« Après avoir crucifié Jésus, les soldats prirent ses vêtements et en firent
quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était
sans couture, d'une seule pièce depuis le haut jusqu'en bas. Ils se dirent entre
eux: ‘Ne la déchirons pas… ‘ » (Jn 19 :23-24)
La tunique du Christ est l’image de l’Eglise. Ne déchirons pas l’Eglise, Corps
du Christ!
L’Eglise est UNE ! Tous, nous confessons Jésus-Christ, fils unique de Dieu,
né de la Vierge Marie, crucifié sous Ponce Pilate, mis au tombeau,
ressuscité le troisième jour et qui reviendra pour juger les vivants et les morts.
Tous, nous confessons l’Esprit Saint qui donne vie. Tous, nous croyons que
l’Eglise est le Corps du Christ chargé de poursuivre son enseignement. Notre
foi commune est exprimée dans le Symbole des apôtres et le Symbole de
Nicée-Constantinople.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole_de_Nic%C3%A9e
http://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole_des_ap%C3%B4tres
Alors quoi ? Qu’attendons-nous pour CELEBRER cette UNITE qui existe
déjà?
« La volonté du Père : tout réunir sous un seul Chef, le Christ. »
« God’s purpose: all things in Christ.” (Ep 1, 3-10)
« Ce que Dieu a uni, l’homme ne doit pas le séparer. »(Mt 19 :6)
Remarque :
L’œcuménisme, c’est le dialogue avec les chrétiens de toutes confessions.
(Protestants, catholiques, melchites, évangélistes, orthodoxes,….)
Quant au dialogue avec les fidèles des autres religions : Musulmans, Juifs, …
il s’agit de dialogue interreligieux, et non d’œcuménisme.
LA FOI PRISE AU MOT
L'unité des chrétiens
http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/la-foi-prise-au-mot/la-foi-prise-au-mot-l-unite-des-chretiens/00071838
L'abbé Paul Couturier : pionnier de l'oecuménisme
http://www.kt42.fr/l-abbe-paul-couturier-pionnier-de-l-oecumenismea105644996
« Le désir de certains d’imposer leur vision
aux autres a fait des ravages. »
L’Eglise s’est diversifiée avec le temps. « Il y a beaucoup de demeures dans
la Maison de mon Père », disait Jésus. C’est bien compréhensible.
Cependant, les chrétiens auraient dû rester unis les uns aux autres, comme des
frères et sœurs que l’éloignement de leurs maisons n’empêche pas de se
revoir, de se réunir de temps en temps. Or certains imposent leur vision….
“Au fur et à mesure que la mission franchira des frontières, rencontrera des
cultures différentes et traversera les siècles, elle aura à assumer une
extraordinaire diversité : de langues, de liturgies, de théologies, de morales,
d’arts et de philosophies. La tentation permanente ne sera pas la colère,
l’impureté, la vanité mais la séparation. Tragédie des divisions entre tous
ceux qui professent qu’ils croient en Jésus glorifié par la croix et qui refusent
de demeurer ensemble – alors que la croix a eu pour but l’unité des croyants !
« Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres
comme je vous ai aimés » (13, 34 ; répété en 15, 12 et 17).
Tout de suite, dès la première génération chrétienne, cette force centrifuge, ce
désir de certains d’imposer leur vision aux autres, a fait des ravages. Paul ne
cessera de supplier ses communautés de rester unies ; la lettre aux Hébreux
exhortera à « ne pas déserter nos assemblées » (10, 25) ; Jean dit sa douleur
parce que certains « sont sortis » (1 Jn 2, 19) ; Pierre exhorte à l’unité (1 Pi 1,
22 ; 3, 8 ; …). La scission fut le premier drame de l’Eglise - elle l’est
encore ».
(R. Devillers homélie 7ème dimanche de Pâques)
Pape François :
« L'unité est en chemin, elle ne s'arrête jamais
!»
« L’unité des chrétiens ne sera pas le fruit des
discussions théoriques raffinées ».
http://www.aleteia.org/fr/video/que-les-chretiens-soient-unis5897629074456576
Ne jugeons pas les autres !
C’est du temps perdu ! Pire, c’est de la déconstruction ! Ayons plutôt à cœur
de travailler ensemble à la construction du Royaume de Dieu. Que chacun
s’examine donc lui-même ! Qu’il prenne conscience si, oui ou non, il fait
grandir le Royaume de Dieu avec sa langue ! Discuter sur les mots crée des
remous. Par exemple : Qu’est-ce qu’un « frère », un « saint » ? Inutile de
discuter des heures pour se mettre d’accord sur des notions comme celles-là.
Bref, faisons route ensemble sans vouloir imposer notre vision des choses.
Prions toujours davantage ! Plus nous nous approchons de Jésus, plus nous
nous approchons les uns des autres.
« Évite les discussions folles et simplistes : tu sais qu’elles provoquent des
querelles. » (2 Tm 2 :23)
« Finissons-en avec ces jugements les uns sur les autres. » (Rm 14 :13)
« Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n'avez
qu'un seul enseignant, et vous êtes tous frères » (Mt 23 :8)
« Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à
suivre fidèlement l'appel que vous avez reçu de Dieu : ayez beaucoup
d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec
amour ; ayez à cœur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix.
Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il
n'y a qu’un seul Corps et un seul Esprit. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une
seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus
de tous, par tous, et en tous ». (Ep 4, 1-6)
L’image de ma paroisse.
L’image de ma paroisse.
Mais pourquoi s’unir et comment faire?
- Cardinal Suenens : « L’Eglise d’aujourd’hui et blessée parce qu’elle manque
d’unité visible. Prions ensemble pour demander cette unité afin de former un seul
corps. Je pense que la solution au manque d’unité œcuménique ne sera pas
finalement le résultat d’un dialogue entre l’Eglise de Rome et l’Eglise de
Canterbury ou l’Eglise de Moscou. Ce ne sera pas un dialogue entre les Eglises
en tant que telles, mais entre Rome et Jésus, Canterbury et Jésus, Moscou et
Jésus. »
-Nous demandons souvent à Jésus de répondre à nos prières. De son côté, Jésus
attend que nous répondions à la sienne : « Que tous soient un » (Jean 17). Faire
un pas vers nos frères différents, c’est aimer Jésus, et quand on aime, on obéit par
plaisir.
-Unissons–nous aussi par souci d’efficacité. Ainsi en Orient, il y a de nombreux
groupes de chrétiens. A côté de l’Église catholique copte, qui représente le
groupe le plus important du catholicisme oriental, on trouve également des
Églises de rites melchite, syrien, chaldéen, arménien, maronite, éthiopien, ….
Leur unité est indispensable à l’évangélisation.
Actualité :
En Egypte, le projet d’une télévision couvait depuis de nombreuses années, mais
pour qu’il se réalise, il fallait d’abord que s’unissent les églises. Ce travail a pris
du temps !
« … cette fois, ça y est : « Salam » (paix) la chaîne de télévision catholique
égyptienne, verra le jour en 2013. Il nous semble utile de disposer d’un
instrument afin de montrer à tous la richesse du regard catholique », a expliqué
Mgr Adel Zaki. » (Dimanche 11 novembre 2012)
Les « deux poumons» de l’Église.
« L’Europe doit respirer avec ses deux poumons… et rester fidèle à son âme
chrétienne ». (www.osservatore-romano.org)
Le Pape Jean Paul II a souvent rappelé l'existence de deux "poumons" dans
l'Église, grâce auxquels elle doit respirer pleinement et être en bonne santé : ces
deux poumons sont les deux faces de l'Église, l'orientale et l'occidentale. Aux
cours des siècles, a rappelé Jean Paul II, " l'Occident a beaucoup reçu de l'Orient
dans le domaine de la liturgie, de la tradition spirituelle, du droit ". Grâce aux
trésors de l'Orient, où elle a puisé largement à Vatican II pour orienter son
aggiornamento, l'Église a pu faire profiter sa partie "latine" des "traditions
vénérables de l'Orient". Ceci a été constaté, par exemple, par l'adoption de la
langue courante dans la liturgie, le rétablissement de la concélébration, de la
communion sous les deux espèces et du diaconat permanent.
Les traditions liturgiques et ecclésiales pratiquées au cours des siècles par les
Églises locales en Orient ont un intérêt capital pour la vie de l'Église tout entière.
Leur proximité avec des traditions venues des Apôtres, l'héroïcité de leurs
martyrs, la science de leurs Pères de l'Église, en font de véritables "lieux
théologiques" dans lesquels l'Église reconnaît sa Tradition authentique et dans
lesquelles elle peut venir puiser comme à une source très riche.
La reconnaissance des services que le poumon oriental a apportés à toute l'Église
ces dernières années a conduit bien des fidèles à adopter une attitude plus
œcuménique. En Orient, bien des catholiques possèdent ces richesses en commun
avec leurs frères séparés ; " L'Église doit apprendre à respirer de nouveau avec
ses deux poumons l'oriental et l'occidental ". Le Pape Jean Paul II a invité tous
les catholiques à étudier et à bien connaître ce patrimoine spirituel et liturgique :
il est source d'unité. Jean-Marie Mérigoux, o.p.
www.centre-cormier.com/2012/05/22/entretien-sur-l’orient-c - 13k
L’œcuménisme, réalité incontournable…
Agissons pour l’unité !
« Comme le corps qui ne respire plus est mort, la foi qui n'agit pas est morte »
(Jc 2 :6)
« Le plan du Seigneur demeure pour toujours, les projets de son cœur
subsistent d'âge en âge ». (Ps 32 : 11)
Ktotv : L’unité des chrétiens.
http://www.youtube.com/watch?v=LsfcXVTkYbg.
