Positionner chaque analyse (à droite) en face de l'extrait du texte correspondant (à gauche). Surligner les mots les plus
importants.
Il y a longtemps, Holmes a proposé les courants de convection
dans le manteau pour rendre compte de la déformation de la
croûte terrestre (…).
Néanmoins, la convection du manteau est perçue comme une
hypothèse radicale qui n'est pas largement acceptée par les
géologues et les géophysiciens.
Si elle était admise, un scénario plutôt raisonnable pourrait
être reconstruit pour décrire l'évolution des bassins océaniques
et des masses d'eau qu'ils contiennent.
Dans tous les domaines, les faits antérieurement non reliés se
disposent dans un schéma régulier, qui suggère que l'on est
proche d'une théorie satisfaisante. (...)
Cette hypothèse permet de relier entre
eux des faits d'observation jusque là
complètement déconnectés (la
robustesse d'une théorie scientifique se
mesure à sa capacité à unifier
l'explication de phénomènes
différents).
Une conséquence vérifiable du modèle de la
convection mantellique : la distribution dans
l'espace de l'âge des roches des fonds
océaniques. Elle ne pourra être vérifiée que
bien plus tard, grâce aux missions
océanologiques et aux données satellitales.
L'hypothèse de Holmes (d'une convection dans le
manteau) fut rejetée car elle remettait en cause les modèles
en vigueur (selon les physiciens, la convection est
impossible dans un milieu solide ; en fait, cela dépend de
la durée du phénomène… durée que seule une approche
géologique permet d'appréhender, ce qui est le cas des
géophysiciens actuels).
Cependant, cette
hypothèse permettrait
d'expliquer la formation
des océans ; autrement
dit, elle mérite d'être
étudiée même si elle
paraît peu plausible.
Le théorème de Menard selon lequel les crêtes des rides
médio-océaniques correspondent à des lignes médianes revêt
une nouvelle signification. Les rides médio-océaniques
pourraient représenter les traces des flancs ascendants de
cellules de convection, et la ceinture circum-pacifique de
déformation et de volcanisme représenterait les flancs
descendants. La ride médio-atlantique est médiane parce que
les blocs continentaux ont migré de chaque côté à la même
vitesse de 1 cm par an.
Hess donne un exemple de faits que
l'hypothèse de la convection dans le
manteau permettrait d'expliquer en les
réinterprétant. On peut donc tester
l'hypothèse en confrontant les données
du flux thermique à celles du relief au
fond des océans.
Ce n'est pas exactement la même chose que la dérive
continentale. Les continents ne labourent pas la croûte
océanique sous la contrainte de forces inconnues ; ils reposent
plutôt passivement sur le matériel mantellique, lequel affleure
à la crête de la ride et s'en éloigne alors latéralement.
Hess s'appuie sur
les travaux de ses
prédécesseurs
("état de l'art").
D'après cela, la crête de la ride devrait n'être recouverte que de
sédiments récents, et de sédiments récents et tertiaires sur ses
flancs ; l'océan Atlantique dans son ensemble, voire tous les
océans, ne devrait avoir que peu de sédiments plus vieux que
le Mésozoïque.
Cette hypothèse réfute une
partie du modèle de
Wegener ; il faut donc
modifier ou remplacer la
théorie en vigueur (dérive des
continents).