FICHE DE LECTURE FORUM PSYCHOLOGIE DE LA SANTE ET

publicité
!
FICHE DE LECTURE
FORUM PSYCHOLOGIE DE LA SANTE ET PSYCHOSOMATIQUE
M.Sc. Romina Recabarren (SP 2016)
NOM DE L’ETUDIANT-E : Katia Keller
A. CHAPITRE CHOISI :
Chapitre 11: Le stress et la maladie
B. CONCEPTS PRINCIPAUX :
1. Le stress et ses différentes spécificités
2. Lien entre le stress et la maladie
3. Les facteurs modérateurs du lien stress/maladie
C. RESUME :
Le stress a fait l’objet de nombreuses études afin de pouvoir établir un lien entre stress et
maladie.
Pour pouvoir faire ce lien entre stress et maladie, il était important de bien comprendre les
différents mécanismes, composantes et spécificités du stress.
Il y a dans un premier temps une différence entre stress chronique et stress aigu. Mais, les
processus de stress chronique et aigu sont intrinsèquement liés (le stress chronique peut
être une récurrence de stress aigu tout comme le stress aigu peut provoquer un infarctus
chez une personne ayant un stress chronique.)
Le stress peut également influencer les comportements d’une personne. Les comportements
induits par le stress peuvent être à risque (ex: augmentation du tabagisme, de l’alcool, ou de
la prise alimentaire dans des situations de stress ou encore par la réduction de l’activité
physique suite a des situations de stress ou par l’augmentation du risque d’accident). La
maladie elle même peut être source de stress.
Le lien stress et maladie à travers les changements physiologiques:
Le stress va entrainer des modifications physiologiques tel que l’augmentation du niveau
d’activation du système sympathique (dans le cadre de stress aigu) avec une augmentation
de la pression artérielle, du rythme cardiaque un pouls irrégulier….pouvant entrainer une
formation de caillot de sang, un risque de maladie cardiaque et rénale.
Mais le stress va aussi augmenter le niveau d’activation de l’axe HPS (hypothalamo
pituitaire surrénal ( essentiellement dans le cadre de stress chronique) avec comme
conséquence une baisse de l’immunité (risque d’infection) et une détérioration des neurones
de l’hippocampe ( troubles psychologiques, de la mémoire, de la concentration).
!1
!
Le stress est lié à la maladie par une interaction complexe entre les facteurs
comportementaux et physiologiques. Ainsi plus les éléments affectés par le stress seront
nombreux plus le risque que le stress entraine une maladie est grand.
Variabilité individuelle au sein du lien entre stress et maladie.
Nous ne sommes pas tous égaux face au stress et à ses conséquences. Tous ceux qui sont
soumis au stress ne tombent pas forcément malade.
Les différentes variabilité au stress sont les suivantes:
• La réactivité au stress: certaines personnes présentent des réponses plus forte au stress
elles sont donc plus susceptibles d’être malades si elles sont exposées au stress.
•
La récupération: correspond au retour au niveau initial d’activation du système
sympathique ou HPS. Ainsi certaines personnes récupèrent plus vite que d’autres.
• La charge allostatique: correspond à l’usure qui s’accumule au cours du temps suite à une
exposition répétée ou chronique au stress. Plus la charge allostatique est élevée plus
grand est le risque d’être malade.
• La résistance au stress: certaines personnes ont plus de capacités à rester en bonne
santé malgré des sources de stress
(inclus stratégies d’ajustement adaptatives, des
caractéristiques de personnalité, soutien social).
La psycho- neuro- immunologie:
L’état psychologique d’une personne peut influencer son système immunitaire via le système
nerveux.
Le système immunitaire interagit avec d’autres systèmes. Il peut être conditionné pour réagir
d’une manière particulière, par un conditionnement classique opérant (ex si l’on donne une
substance immuno-suppressive associée à un goût sucré à plusieurs reprises, au final le
goût sucré suffira à créer une immuno - suppression.
Différents facteurs peuvent influencer le système immunitaire tel que l’humeur (humeur
positive correspondrait à un fonctionnement immunitaire plus efficace), les croyances
(attribution interne stable et global prédirait une santé ultérieure affaiblie), l’expression
émotionnelle (ex: l’inexpressivité émotionnelle et surtout les émotions négatives dans des
situations stressantes pourraient être nuisible à la santé), le stress ( le stress peut entraîner
des maladies via des changements physiologiques ou une immuno-suppression, la réponse
immunitaire varie en fonction de la durée de la source de stress).
!2
!
L’impact du stress chronique.
Différents type de stress chronique: le stress professionnel (des contraintes de travail
élevées et une autonomie limitée mènent à l’apparition de problèmes de santé), le stress lié
aux relations sociales (une mauvaise qualité relationnelle est associée à dépression, à une
réponse immunitaire plus faible).
L’ensemble des recherches ont bien mis en évidence un lien entre stress et maladie entre
autre par le biais du changement du fonctionnement immunitaire.
Néanmoins beaucoup de variabilité sont notés dans ce lien stress - maladie (comme la
réactivité ou la récupération expliqué plus haut.)
Il existe différents facteurs modérants le lien entre le stress et la maladie:
L’exercice physique, le style d’ajustement, le soutien social, la personnalité, le contrôle réel
ou perçu.
Le style d’ajustement ou coping: Il y a différentes manière de s’ajuster:
• la confrontation vs évitement ou
• la centration sur le problème (action pour faire baisser les exigences de la source de
stress) vs centration sur les émotions (l’objectif n’est pas d’éliminer le problème mais de
réduire l’impact négatif en éliminant les émotions désagréables).
La nature de l’ajustement dépendrait de la source de stress. L’évitement serait plus efficace
pour du stress à court terme, la confrontation pour du stress à long terme.
Le soutien social: le soutien social permettrait de faire baisser l’immuno-dépression et
favorisant ainsi la santé.
2 théories expliquent ce lien. L’hypothèse de l’effet principal (une absence de soutien est
source de stress) et l’hypothèse de l’effet tampon (le soutien social aiderait les individus à
s’ajuster au stress).
La personnalité: Des études ont été faites sur le comportement de type A (compétitivité
excessive, impatience,hostilité, discours vigoureux,…)
Le comportement hostile est associé au stress et à la maladie car l’hostilité correspondrait à
l’expression sociale de la réactivité au stress. Hostilité et réactivité semblent être très
proches.
L’hostilité de part l’expression possible de la colère serait un prédicteur de maladies cardio
vasculaire. Mais l’hostilité est aussi liée à des comportements dangereux pour la santé
(tabac, alcool, …) et les personnes hostiles éviterait d’avantage le soutien social et refusent
de se faire aider quand ils sont soumis au stress.
!3
!
Le contrôle: Différentes théories pour expliquer le contrôle:
• L’attribution causale (cause d’un stresseur perçu comme contrôlable ou non par l’individu)
• L’auto efficacité (contrôle qu’une personne pense pouvoir exercer sur un comportement)
• Il existe 5 types de contrôle (comportement, cognitif, décisionnel, information et
rétrospectif).
• Il y a une différence entre le contrôle perçu et le contrôle réel.
Comment le contrôle affecte t il la réponse au stress?
La prévisibilité permettrait au sujet de sentir qu’il a un contrôle sur la source de stress et
donc ferait baisser la réponse au stress. Si les sources de stress sont incontrôlables alors la
réponse au stress augmente et cala favorise la maladie.
QUESTIONS SUSCITEES PAR LA LECTURE :
1. Quelles pourraient être les mesures de prévention à mettre en place pour limiter la
maladie liée au stress?
2. Est ce que les personnes vulnérables au stress dans un domaine pourrait atténuer cette
vulnérabilité en s’appuyant sur des facteurs protecteurs?
3. Quelles pourraient être les applications pratiques de ces connaissances?
!4
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire