L I B É R A L E

advertisement
LIBÉRALE
Diabète
Un réseau mis en place dans l’Aude
Le diabète de type 2 est devenu une priorité de santé
publique. Malgré les recommandations répétées, les
bonnes pratiques ne sont pas suivies. Une initiative
récente devrait apporter des solutions concrètes.
P
ar son diagnostic tardif et ses complications, le diabète de type 2 est une pathologie grave, et de plus en plus fréquente.
En juin 1998, la Conférence nationale de santé
l’a classée comme problème de santé prioritaire
en France. Une étude de la CNAMTS de 1998,
conduite auprès de 610 000 patients, a montré
les lacunes de la prise en charge. Or, le bon suivi
de celle-ci repose sur une surveillance clinique
constante, l’évaluation régulière de l’équilibre
glycémique, la recherche ou la prise en charge de
facteurs de risque associés et des examens complémentaires pour détecter des complications.
Intérêt du réseau
Compte tenu de la nécessité d’une prise en charge
pluridisciplinaire, la mise en place de réseaux
constitue une cohérence dans la continuité des
soins au diabétique qui, outre son diabète, souffre
de maladies associées. Le réseau permet le dialogue
entre les différents partenaires et la coordination
des actions. L’année dernière, la CNAMTS, sur
décision du Parlement (loi de financement de la
Sécurité sociale de 1999), a mis en place un fonds
pour l’amélioration de la qualité des soins de ville
afin de financer les réseaux de soins.
A l’initiative du centre hospitalier de Narbonne,
de la FMC, de la CPAM et de l’industrie pharmaceutique, le premier réseau de soins pour diabétiques, Audiab, a été créé dans le département de
l’Aude. Ce dernier compte 6 800 malades de
longue durée et le diabète y constitue la deuxième
cause de l’exonération du ticket modérateur
(18 %). La vocation d’Audiab est d’être un réseau
de proximité, replaçant le diabétique au cœur du
système de santé avec, pour objectif avoué, de
parvenir à une diminution de 15 % des complications de micro ou de macroangiopathie à 5 ans
sans surcoût financier. L’ambition est de couvrir
les activités de prévention, de dépistage, de diagnostic, de mise en œuvre du traitement, d’éducation et de suivi de ces patients atteints de diabète de type 2. Une formation continue en diabé-
tologie permettra aux soignants impliqués dans le
réseau de mieux comprendre la pathologie.
L’adhésion du patient au réseau Audiab est libre,
mais il s’engage, tout en conservant le choix de
son médecin et de ses paramédicaux, à respecter
les règles du réseau pendant 5 ans. Le patient
s’engage aussi à remplir une fois par an un questionnaire de qualité de vie validé par l’INSERM, et
il est automatiquement dirigé vers le site orienté
de diabétologie en cas de nécessité d’hospitalisation pour un problème lié à sa maladie sauf cas
exceptionnel. Le site est un pôle de conseil en
matière de traitement, d’organisation et de validation des données. Le pivot du réseau est le médecin de ville, assisté par le pharmacien, notamment
pour le suivi de matériel d’auto-contrôle de la glycémie. L’infirmière a un rôle d’éducateur, contribue à la surveillance clinique du patient, et s’engage à transmettre les informations de suivi du
patient au centre référent. Les professionnels
engagés dans le réseau s’engagent à suivre des formations y afférentes au réseau Audiab.
La CPAM prend en charge à 100 % les patients
diabétiques du réseau et participe à la proposition de rémunération des acteurs impliqués.
Différentes évaluations seront effectuées. Elles
permettront d’établir un bilan, voire d’étendre
le réseau Audiab dans tout le département.
L.G.
Site orienté de diabétologie
Le service A du centre hospitalier de Narbonne prend en
charge :
– les urgences ;
– les consultations rapides, par téléphone si nécessaire ;
– les journées en hôpital de jour pour un bilan annuel ;
– la mise à jour, l’analyse des données cliniques et paracliniques ;
– la transmission des résultats chaque année aux médecins généralistes pour leurs patients, à l’ensemble du
réseau pour les données générales du suivi.
Professions Santé Infirmier Infirmière - No 27-28 - juin-juillet-août 2001
45
Téléchargement