous dire quelque chose (et imprimez cela bien
profondément dans votre cerveau) : si vous avez pensé ne serait-ce
qu’une fois que vous êtes plein de jugements, c’est que ce n’est pas le
cas. Une personne bourrée de jugements ne pense jamais qu’elle
juge – elle sait qu’elle a raison.
Donc tout ce qui vous fait croire au mensonge selon lequel vous
êtes bourré de jugements alors que la seule personne que vous ayez
jamais jugée c’est vous, allez-vous le détruire et le décréer, et
commencer à arrêter de vous juger ? S’il vous plaît ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys, and Beyonds™.
Merci.
Imaginons que vous passiez à côté de quelqu’un qui juge son corps.
Vous regardez cette personne et percevez tous les jugements qu’elle
inflige à son corps et tous les jugements qu’elle a sur elle-même. Vous
pensez que ces jugements viennent de vous car vous pouvez les
percevoir. En général, voilà ce que vous pensez : « Oh, qu’est-ce que
je juge le corps des autres ! Je n’arrive pas à croire que je puisse juger
le corps de quelqu’un à ce point-là ! »
Êtes-vous réellement en train de juger leur corps ou bien avez-vous
conscience des jugements qu’ils portent sur leur corps et de ce
qu’autres personnes projettent dessus ? Cela veut-il dire que vous êtes
bourré de jugements ou bien cela veut-il dire que vous êtes en fait très
conscient ? Préparez-vous à pratiquer le laisser-être.
Vous est-il déjà arrivé de passer à côté d’une personne obèse et de
juger la taille de son corps ? Vous êtes-vous ensuite jugé pour avoir
porté ces jugements ?
Voici une autre chose à laquelle vous ne pensez jamais : vous est-il
déjà arrivé de voir une personne que vous trouviez vraiment sexy et
avec laquelle vous aimeriez passer du temps ? Bien sûr, n’est-ce pas ?
Vous êtes-vous déjà demandé : « Est-ce mon point de vue ? Ou bien
suis-je en train de capter ce qu’elle souhaite que je (et le reste du
monde) pense d’elle ? »
Essayez. Vous serez surpris de voir que beaucoup de personnes
projettent ce qu’elles aimeraient que vous pensiez d’elles et de leur
corps.
Une femme m’a dit : « Je me suis toujours demandé comment il
était possible de juger autant alors que j’aime vraiment les gens. Ce
n’est qu’à partir du moment où j’ai commencé à poser ce genre de
questions que j’ai réalisé que, bien loin d’être prompte à juger, je suis
simplement vraiment très consciente. »
Mais cela n’est probablement pas vrai pour vous. Vous êtes
sûrement aussi bourré de jugements que vous le pensez. (Est-ce que
cette affirmation vous fait sentir plus lourd ou plus léger ?
Commencez-vous à comprendre comment fonctionne le
léger/lourd ?)
Donc pouvez-vous laisser tomber cette idée que vous êtes bourré de
jugements alors qu’en fait vous pouvez percevoir les limitations à
partir desquelles les autres fonctionnent, chose que d’ailleurs vous
avez toujours su faire ?
Lorsque vous regardez autour de vous et que vous pensez : « Cette
personne se comporte vraiment de façon méprisante. Celle-ci est
égoïste. Cette personne n’est pas gentille envers les autres » et que
vous vous dites : « Oh, mon Dieu ! Je suis en train de juger ! », eh
bien non : il est très probable que vous ne soyez PAS en train de juger.
Il est très probable que vous soyez en fait conscient de la façon dont
ces personnes choisissent de fonctionner dans la vie.
Les gens me demandent : « Et si c’était quelque chose que j’avais
simplement envie d’entendre ? Et si c’était grâce à cela que je me
sentais plus léger ? » Laissez-moi vous donner un autre exemple.
Il y a quelques années, la mère de mon ami Gary était à l’hôpital, à
l’article de la mort. Un jour, alors qu’il déjeunait, il a eu une étrange
sensation et il a pensé que c’était peut-être parce que sa mère venait
juste de mourir. Il a regardé sa montre qui indiquait 13 h 40.
Lorsqu’il a demandé intérieurement si elle était bel et bien morte, il
s’est senti plus léger sur le « oui ». Sa sœur l’a appelé quelques heures
plus tard pour lui dire que sa mère était morte à 13 h 40 –
exactement l’heure à laquelle il avait eu cette sensation étrange
durant son repas. Même si c’était quelque chose qu’il n’avait pas
forcément envie d’entendre, il s’est senti plus léger lorsqu’il a
demandé si sa mère était morte.
C’est le niveau de conscience auquel vous pouvez accéder quand
vous allez au-delà du jugement. Comme Gary n’avait aucun jugement
quant au fait que c’était bien ou mal que sa mère décède, il n’y avait
aucune charge et il pouvait prendre conscience de ce qui s’était passé
avec une sensation d’aisance.
AVOIR TORT : LA NOUVELLE FAÇON D’AVOIR RAISON ?
Un des plus grands cadeaux que vous puissiez vous faire est de
vouloir avoir tort – sans avoir à vous juger pour cela. Cela vous
permet de cesser de tenter de prouver – en vain – que vous êtes parfait
en ayant raison tout le temps.
Essayons quelque chose pendant un moment. C’est un outil que
j’ai appris de mon ami Gary. Dites à haute voix dix fois :
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Tu as raison. J’ai tort.
Vous sentez-vous plus léger ou plus lourd ? Lorsque je leur
demande de faire cet exercice, 99 % des gens se sentent plus légers.
Pourquoi ? Parce que ça fait du bien d’être capable de vouloir avoir
tort et de ne pas avoir à toujours prouver que l’on a raison.
Une femme qui pratiquait Access Consciousness™ depuis un
certain temps devait rendre visite à sa mère. La routine habituelle
entre les deux était que la maman passait son temps à exprimer à sa
fille ses jugements constants et incessants sur tout ce que cette
dernière ne faisait pas bien (comme aller à l’église, se marier, avoir
des enfants, ce genre de choses). Donc cette jeune femme a appelé
Gary pour lui demander ce qu’elle pouvait faire. Gary lui a dit : « Dislui “tu as raison maman, j’ai tort”. Trois fois. »
La jeune femme lui a répondu qu’elle ne pouvait pas dire cela car
elle n’avait rien fait de mal. Gary lui a dit : « Je sais que tu n’as rien
fait de mal. Dis simplement cette phrase et vois ce qu’il se passe. »
Et c’est ce que la jeune femme a fait. Elle a rappelé Gary,
complètement ravie. Elle avait suivi ses instructions à la lettre. Et
après avoir dit la phrase trois fois, sa mère l’a attirée vers elle et lui a
dit : « Mais non, ma chérie, tu n’as pas tort. Tu te trompes, tout
simplement. »
La jeune femme a dit à Gary que non seulement c’était la première
fois en dix ans qu’elle avait passé une semaine agréable dans sa
famille, mais qu’en plus, sa mère lui avait remis un chèque de
5 000 dollars quand elle est partie ! Voilà le pouvoir qui réside dans la
volonté d’avoir tort.
Vous pouvez utiliser cet outil phénoménal pour changer vos
relations. Quand vous savez que vous avez fait ou dit quelque chose
qui a contrarié quelqu’un qui vous est cher, vous pouvez dire : « Tu as
raison, j’ai tort. Que puis-je faire pour réparer ça ? » Si vous le dites
avec vulnérabilité, présence et totale sincérité, cet acte peut être le
catalyseur d’une possibilité totalement différente dans votre relation.
Cela peut réparer tous les torts perçus, des deux côtés.
La plupart du temps, la seule raison qui pousse les gens à
changer quoi que ce soit est la croyance que leur choix actuel est le
mauvais. Puisqu’ils sont déjà convaincus d’avoir tort, ils sont très
occupés à prouver qu’ils n’ont pas tort. Donc ils ne peuvent rien
changer parce que s’ils changeaient quelque chose, cela prouverait
que ce qu’ils avaient choisi dans le passé était le mauvais choix. Mais
ils ne sont pas prêts à avoir tort et à avoir fait un mauvais choix,
même s’ils ont le sentiment d’avoir tout faux à chaque instant de leur
vie. Cela ne vous semble-t-il pas délirant, à vous aussi ?
Dans l’Univers, il n’y a pas de « juste » ou de « faux ». Il y a juste
un flux constant de « donner » et de « recevoir ». Ce n’est pas le cas
de cette réalité. Cette réalité essaie de vous faire juger tout ce qui est
génial en vous comme étant faux pour que vous puissiez vous intégrer
et ne pas être plus grand que la « normale ». Et s’il y avait un trésor
enfoui derrière chaque tort que vous essayez de cacher ? Et si tout
ce que vous croyez être faux, nul, mauvais chez vous ne l’était pas ?
Et si ce qui était différent chez vous était en fait une force et un
talent que vous avez qui ne sont pas communs dans cette réalité et
que personne n’a jamais été capable de vous montrer ?
Allez-vous exigez de vous-même que vous montriez tout ce qui est
vrai pour vous, même si c’est différent de ce qui semble être vrai pour
tous les autres ? Peu importe à quoi cela ressemble ? Quoi qu’il en
coûte ? Vous êtes le seul à pouvoir le faire.
C’est bizarre d’être différent. Et si c’était marrant ? Et si ce
n’était pas un tort, mais simplement une différence ? Et si la Terre
vous avait laissé venir ici justement à cause de cette différence ? Et si
la Terre vous avait fait venir ici à cause de cette différence ? Et si vous
vous étiez fait venir ici à cause de cette différence ? Et si vous aviez
tout juste et tout faux tout en même temps ? Et si tout ce que vous
pensiez être nul en vous était en fait l’espace et la possibilité que vous
êtes prêt à être, qui n’existe qu’au-delà de cette réalité ? Et si vous
étiez la gentillesse, la sollicitude, la douceur, l’amabilité, la joie et la
conscience de quelque chose de différent, quelque chose de différent
que vous êtes que personne d’autre n’a jamais été ? Et si vous aviez
décidé que cela ne pouvait pas être, que cela ne pouvait pas exister,
que cela n’avait pas d’importance et que la seule chose importante
était cette réalité, cette réalité limitée ? Et si vous pouviez commencer
à être maintenant d’une façon complètement différente ? En étant
vous.
Tout ce qui ne permet pas à cela d’apparaître, allez-vous détruire et
décréer tout cela maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Tous les changements que vous avez évité de choisir parce que cela
aurait prouvé d’une certaine façon que vous aviez fait de mauvais
choix par le passé, allez-vous détruire et décréer tout cela s’il vous
plaît et permettre à ces changements de se faire maintenant avec
aisance ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
* Formulation créée par Gary Douglas, fondateur d’Access Consciousness™, qui permet de multiplier à
l’infini l’impact de votre choix et question.
** Cecil B. DeMille est un célèbre réalisateur et producteur américain, mort en 1959 à Los Angeles.
NOTE AU LECTEUR
COMMENT SAVEZ-VOUS ?
Comment savez-vous si vous êtes en train de juger ou bien si vous
êtes simplement conscient ? C’est une question à un million de
dollars, non ?
Examinez ces phrases :
− C’est un homme très attirant. Ce pourrait être un jugement, n’estce pas ? Ou bien une prise de conscience.
− Cette femme est méchante. Cela aussi ça pourrait être un jugement
ou bien une prise de conscience.
Donc quelle est la différence ? De quoi s’agit-il ?
La plupart des gens pensent que si ce qu’ils perçoivent est négatif,
alors c’est un jugement. Ils pensent que si ce qu’ils perçoivent est
positif, alors ce n’est pas un jugement. En fait, la différence entre un
jugement et une prise de conscience est la charge énergétique que ce
sujet a pour vous – la vibration de votre point de vue.
C’est la charge énergétique du jugement qui vous maintient coincé
dans la polarité du juste et du faux, dans la conclusion et l’incapacité
à poser des questions pour faire évoluer la situation. Si c’est une
prise de conscience, il n’y a pas de charge énergétique ! Vous êtes
prêt à changer votre point de vue à tout instant sans ressentir le
besoin de le défendre, de vous y accrocher ou de l’expliquer d’aucune
façon. C’est juste quelque chose dont vous êtes conscient à un
moment donné.
Comment cela devient-il encore plus léger que cela ?
OUTIL
À QUI ÇA APPARTIENT ?
Combien de fois avez-vous ressenti le tort qui existait à l’intérieur
des gens, dans tous ces endroits où ils croient avoir tout faux, où ils
se perçoivent comme ayant tout faux, où ils sont incapables de
recevoir autre chose que cette sensation d’avoir tout faux parce qu’ils
savent sans l’ombre d’un doute qu’ils ont tout faux ?
Quelle part de votre vie avez-vous passée à croire que cette
sensation de tort que vous perceviez était la vôtre, alors qu’en fait
vous étiez simplement conscient du monde qui vous entourait ?
Donc, vérité, est-ce à vous ou bien à quelqu’un d’autre ? Ou
TOTALEMENT à quelqu’un d’autre ?
Vous le ressentez comme vôtre. Votre estomac commence à se
contracter. Vous sentez vos boutons de « justesse » s’enclencher, ceux
qui s’allument quand vous avez l’impression d’avoir tout faux et que
vous voulez avoir tout juste. Cette personne a tort et vous le ressentez
comme si c’était à vous…
C’est le moment de poser la question : À QUI ÇA APPARTIENT ?
Est-ce à moi ou à quelqu’un d’autre ? Si vous vous sentez plus léger
tout à coup, c’est parce que ce n’était pas à vous. Ce n’est pas à vous,
mon doux et bel ami. Pas à vous !
Vous pouvez le retourner à l’envoyeur. Oui ! Vous pouvez
simplement le renvoyer ! Vous en débarrasser. Partis… les jugements
de quelqu’un d’autre.
Rappel : vous ne pouvez gérer un problème qui n’est pas le vôtre.
Vous ne pouvez ni changer un problème, ni une pensée, ni une
sensation, ni une émotion qui ne soit pas le vôtre. Mais vous pouvez
faire quelque chose de bien plus simple. Vous pouvez le renvoyer à
celui ou celle à qui cela appartient, même si vous ne savez pas qui
c’est.
Vous n’avez pas à faire quoi que ce soit avec. Vous pouvez juste le
renvoyer à son créateur originel. MÊME SI VOUS NE SAVEZ PAS QUI
C’EST. Juste retournez-le à l’envoyeur. Si ce n’est pas le vôtre,
renvoyez-le tout simplement – avec de la conscience attachée.
Vous pensez toujours : « Oh, mon Dieu, je le ressens comme si
c’était à moi. » Vous savez quoi ? Vous allez toujours le ressentir
comme tel, parce que votre conscience est tellement incroyable,
tellement intense et tellement merveilleuse. Vous allez TOUJOURS le
ressentir comme étant à vous, sinon vous ne croiriez pas que c’est le
cas !
Comprenez ceci s’il vous plaît : 98 % de vos sentiments,
émotions et pensées ne vous appartiennent pas ! Ils sont à
quelqu’un d’autre. Vous ressentez comme vôtre ce dont vous avez
conscience – même si ce n’est pas le cas.
La seule façon d’être capable de faire la différence est de poser la
question : À QUI ÇA APPARTIENT ? Demandez, et si ça devient plus
léger, ne serait-ce qu’un tout petit peu, ce n’est pas à vous. Quand
vous êtes vous, vous êtes légèreté. Quand vous essayez d’être
quelqu’un d’autre, vous êtes lourd.
https://luxury2library.blogspot.com
BIEN, BIEN
AU-DELÀ
DE VOTRE CORPS
NOTE AU LECTEUR
ÊTES-VOUS PRÊT À ESSAYER
CECI ?
Mettez les mains sur votre visage. Fermez les yeux. Sentez vos mains
sur votre visage. Sentez votre visage dans vos mains, vos mains sur
votre visage. Inspirez profondément.
Remarquez ce que vous ressentez quand vous êtes présent avec votre
corps. Connectez-vous avec votre corps et dites-lui : « Merci d’être
toi. Comment pouvons-nous nous amuser ensemble aujourd’hui ? »
CHAPITRE 3
VOTRE CORPS SAIT
Et si vous étiez un être infini ? Un être qui a la capacité de TOUT
percevoir, savoir, être et recevoir. Cela vous semble-t-il léger ? À moi
aussi.
Cela avait tendance à m’agacer lorsque des personnes issues de
sphères spirituelles me disaient que j’étais un être infini. Comme si,
en disant cela, c’était la solution à tous les problèmes que j’avais.
Vous parlez d’une FRUSTRATION ! J’avais l’habitude de penser : « Si
je suis un être infini, pourquoi ne puis-je rien faire de bien ? Si je suis
un être infini, pourquoi dois-je galérer pour gagner suffisamment
d’argent pour payer mon loyer tous les mois ? »
Et si c’était juste parce que l’on ne vous avait pas donné les bons
outils ? Et si nous avions été entraînés dans une réalité qui ne
fonctionnait pas ? Et si vous aviez la chance de revendiquer et de
reconnaître qui vous êtes pour la toute première fois ? Vous, en tant
que l’être infini que vous êtes réellement. Êtes-vous prêt ?
Tout ce qui ne le permet pas maintenant, allez-vous le détruire et le
décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
UNE PIERRE DANS L’OCÉAN
Quand vous vous sentez dynamiquement, extrêmement,
intensément affecté par quoi que ce soit, c’est parce que vous
n’occupez pas assez d’espace. Quand nous essayons de comprendre
quelque chose, nous nous rapprochons de notre corps. Trop près.
Si vous vous déployiez sur 100 000 ou 200 000 kilomètres dans
toutes les directions et restiez là – au lieu d’essayer de vous
rapprocher de votre corps pour comprendre toutes vos pensées,
sentiments et emotions –, tout cela ne représenterait pas plus qu’une
pierre qui tomberait dans l’océan.
Une pierre a très peu d’impact sur l’océan, n’est-ce pas ? Mais
laisser tomber une goutte d’eau dans un dé à coudre a plus
d’incidence.
Et
malheureusement,
vous
vous
êtes
fait
énergétiquement aussi grand qu’un dé à coudre, plutôt que de vous
fondre dans l’immensité de l’océan que vous pourriez choisir d’être.
C’est une des choses les plus importantes que nous faisons pour
nous limiter en permanence. Nous agissons comme si nous étions
minuscules… alors que nous sommes vraiment, vraiment GRANDS.
Commençons par clarifier cela une fois pour toutes : vous n’êtes pas
votre corps. Vous êtes un être infini, pas un corps. Vous êtes bien plus
grand que votre corps. Voulez-vous que je vous le montre ?
Là, maintenant, prenez un moment, fermez les yeux et allez
toucher les bords extérieurs de vous-même. Pas votre corps, mais
vous, l’être. Maintenant, allez 100 mètres plus loin, dans toutes les
directions. Vous y êtes aussi ? Maintenant, 100 kilomètres plus loin,
dans toutes les directions. Vous y êtes aussi ? Maintenant,
1 000 kilomètres plus loin, dans toutes les directions. Vous y êtes
aussi ? Maintenant, 100 000 kilomètres plus loin, dans toutes les
directions. Vous y êtes aussi ?
Avez-vous remarqué que, peu importe où je vous ai demandé
d’aller, vous y étiez ? Un être aussi grand peut-il intégrer un corps
aussi petit que le vôtre ? Un indice : NON ! Alors seriez-vous prêt à
considérer une possibilité totalement différente ?
Vous n’êtes pas votre corps. Vous êtes un être infini. Votre corps
est votre corps. Vous êtes vous. Vous devriez avoir une connexion
(de façon géniale, d’ailleurs). Mais votre corps et vous n’êtes pas
une seule et unique chose.
Si vous essayez de faire rentrer un être aussi grand dans un corps
aussi petit, c’est douloureux. Êtes-vous d’ailleurs en train de créer des
douleurs dans votre corps parce que vous essayez de coincer votre être
dedans et pensez ne pas être plus grand que votre corps ? Et êtes-vous
en train de valider les réalités des autres en vous convaincant que
vous n’êtes vraiment pas plus grand que cela ?
Allez-vous maintenant détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts,
Boys and Beyonds™.
Et s’il existait une façon totalement différente d’être avec votre
corps ?
VOTRE CORPS A SON PROPRE POINT DE VUE, VOUS AVEZ LE
VÔTRE
C’est une chose étrange : votre corps a sa propre conscience. La
science nous dit que chaque molécule a une conscience, tout comme
chaque atome. Quand vous les réunissez sous la forme d’un corps,
celui-ci a toujours une conscience.
Tout ce que vous avez fait pour nier et ignorer totalement le fait
que votre corps a son propre point de vue, sa propre conscience, sa
propre perception et sa propre capacité à changer les choses,
indépendamment de vos tentatives de vous mettre sur son chemin,
allez-vous renoncer à tout cela, le détruire et le décréer, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™.
Le premier pas, en fait, pour concevoir une possibilité différente
avec votre corps, c’est de commencer à communiquer avec lui.
Commencez par lui poser des questions sur tout ce qui le concerne.
Avez-vous déjà été dans une relation où chacun s’ignore et ne se
parle pas ? Est-ce amusant ? Quand cette personne vient vers vous
pour vous demander une faveur, voulez-vous vraiment la lui
accorder ? Il en est de même avec votre corps !
Alors allez-vous s’il vous plaît vous autoriser à développer une
relation extraordinaire avec votre corps ? Comment ? Commencez
par consulter votre corps pour chaque chose le concernant. Lorsque
vous donnerez au corps ce qu’il désire, il se sentira à l’aise et en paix.
Et quand vous le ferez, votre corps vous donnera à son tour ce que
vous désirez. Réellement.
Si vous souhaitez changer quelque chose, alors demandez à votre
corps ce qu’il faudrait pour obtenir ce changement. Donc, au lieu de
dire : « Oh, mon Dieu, je ne peux pas croire que mes fesses soient si
grosses ! » demandez plutôt : « Corps, que faudrait-il pour avoir les
belles petites fesses bien fermes que j’aimerais avoir ? Corps, que
faudrait-il pour changer cela ? »
Votre corps vous le dira. Bien sûr, vous pouvez également détruire
et décréer tout ce qui ne permet pas de le changer, mais ce serait trop
simple. Les nombreuses, nombreuses personnes qui l’ont déjà fait ont
témoigné que cela marchait vraiment !
Continuez de demander à votre corps pour chaque chose le
concernant : « Corps, que voudrais-tu manger ? », « Corps, qui
voudrais-tu manger ? », « Corps, quel genre de mouvements
voudrais-tu faire ? », « Corps, quel genre de vêtements voudrais-tu
porter ? », « Corps, avec quel genre de personnes aurais-tu plaisir à
avoir des relations sexuelles ? »
MANGEZ DE MANIÈRE CONSCIENTE
Examinons la première question : « Corps, que voudrais-tu
manger ? »
Au restaurant, fermez les yeux, ouvrez le menu, rouvrez les yeux et
regardez. Vos yeux se fixent en premier lieu sur ce que votre corps
désire.
Comment savez-vous que vous avez commandé ce qu’il fallait ? Ce
sera léger en passant la commande et orgasmique en mangeant.
Ensuite, mangez les trois premières bouchées de chaque mets dans
votre assiette en étant pleinement conscient. En d’autres termes,
prenez une bouchée en étant totalement conscient de la façon dont
vos papilles gustatives s’éveillent sur la langue. Prenez juste un
moment, mettez-la dans votre bouche et mangez seulement ce qui
semble vraiment orgasmique. C’est ce que votre corps aime.
Une fois que vous l’aurez compris, vous saurez et il vous sera
difficile de manger ce que votre corps n’aime pas. Il est possible que
vous vous trompiez souvent et que vous n’ayez pas toujours
« raison ». C’est tout à fait possible ! Et si c’était OK ?
EXERCEZ-VOUS À MURMURER À VOTRE CORPS
Comprendre comment votre corps communique est quelque chose
qui va se faire au fur et à mesure. Il est nécessaire de pratiquer. Vous
apprendrez littéralement un nouveau langage énergétique.
Vous avez naturellement tendance à vous juger, à penser que vous
avez tort, que vous n’êtes pas bon et que vous n’y comprenez rien.
Alors, commencez par reconnaître vos petites réussites.
J’ai essayé pendant une des toutes premières classes d’Access à
laquelle j’ai assisté. C’était pendant le déjeuner. Et j’ai demandé à
mon corps ce qu’il voulait manger. J’allais prendre une salade avec
mon plat et la serveuse m’a demandé si je voulais de la sauce
Thousand Island, ranch, au roquefort, moutarde au miel ou italienne.
Mon corps m’a dit « miam miam » pour la sauce moutarde au
miel. Quelque chose a dit « miam miam », mais je ne peux pas
réellement le décrire avec des mots. Disons que cela semblait
légèrement plus paisible. Mais mon point de vue était : « J’aime la
sauce ranch. » Donc j’ai demandé de la sauce ranch.
On m’a servi la salade avec la sauce moutarde au miel.
Apparemment mon corps m’a court-circuité et s’est adressé
directement à celui de la serveuse pour obtenir ce qu’il voulait. Donc
je l’ai goûtée, mise dans ma bouche et c’était l’une des choses les plus
délicieuses que j’ai jamais eue. Totalement orgasmique ! La sauce
moutarde au miel ! Et je n’aimais pas la sauce moutarde au miel !
Mon corps disait : « Moi, je l’aime ! Et c’est moi qui mange ! »
Donc ce que vous devez comprendre, c’est que c’est votre corps qui
mange. C’est votre corps qui copule, votre corps qui bouge, votre
corps qui porte les vêtements – pas vous.
ÊTRE TOTALEMENT RECONNAISSANT ENVERS VOTRE SUPERBE
CORPS
Combien de fois avez-vous choisi d’être doux, gentil et délicat avec
votre corps ?
Encore une fois, la difficulté réside dans le fait que, afin de valider
les réalités des autres sur ce que cela veut dire d’être incarné, vous
ignorez votre corps, vous le laissez de côté et puis vous revenez le
récupérer quand vous êtes prêt… Mais autrement, vous l’ignorez et
vous ne lui parlez jamais.
Et si vous étiez reconnaissant envers votre corps tel qu’il est
actuellement ? Qu’en pensez-vous ? Si vous désirez changer quelque
chose, dites : « Corps, je ne savais pas ce que c’était d’être
reconnaissant envers toi et j’en suis désolé. À présent, je désire
changer. Est-ce possible ? »
Vous sentez-vous différent ? Est-ce une sorte de relation
complètement différente que la plupart des gens ont avec leur corps ?
Combien de personnes sur cette planète sont heureuses dans leur
corps ? Regardez maintenant par la fenêtre si vous le pouvez –
combien de personnes là, dehors, profitent de leur corps ? Pas
beaucoup, malheureusement…
JUGEZ-VOUS VOTRE CORPS ? JUSTE UN PEU ?
Vous arrive-t-il de vous lever et de commencer votre journée par
une litanie de jugements pendant que vous êtes devant votre miroir ?
Je sais que vous ne voulez pas l’admettre, car vous êtes à la fois
conscient, spirituel et tout ça… Mais ne l’avez-vous jamais fait ? Je
pose juste la question. En ce qui concerne votre corps, vous aurez
toujours plus de ce que vous jugez.
« Ces trucs commencent à pendouiller. Mon Dieu, je pensais que
j’avais des trucs en plus ici. Et ça, ça commence à devenir gris. Et
ceux-là sont trop petits et en plus ils pendouillent et… oh, ne parlons
même pas de ça ! »
Maintenant… Combien de personnes ont un corps « normal » ?
Cela existe-t-il un corps normal ? Vraiment ? En vérité ?
Les standards de ce qui était normal et désirable il y a cent ans sont
différents de ceux d’aujourd’hui. Pendant des années, les corps
voluptueux ont été valorisés. Ils signifiaient être en bonne santé. Cela
voulait dire que vous aviez assez à manger, que vous n’étiez pas
« l’une de ces personnes maigrichonnes sur le point de mourir ou de
s’envoler au moindre coup de vent ». Donc les standards changent
avec le temps.
Qu’est-ce qu’un standard ? Des jugements, une série continuelle de
jugements.
Seriez-vous prêt à arrêter de valider la réalité des autres concernant
ce à quoi votre corps devrait ressembler ? Seriez-vous prêt à honorer
votre propre point de vue ? Votre corps ? Tout ce qui ne permet pas
cela, allez-vous le détruire et le décréer s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Tout ce que vous avez créé pour commencer la journée avec une
litanie de jugements sur votre corps, allez-vous le détruire et le
décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
À QUOI VOTRE CORPS DÉSIRE-T-IL RESSEMBLER ?
Votre corps a un point de vue sur ce à quoi il désire ressembler. Si
vous essayez d’imposer quelque chose en vous basant sur vos
décisions et vos jugements, allez-vous réussir à vous mettre d’accord,
vous et votre corps ? Si votre corps souhaite un certain look et qu’il va
dans cette direction, et que vous, vous voulez qu’il ressemble à
quelque chose d’autre en essayant de le faire aller dans une direction
différente, que se passe-t-il entre les deux ? C’est comme cela qu’un
espace de jugements se crée.
Et si vous pouviez laisser tomber votre point de vue et être juste
reconnaissant envers votre corps tel qu’il est ? Quelles autres
possibilités existerait-il à partir de là ? Cela vous permettrait-il d’avoir
davantage de gratitude d’être en vie ? Pour vous ? Pour votre adorable
corps ?
Tout ce qui ne permet pas à cela d’apparaître, allez-vous le détruire
et le décréer maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
BOULES DE NEIGE DE JUGEMENTS
Il y a quelques années, une couverture du Time Magazine titrait :
« Pourquoi votre corps n’est pas déterminé par votre ADN ». Quoi ?
Pendant des années, on nous a dit que l’ADN déterminait tout !
Et si ce n’était pas le cas ? Et s’il se passait quelque chose de
totalement différent ? Et si, au lieu de ne pas être capables de
changer, nous pouvions en fait changer nos corps en fonctionnant
différemment énergétiquement ?
Votre corps et vous êtes énergétiques par nature. Qu’est-ce que je
veux dire par là ?
Observons une de ces journées que vous commencez en vous
jugeant. Vous voyez de quoi je parle, n’est-ce pas ? Quand vous vous
levez avec la sensation d’avoir la tête dans le derrière d’un éléphant –
et que cet éléphant est assis sur votre tête.
Vous commencez avec un jugement et c’est comme une grosse
boule de neige noire qui grandit, grandit et vous fait vous sentir
lourd, de plus en plus lourd… C’est une énergie particulière, n’est-ce
pas ?
Maintenant, à l’inverse, avez-vous déjà vécu une de ces journées où
vous vous réveillez et où tout est beau, génial, phénoménal et sans
jugement, une journée que vous avez commencée au contraire avec
une question ou une possibilité – une question du genre : « Waouh,
comment ça devient encore mieux que cela ? » ou bien : « Quoi
d’autre est possible ? » À la place du jugement, vous commencez à
ajouter des possibilités. L’énergie est-elle différente du premier
exemple ? Bien sûr.
Nous apprenons littéralement à nous imposer des jugements – sur
nous-mêmes et sur notre corps. Et si nous pouvions nous réveiller et
vivre notre vie en créant un corps à partir de la seconde énergie et
non de la première ? Et si c’était une possibilité ? Et si tout
simplement personne ne vous avait jamais expliqué que vous pouviez
fonctionner ainsi ? Si vous choisissiez cette autre énergie, votre corps
se sentirait-il différent ? Et votre vie ? Que préférerez-vous choisir ?
Tout ce qui ne vous permet pas de créer et de générer une vie et une
façon de vivre remplies de cette seconde énergie (comme toutes les
projections, attentes, séparations, jugements et rejets selon lesquels ce
n’est pas possible), allez-vous détruire et décréer tout cela
maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
MÊME LA SCIENCE LE SAIT…
Voilà une autre chose intéressante que la science sait depuis très
longtemps : chaque fois que vous regardez une molécule ou un
atome, vous les modifiez. Votre conscience interagit avec celle de
l’atome, de la molécule ou des particules subatomiques et les change.
Et si l’idée que vous ne pouviez pas changer votre corps était
simplement un mensonge que vous vous étiez imposé ? Et si c’était
juste un mensonge que vous aviez adopté de quelqu’un d’autre il y a
longtemps et que vous n’en aviez plus besoin ? Si vous pouvez
changer un atome en le regardant, ne devriez-vous pas être aussi
capable de changer plus d’un atome à la fois… comme ceux présents
dans votre corps ?
Parce que si vous êtes véritablement un être infini, alors tout ce qui
ressemble à une limitation a ses racines dans un mensonge. Aucune
limitation n’est infinie, ou dit autrement, toutes les limitations sont
définies. Qu’en pensez-vous ?
LA DOULEUR EST-ELLE RÉELLE ?
L’un des derniers recours qu’utilise votre corps pour attirer votre
attention est de créer des douleurs. Il sait que vous y serez sensible. Il
a déjà essayé le murmure, l’effleurement d’une plume et la sensation
d’une main qui frôle votre visage… Et finalement, il vous dit : « Hé !
Je n’ai pas pu me faire entendre d’une autre façon. Tu n’entends pas
le plaisir, parce que tu ne crois plus que cela existe. Tu n’as pas écouté
les autres sensations positives que je t’ai envoyées pour te faire savoir
qu’il se passait quelque chose. Alors maintenant, c’est la douleur.
Essaie d’éviter ça ! Tu es censé être conscient ! Et te voilà stupide,
crétin, idiot ! »
Voyez-vous, votre corps est un organisme sensible, sensationnel,
sensoriel conçu pour vous donner des informations en permanence !
Quand il n’arrive pas à faire passer le message, il commence à crier –
ce que nous interprétons comme de la douleur. C’est votre corps qui
parle. Votre corps en a assez que vous ne l’écoutiez pas. Il a essayé de
vous informer dès le tout premier jour et vous avez toujours
interprété cela comme : « Oh, mon Dieu, je sens ça. Ça fait mal ! »
Demandez plutôt ceci : « Hé mon corps, qu’est-ce que tu me dis
ici que je ne saisis pas ? Et s’il te plaît, dis-le-moi d’une façon que je
puisse comprendre facilement, parce que je ne suis pas très futé ! »
Chaque sensation est une prise de conscience que vous refusez
d’avoir. « Non, c’est une sensation ! Je vous promets ! C’est
intense ! » Bien sûr que ça l’est. Vous avez raison. C’est tout à fait
réel.
Et si c’était une prise de conscience intense ? Et si c’était intense
parce que vous avez intensément conscience de quelque chose ? Est-ce
une possibilité ?
Essayez simplement. Vérifiez : est-ce léger pour vous ?
ACCROCHEZ-VOUS À VOTRE SIÈGE, JE VAIS VOUS EMBROUILLER
UN PEU !
Il y a d’autres possibilités, mais elles requièrent que vous POSIEZ
UNE QUESTION. Vous devriez maintenant savoir qu’il y a
TOUJOURS d’autres possibilités et toujours plus de questions à poser.
Comment ça devient encore mieux que cela ? (S’il vous plaît, ne
balancez pas le livre à travers la pièce. Cher, cher livre. Criez
simplement. D’habitude, ça marche.)
Je vous l’ai déjà dit : 98 % de vos pensées, sentiments et émotions
ne vous appartiennent pas. Maintenant, j’aimerais que vous
compreniez ceci : entre 50 et 100 % de ce qui se passe dans votre
corps ne vous appartiennent pas non plus !
Demandez : « Est-ce à moi, à quelqu’un d’autre ou à quelque chose
d’autre ? »
L’une de ces trois propositions vous fera vous sentir plus léger.
C’est comme cela que vous reconnaîtrez la « réponse » que vous
recherchez.
Maintenant, continuons avec d’autres questions…
1. Si vous vous sentez plus léger avec la question « Est-ce à
moi ? », demandez : « Quelle prise de conscience est-ce que je
refuse d’avoir ici ? » Puis arrêtez-vous et écoutez. Ce qui est vraiment
important, c’est de vous arrêter et d’écouter. Donnez à votre corps la
chance de vous parler. Quelle prise de conscience refusez-vous d’avoir
ici ?
2. Si vous vous sentez plus léger avec la question « Est-ce à
quelqu’un d’autre ? », retournez-le à l’envoyeur s’il vous plaît !
Demandez simplement « retour à l’envoyeur » et demandez à libérer
chaque endroit où vous avez adopté cette énergie comme étant la
vôtre. Puis POC et PODez-le. Pourquoi ? Parce que si c’est à
quelqu’un d’autre, vous ne pouvez rien y faire.
Sachez que votre corps vous indiquera ce qui se passe avec les autres
corps qui l’entourent. Tout le temps. Donc si vous commencez à avoir
mal à l’épaule, ce que vous voulez, c’est poser une question : « Corps,
qu’est-ce qui se passe ici ? Est-ce à moi, à quelqu’un d’autre ou à
quelque chose d’autre ? »
Laissez-moi vous donner quelques exemples.
AU TRAVAIL
Une femme avait pris l’habitude de demander : « À qui ça
appartient ? » et « Est-ce à moi ? » chaque fois qu’elle avait une
grosse envie de beignet au travail. En six semaines, elle perdit dix kilos
parce que auparavant, elle mangeait les beignets pour tous ses
collègues de travail. Avec cette question, elle a éliminé ses envies de
beignets ainsi que dix kilos, simplement en ne mangeant plus pour
les autres.
À mon cabinet
Quand j’ai découvert pour la première fois cet outil au début des
années 2000, cela a non seulement changé ma vie mais aussi mes
habitudes en tant que chiropracteur. En utilisant cet outil, j’ai
découvert que je pouvais créer des changements pour 50 à 90 % des
problèmes dans le corps des personnes que je n’arrivais pas à traiter
précédemment. Littéralement. En fait, cet outil est devenu si
important dans ma pratique que je me suis retrouvé à l’utiliser dans
95 % des sessions que je faisais. Cela a créé des résultats totalement
surprenants.
J’avais une cliente qui venait pour d’énormes douleurs au genou
gauche. Elle avait déjà subi une opération du genou droit et elle était
venue me voir car elle venait de se blesser de la même façon au genou
gauche. Elle espérait pouvoir être soulagée de sa douleur.
Après vingt minutes de séance, en utilisant principalement l’outil
« À qui ça appartient ? », son niveau de douleur avait diminué de
80 %. Après quarante minutes de travail ensemble, elle m’a fait savoir
que 99 % de la douleur avaient disparu. Et la douleur n’est jamais
revenue !
Je ne dis pas que cela marche pour toutes les douleurs au genou,
mais ça a fonctionné dans ce cas particulier. Avec cet outil et la
volonté de l’utiliser, cela a permis à cette femme d’éliminer beaucoup
de douleur et de créer une prise de conscience dans son monde. Ce
qu’elle acceptait comme inévitable (vivre avec une douleur au genou)
ne l’était pas forcément.
AU SUPERMARCHÉ
Un homme ayant participé à une classe d’Access et connaissant cet
outil faisait ses courses dans un supermarché. En passant à côté
d’une vieille dame, celle-ci lui a demandé de se baisser pour prendre
du papier toilette parce que son dos la faisait souffrir. Sans y réfléchir,
il lui a demandé : « À qui ça appartient ? » et elle lui a répondu :
« Mon mari. » Et instantanément, elle a pu se pencher et attraper le
papier toilette. Étrange, mais vrai.
AU CLUB DE GYM
J’avais l’habitude d’aller au club de gym et de m’entraîner tout le
temps, parce que j’avais énormément de jugements concernant mon
corps. Donc je faisais beaucoup d’exercice. Je pesais douze kilos de
plus que maintenant et j’avais moins de 3 % de masse graisseuse.
J’étais ÉNORME ! Et peu importe à quel point je m’entraînais, je me
sentais toujours mal dans mon corps.
Après avoir découvert Access, je suis parti m’entraîner un jour. Je
me sentais bien dans mon corps, vraiment bien avec moi-même, mais
dès que j’ai posé le pied sur le seuil de la salle de gym, tous ces points
de vue sont apparus dans ma tête : « Oh, mon Dieu, mon corps est
nul, mes biceps sont trop petits, je n’en ai pas fait assez. Il faut que je
mange mieux, il faut que j’élimine de la graisse, il faut que j’arrête de
manger des Big Mac et de boire du Coca-Cola. » Et je me suis dit :
« Wouah, je suis nul. »
J’ai donc posé cette question : « À qui ça appartient ? Est-ce à
moi ? » Et instantanément, ça a fait « pouf » et ça a disparu. Ce
n’était même pas à moi. Et je dois vous dire que, comme vous, j’ai
pensé que c’était très bizarre ! Comme vous, j’ai pensé que c’était
bien trop facile ! Mais les faits sont là : ça a simplement marché !
J’étais totalement surpris.
Vous êtes comme une grande antenne radio télépathe, vous captez
tout le temps les m**des des personnes autour de vous et tout le
monde fait la même chose et se le transmet.
Et s’il n’y avait qu’une personne qui pensait sur cette planète et que
tous les autres se contentaient de capter ces pensées ? Quelle quantité
de douleur et de souffrance dans votre corps que vous avez cru être
vôtre ne vous appartient en fait pas ? Est-ce votre corps qui essaie de
vous faire prendre conscience de la douleur, de la souffrance et des
jugements d’autres personnes ?
Êtes-vous maintenant prêt à considérer tout cela ? S’il vous plaît,
commencez à demander : « Est-ce à moi, à quelqu’un d’autre ou
quelque chose d’autre ? »
Nous voilà finalement arrivés au… numéro 3.
3. Si ça s’allège quand vous demandez : « Est-ce à quelque chose
d’autre ? », cela veut dire que ça appartient à la Terre ! La Terre
vous demande votre aide. Tout comme votre corps, la seule façon que
la Terre ait d’attirer votre attention c’est de créer des douleurs dans
votre corps.
Vous (oui, VOUS !) avez des capacités pour aider la Terre, et votre
corps a également des capacités pour cela. Si vous ne les utilisez pas
lorsque la Terre le demande, alors votre corps commence à souffrir.
Pour vous donner un exemple, après le tremblement de terre de
Fukushima en 2011 et les retombées radioactives qui ont suivi, de
nombreuses personnes m’ont appelé pour des problèmes dans la
poitrine. La seule chose qui a commencé à alléger leur toux était de
poser ces questions et de reconnaître que leur corps contribuait à
changer le problème qui se posait pour la Terre, les océans et les
personnes affectées par les radiations.
Oui, si vous voulez, vous pouvez maintenant appeler les hommes
en blouse blanche. Traitez-moi d’idiot, de fou. J’ai été RÉELLEMENT
surpris aussi quand j’ai découvert cette information la première fois,
mais cela MARCHAIT et a changé les symptômes des gens. Je sais que
bon nombre d’entre vous diront que c’est « l’effet placebo » ou le
mettront sur le compte d’un tour de passe-passe.
D’un autre côté, il y en a probablement aussi beaucoup parmi vous
qui lisent ceci maintenant et reconnaissent : « Oh, mon Dieu, je ne
suis pas fou ! Quelqu’un a mis des mots sur ce que je savais depuis
des années ! » Et c’est pour vous que ce livre est écrit. Les gens à
l’esprit fermé ne changent pas le monde. Ils continuent à perpétrer
tout ce qui maintient les limitations. Les gens de type bovin de ce
monde ont passé bien assez de temps à nous donner tort. Et de mon
point de vue, il est temps pour les rêveurs comme vous, qui désirent
véritablement changer le monde, d’avoir les outils pour le faire –
même si ça semble très bizarre au départ.
Combien de douleurs, raideurs ou déconnexions avez-vous à
l’heure actuelle dans votre corps qui sont en fait à la Terre – ou aux
gens qui y habitent –, qui demandent ou requièrent votre aide ? Tout
ce qui permet à cela de rester coincé, allez-vous le détruire, le décréer
et le libérer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Cela fait des milliers d’années que la Terre nous offre tout ce
qu’elle a à offrir. Serait-il temps maintenant de commencer à recevoir
et à offrir en retour ?
OUTIL
PRATIQUEZ AVEC VOTRE CORPS
Savoir ce que votre corps désire vraiment demande de la pratique.
Se souvenir de demander à son corps demande de la pratique. Et
découvrir quelle question poser demande de la pratique également.
Saviez-vous qu’il faut une quantité énorme d’énergie contenue
dans votre alimentation pour simplement la digérer ? L’idée que la
nourriture vous apporte de l’énergie est un peu mensongère. Votre
corps et vous avez besoin de bien moins de nourriture que ce qu’on
nous a appris.
Durant les deux prochains jours, êtes-vous prêt à jouer à poser
certaines questions – sans vous préoccuper d’essayer de le faire
« bien » – chaque fois que vous sentez que vous avez faim ?
Commencez avec des questions oui/non : c’est plus simple.
Souvenez-vous que la réponse qui vous semble « légère » est vraie
pour votre corps. Voici quelques exemples :
Corps…
As-tu besoin de quelque chose ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
As-tu besoin de nourriture ? Oui/Non
Si oui, est-ce ton besoin ou celui d’un autre corps ?
As-tu besoin de boire quelque chose ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
Désires-tu quelque chose dans le frigo ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
As-tu besoin… de brocolis… ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
Désires-tu quelque chose d’autre ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
As-tu besoin de mouvement ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
As-tu besoin d’être touché ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
As-tu besoin de sexe ? Oui/Non
Est-ce à toi ou à un autre corps ?
À savoir : très souvent, nous mangeons pour éviter d’ÊTRE
L’ESPACE et la légèreté que nous sommes réellement. Nous ne
reconnaissons pas l’espace que nous sommes, alors nous le percevons
comme une erreur et nous faisons tout pour revenir à la lourdeur qui
nous semble plus familière. Et dans ce cas précis, en mangeant. Et si
ce que vous étiez était l’ESPACE ? Et la légèreté ?
Tout ce que vous avez fait – que vous l’ayez fait en mangeant ou en
faisant autre chose – pour éviter d’être l’espace que vous êtes ou pour
remplir l’espace que vous êtes, allez-vous tout détruire et décréer ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™. Merci.
https://web.facebook.com/Luxelib
COMMENCER
À RECEVOIR
NOTE AU LECTEUR
DEMANDEZ À LA CHAISE
J’aimerais prendre un moment pour vous montrer quelque chose…
Que se passerait-il si là, maintenant, vous demandiez à la
conscience de la chaise sur laquelle vous êtes assis de se faire plus
confortable pour votre corps ?
Demandez. Est-ce devenu plus confortable ? Pour la majorité des
gens, c’est le cas. C’est bizarre, n’est-ce pas ? Êtes-vous en train de
vous dire que vous auriez aimé que quelqu’un vous dise cela plus tôt ?
La conscience est présente en chaque chose. Même si d’habitude
vous ne voulez pas le savoir, vous êtes réellement en unité avec tout.
Vous êtes l’espace entre les molécules (et les atomes) de votre corps.
La partie des atomes qui semble être solide ne représente que
0,0001 % de l’atome entier. Le reste, c’est de l’espace, des possibilités
et de la conscience… Vous…
Et si l’espace entre les molécules et la conscience de votre corps
était le même que celui entre les molécules de la chaise ? Qui est luimême identique à celui entre les molécules de l’air. Qui est le même
espace que celui entre les molécules des murs. Qui est le même espace
que celui entre les molécules du bâtiment. Qui est le même espace
que celui entre les molécules de la rue, de la Terre autour de vous et
du système solaire tout entier, de la galaxie tout entière et de
l’Univers tout entier.
Qu’est-ce que ça signifie ? Cela signifie que vous êtes bien plus
grand, bien plus connecté, bien plus en connexion et en communion
avec tout et que vous avez bien plus d’options que ce que vous avez
jamais reconnu. Bien plus.
Bien plus. Et si vous le permettez, cette connexion et cette
communion peuvent vous emmener à plus d’aisance que vous avez
jamais pu imaginer possible…
CHAPITRE 4
DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ
Quel est votre point de vue sur le monde ? Pensez-vous qu’il y en a
assez pour tout le monde ? Assez à manger ? Assez d’argent ? Assez
d’amour ? Assez d’espace ? Assez de joie ? Ou bien pensez-vous que
tout cela n’existe qu’en quantité limitée, ce qui fait que si vous, par
exemple, vous recevez de l’amour, cela implique que quelqu’un
d’autre en manquera ?
Pouvez-vous, juste un instant, examiner ou envisager l’idée
suivante s’il vous plaît ? Vos points de vue créent votre réalité. La
réalité ne crée pas vos points de vue. Donc, si vous avez le point de
vue que nous vivons dans un univers de manque et de pénurie, quelle
réalité êtes-vous en train de créer ?
Mon point de vue et ce que je sais, c’est que nous vivons dans un
univers d’abondance totale. La Bible avait raison sur un point :
« Demandez et vous recevrez. » N’est-ce pas bizarre ? Cela voudrait
dire que tout ce que nous avons à faire pour recevoir serait tout
simplement de demander ?
Mais comment ? Si ce « comment » existe, il est simplement
question d’être présent dans votre vie et d’être prêt à recevoir les
énergies d’un autre possible. Quand vous êtes la totalité du recevoir,
vous laissez tomber toutes vos barrières et vous pouvez recevoir
absolument tout. Aucune exclusion. Dans l’aisance, la joie et la
gloire, vous recevez le bon, le mauvais et le pire.
La majorité d’entre nous a une petite difficulté avec cela… Si nous
demandons un million de dollars aujourd’hui et qu’il n’est pas
apparu dès le lendemain, nous nous disons : « Ah ! L’Univers ne
fonctionne pas. Je suis nul et je ne fais pas ce qu’il faut. »
Ce qui se passe en réalité, c’est que l’Univers doit totalement se
réorganiser pour que vous ayez ce que vous avez demandé. C’est ce
qu’il fait dès le moment où vous faites votre demande. Pourtant,
quand ça n’apparaît pas, nous pensons : « Ah, ça ne vient pas. » Et
puis bien sûr, tout s’arrête parce que nous avons décidé et conclu que
cela ne marchait pas. Ce point de vue crée la réalité telle qu’elle nous
apparaît. Nous avons hurlé notre conclusion à l’Univers : « Il n’y a
rien qui se passe ! » et l’Univers écoute et gentiment, poliment, il
obéit.
Au lieu de cela, nous pourrions demander (oui, je sais, encore ces
satanées questions…) : « Est-ce que ce que j’ai demandé est en fait en
train de se réaliser d’une façon totalement différente de celle à
laquelle je m’attendais ? Comment ça devient encore mieux que
cela ? »
S’il vous plaît, comprenez ceci, mes chers amis… Cela ne
ressemblera jamais à l’idée que vous vous en êtes fait. Jamais ! La
forme que vous imaginez que cela doit prendre est basée sur les
jugements que vous avez sur ce à quoi cela devrait ressembler et non
sur la conscience de ce à quoi cela devrait ressembler, parce que vos
jugements là-dessus vous empêchent d’être conscient de ce que cela
pourrait être véritablement. Et tous vos points de vue sur ce à quoi
cela devrait ressembler sont la raison même pour laquelle cela n’est
pas encore apparu dans votre réalité. Vous me suivez ? Vous voulez
relire ce paragraphe ?
ET SI VOUS COMMENCIEZ À RECEVOIR ? OUI, MON CHER, VOUS !
De quoi avez-vous tellement envie ? Être vu ? Être entendu ? Être
reçu dans votre totalité ? Oh oui, je peux vous entendre dans ma
tête : « Bien sûr, quelle question idiote ! Si j’étais reçu en totalité, tout
irait bien. Je serais reconnu et j’aurais de la valeur. Alors j’existerais. »
Voici ma question. Je pense que je vais commencer par la
murmurer : Et si vous receviez ? Plus fort ? ET SI VOUS RECEVIEZ ?
