La colchicine dans le traitement de la Fièvre Méditerranéenne Familiale au Maroc

advertisement
LA COLCHICINE DANS LE
TRAITEMENT DE LA FIEVRE
MEDITERRANEENNE
FAMILIALE
Vice-Présidente de l’Association Marocaine de la fièvre
Méditerranéene Familiale (AMFMF)
Présidente de l’association marocaine des maladies autoimmunes et systémiques (AMMAIS)
une pathologie auto-inflammatoire
héréditaire
due à une anomalie sur un gène :
gène MEFV, dans le chromosome 16,
codant pour une protéine
la pyrine qui régule l’inflammation.
crises inflammatoires
entre un et trois jours et se répétant à des intervalles
différents.
 une forte fièvre (38°C-40°C) ne répondant pas aux
antibiotiques,
 des douleurs abdominales (semblables à une
appendicite !),
 des douleurs thoraciques, articulaires, musculaires…
Les épisodes de fièvre
 Les premiers épisodes apparaissent le plus souvent
pendant la petite enfance, vers 2 ou 3 ans
 augmentent en nombre pendant l’enfance et
l’adolescence
 puis se poursuivent { l’âge adulte de manière plus ou
moins régulière.
Des facteurs aggravants cause des
crises
 Le stress,
 la fatigue,
 l'exposition au froid,
 des repas riches en graisse,
 des infections,
 certains médicaments
 et les règles peuvent déclencher les crises.
Le traitement de la Fièvre
Méditerranéenne Familiale (FMF)
Colchicine : le seul médicament à
avoir une véritable action de fond
Un très vieux médicament
 Utilisé chez les babyloniens au IIIe siècle
avant JC pour calmer les inflammations.
 Employé pour traiter les crises de goutte
depuis plus de 60 ans.
Colchicine issue d’une fleur : la
colchique
plante bulbeuse que l’on trouve en Europe et au Maroc
Un traitement à vie
 Aide à compenser le dérèglement
immunitaire = contrôle de l’inflammation
 diminue fréquence et intensité des crises
chez 50% des malades jusqu’{ les faire
disparaître complètement
 Persistance des symptômes (fièvre et
douleurs) mais en général atténués pour les
autres
Prise de la colchicine
 quotidiennement en prévention de la
survenue des complications
 pas un médicament de la crise elle-même
 fait disparaître le risque d’amylose rénale
 peut être prescrite si amylose présente
stoppe ou freine son évolution
Le risque majeur :
l'amylose AA rénale
 complication de la FMF et fièvres récurrentes =
amylose inflammatoire ou AA
risque vient du syndrome inflammatoire constant
dans le sang
liée à dépôts de composants dont protéine de
l'inflammation, la SAA
 touche
- surtout : reins, tube digestif, foie, rate, thyroïde
- très rarement : cœur et le système nerveux
autonome.
Détection de l’amylose
surveillance du fonctionnement des reins =
dosage protéines dans urines et créatinine dans
sang
la colchicine au long cours prévient sa survenue
Dosage de la colchicine
 Dose maximale prescrite en France 2,5 mg/j
 y compris chez l’enfant = innocuité de la colchicine qui
ne nuit pas à la croissance ( il n’y a pas d’impact lié au
poids)
 Longues périodes d’essai parfois nécessaires avant un
bon dosage qui réduit les crises et sans ou peu d’effet
secondaire
Adaptation du dosage
longues périodes d’essai parfois nécessaires avant de
trouver un bon dosage
signes de surdosage :
- diarrhée continue après une longue période
normale
- baisse de force musculaire sans douleur (impossibilité
de passer de la position accroupie à la position debout)
Dans ce cas, consultation rapidement
Surdosage de la colchicine
Tout médicament peut être un poison à certaines
doses
 les doses prescrites pour la colchicine sont bien
inférieures aux doses toxiques
 risque mortel de surdosage = 5 à 6 mg par jour
Les effets indésirables
 Diarrhée difficile à éviter
en début de traitement
pendant 1 ou 2 mois, fait partie de l’adaptation au
traitement
Fractionnement des doses sur 3 semaines
Colchimax
• Persistance de la diarrhée après les deux premiers
mois d’utilisation de colchicine
• emploi du Colchimax
• Colchimax® = colchicine +opium (morphinique) +
anti-diarrhéique
Contre – indications
• Antibiotique de type macrolides :
augmentation toxicité colchicine dans la sang
• Statines : employées contre
l’hypercholestérolémie ou après certaines
complications cardio-vasculaires
• Anti-vitamine K (ex : Previscan®, Coumadine®,
Sintrom®) = surveillance accrue du degré d’anticoagulation (prise de sang pour INR) = colchicine
augmente concentration de l’antivitamine K
(risque de saignement)
Les « formes résistantes »
à la colchicine
Patients sans amélioration sous traitement
 Cause la plus fréquente : irrégularité de la prise du
médicament (observance) ou dosage insuffisante.
 Résistance au traitement : 2 % des cas
Envisager des traitements plus lourds.
Ne pas arrêter colchicine (risque
amylose)
Les Biothérapies
 Essais avec inhibiteur de l’Interleukine 1β
(l’anakinra) et/ou inhibiteurs du TNF (etanercept
ou infliximab)= observation d’amélioration
 études complémentaires nécessaires en cours =
validation de ces médicaments dans la FMF.
Les traitements pendant les crises
comportement à avoir quand une crise démarre
 le patient se connait et connait en général son
« cocktail » qui lui fait maitriser la crise.
 Si signes inhabituels et chez les enfants souhaitable de
consulter en cas d’ infection ou toute autre maladie.
Crise = augmentation du dosage ?
 augmentation ponctuelle de colchicine :
pratiqué dans certains pays (de l’ordre d’un demicomprimé par jour).
 avis divergents en France :
- pas conseillée pour certains spécialistes car action de la
colchicine lente et effet de l’augmentation de la dose bien
après la fin de la crise
- proposée par d’autres
Les anti-inflammatoires
pendant la crise
 Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) -l’ibuprofène




par exemple - diminuent les symptômes
Corticoïdes, plus efficaces chez certains mais risque de
dépendance
paracétamol peut aider à faire baisser la fièvre
codéine ou autres antalgiques pour atténuer la douleur
Protecteur gastrique conseillé parfois en cas de prise
fréquente d’AINS
A chaque patient = sa recette avec l’aide de son médecin
Conseils pour certains médicaments
 ne jamais prendre l’ibuprofène et l’aspirine en
même temps
 AINS et paracétamol pris en alternance pour une
meilleure efficacité sur la fièvre
 Viscéralgine forte® et médicaments comprenant de
la noramidopyrine retirés du marché depuis
quelques années en France : baisse profonde des
globules blancs = un risque mortel
Les Corticoïdes (cortisone)
 souvent une bonne action sur les crises (rien de
prouvé scientifiquement)
 utilisés trop fréquemment = accoutumance =
augmentation des doses pour la même efficacité
- effets secondaires : diabète, hypertension
artérielle, fragilité osseuse, retard de croissance chez
l’enfant
- jamais d’arrêt immédiat sans avis
médical.
La FMF et la fertilité
Risque de Stérilité sans traitement de Colchicine
 les hommes : répétition de l’ inflammation
des orchites et des séreuses peut causer sclérose
testiculaire = risque d’altération de la production
des spermatozoïdes.
 les femmes : répétition de crises de
type péritonite peut causer à terme stérilité
tubaire (trompes qui se bouchent).
Colchicine et stérilité ?
 femmes : aucun risque
 hommes: suspections stérilité réversible { l’arrêt du
traitement
- information jamais prouvée
- seule expérience scientifique en laboratoire =
spermatozoïdes humains se comportent anormalement en
contact avec la colchicine à concentrations 3 000 fois
supérieures à celles obtenues après la prise aux doses prises
dans la FMF !
Beaucoup d’hommes atteints de FMF sont papa
La grossesse
la colchicine ne provoque pas de
malformations chez le fœtus
 récidive de crises peut mettre en danger grossesse (risque
de fausse couche).
 consensus international = poursuite de la colchicine
pendant la conception et la grossesse, la FMF ne constitue
pas en soi une indication pour réaliser une amniocentèse
en l’absence d’autres facteurs.
 recommandé de remplacer le Colchimax® par la
colchicine
L’allaitement
Rien n’empêche une femme sous colchicine d’allaiter son enfant.
 Préférer prise du médicament juste avant tétée du soir :
pic de colchicine dans le lait une à deux heures après la prise et
diminue entre sept et onze heures après. Ainsi, la quantité de
colchicine absorbée par l’enfant est la plus faible et disparaîtra, une fois
que les tétées de la nuit seront arrêtées.
 éviter utilisation Colchimax® : dérivé d’opiacé = somnolence du
bébé et risque d’accoutumance avec syndrome de sevrage.
 contre-indications sur colchicine valables pour la maman
et pour le bébé (déconseillé d’administrer des macrolides aux
enfants allaités)
Les autres complications et
maladies associées possibles et
leur traitement
arthropathie chronique
 5% des malades
 certaines inflammations essentiellement au niveau du
genou ou de la hanche ne régressent pas et évoluent
vers une atteinte permanente
Les maladies associées
 présence de 2 maladies statistiquement faible
 Les maladies associées à la FMF de trois types :
- vascularite
- spondylarthropathies
- maladies inflammatoires du tube digestif
La vascularite
 Maladie inflammatoire auto-immune des vaisseaux ou
des artères
 Deux formes :
purpura rhumatoïde
périartérite noueuse
Le purpura rhumatoïde
 essentiellement enfants et peut être le signe
précurseur de la FMF (5 à 7% de malades ayant eu un
purpura rhumatoïde)
 petites tâches rouges sur le corps, lésions cutanées
sur le bas du corps, douleurs articulaires (surtout au
niveau des genoux et des chevilles)
 douleurs abdominales, atteinte rénale et grande
fatigue.
 corticoïdes et repos = traitements et le plus
souvent guérison au bout de quelques semaines.
Les spondylarthropathies
 inflammation chronique du rachis et des articulations
sacro–iliaques : le plus souvent jeunes adultes entre 20 et
40 ans
 début de la maladie sur des personnes plus jeunes associée
à la FMF,
 moins de 5% les malades de la FMF développe
spondylarthropathie
 médicaments anti-inflammatoires, infiltrations,
voire immunosuppresseurs + repos et rééducation
fonctionnelle
Les maladies inflammatoires du
tube digestif
Maladie de Crohn : la plus connue
 diarrhées, douleurs abdominales, perte de poids,
grande fatigue, fièvre, …
 pas de statistiques de double pathologie pour ces
types de maladies
Association Marocaine de la Fièvre
Méditerranéenne Familiale
et des autres fièvres récurrentes
(AMFMF)
Le bureau de l’AMFMF en 2015
Association de malades créée fin 2014
 Président : M. jamal Ghzali
 Vice-présidentes : Dr khadija Moussayer, médecine
interne et gériatrie, Dr chadia Elboury pédiatre et Mme
Ilham Boujendar
 Secrétaire générale et secrétaire générale adjointe :
Mme jaber Sanae Benouna, Dr wafaa Jdioui
généticienne
 Trésorier et trésorière adjointe : M. jamal Fkinich , Dr
fatima zohra Laarabi généticienne.
Un partenaire privilégié
Association marocaine des maladies autoimmunes et systémiques
‫الجمعٌة المغربٌة ألمراض المناعة الذاتٌة والجهازٌة‬
Moroccan Autoimmune and Systemic Diseases Association
La création de l’AMFMF
 L’AMFMF a été créée fin 2014 { la suite de la tenue d’une
journée de l’auto-immunité par l’association AMMAIS sur
le thème « inflammation et maladies auto-immunes et
systémiques ».
 les fièvres auto-inflammatoires dont la maladie périodique
ou fièvre méditerranéenne familiale en représente le chef
de file.
 L’association AMMAIS avait décidé { cette occasion de
susciter et d’aider { la création d’une association dédiée {
ces fièvres.
‫‪Vivre avec la FMF‬‬
‫‪‬‬
‫مرض حمى البحر األبٌض المتوسط‪ ،‬المسماة كدالك بالمرض الدوري أو الحمى المتوسطٌة العائلٌة‪ ،‬مرض التهابً ذاتً وراثً ٌحدث‬
‫جراء خلل جٌنً مع طفرة على مستوى كروموسوم ‪ 16‬و بالتحدٌد فً جٌنة تتحكم فً درجة االلتهاب‪ٌ .‬صٌب المرض باألساس‬
‫األشخاص المنحدرٌن من حوض البحر األبٌض المتوسط و باألخص األرمن و الترك و كدالك الٌهود الشرقٌٌن و العرب‪ .‬تعد الحمى‬
‫المتوسطٌة من بٌن األمراض النادرة األكثر شٌوعا فً بلدنا المغرب اد ٌمكن تقدٌر وجود على األقل ‪ 20000‬مغربً معنً بالمرض الذي‬
‫ٌرجح انه ظهر مند أالف السنٌن فً بالد ما بٌن النهرٌن بعد تغٌٌر فً المعلومات الوراثٌة لبعض سكانها‪ .‬أسباب هذا المرض وراثٌة‪،‬‬
‫لكن للجٌن المسؤول صفة متنحٌة ‪ ،‬ظهور المرض ٌستوجب حمل نسختٌن من نفس ألجٌن وٌستدعً دالك وجود نسخة عند األب واألم‬
‫معا‪ .‬تحدث اإلصابة بنسبة ‪ % 25‬آدا كان األبوٌن حاملٌن للطفرة دون ان ٌكونا مصابان بالمرض إلى ‪ %100‬من األطفال مصابٌن‬
‫بالمرض ادا كان كلتا األبوٌن مرٌضٌن‪.‬‬
‫‪• MORROCAN FAMILIAL MEDITERRANEEN FEVER ASSOCIATION‬‬
‫‪FMF is characterized by recurrent short episodes of inflammation including fever, peritonitis,‬‬
‫‪synovitis, pleuritis, and, rarely, pericarditis and meningitis.‬‬
‫‪The symptoms and severity vary among individuals,‬‬
‫‪Amyloidosis, which can lead to renal failure, is the most severe complication.‬‬
Journée Internationale des
Maladies Rares
le 28 février 2015
Téléchargement