Un marché
aléatoire ?
©CNRS
Biosimilaires
Sur un marché biopharmaceutique en croissance
de 20 %, les biosimilaires constituent un relais de
croissance potentiel dans un univers du générique où
la réduction des marges et la concurrence sont la règle.
E
prex®, Epogen®, Genotonorm®,
Humulin®, Intron-A®, Neorecormon®, Neupogen®, Nutropin®, Roferon®… Ces noms
sont synonymes de blockbusters de
l’industrie pharmaceutique. Ils sont
aussi synonymes des premières pertes
de brevet pour les médicaments issus
des biotechnologies, entrouvrant ainsi la
porte à l’arrivée de ces « copies pas tout à
fait génériques » présentées sous le nom
de biosimilaires en Europe et de followon biologics aux Etats-Unis. Plusieurs
études récentes se sont penchées sur les
perspectives de ce marché en devenir
évalué, selon les sources, entre 15 et 20
milliards de dollars (1). Eurostaf met
en avant un premier élément moteur :
la progression du marché des biomédicaments. Alors que ceux-ci représentent
aujourd’hui quelque 10 % en valeur du
marché pharmaceutique mondial, leur
Évolution des ventes de biomédicaments par grandes
zones géographiques
Etats-Unis
Europe
Japon
SOURCE : LES PERSPECTIVES DU MARCHÉ MONDIAL
DES BIOSIMILAIRES – EUROSTAF (2007)
39,5
33
23
27,5
18,5
16
18,9
13
10
7
3
4,8
5,2
6
4
2002
2003
52
PHARMACEUTIQUES - AVRIL 2008
2004
2005
2006
croissance s’établit à un rythme beaucoup plus soutenu que l’ensemble de la
pharma, avec une progression des ventes
de 20 % en 2006 quand les ventes de
spécialités de marque, hors génériques,
n’ont progressé que de 7 %. Seul le marché des génériques a enregistré ce même
niveau de développement de 20 %.
Relais de croissance
Situés au confluent de ces deux marchés, les biosimilaires semblent donc,
selon toute logique, présenter un
potentiel de développement a priori
considérable et d’autant plus attractif qu’Eurostaf rappelle qu’« à partir
de 2010-2011, la croissance en valeur du marché des génériques dits
« classiques » devrait se tarir, sous
l’effet d’une érosion forte des prix et
un essoufflement des expirations de
brevets ». Autre motivation non négligeable dans un environnement où,
seule l’Union européenne a mis en
place une réglementation spécifique
pour encadrer les AMM de ces copies
d’un genre nouveau, le nombre de
classes susceptibles de faire l’objet de
demandes d’AMM pour des versions
biosimilaires s’élargit (voir tableau 1).
Le catalogue accessible compte désormais dans ses rangs quelques uns des
produits figurant parmi les meilleures
Distribution Industrie
Les biosimilaires dans l’UE
Classe
Erythropoïétines
Biomédicaments commercialisés en
France
Brevet UE
• Aranesp® (darbepoetine • )Amgen
• Neorecormon® (epoetine • )Roche
• Eprex® (epoetine ) J&J
2005
Hormone de croissance
G-CSF
• Humatrope® (somatropine)
Eli Lilly
• Norditropine® Novo Nordisk
• Genotonorm® Pfizer
2003
SOURCES : ETUDE MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES ET BIOSIMILAIRES À L’HORIZON 2012 – PRECEPTA DÉCEMBRE 2007, EMEA, LABORATOIRES.
Insuline recombinante
Interférons ß
• NovoSeven® (facteur VII activé)
NovoNordisk
• Recombinate® (facteur VIII)
• BaxterBeneix®(facteur IX)Baxter
• Refacto® (facteur VIII) Wyeth
• Kogenate® (facteur VIII) Bayer
• Insulatard®, Mixtard®, Novomix®
Novo Nordisk
• Humuline®, Humalog®
Elli Lilly
• Insuman®,
• Lantus®, Sanoi-Aventis
• Betaferon®
(interféron ß-1b)
Bayer-Schering
Héparines de bas poids
moléculaire
Biosimilaires ayant un avis favorable
dans l’UE (laboratoire et date)
—
• Omnitrope®, (somatropine)
(Sandoz – 12 avril 2006)
• Valtropin®, (somatropine)
(BioPartners – 24 avril 2006)
—
• Ratiograstim (ilgrastim)
(Ratiopharm – 21-02-2008)
• Biograstim (ilgrastim)
(CT Arzneimittel – 21-02-2008)
• Tevagrastim (ilgrastim)
(Teva Generics – 21-02-2008)
• Filgrastim ratiopharm (ilgrastim)
(Ratiopharm – 21-02-2008)
2010
—
—
2001
—
—
—
—
2003
• Avonex®
(interféron ß-1a) BiogenIdec
• Rebif® (interféron ß-1a)
Merck Serono
Interférons
• Binocrit® (epoetine )
(Sandoz - 28-08-2007)
• Epoetin alfa Hexal®
(epoetine ) (Hexal 28-08-2007)
• Abseamed® (epoetine )
(Medice - 28-08-2007)
• Silapo® (epoetine zeta) (Stada 18-12-2007)
• Retacrit® (epoetine zeta)
(Hospira 18-12-2007
• Neupogen® (ilgrastim)
Amgen
2006
Facteurs de coagulation
Biosimilaires autorisés dans l’UE
(laboratoire et date)
• IntronA® (Interféron - 2b)
Schering Plough
• Roferon® (Interféron - 2a) Roche
—
2012
2002
• La inalisation des lignes directrices est prévue pour le 2ème trimestre 2008.
—
• La inalisation des lignes directrices est prévue pour le 3ème ou 4ème trimestre 2008. La consultation sera bouclée au 30 avril 2008.
53
AVRIL 2008 - PHARMACEUTIQUES
développement
jusqu’à la pharmacovigilance.
Le biosimilaire
ne pouvant s’assimiler à un géPrévisions
Ventes monPart des Etats-Unis
de ventes de
nérique classidiales 2006
Médicament
Croissance
dans les ventes
biosimilaires en
que, l’ensemble
en milliards de
mondiales
2010 (en millions
de ces activités
dollars
de dollars)
va impliquer à
la fois des saErythropoïétines
11,94
+ 6,7
69
701
voir-faire spéInsulines recombinantes
8,97
+24,4
n/a
138
cifiques et des
Interférons ß
4,40
+14,4
55
131
investissements
élevés. Au-delà
G-CSF
4,36
+11,4
63
605
des cinq à huit
Interférons ß
2,26
+6,9
35
188
ans nécessaires à
Hormones de croissance
l’enregistrement
2,26
+6,9
33
442
humaines
d’un produit,
les coûts enTotal des six classes
34,19
2 205
gendrés par son
SOURCE : IMS ; DATAMONITOR, LE MERIE BUSINESS INTELLIGENCE, RAPPORTS ANNUELS DES ENTREPRISES
développement
sont estimés de
ventes mondiales : à savoir les érythro- 30 à 80 millions d’euros contre cinq en
poïétines, avec un marché de près de moyenne pour un générique classique.
12 milliards de dollars, et le G-CSF Au niveau de la production, la seule
(Growth-Colony stimulating factor) construction d’une unité de bioproducavec quelque 4,3 milliards de dollars tion aux normes GMP requiert de 200 à
(voir Tableau 2).
400 millions de dollars, tandis que la proAu total, huit classes de biomédica- duction par elle-même implique des maments sont aujourd’hui ouvertes à la tériaux de base 20 à 100 fois plus chers,
concurrence par versions biosimilaires relève l’étude de Robert Shapiro.
en Europe. Ce sont ainsi deux hormones de croissance et quatre érythropoië- Pas de substitution
tines biosimilaires qui disposent d’une Au-delà des coûts de développement et
AMM, les premiers lancements effectifs des méthodes de fabrication compleayant été le fait de Sandoz avec Omni- xes, les règles du jeu promotionnelles et
trope®, commercialisée en Allemagne et commerciales sont, elles aussi, en net déen France depuis le 1er semestre 2007 calage avec celles du générique classique,
et Binocrit®/Epoetin alfa Hexal® lancée où l’interlocuteur privilégié est le pharen Allemagne en novembre dernier. La macien et se rapprochent du modèle
liste des AMM va également s’élargir de promotion et de commercialisation
très vite après les avis favorables délivrés de la spécialité de référence. Alors que,
par l’EMEA à quatre versions biosimi- lors de la transposition de la règlemenlaires du G-CSF (filgrastim) et la publi- tation européenne en droit national, la
cation prochaine de lignes directrices France a choisi d’interdire la substitupour l’interféron ß biosimilaires et les tion à l’officine, le taux de pénétration
héparines de bas poids moléculaires.
du marché par les biosimilaires est ainsi
directement déterminé par les prescripDes barrières conséquentes
tions des médecins, et en particulier des
Alors que la préparation des lignes di- praticiens hospitaliers. Gagner leurs sufrectrices à l’EMEA est le signe que des frages suppose aussi que « l’information
industriels ont formulé des demandes sur ces produits passe aussi par des réd’avis scientifiques et travaillent donc au seaux de chargés de relations avec les leadépôt de demandes d’AMM, le marché ders d’opinion, les instances régionales
des biosimilaires n’en recèle pas moins (ARH, Cpam en France par exemple) »,
une série de barrières à l’entrée non né- analyse Precepta. Maîtrise de circuits de
gligeables2. Mises en avant tant dans les prescription spécifiques et spécialisés,
travaux d’Eurostaf, de Precepta-Xerfi et mais aussi suivi de pharmacovigilance
de Robert Shapiro, celles-ci se position- identique à celui des biomédicaments
nent sur l’ensemble de la chaîne depuis le de référence, coût élevé généralement
Estimations des opportunités commerciales des
biosimilaires. D’après « Les perspectives du marché
mondial des biosimilaires » - Eurostaf (2007)
54
PHARMACEUTIQUES - AVRIL 2008
synonyme de suivi budgétaire strict par
les autorités de santé, tels sont les paramètres qui devraient alourdir sensiblement la facture de la commercialisation
des biosimilaires.
Des marchés théoriques
Les biosimilaires, souligne Eurostaf,
constituent encore un « marché théorique » dans la mesure où la valorisation de leur potentiel commercial reste aléatoire et soumise à un très large
éventail de conditions. Les spécialités
accessibles à la génération de biosimilaires sont en effet des biomédicaments
de première génération, déjà soumis à
une rude concurrence par l’arrivée régulière de versions améliorées avec une
efficacité supérieure et une demi-vie
plus longue. Si l’UE, du fait d’un cadre
réglementaire spécifique, est à même
de générer, à court et moyen terme, un
véritable potentiel de développement,
c’est toutefois un paysage hétérogène
qui risque de s’y dessiner. La question
de la substitution est en effet laissée au
libre arbitre des Etats-membres, choix
dont le résultat va ensuite conditionner les stratégies de commercialisation
à mettre en œuvre. On peut aussi s’interroger sur l’accueil que médecins et
patients vont leur réserver. Dans le cas
d’Omnitrope®, seul produit de ce type
actuellement commercialisé en Europe, les résultats de Sandoz pour 2007
montrent qu’au 4ème trimestre 2007,
10 % des nouveaux patients traités par
une hormone de croissance en France
se sont vus prescrire le biosimilaire
lancé en mai dernier. Cependant, les
évolutions futures du marché restent,
encore une fois, sous la dépendance
des Etats-Unis, où le blocage essentiel
réside dans… l’absence de cadre réglementaire. Bien qu’un projet de loi ait
été déposé l’été dernier, il est peu probable qu’une telle réglementation intervienne avant 2009, voire 2010. n
Anne-Lise Berthier
(1) Ces trois études sont : « Les perspectives du marché mondial des biosimilaires » - Eurostaf (2007) ; « Médicaments
génériques et biosimilaires à l’horizon
2012 » - Precepta Xerfi (2007) ; « The
potential american market for generic
biological treatments and the associated
cost savings » - Robert Shapiro (2008)
(2) Cf. « La France, un modèle pour
l’Europe » – Pharmaceutiques n°149 –
septembre 2007
Téléchargement

Biosimilaires : Un marché aléatoire