« Oh, je reçois, me dites-vous. Bien sûr que je reçois. Recevoir n’est
pas le problème. Si quelqu’un veut me donner quelque chose, je le
reçois sans problème, bien sûr. J’adore recevoir. Non, non, non. Je
n’ai aucun problème à recevoir. »
Y en a-t-il parmi vous qui se sentent un peu lourds en lisant cela ?
La majorité des gens sur cette planète ne reçoit pas grand-chose.
Vous avez remarqué ? Que vous le croyiez ou pas, c’est valable pour
nombre d’entre vous qui lisez ce livre en ce moment.
Examinez ceci pendant quelques instants s’il vous plaît : vous avez
toujours été la personne la plus capable de votre entourage, tout en
essayant de prouver que ce n’était pas le cas. Mais vous savez depuis
toujours que personne n’a autant de capacités que vous ; alors vous
avez toujours préféré être seul et faire les choses seul, même lorsque
vous pensiez avoir besoin des autres, ce qui était rarement le cas.
Tout cela ne laisse pas beaucoup de place pour recevoir. Cela génère
par contre beaucoup de contrôle et la nécessité d’y mettre une sacrée
force chaque fois que vous essayez de créer quelque chose dans votre
vie. Recevoir est quelque chose de radicalement différent.
Imaginons par exemple que vous viviez dans un petit pays situé au
nord de l’Europe. Vous êtes dans le noir la moitié de l’année et il fait
un froid d’enfer. Juste pour s’amuser, appelons ce pays la Suède.
Maintenant, imaginons que vous vous réveillez et que c’est le
premier jour du printemps en Suède. À quoi cela ressemble-t-il ?
Après six mois dans le noir, ne vous sentez-vous pas plus vivant que
jamais dans ce satané Univers ? Vous pensez : « Oh, le soleil… le
soleil ! Waouh ! »
Vous sortez alors qu’il fait encore zéro degré dehors, vous vous
mettez en terrasse pour boire des cappuccino, votre visage illuminé
d’un grand sourire et tourné vers un soleil pâle. Il fait encore
tellement froid que vous pouvez voir l’air qui se condense quand il
sort de votre bouche… Vous vous en fichez. Vous avez survécu à un
hiver de plus ! Ce que vous ressentez est : « Oh, mon Dieu ! Je suis
vivant ! Vas-y, l’Univers, envoie ! Je suis gonflé à bloc et prêt à tout. »
Maintenant, observez le contraste avec un matin au milieu de
l’hiver. Vous vous levez et vous pensez : « Qu’est-ce que je fais ici ?
Est-ce que je peux appuyer sur le bouton de mon réveil encore vingtsept fois ? Peut-être que je peux me faire passer pour malade
aujourd’hui ? Eh non, c’est ma propre entreprise. Le patron va savoir
que je mens… » Et quand vous sortez de votre maison, vous ne voulez
ni voir ni parler à personne. Vous vous êtes vraiment levé du pied
gauche.
Avez-vous remarqué combien ces deux façons d’être dans le monde
sont totalement différentes ? Laquelle préféreriez-vous avoir le plus
souvent ?
La première, c’est le recevoir infini. Avec cette énergie-là, vous
pouvez recevoir tout l’argent, toutes les connexions, tout l’amour,
tout le sexe et toutes les relations que vous désirez. Et pourtant, nous
avons tendance à choisir le plus souvent la deuxième énergie, avec le
point de vue : « Non, je ne vais rien recevoir de personne. Je suis dans
ma petite bulle et c’est tout. Je vais m’y accrocher et mettre une
barrière là et une autre barrière ici et ensuite je vais totalement fermer
mon corps et mon visage. Et là… je suis en sécurité… »
Cette réalité ne nous permet pas de recevoir beaucoup. En fait,
l’ensemble de cette réalité est dédié à l’exclusion du recevoir. Tout ici
est basé sur : « Si je vous donne cela, qu’est-ce que je reçois ? Et si
j’accepte ceci, que dois-je donner en contrepartie ? »
Il y a une autre alternative possible. En tant qu’être infini – ce que
vous êtes en réalité –, vous pouvez tout recevoir. Tout ! Cela vous
semble-t-il léger ? La seule chose, c’est que… vous devez le CHOISIR.
Tout ce qui vous empêche de choisir cela, allez-vous le détruire et le
décréer maintenant ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD,
All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Et au fait, les problèmes d’argent n’existent pas. Tous les
« problèmes » d’argent sont créés par votre refus de recevoir.
L’UN DE MES PLUS GRANDS PROFESSEURS
Dans cette réalité, nous devons constamment nous rappeler de
choisir de recevoir. Personne ne nous l’a appris donc nous ne le
faisons pas.
Laissez-moi vous racontez une petite histoire.
J’ai un cheval qui est l’un des êtres les plus phénoménaux que j’ai
eu la chance de croiser dans ma vie. Il s’appelle Playboy. C’est un
ancien cheval de course qui appartenait à mon ami Gary. Comme je
n’étais pas un très bon cavalier quand j’ai rencontré Gary (et
Playboy), je ne pensais pas pouvoir le monter. Et pourtant, il faisait le
tour du parc où Gary gardait ses chevaux, s’arrêtait devant moi et
baissait la tête. Puis il repartait, il galopait encore un moment,
revenait et baissait la tête à nouveau, juste devant moi.
Gary avait essayé de le vendre, mais aucune vente n’aboutissait.
Finalement, un jour où nous étions en balade, j’ai demandé : « Gary,
est-ce que je peux le monter ? » Nous étions sur un sentier loin de
toute civilisation. Playboy avait l’habitude de s’enfuir dès que
quelqu’un de nouveau le montait. Étant donné mon statut de cavalier
débutant, Gary hésitait un peu à me laisser le monter. En fait, il
hésitait franchement. Mais il a fini par se laisser convaincre et il a dit
« oui ».
Pendant que je me mettais en selle, les rênes traînaient
pratiquement par terre, ce qui faisait que je n’avais absolument aucun
contrôle sur la bouche du cheval. Playboy s’est retourné en me
regardant l’air de dire : « Mon homme. » Je l’ai regardé en pensant :
« Mon cheval. »
Je l’ai mis au petit trot et nous sommes partis, clip clop, clip clop.
C’était un trot très doux, facile, je sentais qu’il faisait totalement
attention à moi. À un moment, alors que nous prenions un virage,
j’ai commencé à glisser de ma selle. Playboy a bougé son arrière-train
sous moi pour ne pas me perdre. Un cheval incroyable. Un être
incroyable.
J’avais les larmes qui me coulaient des yeux alors que je le montais.
Ce que je ressentais alors était différent de tout ce que j’avais pu
connaître auparavant. Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer
avec des mots. Imaginez que quelqu’un en qui vous avez une totale
confiance vous regarde jusqu’au fond de votre âme et reconnaisse
chaque aspect de la totalité de votre être – sans aucun jugement ni
aucune projection. C’était comme être totalement aimé, être
totalement pris en charge, être totalement reconnu sans aucun
jugement, à un point tel que cela a fait exploser tous les jugements
que j’avais dans mon monde. Toute pensée avait disparu. Tout besoin
avait disparu.
Je sais que ce jour-là, j’ai fait l’expérience de ce que c’était qu’être.
J’ai fait l’expérience de l’unité, où tout existe et rien n’est jugé. Mais
ce n’était pas seulement des larmes et de l’espace. C’ÉTAIT
AMUSANT ! C’était intense !
C’était comme être sur une fusée de non-jugement qui m’amenait
dans un univers où l’on pouvait simplement être, intensément,
spacieusement, joyeusement, sans aucun jugement. Je ne sais pas
COMMENT c’est arrivé (et je m’en fiche). Je sais juste que C’EST
arrivé.
C’est comme cela que j’ai découvert une autre possibilité d’être
dans nos vies en connexion avec ce que l’Univers désire nous offrir.
Tout ce que nous avons à faire pour que cela se produise, c’est de le
choisir – et d’être prêt à le recevoir – et ensuite l’autoriser à
apparaître dans nos vies.
Et tout ce qui ne permet pas que cela apparaisse dans votre vie DÈS
MAINTENANT, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™. Merci.
Et bien que j’aie eu – et ai encore – cette communion avec Playboy,
pendant très longtemps, je n’ai pas été capable de recevoir la totalité
de ce qu’il était prêt à m’offrir. Il y avait toujours une part en moi que
je maintenais séparée, comme si c’était la seule façon d’être tel que je
m’étais défini. Je suis sûr que vous ne faites jamais ça dans votre vie,
n’est-ce pas ?
Il y a quelques années, il a eu un cancer. Entre le fait que j’étais
tout le temps en voyage et mon refus de recevoir de sa part, il avait
décidé qu’il était préférable de mourir plutôt que de continuer à vivre
sa vie de cette façon.
Vous voyez, il ne permet à personne d’autre de le monter. Il est
mon cheval et je suis son homme. C’est tout. Après être devenu mon
cheval, il a accepté une seule fois que Gary le monte pour me
montrer une façon particulière de se tenir à cheval. Il a permis à Gary
de faire trois tours de manège et il s’est arrêté, comme s’il disait à
Gary : « Tu peux descendre maintenant. Laisse Dain remonter. »
Donc quand Playboy a eu son cancer, quelques personnes et moimême lui avons demandé : « Y a-t-il quelque chose que nous
puissions faire ? » Il a répondu : « Oui, j’aimerais vraiment que Dain
me monte une fois par semaine. Mais je suis d’accord de laisser le
palefrenier me monter chaque semaine si Dain me monte une fois
par mois. » J’ai dit : « OK, on est d’accord. » Il a ajouté : « Encore
une chose… Il faut que tu commences à recevoir de ma part ou je
m’en vais. » Mais à l’époque je ne savais pas ce que cela signifiait.
Donc je me suis servi des outils que j’avais. J’AI DEMANDÉ À CE
QU’IL ME MONTRE ce qu’il voulait dire, car je n’en avais aucune
idée.
Peu après ça, je suis parti pour un voyage en Europe. Je faisais une
session après l’autre, un rendez-vous après un autre rendez-vous, une
classe après une autre classe, et de nouveau des rendez-vous, des
sessions, et ainsi de suite. Je n’écoutais pas mon corps et je suis
tombé malade. D’habitude, j’ai l’énergie du soleil, celle d’un gosse de
6 ans et du lapin Duracell tous réunis en même temps. Le fait de
pouvoir accéder à cette énergie ne veut pas dire que ce soit toujours la
meilleure option.
Mon corps me faisait savoir de façon très claire de quoi il avait
besoin. Je devais commencer à recevoir. Et cela voulait dire abaisser
toutes mes barrières, recevoir de mon cheval, de la Terre, des gens et
de tout ce qui m’entourait et était prêt à m’offrir des choses à moi et
à mon corps.
Je me suis allongé, j’ai posé mes mains sur mon corps et j’ai parlé
avec mon cheval. Je sais que cela peut paraître marrant mais c’est ce
que j’ai fait et voici ce qui m’est venu : « OK, Playboy, il y a de toute
évidence quelque chose que tu veux m’offrir et que j’ai refusé de
recevoir. Qu’est-ce que c’est ? » Et ensuite, j’ai POC et PODé tout ce
qui m’empêchait de recevoir ce que c’était.
C’est alors qu’une énergie d’être, de présence, de gentillesse, de
bienveillance, de douceur et de joie d’avoir un corps m’a envahi et j’ai
pensé : « Oh m**de ! C’est ce que j’ai refusé depuis huit ans ? ! »
Refuser. Cela faisait dix ans que je travaillais le recevoir dans tout
ce que je faisais. Ce travail consistait à recevoir plus, savoir plus, être
plus et percevoir plus. Et pourtant, je continuais à ne pas réaliser à
quel point je refusais encore de recevoir.
Est-il possible qu’il y ait quelque chose (ou plusieurs choses) que
vous refusiez encore de recevoir ? Seriez-vous prêt à arrêter de refuser
de recevoir ? Là, maintenant, tout de suite ? De l’Univers ? De tous
ceux qui vous entourent et désirent vraiment vous offrir quelque
chose ? De moi ? Même si vous ne savez pas à quoi cela ressemble ou
ce que cela requiert ?
Tout ce qui ne permet pas cela, allez-vous tout détruire et décréer,
s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
OUTIL
L’UNIVERS EST LÀ POUR VOUS
Êtes-vous prêt à commencer chaque matin avec cette question :
« Qui suis-je aujourd’hui et quelles grandes et glorieuses aventures
vais-je vivre et RECEVOIR ? »
Que faudrait-il pour que vous ayez tout ce que vous désirez dans
votre vie ? Ne cherchez pas une réponse ; recevez simplement
l’énergie de ce que c’est… Maintenant, demandez-vous si vous êtes
prêt à recevoir, sans idées préconçues sur ce que vous pensez devoir
recevoir pour obtenir ce que vous désirez. Êtes-vous prêt à recevoir
sans projection, attente, séparation, conclusion, jugement, rejet ou
réponse sur ce que cela doit être ou ce à quoi cela doit ressembler ?
Tout ce qui ne le permet pas, allez-vous le détruire et le décréer
maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Qu’est-ce qui devient réellement possible pour vous à partir de là ?
Que changeriez-vous si vous saviez que l’Univers était de votre côté ?
Parce que c’est le cas. L’Univers est totalement de votre côté. Il
assure vos arrières. Et au fond de vous, vous le savez. Vous l’avez
toujours su (même si c’était caché au plus profond de vous, au bout
d’un couloir sans fin, obscur, rarement emprunté et très peu
meublé).
Êtes-vous prêt maintenant à recevoir l’énergie de ce SAVOIR ?
Tout ce qui ne permet pas cela, détruisons et décréons-le
maintenant. 1… 2… 3 ! Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
L’Univers est là pour vous. Il désire vous offrir, oui, à vous.
NOTE AU LECTEUR
ET S’IL Y AVAIT QUELQUE
CHOSE DE TOTALEMENT JUSTE
DANS TOUT CE QUE VOUS AVEZ
CHOISI ?
Peut-être êtes-vous en train d’envisager l’idée d’arrêter de lire ce
livre. Si c’est votre choix, allez-y !
Et s’il y avait quelque chose de totalement juste dans tout ce que
vous avez choisi jusqu’à présent ? Et si arrêter de lire ce livre était
exactement ce qu’il vous fallait ?
Je n’ai pas de point de vue sur le sujet. Je sais que vous croyez
que j’en ai. Mais ce n’est pas le cas. Vous êtes totalement libre de
choisir de reprendre votre lecture quand vous le voulez, peut-être
dans dix ans, peut-être demain.
Comment ça devient encore mieux que cela ?
Vous pouvez même déchirer ce livre en morceaux et malgré tout
choisir SON ÉNERGIE à un autre moment dans votre vie.
Maintenant, comment cela devient encore plus bizarre que ça ?
LA PUISSANCE DE LA
BIENVEILLANCE
NOTE AU LECTEUR
ET SI NOUS ÉTIONS TOUS DES
GÉANTS ENDORMIS ?
Et si nous avions d’INCROYABLES capacités et pouvoirs ? Et si cela
n’avait rien à voir avec ce que vous avez pu imaginer ? Et si votre plus
grand pouvoir n’avait rien à voir avec votre capacité à laisser éclater
votre force, méchanceté ou colère ? Et si votre plus grand pouvoir
résidait dans la douceur et la gentillesse que vous pouvez exprimer,
dans la bienveillance, l’espace infini et le total laisser-être que vous
êtes ?
Êtes-vous conscient que si vous choisissez cela, les jugements n’ont
plus la possibilité d’exister ? Cela vous semble-t-il plus en phase avec
ce que vous êtes réellement ?
Et si nous étions tous des géants endormis ? Oui, vous aussi.
Posez-vous la question suivante tous les jours, s’il vous plaît : « Si je
prenais réellement soin de moi et du monde aujourd’hui, que
choisirais-je là, maintenant, tout de suite ? »
Votre vie va changer.
CHAPITRE 5
ET SI LA BIEN​VEILLANCE ÉTAIT
AU CŒUR DE CE QUE VOUS
ÊTES ?
Prenez ma main et laissez-moi vous guider sur le chemin des
souvenirs pendant un moment… Vous voilà à nouveau adolescent…
un corps dans lequel vous ne vous sentez pas totalement à l’aise… des
mots qui ne sortent jamais justes de votre bouche… et un
bouillonnement constant de sentiments et d’émotions… ces
glorieuses années de bonheur, d’aisance et joie totales dont nous
avons tous fait l’expérience…
Vous souvenez-vous de ces trois mots : « Je m’en fiche » ?
Rappelez-vous de l’une des nombreuses fois où vous vous les êtes
prononcés à vous-même ou à vos amis, vos parents, vos enseignants,
le garçon qui était mignon, la jolie fille qui vous rejetait, à nouveau…
Vous en foutiez-vous réellement ? Bien sûr que non. Cela vous
touchait bien plus que vous ne vouliez l’admettre, même à vousmême. Nous savons tous cela à propos des adolescents.
Et si c’était toujours vrai ? Et si votre bienveillance allait bien audelà de ce que vous n’avez jamais voulu savoir ? Et si elle était bien
plus grande que vous n’avez jamais voulu le reconnaître devant qui
que ce soit, y compris vous-même ? Et combien de fois avez-vous
décidé que cette bienveillance était la source de vos problèmes ? Que
cette sollicitude intense était votre plus grande faiblesse ? Et qu’elle
était responsable de votre souffrance et de votre douleur ?
Mon ami, ce n’est pas votre bienveillance qui est responsable de
votre douleur et de vos souffrances. C’est en vous coupant de cette
bienveillance – pour vous et pour les autres – que vous souffrez.
Notre bienveillance envers les autres est toujours la première chose
que nous cherchons à arrêter lorsque nous croyons que quelqu’un
essaye de nous blesser. Il semble plus facile de juger quelqu’un et de
penser à tout ce qu’il a fait de mal (et ainsi justifier le fait de ne pas
être proche de lui) que d’abaisser ses barrières et de dire : « Tu sais
quoi, c’est vraiment dur à dire, mais je t’adore tout simplement. J’ai
tellement d’affection pour toi et cela me fait si mal que tu ne veuilles
pas que je sois aussi proche de toi que je souhaiterais l’être. Voilà
vraiment ce qui se passe et c’est la raison pour laquelle j’essaie de te
juger et de te donner tort et que j’essaie de me séparer de toi. »
Avez-vous déjà essayé de dire cela à quelqu’un ? Que se passeraitil ? Cela court-circuiterait tout son système ; il vous regarderait
comme si vous veniez d’une autre planète. Et il finirait par fondre
dans cette douceur, très probablement comme il l’a toujours voulu
sans jamais se sentir assez en sécurité pour se le permettre.
Malheureusement, personne ne le fait jamais. Ce n’est pas parce
que nous ne pouvons pas, c’est parce que nous avons appris à ne pas
le faire. Nous pensons ne pas avoir à prendre soin des personnes qui
choisissent de ne pas recevoir cette bienveillance. Le problème, c’est
que la bienveillance est votre essence et que vous ne pouvez pas vous
arrêter. Vous adoptez un mensonge en pensant : « Oh, je me fiche
d’eux. »
Qui êtes-vous en train de tuer quand vous dites ça ? Vous. Vous
arrêtez de prendre soin de vous en adoptant le mensonge selon lequel
vous pouvez ne plus être bienveillant envers quelqu’un d’autre. Pour
ce faire, vous arrêtez de prendre soin de tout le monde, y compris de
VOUS. Et… cela ne marche pas !
Et si vous faisiez différemment ? Et si votre point de vue était :
« Peu importe ce qu’il se passe, je vais continuer à être bienveillant
envers moi-même. Et je vais continuer à être bienveillant, quels que
soient les choix de ceux qui m’entourent. » C’est la seule façon qui
vous permettra d’avoir de la joie dans votre réalité – en vous
permettant d’être aussi bienveillant que vous l’êtes vraiment –, peu
importe ce que les autres choisissent, parce que cela implique en fait
d’être bienveillant envers vous-même.
Tout ce que vous avez fait pour essayer de prouver que vous vous en
fichez et pour ne pas reconnaître à quel point vous êtes bienveillant –
y compris envers les gens qui vous font souffrir –, allez-vous détruire
et décréer tout cela, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad,
POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
NOUS SOMMES DES ÊTRES D’UNITÉ
Vous devez passer outre ce mensonge selon lequel vous vous en
fichez, être magnifique. Ce n’est pas que vous soyez mauvais ou dans
l’erreur quand vous le faites. C’est juste quelque chose que vous avez
appris très jeune. C’est simplement ce que la plupart des gens
choisissent pour ne jamais devoir se rendre compte à quel point ils
sont différents et à quel point ils aimeraient que le monde soit
différent.
De nombreuses personnes passent à côté de toute leur vie en se
basant sur cette seule chose : ne pas vouloir reconnaître à quel point
elles se sentent impliquées et bienveillantes et à quel point les gens
refusent de recevoir – et de donner – cette bienveillance.
Combien de bienveillance avez-vous refusé de recevoir ? Combien
de bienveillance avez-vous refusé d’être ? Allez-vous le reconnaître ?
Allez-vous reconnaître que ce n’est pas le véritable vous ? Et que ce
comportement n’est pas vrai pour vous ?
Vous désirez quelque chose de différent. Si ce n’était pas le cas,
vous ne seriez pas en train de lire ce livre. Vous désirez autre chose
qu’être coupé de votre bienveillance pour pouvoir rester « dans »
cette réalité. Vous savez qu’il existe de plus grandes possibilités. Allezvous le reconnaître ? Peu importe ce que cela implique. Allez-vous le
faire maintenant ?
Tout ce qui ne permet pas cela, allez-vous le détruire et le décréer
totalement ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Au fait, bienveillance et joie vont de pair. Éliminer cette
bienveillance envers vous et les autres ne marche pas. Ça ne marche
pas !
Nous ne pouvons pas faire cela et maintenir la joie. Nous ne
pouvons pas ne pas être bienveillants et avoir l’abondance. Nous ne
pouvons pas ne pas être bienveillants et nous sentir connectés. Nous
ne pouvons pas ne pas être bienveillants et créer des possibilités. La
bienveillance est l’une des choses les plus importantes qui manque à
cette réalité – prendre soin, se sentir concerné. Si toutes les personnes
sur cette planète avaient dès maintenant une bienveillance totale
envers elles-mêmes et les autres, notre planète fonctionnerait-elle
comme elle le fait ? Est-ce qu’on la percevrait différemment ? Les
génocides seraient-ils possibles ? La guerre ?
À quoi cela ressemblerait-il si vous deviez demander que la totalité
de votre bienveillance apparaisse là, pour vous, quoi qu’il arrive ?
Demandez-le, même si cela doit prendre des milliers d’années… une
semaine… ou bien que cela se manifeste dès maintenant.
Maintenant.
Tout ce qui ne vous permet pas de recevoir – et d’être – la véritable
bienveillance pour vous-même qui rendrait le fait d’être en vie très
joyeux, allez-vous tout détruire et décréer, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
AVEZ-VOUS APPRIS À VOUS ÉNERVER CONTRE LES AUTRES ?
Saisissez ceci : vous êtes l’unité (où tout existe et rien n’est jugé).
C’est ce que vous êtes. Quand vous cherchez à créer une séparation
avec votre être, vous cessez d’exister et d’être vous-même. Et laissezmoi vous dire que j’y travaille encore moi aussi. Je ne suis pas l’image
d’Épinal de la conscience, si c’est ce que vous pensez. Laissez-moi
vous donner un exemple, un exemple vraiment ridicule,
particulièrement quand on parle d’unité…
J’avais rendez-vous avec une amie pour aller boire un café. Et elle
ne m’a pas appelé. Je lui avais réservé un moment, j’avais fait des
plans et elle ne m’a pas appelé. Au lieu de ça, elle m’a appelé le
lendemain matin en me disant : « Je suis désolée de ne pas avoir
appelé hier soir. J’ai travaillé tard et je me sentais vraiment fatiguée. »
La première chose que j’ai eu envie de faire, c’est de dire :
« C**nasse ! Comment oses-tu déshonorer mon temps si sacré ?! »
Ce fut mon premier réflexe. Et, comme je ne me sentais pas en
harmonie avec cette idée, j’ai posé une question : « Quel serait
réellement MON point de vue dans cette situation ? » (Indice :
quand vous choisissez ce qui est vrai pour vous, vous vous sentez bien
ou léger. Quand vous ne choisissez pas ce qui est vrai pour vous, cela
vous semble toujours lourd.) Après un petit moment, j’ai réalisé :
« Ce n’est pas à moi. Je suis heureux que chacun ait le choix de faire
tout ce qu’il a décidé de faire, que je sois impliqué ou pas. »
Bizarre. J’étais surpris de découvrir mon véritable point de vue. Puis
j’ai regardé dans mon passé et j’ai réalisé que c’était déjà mon point
de vue quand j’étais plus jeune et que c’était pour cela que l’ON
M’AVAIT DIT que je n’étais pas assez bienveillant.
On m’a dit que je me faisais marcher dessus – et j’ai adopté cette
idée. On m’a dit que les gens m’utilisaient. Donc j’ai appris à
m’énerver contre les gens. J’ai appris que nous ne pouvions pas
tout le temps être simplement gentils avec tout le monde juste
parce que cela fonctionne pour nous. J’ai appris que l’on devait
s’énerver dans les situations appropriées.
L’avez-vous appris aussi ? Vérité ? Cela vous fait-il vous sentir plus
léger ? Cela vous fait-il vous sentir plus en connexion avec vousmême ? Cela vous fait-il vous sentir plus proche de quelqu’un
d’autre ?
Si vous répondez également « non » à toutes les questions cidessus, alors peut-être que vous pouvez envisager de vous poser ces
questions : « Ai-je appris que juger était une façon de prendre soin
des autres et d’être bienveillant ? », « Ai-je appris à juger plutôt
qu’être bienveillant ? », « Ai-je appris que me séparer des autres et
leur donner tort voulait dire que j’étais vraiment bienveillant envers
moi ? », « Quels autres choix me feraient me sentir plus léger et plus
heureux que ceux que j’ai choisis jusqu’ici ? »
Il y a d’autres choix de disponibles qui ne peuvent être faits qu’à
partir d’une véritable bienveillance envers vous-même. Vous devez
simplement être disposé à les faire. Quand vous serez prêt à les
choisir, alors vous serez capable de les voir.
Tout ce qui ne vous permet pas de voir quels sont ces choix et d’être
capable de vraiment les faire, allez-vous tout détruire et décréer
maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Encore autre chose de différent pour vous : savez-vous ce qui est le
plus intimidant pour un intimidateur ?
C’est quand vous n’êtes plus manipulable par le biais de la colère,
de la rage, de la haine, du jugement et de la séparation. Ce qui
intimide le plus les gens qui cherchent à vous intimider, c’est quand
vous ne créez pas de séparation face à eux, peu importe ce qu’ils font.
Cela leur fait peur. Ils ne savent plus comment vous manipuler et ils
ne savent plus sur quels boutons appuyer.
Donc retournons au moment où ma chère amie – qui m’avait
laissé tomber la veille au soir – m’a téléphoné. En me basant sur tout
ce qu’on m’avait appris, j’étais supposé être en colère, mais j’ai choisi
différemment. J’ai choisi d’être moi. (D’ailleurs, ça n’a pris que dix
secondes.) Et de cet espace qui était le mien, j’ai dit :
« Hé, ma belle, comment vas-tu ?
– Oh, je vais bien. Je suis tellement désolée pour hier soir. Je voulais
tellement te voir », m’a-t-elle répondu.
J’ai pu sentir tout mon être se relaxer. Parce que le problème était
vraiment là. Je me sentais blessé car je pensais qu’elle ne voulait pas
me voir. Je me sentais blessé et donc je me suis mis en colère pour le
dissimuler afin que personne ne voie que je me sentais amoindri et
moins désirable.
J’étais vraiment reconnaissant envers moi-même d’avoir pu être si
vulnérable et de choisir de ne pas réagir. J’ai réalisé qu’être autant en
colère ne marchait pas pour moi. Je n’évitais pas d’être en colère
parce que cela ne marchait pas pour elle ou parce que cela aurait été
mauvais pour elle. C’était pour moi et pour celui que je voulais être
que cela ne fonctionnait simplement pas.
Combien de choix – qui ne marchent pas vraiment pour vous –
faites-vous simplement parce qu’ils vous ont été enseignés comme
étant ceux que vous étiez supposé choisir ? Allez-vous détruire et
décréer tout cela maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
MAINTENANT, VOICI UN POINT DE VUE ENCORE PLUS
INTÉRESSANT : CELA FAIT MAL CAR ILS NE VEULENT PAS VOUS
RECEVOIR
S’il vous plaît, sachez que si quelqu’un est méchant envers vous,
cela fait mal car il ne vous reçoit pas. Il ne peut pas recevoir votre
bienveillance, il ne peut pas recevoir sa propre bienveillance et c’est
blessant pour vous.
Ce n’est pas qu’il ou elle essaie de vous faire mal. Ce n’est pas cela
qui importe. C’est le fait que vous vouliez éliminer la souffrance et la
douleur que vous percevez dans le monde. Peu importe ce qu’une
personne peut vous faire, vous avez toujours cette bienveillance. Que
ce soit de l’abus, ou se faire molester, ou de la méchanceté, ou des
jugements, ou du manque de gentillesse ou du vol ou quoi que ce soit
d’autre, vous restez bienveillant.
Mais vous pensez que vous n’êtes pas supposé être ainsi. Vous
pensez : « Oh, ils ont fait quelque chose contre moi, donc
maintenant je suis supposé ne pas me soucier d’eux. » Vous passez
votre vie entière à essayer de ne pas faire attention à eux… mais ce
n’est pas vrai. Vous continuez.
Donc tout ce que vous avez fait pour adopter le point de vue que
vous pouviez arrêter d’être bienveillant envers quelqu’un alors que
vous ne le pouvez pas, allez-vous laisser tomber cela maintenant, s’il
vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Je vous demande d’être prêt à rentrer dans un espace de nonjugement… où tout n’est qu’un point de vue intéressant. C’est ce que
nous appelons aussi le « laisser-être », où le choix de chacun (y
compris le vôtre) n’est qu’un point de vue intéressant. C’est à partir
de là que vous pourrez être cette différence qui permettra aux choses
de changer.
Vous êtes bien trop bienveillant et bien trop grand pour exclure
quoi que ce soit ! Quand c’est le cas, quand vous vous séparez des
gens et que vous prétendez ne pas vous en soucier, vous vous excluez
aussi vous-même. Voilà pourquoi cela vous semble aussi horrible.
Seriez-vous prêt à être si différent et si bienveillant envers vousmême que vous deviendriez capable de devenir une intensité de
bienveillance et d’espace telle que vous montreriez au monde ce qui
est possible ? Que se passerait-il si vous aviez une telle intensité de
bienveillance et de gratitude que vous LE DEVIENDRIEZ ? Est-il
possible que vous ayez envie, à chaque instant, d’avoir de la gratitude
et de la bienveillance envers votre vie et votre façon de vivre ? Envie
d’être reconnaissant de ce que chaque instant vous apporte, peu
importe où vous vous trouvez et avec qui ? N’est-ce pas ce que vous
avez recherché toute votre vie ?
On nous apprend à ne pas être vulnérables. On nous apprend à ne
pas être bienveillants. On nous apprend à ne pas être présents. On
nous apprend à ne pas offrir. On nous apprend à nous couper de
tout, de tous et à contrôler le monde qui nous entoure pour essayer
d’en tirer bénéfice avant quelqu’un d’autre – et pour 99 % des
personnes qui lisent ce livre, ça ne marche pas vraiment.
Si cela ne fonctionne pas pour vous, seriez-vous prêt à choisir
quelque chose de différent maintenant ? Et si vous, en étant vousmême, étiez la bienveillance, la gratitude, le cadeau, la présence, la
vulnérabilité et la différence que ce monde requiert ?
Vérifiez par vous-même…
Et si vous, en étant vous-même, étiez bienveillance, gratitude,
cadeau, présence et vulnérabilité ?
Est-ce léger pour vous ? Est-ce vrai pour vous ? Que savez-vous ?
Que voudriez-VOUS choisir ?
AIMERIEZ-VOUS SAVOIR COMMENT DEVENIR CELA ?
Il n’y a pas de « comment ». Je sais. C’est irritant.
Vous devez simplement demander à être la bienveillance, la
gratitude, le cadeau, la présence et la vulnérabilité, et ensuite poser
une question. Oui, une question. À nouveau.
Tout d’abord, la demande : « Peu importe ce que cela implique, je
demande et désire prendre soin de moi et éprouver de la gratitude
envers moi-même. Peu importe le temps qu’il me faudra pour avoir la
volonté d’avoir cela et peu importe à quoi cela va ressembler : je
demande que cela arrive – et que cela commence maintenant. »
Puis posez la question : « Hé, l’Univers, que faudrait-il pour que
cela arrive ? Parce que je ne sais pas de quoi j’ai besoin pour être dans
un état constant de gratitude, de bienveillance et d’espace, car je ne
connais personne qui vit ainsi et personne ne me l’a jamais appris. »
Vous demandez à l’Univers car vous n’en avez aucune idée. Ce
n’est vraiment pas à vous de savoir ce genre de choses, cher
magnifique vous. Votre boulot est simplement de demander avec
sincérité que cela se fasse et puis, ensuite, de poser la question.
Puis vous POC et PODez tout ce qui ne permet pas à votre
demande de se réaliser : tout ce qui ne permet pas à cela d’arriver,
détruisez-le et décréez-le. Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Et l’Univers vous entend et vous dit : « Super ! Tu as enfin posé une
question. Youhou ! Cela va être tellement amusant ! Nous allons
pouvoir jouer ensemble maintenant ! Je sais que tu n’as aucune idée
de ce dont il s’agit, donc je vais commencer par de petites étapes.
OK ? »
Certains jours seront faciles et d’autres tellement difficiles que vous
n’aurez qu’une envie, quitter cette planète… Mais là, maintenant,
vous êtes en chemin… N’abandonnez pas… C’est le moment…
Continuez simplement à demander… Et continuez à choisir… Et
continuez à avancer… Et ce que vous demandez se réalisera… (S’il
vous plaît… s’il vous plaît… quoi qu’il se passe, si vous trouvez le
courage de continuer… rien ne pourra plus jamais vous arrêter… Cela
vous ralentira peut-être mais ne vous arrêtera jamais plus.)
Si je pouvais vous souhaiter une chose – et vous l’offrir –, ce serait
que rien ni personne ne soit plus jamais capable de vous arrêter de
créer la vie et le monde que vous aimeriez vraiment créer, avoir, et
dont vous voudriez faire partie.
Tout ce qui ne permet pas à cela d’arriver et tout ce qui vous
empêche de le recevoir, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™.
NOTE AU LECTEUR
SANS SIGNIFICATION
Examinons les moments de votre vie où vous pensez être
indifférent à ce qui se passe… Ma question est la suivante : Êtes-vous
réellement indifférent ou suffisamment futé pour NE PAS RENDRE
CELA SIGNIFICATIF ?
Et si vous étiez bien plus conscient que vous n’avez voulu le
reconnaître jusqu’à présent ?
Toutes les personnes et tout ce que vous rendez significatif vous
coincent. Cela vous amène à juger si c’est bien ou mal, juste ou faux,
si ça doit rester ou partir, si vous donnez ou recevez… Oh, quelle
joie !
Vous pouvez avoir une affection profonde pour quelqu’un sans
pour autant rendre cette personne significative dans votre vie. La
bienveillance n’équivaut pas au besoin. Ou à la signification. La
véritable bienveillance, c’est une liberté totale.
OUTIL
DEMANDEZ : « VÉRITÉ ? »
Voilà l’un des outils les plus simples d’Access. Je l’utilise tous les
jours – quand je « facilite » des classes, pour gérer mes affaires et
dans mes relations.
Voici comment ça marche : aimeriez-vous pouvoir entendre les
mensonges que les gens disent autour de vous ? MÊME QUAND ILS
NE SAVENT PAS QU’ILS MENTENT ? Avant de poser une question,
demandez simplement : « Vérité ? » Vous pouvez le dire à voix haute
ou dans votre tête. Peu importe. Vous, ainsi que toutes les autres
personnes dans la pièce, saurez si cette personne ment ou pas. Si elle
vous ment à vous – ou à elle-même.
C’est un petit outil très utile. Cela contribue grandement à changer
le monde. Mais n’essayez surtout pas. Cela augmenterait
certainement votre capacité à percevoir ce qui se passe autour de vous
et dans votre vie. Mais ce n’est pas ce que voulez, n’est-ce pas ?
PHÉNOMÉNALES,
LES RELATIONS ?
NOTE AU LECTEUR
UNE DES CHOSES
IMPORTANTES…
… que nous faisons tous, c’est de nous empêcher de changer pour
ne pas perdre notre lien avec les autres. C’est l’une des plus grandes
limitations que nous nous imposons. Soyez juste conscient de ça.
Ce que vous pourriez réaliser, c’est que, en choisissant de changer,
vous allez devenir une invitation pour les personnes qui désirent
changer. Même si cela change votre lien avec elles.
Remarquez, je dis « changer ». Ce sera différent. Cela signifie que
vous risquez ou pas de les perdre. Les personnes qui ne désirent
vraiment pas changer s’en iront le plus souvent – ou vous donneront
tort et se sépareront de vous. Les gens qui désirent vraiment changer
ne vous feront pas porter le chapeau. Ils penseront : « Waouh, qu’estce que tu fais ? Tu es tellement différent. Je peux aussi ? »
Oh, et réfléchissez un peu à ceci : avec qui préféreriez-vous jouer
et passer du temps ? À qui préféreriez-vous donner votre énergie et
votre attention ? Ceux qui résistent à votre changement ou ceux
inspirés par ce changement ?
CHAPITRE 6
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE
SUFFISAMMENT DIFFÉRENT
POUR AVOIR UNE RELATION
FANTASTIQUE ?
Sur cette planète, nous passons beaucoup – BEAUCOUP – de temps
et d’énergie sur l’amour et les relations. Nous sommes si mignons,
nous les magnifiques êtres de cette planète.
Nous avons énormément de jugements, de conclusions et de points
de vue sur ce qu’est ou pas le véritable amour. La plupart d’entre nous
sommes à la recherche de la relation parfaite – même si nous
prétendons que ce n’est pas le cas.
Il y a pourtant, d’après moi, une multitude d’autres façons d’être
les uns avec les autres ! Une multitude. Mais ce n’est pas ce que l’on
nous apprend ici – ces possibilités ne font pas partie de cette réalité.
Et s’il était possible de totalement changer le paradigme des
relations ? Et si nous pouvions le changer en quelque chose qui
marche réellement pour chacun d’entre nous ? Et si les relations
pouvaient exister en dehors du contrôle, de la jalousie et de ce que
nous croyons être bon ou mauvais ? Et si les relations étaient basées
sur le cadeau que nous pouvons être les uns pour les autres ?
S’il vous plaît, sachez que je ne cherche pas à vous donner tort. Ce
n’est en aucun cas mon intention. Jamais. Mon unique intention est
de vous inviter à être d’une façon totalement différente. Il n’y a que
vous qui sachiez si c’est léger pour vous. Il n’y a que vous qui sachiez
si c’est vrai pour vous.
UNE PERSPECTIVE TOTALEMENT DIFFÉRENTE SUR LES RELATIONS
Je suis personnellement très doué pour avoir de mauvaises
relations. C’est pour cela que c’est un sujet que j’ai dû étudier en
profondeur pour découvrir quelles autres possibilités étaient
disponibles.
Commençons par définir les relations d’une autre façon. Je sais que
ce que je vais vous proposer est différent. Je sais que vous allez
probablement me trouver un peu bizarre sur ce coup-là. Bienvenue au
club.
Je définis une relation comme le degré de distance (ou de
séparation) entre deux objets. Pourquoi ? Parce que pour que deux
objets entrent en relation, il faut qu’ils soient séparés ; autrement ils
seraient « un » et ne seraient plus en relation parce qu’ils ne seraient
plus séparés. Vous comprenez ?
J’ai étudié, étudié et réétudié ce qui crée des relations fantastiques
et je dois vous dire que cela n’a rien à voir avec l’idée que je m’en
faisais. En étudiant le sujet, j’ai réalisé que nous faisions quelque
chose de totalement différent de l’idéal que nous semblons tous
chercher à atteindre. C’est notamment comme cela que j’en suis
arrivé à ma définition différente de ce qu’est une relation.
Je vais essayer d’expliquer… Pour être en relation, nous devons être
séparés et distincts. Pour créer quelque chose de séparé et distinct, ne
devons-nous pas perpétuellement créer une séparation pour
maintenir cette réalité en vie ?
Voici une autre idée bizarre : étant donné la façon dont les
relations sont définies dans cette réalité, vous cherchez à être en
relation avec UNE SEULE personne, ce qui vous exclut forcément. Il y
a toujours deux personnes dans une relation. Vous n’excluez pas
l’autre, sauf si vous en avez assez de donner, donner et redonner sans
succès. Vous comprenez ce que je veux dire ? Vous allez vous exclure
plus souvent que vous n’exclurez l’autre.
Voici comment ça marche en général :
PREMIÈRE PHASE : Vous voyez quelqu’un avec qui vous pensez
pouvoir devenir un. Pendant dix secondes, vous percevez la grandeur
de ce qui est possible entre vous et en chacun de vous. Super !
DEUXIÈME PHASE : Dix secondes plus tard, vous êtes dans le
jugement et vous essayez d’éliminer et de divorcer de chaque partie de
vous qui ne correspond pas aux jugements de l’autre (ou tout du
moins de ce que vous croyez être ses jugements).
TROISIÈME PHASE : Vous vous séparez de vous-même de plus en
plus, encore et encore. Vous éliminez de plus en plus de parties de
vous afin de vous accorder à ses jugements ; tandis que l’autre, de son
côté, fait de même et élimine de plus en plus de parties de lui-même
pour essayer de correspondre à vos jugements. Et vous vous demandez
pourquoi les choses finissent par ne plus fonctionner. Ça ne marche
pas parce qu’aucun d’entre vous n’est vraiment celui ou celle qu’il ou
elle était au début de la relation ! Voilà comment fonctionnent la
plupart des relations.
Moi aussi, j’aimerais que ce soit différent. Voilà pourquoi je vous
propose cet autre regard sur le sujet.
Je SAIS que nous pouvons choisir de créer quelque chose de
différent. Mais pour ce faire, nous devons d’abord être clairs sur ce
que nous faisons et créons présentement sur le sujet. Pour pouvoir
vraiment changer les choses, nous devons d’abord reconnaître où
nous en sommes maintenant – même si cela paraît difficile,
douloureux ou impossible à changer.
CONNAISSEZ-VOUS QUELQU’UN QUI SOIT DANS UNE RELATION
FANTASTIQUE ET VRAIMENT BIENVEILLANTE ?
Réellement ? Réfléchissez-y pendant une seconde. Est-ce le cas ? Si
c’est le cas, vous avez de la chance. Savez-vous que 90 % des gens
préfèrent avoir une mauvaise relation que pas de relation du tout ?
(Si vous faites partie du très faible pourcentage de la population qui a
vraiment une relation géniale, cela ne s’applique pas à vous.)
Pourquoi ? Parce qu’avoir une relation leur permet de rentrer dans
la norme. Dans cette réalité, presque tout le monde essaie d’être dans
la norme, presque tout le monde cherche à profiter, à gagner et à ne
pas perdre. Dans cette magnifique réalité, il faut avoir une relation
pour s’intégrer. La règle étant que, pour avoir tout bon, il ne faut pas
que les autres pensent que vous êtes un perdant. Si vous avez
quelqu’un avec qui vous pouvez avoir des relations sexuelles, alors
vous avez gagné. Vous êtes un champion ! Ce qui est drôle, c’est que,
que vous ayez ou non effectivement des relations sexuelles dans votre
couple ne semble pas avoir d’importance… Vous êtes par définition
un gagnant dans cette réalité si vous avez quelqu’un avec qui copuler
et avoir des relations sexuelles. Et tout le monde veut être un gagnant,
n’est-ce pas ? N’est-ce pas cela qui vous pousse à avoir une relation
même si vous n’en avez pas vraiment envie ?
Il n’y a donc pas beaucoup d’honnêteté ni de vérité dans ce
domaine, tant les gens veulent prouver qu’ils ne sont pas des
perdants. Tout ce que les gens cherchent à prouver, c’est qu’ils
s’intègrent comme tout le monde et qu’ils gagnent… Super stratégie.
C’est ce qui fait que nous continuons pour la plupart à nous mentir à
nous-mêmes et les uns aux autres sur ce que nous vivons
véritablement.
Et si vous n’étiez plus obligé d’adopter cette façon de faire, quelles
autres possibilités s’ouvriraient à vous ? à nous tous ? Combien de
relations avez-vous choisies non pas parce qu’elles étaient de
véritables contributions à votre vie mais parce qu’elles vous
permettaient d’éviter l’infamie de la solitude ? Ne pas être seul est
d’ailleurs l’une des autres raisons pour laquelle 90 % des gens
préfèrent avoir une mauvaise relation que pas de relation du tout.
N’est-ce pas délirant ?
Quelle réalité sommes-nous tous en train de valider ? À qui
appartient-elle d’ailleurs cette réalité dans laquelle nous vivons ? Qui
sera le premier à avoir le courage de dire : « Hé, je choisis
différemment. Je me choisis moi. »
Et c’est là que ça devient vraiment bizarre. Les gens qui ont choisi
cela ont souvent réussi à créer la relation qui fonctionnait pour euxmême si c’est différent de ce qu’ils étaient supposés choisir selon le
point de vue des autres.
Cela vous intéresse ? Si c’est le cas… Tout ce qui empêche que cela
apparaisse dans votre vie, allez-vous détruire et décréer cela, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™.
Tout ce que vous avez adopté comme étant vrai sur la nécessité
d’avoir une relation et des relations sexuelles pour pouvoir vous
intégrer, bénéficier, gagner et ne pas vous sentir comme un perdant,
allez-vous détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Remarque : Il se peut que vous deviez faire ce processus une
trentaine de fois par jour pour les trente prochains jours pour que
cela marche. Le conditionnement sur ce sujet est très profond.
Est-il possible qu’il y ait quelque chose d’encore plus grand que
l’amour ? Et si au lieu de courir après l’amour, vous étiez prêt à avoir
de la gratitude, de la bienveillance et aucun jugement ? Si vous étiez
prêt à avoir ça plutôt que l’amour, cela vous permettrait de vous
libérer de tous les jugements qui font partie du programme de
l’amour.
Qu’est-ce que je viens de dire ? Vous, sortir du programme de
l’AMOUR ? Blasphème !
Je sais que pour nombre d’entre vous, cela va à l’encontre de vos
croyances les plus élémentaires : l’amour est beauté. L’amour est
Dieu. L’amour est ce qui nous sauvera. L’amour est au cœur même de
notre être. N’est-ce pas ?
Mais combien de définitions de l’amour existe-t-il ? Réalisez-vous
que le mot « amour » a plus de définitions que n’importe quel autre
mot ?
Donc quand je dis « Je t’aime », qu’est-ce que cela signifie pour
vous ? Cela ressemble-t-il à ceci ? « Je t’aime et je n’aime que toi et je
ne veux être avec personne d’autre, jamais, et d’ailleurs je ne pense
jamais à personne d’autre et je ne veux jamais recevoir quoi que ce
soit de quelqu’un d’autre que toi et je ne veux jamais rien donner à
quiconque autre que toi. Tu es le/la seul(e) et l’unique ! Je t’aime ! Et
au fait… j’attends la même chose de toi. »
Maintenant, est-ce que l’amour veut dire la même chose pour
moi ? Non… Cela veut dire quelque chose de différent pour chacun
d’entre nous. Et pourtant, quand nous disons « Je t’aime » à
quelqu’un, nous nous attendons à ce que cela signifie la même chose
pour lui ou pour elle que pour nous ! Ce n’est pas possible ! Nos
partenaires ont eu une vie totalement différente de la nôtre, une
éducation totalement différente, des expériences totalement
différentes des nôtres. C’est une source énorme de confusion ! Et
nous sommes tellement occupés à chercher l’idéal de l’amour
inconditionnel que nous ne nous en rendons pas compte !
Et si l’amour était un conditionnement social conçu pour que ce
que vous savez être possible concernant l’amour inconditionnel
(l’amour sans jugement, ni bien ni mal ni juste ni faux, etc.) ne
puisse jamais voir le jour ? Où voyez-vous l’amour inconditionnel
dans le monde ? Qui voyez-vous le choisir mis à part vous ? !
Vous essayez tout le temps de le faire sans y arriver et du coup vous
vous jugez constamment : « Pourquoi est-ce que je n’y arrive pas ?
Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à changer le monde avec cela ?
Pourquoi je n’arrive pas à manifester cela ? Pourquoi ai-je
l’impression d’être le seul à croire que c’est possible ? »
Comment est-ce que je sais cela ? Parce que j’étais une de ces
personnes. Je SAVAIS que cela devait être possible. Et je me jugeais à
chaque fois que je n’y arrivais pas. (Je suis sûr par contre que vous ne
l’avez jamais fait…)
Vous essayez de maintenir l’idéal de ce que l’amour est supposé
être, tout en constatant que personne autour de vous ne fait ce choix.
Jusqu’au point où vous ne voulez plus aimer et que vous voulez tous
les tuer parce qu’ils ne voient pas ce qui est possible. Mignon et pas
forcément votre meilleur choix, mon ami.
Avez-vous été programmé pour percevoir l’amour comme l’ultime
possibilité ? Est-ce le cas ? OU ÊTES-VOUS l’ultime possibilité ?
L’amour est conçu pour que vous cherchiez une possibilité en dehors
de vous-même. Il est impossible de créer ce que l’amour est supposé
créer de cette manière. Mais c’est possible si vous choisissez d’être
vous.
Et si au lieu d’avoir seulement l’amour, vous étiez prêt à avoir la
gratitude, la bienveillance et aucun jugement – POUR VOUS ? Si vous
étiez plutôt prêt à choisir cela, cela vous libérerait de tous les
jugements attachés au programme de l’amour… Et il est effectivement
possible d’avoir et d’être chacun de ces éléments : gratitude,
bienveillance et aucun jugement ! Ils ne requièrent pas que vous
recherchiez en dehors de vous quelque chose d’impossible à trouver.
Si vous étiez prêt à les avoir pour vous, ils deviendraient presque
magiquement également disponibles pour le reste d’entre nous.
Est-il également possible que le mélange gratitude-bienveillanceaucun jugement corresponde en fait précisément à ce que vous
pensiez pouvoir obtenir de l’amour ? Si c’est le cas, peut-être allezvous réaliser que vous pouvez maintenant finalement et effectivement
créer ce que vous pensiez pouvoir recevoir de l’amour.
MON AMI, SAVEZ-VOUS QUE VOUS ÊTES TÉLÉPATHE ?
Avez-vous déjà été dans une relation de n’importe quelle sorte ? Je
suppose que c’est le cas.
Disons que vous vous apprêtez à téléphoner à votre partenaire –
savez-vous, avant même qu’il réponde, quand il est en colère ? Ou
s’il est triste ? Ou quand il a besoin que vous l’appeliez ? Ou quand il
a besoin d’avoir une conversation ?
Vous le savez à chaque fois (que vous soyez prêt à l’admettre ou
pas). En fait, je suis même prêt à parier que la raison qui vous pousse
à l’appeler en premier lieu est que vous savez qu’il a besoin de vous
d’une façon ou d’une autre. Ne me croyez pas sur parole. Observez ce
qui se passe dans votre vie et constatez par vous-même.
Comment savez-vous ce genre de choses ? Parce que vous êtes
télépathe ! Vous avez conscience de ce genre d’énergies. Vous en avez
toujours été conscient.
Quand je dis que vous êtes télépathe, je ne parle pas de Mme Irma
qui lit les lignes de la main ou de Mlle Chloé qui tire les cartes. Je
parle d’une personne consciente des énergies. Il y a un grand nombre
de choses que vous pourriez faire avec ce talent si vous étiez prêt à le
développer.
Mais pour le moment, je parle de quelqu’un (VOUS) qui est
conscient des énergies qui l’entourent (par exemple les pensées,
sentiments et émotions des personnes qui vous sont chères). Depuis
le moment où vous avez été conçu, vous avez capté les pensées,
sentiments, émotions et points de vue sexuels de toutes les personnes
qui vous entouraient. Au début, vous avez commencé par essayer de
comprendre comment fonctionnait cette réalité : « Comment
Maman fonctionne-t-elle dans cette réalité ? Comment Papa
fonctionne-t-il dans cette réalité ? Comment mes frères et sœurs
fonctionnent-ils dans cette réalité ? Comment ma famille
fonctionne-t-elle dans cette réalité ? Comment mes amis
fonctionnent-ils dans cette réalité ? »
Vous vous êtes imprégné de tout cela et êtes devenu un facteur de
propagation de ce qu’est cette réalité selon tous les points de vue de
ces personnes… points de vue qui, d’ailleurs, ne vous incluaient que
très rarement car vous ne vous demandiez pas : « Qu’est-ce que je
voudrais comme réalité ? » Vous vous demandiez : « Comment
fonctionne-t-on ici, sur cette planète bizarre ? Qu’est-ce que je dois
faire pour m’intégrer ? Que faut-il faire pour avoir tout bon ici ?
Comment vais-je faire comme tout le monde ? Comment puis-je
gagner et ne pas perdre ici ? »
Donc vous avez avancé dans votre vie en faisant comme tous les
autres, comme si c’était la seule façon d’avancer. L’une des grandes
choses que l’on vous a vendue comme étant vraie est l’idée géniale de
comment les relations fonctionnent sur cette planète… Et tout cela
parce que vous êtes incroyablement télépathe, mon ami. Tout cela
parce que vous êtes capable d’« entendre » les rêves, espoirs, réalités
et insanités de tous les autres autour de vous.
Je sais, vous n’aviez pas envie d’entendre cela. Mais si votre
relation actuelle semble suivre le même chemin que toutes les autres
relations que vous avez eues, êtes-vous conscient que VOUS ÊTES
CELUI QUI LE CHOISIT ? N’est-ce pas génial, ça ? Parce que si toutes
vos relations ont suivi le même chemin, quel est leur dénominateur
commun ? VOUS ! Qui est le seul à pouvoir choisir quelque chose de
différent ? VOUS !
Je sais… Comme moi, vous avez probablement espéré trouver
quelqu’un – ou quelque chose – qui soit différent… Quelqu’un QUI
VOUS COMPRENNE… Quelqu’un qui fasse que tout ce que vous
avez décidé être vrai pour vous fonctionne et marche. Mais devinez
quoi ? Cela ne marchera que lorsque VOUS exigerez de vous-même de
choisir de vivre ce qui marche pour vous, quels que soient les points
de vue des gens qui vous entourent, qu’ils vous comprennent ou non.
Choisir cette réalité comme base fondatrice de VOTRE réalité ne
marchera jamais parce qu’elle ne vous inclut pas VOUS. Cette réalité
est basée sur les limitations, les jugements et sur ce qui ne va pas –
elle n’est pas fondée sur les possibilités.
Donc tout ce que vous avez fait pour choisir cette réalité plutôt que
de prendre conscience de ce que vous aimeriez vraiment choisir, allezvous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
DE TOUTE FAÇON, VOUS N’AVIEZ PAS BESOIN DE CES BRAS ET DE
CES JAMBES, N’EST-CE PAS ?
Êtes-vous conscient que la plupart des relations exigent que vous
laissiez tomber la plus grande partie de qui vous êtes ? Voici ma
description favorite de ce à quoi cela ressemble…
Vous êtes à la maison et l’un de vos amis super-mignon passe par
là. Il est dans une toute petite voiture, genre une Mini Cooper. Il vous
klaxonne : « Hé ! Comment tu vas ? Allez viens, monte… Envie
d’embarquer dans une relation avec moi ? » Vous répondez : « Oh,
mon Dieu ! Tu es tellement mignon et tu conduis cette petite voiture
adorable ! Je suis totalement prêt, allez, oui, on y va ! »
Et vous voilà parti. Bien entendu, c’est lui qui conduit parce que
c’est sa vie et vous êtes celui qui s’embarque dans une relation avec
lui. Donc vous allez vous asseoir à votre place, sur le siège passager.
En vous asseyant, vous vous rendez compte que la voiture est trop
petite et que vos jambes ne rentrent pas… Donc vous les coupez et
vous les jetez parce que vous n’allez de toute façon pas vraiment en
avoir besoin puisque vous venez d’embarquer pour le voyage de votre
vie, n’est-ce pas ? Il se trouve juste qu’il conduit une toute petite
voiture. Donc vous vous dites… « OK » !
Vous vous apprêtez à fermer la porte : « Je suis prêt. Maintenant
que j’ai coupé mes jambes, je rentre parfaitement dans la voiture de
ma vie, pas de problème ! C’est bon, on y va ! » Vous essayez de
fermer la porte. C’est à ce moment-là que vous réalisez : « Oh non,
mes épaules sont trop larges et mes bras trop longs. Ça ne rentre
pas ! » Donc vous vous coupez un bras et puis ensuite vous vous
rongez l’autre et vous fermez la porte avec votre menton. Maintenant,
vous êtes prêt !
Vous n’avez plus de jambes ni de bras, mais enfin vous êtes prêt
pour le voyage de votre vie, en relation avec lui, sur le siège passager
de sa toute petite voiture ! C’est trop cool. Passez un bon moment.
Allez, on y va !
Voilà comment nous autres fonctionnons dans nos relations, nous,
êtres si adorables. Comment cela devient encore mieux que nous ?
Que ce soit bien clair, je suis expert en la matière, cher ami. Je ne
suis donc en aucun cas en train de vous juger ni de vous considérer
comme étant nul pour ça – je dis simplement que peut-être ce n’est
pas le choix le plus intelligent.
JUSTE UNE PETITE QUESTION QUI POURRAIT COMMENCER À
CHANGER CELA…
Et si, quand vous rencontrez quelqu’un avec qui vous êtes
potentiellement intéressé de commencer une relation, vous posiez la
question suivante : « Cette personne sera-t-elle une contribution à
ma vie et à ma façon de vivre ? » Ensuite TAISEZ-VOUS et écoutez ce
que vous savez. Vous prendrez conscience de la réponse avant même
d’avoir fini de poser la question.
Vous sentez-vous plus léger ? Alors c’est un oui. Lourd ? Alors n’y
allez pas ! Posez une autre question : « Que faudrait-il pour que je
rencontre quelqu’un qui contribue à ma vie et à ma façon de vivre ? »
QUOI D’AUTRE EST POSSIBLE ?
Connaissez-vous au moins une personne dans votre vie qui ne
« divorce » pas d’elle-même pour qui que ce soit ?
Ce qui est intéressant, c’est qu’en général, cette personne est perçue
par les autres de cette manière : « Oh, mon Dieu, c’est un vrai
salaud ! » Bien sûr, vous ne voulez pas être un salaud. Par
conséquent, vous divorcez de vous-même pour que personne ne
puisse jamais penser cela de vous.
D’un autre côté, cette même personne sera perçue par d’autres
pour ce qu’elle est vraiment : un leader. De mon point de vue, un
leader sait où il va, n’a pas besoin que quelqu’un le suive et est prêt à
aller où c’est nécessaire, que les autres y aillent ou pas.
Les gens qui ne divorcent réellement pas d’eux-mêmes peuvent
devenir les leaders de ce monde. Tout au moins, ils peuvent être les
leaders de leur propre vie au lieu d’être des moutons.
Quand il y a deux leaders dans une relation, ça marche plutôt bien
parce que tous les deux sont prêts à permettre à l’autre d’être
exactement tel qu’il est. Ils veulent tous les deux que l’autre
grandisse, prenne plus de place et s’épanouisse car ils ne sont ni
intimidés ni ne se sentent menacés. Au contraire, ça les inspire.
De quel pourcentage de vous-même avez-vous divorcé pour créer
votre relation actuelle (ou la plus récente) ? Plus de 100 % ou
moins ? Ou BEAUCOUP PLUS ? Pour la plupart des gens, c’est
BEAUCOUP PLUS.
Tout ce que vous avez fait pour divorcer de vous-même, allez-vous
le détruire et le décréer maintenant, s’il vous plaît, et reprendre
possession de toutes les parties de vous dont vous pensiez devoir vous
débarrasser ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Et si le plus grand cadeau dans votre relation, c’était vous – prêt à
être totalement vous, radieusement, joliment, incroyablement,
bizarrement, étrangement, intensément et joyeusement aussi
différent et unique que vous l’êtes réellement, sans divorcer d’aucune
partie de vous-même ? Tout ce qui ne vous permet pas de choisir cela
avec facilité, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right
and wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Les gens qui ont les meilleures relations ont en fait leur propre
vie. Ils ne cherchent pas la validation des autres pour savoir qui ils
sont et ils ne s’attendent pas à ce que les autres les complètent de
quelque façon que ce soit. Ils savent qu’ils sont complets par euxmêmes dans leur propre vie et leur façon de vivre. Ils sont également
prêts à ce que l’autre soit un plus dans leur vie, leur façon de vivre et
une contribution à celle-ci – et non pas une substitution.
Et vous êtes prêt à avoir cela ? Tout ce qui ne permet pas à cela de
se produire dans votre vie, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
ÊTES-VOUS PRÊT À ESSAYER UNE NOUVELLE FAÇON D’ÊTRE EN
RELATION AVEC LES AUTRES ET LE MONDE ?
Il y a un petit truc qui s’appelle l’INTIMITÉ – où vous êtes en
communion et dans l’unité, où tout existe et rien n’est jugé. Dans
l’unité, je peux être toi, tu peux être moi.
La véritable intimité est composée de cinq éléments : honorer,
confiance, laisser-être, vulnérabilité et gratitude. Avez-vous
remarqué que la copulation n’en faisait pas partie ? Cela vous
surprend ? L’intimité est quelque chose que vous pouvez avoir avec
tout le monde si vous le souhaitez. Il n’y a pas du tout besoin
d’inclure la partie sexe (copulation) pour cela.
Bizarrement, une personne en particulier fait toute la différence
ici… Si vous étiez prêt à être intime avec cette personne-là, cela vous
donnerait le choix d’être intime avec n’importe qui d’autre dans votre
vie, d’une façon qui marcherait parfaitement pour vous, exactement
comme vous le désireriez, en étant intime avec vous-même.
Examinons les cinq éléments.
N° 1 : HONORER
Cela signifie vous honorer vous-même et honorer votre partenaire.
Honorer veut dire traiter avec égards. De toutes les façons. Toujours.
Prenons un exemple : votre sensualité et vitalité naturelles (votre
sexualness) vous ont-elles déjà amené à être irrésistiblement attiré par
quelqu’un ou quelqu’un a-t-il déjà été irrésistiblement attiré par
vous ? Et au moment où vous commencez une relation, vous décidez :
« Oh, mon Dieu, je ne peux plus flirter avec qui que ce soit d’autre
parce que ça déshonorerait totalement mon partenaire ! » Et si, en
fait, cela ne déshonorait pas votre partenaire ? Et si c’était justement
la partie de vous qui lui plaisait depuis le début ? Et si vous priver de
cela était en fait ce qui déshonorait véritablement votre partenaire ?
Et vous déshonorait vous ? Flirter ne veut pas dire que vous allez
ramener cette personne à la maison… Le fait que vous flirtiez signifie
simplement que… vous aimez flirter ! Cela signifie peut-être que vous
avez plus de vie en vous ! Cela veut peut-être dire que vous vous
amusez un peu plus ! Vous devriez peut-être d’abord demander à
votre partenaire ce qu’il en pense avant d’éliminer cette partie de
vous qu’il adore peut-être totalement.
Je sais que c’est une façon assez différente de considérer ce
qu’honorer veut dire. Mais ma question est : Est-ce léger pour vous ?
Je dois une partie de cette information à Mary, une vieille dame de
95 ans. Quand mon ami Gary lui a demandé si son mari Bill – qui
était représentant de commerce – ne l’avait jamais trompée lors de ses
déplacements, sa réponse nous a surpris tous les deux. Elle nous a
dit : « Je ne sais pas. S’il a eu besoin de le faire pour s’honorer luimême, il ne m’a jamais déshonorée, moi ou notre relation, en
rentrant à la maison et en me racontant tout. Il n’aurait jamais fait
cela. Vous, les jeunes, vous pensez que vous devez jeter votre linge sale
à la figure de votre partenaire et vous exigez ensuite que votre
partenaire continue à vous aimer inconditionnellement ! C’est
complètement fou ! » Quoi ?
Sa réponse nous a amenés, Gary et moi, à discuter pendant un bon
moment de ce qu’« honorer » voulait véritablement dire. Nous avons
réalisé qu’en partageant son point de vue avec nous, Mary nous avait
fait un grand cadeau. Cela venait d’une femme qui avait été élevée
par sa grand-mère vivant à l’époque victorienne !
C’est à partir de ce moment-là que j’ai réalisé qu’honorer l’autre
voulait dire quelque chose de très différent de ce que je pensais
initialement. Peut-être pourriez-vous explorer ce que cela signifie de
vous honorer vous-même et d’honorer votre partenaire – non pas à
partir des définitions que vous avez déjà, mais à partir de ce qui
fonctionne pour vous, même si c’est très différent.
Tout ce qui ne vous permet pas d’être conscient et de vraiment
choisir ce qu’honorer signifie véritablement POUR VOUS ET POUR
VOTRE PARTENAIRE, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™.
N° 2 : CONFIANCE
La plupart des gens pensent que confiance et foi aveugle sont la
même chose. Ce n’est pas le cas. Nombreux sont ceux qui sont dans
une relation avec quelqu’un et pensent : « Bon, je sais qu’il/elle était
alcoolique avant d’être avec moi, mais maintenant qu’il/elle est avec
moi, il/elle va voir à quel point je l’aime et j’ai confiance dans le fait
qu’il/elle va arrêter… » Non, très cher, il/elle ne va pas arrêter. Ce en
quoi vous pouvez avoir totalement confiance, c’est que la personne
sera exactement telle qu’elle était quand vous l’avez rencontrée.
Si vous pensez que l’autre va changer par amour pour vous, vous
mettez tout en place pour créer une relation qui sera un échec
lamentable et abyssal. C’est de la foi aveugle (l’accent étant sur
aveugle) et cela ne marche pas. Vous comprenez ?
Faites confiance au fait que la personne avec qui vous êtes sera
demain exactement telle qu’elle est aujourd’hui, avec ses qualités et
ses défauts. Pourquoi ? Parce que cela rendra votre vie plus facile. Et
cela lui rendra la vie plus facile également. Cela créera la possibilité
d’une belle relation. Et si cette personne change « pour le mieux », ce
sera une surprise agréable pour chacun d’entre vous et cela
améliorera votre relation – au lieu d’être quelque chose que vous
attendez que l’autre devienne afin qu’il soit enfin le partenaire idéal.
L’autre aspect de la confiance est de vous faire confiance à vousmême. Vous faire confiance implique que vous soyez prêt à savoir
ce que vous savez et que vous choisissiez ce qui est le mieux pour
vous.
Tout ce qui ne permet pas à cela d’apparaître pour vous, allez-vous
le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
N° 3 : LAISSER-ÊTRE
Le laisser-être, c’est quand tout ce que l’autre personne (ou
n’importe qui) choisit n’est qu’un point de vue intéressant. C’est
juste un choix et c’est juste un point de vue intéressant.
La plupart d’entre nous ont appris à s’aligner et à être d’accord ou
à résister et à réagir à chaque point de vue qui se présente à eux.
S’aligner et être d’accord, c’est essentiellement juger le point de vue
de l’autre comme étant juste, correct et vrai. Résister et réagir, c’est le
juger comme étant mauvais, à éviter et à fuir à tout prix.
Dès que vous commencez à juger, vous sortez du laisser-être et de
l’intimité. Vous pouvez soit être dans le jugement, soit être dans
l’intimité. C’est votre choix.
Avez-vous remarqué que le jugement n’honorait pas ? Il n’invite
pas la gratitude, ni la confiance, ni la vulnérabilité et n’a rien à voir
avec le laisser-être.
Dans le laisser-être, tout n’est qu’un point de vue intéressant.
Quoi que vous ou les autres choisissiez, ce n’est qu’un point de vue
intéressant. Et si tous vos points de vue pouvaient juste être des
points de vue intéressants ? Est-ce que cela rendrait les choses plus
faciles pour vous et votre partenaire ? Auriez-vous plus de liberté ?
Moins de jugements ? Le laisser-être est en fait une des clés pour
éliminer et aller au-delà du jugement dans votre vie.
Tout ce qui ne permet pas au laisser-être de devenir une réalité
pour vous, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right
and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
N° 4 : VULNÉRABILITÉ
L’élément suivant de l’intimité est la vulnérabilité.
La vulnérabilité, c’est comme une plaie ouverte. C’est quand vous
n’avez absolument aucune barrière ni résistance vis-à-vis de ce que
l’autre fait ou vis-à-vis de ce que vous faites et que vous n’avez rien à
prouver concernant qui vous êtes.
Avez-vous déjà eu une plaie ouverte sur votre corps si intense que
lorsque le vent souffle dessus c’est… « Waouh ! ? La vulnérabilité,
c’est ça. »
Pourquoi est-ce une bonne chose ? Dans cette réalité, on nous
apprend que la vulnérabilité est une mauvaise chose. « Oh, cette
relation m’a fait mal donc je vais mettre en place des barrières pour
m’assurer que cela n’arrive plus jamais. » Et une fois que vous avez
mis en place suffisamment de ces murs et barrières, devinez qui finit
enfermé derrière ces murs ? C’est vous, par les barrières que vous avez
érigées.
Donc combien de barrières avez-vous érigées pour ne plus jamais
être vulnérable ? Barrières qui vous ont fait croire que vous ne
souffririez plus mais qui en fait vous font constamment souffrir et
vous amènent à constamment vous juger, vous et votre partenaire ?
Allez-vous détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
Chaque barrière que vous érigez implique que vous deviez juger si
vous l’avez bien fait ou pas, si elle marche ou pas, et si elle vous
permet de ne pas laisser entrer ce truc terrible que vous ne voulez pas
laisser entrer, ce qui vous maintient dans un état de jugement
constant et vous prend énormément d’énergie.
Lorsque vous êtes réellement prêt à être présent sans aucune
barrière ni résistance vis-à-vis d’une autre personne, cela crée une
possibilité totalement différente. Cela crée une douceur en vous, cela
permet de recevoir tout ce qui est tout en offrant cette possibilité à
l’autre.
La vulnérabilité, contrairement à tout ce que l’on a pu vous dire,
n’est pas une faiblesse. C’est au contraire l’espace qui donne accès au
pouvoir et à la puissance véritables. Pourquoi ? Parce que lorsque
vous n’avez aucune barrière ni aucun jugement, vous pouvez avoir la
conscience totale de tout ce qui est : rien en vous ne vous déconnecte
de la conscience de toute chose ; le pouvoir total et la puissance
deviennent alors disponibles.
Tout ce qui ne vous permet pas d’avoir la puissance que la véritable
vulnérabilité vous permet d’être, allez-vous détruire et décréer cela s’il
vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
N° 5 : GRATITUDE
Pensez à quelqu’un que vous dites aimer. Prenez le temps de
ressentir l’énergie de votre amour pour cette personne. Maintenant,
essayez d’avoir de la gratitude pour elle. Est-ce plus léger pour vous ?
Avez-vous remarqué que vous êtes parfaitement capable d’avoir de
l’amour et des jugements en même temps ? En fait, c’est vous que
vous jugez. Vous jugez votre amour pour cette personne, si elle vous
aime ou pas ainsi que votre capacité ou incapacité à atteindre vos
idéaux…
Quelle est l’intimité amoureuse suprême dans cette réalité ? Le
summum de l’intimité amoureuse dans cette réalité est d’éliminer
tous les autres de votre vie pour ne faire qu’un avec l’autre. C’est la
raison pour laquelle de nombreuses personnes laissent tomber leurs
amis quand elles ont une relation amoureuse.
Combien de jugements faut-il pour générer ça ? En vérité, dans
cette réalité, amour et jugements vont de pair. Dès que vous passez
plus de dix secondes avec quelqu’un, vous commencez à juger cette
personne. C’est pourquoi plus vous passez de temps avec quelqu’un,
plus vous vous sentez séparé de cette personne. Vous construisez des
murs de jugement autour de vous, l’autre construit des murs de
jugement autour de lui, et vous ne pouvez pas vous rapprocher plus
que ce que les murs de jugement ne le permettent.
Tout ce que vous avez fait pour ériger ces murs de jugement autour
de vous qui vous empêchent de vivre la totalité de la bienveillance, de
la gratitude et du recevoir, allez-vous tout détruire et décréer, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
C’est terriblement triste, mais c’est le paradigme des relations que
l’on nous a donné.
Et si la gratitude était le nouveau paradigme ? Vous ne pouvez pas
avoir de la gratitude et des jugements en même temps. Vous pouvez
soit juger, soit avoir de la gratitude ; ils ne peuvent coexister. Lequel
voulez-vous choisir ?
Ce qui est vraiment génial avec ça, c’est que quelqu’un peut vous
juger – et vous pouvez quand même avoir de la gratitude pour lui et
même avoir de la gratitude pour les jugements qu’il a de vous. C’est
plutôt cool ! Pourquoi ? Parce que cela vous donne accès à vous – et
vous n’aurez plus jamais besoin de vous séparer de qui que ce soit.
Même pas de vous-même. Cela crée la possibilité d’avoir de la
gratitude pour tout ce que votre partenaire choisit.
Tout ce qui ne permet pas à cela de devenir une réalité pour vous,
allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Merci.
L’AMOUR : DEUXIÈME PARTIE – ÊTES-VOUS PRÊT À CHOISIR
L’INTIMITÉ AVEC VOUS-MÊME ?
Maintenant, cher ami, si vous aviez ces cinq éléments dans vos
relations – avec les hommes, les femmes, les amis, les parents, les
enfants –, cela ouvrirait-il de nouvelles possibilités pour vous ?
Examinez réellement ce que vous recherchiez lorsque vous parliez
d’amour. N’est-ce pas en fait la gratitude, le fait de vous honorer et
d’honorer l’autre, la confiance, le laisser-être et la vulnérabilité que
vous recherchiez ? Et si on ajoutait la bienveillance, la sollicitude, la
gentillesse et aucun jugement à tout cela ?
Vérité ? Est-ce ce que vous désirez pour les autres ? Est-ce ce que
vous désirez pour vous-même ?
Êtes-vous prêt à choisir l’intimité avec vous-même ? Que ce soit de
l’amour ou pas ?
Sachez que choisir d’être en intimité avec soi ne signifie pas que
l’on ne peut pas choisir d’avoir aussi quelqu’un dans sa vie. Cela ne
veut pas dire que vous devez rester seul…
Cela veut dire au contraire qu’au lieu de choisir quelqu’un qui veut
vous limiter et vous diminuer, vous allez choisir quelqu’un qui va
contribuer à votre vie. Vous ne croirez plus que vous avez besoin de
quelqu’un et de la justesse de ses jugements pour faire de vous
quelqu’un d’entier et de complet.
Tout ce qui ne vous permet pas de voir cela apparaître dans votre
vie avec une aisance totale, allez-vous le détruire et le décréer, s’il
vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Mon point de vue est que si vous souhaitez avoir une relation,
autant en avoir une qui soit absolument géniale et phénoménale ! De
mon point de vue, pourquoi choisir quelqu’un qui va répondre à
votre besoin de vous intégrer dans ce monde limité que d’autres
semblent trouver si précieux ? Les relations sont géniales si elles
contribuent effectivement à votre vie.
Tout ce qui ne vous permet pas de percevoir, savoir, être et recevoir
cette possibilité – et de la créer –, allez-vous maintenant lâcher,
détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Maintenant, vous savez que c’est possible. Tout ce que vous avez à
faire, c’est de dire : « OK, je vais choisir ça. »
Tout ce qui ne permet pas à cela d’arriver dans votre vie, allez-vous
le détruire et le décréer s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
OUTIL
DÉTRUISEZ VOS RELATIONS CHAQUE
JOUR
Voici encore un autre outil un peu bizarre, un de ceux qui peuvent
faciliter la façon dont votre vie se déroule.
Nous sommes tous coincés les uns avec les autres. Nous partageons
des attentes, des projections, des illusions, des désillusions, des
mémoires, des rôles que nous avons les uns envers les autres. Nous
sommes coincés dans tout cela.
Comment pourrions-nous être ensemble sans tous ces bagages ?
Comment cela affecterait-il votre façon d’être avec votre partenaire,
votre mère, votre père, votre enfant, votre collègue ? Et si vous
commenciez votre journée chaque matin en décréant et en
détruisant toutes vos relations, dans une reconnaissance totale pour
tout ce qui a pu se passer et tout ce qui est à venir ? Pourquoi ? Pour
pouvoir constamment créer avec les gens avec qui vous êtes en
relation, plutôt que de vous alourdir en traînant le passé.
De plus, si vous examinez la définition que j’ai donnée des
relations – en gros, ne pas choisir de « faire un » avec l’autre –,
détruire et décréer vos relations chaque matin peut être compris
comme détruire toutes ces façons dont vous n’avez pas été capable
d’être dans le laisser-être, dans l’unité et dans le non-jugement de
ceux avec qui vous êtes en relation. Comment ? C’est facile. Voilà
comment :
« Je vais maintenant décréer et détruire ma relation avec (le nom
de votre partenaire). Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD,
All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci. »
« Je vais maintenant décréer et détruire ma relation avec ma
famille. Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci. »
« Je vais maintenant décréer et détruire ma relation avec mon
travail et tous ceux avec qui je travaille. Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci. »
« Je vais maintenant décréer et détruire ma relation avec moimême. Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci. »
Si vous êtes de ceux qui aiment les mots, vous pouvez ajouter les
mots suivants au processus présenté ci-dessus. Si ce n’est pas le cas,
ignorez cette partie.
« Je vais maintenant décréer et détruire ma relation avec (le nom
de votre partenaire) ainsi que toutes les projections, attentes,
séparations, jugements et rejets que chacun de nous a envers l’un de
nous ou envers notre relation venant du passé, du présent ou du
futur. Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci. »
Maintenant, commencez véritablement UNE NOUVELLE
JOURNÉE, avec moins de bagages du passé et plus de possibilités
futures.
OUTIL
UNE NOUVELLE FAÇON D’ENVISAGER
LE CHANGEMENT
Voici un petit guide en CINQ ÉTAPES POUR TOUT CHANGER
DANS VOTRE VIE ! Une relation, par exemple, que ce soit avec votre
amant, votre patron, votre partenaire, l’Univers.
1. Commencez par demander.
Du style : « Cela doit changer maintenant et il faut que quelque
chose de différent se passe ! » Par exemple, vous êtes dans une
relation et vous savez qu’elle doit changer, mais vous n’êtes pas prêt à
demander et à exiger le changement, mais vous savez que ça doit
changer, mais vous n’êtes pas vraiment prêt à le demander, mais vous
savez que cela doit changer… jusqu’à ce que vous arriviez au point où
vous vous dites : « Ça suffit. Je sais que ça doit changer et ça va
changer. Je m’en fiche si je meurs, je m’en fiche s’ils meurent, ça n’a
pas d’importance, je m’en fiche si le monde disparaît, ça doit changer
maintenant ! » Vous souvenez-vous de la vitesse à laquelle cela a
changé ? C’est ça demander.
2. Ensuite, posez une question.
Chaque question que vous posez ouvre la porte à un nouveau
potentiel ainsi qu’à une possibilité totalement différente.
Vous faites votre demande et ensuite vous posez une question. Par
exemple : « Hé, que faudrait-il pour que cela change ? » Tout à coup,
cette porte – que vous n’aviez jamais vue auparavant – s’ouvre, vous
passez votre tête par la porte et vous voyez tous ces chemins différents
que vous pouvez prendre. Vous ne pouviez pas les voir avant d’avoir
fait cette demande et posé cette question.
3. Agitez votre baguette magique.
Demandez à lâcher, détruire et décréer tout ce que vous avez créé
ou adopté qui ne permet pas à cela d’arriver le plus vite possible.
Utilisez ensuite la formule de déblayage : Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Ou juste
POC et PODez tout cela !
4. Maintenant, CHOISISSEZ (et PASSEZ À L’ACTION) !
Votre choix détermine les potentiels qui vont se produire. En
d’autres termes, vous faites votre demande, vous posez votre question,
vous lâchez les limitations, mais c’est le choix qui va effectivement
créer un potentiel différent dans le futur. Vous devez choisir et AGIR.
Nous sommes dans une réalité dans laquelle nous devons souvent
agir pour créer des choses. En d’autres termes, vous ne pouvez pas
simplement rester assis sur vos fesses et espérer que le changement
arrive ! Les gens qui nous ont fait croire qu’il suffisait JUSTE de
demander pour recevoir ne nous ont vraiment pas rendu service.
Dans cette réalité, il faut aussi PASSER À L’ACTION ! S’il vous plaît,
ne limitez pas ce qui peut arriver en refusant d’agir quand c’est
nécessaire. Demander est une étape très importante, mais ça ne suffit
pas. Si vous voulez savoir ce que vous devez faire pour passer à
l’action, posez simplement cette question tous les jours : « Que puisje faire aujourd’hui qui permettrait à cela d’apparaître
immédiatement ? »
L’une de vos plus grandes capacités en tant qu’être est votre
capacité à choisir. Ce que la plupart d’entre nous aimeraient pouvoir
faire, c’est UN choix, un seul, qui aurait la capacité de diriger le reste
de nos vies (j’aime appeler ça « le choix du Seigneur des anneaux » :
un choix pour les gouverner tous !). Nous pensons que nous ne
devrions choisir que les bonnes choses (avoir tout juste) et pas les
mauvaises (ne pas avoir tout faux). Mais cela demande BEAUCOUP
de jugements de notre part.
Et s’il n’y avait pas de jugement, de « Oh, c’est une bonne chose »
ou de « Oh, c’est une mauvaise chose » ? Et si c’était simplement :
« Waouh, j’ai fait ce choix. » Si ça se termine bien, choisissez plus ce
genre de chose. Et si, dans le cas où cela ne se terminait pas bien,
nous pouvions simplement choisir autre chose ?
La capacité de toujours choisir à nouveau est un autre aspect de la
magie que vous êtes. Maintenant. Et maintenant. Et maintenant.
Si vous voyez quelque chose que vous désirez, êtes-vous prêt à
utiliser cette capacité et à avancer dans la direction de ce qui est
visible et apparaît aujourd’hui ? Encore mieux, êtes-vous prêt à
avancer MAINTENANT ?
Commencez par demander le changement, posez des questions,
soyez prêt à lâcher vos limitations, CHOISISSEZ quelque chose de
différent et ensuite, AGISSEZ !
5. Finalement, RECEVEZ tout.
Pour que cela marche, pour que les choses changent, vous devez
être prêt à recevoir tout ce qui peut apparaître, sans aucun jugement
ni exclusion. Faites confiance à l’Univers.
Sachez que vous n’avez aucun contrôle sur le moment où quelque
chose va apparaître ni sur comment cela va apparaître exactement.
L’Univers le sait. L’Univers a conscience des possibilités INFINIES –
possibilités qui vont bien, bien, BIEN au-delà de tous les fantasmes
que vous pouvez avoir sur ce à quoi, par exemple, la relation parfaite,
doit ressembler.
Parce que vous n’êtes pas seul au monde, l’Univers doit réarranger
les univers de nombreuses personnes pour créer un changement
majeur dans le monde. Vous pouvez demander aujourd’hui et
recevoir dans dix ans – ou dans dix secondes. Donc si cela n’apparaît
pas demain, cela NE VEUT PAS DIRE que vous êtes en tort, mon ami.
Cela va arriver. Vous avez commencé juste maintenant, alors que
vous étiez en train de lire ce chapitre… Et sachez, s’il vous plaît, que
cela ne ressemblera certainement pas à ce que vous avez imaginé.
SEXUALNESS
NOTE AU LECTEUR
S’IL VOUS PLAÎT, SACHEZ QUE…
L’une des choses les plus séduisantes au monde est quand
quelqu’un vous regarde sans aucun jugement. Quand cela arrive,
votre être tout entier dit : « S’il te plaît, ne pars pas. S’il te plaît, ne
t’en va pas. Reste s’il te plaît. »
Êtes-vous prêt à être cela ? Pour vous ?
CHAPITRE 7
PARLONS DE SEXE, BABY…
Mes bons et chers amis, la principale raison pour laquelle nous
jugeons notre corps et nous nous en sentons déconnectés et séparés
vient du fait que nous n’avons pas vraiment reçu beaucoup de
gentillesse ni de bienveillance de sa part. C’est l’une des plus grandes
parodies et des plus grandes tristesses de cette réalité. Nous n’avons
pas de place ou d’espace pour simplement prendre soin de notre
corps.
Nous nous coupons très souvent du sexe à cause d’expériences
déshonorantes et pleines de méchanceté qui étaient bien loin de la
beauté, de la joie, des sensations, de l’amusement et de la légèreté de
ce que peut – et pourrait – être la rencontre entre deux corps. Ainsi
notre désir de se priver du sexe nous coupe des énergies de donner et
de recevoir qui pourraient traverser tous nos corps. Pourriez-vous à la
place consentir à révéler votre sexualness ?
La sexualness inclut la guérison, la bienveillance, l’aspect
nourricier, la joie, l’énergie orgasmique créative et expansive.
Tout ce qui ne permet pas à cette merveilleuse énergie de la
sexualness de devenir une réalité pour vous, allez-vous le détruire et le
décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
L’énergie de la sexualness fait partie de ces énergies que nous avons
supprimées de nos vies. Remarquez bien que je ne parle pas de
sexualité. Je parle de sexualness. La définition est totalement
différente.
Je vais l’écrire à nouveau, vu que c’est un concept totalement
différent : la sexualness, c’est la guérison, la bienveillance, l’aspect
nourricier, la joie, l’énergie orgasmique créative et expansive. C’est ça,
l’énergie de la sexualness. Et la sexualness n’a rien à voir avec le fait de
réunir deux corps. Cela a à voir avec l’être que nous sommes et avec
l’énergie contenue dans nos corps. C’est comme des chiots qui se
font des câlins. Ne pourrions-nous pas tous avoir un peu plus de
câlins ? C’est ce que je pense aussi !
Quand votre corps fonctionne à partir de la sexualness, il est
excité… comme s’il disait : « Youhou, nous sommes en vie ! » Oui, la
copulation pourrait réellement être amusante de cette façon, mais ce
n’est vraiment pas nécessaire et l’énergie de la sexualness va bien audelà de ça.
Depuis que nous sommes enfants, nous avons appris à réprimer
cette énergie de vie. Je le répète, ce N’EST PAS la copulation. La
copulation réunit deux corps. Et cela devrait toujours être un choix.
À nouveau… La sexualness : la guérison, la bienveillance, l’aspect
nourricier, la joie, l’énergie orgasmique créative et expansive. La
copulation : réunir des corps.
C’est le début d’un paradigme différent pour être avec votre corps
et dans votre monde d’une façon qui vous permette enfin de recevoir
totalement, de donner ouvertement et de changer la dureté et la
méchanceté qui sont les fondements de cette réalité. Vérifiez juste si
c’est léger pour vous…
Et laissez-moi vous donner deux exemples. Le premier, je l’ai déjà
évoqué.
L’ÉTREINTE
Imaginez-vous en train de recevoir une étreinte chaleureuse de
quelqu’un – l’un de ces enlacements où vous vous abandonnez l’un à
l’autre – et sentez juste que votre univers et le sien pourraient
continuer à s’étendre encore et encore…
Remarquez qu’il n’y a pas de copulation ici, mais que la sexualness
est totalement présente. (Si vous lisez à nouveau tout ce qui constitue
la sexualness, vous verrez que tout est inclus dans cette étreinte
chaleureuse qui vous ouvre au monde.) Notez aussi que comme il n’y
a pas de sexualité, vous n’avez pas à juger ce que vous allez recevoir
ou non et vous n’avez rien à prouver ; il n’y a rien de bizarre. Après
tout, ce n’est qu’une étreinte.
Voici ma question : Et si la copulation pouvait être aussi
enveloppante et grandiose – et bien plus amusante – qu’une belle
étreinte ?
ÊTRE UN DOCTEUR EN CHIROPRACTIE
Lorsque j’étais à l’école de chiropractie, j’ai appris à réprimer toute
mon énergie sexuelle afin de ne pas être poursuivi en justice. En
d’autres termes, j’ai appris à ne pas être l’énergie de la sexualness.
J’étais censé poser mes mains sur les gens pour les guérir et changer
des choses dans leur corps et leur vie tout en réprimant l’énergie
même de la guérison, du soin, et l’énergie bienveillante qui me
permettait de le faire. Pour moi, c’était complètement absurde.
Arrêtez-vous un instant : avez-vous porté un jugement, là, même
juste une seconde ? Cela vient du fait que vous n’avez jamais eu de
prise de conscience sur la différence entre sexualness et sexualité ! Il y
en a une et c’est une différence fondamentale.
En y repensant, je pense que ce qu’ils voulaient que j’élimine,
c’était la sexualité, cette énergie bizarre, pleine de jugements, de force
et dénuée de gentillesse que certaines personnes ont envers les autres
quand elles ont juste envie d’avoir une relation sexuelle avec eux.
Mais ils n’ont jamais fait la distinction, probablement parce qu’ils ne
savaient pas qu’il y avait une différence. J’ai donc fini par croire que
j’étais supposé TOUT réprimer, y compris moi-même, ce qui incluait
la sexualness. (Parce que la sexualness vous inclut, vous, ainsi que tous
les autres. La sexualness inclut. La sexualité exclut.)
Voilà pourquoi je vous donne ces définitions : pour que vous n’ayez
plus à réprimer votre sexualness, simplement parce que vous êtes
quelqu’un qui ne veut pas imposer aux autres cette énergie bizarre de
la sexualité, pleine de jugements, étrangement dénuée de gentillesse
et de bienveillance, une énergie qui ne vous nourrit pas et qui ne peut
pas faire partie de vous…
À NOUVEAU, IL Y A UNE DIFFÉRENCE ! Je sais, ça semble très
bizarre pour certains d’entre vous.
La sexualité contient toujours un jugement et tend souvent à
prouver – « Vois à quel point je suis sexuel » – sans aucune habilité à
recevoir et elle génère un sentiment étrange d’être à côté de la plaque
ou d’avoir tort.
La sexualness : le non-jugement, la guérison, la bienveillance, le
soin, l’énergie joyeuse, générative, expansive, créative et orgasmique
qui peut non seulement guérir les corps et les vies, mais aussi changer
la face du monde.
Laquelle préférez-vous choisir ? Avez-vous aussi appris à réprimer
cette énergie depuis votre plus jeune âge ? Malheureusement, c’est le
cas de la majorité d’entre nous.
Donc tout ce que vous avez fait pour réprimer votre sexualness,
pour la juger, pour que d’autres la jugent en vous comme si vous étiez
une mauvaise personne quand vous l’aviez ou comme si vous alliez
devenir quelqu’un de mauvais – un salaud ou quelque chose du
genre –, si vous étiez à ce point sexuel, allez-vous détruire et décréer
tout cela, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Et allez-vous à présent permettre à l’énergie de guérison
bienveillante, joyeuse, créative, générative et orgasmique que vous
êtes vraiment d’apparaître totalement et avec aisance ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
RECONNAISSANCE ORGASMIQUE (ORGASMITUDE ?)
Imaginez-vous être totalement reconnaissant envers vous-même.
Pour tout ce que vous êtes, pour chaque partie de vous.
À quoi cela ressemblerait-il ? Est-ce que ce serait guérissant ? Est-ce
que ce serait prendre soin de soi et être bienveillant ? Oui, car si vous
avez de la gratitude envers vous-même, vous ne pouvez pas vous juger
car vous ne pouvez pas avoir de la gratitude et des jugements en
même temps. Est-ce que ce serait joyeux ? Bien sûr, car la joie
véritable est une sensation de paix. Et vous pouvez accéder à la paix
véritable lorsque vous allez au-delà des jugements envers vous-même.
Est-ce que ce serait bienveillant ? Oui, parce que ne pas vous juger est
l’une des choses les plus prévenantes que vous puissiez vous accorder.
Est-ce que ce serait génératif ? Est-ce que ce serait créatif ? En d’autres
termes, pouvez-vous faire exister et rendre réelle une variété de choses
grâce à ça ? Yep.
Et est-ce que ce serait orgasmique ? Avoir une reconnaissance totale
et une sexualness totale envers vous, cela va de pair. Vous ne pouvez
pas avoir de la gratitude et des jugements en même temps, ni avoir de
la sexualness et des jugements en même temps non plus. Les
jugements éliminent toujours la sexualness.
Le choix d’être la sexualness va au-delà des limitations imposées par
les jugements. (Vous pouvez retourner en arrière et lire à nouveau les
éléments de la sexualness si cela n’a pas de sens pour vous.) En vérité,
si vous comprenez à quel point il est merveilleux d’avoir à la fois
toute la gratitude et toute la sexualness, pourquoi choisiriez-vous quoi
que ce soit d’autre ? Pourquoi choisiriez-vous à nouveau de vous
juger ? Et pourquoi ne pas choisir maintenant ?
Toutes les projections, attentes, séparations, jugements et rejets que
vous vous êtes imposés qui créent le besoin impérieux de sexualité et
la destruction de la sexualness, allez-vous détruire et décréer tout cela,
s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Tout ce qui ne vous permet pas de choisir d’avoir une gratitude
totale et une sexualness totale envers vous et votre corps (et la joie qui
en découle), allez-vous détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™. Merci.
ÊTRE UNE INVITATION
Lorsque vous êtes la sexualness, vous êtes une invitation pour tout
le monde. Vous êtes la possibilité de guérison et de bienveillance
qu’ils n’ont pas dans leur vie. Vous devenez l’attention qu’ils n’ont
pas dans leur vie, la joie qu’ils n’ont pas dans leur vie, les capacités
génératives qu’ils n’ont pas dans leur vie, les capacités créatives, la
possibilité orgasmique et expansive d’être en vie. Et vous n’avez pas à
avoir de relation sexuelle avec eux – en aucune façon – pour être tout
ça.
D’un autre côté, la sexualité, c’est plutôt : « Notre interaction se
base uniquement sur ce que je peux obtenir de toi au travers de la
copulation. Ce sont les moyens, la fin et le but. Je veux te le donner et
je veux copuler avec toi. Et si nous ne copulons pas, alors nous
n’avons rien à faire l’un avec l’autre. »
Donc, envisageriez-vous la possibilité que l’énergie de la sexualness
soit en fait une expression joyeuse de la vie ? Tout ce qui ne lui
permet pas d’apparaître dans votre vie, allez-vous le détruire et le
décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Seriez-vous prêt à accueillir plus de sexualness que vous êtes
vraiment et dont vous ignoriez l’existence il y a encore quelques
minutes, avant de le lire dans ce livre ? Allez-vous détruire et décréer
toutes vos idées préconçues et vos jugements sur la sexualité qui ne
fonctionnent pas vraiment pour vous ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
S’il vous plaît, comprenez bien que je ne cherche pas à vous
imposer un point de vue. Vraiment. Ce que je tente de faire, c’est
vous inviter à envisager la possibilité de vivre d’une façon totalement
différente. Comme mentionné précédemment, n’essayez pas
d’adopter quoi que ce soit qui ne fonctionne pas pour vous. Mais au
moins, envisagez quelque chose de différent.
Si quelqu’un m’avait donné ces outils et ces précisions il y a onze
ans, j’aurais certainement été plus heureux. Une partie de ma
dépression reposait sur la différence entre ce que je voyais dans le
monde, ce que je voyais que les autres percevaient comme réalité et ce
que je SAVAIS être possible. Et comme pratiquement personne ne
voyait la valeur de ce que je considérais comme étant une source de
joie et de raison de vivre – la gentillesse, la bienveillance, la guérison,
l’éducation, les énergies joyeuses, orgasmiques, génératives,
expansives et créatives et le non-jugement –, qui étaient tout ce que je
désirais avoir dans ce monde, cela me faisait douter que cela puisse
ou finisse par se produire un jour. Et si ces choses-là ne pouvaient pas
arriver dans ma vie, alors vivre ne valait plus la peine de mon point
de vue.
Et maintenant, elles sont là. Et la vie mérite d’être vécue !
ORGASMIQUE ET INARRÊTABLE ?
Si vous aviez cette énergie de sexualness, est-ce que quelque chose
ou quelqu’un aurait le pouvoir de vous stopper dans votre élan ou
bien seriez-vous inarrêtable ? Vous seriez inarrêtable.
Si vous aviez cette énergie, choisiriez-vous de vous plier et de vous
adapter aux jugements des autres ? Pourquoi choisir de vous plier à la
lourdeur de leurs jugements quand vous pouvez avoir tellement de
plaisir sans cela ? Vous deviendriez inatteignable parce que leurs
jugements n’auraient plus aucun effet sur vous. Par conséquent, vous
seriez inarrêtable, vous ne pourriez pas être aliéné et plus personne ne
pourrait vous contrôler.
Et de plus, vous seriez aussi réellement joyeux et bien plus gentil
envers vous-même et les autres, tout en ayant bien plus d’énergie.
Combien de personnes dans votre vie seraient totalement intimidées
par ça ? Pratiquement toutes – sauf celles qui sont également prêtes à
être orgasmiques.
Seriez-vous prêt à avoir plus de plaisir et à être plus amusant ?
Seriez-vous prêt à être inarrêtable ? Seriez-vous prêt à être plus
orgasmique (parce que l’orgasme est l’énergie qui crée la vie) ?
Tout ce qui ne permet pas que cela apparaisse, allez-vous le détruire
et le décréer maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Au fait, il n’est à aucun moment question de copulation – jamais.
Et si vous pouviez choisir d’avoir cette énergie orgasmique géniale à
chaque fois que vous le désirez ? Que faudrait-il pour avoir réellement
une façon de vivre orgasmique ?
« Orgasmique quoi ? ! » dites-vous. « Une façon de vivre
orgasmique ? ! » C’est quand vous choisissez votre vie et vos
expériences parce que c’est amusant, joyeux, profondément
merveilleux et expansif.
Que faudrait-il pour cela ? Une des choses qui est requise, c’est que
vous en fassiez le choix. Vous devez être prêt à avoir une façon de
vivre orgasmique et à considérer cela comme quelque chose qui a de
la valeur à vos yeux – plutôt que quelque chose que vous cherchez à
éviter à tout prix pour être normal, dans la moyenne, réel et comme
tous les autres. Vous devez être disposé à ce que ce soit une
contribution à votre vie, plutôt que de le voir comme étant une
mauvaise chose.
Êtes-vous prêt à avoir un point de vue totalement différent ? Allezvous, s’il vous plaît, m’accorder (et vous accorder) une faveur ? Allezvous abandonner l’idée que vous devez avoir une relation sexuelle
(copulation) pour avoir un orgasme ? Allez-vous abandonner l’idée
qu’il vous faut copuler pour avoir un orgasme ? Au lieu de ça, allezvous, s’il vous plaît, laisser une énergie de possibilités joyeuses et un
flux génératif apparaître au travers de toute votre vie et de votre façon
de vivre ? Continuellement. (Et juste parce que vous avez éliminé la
nécessité de copuler pour avoir un orgasme, s’il vous plaît, n’excluez
pas l’orgasme de la copulation !)
Qu’est-ce que je veux dire ? Avez-vous déjà goûté un aliment
tellement délicieux, tellement savoureux, avec tellement de niveaux
de saveurs que vous pouviez les sentir à travers chaque cellule de tout
votre corps ? Est-ce orgasmique ? Oui ! (Et au fait, si vous n’avez
jamais fait ce genre d’expérience, il est temps de vous y mettre !)
Avez-vous jamais dévalé des pentes en skiant tellement vite que cela
vous faisait rire tellement fort que vous pensiez que vous alliez vous
faire dessus ? Était-ce orgasmique ? Oui !
Vous êtes-vous jamais assis sur une plage ou une montagne, avec le
soleil qui caressait votre peau, en vous sentant si béni d’être en vie
que vous aviez l’impression de ne faire qu’un avec tout ? Était-ce
orgasmique ? Oui !
Vous est-il jamais arrivé de prendre un bain et de sentir votre corps
rayonner et être en effervescence au moment où vous vous glissiez
dans l’eau chaude, grâce à l’intensité des sensations que cela vous
procurait ? Orgasmique ? Oui encore !
Ce sont toutes des expériences d’une façon de vivre orgasmique. Et
ce n’est qu’une petite partie des possibilités infinies disponibles. Avezvous remarqué qu’aucune d’entre elles n’impliquait la copulation ?
Bizarre, non ? !
À quoi cela ressemblerait-il si vous valorisiez cet aspect orgasmique
dans votre vie ? Ne serait-ce pas bien plus amusant ? Alors,
qu’attendez-vous ? On vous donne les outils. Créez le changement
qui permet à tout cela d’arriver !
Vous êtes peut-être juste en train d’entrouvrir la porte pour que
cela arrive dès aujourd’hui, mais si vous ne l’ouvrez jamais, elle
restera fermée pour toujours. Si vous l’ouvrez maintenant, il se peut
qu’elle reste ouverte pour toujours. C’est votre choix. Une façon de
vivre orgasmique ou une attitude normale, moyenne, réelle et comme
toutes les autres personnes ennuyeuses que vous avez jamais
connues : qu’est-ce que vous voulez choisir ? Le plus drôle c’est… que
ce n’est qu’un choix.
Et quels sont, exactement, les outils que vous avez ? Laissez-moi
vous faire un petit résumé ici :
1. DEMANDEZ : demandez que la façon dont les choses
apparaissent change dès maintenant et que quelque chose d’autre
apparaisse.
2. POSEZ UNE QUESTION : « Que faudrait-il pour que cela
apparaisse ? » et « Que puis-je changer, choisir, contribuer et recevoir
qui permettrait à cela d’arriver ? »
3. POC ET PODEZ : demandez à détruire, décréer et libérer tout ce
qui ne permet pas que cela apparaisse le plus vite possible. Et utilisez
la formule de déblayage : Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
4. CHOISISSEZ ET PASSEZ À L’ACTION : vos choix déterminent ce
qui va se passer. En d’autres termes, vous faites une demande, vous
posez des questions, vous laissez partir les limitations. C’est le choix
et l’action qui, de fait, créent un potentiel différent pour le futur.
Vous devez choisir !
5. RECEVEZ TOUT : sachez simplement que vous ne pouvez pas
contrôler à quel moment quelque chose va arriver, ni exactement ce à
quoi cela va ressembler. C’est le boulot de l’Univers. Pour que ça
marche, pour que les choses changent, vous devez être prêt à recevoir
tout ce qui apparaît, sans aucun jugement ni exclusion.
Et voilà : un court résumé pour tout changer.
Trop bizarre ? C’est OK. Vous ne vouliez pas vraiment changer,
n’est-ce pas ? En particulier ce truc de sexualness… Qui veut être
orgasmique de toute façon ? Réellement ?
OUTIL
UN CORPS ORGASMIQUE : COMMENT
AVOIR PLUS D’ÉNERGIE À CHAQUE
INSTANT AVEC UNE AISANCE TOTALE ?
Commencez par vous rappeler de la dernière fois où vous avez eu
un orgasme (même si c’était il y a cent cinquante ans…).
Maintenant, appelez cette énergie orgasmique depuis la Terre à
travers vous. La Terre en a une énorme quantité – elle est comme un
énorme orgasme chaud qui pulse… Sinon, comment pourrait-elle
avoir un noyau en fusion qui prendrait des centaines de millions ou
de milliards d’années à refroidir ?
OK, appelez l’énergie de l’orgasme à partir de la Terre à travers vos
pieds, vos chevilles, vos genoux, à travers vos hanches, votre ventre,
votre plexus solaire et votre poitrine, vos bras, votre cou et faite-la
ressortir au sommet de votre tête. Encore ! Encore ! Encore ! Encore !
Comment votre corps se sent-il maintenant ? Oh, au fait, si votre
corps a envie de bouger d’une façon particulière à ce stade, s’il vous
plaît… laissez-le faire !
Et si vous commenciez chaque jour (et chaque nuit) de cette
façon… Ce ne serait vraiment pas bon pour vous. Du tout. (C’était
une plaisanterie, si vous ne l’aviez pas compris.)
AU-DELÀ
DE VOTRE
FAMILLE
(MAINTENANT,
EST-CE
VRAIMENT
PERMIS ?)
NOTE AU LECTEUR
C’EST VOTRE CHOIX, PAS VOTRE
ÉDUCATION QUI CRÉE VOTRE
RÉALITÉ…
Qu’avez-vous choisi, simplement parce que vous le pouviez, qui
n’avait aucun sens pour personne et qui vous permettait de savoir à
quel point vous étiez différent ? Peut-être avez-vous fait l’expérience
d’une absence de gentillesse ou subi des abus et avez-vous malgré tout
choisi de devenir une personne gentille ? Ou avez-vous grandi avec
très peu d’argent et choisi de changer ça ? Ou alors avez-vous grandi
avec des gens qui jugeaient constamment, mais avez-vous choisi de
fonctionner sans avoir besoin de juger ?
Allez-vous reconnaître que vous avez créé une réalité différente de
celle qui vous a été donnée en tant qu’enfant ? Allez-vous, s’il vous
plaît, reconnaître à quel point VOUS êtes incroyablement puissant ?
Et allez-vous reconnaître que C’EST VOTRE CHOIX, PAS VOTRE
ÉDUCATION, QUI CRÉE VOTRE VIE ET VOTRE FAÇON DE VIVRE ?
CHAPITRE 8
ET SI VOUS AVIEZ CHOISI VOS
PARENTS ?
Imaginez… Vous êtes ce magnifique et scintillant éclat d’être dans
l’Univers. Et alors que vous entamez votre troisième pirouette sur un
doux nuage pétillant, vous décidez de vous incarner pendant quelque
temps… juste pour le plaisir – et peut-être comme une étape sur votre
chemin vers la pleine conscience. Quoi qu’il en soit, vous trouvez ces
deux personnes et vous les faites se rentrer dedans. Bam ! Et vous
voilà ! Et voilà votre corps !
Voilà une information un peu fondamentale que l’on ne nous
donne pas… Vous choisissez vos parents, puissant petit bébé ! Vérifiez
par vous-même… Est-ce plus léger pour vous ?
Il faut que vous compreniez que, quand vous vous incarnez, ce
n’est pas seulement un corps que vous recevez ; vous recevez
également toute cette réalité ! C’est un peu comme ces publicités qui
passent tard le soir à la télé : il y en a une qui vend des vies ici, sur la
planète Terre. Vous regardez cette publicité depuis votre petit nuage et
vous vous dites : « Vraiment ? Je peux aller sur Terre ? Waouh ! »
Voilà ce que vous entendez sur TV Nuage : « Oui ! Et si vous vous
décidez maintenant, vous recevrez, en plus d’un corps, toutes les
limitations que cette réalité a à offrir. À chaque instant, vous aurez
l’opportunité de vous battre pour vous libérer de cette réalité limitée !
Réalité qui fera tout pour vous en empêcher ! Réalité qui essaiera de
vous étouffer ! Vous serez entouré de toutes sortes de gens qui ne
voudront pas savoir qu’il existe d’autres possibilités ! À chaque
instant de votre vie et jusqu’à votre mort, vous devrez vous battre
pour prouver que vous avez réussi ! Mais tout cela n’est valable que si
vous vous décidez maintenant ! Nos opérateurs téléphoniques
attendent vos commandes. » Et vous vous dites : « OK, je vais le
faire ! Quelle aventure ! »
Voilà pourquoi je dis : nous sommes mignons, mais pas vraiment
futés.
GRANDIR DANS LE GHETTO
Si vous pensez avoir choisi des parents intéressants et une enfance
intéressante, laissez-moi vous parler de la mienne pendant un
instant. J’ai grandi dans le ghetto de l’âge de 2 ans jusqu’à l’âge de
9 ans. J’étais le seul gamin blanc à vingt kilomètres à la ronde. J’étais
le seul gamin blanc dans mon école. C’est un choix intéressant à faire
pour un enfant – en l’occurrence, moi.
Heureusement – et malgré le fait que la majorité des gens qui
habitent le ghetto ont énormément de haine dans leurs univers –, la
plupart des jeunes enfants que je connaissais n’avaient pas encore
appris à juger ni à haïr les gens en fonction de leur couleur. La
majorité des gens plus âgés était bien sûr remplie de cette haine, mais
j’avais appris et trouvé ma façon de survivre à tout cela.
J’avais vraiment de très bons amis dans le ghetto – ils étaient tous
d’une couleur différente de la mienne. Je n’avais pas réalisé que nous
étions différents jusqu’à ce que j’aie 8 ans. C’est à cet âge-là que
quelqu’un m’a attaqué pour la première fois à cause de la couleur de
ma peau qui était différente de la sienne.
Repenser à cet épisode m’a fait réaliser que l’on apprend aux
enfants à juger. Juger n’est pas quelque chose d’inné.
Le ghetto est vraiment le couronnement de cette réalité. Tout le
monde apprend à haïr d’abord et à poser des questions après – ou
jamais. Cette haine s’infiltre partout. Elle crée le manque d’espoir qui
maintient les gens dans ce cercle. Elle ne permet jamais aux choses de
changer de quelque façon que ce soit. Tout est coincé parce que les
gens s’alignent et s’accordent ou résistent et réagissent en fonction de
tous ces points de vue. C’est l’ultime programme marketing multiniveaux de stupidité ! Le laisser-être n’existe pas dans le ghetto.
Parallèlement à tout cela, mes grands-parents étaient aisés et mon
père encore plus. Donc un week-end sur deux, j’allais chez mon père
ou mes grands-parents. Et ensuite je rentrais au ghetto. Ma grandmère m’enlevait tous les « beaux » vêtements que j’avais portés avec
elle durant le week-end et me remettait mes vêtements moches parce
qu’à chaque fois que je rentrais chez moi dans le ghetto, les gens avec
lesquels ma mère et moi vivions me volaient mes beaux habits – ainsi
que tout ce qui avait suffisamment de valeur pour être volé. Oh,
quelle joie !
Je pense que ça devait valoir le coup d’œil. Ma grand-mère me
ramenait dans le ghetto dans sa Lincoln Continental toute neuve ;
elle me déposait devant la maison, me déshabillait en dehors de la
voiture, reprenait mes beaux habits et me remettait mes guenilles… Je
passais de Richie Rich à Tito Puentes.
Mon père et ma grand-mère partageaient le même point de vue :
« Nous sommes blancs. Nous sommes riches. Nous sommes
supérieurs. » Mon point de vue était : « Essayez de vivre ma vie. Les
gens d’ici me haïssent parce que je suis blanc. Ils me haïssent rien
qu’en pensant à l’argent que j’ai –même si, en réalité, je n’ai pas le
moindre centime ! »
J’ai donc vécu dans cet étrange univers conflictuel. Un univers
conflictuel, c’est quand vous avez un univers qui est une chose et un
autre univers qui est totalement différent et que vous n’arrivez pas à
les rendre compatibles. C’est juste impossible. Donc vous fonctionnez
dans cet univers conflictuel sans jamais vraiment savoir comment
reconnaître ce qui est effectivement vrai… Voilà à quoi ressemblait
une partie de la réalité dans laquelle j’ai grandi. Choix intéressant,
n’est-ce pas ?
Et d’ailleurs, quelle part de votre enfance (et de votre réalité
actuelle) ressentez-vous comme un univers conflictuel ? Tout ce qui
fait de votre enfance et de votre réalité un univers conflictuel, allezvous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
JE SAVAIS. ET VOUS AUSSI
J’ai réalisé que j’étais venu au monde pour permettre à mes parents
de prendre conscience qu’ils n’avaient pas besoin de vivre dans le
jugement. Y suis-je arrivé ? Non.
Quand j’étais dans le ghetto, j’essayais toujours de comprendre
pourquoi et comment j’étais constamment la cible d’autant de haine,
de rage et de vitriol. Et pourtant, en même temps, j’avais envie de
prendre dans mes bras ces mêmes personnes et de leur dire : « Tu n’as
pas besoin de te comporter de cette façon. Allez, viens, serrons-nous
dans les bras. » J’ai cherché à comprendre comment et pourquoi je
fonctionnais comme ça. Je me disais que si j’arrivais à trouver une
réponse à ça, je pourrais montrer aux autres comment le faire et ainsi
leur montrer que c’était possible pour eux aussi.
Avez-vous également essayé ce genre de choses ? Vous est-il déjà
arrivé de vouloir montrer aux autres qu’ils ont d’autres choix ? Vous
est-il déjà arrivé de vouloir simplement les serrer dans vos bras et leur
communiquer que tout peut être différent – et bien plus facile ?
Malheureusement, vous ne pouvez pas montrer aux autres
comment être ou avoir cela. C’est un choix, un choix qui va au-delà
de toute raison ou justification, au-delà de tout ce qui est cognitif.
Quand vous choisissez quelque chose, personne ne peut jamais
vous le prendre. Vous avez toujours le choix. Toujours.
AVEZ-VOUS CHOISI VOS PARENTS POUR LEUR OFFRIR QUELQUE
CHOSE QU’ILS REFUSAIENT DE RECEVOIR ?
Et si vous aviez choisi vos parents pour leur offrir quelque chose –
une sorte de cadeau ou prise de conscience ? Peut-être êtes-vous
venu pour leur montrer qu’ils étaient aimés ou qu’ils pouvaient
choisir une vie meilleure, ou qu’ils n’avaient pas besoin de souffrir,
ou qu’ils n’avaient pas besoin de juger, ou que la colère et la tristesse
n’avaient pas à être leurs seuls choix.
La plupart d’entre nous ont décidé que nous avions échoué et donc
étions des ratés parce que nos parents ont refusé de recevoir notre
cadeau. Vous savez quoi ? Ce n’est pas que vous avez échoué, c’est
juste qu’ils n’en voulaient pas. M’avez-vous entendu, mon
magnifique ami ? Ce n’est pas que vous avez échoué, c’est juste
qu’ils ne voulaient pas ou ne pouvaient pas recevoir ce cadeau – ou
vous. Ce n’est pas de votre faute. En aucune façon. Vraiment. Promis.
Et ce n’est pas leur faute non plus. Ils avaient juste leurs points de
vue fixes déjà en place. Ce n’est pas qu’ils étaient mauvais ou qu’ils
avaient tort, c’était simplement ce qu’ils étaient prêts à choisir. Ils
ont fait du mieux qu’ils pouvaient avec les outils qu’ils avaient à leur
disposition. Et certains d’entre eux avaient malheureusement des
outils très inadéquats…
Nous sommes tellement mignons (et pas très futés). Comment
essayons-nous de changer tout cela ?
Il semblerait que l’une des choses que nous faisions le plus souvent
est de choisir un partenaire qui ressemble terriblement au parent qui
nous aime le moins. Apparemment, nous supposons que si nous
arrivons à changer cette personne, alors nous pourrons enfin guérir
ce que nous n’avions pas réussi à guérir chez le parent qui ne nous
aimait pas autant que nous l’aurions voulu. Alors peut-être seronsnous finalement capables de nous libérer de ce jugement d’échec que
nous avons envers nous-mêmes. Nous pensons que nous serons
enfin capables de ne plus nous juger nous-mêmes parce que nous
sommes sûrs que cet échec est la source de cette sensation – que nous
avons ressentie toute notre vie – que quelque chose cloche en nous.
Wouah ! Et si rien de tout cela n’était vrai ? Et si ce n’était pas
votre mission de guérir vos parents ? Et s’il n’y avait absolument
RIEN qui clochait chez vous ou chez eux ? Et si ce sentiment
persistant de quelque chose qui ne va pas chez vous provenait de
quelque chose de complètement différent ?
Si cela s’applique à vous, à quel âge avez-vous décidé que vous
étiez un raté ? À 2 ans… 4 ans… 6 ans ? Le deuxième jour après votre
naissance ? Le deuxième mois après votre conception ?
Quel que soit l’âge auquel vous avez décidé que vous étiez un échec
parce que vos parents ont refusé de recevoir le cadeau que vous étiez,
êtes-vous prêt à lâcher tout cela maintenant et à le détruire et le
décréer – et à recevoir, revendiquer et reconnaître le cadeau que vous
êtes venu être même si vous ne savez pas ce que c’est ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
« TU N’ES PAS MIEUX QUE NOUS, CHÉRI »
Quelle partie de votre vie avez-vous créée afin de valider les points
de vue de votre famille sur ce qui est possible ou pas ?
C’est l’un des points de vue les plus répandus dans le monde : vous
ne pouvez pas être différent – et surtout pas plus grand que votre
famille. Vous pouvez être un peu moins, mais vous ne pouvez pas être
plus. Vous ne pouvez pas être plus libre et sans jugement. Vous ne
pouvez pas avoir plus d’argent. Vous ne pouvez pas aimer plus votre
vie que les membres de votre famille ont aimé la leur, parce que ce
sont eux qui vous ont tout appris dans cette réalité. Ou alors vous
passez votre vie à vous battre et à résister à tous les points de vue de
votre famille – prouvant encore et encore que vous êtes exactement
comme eux, juste l’inverse de leur réalité.
Quelle part de votre vie avez-vous passée à être votre père, tout en
résistant au fait d’être votre père, tout en étant votre père, tout en
résistant au fait d’être votre père ? Quelle part de votre vie avez-vous
passée à être votre mère, tout en résistant au fait d’être votre mère,
tout en étant votre mère, tout en résistant au fait d’être votre mère ?
Tout ce qui maintient cela en place, avez-vous lâcher tout cela
maintenant, le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Merci.
Si vous choisissez effectivement vos parents, seriez-vous prêt à voir
et savoir quel cadeau vous avez reçu en choisissant ces deux
personnes ? Posez cette question : « Quel cadeau ai-je reçu en
choisissant ces personnes pour parents ? »
Tout ce qui ne vous permet pas de voir le cadeau que vous avez reçu
en choisissant les parents de votre choix, allez-vous lâcher tout cela,
s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Pour rappel : qu’avez-vous choisi – simplement parce que vous le
pouviez – qui n’avait aucun sens pour qui que ce soit d’autre que
vous, qui vous montre combien vous êtes différent ?
Pouvez-vous reconnaître, s’il vous plaît, que vous avez déjà créé une
réalité différente que celle qui vous a été transmise alors que vous
étiez enfant ? Pouvez-vous reconnaître, s’il vous plaît, combien VOUS
êtes incroyablement puissant ? Et allez-vous MAINTENANT
reconnaître que c’est VOTRE CHOIX ET NON VOTRE ÉDUCATION
qui détermine votre vie et votre façon de la vivre ?
Et tout ce qui ne permet pas à cela d’arriver dans votre vie, allezvous maintenant le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Que voudriez-vous maintenant choisir comme vie ?
NOTE AU LECTEUR
LE CHEMIN VERS LA
CONSCIENCE
Vous voulez un monde différent ? Arrêtez de vous juger ! Quand
vous arrêtez de vous juger et arrêtez de juger tous les autres, vous
devenez la différence et le changement auxquels vous aspirez et que
vous avez peut-être demandés tout au long de votre vie.
Soyez VOUS. Quand vous créez et générez une façon de vivre
joyeuse pour vous-même, vous incarnez le changement sur cette
planète et vous êtes le cadeau qui guérit la planète. Et si vous n’avez
jamais recherché un chemin vers la conscience, c’est celui-là. Et je
ne parle pas de mon livre ou d’Access Consciousness™. Je parle de
vous, quand vous êtes entièrement vous.
Il ne s’agit pas de partir pour accomplir je ne sais quelle tâche
impossible avec je ne sais quel rêve impossible dans je ne sais quel
impossible endroit que vous ne connaissez même pas et pour lequel
vous n’êtes absolument pas équipé. Il ne s’agit pas non plus de vivre
dans une cave et de méditer votre vie entière. Il ne s’agit pas de se
couper de cette réalité et de toutes les choses délicieuses et marrantes
qu’on peut y faire et avoir.
Ce dont il s’agit, c’est de vivre avec facilité, de s’honorer soi-même
et d’honorer les autres et de créer votre vie avec tout ce que vous
aimeriez y voir, le tout avec une sensation de facilité, de joie et de
gloire*. VOILÀ de quoi il s’agit.
Vous avez les outils. Vous êtes les outils. Maintenant est le bon
moment, mon cher ami.
* Gloire : expression exubérante et abondance.
TOUT
EST CHOIX
NOTE AU LECTEUR
CONCERNANT LA DEUXIÈME
ÉDITION
Je suis assis, pensif à l’idée de réécrire ce chapitre du livre. Pour
cela, il me faut revisiter un sujet que je pensais avoir laissé derrière
moi depuis longtemps. Et ce faisant, je me rends compte à quel point
mon point de vue sur le sujet est différent de celui de ceux que
j’appelle mes frères et sœurs sur cette planète (vous).
Pour moi, auparavant, ce chapitre n’en était qu’un parmi d’autre
dans un grand livre de possibilités. Avoir vécu ce que je vais vous
décrire a totalement changé ma vie – littéralement. Mais revisiter ce
sujet – en ayant pour perspective de raconter ce qui s’est passé et ce
que j’ai appris afin de véritablement décrire ce qui pourrait être
possible pour vous lecteur – m’a à nouveau ouvert les yeux.
Laissez-moi vous donner quelques informations supplémentaires
avant de plonger dans le vif du sujet…
Littéralement deux jours avant que la version suédoise du
manuscrit de ce livre soit envoyée à l’imprimerie, l’éditrice m’a appelé
pour me demander de retirer ce chapitre du livre. Sa demande m’a
totalement surpris. J’avais reçu des centaines d’e-mails de personnes
me disant que ce chapitre (dans son ancienne version) leur avait
donné une perspective qui avait littéralement sauvé leur vie.
La réponse que j’ai donnée à ma très gentille éditrice a été « non ».
Mais en écoutant les raisons qui la poussaient à vouloir retirer ce
chapitre, j’ai réalisé que, dans le manuscrit original d’Être soi, je
n’avais pas donné assez d’informations au lecteur. J’ai également
réalisé que ce qui m’avait initialement poussé à écrire ce chapitre en
premier lieu était de donner aux gens une perspective différente, ce
qui avait été le cas. Et pourtant, il fallait y ajouter des informations.
Donc j’ai proposé de réécrire ce chapitre pour en faire celui que je
désirais qu’il soit quand j’ai écrit ce livre en premier lieu, mais que je
n’avais pas été capable d’écrire à ce moment-là. Oui, moi aussi, je
change.
J’ai réalisé qu’à de nombreuses occasions dans nos vies, nous
considérons que les autres apprennent exactement les mêmes choses
que nous avons apprises au travers de notre vécu, même si leurs
expériences de vie sont assez différentes des nôtres. Nous pensons
que, dans le fond, tout le monde voit la vie de manière fondamentale
comme nous la voyons.
On pourrait penser que je sais tout cela par cœur vu le métier que
j’ai. D’un certain côté, c’est vrai. Et d’un autre côté, je viens juste de
recevoir un énorme cadeau avec cette nouvelle prise de conscience, et
j’espère que ce cadeau me permettra de mieux expliquer le sujet –
potentiellement controversé – de ce chapitre.
Aussi, si vous lisez ce chapitre hors du contexte du livre dans sa
globalité, il pourra sembler très dur. Ce n’est pas vraiment le résultat
que je recherche.
Donc ce que vous allez lire est un chapitre légèrement différent de
ce que vous auriez lu si mon éditrice suédoise n’avait pas été là pour
garder un œil sur vous en particulier, ainsi que sur nous tous de
manière générale.
Dans la nouvelle version anglaise, ce chapitre a également été
modifié fin 2012. Si vous voulez savoir à quoi ressemble le chapitre
original, il vous faudra vous procurer un livre d’occasion…
Considérez ce chapitre comme une invitation à une perception
radicalement différente d’un certain nombre de sujets très
controversés que j’ai appris à regarder autrement.
OK, mes biens chers frères et sœurs de cette magnifique planète
que nous avons la chance d’habiter, allons-y…
NOTE AU LECTEUR
LA DIFFÉRENCE ENTRE
COMPRENDRE ET PRENDRE
CONSCIENCE
« Avez-vous compris ? » Combien de fois avez-vous entendu cette
question dans votre vie ? Combien de fois l’avez-vous posée ?
Prenez le temps de considérer ce qui suit : Essayez-vous de vivre
votre vie d’un point de vue cognitif ? Essayez-vous de comprendre
comment ça marche afin d’avoir tout juste ? C’est le cas de la
majorité d’entre nous.
Prenez le temps de considérer ce qui suit : ça ne marche pas !
Tout commence avec le point de vue suivant : « Je pense donc je
suis. » À partir de là, nous concluons que le choix est cognitif. Mais
ce n’est pas le cas. Nous faisons de nombreux choix qui ne sont pas
cognitifs.
Nous pensons aussi que comprendre équivaut à prendre
conscience. Mais ce n’est pas le cas. La prise de conscience, très
souvent, n’a rien de « compréhensible » car elle ne se réfère à aucun
point de vue. Elle est, tout simplement.
Comprendre est inférieur à la prise de conscience. Comprendre est
une fonction de votre cerveau. La prise de conscience est une
fonction de vous dans votre totalité ; vous en tant qu’être.
Essayer de vivre nos vies d’un point de vue cognitif est l’une des
plus grandes limitations que nous ayons. Et n’essayez pas de
comprendre cela de façon cognitive… Demandez tout simplement :
« Est-ce léger ou lourd ? » Pour vous.
CHAPITRE 9
SI LA MORT ÉTAIT UN CHOIX ET
NON UN MAL, POURRIEZ-VOUS
ALORS VIVRE PLEINEMENT ?
Seriez-vous prêt à plonger en profondeur avec moi pendant un
moment, s’il vous plaît ? Maintenant, il se peut que cela aille à
l’encontre de tout ce en quoi vous croyez… OK, considérez-vous
comme averti ! Et accrochez-vous. Et souvenez-vous :
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Réalisez-vous à quel point la mort et le changement sont considérés
comme mauvais dans cette réalité ? La mort est considérée comme la
pire chose qui puisse vous arriver. Accessoirement, le changement
aussi. Y a-t-il la moindre question dans ce point de vue ? Aucune. Et
lorsque vous ne posez pas de questions, vous vous empêchez de
prendre conscience de toute autre perspective possible.
Alors je me demande ce qui pourrait apparaître si nous ne faisions
plus de la mort, de la douleur ou du changement quelque chose de
mal, mais que nous commencions plutôt à nous demander ce qui se
passe vraiment ici. Si tout n’est qu’un choix, je me demande
comment cela a-t-il été créé, ou pour quelle raison. Voyez-vous à quel
point le simple fait de poser ces deux petites questions peut ouvrir à
une possibilité totalement différente ? Elles vous sortent de vos
conclusions – où aucune autre possibilité n’existe – et permettent
d’ouvrir la porte à de nouvelles possibilités.
Prenez quelque chose d’aussi horrible que les attentats du
11 septembre. Si vous concluez : « C’est tellement horrible », quelle
prise de conscience peut-il se produire ici ? Quelles possibilités
pourraient être là que vous n’avez pas encore considérées ? Dans
toute situation, il y a des possibilités, mais pour les voir, vous devez
être prêt à les chercher et à demander à ce qu’elles apparaissent.
Comment ? En posant des questions ! (Oh, encore ça !)
Et si toutes ces autres possibilités étaient comme des petits enfants
effrayés ? Qu’est-ce que je veux dire par là ? Dans le monde dans
lequel nous vivons – où nous cherchons à arriver à une conclusion à
propos de tout –, ces possibilités ont été abandonnées et oubliées.
Elles ont été considérées sans valeur pendant tellement longtemps
que maintenant elles se cachent. Elles ne veulent plus sortir et jouer
avec vous, à moins que vous ne partiez à leur recherche et que vous
leur fassiez savoir que vous êtes prêt à ce qu’elles soient à nouveau
présentes dans nos vies. Vous y arriverez en posant une question et en
étant prêt à vous ouvrir à une possibilité totalement différente. C’est
l’élément important. Pour qu’une nouvelle perspective ou prise de
conscience voie le jour dans votre monde, VOUS devez être prêt à lui
faire de la place. Oui, VOUS.
Faisons un essai. Examinons les attentats du 11 septembre à partir
de la perspective « Quelles autres possibilités existe-t-il ? » et posons
quelques questions.
Pour commencer, n’est-ce pas intéressant que pour des bâtiments
qui accueillent normalement 50 000 personnes, il n’y ait eu « que »
3 000 morts ce jour-là ? Dans toute autre situation, cela pourrait être
considéré comme pour le moins étonnant. Certains appelleraient cela
un miracle. Et si le fait qu’il n’y ait eu « que » 3 000 morts au lieu de
50 000 était un incroyable miracle ? Et si chacune de ces personnes
avait fait de son mieux pour nous donner un cadeau fabuleux, un
avertissement incroyable dans le processus ?
Oui, je sais que beaucoup de membres de familles de survivants,
éprouvés par la douleur de perdre un être cher, pourraient se moquer
de ce concept et je les comprendrais parfaitement. Ce que j’essaie de
présenter ici, c’est une explication différente qui pourrait nous
donner à tous – y compris aux membres disparus de ces familles – un
plus grand niveau de paix et de conscience. Laissez-moi continuer un
peu plus loin mon explication.
Que faudrait-il pour que vous réalisiez qu’il y a des choix que vous
faites en tant qu’être qui vont bien au-delà de la compréhension
cognitive ? Si chaque choix que vous faisiez ne nécessitait pas une
compréhension ou une prise de conscience cognitives, auriez-vous
plus de choix à votre disposition ? Et reconnaîtriez-vous que vous
choisissez, même quand vous ne le percevez pas de façon cognitive ?
Et s’il y avait quelque chose que ces personnes dans les bâtiments et
les avions savaient qui allait bien au-delà de cette réalité ? Et si elles
étaient véritablement des êtres infinis, ce qui veut dire que leur prise
de conscience s’est étendue bien au-delà de notre réalité, bien au-delà
des prises de conscience et des choix limités ? Et si, à un certain
niveau, elles savaient qu’elles pouvaient apporter leur contribution
pour CHANGER LE MONDE ? Et si ce qu’elles avaient choisi pour y
arriver était de permettre à leur corps de mourir ce jour-là pour
réveiller d’autres personnes (nous) ?
Ce jour-là, le monde a changé. On peut discuter du fait qu’il ait
changé pour le pire. C’est peut-être vrai. Ou le monde serait-il dans
un bien pire état si les attentats du 11 septembre n’avaient pas eu
lieu ? Et si c’était un appel à se réveiller, un avertissement forçant les
gens à prendre conscience que le changement est nécessaire ? Et si
cela faisait partie d’une demande pour plus de conscience ? Et si
chaque personne qui avait choisi de laisser son corps mourir ce jourlà avait contribué à cette prise de conscience POUR LE MONDE ? Ma
question est : Vous sentez-vous plus léger ?
Je connais certaines personnes dont le réveil n’a pas fonctionné ce
matin-là. Ou bien qui se trouvaient dans un taxi coincé dans les
embouteillages. Ou bien leur enfant était malade. Ou elles ont reçu
un message très clair disant qu’il leur fallait faire demi-tour et ne pas
entrer dans ces bâtiments ce jour-là… Et si précisément, ces
personnes avaient choisi de créer autre chose que de mourir ce jourlà ? Et si ces personnes savaient que leur plus beau cadeau était de
rester encore un peu ? Et s’il y avait quelque chose de bien plus grand
que ce que nous avons été prêts à envisager ?
À nouveau, ce qui est vrai vous fait vous sentir plus léger. Qu’est-ce
qui VOUS fait vous sentir léger ?
L’une des choses intéressantes qui a eu lieu juste après les attentats
du 11 Septembre, c’est que les New-Yorkais ont invité des inconnus à
venir chez eux, ont pris soin d’eux, plutôt que d’avoir peur pour leur
vie ou leurs biens. Ce n’avait pas été le cas depuis les années 1960
dans la ville de New York. La ville s’est réunie et a fait preuve de
bienveillance et de solidarité comme aucune ville ne l’avait JAMAIS
vécu auparavant. Considéreriez-vous cela comme un cadeau ?
Ce que j’ai remarqué d’intéressant, c’est qu’en demandant à de
nombreuses personnes quand elles avaient commencé à explorer des
possibilités au-delà de cette réalité, beaucoup d’entre elles m’ont dit
que cela remontait à 2001, 2002 ou 2003, les années qui ont suivi les
événements du 11 Septembre. Coïncidence ? Peut-être. Et peut-être
que les personnes qui ont été suffisamment courageuses pour changer
notre réalité ce jour-là ont réellement eu l’effet qu’elles escomptaient.
Et comprenez, s’il vous plaît, que je ne parle pas d’un choix cognitif !
« SI JE ME CACHE, PEUT-ÊTRE QUE JE NE MOURRAI PAS »
Il semble qu’il y ait deux types de décisions courantes qui mettent
nos corps sur le chemin de la mort. La première, c’est lorsque vous
décidez quand vous êtes jeune que vous ne dépasserez pas un certain
âge. Ce n’est qu’une décision. Lorsque vous atteignez cet âge, votre vie
s’arrête car vous pensiez que vous seriez mort ; donc vous n’aviez
projeté votre vie que jusqu’à ce point. Vous vous préparez à mourir.
Bizarre, non ? Avez-VOUS une date butoir ?
J’aimerais vous parler de quelqu’un que nous appellerons Cynthia.
Quand j’ai fait sa connaissance, elle avait 54 ans et absolument rien
dans sa vie ne semblait marcher. Je lui ai posé tout un tas de
questions jusqu’à ce que nous ayons finalement trouvé la limitation
qui était littéralement en train de la tuer. Et je dois vous dire que cela
m’a surpris aussi.
Quand Cynthia avait 3 ans, elle avait décidé qu’elle ne vivrait pas
au-delà de ses 51 ans. Et quand elle a eu 51 ans, tout a commencé à
aller de travers dans sa vie. Elle a arrêté de gagner de l’argent, elle a
arrêté de voir ses amis. Tout s’est juste arrêté. 51 ans était sa date
d’expiration.
Avez-vous une date d’expiration au-delà de laquelle votre corps
n’est pas supposé vivre ? Quel est cet âge ? Voyez-vous la folie de ce
point de vue ? Par exemple, Cynthia a pris cette décision à l’âge de
3 ans. Qu’est-ce qu’un enfant de 3 ans sait concernant la mort, le
vieillissement et quand il voudra mourir ? C’est un autre exemple
d’un choix totalement non cognitif qui peut avoir un effet énorme
dans la vie de quelqu’un.
Si vous avez une de ces dates mortuaires, voulez-vous s’il vous plaît
détruire et décréer maintenant tout ce avec quoi vous vous êtes aligné
et tout ce que vous avez accepté et tout ce à quoi vous avez réagi qui
lui permet d’exister ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD,
All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
ET ATTENDEZ, CE N’EST PAS FINI…
L’autre moyen couramment employé pour emmener votre corps sur
le chemin de la mort, c’est lorsque vous vivez une relation ou une
situation que vous cherchez à quitter et que vous vous dites : « Oh, ça
me tue » ou « J’ai juste envie de mourir. »
Et vous prenez la décision de mourir pour pouvoir en sortir. Vous
placez votre corps sur le chemin de la mort et il devient très difficile
pour vous d’avoir une vie ou toute forme d’abondance. C’est bizarre,
je sais. Vraiment bizarre.
Laissez-moi vous donner un exemple. Gary travaillait avec une
femme de 70 ans à laquelle on avait diagnostiqué un cancer. Il lui a
demandé : « De quoi êtes-vous en train de mourir afin d’y
échapper ? » Elle a répondu : « Ma relation. » Gary lui a demandé :
« Avez-vous considéré la possibilité de divorcer ? » Elle lui a répondu :
« Oh, non. Je ne pourrais jamais faire subir ça à mes enfants ! » Il lui
a demandé : « Quel âge a le plus jeune de vos enfants ? » Elle a
répondu : « 54 ans. »
Peu importe à quel point Gary a essayé, elle refusait totalement de
changer son point de vue. Il lui a rendu son argent et lui a dit qu’il ne
pouvait pas l’aider. Elle est morte d’un cancer du sein.
La plupart des personnes pensent : « Si je me cache, peut-être que
je ne mourrai pas. » Non, en fait, si vous choisissez de vivre, alors
vous ne mourrez pas ! Je sais, comme bien d’autres choses que nous
avons abordées, c’est bizarre.
Tout d’abord, vous devez vous séparer de la décision de mourir, SI
VOUS ÊTES DISPOSÉ À LE FAIRE. (Et au fait, c’est exactement ce à
quoi sert la formule de déblayage – détruire le « beurk » que vous
n’aviez aucun moyen d’éliminer jusqu’à présent.) Ensuite, vous devez
faire le choix de vraiment vivre. De nombreuses personnes ont du
mal à aller au-delà de la maladie, de la pauvreté ou de la dépression
car elles n’ont pas vraiment choisi de VIVRE. Et regardez si l’une ou
l’autre de ces possibilités est légère pour vous et s’il est temps de faire
un choix différent maintenant ?
Choisir de vivre ? Pour ceux d’entre vous à qui cela s’applique et
qui aimeraient changer, êtes-vous prêt à le faire ? Dès maintenant ?
Allez-vous détruire et décréer toutes les fois où vous avez décidé de
mourir, où vous vouliez mourir pour échapper à quelque chose ? Et
tout ce qui ne permet pas cela, allez-vous le laisser s’en aller
maintenant, s’il vous plaît ? Et allez-vous faire le choix de demander à
vivre ? Peu importe ce à quoi cela ressemble et peu importe ce qu’il
faut ?
Et tout ce qui ne permet pas cela, détruisons et décréons-le
totalement, s’il vous plaît. Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Merci. De ma part et de celle de votre corps. Au fait, vérifiez ce qui
se passe maintenant dans votre corps. Un peu plus léger ?
Laissez-moi vous raconter une histoire qui se termine un peu
mieux. J’ai travaillé avec une femme, appelons-la Chandra, qui avait
un fibrome utérin diagnostiqué par un médecin à l’aide d’ultrasons
comme preuve de sa maladie. Quand je lui ai demandé : « Quelle est
la valeur de s’accrocher à ça ? », elle a réalisé que c’était la seule
façon qu’elle connaissait de guérir les gens autour d’elle. Son corps
prenait littéralement les douleurs et les maladies des autres pour
tenter de les guérir, ce qui est bien plus fréquent que ce que la plupart
des gens reconnaissent.
Avec quelques questions, l’utilisation de la formule de déblayage
pour décréer ce qu’elle pensait être la seule façon de faire et un peu
de travail énergétique ESB (Synthesis Energetic of Being™ : « Synthèse
Énergétique d’Être »), son fibrome a disparu. Elle est retournée faire
une échographie avant l’opération qui était prévue pour lui enlever le
fibrome, voulant voir si notre séance avait donné des résultats. Le
technicien a regardé, incrédule, les images tout en les comparant avec
celles prises lors de l’examen précédent. Il a fini par annoncer que le
premier examen devait être défaillant parce qu’il ne voyait
absolument plus de fibrome. Héhé :) Heureuse Chandra !
Quelque part, d’une certaine façon, durant notre session, Chandra
a compris qu’elle pouvait choisir quelque chose de différent. S’il vous
plaît, sachez qu’il s’agit toujours du choix de la personne qui vient me
demander de l’aide, pas du mien.
PETITE NOTE AU LECTEUR
Vous vous demandez peut-être comment j’en suis arrivé à faire
confiance à mes prises de conscience concernant les sujets que je
viens d’aborder avec vous (par exemple, que Cynthia ait choisi à
3 ans de mourir ou que Chandra soit sur la bonne voie pour changer
son problème de fibrome). Concernant cela et tout le reste, j’utilise
un outil que j’ai déjà mentionné : la science aéronautique. Oups !
Pardon, je me suis trompé, mauvais outil. C’est bien plus facile que
ça, vous n’avez pas besoin d’être un génie.
Je commence avec la prise de conscience que quelque chose de vrai
nous fait toujours nous sentir plus légers. Et de là, je laisse mon esprit
avancer et je suis tout ce qui remonte à la surface. Et quand cela crée
plus de légèreté, je continue sur ce chemin. Quand cela devient lourd,
je sais que c’est la direction à éviter, donc je change de direction avec
mes questions.
Et comment est-ce que je savais si ce que je faisais marchait
vraiment ou si c’était juste quelque chose que j’inventais dans ma
tête ? PARCE QUE LES CORPS DE CYNTHIA ET DE CHANDRA SE
SONT MIS À ALLER BEAUCOUP MIEUX. Cynthia s’est mise à créer
plus, et plus, et encore plus depuis. Son nouveau mari est plutôt
heureux de cette situation. Le corps de Chandra est depuis devenu
une nouvelle source d’émerveillement et de joie pour elle… Alors
sachez que ce qui me permet de savoir que ce que je perçois avec la
personne marche réellement, c’est que LA SITUATION CHANGE
VRAIMENT.
Et bien que j’évoque des sujets très bizarres et différents d’un point
de vue vraiment très bizarre et différent, je suis en fait très, très
pragmatique. Si certains outils que j’utilise ne permettent pas de
changer quoi que ce soit, alors je recherche et souvent trouve un autre
outil, une perspective différente, une autre façon d’envisager la
situation pour lui permettre de changer. Voilà comment Access
Consciousness™ s’est créé ces vingt-cinq dernières années, en
travaillant avec de vraies personnes pour de vrais changements – que
cette réalité considère que cela soit possible ou pas.
Vous vous souvenez quand je vous ai parlé dans l’introduction de
vous autoriser à envisager qu’aller instantanément avec nos corps
jusqu’aux îles Fidji soit possible ? C’est parce que j’ai vu tellement de
personnes qui ne savaient pas qu’un changement était possible… Et
pourtant, en questionnant, en restant ouvertes sans tirer aucune
conclusion, en utilisant la formule de déblayage pour défaire les
points de vue qui maintenaient les limitations en place, ces personnes
ont changé ce qu’elles ne pensaient pas pouvoir changer.
Donc ma question est : Que pouvons-nous changer d’autre ? Quoi
d’autre est possible ? Qu’avons-nous la capacité de changer sans
savoir que nous en avons la capacité ? Et… que faudrait-il pour que
chacun d’entre nous ait les outils pour changer TOUT ce qu’il désire
changer ? Voilà ce vers quoi je me dirige. Voulez-vous jouer ?
Changement en cours…
ET SI LA MORT N’EST QU’UN CHOIX, PEUT-ÊTRE QUE VIVRE EN EST
UN AUSSI…
Laissez-moi vous parler d’un choix que j’ai fait une fois. Je faisais
du cheval au Costa Rica il y a deux ans. J’étais sur mon magnifique
cheval, moitié costaricain et moitié Quarter Horse (du genre fusée sur
quatre sabots). C’est le cheval le plus rapide que j’ai jamais monté et
j’ai déjà monté pas mal de chevaux rapides.
Nous faisions donc une balade et l’un des participants était en fait
débutant mais avait choisi de rejoindre le groupe des cavaliers
expérimentés. Le voilà juste devant moi. Nous devions monter une
berge d’environ deux mètres pleine de boue et les chevaux devaient
grimper sur cette berge pour sortir de la rivière.
Le débutant-qui-se-prenait-pour-un-cavalier-confirmé a fini par
arriver au sommet de la digue et une fois en haut, il s’est arrêté, juste
devant moi. Mon cheval, qui était à la moitié du chemin, ne pouvait
pas aller plus loin. Et il a commencé à tomber à la renverse sur moi
dans une pente de deux mètres de boue puis dans un mètre d’eau
pleine de gros rochers. Et me voilà à devoir faire un choix, le choix de
continuer à vivre ou celui de mourir.
J’ai su à ce moment-là que le choix de vivre ou de mourir pouvait
se faire en un claquement de doigts. C’est tellement simple de tout
laisser tomber. Je n’en avais jamais fait l’expérience auparavant…
Lorsque j’avais planifié mon suicide, juste avant de découvrir Access,
j’avais prévu de le faire dans un délai de six mois si ma vie ne
changeait pas. Là, sur mon cheval, c’était l’opportunité ou jamais de
faire ce choix en un claquement de doigts. Je l’ai vu et j’ai su :
« Wouah, c’est si facile. Oh… Si je le choisis, je peux juste me laisser
tomber en arrière et tout s’arrêtera… »
Mon choix était : « Oui ? Non ? Oui ? Non ? NON ! » J’ai pensé :
« Non, ça n’arrivera pas maintenant. » D’un coup, mon cheval s’est
mis sur le côté.
Nous étions sur le côté et je me suis dit : « OK, c’est mieux. Il ne va
pas tomber à la renverse sur moi. » Puis il s’est mis à descendre sur le
côté au-dessus de moi. Juste avant de me retrouver complètement
sous l’eau et juste avant qu’il ne m’atterrisse dessus, mon dos
touchait les rochers et j’avais les pieds en l’air. Comme si j’allais faire
une pression de jambes avec un cheval d’une tonne ! Il a commencé à
me tomber dessus et à nouveau, j’ai dit « non ». Littéralement, à ce
moment-là, mon corps a fait un truc et le cheval un autre. Il est
tombé d’une façon totalement irréelle. Je me suis levé hors de l’eau et
il était là, juste à côté de moi. Il s’est débattu et s’est finalement remis
debout. J’ai pensé : « OK, là, j’ai changé quelque chose. »
Les gens qui me suivaient m’ont dit : « C’était vraiment bizarre, tu
es tombé mais ton corps était là-bas et ton cheval est tombé mais il
n’est pas tombé là, il est tombé et a fini par atterrir là-bas et ensuite il
s’est retourné… » Une femme qui avait observé tout l’incident
pendant qu’elle me suivait m’a dit qu’au moment où j’étais sous
l’eau, alors que mon cheval tentait de se relever, il a posé son sabot si
près de ma tête qu’elle a eu l’impression qu’il allait me marcher
dessus. Selon ses propres mots, son premier pas pour se remettre
debout a placé son sabot à « moins de trois centimètres » de ma tête.
Et je lui ai répondu : « Pas de problème, je prends ! Trois centimètres,
c’est tout ce dont j’avais besoin ! Comment ça devient encore mieux
que cela ? »
Ces trois centimètres ont fait la différence entre la vie et la mort.
Ce n’était que trois centimètres et c’était bien assez. J’ai réalisé que
cet instant faisait partie des moments où nous avons à faire un choix.
C’est aussi rapide que ça. Seulement je n’ai pas pensé : « Bon,
maintenant je vais retourner mon corps de cette façon et je vais faire
en sorte de retourner mon cheval. » J’ai juste pensé : « Ça va changer.
Je ne vais pas mourir aujourd’hui. » Et c’était terminé.
Je reçois encore aujourd’hui des prises de conscience de cet
événement. Grâce à ça, j’ai commencé à voir et à réaliser : « OK,
j’avais le choix de partir. J’ai choisi de rester. Et si je choisis de rester,
autant faire quelque chose de ma vie. Si je peux changer cela, quoi
d’autre est possible ? » J’ai fait une demande au monde de créer
quelque chose de plus grand que ce que j’avais à ce moment-là, parce
que si je ne le faisais pas, à quoi bon rester en vie ?
Notez, s’il vous plaît, que peu importe l’espace de prise de
conscience auquel vous accédez maintenant, juste en lisant ce livre,
cet espace de possibilités va continuer à s’étendre. Vous allez vous
offrir une chance. Vous allez vous offrir une possibilité.
Cela ne veut pas dire que vous devez frôler la mort. Cela peut
vouloir dire que vous vous réveillerez en pensant : « Tu sais quoi ?
Jouer petit ce n’est plus suffisant. Merci beaucoup, le monde. Amènemoi ce que tu as de plus grand ! »
Cela ne doit pas être très significatif. Cet événement a eu lieu et ce
n’est que plus tard que j’ai réalisé ce qui s’était passé. Il n’y avait rien
de cognitif là-dedans, mis à part réaliser : « Waouh. J’ai fait le choix
de vivre ! »
UN NOUVEAU PARADIGME POUR LE CHOIX
Vraiment, tout n’est qu’un choix. Par exemple, si on examine la
phrase : « Je suis en colère car mon mari m’a quittée », vous supposez
que votre mari vous a quittée, vous supposez que c’est une mauvaise
chose et que maintenant vous avez un problème à cause de cela.
Correct ? Et en substance, vous jouez le rôle de la victime.
ATTENTION : les prochains paragraphes ne seront pas forcément
faciles à croire pour vous. Et vous aurez peut-être envie de jeter ce
bouquin en l’air. (Encore ?) Et sachez que je trouverais cela
également très difficile à croire si je ne l’avais pas vécu exactement tel
que je le décris ici. Cela peut défier tous les paradigmes et concepts
que vous avez eus jusque-là et que vous avez considérés comme vrais
par le passé.
Je ne vous demande pas de me croire. Je vous demande d’ouvrir
votre monde à une autre possibilité, celle qui peut vous donner plus
de liberté pour savoir que vous savez, indépendamment du fait que
cela va à l’encontre de votre passé et de ce que votre entourage vous
dit être vrai, nécessaire ou réel. Et ce faisant, vous découvrirez, je
l’espère, encore plus ce qui est vrai pour vous.
Et si ce que vous lisez vous fait vous sentir plus léger, vous pourrez
trouver que cela vous libère d’une façon que vous ne pouvez expliquer
et que vous ne « comprenez » pas. Si c’est le cas, laissez-moi vous
parler d’une partie de ma vie qui a été riche en enseignements.
Voici : Quand j’étais enfant, j’ai vécu de nombreuses formes d’abus
– de l’abus sexuel, de l’abus physique, de l’abus émotionnel au point
d’avoir peur pour ma vie. Un membre de ma famille plus âgé m’a
molesté et un garçon plus âgé m’a fait subir la même chose. On m’a
également frappé avec des ceintures : mon petit corps nu était frappé
avec des ceintures par un cercle de femmes qui haïssaient les hommes
et qui se tenaient au-dessus de moi pour me faire subir ça. J’ai fait
l’expérience d’autres formes d’abus dans mon enfance en plus de
celles-ci, mais je pense que vous percevez l’idée générale et je ne vais
pas entrer dans les détails.
Dans une partie du travail de développement personnel que j’avais
fait six ans avant de découvrir Access Consciousness™, j’ai pris
conscience que j’avais subi ces abus… Je me suis dit : « Oh, mon
Dieu ! Tout s’explique. »
Cela expliquait chaque limitation que j’avais. Cela expliquait
pourquoi je ne voulais pas me sentir bien face à moi-même, pourquoi
je n’étais pas capable de gagner beaucoup d’argent, pourquoi je me
sentais comme une m**de, pourquoi je ne m’aimais pas beaucoup.
Cela m’expliquait tout. Je me suis dit : « Wouah, maintenant je vois
pourquoi je suis une victime. Très bien. » Exactement. Où pouvais-je
aller à partir de là ? Je fonctionnais à partir de conclusions plutôt que
de questions.
Donc, après un an et demi d’Access, Gary Douglas (le fondateur
d’Access) et moi avons commencé à examiner ce sujet de l’abus et ce
que j’avais vécu. J’ai commencé à lui dire ce que je percevais de ce qui
était arrivé, mais il me semblait qu’il y avait beaucoup de choses que
j’avais bloquées.
Nous avons abordé initialement ce sujet du point de vue partagé
par tout le monde sur cette planète, qui est le point de vue
psychologique : « C’est de la méchanceté. C’est mal et mauvais. Je
suis une victime. » Et croyez-moi si je vous dis que je comprends ce
point de vue. La plus grande difficulté avec ce point de vue, c’est qu’il
s’agit d’une conclusion plutôt que d’une question. Vous vous coupez
de toute autre possibilité qui pourrait exister. Vous fermez la porte
aux autres possibilités et vous vous limitez à n’être conscient que de
vos conclusions préexistantes.
Nous regardions ces situations du point de vue selon lequel c’était
mal et nous avons essayé de déblayer tout ça. Et il n’y avait rien qui
changeait vraiment, mis à part le fait que Gary devenait de plus en
plus conscient de ce qui m’était vraiment arrivé, parce que j’en
redécouvrais de petits aperçus et que je le partageais avec lui.
Je le redis : comme nous avions décidé que ce que j’avais vécu était
mal, nous ne pouvions rien voir d’autre que le mauvais aspect de la
situation. Vous êtes-vous jamais retrouvé dans ce genre de situation
où il ne semble y avoir aucune légèreté ? Si c’est le cas, vous savez à
quoi cela ressemble de se retrouver à cette place.
Un soir, nous avons commencé à faire des processus Access* sur ce
sujet et nous avons pris conscience de ce qui s’était passé encore plus
en détail. Je ne l’ai pas vu, mais Gary a « téléchargé » l’abus et les
violences que mon corps et moi avions subis. Et son point de vue
était : « Cela ne devrait jamais arriver à un enfant. »
Remarquez que c’est un point de vue approprié, mais ce n’est pas
une question. Il a donc jugé que ce qui m’était arrivé était négatif.
Avec ce point de vue-là, il m’a vu comme une victime et il m’a rendu
victime, car il s’est aligné et mis d’accord avec le point de vue que
j’étais victime de cette situation. Cela a verrouillé mon corps et moi.
Sachez que je ne l’en blâme pas. Je vous le raconte de cette façon
pour vous montrer comment nous nous coinçons (et comment nous
coinçons les autres) avec ce point de vue que « c’est mal » ou qu’il y a
une victime. Et vous allez voir sous peu ce que nous avons fait pour le
changer.
Je me sentais comme solidifié dans du béton. Je pouvais à peine
bouger. Mon transit intestinal s’était arrêté. Je ne comprenais pas ce
qui se passait. Je pensais : « Cet abus est vraiment en train de
s’installer. »
Non. Ce qui s’était réellement passé, c’était que Gary avait adopté
le point de vue que c’était négatif et cela m’avait coincé. À ce
moment-là, il ne fonctionnait pas à partir de questions, bien que ce
soit le cas la majorité du temps. Parce qu’il avait conclu que c’était
quelque chose de si horrible que ça ne devrait jamais arriver, il ne
pouvait rien voir qui ne correspondait pas à cette conclusion. C’est la
même chose que de voir les attentats du 11 septembre comme n’étant
que négatifs. Si c’est le cas, vous ne pouvez pas voir qu’il y a une
possibilité différente qui se cache ici et qui attend de rendre votre vie
plus aisée, plus grande, pleine de possibilités.
J’étais coincé avec l’idée que ce que j’avais subi était quelque chose
de si horrible que cela n’aurait jamais dû m’arriver, que j’en étais la
victime et que cela était plus puissant que moi. Si j’étais la victime,
alors cela voulait dire que toute cette énergie était plus grande que
moi et aussi que je ne pouvais pas être plus grand que cette énergie
d’abus.
C’est vraiment dur de fonctionner à partir de là, parce que si vous
ne pouvez pas être plus grand que cette énergie d’abus, vous n’avez
pas énormément de possibilités dans votre vie. Et c’était le cas. Je
ressentais littéralement que ma vie s’était arrêtée.
Il faut que vous saisissiez ceci : vos points de vue créent votre
réalité. Même si c’est quelqu’un qui vous impose son point de vue et
que vous l’adoptez, cela détermine votre réalité. Je ne le savais pas
cognitivement. Le truc, c’est que la majeure partie de ce qui se passe
dans nos vies n’est pas cognitif. Ce qui s’est passé, c’est que Gary
avait le point de vue que cela ne devait pas arriver à un enfant et que
j’étais une victime. Et j’avais déjà le point de vue que j’étais une
victime, parce que c’est le point de vue que les gens ont de l’abus dans
cette réalité – vous êtes une victime. Mon point de vue d’être une
victime, combiné avec son point de vue que j’étais victime des
circonstances, a bloqué ma vie.
Donc me voilà dans du béton, le plus solide de ma vie, Gary et
moi-même ne sachant plus dans quelle direction aller, ni quoi faire
avec ça. Nous ne comprenions pas ce qui s’était passé qui me
coinçait. Nous savions juste que nous étions en train d’avancer et que
quelque chose était arrivé. Lorsque nous arrivions quelque part et que
nous ne savions pas ce qui se passait, nous commencions à poser des
questions.
Et franchement, je commençais à me sentir très, très en colère. Et
je dirigeais une grande partie de celle-ci contre mon meilleur ami
Gary. Ce n’était pas mon meilleur choix et je n’en suis pas fier, mais
avec son extrême gentillesse envers moi, peu importe à quel point
j’étais en colère, et avec son niveau incroyable de laisser-être vis à vis
de moi (et envers tout le monde) quelles qu’aient été les
circonstances, nous les avons dépassées. Et depuis, j’ai découvert que
lorsque je me mets en colère contre les personnes qui sont
importantes pour moi, c’est parce que je suis coincé dans un vieux
schéma qui dépasse mes capacités cognitives, ou qu’il existe à un
certain niveau la capacité de changer quelque chose, à laquelle
j’accède et dont je n’ai jamais fait l’expérience auparavant.
Donc Gary me posait des questions et encore des questions mais
elles venaient toutes du point de vue que tout le monde partage, à
savoir que ce que j’avais vécu était négatif et que j’étais une victime.
Et nous avons continué à demander : « Qu’est-ce qui ne va pas ? »
Ou bien, dans un effort pour regarder la situation différemment afin
de me « décoincer », nous changions pour : « Qu’est-ce qui pourrait
aussi être négatif ici que nous n’avons pas encore vu ? »
Remarquez le point de vue de base à partir duquel nous
fonctionnions : il y a quelque chose qui ne va pas. Avec ce point de
vue, aurions-nous jamais pu voir autre chose qu’une forme ou une
autre de ce qui n’allait pas ? Non. Et chaque fois que vous demandez :
« Qu’est-ce qui ne va pas ? », vous allez chercher ce qui cloche. Et de
fait, c’est tout ce que vous pourrez voir. La question que nous ne
posions pas était : « Qu’est-ce qui est bien et positif dans cette
situation que nous ne saisissons pas ? »
Ce que nous savions, c’est que si vous travaillez continuellement
sur quelque chose et que cela ne se clarifie pas ou ne change pas, c’est
que vous ne cherchez pas au bon endroit. Comprenez bien cela : si ça
ne s’allège pas, il y a une autre façon d’envisager la situation. Ce qui
est vrai crée toujours cette sensation de légèreté. Quand vous
découvrez ce qui est vrai, cela crée de la légèreté, même dans les
situations les plus lourdes. Tant que les choses sont lourdes, il y a un
mensonge quelque part.
Donc Gary a commencé à se poser la question : « Quel est le
mensonge ici ? » Et il utilisait la formule de déblayage. Chaque fois
qu’il demandait : « Quel est le mensonge ici ? », il demandait à
détruire et décréer tout ce qui permettait à ce mensonge de rester en
place et tout ce qui ne lui permettait pas de percevoir ce qui était
véritablement vrai et ce qui créerait de la liberté pour moi. Et il
ajoutait : « Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. » (Voilà véritablement un très bon ami !)
Et après avoir activé ce processus pendant plusieurs jours, il m’a
posé une question qui a changé ma vie. Il m’a dit : « Je sais que cela
va paraître étrange, mais est-ce que tu as quelque chose à voir avec la
création de ces situations ? » J’ai respiré profondément. C’était la
première chose qui créait de la légèreté dans mon univers depuis huit
semaines. Et franchement, j’étais très étonné. Je ne pensais plus être
capable de sortir des murs de béton qui m’entouraient. Et le voilà : un
rayon de lumière et de légèreté !
Vous souvenez-vous ? Ce qui vous fait vous sentir léger est vrai
pour vous. J’ai dit : « Oh, mon Dieu. J’ai participé à créer cela. » Et
j’ai réalisé, SEULEMENT parce que cela avait apporté tellement de
légèreté dans mon monde après tant de lourdeur. Franchement, je
dois vous dire que je n’aurais jamais cru que j’avais QUOI QUE CE
SOIT à voir avec la création de ces situations qui avaient eu lieu dans
mon enfance si je n’avais pas fait l’expérience de semaines d’intense
lourdeur suivies par une légèreté instantanée quand Gary m’a posé
cette question. Et je comprends totalement que cette conversation
fasse remonter des choses en vous et que cela vous tape sur les nerfs.
Je ne peux qu’imaginer ce que serait pour moi de lire ces lignes
maintenant, sans en avoir fait l’expérience, exactement telle que je
l’ai décrite. S’il vous plaît, continuez votre lecture…
Je n’avais aucune idée de ce que j’avais fait pour créer ces
situations, mais la simple prise de conscience que j’avais quelque
chose à voir dans la création de celles-ci m’a permis de commencer,
même de façon minime, à arrêter d’être une victime.
J’avais ce point de vue dans mon univers que les abus qui avaient
eu lieu étaient quelque chose de négatif et que j’étais un mal
ambulant d’avoir permis à cela d’arriver. Je le savais. Tout le monde le
sait, n’est-ce pas ? Devinez quoi ? C’est l’une des façons avec laquelle
cette réalité et ses points de vue limités sur l’abus nous limitent. Et si
ce n’était pas la seule option à envisager ?
Nous avons ce point de vue collectif inconscient que l’abus est
simplement perpétré CONTRE QUELQU’UN et que la personne qui
le subit est une terrible victime. Ces idées merveilleuses vous
enferment dans une impuissance totale, vous ou toute personne qui
en a fait l’expérience.
Et si ce n’était pas la seule perspective que nous pouvions avoir ? Et
si adopter ce point de vue n’était pas une faveur envers les êtres
magnifiques qui ont fait l’expérience de l’abus ? Et si ces personnes
étaient les plus courageuses sur cette planète ? Et si elles avaient un
courage au-delà de ce que les mots peuvent exprimer ?
Quand Gary m’a demandé : « As-tu quelque chose à voir avec la
création de cela ? », mon univers a fait Boum ! Cela ressemblait à un
feu d’artifice d’e-s-p-a-c-e pour la première fois en huit semaines. Je
ressentais le béton se fissurer.
Et il m’a posé une autre question : « L’as-tu fait pour une raison
précise ? » Et tout le reste du béton a volé en éclat – BOUM – et j’ai
commencé à rire et pleurer en même temps. Cela n’avait aucun sens
pour moi. Cela ne pouvait tellement pas l’être sur le plan cognitif, je
ne pouvais pas comprendre pourquoi ou comment, ou quoi que ce
soit, et je m’en foutais. Cela a instantanément créé tellement
d’espace. Je savais que ça devait être vrai.
Puis il m’a demandé : « Pourquoi ? Pour quelle raison as-tu fait
cela ? » J’ai regardé. J’avais les yeux qui se croisaient car je devais
regarder la situation d’un œil tellement différent que cela changeait
énormément de choses pour moi. Il m’a demandé : « L’as-tu créé
pour créer du changement ? » – un grand « OUI » !
« OK. » Gary a continué : « Donc tu l’as fait pour créer un
changement dans ta famille, pour d’autres enfants, pour l’homme
qui t’a molesté, pour tout ce que j’ai mentionné ou quelque chose
d’autre ? » Wouah ! Tout ce qu’il avait mentionné.
Soudainement, j’ai été capable de voir tout ce qui s’était passé et
tout était totalement clair, comme si je voyais la situation se dérouler.
Ce que je voyais était bizarre, étonnant et totalement à l’opposé de ce
que cela semblait être !
Dans le cas du membre de ma famille, j’ai fait en sorte que la
famille le sache. J’ai vu que si je ne le faisais pas avec lui, il y avait de
grandes chances qu’il finisse par devenir quelqu’un d’inapproprié
sexuellement au point de faire des choses vraiment méchantes et
horribles à d’autres enfants et de finir en prison pour ça. J’ai changé
le cours de sa vie. Mais encore plus important, j’ai changé la
trajectoire de la vie de nombreux enfants dans le futur.
Cela faisait des années que j’envisageais les choses sous un angle
différent (ce qui est étrange pour de nombreuses personnes, même
peut-être pour vous). Et pourtant, dès que cela est apparu, cela m’a
épaté d’être capable de reconnaître qu’à 6 ans je pouvais faire ce
choix, compte tenu de la bienveillance que j’avais pour ce membre de
ma famille et les personnes qui en seraient affectées.
De la bienveillance ? C’était tellement au-delà de ce que je pouvais
concevoir comme de la bienveillance à ce moment-là. Et pourtant
cela m’a fait me sentir plus léger à nouveau, et tout est devenu plus
facile. C’est le seul test décisif quand vous ne comprenez pas ou que
vous n’avez pas expérimenté quelque chose auparavant : cela vous
fait-il vous sentir plus léger ? Si c’est le cas, c’est vrai pour vous,
même si vous ne comprenez pas pourquoi.
Vous voyez, c’est ce qu’il se passe quand vous prenez conscience de
ce qui est vrai pour vous. Adopter un mensonge vous fera toujours
vous sentir plus lourd et vous vous enfoncerez encore plus. C’était
exactement là où j’en étais avant que Gary ne me pose ces questions
qui ont permis ces prises de conscience étonnantes. J’ai vu l’enfant
que j’étais depuis un tout nouvel espace, en reconnaissant la
bienveillance et la présence consciente que j’avais déjà à 6 ans. Je
savais que je devais le faire, parce que si je ne le faisais pas, ce gars
allait finir par faire du mal à d’autres enfants – et à lui-même.
C’était pour le moins très intéressant d’avoir fait cette expérience.
J’ai été capable de voir toutes ces choses et d’avoir une clarté totale
sur ce qui c’était passé, comme si je voyais la situation se dérouler
devant mes yeux. Je savais que je pouvais percevoir le futur – même
en n’ayant que 6 ans. Prendre conscience que j’avais la perception du
futur et d’AVOIR CHOISI DE LE CHANGER était une expérience
parmi les plus bouleversantes que j’ai jamais eues.
En plus, quand j’ai vérifié avec mon corps… il était totalement OK.
Mon beau et magnifique corps n’était pas brisé ou blessé. Il savait
comment guérir. Il avait fait ce chemin avec moi et il couvrait mes
arrières. Nous avions fait plus que survivre. Nous avions changé
quelque chose. Et nous avions retrouvé notre chemin avec des outils
qui nous permettraient de grandir. Ce jour-là, la gratitude que j’avais
pour mon corps s’est décuplée au-delà de tout ce que je pensais
possible jusqu’alors.
Désolé – dites-moi à nouveau à quel point je suis une victime
pathétique, s’il vous plaît ?
L’une des choses les plus importantes à retenir ici, c’est de réaliser
que peu importe ce dont vous avez fait l’expérience, vous aussi, vous
allez trouver votre chemin vers les outils qui vous permettront de
grandir, peu importe ce que cela peut être pour vous. Ils sont là. NE
VOUS ARRÊTEZ PAS. VOUS POUVEZ LE FAIRE.
Ces prises de conscience que j’ai mentionnées plus haut ont changé
ma vie. Tout a changé ce jour-là – tout. C’est là que j’ai arrêté de
croire en cette réalité qui nous dit ce qui est vrai tel que c’est. De mon
point de vue, c’est vraiment tout ce qui compte.
Il ne s’agit pas de se battre contre cette réalité. C’est comme lorsque
vous avez une relation avec quelqu’un qui vous a menti tout le temps
et que vous en arrivez au point où vous en avez assez ; vous dites
simplement : « Fais ce que tu as à faire. C’est totalement OK pour
moi, mais j’en ai assez que tu me mentes. C’est fini. Notre relation,
telle quelle, est terminée. Je ne sais pas ce que le futur va apporter,
mais notre relation est finie maintenant. »
Ma relation à cette réalité s’est terminée ce jour-là. Et depuis, c’est
devenu un voyage fabuleux : « Quoi d’autre est possible ? Quoi
d’autre est possible ? Quoi d’autre est possible ? » Quand je posais
cette question dans le passé, elle était toujours formulée en quelque
sorte en ces termes : « Quoi d’autre est possible DANS CETTE
RÉALITÉ ? » Ce jour-là, grâce à mes prises de conscience, cela a
changé. Depuis, demander : « Quoi d’autre est possible ? » inclut des
choix qui n’auraient jamais été possibles avant. C’est très important.
Je ne dis absolument pas que l’abus soit juste. Mon point de vue
personnel est qu’il n’y a jamais aucune raison pour abuser qui ou
quoi que ce soit. Cela va à l’encontre même de notre nature en tant
qu’êtres. C’est l’une de ces folies sur cette planète que je voudrais voir
cesser d’exister.
Non seulement ça, mais je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour
donner aux gens les outils pour le changer. C’est quelque chose que je
ferais stopper d’une manière ou d’une autre si je savais que quelqu’un
était en train d’en faire l’expérience.
Sachez également que si cela vous arrivait ou concernait quelqu’un
que vous aimez, vous voir ou le voir comme étant une victime est la
chose la moins bienveillante que vous puissiez faire. Le voir comme
un être puissant qui POURRAIT avoir choisi de changer la vie de
quelqu’un d’autre déverrouille la stigmatisation d’être une victime à
partir de laquelle cette personne a vécu.
L’abus existe. Ce que nous choisissons d’en faire détermine le cours
de la vie de quelqu’un dans le futur. Et si une partie de notre objectif
ici était de créer un monde où l’abus ne pouvait plus exister ? Et si
cela faisait partie de la raison pour laquelle nous sommes ici ? Si nous
devons créer cela comme réalité, alors nous devons véritablement
fonctionner avec un point de vue DIFFÉRENT de celui qui nous
semblait réel dans le passé. Ce qui nous paraissait réel dans le passé
nous a donné le monde dans lequel nous vivons actuellement. Nous
avons besoin de quelque chose de DIFFÉRENT pour créer un MONDE
DIFFÉRENT.
Et si vous ou quelqu’un avez vécu un abus, je ne dis pas que c’est
arrivé par votre faute. En aucun cas. Si vous avez été abusé, VOUS
N’ÊTES JAMAIS EN TORT. Un acte d’abus est toujours inapproprié.
Vous n’êtes pas en tort parce que vous l’avez vécu. Vous n’êtes pas
méchant parce que vous en avez fait l’expérience. Vous n’avez pas
besoin d’en être encore la victime. Vous avez un courage qui dépasse
votre imagination la plus folle. Le fait que vous ayez vécu un abus et
que vous continuiez à fonctionner et à créer votre vie témoigne de
votre courage, de vos talents et de vos capacités. Vous êtes bien plus
grand que ce que vous pensez – bien, bien plus grand.
Tout ce qui ne vous permet pas de savoir que vous êtes bien plus
grand que l’abus que vous avez vécu, quelle que soit la forme qu’il ait
pris, allez-vous maintenant le détruire et le décréer ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Essayez, s’il vous plaît, d’envisager ces perspectives et de voir si elles
vous font vous sentir plus léger. N’adoptez pas ce que vous pensez
être mon point de vue. Je n’ai pas d’autre point de vue que celui de
vous voir aussi libre, heureux et facilement extraordinaire que vous
l’êtes vraiment. Et souvenez-vous : ce qui est vrai vous fera toujours
vous sentir plus léger. Un mensonge vous fera toujours vous sentir
plus lourd.
Voici quelques questions simples avec lesquelles commencer si vous
ou quelqu’un d’autre a vécu un abus :
1. « Quel mensonge ai-je adopté qui me bloque ? »
2. « Que sais-je à propos de ce qui s’est passé que j’ai prétendu ne
pas savoir ou nié savoir ? »
3. « Quelles sont les autres façons d’envisager la situation pour
créer plus de liberté pour moi (ou la personne qui a été abusée) ? »
4. « Est-il possible que j’aie protégé quelqu’un ou changé la vie de
quelqu’un en permettant à cela de se produire ? »
5. « Quel courage, puissance et capacité – qui m’ont permis de
survivre à cet abus – n’ai-je pas reconnus, qui, si je les reconnaissais,
me rendraient totalement libre ? »
Je ne connais presque personne d’autre sur cette planète qui soit
disposé à envisager l’abus à partir d’un espace de possibilités
différent. À cause des circonstances uniques de ma vie, j’ai eu la
chance de découvrir et d’aider à mettre en lumière cette perspective
totalement différente. Cela m’a littéralement donné – ainsi qu’à des
centaines, voire des milliers d’autres – une liberté que rien d’autre
(psychologie, métaphysique et diverses autres techniques trop
nombreuses pour être citées ici, y compris la religion) ne m’avait
donné jusque-là.
C’est la raison pour laquelle je vous ai dévoilé cette partie de ma
vie, pour que vous et les gens que vous aimez sachiez qu’il existe une
possibilité différente. Que vous choisissiez de l’envisager sous cet
angle ou non, comme toujours, c’est votre choix. Et comme toujours,
s’il vous plaît, choisissez ce qui vous fait vous sentir plus léger.
À nouveau, j’aimerais que vous sachiez que je ne dis pas que le
même scénario est vrai pour toutes les personnes qui ont fait
l’expérience de l’abus. Ce que je dis, c’est qu’envisager la situation
avec une perspective différente peut souvent créer une possibilité
différente de ce que tout le monde a imaginé.
Que pourriez-vous découvrir dans votre vie si vous ne recherchiez
pas ce qui était négatif dans les événements de votre passé, mais que
vous demandiez plutôt : « Qu’est-ce qui est juste me concernant que
je ne saisis pas ? » et « Qu’est-ce que je sais que je prétends ne pas
savoir ? » et « Quelle perspective différente puis-je envisager qui
créerait de l’espace, de l’aisance et de la liberté dans cette
situation ? » Voilà ce que j’ai appris à faire et cela marche
merveilleusement pour envisager des possibilités différentes, que je
croyais ne jamais pouvoir exister.
Vous voyez, tout cela est fait dans l’intention de faire de votre vie et
de ce monde un MEILLEUR endroit pour vivre. Il ne s’agit pas
d’adopter un point de vue fixe et de ne plus le lâcher. Il s’agit de créer
une réalité différente, de ne pas continuer à créer la même réalité
limitée QUI NE MARCHE PAS !
Il est temps de changer. Il est temps d’être différent. Il est temps
pour vous d’être libre. Il est temps que nous soyons tous libres.
Et si vous étiez bien plus puissant et épatant que vous n’avez jamais
voulu l’admettre ? Et qu’est-ce qui pourrait changer dans votre vie si
vous le reconnaissiez ?
* Les Processus Access ainsi que les phrases de déblayage permettent l’accès à plus de conscience en
utilisant notre capacité à choisir, à poser des questions et à nous ouvrir à de nouvelles possibilités.
NOTE AU LECTEUR
ET SI VOUS N’AVIEZ PLUS À
AVOIR PEUR DE LA MORT ?
Est-ce que VOUS mourez réellement ? Ou bien est-ce votre corps
qui meurt ? Pensez-y un moment.
Êtes-vous un être infini ? Ou juste un corps ? Ou êtes-vous un être
infini qui a créé (avec l’Intelligence universelle, Dieu, la Conscience
ou peu importe comment vous voulez l’appeler) votre beau petit
corps ?
Et si c’est le cas, est-il possible que VOUS ne mouriez pas ? Est-il
possible que seul votre corps meure, en prélude à votre changement
de forme ? Est-il possible que vous ayez d’autres choix une fois que
votre corps est mort ? D’autres merveilleuses possibilités ?
Vous sentiriez-vous plus à l’aise dans ce cas avec ce qu’on appelle la
mort ? Et si cela aussi était quelque chose de totalement différent de
ce que vous pensez être ?
Vous avez sûrement entendu cette idée auparavant… même si vous
êtes d’un milieu religieux et que vous croyez en un être suprême et au
paradis et à l’enfer…
Si (je l’espère) vous allez au paradis, est-ce votre corps… ou vous,
l’être, qui entre au paradis ? Je suppose que vous avez répondu l’être,
étant donné que, de toute façon, votre corps reste là une fois que
vous vous en allez.
Laissez-moi vous donner un exemple. La femme d’un pasteur a
participé à une classe de mon ami et fondateur d’Access, Gary
Douglas. En se référant à un enfant qui était mort récemment alors
qu’il n’avait que trois jours, elle a dit à Gary : « Vous savez, je ne
croyais pas en ces choses sur les vies passées, mais j’imagine que vous
avez raison. Nous devons vivre après la mort. Dieu ne créerait pas
une âme qui ne dure que trois jours. Je me demande ce qui
m’attend. »
Et, cher lecteur, si vous n’avez plus peur de mourir parce que vous,
l’être, ne mourrez pas, je me demande… qu’est-ce qui vous attend
ensuite ? Ici et maintenant, dans ce corps, sur Terre : qu’est-ce qui
vous attend ?
OUTIL
LA PEUR EST TOUJOURS UN MENSONGE
Sachez que pour un être infini, la peur est toujours un mensonge.
C’est toujours un mensonge. Toujours un mensonge. Encore une fois,
la peur est toujours un mensonge.
La peur est soit le point de vue de quelqu’un d’autre, soit un point
de vue implanté, conçu pour vous empêcher de voir ce que vous
aimeriez vraiment voir qui pourrait changer votre réalité. C’est conçu
pour vous empêcher de voir ce qui se trouve en dessous de ce que
vous appelez la peur, là où vous, l’être, vous situez.
La peur peut aussi être de l’excitation mal identifiée et détournée.
La majorité d’entre nous en ont fait l’expérience. Physiologiquement,
la peur et l’excitation sont très similaires. Et la plupart des gens
identifient mal cette merveilleuse énergie d’excitation (quand notre
cœur s’emballe, notre respiration s’accélère, nous devenons plus
conscients, d’une certaine façon) comme étant de la peur.
Je vais vous donner un exemple. Gary n’était encore qu’un enfant
de 6 ans ; il s’apprêtait à faire un tour sur la grande roue avec sa mère
pour la première fois. Il était TELLEMENT EXCITÉ à cette idée qu’il
sautait sur place tout en lui tenant la main. Elle l’a regardé en lui
disant : « N’aie pas peur, mon chéri. »
À partir de ce moment-là, chaque fois qu’il a ressenti cette
excitation, il a supposé que c’était de la peur. Jusqu’à ce qu’il
découvre cette information. Maintenant, il demande : « Est-ce de la
peur ou de l’excitation ? » Indice : ça n’a jamais été de la peur depuis
qu’il a commencé à poser cette question il y a vingt-trois ans.
Quelle part de ce que vous appelez de la peur est en fait de
l’excitation que vous avez mal identifiée et détournée ? Tout cela,
allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Voudriez-vous que je vous prouve que vous n’avez pas vraiment
peur ? OK, comment réagissez-vous en situation d’urgence ? Vous
effondrez-vous ? Non, vous restez calme, tranquille et posé et vous
gérez la situation, n’est-ce pas ? Bien, alors vous n’avez pas vraiment
peur. Il se peut que, plus tard, vous soyez abattu pour prouver que
vous aviez bien peur, comme les autres le supposent dans cette
situation. Si vous croyez avoir peur, utilisez les processus mentionnés
dans ce chapitre, encore et encore, et cela changera (si vous le
voulez).
Quelle est la valeur de fonctionner à partir du mensonge selon
lequel vous avez peur plutôt que de fonctionner à partir du choix ?
Tout cela, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
Quelle est la valeur de fonctionner à partir du mensonge selon
lequel vous avez peur de choisir ? Tout cela, allez-vous le détruire et le
décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Quelle est la valeur de toujours avoir peur au lieu d’avoir
l’excitation du choix et celle de choisir ? Tout cela, allez-vous le
détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad,
POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Quand vous vous laissez gagner par la peur, vous vous empêchez de
choisir. L’avez-vous déjà remarqué ? C’est son travail de vous
empêcher de choisir et d’avancer.
Allez-vous laisser ce petit mensonge limitant appelé la peur
gagner ? Quand vous vous retrouvez face à la peur, êtes-vous prêt à
faire un choix différent ? N’IMPORTE quel autre choix ?
Voici un processus en trois étapes pour éliminer la peur de votre
vie, mais il faut que vous l’utilisiez quand la peur montre le bout de
son nez, au lieu de la laisser vous paralyser.
1. Demandez : « À qui ça appartient ? » Si cela devient plus léger,
ce n’est pas à vous. Retour à l’envoyeur.
2. Demandez : « Est-ce de la peur ou de l’excitation ? » Si c’est de
l’excitation, alors profitez-en !
3. POC et PODez tous les implants distracteurs* qui créent la
« peur ».
Si vous faites ces trois choses chaque fois que la peur apparaît, vous
finirez par vous en libérer.
La peur est l’une des excuses, l’une des raisons et justifications que
personne ne peut contester. Comme tout le monde la considère
également comme réelle, vous pouvez dire : « Je ne l’ai pas fait parce
que j’avais peur » et tout le monde répondra immédiatement : « Oh,
je sais de quoi tu parles. » Ils valident ainsi le fait que la peur soit
réelle dans leur propre monde. Et si vous étiez disposé à être quelque
chose de totalement différent ?
Quand j’anime des classes, je partage avec les participants les
situations embarrassantes ou idiotes dans lesquelles je me suis
retrouvé. Je leur parle de toutes les fois où j’ai ressenti quelque chose
que je prenais pour de la peur et où j’ai trouvé un moyen de m’en
sortir. Je voudrais qu’ils sachent : « Oui, je suis passé à travers ça
également et je vous comprends vraiment. Et il y a une possibilité
différente disponible. »
Laissez-moi vous poser une question : Êtes-vous prêt à être cette
possibilité différente ?
Laissez-moi vous poser une autre question : Savez-vous que vous
êtes déjà une possibilité différente ? Avez-vous essayé de prétendre
que ce n’était pas le cas ?
Tout ce que vous avez fait pour prétendre que vous n’êtes pas cette
possibilité différente qui peut exister au-delà de la peur, allez-vous le
détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad,
POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
* Les implants distracteurs vous font croire que vous n’avez pas le choix. Pour en savoir plus sur les
implants distracteurs, vous pouvez faire la classe Fondation d’Access ou lire le livre Life beyond
distractions.
OUTIL
JUSTE UN PDVI… RENCONTREZ
FORREST GUMP
Voudriez-vous une vie avec une aisance totale ? S’il y avait une
grande clé pour vous y amener plus rapidement, complètement et
avec bien plus de facilité qu’aucune autre, ce serait celle-ci. Laissezmoi vous présenter votre nouveau meilleur ami, le Russe très connu :
JUSTUN PDVI.
Cela veut simplement dire que vous permettez à chaque point de
vue, que ce soit le vôtre ou celui de quelqu’un d’autre, d’être JUSTE
UN Point De Vue Intéressant (JUSTE UN PDVI). On appelle
également cela le LAISSER-ÊTRE. Cela semble plutôt simple, n’est-ce
pas ?
Sachez ceci : vos points de vue créent votre réalité. La réalité ne
crée pas vos points de vue. Donc, si vous n’avez aucun jugement
dans vos points de vue, vous n’aurez aucune limitation sur la façon
dont votre réalité peut apparaître. Parce que les jugements limitent
énormément. Pour chaque jugement que vous avez, rien de ce qui ne
correspond pas à ce jugement ne peut se produire dans votre monde.
Avez-vous déjà remarqué que lorsqu’une situation exactement
identique arrive à plusieurs personnes, elles ont des points de vue
différents ? Certaines jugent la situation, ce qui semble toujours
lourd. Certaines sont dans le laisser-être et c’est toujours de la
légèreté. Ce n’est que leur choix.
JUSTE UN PDVI, c’est une façon de choisir de changer votre point
de vue : passer du jugement (et des limitations) au laisser-être (et aux
possibilités).
Mon ami Gary regardait une émission d’information à la télévision
après le passage de l’ouragan Andrew en Floride. Dans l’émission, il y
avait un homme en sous-vêtements dont la maison avait
littéralement été soufflée par l’ouragan. Et il disait au reporter : « J’ai
déménagé ici pour ma retraite, j’ai acheté cette maison avec mes
économies pour ma retraite et tout ce que je possédais se trouvait làdedans. Maintenant, tout a disparu. Tout ce qui me reste, c’est ce
carré de béton (en désignant les fondations en béton de sa maison).
Mais je suis toujours en vie et j’ai réussi à sauver une paire de sousvêtements, donc je m’en sors bien. » En d’autres termes, cet homme
fonctionnait selon l’idée que la disparition de sa maison était juste un
point de vue intéressant. Il était dans le laisser-être total.
Dans la même émission, il y avait de nombreuses personnes qui
étaient totalement dévastées, bien qu’en termes de possessions
matérielles, il leur restait bien plus de choses que cet homme. Quelle
est la différence ? Ces personnes qui se sentaient dévastées NE
FONCTIONNAIENT PAS à partir d’un point de vue intéressant. Elles
n’étaient pas dans le laisser-être. Elles étaient dans le jugement et leur
réalité le reflétait. Elles étaient VRAIMENT CONTRARIÉES.
À votre avis, qui a eu le plus de facilités à avancer et à créer une
nouvelle vie après l’ouragan Andrew : l’homme qui fonctionnait dans
un espace de laisser-être ou les personnes qui avaient des tonnes de
jugements ? Très probablement, l’homme au laisser-être.
Quelle est la différence ? Le choix de leur point de vue. Si un
ouragan soufflait votre maison, quel point de vue choisiriez-vous de
préférence ? Quel est celui qui marcherait le mieux POUR VOUS ? La
gratitude d’avoir survécu ou la colère et la haine que votre maison ne
soit plus là ?
Si vous pensez que vous n’êtes pas l’une de ces personnes capables
d’être reconnaissantes d’être en vie si un ouragan détruisait
entièrement votre maison, c’est OK. Ce n’est pas mon propos. L’idée,
c’est qu’il existe une façon d’y arriver si vous le voulez. C’est ce à quoi
servent tous les outils de ce livre.
Pensez à Forrest Gump. Pour lui, la magie continuait de se produire
parce qu’il était dans le laisser-être pour tout. Sa vie a été magique
parce qu’il ne limitait pas par le jugement les possibilités susceptibles
de lui arriver. Vous pouvez dire qu’il n’était pas assez intelligent pour
juger. Ou peut-être qu’il était suffisamment futé pour NE PAS le
faire.
Voilà pourquoi je dis : « Vos points de vue créent votre réalité ;
votre réalité ne crée pas vos points de vue. » Si vous choisissez de
fonctionner sans jugement, votre vie pourrait davantage ressembler à
celle de Forrest Gump. Cela vous semble-t-il plus amusant ?
Voici quelques exemples de points de vue différents, et la réalité qui
en découle. Je suis sûr que vous pourriez en ajouter bien d’autres :
Point de vue : « J’ai de la gratitude à être en vie. »
Réalité créée : Une vie qui mérite d’en être reconnaissant.
Point de vue : « Je suis en colère contre le monde d’avoir laissé un
ouragan détruire ma maison. »
Réalité créée : De nombreuses raisons d’augmenter votre colère
contre le monde, Dieu, la Terre et tous ses habitants. Comme vous en
faites partie, vous êtes inclus dans cette colère. De nombreuses
personnes avec ce genre de point de vue vont faire des expériences du
genre : la compagnie d’assurance met très longtemps à rembourser ou
elles découvrent accidentellement que leur police d’assurance ne
couvrait pas ce genre d’événement – d’autres raisons et justifications
pour être encore plus en colère et maintenir cette idée qu’elles avaient
raison, dès le départ, d’avoir choisi d’être en colère. Ça devient un
cercle vicieux.
Point de vue : « Je dois travailler dur pour gagner de l’argent. »
Réalité créée : L’argent n’arrive jamais facilement et il semble que
ce soit toujours difficile de simplement s’en sortir. (Si vous changez
ce point de vue, l’argent peut apparaître bien plus aisément.)
Sachez ceci, s’il vous plaît :
1. Le point de vue que vous adoptez est toujours votre choix.
2. Le changer en quelque chose de différent qui marcherait mieux
pour vous est également un choix.
3. Vous n’avez pas à rester coincé dans un point de vue que vous
avez actuellement (quel qu’il soit).
4. Les outils de ce livre, y compris JUSTE UN PDVI, vous permettent
de changer de points de vue aisément et sans douleur. Et quand ces
points de vue changent, un espace de nouvelles possibilités est
disponible pour vous.
En d’autres termes, une personne peut être totalement
reconnaissante d’être en vie après qu’un ouragan a soufflé sa maison
et une autre peut être furieuse contre le monde d’avoir laissé cela
arriver. La magie se produit quand vous êtes capable de changer votre
point de vue en passant d’un point de vue limité et plein de
jugements à un point de vue plus ouvert pour vous.
Quand vous changez votre point de vue, votre réalité change
également. Alors attention, le monde ! Vous pouvez faire le tour de
vos points de vue limités et les détruire simplement parce que vous le
pouvez. Et ce faisant, vous allez permettre à d’autres personnes de
découvrir que c’est possible. Et ainsi le monde dans lequel nous
vivons changera.
La manière la plus facile de changer n’importe quelle situation,
c’est de changer les points de vue que vous avez. Quand vous changez
vos points de vue, la situation autour de vous change pour s’adapter à
vos nouveaux points de vue.
Explorons une autre situation où JUSTUN PDVI a sauvé la journée.
Je travaillais avec une femme qui souhaitait se débarrasser du
sentiment de jalousie qu’elle avait envers sa partenaire. Elle était
convaincue que sa compagne voulait être avec quelqu’un d’autre. Ce
sentiment la consumait pratiquement à chaque instant, jour et nuit,
et elle ne savait pas comment le gérer.
Et comme à ce moment-là je ne savais pas vraiment commencer
autrement, je lui ai demandé de faire cet exercice, même si elle n’y
croyait pas. Je lui ai demandé de dire : « C’est un point de vue
intéressant que j’aie ce point de vue », trois fois. Elle a commencé à
se sentir plus légère. Donc je lui ai demandé de dire cette phrase
encore et encore et encore plusieurs fois. Et arrivée à un certain point,
elle s’est mise à rigoler. Quand je lui ai demandé ce qui était si rigolo,
elle m’a répondu : « Que je puisse avoir ce genre de point de vue
névrotique concernant cette femme que j’aime tant ! Ce n’est pas de
l’amour ! Et c’est fini ! Et si elle veut être avec quelqu’un d’autre, je
sais que ce sera juste très bien. Je n’ai pas envie que ça arrive, mais si
ça devait arriver, je m’en sortirai. Très intéressant. »
Et ce qui est encore plus intéressant, c’est l’histoire qu’elle m’a
racontée une semaine plus tard au téléphone. Elle m’a dit : « C’est le
truc le plus épatant ! Ma petite amie est rentrée à la maison après que
j’ai fait cette session JUSTE UN PDVI avec toi et elle était tellement
excitée à l’idée de me parler. Elle m’a dit : “Je voulais te dire ceci
depuis si longtemps mais pour une certaine raison, je ne m’en sentais
pas capable jusqu’à aujourd’hui : je t’aime tellement et je t’adore
totalement ! J’ai tellement de gratitude de t’avoir dans ma vie ! Je ne
sais pas pourquoi j’étais incapable de le dire avant, je suis tellement
heureuse de pouvoir le faire maintenant. Merci d’être avec moi. J’ai
l’impression d’être la femme la plus chanceuse au monde !” »
Quelle est la chose qui a changé et créé ce résultat ? Le point de vue
de cette femme. Comme vos points de vue créent votre réalité, en
changeant son point de vue, sa réalité a changé. Elle a permis à l’idée
que sa partenaire puisse la quitter si c’était son désir d’être présente et
ainsi elle a offert à sa partenaire la liberté de CHOISIR de rester ou
d’avoir de la gratitude pour elle.
Si vous voulez être totalement libre de toute limitation, y compris
de jugements, le fait de tout voir comme n’étant qu’un POINT DE
VUE INTÉRESSANT peut commencer à créer cela. Quand tout n’est
qu’un point de vue intéressant, vous ne voyez pas les choses comme
étant bien ou mal, justes ou fausses. Vous ne les voyez plus à travers
l’œil du jugement. Vous n’avez pas besoin de vous aligner et de vous
mettre d’accord (polarité positive) ou de résister et de réagir (polarité
négative) à quoi que ce soit.
C’est comme être un rocher dans une rivière. Vous laissez être.
Vous permettez à tous ces points de vue d’arriver vers vous et autour
de vous, que ces points de vue vous appartiennent ou qu’ils soient à
quelqu’un d’autre, sans être emporté par le courant des jugements ou
ce qui est juste ou faux. Vous êtes libre. Pouvez-vous voir comment
cela faciliterait votre vie ? Comme toujours, c’est votre choix. Donc,
si vous voulez une liberté totale, souvenez-vous de votre nouveau
meilleur ami JUSTUN PDVI.
Comment l’utiliser ? Vous devez tout d’abord commencer par
CHOISIR de fonctionner à partir d’un point de vue intéressant,
comme Forrest Gump, même si vous pensez ne pas savoir comment.
Puis, pour chaque point de vue que vous avez, qu’il soit positif ou
négatif, vous pouvez vous dire à vous-même : « C’est un point de vue
intéressant que j’aie ce point de vue », même si vous ne le croyez pas.
Alors attendez un moment, regardez comment le point de vue change
et dites-vous à nouveau en vous-même : « C’est un point de vue
intéressant que j’aie ce point de vue. » Attendez encore un moment et
dites-vous encore : « C’est un point de vue intéressant que j’aie ce
point de vue. » Si vous voulez que cela soit plus drôle, comme c’est
souvent le cas pour moi, dites-le de votre plus belle voix, à la Forrest
Gump… et continuez à « courir et courir… ».
Ensuite, regardez comment vous « ressentez » ce point de vue. Si
c’est vraiment léger, alors vous en avez terminé. Si c’est plus léger
mais que vous avez encore un point de vue, essayez de le dire un
certain nombre de fois, en faisant une pause à chaque fois. Après
avoir pratiqué cela un certain temps, la plupart des gens trouvent
qu’il est plus facile de transformer leurs points de vue qu’ils ne
l’avaient pensé.
Êtes-vous prêt à utiliser votre nouveau meilleur ami, juste pour la
journée de demain pour essayer ? Si c’est le cas, pour chaque point de
vue que vous avez, dites simplement : « C’est JUSTE UN PDV
intéressant », jusqu’à ce que vous n’ayez plus de point de vue. Vous
allez commencer à voir à quel point il est facile de changer, y compris
vos propres points de vue, qui sont rarement « intéressants » pour
vous.
Si vous ne faites rien d’autre que cet exercice pendant six mois pour
chaque point de vue que vous avez, votre VIE ENTIÈRE va changer.
Littéralement. Mais nous n’allons pas nous arrêter ici. Nous avons
encore plein de choses en stock.
NOTE AU LECTEUR
QU’EST-CE QUI VOUS DÉFINIT ?
Qui seriez-vous si vous n’aviez pas de nom ?
Si vous n’aviez aucun passé, qu’est-ce qui serait possible ?
S’il n’y avait rien qui vous définissait, qu’y aurait-il à juger ? Ou à
limiter ?
Et si être vous n’était pas une définition mais un espace, une façon
d’être et une possibilité ?
ÊTRE INDÉFINI
NOTE AU LECTEUR
COMMENT VOUS SENTEZ-VOUS,
MON AMI ?
Êtes-vous légèrement inconfortable ? Bien, vous êtes au bon
endroit.
Être inconfortable, c’est en fait une prise de conscience que le
changement est à vos pieds. C’est le moyen de savoir que le
changement et la différence que vous avez demandés sont en train
d’être créés.
Et si l’inconfort était ce qu’il y avait de plus juste ? Cela vous
permet de savoir que vous avancez dans la direction de la différence
que vous avez demandée.
Tout ce que vous et n’importe qui d’autre au monde avez fait pour
croire qu’être inconfortable était mal et que vous êtes en tort, allezvous détruire et décréer cela maintenant, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™.
En d’autres termes, vous ressentez cet incroyable inconfort quand
quelque chose de fondamentalement différent de ce qu’était votre
réalité arrive. Comme ça ne vient pas du même endroit, ce ne sont
pas les mêmes paramètres – vous ne le reconnaissez pas et vous ne
pouvez pas le définir. Donc vous supposez qu’il y a quelque chose de
négatif, alors que c’est en fait une nouvelle chose qui apparaît.
Mon ami, voudriez-vous poser cette question chaque fois qu’il y a
de l’inconfort ? « Est-ce en fait la différence que j’ai demandée qui
apparaît d’une façon totalement différente de ce que j’avais
imaginé ? »
Voudriez-vous avoir de la gratitude pour cela ? Juste pour les dix
prochaines secondes ?
10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1… maintenant respirez…
CHAPITRE 10
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE
INDÉFINI (ET MAGIQUE) ?
Allons nous balader à nouveau dans cette forêt – non, allons-y
plutôt à cheval ! (Pourquoi faire deux fois la même chose ?)
C’est l’automne. L’air est frais et vif et les derniers rayons du soleil
cherchent un endroit où dormir. Le tapis de feuilles est épais et doux,
rouge, orange et jaune.
Un corps chaud et doux comme du velours se meut avec vous sous
les branches nues des arbres sombres. La danse des sabots traverse
votre corps, comme une rivière de vie. Vous êtes le cheval, le cheval
est vous, vous êtes l’espace que le cheval est, l’espace que la forêt est
et l’espace que vous êtes. Vous n’avez pas de nom, vous n’avez pas de
passé. Rien ne vous définit.
Durant ces dix secondes, vous n’avez aucune idée de qui vous êtes
ou de vers où vous allez. Vous ne savez pas ce qui vous attend au bout
du chemin. Et vous avez arrêté d’essayer de le savoir.
Percevez la magie de cet instant. Juste pendant quelques secondes…
Galopez librement… C’est l’espace de l’être indéfini. Ce sont des
possibilités infinies.
Ce n’est pas quelque chose qui est souvent choisi dans cette réalité
et c’est, par conséquent, l’un des endroits les plus inconfortables dans
lequel vous puissiez être. Et c’est l’endroit que je vous invite à
explorer. Venez avec moi ; jouons à cache-cache.
J’ai très souvent entendu les gens dire : « Je me sens vraiment bien
lorsque je suis dans la classe (d’Access). Tout est légèreté, facilité, joie
et possibilités. Puis je rentre à la maison et au bout de quelques
semaines, tout se contracte. Je me retrouve à nouveau coincé dans la
même boîte. » Je leur demande : « Est-ce la boîte qui vous “coince”
ou vous coincez-vous vous-même dans la boîte ? Vérité ? » La plupart
du temps, ils éclatent de rire en réalisant ce qui se passe vraiment.
C’est un choix, une fois de plus. Votre choix. Vous êtes celui qui
vous comprimez dans la boîte. Parfois vous accédez à quelque chose
de très différent… Dans la nature, en classe, en faisant l’amour, en
méditant… Vous devenez l’espace total, indéfini, illimité… Et ensuite,
c’est comme si ça disparaissait. QUE S’EST-IL PASSÉ ?
LÂCHER LE FILET DE SÉCURITÉ
Vous avez appris à toujours avoir un point de vue par rapport à
vous-même. C’est votre filet de sauvegarde et de sécurité : c’est
comme cela que vous savez quoi accepter, quoi rejeter, qui juger et
comment vous juger. Ce ne sont que des conclusions (et des
jugements). Si vous voulez changer quelque chose dans votre vie, il va
vous falloir supprimer toutes les conclusions qui vous définissent
dans le domaine que vous souhaitez changer.
Quand vous ferez cela, vous n’allez plus savoir qui vous êtes ni ce
qui se passe. Vous n’en aurez aucune idée – et cela peut être vraiment
déconcertant ! Comment ça devient encore mieux que cela ?
Cela vous est-il déjà arrivé de ne plus savoir qui vous étiez ? Avezvous automatiquement pensé que c’était une mauvaise chose ? Et si
être indéfini était l’une des plus grandes possibilités qui soit ? Quand
vous n’avez aucune idée de qui vous êtes, vous êtes obligé de choisir
de vous créer, vous et votre réalité. Vous pouvez créer absolument
tout ce que vous voulez à partir de cet espace, vu que rien ne vous
définit.
En étant indéfini, vous êtes de la magie pure, mon ami. (C’est
juste une sensation très étrange…)
VÉRITÉ ? QUI SUIS-JE ?
Parfois, vous atteignez cet espace indéfini et vous pourriez
littéralement choisir de regarder la télé toute la journée depuis votre
canapé, sans aucune raison en particulier, juste parce que… votre
motivation commence à baisser. La majorité des gens utilise la
motivation comme moteur principal de choix : la motivation de ne
pas avoir assez d’argent, la motivation de ne pas se sentir bien dans
son corps ou avec soi-même, la motivation de se sentir seul, la
motivation de vouloir s’intégrer, de gagner, de ne pas perdre…
Quand la motivation s’en va, une grande partie de ce qui créait de
la douleur s’en va avec. Et tout d’un coup, vous vous demandez :
« Mais qui suis-je alors ? Qu’est-ce que je fais là ? Qu’est-ce qui se
passe ? »
C’est là que nous nous comprimons à nouveau pour rentrer dans
notre boîte et que nous faisons demi-tour avec notre cheval et
quittons la forêt de la différence et des possibilités au petit trot pour
retourner à l’écurie de la réalité normale et moyenne de cette réalité –
de retour dans cet endroit éculé et bien confortable que l’on connaît
si bien – alors que notre être préfèrerait courir librement.
Nous décréons littéralement ce nouvel espace que nous étions
devenus en nous définissant et en nous limitant de nouveau. Et nous
disposons des stratégies les plus impressionnantes et les plus
intelligentes pour y arriver. Voyons-en quelques-unes.
RECRÉER DES C**NERIES
L’une des stratégies les plus communes, intéressantes et
complètement folle que nous utilisons est de recréer l’endroit bourré
de traumas et de drames dans lequel nous avions l’habitude de
fonctionner. Les c**neries, c’est familier ; dans le « m**dier »,
nous savons qui nous sommes (choix intelligent). C’est comme si
nous avions tous notre propre façon répétitive de nous maintenir
définis et limités.
Savez-vous exactement vers où, personnellement, vous revenez afin
de retrouver vos points de référence de vous comme être défini ?
« Waouh, ça fait du bien de me haïr moi-même à ce point. Je
connais ça ! »
« Waouh, ça fait du bien de me perdre à nouveau dans cette
relation. Je connais ça ! »
« Waouh, ça fait du bien d’être de nouveau dans la colère quand
ma petite amie flirte avec quelqu’un d’autre. Je connais ça ! »
« Waouh, ça fait du bien de sentir à nouveau combien je n’ai pas
assez d’argent et combien j’ai à lutter contre le monde entier. Je
connais ça ! »
Parfois, ça va même jusqu’au point où vous retournez en arrière et
recréez exactement ce dont vous venez de sortir pour la simple raison
que si vous pouvez vous en sortir encore une fois, alors, et seulement
alors, vous pourrez vraiment dire que vous vous en êtes sorti…
Waouh ! Comment cela devient-il encore plus ingénieux que ça ?
Vous recréez la situation pour prouver que vous pouvez en sortir.
Ou vous vous assurez que vous méritez bien ce nouvel espace en
recréant les limitations afin de pouvoir démontrer votre puissance en
les décréant à nouveau. Quand vous vous en sortez la deuxième fois,
vous y retournez pour le recréer une troisième fois.
Donc combien de fois devez-vous recréer vos conneries et
définitions avant de vous autoriser vraiment à avoir la liberté que
vous êtes réellement ? Une, cinq, dix, cinquante, cent fois, illimité ?
Vous me suivez ?
Seriez-vous prêt à lâcher tout cela maintenant ? Si c’est le cas, allezvous détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Merci.
RELATION, ARGENT OU SANTÉ ?
Êtes-vous l’une de ces personnes qui, lorsqu’elles ne savent pas qui
elles sont, créent une relation pour découvrir qui elles sont ou ne
sont pas ?
Ou peut-être pour vous, le truc, ce sont les problèmes d’argent.
Vous savez qui vous êtes quand vous avez des problèmes d’argent.
Vous l’avez vécu, vous l’avez vu ; vous êtes un expert de cette
définition particulière.
Ou peut-être êtes-vous plus à l’aise avec les problèmes de santé ?
Quand les choses commencent à vraiment bien marcher pour vous,
vous trouvez une façon de créer : « Oh oui, mon corps me lâche à
nouveau. »
Ou bien êtes-vous l’une de ces personnes qui ont peur de
s’ennuyer ? Détestez-vous vraiment ne pas vous amuser ? Avez-vous
décidé que l’ennui serait la pire punition qu’on puisse vous infliger ?
Alors plutôt que d’avoir tout qui apparaisse avec une facilité totale en
permanence, vous créez la stupidité de ne pas être conscient. Si tout
apparaissait avec aisance et qu’il n’y avait ni drame ni trauma, quel
ennui cela serait-il et sur quoi devriez-vous travailler ? Votre point de
vue est que si vous aviez la facilité, la joie et la gloire de vivre, ce serait
d’un ennui à mourir. Ou peut-être avez-vous cru le mensonge que si
tout marchait bien dans votre vie, il n’y aurait plus rien à faire et
donc que ce serait le moment de mourir ? Avec un tel point de vue, il
n’est pas étonnant que vous ayez envie de faire demi-tour et de
repartir au trot vers l’écurie du moyen, du réel et du normal.
Donc êtes-vous prêt à détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™. Merci.
Et êtes-vous prêt à explorer ce qui est vraiment possible pour vous ?
ÊTRE DÉFINI = RECEVOIR DE FAÇON DÉFINIE
Vous êtes plus habitué à être défini et limité. Quand vous êtes
défini, vous savez ce contre quoi vous avez à vous battre, vous savez ce
que vous êtes prêt à recevoir et ce que vous êtes prêt à refuser, vous
connaissez vos façons de ne pas être bien. C’est tellement intelligent.
Pourquoi choisiriez-vous d’être aussi explosivement brillant et
incroyable que vous l’êtes réellement ? Pourquoi choisiriez-vous d’être
totalement indéfini, ce qui ferait que rien ni personne ne pourrait
jamais plus vous posséder ? Pourquoi ?
Et je dis : pourquoi pas ? Le voudriez-vous ? Même si cela
impliquait que vous soyez totalement seul ?
Si vous choisissez d’être indéfini, il se peut que personne n’ait
jamais plus les mêmes points de vue que vous. Peut-être n’arriverontils même plus à vous trouver, sans parler de vous passer la balle là où
vous jouez ou dans l’univers dans lequel vous vivez.
Ça, c’est l’un des grands trucs qui nous concernent tous. Nous ne
sommes pas prêts à prendre le risque de nous retrouver seuls. Dans
cette réalité, être seul est un tort si horrible que nous ne voulons
même pas le regarder.
Au lieu de cela, quand nous commençons à prendre trop de place,
nous essayons de nous rabaisser à nouveau à un niveau qui est
acceptable pour les autres. Nous nous limitons et nous définissons
pour nous mettre au même niveau que tous les autres.
Combien de fois avez-vous fait cela pour valider la réalité des autres
en étant exactement la personne que vous leur avez prouvé être à
maintes reprises ; la personne, en fait, que vous n’avez jamais été,
mais que vous avez décidé que vous deviez être, que les autres ont
décidé que vous étiez et qu’ils ont décidé que vous deviez être et que
vous n’avez jamais été mais avez essayé de devenir et que vous ne
voulez pas changer pour quoi que ce soit d’autre parce que sinon vous
n’auriez plus de points de repère pour savoir qui vous êtes ?
Ce ne serait vraiment pas une bonne idée de relire cela encore une
fois (et encore pire de le comprendre).
Allez-vous détruire et décréer tout cela, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
Ce qui est amusant, c’est que dès que vous serez finalement prêt à
faire le pas et à être complètement seul – si c’est cela qui est
nécessaire pour être tout ce que vous êtes –, beaucoup plus de
personnes auront envie d’être avec vous. Vous ne pourrez plus vous
en débarrasser. Vous serez tellement différent qu’elles seront attirées
vers vous comme des papillons par une flamme (pensez à Oprah).
N’ALLEZ PAS TROP À DROITE, NON, NON – OU TROP À GAUCHE
Pour donner raison à votre passé, vous pensez qu’il vous faut
invalider ce nouvel espace que vous devenez car il est différent de
votre passé et qu’il va au-delà de tout ce que vous aviez jamais
imaginé pouvoir devenir. Mais pour donner raison à votre passé et
valider la réalité des autres, vous devez vous faire plus petit que vous
ne l’êtes.
La seule façon de maintenir la définition de qui vous êtes, c’est de
ne pas trop changer. Vous serez capable de maintenir les définitions
de qui vous êtes seulement si vous n’allez pas trop à gauche, ni trop à
droite, ni trop loin et que vous restez dans le normal, le moyen et le
réel, où tout est OK.
Si vous allez trop loin dans toutes les directions et grandissez trop –
ce qui est la pire chose que vous puissiez faire dans cette réalité et la
meilleure chose que vous puissiez faire pour créer votre propre
réalité –, cela va devenir si inconfortable que vous allez faire tout ce
que vous pouvez pour retourner vers les points de référence que vous
connaissez par rapport à qui vous êtes, plutôt que de dire : « Assez ! »
« OK, peut-être que je me sens totalement seul. OK, peut-être que
personne n’a les mêmes points de vue que moi, mais je ne veux plus
continuer à me rabaisser ! Si tu ne m’apprécies plus, pas de problème.
Je vais t’aimer, m’occuper de toi et faire tout mon possible pour
faciliter les choses pour toi. Et si tu ne m’aimes pas, c’est ton
problème. Regarde, il y a un chemin magnifique là-bas ! Je vais y
galoper ! Tu peux venir avec moi ou galoper derrière moi… mais ne te
mets pas sur mon chemin. »
Avez-vous remarqué la différence ? Vous êtes présent dans votre
vie.
Êtes-vous prêt à avoir cette exigence ? Si c’est le cas… est-ce plus
léger ?
Tout ce qui ne permet pas cela, allez-vous le détruire et le décréer
entièrement, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
SUIVRE LA ROUTE DE LA LÉGÈRETÉ
C’est comme cela que vous allez savoir si vous vous rapprochez
vraiment de ce qui est vrai pour vous : vous allez commencer à vous
sentir plus léger.
Quand je dis que la vérité vous fait toujours vous sentir plus léger
et qu’un mensonge vous fait vous sentir plus lourd, ce n’est pas
uniquement par rapport à ce que font ou disent les gens autour de
vous. C’est quand vous allez effectivement prendre le chemin de ce
qui est vraiment vrai pour vous que vous allez vous sentir de plus en
plus léger et encore plus léger et encore plus léger. Cependant, c’est
en totale contradiction avec ce que tout le monde vous dit sur ce qui
est supposé vous rendre heureux et sur ce que tout le monde vous dit
à propos de la façon dont la vie est supposée être ici.
Parfois, c’est comme être au bord d’un précipice, en se demandant
si l’on va sauter ou pas. Cette réalité est le piège dans lequel la plupart
d’entre nous restent coincés. C’est un peu comme des sables
mouvants. C’est OK si vous ne faites que passer dessus, mais si vous
restez trop longtemps, vous allez finir enterré dedans en vous
demandant : « Comment ai-je fini enterré ? »
Mais maintenant, vous prenez conscience que quelque chose
d’autre est possible. Quelque chose qui est plus léger. Et quand tous
les autres choisissent la lourdeur et les drames, vous pouvez faire un
autre choix. Vous pouvez demander : « Hé, est-ce que c’est vraiment
vrai ? Ah non ? OK, cool, je peux choisir autre chose. »
La clé ici est que vous pouvez vous éloigner de la lourdeur. Vous
pouvez faire un autre choix. Et il viendra un moment où vous direz :
« Je vais simplement arrêter de choisir cela. Qu’importe si c’est réel
ou non. Ce n’est pas réel pour moi. »
NOTE AU LECTEUR
ALORS VOILÀ : VOUS DEVENEZ
INDÉFINI
Vérité, qu’aimeriez-vous choisir maintenant ? Est-il temps de
générer votre façon de vivre à partir de cet espace indéfini et illimité ?
Appréciez-le, appréciez combien c’est vraiment, vraiment
inconfortable. Appréciez combien c’est vraiment, vraiment indéfini
– et magique.
Et si cela pouvait être aussi facilement confortable que cela est
inconfortable ? Et si vous pouviez laisser ce que vous considérez
comme inconfortable vous nourrir et vous permettre de grandir ?
Vérité, mon ami ?
Quoi d’autre est possible ? Comment ça devient encore mieux que
cela ?
OUTIL
EST-CE QU’UN ÊTRE INFINI CHOISIRAIT
CELA ?
Et si vous étiez vraiment un être infini ? Et si vous n’aviez aucune
limite et que rien ne pouvait vous arrêter ? Et si vous n’aviez pas
seulement à fonctionner à partir de vos pensées, de vos sentiments et
de vos émotions ?
Vous avez le choix. Oui, mon cher, vous pouvez choisir de vous
comprimer dans cette boîte que nous appelons réalité, OU vous
pouvez fonctionner à partir de questions, de choix et de possibilités.
Vous pouvez choisir d’être aussi vaste que l’Univers. Et plus vaste
encore.
Voici une question qui est toujours pertinente : Est-ce qu’un être
indéfini choisirait cela ? Et si la réponse est « non », pourquoi le
choisiriez-vous ?
DEUXIÈME PARTIE
…CHANGER
LE MONDE
Sachez, s’il vous plaît, que je ne vous demande pas d’adopter mes
points de vue. En aucun cas. Même si parfois je peux vous donner
l’impression contraire… je vous assure que ce n’est pas le cas.
Par contre, je souhaiterais que vous deveniez conscient de vos
points de vue. J’aimerais que vous ayez conscience de ce qui est vrai
pour vous. Peu importe ce que c’est.
MAGNIFIQUE VOUS…
Je sais que la première partie de ce livre a peut-être paru… étrange à
certains et potentiellement géniale à d’autres parmi vous.
Avant de lire la deuxième partie de ce livre… (ou d’avoir une
réunion, un rendez-vous, ou d’aller au travail… quel que soit le
moment où vous vous réveillez), ESSAYEZ CECI : « Tout ce que j’ai
projeté ou espéré que cela devait être, tous les jugements, projections,
attentes, séparations et rejets que j’ai par rapport à ce que cela va être,
je vais maintenant détruire et décréer tout cela. Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Merci. »
Sentez-vous cette énergie ? Léger ?
Et une fois de plus, s’il vous plaît, dites ceci à voix haute…
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
CHAPITRE 11
PRÊT À VOUS DÉBARRASSER DU
PILOTE AUTOMATIQUE ?
On pourrait croire qu’être présent demande énormément d’énergie.
Au début, c’est le cas. C’est parce que vous ne l’avez pas fait depuis
très, très longtemps… Avez-vous remarqué que vous avez vécu la
majeure partie de votre vie en pilote automatique ?
Voilà comment ça marche : quand vous êtes arrivé ici, vous ne
compreniez pas cette réalité, donc vous avez créé un mental pour
vous donner toutes les réponses sur la façon de vous intégrer ici et
d’être comme tout le monde. Votre mental se bat constamment pour
défendre la justesse de cette réalité, ce qui exclut votre présence et
votre être, en excluant totalement la différence que représente votre
réalité.
Vous pouvez répéter s’il vous plaît ? VOTRE RÉALITÉ EST
DIFFÉRENTE ! Je sais, cela n’a aucun sens. Mais vous sentez-vous un
petit peu plus léger ? C’est la raison pour laquelle vous avez si souvent
l’impression de mettre votre énergie dans quelque chose qui ne
marche pas.
Avez-vous conscience à quel point cette réalité est fondée sur
l’homogénéisation ? Et je ne parle pas de chauffer du lait (ce qui
serait de la pasteurisation en fait, mais chuuut…). Je parle du fait de
vous rendre normal, dans la moyenne, réel et identique à tous les
autres.
Cela, mon ami, veut dire que VOUS n’êtes pas présent en tant que
vous. Vous êtes en pilote automatique.
Donc, au début, cela semblera demander beaucoup d’énergie d’être
présent… Vous vous battrez contre vos prises de conscience puisque
vous penserez maintenant que vous devez faire quelque chose avec
tout ce que vous percevez. Puis il arrivera un point où, si vous êtes
vraiment prêt à être présent, au lieu que cela vous prenne de l’énergie,
vous aurez bien plus d’énergie et de vie disponibles en éteignant le
pilote automatique. Bien plus ! Vous aurez besoin de moins de
sommeil. Vous mangerez moins. Vous n’en aurez simplement plus
besoin.
C’est « Tout est l’opposé de ce que cela semble être. Rien n’est
l’opposé de ce que cela semble être » qui est en mouvement.
Maintenant, essayez de le comprendre avec votre mental !
Alors partout où vous avez décidé qu’être présent vous demandait
beaucoup d’énergie, allez-vous le détruire et le décréer maintenant,
s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
ÊTRE L’INTENSITÉ QUE VOUS ÊTES
Quand vous changez, votre vibration change aussi. L’intensité de
vivre devient plus grande.
C’est nouveau pour vous. C’est l’inconnu. Dans un effort de
diminution de cette intensité, il se peut que vous commenciez à
manger trop. Ou bien vous allez appeler votre mère, ou créer une
nouvelle relation, ou avoir des relations sexuelles avec quelqu’un…
Ou bien n’importe quoi pour vous cacher ou vous amuser et éviter
votre nouvelle intensité.
Vous devez être prêt à être l’intensité pour avoir les changements
que vous demandez.
L’intensité peut souvent être très, très inconfortable. Et ce n’est pas
parce que c’est inconfortable que c’est négatif. En fait, plus le
changement que vous avez choisi est grand, plus cela semblera
inconfortable pendant un certain temps.
Je ne veux pas dire par là que les choix que vous faites dans votre
vie sont mauvais (y compris quand vous choisissez quelque chose qui
diminue l’intensité que vous êtes en train de devenir). Quoi que vous
fassiez, si ça marche pour vous, faites-le. Vraiment.
Ce que je veux dire, c’est demandez, simplement : « Est-ce que je
fais ça pour abaisser ma vibration et mon intensité ? », « Est-ce que je
fais ça pour occuper moins d’espace ? (Ou est-ce que cela va générer
plus d’espace pour moi ?) », « Est-ce que je fais ça pour me sentir
plus confortable ? », « Est-ce que je fais ça pour me sentir comme
j’étais avant ? », « Choisir cela apportera-t-il plus de plaisir ou moins
de plaisir dans ma vie ? »
Tout ce que vous avez à faire, c’est de poser une question.
Tout ce qui est requis, c’est une question.
Jamais rien d’autre n’est requis qu’une question.
Puis, bien entendu, vous voudrez recevoir la prise de conscience
générée par la question… et même la suivre… Oh, mais ça risque de
beaucoup vous amuser – vraiment beaucoup trop – et ça pourrait être
mauvais.
QUELLES SONT RÉELLEMENT VOS PRIORITÉS ?
Nous avons tous ces priorités dans nos vies qui déterminent
comment se déroule notre existence – et la majorité d’entre nous n’a
même pas conscience de ce qu’elles sont.
Par exemple, l’une des choses que j’ai vue chez mon ami Gary est
que, pour lui, la vie est simplement facile. Quoi qu’il arrive. Peu
importe ce qui se passe, peu importe la situation, il a toujours en lui
cette sensation d’aisance. C’est en partie parce qu’il a ces priorités qui
le guident dans sa vie. Il sait toujours où mettre son énergie. Il ne
perd pas son temps à disperser son énergie pour des choses sans
valeur et qui ne lui permettent pas d’améliorer sa qualité de vie, sa vie
ou sa conscience.
Vous avez aussi des priorités dans votre vie, mon ami. Le fait est
que vous n’avez généralement aucune idée de ce qu’elles sont, tout en
pensant le savoir…
Et voici ma question : Savez-vous ce qui a de la valeur pour vous ?
Quelles sont réellement vos priorités dans la vie ? Êtes-vous prêt à
faire une liste ? Maintenant ?
Lisez la question deux fois, s’il vous plaît !
Sur quoi avez-vous passé le plus clair de votre temps, de votre
énergie, de vos pensées et de vos émotions ces sept derniers jours ?
1.
2.
3.
4.
5.
Ces cinq choses sont vos VÉRITABLES priorités. Pas les priorités
officielles que vous pensez avoir.
Ouais, je sais. Choix intéressant, n’est-ce pas ?
Et si vous vous demandiez maintenant : « Si je pouvais agiter ma
baguette magique et avoir les priorités qui contribueraient à ma vie et
me donneraient la vie que je voudrais vraiment avoir, laquelle de
celles qui se trouvent ci-dessus je garderais ? Laquelle je jetterais ? »
Et puis… quelles sont les cinq priorités qui contribueraient à
générer, créer et instituer la vie et la façon de vivre que vous aimeriez
véritablement avoir ?
1.
2.
3.
4.
5.
Maintenant, POC et PODez, s’il vous plaît, tout ce qui ne permet
pas que cela apparaisse avec aisance pour vous.
RENDRE LES GENS HEUREUX
Chose intéressante, nous avons aussi des priorités cachées…
comme celle de nous maintenir dans cette réalité, celle de ne pas aller
au-delà de ce qui est possible dans notre famille, de ne jamais blesser
les autres – toutes ces choses qui nous permettent de nous élargir et
de nous agrandir, nous et nos vies !
Pour moi, l’une des priorités cachées les plus importantes était de
rendre les gens heureux. Je l’ai fait toute ma vie – j’ai essayé, essayé et
essayé de rendre les gens heureux. On ne peut pas dire que ça
marchait vraiment, mais j’ai essayé. Et je ne réalisais pas que c’était
ma priorité numéro un – ma priorité cachée numéro un, et ce depuis
très longtemps. J’étais attaché et déterminé à le faire à tout prix.
Je devais me créer une place dans le monde, dans lequel je devais
premièrement être conscient du malheur de tous, et deuxièmement,
je devais juger ce malheur comme étant une mauvaise chose ou
quelque chose qu’ils n’avaient pas choisi, et troisièmement, je devais
faire tout mon possible pour le changer…
Je n’ai jamais posé ce genre de question : « Désirent-ils vraiment
être heureux ? Choisiraient-ils cela ? » Dans mon programme en
pilote automatique, je solidifiais leurs choix par mes jugements et je
leur enlevais leur pouvoir par ma supériorité. Charmant, hein ? Étaitce vraiment de la gentillesse envers eux ou moi-même ? Non. Était-ce
intelligent ? Non !
Quelles priorités cachées avez-vous qui, tant que vous ne les avez
pas reconnues, maintiennent et favorisent ce que vous ne pouvez pas
changer et choisir, comme vivre dans la joie, l’aisance, l’abondance et
l’expression exubérante ? Allez-vous tout détruire et décréer, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
OH… JE VOUS CONNAIS !
Vous avez immédiatement plongé dans le jugement de vous-même,
n’est-ce pas ? Vous êtes arrivé à la conclusion que vous aviez choisi
les MAUVAISES priorités ! Même celles qui sont cachées étant de
votre faute, n’est-ce pas ? Sacré humanoïde !
Laissez-moi vous proposer une autre possibilité, mon ami. Et si
vous pouviez être reconnaissant pour chaque priorité que vous avez
choisie dans votre vie ? Chaque choix pour lequel vous ressentez de la
gratitude crée des facilités et des possibilités afin que quelque chose
de différent apparaisse dans votre vie : « Je suis prêt à faire
l’expérience de rater quelque chose et à partager ça avec d’autres afin
qu’ils sachent que je ne suis pas nécessairement très futé. Et je suis
prêt à changer et à fonctionner différemment. »
Vous comporter comme si vous étiez parfait, prétendre que vous
n’avez jamais aucun problèmes ni difficultés, agir comme si vous
n’aviez jamais rien qui remontait à la surface… cela vous fait-il vous
sentir léger ? Ou bien est-ce seulement un travail pénible et pesant ?
N’est-ce pas simplement une autre forme de pilote automatique ?
Et si vous n’aviez plus besoin de prouver que vous êtes parfait et
que vous reconnaissiez que vous l’êtes déjà ? ! Tout ce qui ne permet
pas que cela soit votre réalité, allez-vous le détruire et le décréer, s’il
vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
ET SI LES ENFANTS DE 6 ANS DIRIGEAIENT LE MONDE ?
Quand un enfant de 6 ans trébuche en marchant, il ne se juge pas.
Il ne pense pas que c’est mal de trébucher. Il pense juste : « Oh
mince, j’ai trébuché ! »
Vivre une vie consciente veut dire vivre comme le fait un enfant de
6 ans. C’est faire le choix qui va vous rendre plus joyeux, pas celui qui
vous fait vous sentir lourd. Les gens semblent avoir ce point de vue
qu’une vie consciente, c’est vraiment très lourd, sérieux, dur et
difficile. Non ! C’est le seul espace en fait qui permette d’avoir une
vie facile et joyeuse, peu importe ce qui se produit.
Je sais qu’il y a des gens qui en entendant cela diront : « Tu ne fais
qu’éviter tes responsabilités. » Mais je ne préconise pas de ne pas
prendre soin de ce qui a besoin de l’être. JE PRÉCONISE D’EN
PRENDRE SOIN AVEC BEAUCOUP PLUS DE FACILITÉ ET DE
PRENDRE SOIN DE VOUS AUSSI AVEC FACILITÉ.
La conscience est pragmatique ! Elle inclut tout et ne juge rien.
Elle inclut de payer votre loyer et d’appeler vos parents. Vous pouvez
avoir des choses à gérer. Et si vous pouviez juste toutes les gérer avec
facilité et être reconnaissant envers vous de pouvoir le faire ? Et si
vous étiez reconnaissant pour toutes les fois où vous trébuchez ? Et si
vous étiez reconnaissant aussi pour toutes les fois où vous êtes aussi
prêt à vous remettre sur pied et à avancer de nouveau ?
Sachez maintenant que 52 % environ de la population ne
recherche pas quelque chose de différent. Ils ont même du mal à
changer leurs sous-vêtements. Ils ont décidé qu’ils avaient la bonne
réponse.
Ce n’est pas à vous de changer qui que ce soit, c’est à eux. Vous
ne pouvez faciliter le changement que pour quelqu’un qui est prêt à
vous poser une question et à permettre à une porte de s’ouvrir pour
que vous facilitiez ce changement. Tant que ce n’est pas le cas, il n’y
aucun changement à faciliter.
Arrêtez d’essayer de changer les gens qui ne le désirent pas
vraiment. Arrêtez de vous juger d’être incapable de les changer… C’est
simplement LEUR CHOIX de ne pas changer. Ce n’est PAS VOTRE
FAUTE. Je le répète : c’est simplement LEUR CHOIX. Ce n’est PAS
VOTRE FAUTE.
Le plus grand cadeau que vous puissiez offrir à quelqu’un est de lui
donner les moyens de CHOISIR – même si son choix ne fonctionne
pas très bien pour lui. Car grâce à cela, il aura le choix comme cadeau
pour le reste de sa vie.
Les gens sont déterminés à être sérieux. Ils croient cela plus réel que
l’espace d’un enfant de 6 ans comme moi. Les gens sont déterminés à
trouver la relation parfaite qui les sauvera et rendra leur vie meilleure.
Les gens sont plus attachés à la façon dont les choses ont toujours été
qu’ouverts à l’idée de considérer de nouvelles possibilités. Les gens
s’attachent à toujours avoir la bonne réponse… Même si cette réponse
est complètement fausse et qu’elle ne marche absolument pas pour
eux.
La difficulté réside dans le fait que ceux qui désirent le changement
ont essentiellement décidé que la petite majorité qui ne désirait pas
changer avait la bonne réponse. Vous êtes-vous jamais retrouvé en
compétition avec eux en pensant : « Il faut que j’aie ma part de ce
gâteau particulier » ou « Ils ont tout et je n’ai rien ». Alors vous savez
de quoi je parle. Vous êtes simplement en train de vous aligner et
d’être d’accord avec les points de vue qui vous entourent. Et pourtant,
quand tout est totalement clair pour VOUS, à 99 %, vous ne vous
souciez pas de ce gâteau particulier, ni de ce que quiconque peut
obtenir.
À l’heure actuelle, il n’y a qu’un petit pourcentage de personnes qui
désire réellement un énorme changement. Disons environ 5 % de la
population. Ne vous méprenez pas, sur 6,6 milliards de personnes, ça
fait quand même un grand nombre de personnes. Beaucoup de
personnes.
VOUS, en choisissant de lire ce livre, êtes l’une d’entre elles.
Êtes-vous prêt à le savoir ?
NOTE AU LECTEUR
LA CONSCIENCE DÉSIRE
TOUJOURS PLUS D’ELLE-MÊME
En d’autres termes, on peut dire que la conscience engendre la
conscience. Lorsqu’on lui en donne l’occasion, la conscience va
toujours créer plus.
La conscience est l’état énergétique le plus simple à maintenir selon
les lois de la physique. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a aucune polarité en
présence… C’est un état d’être qui est, tout simplement.
Disons que l’inconscience est un peu comme un point de vue fixe.
Connaissez-vous des personnes avec des points de vue fixes ?
Maintenant, pour avoir ce point de vue fixe, ont-elles besoin de
beaucoup d’énergie pour s’y accrocher ? Prenez un fervent
conservateur, un libéral passionné ou un fasciste… ils ont tous des
points de vue qui demandent énormément d’énergie pour les
maintenir en place, n’est-ce pas ? C’est ce niveau d’énergie que vous
devez mettre dans chaque point de vue fixe que vous avez pour le
maintenir ainsi. Pour chaque jugement, vingt-cinq autres sont
nécessaires pour le maintenir en place. Pour chacun de ces vingtcinq, il en faut vingt-cinq supplémentaires et pour ces vingt-cinq-là,
encore vingt-cinq de plus. C’est l’ultime programme marketing
multi-niveaux de stupidité.
Le truc, c’est que la conscience est littéralement l’état le plus facile
dans lequel être car vous n’avez pas besoin de mettre en place le
programme de marketing multi-niveaux de stupidité.
Alors, mon cher, cher être qui êtes en train de lire cela… Vous avez
le choix… Vous pouvez utiliser votre énergie à maintenir vos points de
vue fixes et vos jugements en place, ou vous pouvez utiliser cette
énergie pour générer une nouvelle vie, une façon de vivre différente.
C’est votre choix.
Tous les points de vue fixes, projections, attentes, séparations,
jugements et rejets que vous avez sur vous, allez-vous les détruire et
les décréer totalement, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
ÊTRE
MAGIQUE
NOTE AU LECTEUR
L’UNIVERS ESSAIE
CONSTAMMENT DE VOUS
DONNER
Imaginez que vous avez deux anges potelés qui volent au-dessus de
votre tête. Vous savez, comme ceux que vous pouvez voir au plafond
de la chapelle Sixtine. Ils battent des ailes comme des dingues parce
qu’ils tiennent un pot plein de pièces d’or. C’est vraiment dur pour
eux de rester en l’air parce que cet or pèse si lourd…
Ils ont tellement à vous offrir… et ils veulent vous l’offrir… et ils
veulent vous l’offrir… et ils veulent vous l’offrir… et ils continuent à
vouloir vous l’offrir… et ils continuent à vouloir vous l’offrir…
Alors, mon ami, pourquoi continuent-ils à DÉSIRER vous donner
cela au lieu de simplement vous le donner ? Parce que vous ne l’avez
jamais demandé !
Ils sont là, en haut, à penser : « Allez, idiot ! Tu es en train de tester
les limites de mon laisser-être. Je vais vraiment finir par te laisser
tomber ce truc sur la tête et te tuer là, maintenant ! S’il te plaît, pose
une question qui nous permettra de te donner tout cela ! »
S’il vous plaît, demandez. Peu importe ce que vous désirez. Le plus
grand vœu de l’Univers, c’est que vous demandiez – et que vous
receviez. (Apparemment, il vous aime plus que vous ne vous aimez
vous.)
CHAPITRE 12
SORTEZ VOS BAGUETTES ! VOUS
ÊTES MAGIQUE !
Vous, en tant qu’être – quand vous êtes vraiment vous –, créez de la
magie ! Et, vérité, vous le savez, n’est-ce pas ?
Certaines situations qui sont censées se dérouler d’une certaine
façon finissent complètement différemment quand vous êtes prêt à
être cette énergie qui change ce qui se passe. Est-ce un phénomène de
cause à effet ou bien est-ce de la magie ?
Ce qui est intéressant, c’est que vous avez TOUJOURS le choix
d’être magique, mais vous n’êtes prêt à le choisir que de temps en
temps. Ne vous y trompez pas, c’est un choix. C’est toujours un
choix.
Qu’est-ce que je veux dire quand je parle de magie ? Eh bien de
mon point de vue, demander quelque chose et être capable de le
recevoir est magique. Être capable de changer quelque chose est
magique. Être tout simplement capable de changer comment vous
ressentez votre vie, par exemple, est un acte de magie totalement
génial, mais peu de personnes savent que cela existe…
« OH NON, TU NE PEUX PAS FAIRE ÇA ! »
Mon ami Gary raconte souvent cette histoire qui lui est arrivé
lorsqu’il était enfant. Il était capable de sortir de son corps, de
marcher au plafond, de passer sa tête par la porte et d’écouter les
programmes radio que ses parents écoutaient ou de regarder les
émissions de télévision qu’ils regardaient. Il le faisait, tout
simplement. Il sortait de son corps et faisait tout cela, jusqu’au jour
où il en a parlé à sa mère. Oh, grosse erreur ! Elle lui a dit : « Oh,
mais tu ne peux pas faire ça ! » Et il n’a plus jamais été capable de le
faire.
Voilà comment fonctionne cette réalité. Cette réalité est
exactement comme sa mère. Cette réalité est comme la plupart de
nos mères et de nos pères. Elle est là pour nous dire ce que nous ne
pouvons pas faire – pas ce que nous pouvons faire. Il faut que vous
compreniez cela !
Voilà la clé : vous pouvez créer des choses géniales au-delà de cette
réalité si vous êtes prêt à opérer dans et au travers de cette réalité,
mais pas à être possédé par celle-ci.
Combien de fois avez-vous créé quelque chose de magique, et
quand vous en avez parlé à quelqu’un, cette personne vous a dit :
« C’est impossible ! » Ou bien elle s’est instantanément mise à juger
pour justifier comment et pourquoi vous ne seriez pas capable de faire
cela… Et là, vous avez probablement décidé : « Je ne peux plus le
faire. »
La magie, voyez-vous, est en fait ce que vous êtes déjà. Ce n’est
même pas quelque chose que vous faites. C’est une capacité naturelle
de l’être que vous êtes. C’est l’expression de votre être dans le monde.
Cela apparaît d’habitude quand nous n’y pensons pas trop – n’est-ce
pas ? –, quand nous sommes prêts à être conscients de possibilités
plus grandes que celles que cette réalité linéaire nous dit être possibles
– au-delà du phénomène de cause à effet.
En fait, ce truc de « demandez et vous recevrez » marche très bien
quand on n’y pense pas, quand on arrête de faire tellement d’efforts à
essayer – et quand nous ne sommes pas dans le jugement.
Si vous êtes dans le jugement, vous ne faites pas de magie. Le
jugement est l’un des plus grands destructeurs de la possibilité
magique que nous pouvons être.
Donc toute la magie que vous avez fait l’erreur de partager avec
quelqu’un, qui l’a jugée ou ne l’a pas comprise – ce que vous avez pu
percevoir énergétiquement – et qui vous a conduit à décider que vous
ne pouviez plus faire cette magie et à décider que, depuis le début,
cela n’avait probablement jamais été vraiment magique, allez-vous
détruire et décréer tout cela maintenant, s’il vous plaît ? Right and
Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
ET SI VOUS PERCEVIEZ LA MAGIE COMME ÉTANT LA LÉGÈRETÉ
D’ÊTRE QUE VOUS ÊTES ?
Essayez de vous souvenir : au court de l’année qui vient de
s’écouler, y a-t-il trois moments durant lesquels vous avez été la
légèreté d’être que vous êtes véritablement, même si vous n’étiez pas
supposé vous sentir comme cela ? Avez-vous remarqué que les
situations dans lesquelles vous vous trouviez ont alors changé et sont
devenues plus faciles ?
Ça, c’est la magie. Ça, c’est choisir VOTRE RÉALITÉ. Et c’est
comme cela que vous commencez à être la magie que vous êtes
réellement.
Seriez-vous prêt à prendre le temps d’écrire trois de ces moments
ci-dessous ? Vous pouvez les écrire sur une autre feuille si vous
préférez. Si vous vous sentez inspiré, listez-en, s’il vous plaît, autant
que vous pouvez. Ne vous arrêtez pas tant que vous n’avez pas écrit
tout ce dont vous pouvez vous souvenir.
1.
2.
3.
Voici un exemple : cette femme, qu’on appellera Susan, se rendait à
une classe que je donnais à Montréal. Son vol avait été annulé car ils
fermaient l’aéroport de Chicago. Donc Susan a demandé : « Quelle
magie puis-je être pour changer cette situation ? »
Un outil magique : poser une question.
Elle est allée à l’aéroport et a demandé aux personnes présentes au
comptoir : « Y a-t-il quelque chose que vous puissiez faire ? » Et
l’hôtesse lui a répondu : « Non, il n’y a rien que nous puissions
faire. » Susan a répondu : « Vraiment ? Vous êtes sûre ? Comment ça
devient encore mieux que cela ? » L’hôtesse s’est adoucie. Alors Susan
a demandé à nouveau : « Comment ça devient encore mieux que
cela ? » Et l’hôtesse lui a répondu : « Hum… Attendez, je vais
vérifier. » Susan a répondu avec une question : « Merci beaucoup.
Comment ça devient encore mieux que cela ? Je vous remercie de
vérifier pour moi. »
L’hôtesse a tapé alors avec acharnement sur son clavier, a levé les
yeux et a dit : « Attendez, je n’avais même pas réalisé que ce vol était
là. Nous avons un vol avec une autre connexion et vous arriverez
même deux heures plus tôt, ça vous va ? » Susan a répondu encore
une fois avec une question : « Oh oui, ce sera très bien, merci
beaucoup, vraiment. Comment ça devient encore mieux que cela ? »
L’hôtesse a continué : « Oh… le vol est pratiquement plein, mais
waouh, il y a une place disponible en classe affaires. Est-ce OK si je
vous surclasse gratuitement ? »
Ça c’est la magie. Et c’est une histoire vraie. Comment ça devient
encore mieux que cela ?
Donc le premier outil pour vous est de demander : « Quelle magie
puis-je être pour changer cette situation ? » Si vous ne posez jamais
de questions, vous ne changerez jamais rien. Vous ne devenez pas
magique aussi aisément que vous le pouvez parce que vous ne
demandez pas à ce que ce qui est juste devant vos yeux soit différent.
Souvenez-vous : demandez et vous recevrez. Ne demandez pas et
vous ne recevrez probablement rien de différent de ce que vous avez
déjà. Poser une question est toujours la première façon de changer
quoi que ce soit ; la question est l’un des éléments essentiels pour
inviter la magie dans votre vie.
Bon, je sais que cela paraît simpliste – une question, génial, merci,
il n’y a rien de vraiment profond dans cela. Les choses les plus
simples sont parfois les plus profondes. La plupart d’entre nous ont
appris il y a longtemps à ne plus poser de questions. Et maintenant,
nous éliminons les possibilités qui sont disponibles au-delà de la
réalité dans laquelle nous sommes.
MARCHER DANS LE COULOIR
Je l’ai déjà mentionné précédemment… Et ça vaut la peine de le
répéter : fonctionner à partir de réponses ou de conclusions équivaut
à marcher le long d’un très, très long couloir dans lequel vous avez
décidé : « Voilà où je vais, point final ! » Il n’y a pas de portes. Et ces
portes qui n’existent pas sont toutes verrouillées. Et vous avez jeté les
clés. Volontairement. Nous sommes vraiment mignons !
Donc si l’on reprend l’histoire de cette femme et de ses vols, elle
aurait dû arriver très tard à Montréal, pas avant le lendemain. C’est la
direction dans laquelle elle s’engageait. Et si elle n’avait jamais posé
de question, elle se serait dirigée dans cette direction et c’est là où elle
aurait fini.
C’est ce que la plupart d’entre nous font. Nous nous dirigeons dans
une certaine direction et c’est là où nous arrivons. Quand vous posez
une question, au lieu de marcher dans ce couloir bordé de murs, les
portes s’ouvrent de tous côtés, avec de l’espace et de la lumière
derrière. Soudain, vous voyez des possibilités que vous n’aviez jamais
vues avant de poser la question ! Comment ça devient encore mieux
que cela ? Ou plus facile ?
La question est une clé qui permet à la magie de se produire ! C’est
comme cela que nous permettons à l’Univers de nous donner la
magie qu’il essaie de nous prodiguer !
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE UNE VIBRATION DIFFÉRENTE ?
La seule chose qui vous empêche d’être magique, c’est votre refus
de croire que ça existe. Oh, et puis tout ce que vous avez accepté et ce
avec quoi vous avez été en accord, comme tout ce à quoi vous avez
résisté et réagi concernant le fait que cette réalité soit vraie. Ainsi que
la véracité du phénomène de cause à effet. Et toutes ces limitations
que vous avez ramassées en chemin et considérez comme vraies. Si
vous enlevez tout cela, tout ce qu’il vous reste, c’est la magie !
Comment ça devient encore mieux que cela ?
Ce sont les éléments de base. Voilà l’ABC. Donc qu’est-ce qui
coince ? Nous vivons sur une planète sur laquelle environ
6,5 milliards de gens ne croient pas à la magie. Pour bon nombre
d’entre vous qui lisez ce livre, ça a également été votre point de vue,
mes amis – au moins pour une grande partie de vos vies. Vous avez
été formé et entraîné à avoir ce point de vue. Encore et encore. Cette
réalité vous dit : « Tic-tac, tic-tac. La magie n’existe pas vraiment. »
L’entraînement, c’est quand les choses vibrent de façon similaire ;
elles commencent à danser au même rythme, d’une certaine façon.
C’est comme mettre des pendules à balancier dans une même pièce.
Au bout d’un certain moment, tous les balanciers finissent par faire
tic-tac en même temps.
Avez-vous remarqué que quand vous passez du temps à côté de
quelqu’un de très triste, vous commencez à être triste, vous aussi ? Et
vous semblez incapable de retrouver votre heureuse réalité que vous
savez être disponible. Ça aussi, c’est de l’entraînement. Le
bourdonnement de cette réalité, si vous l’écoutez, c’est quelque chose
comme : « Tic-tac, tic-tac. La magie n’existe pas vraiment. »
Quel effet a sur vous le fait de vous laisser entraîner par la
vibration de non-magie de cette réalité ? Cela vous fait fonctionner
comme si la magie n’existait pas et cela semble vous rendre incapable
de trouver la réalité de la magie que VOUS êtes, en dessous de tout
cela. (Tic-tac, tic-tac. La magie n’existe pas vraiment.)
Combien de fois avez-vous, dans un effort pour vous connecter
avec des gens qui n’étaient pas heureux, qui n’étaient pas joyeux, qui
n’avaient aucune magie, essayé de vibrer comme eux ? Seriez-vous
prêt à détruire et décréer tout cela maintenant ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Merci.
Voilà le truc pour commencer à faire (et être) la magie : vous
devez être prêt à vibrer au-delà de ceux qui ne savent pas que la
magie existe et qui n’y croient pas. Vous devez être prêt à vibrer à
un rythme différent, comme : Tic-tac, tic-tac. LA MAGIE EXISTE.
ET JE SUIS LA MAGIE !
Que vous vous laissiez entraîner par quelqu’un d’autre ou pas, c’est
votre choix. C’est toujours un choix. Donc quand vous réalisez que
vous êtes en train de descendre dans le gouffre de sa réalité, essayez
de poser une question : « Si j’étais la magie que je suis en vérité,
quelle réalité différente pourrais-je choisir immédiatement ? »
Tout ce qui empêche d’être cela, seriez-vous prêt à le détruire et le
décréer maintenant ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD,
All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Tic-tac, tic-tac. LA MAGIE EXISTE ! ET VOUS ÊTES LA MAGIE !
ILLUSION OU MAGIE ?
Une fois, alors que j’animais une classe à Rome en Italie, quelqu’un
a demandé à la traductrice : « Est-ce que Dain est un illusionniste ?
Elle lui a répondu : « Non, ma chère, il n’est pas illusionniste. C’est
un magicien ! » Et la personne lui a demandé : « Que veux- tu
dire ? » Elle lui a répondu : « Un illusionniste est quelqu’un qui essaie
de faire croire que quelque chose se passe. Un magicien est quelqu’un
qui le fait réellement et qui fait effectivement apparaître la magie (et
le changement). »
Combien de fois avez-vous cru être un illusionniste, croyant que
vous aviez réussi à illusionner tout le monde et que vous n’étiez pas
vraiment la magie que vous pensiez pouvoir être ? Seriez-vous prêt à
décréer et détruire tout cela maintenant ? Right and Wrong, Good and
Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Parmi les gens qui viennent dans mes classes, certains voient tous
leurs points de vue changer littéralement en quelques heures ou jours.
Certains reçoivent le changement qu’ils ont attendu toute leur vie –
ou des millions de vies. Et parmi eux, certains croient d’une certaine
façon : « Oh, c’est juste une illusion. Les vieux trucs vont revenir
bientôt. »
Et si l’idée que le changement que vous avez créé est une illusion
était justement le mensonge qui vous bloquait ? L’idée que la
conscience est une illusion, que vous êtes une illusion, que vous êtes
une illusion particulièrement si vous utilisez le moindre outil proposé
dans ce livre et que vous créez grâce à cela un changement effectif
pour vous, tout cela est une illusion, ce n’est pas réel… Et si TOUT
CELA était en fait un mensonge ?
Être plus vous, devenir plus conscient, plus présent et avoir plus de
volonté et de capacités à changer : tout cela marche. Ça marche
vraiment. Le vous que vous êtes quand vous êtes simplement vous
(comme si c’était une chose facile ; c’est l’un des concepts à la fois les
plus simples, les plus captivants et les plus difficiles qui soient),
quand vous êtes cela, vous êtes l’incarnation de la magie en action.
Quel intérêt y a-t-il à refuser d’être l’incarnation de la magie en
action que vous et votre corps êtes vraiment ? Right and Wrong, Good
and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
CHANGER CE QUI S’EST DÉJÀ PASSÉ
Laissez-moi vous donner un exemple. Il y a quelques années, mon
ami Gary et moi marchions dans une rue à Auckland, en NouvelleZélande. Ils roulent du mauvais côté de la route là-bas… mauvais
selon mon point de vue, bien sûr. Ils roulent du côté gauche de la
route.
Nous nous apprêtions à traverser la rue et j’ai regardé à gauche
comme je l’aurais fait chez moi. Pas de voiture. Je me suis engagé sur
la chaussée et une voiture – à cinq mètres – est arrivée de la droite,
environ à 40 km/h. Mon pied était déjà sur la route et la voiture
arrivait.
Gary a crié : « Non ! » Et d’un coup, mon pied était de retour sur
le trottoir et la voiture a reculé de cinq mètres avant de nous passer
devant. Gary a totalement changé ce qui allait se passer.
J’aurais peut-être totalement ignoré cet épisode si une amie qui
était présente n’avait pas demandé : « Que s’est-il passé ? » Nous
nous sommes tous les deux retournés vers Gary et nous lui avons
demandé : « Que s’est-il passé ? Tu as fait quelque chose ? » Il a juste
dit : « Oui, je n’étais pas prêt à te laisser mourir. »
Nous avons tous cette capacité. Je n’en parlerais pas si nous ne
l’avions pas tous d’une façon ou d’une autre. Vous pouvez penser que
je suis bizarre. Mais je sais que vous aussi avez cette capacité.
Examinez votre vie, s’il vous plaît, et regardez où vous avez changé
quelque chose qui semblait déjà avoir eu lieu ou quelque chose que
vous ne pouviez aucunement avoir pu changer, en toute logique.
Seriez-vous prêt à au moins écrire UNE CHOSE ? Juste une. Le
reconnaître. Pour vous.
1.
C’est la magie ! Et oui, cela S’EST VRAIMENT PASSÉ ! Êtes-vous
maintenant prêt à reconnaître que vous l’avez fait ? S’il vous plaît. Le
reconnaître fait partie du processus pour revendiquer la magie que
vous êtes vraiment. C’est le premier pas pour être capable de choisir,
de générer et de créer plus de magie dans le futur.
Pourquoi permettons-nous à ce genre de magie d’apparaître
seulement en cas d’urgence ? Combien de fois vous est-il arrivé d’être
pratiquement à l’article de la mort quand tout à coup, les choses se
sont arrangées et vous n’étiez plus en train de mourir ? Cela vous estil déjà arrivé ? Et vous n’avez autorisé ce genre de magie à sortir qu’en
cas d’urgence ? Cela devrait être quelque chose que vous activez par
choix, quel que soit le moment où vous le choisissez ! Tout le temps !
Tic-tac, tic-tac. LA MAGIE EXISTE ! ET VOUS ÊTES LA MAGIE !
IL N’Y A PAS DE COMMENT
Si vous êtes prêt à être cette énergie de puissance et de magie, vous
pouvez changer n’importe quoi. Pourquoi est-ce que ça devrait être
difficile ? Et si vous permettiez simplement aux choses de se faire ? Et
si vous permettiez à la magie d’apparaître tout le temps, juste parce
que vous le pouvez ?
C’est quelque chose que vous pouvez faire ; c’est quelque chose que
vous pouvez être. Cela fait partie de l’énergie qui est accessible à votre
être. Ce qui est requis pour y arriver est que vous sortiez de vos points
de vue fixes et entriez dans la conscience des capacités que vous, en
tant qu’être, avez véritablement – même quand elles vont au-delà de
cette réalité. Et la raison pour laquelle je vous donne l’exemple de ces
histoires est parce que je veux que vous sachiez que la magie existe.
Je ne peux pas vous expliquer ça en utilisant un « comment ». Ce
n’est pas un « comment ». C’est CE QUI EST, ce que vous pouvez
aussi, ce qui est VOUS… Vous, dans votre être véritable. Le
reconnaître ouvre des portes.
Combien de vies, combien de centaines de millions ou de milliards
d’années avez-vous passé à chercher le comment, la technique ? Et de
combien de groupes avez-vous fait partie, ou avez-vous fondés, ou
combien de livres avez-vous écrits à ce sujet, à essayer de trouver le
comment de quelque chose que vous étiez déjà ?
Il ne s’agit pas du comment. Il s’agit d’être. Vous. Maintenant.
Tic-tac, tic-tac. LA MAGIE EXISTE ! ET VOUS ÊTES LA MAGIE !
ÊTRE UNE CONTRIBUTION
Laissez-moi vous donner un autre exemple. Un homme, appelonsle Grant, qui avait participé à plusieurs de mes classes au fil des ans
m’a appelé il y a quelques années. Il m’a dit : « Hé, je ne vais pas
venir à cette classe, mais j’ai besoin de ton aide pour un truc. » Je lui
ai dit : « OK, bien sûr, qu’est-ce que c’est ? » Grant m’a dit : « Ma
petite nièce est née prématurément. As-tu quelque chose à me
suggérer que je puisse faire pour elle ? » Je lui ai répondu : « Tu as
participé à de nombreuses classes d’Access, tu as appris et donné
beaucoup de processus corporels et tu en as reçu beaucoup également.
Si tu le peux, touche-la et dis-lui de prendre de ton corps tout ce dont
elle a besoin, qu’elle veuille guérir son corps ou qu’elle veuille le
quitter. Et dis-lui que quoi qu’elle choisisse, c’est son choix et que
c’est totalement OK. »
Pendant longtemps, je n’ai pas su quel impact ces quelques mots
avaient eu. La fois suivante où j’ai revu Grant, plus d’un an après, il
est venu me voir et m’a donné l’accolade la plus chaleureuse que j’aie
jamais reçue de sa part – plus chaleureuse, plus remplie de gratitude
et de présence que je ne peux le transmettre par les mots.
La fille de Grant a accouché prématurément et Grant était là
quand ça s’est passé. Ils ont dû faire une césarienne et quand ils ont
fait l’incision, une grosse quantité de sang est sortie ainsi qu’un tout
petit bébé. Ce petit bébé était tout noir et mourant – et à peine plus
grand que la paume de sa main.
Il a demandé à la maman et aux docteurs s’il pouvait la tenir. Il lui
a dit ce que j’avais suggéré des mois auparavant pour sa nièce, lui a
donné le choix de rester ou de partir, lui a fait savoir qu’il l’aimerait
et lui serait reconnaissant peu importe le choix qu’elle ferait et lui a
offert d’utiliser tout ce qu’elle voudrait de son corps et de ce qu’il
savait pour qu’elle puisse faire le choix qui marcherait pour elle.
Il avait les outils et la conscience nécessaires pour lui permettre de
faire le choix de vivre. Et il a été capable d’être là pour elle d’une
façon qu’aucun autre membre de la famille ne pouvait. Il a
littéralement donné à cette petite fille accès à sa vie. Ça, c’est
magique.
Il m’a dit que grâce à ce que je lui avais dit et grâce au fait qu’il
avait choisi de le faire, sa petite-fille était maintenant une enfant en
pleine forme, qui a « juste un peu plus de vie » que toutes les
personnes qu’il a rencontrées. La reconnaissance qui l’habitait était
palpable.
MAINTENANT, MON AMI, INTERROGEZ-VOUS, S’IL VOUS PLAÎT
Avez-vous beaucoup plus d’impact sur le monde que vous n’êtes
capable de l’imaginer, beaucoup plus que vous n’avez été capable de le
reconnaître jusque-là ? Et cet impact est-il beaucoup plus grand
lorsque vous dites, même pour quelques secondes : « Au diable les
règles de cette réalité. Je vais avoir ma réalité maintenant. »
Pourquoi ? Parce que durant ces dix secondes, vous êtes prêt à être
magique.
Imaginez étendre ces dix secondes à l’ensemble de votre vie et être
prêt à avoir votre réalité et une présence consciente chaque dix
secondes de chaque jour. Que pourriez-vous générer ? Que pourrionsnous tous générer ensemble si nous étions prêts à être aussi
magiques, aussi puissants, aussi conscients, aussi présents et aussi
intenses énergétiquement ? Que pourrions-nous tous générer si nous
entrions dans ce niveau de présence et faisions Boum ! ?
C’est en fait ce que vous êtes : un cadeau phénoménal pour vous et
tous ceux autour de vous ! C’est comme si nous étions assis à
attendre d’être suffisamment grands ou géniaux à nos yeux pour
pouvoir nous considérer comme une contribution, au lieu de réaliser
que nous sommes déjà cette contribution. Maintenant.
Tic-tac, tic-tac. LA MAGIE EXISTE ! ET VOUS ÊTES LA MAGIE !
Vous pensez : « Un jour viendra où je serai vraiment une
contribution, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. » Donc chaque fois
que vous décidez que vous serez une contribution un jour et que ce
n’est pas le cas aujourd’hui, allez-vous le détruire et le décréer, s’il
vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Et si vous étiez une bien plus grande contribution que vous n’êtes
capable de le reconnaître car cela ne correspond pas à la réalité fixe et
linéaire que vous avez rendue plus réelle que la magie que vous êtes
vraiment ? Et si ce vous qui accepte d’être la magie que vous êtes
vraiment était exactement la contribution dont le monde avait
besoin ? Là, maintenant, tout de suite. Boum !
Tic-tac, tic-tac. LA MAGIE EXISTE ! ET VOUS ÊTES LA MAGIE !
ALLEZ-VOUS CHOISIR D’ÊTRE LA MAGIE ?
NOTE AU LECTEUR
STOP !
Certains d’entre vous ont utilisé leur cerveau pour essayer de
comprendre tout cela. Ce n’est pas com-pré-hen-sible. Vraiment.
Je sais que vous avez ce truc qui s’appelle le mental, qui peut être
très utile. Mais cela, mon ami, vous ne pouvez pas le comprendre de
manière cognitive. C’est au-delà de ça.
Et puis franchement, s’il était possible avec votre mental de
comprendre comment la vie fonctionne, ne l’auriez-vous pas déjà
fait ?
Tout est l’opposé de ce que cela semble être.
Rien n’est l’opposé de ce que cela semble être.
Vraiment.
OUTIL
JOURNAL DE MAGIE
Et si vous reconnaissiez toutes les fois où vous êtes magique, au lieu
de dire que c’est une coïncidence, de la chance pure ou un coup de
bol ? Et si vous le reconnaissiez VRAIMENT ? Pour vous et pour
l’Univers.
Seriez-vous prêt à commencer un « journal de mon moi
magique » ? Cela peut être un carnet, très beau et très cher, ou un
morceau de papier brouillon, une page de notes dans votre iPhone,
une page Facebook, ou quoi que ce soit d’autre. Cela n’a pas
d’importance !
Ce qui est important, c’est le fait que, pendant une semaine, un
mois, un an ou le reste de votre vie, vous mettiez par écrit chaque
petit morceau de magie que vous trouverez sur le chemin de votre vie.
Et qu’après avoir reconnu que c’était magique, vous disiez « MERCI »
et posiez une question : « Que faudrait-il pour que plus de cela
apparaisse dans ma vie ? » Et : « Comment ça devient encore mieux
que cela ? »
Reconnaître et avoir de la gratitude pour certaines choses dans nos
vies est une façon de dire à l’Univers que nous aimerions avoir plus
de cela. Nous donnons de l’énergie à ces choses en faisant cela. Nous
collaborons avec les petits anges potelés en faisant ça. (Et ils adorent
quand nous le faisons, d’ailleurs.)
CETTE TERRE
OUTIL
QUAND VOUS VOUS RÉVEILLEREZ
DEMAIN MATIN
Demandez s’il vous plaît : « Terre, que requiers-tu de moi
aujourd’hui ? Terre, que requiers-tu de moi aujourd’hui ? As-tu
besoin que je sois plus pathétique ? Ou peut-être as-tu besoin que je
me haïsse encore plus aujourd’hui ? Non, bien sûr, tu as besoin que
j’aie d’énormes traumas, drames et larmes pour prouver que je suis
en vie. »
Désolé, mon ami. Il est probable que vous n’obteniez AUCUNE de
ces réponses… Mais ne m’écoutez pas. Essayez par vous-même.
Demandez simplement.
« Terre, que requiers-tu de moi aujourd’hui ? » Puis… taisez-vous !
Et écoutez…
Là ! Vous avez perçu quelque chose n’est-ce pas ? C’est l’énergie de
la Terre qui communique avec vous, qui vous donne les prises de
conscience que vous avez demandées.
Demander et recevoir de la Terre vous a-t-il fait sourire ? Avez-vous
apprécié de prendre un moment de silence et de vous baigner dans
l’énergie de cette magnifique planète ? Avez-vous constaté avoir plus
d’aisance, de paix, d’espace et de joie en vous après l’avoir fait ? Le
simple fait de demander, d’écouter et d’être présent crée cela.
Si vous avez aimé le faire, surtout ne le refaites pas encore demain
– ni le jour suivant ! Il vous est d’ailleurs absolument INTERDIT de
refaire cela demain ou durant les vingt et un jours qui suivront, dans
le but de changer votre vie et celle de la planète. Ça aussi, c’était une
blague… :)
CHAPITRE 13
LA PLANÈTE A-T-ELLE
RÉELLEMENT BESOIN D’ÊTRE
SAUVÉE ?
Il se peut que je vous énerve pendant les prochaines minutes,
d’accord ?
Vous voyez, je pense que nous en sommes au point où, soit nous
changeons, soit ça n’en vaut plus la peine. Nous avons cette belle,
fabuleuse, grande, glorieuse et phénoménale planète sur laquelle nous
vivons. Et si nous commencions à le reconnaître ? Soit nous
changeons la façon dont nous fonctionnons, soit la planète… ne sera
plus capable de maintenir la vie. Et je préférerais que cela n’arrive pas.
Ce n’est que mon point de vue. Mon point de vue n’a pas besoin
d’être le vôtre.
ET SI VOUS ÉTIEZ LA DIFFÉRENCE ET LE CHANGEMENT QUE CETTE
PLANÈTE REQUIERT ?
Et c’est OK si vous ne savez pas comment y arriver ou comment
choisir quelque chose de différent. Vous n’êtes pas supposé avoir les
réponses. Ce que je vous demande, s’il vous plaît, c’est de commencer
à poser des questions comme… « Quoi d’autre est possible ? », « Que
pouvons-nous créer et générer d’autre ? », « Quelles autres énergies
sont disponibles que je n’ai même jamais envisagées ? »
Et si être et changer n’était pas une construction linéaire ? Et si
vous n’aviez pas à aller de A à Z et c’était terminé ? Et si vous alliez de
A à Z pour remarquer : « Oh, mon Dieu, il y a un milliard d’autres A
possibles ! Et si on ajoute B, cela crée un autre milliard de A à
nouveau, plus la combinaison avec B, qui est totalement différente
des cinquante A, et puis on peut ajouter des C ? Oh, mon Dieu, il y a
un milliard de C aussi ! »
Comment ça devient encore mieux que cela ?
Peut-être sommes-nous infinis. Peut-être existe-t-il des
possibilités infinies. Et peut-être, si nous le reconnaissions,
pourrions-nous continuer à jouer sur cette planète. C’est une
possibilité !
LA TERRE ET NOUS
Voilà une chose à considérer : durant les deux mille dernières
années, la Terre a subi moins de changements géologiques qu’à tout
autre moment de son histoire. Pourquoi ? À cause de nous. Nous
avions des maisons et des choses que nous ne voulions pas voir
détruites, et de belles choses. Donc nous lui avons demandé : « Hé, la
Terre, peux-tu ne pas détruire ma maison, s’il te plaît ? » Et la Terre a
répondu : « Bien sûr, pas de problème. » Mais qu’avons-nous offert
en retour à la Terre pour sa gentillesse ? Des tonnes et des tonnes de
déchets sous forme de colère, de rage, de fureur et de haine, de
jugements, de traumas et de drames, et d’amour de la séparation.
Nous ne posons jamais de questions et nous ne recevons ni la prise
de conscience, ni la réponse. Par exemple, de Los Angeles à San
Francisco, une bonne question serait : « Terre, nous avons mis
plusieurs milliards de tonnes de béton sur une faille sismique, est-ce
que ce sera un problème pour toi ? » Mais nous refusons de poser des
questions à la Terre et nous refusons d’écouter la conscience de cette
belle planète ! L’une des principales raisons est que nous validons
comme vraies et réelles les réalités de séparation des autres. En
d’autres termes, parce que les autres ne croient pas que la Terre est
consciente et présente, nous ne nous permettons pas d’y croire non
plus.
Il y a 6,5 milliards d’habitants sur la planète… Combien d’entre
eux choisissent le bonheur ? Presque personne. Combien d’entre vous
qui lisez ce livre choisissent le bonheur ? Vérité ? Dans la majorité des
cas, presque aucun.
Comment je le sais ? Deux raisons. Tout d’abord, parce que j’étais
l’un d’entre eux. Deuxièmement, parce que je travaille avec des
personnes tous les jours et quand elles ont l’occasion de choisir les
traumas et les drames, c’est souvent ce qu’elles choisissent – jusqu’à
ce qu’elles réalisent qu’un choix différent est disponible. Choisir les
traumas et les drames n’est pas inéluctable ; nous avons juste appris
que ça devait être ainsi !
Et si vous étiez prêt à abandonner ce que vous avez appris, en
faveur de ce qui pourrait être ? Et si vous étiez prêt à arrêter de valider
les limitations que vous voyez tout autour de vous et envisagiez plutôt
d’autres possibilités ? Et si vous saviez que quelque chose de
complètement différent était possible ? Et la grande question : est-ce
la raison pour laquelle vous lisez réellement ce livre maintenant ?
L’ÉNERGIE TUEUSE
Avez-vous conscience que si la Terre le voulait, elle pourrait tuer
tout le monde, là, maintenant ? Combien de catastrophes naturelles
avez-vous vues ces dernières années ? Y en a-t-il plus ou moins ?
L’énergie tueuse. La Terre est prête à l’avoir. Avons-nous de la chance
qu’elle ne décide pas de l’utiliser plus souvent ?
Maintenant, sachez que la Terre n’utilise pas l’énergie tueuse juste
parce qu’elle le peut… Si c’était le cas, il est probable qu’aucun
d’entre nous ne serait là. La Terre l’utilise pour faciliter la conscience.
C’est la raison pour laquelle la Terre fait ce qu’elle fait. Tout le temps.
Voudriez-vous examiner cette possibilité ? La Terre facilite la
conscience avec tout ce qu’elle choisit.
Donc tout ce que vous avez fait pour avoir le point de vue que les
« catastrophes » sont un mal, allez-vous l’abandonner maintenant ?
Êtes-vous prêt à en prendre conscience sans avoir à faire quoi que ce
soit ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™.
Mon ami, je vous invite à regarder le monde de façon
complètement différente. Et si vous pouviez vous balader à travers le
monde, voir les guerres, les famines et dire : « OK, c’est en train de se
passer. Quelles sont les possibilités ici ? Que puis-je être qui
contribuerait à changer cela ? » Et véritablement ÊTRE CETTE
ÉNERGIE, être cette question, dans le laisser-être total, sans aucun
point de vue ou investissement dans la guerre et la famine comme
étant justes ou fausses, bien ou mal. Qu’est-ce qui serait possible
alors ? Vous, sortant de la polarité de cette réalité… pour accéder à
l’unité de l’être.
LE PLUS GRAND DÉCHET TOXIQUE
Et si notre colère, notre rage, notre fureur et notre haine, nos
jugements, notre amour des traumas, des drames et de la séparation
étaient les plus grands déchets toxiques sur la planète ? Si c’était le
cas, ce serait le déchet toxique que nous pourrions changer le plus
facilement – si nous le choisissions. Mais SEULEMENT si nous le
choisissions.
Il y a eu de nombreuses études qui ont été faites prouvant que
lorsque vous dirigez de la colère et des jugements sur une plante, vous
la tuez. Cette information ne devrait surprendre personne. Cela
perturbe le champ énergétique nécessaire à la plante à un tel degré
qu’elle n’est plus en mesure de maintenir la vie.
Eh bien, quel effet cela peut-il avoir sur la Terre si 6,5 milliards
d’entre nous choisissent d’utiliser la rage, la colère, les jugements, les
torts et la séparation comme modes de fonctionnement primaires
dans nos vies et les uns envers les autres ? Si nous voulons changer le
monde, nous devons arrêter d’avoir recours à ces façons si dures et
dépassées. À moins que nous ne commencions à poser des questions
différentes, nous n’aurons pas la chance de changer
fondamentalement la façon dont nous fonctionnons dans cette
réalité et les uns avec les autres sur cette planète.
Alors quel est l’antidote à la rage, la colère, la fureur, la haine, les
jugements, les séparations, les traumas et les drames ? Conscience,
question, choix et possibilité. Et la volonté de changer et d’éliminer
la séparation qui vous définit selon vous, car tout ce que ça fait, mon
bel ami, c’est de vous limiter : vous ainsi que les possibilités que vous
avez d’être vous et de changer le monde.
Donc tout ce que vous avez fait pour faire valoir le mensonge selon
lequel la colère, la haine, les jugements, la séparation, les
traumatismes et les drames sont vraiment votre choix… et tout ce que
vous avez fait pour adopter l’idée que vous n’avez aucun autre choix,
allez-vous le détruire et le décréer maintenant ? Right and Wrong,
Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
LA PLANÈTE A-T-ELLE BESOIN D’ÊTRE SAUVÉE ?
C’est drôle les gens qui parlent de sauver la planète. La planète n’a
pas besoin d’être sauvée. Ce sont les gens qui vivent sur la planète qui
ont besoin d’être sauvés s’ils veulent survivre.
Ma question est : Êtes-vous prêt à faciliter la Terre ? Avec toute
l’énergie qu’elle requiert ? Même si cela signifie donner à la Terre
l’énergie dont elle a besoin pour que suffisamment d’entre nous se
réveillent ? Les scientifiques qui étudient les effets globaux du
tsunami de 2004, qui a tué des centaines de milliers de personnes,
ont découvert que le tsunami avait également créé un tremblement
sur l’axe de la Terre, qui fait que les choses ne peuvent plus être les
mêmes. Jamais. Une oscillation similaire, bien que différente, a eu
lieu après le tremblement de terre de Fukushima au Japon en 2011.
Les choses devaient changer. Intéressant.
Sachez, s’il vous plaît, que c’est en fait un choix de ne pas être
conscient et informé. Tout comme c’est un choix d’être conscient et
d’être informé. Durant le tsunami, les animaux – même les animaux
qui avaient été attachés pendant trente ans – ont retiré leur piquet
d’attache et se sont réfugiés dans les hauteurs. Les chiens, les chats,
les vaches, les oiseaux… chaque animal qui le pouvait, s’en est allé. Et
les humains sont allés sur la plage pour attraper des poissons et
photographier cette drôle de vague qui arrivait…
Donc comment voulez-vous fonctionner dans la vie ? Voulez-vous
aller photographier – ou mieux encore, faire une vidéo – votre propre
mort ? Voulez-vous être emmené par le tsunami parce que vous êtes
trop inconscient ? Ou bien voulez-vous être tellement conscient
qu’en percevant la caresse d’une plume sur votre joue vous sachiez
qu’il est temps de se tirer ?
Tout ce qui ne vous permet pas de prendre conscience de la façon
d’être la contribution requise par la Terre… et tout ce qui vous fait
penser que vous êtes bizarre de l’envisager, allez-vous le détruire et le
décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
ÊTES-VOUS LE CENTIÈME SINGE ?
Avez-vous entendu parler du phénomène du centième singe ? Des
scientifiques faisaient une étude sur une race de singes répartis sur
plusieurs îles. Les singes étaient séparés par la mer et ne nageaient pas
d’une île à l’autre.
Comme les singes commençaient à manquer de nourriture, les
scientifiques ont commencé à larguer de la nourriture par avion. Ils
lâchaient des caisses depuis les avions et les caisses s’ouvraient sous
l’impact. Les singes mangeaient la nourriture, même si souvent elle
était souillée.
Puis un jour, un singe qui n’était pas soumis aux limites de la
réalité alors présente a commencé à nettoyer la nourriture qui avait
été lâchée. Donc un singe l’a fait, puis il l’a enseigné à un autre singe,
qui l’a enseigné à un autre singe.
Une fois qu’une centaine de singes confinés sur une île avaient
compris et s’étaient mis à nettoyer la nourriture, tous les singes, sur
toutes les îles, ont commencé à nettoyer leur nourriture sans que
personne ne le leur ait appris ou expliqué selon un quelconque
mécanisme d’enseignement que nous avons appris à reconnaître ou
valider.
Pourquoi ? Ils ont changé de disque. Il y avait une masse critique
de conscience, pour ainsi dire, qui est devenue disponible pour
chaque singe connecté à ce réseau de singes, et la réalité a changé
pour chacun d’eux – simultanément. La conscience de tous les singes
a changé car il y avait assez de singes, assez de prises de conscience et
assez de conscience de ce qui serait meilleur pour chacun d’entre eux.
Et si le changement pouvait aussi se passer pour nous de cette
façon ?
Qu’est-ce qui est requis ? Et bien, cognitivement, vous n’en avez
pas la moindre idée, parce que ce n’est pas un processus cognitif. Ce
n’est pas linéaire.
Et si quelque chose de COMPLÈTEMENT différent était
disponible ? Pour chacun d’entre nous. Avec chacun d’entre nous.
Ensemble.
Voilà pourquoi je parle d’arrêter notre entêtement à adopter et
fonctionner selon les règles de cette réalité : parce que ce faisant,
nous avons créé les dégâts apparemment impossibles dans lesquels
nous sommes actuellement. Nous avons besoin de quelque chose de
différent. Maintenant.
Êtes-vous prêt, petit singe ?
OUTIL
ÊTES-VOUS DÉJÀ EN COLÈRE ?
Bien. Voici une autre chose que vous devez savoir concernant la
colère : la colère est souvent de la puissance que vous réprimez. En
d’autres termes, la colère et la puissance se ressentent exactement de
la même façon. Elles se ressentent exactement de la même façon.
Vous ne voulez pas être la puissance que vous êtes parce que vous
l’avez toujours mal identifiée et détournée comme étant de la colère.
Pourquoi est-ce que j’utilise le mot « puissance » au lieu de
« pouvoir » ? Parce que le pouvoir, tel qu’il est communément
identifié et utilisé dans cette réalité, signifie en fait « pouvoir sur
quelqu’un d’autre ». La puissance, d’un autre côté, est votre
capacité à choisir et créer un changement.
Quand vous étiez enfant, à chaque fois que vous pensiez : « Tu sais
quoi, il faut que ça change ! », vos parents et vos enseignants
disaient : « Ne sois pas un enfant si colérique. » Et vous voilà coincé
par ce point de vue qui disait : « C’est mal et je ne devrais pas le faire,
je ne devrais pas l’être, je ne peux pas le faire et je ne peux pas
l’être. »
Et si, même en tant qu’enfant, cette colère était déjà en fait de la
PUISSANCE ? Envisagez-le pendant une seconde : quand vous en
arrivez à un point de votre vie où vous SAVEZ que ça doit changer,
est-ce de la colère ou de la puissance ? Et est-ce là où vous en êtes,
maintenant, durant ces dix secondes ? COMMENT LE SAVEZVOUS ?
Voilà l’outil : vous posez une question, mon cher ami. Surpris ?
La question est : « Est-ce de la colère ou de la puissance ? »
Peu importe ce qui est léger pour vous – voilà ce que c’est.
Et alors vous savez. Et vous pouvez choisir consciemment ce que
vous voulez être et faire à partir de cet espace.
NOTE AU LECTEUR
ALLEZ, ALLEZ-Y, METTEZ TOUT
SUR LE TAPIS !
Ne vous l’a-t-on jamais dit ? « Tu fais bien trop de choses !
Pourquoi ne peux-tu pas te concentrer ? »
Se concentrer ? Se calmer ? Ne faire qu’une chose à la fois ? Estce vraiment léger pour vous ? Est-ce vrai pour vous ? Puis-je vous
inviter à l’envisager sous un angle totalement différent ?
Vous êtes supposé vouloir en faire le moins possible et vous êtes
entraîné à cela. L’idéal dans cette réalité est d’arriver au point où vous
avez suffisamment d’argent pour que vous n’ayez plus rien à faire du
tout. Voilà la question que je veux vous poser : Ne seriez-vous pas
mort d’ennui si vous aviez suivi cet idéal ?
Vous avez des capacités au-delà de vos rêves les plus fous, mon ami.
Jouez avec elles !
Combien d’entre vous ont adopté le mensonge que vous désiriez en
faire moins, pas plus, et que vous étiez plus vous-même quand vous
aviez moins à faire ? Seriez-vous prêt à détruire et décréer tout cela
maintenant ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Et si vous pouviez choisir de vivre votre vie de façon exubérante au
lieu de simplement avoir une vie qui est un compte à rebours vers la
mort ? Et si vous pouviez choisir de jouer, créer, générer, avoir du
plaisir, prendre du plaisir avec votre corps et faire pleinement
l’expérience du monde complètement et totalement à chaque
instant ? Et si c’était l’espace dans lequel vous étiez en paix ? Et si
VIVRE INTENSÉMENT était reposant pour vous ? Et si vous étiez
vraiment heureux quand vous avez au moins cinq (ou vingt-cinq)
choses sur lesquelles vous bossez tout le temps ? Et si ce n’était plus
une tare ?
LE ROYAUME
D’ÊTRE
NOTE AU LECTEUR
LA PORTE DE SORTIE
Combien d’entre vous n’ont pas vraiment reconnu que leur job ici
était de faciliter la conscience et le changement ? Combien de portes
de sortie maintenez-vous grandes ouvertes pour y échapper ? De cette
façon, vous n’avez jamais à véritablement choisir ce job ni qui vous
êtes vraiment.
La majorité des gens ne savent même pas ce qu’est la conscience.
Ils pensent que s’ils ont les yeux ouverts, ils sont conscients.
Êtes-vous prêt à reconnaître que vous n’en avez pas non plus la
moindre idée ? Et que vous savez aussi ce que c’est en totalité ? Allezvous maintenant demander à percevoir, savoir, être et recevoir
exactement ce qu’est vraiment la conscience – et ce qu’elle exige
exactement de vous ?
Tout ce qui empêche cela, allez-vous le détruire et le décréer
maintenant, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Vous pouvez laisser les portes de sortie être là, si c’est ce que vous
voulez. La conscience inclut tout, y compris les portes de sortie.
Et si vous laissiez votre conscience percevoir les portes de
possibilités QUE VOUS ÊTES en totalité ? Et que vous les ouvriez ? Et
si être vous, C’ÉTAIT changer le monde ? Juste là, maintenant.
Durant ces dix secondes.
CHAPITRE 14
LE ROYAUME DU NOUS
Je sais, nous avons déjà parlé du choix… et vous n’aimez vraiment
pas faire deux fois la même chose, n’est-ce pas, mon ami ? Disons
que c’est « Le choix, deuxième partie », la suite concernant le
Royaume du Nous.
Avez-vous remarqué combien le mot « CHOIX » faisait grincer des
dents certaines personnes ? « Je ne peux pas choisir. Je ne veux pas
choisir. Pourquoi est-ce que je dois choisir ? S’il vous plaît, s’il vous
plaît, s’il vous plaît, choisissez pour moi ! »
C’est étrange, mais la majorité des gens ne comprend pas ce que le
choix est véritablement. Et pourtant la volonté de choisir est la base
pour s’engager dans sa propre vie. Sois toi et change le monde est
quelque chose que vous choisissez. Vous avez le choix. Vous avez
toujours le choix.
Une des choses que nous essayons de faire est de croire que nous
sommes seuls dans nos univers respectifs. Comme si nous étions
seuls dans notre propre royaume, c’est comme cela et nous ne
pouvons choisir que pour nous. Ou bien nous croyons que si nous
choisissons quelque chose qui marche aussi pour quelqu’un d’autre,
alors cela veut dire que nous avons choisi contre nous, que la seule
façon de choisir pour nous est de choisir contre quelqu’un d’autre.
Et si vous ressembliez plus à un animal ? Les animaux ont l’instinct
de survie, pas juste pour eux-mêmes, mais pour toute la planète et
tout ce qui s’y trouve. Contrairement aux croyances populaires, les
animaux ne fonctionnent pas seulement à partir de la survie mais
aussi en fonction de l’ÉPANOUISSEMENT. Les lapins, par exemple,
diminuent intensément leur reproduction quand ils sentent qu’il va y
avoir de la sécheresse dans l’année à venir. Et ils se reproduisent
d’habitude… comme des lapins ! Est-ce que leur choix contribue à
tous ou seulement à eux-mêmes ?
Quand les humains réalisent qu’ils ne sont pas capables de
subvenir aux besoins en eau d’une population dans une certaine
région, que font-ils ? Ils construisent ENCORE PLUS DE MAISONS !
Quand ils ont des difficultés financières ou dans leurs relations, que
font-ils ? Ils font encore plus d’enfants ! C’est juste moi, ou bien y en
a-t-il d’autres parmi vous qui pensent aussi que c’est complètement
absurde ? Et si nous apprenions des lapins ? Et des chevaux ? Et de
tous les animaux de la planète ?
Nous essayons de croire que nous sommes tout seuls et que nous
ne choisissons que pour nous, que si nous ne choisissons pas pour
nous, nous choisissons contre nous. Et si c’était un autre de ces
GROS MENSONGES que nous avons adoptés ? Et si choisir en
conscience vous incluait non seulement vous, mais aussi la planète
tout entière ainsi que tous les êtres qui y vivent ?
Vous pouvez soit créer le Royaume du Moi (solitude), soit le
Royaume du Nous (unité). Que préférez-vous choisir ?
VOUS ÊTES BIEN CONNECTÉ
On vous a vendu l’idée que vous deviez être seul pour pouvoir
choisir pour vous. Mais à partir du moment où vous essayez de créer
cette solitude, vous ne pouvez, de fait, plus faire de choix conscient…
Est-ce qu’un être infini peut vraiment être seul ? Non ! Étrange,
n’est-ce pas ? Vous êtes infini. Vous êtes connecté à tout et à tout le
monde.
Dès que vous créez le mensonge de la solitude, vous vous séparez de
tout ce qui vous permettrait de faire un choix bénéfique pour vous et
pour nous tous. En d’autres termes, le simple mensonge qu’il faut
être seul pour pouvoir choisir pour soi vous coupe, de fait, de toutes
les prises de conscience qui vous permettraient d’aller dans la
direction de votre choix. Ce mensonge vous sépare de la bienveillance
que vous êtes réellement pour vous et pour les autres. La bienveillance
est pourtant un facteur qui se DOIT d’être inclus dans tous vos choix.
Quand vous essayez de choisir seulement pour vous, vous vous
coupez de la puissance de la relation et de la connexion aux autres, à
leur conscience, à leur bienveillance et à leur contribution. Vous vous
coupez de tout ce qui fait votre brillance, pour aller dans ce manque
d’espace artificiel que vous créez et croyez être le seul endroit à partir
duquel vous pouvez choisir.
MAINTENANT
Je vous invite à faire des choix qui ne se basent ni sur les
limitations des autres, ni sur les vôtres. Je vous invite à fonctionner à
partir du choix qui inclut tout et tout le monde – sans que cela soit
une limitation – et qui n’est pas limité par les jugements des autres.
Je vous parle d’être embrassé par l’unité qu’est l’Univers et de
recevoir les cadeaux que sont pour vous le soleil, les planètes, tous les
animaux, les plantes et les arbres – le cadeau que l’Univers est pour
vous et que vous êtes pour lui.
Seriez-vous prêt à choisir en incluant la totalité de la conscience du
monde qui désire s’offrir à vous dans vos choix ? Allez-vous
maintenant détruire et décréer tout ce qui ne permet pas tout ça, s’il
vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Que savez-vous – et avez-vous prétendu ne pas savoir ou nié
savoir – qui, si vous vous autorisiez à le savoir, vous permettrait
d’avoir le choix total pour l’unité, à chaque instant et dans chaque
situation ? Allez-vous maintenant détruire et décréer tout ce qui ne
permet pas cela, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci
L’EXCLUSION N’EST PAS L’UNITÉ
Êtes-vous conscient d’avoir refusé un royaume d’unité (le Royaume
du Nous) ? Et quand je parle d’unité, il y a tout un tas de choses que
vous avez faites dans d’autres vies, tout un tas de pratiques
spirituelles dont l’idée était : « Allons-y et créons un culte ensemble
et ce sera l’unité. » Sauf que ce n’est pas l’unité ; parce que vous devez
vous retirer quelque part dans une forêt et que vous êtes cinquante,
cent ou deux cents supposés créer l’unité – entre vous. Ce n’est pas
ça, l’unité. L’unité est l’inclusion de tout et de tous, absolument
sans aucun jugement.
Dans ces vies passées, vous vouliez tellement nier votre savoir, vous
vouliez tellement croire tout ce que tous les autres vous disaient ;
vous saviez quelque part que l’unité devait pouvoir exister, mais vous
avez préféré nier votre savoir pour adopter plutôt les points de vue des
autres sur ce que l’unité devait être. Donc vous avez suivi quelqu’un
et quand ça s’est mal terminé, vous avez déclaré : « L’unité ne doit
pas exister. Je ne vais plus jamais essayer ! » Vous vous êtes mis en
résistance et en réaction à ce moment-là, ce qui fait que maintenant,
dès que l’on mentionne l’unité, vous pensez : « Sûrement pas, je ne
referai pas ça, ils m’ont eu la dernière fois, ils ne m’auront pas
encore. »
J’aimerais que vous suiviez votre savoir. J’aimerais que vous
suiviez votre savoir, mais sans jugement. La plupart des gens sur cette
planète ne savent pas ce qu’est le savoir, parce qu’ils pensent que c’est
la même chose que d’avoir des conclusions.
LES CONCLUSIONS COMME TEST DÉTERMINANT
C’est la chose qui vous coince le plus par rapport au choix. Vous
pensez que choisir signifie arriver à une conclusion. Mais ce n’est pas
le cas. Chaque fois que vous arrivez à une conclusion par rapport à
quelque chose, vous vous coupez de toute la conscience de tout ce qui
N’EST PAS cette conclusion. Je vous le refais en français ?
Quand vous concluez, cette conclusion devient LA réponse, le mur
de la vérité contre lequel toute information supplémentaire devra se
mesurer (qu’elle vienne d’une autre conclusion ou bien d’une prise
de conscience). Cette conclusion devient le test décisif sur lequel tout
doit s’aligner. Et ce qui ne s’aligne pas, vous le rejetez.
Je comprends ! (Car j’ai malheureusement fait exactement la
même chose en de nombreuses occasions.) C’est quelque chose que
nous faisons pratiquement tout le temps… Comment pouvons-nous
arrêter ? La réponse est : CHOISISSEZ D’ARRÊTER DE LE FAIRE.
Choisissez de faire autrement.
Grâce à ce simple choix, la prochaine fois que vous choisirez
quelque chose à partir du vieux paradigme, vous aurez un frisson et
vous vous direz : « Attends, attends, attends, un instant, je ne suis
plus obligé de faire ça, n’est-ce pas ? » Ce sera le début de la liberté
pour vous, la liberté de choisir quelque chose de complètement
différent.
Une fois, une femme est venue faire une session avec moi et elle
m’a dit qu’elle avait organisé sa vie de façon à ne jamais avoir à
choisir. Même rester dans un travail qu’elle n’aimait pas était une
façon pour elle de ne pas choisir. Jamais. Elle m’a dit : « J’ai trop peur
de choisir une carrière qui me mettrait dans une position où j’aurais
à choisir pour moi tous les jours. »
Remarquez bien de quoi il s’agit vraiment : mettre en place une
structure de vie pour qu’elle n’ait plus jamais à choisir quoi que ce
soit. Je suis sûr que vous n’avez jamais fait ça, n’est-ce pas ? Bien sûr
que non ! Mais juste au cas où : combien de structures avez-vous
mises en place dans votre vie afin d’éliminer le choix ?
Tout cela, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ? Right
and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys and
Beyonds™. Merci.
SI LE CHOIX TOTAL ÉTAIT DISPONIBLE, QUE VOUDRIEZ-VOUS
CRÉER ?
Tout le monde choisit tout le temps. Tout le monde choisit sa vie et
sa façon de vivre. Consciemment ou non.
Lorsqu’une nouvelle possibilité se présente, vous pouvez choisir la
perspective limitée du : « Oh, mon Dieu, c’est terrible et je vais
mourir… » Ou vous pouvez choisir cette autre perspective dont je
parle, qui est : « Waouh, je me demande ce que nous allons tous
pouvoir créer d’autre maintenant. »
Et si vous étiez prêt à choisir le Royaume du Nous, qui nous inclut
tous et inclut nos points de vue limités non pas comme étant
pertinents, mais simplement comme des prises de conscience ? Et si
vous étiez simplement conscient des points de vue limités des gens
qui vous entourent ? Et si vous ne considériez plus ces points de vue
limités comme étant pertinents par rapport aux choix que vous
faites ? Et si les points de vue limités n’étaient absolument plus
pertinents pour vous ?
Si vous aviez le choix total et que vous choisissiez de générer le
Royaume du Nous, que choisiriez-vous ? Tout ce qui ne permet pas à
cela d’apparaître, allez-vous le détruire et le décréer, s’il vous plaît ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™. Merci.
Si vous posez cette question et fonctionnez à partir de cette
question, vous n’allez pas envisager vos interactions avec les autres à
partir de : « Oh, je dois me séparer d’eux et choisir pour moi ! » ou
« Je dois choisir pour eux et me séparer de moi ! », qui sont les deux
seuls choix possibles pour la plupart des gens. Vous allez le faire à
partir d’un espace différent qui nous inclut tous.
C’est à chacun de nous de créer ce Royaume du Nous. Et si
suffisamment d’entre nous en font le choix, nous créerons cette
possibilité dans le monde. Quelque chose d’entièrement différent !
Êtes-vous prêt ? Que choisissez-vous ?
NOTE AU LECTEUR
SUIS-JE EN TRAIN DE CHOISIR
OU SUIS-JE EN TRAIN DE
CONCLURE ?
Vous rappelez-vous quand nous avons parlé de la différence entre le
jugement et la prise de conscience ? La prise de conscience n’a
aucune charge et vous êtes prêt à l’abandonner et à la changer à tout
instant.
De nombreuses personnes confondent le CHOIX avec décider ou
conclure. Ce sont des choses complètement différentes ! Mais
comment les distinguer ? Comment savoir si vous êtes vraiment en
train de choisir quelque chose et non pas en train de décider ou de
conclure que c’est ce que vous devez être, avoir ou faire ?
À nouveau, le manque de charge et d’énergie. Il n’y a pas de charge
quand vous choisissez. Vous choisissez et si nécessaire, vous choisissez
quelque chose de différent dix secondes plus tard, sans juger ni votre
choix, ni vous-même. Vous avez fait le choix d’être conscient et vous
suivez l’énergie où elle va.
Un choix n’est jamais définitif. Le choix est un processus
continuel. Vous choisissez et choisissez à nouveau. Et à nouveau. Et à
nouveau.
Ou, comme un adolescent un jour dans une de mes classes l’a
brillamment résumé :
« Le choix, c’est cool ! Les conclusions, ça craint ».
OUTIL
VOS POINTS DE VUE CRÉENT VOTRE
RÉALITÉ
Savez-vous résoudre les problèmes ? Très bien même ?
Félicitations !
Combien de fois avez-vous déjà essayé de résoudre un problème
pour bien fonctionner dans cette réalité ? Et vous y arrivez ! Pendant
dix glorieuses secondes, vous n’avez absolument plus aucun
problème ! Et puis tout d’un coup, un nouveau apparaît.
Quand vous êtes doué pour résoudre les problèmes, vous devez
toujours, toujours, TOUJOURS créer de nouveaux problèmes à
résoudre. Regardez le monde dans lequel nous vivons. Si nous voyons
un monde rempli de problèmes, quel genre de monde créons-nous ?
Et si au lieu de ça, nous choisissions de TOUT voir sans aucun
jugement – un monde plein de possibilités –, quel genre de monde
créerions-nous ?
Réfléchissez-y. Et sachez ceci : vos points de vue créent votre
réalité ; la réalité ne crée pas vos points de vue.
Quels points de vue aimeriez-vous choisir ?
ÊTRE
UN LEADER SANS
ADEPTES
NOTE AU LECTEUR
SERIEZ-VOUS EN RETARD À
VOTRE PROPRE FÊTE ?
Avez-vous adopté le mensonge qu’il est trop tard ? Trop tard pour
changer tout ce qui doit changer ici et qui ne marche pour aucun de
nous.
Franchement, mon ami, est-ce que vous planifieriez une fête – la
plus grande fête de toute votre vie – pour ensuite vous tromper de
date ? Je ne crois pas. Même vous, tout humanoïde que vous êtes,
vous ne planifieriez pas une fête depuis si longtemps pour ensuite
vous tromper de date.
S’il était trop tard, vous ne seriez pas ici maintenant ! Vous seriez
venu bien plus tôt pour changer les choses, parce que vous auriez su –
et savez exactement depuis quatre milliards d’années – la date
parfaite pour éveiller la conscience.
Donc toutes les fois où vous avez adopté le mensonge qu’il est trop
tard, que vous ne pouvez pas être à la hauteur et qu’il vaut mieux
abandonner maintenant, allez-vous décréer et détruire tout cela ?
Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine, Shorts, Boys
and Beyonds™. Merci.
Sachez, s’il vous plaît, que vous avez choisi cette planète et choisi ce
moment. Vous le saviez et le savez toujours. Nous sommes
totalement ponctuels. (Et comme toujours, comme vous l’avez
toujours fait, vous avez attendu jusqu’au dernier moment possible,
donc au boulot !)
CHAPITRE 15
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE UN
LEADER ?
Ma perspective de ce qu’être un leader veut dire est totalement
différente de celle de la plupart des gens. De mon point de vue, être
un leader, c’est être capable de savoir ce que vous savez et de suivre
cette direction, que l’on vous suive ou pas. Cela n’exclut personne,
parce que tout le monde peut se joindre à vous – S’ILS LE
CHOISISSENT. Voilà ce qu’est être un leader selon moi.
Dans cette réalité, pour être un leader, vous devez avoir des adeptes.
Je ne suis absolument pas d’accord. Mon point de vue est que pour
être un leader, vous devez savoir mener votre propre barque, et si
quelqu’un vous suit parce que vous avez des idées brillantes, pas de
problème. Mais si vous êtes véritablement un leader, vous leur
permettrez de savoir ce qu’ils savent et vous ne leur demanderez
simplement pas de vous suivre.
C’est un concept de leadership totalement différent. Pour moi, c’est
ce qui est requis si nous devons changer de voie sur cette planète
maintenant. Être un leader, c’est être prêt à accéder à ce que vous
savez et à aller dans ce sens. C’est aussi simple que cela. C’est avoir
suffisamment confiance en vous et en votre savoir, même si ce savoir
ne correspond pas aux points de vue des autres.
1,6 KILOMÈTRE EN 4 MINUTES
Laissez-moi vous donner un exemple : à l’heure actuelle, il est très
commun pour les coureurs masculins professionnels d’être capables
de courir 1,6 kilomètre en moins de 4 minutes. En fait, si vous ne
courez pas 1,6 kilomètre en moins de 4 minutes, vous ne pouvez
même plus être considéré comme un coureur de niveau universitaire,
encore moins un athlète de niveau international.
Sauf qu’il y a très, très, très, très longtemps – des milliers d’années ;
bon d’accord, disons un millier d’années à partir du moment où il a
été possible de mesurer le temps –, l’idée de parcourir 1,6 kilomètre
en moins de 4 minutes n’existait même pas. C’était une barrière qui
était considérée comme impossible à dépasser.
Jusqu’à ce qu’un jour, quelqu’un dise : « Tu sais quoi, je peux le
faire ! » Littéralement, tous ses amis et toutes les personnes autour de
lui ont dit : « Tu ne peux pas le faire, personne ne peux courir
1,6 kilomètre en moins de 4 minutes ! » Et pourtant, son point de
vue était : « Oui, je peux ! » « Non, tu ne peux pas. C’est impossible.
Tu n’as aucune chance. Tu n’y arriveras jamais. » Voilà ce que disait
son entourage. Et lui de dire : « Regardez-moi ! »
Et il l’a fait. En 1954, Roger Bannister a dépassé la barrière des
4 minutes. Tout le monde a alors vu que c’était possible, et
maintenant tout le monde court 1,6 kilomètre en moins de
4 minutes. Maintenant, c’est plutôt : « OK, maintenant, peut-on
descendre à 3,55’ou à 3,45’ ; peut-on descendre à 3,40’ ? » Un
standard totalement différent a ainsi été créé par une personne prête
à devenir un leader.
Et si vous saviez que vous pouvez être exactement ce genre de
contribution pour les autres, même dans vos choix les plus petits ?
UN JOUR SANS JUGEMENT
Disons que vous êtes entouré de personnes ayant d’énormes
jugements sur ce qui est juste ou faux concernant une certaine
philosophie politique. Et vous savez que vous pouvez soit juger cela
comme juste ou faux, soit simplement percevoir cela comme étant les
points de vue intéressants d’autres personnes.
Quoi ? Eh bien… quand vous jugez quelque chose comme étant
bien ou mal, vous contribuez à ce que cela existe. Vous lui donnez
plus d’énergie. Vous le rendez plus solide et moins facile à changer.
Et si vous aviez la possibilité de vous débarrasser de ce besoin
d’avoir raison (quand c’est votre point de vue) et de juger les autres
comme ayant tort ? Et si nous pouvions plutôt réaliser que nous
avons tous des points de vue et que certains points de vue – que nous
n’apprécions pas forcément maintenant – sont peut-être en mesure
de contribuer à faire évoluer la planète ?
Et si une des étapes pour devenir un leader était de dépasser le
jugement ? De mon point de vue, la conscience inclut tout et ne juge
rien. C’est l’espace où tout peut être exactement comme c’est, sans
que nous ayons besoin de juger de quelque façon que ce soit.
Imaginez que vous vous réveilliez et que tous les jugements dans
votre tête aient disparu. Et que vous passiez toute la journée sans
aucun jugement, quoi que vous fassiez. À quoi ressemblerait cette
journée ? Pouvez-vous imaginer une journée sans jugements ?
Vous savez quoi ? C’est possible. On ne nous a simplement pas
appris à le faire, ni à en apprécier la valeur. Si un nombre suffisant
d’entre nous sortait du jugement avec cette exigence : « Quoi qu’il
arrive, j’arrête de juger », le monde commencerait à changer. Êtesvous prêt ? Maintenant ?
DEMANDEZ LE CHANGEMENT
Laissez-moi résumer… La première étape pour être un leader
conscient, c’est de vous faire confiance et de suivre votre savoir. La
deuxième étape, c’est d’arrêter de vous juger ou de juger qui que ce
soit ou quoi que ce soit… Parce qu’alors, vous pouvez vraiment être
présent, avec tout et sans aucun point de vue… La troisième étape,
c’est de commencer à poser des questions dans votre vie. Donc
comment ça marche ?
Disons que vous voyez quelque chose comme la marée noire dans
le golfe du Mexique en 2010. Ce que j’ai entendu de la part des gens,
c’était : « C’est une telle catastrophe, c’est une chose si terrible, c’est
une telle catastrophe, c’est une chose si terrible, c’est une telle
catastrophe, c’est une chose si terrible… » Ce que je demandais aux
gens qui étaient suffisamment ouverts pour l’entendre, c’était : « OK,
vous êtes conscient qu’en ayant continuellement ce point de vue,
vous créez plus de catastrophe ? Parce que votre énergie, votre point
de vue fixe contribue à créer cela. »
C’est ce que la science nous apprend : quand nous observons une
molécule, nous la changeons. La raison pour laquelle nous la
transformons est que nous avons un point de vue que nous lui
imposons !
Et si nous pouvions être sans jugement et sans points de vue fixes à
un tel degré que nous pourrions observer cette molécule et l’inviter à
changer plutôt que de la conduire à changer pour correspondre à nos
conclusions ? Et si le fait que nous n’ayons aucun jugement sur les
molécules qui nous entourent nous permettait d’avoir une telle
connexion avec elles que nous pourrions les inviter à changer quand
nous le souhaitons ?
La chose suivante que je leur demandais était : « Voudriez-vous
changer cela ? » Ils me regardaient comme si je les avais frappés avec
un marteau sur la tête. « Que veux-tu dire par changer cela ? » Je leur
répondais de simplement poser une question : « Que faudrait-il pour
que cela change ? Que faudrait-il pour défaire cette catastrophe
écologique ? » Ils me regardaient alors du genre : « Oh, mon Dieu, je
n’y avais jamais pensé. Je ne faisais que me lamenter sur le fait que
c’était un problème. »
Que se passerait-il si, pour chaque chose que nous voulions
changer, poser une question était simplement le point de départ de ce
changement ? Au sein d’Access, nous avons en permanence posé cette
question : « Pouvons-nous faire quoi que ce soit pour le golfe
aujourd’hui ? À quoi pouvons-nous contribuer aujourd’hui ? » Nous
avons posé ces questions chaque matin durant deux mois et demi :
« Pouvons-nous faire quoi que ce soit pour changer cela ? Pouvonsnous faire quoi que ce soit pour changer cela ? » Et nous obtenions
un « non » continuel. Puis un jour, ça a été un « oui ».
Apparemment, c’est le jour où ils ont mis fin à la fuite.
Alors, un jour J, à un moment spécifique, nous avons envoyé un email à toutes les personnes ayant participé à des classes d’Access
Consciousness™ en leur demandant de contribuer par leur énergie à
changer les dégâts écologiques dans le golfe du Mexique. Trois jours
plus tard, un article paru le 27 juillet dans le New York Times
expliquait combien les scientifiques étaient étonnés par la vitesse à
laquelle le pétrole disparaissait. Le 4 août, le New York Times publiait
un article disant que la plus grande partie du pétrole avait disparu et
que ce qui subsistait était une menace bien moindre pour l’écologie et
l’écosystème qu’ils ne l’avaient pensé.
Ça a été un moment où nous avons tous pu rassembler nos
énergies, sans jugement, en étant totalement dans la question, du
style : « Nous ne savons pas ce qui peut arriver, mais faisons quelque
chose et utilisons toute la puissance que nous avons de disponible. »
Remarquez bien, s’il vous plaît, que la seule chose que nous ayons
demandée, c’est un changement pour les dégâts écologiques. Pas ce à
quoi cela devait ressembler.
Maintenant, est-ce que ce sont seulement les personnes d’Access
Consciousness™ qui ont contribué à changer ça ? Peut-être. Mais
vous savez quoi ? Peut-être était-ce chaque personne désireuse de
changer cette possibilité dans le golfe et qui avait le point de vue que
cela était possible. Ce qui est important, ce n’est pas QUI l’a changé,
mais que ça ait changé – et ensemble, nous avons cette capacité.
Peut-être que ce sont les bactéries qui ont dit : « Hé, nous pouvons
aider ici ! » – comme les animaux qui accourent à la rescousse dans
le film Avatar. Ce qui est excitant, c’est que ce niveau de changement
est possible ! Ce n’est pas seulement possible, c’est arrivé !
LE VOUS À TROIS TÊTES
Maintenant, mon ami, si vous aviez dit : « Hé, vous savez quoi ? Je
vais contribuer énergétiquement à changer la marée noire dans le
golfe du Mexique ! », les personnes qui vous entouraient auraientelles applaudi ou secoué la tête ? Elles vous auraient probablement
regardé comme si vous aviez trois têtes et que vous veniez de Mars,
n’est-ce pas ? Elles vous auraient regardé comme si vous étiez
complètement dingue et qu’il fallait qu’on vous enferme
immédiatement. Et combien d’entre vous ont eu cette sensation la
majeure partie de leur vie ? Vous êtes-vous jamais demandé :
« Pourquoi les gens me regardent-ils comme si j’avais trois têtes ? »
Parce que pour eux, c’est le cas !
Parce que ce que vous voulez est différent de ce qu’ils veulent ; vous
voulez le changement. Voilà pourquoi il est si nécessaire, si vous
voulez créer ce changement, que vous soyez prêt à devenir le leader
que vous êtes et que vous n’avez pas été prêt à être jusqu’à
maintenant. Recevez le fait qu’ils vous regardent comme si vous aviez
trois têtes. Recevez leurs jugements et leurs idées qu’il est impossible
de changer. Et ensuite, agissez et contribuez au changement
exactement comme vous le souhaitez. C’est cela être un leader.
JOINDRE LE GESTE À LA PAROLE
Vous devez ÊTRE un leader. Pas le montrer ou essayer de le partager.
Quand vous partagez, vous devez vous réduire par rapport à l’autre
pour tenter de le ramener à vous. Sauf que l’autre personne n’est
jamais de la même taille que vous, parce que, par définition, vous
vous réduisez vis-à-vis d’elle afin de créer des points communs, ce qui
vous permet d’avoir une connexion. Pour faire simple : PARTAGER
veut dire SE RÉDUIRE !
DÉMONTREZ plutôt ce qui est possible. Tout le monde va-t-il
choisir d’être ce que vous démontrez comme étant possible ? Non. Et
certaines personnes verront cela comme étant une possibilité et en
choisiront une partie ou bien la totalité. Vous démontrez ce qui est
possible. Ils peuvent y accéder ou pas. Cela ne vous affecte plus.
À présent, il faut que les personnes qui font de petits pas vers la
conscience montrent aux autres que cela est possible. Les choix que
vous faites vous ouvrent à plus de conscience – et nous ouvrent à plus
de conscience en même temps.
Vous regarderez quelque chose – que vous pensiez dans le passé
devoir être d’une façon bien particulière et limitée – et vous verrez
une possibilité différente, et vous la choisirez ! Vous verrez l’incidence
de ce nouveau choix dans votre vie et la façon dont ce choix s’est
présenté à vous ; et c’est exactement de cette information dont les
gens ont besoin et ce dont ils manquent actuellement. Mais ce que
vous voyez c’est : « Je suis juste en train de vivre ma vie. Personne ne
s’intéresse vraiment à ce genre d’information. »
En fait, c’est inexact. Les personnes autour de vous qui désirent
accéder à la conscience sont vraiment intéressées, même si elles ne
savent pas qu’elles recherchent plus de conscience. Vous êtes déjà ce
cadeau phénoménal – et pourtant peu d’entre nous sont prêts à se
reconnaître comme les leaders de la conscience que nous sommes
vraiment. C’est bien plus simple et bien plus gratifiant que ce que
vous imaginez !
Vous faites partie des rares personnes sur cette planète qui désirent
effectivement que les choses changent ! Et vous êtes la seule personne
dans votre vie qui soit capable de générer, créer et instituer ce que
vous voudriez recevoir dans votre vie. Si vous ne pouvez pas vous
honorer suffisamment d’être cela pour vous-même, comment
pouvez-vous créer ce que vous voudriez dans votre vie ? Vous devrez
toujours stopper tout ce qui crée du jugement ou le fait d’être jugé –
ou d’être un ennemi dans l’univers de quelqu’un d’autre. Laissez-moi
vous donner deux possibilités différentes pour naviguer dans le
champ de mines que nous appelons cette réalité.
Vous pouvez continuer le truc d’avancer à petits pas dans la vie, en
essayant d’éviter de vous placer sur la mine que quelqu’un d’autre a
posée, en évitant de vous faire des ennemis, en adoptant les points de
vue limités des autres, et puis BOUM, un jour vous mettrez le pied au
mauvais endroit et vous exploserez… douloureusement encore et
encore… chaque fois que vous essayerez de marcher sur la pointe des
pieds autour des jugements des autres…
Maintenant, imaginez qu’une autre façon d’être dans le monde
vous fasse dire : « Oh, une mine ! » Et vous marchez volontiers
dessus s’il est temps de la faire sauter. Alors que la mine explose
autour de vous, vous remarquez simplement : « Génial, c’était
vraiment bruyant et extrêmement cool. Comment ça devient encore
mieux que cela ? » Et vous n’explosez pas, vous n’êtes pas détruit.
Vous pouvez avancer dans la vie en marchant sur autant de mines
qu’il est nécessaire de marcher pour changer la face du monde. Si
cette mine facilite l’accès à la conscience, sautez dessus ! Allez-y,
faites-le !
Vous devenez une énergie d’être qui ne s’excuse pas d’être ellemême. C’est un peu comme : « Me voilà. »
Tout ce qui ne permet pas à cela d’apparaître, allez-vous le détruire
et le décréer, s’il vous plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC
and POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
REVENDIQUER LA PUISSANCE DU SOI
Un an après avoir découvert Access Consciousness™, Gary Douglas
m’a demandé si j’étais prêt à revendiquer la puissance de ce que
j’étais. À ce moment-là, j’étais debout derrière un mur de séparation,
là où nous nous trouvions… J’ai sorti la tête de là sans même être prêt
à lui faire face complètement. Et je lui ai demandé : « Que veux-tu
dire ? » Il m’a répondu : « Je ne peux pas te le dire. » J’ai collé ma tête
sur le mur et je lui ai demandé :
« À quoi ça ressemble ?
— Je ne peux pas te le dire.
— Que se passerait-il si je le faisais ?
— Je ne peux pas te le dire non plus. Tu dois juste la revendiquer si
tu es prêt. »
Cela m’a littéralement pris quarante-cinq minutes de
tergiversations entre « mmmh » et « euh », à me demander si je
pouvais faire ce choix sans savoir à quoi cela pouvait ressembler et en
pensant à chaque instant : « Que se passerait-il si je faisais ce
choix ? » Puis je l’ai fait. J’ai choisi de revendiquer ma puissance.
C’était comme dire : « Voilà ce qui est vrai et je ne vais plus continuer
à me mentir. Je vais commencer à être tout ce qui est vrai en fait pour
moi, parce que tu sais quoi, ma vie a trop de valeur pour moi pour
continuer à me cacher. »
J’ai choisi d’être un leader. Et je continue. Toutes les dix secondes.
Je ne cherche pas d’adeptes. Je suis simplement prêt à être une
invitation à quelque chose de totalement différent.
Et vous ? Est-il temps maintenant ? Si c’est le cas, vous le savez. Si
ce n’est pas le cas, c’est parfaitement OK aussi.
Donc maintenant, la question est : « Allez-VOUS revendiquer,
posséder et être maintenant la puissance et la conscience que vous
êtes véritablement ? »
Dans ce cas, tout ce qui ne permet pas à cela d’apparaître avec une
aisance totale, allez-vous le détruire et le décréer ? Changeons cela
ensemble à 3. 1… 2… 3 ! Right and Wrong, Good and Bad, POC and
POD, All Nine, Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
Et s’il y avait une façon de vivre qui allait au-delà de ce que nous
avons tous pu imaginer ? Et si la Terre nous demandait de laisser
tomber toutes les limitations que nous nous sommes imposé et
d’accueillir la magie que nous sommes réellement ?
Que pouvez-vous choisir qui créera le résultat que VOUS désirez
générer dans le monde ? Tout ce qui ne permet pas à cela
d’apparaître, allez-vous le détruire et le décréer totalement, s’il vous
plaît ? Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All Nine,
Shorts, Boys and Beyonds™. Merci.
OUTIL
QUE PUIS-JE AJOUTER D’AUTRE À MA
VIE ?
Vous avez lu les quinze premiers chapitres de ce livre.
Comment ça devient encore mieux que cela ? Maintenant.
Vérifiez s’il vous plaît. Est-ce léger pour vous ?
Je peux voir vos esprits tourner à toute vitesse. Et si vous n’aviez pas
à conclure mais que vous posiez plutôt une question ? Souvenez-vous,
ce livre n’est pas un livre de réponses. C’est un livre de questions.
Et s’il n’y avait pas de juste ou de faux ? Et si vous n’aviez pas à
rendre quoi que ce soit de juste dans ce livre pour recevoir les parties
qui pourraient marcher pour vous ? Et si vous n’aviez pas à considérer
comme étant faux tout ce que vous avez appris dans le passé pour
recevoir ce à quoi je vous invite à être ? Et si vous pouviez garder tout
ce que vous savez et juste y ajouter de nouvelles choses qui
fonctionnent pour vous ? Et si votre point de vue était : « Que puis-je
ajouter d’autre à ma vie ? »
NOTE AU LECTEUR
MERCI POUR VOUS
Prenez un moment pour vous observer. Vous êtes en train de lire
les dernières pages de ce livre.
ÊTRE SOI
Seriez-vous prêt à être reconnaissant envers vous-même, là,
maintenant ? Avoir de la reconnaissance pour ce que ce moment
apporte, peu importe ce que c’est, peu importe qui vous êtes, avec qui
vous êtes et quel doux corps vous avez. N’est-ce pas ce que vous avez
recherché toute votre vie ?
Je suis certain que vous avez lu de nombreux livres avant celui-là.
Des livres concernant la spiritualité, comment vous faire confiance,
comment être une personne meilleure, comment faire en sorte que la
lumière violette fasse des spirales d’amour alors que vous vous tenez
sur la tête en chantant Alléluia… (Bon, d’accord peut-être pas le
dernier.) Mais n’est-ce pas ce que vous avez recherché : éprouver de la
gratitude pour votre vie, de la gratitude pour vous et pour le fait d’être
en vie ?
S’il y avait une grande clé pour accéder au royaume, ce serait celleci…
LA GRATITUDE
Alors, pendant juste dix secondes, seriez-vous prêt à être tout
simplement baigné de gratitude pour vous et votre corps, comme
dans une étreinte infinie ?
Une gratitude totale. À quoi cela ressemblerait-il dans votre corps ?
Quelles possibilités s’ouvriraient à vous ? Quelle invitation la
gratitude serait-elle dans votre vie ?
Gratitude. Tout le temps. Pour vous et votre corps.
Plus tard, je vous dirai un secret. Pour le moment, baignez dans
cette gratitude, s’il vous plaît…
OK, plus tard, c’est maintenant.
Le secret, c’est que quand vous avez de la gratitude pour vous,
vous ne pouvez pas vous empêcher d’avoir de la gratitude pour les
autres. C’est là, tout simplement.
Soyez-la, la gratitude.
LA FIN… ET LE
COMMENCEMENT
NOTE AU LECTEUR
CÉLÉBREZ LE FAIT D’ÊTRE
COINCÉ
Sachez, s’il vous plaît, qu’après avoir lu ce livre, vous allez prendre
conscience d’une autre façon d’être. De temps en temps, vous vous
sentirez coincé.
Il sera temps alors de célébrer ! Parce que cela voudra dire que
vous commencez à prendre conscience que vous n’êtes pas le blocage
que vous avez toujours pensé être. Vous commencez à réaliser que ce
qui est coincé vient d’un endroit DIFFÉRENT de vous. Ce n’est plus
vous ! C’est précisément ce pourquoi vous pouvez le percevoir : parce
que vous ne l’êtes plus, vous arrêtez d’être cela. Vous êtes sur le point
de passer de la résistance et de la réaction contenues dans :
« Comment tout défaire pour tout avoir ? » à « Que voudrais-je être,
faire, avoir, créer et générer maintenant au-delà de tout ça ? »
Vous êtes prêt à décoller. Alors célébrez le fait de pouvoir
maintenant percevoir si clairement le blocage – cela vous montre ce
que vous pouvez lâcher et qui n’est pas vous. Mon cher ami, faites ce
pas et apprenez à voler. Il est temps maintenant.
CHAPITRE 16
LE COMMENCEMENT
C’est pratiquement la fin de ce livre – et le commencement de
quelque chose de totalement différent si vous le choisissez. Sachez, s’il
vous plaît, que personne ne peut choisir pour vous. Vous êtes le
créateur de votre vie. La seule chose qui peut vous en empêcher… c’est
vous.
Nous avons abordé de nombreux sujets dans ce livre et déblayé de
nombreuses choses qui vous empêchaient d’être vous. Votre
conscience ainsi que votre capacité à percevoir les choses ont
augmenté, que vous en soyez conscient ou pas. Et si vous l’autorisez,
cela continuera. Si vous le demandez. Et si vous utilisez les outils que
vous avez si généreusement mis sur votre chemin.
Et ne vous y trompez pas… C’est un processus. C’est SOIS TOI ET
CHANGE LE MONDE. L’énergie continue de bouger, de changer et
de se transformer ; être est un processus permanent, sans fin. Ce que
vous étiez il y a dix secondes n’est plus. Vous êtes un nouveau vous.
Et cela ne s’arrête jamais. Et cela change tout le temps. Ce qui était
requis pour que vous changiez quand vous avez commencé à lire ce
livre n’est sans doute plus d’actualité.
Quand je raconte l’histoire sur la façon dont Access
Consciousness™ m’a sauvé et a changé ma vie dans les années 2000,
certaines personnes pensent que tout s’est fait à ce moment-là, d’un
seul coup. Je vous assure que le processus est toujours en cours !
J’utilise tous les jours les outils que je vous ai présentés dans ce livre !
Joyeusement, avec curiosité, avec excitation et parce que j’en ai
besoin ! Pratiquement à chaque instant de la journée.
Et il m’arrive de me retrouver dans des situations très
inconfortables. La différence, maintenant, c’est qu’au lieu de prendre
des mois, des semaines ou des jours pour en sortir, cela me prend une
heure ou même quelques minutes. En posant des questions, en
utilisant les outils (comme les questions et le POC and POD), en
recevant de l’Univers, en choisissant quelque chose de différent.
Je considère aujourd’hui chaque doux moment où je suis coincé
comme un cadeau – bien que parfois ce soit à contrecœur. C’est une
autre couche de cette réalité qui vient à la surface pour être déblayée
et changée.
Mais plus important encore, j’utilise les outils pour générer et créer
le changement que j’aimerais voir dans le monde – et la vie que je
désire ! Vous pouvez faire la même chose. Ces outils sont faits pour
être utilisés. Beaucoup. Ils ne s’usent pas. Ils sont simples. Ils vous
appartiennent ! Vous n’avez pas besoin de gourou, juste vous. Avec
ces outils, vous pouvez devenir le maître de votre univers. Et il y a
bien plus d’outils disponibles au-delà de ce livre.
Tous les sujets que nous avons abordés dans ce livre apparaissent de
façon répétée dans mes classes – les jugements, le corps, le sexe, les
relations, le recevoir, la bienveillance, les abus, la famille, la magie, le
choix, le leadership. J’utilise ces mêmes outils pour faciliter le
changement dans l’univers de toutes les personnes avec lesquelles je
travaille. Ceux dont la vie change vraiment sont ceux qui, quand ils
rentrent chez eux, continuent à utiliser les outils, continuent à
choisir l’énergie d’Être (quoi que ce soit pour eux) et continuent à
poser des questions.
J’ai toujours voulu changer le monde. Déjà enfant, c’est tout ce que
je voulais faire. Ma plus grande joie est quand j’entends à quel point
la vie des gens a changé après une classe – et comment ce
changement continue à grandir. Comment leur corps a choisi de ne
plus avoir mal. L’aisance qu’ils ont avec eux-mêmes. Combien ils
sont différents avec leurs enfants et ceux qu’ils aiment. La
contribution qu’ils sont pour les êtres qui les entourent. La puissance
à laquelle ils accèdent dans le monde.
Parfois, une personne qui faisait des accolades comme une brique
vient me trouver à la fin d’une classe et m’enlace avec une telle
vulnérabilité et un tel recevoir que nous fondons en pleurs dans un
espace d’unité.
Comment ai-je la chance de contribuer à un tel changement ? J’ai
plus de gratitude que je ne puis l’exprimer en mots.
Dans tous les domaines, ma propre vie et ma façon d’être sont
complètement différentes de ce qu’elles étaient il y a onze ans, cinq
ans, trois ans et un an. Et pourtant je continue de poser la question –
totalement emplie de gratitude pour ce que j’ai reçu et généré :
« Quoi d’autre est possible ? Y a-t-il des choses que je n’ai pas encore
réalisées, que je suis capable de générer et de créer différemment ? Y
a-t-il des choses que NOUS pouvons générer et créer
différemment ? »
C’est la plus grande aventure à laquelle je puisse jamais vous
inviter : l’exploration de la conscience – être soi, changer le monde et
au-delà.
La plupart des méthodes et techniques avec lesquelles vous avez été
en contact – spirituelles ou autres – vous montrent comment mieux
vous intégrer à cette réalité, comment fonctionner, bénéficier, gagner
et ne pas perdre en se basant sur ce que tout le monde accepte
comme étant les lois et les règles de cette réalité.
Access Consciousness™ est différent. Totalement différent. Access
vous montre comment aller au-delà de cette réalité.
DONC VOILÀ VOTRE ORDRE DE MARCHE, MON AMI
Vous êtes un cadeau, un cadeau tel que le monde n’en n’a encore
jamais vu. La personne que vous pensiez être avant d’arriver ici n’a
plus d’importance. Vous êtes vous, quelque chose de bien plus grand
que ce que n’importe qui a jamais vu.
Il est temps maintenant.
Vous pouvez vous battre contre ça, vous pouvez vous en cacher,
mais vous ne serez plus jamais capable de l’éviter. Même si le monde
ne changeait jamais, ne savez-vous pas qu’une autre vie vous attend ?
Il est temps maintenant. Vous avez peut-être raté des tas de trains
dans votre vie, mais celui-là, vous ne le raterez pas.
Vous avez demandé le changement tout en le refusant avec autant
de vigueur, ce qui vous a fait faire de petits pas en avant plutôt que
des sauts quantiques. Il est temps maintenant de faire différemment.
Tout ce que vous pensiez être n’est pas suffisant. Vous êtes bien
plus grand que vous ne pourrez jamais l’imaginer. Vous êtes une
énergie d’être que l’on n’a encore jamais vue. Il est maintenant temps
de l’être, de l’incarner et de recevoir les possibilités qui vont au-delà
de cette réalité, de vous laisser être ce que vous êtes, de laisser tout
être ce que c’est, d’accéder à une telle puissance et à une telle joie que
vous deviendrez la différence que le monde a demandé.
Il est temps maintenant.
La Terre sur laquelle nous sommes est de plus en plus malade.
Notre monde a besoin de nous. Pas simplement de nos familles, pas
juste de nos amis, pas juste de notre ville, état ou pays, le monde
requiert ce que nous savons. Ce que chacun de nous sait, que nous
avons caché à tous, y compris à nous-mêmes.
Il est temps maintenant de réveiller votre savoir. Votre savoir qui va
au-delà de cette réalité pour être ce que vous savez être possible.
Il est temps maintenant de déverrouiller le savoir que vous avez
caché à tous, y compris à vous-même.
Il est temps maintenant de déverrouiller la conscience que vous
êtes véritablement.
Vous saviez que ce jour et ce moment arriveraient. Vous saviez.
Allez-vous le reconnaître ?
Vous saviez que le temps viendrait d’être le « vous acoustique ».
L’Être qui est au-delà des définitions, au-delà des jugements, au-delà
des points de vue limités de cette réalité. L’Être que vous avez essayé
de cacher de votre mieux pendant 4 milliards d’années.
Il est temps maintenant et nous sommes les clés. Déverrouillons
tout ce qui nous permettrait d’être maintenant.
Et si être était quelque chose de totalement différent de tout ce que
tout le monde avait décidé que cela devait être ? Et si vous pouviez
lâcher vos définitions de vous, vos définitions de la séparation, vos
définitions des jugements et tout ce qui vous définit comme moins
que l’unité que vous êtes vraiment ?
Combien d’entre vous savent que vous ne voulez en fait qu’une
version légèrement améliorée de cette réalité ?
Et si ce n’était pas assez pour vous ? Et si vous saviez que TOUT doit
changer ?
Et si c’était facile et vous donnait beaucoup plus d’espace ? Et si ce
n’était pas le changement tel qu’il est défini par cette réalité ? Et si
c’était un changement qui venait d’un endroit totalement différent ?
Que savez-vous et avez prétendu ne pas savoir pendant très
longtemps ? Qu’êtes-vous et avez prétendu ne pas être pendant très
longtemps ? Êtes-vous prêt à le savoir et à l’être maintenant ?
Parce que, mes amis, nous avons besoin de chacun d’entre nous.
Nous avons tous nos histoires de vie, des raisons pour lesquelles
nous pouvons ou non choisir à partir de nos points de vue justifiés…
Et si tout cela n’était que des sornettes ? Et si nous créions la réalité
à partir d’une source totalement différente ? Et si vous saviez ce
qu’était cette source et l’aviez su depuis très, très, très longtemps ?
Il est temps maintenant de réveiller tout cela.
Nous voilà ensemble à nouveau, avec des corps différents, dans des
créations différentes que nous appelons nos vies. Et nous voilà
ensemble à nouveau, pour changer. Pour créer le changement. Pour le
générer et l’instituer. Ce que nous savons très, très bien faire.
Il est temps maintenant de déverrouiller les portes que vous êtes
venu personnellement ouvrir sur Terre. Il est temps maintenant de
déverrouiller ensemble les portes que nous sommes venus ouvrir,
quelles qu’elles soient.
Il est temps maintenant de totalement ouvrir la porte à notre être
acoustique, de reconnaître nos capacités, nos talents, et de
reconnaître que notre être implique la destruction de tout ce qui est
limité.
Il est temps maintenant.
Vous avez bien trop de joie à apporter au monde pour vous
permettre de vous laisser engluer dans la tristesse… Et si vous ne
saviez pas pourquoi vous vous laissiez engluer jusqu’à maintenant,
c’est parce que vous vous limitiez à percevoir uniquement la tristesse
choisie par tout le monde autour de vous. Simplement parce que le
monde autour de vous rend la tristesse plus vraie et réelle que la joie
que vous savez être possible. Simplement parce que vous avez caché
cette joie sous les montagnes de la réalité des autres, parce que vous
pensiez que si vous laissiez les autres la voir, elle serait écrasée ou
détruite. Mais rien ni personne n’a jamais eu vraiment la possibilité
de la détruire, puisque vous êtes ici, là, maintenant.
Il est temps maintenant de réveiller cette joie. Nous en avons
besoin, la Terre en a besoin, l’Univers en a besoin et nous supplie
d’avoir le courage de nous ouvrir à la différence – appelée joie – que
nous sommes.
Il est temps maintenant.
Quel changement va nous demander la Terre ? Entrez dans la
toute-puissance que vous pouvez rassembler et savez être possible ; et
puis allez au-delà et offrez à la Terre le changement dont elle a
besoin, parce qu’elle, comme vous, sait.
Êtes-vous prêt à devenir un tsunami de conscience ? Une vague
acoustique qui change tout sur son passage ? Qui va exactement où
elle choisit d’aller, sait exactement où elle a besoin d’aller et ne laisse
rien ni personne l’arrêter ? Plus jamais ?
Il est temps maintenant.
Il est temps pour la douce puissance que nous sommes, pour
l’intensité de la puissance que nous sommes, pour la différence
appelée puissance que nous sommes : c’est ça, le changement que le
monde demande.
Vous êtes ce qui permet à la conscience d’être. Vous saviez et avez
demandé que cette exigence vous revienne. En fait, c’est une exigence
que vous avez requise, une requête sur laquelle vous avez insisté.
Il est temps maintenant, comme vous l’avez demandé. Permettez à
tout ce que vous savez d’advenir.
Mon ami, je ne sais pas vraiment ce qui existe dans un monde
totalement différent. Je sais juste que c’est totalement différent.
Bienvenue dans votre monde totalement différent.
ÉPILOGUE
QUI ÊTES-VOUS ?
1. Pensez à quelqu’un dont l’énergie était similaire à la vôtre
avant de commencer ce livre, quelqu’un dont vous auriez dit : « Oh,
il est tout à fait comme moi. »
Ressentez l’énergie de cette personne maintenant. La ressentez-vous
différemment ? Êtes-vous différent ?
2. Pensez à quelqu’un avec qui vous vous sentez à l’aise,
quelqu’un qui ne vous juge pas (trop) et qui a une bienveillance
totale pour vous.
Maintenant… regardez-vous à travers ses yeux. Que percevez-vous
de différent ?
3. Êtes-vous prêt à être cette personne ? Êtes-vous prêt à être à
l’aise avec vous-même, à ne pas vous juger et à être totalement
bienveillant vis-à-vis de vous-même ?
Maintenant… soyez avec vous. Qui êtes-vous ?
EXPLICATION DE LA FORMULE
DE DÉBLAYAGE D’ACCESS
Voici la formule de déblayage que nous utilisons dans Access
Consciousness™ : Right and Wrong, Good and Bad, POC and POD, All
Nine, Shorts, Boys and Beyonds™.
Right and Wrong, Good and Bad (« Juste et Faux, Bon et
Mauvais »)
C’est un raccourci pour : Qu’est-ce qui bon, parfait et correct
concernant cela ? Qu’est-ce qui est mal, méchant, vicieux, terrible,
mauvais et horrible concernant cela ? Qu’est-ce qui est juste et faux,
bon et mauvais ?
POC (« Point de création »)
C’est le point de création des pensées, sentiments et émotions qui
précèdent exactement ce que vous avez décidé.
POD (« Point de destruction »)
C’est le point de destruction immédiatement après ce que vous avez
décidé. C’est comme retirer la carte du dessous d’un château de
cartes. Tout s’écroule.
All Nine (« Tous les neufs »)
Cela représente neuf couches de m**de qui s’en vont. Vous vous
doutez qu’il doit y avoir un poney quelque part dans ces neuf
couches, parce que vous ne pourriez pas mettre autant de m**de au
même endroit sans l’aide d’un cheval. La mauvaise nouvelle, c’est que
c’est de la m**de que vous avez généré vous-même. La bonne, c’est
que si c’est vous qui l’avez mise là, vous pouvez aussi l’enlever.
Shorts (« Raccourcis »)
C’est la version courte de : Qu’est-ce qui est important et qui a du
sens ici ? Qu’est-ce qui n’a aucune importance ni aucun sens ?
Quelle est la punition ? Quelle est la récompense ?
Boys (« Les Gars »)
Ce sont les sphères nucléées. Ne vous a-t-on jamais dit qu’il fallait
peler les différentes couches de l’oignon pour pouvoir accéder au
cœur du problème ? Eh bien c’est ça, sauf que ce n’est pas un oignon.
C’est une structure qui y ressemble. C’est préverbal. Avez-vous déjà vu
une pipe à bulles pour enfants ? Vous soufflez dedans et cela crée une
masse de bulle. Et quand vous en faites sauter une, une autre se met à
sa place. En gros, tout cela a à avoir avec ces endroits dans votre vie
que vous avez continuellement essayé de changer, mais sans succès.
C’est ce qui fait que les choses se répètent à l’infini…
Beyonds (« Au-delà »)
Ce sont les sensations ou sentiments que vous avez qui stoppent
votre cœur, qui font que vous ne pouvez plus respirer ou qui stoppent
votre volonté d’envisager des possibilités. C’est comme quand votre
entreprise est dans le rouge, que vous recevez une mise en demeure
finale et que vous dites « Ahhhhhhh ! » car vous ne vous attendiez
pas à cela maintenant.
Parfois nous raccourcissons toute cette formule de déblayage en
disant : « POC et PODez-le. »
Pour une explication plus détaillée de la formule de déblayage (avec
vidéos et supports audio), visitez www.drdainheer.com.
À PROPOS DE L’AUTEUR
Auteur et conférencier international, le Dr Dain Heer voyage dans
le monde entier pour « faciliter » les classes avancées d’Access
Consciousness™. Il invite et inspire les gens à accéder à plus de
conscience grâce à son laisser-être total, sa bienveillance, son humour
et un savoir phénoménal.
Le Dr Dain Heer a commencé sa carrière en tant que chiropracteur
Network dans les années 2000 en Californie, aux États-Unis. Il avait
travaillé avec les corps depuis l’université quand il a découvert Access
Consciousness™ – à un moment de sa vie durant lequel il était
profondément malheureux et avait même planifié son suicide.
Alors qu’aucune des autres techniques et méthodes que le Dr Dain
Heer avait étudiées jusque-là ne générait les résultats et changements
durables qu’il espérait, avec Access Consciousness™, sa vie a
commencé à s’améliorer et à grandir avec plus d’aisance et de vitesse
que ce qu’il avait imaginé être possible.
Le Dr Dain Heer est connu pour son puissant processus
énergétique, appelé Energetic Synthesis of Being™ (ESB ou « Synthèse
Énergétique d’Être »), et pour être le cofondateur d’Access
Consciousness™, conjointement avec le fondateur originel Gary
Douglas.
Le Dr Dain Heer a une approche radicalement différente de la
guérison : il enseigne aux gens à utiliser et à reconnaître leurs propres
capacités et leur propre savoir. La transformation énergétique est
rapide – et vraiment dynamique.
Le Dr Dain Heer anime régulièrement une émission de radio
appelée Conversations in Consciousness, il apparaît dans Dr Pat Show,
Voice America et est invité à de nombreuses autres émissions de radio.
Il a fait la couverture d’Insight Magazine et est apparu dans de
nombreuses émissions télévisées comme le Good Morning Show en
Nouvelle-Zélande, The Circle et Morning Show en Australie.
Le Dr Dain Heer est l’auteur de neuf livres sur des sujets tels que le
corps, la guérison, l’argent et les relations. Son dernier livre, que vous
tenez entre les mains, a été publié la première fois en juin 2011. Il a
été traduit en français, suédois, allemand, espagnol, italien ainsi
qu’en estonien et sera publié en japonais, polonais et slovène en
2016.
À PROPOS D’ACCESS
CONSCIOUSNESS™
Access Consciousness™ est pratiqué dans 173 pays et a contribué à
changer la vie de plus de trente mille personnes à travers le monde
durant ces vingt-cinq dernières années. Transmis au travers de
séminaires, séries télévisées, livres, supports audio et consultations, ce
que les gens aiment le plus dans Access est que cela marche
vraiment !
Access Consciousness™ est un programme énergétique de
transformation constamment en évolution qui vous offre outils et
questions pour créer tout ce que vous désirez d’une façon différente et
plus facile que vous n’avez pu le faire jusqu’à maintenant. Access est
basé sur l’idée qu’il n’y a rien qui cloche chez vous, que vous avez le
savoir et que la conscience a la capacité de tout changer. Access vous
offre différentes façons de devenir totalement conscient et de
commencer à fonctionner comme l’être conscient que vous êtes
véritablement. Access vous permet d’accéder aux possibilités qui
existent dès que vous arrêtez de vous limiter et de croire que vous
pouvez rester coincé quelque part.
Si vous aviez le choix total, que créeriez-vous ? Si votre but dans la
vie était de vous amuser, que changeriez-vous ? Si vous célébriez votre
vie aujourd’hui, que choisiriez-vous ? Quelles sont les possibilités que
vous n’avez jamais considérées ?
L’objectif d’Access est de créer un monde de conscience et d’unité.
La conscience inclut tout et ne juge rien. La conscience est la capacité
d’être présent dans votre vie, à chaque instant, sans jugement de vous
ou de qui que ce soit. C’est la capacité de tout recevoir, de ne rien
rejeter et de créer tout ce que vous souhaitez dans votre vie – plus que
ce que vous avez maintenant et plus que vous ne pouvez même
l’imaginer.
Les informations, outils et techniques présentés dans ce livre ne
sont qu’un avant-goût de tout ce qu’Access Consciousness™ a à
offrir. Tout un univers de processus et de classes est disponible.
Bien que ces outils aient généré beaucoup de changement dans la
vie de beaucoup de gens, Access Consciousness™ ne se considère pas
comme étant la seule façon de générer le changement. Access vous
permet de savoir ce qui est vrai pour vous. Access vous permet de
savoir que vous savez !
S’il y a des parties de votre vie qui ne fonctionnent pas comme vous
savez qu’elles le pourraient, participer à une classe, faire un séminaire
ou trouver un facilitateur près de chez vous pourraient vous être
bénéfiques. Les facilitateurs peuvent travailler avec vous pour vous
donner plus de clarté sur les problèmes que vous n’avez pas encore
surmontés.
Pour
en
savoir
plus,
rendez-nous
visite
sur
www.accessconsciousness.com ou www.drdainheer.com.
SÉMINAIRES, ATELIERS ET
CLASSES D’ACCESS
Si vous avez aimé ce que vous avez lu dans ce livre et êtes intéressé
pour participer aux séminaires, ateliers ou classes d’Access, voici
quelques exemples de ce qui est disponible.
A Taste of Being (« Un avant-goût d’être »)
Uniquement facilité par le Dr Dain Heer
Cette soirée vous offre l’opportunité d’explorer ce qui est possible
dans les trois classes suivantes : Sois toi et change le monde, Synthèse
Énergétique d’Être (Energetic Synthesis of Being™ ou ESB) et
Symphonie des Possibilités (SOP™).
Dans ces classes, le Dr Dain Heer utilise non seulement les outils
d’Access Consciousess™, mais aussi les éléments de son unique
processus de transformation : la Synthèse Énergétique d’Être. En
travaillant avec une personne en particulier dans la salle, il invite
chacun au changement qui est véritablement possible.
Prérequis : aucun.
Sois toi et change le monde, événement
Uniquement facilité par le Dr Dain Heer
Êtes-vous constamment à la recherche de ce quelque chose que
nous savons tous être possible ? Et si ce quelque chose c’était VOUS ?
Et si vous, en étant véritablement vous, vous étiez tout ce dont
vous/chacun avait besoin pour tout changer ?
Cette classe de trois jours et demi est basée sur les perspectives et
les outils pragmatiques présentés dans ce livre. Elle est destinée aux
chercheurs de ce monde, aux gens dans ce monde qui savent qu’un
autre possible existe. Qui non seulement le savent, mais savent
également qu’ils devraient pouvoir le vivre. Et si la seule chose qui
vous empêchait d’avoir la vie que vous souhaitez réellement avoir
était d’avoir les outils et l’inspiration pour la créer ?
Chaque classe est créée de façon unique par les personnes qui
choisissent d’y participer ; nous partirons ensemble, dans un voyage
de création, vers un espace qui n’a jamais existé auparavant.
Les outils proposés vous permettront de changer n’importe quelle
partie de votre vie. Vous aurez également une expérience directe du
processus unique de transformation énergétique ESB lorsque Dain
travaillera simultanément sur chaque personne présente dans la
classe afin de créer l’espace qui permettra au changement que vous
avez demandé de se réaliser.
Vous serez invité à une possibilité différente. Vous serez invité à
l’aventure d’être vous et de changer le monde.
Prérequis : aucun.
Being youTM : L’aventure d’Être soi – L’aventure d’une journée
Facilitée par des facilitateurs certifiés dans le monde entier.
Et si vous pouviez de nouveau vous réveiller chaque jour avec un
enthousiasme sauvage pour le fait d’être en vie ?
Êtes-vous toujours à la recherche de quelque chose de plus, cette
« chose » que vous savez être possible ? Et si cette « chose », c’était
VOUS ? Et si vous, étant totalement et absolument vous, êtes tout ce
qu’il faut pour tout changer ? Votre vie, ceux qui vous entourent, et le
monde ?
Est-il maintenant temps d’être ce pour quoi vous êtes venu ici ?
Bienvenue à cette classe d’un jour basée sur le livre et les classes de
Dain Heer Sois toi et change le monde (ainsi que sur la boîte à outils
d’Access Consciousness™).
Ces classes sont facilitées par des facilitateurs L’aventure d’Être soi
certifiés dans le monde entier et peuvent vous donner une expérience
énergétique d’être comme vous n’en trouverez nulle part ailleurs…
Aucun prérequis n’est nécessaire pour cette classe et chaque
événement est uniquement cocréé par les personnes qui choisissent
de venir. Nous embarquerons ensemble pour un voyage de création…
Vers un espace qui n’a jamais existé auparavant. C’est l’un des
événements les moins définis de son genre – avez-vous remarqué que
c’est seulement lorsque l’on définit quelque chose que l’on peut le
limiter ?
Access Bars™, une journée
Facilité par des facilitateurs Bars certifiés dans le monde entier.
Durant cette classe d’une journée, vous apprendrez les Access
Bars™, un processus corporel énergétique fondateur d’Access
Consciousness™.
Vous avez trente-deux barres énergétiques autour de votre tête
(« Bars » en anglais). Ces barres stockent les éléments
électromagnétiques de toutes vos pensées, idées, décisions et
croyances. Lorsque vous touchez l’une de ces barres, vous commencez
à nettoyer l’énergie verrouillée dans cet aspect de votre vie et à vous
ouvrir au recevoir. De cette façon, vous pouvez nettoyer les
limitations dans des domaines tels que l’argent, la vieillesse, le corps,
la sexualité, la joie, la tristesse, la guérison, la créativité, la
conscience, le contrôle et beaucoup d’autres.
Que se passerait-il si vous aviez plus de liberté dans chacun de ces
domaines ?
Durant cette classe, vous apprendrez les points Access BarsTM et
vous recevrez et donnerez deux séances Access BarsTM.
Prérequis : aucun.
Fondation d’Access
Facilité par des facilitateurs certifiés dans le monde entier.
Cette classe de quatre jours défait le fondement des limitations que
vous pensiez devoir vivre, croyant que vous n’aviez pas d’autre choix !
C’est une exploration intense d’autres possibilités qui permet des
prises de conscience que vous n’aviez pas encore utilisées dans votre
vie. Vous commencerez à reconnaître les points de vue qui vous
limitent et que vous pouvez changer pour vous permettre de
fonctionner à partir de questions, choix, possibilités et contributions.
Vous commencerez à être conscient de votre capacité à choisir des
choses totalement différentes de ce que vous vous étiez autorisé à
choisir avant. Et vous le ferez en plus avec aisance !
Cette classe vous donnera une centaine d’outils – incluant des
processus corporels – qui vous aideront à changer tout ce qui ne
fonctionne pas pour vous dans votre vie.
Prérequis : Access Bars™.
Le Choix des Possibilités
Facilité exclusivement par Gary Douglas et le Dr Dain Heer.
Le Choix des Possibilités est une classe de trois jours durant
laquelle vous commencerez à voir ce qui est effectivement possible
pour vous grâce à la différence que vous êtes ; vous apprendrez à être
cette différence avec plus d’aisance.
Vous accéderez à un espace à partir duquel vous commencerez à
reconnaître vos capacités en tant qu’être infini et à considérer
combien vous êtes vraiment unique. Vous commencerez à prendre
conscience des choix que vous faites et de ce que vous souhaitez
générer dans votre vie avec facilité… financièrement, dans les
relations, dans votre travail et au-delà.
Lorsque vous arrêtez de créer à partir de votre passé, vous pouvez
commencer à générer un avenir qui est illimité.
Et si la perception des possibilités pouvait remplacer le jugement
que vous avez de vous-même d’avoir tout juste ou tout faux ? Que
pourriez-vous ajouter à votre vie ? Et quel catalyseur de changement
pourriez-vous être dans le monde si vous laissiez sortir le vrai vous ?
Et si vous étiez la possibilité que vous avez toujours cherchée ?
Prérequis : Access Bars™, Fondation.
The Energetic Synthesis of Being™ – ESB (« Synthèse Énergétique
d’Être »)
Facilité exclusivement par le Dr Dain Heer.
Cette classe de trois jours vous emmène plus en profondeur dans le
monde merveilleux de la Synthèse Énergétique d’Être (ESB) du
Dr Dain Heer : une façon unique de transformer les limitations en
possibilités et guérison pour vous, pour le monde et pour la planète.
Dain travaille simultanément avec les êtres et les corps présents
dans la classe afin de créer un espace qui permet aux changements
demandés par chacun d’apparaître. Le travail sur une personne invite
toutes les autres aux mêmes changements.
Vous découvrirez un niveau d’être et de conscience énergétique qui
va au-delà de ce dont vous avez pu faire l’expérience auparavant. Les
molécules de votre corps commenceront à changer et vous deviendrez
conscient d’être le catalyseur d’une possibilité différente dans le
monde. Le résultat est une vague acoustique d’unité, incluant le
présent et le futur.
Et si vous n’aviez plus à devoir vous séparer de qui ou quoi que ce
soit… y compris de vous-même ? Et si vous pouviez tout avoir… et
avoir la totalité de vous, dès maintenant ? Que seriez-vous alors
capable de créer dans votre vie et dans le monde ?
Prérequis : Access Bars™, Fondation.
Classe Corps Access
Facilité par des facilitateurs certifiés Classe Corps Access
Consciousness™ dans le monde entier.
Cette classe de trois jours est conçue pour ouvrir un dialogue et
créer une communion avec votre corps qui vous permette d’apprécier
votre corps au lieu de vous battre contre lui ou de le maltraiter.
Quand vous commencez à changer votre relation à votre corps, vous
commencez à changer votre relation avec tout le reste de votre vie.
Pendant cette classe, vous apprendrez des processus verbaux ainsi
que des processus corporels qui dénouent les tensions, les résistances
et le mal-être des corps.
Avez-vous un talent et une capacité à travailler avec les corps que
vous n’avez pas encore déverrouillés ? Travaillez-vous déjà avec les
corps (masseur, thérapeute, chiropracteur, docteur, infirmière…) et
cherchez-vous une façon d’améliorer la guérison que vous offrez à vos
clients ? Venez jouer avec nous et commencez à explorer une façon
totalement différente de communiquer et de vous connecter avec les
corps (y compris le vôtre).
Prérequis : Access Bars™, Fondation.
AUTRES LIVRES D’ACCESS
Benevolent Leadership for a Better World (« Être un leader
bienveillant pour un monde meilleur »)
Vous découvrirez dans ce livre une approche non conventionnelle
de ce qu’être un leader veut dire, qui vous permettra de diriger votre
vie et votre entreprise sans limitation. Ce livre challenge les standards
traditionnels à la base des pratiques professionnelles de la plupart des
sociétés et offre une alternative qui vous permettra de devenir un
leader bienveillant et conscient.
Vous découvrirez ce qui est nécessaire pour effectivement créer – en
ces temps de grands changements – un futur ainsi qu’une réalité
durables.
Par Chutisa, Steve Bowman et Gary M. Douglas
Living Beyond Distractions (« Vivre au-delà des distractions »)
Si vous vous trouvez dans une situation que vous n’arrivez pas à
changer, il est fort possible que vous soyez coincé par un implant
distracteur. Les implants distracteurs nous font croire que nous
n’avons pas le choix. Les implants distracteurs sont activés par les
événements qui se passent dans nos vies ; ils vous empêchent d’être
tout ce que vous pouvez véritablement être et vous empêchent d’avoir
la vie que vous voudriez vraiment avoir.
Ce livre vous donne des informations ainsi que des outils efficaces
pour que vous puissiez reconnaître les implants distracteurs et vous
en libérer.
Par Gary M. Douglas et le Dr Dain Heer
Beyond the Utopian Ideal (« Au-delà de l’idéal utopique »)
Dans cette réalité, nous utilisons des constructions conceptuelles
telles que la culture, la religion, les relations, la famille et la sexualité
pour créer une raison d’être et un sens de ce qui est juste et de ce qui
ne l’est pas. Ces choses ne sont en fait pas vraiment réelles ; ce sont
des réalités conceptuelles que nous adoptons comme étant vraies.
Nous laissons tomber notre conscience et acceptons que l’idée d’être
normal et comme tous les autres est la meilleure et l’unique façon
d’être.
Ces constructions et concepts idéaux créent des limitations
énormes par rapport à ce qui est possible pour vous. Si vous voulez un
monde qui marche vraiment pour vous, ces constructions et concepts
idéaux doivent être éliminés.
Par Gary M. Douglas
Money Isn’t The Problem, You Are (« Ce n’est pas l’argent le
problème, mais vous »)
Ce livre est pour les gens qui vivent l’argent constamment comme
quelque chose de difficile, que ce soit parce qu’ils dépensent trop,
parce qu’ils n’en n’ont pas assez ou parce qu’ils en ont trop. Gary
Douglas et Dain Heer partagent des outils et des points de vue que
vous pouvez utiliser pour changer la façon dont l’argent circule dans
votre vie. Gary Douglas et Dain Heer ont aidé aussi bien ceux qui
avaient 10 dollars dans leur poche que ceux qui avaient 10 millions
de dollars. Ce qui est intéressant, c’est que tout le monde semble
avoir le même problème et cela n’a rien à voir avec l’argent. C’est lié
à ce que les gens ne sont pas prêts à recevoir. Ce que vous n’êtes pas
prêt à recevoir crée la limitation de ce que vous pouvez avoir. Lorsque
vous changez CELA, l’argent cesse d’être un problème.
Par Gary M. Douglas et le Dr Dain Heer
Joy of Business (« La Joie du business »)
Et si les affaires étaient l’aventure de la vie ? Et si les affaires
pouvaient être joyeuses et drôles ? Et si c’était bien plus que ce que
vous avez perçu comme étant possible ? Si vous pouviez créer votre
entreprise à partir de la joie, que choisiriez-vous ? Que changeriezvous ? Que choisiriez-vous si vous saviez que vous ne pouviez pas
échouer ? Les affaires sont la joie, c’est de la création, c’est
« génératif ». Cela peut être l’aventure de la vie…
Par Simone Milasas
Conscious Leadership (« Diriger les autres en conscience »)
Ce livre est un cadeau pour chaque leader ou organisation
déterminés à créer une vie meilleure que ce qu’il a déjà et à faire une
différence dans le monde. C’est une invitation pour tous ceux qui
choisissent d’être plus conscients dans la façon dont ils dirigent les
autres – avec l’accent sur le fait qu’il n’y a pas une façon particulière
qui soit juste ou fausse.
Par Chutisa et Steve Bowman
Conscious Parents, Conscious Kids (« Parents conscients, Enfants
conscients »)
Ce livre est une collection d’histoires d’enfants qui vivent entourés
de présence consciente. Ne serait-ce pas formidable de pouvoir créer
un espace dans lequel vos enfants pourraient être la totalité de leurs
potentiels et être libérés de toute limitation ? Capables de créer
l’aisance, la joie et la gloire dans tout ce qu’ils font et de percevoir
consciemment leur propre vie ?
Témoignages de nombreux auteurs
Divorceless Relationships (« Les Relations sans divorce »)
Les relations sans divorce sont celles dans lesquelles vous n’avez à
divorcer d’aucune partie de vous-même pour être en relation avec
l’autre. Là où la relation a la capacité de faire grandir tout ce que vous
êtes lorsque vous êtes en relation – ainsi que toutes les personnes
impliquées dans la relation.
Par Gary M. Douglas
Embodiment: The Manual You Should Have Been Given When You
Were Born (« Incarnation : le manuel que vous auriez dû recevoir
quand vous êtes né »)
Les informations que vous auriez dû recevoir à votre naissance sur
les corps, sur comment être vous et sur ce qui est vraiment possible si
vous le choisissez…
Et si votre corps était une source permanente de joie et de bienêtre ? Ce livre est une introduction à la conscience qu’il y a
réellement un autre choix possible pour vous – et votre doux corps.
Par le Dr Dain Heer
Magic. You are it. Be it. (« Magie. Vous l’êtes. Vivez-la. »)
La magie concerne la joie d’avoir les choses que vous désirez. La
vraie magie, c’est l’habileté à être la joie que la vie est. Ce livre
présente des outils et des points de vue que vous pouvez utiliser pour
créer de la conscience et de la magie – et changer votre vie d’une
façon que vous n’aviez peut-être pas imaginée.
Par Gary M. Douglas et le Dr Dain Heer
The Place (« L’Endroit »), roman
Alors qu’il roule au travers de l’Idaho au volant d’une
Thunderbirds 57, Jake Rayne a un terrible accident qui va être le
catalyseur d’un voyage qu’il n’avait pas prévu. Il appelle à l’aide
depuis la forêt profonde dans laquelle se trouve son corps blessé et
fracturé. Ceux qui viennent à son secours vont non seulement
changer sa vie, mais aussi toute sa réalité. Jake est introduit à la
conscience des possibilités ; possibilités que nous avons toujours su
être possibles, mais qui ne se sont pas encore révélées.
Par Gary M. Douglas (best-seller chez Barnes and Noble)
The Ten Keys to Total Freedom (Les Dix Clés vers la liberté totale,
Access Consciousness Publishing Company, 2015)
Les Dix Clés vers la liberté totale représentent une façon de vivre qui
vous aidera à augmenter votre capacité à être conscient afin que vous
ayez une meilleure perception de vous-même, de votre vie, de cette
réalité et au-delà. Avec une meilleure perception, vous pouvez
commencer à créer la vie que vous avez toujours su être possible mais
n’avez pas encore réussi à vivre. Si vous devenez et vivez réellement les
dix clés, vous serez libre dans tous les aspects de votre vie.
Par Gary M. Douglas
Vous pouvez trouver tous ces livres et plus encore dans le magasin
en ligne d’Access : www.accessconsciousness.com.
Différentes façons de se connecter avec Access sur Internet :
www.AccessConsciousness.com
www.DrDainHeer.com
www.GaryMDouglas.com
www.BeingYouBook.com
www.TourOfConsciousness.com
www.YouTube.com/drdainheer
www.Facebook.com/drdainheer
www.Twitter.com/drdainheer
www.Facebook.com/accessconsciousness.com
www.YouTube.com/accessconsciousness.com
www.Twitter.com/accessconsciousness.com
https://web.facebook.com/Luxelib
UNE INVITATION
Si vous avez aimé ce livre et voulez continuer à me lire, m’entendre
ou me voir, vous pouvez également vous connecter en ligne.
L’aventure vidéo de Being You™
Voulez-vous découvrir encore plus ce qu’Être soi veut vraiment dire
et recevoir des outils pour créer une réalité totalement différente ? Il
vous suffit de vous inscrire gratuitement à cette série vidéo qui
comprend de nombreux outils sur comment être soi :
www.BeingYouClass.com.
La tournée de la conscience
J’ai également une série vidéo gratuite constamment renouvelée qui
comprend les possibilités, les inspirations et les outils collectés durant
mes voyages autour de notre magnifique planète Terre. Venez avec
moi et laissez ces vidéos vous rappeler que vous savez que vous savez !
Inscrivez-vous ici : www.TourOfConsciousness.com.
Ce sont mes cadeaux pour vous !
TABLE DES MATIÈRES
PRÉFACE DE MEENA GOLL COMPAGNON
CE QUE CERTAINS DISENT DE CE LIVRE…
GRATITUDE
MAGNIFIQUE VOUS
INTRODUCTION
Note au lecteur
BIZARRE
AVERTISSEMENT
BON LIVRE !
PREMIÈRE PARTIE
ÊTRE SOI…
Outil
Détruisez, décréez et libérez votre réalité
Outil
Posez une question… Ne cherchez pas de réponse
AU-DELÀ DE CETTE RÉALITÉ
Note au lecteur
QU’EST-CE QUE L’ÉNERGIE ?
CHAPITRE 1
VOTRE RÉALITÉ ET L’UNIVERS DU LIBRE ARBITRE
Outil
Léger = vrai. Vous SAVEZ, tout simplement
AU-DELÀ DU JUGEMENT
Note au lecteur
LES ROIS ET REINES DU JUGEMENT
CHAPITRE 2
JE SUIS. PAR CONSÉQUENT J’AI TORT, N’EST-CE PAS ?
Note au lecteur
COMMENT SAVEZ-VOUS ?
Outil
À qui ça appartient ?
BIEN, BIEN AU-DELÀ DE VOTRE CORPS
Note au lecteur
ÊTES-VOUS PRÊT À ESSAYER CECI ?
CHAPITRE 3
VOTRE CORPS SAIT
Outil
Pratiquez avec votre corps
COMMENCER À RECEVOIR
Note au lecteur
DEMANDEZ À LA CHAISE
CHAPITRE 4
DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ
Outil
L’Univers est là pour vous
Note au lecteur
ET S’IL Y AVAIT QUELQUE CHOSE DE TOTALEMENT JUSTE DANS
TOUT CE QUE VOUS AVEZ CHOISI ?
LA PUISSANCE DE LA BIENVEILLANCE
Note au lecteur
ET SI NOUS ÉTIONS TOUS DES GÉANTS ENDORMIS ?
CHAPITRE 5
ET SI LA BIEN​VEILLANCE ÉTAIT AU CŒUR DE CE QUE VOUS ÊTES ?
Note au lecteur
SANS SIGNIFICATION
Outil
Demandez : « VÉRITÉ ? »
PHÉNOMÉNALES, LES RELATIONS ?
Note au lecteur
UNE DES CHOSES IMPORTANTES…
CHAPITRE 6
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE SUFFISAMMENT DIFFÉRENT POUR AVOIR
UNE RELATION FANTASTIQUE ?
Outil
Détruisez vos relations chaque jour
Outil
Une nouvelle façon d’envisager le changement
SEXUALNESS
Note au lecteur
S’IL VOUS PLAÎT, SACHEZ QUE…
CHAPITRE 7
PARLONS DE SEXE, BABY…
Outil
Un corps orgasmique : comment avoir plus d’énergie à chaque instant avec une aisance totale ?
AU-DELÀ DE VOTRE FAMILLE
(MAINTENANT, EST-CE VRAIMENT
PERMIS ?)
Note au lecteur
C’EST VOTRE CHOIX, PAS VOTRE ÉDUCATION QUI CRÉE VOTRE
RÉALITÉ…
CHAPITRE 8
ET SI VOUS AVIEZ CHOISI VOS PARENTS ?
Note au lecteur
LE CHEMIN VERS LA CONSCIENCE
TOUT EST CHOIX
Note au lecteur
CONCERNANT LA DEUXIÈME ÉDITION
Note au lecteur
LA DIFFÉRENCE ENTRE COMPRENDRE ET PRENDRE CONSCIENCE
CHAPITRE 9
SI LA MORT ÉTAIT UN CHOIX ET NON UN MAL, POURRIEZ-VOUS
ALORS VIVRE PLEINEMENT ?
PETITE NOTE AU LECTEUR
Note au lecteur
ET SI VOUS N’AVIEZ PLUS À AVOIR PEUR DE LA MORT ?
Outil
La peur est toujours un mensonge
Outil
Juste un PDVI… Rencontrez Forrest Gump
Note au lecteur
QU’EST-CE QUI VOUS DÉFINIT ?
ÊTRE INDÉFINI
Note au lecteur
COMMENT VOUS SENTEZ-VOUS, MON AMI ?
CHAPITRE 10
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE INDÉFINI (ET MAGIQUE) ?
Note au lecteur
ALORS VOILÀ : VOUS DEVENEZ INDÉFINI
Outil
Est-ce qu’un être infini choisirait cela ?
DEUXIÈME PARTIE
…CHANGER LE MONDE
CHAPITRE 11
PRÊT À VOUS DÉBARRASSER DU PILOTE AUTOMATIQUE ?
Note au lecteur
LA CONSCIENCE DÉSIRE TOUJOURS PLUS D’ELLE-MÊME
ÊTRE MAGIQUE
Note au lecteur
L’UNIVERS ESSAIE CONSTAMMENT DE VOUS DONNER
CHAPITRE 12
SORTEZ VOS BAGUETTES ! VOUS ÊTES MAGIQUE !
Note au lecteur
STOP !
Outil
Journal de magie
CETTE TERRE
Outil
Quand vous vous réveillerez demain matin
CHAPITRE 13
LA PLANÈTE A-T-ELLE RÉELLEMENT BESOIN D’ÊTRE SAUVÉE ?
Outil
Êtes-vous déjà en colère ?
Note au lecteur
ALLEZ, ALLEZ-Y, METTEZ TOUT SUR LE TAPIS !
LE ROYAUME D’ÊTRE
Note au lecteur
LA PORTE DE SORTIE
CHAPITRE 14
LE ROYAUME DU NOUS
Note au lecteur
SUIS-JE EN TRAIN DE CHOISIR OU SUIS-JE EN TRAIN DE
CONCLURE ?
Outil
Vos points de vue créent votre réalité
ÊTRE UN LEADER SANS ADEPTES
Note au lecteur
SERIEZ-VOUS EN RETARD À VOTRE PROPRE FÊTE ?
CHAPITRE 15
ÊTES-VOUS PRÊT À ÊTRE UN LEADER ?
Outil
Que puis-je ajouter d’autre à ma vie ?
Note au lecteur
MERCI POUR VOUS
LA FIN… ET LE COMMENCEMENT
Note au lecteur
CÉLÉBREZ LE FAIT D’ÊTRE COINCÉ
CHAPITRE 16
LE COMMENCEMENT
ÉPILOGUE
QUI ÊTES-VOUS ?
EXPLICATION DE LA FORMULE DE DÉBLAYAGE D’ACCESS
À PROPOS DE L’AUTEUR
À PROPOS D’ACCESS CONSCIOUSNESS™
SÉMINAIRES, ATELIERS ET CLASSES D’ACCESS
AUTRES LIVRES D’ACCESS
UNE INVITATION
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire