Bactériologie générale
I-
Qu’est ce qu’une bactérie ?
C’est un micro-organisme (0,5 à 5 microm) unicellelulaire
C’est un procaryote puisqu’elle n’a pas de noyau, le matériel génétique est libre
dans le cytoplasme.
Ces êtres primitifs ne possèdent ni réticulum, ni mitochondries, ni plastes.
Ce sont les organismes les plus répandus et les plus anciens.
Elles vivent en communauté, on parle de colonie bactérienne. Ceci permet leur
survie.
Au sein de la colonie les bactéries s’échangent des gènes.
C’est PASTEUR qui a mis en évidence leur rôle fondamental dans la fermentation
et certaines maladies.
II-
Structure de la bactérie
A l’extérieur certaines bactéries possèdent une capsule.
Celle-ci est antigénique. C'est-à-dire que des anticorps peuvent être fabriqués
contre elle.
La capsule peut être l'agent de la pathogénicité
La paroi : elle donne leur forme aux bactéries et permet donc la distinction
entre les deux types de bactéries, bacille et cocci.
Elle a également un rôle de protection.
La constitution chimique de la paroi permet, grâce à la réaction de gram, de
mettre en évidence 2 grands groupes de bactéries : les Gram + et les Gram –
Noyau : on parle de chromosome bactérien car il n’y a pas de membrane
nucléaire.
Plasmides : ce sont des fragments d’ADN qui portent des gènes de résistance
aux antibiotiques et aux antiseptiques.
Ces gènes les bactéries peuvent se les transmettre. Cette diffusion explique la
diffusion de la résistance aux antibiotiques.
III- Classification
La forme des bactéries et leur affinité pour les colorants constituent la base de
leur classification.
Les bactéries peuvent être sphériques (coques ou cocci), en forme de bâtonnet
(bacilles), ou intermédiaires (coccobacilles). La plupart prennent la coloration de
Gram, les bactéries à Gram positif en bleu-violet, les bactéries à Gram négatif
en rosé.
Dans la nomenclature : Genre + espèce
Ex : Bacillus anthracis
IV- Cycle de vie
Dans des conditions idéales les bactéries se multiplient très vite.
La multiplication par bipartition est la plus courante chez les bactéries : le
chromosome circulaire (ADN) se dédouble et la cellule se divise en deux : c'est la
reproduction conforme.
Une cellule mère donne deux cellules filles identiques entre elles et à la cellule
mère.
Dans des conditions défavorables certaines bactéries forment une spore très
résistante qui pourra se transformer, quand les conditions seront plus
favorables, en une nouvelle bactérie.
V-
Croissance
Toutes les bactéries n’ont pas les mêmes conditions de croissance.
En général elles ont besoin de :
Eau
Source d'énergie
Source de carbone
Source azote
Éléments minéraux
PH neutre, alcalin ou acide
Température
Teneur en oxygène
Il y a 4 grands types respiratoires :
- aérobie stricte : elle a besoin d'oxygène pour vivre et se développer
- micro aérophile : elles ne fonctionnent correctement que sous une
pression réduite de dioxygène.
- aérobies facultatives : peuvent utiliser toutes les voies énergétiques ou
se limiter aux principales
- anaérobies facultatives : ne peuvent utiliser que les fermentations.
Cette courbe de croissance bactérienne montre 4 phases :
- Phase de latence
- Phase exponentielle : ou le temps de génération est très rapide.
Donc quand il y a prélèvement il faut un transport rapide jusqu’au laboratoire.
En ce qui concerne le milieu de transport il faut qu’il préserve la survie des
bactéries sans en favoriser la prolifération car parfois le nombre est un élément
déterminant.
- Phase stationnaire
- Décroissance
VI- Lieux de vie
→ Tous les écosystèmes, il y en a partout.
Les bactéries de l’environnement sont les bactéries saprophytes qui assurent la
transformation de l’azote en ammoniaque.
Les bactéries sont essentielles à notre survie cependant parfois elles sont
pathogènes pour l’homme (listéria, legionella, bacillus…)
→ Elles peuvent également être intégrée aux animaux, aux plantes et à l’homme
avec lesquels elles entretiennent des relations :
De symbiose
De commensalisme
De parasitisme
1- Bactéries commensales
Elles vivent dans les flores commensales qui se constituent dès la naissance au
niveau de la peau et des muqueuses. (Bouche, peau, vagin, voies aériennes, tube
digestif)
Rmq : un être humain possède autant de cellules qui lui sont propres que de
micro-organismes
Fonction de la flore commensale colique :
Aide à la digestion
Action dans la synthèse des vitamines
Rôle de barrière contre d’autres bactéries qui pourraient être pathogènes
Les bactéries commensales nous sont donc indispensables.
2- Bactéries pathogènes
Elles peuvent entrainer des maladies à leur hôte. Pour cela il faut qu’elles
puissent s’accrocher à l’épithélium ou aux muqueuses.
Certaines bactéries possèdent :
- un pouvoir invasif : capacité à se répandre dans les tissus et à y établir
des foyers infectieux
- un pouvoir toxinogène = capacité à produire des toxines
Dose infectante = quantité de bactéries capables de produire la maladie
infectieuse. Elle varie selon les bactéries.
Exotoxines = macromolécules diffusibles à l’extérieur de la bactérie. Elles ont
différentes cibles et donc un effet spécifique.
Leur action peut être locale ou à distance.
Leur action est inhibée par les anticorps.
Endotoxines = ne concerne que les bactéries GRAMM –
Elles ont toujours le même effet
En résumé,
Il existe :
- Bactéries pathogènes strictes : entrainent une maladie quelque soit le
patient sauf dans certains cas de porteurs sains
- Bactéries pathogènes opportunistes : bactéries commensales ou
saprophytes devenant pathogène lorsque les défenses de l’hôte sont
affaiblies. C'est-à-dire quand il y a rupture de la barière cutanéomuqueuse ou lors de la destruction des flores commensales (antibios
par exemple)
VII- Modes de pénétration
1- La peau
23456-
Muqueuses respiratoires
Muqueuse conjonctivale (œil)
Muqueuse oro-digestive
Muqueuse génitale
Muqueuse urinaire
VIII-
Sources d’infection
Elles peuvent être :
- Endogène = c’est notre propre flore commensale qui nous rend malade
- Exogène = par quelqu’un d’autre (porteur sain, malade, soignant),
animaux, environnement
IX- Voies de transmission
1- Transmission directe
Obligatoires pour les bactéries fragiles car sinon elles ne survivent pas.
Contact cutané, muqueux, par gouttelettes
2- Transmission indirecte
Il y a un intermédiaire entre le réservoir et l’hôte récepteur.
Ex : eau, surface contaminée, air, alimentation, mains
X-
Environnement hospitalier
Les contaminations sont variables, cela dépend des services, des patients …
La pression de sélection des antibiotiques fait que l’on trouve plus facilement des
bactéries multi-résistantes à l’hôpital.
Téléchargement

Bactériologie générale I- Qu`est ce qu`une bactérie ? II