… déjà à l’œuvre.
http://www.youtube.com/watch?v=NAhMfqer8rs&feature=related.
L’unité des chrétiens s’y vit au quotidien à commencer par le binôme des
directeurs du foyer. Marie Olga Diaz est religieuse catholique et espagnole,
et Oliver Matri est luthérien et allemand.
« L’unité, ça commence par pouvoir vivre ensemble, partager la vie courante
comme dans une famille, et là, on est des frères et sœurs de différentes
confessions. …Je pense que c’est en vivant ensemble qu’on apprend à se
connaître, à se comprendre aussi. Souvent quand on ne vit pas ensemble, on
peut avoir des préjugés, on ne comprend pas comment l’autre vit sa foi. »
.
.
Unissons-nous davantage et nous verrons LA
GLOIRE DE DIEU !
Pluie de grâces dans le groupe œcuménique
« Paris-tout-est-possible »
Unissons-nous et nous verrons la gloire de Dieu. Dieu agit là où les chrétiens
agissent de commun accord. Des guérisons y semblent plus nombreuses
qu’ailleurs. Dans son livre « Unité-Onction-Guérison » le pasteur Carlos Payan
écrit : « Nous vivons nos rassemblements, rencontres, séminaires et salons dans
l’unité et le respect des églises. Des catholiques, des protestants, (réformés,
luthériens, évangéliques) se retrouvent pour relever le triple défi.
L'association « Paris Tout Est Possible » croit de tout son cœur à la guérison
divine. Cependant nous sommes conscients que lors des services de guérison tous
ne sont pas guéris. Mais ce qui nous motive et nous libère dans cette espérance,
c'est que "quelques-uns" le sont et que les "quelques-uns" sont de plus en plus
nombreux. Nous voyons ces derniers temps une accélération du processus de
guérison chez plusieurs ce qui donne à nouveau cette espérance dans les paroles
du Christ: Jésus dit: "Tout est possible à celui qui croit". Nous restons attachés à
cette parole qui habite nos cœurs. Nous prierons pour TOUS et nous nous
confions à son Amour, sa grâce et sa miséricorde. Nous croyons aussi que le
Seigneur peut vous guérir chez vous, dans votre paroisse, votre église ou vos
groupes de prière et avec d'autres serviteurs. Nous ne croyons à aucune
exclusivité: TOUT EST GRACE! Vous recevrez ici la prière si vous le souhaitez
par impositions des mains, l'onction d'huile ou la prière fraternelle. Nous prierons
pour l'être tout entier, esprit, âme et corps.
Témoignage de Carlos Payan
http://www.enseignemoi.com/video/temoignage/temoignage-de-carlos-payan.html.
Que de merveilles chez « Les Hommes
d’Affaire du Plein Evangile », institution
œcuménique !
Bruno Berthon : « Nous sommes des chrétiens de toute confession ayant vécu
une expérience forte avec le Seigneur ».
Gilles : « J'étais complètement paumé ; j'ai demandé la prière ici et l'on m'a
conseillé de me rendre à la convention nationale de Vichy en 2001 ; c'est là que
j'ai été guéri de l'alcool après avoir reçu l'effusion de l'Esprit ; dix jours plus tard,
je remettais ma vie à Jésus ! » Depuis, Gilles travaille en province dans une
maison d'accueil pour toxicomanes.
L'association revendique aujourd'hui 45 000 sympathisants dans 140 pays et 5
000 groupes (ou chapitres) locaux qui se retrouvent dans des hôtels, pour des
petits déjeuners ou des dîners de partage. « Un restaurant est un lieu neutre qui ne
heurte pas ceux qui, parmi nos invités, ne seraient pas prêts à mettre les pieds
dans une église », explique Sylvain Duda, président du chapitre versaillais… (site
fgbmfi burkinafaso)
UNE VISION EST A L’ORIGINE DE LA COMMUNAUTE
Dieu donna à Demos Shakarian une vision saisissante. Il était en train de prier
profondément quand il sentit l’Esprit Saint de Dieu l’élever dans l’espace, très
haut au-dessus de sa maison et des nuages. La terre tournait lentement sous lui,
chaque continent défilait devant ses yeux et il vit distinctement des hommes de
toutes les nations, dans la variété de leurs vêtements et de la couleur de leur peau.
Leur tête était courbée en signe de désespoir et ils étaient dans la tristesse, les
bras croisés. Puis il lui fut donné de constater qu’un grand changement s’était
produit : ils avaient redressé la tête et levaient leurs bras pour louer Dieu.
Demos Shakarian comprit qu’il avait reçu une révélation du rôle que la
communauté devait jouer dans un réveil spirituel mondial.
« La communauté Internationale des Hommes d’Affaire du Plein Evangile ne
fonde pas d’églises. Au contraire nous voulons être au service des églises
établies. Nous sommes une communauté para-ecclésiastique, ce qui signifie que
nous agissons parallèlement aux églises des différentes dénominations. De même
que l’apôtre Paul, nous n’essaierons jamais de construire sur des fondations
humaines. Jésus est notre fondation et nous ne construirons que sur lui. En tant
que président de la communauté, je prescris continuellement à nos responsables
de préparer et de tenir toutes leurs réunions dans des lieux et à des moments qui
ne perturbent pas la vie ecclésiastique des participants. Nous n’avons jamais
conseillé et ne conseillerons jamais à quelqu’un de quitter son église »…
La Communauté internationale des hommes d’affaires du plein Évangile se
présente comme un rassemblement mondial interconfessionnel de laïcs
charismatiques. La FGBMFI n’a ni prêtre ni pasteur et ne crée aucune Église.
Convictions fondamentales : La communauté est un rassemblement de chrétiens
appartenant à différentes Églises, mais n’est pas elle-même une nouvelle Église.
Elle n’a pas de croyances spécifiques, mais respecte les croyances des
communautés chrétiennes dont ses membres sont issus.
Elle ne célèbre aucun culte, n’administre aucun sacrement. Elle encourage
chacun de ses membres à vivre pleinement dans sa propre Église.
http://www.croire.com/Definitions/Vie-chretienne/Politique/Des-hommes-daffaires-temoignent-du-plein-Evangile.
http://www.croir.ulaval.ca/Fiches_Groupes_Religieux/Communaute_des_homm
es_daffaires_du_plein_Evangile.aspx
Que de guérisons à la communauté
œcuménique de Rostrevor, en Irlande !
Cécil Keer « Le chemin de la paix ».
http://www.amazon.fr/gp/search?index=blended&keywords=c%C3%A9cil%20k
eer.%20les%20chemins%20de%20la%20paix%20.&tag=lpo_ixdpgoukfrengl_bo
ok-21
L’Irlande a connu des conflits sanglants opposant catholiques et protestants. Au
sein de ce chaos, Dieu a travaillé : « un puissant travail de guérison et de
réconciliation au fond des cœurs et entre les communautés…. Cécil Keer, pasteur
de l’Eglise d’Irlande et sa femme ont eu la conviction que le Seigneur les
appelait à rassembler dans la prière des chrétiens de toutes traditions. Ainsi est
née la communauté de Rostrevor, lieu de prière, de renouveau et de
réconciliation.
« L’Eglise d’aujourd’hui est blessée parce qu’elle manque d’unité visible. Prions
ensemble pour demander cette unité afin de former un seul corps. Je pense que la
solution au manque d’unité œcuménique ne sera pas finalement le résultat d’un
dialogue entre l’Eglise de Rome et l’Eglise de Canterbury ou l’Eglise de Moscou.
Ce ne sera pas un dialogue entre les Eglises en tant que telles, mais entre Rome et
Jésus, Canterbury et Jésus, Moscou et Jésus. » Cardinal Suenens. (Page 49)
« Des centaines de gens qui ont participé aux réunions de prière du lundi soir au
Centre peuvent témoigner des changements radicaux que Dieu a opérés dans
leur vie. Ainsi certains ont été guéris de l’alcool et de la drogue. Des joueurs
invétérés ont été délivrés de leur vice, des couples désunis se sont réconciliés,
des gens qui étaient dévorés par la haine, le ressentiment et l’amertume ont été
libérés ; des hommes et des femmes; remplis de violence ont été transformés par
la puissance du Christ ; d’anciens ennemis se sont embrassés ouvertement dans
un geste émouvant de réconciliation ; plusieurs personnes blessées ou endeuillées
par la violence ont trouvé guérison et réconfort. Beaucoup ont fait l’expérience
de guérisons étonnantes, tant physiques que psychologiques. Pour d’autres, la
réunion de prière a fait l’office de bouée de sauvetage pendant une crise ou un
drame personnel ou familial. …. » (Cecil Kerr Le chemin de la paix p 91)
« Quand nous sommes venus à Rostrevor, nous savions que Dieu nous avait
appelés à un ministère de prière, de renouveau et de de réconciliation et que notre
vocation n’était pas exclusivement un « Centre de Guérison », mais nous
n’ignorions pas pour autant que la guérison du corps, de l’âme et de l’esprit ferait
intégralement partie de notre travail. »
Cécil Keer raconte encore des guérisons dont celle d’un évêque, John Amstrong.
« Le médecin me déclara que je ne remarcherais jamais; j’étais obligé de me
servir d’un déambulatoire, c’était dur pour un homme qui avait l’habitude de
faire 40 000 km par an et avait eu une grosse activité. Je ne croyais pas mon
médecin parce que je suis quelqu’un de têtu, mais je croyais en Dieu. » Alors que
des membres de la communauté lui imposent les mains, l’évêque retrouve sa
liberté de mouvement. (p 196-197)http://www.belfasttelegraph.co.uk/news/local-national/northernireland/obituary-reverend-cecil-kerr-28556669.html
D’autres voix prophétiques de l’unité :
« Individuellement, nous sommes une goutte d’eau. Ensemble,
nous sommes un océan ». Ryunosuke Satoro
Au XVIème siècle : Thomas More.
Il est allé jusqu’à donner sa vie pour l’unité de l’Eglise.
« Je le considère comme une des plus belles figures de l’histoire. Chancelier
d’Angleterre sous l’horrible Henri VIII, il s’est opposé avec douceur, mais
fermeté inébranlable à la déchirure de l’Eglise et à la séparation avec Rome.
Il fut décapité en 1535 et canonisé en 1935. Père de famille, d’une hospitalité
exquise dans sa maison de Chelsea, humaniste, l’un des hommes les plus
cultivés de son époque, il fut aussi doté d’un humour délicieux qui éclairait
son entourage et dévoilait le sens véritable des choses. » (Rudolph
REZSOHAZY Dimanche 11 nov. 2012)
Le père Henri Boulad. S.J.
Il dénonce le manque d’unité en Orient où les chrétiens sont persécutés… Or
l’union fait la force ! (interviewé en 2006)
http://oumma.com/Henri-Boulad-jesuite-egyptien-Les
« Ce qui manque à l’un, l’autre l’a.
Des chrétiens Protestants adoptent certaines valeurs du catholicisme. Des
Catholiques adoptent certaines valeurs du protestantisme. Personnellement,
j’aime beaucoup fréquenter le Temple protestant de Chimay. J’apprécie leur
enthousiasme, la simplicité des chants, l’expression libre, le sens de
l’évangélisation, leur bonne connaissance de la Bible, la transmission de la foi
auprès des jeunes grâce à l’école du dimanche et en semaine, ainsi que lors des
camps-prières, … Et les agapes sont accessibles à tout le monde.
Voici une invitation de jeunes Protestants soucieux de transmettre la foi qu’ils
ont reçue. Bravo !
http://www.facebook.com/#!/mikelukusa?fref=ts.
Il arrive aux Catholiques de souffrir en présence des Protestants quand ceux-ci
manifestent leur incompréhension des réalités purement catholiques auxquelles
nous tenons beaucoup : la Présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie, la
reconnaissance du successeur de Pierre en la personne du pape, et le rôle
important de Marie dans l’Eglise.
Inversement, certains Protestants souffrent en présence de Catholiques qui
invoquent Marie.
Concernant le Saint Sacrement, voici le point
de vue de Scott Hahn (Rome sweet home).
(Quelques extraits) « Fulton Sheen a dit un jour, je cite, qu’il n’y avait pas
100 personnes aux États-Unis qui détestent l’Église Catholique, bien qu’il
puisse y avoir des millions de personnes qui détestent ce qu’ils croient à tort
être l’Église Catholique et son enseignement. Et, avec soulagement, j’ai
découvert que je faisais partie de la deuxième catégorie. Car pendant des
années je me suis opposé à l’Église Catholique et j’ai travaillé dur à ce que
des catholiques quittent l’Église. Mais j’en suis arrivé à constater à travers de
nombreuses études et prières, que l’Église Catholique s’appuie sur les
Écritures. ….»
http://v.i.v.free.fr/spip/spip.php?article506
« …. Je fouillais le chapitre 6 de Jean. Je ne sais pas combien d’entre vous ont
étudié l’Évangile de Jean. De bien des façons, c’est l’Évangile le plus riche de
tous. Mais le chapitre 6 de Jean est mon chapitre préféré parmi les 4 Évangiles.
Là, je découvrais quelque chose que je pensais avoir déjà lu avant, mais que je
n’avais jamais vraiment remarqué. Voici : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si
vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et ne buvez son sang, vous
n’aurez pas la vie en vous. Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie
éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une
nourriture et mon sang vraiment une boisson. Qui mange ma chair et boit mon
sang demeure en moi et moi en lui. » Je lus cela, je le relus ; je le considérais de
10 points de compréhension différents. Je me procurais tous les livres sur ce
sujet, des commentaires sur Jean. Je n’arrivais pas à comprendre comment
donner sens à ce passage.
J’avais appris à l’interpréter de façon figurative ; Jésus utilise un symbole. La
chair et le sang sont simplement un symbole de son corps et de son sang. Mais
plus je l’étudiais, plus je réalisais que cette interprétation n’avait pas de sens.
Pourquoi ? Parce qu’aussitôt que les Juifs entendirent ce qu’a dit Jésus, ils
partirent. Jusqu’à ce point, des milliers le suivaient, et soudain la multitude est
choquée simplement parce qu’il dit : « ma chair est vraiment une nourriture, mon
sang est vraiment une boisson » et ils partent tous. Des milliers de disciples l’ont
quitté. Si Jésus avait l’intention que ce langage soit compris figurativement, Il
aurait été moralement obligé, en tant qu’enseignant, de dire : « Stop, ce n’est que
symbolique » Mais il ne l’a pas fait, au lieu de cela qu’a-t-il fait ?
Ma recherche me démontra qu’Il se tourna vers les disciples et Il leur dit... que
leur dit-il ? « Nous ferions mieux d’engager un agent de relation publique ; j’ai
vraiment foiré (j’ai tout gâché), les gars ». Non ! Il leur dit : « Voulez-vous partir
vous aussi ? » Il ne leur a pas dit : « Avez-vous compris que je parlais de façon
symbolique ? » Non ! Il leur dit que la vérité c’est ce qui rend libre. J’ai enseigné
la vérité. Qu’allez-vous faire à ce sujet ? » (Hahn Scott)
NB. L’apôtre n’invite pas à être fidèle à la seule parole écrite mais aussi à la
tradition de l’Eglise, écrite ou orale.
« Aussi, mes frères, soyez fermes et tenez bien aux traditions que nous vous
avons enseignées, par la parole ou par écrit » (2 Th. 2:15)
Puisque les querelles de mots séparent, prions !
PRIONS vraiment pour l’unité des chrétiens...
Seigneur Jésus-Christ, tu as dit à tes apôtres:
"Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix";
ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Eglise;
pour que ta volonté s'accomplisse,
donne-lui toujours cette paix.
Donne ta paix: aux églises orientales, aux églises orthodoxes et à
leurs Patriarches,
donne ta paix: aux églises issues de la Réforme, à la Communion
Anglicane, aux églises évangéliques,
à toutes les assemblées chrétiennes qui invoquent ton Nom,
et aux responsables de chacune de ces églises.
Mets un terme à notre division; et conduis-nous vers l'unité parfaite
Toi qui règnes pour les siècles des siècles.
… et pour l’unité de tout le genre humain.
« Fais de ton Église en ce monde le signe visible de l’unité, et la
servante de la paix. Et comme tu nous rassembles ici, …, daigne
rassembler un jour les hommes de tout pays et de toute langue, de
toute race et de toute culture, au banquet de ton royaume; alors nous
pourrons célébrer l’unité enfin accomplie et la paix définitivement
acquise, par Jésus, le Christ, notre Seigneur. »
(Prière eucharistique pour la réconciliation)
Avec toute l’Eglise, proclamons notre foi.
Je crois en l’Eglise « universelle ».
Témoignage personnel:
-) Je suis engagée dans le dialogue œcuménique, dans le dialogue
avec des chrétiens de différents rites. Près de chez moi, il y a une
église protestante de l’EPUB, je les côtoie. Dans le cadre du
renouveau charismatique, j’en côtoie d’autres, notamment lors de
week-ends œcuméniques. Le renouveau charismatique encourage
vivement l’unité des chrétiens. J’apprends ainsi à mieux connaître
ces frères et sœurs en Christ. Ce « vivre ensemble » nécessite des
précautions de chaque côté pour ne pas nous blesser mutuellement.
Mea culpa, je manque parfois de sagesse et je fais souffrir l’autre
contre mon gré. A travers ces écrits, je ne souhaite pas blesser et si
je le fais, de grâce, pardonnez-moi !
J’ai découvert qu’un Protestant n’a pas de dévotion pour les saints,
et donc pour la Vierge Marie. Certains d’entre eux m’ont vivement
réprimandée à ce sujet. Ça fait mal, mais que faire à cela ? Marie
est ma mère et le restera. A Beauraing, la Vierge a dit : « Sacrifiezvous pour moi » Je réponds à mes frères chrétiens protestants que
je suis catholique par conviction, non par tradition, et que je ne
changerai pas ! Cependant je me garde bien d’invoquer les saints en
leur présence.
D’autre part, je remarque que parmi les protestants, il y a aussi des
personnes qui se posent des questions devant le mystère catholique.
Parmi eux, d’anciens catholiques conservent l’amour de leur mère
du ciel. Lors d’un atelier œcuménique, parlant de Lourdes avec un
Protestant, il me dit : « Dieu est bien libre d’agir comme il le veut,
par les moyens qu’il souhaite! » Effectivement « Vos chemins ne
sont pas mes chemins. » dit Dieu.
-) Voici une conversation par MAIL avec un Protestant à l’esprit
ouvert au dialogue :
« Cher ….. pour faire connaitre mon livre, j'ai lancé un blog. Il me
semble qu'il est prêt. Bien sûr, c'est catholique, mais j'espère que
cela ne te dérange pas que je te l'envoie. Si c'était le cas, excuse-moi
vraiment, dans l'avenir je m’abstiendrai de faire de tels envois!! »
Il m’a répondu ceci :
« Bonjour Bernadette, Merci pour ton blog. Sache que tu es ma sœur
et je t'aime telle que tu es. Au ciel, il n'y aura ni catholique ni
protestant mais uniquement les chrétiens; nous serons tous
ensemble. Bien à toi. »
-) Alors que je frappe à la porte d’un frère Protestant, une idée forte
me vient à l’esprit. Un peu comme si l’Esprit Saint me disait : « Je
désire visiter ce frère, je souhaite que tu te fasses toute petite.
Laisse-moi faire ! ». « Bonne idée, Seigneur ! Le dialogue
interreligieux est tellement délicat. Vas-y. Je te laisse la place, mais
…concrètement, je ne vais pas rester muette comme une carpe ?! »
Justement, le lendemain de la visite dont je viens de parler, à la
messe, j’ai l’occasion de méditer le passage d’évangile suivant.
Enceinte de l’Esprit Saint, Marie ne discute pas avec Joseph qui
envisage la répudier. Elle laisse Dieu agir…et Il le fait à travers un
songe. De même, pour vivre l’œcuménisme, il faut laisser à Dieu le
soin de diriger les choses comme Il l’entend. Ne pas essayer de
convaincre, accepter nos différences, sources de richesses, compter
sur l’Esprit Saint.
Si Marie n’essaie pas de convaincre Joseph de son innocence, par
contre, elle lance un « Magnificat » puissant chez Elisabeth à
laquelle l’Esprit Saint a déjà tout révélé.
« Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement des paroles qui
lui furent dites de la part du Seigneur ! » lui crie Elisabeth. Et Marie
exulte : « Mon âme bénit le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon
sauveur. »
Comptons sur l’Esprit Saint! Il est vraiment très fort ! Ne devançons
pas la Providence.
Ma petite expérience œcuménique me fait
dire :
-Je réalise que des frères protestants ont de la patience avec moi et
qu’ils savent pardonner mes faux pas.
- La difficulté de rencontrer des personnes d’autres églises ne doit
pas être un frein, mais il faut y aller délicatement, confiance et
esprit de pardon.
-Plus j’avance sur le chemin de l’unité, plus je réalise que je ne dois
pas tout dire, que je dois savoir patienter et compter sur l’Esprit
Saint dans bien des situations.
- Ne ratons pas « la semaine de l’unité des chrétiens » qui est un
cadeau de Dieu, un tremplin vers le rapprochement des églises.
« Celui qui ne veut agir et parler qu’avec justesse
finit pas ne rien faire du tout. » Nietzsche.
Bref : HUMILITE ! HUMILITE !
Cessons une fois pour toutes de nous critiquer !
« Pour ma part, je me soucie fort peu de votre jugement sur moi, ou
de celui que prononceraient les hommes ; d'ailleurs, je ne me juge
même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce
n'est pas pour cela que je suis juste : celui qui me juge, c'est le
Seigneur. Alors, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez
la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans
les ténèbres, et il fera paraître les intentions secrètes. (1 Cor 3 :5)
Demandons pardon et CONVERTISSONS-NOUS. Désormais,
UNISSONS-NOUS ! Favorisons le développement de l’Epouse du
Christ ! Au lieu de nous regarder le nombril, de nous quereller,
tenons désormais vraiment compte de ces paroles:
« Soyez attentifs à TOUT le troupeau dont l’Esprit vous a établis
gardiens pour paître l’Eglise de Dieu, qu’il s’est acquise par le sang de
Jésus. » (Ac 20 :28)
« S’il me manque l’amour, je ne suis rien ».
« J'aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n'ai
pas la charité, s'il me manque l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui
résonne, une cymbale retentissante. »
« A ceci tous reconnaitront que vous êtes mes disciples : à
l’amour…. ».
« Frères, je vous exhorte au nom de notre Seigneur Jésus Christ à être
tous vraiment d'accord ; qu'il n'y ait pas de division entre vous, soyez
en parfaite harmonie de pensées et de sentiments. J'ai entendu parler
de vous, mes frères, par les gens de chez Cloé : on dit qu'il y a des
disputes entre vous. Je m'explique. Chacun de vous prend parti en
disant : « Moi, j'appartiens à Paul », ou bien : «J'appartiens à Apollos
», ou bien : « J'appartiens à Pierre », ou bien : « J'appartiens au Christ
». Le Christ est-il donc divisé ? Est-ce donc Paul qui a été crucifié pour
vous ? Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? (1 Cor.1013)
Pour être vraiment APOSTOLIQUE, l’Eglise doit d’abord être
UNE.
Cantiques :
Nous sommes frères et sœurs en Jésus
http://www.youtube.com/watch?v=BPcyfDamZE8&feature=related.
Esprit de Sainteté de la communauté du Chemin Neuf
accompagnement à la cantate
http://www.youtube.com/watch?v=1Pb-Y5ht7v0.
Pardon Seigneur pardon
http://www.youtube.com/watch?v=FaFIL8Lz-DM&list=RDFaFIL8Lz-DM
« Quand Dieu rassemblera son peuple, sa
gloire apparaîtra. » (Psaume 101)
One body
https://www.youtube.com/watch?v=bn73me4MguY&list=RDbn73me4MguY#t=77
PRIONS avec l’abbé Couturier.
Annexes
Magnificat. (aelf) en musique et méditation.
Le Seigneur fit pour moi des merveilles,
Saint est son nom.
Mon âme exalte le Seigneur,
Exulte mon Esprit en Dieu mon Sauveur.
Il s´est penché sur son humble servante ;
Désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles,
Saint est son nom.
Son amour s´étend d´âge en âge
Sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras,
Il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes,
Il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés,
Renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
Il se souvient de son amour,
De la promesse faite à nos pères
En faveur d´Abraham et de sa race à jamais.
Gloire au Père, au Fils, au Saint-Esprit,
Maintenant et à jamais, pour les siècles des siècles.
Ecouter le magnificat en musique : Joseph Gelineau
Méditation de Dietrich Bonhoeffer
« Le chant de Marie est le plus ancien cantique d’Avent. C’est en
même temps le cantique le plus passionné, le plus sauvage, et,
pourrait-on dire, le plus révolutionnaire qu’on ait jamais chanté. Ce
n’est pas la douce, tendre et rêveuse Marie, telle que l’image nous la
dépeint, qui parle ici, mais une Marie passionnée, emportée, fière,
enthousiaste. Rien des accents doucereux et mélancoliques de
maints cantiques de Noël, mais le chant fort, dur, impitoyable des
trônes qui s’écroulent et des seigneurs humiliés, de la puissance de
Dieu et de l’impuissance des hommes. Ce sont les accents des
Femmes-Prophètes de l’Ancien Testament, telles Déborah, Judith,
Myriam, qui revivent ici sur les lèvres de Marie.
Saisie par l’Esprit, Marie laisse avec obéissance et humilité se
passer en elle ce que l’Esprit ordonne. Marie, par cet Esprit, parle de
la venue de Dieu dans le monde, de l’avent de Jésus-Christ. Elle sait
mieux que quiconque ce que c’est que d’attendre Jésus-Christ, car il
est plus proche d’elle que de quiconque. Elle sait que l’Esprit est à
l’œuvre ici ; elle sait quel Dieu Tout-Puissant accomplit son
miracle. Elle ressent dans son propre corps que Dieu ne se dirige pas
selon l’opinion et selon les idées humaines, qu’il ne suit pas le
chemin que les hommes lui proposent, mais bien le chemin de sa
propre Volonté, au-delà de toute compréhension et de toute preuve.
Là où la raison désarme, là où notre nature se révolte, où notre
piété se tient craintivement, c’est là précisément que Dieu aime se
trouver. C’est là qu’il confond la raison des raisonnables, qu’il
déconcerte nos penchants naturels et notre piété : personne ne peut
l’empêcher. Seuls les humbles croient et se réjouissent de voir Dieu
libre et souverain, au point de faire des miracles là où l’homme
renonce, et de magnifier ce qui est petit.
Voilà Marie, la femme du charpentier, la pauvre femme
d’ouvrier, inconnue, effacée, mais justement, dans son effacement,
dans sa petitesse, considérée et choisie pour être la Mère du Sauveur
du monde ; non pas en raison de quelque mérite quelconque, pas
davantage à cause de sa piété sûrement grande, pas non plus à cause
de son humilité, mais exclusivement parce que la Volonté gracieuse
de Dieu choisit, magnifie ce qui est modeste, effacé, petit.
Voici le Christ lui-même, le Christ dans sa crèche. Dieu n’a pas
honte de la bassesse de l’homme. Il y entre de plain-pied, il choisit
un être humain comme instrument, et accomplit son miracle là où on
l’attend le moins. Quand les hommes disent "perdu", il dit "trouvé".
Quand ils disent "jugé", il dit "sauvé". Quand ils disent "non", il dit
"oui". Quand les hommes détournent les yeux avec indifférence ou
orgueil, son regard à lui est chargé, comme nulle part ailleurs, de
toute la brûlure de l’amour. » (Sermon - Bible et Vie, 106, p. 37)
Rick Warren.
L'influent pasteur d'une méga-église
protestante américaine, a récemment appelé tous les chrétiens non
catholiques à se joindre à François et à l'Église catholique afin de
réaliser des objectifs communs.
http://www.aleteia.org/fr/religion/article/usa-le-pasteur-dune-mega-eglise-protestante-appelle-a-rejoindre-le-pape-francois-autourde-trois-objectifs-communs5893009694523392?utm_campaign=NL_fr&utm_source=topnews_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr-04/01/2015