Quand Socrate rencontre Freud, psychologie et philosophie

publicité
CONFÉRENCE PHILOSOPHIQUE
“Plus l’être humain sera éclairé, plus il sera libre.”
Voltaire
QUAND SOCRATE RENCONTRE FREUD
Les relations entre psychologie et philosophie
CONFÉRENCE PAR ÉRIC LOWEN
Association ALDÉRAN Toulouse
pour la promotion de la Philosophie
MAISON DE LA PHILOSOPHIE
29 rue de la digue, 31300 Toulouse
Tél : 05.61.42.14.40
Email : philo@alderan-philo.org
Site : www.alderan-philo.org
conférence N°1600-252
QUAND SOCRATE RENCONTRE FREUD
La place de la psychologie en philosophie et les relations
de la psychologie avec la philosophie
conférence d’Éric Lowen donnée le 07/07/2008
à la Maison de la philosophie à Toulouse
La philosophie utilise la psychologie mais la psychologie n'est pas de la philosophie et la
philosophie n'est pas de la psychologie. Cette conférence examinera la place et l'importance
de la psychologie en philosophie, ainsi que les différences qui démarquent ces deux
disciplines. Elle abordera aussi les conséquences de la révolution psychologique et
freudienne pour la philosophie
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 2
QUAND SOCRATE RENCONTRE FREUD
La place de la psychologie en philosophie
et les relations de la psychologie avec la philosophie
PLAN DE LA CONFÉRENCE PAR ÉRIC LOWEN
I
UNE SITUATION CONFUSE
1 - La confusion psychologie / philosophie
2 - Les raisons de cette confusion
A - La confusion autour de la connaissance de soi
B - Historiquement, l'ancien traitement des sujets de la psychologie par la philosophie
C - La forte dimension "philosophique" de certains courants psychologiques
D - La tentation de certaines psychologies de jouer les philosophies
E - La tentation de certaines psychothérapie à jouer les philosophies
II
RAPPEL SUR LA PSYCHOLOGIE
1 - La nécessité de sortir la psychologie de la réduction au freudisme
2 - L’origine historique très récente de la psychologie
3 - La psychologie au sens moderne : la science de la psyché
4 - La psychologie est rattachée aux sciences humaines, la philosophie n'est pas une science
5 - La psychologie regroupe une pluralité de disciplines
III
LA TRANSFORMATION DE LA PHILOSOPHIE PAR L'ÉMERGENCE DE LA PSYCHOLOGIE
1 - L'impact discret mais majeur de la révolution psychologique sur la philosophie
2 - La redomanialisation de la psychologie
3 - La sortie de la psychologie de la philosophie, leur distinction et autonomisation
4 - L'intégration de la psychologie dans l'idée de l'homme, la psychologisation de l'homme
5 - L'intégration de la révolution freudienne, la désacralisation de la conscience
6 - L'intégration des neurosciences, c’est la matière cérébrale qui produit conscience et pensée
7 - Le rapport normalisé de la philosophie à l’égard de la psychologie, comme avec n'importe
quelle autre science
8 - Sa fonction critique à son égard, comme avec n'importe quelle autre science
IV
PHILOSOPHIE N'EST PAS PSYCHOLOGIE, PSYCHOLOGIE N'EST PAS PHILOSOPHIE
1 - Une relation asymétrique : la psychologie n'a pas besoin de la philosophie
2 - La philosophie est plus vaste que la psychologie, elle est métadisciplinaire
3 - La connaissance de soi philosophique est plus vaste que la connaissance de soi psychologique
4 - La finalité de la philosophie n'est ni cognitive ni thérapeutique, elle est sophique
5 - La nécessité de résoudre les problèmes psychologiques avant d'aborder la philosophie
6 - La philosophie ne remplace ni la psychologie, ni les psychothérapies, et vice-versa
V
L'UTILISATION DE LA PSYCHOLOGIE DANS LA PHILOSOPHIE
1 - L'utilisation de la psychologie pour comprendre le fonctionnement psychologique humain
2 - Un rapport de fond similaire à celui de toutes les sciences humaines en philosophie
3 - La philosophie utilise plus spécialement la psychologie scientifique
4 - Son intégration comme socle pour philosopher
5 - Une double utilisation : connaissance collective et connaissance individuelle
6 - L'intérêt pour la psychologie fondamentale pour de la connaissance du psychisme humain
7 - La psychologie individuelle, instrument de la connaissance particulière de soi et d’évolution
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 3
VI
CONCLUSION
1 - Rétablir l'intégrité et la spécificité de ces domaines disciplinaires
ORA ET LABORA
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 4
Document 1 : Un aspect qui atteste bien de la novation scientifique de la psychologie est le nombre des
débats sur son statut en tant que science, sur sa scientificité, qui accompagna de manière parallèle, son
développement au 20ème siècle. Le texte suivant du médecin et philosophe Canguilhem illustre bien cette
quête de la psychologie en quête d’elle-même.
Pour la psychologie, la question de son essence, ou plus modestement de son concept,
met en question aussi l’existence même du psychologue, dans la mesure où faute de
pouvoir répondre exactement sur ce qu’il est, il lui est rendu bien difficile de répondre de
ce qu’il fait. Il ne peut alors chercher que dans une efficacité toujours discutable la
justification de son importance de spécialiste, importance dont il ne déplairait pas
absolument à tel ou tel qu’elle engendrât chez le philosophe un complexe d’infériorité.
En disant de l’efficacité du psychologue qu’elle est discutable, on n’entend pas dire
qu’elle est illusoire ; on veut simplement remarquer que cette efficacité est dans doute
mal fondée, tant que preuve n’est pas faite qu’elle est bien due à l’application d’une
science, c’est-à-dire tant que le statut de la psychologie n’est pas fixé de telle façon qu’on
la doive tenir pour plus et mieux qu’un empirisme composite, littérairement codifié aux
fins d’enseignement. En fait, de bien des travaux de psychologie, on retire l’impression
qu’ils mélangent à une philosophie sans rigueur une éthique sans exigence et une
médecine sans contrôle. Philosophie sans rigueur, parce qu’éclectique sous prétexte
d’objectivité ; éthique sans exigence, parce qu’associant des expériences éthologiques
elles-mêmes sans critique, celle du confesseur, de l’éducateur, du chef, du juge, etc. ;
médecine sans contrôle, puisque des trois sortes de maladies les plus inintelligibles et les
moins curables, maladie de la peau, maladie des nerfs et maladies mentales, l’étude et le
traitement des deux dernières ont fourni de toujours à la psychologie des observations et
des hypothèses.
Donc, il peut sembler qu’en demandant “Qu’est-ce que la psychologie ?” on pose une
question qui n’est ni impertinente ni futile.
On a longtemps cherché l’unité caractéristique du concept d’une science dans la direction
de son objet. L’objet dicterait la méthode utilisée pour l’étude de ses propriétés. Mais
c’était, au fond, limiter la science à l’investigation d’un donné, à l’exploration d’un
domaine. Lorsqu’il est apparu que toute science se donne plus ou moins son donné et
s’approprie, de ce fait, ce qu’on appelle son domaine, le concept d’une science a
progressivement fait d’avantage état de sa méthode que de son objet. Ou plus
exactement, l’expression “objet de la science” a reçu un sens nouveau. L’objet de la
science ce n’est plus seulement le domaine spécifique des problèmes, des obstacles à
résoudre, c’est aussi l’intention et la visée du sujet de la science, c’est le projet spécifique
qui constitue comme telle une conscience théorique.
À la question “Qu’est-ce que la psychologie ?”, on peut répondre en faisant paraître
l’unité de son domaine, malgré la multiplicité des projets méthodologiques. C’est à ce
type qu’appartient la réponse brillamment donnée par le Pr Daniel Lagache, en 1947, à
une question posée, en 1936, par Édouard Claparède. L’unité de la psychologie est ici
cherchée dans sa définition possible comme théorie générale de la conduite, synthèse de
la psychologie expérimentale, de la psychologie clinique, de la psychanalyse, de la
psychologie sociale et de l’ethnologie.
