Document1
Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire
3- Le phénotype immunitaire au cours de la vie
Vaccination et grippe
Pendant l'hiver 2011/2012, la France a connu une activité grippale d'intensité modérée, survenue entre fin janvier et
fin mars. Près de 6000 décès ont été observés chez les personnes âgées, soit 13 % de plus que la moyenne
habituelle. Cette population recevra, cette année encore, une invitation de l'Assurance maladie pour bénéficier
gratuitement du vaccin, comme l'ensemble des populations à risque. Le taux de vaccination contre la grippe
saisonnière ne cesse de baisser chaque année chez les personnes à risque (51,8 % en 2010-2011 contre 60 % en
2009-2010), les autorités sanitaires entendent sensibiliser les Français à l'importance du vaccin,
Expliquez les mécanismes mis en jeu pendant la vaccination.
Expliquez le paradoxe de la grippe : la mise jeux d’une mémoire immunitaire basée sur des cellules à vie
longue et l’obligation de renouveler le vaccin chaque année.
Montrez que la diminution de l’efficacité du vaccin élaboré pour la saison 2011/2012 ne doit pas être un
argument contre la vaccination contre la grippe. Construisez une argumentation expliquant l’intérêt de se
faire vacciner.
Document 1 : Le phénotype immunitaire au cours de la vie
Une fois formés, certains effecteurs de l'immunité adaptative sont conservés grâce à des cellules-mémoires à longue
durée de vie. Ce sont des lymphocytes T et B issus de la différenciation des lymphocytes naïfs.
Ces lymphocytes « mémoires » ont la capacité de proliférer beaucoup plus vite et en plus grand nombre que les
lymphocytes activé lors de la première infection.
Production d'anticorps lors des réponses primaires et secondaires.
http://www.cap-concours.fr/sanitaire-et-social/concours-paramedicaux/reviser/les-vaccins-et-la-memoire-immunitaire-cc_bio_10
http://acces.ens-lyon.fr/acces/ressources/immunite-et-vaccination/memoire-et-vaccination/la-memoire-immunitaire
En comparaison avec un lymphocyte naïf ou effecteur, chaque
lymphocyte mémoire possède une durée de vie plus longue, car
chez lui la survie cellulaire est favorisée au détriment de
l'apoptose.
Le mécanisme orientant les LT CD8+ mémoire vers la survie est
bien identifié. Les LT CD8+ mémoire expriment des récepteurs
de chimiokines (CCR7) qui leur permettent de se rediriger vers
les organes lymphoïdes secondaires, où ils trouvent un
microenvironnement propice à leur survie. Une grande diversité
de populations de lymphocytes mémoires.
Au sein des
lymphocytes, la mise en mémoire concerne aussi bien les LB
que les LT CD4+ et les LT CD8+.
Document 2 : élaboration des vaccins.
Cette année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé un
nouveau vaccin. Celui-ci intègre la nouvelle souche H3N2, identifiée lors de
l'épidémie de février 2012. Cette souche a notamment été responsable de
nombreux cas de grippe chez les seniors.
La grippe saisonnière est causée par un mélange de virus de type A et B.
Pour la saison 2011-2012, le vaccin contenait les souches suivantes :
A/California/7/2009 (H1N1) - like virus,
A/Perth/16/2009 (H3N2) - like virus,
B/Brisbane/60/2008 - like virus.
Document 3 : Le vaccin contre la grippe est moins efficace cette année
Par LEXPRESS.fr, publié le 01/03/2012
En raison d'une mutation partielle des souches H3N2, le vaccin antigrippe est moins performant cette année. Le
vaccin a été mis au point par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) six mois avant l'arrivée du virus. Une
quantité minoritaire, selon Dominique Rousset, virologue à l'Institut Pasteur.
Document1
Document 4 : Excès de mortalité annuelle (1950–1998) associé à la grippe saisonnière dans la population
générale du Japon.
Ce graphique témoigne de l’effet d’immunité de « groupe » (herd immunity) d’un programme de vaccination antigrippe
centré, entre 1962 et 1994, non sur la population la plus à risque de complications graves et de décès – les
personnes âgées et dites à risques – mais sur celle la plus impliquée dans la diffusion de l’épidémie au sein de la
communauté – les enfants d’âge scolaire.
Document 5 : état de l’épidémie de grippe en janvier 2013
Document1