I. Cas concret n°1 CAS CONCRETS : DEMENCE SENILE

publicité
03/05/10
CAS CONCRETS :
DEMENCE SENILE
I.
Psy4
Cas concret n°1
A.
Enoncé
B.
Réponses :
1.
2.
3.
4.
II.
Mme Babahan
Quels sont les signes clinique évoquant un épisode dépressif sévère et ceux qui évoquent une démence ?
Justifier l’HDT à l’admission
Justifier la réalisation de bilan somatique biologique, le traitement mis en place
Quelle est la PEC infirmière à mette en place ?
Cas concret n°2
A.
Enoncé
B.
Réponses :
1.
2.
3.
4.
Peut-on parler d’un acte suicidaire ?
Quels éléments cliniques permettent d’établir un diagnostic de délire tardif et de démence ?
Pourquoi les examens complémentaires réalisés aux urgences sont importants et pourquoi ?
Quelle PEC infirmière proposez-vous pour ce patient ?
I. Cas concret n°1
A. Enoncé
Mme A hospitalisé en service de médecine pour désorientation récente traitée par antidépresseur par son
médecin généraliste pour symptomatologie dépressive depuis 3 semaines.
Elle a interrompu son traitement 4 jours avant l’hospitalisation.
Mme A a 76 ans. Elle est veuve depuis 17 ans, 3 enfants.
Détérioration cognitive évoquée lors d’une ancienne hospitalisation et vie seule dans la maison familiale.
A l’arrivé aux urgences l’équipe note une DTS totale et une sub-agitation motrice.
Le bilan biologique et clinique est normal.
Le diagnostic évoqué à ce moment là est celui d’épisode confusionnel vraisemblablement iatrogène ou lié au
sevrage sérotoninergique.
Transféré au service de médecine elle présente une alternance de phases de mutisme avec des épisodes
d’agitation et de délire de persécution accompagné d’hallucinations visuelles et acoustico-verbales.
Un transfert en géronto-psychiatrie est décidé 4 jours plus tard après qu’elle ait tenté de se défenestrer à 2
reprises dans un contexte d’agitation délirante.
A l’entré on note :
- un ralentissement psychomoteur majeur
- un semi-mutisme
- des propos délirants à thème de mort
La première semaine d’hospitalisation est marquée par :
- un refus alimentaire,
- une opposition à la toilette et à l’habillage,
- une insomnie totale avec déambulation.
Un traitement antidépresseur et neuroleptique est mis en place à base d’Effexor® et d’Aldol®.
Elle refuse la visite de ses enfants en expliquant qu’ils risquent leur vie en venant la voir et vont se faire
kidnapper et tuer.
A 2 reprises elle tente de fuguer se croyant poursuivi par des êtres malfaisants souhaitant sa mort.
Pendant l’hospitalisation des propos délirant disparaissent le jour et la nuit mais la déambulation persiste
Des troubles de la mémoire apparaissent et une confusion du trouble nycthéméral
Questions :
1. Quels sont les signes clinique évoquant un épisode dépressif sévère et ceux qui évoquent
une démence ?
1
2. Justifier l’HDT à l’admission
3. Justifier la réalisation de bilan somatique biologique, le traitement mis en place
4. Quelle est la PEC infirmière à mette en place ?
B. Réponses :
1. Quels sont les signes clinique évoquant un épisode dépressif sévère et ceux qui
évoquent une démence ?
Mélancolie
- Ralentissement psychomoteur
- TS
- Délire/Hallucination
- Idée de mort
- Mutisme
- Réponse positive au traitement
démence
- Diagnostic posé de détérioration cognitive
- Inversion du rythme nycthéméral
-
- DTS
Délire de persécution
- Insomnie
- Agitation
- déambulation
Facteurs de risque :
- vie seule, veuve
- 76 ans
-
2. Justifier l’HDT à l’admission
Opposition aux soins ou pas de conscience de necéssité des soins
Il existe un danger pour le sujet
3. Justifier la réalisation de bilan somatique biologique, le traitement mis en place
Bilan :
Eliminer toutes les causes iatrogène et/ou somatique  confusion et/ou trouble à expression somatique
- B12 /folates
- Pré Albumine/Albumine
- Scan
- MMS
NFS :
Elimine toutes les causes entraînant agressivité/délire. Ex : anémie agressivité, agitation. Infection
délire.
Iono
T3, T4, TSH
L’antipsychotique mis en place pour les délire
L’Antidépresseur pour la mélancolie.
Si le patient ne boit pas suffisamment pas d’élimination de la molécule, phénomène d’hyper-concentration
créant un état comateux (apparition de troubles extrapyramidaux au bout d’une semaine).