À bien regarder pourtant, on se dit que peut-être cette unité ressemble davantage à un
pacte de coexistence pacifique conclu entre professionnels qu’à une essence logique,
obtenue par la révélation d’une constance dans une variété de cas. De deux tendances
entre lesquelles le Pr Lagache cherche un accord solide : la naturaliste (psychologie
expérimentale) et l’humaniste (psychologie clinique), on a l’impression que la seconde lui
paraît peser d’un poids plus lourd. C’est ce qui explique sans doute l’absence de la
psychologie animale dans cette revue des parties du litige. Certes, on voit bien qu’elle est
comprise dans la psychologie expérimentale - qui est en grande partie une psychologie
des animaux - mais elle y est enfermée comme matériel à quoi appliquer la méthode. Et
en effet, une psychologie ne peut être dite expérimentale qu’en raison de sa méthode et
non en raison de son objet. Tandis que, en dépit des apparences, c’est par l’objet plus
que par la méthode qu’une psychologie est dite clinique, psychanalytique, sociale,
ethnologique. Tous ces adjectifs sont indicatifs d’un seul et même objet d’étude : ‘homme,
être loquace ou taciturne, être sociable ou insociable. Dès lors, peut-on rigoureusement
parler d’une théorie générale de la conduite, tant qu’on n’a pas résolu la question de
savoir s’il y a continuité ou rupture entre langage humain et langage animal, société
humaine et société animale ? Il est possible que, sur ce point, ce soit non à la philosophie
de décider, mais à la science, en fait à plusieurs sciences, y compris la psychologie. Mais
alors la psychologie ne peut pas, pour se définir, préjuger de ce dont elle est appelée à
juger. Sans quoi, il est inévitable qu’en se proposant elle-même comme théorie générale
de la conduite, la psychologie fasse sienne quelque idée de l’homme. Il faut alors
permettre à la philosophie de demander à la psychologie d’où elle tient cette idée et si ce
ne serait pas, au fond, de quelque philosophie.
Georges Canguilhem (1904-1995)
Études d’histoire et de philosophie des sciences, 1968
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 5
DÉCOUVREZ NOTRE AUDIOTHÈQUE
pour télécharger cette conférence, celles de la bibliographie
et des centaines d’autres
Tous nos cours et conférences sont enregistrés et disponibles dans notre
AUDIOTHÈQUE en CD et DVD. Des milliers d’enregistrements à disposition,
notre catalogue est sur notre site : www.alderan-philo.org. Plusieurs
formules sont à votre disposition pour les obtenir :
1 - PHILO UPLOAD : un abonnement annuel pour un libre accès à la
totalité des enregistrements disponibles. Présentation sur notre site
internet ou envoyez-nous un email avec le code PHILO UPLOAD et
laissez-vous guider en quelques clics : audiotheque@alderanphilo.org
2 - TÉLÉCHARGEMENT : vous commandez la conférence ou le
cycle qui vous intéresse via internet. C’est rapide et économique.
Envoyez-nous un email avec le code de la conférence et laissez-vous
guider en quelques clics : audiotheque@alderan-philo.org
3 - VENTE PAR CORRESPONDANCE : vous trouverez des bons de
commande à tarif préférentiel dans notre CATALOGUE
AUDIOTHÈQUE, sur notre site et à la MAISON DE LA
PHILOSOPHIE.
4 - À la MAISON DE LA PHILOSOPHIE à Toulouse.
Pour renseignements et commandes, contactez la MAISON DE LA PHILOSOPHIE
au 05.61.42.14.40 (du mardi au vendredi, de 14H à 18H),
par email : philo@alderan-philo.org
ou par notre site internet : www.alderan-philo.org.
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 6
POUR APPROFONDIR CE SUJET, NOUS VOUS CONSEILLONS
- Les cours et conférences sans nom d’auteurs sont d’Éric Lowen -
Conférences sur les révolutions scientifiques en relation avec ce sujet
- La révolution copernicienne
- La révolution galiléenne
- La révolution newtonienne
- La révolution chimique
- La révolution biologique
- La révolution préhistorique
- La révolution darwinienne
- La révolution sociologique, l’invention des sciences sociales
- La révolution psychologique, la découverte du psychisme humain et de son origine immanente
- La révolution freudienne
- La révolution einsteinienne
- La révolution quantique
- La révolution génétique
- La révolution des neurosciences
1000-052
1000-038
1000-148
1000-082
1000-118
1000-192
1000-041
1000-264
1000-265
1000-042
1000-072
1000-193
1000-073
1000-083
Conférences sur la question de l’esprit
- Esprit, qui es-tu ? De la représentation à l'enaction
conceptions actuelles de l'activité mentale, par Troadec Bertrand
- Les implications des neurosciences, par Patrick Dupouey
- Condillac et la sensation, par Mickaël Dubost
- Hume et l’habitude, par Mickaël Dubost
- Descartes et la méthode, par Mickaël Dubost
1000-217
1000-171
1000-155
1000-147
1000-137
Cycle de cours thématiques
- 1301 : Initiation à la philosophie : Qu’est-ce que la philosophie ? ; La démarche philosophique
- 1302 : Introduction à la condition humaine : La complexité humaine ; L’atomisme psychique ; Penser,
réfléchir, Raisonner; La conscience ; La volonté ; L’attention ; Le libre arbitre ; La voie de l’éveil ;
Dépassement et évolution de soi
Conférences sur la philosophie
- Ce que n’est pas la philosophie !
- Qu’est-ce que la philosophie ?
- Philosophie et Vie quotidienne, introduction à la vie philosophique
- Philosophie et Science
- Philosophie et connaissance
- Philosophie et humanisme
- Philosophie et progrès social
- Pour en finir avec la métaphysique
- Sagesses d'hier, sagesse d'aujourd'hui
- Détachement et voie du non-attachement
1600-225
1600-175
1600-001
1600-013
1600-157
1600-158
1600-012
1600-107
1600-045
1600-025
Conférences sur la nature humaine
- Comment penser l'homme au 21ème siècle ?
- La nature humaine
- La condition humaine
- Universalité de la condition humaine et unicité de l’individu
- La genèse de la raison
- Conscience et existence
- Anthropocentrisme et anthropomorphisme, comment les dépasser ?
- Les voies de la connaissance
1600-011
1600-159
1600-160
1600-119
1600-232
1600-132
1600-101
1600-060
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 7
Conférences sur la connaissance de soi
- Connaissance de soi et philosophie
- Connaissance de soi et sagesse
- De la connaissance de soi et du monde
1600-229
1600-078
1600-105
Quelques livres sur le sujet
- Une histoire des critiques philosophiques de la psychologie, Saïd Chebili, L'Harmattan, 2008
- Histoire de la psychologie scientifique en France, Henriette Bloch, Armand Colin, 2006
- La neurobiologie du soi, par Carl Zimmer, Pour la Science N°339, janvier 2006
- Histoire de la psychologie, Évelyne Pewzner et Jean-François Braunstein, Armand Colin, 2005
- Les bases biologiques de l’arithmétique élémentaire, Stanislas Dehaene, Pour la Science N°330, avril 2005
- Spinoza avait raison, Joie et tristesse, le cerveau des émotions, Antonio R. Damasio, Odile Jacob, 2005
- Le matérialisme et la genèse du sensualisme, Pierre F. Daled, Vrin, 2005
- La structure du cerveau humain, John Allen, Joël Bruss et Hanna Damasio, Pour la science, N°322 août 2004
- La philosophie d’Aristote, Collectif : A. Jaulin, M.-H. Gauthier-Mullec, F. Wolff , R. Bodéüs, PUF, 2003
- Quand meurent les neurones, William Camu et Nicolas Chevassus-au-Louis, Dunod, 2003
- Le sentiment même de soi, Antonio R. Damasio, Odile Jacob, 2002
- Ce qui nous fait penser, la Nature et la Règle, Jean-Pierre Changeux et Paul Ricoeur, Odile Jacob, 2000
- Où en est la psychanalyse ?, Claude Boukobza, Erès, 2000
- Les sciences humaines, Panorama des connaissances, Jean-François Dortier, Sciences Humaines, 1998
- La psychologie est-elle une science ?, Alain Lieury, Flammarion, 1997
- Le discours de la méthode ; Dioptrique, René Descartes (1637), Gallimard, 1991
- Éthique de Nicomaque, Aristote, Flammarion, 1992
- Le banquet, Phèdre, Platon (380 avt J.C.), Flammarion, 1992
Association ALDÉRAN © - Conférence 1600-252 : “Quand Socrate rencontre Freud" - 08/07/2008 - page 8
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire