technique de mammographie et CQ-1

publicité
Le mammographie et Contrôle de
qualité
Khalid TALSMAT
Service de Contrôle Qualité des Radiopharmaceutiques
Responsable du Laboratoire de Physique Médicale
-CNESTENtalsmatkhalid@yahoo.fr
Objectifs
- Acquérir les connaissances nécessaires pour la
maitrise du spectre de rayons X en mammographie
- Assimiler les règles des protocoles existants pour
l’obtention de mammographies de qualité optimale.
- Acquérir les connaissances nécessaires à la
réalisation du contrôle de qualité dans le cadre de la
mammographie;
- Comprendre l’intérêt des différents tests dans la
démarche de contrôle de qualité.
2
Rappel
3
Historique
1913 : première radiographie du sein par Albert Salomon.
1949 : introduction de la compression alors que le cône
localisateur est utilisé depuis les toutes premières
tentatives de radiographier le sein.
1965 : premier mammographe mis sur le marché par la CGR à
anode en molybdène , un système de compression intégré
et doté d’un axe autour duquel pivotait l’ensemble tube,
compresseur, potter.
2004-2006: utilisation à grande échelle du
Mammographe numérique.
4
Types de mammographes
Composante du mammographe
Source de rayons X
Dispositif de compression
Potter ou Bucky
(capteurs plan ou ERLM)
Bâti
Pédale de compression
6
Fonctionnement en mode numérique
Fonctionnement en mode analogique
Films de bromure
d’argent en BrAg
Fonctionnement en mode analogique
Le séchage
Le révélateur
Le fixateur
Le rinçage
Chaîne mammographique
1
Mammographe
2
Récepteurs
-cassettes- écrans & films
- capteurs plans - ERLM
3
Chambre noire
4
Machine à développer
5
Environnement d’interprétation
10
Avantages et inconvénients de la
mammographie
Inconvénients
Avantages
Permet de détecter une
tumeur avant l’apparition
des symptômes
Les radiations reçues par le sein
au cours d’une seule mammographie
correspondent à 11,9 fois la dose
absorbée annuellement par le corps
entier
(D’après Diana Hunt, diplômé du centre médical d’UCLA, spécialiste
des rayons X)
11
1- CQ en Mammographie analogique
12
Normes Fondamentales Internationales
(NFI)
NEMA
(National Electrical Manufacturers Association)
CEI
(Commission Electro-Technique International)
AAPM
(American Association of Physicists in Medicine)
OMS
(Organisation Mondiale de la Santé)
AIEA
(Agence Internationale de l’Energie Atomique)
SFPH
(Société Française des Physiciens d’Hôpital)
13
Le contexte réglementaire Européen
«Directive Euratom 97/43»
Ce que dit la directive 97/43 EURATOM:
Cette directive explicite les étapes nécessaires à l'obtention de la
radioprotection des patients dans le cadre d'une démarche d'assurance
de qualité. Elle rappelle les trois grands principes de radioprotection:
« LIMITATION DE LA DOSE, JUSTIFICATION, OPTIMISATION. »
limitation de la dose:
limiter la dose est une préoccupation constante du radiologiste, mais
contrairement aux directives qui concernent les professionnels exposés à des
radiations ionisantes, la limite de dose ne s'applique pas au patient.
Justification:
c'est confirmer que l'information diagnostique attendue de cette exposition est
nécessaire à la prise de décision médicale et sera supérieure à celle attendue
d'une autre technique non irradiante ou moins irradiante.
Optimisation:
c'est, une fois qu'un examen a été déclaré nécessaire, de le réaliser au moindre
coût radique, mais sans réduire la qualité de l'information diagnostique.
14
Le contexte réglementaire nationale
SECTION II :
PROJET DE LOI
N° 142-12 RELATIF A LA
CREATION DE L’AGENCE DE
SURETE ET DE SECURITE
NUCLEAIRES ET
RADIOLOGIQUES
OBLIGATION DE
MAINTENANCE ET DE
CONTRÔLE DE QUALITÉ DES
APPAREILS OU SOURCES DE
RAYONNEMENTS IONISANTS
Article 104:
L'utilisateur d'un appareil ou d'une source de rayonnements ionisants à
usage médical ou dentaire, figurant sur la liste prévue à l'article 99, est
tenu de s'assurer du maintien des performances et de la maintenance
du dispositif médical et de leur mise en œuvre. Cette obligation donne
lieu, le cas échéant, à un CONTRÔLE DE QUALITÉ selon les modalités
définies au présent chapitre et dont le coût est pris en charge par
l'exploitant.
15
Dispositifs médicaux concernés par le
contrôle
Installations de mammographie analogique et numérique*
Installations de scanographie*
Installations de radiothérapie externe
Dispositifs d’ostéodensitométrie
Installations de radiodiagnostic
Installations de médecine nucléaire
Dispositifs de radiologie dentaire
* Seront traités dans le cadre de ce cours
16
Objectifs primordiaux du Contrôle de qualité en
mammographie est de répondre à la règle des 3D
Doses réduites
Diagnostic amélioré
Dépenses limitées
17
Modalités du CQ en mammographie analogique
Trois catégories de tests:
- Essais de recette : spécifications annoncées par le
constructeur
- Essais d’état
: valeurs de bases servant de référence
pour les essais de constance
- Essais de constance : répétition régulière de certains des
essais de recette ou d’état
18
Contrôle Qualité Externe
-Toutes les installations de mammographie (analogique
et/ou numérique) utilisées pour le dépistage ou le
diagnostic sont soumises au contrôle de qualité externe.
- Les CQ externes doivent être réalisés par un organisme
de contrôle de qualité agréé .
19
Contrôle Qualité Interne
Permet d’assurer le suivi de la qualité image au
quotidien;
Entraîne des actions correctives immédiate;
Permet d’optimiser la chaîne d’image;
Quotidien : sensitométrie.
Hebdomadaire: densité optique,
(CONTRASTE ET RÉSOLUTION (FANTÔME TEST MTM 100).
20
Appareil de
mammographie
TESTS EFFECTUES
INTÉRÊT
1) Vérifier
l’état
mécanique
de
mammographe :
Commandes et Blocage
2) État de la grille
3)Alignement des faisceaux avec le bord
du potter
4) Test de précision
S’assurer que le système est efficace et non
dangereux pour la patiente.
5) Test de reproductibilité
6) Exposition ordinaire
S’assurer que la trame est en bon état
Éviter d’irradier inutilement la patiente
S’assurer de l’exactitude des KV délivrés par le
générateur, car le contraste dépend beaucoup des
kV réels.
Permet la mesure des écarts des kV entre plusieurs
expositions successives
S’assurer
que
les
conditions
habituelles
d’exposition permettent d’avoir une image avec le
maximum d’informations.
21
Appareil de
mammographie
TESTS EFFECTUES
INTÉRÊT
7) Exposeur automatique
Vérifier la linéarité de la réponse en fonction de l’énergie du
faisceau et de l’épaisseur de l’objet.
Assurer un noircissement optimal des films quelles que
soient l’épaisseur et la composition du sein.
Assurer la constance de la qualité du faisceau en cours de
8) Test de l’évaluation globale l’utilisation du mammographe.
de l’installation par un score Voir rapidement si la qualité d’image se modifie dans le
temps.
9) Facteur du Bucky
S’assurer du réglage correct des conditions d’exposition de
l’installation.
S’assurer que le facteur d’absorption de la grille n’est pas
trop important ce qui entraînerait une augmentation de la
dose.
10) Taille du foyer
Vérifier l’évolution de la taille du foyer dans le temps
22
Machine à
développer
TESTS EFFECTUES
INTÉRÊT
Sensitométrie
Permet d’étudier les
propriétés d’une image
radiographique :
Sensibilité (rapidité ) et
contraste.
Température du bain
Temps de développement
Durée de cycle
23
Les récepteurs
Propreté de l’écran
Les artefacts provoqués par la
poussière
Étanchéité de la
cassette
Détecter les entrées de lumières
« voile »
Contact écran film
Différences de densité optique
(couche d’air, défauts de surface
Sensibilité des
écrans
Détecter les écrans de sensibilité
insuffisante pour les remplacer
24
Chambre noire
État
d’empoussièrement
Étanchéité
Éclairage inactinique
Température &
Humidité
S’assurer que la chambre
noire est correctement conçue
pour qu’elle ne risque pas
d’engendrer des artefacts.
S’assurer que la température
et l’hygrométrie soient
satisfaisantes
25
Lampe UV
Sensitomètre
Densitomètre
Thermomètre
26
Sensitométrie :
Le sensitomètre marque un film test (lumière verte)
afin d’afficher une échelle de gris qui sera mesurée à
l’aide d’un densitomètre.
Contrôle du voile de base, rapidité (sensibilité) et
contraste du film.
+
Problèmes de
développement
27
28
29
Négatoscopes
Luminance
Homogénéité
Conditions
d’interprétation
Vérifier la capacité d’éclairement
au centre
Vérifier l’homogénéité de
l’éclairement sur toute la surface
du négatoscope
Vérifier les conditions
d’interprétation des radiographies
30
Qualité globale de l’image:
(Hebdomadaire)
Sur Fantôme MTM 100
Le Fantôme sein équivalent tissu constitue une base
sûre pour évaluer aussi bien la qualité de l’image que le
niveau de la dose.
A l’intérieur, des inclusions simulent précisément des
micro-calcifications, des structures fibreuses et des
masses tumorales.
Un système de score permet de quantifier la qualité de
l’image.
31
Calcul de score
NOMBRE DE GROUPES
Entièrement
visibles
Partiellement
visibles
Score
1
1
2
2
3
3
4
4
4
6
8
5
5
6
6
7
7
3
12
Exemple :
16
Microcalcifications : 5
24
Masses
: 4,5
32
Fibres
:5
48
Score = 16 + 12 + 16 = 44
64
32
33
Exemple : 16 + 24 + 32 = 72 points
34
JE VOUS REMERCIE POUR
VOTRE ATTENTION
35
Téléchargement
Flashcards connexes
Créer des cartes mémoire