2
-
-
-
-
4. Quelle est la PEC infirmière à mette en place ?
Accueil
o Présentation (Prénom + fonction)
o Entretien autour d’une boisson dans un coin lieu
 Proposer un verre d’eau, et autour de ce verre d’eau on amène plus naturellement
l’entretient
o Inventaire
 Tout ce qui est tranchant (penser au coupe ongle
 Eau de Cologne, parfum
 Cachet caché dans boite de tic-tac
o Mise en chambre double
o Présente le service succinctement
 Bureau infirmier
 Salle de soins
 Salle de repos
Hospitalisation
o Anorexie
 Cf. goût (repas fractionné dans la journée et petite quantités)
 Toujours proposer
 Si refus, le marquer dans le dossier
o Toilette
 Ne pas la forcer
 La laisser faire
 Voir de quoi elle est capable
 Lui laisser le temps
 Etablir au besoin des contrats avec elle
 Laisser le choix du vêtement.
o Activité :
 Revaloriser estime de soi.
Ex : esthétique
Entretien
o IDE/AS
o IDE
o Médicaux/IDE
 Référent d’entretient
VAD
o Mise en place du projet
o Préparation sortie
 Si MDR
accompagnement
Visite
 Si domicile
Réseau d’aide
 CMP
Hôpital de jour ?
II. Cas concret n°2
A. Enoncé
M D 83 amené aux urgences pour traumatisme cranio-facial.
Le scanner s’avère normal
Lorsque les médecins suturent la plaie il leur explique qu’il vit seul au domicile et cela depuis de
nombreuses années.
Il évoque une chute à domicile puis une agression par 2 hommes ayant pénétré chez lui.
3
Le médecin traitant contacté par téléphone qui connait M. D depuis plus de 20 ans précise qu’il vit de façon
parfaitement autonome mais lors de la dernière consultation, il l’a trouvé quelque peu perturbé.
De plus le médecin a constaté qu’il existé quelques troubles mnésiques et des difficultés dans l’orientation
temporelle.
N’ayant pas de place d’hospitalisation et vu que Mr D se sent très bien le médecin urgentiste le laisse renter
à domicile.
Il sort avec un rendez-vous pour un bilan neuropsychologique et une consultation dans un centre mémoire.
Le lendemain Mr nous est adressé en HDT, sa voisine qui rentrait des courses l’a trouvé en équilibre sur le
balcon de son appartement du 2ème étage.
Il lui a lancé je veux en finir, ils sont encore là. Il alerte le voisin de M. D qui est un pompier.
A son arrivé dans le service, ses propos sont confus, il est totalement désorienté et ne se souvient pas de sa
tentative de défenestration.
Le bilan biologique ne révèle aucune particularité. Quelques jours plus tard se sentant rassurer dans le
service il nous dis se sentir menacer chez lui.
Il est selon ses dires, sur écoute, des hommes veulent le tuer et quand il sortant il voyait bien que sont appart
était visité et était sûr d’une chose c’est qu’ils veulent le tuer. Le diagnostic de syndrome démentiel débutant
est ensuite étayé par les propos de la voisine ;
Selon elle cela fait des mois qu’il a commencé à perdre la tête.
Il est tombé plusieurs fois chez lui et est venu demander de l’aide en prétextant qu’il y avait des hommes
chez lui. Un fois dan l’appart la voisine a constaté qu’il n’y avait personne.
Enfin il se perdait et rentrait souvent en plein nuit. Son unique frère plus âgé vit à 500km.
Ses voisins se sentent démunis.
Questions :
1.
2.
3.
4.
Peut-on parler d’un acte suicidaire ?
Quels éléments cliniques permettent d’établir un diagnostic de délire tardif et de démence ?
Pourquoi les examens complémentaires réalisés aux urgences sont importants et pourquoi ?
Quelle PEC infirmière proposez-vous pour ce patient ?
B. Réponses :
1. Peut-on parler d’un acte suicidaire ?
Non car délire, hallucination entrainant une angoisse
Mais peut-être oui car il existe des troubles démentiels qui pourrait engendrer une dépression qui pourrait
engendrer un suicide
2. Quels éléments cliniques permettent d’établir un diagnostic de délire tardif et de
démence ?
On pensait qui c’était une psychose (état délirant tardif = psychose)
2 psychoses arrivent très tard : état délirant tardif et la paranoïa.
Etat délirant tardif
- Début brutal
- Hallucination
- isolement
-
Démences
- DTS
- Troubles mnésiques
- Hallucination
- Propos confus
Syndrome persécutoire délire
4
-
3. Pourquoi les examens complémentaires réalisés aux urgences sont importants et
pourquoi ?
Diagnostic différentiel afin d’établir si il existe des causes iatrogène ou somatique pouvant entrainer
ces troubles d’autant plus qu’il chute beaucoup
MMS car troubles mnésiques (attendre au moins 30 min car patient agité)
4. Quelle PEC infirmière proposez-vous pour ce patient ?
Tout expliquer sur les horaires des PEC, sur les repas, les levés.
Hospitalisation : chambre seul car personne qui se sent persécuté (risque se sentir persécuté par le voisin et
risque de s’en prendre).
Le mettre face au groupe dans les activités.
Observer ses réactions (agressivité ? façon de communiquer, tolérance face au groupe)
Favoriser un climat de confiance afin qu’il fasse confiance au autres.
5
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire