I. Généralités TROUBLES PSYCHOTIQUES ET ETATS DELIRANTS

publicité
06/05/10
TROUBLES PSYCHOTIQUES ET ETATS
DELIRANTS CHEZ LE SUJET AGE
I.
Définitions
Epidémiologie
La classification des troubles psychotiques
Les troubles persistants avec l’âge
Perte du contrôle de la réalité (= Troubles psychotiques)
1.
2.
3.
III.
Psy 4
Généralités
1.
2.
3.
4.
II.
Dr Frant
Expression directe de phénomènes délirants (= hallucinations)
Les troubles du comportement réactionnels au délire
Les troubles du comportement secondaires
La démarche étiologique
A.
Les états délirants associés aux troubles de la vigilance
1.
2.
B.
Le syndrome confusionnel
Les hallucinations hypnagogiques
Les états délirants et le syndrome démentiel.
3.
Les états délirants et les troubles psychopathologiques (+++exam)
a.
Troubles qui persistent avec l’âge
b.
Troubles délirants d’apparition tardive
I. Généralités
1. Définitions
Etats délirant = idées délirantes, hallucinations
Délire = perte du contrôle ou du contact de la réalité
Cela va entrainer une désorganisation aigüe, durable ou chronique du fonctionnement mental qui va
entrainer de nouvelles croyances de la part du sujet
Délire vient du latin « déliro » qui veux dire s’écarter du « sillon » (= halluciner, divaguer)
L’hallucination c’est une perception sensorielle sans stimulation sensorielle
2. Epidémiologie
Les délires concernent :
- 15% des patients en gériatrie
- 30% des patients en géronto-psychiatrie
- 10 à 40% des patients en maison de retraite.
-
-
-
3. La classification des troubles psychotiques
psychoses organiques : elles sont liées à une lésion organique
Psychoses fonctionnelles : pathologies psychiatriques (ex : schizophrénie, PMD, mélancolie
délirantes)
4. Les troubles persistants avec l’âge
Schizophrénie : ici le dynamisme du délire tend à s’atténuer, il existe souvent un repli sur soi
o Le diagnostique différentiel du schizophrène vieilli sera le dément (délirant et replié sur luimême)
Paranoïa : plus difficile à repérer d’autant plus que dans les syndromes démentiels on a des patients
qui ont des délires paranoïaques
PMD : elle s’estompe avec l’âge, et quand le début de cette maladie est tardif, il y a souvent des
évènements délirants qui viennent s’associer.
1
II. Perte du contrôle de la réalité (= Troubles psychotiques)
Le comportement du patient peut être totalement ou en partie, inadapté, illogique, dangereux, étrange.
Le patient peut avoir des relations plus ou moins directes avec des croyances délirantes.
1. Expression directe de phénomènes délirants (= hallucinations)
L’expression directe de phénomènes délirants va être les hallucinations :
- Hallucinations visuelles : regard figé, effrayé, fasciné
- Hallucinations auditives : attitudes d’écoute qui peuvent perturber la communication dans le monde
du réel.
- Troubles interprétatifs : tout élément de la réalité est transformé pour justifier le postula délirant.
-
2. Les troubles du comportement réactionnels au délire
Troubles du comportement aigües :
o De l’agitation
o De l’agressivité
o De l’oppositionnisme
-
Troubles du comportement chroniques
o Replis du patient sur lui-même dans un monde qui est imaginaire
o Refus alimentaire, refus d’aller aux toilettes
-
Les états délirant enkystés
o Les réactions peuvent être totalement aberrantes mais le patient peut être inséré socialement
(voir même professionnellement quand il était plus jeune) en dehors de leur délire kystique.
3. Les troubles du comportement secondaires
Ces troubles sont secondaires à une pathologie :
- A une confusion mentale
- A une démence
- A une PMD
III. La démarche étiologique
A. Les états délirants associés aux troubles de la vigilance
1. Le syndrome confusionnel
- Troubles de l’attention, de l’orientation, de la mémoire et du comportement
Les étiologies sont : organiques, métaboliques et toxiques.
2. Les hallucinations hypnagogiques
Elles n’ont aucunes conséquences pathologiques. Ce sont des hallucinations perçues comme la réalité au
moment de l’endormissement.
B. Les états délirants et le syndrome démentiel.
-
Démences à corps de lewy
Démences de type Alzheimer
o Trouble du contenu de la pensée avec des idées délirantes de persécution (majoration avec
l’évolution de la démence).
o Troubles de la perception
 Hallucinations visuelles ou auditives (d’apparition assez tardive)
 Le tableau délirant devient décroissant dans les stades sévères
o Troubles de la reconnaissance
 Syndrome de Capgras (qui ne reconnait plus son conjoint)
 Syndrome du compagnon tardif
2
-
Démences fronto-temporales
o Désinhibition avec trouble du comportement
Autres démences
o Neurosyphilis
o Tumeur cérébral
o Hydrocéphalie à pression normale
1. Les états délirants et les troubles psychopathologiques (+++exam)
2 types de troubles :
- Délirants qui sont apparus précocement dans la vie adulte du patient et qui persistent.
- Délirants qui apparaissent à un âge tardif
a. Troubles qui persistent avec l’âge
La schizophrénie
Elle représente 1% de la pop mondiale
- Le dynamisme du délire tend à s’atténuer avec l’avancé en âge, avec la durée de l’évolution de la
maladie.
- Les signes négatifs et déficitaires sont au premier plan (c'est-à-dire qu’il y a un aboli, un
apragmatisme, un repli sur soit, un émoussement affectif.)
- Il y a un trouble du cours de la pensée.
Le diagnostic différentiel du schizophrène vieillissant va être : le syndrome démentiel.
Le délire et les hallucinations restent inchangés chez le schizophrène vieillissant.
Les troubles bipolaires persistants
Les troubles bipolaires persistants tendent à s’estomper avec l’âge.
Les cycles se réduisent en amplitude et en fréquence.
Les formes dépressives et maniques sont moindres.
Les troubles unipolaires peuvent se convertir en formes bipolaires (dans ce cas les décompensations vont
être beaucoup plus fréquentes et beaucoup plus longues).
Lors de ce genre de conversion, il faut rechercher une pathologie organique sous-jacente.
b. Troubles délirants d’apparition tardive
Le délire systématisé tardif est un délire interprétatif, avec des thèmes de persécution, de préjudice,
hypochondriaque.
Le délire est très riche
Il peut y avoir des conduites agressives de la part du patient envers l’entourage, les soignants.
Dans la schizophrénie d’apparition tardive le délire est mal systématisé, pauvre et ce sont souvent des
hallucinations auditives avec des idées de persécution.
La PEC est difficile chez le sujet âgé. Il existe des troubles du cours de la pensé et de l’automatisme mental.
3
Téléchargement
Explore flashcards