Telechargé par opendome81

RapportCartoCompl

publicité
Description et cartographie des habitats naturels
sur le site Natura 2000
FR 7300945 :
Causse de Caucalières et Labruguière
Décembre 2010
Françoise Laigneau
Syndicat mixte Conservatoire botanique pyrénéen
Vallon de Salut, BP 315 - 65203 Bagnères de Bigorre Cedex - Tél. : 05.62.95.85.30 - Fax : 05.62.95.03.48 - Adel : contact@cbnpmp.fr
Rapport de cartographie des habitats naturels
du site Natura 2000
FR 7300945 :
« Causse de Caucalières et Labruguière »
Rédaction : Françoise Laigneau
Relecture : Gilles Corriol, François Prud’homme, Nicolas Leblond
Terrain : Françoise Laigneau avec la contribution de Nicolas Leblond et François Prud’homme
Photographies : Françoise Laigneau
Réalisation des cartes sous SIG : Benjamin Faucheux
Appui informatique et bases de données : Elodie Hamdi
Suivi administratif : Karine Borgella et Gérard Largier
Ce travail s’inscrit dans le programme d’appui technique et scientifique au réseau Natura
2000 du Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées pour la DrealMidi-Pyrénées (rapport d’activités : Prud’homme F., Corriol G. & Laigneau F., 2010 ; CBNPMP).
0
SOMMAIRE
Liste des tableaux ..................................................................................................................................... 3
Liste des cartes .......................................................................................................................................... 3
I- Introduction ............................................................................................................................................ 4
II- Méthode mise en œuvre ..................................................................................................................... 5
1- Préparation du travail de terrain ...................................................................................................5
2- Travail de terrain ...............................................................................................................................5
3- Traitement des données .................................................................................................................6
III- Résultats ................................................................................................................................................. 7
1- Typologie des habitats naturels et présentation des groupements identifiés ........................7
1. LES FALAISES ............................................................................................................................ 9
2. LES DALLES CALCAIRES ......................................................................................................... 10
3. LES PELOUSES VIVACES ........................................................................................................ 13
4. LES PELOUSES PIONNIERES .................................................................................................... 19
5. LES ADVENTICES DES CULTURES ........................................................................................... 20
6. LES FORETS ............................................................................................................................. 24
7. LES FRUTICEES ET FOURRES .................................................................................................... 30
8. LES OURLETS ........................................................................................................................... 36
9. LES PRAIRIES .......................................................................................................................... 38
10. LES SOURCES ET SUINTEMENTS ............................................................................................ 44
11. LES FONTAINES ET LES MARES ............................................................................................. 44
12. LES FRICHES et COMMUNAUTES RUDERALES ..................................................................... 48
13. LES PLANTATION DE PINS .................................................................................................... 50
2- Cartographie des habitats naturels ........................................................................................... 50
1.
Limites de la méthode de cartographie ....................................................................... 50
2.
Difficultés liées à la cartographie des mosaïques complexes d’habitats ................. 51
IV - Habitats et flore : intérêt patrimonial ............................................................................................51
1- Les habitats .................................................................................................................................... 51
2- La flore ............................................................................................................................................ 53
V-Conclusion ...........................................................................................................................................53
Bibliographie ............................................................................................................................................54
ANNEXES
Annexe 1 : cartes :
Types d'habitats dominants par polygone
Statut des habitats dominants par polygone
Répartition des habitats à statuts
Type de prospection utilisée pour la description des polygones
Mosaïques d’habitats : nombre de types d’habitats différents par polygone
Localisation des relevés
p.55
p.56
p.57
p.58
p.59
p.60
Annexe 2 : surfaces occupées par chaque type d’habitat
Annexe 3 : liste des taxons observés
Annexe 4 : liste des espèces « à statut » observées
Annexe 5 : noms et auteurs des syntaxons cités, dates de description
p.61
p.62
p.66
p.67
2
LISTE DES TABLEAUX
- Tableau récapitulatif des habitats observés sur le site. Correspondances entre typologies :
nomenclature phytosociologique, codes Corine et codes Eur 27 de la directive Habitats.
p.8
- Tableau phytosociologique présentant les habitats rocheux : les falaises calcaires ensoleillées
(Potentilletalia caulescentis, code Corine 62.151), les falaises ombragées (Violo biflorae-Cystopteridion
alpinae, code Corine 62.152), les falaises humides thermophiles (Adiantion capilli-veneris, code Corine
62.51), les communautés des dalles (Alysso alyssoidis-Sedion albi, code Corine 34.111).
p.11
- Tableau phytosociologique présentant les pelouses xérophiles méditerranéennes (Helianthemo italici
- Aphyllanthion monspeliensis, code Corine 34.72), les pelouses xérophiles subatlantiques (Xerobromion
erecti, code Corine 34.33), les communautés mésophiles des pelouses semi-arides (Mesobromion erecti,
code Corine 34.32), les pelouses non stables (Brometalia, code Corine 34), ainsi que les ourlets associés
à ces pelouses : ourlets thermophiles (Geranion sanguinei, code Corine 34.41 et ourlets mésophiles
Trifolion medii, code Corine 34.42).
p.17
- Tableau phytosociologique présentant les communautés à annuelles sur sol calcaire (Trachynion
distachyae, code Corine 34.5131) et les communautés à annuelles des champs cultivés sur calcaire
(Caucalidion lappulae, code Corine 82.3).
p.21
- Tableau phytosociologique présentant les forêts
p.27
- Tableau phytosociologique présentant les fruticées
p.32
- Tableau phytosociologique présentant les fourrés sur sol fertile
p.33
- Tableau phytosociologique présentant les ourlets nitrophiles et les friches
p.36
- Tableau phytosociologique présentant les prairies de fauche et les prairies pâturées et les prairies
humides
p.42
- Tableau phytosociologique présentant les types d’habitats humides
p.46
Surfaces occupées par chaque type d’habitat
Liste des taxons observés
Les espèces « à statut » observées
Noms et auteurs des syntaxons cités, dates de description
p.61
p.62
p.66
p.67
LISTE DES CARTES
Situation du site
Les habitats rocheux
Les pelouses
Les forêts
Les fruticées
Les ourlets
Les prairies et les cultures
Les habitats humides
Les friches et les milieux anthropisés
Types d'habitats dominants par polygone
Statut des habitats dominants par polygone
Répartition des habitats à statuts
Type de prospection utilisée pour la description des polygones
Mosaïques d’habitats : nombre de types d’habitats différents par polygone
Localisation des relevés
p. 4
p.12
p.23
p.29
p.35
p.37
p.43
p.48
p.49
p.55
p.56
p.57
p.58
p.59
p.60
3
I- INTRODUCTION
Les cartographies d’habitats naturels des documents d’objectifs n’ont pas toujours
été faites sous l’égide d’un cahier des charges technique précis. Depuis 2001 seulement, un
tel cahier des charges permet de cadrer le travail de description et de cartographie des
habitats naturels des opérateurs Natura 2000. Pour rattraper ce décalage technique, la Dreal
Midi-Pyrénées (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement)
a commandé au Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées un
travail de normalisation des études effectuées sur certains sites dont l’état des lieux a été
réalisé sans cahier des charges.
Le travail sur le site Natura 2000 « Causse de Caucalières et Labruguière » a consisté
dans un premier temps en la synthèse d’éléments existants disponibles. Ensuite, des
prospections de terrain ont permis la réalisation d’une typologie et d’une cartographie la plus
complète possible des habitats naturels du site, sans traiter des habitats d’espèces animales.
Le Causse de Caucalières et Labruguière
Le
Causse
de
Caucalières
et
Labruguière est situé à une
dizaine de kilomètres au sudest de la ville de Castres,
dans le sud du département
du Tarn.
Il s’agit d’un plateau
de
calcaires
lacustres
d’environ
250
mètres
d’altitude,
aux
versants
marneux bordés au sud par
la plaine alluviale du Thoré.
A son extrémité est, il
déborde légèrement sur le
Sidobre : au niveau des
vallonnements
situés
à
l’ouest
d’Augmontel,
se
trouve un secteur de petite
surface, original pour le site,
aux roches mères constituées
Situation du site du Causse de Caucalières et Labruguière
d’ «argiles
à
graviers »,
de
micaschistes et quartzites.
Le site Natura 2000 recouvre la majeure partie de ce causse et de ses versants. Il est
traversé par le Rieu Favié.
Le site occupe des territoires des communes de Caucalières, Labruguières, PayrinAugmontel, Lagarrigue, Valdurenque et Castres. Il recouvre une surface de 2 001 hectares et
se situe entre 170 et 362 m d’altitude.
Quasiment inhabité, il est traversé de nord-ouest en sud-est par un champ de tir, à
accès interdit au public.
Seules de part et d’autre de ce camp militaire, se trouvent quelques habitations, ainsi
que des exploitations agricoles entourées d’espaces pâturés, fauchés, parfois cultivés.
Les paysages sont majoritairement constitués d’espaces ouverts : pelouses, parcelles
en friches ou cultivées. Certains de ces espaces sont en voie d’embrousaillement. La partie
orientale est boisée, avec une surface importante plantée de pins et des secteurs en voie
d’embroussaillement.
Les versants marneux sont parfois bordés d’affleurements rocheux calcaires, voire de
falaises. Les versants nord sont souvent boisés ou couverts de fourrés. Les versants sud
particulièrement ensoleillés, chauffés par le soleil, sont très arides.
4
II- MÉTHODE MISE EN ŒUVRE
L’étude a été réalisée en trois phases : une première phase de préparation au bureau
; une deuxième de prospections sur le terrain, puis une troisième phase de saisie et
d’exploitation des données récoltées.
1- Préparation du travail de terrain
Des recherches bibliographiques nous ont permis de réaliser une première liste de
types d’habitats présents ou potentiellement présents sur la zone d’étude. Nous avons pour
cela consulté des études effectuées sur le site ou dans les environs.
Nous citerons le document d’objectif du site Natura 2000 Causse de Caucalières et
Labruguière (ADASEA 81 ET SOCIÉTÉ TARNAISE DE SCIENCES NATURELLES, 2002). Un article réalisé par
Julve et De Foucault en 1994, qui décrit quelques types de végétation rencontrées sur le
Causse de Caucalières, suite à une excursion réalisée dans le Tarn. Nous avons également
utilisé des relevés de terrain de la base de données Flora du CBNPMP.
Une pré-carte des polygones présentant une végétation uniforme a été réalisée à
l’aide des cartes IGN (Institut géographique national) au 1/25 000ième et des photographies
aériennes (orthophotoplans, IGN). Cette carte des polygones, imprimée au 1/5 000 ième, à la
fois sur carte IGN et photographie aérienne, a servi de base pour le travail de cartographie
sur le terrain.
L’étude des cartes IGN et photos aériennes permet au préalable de repérer les zones
singulières à visiter (sources, prairies, pelouses sur versants chauds, affleurements rocheux…).
Elle nous apporte des informations sur le relief (exposition, pente, altitude), l’hydrographie, les
activités humaines. Les parcours de prospection sont ensuite planifiés de façon à visiter un
maximum de ces zones.
2- Travail de terrain
Le temps de prospection sur le terrain alloué pour cette étude étant limité, il a été
nécessaire de trouver un équilibre entre la réalisation d’une typologie des habitats, c’est à
dire la caractérisation des groupements végétaux à l’aide de relevés phytosociologiques, et
le travail de cartographie, c’est à dire la reconnaissance des habitats sur le terrain en
parcourant un maximum la zone d’étude afin de caractériser les polygones.
Nos prospections ont pu être mises en œuvre y compris sur le terrain militaire grâce à
l’autorisation donnée par le 8ème RPIMA et l’organisation de nos visites sur ce site par
l’intermédiaire de M.Sastre dont nous sommes reconnaissants de l’efficacité.
La caractérisation des groupements végétaux - typologie des habitats
La méthode utilisée pour les relevés floristiques est la méthode phytosociologique
sigmatiste (BRAUN-BLANQUET, 1928).
Le choix du périmètre du relevé nécessite une certaine analyse de la végétation sur le
terrain. Elle consiste à visualiser les différents habitats présents par leur physionomie. En effet,
les habitats se présentent fréquemment sous forme de mosaïques. Ces dernières sont
constituées d’unités plus ou moins homogènes, qui répondent souvent à des conditions
microstationnelles. Elles peuvent être localisées à l’aide
de recouvrement
Coefficient
d’indicateurs écologiques : niveau topographique, Pourcentage
par rapport à la surface du
exposition, profondeur de sol, durée d’inondation, nature relevé
<à5%
+
du substrat, intensité de pâturage…
entre 5 et 25 %
1
L’ensemble des plantes présentes sur l’habitat entre 25 et 50 %
2
3
étudié est répertorié, en veillant à l’homogénéité du entre 50 et 75 %
4
milieu sur lequel est réalisé le relevé. Les limites de la zone > à 75 %
100 %
5
homogène sont à éviter : elles correspondent souvent à
Coefficients d’abondance-dominance
5
une zone de transition entre deux habitats.
Le relevé est terminé lorsque l’on ne trouve plus de nouvelles espèces sur la zone. La
surface du relevé est alors évaluée. Pour chaque espèce identifiée, un coefficient
d’abondance-dominance est attribué (BRAUN-BLANQUET, 1928).
Si nécessaire, des échantillons sont récoltés et déterminés au bureau. Les plantes dont
la détermination est délicate ou celles qui présentent un intérêt particulier sont conservées en
herbier. Chaque relevé réalisé est localisé à l’aide d’un GPS.
La caractérisation des polygones - cartographie
Les polygones parcourus sont caractérisés à l’aide de codes « Corine biotope », ou de
noms de syntaxons. Les observations sont reportées au fur et à mesure sur la pré-carte des
polygones, imprimée au 1/5 000 ième, à la fois sur carte IGN et photographie aérienne.
La cartographie des habitats a été réalisée à l’aide du module de saisie de la Dreal
Midi-Pyrénées (base de données Excel).
Les cartes ont été générées à l’aide du logiciel de cartographie Map-Info.
Au minimum, toutes les formations végétales homogènes de plus de 2500m² comme
des unités non complexes sont individualisées. Les « habitats ponctuels » (fontaines, grottes..)
ont été cartographiés sous forme de polygones de surface plus petite.
Le Causse de Caucalières et Labruguière présente de nombreuses zones de
mosaïques d’habitats. Au sein de ces zones, chaque habitat occupe des surfaces petites,
non cartographiables. Ces zones ont été cartographiées sous forme de polygones
complexes, pour lesquels nous avons spécifié s’il s’agit alors d’une alors d’une mosaïque
spatiale (liée à des hétérogénéités du substrat) ou d’une mosaïque temporelle (liée à une
évolution dynamique de la végétation).
Notre travail de cartographie a été réalisé en suivant le cahier des charges de
cartographie des habitats naturels sur les sites Natura 2000 dans la région Midi-Pyrénées
version octobre 2007. La carte des habitats dominants du site a été réalisée au 1/25 000 ième.
3- Traitement des données
- Les données flore et habitat sont saisies et cartographiées dans les bases de
données Flora et Geoflora du Conservatoire Botanique.
- Lorsqu’un nombre suffisant de relevés pour un type d’habitat a été rassemblé, des
tableaux phytosociologiques sont réalisés. Certains tableaux complexes sont triés à l’aide du
logiciel de statistique ADE 4 (ECOLOGICAL DATA ANALYSIS - THIOULOUSE ET AL, 2001). Lorsque cela a
été possible, au moins trois relevés phytosociologiques ont été réalisés pour les types
d’habitats d’intérêt communautaire, et un relevé pour les types d’habitats non
communautaires.
- Les groupes obtenus sont interprétés avec la littérature phytosociologique. Le
référentiel typologique des syntaxons
utilisés ici jusqu’au niveau de la sousClasse, terminaison en “etea”
alliance est le Prodrome des végétations
de France (BARDAT et al., 2004).
Ordre, terminaison en “etalia”
- Les groupements végétaux sont
Alliance, terminaison en “ion”
identifiés en utilisant la typologie
phytosociologique :
cette
méthode
Association,
terminaison “etum”
classifie les types de végétation en
utilisant des unités hiérarchisées. L’unité
de base du groupement de plantes
présentes dans un milieu est l’association
végétale. Les rattachements ont été
effectués au niveau de l’alliance pour la
plupart, de l’association lorsque cela a
Organisation à différentes échelles des groupements
végétaux selon la typologie phytosociologique.
été possible ou, exceptionnellement, de
l’ordre.
6
III- RÉSULTATS
1- Typologie des habitats naturels et présentation des groupements identifiés
6 journées de prospections ont été réalisées entre le 11 mai et le 23 juin 2010, dates optimales
d’expression de la végétation dans ce secteur.
96 relevés de végétation, dont 58 relevés phytosociologiques, ont été réalisés. Nous avons fait
en sorte de répartir les prospections sur l’ensemble du site (voir la carte de répartition des
relevés en annexe 1, P.60).
48 types d’habitats ont été distingués à l’aide de codes Corine Biotope.
Parmi eux :
- 37 types d’habitats ont été décrits à l’aide de relevés de végétation et rattachés à 36
syntaxons différents.
7 types d’habitats n’ont pas été caractérisés par des relevés de végétation. Il s’agit
d’habitats rocheux dépourvus de végétation vasculaire ou d’habitats artificiels.
21 types d’habitats sont d’intérêt communautaire dont 4 sont prioritaires au titre de la
Directive Habitats Faune Flore.
7
8
1. LES FALAISES
Les falaises calcaires ensoleillées
Ordre des Potentilletalia caulescentis
Code Corine : 62.151 - Falaises calcaires
ensoleillées
Code UE : 8210-10 - Falaises calcaires
supraméditerranéennes à montagnardes, des
Alpes du Sud et du Massif Central méridional
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : milieu rare sur les versants du
site.
Ecologie :
falaises
et
affleurements
verticaux calcaires.
Ci-dessus : falaise calcaire
Composition floristique : les affleurements
dépourvue de végétation
rocheux du site sont rarement pourvus de
(Caucalières)
végétation. Nous avons cependant noté
Ci-contre :
des espèces caractéristiques, comme la
le Capillaire à pétiole
épais
Rue-de-muraille (Asplenium ruta-muraria),
le Cétérach officinal (Asplenium ceterach),
le Polypode vulgaire (Polypodium vulgare). Le Capillaire à pétiole
épais (Asplenium trichomanes subsp. pachyrachis) a été observé sur
une petite falaise. Il s’agit de la deuxième localité connue dans le département du Tarn.
Intérêt patrimonial : certaines espèces d’oiseaux ou d’insectes sont inféodées aux falaises.
Menaces : l’équipement de voies d’escalade, de via ferrata et la pratique de ces sports,
ainsi que l’exploitation de la roche, peuvent détruire ce milieu.
Les falaises calcaires ombragées
Alliance du Violo biflorae - Cystopteridion alpinae
Code Corine : 62.152 - Falaises calcaires médio-européennes à
Fougères
Code UE : 8210-18 - Falaises calcaires ombragées collinéennes à
montagnardes
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ce milieu est rare sur le site. Il n’a été observé
qu’une seule fois au niveau de la fontaine de Foncaude.
Ecologie : falaises et affleurements calcaires ombragés. Ce
milieu se développe sur des surfaces souvent réduites, situées
soit en versant nord, soit à l’ombre des forêts. Il peut
également se trouver à l’entrée de certains gouffres.
Composition floristique : on y trouve la Scolopendre officinale
(Asplenium scolopendrium).
Intérêt patrimonial : certaines espèces d’insectes ou de
mousses sont inféodées à ces falaises.
Menaces : aucune, si ce n’est ponctuellement, l’exploitation
de la roche et l’équipement de voies d’escalade et la
pratique de ce sport.
Rochers
calcaires
ombragés de
la fontaine de
Foncaude
(Caucalières)
Voir tableau p. 11
NB : pour les falaises dépourvues de végétation, nous avons adopté le code Corine suivant :
62.41 - Falaises continentales calcaires nues
9
Les falaises calcaires suintantes
Alliance de l’Adiantion capilli-veneris
Code Corine : 62.51 - Falaises continentales humides méditerranéennes
Habitat non communautaire
Répartition : ce milieu est rare, autant dans la région
que sur le site d’étude. Il a été localisé sur certains
rocheux des versants chauds.
Ecologie : végétation des suintements ombragés, en
thermophile, donc sur des versants plutôt ensoleillés,
affleurements calcaires.
Midi-Pyrénées
affleurements
station plutôt
sur falaises et
Composition floristique : on y trouve le Cheveu de Vénus (Adiantum
Le Cheveu de Vénus
capillus-veneris).
Intérêt patrimonial : ce milieu d’un grand intérêt patrimonial ne
bénéficie pourtant pas de statut particulier. Ce type d’habitat est
rare, à préserver.
Menaces : équipement de voies d’escalade ou de via ferrata et pratique de ces sports.
Voir tableau p. 11
2. LES DALLES CALCAIRES
Alliance de l’Alysso alyssoidis-Sedion albi
Code Corine : 34.111 - Gazons à orpins
Code UE : 6110-1* - Pelouses pionnières des dalles calcaires planitiaires
et collinéennes
Habitat prioritaire
Répartition : ce milieu est relativement peu commun sur le site. Il
se trouve la plupart du temps en mosaïque avec d’autres
habitats (pelouses ou affleurements rocheux).
Ecologie : surfaces rocheuses calcaires. Les conditions de vie
sont difficiles pour les plantes à cause de la chaleur, de la
sécheresse et de l’absence quasi totale de sol.
Composition floristique : on y trouve avant tout des espèces à
feuilles charnues, gorgées d’eau, comme l’Orpin blanc (Sedum
album) ou l’Orpin de Nice (Sedum sediforme). Ces plantes
crassulescentes sont souvent accompagnées d’une fine
Dalle calcaire
graminée, la Mélique ciliée (Melica ciliata) et du Silène penché
dominée par l’Orpin blanc
(Caucalières)
(Silene nutans).
Intérêt patrimonial : ces groupements sont composés d’une
flore très spécialisée. Ce type d’habitat peut héberger des
insectes particuliers et accueille des communautés de mousses et lichens spécifiques qui
constituent les stades les plus pionniers de la colonisation végétale. Il occupe souvent de
petites surfaces.
Menaces : cet habitat se maintient assez bien dans le cas où il occupe des vires rocheuses.
Sur les affleurements rocheux situés au milieu de pelouses, par exemple, il peut régresser avec
l’abandon du pâturage et l’extension de la forêt.
Voir tableau p. 11
10
Tableau des habitats rocheux
Numéro de relevé
Date description jour
Date description mois
Exposition
Altitude
Pente
Surface
Recouvrement
Type d'habitat
Syntaxon
Adiantum capillus-veneris
Sedum sediforme
Sedum anopetalum
Melica ciliata
Sedum album
Silene nutans
Asplenium scolopendrium
Asplenium adiantum-nigrum
Asplenium trichomanes subsp. quadrivalens
Asplenium ceterach
Asplenium ruta-muraria
Polypodium vulgare
Brachypodium phoenicoides
Bromus madritensis
Convolvulus cantabrica
Erysimum cheiri
Fumana ericoides subsp. montana
Galium
Genista pilosa
Molinia caerulea subsp. arundinacea
Sanguisorba minor
Thymus praecox
28
25
5
S
245
> à 275
%
8
2
32
25
5
SE
260
> à 275
%
52
27
5
Plat
230
> à 275
%
1
5
60
27a
61b
27
25
23
5
5
6
SO
S
Plat
230
245
250
> à 275 51 à 100 < à 1%
%
%
72a
27
5
E
230
11 à 50
%
72b
26c
54
27
25
27
5
5
5
E
S
S
230
245
270
11 à 50 1 à 10 % 1 à 10 %
%
4
80
Falaises humides
Falaises
ombragées
Falaises
Dalles
Adiantion capilliveneris
X
X
Violo Cystopt.
Potentilletalia caulescentis
Alysso alyssoidis- Sedion albi
X
2
+
4
+
+
+
1
X
X
X
X
X
X
X
X
+
X
X
1
+
+
X
Données des relevés
N° Observateur Commune
Localisation brute
28 FL, NL
Caucalières Falaise en surplomb, en haut de versant au nord du Pont du Gué Sec
32 FL, NL
Caucalières Affleurement sur le versant à l'ouest du Rieu Favié, au nord de la Borie Basse
52 FL, NL
Caucalières Fontaine vers Foncaude
60 FL
Caucalières Tour sur la crête au sud-ouest du Plo du Cambon
27a FL, NL
Caucalières Roches sur le versant chaud au nord-est du Pont du Gué Sec
61b FL, NL
Caucalières Camp du Causse, fontaine à l'est du Vieux Lardicou, sur la roche
72a FL
Caucalières Affleurement au nord du Petit Lardicou
72b FL
Caucalières Affleurement au nord du Petit Lardicou
26c FL, NL
Caucalières Dalle sur le haut de versant au nord-est du Pont du Gué Sec
54 FL
Caucalières Dalle en haut de versant chaud au sud du Plo du Cambon
FL : Françoise Laigneau, NL : Nicolas Leblond
11
12
3. LES PELOUSES VIVACES
Les pelouses calcaires méditerranéennes des versants chauds
Alliance de l’Helianthemo italici - Aphyllanthion monspeliensis
Code Corine : 34.72 - Steppes supra-méditerranéennes
Habitat non communautaire
Répartition : ces pelouses se trouvent çà et là sur les versants
exposés au sud, les plus chauds du site.
Ecologie : ces pelouses-garrigues poussent sur des sols peu profonds,
Le Fumana
fausse-bruyère
très caillouteux, souvent marneux, au niveau de pentes exposées au
sud.
Composition floristique : elles sont dominées par des chaméphytes,
c’est à dire des arbustes bas (moins de 25 cm de hauteur). On
retrouve fréquemment sur ces pelouses le Fumana fausse-bruyère
(Fumana ericoides subsp. montana), la Stéhéline douteuse
(Staehelina dubia), le Rouvet (Osyris alba), la Lavande à larges
feuilles (Lavandula latifolia). Les espèces herbacées des pelouses y
sont minoritaires.
Une variante de ce type de pelouse est dominée par la Seslérie
bleue (Sesleria caerulea).
Intérêt patrimonial : bien qu’elles ne bénéficient pas de statut
réglementaire, ces pelouses présentent un grand intérêt patrimonial.
Elles possèdent une forte diversité spécifique et accueillent de
La Renoncule à feuilles
nombreuses espèces méditerranéennes qui se trouvent ici en limite
de graminée
d’aire de répartition. De nombreuses espèces sont inféodées à ces
milieux (flore, insectes, reptiles…). Une espèce protégée en région Midi-Pyrénées est présente
sur ce type d’habitat ; il s’agit de la Marguerite vert-glauque (Leucanthemum subglaucum).
On y trouve aussi des espèces peu communes dans le département comme la Renoncule à
feuilles de graminée (Ranunculus gramineus).
Menaces : ces pelouses, dont l’entretien est lié à l’activité pastorale, sont sensibles à la
déprise agricole. L’abandon du pâturage peut provoquer, mais de façon très lente, leur
envahissement par des communautés arbustives (Berberidion).
Voir tableau p. 17
Pelouse des versants
chauds dominée par
la Seslérie bleue
(Caucalières)
13
Les pelouses très sèches calcaires
Alliance du Xerobromion erecti
Code Corine : 34.33 - Pelouses calcaires subatlantiques très
sèches
Code UE : 6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et
faciès d'embuissonnement sur calcaires
Habitat d’intérêt communautaire ou prioritaire si riche
en orchidées
La Santoline
Répartition : ces pelouses sont très communes sur le Causse de Caucalière. Elles couvrent
parfois de grandes surfaces.
Ecologie : sols peu profonds, souvent très caillouteux, sur roche mère calcaire. Fort
dessèchement estival.
Composition floristique : ces pelouses sont très colorées en début d’été. Le Brome dressé
(Bromus erectus) y est bien présent. Il est souvent accompagné par la Potentille de printemps
(Potentilla neumanniana), la Germandrée tomenteuse (Teucrium polium subsp. polium), la
Fétuque d’Auquier (Festuca auquieri), la Petite Coronille (Coronilla minima subsp. minima), la
Globulaire ponctuée (Globularia bisnagarica).
Intérêt patrimonial : cet habitat commun sur
le Causse de Caucalière est remarquable au
niveau national de par son originalité et la
beauté des paysages qu’il constitue. Ces
pelouses ont une grande richesse floristique et
accueillent des espèces méditerranéennes
très rares dans la région Midi-Pyrénées, en
limite d’aire de répartition, comme la
Santoline
petit-Cyprès
(Santolina
chamaecyparissus) et l’Immortelle d'Italie
(Helichrysum italicum). De nombreuses
espèces sont inféodées à ces milieux (flore,
insectes, champignons, reptiles…).
Pelouse sèche dominée par la Germandrée tomenteuse
et la Santoline (Payrin-Augmontel)
Menaces : ces pelouses, dont l’entretien est
lié à l’activité pastorale, sont sensibles à la
déprise agricole ou, au contraire, à
l’intensification agricole. Les parcours en voie
d’abandon sont lentement envahis par une
végétation d’ourlet (Geranion sanguinei),
puis par des landes (Berberidion), puis des
forêts (Quercion pubescenti-sessiliflorae). Les
pelouses anciennes possèdent des cortèges
de champignons spécifiques, riches et
fragiles, qui sont détruits de façon irréversible
dans le cas d'utilisation d'intrants.
Voir
tableau p. 17
Pelouse sèche dominée par l’Aphyllanthe de Montpellier
(Caucalières)
14
Les pelouses calcaires du Mesobromion
Alliance du Mesobromion erecti
Code Corine : 34.322 - Pelouses semi-arides à
Bromus erectus
Code UE : 6210 - Pelouses sèches seminaturelles et faciès d'embuissonnement sur
calcaires
Habitat
d’intérêt
communautaire
ou
prioritaire si riche en orchidées
Répartition : ces pelouses sont assez
communes au niveau du plateau, parfois
dans le fond des vallons.
Ecologie : ces pelouses poussent sur des sols
assez profonds, moyennement caillouteux.
Pelouse mésophile fauchée dominée par le Brome
dressé (Caucalières)
Composition floristique : elles sont souvent
dominées par le Brome dressé (Bromus
erectus). On y trouve des espèces
caractéristiques des pelouses comme la
Petite Pimprenelle (Sanguisorba minor), le
Panicaut des champs (Eryngium campestre),
la
Renoncule
bulbeuse
(Ranunculus
bulbosus)
souvent
accompagnées
d’espèces de prairies qui indiquent le
caractère mésophile de l’habitat comme
l’Avoine dorée (Trisetum flavescens), le
Plantain lancéolé (Plantago lanceolata),
parfois le Fromental (Arrhenatherum elatius).
Intérêt
patrimonial : les pelouses
du
Pelouse mésophile dominée par le Brome dressé et le
Mesobromion
ont
une
forte
valeur
Fromental (Caucalières)
patrimoniale. De nombreuses espèces sont
inféodées à ces milieux (flore, insectes, champignons, reptiles…). L’Orchis à odeur de vanille
(Orchis coriophora subsp. fragrans) est une espèce protégée au niveau national.
Menaces : ces pelouses, dont l’entretien est lié à l’activité pastorale, sont particulièrement
sensibles à la déprise agricole ou au contraire à l’intensification agricole. Sur la zone d’étude,
les parcours sont parfois en voie d’abandon et les pelouses sont peu à peu envahies par une
végétation d’ourlet, puis par des landes et la forêt.
Voir tableau p. 17
Ci-contre :
quelques
orchidées
présentes
sur les
pelouses
calcicoles
L’Ophrys jaune
L’Orchis pourpre
L’Orchis
à odeur de vanille
15
Une variante du Mesobromion est présente sur la zone d’étude :
Sous-alliance du Tetragonolobo maritimi –
Mesobromenion erecti
Code Corine : 34.324 – Pelouses du Mesobromion alluviales et humides
Code UE : 6210-20 - Pelouses marnicoles subatlantiques
Habitat d’intérêt communautaire ou prioritaire si riche en
orchidées
Répartition : ces pelouses sont présentes au niveau de talwegs,
sur les pentes des versants marneux.
Ecologie : le sol est marneux et subit au cours de l’année des
contrastes hydriques importants : il peut par moments se gorger
d’eau et par moment sécher de façon extrême.
Composition floristique : cette pelouse est dominée par la
Molinie bleuâtre (Molinia caerula subsp. arundinacea) et le
Brome dressé (Bromus erectus).
Pelouse à Molinie bleuâtre
(Caucalières)
Les pelouses non stabilisées des parcelles en friches
Ordre des Brometalia erecti
Code Corine : 34 - Steppes et prairies calcaires sèches
Habitat non communautaire
Répartition : ces pelouses sont communes sur le Causse.
Ecologie : parcelles en friches sur des sols peu profonds, caillouteux.
Composition floristique : ces pelouses sont en mosaïque avec des pelouses à annuelles
rudéralisées (voir P. 19-20). Elles sont composées d’un petit nombre d’espèces, avec
notamment la Petite Pimprenelle (Sanguisorba minor), le Panicaut des champs (Eryngium
campestre), le Plantain lancéolé (Plantago lanceolata).
Intérêt patrimonial : ces pelouses ne semblent pas présenter un intérêt particulier.
Cependant, sur le site elles accueillent souvent des espèces exceptionnelles pour la région,
comme par exemple la Centaurée en panicule (Centaurea paniculata), qui n’avait pas été
retrouvée dans le Tarn jusqu’à cette étude. De plus, elles se trouvent en mosaïque avec des
communautés à annuelles qui également peuvent comporter des éléments remarquables.
Menaces : ces pelouses ne sont pas stables. Elles peuvent évoluer naturellement vers des
pelouses plus stables (pelouses plus évoluées qui tendraient vers le 6210 et donc seraient
d’intérêt communautaire) ou les terrains qu’elles occupent seront peut-être labourés pour
être remis en culture. Elles ne semblent pas être particulièrement menacées mais perdraient
leur caractère si elles étaient fortement amendées.
Parcelle en friche
accueillant en
mosaïque des
pelouses des
Brometalia et des
communautés
calciphiles à
annuelles
(Caucalières)
Ci-contre : le
Cynoglosse de
Crète
(Cynoglossum
creticum)
16
Tableau des pelouses et ourlets (voir p.35) sur calcaire
Numéro de relevé
Date description jour
Date description mois
Exposition
Altitude
Pente ()
Surface
Recouvrement
53
27
5
Plat
250
27b
25
5
S
245
33
25
5
SE
250
1
11
5
S
220
18b
12
5
SSE
220
38a
26
5
Plat
335
45
26
5
S
240
6
11
5
Plat
230
20
12
5
Plat
235
22b
12
5
Plat
235
23
12
5
Plat
235
3a
11
5
S
230
29
25
5
Plat
225
46b
27
5
S
230
41
26
5
S
230
50
27
5
SE
230
40a
26
5
S
230
36b
25
5
Plat
235
51b
27
5
Plat
230
101 à 275
51 à 100
51 à 100
51 à 100
51 à 100
1 à 10
11 à 50
<à1
<à1
<à1
<à1
1 à 10
<à1
<à1
60
70
100
30
100
10
100
40
80
40
60
75
60
90
40
95
30
50
Pelouses/ Garrigues
Type d'habitat
Syntaxon
Leucanthemum subglaucum
Sesleria caerulea
Convolvulus cantabrica
Brachypodium phoenicoides
Asparagus acutifolius
Dactylis glomerata subsp. hispanica
Genista pilosa
Anthericum liliago
Ranunculus gramineus
Staehelina dubia
Lavandula latifolia
Asphodelus albus subsp. albus
Vincetoxicum hirundinaria
Ononis minutissima
Fumana ericoides subsp. montana
Osyris alba
Helianthemum apenninum
Asperula cynanchica subsp. cynanchica
Helichrysum stoechas
Inula montana
Santolina chamaecyparissus
Teucrium montanum
Catananche caerulea
Linum tenuifolium
Leuzea conifera
Fumana procumbens
Thymus praecox
Leontodon crispus
Coronilla minima subsp. minima
Aphyllanthes monspeliensis
Koeleria vallesiana
Festuca auquieri
Cirsium acaule
Dorycnium pentaphyllum
Scabiosa columbaria subsp. columbaria
Potentilla neumanniana
Teucrium polium subsp. polium
Globularia bisnagarica
Carex humilis
Carex halleriana
Cephalaria leucantha
Teucrium chamaedrys
Seseli montanum
Bromus erectus
Carduncellus mitissimus
Hippocrepis comosa
Anacamptis pyramidalis
Eryngium campestre
Sanguisorba minor
Carex flacca
Brachypodium rupestre
Helleborus foetidus
Origanum vulgare
Rubia peregrina
Muscari comosum
Dactylis glomerata
Galium mollugo
Aristolochia rotunda
Lithospermum purpureocaeruleum
Cruciata glabra
Medicago lupulina
Lotus corniculatus
Ranunculus bulbosus
Potentilla reptans
Crepis vesicaria subsp. taraxacifolia
Calamintha ascendens
Festuca marginata subsp. marginata
Festuca lemanii
Serapias vomeracea
Trisetum flavescens
Plantago lanceolata
Ononis spinosa var. procurrens
Bituminaria bituminosa
Hypericum perforatum
Carlina corymbosa
Verbascum
Carduus nigrescens
Stachys cretica subsp. cassia
Ornithogalum narbonense
Senecio jacobaea
Scorzonera laciniata
Agrimonia eupatoria
Elytrigia campestris
Rubus caesius
Senecio inaequidens
Arrhenatherum elatius
Linum bienne
Festuca rubra
Briza media
Centaurea timbalii
Trifolium pratense
Orchis coriophora subsp. fragrans
Plantago media
Galium verum
Achillea millefolium
Pelouses sèches
Helianthemo italici - Aphyllanthion monspeliensis
+
3
+
2
1
+
+
Xerobromion erecti
<à1
11 à 50
1 à 10
1 à 10
1 à 10
12
20
90
90
Ourlet xérothermophiles
12
100
Ourlet
méso.
40
100
40
95
40
100
40
75
Geranion sanguinei
Trifol.
medii
Pelouses semi-arides
Mesobromion erecti
+
3
+
1
1
+
2
2
Brometalia erecti
+
+
+
2
2
1
+
1
2
1
40
200
20
30
Pelouses non
stables
1
+
1
+
+
1
1
+
1
1
1
1
1
+
+
1
+
2
+
2
1
+
1
+
2
+
+
1
1
1
+
1
+
+
2
2
1
+
+
+
+
+
2
+
+
+
+
2
+
+
1
+
1
+
+
+
+
+
+
1
4
1
1
1
1
+
1
+
1
+
1
1
+
1
+
+
1
+
+
2
1
+
+
1
+
+
+
+
1
1
+
+
1
2
1
1
1
1
2
+
2
+
+
+
+
+
+
1
+
1
1
1
+
1
1
2
+
2
1
1
2
1
3
1
1
1
2
1
+
1
2
1
2
1
+
1
+
+
1
+
4
1
1
+
+
+
1
1
+
1
1
+
1
1
2
+
+
+
+
1
2
+
+
+
+
3
1
3
+
2
1
+
+
2
+
1
3
3
2
4
+
1
3
+
2
+
+
+
1
+
1
+
1
+
2
+
1
+
+
+
+
1
1
1
+
2
1
+
+
+
4
+
+
1
2
2
3
+
+
+
1
+
+
2
1
+
2
1
+
5
+
2
+
1
1
2
1
1
1
3
+
+
+
1
+
+
+
1
+
1
+
2
2
+
+
+
+
+
+
+
1
+
1
1
+
+
+
+
1
+
1
1
+
1
+
2
1
+
+
+
1
2
+
1
1
+
1
+
1
1
+
+
+
+
+
+
+
2
+
2
1
+
1
+
+
+
+
+
1
+
+
2
+
+
2
2
+
+
1
+
+
3
1
+
2
2
2
1
1
1
1
1
17
Données des relevés
N°
Observateur
commune
Localisation brute
53 FL
Caucalières
Versant chaud au sud du Plo du Cambon
27b FL, NL
Caucalières
Versant chaud au nord-est du Pont du Gué Sec
33 FL, NL
Caucalières
Versant à l'ouest du Rieu Favié, au nord de la Borie Basse
1 FL
Labruguière
Sur les pentes surplombant le Thoré au sud du Colombier
18b FL
Caucalières
Versant chaud à l'est de Bonnéry
38a FL, NL
Payrin-Augmontel
Pelouse au niveau du terrain de cross au sud de la Combe Fournial
45 FL
Caucalières
Pelouse en contrebas de la route de Lascouts
6 FL
Labruguière
Pelouse au sud-est du Colombier
20 FL
Caucalières
Pelouse sur le plateau à l'est de Bonnéry
22b FL
Caucalières
Pelouse sur le bord du plateau surplombant Bonnéry
23 FL
Caucalières
Ourlet sur le plateau surplombant la Grotte de l'Hermite
3a FL
Labruguière
Ourlet sur le haut des pentes au sud du Colombier
29 FL, NL
Caucalières
Ourlet au nord-est de la Borie Basse, le long du Rieu Favié
46b FL, NL
Caucalières
Pelouse sur le Causse, vers Foncaude
41 FL, FP
Labruguière
Pelouse vers le Colombier
50 FL
Caucalières
Pelouse en fond de vallon, au nord-est de Foncaude
40a FL, FP
Labruguière
Pelouse vers le Colombier
36b FL, NL
Caucalières
Parcelle non cultivée vers En Durs
51b FL, NL
Caucalières
Parcelle en friche, au nord de Foncaude
FL : Françoise Laigneau, NL : Nicolas Leblond, FP : François Prud'homme
Espèces peu communes
Aceras anthropophorum 18b (+) ; Ajuga reptans 29 (+) ; Allium roseum 23 (2) ; Allium sphaerocephalon
27b (+) ; Anthyllis vulneraria subsp. pseudovulneraria 46b (+), 36b (+) ; Arabis hirsuta 22b (+) ; Arum
italicum 29 (+) ; Bellis perennis 36b (+) ; Bromus hordeaceus 40a (1) ; Carex caryophyllea 22b (+), 46b (1)
; Carex pairae 50 (1) ; Centaurea calcitrapa 36b (+) ; Centaurea paniculata 51b (+) ; Clematis vitalba
23 (+) ; Convolvulus arvensis 29 (+), 40a (+), 36b (+) ; Cynoglossum creticum 36b (+) ; Echium vulgare 51b
(+) ; Euphorbia amygdaloides 29 (1) ; Euphorbia flavicoma subsp. verrucosa 53 (+) ; Euphrasia 20 (+),
46b (+) ; Filipendula vulgaris 46b (+) ; Galium pumilum 50 (+) ; Gladiolus italicus 45 (+), 40a (+) ;
Glechoma hederacea 29 (+) ; Helianthemum nummularium 22b (+) ; Hieracium 18b (+) ; Hieracium
pilosella 20 (+), 36b (+) ; Knautia arvensis 23 (+) ; Lathyrus pratensis 29 (+) ; Leontodon hispidus 45 (+) ;
Leucanthemum vulgare 41 (+), 51b (+) ; Limodorum abortivum 33 (+) ; Linaria repens 51b (1) ; Linum
catharticum 6 (+) ; Lolium perenne 36b (+) ; Luzula campestris 46b (+) ; Ononis 23 (+) ; Ophrys apifera 29
(+) ; Ophrys lutea 6 (+) ; Ophrys sulcata 46b (+) ; Orchis morio subsp. picta 20 (+) ; Orchis purpurea 1 (+),
41 (+) ; Phleum phleoides 46b (+) ; Picris hieracioides 41 (+), 51b (+) ; Poa bulbosa 22b (1) ; Poa pratensis
3a (1), 46b (+) ; Poa trivialis 23 (1) ; Ranunculus sardous 40a (1) ; Reseda lutea 51b (+) ; Rubus 23 (+) ;
Salvia pratensis 38a (+), 46b (+) ; Sedum sediforme 27b (1), 6 (+) ; Sherardia arvensis 41 (+) ; Silene
vulgaris 41 (+), 50 (1), 51b (1) ; Stachys recta 22b (+) ; Tamus communis 29 (2) ; Thesium humifusum 46b
(+) ; Thymus polytrichus subsp. britannicus 22b (+) ; Tragopogon dubius 51b (+) ; Trifolium campestre 46b
(1) ; Urospermum dalechampii 45 (+), 51b (+) ; Verbena officinalis 40a (1), 51b (1) ; Viburnum lantana 33
(+) ; Vicia 3a (1) ; Vicia sepium 29 (+) ; Viola alba subsp. scotophylla 3a (+).
18
4. LES PELOUSES PIONNIERES
Les pelouses à annuelles sur sols calcaires
Alliance du Trachynion distachyae
Code Corine : 34.5131 - Groupements annuels calciphiles
de l'ouest méditerranéen
Code UE : 6220-4* - Pelouses à thérophytes mésothermes
thermo-atlantiques
Habitat prioritaire
Répartition : cet habitat est commun sur le Causse et
ses versants. Il se trouve la plupart du temps en
mosaïque avec des pelouses vivaces.
Ecologie : ces groupements se développent au
début du printemps. Les plantes ont le temps
d’accomplir leur cycle de reproduction avant les
fortes chaleurs de l’été et passent la majeure partie
de l’année sous forme de graines. Ces
communautés poussent sur des sols calcaires
oligotrophes et secs. Le sol est souvent squelettique
(très mince) ou régulièrement remanié. La présence
de ces pelouses est liée à l’action répétée de
perturbations (pâturage extensif, activité des lapins)
En haut : pelouse à annuelles dominée par
qui maintiennent l’ouverture du milieu.
l’Ibéris amer (Iberis amara) à Labruguière
Ci-dessus : pelouse à annuelles dominée par la
Composition floristique : ces groupements sont riches
Sabline des chaumes (Arenaria controversa) à
et bien caractérisés sur le site. On peut citer la
Payrin-Augmontel
Sabline à feuilles de Serpolet (Arenaria serpyllifolia),
la Sabline des chaumes (Arenaria controversa), la Sabline intermédiaire (Minuartia hybrida),
la Cotonnière dressée (Bombycilaena erecta), la Luzerne naine (Medicago minima), le
Céraiste nain (Cerastium pumilum), la Sabline grêle (Arenaria leptoclados), la Vulpie
unilatérale (Vulpia unilateralis), la Petite Esule (Euphorbia exigua), la Germandrée en grappe
(Teucrium botrys), le Pâturin-duret (Catapodium rigidum).
Julve et De Foucault (1994) ont également noté l’existence d’une communauté basale
composée de la Blackstonie perfoliée (Blackstonia perfoliata) et de la Petite-centaurée ou
Erythrée (Centaurium erythraea)au sein de certaines pelouses.
Intérêt patrimonial : ces habitats présentent une importante diversité et originalité floristique
et accueillent des espèces subméditerranéennes. Ils s'insèrent dans des complexes d'habitats
calcicoles intéressants. La Sabline des chaumes (Arenaria controversa) est une espèce
protégée au niveau national.
Menaces : ce milieu peut être menacé par l’abandon du pâturage, ou au contraire par un
pâturage excessif (eutrophisation du sol).
Voir tableau p. 21
Photo : N. Leblond
Ci-contre à gauche :
la Cotonnière
pyramidale
(Filago pyramidata)
A droite : l’Échinaire à
têtes (Echinaria
capitata), espèce
« redécouverte » lors de
cette étude : elle
n’avait pas été revue
dans le Tarn
récemment
19
Une variante rudéralisée des
pelouses à annuelles se trouve au
niveau des parcelles en friche.
Parcelle en friche accueillant en mosaïque
des pelouses des Brometalia (voir p.14) et
des communautés calciphiles à annuelles
(Caucalières)
Photo : N. Leblond
5. LES ADVENTICES DES CULTURES
Les communautés sur sols neutro-alcalins
Alliance du Caucalidion lappulae
Code Corine : 82.3 – Cultures extensives
Habitat non communautaire
Voir tableau p. 21
La Centaurée des
collines
20
Photo : N. Leblond
Répartition : ce milieu est assez commun dans
les zones cultivées du site.
Ecologie : cultures ou bords des champs sur sols
basiques.
Composition
floristique
:
les
espèces
caractéristiques sont des plantes dites
Champ cultivé accueillant des plantes messicoles
(Valdurenque)
messicoles, c’est à dire des moissons : le
Coquelicot (Papaver rhoeas), l’Adonis gouttede-sang (Adonis annua), le Miroir de Vénus (Legousia speculum-veneris),
la Renoncule des champs (Ranunculus arvensis), le Peigne-de-Vénus
(Scandix pecten-veneris), la Jarosse (Lathyrus cicera), La Centaurée des
collines (Centaurea collina).
Intérêt patrimonial : ces types d'habitats présentent un grand intérêt
patrimonial floristique, paysager et culturel.
Menaces : intensification de pratiques agricoles : apport d’herbicides,
d’engrais chimiques ; amélioration du tri des semences. Abandon des
pratiques de culture : les parcelles abandonnées peuvent encore
produire des communautés de messicoles pendant quelques saisons.
Celles-ci sont toutefois rapidement supplantées par des végétations plus
compétitives (friches à bisannuelles, à plantes vivaces…).
Numéro de relevé
Dat e descript ion jour
Dat e descript ion mois
Exposit ion
Alt it ude
Pent e
Surf ace
Recouvrement
Type d'habit at
25
25
5
Plat
250
< à 1%
16
15
22a
12
5
Plat
235
< à 1%
20
40
3b
11
5
S
230
1 à 10 %
8
30
40b
26
5
S
230
1 à 10 %
30
30
36a
25
5
Plat
235
< à 1%
40
50
51a
27
5
SE
230
1 à 10 %
80
20
ext ensives
Caucalidion
Trachynion rudéralisé
1
< à 1%
30
3
Cult ur es
Groupement s annuels calciphiles
Synt axon
Trachynion dist achyae
A nnuel l es d es t o nsur es b aso p hi l es
Cat apodium rigidum
1
+
Ajuga chamaepit ys
+
Galium parisiense
+
Linum st rict um
+
Pet rorhagia prolif era
+
M edicago minima
+
Erodium cicut arium
+
M inuart ia hybrida
1
1
Arenaria serpyllif olia
+
2
1
Bombycilaena erect a
+
+
2
Cerast ium pumilum
+
2
Euphorbia exigua
1
+
Vulpia unilat eralis
2
Crepis sanct a
1
Teucrium bot rys
+
Valerianella eriocarpa
+
1
Veronica arvensis
+
1
1
Echinaria capit at a
+
Holost eum umbellat um
+
Lat hyrus sphaericus
+
M inuart ia medit erranea
+
Brachypodium dist achyon
2
Arenaria cont roversa
2
Bupleurum baldense
+
Geranium columbinum
Acinos arvensis
Alt haea hirsut a
Trif olium scabrum
Trif olium st ellat um
Filago pyramidat a
Aegilops ovat a
Trif olium nigrescens
Alyssum alyssoides
Coronilla scorpioides
A nnuel l es d es mo i sso ns b aso p hi l es
Sherardia arvensis
+
1
1
Sonchus asper
+
Iberis amara
+
2
Anagallis f oemina
Aphanes arvensis
Legousia speculum-veneris
Lat hyrus cicera
Cent aurea collina
Adonis annua
Scrophularia canina subsp. canina
Papaver rhoeas
Cerast ium glomerat um
1
Ant hemis alt issima
Bromus commut at us
Euphorbia f alcat a
Sinapis arvensis
Chaenorrhinum minus
Euphorbia helioscopia
Fumaria of f icinalis
Papaver dubium
Reseda phyt euma
St achys annua
Valerianella dent at a
Alopecurus myosuroides
Geranium dissect um
Rapist rum rugosum subsp. rugosum
St achys arvensis
A nnuel l es d es f r i ches
Cart hamus lanat us
Bromus madrit ensis
Bromus hordeaceus
Torilis nodosa
Carduus t enuif lorus
Geranium molle
M edicago orbicularis
M yosot is arvensis
Euphorbia st rict a
+
Linum bienne
+
Raphanus raphanist rum
70
23
6
Plat
1
1
Tableau des
communautés à annuelles
calciphiles et des
communautés à annuelles
des cultures
+
+
2
+
+
+
1
+
+
1
+
1
+
1
1
2
1
+
+
+
1
+
1
+
+
+
+
1
1
1
+
1
+
+
+
+
1
+
+
2
1
+
+
1
1
1
2
1
+
+
+
+
+
+
+
+
2
+
+
1
+
1
1
+
1
+
+
+
+
1
+
+
+
1
+
+
+
2
1
+
+
3
1
+
+
1
+
+
1
1
+
Données des relevés
N° Observateur co mmune
Lo calisatio n brute
25
22a FL
Caucalières
P elo use à annuelles sur le haut de versant au no rd-est du P o nt du Gué
Sec
P elo use sur le bo rd du plateau surplo mbant B o nnéry
3b
FL, NL
Caucalières
FL
Labruguière
P elo use à annuelles sur le haut des pentes au sud du Co lo mbier
51a FL, NL
Caucalières
P arcelle en friche, au no rd de Fo ncaude
40b FL, FP
Labruguière
P elo use vers le Co lo mbier
36a FL, NL
Caucalières
P arcelle no n cultivée vers En Durs
70
Valdurenque
P arcelle à l'o uest de la Tuilerie du Causse
FL, NL
FL : Franço ise Laigneau, NL : Nico las Leblo nd, FP : Franço is P rud'ho mme
21
23
6. LES FORETS
Les forêts de Chênes verts ou « yeuseraies »
Alliance du Quercion ilicis
Code Corine : 45.3 – Forêts de Chênes verts supraméditerranéennes
Code UE : 9340 –10 - Yeuseraies aquitaines
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ce milieu est rare sur le Causse et ses
versants.
Ecologie : forêt des terrains calcaires secs, sur sols
peu épais.
Composition floristique : ces forêts sont dominées
par le Chêne vert (Quercus ilex subsp. ilex). Les sousbois sont pauvres en espèces, mais caractérisés par
la présence d’espèces thermophiles comme
l’Alaterne (Rhamnus alaternus), le Rouvet (Osyris
albala), l’Asperge à feuilles aiguës (Asparagus
acutifolius).
Intérêt patrimonial : ces forêts de faible étendue
accueillent une flore originale et participent à des
complexes d'habitats calcicoles à forte diversité
biologique ; elles sont rares dans la région MidiPyrénées.
Menaces : sylviculture, incendies ; habitat à
régénération lente.
Forêt de chênes pubescents
(La Roque-Ste-Marguerite)
Forêts de chênes verts
(Labruguière)
Les forêts de Chênes pubescents
Alliance du Quercion pubescenti-sessiliflorae
Code Corine : 41.711 – Bois occidentaux de Quercus pubescens
Habitat non communautaire
Répartition : ce milieu est peu commun sur le Causse. On l’observe sur certains versants.
Ecologie : forêt des terrains calcaires secs, sur sols peu épais.
Composition floristique : ces forêts sont caractérisées par le Chêne blanc ou Chêne
pubescent (Quercus humilis), par la présence d’espèces thermophiles comme l’Erable de
Montpellier (Acer monspessulanum) ou la Viorne lantane (Viburnum lantana), ainsi que par
l’absence du Hêtre (Fagus sylvatica). Sur le site, les sous-bois sont fréquemment dominés par
le Buis (Buxus sempervirens).
Intérêt patrimonial : ces forêts accueillent une flore relativement riche et diversifiée et
participent à des complexes d'habitats calcicoles à forte diversité biologique.
Menaces : sylviculture, substitution par des plantations. Habitat à régénération lente.
24
Les forêts de chêne pédonculé
Alliance du Carpinion betuli
Code Corine : 41.2 – Chênaies-charmaies
Habitat non communautaire
Répartition : ces forêts se trouvent sur la
partie du site située à l’ouest
d’Augmontel.
Ecologie : forêts de l’étage collinéen,
sur sols riches (sur roche mère
constituée d’ «argiles à graviers »,
acidicline).
Composition floristique : ces forêts sont
dominées par le Chêne pédonculé
Forêt de chênes pédonculés (Payrin-Augmontel)
(Quecus robur). En sous-bois, le Noisetier
(Coryllus avellana) et l’Aubépine
(Crataegus monogyna) sont bien
présents. Le sol est acidicline, comme le montre la présence par exemple du Châtaigner
(Castanea sativa) ou de la Fougère aigle (Pteridium aquilinum).
Intérêt patrimonial : les types les plus anciens et mâtures de ces forêts sont à préserver pour
leur rareté et leur grand intérêt biologique. Les habitats forestiers sont de très importants
réservoirs et refuges de biodiversité.
Menaces : substitution par des plantations de résineux.
Les hêtraies des versants calcaires secs
Alliance : Cephalanthero rubrae-Fagion sylvaticae
Code Corine : 41.16 - Hêtraies sur calcaire
Code UE : 9150 - Hêtraies calcicoles médio-européennes du Cephalanthero-Fagion
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : une seule station de ce type de forêt a été observée sur un versant exposé au
nord, proche du village de Caucalières.
Ecologie : terrains calcaires, sur sol sec.
Composition floristique : la forêt est caractérisée par la présence du Hêtre (Fagus sylvatica) et
du Buis (Buxus sempervirens). On trouve en sous-bois la Laîche glauque (Carex flacca), le
Muguet (Convallaria majalis), le Sceau-de-Salomon odorant (Polygonatum odoratum), la
Garance voyageuse (Rubia peregrina).
Intérêt patrimonial : participe à des mosaïques d’habitats souvent intéressantes. Ce type de
forêt (hêtraie calcicole) est très rare dans ce secteur de la région.
Menace : sylviculture, habitat à régénération lente.
25
Les forêts humides des petits systèmes alluviaux
Sous-alliance de l’Alnenion glutinoso-incanae
Code Corine : 44.31 – Forêts de Frênes et d'Aulnes des ruisselets et
des sources
Code UE : 91EO- Forêts alluviales à Alnus glutinosa et Fraxinus
excelsior (Alno-Padion, Alnion incanae, Salicion albae)
Habitat prioritaire
Répartition : ce milieu assez rare a été observé dans le vallon
du Rieu Favié.
Ecologie : forêts des petits système alluviaux, soumises de
temps en temps à des inondations.
Composition floristique : ces forêts sont caractérisées par
l’Aulne glutineux (Alnus glutinosa), le Frêne (Fraxinus excelsior),
le Carex à épis pendants (Carex pendula), le Carex espacé
Forêt alluviale de Frênes
(Carex remota).
Le
sous-bois
est dominé par le
Intérêt patrimonial : les forêts alluviales ont une forte valeur
Carex à épis pendants
patrimoniale de par leur intérêt biologique et fonctionnel. Leur
(Caucalières)
structure complexe et leur diversité végétale créent de
nombreuses niches écologiques pour les êtres vivants (faune, champignons, mousses…). Elles
sont souvent résiduelles et occupent de faibles surfaces.
Menaces : ces forêts ont subi de très importantes dégradations partout en France du fait des
aménagements hydrauliques, de l'agriculture, de la populiculture.
Plantation de
Pins noirs
Forêt alluviale
Forêt de chênes
pédonculés
Paysage dominé par la forêt, à l’ouest de Payrin-Augmontel
26
Numéro de relevé
Dat e descript ion jour
Dat e descript ion mois
Exposit ion
Alt it ude
Pent e
Surf ace
Recouvrement
Rec. st rat e arborée
Rec. st rat e arbust ive
Rec. st rat e herbacée
2
11
5
S
230
1 à 10 %
200
85
70
40
5
5
11
5
SE
225
1 à 10 %
500
100
100
15
15
Type d'habit at
Forêt s de Chênes vert s
Synt axon
Quercion ilicis
A r b r es
Quercus ilex subsp. ilex
Pinus sylvest ris
Quercus humilis
Acer monspessulanum
Fagus sylvat ica
Quercus robur
Cast anea sat iva
Carpinus bet ulus
Fraxinus angust if olia
Fraxinus excelsior
Alnus glut inosa
A r b ust es
Lonicera et rusca
Rhamnus alat ernus
Quercus humilis
Quercus ilex
Juniperus communis
Prunus mahaleb
Hippocrepis emerus
Cornus sanguinea
Sorbus aria
Viburnum lant ana
Acer monspessulanum
Buxus sempervirens
Corylus avellana
Acer campest re
Ruscus aculeat us
Prunus spinosa
Lonicera xylost eum
Ilex aquif olium
Crat aegus monogyna
Ribes alpinum
Acer pseudoplat anus
Frangula alnus
Cast anea sat iva
Sorbus t orminalis
M espilus germanica
Sambucus nigra
Ulmus minor
Alnus glut inosa
Her b acées
Osyris alba
Teucrium chamaedrys
Cephalaria leucant ha
Fest uca auquieri
Carex halleriana
Asparagus acut if olius
Convallaria majalis
Polygonat um odorat um
Vincet oxicum hirundinaria
Aquilegia vulgaris
Helleborus f oet idus
Carex f lacca
St achys of f icinalis
Tamus communis
Hedera helix
Rubus
Rubia peregrina
Pt eridium aquilinum
Daphne laureola subsp. laureola
Dryopt eris af f inis subsp. af f inis
Fraxinus excelsior
Fragaria vesca
Lonicera periclymenum
Luzula f orst eri
Geranium nodosum
Pulmonaria longif olia
Teucrium scorodonia
Calluna vulgaris
Conopodium majus
Polyst ichum set if erum
Ajuga rept ans
Ranunculus f icaria
Viola riviniana
Ligust rum vulgare
Veronica mont ana
Brachypodium sylvat icum
Carex pendula
Carex remot a
Urt ica dioica
Carex sylvat ica
Arum it alicum
Ant hriscus sylvest ris
Carex cuprina
Circaea lut et iana
Cardamine f lexuosa
Cardamine prat ensis
Poa t rivialis
Glechoma hederacea
4
5
+
1
58
27
5
ONO
250
51 à 100 %
77
23
6
N
235
11 à 50 %
Hêt raie sur
calcaire
Cephalant hero
-Fagion
Chênaie
pubescent e
Quercion
pubescent i
5
1
+
4
+
85
23
6
Plat
240
à 1%
160
60
80
50
60
54
26
5
SO
270
1 à 10 %
400
100
100
30
30
56
26
5
Plat
200
< à 1%
400
95
90
30
85
87
23
6
Plat
240
< à 1%
Tableau
des forêts
Chênaies-charmaies
Forêt s alluviales
Carpinion bet uli
Alnenion glut inoso-incanae
4
1
+
5
+
5
4
+
+
2
+
3
+
+
+
1
+
+
+
+
+
+
1
+
+
+
1
+
+
1
1
+
1
+
4
+
+
+
+
+
+
2
+
1
+
1
1
1
1
1
+
+
+
1
+
+
+
1
+
+
+
+
+
+
+
1
+
1
+
1
1
3
+
1
1
+
+
+
+
1
2
+
+
1
1
1
1
2
2
+
+
+
1
+
1
2
1
2
+
+
+
3
3
+
+
+
+
+
1
+
+
1
1
1
2
3
2
1
1
+
2
+
+
+
+
+
+
+
1
1
+
+
1
+
+
2
3
2
+
+
1
1
1
+
+
3
2
+
1
+
1
+
+
+
1
2
3
1
+
2
+
+
1
2
27
Données des relevés
N°
Observateur
commune
Localisation brute
2
FL
Labruguière
Forêt sur le haut des pentes surplombant le Thoré au sud du Colombier
5
FL
Labruguière
Forêt au sud-est du Colombier
58
FL
Caucalières
Forêt au sud-ouest du Plo du Cambon
77
FL, NL
Caucalières
Chênaie au nord de la Garenne du Lardicou
85
FL, NL
Payrin-Augmontel
Camp du Causse, forêt vers Mirassou
54
FL, FP
Payrin-Augmontel
Bois au sud-ouest d'Augmontel
56
FL
Caucalières
Bois le long du Rieu Favié
87
FL, NL
Payrin-Augmontel
Camp du Causse, forêt de vallon humide vers le Couvent
FL : Françoise Laigneau, NL : Nicolas Leblond, FP : François Prud'homme
Espèces peu communes
Quercus humilis (h) 58 (+) ; Alliaria petiolata 87 (1) ; Athyrium filix-femina 87 (+) ; Carex pilulifera 85 (+) ;
Crataegus monogyna (h) 5 (+) ; Dryopteris filix-mas 85 (+) ; Euphorbia amygdaloides 58 (+); Euphorbia
dulcis 54 (1) ; Fragaria viridis 54 (+) ; Geranium robertianum 87 (+) ; Geum urbanum 56 (1) ; Hieracium 58
(+) ; Hypericum hirsutum 56 (+) ; Hypericum pulchrum 54 (+) ; Iris 56 (+) ; Juncus effusus 85 (+) ; Lamium
galeobdolon 87 (+) ; Luzula multiflora 85 (+) ; Mercurialis perennis 58 (+) ; Ornithogalum pyrenaicum 56
(+) ; Pinus sylvestris (h) 54 (+) ; Populus alba (h) 56 (+) ; Populus nigra (h) 56 (+) ; Rosa arvensis 54 (1) ;
Rumex 54 (+) ; Sanicula europaea 54 (+) ; Stachys sylvatica 87 (+) ; Stellaria holostea 54 (+) ; Valeriana
officinalis 87 (+) ; Viola alba 56 (1) ; Viola hirta 5 (+).
28
29
7. LES FRUTICEES ET FOURRES
Les matorrals à Chênes kermès
Ordre des Pistacio lentisci-Rhamnetalia alaterni
Code Corine : 32.113 - Matorral calciphile de Quercus ilex, Q. coccifera
Habitat non communautaire.
Répartition : ce groupement est rare sur le site. Nous l’avons
localisé en un seul point, sur les versants chauds qui surplombent
le Rieu Favié.
Ecologie : versants chauds et secs. Le sol est peu profond.
Composition floristique : ce groupement est caractérisé par la
présence du Chêne kermès (Quercus coccifera), qui est un
Chêne typique de la région méditerranéenne, très rare dans
Feuilles et
fruit du
la région. Il est accompagné par le Buis (Buxus
Chêne
sempervirens) et des espèces typiques du climat
kermes
méditerranéen comme l’Alaterne (Rhamnus alaternus) et la
Lavande à larges feuilles (Lavandula latifolia).
Intérêt patrimonial : de nombreuses espèces animales sont
inféodées à ces milieux (insectes, oiseaux). Ce type
d’habitat présente un intérêt patrimonial fort, il se situe ici en
limite d’aire de répartition et est très original pour la région, par son
caractère méditerranéen remarquable.
Menaces : envahissement par la forêt.
Les fruticées en milieux calcaires chauds
Alliance du Berberidion vulgaris
Code Corine : 32.134 - Matorral arborescent à
Juniperus communis
Codes UE : 5210-6- Junipéraies méditerranéennes à
Genévrier commun
Habitat d’intérêt communautaire.
Association du Pistacio terebenthi –
Amelanchieretum ovalis
Répartition : ce groupement n’est pas très
commun sur le site, souvent en mosaïque avec des
Ci-dessus :
pelouses.
le Pistachier
Ecologie : versants chauds et secs. Le sol est souvent
térébinthe
Ci-contre :
peu profond.
la Petite
Composition floristique : ce groupement est caractérisé
mélique
par le Genévrier commun (Juniperus communis)
(unique
accompagné d’arbustes xérophiles méditerranéens
localité
connue dans
comme l’Alaterne (Rhamnus alaternus), le Filaire
la région)
intermédiaire (Phillyrea media), le Jasmin d'été
(Jasminum fruticans), le Pistachier térébinthe (Pistacia
terebinthus).
Intérêt patrimonial : de nombreuses espèces animales sont inféodées à
ces milieux (insectes, oiseaux). Sur le site du Causse de Caucalière, on observe au sein de ces
groupements des espèces très méditerranéennes, peu communes dans la région. La Petite
mélique (Melica minuta subsp. major) est présente sur le site ; il s’agit de l’unique localité
régionale actuellement connue.
Menaces : envahissement par la forêt, suite à la déprise agricole.
30
Les buxaies supraméditerranéennes stables
Alliance du Berberidion vulgaris
Code Corine : 31.82 - Fruticées à Buis
Code UE : 5110-3- Buxaies supraméditerranéennes
Habitat d’intérêt communautaire.
Association : Rhamno saxatilis - Buxetum sempervirentis
Photo : N. Leblond
Répartition : ce groupement est assez commun sur les
versants du site exposés au sud.
Ecologie : versants rocailleux chauds et secs, zones de lapiaz.
Composition floristique : le groupement est dominé par
le Buis (Buxus sempervirens) accompagné d’arbustes
xérophiles voire méditerranéens : l’Alaterne (Rhamnus
alaternus), le Viorne lantane (Viburnum lantana),
l’Erable de Montpellier (Acer monspessulanus), le Cerisier
de Sainte-Lucie (Prunus mahaleb).
Intérêt patrimonial : de nombreuses espèces animales
sont inféodées à ces milieux (insectes,
oiseaux).
Formations
Menaces : ces groupements stables ne
stables à Buis
semblent pas être menacés sur le site.
(Caucalières)
Les fruticées à Buis et Genévriers communs
Alliance du Berberidion vulgaris
Code Corine : 31.88 - Fruticées à Genévriers communs
Codes UE : 6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et faciès d'embuissonnement sur calcaires
Habitat d’intérêt communautaire pour les fruticées associées à des pelouses calcaires des
Festuco-Brometea (Mesobromion).
Répartition : ce groupement est très commun sur le site, souvent en mosaïque avec des
pelouses.
Ecologie : plateau du Causse et versants chauds et secs. Le sol est souvent peu profond.
Composition floristique : ce groupement est caractérisé par la dominance du Buis (Buxus
sempervirens), parfois du Genévrier commun (Juniperus communis) ou du Spartier (Spartium
junceum).
Intérêt patrimonial : de nombreuses espèces animales sont inféodées à ces milieux (insectes,
oiseaux). Sur le site du Causse de Caucalière, on observe au sein de ces groupements des
espèces très méditerranéennes, peu communes dans la région comme le Genêt scorpion
(Genista scorpius), l’Arbousier (Arbustus unedo) ou encore la Salsepareille (Smilax aspera).
Menaces : envahissement par la forêt, suite à la déprise agricole.
Fructicées à
Buis, Genévrier
commun et
Alaterne
(Caucalières)
31
Les fruticées mésophiles
Alliance du Berberidion vulgaris
Code Corine : 31.812 – Fruticées à Prunelliers et Troènes
Codes UE : 6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et faciès d'embuissonnement sur calcaires
Habitat d’intérêt communautaire pour les fruticées associées à des pelouses calcaires des
Festuco-Brometea (Mesobromion).
Répartition : ce groupement est commun sur l’ensemble du site, souvent en mosaïque avec
des pelouses ou dans les haies qui bordent prairies et parcelles cultivées.
Ecologie : sols sur roche mère calcaire, moyennement profonds, plus mésophile que les
groupements précédents.
Composition floristique : ce milieu est caractérisé par le Genévrier commun (Juniperus
communis), le Buis (Buxus sempervirens). Ces espèces sont accompagnées par le Prunellier
(Prunus spinosa), l’Aubépine à un style (Crataegus monogyna), le Cornouiller sanguin (Cornus
sanguinea), le Noisetier (Corylus avellana).
Intérêt patrimonial : de nombreuses espèces animales sont inféodées à ces milieux (insectes,
oiseaux).
Menaces : envahissement par la forêt, suite à la déprise agricole.
Fruticée plus
mésophile que les
précédentes, avec
du Noisetier et de
l’Aubépine
(Payrin-Augmontel)
32
Tableau des fruticées
Numéro de relevé
Dat e descript ion jour
Dat e descript ion mois
Exposit ion
Alt it ude
Pent e
Surf ace
Recouvrement
Rec. st rat e arborée
Rec. st rat e arbust ive
Rec. st rat e herbacée
33
25
5
SE
250
51 à 100 %
100
95
27c
25
5
S
245
51 à 100 %
100
100
Type d'habit at
M at orral à
C. kermes
100
30
M at orral à
Genévrier
Synt axon
Pist acio Rhamnet alia
Quercus coccif era
Viburnum lant ana
Pinus nigra
Dorycnium pent aphyllum
Lavandula lat if olia
Phillyrea media
Jasminum f rut icans
Pist acia t erebint hus
Rosa canina
Syringa vulgaris
Sorbus aria
Spart ium junceum
Prunus mahaleb
Cyt isus scoparius subsp. scoparius
Pinus sylvest ris
Quercus ilex subsp.ilex
Acer monspessulanum subsp. mart inii
St aehelina dubia
Asparagus acut if olius
Fumana ericoides subsp. mont ana
Rubus
Teucrium chamaedrys
Cephalaria leucant ha
Vincet oxicum hirundinaria
Rubia peregrina
Buxus sempervirens
Rhamnus alat ernus
Juniperus communis
Lonicera et rusca
Quercus humilis
Osyris alba
Prunus spinosa
Cornus sanguinea
Crat aegus monogyna
Ligust rum vulgare
Fraxinus angust if olia
Fraxinus excelsior
Corylus avellana
Ulmus minor
Quercus robur
Prunus avium
Ant hericum liliago
Asphodelus albus subsp. albus
Brachypodium phoenicoides
Carex halleriana
Dact ylis glomerat a
Limodorum abort ivum
Ononis minut issima
Fest uca lemanii
Globularia bisnagarica
M elica minut a subsp. major
Rosa
Genist a pilosa
Lonicera xylost eum
Orchis purpurea
Arum it alicum
Tamus communis
Viola
Ruscus aculeat us
21
12
5
Plat
235
< à 1%
200
75
1
11
5
S
220
51 à 100 %
100
40
76
23
6
Plat
235
à 1%
47
27
5
E
225
11 à 50 %
150
10
11
5
Plat
260
< à 1%
30
100
5
100
5
10
35
Frut icées à
Genévrier
18a
12
5
SSE
220
51 à 100 %
Frut icées à
Prunelliers
Frut icées à Buis
Berberidion vulgaris
4
+
+
1
+
+
+
1
+
+
+
1
+
+
1
+
+
+
1
+
1
+
1
1
+
2
1
1
1
+
1
2
1
+
+
+
1
+
3
1
+
+
+
2
+
3
2
3
1
+
+
+
+
+
+
1
+
+
2
+
+
5
4
+
1
2
1
+
4
+
+
+
1
1
1
1
+
+
1
+
+
+
1
+
+
1
+
+
1
+
+
+
3
+
+
+
1
+
+
Données des relevés
N°
Observateur
commune
Localisation brute
33 FL, NL
Caucalières
Versant à l'ouest du Rieu Favié, au nord de la Borie Basse
27c FL, NL
Caucalières
Versant chaud au nord-est du Pont du Gué Sec
21 FL
Caucalières
Fourrés sur le plateau à l'est de Bonnéry
1
FL
Labruguière
Sur les pentes surplombant le Thoré au sud du Colombier
76 FL, NL
Caucalières
Buxaie au sud du Petit Lardicou
47 FL, NL
Caucalières
Buxaie sur le flanc du vallon, vers Foncaude
18a FL
Caucalières
Versant chaud à l'est de Bonnéry
10 FL
Payrin-Augmontel
Haie à l'ouest d'Augmontel
FL : Françoise Laigneau, NL : Nicolas Leblond
33
Fourrées en milieux acidiclines
Alliance du Pruno spinosae-Rubion ulmifolii
Code Corine : 31.811 - Fourrés médio-européens sur
sol fertile
Habitat non communautaire
Répartition : ce groupement est rare sur le site. Il
a été localisé à l’ouest de Payrin-Augmontel. Il se
trouve parfois en mosaïque avec des pairies
humides à Molinies (voir P.40).
Ecologie : sols sur roche mère constituée
d’ «argiles à graviers », acidicline, à l’étage collinéen, dans les zones
sous influence atlantique.
Composition floristique : il est caractérisé par la présence de la
Bourdaine (Frangula alnus), du Châtaignier (Castanea sativa),
accompagné de l’Ajonc d’Europe (Ulex europaeus), du
Chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum), de la Fougère aigle
(Pteridium aquilinum), de la Callune (Calluna vulgaris).
Intérêt patrimonial : ces fourrées succèdent à des landes qui
possèdent un caractère atlantique intéressant, avec la présence de
la Bruyère cendrée (Erica cinerea). Ces milieux constituent des
biotopes très favorables pour les oiseaux. Ce groupement se trouve
ici en limite d’aire de répartition.
Menaces : envahissement par la forêt.
Numéro de relevé
Dat e descript ion jour
Dat e descript ion mois
Exposit ion
Alt it ude
Pent e
Surf ace
Recouvrement
Type d'habit at
Synt axon
Erica scoparia
Ilex aquif olium
Rubus
Calluna vulgaris
Carex pilulif era
Cast anea sat iva
Frangula alnus
Hypericum pulchrum
M olinia caerulea
Pot ent illa erect a
Sorbus aria
Ulex europaeus
Pt eridium aquilinum
Erica cinerea
Brachypodium rupest re
Carex f lacca
Rubia peregrina
Genist a pilosa
Lonicera periclymenum
Dant honia decumbens
Hypericum androsaemum
Lot us glaber
Pinus pinast er
Prunus spinosa
Rosa arvensis
Serrat ula t inct oria
Sorbus t orminalis
Teucrium scorodonia
Viburnum lant ana
Viburnum opulus
Viola canina
12
11
5
Plat
270
< à 1%
65d
23
6
Plat
260
< à 1%
40
100
Fourrés sur sol f ert ile
Pruno spinosae-Rubion
X
x
X
X
3
X
+
X
1
X
+
X
1
X
1
X
+
X
+
X
1
3
2
1
1
1
1
1
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
La Bruyère cendrée
Tableau des fourrés
sur sol fertile
Données des relevés :
N° Observateur
12 FL
65d FL, NL
co mmune
Lo calisatio n brute
P ayrin-A ugmo ntel Lande à l'o uest d'A ugmo ntel
Camp du Causse, lande au
P ayrin-A ugmo ntel milieu des plantatio ns, à l'est
du Co uvent
FL : Franço ise Laigneau, NL : Nico las Leblo nd
34
35
8. LES OURLETS
Les ourlets calcaires xérophiles : « chauds et secs »
Alliance du Geranion sanguinei
Code Corine : 34.41 - Lisières xéro-thermophiles
Code UE : 6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et faciès
d'embuissonnement sur calcaires
Habitat d’intérêt communautaire s’il est associé à des pelouses
calcaires des Festuco-Brometea (Mesobromion).
Répartition : milieu commun, présent un peu partout souvent en
mosaïque avec d’autres habitats.
Ecologie : milieux calcaires chauds et secs. Sol souvent peu
La Psoralée bitumineuse
profond.
Composition floristique : ce groupement est dominé par le Brachypode des rochers
(Brachypodium rupestre) et le Carex glauque (Carex flacca). On y trouve la Garance
voyageuse (Rubia peregrina), la Psoralée bitumineuse (Bituminaria bituminosa), l’Origan
(Origanum vulgare) accompagnés d’espèces xérophiles comme la Céphalaire blanche
(Cephalaria leucantha). Parmi les espèces caractérisant ce type d’habitat, JULVE ET DE
FOUCAULT (1994) ont également noté le Buplèvre en faux (Bupleurum falcatum subsp.
falcatum).
Intérêt patrimonial : ces végétations peuvent appauvrir considérablement d'anciens espaces
pastoraux extensifs de par leur dynamique colonisatrice.
Menaces : envahissement par des espèces ligneuses, suite à la déprise agricole.
Voir tableau p.17
Les ourlets calcaires mésophiles
Alliance du Trifolion medii
Code Corine : 34.42 – Lisières mésophiles
Code UE : 6210 - Pelouses sèches
d'embuissonnement sur calcaires
semi-naturelles
et
faciès
Habitat d’intérêt communautaire si il est associé à des pelouses
calcaires
Répartition : milieu peu commun.
Ecologie : milieux calcaires ensoleillés ou légèrement ombragés,
mais pas particulièrement chauds et secs.
Composition floristique : ce groupement est souvent dominé par
le Brachypode rupestre (Brachypodium rupestre) et le Carex
glauque (Carex flacca), accompagné de l’Aristoloche à feuilles
rondes (Aristolochia rotunda), du Grémil pourpre bleu
(Lithospermum purpureocaeruleum).
Intérêt patrimonial : faible.
Menaces : aucune.
L’Aristoloche
à feuilles rondes
Voir tableau p.17
36
Les ourlets nitrophiles des lieux ombragés
Alliance du Geo urbani - Alliarion petiolatae
Code Corine : 37.72 – Milieux ombragés eutrophes
Code UE : 6430-7 - Végétations des lisières forestières nitrophiles, hygroclines, semi-sciaphiles à sciaphiles
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ce groupement semble rare sur le site. Il a été localisé au bord d’un sentier, sur la
commune de Caucalières.
Ecologie : bords de chemins ombragés, sur sols frais et eutrophes.
Composition floristique : il est caractérisé par la Bryone dioïque (Bryonia dioica), la Benoite
urbaine (Geum urbanum), l’Alliaire (Alliaria petiolata).
Intérêt patrimonial : ces communautés offrent souvent une flore banale, mais elles
constituent des zones de refuge et des voies de passage pour certaines espèces animales.
Menaces : traitements mécaniques et chimiques.
Numéro de relevé
Date description jour
Date description mois
Exposition/pente
Altitude
Surface
Recouvrement
Type d'habitat
Ourlet nitrophile ombragé
Tableau des ourlets
nitrophiles et des
friches (voir P.51)
Syntaxon
Vicia sepium
Rumex obtusifolius
Rubus ulmifolius
Melissa officinalis
Geum urbanum
Bryonia dioica
Alliaria petiolata
Poa trivialis
Geranium robertianum
Galium aparine
Bromus sterilis
Silybum marianum
Dipsacus fullonum
Carduus pycnocephalus
Carduus tenuiflorus
Cirsium arvense
Cirsium vulgare
Arrhenatherum elatius
Ballota nigra
Arctium minus
Brachypodium sylvaticum
Clematis vitalba
Dactylis glomerata
Euphorbia dulcis
Fraxinus angustifolia
Hedera helix
Origanum vulgare
Poa compressa
Ranunculus acris subsp. acris
Tamus communis
Taraxacum officinale
Avena barbata
Myosotis arvensis
Geranium rotundifolium
Lamium purpureum
Medicago arabica
Bromus hordeaceus
Geranium dissectum
Hypericum perforatum
Lolium multiflorum
Medicago polymorpha
Mentha suaveolens
Poa pratensis
Potentilla reptans
Rumex conglomeratus
Sonchus asper
Stachys germanica
Torilis nodosa
Données des
relevés :
N°
Observat eur
24b FL, NL
24b
25
5
Plat
200
20
95
Franges des bords
boisés ombragés
Geo urbani-Alliarion
+
+
2
2
3
+
1
1
1
+
4a
11
5
Plat
230
6
70
Annuelles des terrains
en friche
Sisymbrion officinalis
68
23
6
Plat
235
Terrains en friche,
vivaces
Onopordion acanthii
+
2
3
1
1
2
3
2
2
1
+
+
1
+
+
1
1
+
+
+
1
+
+
1
+
1
2
1
2
+
1
1
1
+
+
+
+
1
1
+
+
1
+
commune
Caucalières
Localisat ion brut e
Ourlet le long du sent ier sur le versant sit ué au
nord du Pont du Gué Sec
4b
FL
Labruguière
Ourlet au sud-est du Colombier
4a
FL
Labruguière
Communaut é à annuelles au sud-est du Colombier
68
FL, NL
Caucalières
Zone rudérale en bord de rout e vers l'Auriol vieux
FL : Franço ise Laigneau, NL : Nico las Leblo nd
37
9. LES PRAIRIES
Les prairies pâturées
Alliance du Cynosurion cristati
Code Corine : 38.1 - Pâtures mésophiles
Habitat non communautaire
Répartition : ce type de milieu n’a été observé qu’une fois, dans un vallon.
Ecologie : ces communautés bénéficient, par rapport aux pelouses, d’un sol relativement
profond et riche. Il s’agit de prairies amendées (eutrophes) et pâturées. Les plantes qui y
poussent sont adaptées au piétinement par le bétail.
Composition floristique : cette prairie est composée à la fois par des espèces qui supportent
le piétinement comme la Pâquerette (Bellis perennis), l’Ivraie vivace (Lolium perenne), la
Porcelle enracinée (Hypochaeris radicata), accompagnées d’espèces des prairies comme
la Gaudinie (Gaudinia fragilis), l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium), le Plantain lancéolé
(Plantago lanceolata), la Renoncule bulbeuse (Ranunculus bulbosus).
Intérêt patrimonial : faible.
Menaces : aucune, si ce n’est l’abandon des activités agricoles.
Les prairies fauchées
Alliance du Brachypodio rupestris-Centaureion nemoralis
Code Corine : 38.2 - Prairies à fourrage des plaines
Code UE : 6510 - Prairies maigres de fauche de basse altitude
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ce type d’habitat est peu commun sur le site. Il se trouve dans les vallons.
Ecologie : ces communautés bénéficient, par rapport aux pelouses, d’un sol relativement
profond et riche. Elles sont amendées et fauchées chaque année.
Composition floristique : les prairies sont caractérisées par la Fétuque faux-roseau (Festuca
arundinacea), le Lin bisannuel (Linum bienne), la Marguerite (Leucanthemum vulgare), le
Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata subsp. glomerata), la Houlque laineuse (Holcus
lanatus).
Intérêt patrimonial : les prairies exploitées de manière extensive sont riches en espèces et
notamment en plantes à fleurs colorées. Fauchées après la floraison, ces prairies constituent
des habitats très importants pour les invertébrés (papillons…).
Menaces : ces prairies sont maintenues par l’activité de l’homme. Les menaces sont donc
l’abandon des pratiques actuelles ou le retournement.
38
Les prairies fauchées acidiclines
Ordre des Nardetalia
Alliance du Danthonio decumbentis-Serapion linguae
Code Corine : 38.2 - Prairies à fourrage des plaines
acidiclines
Code UE : 6510 - Prairies maigres de fauche de basse altitude
Habitat d’intérêt communautaire
Cette alliance est non reconnue dans la version actuelle du
Prodrome des Végétations de France. Elle peut être classée
soit parmi les pelouses acidiclines, soit parmi les prairies. Les
groupements que nous avons observés s’apparentent à des
prairies. Cependant, la présence de pelouses acidiclines est
possible sur le site.
Association : Orchido morionis-Serapietum linguae
Prairie de fauche avec la
Filipendule commune
(Payrin-Augmontel)
Répartition : ce type d’habitat est localisé sur le site à l’ouest
d’Augmontel.
Ecologie : ces communautés bénéficient d’un sol relativement profond
et riche, argileux, acidicline. Elles sont fauchées chaque année.
Composition floristique : ce type de prairie est composé à la fois
d’espèces de prairies comme la Fétuque faux-roseau (Festuca
arundinacea), le Lin bisannuel (Linum bienne), la Marguerite
(Leucanthemum vulgare), le Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata
subsp. glomerata), la Houlque laineuse (Holcus lanatus), et par des
espèces typiques des pelouses : la Brize intermédiaire (Briza media), le
Brome dressé (Bromus erectus). Elle est caractérisée par la présence du
Sérapias langue ou Tire-langue (Serapia lingua), du Sérapias à labelle
allongé (Serapia vomeracea), de l’Orchis brûlé (Orchis ustulata).
Intérêt patrimonial : ces communautés ont fortement régressé du fait
Le Sérapias à labelle
de l'évolution des pratiques agricoles. Elles sont parfois très riches en
allongé
espèces. Les pelouses anciennes non fertilisées peuvent accueillir de
riches cortèges de champignons avec des espèces devenues fort rares.
Menaces : ces communautés dont l’entretien est lié à l’activité pastorale, sont
particulièrement sensibles à la déprise agricole ou, au contraire, à l’intensification agricole.
39
Les prairies humides fauchées
Alliance du Bromion racemosi
Code Corine : 37.21 - Prairies humides atlantiques et subatlantiques
Répartition : ces prairies sont assez rares sur le site. Elles ont été localisées à proximité du Rieu
Favié.
Ecologie : ces communautés bénéficient d’un sol relativement profond, riche et humide. Elles
sont fauchées chaque année. Elles sont modérément amendées.
Composition floristique : les espèces caractéristiques sont le Jonc à fleurs aigües (Juncus
acutiflorus), la Succise des prés (Succisa pratensis), le Brome en grappes (Bromus racemosus),
l’Orchis à fleurs lâches (Orchis laxiflora), le Carex à épis distants (Carex distans). Ces espèces
typiques des prairies humides sont accompagnées d’un cortège d’espèces des prairies de
fauche.
Intérêt patrimonial : ces prairies présentent un cortège floristique remarquable bien que
dépourvu de raretés. Localisées sur les bas fonds, elles participent à la régulation de la
ressource en eau : elles limitent les effets de crue et peuvent contribuer à maintenir un débit
minimal lors des périodes de sècheresse. De plus, elles constituent de bons « pièges à
nitrates ».
Menaces : elles sont menacées par l'évolution des pratiques agricoles. Elles peuvent être
drainées et labourées pour l’implantation de cultures plus ou moins intensives : maïs, prairies
temporaires à Ray-grass (Lolium perenne). Elles sont parfois remplacées par des plantations
de peupliers. Certains aménagements hydrauliques peuvent atténuer ou supprimer les
dynamiques alluviales. Ces prairies remarquables ne bénéficient d’aucun statut
règlementaire. Elles ne figurent ni dans la liste des habitats déterminants en région MidiPyrénées, ni dans le manuel d’interprétation des habitats de l’Union européenne
(Commission Européenne, 1999).
40
Les prairies humides acides
Alliance : Juncion acutiflori
Code Corine : 37.312 - Prairies acides à Molinie
Code UE : 6410-11 - Prés humides subatlantiques à
précontinentaux, montagnards du Massif central et
des Pyrénées
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ces prairies sont rares sur le site. Nous
avons observé, sur deux localités, deux prairies
humides très différentes. La première se situe
dans le camp militaire, au milieu des plantations,
à l'est du « Couvent » ; la seconde se situe à
Prairie humide à
l'ouest d'Augmontel.
l’ouest
Ecologie : ces prairies se trouvent sur les sols très
d’Augmonte
humides
(dépressions,
suintements,
bords
de
ruisseau,…), oligotrophes, sur roche mère constituée
Ci-contre :
l’Orchis incarnat
d’ «argiles à graviers », acidicline.
Composition floristique : la première localité est
dominée par la Molinie (Molinia caerulea) et le Jonc
aggloméré (Juncus conglomeratus), accompagnés du Carex ponctué
(Carex punctata), piqueté d’Orchis incarnat (Dactylorhiza incarnata) et
d’Épipactis des marais (Epipactis palustris). La seconde localité est
dominée par le Jonc à fleurs aiguës (Juncus acutiflorus). On notera la
présence du Mouron délicat (Anagallis tenella). Les deux prairies accueillent la Salicaire
commune (Lythrum salicaria) et la Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica).
Intérêt patrimonial : le Carex ponctué (Carex punctata) est une espèce protégée dans la
région Midi-Pyrénées. La prairie située au milieu des plantations, à l'est du « Couvent »
accueillerait, selon N. Leblond, la plus grande population régionale actuellement connue de
cette espèce. Des communautés animales et de champignons intéressantes sont associées à
ces types de prairies. Localisées sur les bas fonds, elles participent à la régulation de la
ressource en eau : elles limitent les effets de crue et peuvent contribuer à maintenir un débit
minimal lors des périodes de sècheresse. De plus, elles constituent de bons « pièges à
nitrates ». Elles ont également un fort intérêt paysager.
Menaces : drainage, diminution de la pression pastorale, plantations de résineux, exploitation
forestière.
Prairie humide au
milieu des
plantations, à l'est
du « Couvent »
(Payrin-Augmontel)
41
Tableau des prairies
Numéro de relevé
Dat e descript ion jour
Dat e descript ion mois
Exposit ion
Alt it ude
Pent e
Surf ace
Recouvrement
Type d'habit at
Synt axon
M olinia caerulea
Juncus conglomerat us
Juncus ef f usus
Carex pallescens
Carex punct at a
Carex viridula subsp. oedocarpa
Galium uliginosum
Lot us pedunculat us
Lyt hrum salicaria
Carex panicea
Pulicaria dysent erica
Carex f lacca
Dact ylorhiza incarnat a
Equiset um palust re
Anagallis t enella
Orchis laxif lora
Succisa prat ensis
Pot ent illa rept ans
Juncus acut if lorus
M ent ha arvensis
M ent ha suaveolens
Lycopus europaeus
Ranunculus repens
Samolus valerandi
Bromus racemosus
Carex cuprina
Carex hirt a
Colchicum aut umnale
Scorzonera humilis
Carex dist ans
Orchis ust ulat a
Dant honia decumbens
Genist a t inct oria
Filipendula vulgaris
Polygala vulgaris
Serapias vomeracea
Luzula campest ris
Carex caryophyllea
Serapias lingua
Daucus carot a
Galium mollugo subsp. erect um
Hypochaeris radicat a
Briza media
Gaudinia f ragilis
Linum bienne
Ant hoxant hum odorat um
Holcus lanat us
Dact ylis glomerat a subsp. glomerat a
Fest uca arundinacea
Fest uca rubra
Oenant he pimpinelloides
Cent aurea t huillieri
Ranunculus bulbosus
Bromus erect us
Lot us corniculat us
Plant ago lanceolat a
Galium verum
Poa prat ensis
Trif olium prat ense
Ranunculus acris
Rumex acet osa
M edicago lupulina
Leucant hemum vulgare
Arrhenat herum elat ius
Triset um f lavescens
Poa t rivialis
Knaut ia arvensis
Lolium perenne
Convolvulus arvensis
Achillea millef olium
Bellis perennis
Ajuga rept ans
Bromus hordeaceus
Cynosurus crist at us
Lat hyrus prat ensis
Prunella vulgaris
Verbena of f icinalis
Brachypodium rupest re
Sanguisorba minor subsp. minor
Eryngium campest re
Bromus st erilis
Cerast ium f ont anum subsp. vulgare
M edicago arabica
Ranunculus acris subsp. f riesianus
Silaum silaus
Silene f los-cuculi
65a
23
6
Plat
260
< à 1%
11a
11
5
Plat
250
< à 1%
40
85
Prairies humides acides
à M olinie
Juncion acut if lori
3
3
+
+
2
1
+
+
+
+
1
1
+
1
+
2
+
2
+
1
1
1
3
2
1
30
25
5
Plat
225
< à 1%
100
100
Prairies
humides
Bromion
racemosi
Tüxen in de
Orchido morionisSerapiet um linguae
1
+
2
30
48
25
27
5
5
Plat
E
225
215
< à 1%
11 à 50 %
200
30
100
100
Prairies de
Pât ures
f auche
mesophiles
Br achypod.- Cynosurio
Cent aur eion
n crist at i
Tüxen 1947
2
+
+
1
2
2
1
+
2
+
2
+
3
+
+
2
1
1
2
1
1
1
2
1
1
1
+
+
+
1
+
+
1
1
3
+
+
+
+
+
2
1
+
43
9
26
11
5
5
SO
Plat
270
260
1 à 10 %
< à 1%
40
40
100
100
Prairies de f auche
acidiclines
2
2
1
+
2
2
+
2
+
3
1
1
2
+
1
1
+
2
+
2
+
1
1
+
1
2
1
1
2
2
1
2
+
1
1
+
2
+
1
1
1
+
1
1
2
3
2
3
2
3
1
1
2
1
+
1
1
1
1
1
2
1
2
2
2
1
1
2
1
+
+
+
+
1
+
3
+
2
+
2
+
+
+
1
+
+
2
3
+
1
1
1
+
+
2
1
1
1
1
+
+
+
1
42
Données des relevés :
N°
Observateur
Commune
Localisation brute
FL, NL
Payrin-Augmontel
Camp du Causse, prairie humide au milieu des plantations, à l'est du Couvent
11a FL
Payrin-Augmontel
Prairie humide à l'ouest d'Augmontel
30 FL, NL
Caucalières
Prairie humide au nord-est de la Borie Basse, proche du Rieu Favié
43 FL, FP
Payrin-Augmontel
Prairie au sud-ouest d'Augmontel
9
FL
Payrin-Augmontel
Prairie à l'ouest d'Augmontel
30 FL, NL
Caucalières
Prairie au nord-est de la Borie Basse, proche du Rieu Favié
48 FL
Caucalières
Prairie dans le vallon, vers Foncaude
FL : Françoise Laigneau, NL : Nicolas Leblond, FP : François Prud'homme
65a
Espèces peu communes :
Calluna vulgaris 65a (+) ; Carex pendula 65a (1) ; Centaurea 9 (1) ; Cirsium palustre 65a (+) ; Eupatorium cannabinum
65a (1) ; Hypericum pulchrum 65a (1) ; Mentha 11a (+) ; Orchis 9 (1) ; Sherardia arvensis 30 (1) ; Stachys officinalis 43 (1) ;
Teucrium scorodonia 65a (+) ; Trifolium dubium 30 (+) ; Trifolium ochroleucon 43 (+).
43
10. LES SOURCES ET SUINTEMENTS
Les sources et suintements calcaires
Alliance : Riccardio pinguis - Eucladion verticillati
Code Corine : 54.12 – Sources d’eaux dures
Code UE : 7220-1* - Communautés des sources et suintements
carbonatés
Habitat prioritaire
Répartition : ce milieu est rare sur le site.
Ecologie : ces communautés se développent sur matériaux
carbonatés mouillés issus de dépôts calcaires donnant souvent
des tufs (dépôts non consistants) ou des travertins (roches
calcaires déposées en lits irréguliers), souvent sur parois et abri
sous roche.
Composition floristique : ce type d’habitat est essentiellement
caractérisé par des bryophytes (mousses et hépatiques).
Intérêt patrimonial : l’intérêt de cet habitat est justifié par le
cortège bryophytique.
Menaces : modification du débit du cours d'eau, pollution ou
eutrophisation de l'eau, piétinement.
Dépôts de tuf au niveau de fontaines
11. LES FONTAINES ET LES MARES
Les mégaphorbiaies des sols minéraux
Alliance du Convolvulion sepium
Code Corine : 37.71 – Ourlets des cours d'eau
Code UE : 6430-4- Mégaphorbiaies eutrophes des eaux
douces
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ce groupement est rare sur le site.
Ecologie : il se situe au niveau de petits cours d’eau
ou de plans d’eau (fontaine). Le sol est humide et
riche (eutrophe).
Composition floristique : ce groupement est marqué
par la présence de l’Eupatoire chanvrine
(Eupatorium cannabinum) et du Carex à épis
pendants (Carex pendula).
Intérêt patrimonial : ces communautés offrent
souvent une flore banale ; elles constituent des
zones de refuge pour certaines espèces animales et
des « voies de circulation ». Elles occupent des
surfaces réduites et ont un intérêt patrimonial
certain.
Menaces : eutrophisation, drainage.
Ourlet humide dominé par le Carex à
épis pendants
44
Les végétations des dépressions humides et des
bords de mares
Dépression humide
temporairement inondée,
dominée par l’Agrostis
stolonifère
Classe : Agrostietea stoloniferae
Code Corine : 37.2 – Prairies humides eutrophes
Habitat non communautaire
Photo : N. Leblond
Répartition : ce milieu est rare sur le site, il a été
observé notamment au niveau du terrain de cross, au
sud de la Combe Fournial.
Ecologie : ce type d’habitat est présent au niveau des
dépressions humides argileuses.
Il est temporairement inondé.
Composition floristique : il est
caractérisé par la présence de
l’Agrostis stolonifère (Agrostis
stolonifera) et d’une plante peu
commune dans la région : le
Cresson
rude
(Sisymbrella
aspera).
Intérêt patrimonial : ces types d'habitats hébergent des espèces très
spécialisées. Ils contribuent à la diversité des niches écologiques.
Menaces : comblement.
Le Cresson rude
Les prairies aquatiques des eaux stagnantes ou peu courantes
Ordre : Nasturtio officinalis-Glycerietalia fluitantis
Code Corine : 53.4 – Bordures des eaux courantes
Habitat non communautaire
Répartition : ce milieu est rare et peu développé sur le site.
Ecologie : ces communautés s’installent en bordure des eaux calmes (stagnantes ou
légèrement fluantes). Elles sont présentes sur des substrats relativement riches en éléments
nutritifs, dans des eaux de niveau trophique variable.
Composition floristique : nous avons trouvé quelques stations de Véronique des ruisseaux
(Veronica beccabunga), plante aquatique indicatrice de cet habitat.
Intérêt patrimonial : ces types d'habitats hébergent des espèces très spécialisées. Ils
contribuent à la diversité des niches écologiques de l'écosystème aquatique, notamment
pour la faune aquatique et amphibie.
Menaces : drainage ou comblement, piétinement.
Au niveau d’une source, se trouve une végétation plus caractérisée. Elle appartient à ce
même ordre, et plus précisement à l’alliance de l’Apion nodiflori, des bordures des cours
d’eau non piétinés, frais et peu profonds. L’espèce indicatrice est l’Ache faux-cresson
(Apium nodiflorum).
45
Végétations des eaux peu profondes
Alliance : Oenanthion aquaticae
Code Corine : 53.1 – Nappes de Roseau
Répartition : type d’habitat rare sur le site, a été observé au
niveau d’une mare, à l’ouest d’Augmontel.
Ecologie : végétation des bords des eaux peu profondes, le
sol eutrophe est gorgé d’eau toute l’année.
Composition floristique : ce type d’habitat est caractérisé par
le Plantain d’eau (Alisma plantago-aquatica) et le Gaillet des
marais (Galium palustre).
Intérêt patrimonial : ces types d'habitats accueillent une flore
et une faune spécialisées. Ils couvrent souvent de petites
surfaces et contribuent, au sein de complexes de végétations
à leur diversité biologique.
Menaces : drainage ou comblement.
Feuilles du Plantain d’eau, parmi
des pousses de Glycérie
Communautés annuelles oligotrophes
Classe : Isoeto durieui - Juncetea bufonii
Code Corine : 22.323 – Communautés naines à Juncus bufonius
Code UE : 3130 - Eaux stagnantes, oligotrophes à mésotrophes avec végétation des Littorelletea
uniflorae et/ou des Isoeto-Nanojuncetea
Habitat d’intérêt communautaire
Répartition : ce type d’habitat est rare sur le site.
Ecologie : zones exondées des mares et étangs oligotrophes à mésotrophes.
Composition floristique : au cours de la phase d’assèchement partiel des mares, apparaissent
de petites espèces telles que le Jonc des crapauds (Juncus bufonius).
Intérêt patrimonial : ces types d'habitats sont peu communs. Ils sont pauvres en nombre
d'espèces végétales mais constitués de plantes très spécialisées.
Menaces : piétinement, stabilisation du niveau d’eau, remblaiement.
46
Tableau des habitats humides
Numéro de relevé
Dat e descript ion jour
Dat e descript ion mois
Alt it ude
Surf ace
Recouvrement
14
11
5
285
61a
23
6
250
Ourlet s des cours
d'eau
Type d'habit at
Synt axon
Ranunculus repens
Cirsium palust re
Lycopus europaeus
Carex cuprina
Carex hirt a
Carex pendula
Eupat orium cannabinum
Urt ica dioica
Sisymbrella aspera
Carex f lacca
Pulicaria dysent erica
Pot ent illa rept ans
Agrost is st olonif era
Juncus inf lexus
Juncus art iculat us
Juncus acut if lorus
M ent ha arvensis
Juncus buf onius
Juncus bulbosus
Hypericum humif usum
Apium nodif lorum
Nast urt ium of f icinale
Veronica beccabunga
M ent ha
Alisma plant ago-aquat ica
Glyceria cf . f luit ans
Galium palust re
Rubus
Salix caprea
Sambucus nigra
Clemat is vit alba
Galium aparine
Geranium robert ianum
Plant ago major subsp. int ermedia
Plant ago marit ima subsp. serpent ina
Poa t rivialis
Populus nigra
Prunus laurocerasus
Rumex
Rumex crispus
Convolvulion
sepium
3
+
+
+
+
3
2
+
1
2
1
61d
15
11b
23
11
11
6
5
5
250
290
250
2
4
80
40
Bordures des eaux
courant es
Nast urt io Glyceriet alia
13
11
5
260
M ares
Apion Oenant h
nodif lor
ion
37
25
5
235
35
26
5
335
65b
23
6
260
16
11
5
290
65c
23
6
260
Dépressions humides et
bords de mares
Communaut és
naines à annuelles
Agrost iet ea st olonif erae
Isoet o-Juncet ea
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
1
+
3
X
1
1
X
X
X
X
3
+
+
+
2
+
X
X
2
X
X
+
X
Données des relevés :
N°
Observateur
14
61d
15
11b
13
37
35
65b
16
65c
FL
FL, NL
FL
FL
FL
FL, NL
FL, NL
FL, NL
FL
FL, NL
co mmune
Payrin-Augmont el
Caucalières
Payrin-Augmont el
Payrin-Augmont el
Payrin-Augmont el
Caucalières
Payrin-Augmont el
Payrin-Augmont el
Payrin-Augmont el
Payrin-Augmont el
Lo calisatio n brute
Ourlet humide en cont rebas de la rout e à l'ouest d'Augmont el
Camp du Causse, f ont aine à l'est du Vieux Lardicou, dans l'eau
Fossé en cont rebas de la rout e à l'ouest d'Augmont el
Fossé dans une prairie humide à l'ouest d'Augmont el
M are dans un vallon à l'ouest d'Augmont el
M are, vers En Durs
Depression humide, t errain de cross au sud de la Combe Fournial
Camp du Causse, prairie humide au milieu des plant at ions, à l'est du Couvent , dans les ornières
Parcelle en cont rebas de la rout e à l'ouest d'Augmont el
Camp du Causse, annuelles dans un milieu humide au milieu des plant at ions, à l'est du Couvent
FL : Franço ise Laigneau, NL : Nico las Leblo nd
NB : la station 61a correspond à un habitat dégradé, probablement par une eutrophisation
du milieu, peut-être des piétinements. En effet, la Ronce (Rubus sp. ) y occupe une place
prédominante.
47
12. LES FRICHES et COMMUNAUTES RUDERALES
Les friches vivaces thermophiles à grands chardons
Alliance de l’Onopordion acanthii
Code Corine : 87.1 – Terrains en friche
Habitat non communautaire
Répartition : un seul représentant de ces
groupements a été localisé.
Ecologie : végétation nitrophile des zones
fréquemment remaniées par le bétail ou les
activités humaines, en climat chaud.
Composition floristique : il est caractérisé par de
grands chardons comme le Chardon-Marie
(Silybum marianum), le Chardon à têtes denses
(Carduus pycnocephalus), le Chardon à
capitules
grêles
(Carduus
tenuiflorus),
accompagnés de la Cardère sauvage encore appelée
Cabaret-des-oiseaux (Dipsacus fullonum).
Intérêt patrimonial : ce groupement très thermophile est peu
commun dans a région. Il se trouve ici bien caractérisé.
Menaces : aucune.
Friche thermophile à grands
chardons (Caucalières)
Les friches vivaces thermophiles
Alliance du Dauco carotae-Melilotion albi
Code Corine : 87.1 – Terrains en friche
Habitat non communautaire
Répartition : ce type de friche a été identifié sur le site par Julve et De Foucault (1994).
Ecologie : végétation nitrophile des zones fréquemment remaniées par le bétail ou les
activités humaines, en climat moins chaud : communautés moins thermophile qu la
précedente.
Composition floristique : il est caractérisé par la Carotte (Daucus carota), la Chicorée
(Cichorium intybus), le Silène enflé (Silene vulgaris), le Mélilot officinal (Melilotus officinale), la
Verveine officinale (Verbena officinalis).
Intérêt patrimonial : faible.
Menaces : aucune.
Les friches annuelles
Alliance du Sisymbrion officinalis
Code Corine : 87.1 – Terrains en friche
Habitat non communautaire
Répartition : milieu commun présent un peu partout sur le site.
Ecologie : végétation nitrophile des zones fréquemment remaniées par le bétail ou les
activités humaines, en climat chaud.
Composition floristique : il est caractérisé par le Brome stérile (Bromus sterilis), le Gaillet
gratteron (Galium aparine), l’Avoine barbue (Avena barbata).
Intérêt patrimonial : faible.
Menaces : aucune.
48
49
13. LES PLANTATION DE PINS
83.3112 - Plantations de Pins européens
Habitat non communautaire
Il existe sur le site des plantations de Pin noir (Pinus nigra). Aucune étude de la végétation n’a
été faite ici sur ces peuplements artificiels.
2- Cartographie des habitats naturels
Les cartes réalisées sont présentées en annexe 1. Nous avons réalisé : une carte en
plein de la répartition des types d’habitats dominants par polygones sur le site, une carte
présentant le statut des habitats dominants par polygone, une carte présentant la répartition
des habitats à statuts, une carte indiquant quels secteurs ont été visités et quels secteurs ont
été cartographiés à l’aide de photos aériennes, une carte détaillant les mosaïques
d’habitats c'est-à-dire précisant le nombre de types d’habitats différents par polygone et
enfin, une carte de localisation des différents relevés de végétation.
Un tableau présentant une évaluation des surfaces occupées par chaque type d’habitat
d’intérêt sur le site est présenté en annexe 2 (p. 61).
1. Limites de la méthode de cartographie
Surface (ha)
Etant donné la surface Nature de l'observation
importante
du
site,
la Observ ation directe av ec relev é phytosociologique 158,4
détermination
des
types Observ ation directe sans relev é phytosociologique
313,5
d’habitats présents dans de ( interprétation in situ de l'habitat)
nombreux polygones a été
37,4
Observ ation à distance
réalisée
par
photo45,2
interprétation. C’est à dire à Données CBNPMP
1436,9
partir d’observation de photos Photo-interprétation
aériennes, et non à partir
Surfaces concernées par les différentes méthodologies d’observation,
d’observations de terrain. Nous
pour la cartographie
avons
choisi
de
noter
« présent » un type d’habitat lorsque sa présence au sein d’un polygone est quasiment
certaine. C’est pourquoi la présence de certains types d’habitats remarquables est
probablement sous évaluée.
A propos du code Corine 82.1 – « Champs cultivés (subissant labour et semis) »
La carte des terres cultivées est en particulier à interpréter de façon critique. En effet,
les photographies aériennes, nous permettent de voir si une parcelle a été labourée ou
exploitée. Cependant, nous ne savons pas quelles sont les pratiques agricoles actuelles sur
chacune des parcelles.
Les parcelles pour lesquelles nous n’avons pas d’observation de terrain ont été notées par
défaut sur le code « 82.1 - Champs cultivés (subissant labour et semis) ».
Sur ces parcelles, nous pouvons potentiellement trouver un bon nombre d’habitats différents :
Elles peuvent être :
- simplement cultivées,
- cultivées et accueillir des communautés de plantes messicoles (code Corine : 82.3)
- exploitées comme prairies de fauche et dans ce cas accueillir soit des communautés des
prairies (code Corine : 38.2), soit des pelouses semi-arides (code Corine : 34.322), toutes deux
d’intérêt communautaire.
- laissées en friches et /ou en pâture dans ce cas, on peut surtout trouver des communautés
dégradées de pelouses (34) la plupart du temps en mosaïque avec des communautés à
annuelles sur calcaire rudéralisées (34.5131), ces dernières étant d’intérêt communautaire.
50
2. Difficultés liées à la cartographie des mosaïques complexes d’habitats
Une bonne part de la surface
du site est constituée de mosaïques
d’habitats (voir la carte présentant
le nombre de types d’habitats
différents présents dans chaque
polygone en annexe 1, p.59). Nous
présentons ci-dessous l’exemple
des complexe calcicoles xéropiles.
Type de végétation
Unité non complexe
Mosaïque spatiale
Mosaïque temporelle (dyn)
Unité mixte (spaciale et temporelle)
Surface (ha)
921
29,5
1007,3
33,7
Surfaces occupées par les différents types de complexes végétaux
Mosaïque spatiale : deux habitats ou plus s’interpénètrent et leur présence est liée non pas à
des phénomènes dynamiques mais à des variations au niveau du substrat
(microtopographie, présence d’affleurements…).
Mosaïque temporelle : les végétations imbriquées possèdent un lien dynamique et la limite
entre deux habitats ne peut être tracée de façon exacte en raison du gradient ou du
continuum existant.
Les mosaïques des pelouses sèches en voie de recolonisation par des fructicées.
Les pelouses sèches du Xerobromion sont parsemées de communautés buissonnantes du
Berberidion vulgaris. Çà et là peut se développer une végétation d’ourlet du Geranion
sanguinei. Elles peuvent, sur des secteurs où le sol a été remanié, accueillir des communautés
d’annuelles du Trachynion.
Les mosaïques d’habitats n’apparaissent pas sur les cartes. Elles peuvent par contre être
consultées en détail sur les fichiers joints aux résultats de cette étude. La répartition des
principaux types d’habitats est présentée à l’aide de cartes thématiques.
IV - HABITATS ET FLORE : INTÉRÊT PATRIMONIAL
1- Les habitats
1.
Les habitats dont le maintien dépend de la poursuite des activités agricoles
extensives
Parmi les habitats remarquables du site, certains dépendent de la poursuite des activités
agricoles extensives.
Le maintien des milieux ouverts, par la pratique de pâturage extensif sur les grandes
étendues du Causse de Caucalières, ainsi que sur les versants les plus chauds, constitue un
des enjeux de conservation les plus forts. En effet le Causse de Caucalières constitue un îlot
calcaire et xérophile isolé.
Les pelouses du Xerobromion erecti qui recouvrent d’immenses surfaces sur le Causse
sont d’intérêt communautaire, tandis celles de l’Helianthemo italici - Aphyllanthion
monspeliensis, présentes sur les versants les plus ensoleillés ne le sont pas. Ces deux types de
pelouses sèches accueillent de nombreuses espèces méditerranéennes. Leur physionomie
basse, ouverte, permet le développement en mosaïque de deux types d’habitats d’intérêt
communautaire prioritaire. Il s’agit des tonsures à annuelles basophiles du Trachynion
distachyae et parfois des dalles de l’Alysso-Sedion.
Les pelouses du Mesobromion sont d’intérêt communautaire. Elles sont globalement
en bon état de conservation et constituent un patrimoine naturel important. Elles sont pour la
plupart fauchées.
51
Certaines pelouses se referment et sont envahies de buissons constituant des fruticées.
L’ensemble des groupements végétaux composant le complexe calcicole autour des
pelouses du Xerobromion et de celles du Mesobromion est à considérer comme d’intérêt
communautaire. Ainsi, un juste équilibre doit être trouvé entre la conservation des
groupements des pelouses du Xerobromion ou du Mesobromion, et éventuellement, des
ourlets basophiles du Geranion sanguinei ou du Trifolion medii et des fruticées du Berberidion
vulgaris.
Parmi les fruticées, celles à Buis en formations stables sont d’intérêt communautaire.
Les fruticées des versants chauds et celles à Chênes kermès accueillent des espèces très
méditerranéennes en isolat et sont remarquables pour la région Midi-Pyrénées.
Le maintien des activités de fauche constitue également un enjeu important : on
observe des pelouses du Mesobromion fauchées mais aussi prairies de fauche du
Brachypodio rupestris-Centaureion nemoralis ou du Danthonio decumbentis-Serapion
linguae. Toutes trois sont d’intérêt communautaire.
Les communautés de plantes messicoles du Caucalidion lappulae, qui se développent
dans les cultures extensives ne sont pas d’intérêt communautaire. Elles sont cependant
remarquables sur le site et contribuent à la richesse floristique du Causse.
2. Les habitats humides remarquables
Les quelques habitats liés à la présence de l’eau sont rares et précieux sur le site du
Causse de Caucalières. Ils sont souvent localisés sur de très petites surfaces, ce qui les rend
particulièrement vulnérables. Ils pourraient être sensibles au piétinement ou à tous travaux
effectués à leur proximité (défrichage, création de chemins d’accès, travaux forestiers).
Les prairies acides à Molinie du Juncion acutiflori ainsi que les prairies de fauche du
Bromion racemosi sont des types d’habitats remarquables sur le site.
Des forêts alluviales de Frênes des bords des ruisselets de l’Alnenion glutinoso-incanae,
d’intérêt communautaire, ont été localisées le long du Rieu Favié. Elles sont d’intérêt
communautaire prioritaire.
Les formations de tuf du Riccardio pinguis-Eucladion verticillati, présentes au niveau
de quelques fontaines, sont d’intérêt communautaire prioritaire et sont un habitat rare dans
la région.
3. Les falaises
Les falaises calcaires ensoleillées des Potentilletalia caulescentis comme les falaises
ombragées du Violo biflorae-Cystopteridion alpinae sont très pauvres en espèces. Elles sont
cependant d’intérêt communautaire, et constituent un type d’habitat important pour la
faune.
Il est important d’accorder une attention particulière aux communautés des falaises
humides de l’Adiantion capilli-veneris. En effet, ce type d’habitat (non d’intérêt
communautaire) est rare en région Midi-Pyrénées et très localisé sur le site.
4. Les forêts
Les forêts de Chêne vert du Quercion ilicis constituent un habitat à préserver. Elles
recouvrent de petites surfaces et sont remarquables pour la région Midi-Pyrénées.
La présence du Hêtre observé en une station est remarquable pour le site ; elle permet de
déduire la présence du Cephalanthero rubrae-Fagion sylvaticae. Ce type de forêt (hêtraie
calcicole) est très rare dans ce secteur de la région.
Ces deux types de forêts sont d’intérêt communautaire.
52
2- La flore
Au niveau floristique, cette étude a permis de répertorier
près de 250 taxons (voir annexe 3 p. 62). Il ne s’agit bien
sûr que d’une part minime de la diversité floristique du
site.
Ce site accueille de nombreuses espèces
déterminantes pour l’actualisation des Znieff de MidiPyrénées
(Zone
naturelle
d'intérêt
écologique,
faunistique et floristique) ; ainsi qu’un certain nombre
d’espèces appartenant à la liste rouge régionale.
L’Arbousier
Parmi celles-ci, nous pouvons souligner la présence de
nombreuses espèces très méditerranéennes très rares dans la région, qui se trouvent ici
isolées de leur aire de répartition principale comme la Salsepareille (Smilax aspera),
l’Arbousier
(Arbutus
unedo),
la
Santoline
(Santolina
La Salsepareille
chamaecyparissus), le Brachypode rameux (Brachypodium
retusum), découvert dans le Tarn lors de nos inventaires, la Petite
mélique (Melica minuta subsp. major).
Quatre espèces protégées ont été localisées. La Sabline
des chaumes (Arenaria controversa) et l’Orchis porte-punaise
parfumée (Orchis coriophora L. subsp. fragrans), qui sont des
espèces protégées au niveau national. La Marguerite vertglauque (Leucanthemum subglaucum) et le Carex ponctué
(Carex punctata), sont protégés en Midi-Pyrénées.
A noter que le site accueille d’autres espèces rares et
protégées au niveau national comme par exemple l’Ophrys
bombyx (Ophrys bombyliflora) et l’Ophrys ciliée (Ophrys ciliata).
Parmi les espèces remarquables observées au cours de cette étude, nous pouvons
citer une espèce peu commune dans la région : le Calamagrostis commun (Calamagrostis
epigejos), seconde découverte dans le Tarn. Le Trèfle fausse bardane (Trifolium lappaceum)
et l’Echinaire à têtes (Echinaria capitata) ont été « redécouverts » lors de cette étude : ils
n’avaient pas été revus dans le département du Tarn récemment.
La liste des espèces à statut observées (attention, il ne s’agit pas du tout d’un inventaire
exhaustif) est présentée en annexe 4 (p. 66).
V-CONCLUSION
Le site du Causse de Caucalières et Labruguière accueille une grande diversité
d’habitats, dont certains sont très rares dans la région Midi-Pyrénées.
En effet ce site constitue un îlot calcaire et xérophile isolé, renfermant des types
d’habitats rares dans cette partie de la région, ainsi qu’une flore très méditerranéenne, qui se
situe ici isolée de son aire de répartition principale.
Les milieux sur lesquels il faudra porter une attention toute particulière sont les milieux
humides, souvent très localisés et ponctuels. Ils pourraient être sensibles au piétinement ou à
tout travaux effectués à leur proximité (défrichage, création de chemins d’accès,
drainages..) ; ainsi que les habitats remarquables sensibles à la déprise agricole. Le fait
d’encourager les agriculteurs à maintenir des pratiques de culture et de pâturage extensifs,
ainsi que des pratiques de fauche, peut permettre de préserver certains de ces milieux.
Il serait nécessaire de poursuivre des actions d’inventaire, peut-être plus ciblés, sur des
types d’habitats remarquables ou dont la répartition exacte demeure mal connue (comme
53
les pelouses du Mesobromion, les prairies de fauche du Brachypodio rupestris-Centaureion
nemoralis ou du Danthonio decumbentis-Serapion linguae ; ou encore les hêtraies du
Cephanthero-Fagion).
La richesse de ce site mérite d’être valorisée auprès des habitants du site et des environs.
Ces milieux naturels sont d’une grande valeur et d’une originalité remarquable.
BIBLIOGRAPHIE
ADASEA 81 ET SOCIÉTÉ TARNAISE DE SCIENCES NATURELLES, 2002 - Document d’objectif du site
Natura 2000 Causse de Caucalières et Labruguière FR 7300945
BARDAT J., BIORET F., BOTINEAU M., ET AL., 2004 - Prodrome des végétations de France ; Ed.
Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris, 171 p.
JULVE P. ET FOUCAULT (DE) B., 1994 - Phytosociologie synusiale dans le Tarn ; Bull. Soc. Bot.
Nord France, 47 (4) : 23-47.
PARC NATUREL RÉGIONAL (PNR) DES GRANDS CAUSSES, 2004 - Réseau Natura 2000, documents
d'objectifs de la zone spéciale de conservation « Causse Noir et ses Corniches » FR 7300855.
THIOULOUSE J., CHESSEL D., DOLÉDEC S., OLIVIER J-M., GOREAUD F., PELISSIER R., 2001 - ADE4 Ecological Data Analysis ; Exploratory and Euclidean methods in Environmental sciences ;
CNRS 1995-2000. http://pbil.univ-lyon1.fr/ADE-4/
54
55
Annexe 1 : cartes
- Types d'habitats dominants par polygone
- Statut des habitats dominants par polygone
- Répartition des habitats à statuts
- Localisation des relevés et nature des observations utilisées
- Mosaïques d’habitats : nombre de types d’habitats différents par polygone
56
57
Annexe 2
Evaluation des surfaces occupées par chaque type d’habitat sur le site
Code
Corine
Libellé Corine
Statut
habitat
Code
Natura
Syntaxon
Surface
(hectares)
34.111
Gazons à orpins
PR
6110
Alysso alyssoidis-Sedion albi
34.5131
Groupements annuels calciphiles de l'ouest méditerranéen
PR
6220
Trachynion distachyae
86,884
34.5131
Groupements annuels calciphiles de l'ouest méditerranéen
PR
6220
Trachynion distachyae rudéralisé
33,684 s
44.31
Forêts de Frênes et d'Aulnes des ruisselets et des sources
PR
91EO
Alnenion glutinoso-incanae
54.12
Sources d'eaux dures
PR
7220
Riccardio pinguis-Eucladion verticillati
Total habitats prioritaires
2,118 s
5,021
0,011 S
127,718
32.134
Matorral arborescent à Juniperus communis
IC
5210
Berberidion vulgaris
0,36
31.812
Fruticées à Prunelliers et Troènes
IC
6210
Berberidion vulgaris
14,453
31.82
Fruticées à Buis en formation stable
IC
5110
Berberidion vulgaris
8,631
31.88
Fruticées à Genévriers communs
IC
6210
Berberidion vulgaris
153,559
34.322
Pelouses semi-arides
IC
6210
Mesobromion erecti
307,396
34.324
Pelouses du Mesobromion alluviales et humides
IC
6210
Mesobromion erecti
34.33
Pelouses calcaires subatlantiques très sèches
IC
6210
Xerobromion erecti
45.32
Forêts de Chênes verts supra-méditerranéennes
IC
9340
Quercion ilicis
34.41
Lisières xéro-thermophiles
IC
6210
Geranion sanguinei
8,113 s
34.42
Lisières mésophiles
IC
6210
Trifolion medii
0,134 s
37.312
Prairies acides à Molinie
IC
6410
Juncion acutiflori
1,232
37.71
Ourlets des cours d'eau
IC
6430
Convolvulion sepium
0,039
37.72
Franges des bords boisés ombragés
IC
6430
Geo urbani-Alliarion petiolatae
0,018 s
38.2
Prairies à fourrages des plaines
IC
6510
Brachypodio rupestris-Centaureion nemoralis
38.2
Prairies à fourrages des plaines
IC
6510
Danthonio decumbentis-Serapion linguae
1,106 s
41.16
Hêtraies sur calcaire
IC
9150
Cephalanthero rubrae-Fagion sylvaticae
1,206 ?
22.323
Communautés naines à Juncus bufonius
IC
3130
Isoeto durieui - Juncetea bufonii
0,073
62.151
Falaises calcaires sub-méditerranéennes ensoleillées
IC
8210
Potentilletalia caulescentis
62.152
Falaises calcaires ombragées
IC
8210
Violo biflorae-Cystopteridion alpinae
Total habitats d'intérêt communautaire
0,206
449,367
7,77
28,713 ?
0,094 s
0,0005 s
982,4705
24
Eaux courantes
NC
34
Pelouses non stabilisées (parcelles en friche)
NC
0,451
22.13
Mares
NC
31.811
Fourrés médio-européens sur sol fertile
NC
Pruno spinosae-Rubion ulmifolii
31.812
Fruticées à Prunelliers et Troènes
NC
Berberidion vulgaris
28,069
31.88
Fruticées à Genévriers communs
NC
Berberidion vulgaris
107,981
32.113
Matorral calciphile de Quercus ilex, Q. coccifera
34.41
Lisières xéro-thermophiles
34.42
Brometalia erecti
41,17
0,157
9,496
Pistacio lentisci-Rhamnetalia alaterni
1,437
NC
Geranion sanguinei
1,177 s
Lisières mésophiles
NC
Trifolion medii
0,101 s
34.72
Steppes supra-méditerranéennes
NC
Helianthemo italici - Aphyllanthion monspeliensis
15,848 s
34.72
Steppes supra-méditerranéennes dominée par la Seslérie
NC
Helianthemo italici - Aphyllanthion monspeliensis
5,042 s
37.2
NC
Agrostietea stoloniferae
0,445
37.21
Prairies humides eutrophes, communautés basales des bords de mares
et des depressions
humides et subatlantiques
Prairies
humides atlantiques
NC
Bromion racemosi
0,366
38.1
Pâtures mesophiles
NC
Cynosurion cristati
41.2
Chênaies-charmaies
NC
Carpinion betuli
44,524
41.711
Bois occidentaux de Quercus pubescens
NC
Quercion pubescenti-sessiliflorae
81,394
53.1
Nappes de Roseau
NC
Oenanthion aquaticae
0,008
53.4
Bordures des eaux courantes
NC
Nasturtio officinalis-Glycerietalia fluitantis
0,028
62.51
Falaises humides thermophiles méditerranéennes
NC
Adiantion capilli-veneris
0,748 S
82.1
Champs cultivés (subissant labour et semis)
NC
82.3
Cultures extensives
NC
Caucalidion lappulae
82.3
Cultures extensives
NC
Caucalidion lappulae
83.3112
Plantations de Pins européens
NC
338,733
86.2
Villages
NC
40,039
86.3
Sites industriels
NC
87.1
Terrains en friche, très thermophile
NC
87.1
Terrains en friche, terres nues, décapées
NC
Total habitats non communautaires
Surface totale
5,447 s
96,16 S
134,329 s
38,168 s
6,313
Onopordion acanthii
0,011 s
17,996 s
1015,638
2125,8265
s = surfaces probablement sous-évaluées
S = surfaces probablement sur-évaluées
? Niveau de précision de la surface évaluée inconnue
61
Annexe 3 : liste des taxons observés au cours de cette étude
Acer campestre L.
Bombycilaena erecta (L.) Smolj.
Acer monspessulanum L. subsp. monspessulanum
Brachypodium distachyon (L.) P. Beauv.
Acer monspessulanum L. subsp. martinii (Jordan) P. Fourn.
Brachypodium phoenicoides (L.) Roemer & Schultes
Acer pseudoplatanus L.
Brachypodium retusum (Pers.) P. Beauv.
Aceras anthropophorum (L.) Aiton fil.
Brachypodium rupestre (Host) Roemer & Schultes
Achillea millefolium L.
Brachypodium sylvaticum (Hudson) P. Beauv.
Acinos arvensis (Lam.) Dandy
Briza media L.
Adiantum capillus-veneris L.
Bromus commutatus Schrader
Adonis annua L.
Bromus erectus Hudson
Aegilops ovata L.
Bromus hordeaceus L.
Agrimonia eupatoria L.
Bromus madritensis L.
Agrostis stolonifera L.
Bromus racemosus L.
Ailanthus altissima (Miller) Swingle
Bromus sterilis L.
Ajuga chamaepitys (L.) Schreber
Bryonia dioica Jacq.
Ajuga reptans L.
Bunium bulbocastanum L. var. bulbocastanum
Alisma plantago-aquatica L. «A. plantago»
Bupleurum baldense Turra
Alliaria petiolata (M. Bieb.) Cavara & Grande
Buxus sempervirens L.
Allium roseum L.
Calamagrostis epigejos (L.) Roth
Allium sphaerocephalon L.
Calamintha ascendens Jordan
Alnus glutinosa (L.) Gaertn.
Calluna vulgaris (L.) Hull
Alopecurus myosuroides Hudson.
Cardamine flexuosa With.
Althaea hirsuta L.
Cardamine pratensis L.
Alyssum alyssoides (L.) L.
Carduncellus mitissimus (L.) DC.
Anacamptis pyramidalis (L.) L.C.M. Richard
Carduus nigrescens Vill.
Anagallis foemina Miller
Carduus pycnocephalus L.
Anagallis tenella (L.) L.
Carduus tenuiflorus Curtis
Anthemis altissima L. emend Sprengel, 1826
Carex caryophyllea Latourr.
Anthericum liliago L.
Carex cuprina (Sandor ex Heuffel) Nendtwich ex A. Kern
Anthoxanthum odoratum L.
Carex distans L.
Anthriscus sylvestris (L.) Hoffm.
Carex flacca Schreber
Anthyllis vulneraria L. subsp. pseudovulneraria (Sagorski) J. Duvigneaud
Carex halleriana Asso
Aphanes arvensis L.
Carex hirta L.
Aphyllanthes monspeliensis L.
Carex humilis Leysser
Apium nodiflorum (L.) Lag.
Carex pairae F.W. Schultz
Aquilegia vulgaris L.
Carex pallescens L.
Arabis hirsuta (L.) Scop.
Carex panicea L.
Arbutus unedo L.
Carex pendula Hudson
Arctium minus (J. Hill) Bernh.
Carex pilulifera L.
Arenaria controversa Boiss.
Carex punctata Gaudin
Arenaria leptoclados (Reichenb.) Guss.
Carex remota L.
Arenaria serpyllifolia L.
Carex sylvatica Hudson
Aristolochia rotunda L.
Carex viridula Michaux subsp. oedocarpa (Anderss.) B. Schmid
Arrhenatherum elatius (L.) P. Beauv. ex J. & C. Presl
Carlina corymbosa L.
Arum italicum Miller
Carpinus betulus L.
Asparagus acutifolius L.
Carthamus lanatus L.
Asperula cynanchica L.
Castanea sativa Miller
Asphodelus albus Miller subsp. albus
Catananche caerulea L.
Asplenium adiantum-nigrum L.
Catapodium rigidum (L.) C.E. Hubbard
Asplenium ceterach L.
Centaurea calcitrapa L.
Asplenium ruta-muraria L.
Centaurea collina L.
Asplenium scolopendrium L.
Centaurea paniculata L.
Asplenium trichomanes L. subsp. pachyrachis (Christ) Lovis & Reichst.
Centaurea thuillieri J. Duvigneaud & J. Lambinon
Asplenium trichomanes L. subsp. quadrivalens D.E. Meyer
Centaurea timbalii Martrin-Donos
Asteriscus spinosus (L.) Schultz Bip.
Centaurium pulchellum (Swartz) Druce
Athyrium filix-femina (L.) Roth
Cephalaria leucantha (L.) Roemer & Schultes
Avena barbata Link
Cerastium fontanum Baumg. subsp. vulgare (Hartm.) Greuter & Burdet
Ballota nigra L. subsp. meridionalis
Cerastium glomeratum Thuill.
Barbarea vulgaris R. Br.
Cerastium pumilum Curtis
Bellis perennis L.
Chaenorrhinum minus (L.) Lange
Bituminaria bituminosa (L.) E.H. Stirton
Circaea lutetiana L.
Blackstonia perfoliata (L.) Hudson subsp. perfoliata
Cirsium acaule Scop.
62
Cirsium arvense (L.) Scop.
Fraxinus angustifolia Vahl
Cirsium palustre (L.) Scop.
Fraxinus excelsior L.
Cirsium vulgare (Savi) Ten.
Fumana ericoides subsp. montana (Pomel) Güemes & Muñoz Garm.
Cistus albidus L.
Fumana procumbens (Dunal) Gren. & Godron
Clematis vitalba L.
Fumaria officinalis L.
Colchicum autumnale L.
Galium aparine L.
Conopodium majus (Gouan) Loret
Galium mollugo L. subsp. erectum Syme
Convallaria majalis L.
Galium mollugo L. subsp. mollugo
Convolvulus arvensis L.
Galium palustre L.
Convolvulus cantabrica L.
Galium parisiense L.
Cornus sanguinea L.
Galium pumilum Murray
Coronilla minima L. subsp. minima
Galium uliginosum L.
Coronilla scorpioides (L.) Koch
Galium verum L.
Corylus avellana L.
Gaudinia fragilis (L.) P. Beauv.
Crataegus monogyna Jacq.
Genista pilosa L.
Crepis sancta (L.) Bornm.
Genista scorpius (L.) DC.
Crepis vesicaria L. subsp. taraxacifolia (Thuill.) Schinz & R. Keller
Genista tinctoria L.
Cruciata glabra (L.) Ehrendorfer
Geranium columbinum L.
Cynoglossum creticum Miller
Geranium dissectum L.
Cynosurus cristatus L.
Geranium molle L.
Cytisus scoparius (L.) Link subsp. scoparius var. scoparius
Geranium nodosum L.
Dactylis glomerata L. subsp. glomerata
Geranium robertianum L.
Dactylis glomerata L. subsp. hispanica (Roth) Nyman
Geranium rotundifolium L.
Dactylorhiza incarnata (L.) Soó
Geum urbanum L.
Danthonia decumbens (L.) DC.
Gladiolus italicus Miller
Daphne laureola L. subsp. laureola
Glechoma hederacea L.
Daucus carota L. subsp. carota
Globularia bisnagarica L.
Dipsacus fullonum L.
Glyceria fluitans (L.) R. Br.
Dorycnium pentaphyllum Scop.
Hedera helix L.
Dryopteris affinis (Lowe) Fraser-Jenkins subsp. affinis
Helianthemum apenninum (L.) Miller
Dryopteris filix-mas (L.) Schott
Helianthemum nummularium (L.) Miller
Echinaria capitata (L.) Desf.
Helichrysum italicum (Roth) G. Don fil.
Echium vulgare L.
Helichrysum stoechas (L.) Moench
Elytrigia campestris (Godron & Gren.) Kerguélen
Helleborus foetidus L.
Epilobium hirsutum L.
Hieracium lachenalii C.C. Gmelin, sensu 3, 5, 6 gr. ar
Equisetum palustre L.
Hieracium pilosella L.
Equisetum telmateia Ehrh.
Hippocrepis comosa L.
Erica cinerea L.
Hippocrepis emerus (L.) P. Lassen
Erica scoparia L.
Holcus lanatus L.
Erodium cicutarium (L.) L'Hérit.
Holosteum umbellatum L.
Eryngium campestre L.
Hypericum androsaemum L.
Eupatorium cannabinum L.
Hypericum hirsutum L.
Euphorbia amygdaloides L.
Hypericum humifusum L.
Euphorbia dulcis subsp. incompta (Ces.) Nyman
Hypericum perforatum L.
Euphorbia exigua L.
Hypericum pulchrum L.
Euphorbia falcata L.
Hypochaeris radicata L.
Euphorbia flavicoma DC. 2, 3, 4, 5 subsp. verrucosa (Fiori) Pignatti
Iberis amara L.
Euphorbia helioscopia L.
Ilex aquifolium L.
Euphorbia stricta L.
Inula montana L.
Fagus sylvatica L.
Iris foetidissima L.
Festuca arundinacea Schreber
Jasminum fruticans L.
Festuca auquieri Kerguélen
Juncus acutiflorus Enrh. ex Hoffm.
Festuca heterophylla Lam.
Juncus articulatus L.
Festuca lemanii Bast.
Juncus bufonius L.
Festuca marginata (Hackel) K. Richter subsp. marginata
Juncus bulbosus L.
Festuca rubra L.
Juncus conglomeratus L.
Ficus carica L.
Juncus effusus L.
Filago pyramidata L.
Juncus inflexus L.
Filipendula vulgaris Moench
Juniperus communis L. subsp. communis
Fragaria vesca L.
Knautia arvensis (L.) Coulter
Fragaria viridis Weston
Koeleria vallesiana (Honckeny) Gaudin
Frangula alnus Miller
63
Lamium galeobdolon (L.) L. ssp. montanum (Pers.) Hayek
Orchis ustulata L.
Lamium purpureum L.
Origanum vulgare L.
Lathyrus cicera L.
Ornithogalum narbonense L.
Lathyrus pratensis L.
Ornithogalum pyrenaicum L.
Lathyrus sphaericus Retz.
Osyris alba L.
Lavandula latifolia Medik.
Papaver dubium L.
Legousia speculum-veneris (L.) Chaix
Papaver rhoeas L.
Leontodon crispus Vill.
Petrorhagia prolifera (L.) P.W. Ball & Heywood
Leontodon hispidus L.
Peucedanum cervaria (L.) Lapeyr.
Leucanthemum subglaucum De Laramb.
Phillyrea media L.
Leucanthemum vulgare Lam.
Phleum phleoides (L.) Karsten
Leuzea conifera (L.) DC.
Picris hieracioides L.
Ligustrum vulgare L.
Pinus nigra Arnold
Limodorum abortivum (L.) Swartz
Pinus pinaster Aiton
Linaria repens (L.) Miller
Pinus sylvestris L.
Linum bienne Miller
Pistacia terebinthus L.
Linum catharticum L.
Plantago lanceolata L.
Linum strictum L.
Plantago major L. subsp. intermedia (Gilib.) Lange
Linum tenuifolium L.
Plantago maritima L. subsp. serpentina (All.) Arcangeli
Lithospermum officinale L.
Plantago media L.
Lithospermum purpureocaeruleum L.
Poa bulbosa L.
Lolium multiflorum Lam.
Poa compressa L.
Lolium perenne L.
Poa pratensis L.
Lonicera etrusca G. Santi
Poa trivialis L.
Lonicera periclymenum L.
Polygala vulgaris L.
Lonicera xylosteum L.
Polygonatum odoratum (Miller) Druce
Lotus corniculatus L.
Polypodium vulgare L.
Lotus glaber Miller
Polystichum setiferum (Forsskål) Woynar
Lotus pedunculatus Cav.
Populus alba L.
Luzula campestris (Ehrh.) Lej.
Populus nigra L.
Luzula forsteri (Sm.) DC.
Potentilla erecta (L.) Räuschel
Luzula multiflora (Ehrh.) Lej.
Potentilla neumanniana Reichenb.
Lycopus europaeus L.
Potentilla reptans L.
Lythrum salicaria L.
Prunella vulgaris L.
Medicago arabica (L.) Hudson
Prunus avium L.
Medicago lupulina L.
Prunus laurocerasus L.
Medicago minima (L.) L.
Prunus mahaleb L.
Medicago orbicularis (L.) Bartal.
Prunus spinosa L.
Medicago polymorpha L.
Pteridium aquilinum (L.) Kuhn
Melica ciliata L. subsp. ciliata
Pulicaria dysenterica (L.) Bernh.
Melica minuta L.
Pulmonaria longifolia (Bast.) Boreau
Melissa officinalis L.
Pyrus amygdaliformis Vill.
Mentha arvensis L.
Quercus coccifera L.
Mentha suaveolens Ehrh.
Quercus humilis Miller
Mercurialis perennis L.
Quercus ilex L. subsp. ilex
Mespilus germanica L.
Quercus robur L.
Minuartia hybrida (Vill.) Schischkin
Quercus x auzandei
Minuartia mediterranea (Link) K. Maly
Ranunculus acris L. subsp. acris
Molinia caerulea (L.) Moench
Ranunculus acris L. subsp. friesianus (Jordan) Syme
Muscari comosum (L.) Miller
Ranunculus bulbosus L.
Myosotis arvensis Hill
Ranunculus ficaria L.
Nasturtium officinale R. Br.
Ranunculus gramineus L.
Oenanthe pimpinelloides L.
Ranunculus repens L.
Ononis minutissima L.
Ononis spinosa L. subsp. maritima (Dumort. ex Piré) P. Fourn. var. procurrens
(Wallr.) Kerguélen
Ranunculus sardous Crantz
Ophrys apifera Hudson
Rapistrum rugosum (L.) All. [1785] subsp. rugosum
Ophrys lutea Cav.
Reseda lutea L.
Ophrys sulcata P. & J. Devillers-Terschuren
Reseda phyteuma L.
Orchis coriophora L. subsp. fragrans (Pollini) K. Richter [1890]
Rhamnus alaternus L.
Orchis laxiflora Lam.
Ribes alpinum L.
Orchis morio L. subsp. picta (Loisel) K. Richter
Rosa arvensis Hudson
Orchis purpurea Hudson
Rosa x-dumalis Bechst.
Raphanus raphanistrum L.
64
Rosa canina L.
Teucrium aureum Schreber
Rubia peregrina L.
Teucrium botrys L.
Rubus caesius L.
Teucrium chamaedrys L.
Rubus ulmifolius Schott
Teucrium montanum L.
Rumex acetosa L.
Teucrium polium L. ssp. polium
Rumex conglomeratus Murray
Teucrium scorodonia L.
Rumex crispus L.
Thesium humifusum DC.
Rumex obtusifolius L.
Thymus polytrichus Borbás 2 subsp. britannicus (Ronniger) Kerguélen
Ruscus aculeatus L.
Thymus praecox Opiz subsp. praecox
Ruta graveolens L.
Thymus vulgaris L. ssp. vulgaris
Salix acuminata Miller
Torilis nodosa (L.) Gaertner
Salix aurita L.
Tragopogon dubius Scop.
Salix caprea L.
Trifolium campestre Schreber
Salvia pratensis L.
Trifolium dubium Sm.
Sambucus nigra L.
Trifolium lappaceum L.
Samolus valerandi L.
Trifolium nigrescens Viviani
Sanguisorba minor Scop. subsp. minor
Trifolium ochroleucon Hudson
Sanicula europaea L.
Trifolium pratense L.
Santolina chamaecyparissus L.
Trifolium scabrum L.
Scabiosa columbaria L.
Trifolium stellatum L.
Scorzonera humilis L.
Trisetum flavescens (L.) P. Beauv.
Scorzonera laciniata L.
Ulex europaeus L.
Scrophularia auriculata L.
Ulmus minor Miller
Scrophularia canina L.
Urospermum dalechampii (L.) Scop. ex F.W. Schmidt
Sedum album L.
Urtica dioica L.
Sedum anopetalum DC.
Valeriana officinalis L.
Sedum sediforme (Jacq.) Pau
Valerianella dentata (L.) Pollich
Senecio inaequidens DC.
Valerianella eriocarpa Desv.
Senecio jacobaea L.
Verbena officinalis L.
Serapias lingua L.
Veronica arvensis L.
Serapias vomeracea (Burm.) Briq.
Veronica beccabunga L.
Serratula tinctoria L. subsp. tinctoria
Veronica montana L.
Seseli montanum L.
Viburnum lantana L.
Sesleria caerulea (L.) Ard., non sensu 4
Viburnum opulus L.
Sherardia arvensis L.
Vicia sativa L. subsp. nigra (L.) Ehrh.
Silaum silaus (L.) Schinz & Thell.
Vicia sepium L.
Silene flos-cuculi (L.) Greuter & Burdet
Vincetoxicum hirundinaria Medik.
Silene latifolia Poiret subsp. alba (Miller) Greuter & Burdet
Viola alba Besser subsp. scotophylla (Jordan) Nyman
Silene nutans L.
Viola canina L.
Silene vulgaris (Moench) Garcke
Viola hirta L.
Silybum marianum (L.) Gaertner
Viola riviniana Reichenb.
Sinapis arvensis L.
Vulpia ciliata Dumort.
Sisymbrella aspera (L.) Spach
Vulpia unilateralis (L.) Stace
Smilax aspera L.
Xeranthemum
Solanum dulcamara L.
Sonchus asper (L.) Hill
Sorbus aria (L.) Crantz
Sorbus torminalis (L.) Crantz
Spartium junceum L.
Stachys annua (L.) L.
Stachys arvensis (L.) L.
Stachys cretica L. subsp. cassia (Boiss.) Rech. fil.
Stachys germanica L.
Stachys officinalis (L.) Trévisan
Stachys recta L.
Stachys sylvatica L.
Staehelina dubia L.
Stellaria holostea L.
Succisa pratensis Moench
Syringa vulgaris L.
Tamus communis L.
Taraxacum officinale Weber
65
Annexe 4 : Liste des taxons à statut observés
nom
Adiantum capillus-veneris L.
Adonis annua L.
Aegilops ovata L.
Allium roseum L.
Alyssum alyssoides (L.) L.
Anagallis tenella (L.) L.
Anthemis altissima L. emend Sprengel, 1826
Anthericum liliago L.
Aphyllanthes monspeliensis L.
Arbutus unedo L.
Arenaria controversa Boiss.
Aristolochia rotunda L.
Asparagus acutifolius L.
Asteriscus spinosus (L.) Schultz Bip.
Bombycilaena erecta (L.) Smolj.
Brachypodium distachyon (L.) P. Beauv.
Brachypodium phoenicoides (L.) Roemer & Schultes
Brachypodium retusum (Pers.) P. Beauv.
Bromus racemosus L.
Bunium bulbocastanum L. var. bulbocastanum
Carduncellus mitissimus (L.) DC.
Carduus pycnocephalus L.
Carex punctata Gaudin
Carlina corymbosa L.
Catananche caerulea L.
Centaurea calcitrapa L.
Centaurea collina L.
Centaurea paniculata L.
Cistus albidus L.
Colchicum autumnale L.
Convallaria majalis L.
Convolvulus cantabrica L.
Cruciata glabra (L.) Ehrendorfer
Echinaria capitata (L.) Desf.
Erica scoparia L.
Euphorbia falcata L.
Fagus sylvatica L.
Fragaria viridis Weston
Fumana ericoides (Cav.) Gandoger
Genista scorpius (L.) DC.
Holosteum umbellatum L.
Iberis amara L.
Jasminum fruticans L.
Lathyrus cicera L.
Lavandula latifolia Medik.
Legousia speculum-veneris (L.) Chaix
Leucanthemum subglaucum De Laramb.
Leuzea conifera (L.) DC.
Limodorum abortivum (L.) Swartz
Lonicera etrusca G. Santi
Minuartia mediterranea (Link) K. Maly
Ononis minutissima L.
Ophrys sulcata P. & J. Devillers-Terschuren
Orchis coriophora L. subsp. fragrans (Pollini) K. Richter [1890]
Ornithogalum narbonense L.
Osyris alba L.
Pistacia terebinthus L.
Prunus mahaleb L.
Quercus coccifera L.
Quercus ilex L.
Ranunculus gramineus L.
Rhamnus alaternus L.
Rosa caesia Sm.
Rumex intermedius DC.
Samolus valerandi L.
Santolina chamaecyparissus L.
Scorzonera laciniata L.
Serapias vomeracea (Burm.) Briq.
Sinapis arvensis L.
Smilax aspera L.
Staehelina dubia L.
Teucrium botrys L.
Teucrium montanum L.
Teucrium polium L.
Thymus polytrichus Borbás 2 subsp. britannicus (Ronniger) Kerguélen
Thymus praecox Opiz subsp. praecox
Trifolium lappaceum L.
Trifolium stellatum L.
Urospermum dalechampii (L.) Scop. ex F.W. Schmidt
Valerianella eriocarpa Desv.
PN
PRMP
LrPl
x
x
x
x
x
x
x
x
DetPl
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
DetMC
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
LrMC
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
PN = Protégée Nationale ; PRMP = Protégée en Région Midi-Pyrénées ; DetPl = espèces déterminantes pour l’actualisation des Znieff
de Midi-Pyrénées pour la zone biogéographique « Plaine » ; LrPl = liste rouge régionale pour la zone Plaine ; DetMC = espèces
déterminantes pour l’actualisation des Znieff de Midi-Pyrénées pour la zone biogéographique « Massif Central » ; LrMC = liste rouge
régionale pour la zone Massif Central.
Sur le site, seule la commune de Labruguière se situe dans la zone géographique « Massif Central ».
66
Annexe 5 : noms et auteurs des syntaxons, dates de description
Noms et auteurs des syntaxons cités, dates de description.
Classes
Agrostietea stoloniferae Th. Müll. & Görs 1969
Isoeto durieui - Juncetea bufonii Br.-Bl. & Tüxen ex V. West., Dijk & Paschier 1946
Ordres
Brometalia erecti Koch 1926
Nasturtio officinalis-Glycerietalia fluitantis Pignatti 1953
Pistacio lentisci-Rhamnetalia alaterni Rivas-Martínez 1975
Alliances
Adiantion capilli-veneris Br.-Bl. ex Horvati´c 1939
Alnenion glutinoso-incanae Oberdorfer 1953
Alysso alyssoidis-Sedion albi Oberdorfer & Müller in Müller 1961
Brachypodio rupestris-Centaureion nemoralis Br.-Bl. 1967
Berberidion vulgaris Br.-Bl. 1950
Bromion racemosi Tüxen in Tüxen & Preising 1951 nom. nud.
Carpinion betuli Issler 1931
Caucalidion lappulae Tüxen 1950 nom. nud.
Cephalanthero rubrae-Fagion sylvaticae (Tüxen in Tüxen & Oberdorfer 1958) Rameau 1996 nom. inval.
Convolvulion sepium Tüxen in Oberdorfer 1957
Cynosurion cristati Tüxen 1947
Danthonio decumbentis-Serapion linguae de Foucault (1994)
Dauco carotae-Melilotion albi Görs 1966
Geo urbani-Alliarion petiolatae Lohmeyer & Oberdorfer ex Görs & Müller 1969
Geranion sanguinei Tüxen in Müller 1962
Helianthemo italici-Aphyllanthion monspeliensis Díez Garretas, Fernández González & Asensi 1998
Juncion acutiflori Br.-Bl. in Br.-Bl. & Tüxen 1952
Mesobromion erecti (Br.-Bl. & Moor 1938) Oberdorfer 1957 nom. cons. propos.
Oenanthion aquaticae Hejn´y ex Neuhäusl 1959
Onopordion acanthii Br.-Bl. in Br.-Bl., Gajewski, Wraber & Walas 1936
Pruno spinosae-Rubion ulmifolii O. Bolòs 1954
Quercion ilicis Br.-Bl. ex Molinier 1934
Potentillion caulescentis Br.-Bl. in Br.-Bl. & H. Jenny 1926
Quercion pubescenti-sessiliflorae Br.-Bl. 1932
Riccardio pinguis-Eucladion verticillati Bardat all. prov.
Sisymbrion officinalis Tüxen, Lohmeyer & Preising ex von Rochow 1951
Trachynion distachyae Rivas-Martínez ex Rivas-Martínez, Fern.-Gonz. & Loidi 1999
Trifolion medii Müller 1962
Violo biflorae-Cystopteridion alpinae F. Casas 1970
Xerobromion erecti (Br.-Bl. & Moor 1938) Moravec in Holub, Hejn´y, Moravec & Neuhäusl 1967
Sous-alliance
Tetragonolobo maritimi-Mesobromenion erecti Royer 1991 nom. inval.
Associations
Orchido morionis-Serapietum linguae de Foucault 1986a
Pistacio terebenthi - Amelanchieretum ovalis (Vanden Berghen 1963) de Foucault & Julve 2001
Rhamno saxatilis - Buxetum sempervirentis (de Bannes-Puygiron 1933) Tüxen 1952
67
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire