UNIVERSITE DE NANTES
FACULTE DE PHARMACIE
ANNEE 2012
N° 059
THESE
Pour le
DIPLOME D’ETAT
DE DOCTEUR EN PHARMACIE
par
Paul Marinucci
----------------------------------------Présentée et soutenue publiquement le 18 octobre 2012
La place du testing dans le développement de
médicaments innovants :
Le cas des thérapies ciblées dans le
Cancer Bronchique Non à Petites Cellules, au
travers de deux exemples, l’erlotinib et le gefitinib
Président :
M. Alain PINEAU, professeur de toxicologie, Université de Nantes.
Membres du jury : M. Jean-Michel ROBERT, professeur de chimie organique et de
chimie thérapeutique, Université de Nantes.
M. Hugues-Olivier LEROUX, pharmacien.
Sommaire
Remerciements ................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Table des Figures ..............................................................................................................................4
Liste des Abréviations .....................................................................................................................8
CBNPC : Cancer Bronchique Non à Petites Cellules ..............................................................8
Introduction .................................................................................................................................... 10
I-
Le Cancer Bronchique Non à Petites Cellules.............................................................. 13
1.
Epidémiologie .................................................................................................................................. 13
a.
Histoire ........................................................................................................................................................... 13
b.
Données essentielles en France métropolitaine ........................................................................... 13
c.
Répartition géographique en France métropolitaine ................................................................. 19
d.
Facteurs de risque ..................................................................................................................................... 21
2.
Physiopathologie ............................................................................................................................ 22
a.
Cellule et cycle cellulaire ......................................................................................................................... 22
b.
Carcinogénèse ............................................................................................................................................. 26
c.
Classification TNM ..................................................................................................................................... 30
d.
Classification histologique du cancer bronchique........................................................................ 32
3.
Traitements des stades précoces I, II et IIIa.......................................................................... 33
a.
Chirurgie ........................................................................................................................................................ 33
b.
Radiothérapie post-opératoire............................................................................................................. 33
c.
Chimiothérapie post-opératoire .......................................................................................................... 33
4.
Traitements des stades avancés IIIb et IV ............................................................................. 34
a.
Chimiothérapie ........................................................................................................................................... 34
b.
Emergence des thérapies ciblées ........................................................................................................ 35
c.
Arbre décisionnel ....................................................................................................................................... 40
II- Le testing, nouvelle étape dans le traitement du CBNPC ........................................ 44
1.
CBNPC et biomarqueurs génétiques ........................................................................................ 44
a.
Mutations de l’EGFR.................................................................................................................................. 45
b.
Mutations de KRAS .................................................................................................................................... 46
2
c.
Translocation EML4-ALK........................................................................................................................ 46
2.
Parties prenantes au sein du testing ....................................................................................... 48
3.
Mise en place du testing en France........................................................................................... 50
a.
Histoire ........................................................................................................................................................... 50
b.
Structuration du dispositif ..................................................................................................................... 51
c.
Limites ............................................................................................................................................................ 54
d.
Anticiper l’arrivée de nouvelles thérapies ciblées ....................................................................... 56
.............................................................................................................................................................. 57
4.
Mise en place à l’étranger ............................................................................................................ 61
a.
Aux Etats-Unis ............................................................................................................................................. 61
b.
En Europe ...................................................................................................................................................... 62
5.
Impact économique ....................................................................................................................... 63
III-
Stratégies de mise sur le marché des thérapies innovantes ............................. 65
1.
Contexte stratégique ..................................................................................................................... 65
2.
AstraZeneca ou la démarche rétrospective .......................................................................... 67
a.
Les laboratoires AstraZeneca................................................................................................................ 67
b.
Stratégies actuelles de développement ............................................................................................ 68
c.
Plan de développement du gefitinib Iressa® .................................................................................. 69
.............................................................................................................................................................. 75
3.
4.
Roche, une société hybride ......................................................................................................... 78
a.
Les laboratoires Roche ............................................................................................................................ 78
b.
Stratégies actuelles de développement ............................................................................................ 80
c.
Plan de développement de l’erlotinib................................................................................................ 83
Discussion et réponse à la problématique ............................................................................ 90
CONCLUSION .................................................................................................................................... 93
Bibliographie .................................................................................................................................. 95
3
Table des Figures
Tableaux :
Tableau 1 – page 17
Incidence et mortalité estimées des cancers en France métropolitaine en 2011
Tableau 2 – page 18
Incidence estimée des cancers en France métropolitaine selon le sexe en 2011
Tableau 3 – page 28
Facteurs de croissance et récepteurs spécifiques
Tableau 4 – page 34
Classification tumorale par stade
Tableau 5 – page 39
Les principaux anticorps thérapeutiques
Tableau 6 – page 40
Les principaux inhibiteurs de tyrosine kinase
Tableau 7 – page 43
Performance Status selon l’OMS
Tableau 8 – page 61
Molécules en développement dans les cancers du poumon
Tableau 9 – page 63
Taux de mutations et de résultats non interprétables dans les cancers du poumon
Tableau 10 – page 67
Rapport coût-efficacité par patient et par stratégie
Cartes :
Carte 1 – page 22
Incidence du cancer du poumon dans les régions française en 2005
Carte 2 – page 20
Mortalité observée par cancer du poumon dans les régions et départements français entre
2004 et 2008
4
Carte 3 – page 55
Les plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers en 2011
Graphiques :
Graphique 1 – page 19
Incidence et mortalité par cancer en France en 2011
Graphique 2 - page20
Achats de tabac en France par adulte et par jour
Graphique 3 - page 32
Evolution de la taille tumorale en fonction du temps
Graphique 4 – page 50
Classification moléculaire des CBNPC
Graphique 5 – page 68
Nombre d’alliances dans le domaine des biomarqueurs en fonction du temps
Graphique 6 - page75
Etude INTACT2
Graphique 7 – page 76
Etude ISEL
Graphique 8 – page 77
Etude IPASS
Graphique 9 – page 78
Etude IPASS EGFR muté
5
Graphique 10 – page 87
Etude TRIBUTE
Graphique 11 – page 88
Etude TALENT
Graphique 12 – page 89
Etude BR21
Graphique 13 – page 90
Etude SATURN
Graphique 14 – page 91
Etude EURTAC
Schémas :
Schéma 1 – page 26
Les différentes phases du cycle cellulaire
Schéma 2 – page 28
La famille des récepteurs HER
Schéma 3 – page 30
Processus de carcinogénèse cellulaire
Schéma 4 – page 41
Voies de transduction de l’EGFR
Schéma 5 – page 42
Evolution des thérapeutiques en oncologie pulmonaire
Schéma 6 – page 44
CBNPC, 1ère ligne de traitement
6
Schéma 7 – page 45
CBNPC, 2ème ligne de traitement
Schéma 8 – page 79
Plan de développement de l’Iressa
Schéma 9 – page 82
Demandes d’homologations prévues pour les NEM
Schéma 10 – page 85
Roche, une entreprise hybride
Schéma 11 – page 92
Plan de développement du Tarceva
7
Liste des Abréviations
AMM : Autorisation de Mise sur le Marché
ASCO : American Society of Clinical Oncology
ASMR : Amélioration de Service Médical Rendu
ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament
ATU : Autorisation Temporaire d’Utilisation
AZ : Astra Zeneca
BRICS : Brésil Russie Inde Chine Afrique du Sud
CBNPC : Cancer Bronchique Non à Petites Cellules
CBPC : Cancer Bronchique à Petites Cellules
CEPS : Comité Economique des Produits de Santé
CLCC : Centre de Lutte Contre le Cancer
EMA : European Medicines Agency
FDA : Food and Drug Administration
GIP : Groupe d’Intérêt Public
INCa : Institut National du Cancer
LEEM : LEs Entreprises du Médicament
8
LNCC : Ligue National Contre le Cancer
MIGAC : Missions d’Intérêt Général et à l’Aide à la Contractualisation
NEM : Nouvelle Entité Moléculaire
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONDAM : Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie
PS : Performance Status
TKI : Tyrosine Kinase Inhibitors
9
Introduction
L’histoire de l’Industrie pharmaceutique moderne, telle que nous la connaissons désormais
commence à la fin du XIXème siècle. Auparavant, les pharmaciens apothicaires préparaient
leurs propres préparations pharmaceutiques à base de plantes ou de minéraux. Avec le
développement de la chimie au cours du XXème siècle, les grands laboratoires
pharmaceutiques ont commencé à se développer. On découvrit alors les principales classes
médicamenteuses
(antibiotiques,
antidépresseurs,
antalgiques,
antihistaminiques,
neuroleptiques ou encore anti-inflammatoires) qui ont réussi à traiter les pathologies les plus
courantes, à transformer des maladies incurables en maladies chroniques, et ainsi à repousser
l’espérance de vie dans des proportions impressionnantes (de 59,9ans en 1946 à 78,2ans en
2011, pour les hommes1). Nous avons donc gagné quasiment vingt ans de vie en un demisiècle.
Néanmoins, dès la fin du XXème siècle, l’engouement pour la chimie médicale s’est peu à peu
essoufflé. On ne trouvait plus d’innovation en multipliant les réactions chimiques et les « metoo » (ensemble de molécules d’une même classe pharmaceutique, de structure très proche et
de même mécanisme d’action) n’apportaient plus vraiment de bénéfice aux patients. De plus,
l’Industrie pharmaceutique a dû faire face à la perte des brevets des médicaments à la base du
succès de cette dernière et le marché des génériques a fait un bond en avant. Enfin, les
laboratoires se trouvaient dans des impasses thérapeutiques pour certaines pathologies
touchant des millions de personnes (SIDA, Alzheimer, Parkinson, Cancer).
L’ensemble de ces éléments est à l’origine de la remise en question des Industries
pharmaceutiques, durant ces dix dernières années. Elles ne pouvaient plus mettre au point des
médicaments avec un réel bénéfice patient, il fallait à tout prix de l’innovation pour venir en
aide aux nombreux malades dans l’impasse mais également, comme pour toute industrie, pour
assurer sa croissance.
A force de collaborations avec des équipes académiques, l’acquisition de sociétés de
biotechnologies, ou encore de fusion entre eux, les grands groupes ont su trouver l’innovation
qui leur manquait.
C’est dans ce contexte que les premières thérapies ciblées ont fait leur apparition.
10
Selon l’encyclopédie Larousse, une thérapie ciblée est « en cancérologie, un traitement dirigé
spécifiquement contre une étape du développement de la cellule cancéreuse2 ». Ainsi, on ne
traite plus l’individu dans son ensemble mais uniquement ses cellules cancéreuses. On limite
alors les effets indésirables, on améliore la qualité de vie du patient tout en traitant sa
pathologie.
Avec cette découverte, les laboratoires pharmaceutiques se sont lancés dans le développement
de ces nouveaux traitements innovants. En quelques années, plus de dix molécules ont été
mises sur le marché et ont eu un impact considérable pour les patients. Par exemple, les
premiers anticorps monoclonaux ou encore certaines petites molécules agissant sur cibles très
spécifiques.
Mais les laboratoires ne se sont pas arrêtés là. Ils sont allésau-delà de cette découverte. La
question posée à l’époque était : pourquoi ne pas administrer ces traitements très spécifiques
uniquement aux patients qui pourront y répondre ?
C’est ainsi qu’est né la médecine personnalisée, l’un des domaines pharmaceutiques les plus
porteurs de ce début de nouveau siècle. Comme le présente Alain Huriez, Président Directeur
Général de TCLand Expression et membre actif du LEEM, « La médecine personnalisée peut
se définir comme l'utilisation d'informations cliniques, génétiques ou génomiques d'un patient
pour lui proposer le traitement et/ou le dosage médicamenteux le plus efficace et le plus
adapté3 ». Ainsi, dans la médecine personnalisée, on ne saurait dissocier le médicament
innovant de son test compagnon.
Il est facile d’imaginer l’impact énorme de la médecine personnalisée sur le traitement des
patients cancéreux. Avec son développement, on évite ainsi les traitements inefficaces et le
bon patient est traité au bon moment avec la bonne molécule.
Pendant que les laboratoires mettent au point ces thérapies ciblées, d’autres petites entreprises
innovantes (« Startup ») se sont lancées dans la course au testing ou compagnon diagnostic.
En effet, la mise en évidence des biomarqueurs tumoraux spécifiques a permis de différencier
les différents types de tumeurs. Ainsi, grâce à l’identification des altérations génétiques des
tumeurs, il est possible de prédire si le patient sera ou non résistant à tel ou tel traitement anticancéreux.
11
Ces techniques de diagnostic alliées aux thérapies ciblées ont permis de faire faire des bonds
impressionnants dans le traitement de certains cancers. L’exemple historique est celui de
l’imatinib, utilisé dans le traitement des leucémies myéloïdes chroniques avec des cellules
tumorales porteuses de la mutation BRC-ACL. Grâce à la détection de cette mutation et à
l’utilisation le cas échéant de la thérapie ciblée par l’imatinib, le traitement de cette leucémie
fut révolutionné. Avant l’arrivée de cette molécule, seuls 20% des patients étaient encore en
vie après 6 ans de pathologie. Désormais, plus de 88% des patients vivent encore six années
après4.
Ces thérapies ciblées font désormais partie intégrante de l’arsenal thérapeutique de la majorité
des cancers. C’est le cas notamment dans le CBNPC ou Cancer Bronchique Non à Petites
Cellules. Ce cancer est le plus fréquent des cancers du poumon et fait partie des cancers les
plus mortels qui soit.
Ces différents éléments présentés, de nombreuses questions peuvent être posées. Quelle est en
effet la place de ces nouveaux médicaments dans la thérapeutique anticancéreuse ? Peut-on
dissocier réellement ces thérapies ciblées de leur compagnon diagnostic ? Comment
s’organise le dépistage de millions de personnes afin de les traiter au mieux ? Quel est le réel
intérêt de cette médecine personnalisée pour les patients, pour la société, pour les laboratoires
pharmaceutiques ?
En bref, quelle est la place du testing dans le développement des médicaments innovants, plus
précisément dans le cas des thérapies ciblées contre le CBNPC ?
Nous détaillerons d’abord le CBNPC, son épidémiologie, sa physiopathologie ainsi que les
traitements existants de nos jours. Ensuite, nous nous intéresserons au testing et à la mise en
évidence des mutations de certains biomarqueurs, l’organisation de ces dépistages en France
et à l’étranger. Nous pourrons enfin répondre à la problématique posée et la discuter,
comprendre la corrélation qui existe entre la découverte de biomarqueurs et la mise sur le
marché de nouveaux médicaments, à l’aide de deux exemples concrets.
12
I-
Le Cancer Bronchique Non à Petites Cellules
1. Epidémiologie
a. Histoire
L’histoire de cette pathologie est assez récente. Contrairement à certains fléaux qui ont
parcouru les siècles (peste, grippes, etc.), les premiers cas de cancer du poumon ont été décrits
au début du XIXème siècle5. Il aura fallu des années pour qu’on mette en évidence l’étroit lien
entre l’apparition de cancer du poumon et la consommation de tabac. En effet, le tabac et le
cancer du poumon sont deux mauvais frères très souvent indissociables. Et ce n’est pas sans
raison que l’apparition de ces premiers cancers va de pair avec la forte croissance de
l’industrie du tabac et l’exportation dans le monde entier des cigarettes dites « américaines ».
Ainsi, les premiers traitements furent sans aucun doute les toutes premières campagnes antitabac. Les thérapeutiques anticancéreuses ont toutes été mises au point lors du XXème siècle.
On assista alors à la première pneumonectomie en 19336, la radiothérapie au début des années
407, la résection chirurgicale en 19608 et l’apparition des premières chimiothérapies à la
même époque avec les alcaloïdes naturels de la pervenche de Madagascar (vinblastine et
vincristine). S’en suivi le développement des autres chimiothérapies : les taxanes en 1964
(Taxol®, Taxotère®)9, Navelbine® en 19789, les sels de platine la même année (cisplatine et
carboplatine)10. Les thérapies ciblées virent le jour à la toute fin du XXème siècle avec le
développement des premiers anti-angiogéniques (bevacizumab, Avastin®) et inhibiteurs des
récepteurs aux facteurs de croissance EGFR (erlotinib, Tarceva® et gefitinib, Iressa®).
b. Données essentielles en France métropolitaine
On estime en 2011 le nombre de nouveaux cas de cancer du poumon à 39 500 (27 500
hommes et 12 000 femmes)11. Le taux d’incidence mondial s’évalue à 52,7 pour 100 000
hommes et 20,7 pour 100 000 femmes11.
L’âge moyen au diagnostic en 2005 est de 65 ans chez l’homme et 64 ans chez la femme11.
Ce diagnostic est malheureusement établi souvent trop tard. En effet, lorsque les premiers
13
symptômes apparaissent (saignements, difficultés respiratoires), le cancer est déjà à un stade
avancé, voir métastatique.
Le cancer du poumon figure parmi les cancers les plus mortels. Le nombre de décès par
cancer du poumon en France estimé en 2011 était de 29 100 (21 000 hommes et 8 100
femmes).
Incidence et mortalité estimées des cancers (5 principales localisations)
en France métropolitaine en 2011
Incidence
Mortalité
Contribution à
Contribution à
Localisations
l'ensemble
l'ensemble
Effectif*
Rang Effectif
des cancers (en %)
des cancers (en %)
71 000
19,4
1
8 700
5,9
Prostate
7,8
53 000
14,6
2 11 500
Sein
40 500
11,1
3 17 500
11,9
Côlon-rectum
19,7
39 500
10,8
4 29 100
Poumon
Lymphome malin non
11 700
3,2
5
3 670
8,0
hodgkinien
147
365 500
100,0
100,0
Tous cancers
500
Tableau 1 : incidence et mortalité estimées des cancers
Source : Francim/Hospices civils de Lyon/INCa/Inserm/INVs 2011
en
France
métropolitaine
en
2011
Tous sexes confondus, en termes d’incidence, le cancer de la prostate est le plus fréquent,
suivi par les cancers du sein et du côlon. Mais en termes de mortalité, le cancer du poumon
s’élève bien au premier rang12.
Ainsi, s’il est plus probable d’être touché par un cancer de la prostate (chez l’homme) ou du
sein (chez la femme), ce ne sont pas les cancers où la mortalité est la plus élevée.
Pour des cancers d’incidence similaire (poumon 39 500 cas par an et côlon-rectum 40 500 cas
par an), on observe une mortalité très différente : 29 100 décès par an pour le cancer du
poumon et 17 500 décès par an pour le cancer du côlon-rectum, soit quasiment deux fois
moins que pour le poumon. Et c’est là tout l’enjeu du cancer du poumon, l’un des cancers les
plus fréquents mais surtout le plus mortel.
14
Rang
4
3
2
1
8
-
Incidence estimée des cancers en France métropolitaine selon le sexe en 2011
Homme
Femme
Contribution à
Contribution à
Localisations
l'ensemble
l'ensemble
Effectif*
Rang Effectif
Rang
des cancers
des cancers
71 000
34,3
1
Prostate
27 500
13,3
2 12 000
7,6
3
Poumon
21 500
10,4
3 19 000
12,0
2
Côlon rectum
9 100
4,4
4
1 880
1,2
16
Vessie
7 600
3,7
5
3 100
2,0
11
Lèvre, cavité orale, pharynx
33,4
1
53
000
Sein
6 400
3,1
7
5 300
3,3
5
Lymphome malin non hodgkinien
6800
4,3
4
Corps de l’utérus
158
207 000
100,0
100,0
Tous cancers
500
Tableau 2 : incidence estimée des cancers en France métropolitaine selon le sexe en 2011
Source : Francim/Hospices civils de Lyon/INCa/Inserm/InVs 2011
Si l’on s’intéresse à l’incidence chez l’homme et chez la femme, le cancer du poumon est au
deuxième rang (après le cancer de la prostate) chez l’homme et au troisième rang chez la
femme (après les cancers du sein et du côlon)13.
Ce qu’il est intéressant d’analyser c’est l’évolution selon le sexe de cette pathologie. En effet,
depuis un certain nombre d’années on observe une légère diminution chez l’homme alors que
la mortalité chez la femme est en pleine explosion.
15
Graphique 1 : incidence et mortalité par cancer en France en 2011
Source : HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm.
Projection d'incidence et de mortalité par cancer en France en 2011
Ainsi, la mortalité chez l’homme est passée de 46,7 pour 100 000 personnes entre 1984 et
1988 à 37,9 pour 100 000 personnes en 201114. On retrouve cette diminution également avec
l’incidence, cela s’explique par la diminution de la consommation tabagique en France.
En effet, l’Etat français a mis en place des solutions pour diminuer la consommation
tabagique15 :
-
-
En 1976, publication de la loi VEIL qui impose sur les paquets de cigarettes la
mention « Abus dangereux » et qui interdit également de fumer dans certains lieux à
usage collectif. En 1991, adoption de la loi EVIN relative à la réglementation de la
publicité en faveur du tabac et qui interdit de fumer dans les lieux à usage collectif
(hormis dans les emplacements réservés aux fumeurs).
En 2003, l’arrêté du 5 mars qui impose sur les paquets un avertissement de caractère
sanitaire, le fameux « Fumer tue » ou encore « Fumer nuit gravement à votre santé et à
celle de votre entourage ».
16
-
-
-
En 2003 toujours, la loi du 24 juillet interdisant la vente de tabac aux mineurs de
moins de 16 ans, pour lutter contre l’émergence forte de la consommation de
cigarettes chez les jeunes.
En 2006, pour combattre l’importation massive des paquets de cigarettes émergents de
pays frontalier (Luxembourg, Andorre, Espagne, etc.), limitation de la quantité de
tabac transportées par les particuliers.
En 2007, vote de la loi confirmant l’interdiction de fumer dans les lieux publics
(restaurants, bars, discothèques).
Toutes ces lois ont été accompagnées et soutenues par de nombreuses campagnes anti-tabac
mais également par la très forte hausse des prix du paquet de cigarettes. Le paquet de
Malboro®, paquet le plus vendu en France, est passé de 3,20€ en 2000 à 6,20€ en 201116.
Achats de tabac en France par adulte et par jour (en grammes)
Graphique 2 : achats de tabac en France par adulte et par jour
On explique donc très bien cette évolution décroissante de la consommation du tabac chez
l’homme engendrant une diminution de l’incidence et de la mortalité des cancers du poumon
masculins.
17
En revanche, concernant la femme, on observe une croissance de la mortalité de 4,6 pour
100 000 personnes entre 1984 et 1988 à 12,6 pour 100 000 personnes en 201114, soit une
mortalité multipliée par trois en l’espace de vingt ans. Cette évolution est exclusivement due à
la modification des comportements tabagiques de la femme depuis quarante ans17. A l’échelle
mondiale la consommation de tabac chez la femme ne cesse de croître alors même que
l’homme fume de moins en moins. De plus, la consommation féminine influence également le
type de cancer du poumon. Alors que les cancers à histologie épidermoïde (c’est à dire
développé aux dépens d'un épithélium malpighien) sont les plus fréquents chez l’homme, la
majeure partie des cancers bronchiques de la femme sont des adénocarcinomes (c’est-à-dire
développé aux dépens d'un épithélium glandulaire).
Ceci s’explique par le fait que la femme consomme majoritairement des cigarettes dites
« légères » dont la fumée et les goudrons pénètrent plus profondément dans les poumons.
Mais comment expliquer cette forte croissance de la consommation du tabac chez la femme,
malgré l’ensemble des mesures anti-tabac décrites précédemment ? Simplement par le fait que
l’Industrie du Tabac s’est engouffré dans ce segment de consommatrices et communique de
manière à plaire aux femmes (indépendance, sex appeal, régime, émancipation) mais
également en intégrant des termes propres au rapport de la femme avec la minceur. On trouve
donc désormais des cigarettes « slim » ou « light ».
Enfin, en termes de survie, 43% des patients atteints d’un cancer du poumon seront encore en
vie un an après le diagnostic (42% pour l’homme et 46% pour la femme) mais il ne restera
plus que 14% des patients en vie à 5 ans (13% pour l’homme et 18% pour la femme)11.
Ainsi, le cancer du poumon est un des cancers les plus fréquents, le plus mortel, touchant de
plus en plus de femmes et dont la survie à un an avoisine difficilement les 50%.
18
c. Répartition géographique en France métropolitaine
Lorsque l’on s’intéresse plus précisément à la répartition géographique du cancer du poumon
en France métropolitaine, nous pouvons analyser les évolutions en termes d’incidence et de
mortalité.
Incidence (taux standardisé monde) du cancer du poumon
dans les régions françaises en 2005
Carte 1 : incidence du cancer du poumon dans les régions française en 2005
Source : HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm
Concernant l’incidence, on constate que la répartition sur le territoire français n’est pas
homogène.
Chez l’homme, les taux d’incidence peuvent varier de 40,5 à 70,6 pour 100 000 hommes.Les
régions dont l’incidence est la plus élevée sont le Nord-Pas-de-Calais, la Lorraine, la
Champagne-Ardenne, la Haute-Normandie et la Picardie.
Chez la femme, ces taux varient de 9,6 à 17,2 pour 100 000. Les régions avec la plus forte
incidence sont la Lorraine, l’Ile-de-France et la Corse.
19
Mortalité observée par cancer du poumon dans les régions et départements français durant
la période 2004-2008 (Taux standardisé monde)
Carte 2 : mortalité observée par cancer du poumon dans les régions et départements français entre 2004 et 2008
Source : HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm
Concernant la répartition géographique de la mortalité du cancer du poumon, elle est similaire
à l’incidence. Néanmoins, les cancers du poumon féminins se focalisent moins dans le Nord
de la France.
20
d. Facteurs de risque
Un facteur de risque est par définition un Facteur présent chez un individu (ex. toxicomanie),
dans son environnement social et physique, ou résultant de leur interaction (ex. accidents) qui
peuvent causer une maladie ou un traumatisme19.
Concernant le cancer du poumon, le principal facteur de risque est désormais de notoriété
publique : le tabac. De nombreuses études ont montré le lien très étroit entre la subvenue d’un
cancer du poumon et la consommation de tabac qu’elle soit active (patient fumeur) ou passive
(exposition secondaire à la fumée de tabac, au domicile ou sur le lieu de travail). Ainsi, on a
pu démontrer que le tabagisme lié au conjoint augmente le risque de développer un cancer du
poumon de 20% environ chez l’homme et de 30% chez la femme20. De même, on considère
que 253 non-fumeurs sont morts en France en 2000 par cancer du poumon attribuable au
tabagisme passif.
Le tabac est jugé responsable dans 81% des cas de cancer du poumon. Il est également à
l’origine de nombreux autres cancers (bouche, pharynx, œsophage, vessie, etc.) 21.
Cependant, il existe également d’autres facteurs de risque à l’origine du développement de
cancer du poumon.
Une exposition professionnelle peut parfois favoriser l’apparition de cancers du poumon. Elle
est responsable de 10 à 20% des cancers pulmonaires22. Les éléments mis en cause
sont l’amiante, les rayonnements ionisants, le radon, la silice, les métaux, les Hydrocarbures
Aromatiques Polycycliques (HAP). Ces différentes expositions professionnelles peuvent être,
reconnues par la Sécurité Sociale.
A propos du lien entre l’alimentation et le cancer du poumon, on retrouve majoritairement les
compléments alimentaires à base de béta-carotène23.
Si l’épidémiologie peut être présentée simplement, il n’en est pas de même de la
physiopathologie de ce cancer qui au premier abord peut paraître très complexe.
21
2. Physiopathologie
a. Cellule et cycle cellulaire
Afin d’aborder de la manière la plus claire possible la physiopathologie du cancer et plus
particulièrement du cancer bronchique, il est indispensable de revenir sur quelques
fondamentaux de biologie cellulaire. Il est en effet délicat d’appréhender les troubles
cellulaires à l’origine de la carcinogénèse sans aborder la fonction cellulaire normale.
La cellule représente l’unité structurale de la vie, tous les êtres vivants sont constitués de
cellules associées entre elles.
La chimie de la cellule repose essentiellement sur des composés carbonés mais aussi sur des
composés inorganiques dont le principal est l’eau. L’eau représente 70 à 80% du poids des
cellules et intervient dans un grand nombre de réactions intracellulaires24.
Concernant les composés carbonés, on dénombre quatre types fondamentaux de molécules
organiques auxquels on peut attribuer des rôles particuliers dans le fonctionnement cellulaire :
-
Les glucides : principale source d’énergie pour la cellule
-
Les lipides : réserve d’énergie mais également un rôle primordial dans la constitution
de la membrane cellulaire
-
Les protéines : peuvent avoir un rôle de structure (collagène, etc.) ou enzymatique et
permettent alors le déroulement de toutes les réactions biochimiques nécessaire à la
survie et aux fonctions cellulaires.
-
Les acides nucléiques : l’acide désoxyribonucléique (ADN) est le support de
l’information génétique, les acides ribonucléiques (ARN) permettent la traduction de
cette information au niveau cellulaire.
22
La forme de la cellule varie en fonction du tissu et de sa spécialisation mais sa structure reste
bien souvent la même. Les principaux constituants d’une cellule sont le noyau (contenant
l’information génétique), les mitochondries (produisant l’ATP, source d’énergie cellulaire),
l’appareil de golgi (appareil d’excrétion de la cellule), le réticulum endoplasmique (siège de la
synthèse des protéines) 25.
Si l’on s’intéresse plus particulièrement au cycle cellulaire, il est bon de savoir que cette
division cellulaire est un phénomène contrôlé. Cela signifie que les cellules ne doivent se
diviser que si cela est nécessaire. Chaque cellule est sous le contrôle du reste de l’organisme
qui produira des facteurs capables de stimuler ou au contraire d’inhiber sa division et donc sa
prolifération. Nous verrons que c’est la perte de ce contrôle de division cellulaire qui est à
l’origine de la prolifération anarchique des cellules et donc de la formation de la tumeur
cancéreuse. Les gènes responsables de la division cellulaire sont les proto-oncogènes
(favorisent la division) et les anti-oncogènes (freinent et inhibent la division cellulaire).
L’équilibre d’activation de ces deux types de gènes, en fonction des messages de
l’environnement cellulaire, permet une régulation de la division cellulaire.
Entre deux divisions successives, une cellule passe par différentes phases qui existent pour
toutes les cellules, ces différentes phases constituent le cycle cellulaire.
On dénombre alors quatre phases : la phase G1, la phase S (duplication du matériel
génétique), la phase G2 et la phase de mitose (division de la cellule en deux) 26.
Schéma 1 : les différentes phases du cycle cellulaire
Source : Marie-Claude Lebart, Jean Mariani (Neurobiologie des Signaux Intracellulaire, UMR 7101, CNRSUPMC) Figures et animations, mise en ligne : Gilles Furelaud
23
Pour terminer sur ces généralités de biologie cellulaire, il faut également comprendre
comment se déroule la transmission de l’information à la cellule et plus particulièrement le
cas des facteurs de croissance.
Les facteurs de croissance (-GF pour Growth Factor) sont des protéines qui, lorsqu’elles se
fixent sur la cellule cible, entraînent une activation des voies de transduction du signal de
prolifération et induisent donc la division cellulaire. Ils donnent le signal à la cellule de se
multiplier.
Ces facteurs de croissance sont soit produits par l’environnement proche de la cellule (on dit
qu’ils agissent de façon « paracrine »), soit synthétisés par des glandes, passent par le sang et
agissent sur leurs cellules cibles à distance (on dit alors qu’ils ont une action « endocrine »).
C’est le cas notamment de l’hormone de croissance ou des estrogènes.
Les récepteurs aux facteurs de croissance sont quant à eux des protéines membranaires (dites
protéines kinases) qui présentent une structure et des propriétés particulières.
Ils sont constitués classiquement de trois parties :
-
Une partie extracellulaire à laquelle se fixera le facteur de croissance (ou ligand)
-
Une partie intramembranaire
-
Une partie intracellulaire qui porte la capacité d’activer les voies de transduction.
Lorsque l’EGF, facteur de croissance d’un grand nombre de cellules, se fixe sur son récepteur
EGF-R, il s’ensuit des modifications de conformation du récepteur qui vont aboutir à une
activation de l’activité enzymatique de son domaine intracellulaire. On l’appelle récepteur à
activité tyrosine kinase car il va pouvoir phosphoryler (c’est-à-dire greffer un atome de
phosphore) à une molécule intracellulaire. Les différents signaux vont ensuite s’activer en
cascade et le dernier signal (ou facteur de transcription) pourra entrer dans le noyau cellulaire
pour se fixer à l’ADN et activer les gènes de la division cellulaire.
24
Le schéma ci-dessous présente les quatre différents types de récepteur HER. Nous verrons par
la suite le rôle prépondérant du récepteur HER1 ou EGFR dans le CBNPC. En effet, ce
récepteur est incriminé dans le développement de la cellule cancéreuse.
Schéma 2 : la famille des récepteurs HER
Le tableau ci-dessous regroupe les principaux facteurs de croissance et leurs récepteurs
spécifiques, ainsi que les cellules principalement concernées.
Facteurs de croissance
Epidermal Growth Factor (EGF)
Vascular Endothelial Growth Factor (VEGF)
Fibroblast Growth Factor (FGF)
Récepteurs
EGFR - HER1
VEGF-R
FGF-R
Cellules stimulées
Nombreuses
Cellules endothéliales
Fibroblastes
Cellules musculaires lisses
Insulin like Growth Factor (IGF1)
Stem Cell Factor (SCF)
IGF1-R
KIT
Platelet Derived Growth Factor (PDGF)
PDGF-R
Nombreuses
Cellules hématopoïétique
Cellules
mésenchymateuses
Cellules germinales
Cellules
mésenchymateuses
Cellules musculaires lisses
Cellules endothéliales
Nombreuses
Insuline
Insuline-R
Tableau 3 : Facteurs de croissance et récepteurs spécifiques
25
b. Carcinogénèse
La carcinogénèse est le processus de transformation d’une cellule normale en cellule
cancéreuse. Une cellule devient en effet cancéreuse en dérégulant l’ensemble des gènes qui
contrôlent sa division et d’autres fonctions cellulaires comme l’apoptose (mort cellulaire),
l’adhésion27…
Ce phénomène se déroule en plusieurs étapes, la cellule présentant de plus en plus
d’anomalies génétiques et caryotypiques touchant les proto-oncogènes, les anti-oncogènes…
Plusieurs années s’écoulent entre la toute première anomalie cellulaire et l’apparition d’une
tumeur maligne détectable cliniquement. Au cours de ces années, la cellule accumule les
anomalies génétiques.
Ces mutations interviennent sur de nombreux gènes :
-
Les proto-oncogènes : amplification notamment des gènes codant pour des récepteurs
aux facteurs de croissance. Ces récepteurs HER sont alors surexprimés à la surface
cellulaire, ce qui favorise la division cellulaire.
-
Les anti-oncogène : les mutations peuvent inhiber ces gènes, limitant alors le
processus de régulation de la division cellulaire. La cellule ne limite plus sa division.
-
Les gènes de l’apoptose (mort cellulaire) : une dérégulation de ces gènes peut
entrainer une inhibition de la mort cellulaire, la cellule peut alors devenir
« immortelle ».
L’ensemble de ces mutations va aboutir à une hyper-activation de la division cellulaire et à la
transformation de la cellule en cellule cancéreuse.
A ces différentes mutations s’ajoutent deux processus majeurs, la néo-angiogenèse et la
modification des capacités d’adhésion aux tissus28.
Lors de la néo-angiogenèse, la cellule tumorale synthétise des facteurs de croissance des
cellules endothéliales qui favorise l’apparition de néo-vaisseaux non physiologiques, c’est-àdire qui ne devraient pas apparaitre dans des conditions physiologiques normales. Cette néovascularisation de la tumeur permet sa nutrition et favorise le processus métastatique en
permettant aux cellules tumorales de quitter la tumeur initiale via la circulation sanguine.
26
La modification des capacités d’adhésion aux tissus permet à la cellule cancéreuse d’échapper
encore plus aux messages inhibiteurs délivrés par les tissus et d’autre part de quitter ces
derniers plus facilement en vue d’une colonisation (processus métastatique).
Ainsi, la cellule se divise indéfiniment, échappe à l’inhibition tissulaire et développe son
propre système de nutrition.
La cellule cancéreuse possède des caractéristiques qui la différencient d’une cellule normale :
autosuffisance en facteurs de croissance, défaut d’apoptose, insensibilité aux signaux
antiprolifératifs, angiogenèse permanente, potentiel de réplication illimité, invasion tissulaire,
adhésion, métastases29.
Schéma 3 : processus de carcinogénèse cellulaire
Source : Hanahan D, Weinberg RA. Cell. 2000;100:57-70
27
Cette prolifération cellulaire aboutira plusieurs années après à une tumeur maligne clinique, à
cetinstant la cellule cancéreuse présentera de très nombreuses anomalies.
La tumeur passe par plusieurs stades avant de devenir suffisamment grosse pour provoquer
des symptômes chez le patient cancéreux (telles que des hémorragies, des occlusions, etc.).
Les premiers stades (dysplasique puis anaplasique) durent généralement plusieurs années.
Durant ce délai, il est difficile de détecter la tumeur par des moyens diagnostics classiques
(radiographie). En effet, on considère qu’une tumeur doit atteindre un diamètre d’environ un
centimètre pour pouvoir la détecter sur une radiographie.
Concernant le cancer bronchique, les tumeurs étant très profondes, ceci explique
malheureusement le délai très tardif de diagnostic, ce qui laisse donc peu de temps au
thérapeute pour mettre en place un traitement efficace.
Au moment du diagnostic du CBNPC, la tumeur a très souvent une taille importante
(supérieure à 5 cm) et présente déjà des métastases.
Concernant les métastases, il s’agit de la capacité de la tumeur à quitter son tissu d’origine
pour aller coloniser l’organisme à distance.
Elle utilise pour cela deux voies :
-
La voie lymphatique avec une extension de proche en proche (extension
locorégionale). Les ganglions lymphatiques sont touchés les uns après les autres.
-
La voie sanguine qui permet à la tumeur d’atteindre rapidement des organes situés à
distance. Il s’agit le plus souvent d’organes richement vascularisés comme le foie, les
poumons, le système nerveux central.
Le processus métastatique est un phénomène précoce dans l’évolution de la maladie. Lors de
la formation initiale de la tumeur, des cellules métastatiques quittent déjà la tumeur initiale.
Ces métastases qui existent mais ne peuvent être détectées car trop petites sont appelées des
métastases infra-cliniques.
Une fois qu’elles auront une taille suffisante, elles pourront alors être diagnostiquées.
Lors de la mise en place d’un traitement anticancéreux, les cliniciens mettent très souvent en
parallèle un traitement dit adjuvantvisant à traiter ces métastases infra-cliniques.
28
Ces dernières, si elles ne sont pas traitées correctement, peuvent être à l’origine de rechute de
la maladie cancéreuse malgré un traitement correct de la tumeur initiale. En effet, après
disparition de la tumeur originelle, on peut malheureusement parfois découvrir des métastases
au niveau d’organes bien éloignés du site d’origine.
Graphique 3 : évolution de la taille tumorale en fonction du temps
Ce graphique illustre bien le délai qui existe entre le début de traitement anti-cancéreux de la
tumeur initiale et l’apparition des métastases.
Dans le cas du CBNPC, le diagnostic étant réalisé très tardivement, le cancer est très souvent
déjà métastatique et il est déjà trop tard pour pouvoir faire la différence entre le traitement de
la tumeur initiale et le traitement de ses métastases.
29
c. Classification TNM
Lorsque l’on suspecte un cancer (signes cliniques, radiographies), une biopsie du tissu est
réalisée par un anatomo-pathologiste. Ce dernier rendra un diagnostic de tissu cancéreux.
Il est indispensable, notamment pour adapter le traitement, de connaitre le stade de
développement de la tumeur (précoce, avancé, etc.). On détermine également le pronostic de
la pathologie.
Une fois le diagnostic posé, on classe la tumeur en fonction de son stade d’évolution. Trois
critères sont évalués dans le cadre d’une classification TNM (Tumor, Nodes, Metastasis) 30
spécifique de chaque type de tumeur :
-
-
-
Tumor : représente la taille de la tumeur primitive dans son plus grand diamètre.Ce
critère tient également compte de l’infiltration des tissus avoisinants la tumeur. Ce
critère T est côté de T0 à T4 en fonction donc de la taille et de l’infiltration de la
tumeur.
Nodes : correspond aux chaînes ganglionnaires avoisinantes atteintes. On tient
également compte du nombre de ganglions touchés dans chaque chaîne. Le critère N
va de N0 à N3 (en fonction du nombre de ganglions atteints).
Metastasis : on dénombre l’existence ou non de métastase. Il n’y a ici que deux
possibilités, soit l’absence de métastase (M0), soit la présence d’une ou de plusieurs
métastases (M1).
En fonction de cette classification on détermine le stade d’évolutivité de la tumeur. Ces stades
déterminent le pronostic et donc la stratégie thérapeutique.
Il existe quatre stades d’évolution. Les stades I et II sont dits « précoces » et sont donc de
bons pronostics. Le stade III est un stade « localement avancé ». Il est souvent divisé en deux
sous-groupes : le stade IIIa (tumeurs opérables) et le stade IIIb (tumeurs inopérables quel
qu’en soit la raison). Le stade IV correspond au stade « métastatique » peu importe le critère
T ou A.De nos jours, ce stade correspond toujours à une maladie généralisée et donc
incurable.
30
Le tableau ci-dessous illustre le rapport entre la classification TNM et le stade d’avancement
de la maladie, dans les cancers bronchiques. Ainsi, un patient avec des critères T4 (taille très
importante), N2 (deux chaînes ganglionnaires touchées) et M0 (pas de métastase) sera classé
en stade IIIb.
Tableau 4 : Classification tumorale par stade
Référence : Goldstraw P, Crowley J, Chansky K, Giroux DJ, Groome PA, Rami-Porta R, Postmus PE, Rusch V,
Sobin L. The IASLC Lung Cancer Staging Project: proposals for the revision of the TNM stage groupings in the
forthcoming (seventh) edition of the TNM Classification of malignant tumours. J Thorac Oncol 2: 706-14, 2007.
Comme nous l’avons vu précédemment, les cancers bronchiques sont malheureusement le
plus souvent diagnostiqués trop tard, au stade IIIb ou IV, ce qui implique que l’opération est
impossible. On a alors recours à la chimiothérapie ou encore aux thérapies ciblées.
31
d. Classification histologique du cancer bronchique
Du point de vue histologique, on classe les cancers du poumon en deux grandes catégories :
-
Les Cancers Bronchiques à Petites Cellules (ou CBPC)
Les Cancers Bronchiques Non à Petites Cellules (ou CBNPC)
Les CBPC représentent 16.8% des cancers bronchiques31. Il s’agit d’une histologie plutôt peu
fréquente, à mauvais pronostic, touchant le plus souvent les voies aériennes grandes (bronches
primaires et secondaires).
Les CBNPC sont les plus fréquents des cancers bronchiques avec une répartition à 80,4% de
l’ensemble des cancers bronchiques.
Au sein des CBNPC, nous pouvons à nouveau déterminer plusieurs sous familles en fonction
de l’histologie. On distingue alors les carcinomes épidermoïdes, les adénocarcinomes ainsi
que les carcinomes à grandes cellules32.
Les carcinomes épidermoïdes (environ 40% des CBNPC) se développent le plus souvent dans
la partie centrale du poumon, au sein des grosses bronches. Ce type histologique est très
fortement lié au tabac.
Les adénocarcinomes (environ 40% des CBNPC) touchaient jusqu’à présent majoritairement
les femmes et les non-fumeurs. Cependant, on observe selon les dernières observations
épidémiologiques de plus en plus de fumeurs atteints d’adénocarcinomes. Cette tendance
serait liée à l’amélioration de la détection mais également à l’évolution des habitudes
tabagiques (consommation de cigarettes « light », etc.). L’adénocarcinome le plus répandu est
le carcinome broncho-alvéolaire qui se développe à partir des cellules constituant les alvéoles.
Enfin, le carcinome à grandes cellules (20% des CBNPC) peut être retrouvé n’importe où
dans les poumons. Sa croissance est plus rapide que pour les autres formes de CBNPC.
Quoi qu’il en soit, ces types et sous-types histologiques de cancers bronchiques influencent
très fortement la thérapeutique. Par exemple, bevacizumab (Avastin®, anticorps monoclonal
anti-angiogénique) peut être utilisé dans le traitement des cancers bronchiques dès lors que
l’histologie ne soit pas à prédominance épidermoïde33.
Ainsi, la thérapeutique mise en place pour traiter les patients atteints de cancers bronchiques
dépend non seulement du stade d’évolutivité de la tumeur mais également du type
histologique.
32
3. Traitements des stades précoces I, II et IIIa
a. Chirurgie
La chirurgie est de loin le traitement le plus efficace dans le cancer du poumon. Néanmoins,
elle n’est applicable que dans seulement 20 à 25% des cas34. En effet, on ne peut envisager
une chirurgie que dans le cas de la prise en charge des stades précoces (I, II et IIIa) et ces
possibilités d’exérèse et de guérison diminuent avec l’avancement du stade.
Pour être curatrice, l’exérèse chirurgicale doit être complète.
La chirurgie peut être utilisée de plusieurs manières :
-
-
Seule : doit être associée à un curage des ganglions locorégionaux. Le type d’exérèse
réalisée dépend de la taille de la tumeur mais également des possibilités offertes par la
fonction respiratoire du patient.
Suivie d’une radiothérapie, d’une chimiothérapie ou des deux
Précédée d’un traitement néoadjuvant
Dans les rares cas précoces de CBNPC non opérables, une chimiothérapie et radiothérapie
sont mises en place.
b. Radiothérapie post-opératoire
La radiothérapie adjuvante n’a pas montré d’intérêt thérapeutique dans le traitement des
stades I et II du CBNPC. Elle sera éventuellement envisagée dans certains stades IIIa lorsque
la tumeur atteint une taille trop importante (T3)35.
c. Chimiothérapie post-opératoire
La chimiothérapie adjuvante est systématiquement recommandée chez les patients de stade II
et IIIa à chaque fois que l’état du patient l’autorise. Le plus souvent, il
s’agit d’une
association de 4 cycles de l’association cisplatine-vinorelbine.
Dans le cadre des CBNPC de stade I, la chimiothérapie adjuvante est rarement employée.
33
4. Traitements des stades avancés IIIb et IV
Dans le cadre des stades avancés du CBNPC, non opérables, deux possibilités sont à
envisager : la chimiothérapie ou l’utilisation de thérapies ciblées. Ces deux thérapeutiques
peuvent parfois être associées.
a. Chimiothérapie
La chimiothérapie représente le traitement historique anticancéreux. Ces cinquante dernières
années, nous avons vu émerger de nombreuses classes thérapeutiques. Chacune d’entre elles
agissant différemment sur la cellule mais causant dans tous les cas d’importants effets
indésirables.
Les classes les plus connues sont :
-
Les Agents alkylant (cisplatine, carboplatine) agissent en bloquant la réplication de
l’ADN cellulaire
-
Les Anti-métabolites (5FU, Methotrexate), analogues des bases puriques ou
pyrimidiques et bloquent ainsi la division cellulaire
-
Les Alcaloïdes végétaux (docetaxel, navelbine) sont des poisons du fuseau mitotique,
ils bloquent la synthèse des microtubules et stoppent également la division cellulaire
La chimiothérapie est également connue pour ses multiples effets indésirables qui rendent les
traitements très difficiles à vivre pour les patients. En plus d’effets digestifs très importants
(vomissements), de la perte des cheveux (alopécie), la chimiothérapie est fortement associée à
des troubles hématologiques (anémie, hémorragies par diminution du nombre de plaquettes ou
encore infections par abaissement du système immunitaire). Ce sont ces troubles
hématologiques qui rythment la succession des cycles de chimiothérapie. En ce sens qu’on ne
peut réaliser une nouvelle chimiothérapie tant que le patient ne s’est pas remis du point de vue
hématologique de sa précédente séance.
La forme galénique de la chimiothérapie joue également un rôle clé dans le système de santé.
En effet, ces traitements sont souvent injectés par voie intraveineuse et nécessitent alors une
hospitalisation à chaque fois que le traitement est mis en place.
Ces effets secondaires et ce mode d’administration jouent beaucoup sur la qualité de vie du
patient.
34
b. Emergence des thérapies ciblées
Ces thérapies spécifiques ont vu le jour à la fin du siècle dernier et arrivent rapidement sur le
marché. Pour pouvoir parler de thérapies ciblées, il faut trouver la cible adéquate, par exemple
un marqueur présent sur les cellules tumorales mais ayant une expression limitée sur ou dans
les cellules physiologiques.
Ainsi, la thérapie agit exclusivement sur les cellules cancéreuses, ce qui limite fortement ses
effets indésirables.
La cible choisie doit être impliquée dans la transformation maligne de la cellule cancéreuse
et/ou être un facteur de mauvais pronostic. De plus, on doit pouvoir retrouver cette cible tout
au long de la maladie pour que la thérapeutique reste efficace. Enfin, elle doit être accessible
au traitement qu’elle soit extracellulaire (marqueur cellulaire) ou intracellulaire (signal de
transduction)36.
Il existe à ce jour deux grands types de thérapie ciblée : les anticorps monoclonaux et les
inhibiteurs de kinase (Tyrosine Kinase TKI ou encore Sérine/Thréonine kinase).
Les anticorps monoclonaux utilisent la capacité d’un anticorps de reconnaître de façon très
spécifique une protéine pour s’y fixer et bloquer son activité. La mise au point des méthodes
de production de ces anticorps monoclonaux a nécessité de nombreuses années du fait de la
nature biologique non humaine des anticorps monoclonaux (souris). On est passé d’anticorps
exclusivement murins aux anticorps chimériques au début des années 80, puis anticorps
humanisés (partie murine de plus en plus restreinte) pour arriver à la production d’anticorps
monoclonaux humains. L’utilisation de ce type d’anticorps humains permet d’éviter un
phénomène d’immunisation mené à l’encontre de cette molécule.
Non seulement ces anticorps bloquent l’activité des protéines impliquées dans les cascades
d’activation mais permettent aussi leur élimination grâce à leurs fonctions effectrices qui leur
sont propres (opsonisation, activation du complément, cytotoxicité dépendante des anticorps).
On utilise également des anticorps thérapeutiques pour traiter d’autres types de pathologies
(maladies inflammatoires, pathologies cardiovasculaire, infections, etc.).
35
Le tableau ci-dessous présente les principaux anticorps utilisés en thérapeutiques.
Pathologies
Anticorps Nom commercial
Trastuzumab
Cetuximab
Bevacizumab
Edrecolomab
Tumeurs hématopoïétiques Rituximab
Alemtuzumab
Transplatation
Muromomab
Basiliximab
Daclizumab
Maladies inflammatoires
Infliximab
Adalimumab
Pathologies
cardiovasculaires
Abciximab
Infectiologie
Palivizumab
Tuviruzumab
Sevirumab
Tumeurs solides
Allergologie
Omalizumab
Herceptin®
Erbitux®
Avastin®
Panorex®
Mabthera®
Mabcampath®
Orthoclone®
Simulect®
Xenapax®
Remicade®
Humira®
Reopro®
Synagis®
Ostavir®
Protovir®
Xolair®
Tableau 5 : Les principaux anticorps thérapeutiques
Les TKIquant à eux,sont de petites molécules qui traversent la membrane cellulaire et qui ont
la capacité d’inhiber l’activité enzymatique de différentes tyrosines kinases impliquées dans
les voies de transduction du signal de prolifération. Leur mécanisme d’action est simple, ils se
fixent au sein même du récepteur à activité tyrosine kinase, au niveau de la poche à ATP.
L’ATP ne peut donc plus se fixer au récepteur et l’enzyme n’a plus de groupement phosphate
à sa disposition pour phosphoryler sa protéine substrat. Il y a alors blocage des voies de
transduction du signal en aval. En bref, les TKI sont des inhibiteurs compétitifs de l’ATP sur
son site de fixation. Il existe également d’autres types d’inhibiteurs de kinases, notamment les
Inhibiteurs de Sérine/Thréonine kinase ou encore d’autres plus modestes comme la
rapamycine (inhibiteur de mTOR).
36
Le tableau ci-après présente les principaux inhibiteurs de Tyrosine Kinase commercialisé que
ce soit dans le cancer du poumon mais également dans d’autres pathologies.
TKI
Crizotinib
Imatinib
Gefitinib
Erlotinib
Sunitinib
Lapatinib
Dasatinib
Nilotinib
Pazopanib
Sorafénib
Vemurafenib
afatinib
dacomitinib
Nom commercial
Xalkori®
Glivec®
Iressa®
Tarceva®
Sutent®
Tykerb®
Sprycel®
Tasigna®
Votrient®
Nexavar®
Zelboraf®
Tomtovok®
PF299
Tableau 6 : Les principaux inhibiteurs de tyrosine kinase
Depuis ces dix dernières années, de nombreuses cibles spécifiques ont été mises en
évidence.Les principales cibles extracellulaires sont les récepteurs aux facteurs de croissance
HER1-EGFR inhibés par l’erlotinib (Tarceva®) ou le gefitinib (Iressa®), HER2 inhibés par
l’anticorps trastuzumab (Herceptin®), VEGFR inhibé par le bevacizumab (Avastin®).
Concernant les cibles intracellulaires, les voies PI3Kinase/AKT (élaboration d’inhibiteurs de
mTOR impliqué dans cette voie), MAPKinase (en bloquant la protéine Ras) 37, etc..
Le schéma ci-dessous illustre l’ensemble de ces cibles avec les thérapies ciblées associées,
qu’elles soient déjà sur le marché ou bien en développement clinique.
37
Schéma 4 : voies de transduction de l’EGFR
Schéma de la voie de transduction impliquant EGFR et les voies de signalisation potentiellement impliquées dans la
progression tumorale (Ras/Raf/MAPK, PI-3K/AKT, JAK/STAT et PLCγ/PKC) ainsi que les différentes thérapeutiques ciblées
disponibles.
38
Au-delà de ces mécanismes d’action très innovants, les thérapies ciblées s’illustrent
également grâce à leur très bonne tolérance par rapport à la chimiothérapie. En effet, le
médicament agissant majoritairement sur la cellule cancéreuse, on observe peu d’effets
indésirables. Par exemple, les TKI anti-EGFR peuvent être à l’origine de diarrhées et autres
troubles cutanées mais sont bien loin des effets des chimiothérapies tels que l’alopécie, les
vomissements, les troubles hématologiques.
Qui plus est, de plus en plus de thérapies ciblées sont disponibles par voie orale et peuvent
donc être administrées à domicile. Pour les thérapeutiques nécessitant une hospitalisation,
l’industrie pharmaceutique travaille actuellement à la mise au point de forme sous-cutanées
qui permettraient également une administration au domicile du patient.
C’est cette forte spécificité, cette bonne tolérance et cette facilité d’administration qui font des
thérapies ciblées les molécules de demain dans la prise en charge du CBNPC, et plus
largement des cancers en général. Ceci explique la très forte augmentation des prescriptions
de ces nouvelles thérapies depuis quelques années mais également le très fort engouement des
laboratoires dans ce domaine. L’industrie pharmaceutique a progressivement quitté l’ère de la
chimiothérapie générale pour s’engouffrer dans celle des thérapies ciblées, comme l’illustre la
figure ci-dessous38, 39.
Schéma 5 : évolution des thérapeutiques en oncologie pulmonaire
39
c. Arbre décisionnel
Nous avons vu précédemment que la mise en place de la thérapeutique prend en compte le
type de cancer bronchique mais également l’état d’avancement de la tumeur et l’état du
patient.
Dans les stades avancés et inopérables (IIIb et IV) des CBNPC, des lignes successives de
chimiothérapies et/ou thérapies ciblées sont alors mises en place.
Concernant l’état du patient, les médecins utilisent le critère de l’OMS : le PS (Performance
Status). Il s’étalonne de 0 à 4 en fonction des capacités du patient à réaliser les choses
courantes de la vie de tous les jours. Plus le PS est élevé et plus le patient est affecté par la
maladie40.
Tableau 7 : Performance Status selon l’OMS
Source : http://www.cancer-et-denutrition.com/cancer-et-denutrition/42.htm
L’émergence des thérapies ciblées a ajouté un critère supplémentaire dans la prise de décision
lors de la mise en place de la thérapeutique. En effet, certaines cibles ne sont pas présentes sur
toutes les tumeurs. De plus, certaines cibles peuvent être mutées et donc différentes de la cible
initiale modifiant ainsi la sensibilité aux thérapies ciblées.
40
Il est donc indispensable de déterminer le statut mutationnel des patients pour savoir s’ils sont
éligibles ou non à la thérapie ciblée.
Dans le cadre du CBNPC, les thérapies ciblées erlotinib et gefitinib ne peuvent être utilisées
en première ligne de traitement uniquement si le patient présente une mutation de son EGFR.
En effet, ces thérapies sont plus sensibles au récepteur si ce dernier est muté41. Si au contraire
le récepteur ne présente pas de mutation, on aura une préférence pour les chimiothérapies
dites conventionnelles.
Ce statut mutationnel n’importe plus dans le cadre de la deuxième ligne puisque l’erlotinib est
indiqué en seconde ligne quel que soit le statut mutationnel du patient.
Ainsi, de nombreux critères entrent en jeu dans la décision thérapeutique, ce qui rend les
arbres décisionnels plutôt compliqués, comme le montre les recommandations de l’INCa cidessous.
Traitement de première ligne du CBNPC de stade IV
Schéma 6 : CBNPC, 1ère ligne de traitement
Source : Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et
métastatiques – Recommandations professionnelles- INCa- septembre 2010
41
Traitement de deuxième ligne du CBNPC de stade IV
Schéma 7 : CBNPC, 2ème ligne de traitement
Source : Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et
métastatiques – Recommandations professionnelles- INCa- septembre 2010
42
Le CBNPC est donc une pathologie majeure de notre époque, touchant des milliers
d’individus chaque année et est malheureusement le plus souvent incurable. Le tabac est
responsable de plus de neuf cancers bronchiques sur dix et les nombreuses campagnes de
préventions ne suffisent pas à enrayer la maladie.
Cette pathologie a évolué, non seulement du point de vue épidémiologique (augmentation du
nombre de femmes touchés) mais également du point de vue histologique avec une
recrudescence des CBNPC épidermoïdes.
On aégalement vu évoluer les thérapeutiques, passant des premières chimiothérapies à
l’émergence des thérapies ciblées. Ces dernières ont donc bouleversé les pratiques médicales
et les recommandations prennent désormais en compte des statuts mutationnels des patients.
Le testing, ensemble des méthodes mises en place pour détecter ces mutations, prend donc
une place de plus en plus importante dans le CBNPC afin de permettre l’accès aux patients
réceptifs à ces nouvelles thérapies.
On tente de traiter le bon patient, au bon moment avec la thérapie la plus ciblée possible, la
médecine personnalisée est née.
43
II-
Le testing, nouvelle étape dans le traitement du CBNPC
1. CBNPC et biomarqueurs génétiques
Comme nous l’avons vu précédemment, les thérapies ciblées agissent sur des étapes clés du
développement de la cellule cancéreuse. Avec une utilisation de ces thérapies de plus en plus
fréquente, on s’est rendu compte de différences de réponses en fonction des patients.
Il est donc devenu impératif de trouver un moyen de prédire la réponse du patient à la thérapie
ciblée avant même de l’administrer. Les enjeux de ce testing sont nombreux, pour le patient,
pour les laboratoires mais également pour les instances de santé et la société.
Pour le patient en effet, le fait de savoir s’il sera réceptif ou non à un traitement permet de lui
administrer dès le début de sa prise en charge un traitement qui sera efficace. Dans des
cancers comme le CBNPC, le diagnostic étant établi très tard, il est primordial d’éviter de
perdre du temps avec des traitements qui n’agiront pas sur la tumeur, ou moins bien que
d’autres plus adaptés. On augmente donc ses chances de survie. Ainsi, en termes de santé
publique, le testing permet d’apporter un progrès notable dans la thérapeutique.
Pour les laboratoires, le testing permet bien souvent de simplifier les stratégies mises au point.
Auparavant, les industries pharmaceutiques commercialisaient les médicaments dans un
milieu très concurrentiel. En encadrant les prescriptions par le biais de tests génétiques, on
justifie l’intérêt ou non de telle ou telle thérapie. Par exemple, un médicament peu efficace
chez le patient tout venant (c’est-à-dire non sélectionné par des tests génétiques), aura du mal
à voir s’accroitre ses parts de marché. Au contraire, si l’on sélectionne les patients sur des
critères génétiques où ils répondront beaucoup plus car ils seront sélectionnés, ceci facilite
l’accès au marché de certaines thérapies.
Enfin, pour la société, les économies pouvant être engendrées par la bonne sélection des
patients et l’administration de traitements efficaces sont très importantes. Ces thérapies
ciblées sont en effet très couteuses pour la société. Il s’agit en effet de médicaments innovants
dont l’élaboration fut onéreuse pour le laboratoire, ce qui influence fortement le prix du
traitement. On rappelle que ce prix est fixé en accord avec le CEPS (Comité Economique des
Produit de Santé) en fonction de l’ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu) et des
coûts de production des médicaments. Le fait d’administrer une thérapie ciblée à un patient
non répondeur, peut engendrer des coûts supplémentaires pour une efficacité moindre.
44
Dans le traitement du CBNPC, trois thérapies ciblées sont actuellement sur le marché :
-
-
Le bevacizumab (Roche) est un anticorps dirigé contre le VEGF-R, il limite ainsi la
néo-angiogenèse. Le testing n’a pas d’utilité dans la mise en place du traitement par
Avastin, on s’intéressera plutôt au profil histologique et à l’état d’avancement de la
tumeur qui justifiera l’utilisation de la molécule.
L’erlotinib (Roche) est un TKI dirigé contre l’EGFR et bloquant ainsi le processus de
multiplication cellulaire.
Le gefitinib (AstraZeneca) est également un TKI anti-EGFR.
Concernant le prix de ces trois thérapeutiques, le coût par mois de traitement s’élève à :
-
2330,94€ pour Tarceva® 150mg
2287,89€ pour Iressa® 250mg.
2000€ en moyenne pour une cure avec Avastin®
La bonne administration au bon patient de ces thérapies couteuses est donc primordiale.
Pour les deux dernières thérapies ciblées (erlotinib et gefitinib), l’étude du profil mutationnel
est indispensable afin d’établir les facteurs prédictifs de réponse. Il existe pour le moment
deux biomarqueurs utilisés dans la prise en charge qui sont les mutations de l’EGFR et les
mutations KRAS.
a. Mutations de l’EGFR
Comme nous l’avons vu précédemment,certaines mutations peuvent jouer sur l’affinité des
TKI par rapport à leur cible et donc sur l’efficacité des molécules. Ces mutations de l’EGFR
correspondent à des délétions ou des mutations dites« faux sens », situées dans plus de 90%
des cas dans les exons 19 à 21. Il existe en effet trois types de mutation de l’EGFR42 :
-
Délétion dans l’exon 19
Mutations ponctuelles faux sens dans les exons 18 à 21
Duplications et/ou insertions dans l’exon 20
On observe la présence de ces mutations dans 20% des CBNPC (mais moins de 10% pour les
patients caucasiens)43.
On peut constater un rapprochement entre la présence de ces mutations EGFR et certaines
caractéristiques cliniques prédictives de réponse aux TKI. En effet, il a été mis en évidence
quatre facteurs prédictifs de bonne réponse : une histologie adénocarcinome, des patients non-
45
fumeurs, plutôt des femmes et d’origine asiatique44. On constate chez ces patients un taux de
mutations de l’EGFR très important.
En sachant que les patients à EGFR muté répondent beaucoup plus aux TKI, les autorités de
santé ont donc accordé l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour les TKI (erlotinib et
gefitinib) en première ligne de traitement chez les patients présentant une mutation de
l’EGFR. On ne peut donc prescrire ces thérapies ciblées en première ligne uniquement si les
résultats du testing montrent la présence d’une mutation activatrice de l’EGFR. Le testing
EGFR est donc primordial pour le bon usage de ces thérapies ciblées dans le CBNPC.
Ainsi, la découverte de ces mutations activatrices de l’EGFR et la correspondance avec la
réponse aux TKI a permis de déterminer un groupe spécifique de patients, identifiés selon des
critères moléculaires de leur tumeur, qui seront traités par ces nouvelles thérapies de manière
efficace.
b. Mutations de KRAS
Autre mutation recherché dans le cadre des traitements du CBNPC, la mutation KRAS est
également importante dans la prédiction de la réponse aux TKI. En effet, plusieurs études ont
montré que l’efficacité de l’erlotinib et du gefitinib peut être réduite chez des patients porteurs
de ce gène KRAS muté au sein de leur tumeur45. Contrairement aux mutations de l’EGFR qui
lorsqu’elles sont présentes sont prédictives d’une bonne réponse aux TKI, cette mutation
KRAS est quant à elle un facteur de résistance à ces thérapies ciblées. Le taux de mutations
du gène KRAS est de 23,6%46. On prendra donc en compte ces deux biomarqueurs génétiques
pour choisir le traitement le plus adapté à administrer au patient.
c. Translocation EML4-ALK
EML4-ALK est une protéine dite de fusion (c’est-à-dire une protéine chimère associant la
protéine EML4 à la kinase ALK) qui joue un rôle, tout comme l’EGFR, dans la prolifération
cellulaire et la croissance de la tumeur. Cette protéine devient donc une nouvelle cible et une
nouvelle thérapie ciblée est actuellement en phase III d’essai clinique : le crizotinib. Cette
nouvelle thérapie, lors des essais cliniques, a induit une régression de la tumeur chez 57% des
patients présentant cette translocation EML4-ALK47.
46
Ce testing n’est pour le moment pas très développé car le crizotinib n’est pas encore
officiellement sur le marché.
Pour résumer, on estime que les mutations activatrices de l’EGFR sont présentes chez 12%
des patients d’origine européenne atteints d’un adénocarcinome du poumon, 20% des patients
présenteraient une mutation du gène KRAS et on constaterait plus rarement des mutations
EML4-ALK.
Le graphique ci-après illustre la répartition des différentes mutations détectées par testing
dans le CBNPC. On remarque qu’au final, on peut identifier une altération moléculaire dans
environ 40% des cas patients atteints de CBNPC48.
Graphique 4 : classification moléculaire des CBNPC
Source : Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon,
le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche pour un accès rapide aux thérapies ciblées –
Collection Rapports et synthèses - INCa
Ainsi, de nombreux biomarqueurs ont été mis en évidence dans le CBNPC, leurs mutations
sont analysées par testing pour pouvoir prédire la forte affinité ou au contraire la résistance
aux thérapies ciblées.
47
2. Parties prenantes au sein du testing
On entend par testing le fait de dépister un biomarqueur ou l’altération génétique d’un
biomarqueur impliqué dans une pathologie à l’aide d’un test compagnon ou compagnon
diagnostic.
Le concept du testing mobilise un ensemble de parties prenantes impliquées dans la chaîne de
valeur du médicament. Cet ensemble de différents acteurs va s’articuler pour favoriser la mise
sur le marché et le développement de ces tests nouveaux. Cette découverte des biomarqueurs
et de leur rôle dans la prise de décision thérapeutique est très récente et au vu des bénéfices
engendrés, qu’ils soient cliniques ou économiques, il est indispensable de tout mettre en
œuvre pour développer cette pratique.
En France, on peut distinguer six grands acteurs majeurs49 :
-
Industrie pharmaceutique
Industrie du diagnostic et de l’imagerie – Laboratoires d’analyse
Académiques/Hôpitaux
Autorités de santé
Financeurs
Prescripteurs
L’industrie pharmaceutique, l’industrie du diagnostic et le secteur académique sont les trois
moteurs de l’innovation dans ce secteur d’activité en effervescence.
L’industrie
pharmaceutique
structure
en
effet
cette
démarche
« biomarqueurs ».
Premièrement, elle développe en interne ses propres biomarqueurs pour optimiser le
développement de ses nouvelles thérapies. Nous verrons en effet dans la troisième partie que
c’est l’une des stratégies de l’industrie pharmaceutique pour faciliter la mise sur le marché de
ces nouveaux médicaments. Elle développe conjointement la thérapie avec le marqueur
permettant
de prédire
la réponse
thérapeutique.
Deuxièmement,
les
laboratoires
pharmaceutiquespeuvent développer des biomarqueurs rétrospectifs, c’est-à-dire après la mise
sur le marché du médicament. Il s’agit d’une autre stratégie visant à optimiser le Life Cycle
Management du produit. Le PLM (pour Product Lifecycle Management) est l’ensemble des
actions entreprises pour maintenir les produits tout au long de leur cycle de « vie ». En
développant un biomarqueur rétrospectivement, on optimise la prescription du médicament et
on redonne par la même occasion un souffle au produit.
48
Troisièmement et dernièrement, l’industrie pharmaceutique structure le développement de ces
biomarqueurs et dynamise les partenariats, notamment avec le secteur publique ou l’industrie
du diagnostic.
L’industrie du diagnostic et de l’imagerie est un regroupement de sociétés de biotechnologies
qui développent ces tests diagnostiques. Ces petites structures sont très souvent à l’origine de
l’innovation dans le secteur des biomarqueurs et de leur dépistage. Une fois la découverte
réalisée, ces sociétés cherchent à créer des partenariats avec l’industrie pour avoir un support
de commercialisation solide, pour s’appuyer sur l’expérience des « Big Pharma » pour
développer, distribuer et commercialiser à grande échelle ces nouveaux diagnostics innovants.
C’est un système symbiotique, l’industrie pharmaceutique recherche l’innovation pendant que
la société de biotechnologies cherche à commercialiser au mieux son biomarqueur.
La recherche académique peut agir également comme une société de biotechnologies en
fournissant l’innovation à l’industrie. Ces laboratoires sont également moteurs dans la
conduite des essais cliniques et la constitution de biobanques. Dans le secteur public, il existe
un lien étroit entre ces laboratoires de recherche et l’hôpital au sein des CHU facilitant parfois
les passerelles entre la recherche et les essais cliniques.
Concernant les autorités de santé, leur rôle est également clé dans le développement du testing
ainsi que dans la découverte de nouveaux biomarqueurs. Elles permettent l’établissement
rapide d’une évaluation de l’ensemble de ces tests pour faciliter et favoriser leur mise sur le
marché. Les autorités incitent également l’industrie pharmaceutique à développer
conjointement la thérapie avec son biomarqueur prédictif. Ce développement mutuel permet
dès l’obtention de l’AMM de proposer la thérapie aux patients répondeurs. Il facilite parfois
l’obtention même de l’AMM lorsque cette autorisation est octroyée uniquement si l’on
démontre la présence d’un biomarqueur spécifique.
Les financeurs trouvent également un fort intérêt à tout faire pour favoriser le développement
du testing. L’économie engendrée par ces traitements, avec lesquels on peut traiter un patient
en étant sur d’avoir une réponse thérapeutique, est telle que ces financeurs (mutuelles,
assurances, etc.) investissent fortement dans l’émergence de ces biomarqueurs. Ils investissent
49
non seulement dans le développement de ces tests diagnostiques mais également pour la
création de sociétés de biotechnologies.
Enfin, les prescripteurs sont les acteurs en bout de chaine dans le testing. En effet, ce sont eux
qui vont prescrire la thérapie ciblée après avoir obtenu les résultats du profil mutationnel du
patient. Ils demandent donc le testing pour pouvoir utiliser les traitements innovants sur leurs
patients. Les KOL (Key Opinion Leader ou leader d’opinion) jouent fortement dans le sens de
la diffusion de ces tests compagnons qui peuvent être clés pour la survie de leurs patients.
Le testing est donc au centre d’un grand nombre d’acteurs qui travaillent dans le même sens,
dans le sens du développement de cette nouvelle étape de la thérapeutique, et particulièrement
dans le traitement des CBNPC.
3. Mise en place du testing en France
a. Histoire
L’INCa (Institut National du Cancer) est un groupement d’intérêt public (GIP) français dont
la mission est de coordonner la recherche scientifique et la lutte contre le cancer. Il regroupe
l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le cancer en France que sont les
fédérations hospitalières, l’Assurance Maladie, les Centres de Lutte Contre le Cancer
(CLCC), laLigue Nationale Contre le Cancer (LNCC), et plus globalement l’Etat français.
Toutes ces compétences sont donc regroupées au sein de l’INCa.
Cet institut travaille sur l’organisation des dépistages organisés, sur le développement de
l’égalité d’accès aux soins, sur la prévention des cancers, la formation des professionnels de
santé, la communication à destination des patients, l’amélioration des soins en général.
L’INCa travaille main dans la main avec le ministère de la santé et la HAS (Haute Autorité de
Santé).
Bien que la création de l’institut soit plutôt récente (2005), son engagement dans le
développement du testing fut très précoce. En effet, dès 2006 l’INCa mis en place un
programme spécifique pour soutenir la structuration de la génétique moléculaire, suite à
l’émergence récente des thérapies ciblées et de la découverte des biomarqueurs. Deux appels
à projets nationaux furent lancés en 2006 et 2007 pour soutenir le développement de
50
plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers. L’objectif était également de
faire l’inventaire des structures de génétique et de structurer ce dispositif.
A l’issu de cet appel, 28 plateformes furent retenues pour le projet « Plateformes hospitalières
de génétique moléculaire des cancers ». Ces dernières ont reçu 4.7 millions d’euros pour des
crédits d’équipement durant l’année 2006.
Puis, dans une deuxième période, 4 millions d’euros de crédits Assurance Maladie furent
distribués en 2007 et 2008 pour permettre un meilleur fonctionnement de ces plateformes. Ces
dernières peuvent regrouper plusieurs laboratoires qui peuvent appartenir à des établissements
différents. L’objectif étant de fournir aux patients un accès à l’ensemble des techniques
indispensables de génétique moléculaire pour toutes les pathologies concernées. Ainsi, des
tests moléculaires innovants sont réalisés pour les patients, quel que soit leur région d’origine,
l’établissement où ils sont pris en charge (CHU, CLCC, CHG, établissements privés).
En 2010, les plateformes dépistaient déjà 9 biomarqueurs conditionnant l’emploi de 8
molécules déjà sur le marché traitant 7 localisations tumorales dont le cancer du poumon50.
b. Structuration du dispositif
Ces plateformes ont toutes été sélectionnées de par leur expérience préalable dans le domaine
de la génétique moléculaire.
Pour pouvoir répondre à l’ensemble des prescriptions de tests moléculaires, il a fallu organiser
un maillage sur l’ensemble du territoire. La prise en charge doit donc être rapide dans la
plateforme qui est en lien avec les centres hospitaliers adjacents. Chaque grande région de
France dispose donc d’une de ces plateformes hospitalières de génétique moléculaire des
cancers.
La carte ci-après retrace l’ensemble de ces 28 plateformes ainsi que leur répartition sur le
territoire français.
51
Carte 3 : les plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers en 2011
Source :Synthèse de l’activité des plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers en 2011 –
Collection Rapports et synthèse – INCa
52
On regroupe l’activité des plateformes de l’INCa en fonction de l’utilisation des marqueurs
dans la prise en charge des patients :
-
Marqueurs prédictifs déterminant l’accès à une thérapie ciblée
Marqueurs orientant le processus diagnostique
Marqueurs participant au diagnostic, en complémentarité de paramètres cliniques,
morphologiques, biologiques
Marqueurs pronostiques orientant la stratégie de traitement du patient
Marqueurs permettant le suivi de la maladie résiduelle
Pour financer ces plateformes, un système de financement spécifique a été mis en place. En
plus des financements décrits précédemment, on a dû mettre en place des actions spécifiques
afin de pouvoir répondre au développement rapide de l’activité des tests KRAS dans le cancer
colorectal et des EGFR dans le CBNPC.
Concernant les tests KRAS, l’EMA (European Medical Agency) a octroyé l’AMM (en 2007
puis 2008) à deux anticorps cetuximab et panitumumab uniquement si l’on démontre la
présence d’un gène KRAS non muté. La recherche de la mutation est donc indispensable pour
pouvoir prescrire des thérapies ciblées. 2,5 millions d’euros furent alloués en 2008 pour ce
dépistage.
De même pour le gefitinib et l’erlotinib qui peuvent être utilisés en 1ère ligne de traitement du
CBNPC uniquement chez des patients présentant des mutations activatrices de l’EGFR.Pour
financer ce test, l’INCa a débloqué un budget supplémentaire de 1,7 millions d’euros en 2009.
Pour les nouveaux biomarqueurs qui déterminent l’accès aux nouvelles thérapies ciblées (par
exemple le test BRAF qui permet la prescription du vemurafenib), un processus de
financement précis a été mis en place par l’INCa. Ce processus se déroule en plusieurs étapes.
Tout d’abord des financements INCa sont alloués pour un an afin de permettre une première
phase de mise en œuvre du test. Ensuite, durant cette première année, un suivi trimestriel de
l’activité est réalisé par l’INCa. Enfin, à la fin de la première année et en fonction de l’activité
réalisée avec le nouveau test, des financements MIGAC prennent le relais des financements
de l’INCa.
La dotation nationale de financement des MIGAC (Missions d’Intérêt Général et à l’Aide à la
Contractualisation) est fixé dans le cadre de l’ONDAM (Objectif National des Dépenses
d’Assurance Maladie) 51.
53
Concernant le CBNPC, les financements MIGAC dans le cadre du testing EGFR se sont
élevés à 1,7 millions d’euros en 201152.
Pour le moment, le testing en France est encore tout récent et ces financements ponctuels
devraient amener à terme vers une inscription de l’ensemble de ces tests à la nomenclature
des actes médicaux. On étendrait alors le testing non pas à seulement 28 plateformes mais à
l’ensemble des biologistes et anatomopathologistes quel que soit leur lieu d’exercice.
Par exemple, le test HIS (Hybridation In Situ) HER2 dans le traitement du cancer du sein est
inscrit à la nomenclature des actes médicaux depuis 2009. Il permet de mettre en évidence la
surexpression des récepteurs HER2 dans les tumeurs mammaires et de faciliter l’accès aux
patientes au trastuzumab, anticorps monoclonal dirigé spécifiquement contre ce récepteur.
c. Limites
Malgré une bonne mise en place du testing en France qui, nous le verrons par la suite, permet
de très bonnes retombées, il existe néanmoins quelques failles dans le système.
La principale est notamment le délai irrégulier de rendu de ces résultats de profil mutationnel
des patients.
Dans le cadre du CBNPC, nous avons vu précédemment que l’accès aux thérapies ciblées en
première ligne de traitement n’est possible que si la mutation activatrice de l’EGFR est mise
en évidence. Les patients étant souvent diagnostiqués très tard, les cliniciens ne peuvent pas
toujours se permettre d’attendre trop longtemps avant de mettre un traitement en place. Le
délai de rendu des résultats est en moyenne de 7 à 10 jours. Dans les Centres HospitaloUniversitaire, très souvent rattachés aux plateformes de l’INCa, le délai est très court pour
obtenir un statut mutationnel EGFR. A l’inverse, dans certains centres périphériques isolés,
les délais peuvent parfois atteindre plus de trois semaines. Dans ce cas-là, les médecins
n’attendent pas et mettent en place six cycles de chimiothérapie.
Quand on sait que les études cliniques ont montré une différence significative d’efficacité
entre les thérapies ciblées (erlotinib et gefitinib) versus les standards de chimiothérapie en
première ligne de traitement lorsque l’EGFR est muté, il est facile de comprendre l’impact
que peut avoir cette hétérogénéité des délais du testing pour les patients.
54
Non seulement le patient n’est pas traité par la thérapie la plus efficace mais il s’expose aux
nombreux effets indésirables de la chimiothérapie (alopécie, anémie, troubles digestifs, etc.).
Autre limite aux plateformes de testing de l’INCa, l’inégalité de qualité des tests entre les
différents laboratoires. Vue l’impact du résultat du testing sur la prise en charge du patient, les
résultats erronés peuvent être catastrophiques.
En effet, un résultat « faux négatif », c’est-à-dire présentant une absence de mutation de
l’EGFR alors qu’elle existe, prive le patient de la thérapie ciblée et l’expose à la
chimiothérapie.
Au contraire, le résultat « faux positif », c’est-à-dire démontrant une mutation activatrice de
l’EGFR quand elle n’existe pas, permet un accès à la thérapie ciblée au patient, qui n’est ici
pas la plus efficace. Au vu des coûts très importants des thérapies ciblées, ce résultat inexact
est la cause de dépenses inutiles.
Pour lutter contre ces deux biais majeurs, l’INCa ainsi que les autres parties prenantes mettent
en place des solutions.
Concernant le délai de rendu des résultats, en permettant l’inscription des tests à la
nomenclature des actes médicaux, on ne limitera plus le testing aux 28 plateformes mais à
tous les laboratoires disposant du matériel nécessaire. Les centres hospitaliers isolés ne
dépendront plus simplement d’une plateforme éloignée mais de plusieurs laboratoires
proches. Les délais de rendu seront ainsi raccourcis.
Concernant la qualité des tests, l’INCa a d’ores et déjà entrepris des actions. L’institut a mis
en place un programme d’assurance qualité basé sur trois axes :
-
-
-
Publication en 2010 d’un guide des bonnes pratiques pour la recherche de mutations
somatiques dans les tumeurs solides (qualité du prélèvement, validation des méthodes
de dépistage et des résultats)
Publication en 2011 de la charte des plateformes de génétique moléculaire (conditions
de mise en œuvre des tests moléculaire, circuits de prescription, de prélèvements, de
résultats)
Programme d’évaluation externe de la qualité (début 2012)
A terme, l’objectif de ces grands plans d’action étant l’accréditation de l’ensemble des
plateformes de génétique moléculaire selon la norme ISO15189, qui deviendra obligatoire à
terme.
55
d. Anticiper l’arrivée de nouvelles thérapies ciblées
Le testing est en bonne position pour devenir un élément clé dans la mise en place des
nouveaux traitements anticancéreux. Ainsi, après la mise en place des compagnons
diagnostics pour les thérapies ciblées déjà sur le marché, il faut pouvoir anticiper l’arrivée des
nouveaux médicaments. Soit, la nouvelle thérapie cible un biomarqueur déjà connu, soit elle a
une toute autre cible. Ce qui oblige alors la mise en place d’un testing spécifique de ce
nouveau biomarqueur. On définit pour chaque cancer une sorte de catalogue des
biomarqueurs émergent qu’il faudra dépister obligatoirement pour la mise en place des
nouvelles thérapies.
Concernant les molécules à venir dans le traitement du CBNPC, la mise en évidence des
mutations activatrices de l’EGFR reste un élément majeur de la prise en charge. Au-delà de
ces mutations activatrices, on a déterminé des mutations de résistance aux TKI. On peut donc
non seulement prédire la sensibilité du patient aux thérapies ciblées mais également sa
résistance.
Les nouvelles thérapies ayant pour cible l’EGFR sont nommés des inhibiteurs irréversibles de
l’EGFR, deux pour le moment sont en cours de développement : BIBW 2992 et PF299. Ils
auraient également une efficacité sur les EGFR résistants aux TKI classiques.
Les autres biomarqueurs importants présentés précédemment (EML4-ALK et KRAS) sont
devenus des cibles de premier choix dans le traitement du cancer.
Pour la voie MET et ALK, le crizotinib est déjà en phase III de développement clinique en
Europe et autorisé aux Etats-Unis depuis août 2011. Pour la mutation du gène KRAS, quatre
molécules sont en cours de développement. Enfin, les biomarqueurs MEK, mTOR et MAGEA3 ont également leurs thérapies ciblées en cours d’essais cliniques. On notera que la protéine
MAGE-A3 (un des derniers biomarqueurs mis en évidence) est une protéine exprimée
uniquement dans les cellules cancéreuse. Il ne s’agit plus de surexpression (HER2) ou de
suractivation (EGFR) mais bien d’un biomarqueur totalement absent des cellules saines. Les
thérapies agiraient donc exclusivement sur la cellule cancéreuse.
Le tableau ci-après présente d’ailleurs l’intégralité des molécules en développement dans le
CBNPC associées à leur biomarqueur ciblé ainsi que l’état d’avancement des essais cliniques.
56
57
Tableau 8 : Molécules en développement dans les cancers du poumon
Source : Molécules en développement dans les cancers du poumon – Les tests génétique moléculaire pour
l’accès aux thérapies ciblées en France en 2011 – Collection Rapports&Synthèses - INCa
58
On peut ainsi constater que les molécules arrivant prochainement sur le marché sont
nombreuses et ciblent des marqueurs tout aussi différents les uns des autres.
On peut donc se demander comment l’INCa anticipe l’arrivée de ces nouvelles molécules
associées à des biomarqueurs de plus en plus nombreux. Il faut en effet d’ores et déjà valider
les nouvelles techniques de testing, s’assurer de la qualité des prélèvements et accompagner
les plateformes dans la mise en évidence de ces tous nouveaux biomarqueurs.
L’INCa a mis en place en janvier 2011 un programme spécifique de détection prospective de
ces biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon (3,5 millions d’euros ont été alloués
dans ce but durant l’année 2010). Ainsi, en parallèle de la recherche de mutations activatrices
de l’EGFR, les plateformes recherchent également les mutations des gènes KRAS, BRAF,
PI3KCA, HER2, EML4-ALK. Ce programme a donc pour but de rendre les 28 plateformes
opérationnelles lors de l’arrivée sur le marché de nouvelles thérapies ciblées.
Le fait de dépister également ces mutations où pour le moment aucun traitement n’a obtenu
l’AMM est intéressant pour pouvoir permettre aux patients concernés de rentrer dans les
phases d’essais cliniques et d’obtenir malgré tout la nouvelle molécule.
Dans le cancer de la prise en charge du CBNPC, depuis début 2011 et le lancement de ce
programme, 8587 patients ont été testés pour les mutations activatrices de l’EGFR et
concernant les nouveaux biomarqueurs émergents : 4417 patients pour la résistance de
l’EGFR, 6042 pour la mutation KRAS, plus de 1000 patients pour les mutations BRAF,
EML4-ALK, HER2 et 860 pour la mutation PI3KCA.
59
Le tableau ci-dessous résume l’ensemble des résultats des différentes mutations, que ce soit
pour l’EGFR mais également pour les nouveaux biomarqueurs émergents.
Tableau 9 : Taux de mutations et de résultats non interprétables dans les cancers du poumon
Source : Taux de mutations et de résultats non interprétables dans les cancers du poumon – Les tests génétique
moléculaire pour l’accès aux thérapies ciblées en France en 2011 – Collection Rapports&Synthèses - INCa
En France, l’INCa et l’ensemble des parties prenantes ont donc œuvré dans le sens de la mise
place rapide d’un testing de qualité des biomarqueurs émergents pour garantir l’accès des
patients aux thérapies ciblées, qu’elles soient déjà sur le marché ou encore en développement.
60
4. Mise en place à l’étranger
A l’étranger, et plus particulièrement aux Etats-Unis ou en Europe, la mise en place du testing
est quelque peu différente de l’ensemble des actions menées en France.
a. Aux Etats-Unis
Aux Etats-Unis, le testing n’est pas encore réalisé en routine comme en France. Les TKI
(erlotinib ou gefitinib) n’ont pas d’indication en première ligne de traitement du CBNPC. On
ne les utilise qu’après échec d’une première ligne de chimiothérapie ou encore comme
traitement de maintenance.
Néanmoins, depuis la parution en 2011 d’un article par l’ASCO (American Society of
Clinical Oncology) sur l’importance du testing pour adapter au mieux les traitements
anticancéreux, la tendance américaine est en train de changer.
La publication se base sur cinq études randomisées de phase III indiquant la supériorité des
TKI versus chimiothérapie en présence de mutations activatrices de l’EGFR53. Selon l’auteur
V. Keedy : « nous avons appris durant ces dernières années que le CBNPC est réellement une
collection d’anomalies génétiques distinctes. Nous souhaitons traiter les patients avec des
thérapies qui cibleront les drivers moléculaires de ces tumeurs spécifiques, plutôt que
d’utiliser un traitement global ».
Lors de la publication des résultats de l’étude OPTIMAL courant 2011, beaucoup de
cliniciens ont à nouveau abordé la possibilité d’utiliser un TKI en première ligne en cas de
présence de mutations à l’EGFR. Cette étude comparait l’erlotinib versus chimiothérapie en
première ligne de traitement chez des patients présentant des mutations activatrices de
l’EGFR. Les résultats présentés firent beaucoup parler d’eux. En effet, la Survie Sans
Progression dans le bras Tarceva® fut de 13.1 mois comparé aux 4.6 mois du bras
Chimiothérapie. J. Brooks, du Ochsner Health System de Bâton Rouge rapporte que «
Optimal est une étude très importante car elle démontre que nous pouvons identifier des
patients avec un marqueur génétique spécifique et lui administrer directement un traitement
spécifique ».
Aux Etats-Unis, les tests génétiques sont déjà réalisés par des laboratoires privés et ce testing
prend de l’ampleur, surtout depuis le début 2012.
61
En janvier 2011, seulement 26% des patients étaient dépistés en première ligne concernant les
mutations de l’EGFR. En janvier 2012, plus de 46% des patients étaient testés54. En
comparaison, le taux de testing en France est de 76%.
Cette évolution des pratiques est sans aucun doute due à l’arrivée prochaine de l’erlotinib sur
le marché courant 2013, en traitement de première ligne chez les patients EGFR mutés,
faisant suite à l’obtention de l’AMM Européenne en août 2011.
b. En Europe
Bien que la France fût pionnière dans la mise en place du testing, le Top Five européen
(France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne) a également bien pris la route des tests de
biologie moléculaire dans le traitement du CBNPC.
En 2010, un atelier pluridisciplinaire fut mis en place afin de développer les procédures de
testing et de permettre l’accès des patients aux thérapies ciblées. Des biologistes,
anatomopathologistes, chirurgiens, cliniciens et oncologues européens ont travaillé ensemble
pour faciliter l’implémentation d’un testing standardisé. L’ensemble du processus fut discuté,
de la qualité de la biopsie au test génétique. Un bon nombre des pays européen coopéra dans
ce travail : Autriche, Allemagne, Royaume-Uni, France, Espagne, Pays-Bas, Italie et Suisse.
Les recommandations de ce groupe de travail furent la mise à disposition des résultats en sept
jours ouvrés, l’ensemble des patients devant être testé et la coordination entre les différentes
disciplines pour fournir un résultat de qualité55. Malgré une absence de décision claire sur les
algorithmes de prescription du testing en Europe, ces résultats ont permis de lancer un
mouvement européen général concernant le testing EGFR.
En 2012, dans les cinq plus gros pays européens, 70% des patients en moyenne sont testés par
rapport à leur statut mutationnel de l’EGFR (contre 48% fin 2010) 56. La France reste en tête
avec 76% de patients testés, puis l’Espagne (74%), le Royaume-Unis (71%), l’Italie (70%) et
enfin l’Allemagne (63%).
On observe clairement une tendance à l’augmentation du testing en Europe. Néanmoins, on
ne pourra pas augmenter ces pourcentages encore longtemps. En effet, on devrait atteindre
une limite maximum de 80%. Cette limite est due au fait qu’on ne peut pas toujours
préleversuffisamment d’échantillon pour obtenir le statut mutationnel. L’état des patients peut
également amener à une impossibilité de prélever du tissu tumoral.
62
5. Impact économique
Nous venons de voir l’organisation de testing et sa mise en place en France, ainsi que tout
l’intérêt apporté au patient de lui administrer le bon traitement ciblé. Ce testing se développe
également à l’étranger, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis.
Néanmoins, dans une société où l’économie reste très fragile, la notion de pharmacoéconomie est devenue de plus en plus importante.
Le déficit de la Sécurité Sociale ne facilite pas les choses ; à la fin de l’année 2012, il sera de
13.8 milliards d’euros57. Il est donc primordial de réduire ce déficit. On voit donc tout l’intérêt
de pouvoir administrer aux patients le bon traitement après avoir déterminé le statut
mutationnel, d’autant plus que le prix des thérapies ciblés est très élevé. Pour un mois de
traitement, il faut compter 2330,94€ pour Tarceva® 150mg et 2287,89€pour Iressa® 250mg.
Pour calculer l’impact économique de l’utilisation du testing sur le coût de traitement du
CBNPC, il suffit de s’intéresser au nombre de patients éligibles aux thérapies ciblées.
On considère que 11% des patients présentent une mutation activatrice de l’EGFR en France.
Durant l’année 2010, 16 834 patients ont pu être testés génétiquement. Ainsi, environ 15 000
de ces patients ne présentaient pas de mutation et n’étaient donc pas éligibles en première
ligne à l’Iressa® (en 2010, seul l’Iressa avait une AMM en première ligne muté). Un mois de
traitement par Iressa® est d’environ 2300€, le testing a ainsi permis d’économiser 34.5
millions d’euros par mois.
Plus récemment en 2011, une étude française de pharmaco-économie s’est intéressée à
l’intérêt économique du testing sur la prise en charge des patients par Tarceva®58. L’étude
compare le rapport Coût sur Efficacité entre la prescription de Tarceva® à tous les patients,
aux patients susceptibles d’être mutés (femmes, absence de tabac, asiatique, adénocarcinome)
et aux patients testés et présentant une mutation activatrice de l’EGFR. Parmi les trois
stratégies thérapeutiques analysées, la plus coût-efficace est celle intégrant le testing. En effet,
le tableau ci-après présente les résultats de l’étude.
63
Rapport Coût-Efficacité par patient et par stratégie
Tableau 10 : rapport coût-efficacité par patient et par stratégie
On observe donc un bénéfice moyen de 5020€ si l’on analyse seulement les patients en
fonction de leurs critères pronostics et de 5815€ si l’on dépiste réellement la mutation EGFR.
La meilleure stratégie coût-efficacité est donc celle intégrant le testing.
Nous avons donc vu qu’un bon nombre de parties prenantes du système de santé ont fait en
sorte de développer rapidement le testing en France et de plus en plus à l’étranger, dans
l’intérêt du patient en premier lieu mais également pour la société (pharmaco-économie
importante) ainsi que pour l’industrie pharmaceutique. Le testing représente donc ce lien entre
le patient et la thérapie innovante.
Il est maintenant intéressant de comprendre les enjeux et stratégies de mise sur le marché de
ces thérapies par les laboratoires pharmaceutiques, aidés par l’émergence récente du testing.
64
III- Stratégies de mise sur le marché des thérapies innovantes
1. Contexte stratégique
Nous avons vu précédemment l’apparition récente de thérapies innovantes, notamment dans
le traitement du CBNPC. Ces thérapies sont très souvent associées au testing permettant de
prévoir l’efficacité en fonction du statut mutationnel des patients. Ce testing est en forte
croissance depuis ces dix dernières années et un grand nombre de startups se sont lancées
dans l’aventure.
Cette prise de conscience croissante de l’intérêt de ces biomarqueurs stimule l’ensemble des
stratégies de développement des acteurs industriels. On est loin désormais de l’ancien modèle
de développement des médicaments. Les laboratoires doivent maintenant intégrer pleinement
ces notions nouvelles de médecine personnalisée et de thérapies ciblées. Cette adaptation au
marché peut se faire de deux manières. Soit les laboratoires se développent en externe par
l’acquisition ou la fusion avec d’autres laboratoires spécialisés dans ce domaine. Soit en
interne en créant sa propre structure spécialisée en biomarqueurs.
L’augmentation du développement externe peut être observée en suivant le nombre
d’alliances dans le domaine des biomarqueurs, que ce soit entre sociétés pharmaceutiques,
entre sociétés de biotechnologies ou le plus souvent l’acquisition de société de
biotechnologies par les « Big Pharmas59 ».
Graphique 5 : nombre d’alliances dans le domaine des biomarqueurs en fonction du temps
65
De l’autre côté, on constate également la création de structures internes spécialisées dans les
biomarqueurs au sein des « Big Pharmas ». On pense notamment à Novartis, Merck ou encore
AstraZeneca. Certains laboratoires développent également un réseau de délégués spécialisés
dans le testing afin d’appuyer ce développement rapide. C’est le cas des Laboratoires Roche,
sujet que nous aborderons ultérieurement. Une fois la structure spécialisée créée ou acquise, il
faut pouvoir développer le biomarqueur propre à la thérapie. En effet, si les laboratoires
mettent au point ces biomarqueurs et leur dépistage c’est pour faciliter et la mise sur le
marché de nouveaux médicaments et l’utilisation de ces derniers.
Il existe à ce jour deux stratégies de développement des biomarqueurs, une démarche
prospective et une démarche rétrospective.
La démarche rétrospective consiste à développer et mettre sur le marché un biomarqueur
après la commercialisation de la thérapie associée. Cette démarche fut celle employée lors de
la mise à disposition des premières thérapies ciblées. Par exemple, nous avons vu
précédemment que le testing EGFR fut mis en place à la suite de la mise sur le marché de
l’erlotinib et de gefetinib soit pour optimiser l’efficacité de la thérapie dans le premier cas,
soit pour accéder au marché de la première ligne dans le deuxième cas. Nous verrons en effet
par la suite qu’AstraZeneca, grâce au testing EGFR, a pu redonner vie au gefitinib, retiré du
marché par manque de preuve d’efficacité.
La démarche prospective consiste à développer en parallèle la thérapie et son biomarqueur.
Désormais cette démarche est devenue quasi systématique car elle permet aux laboratoires
d’optimiser les étapes de Recherche et Développement. Malgré l’investissement
supplémentaire requis dans le développement parallèle des biomarqueurs, l’économie réalisée
par les entreprises en réduisant les coûts et durées de développement des thérapies est
considérable. De plus, le fait de développer le test génétique en parallèle de la thérapie permet
de faciliter les accès au marché. Les services spécialisés de Market Access au sein des
laboratoires valorisent cette recherche développée en parallèle sur les biomarqueurs pour
permettre aux produits d’arriver plus rapidement sur le marché. Qui plus est, la négociation du
prix et du remboursement de ces médicaments innovants sont facilités par l’existence de ces
compagnons diagnostics.
66
L’intérêt est double, l’industrie valorise au mieux l’arrivée de sa molécule et génère un retour
sur investissement rapidement mais surtout le patient peut ainsi bénéficier plus rapidement
des dernières avancées pharmaceutiques, en étant certain de l’efficacité du produit.
2. AstraZeneca ou la démarche rétrospective
a. Les laboratoires AstraZeneca
Les laboratoires AstraZeneca sont nés en avril 1999, de la fusion entre Astra AB et Zeneca
Groupe PLC.Astra AB étaient des laboratoires Suédois, spécialisés en gastro, cardio ou
encore pneumologie. De l’autre côté, les laboratoires britanniques Zeneca étaient spécialisés
principalement en oncologie. Le but principal de cette fusion était d’obtenir une synergie pour
soutenir une croissance à long terme60. Deux axes principaux servent cet objectif commun :
-
Internationalisation des activités : ressources commerciales et marketing combinées au
niveau mondial et couverture étendue des principaux domaines thérapeutiques
Une plateforme de Recherche et Développement plus performante axée sur
l’innovation : investissements importants avec spécialisation sur les domaines et
technologies ciblées
Désormais AstraZeneca fait partie des plus grands laboratoires internationaux. Avec 24,15
milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2011, l’entreprise se positionne à la 9ème place dans le
classement des plus gros laboratoires61. Le chiffre d’affaire permet très souvent de classer les
laboratoires entre eux, il correspond à la somme des ventes de marchandises, de produits
fabriqués, des prestations de services et des produits des activités annexes, hors taxe, sur une
année entière. Deux autres données sont à prendre en compte si l’on veut étudier les résultats
de ces laboratoires pharmaceutiques : la capitalisation boursière et le résultat net.
La capitalisation boursière est la valeur, au prix du marché, de l'ensemble des titres boursiers
représentatifs d'une entreprise. Elle est égale au nombre de titres en circulation multiplié par
le cours de l'action62. Cette valeur est clé pour les plus gros laboratoires car très souvent côtés
en bourse. Si l’on s’intéresse à la capitalisation boursière fin mai 2012, AZ se positionne à la
13ème place avec 41,55 milliards d’euros63.
67
Le résultat net quant à lui correspond, au sens comptable, à la différence entre les produits et
les charges de l'exercice ou pour faire simple, à la différence entre ce que gagne l’entreprise et
ce qu’elle dépense. Avec 7,18 milliards d’euros de résultat net en 2011, AstraZenecaest à la
3ème place.
Ces trois résultats combinés montrent bien qu’AZ est actuellement l’un des laboratoires
pharmaceutiques majeurs, un acteur clé dans le développement de l’industrie pharmaceutique.
AstraZeneca est désormais présent dans plus de 100 pays à travers le monde avec une
présence importante dans les pays du BRIC, représentant les cinq grandes puissances
émergentes que sont le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine mais également l’Afrique du Sud. A
travers le monde, AstraZeneca emploie environ 57 200 personnes et dispose de 14 centres de
Recherche et Développement présents dans huit pays (dont la Suède, les Etats-Unis et le
Royaume-Uni).
b. Stratégiesactuelles de développement
Comme nous l’avons vu précédemment, les industries pharmaceutiques ont récemment dû
s’adapter à un nouvel environnement, en évolution rapide, avec des produits innovants. Une
des méthodes employées est le développement externe par acquisition ou partenariat avec
d’autres entreprises.
AstraZeneca, pour renforcer leurs compétences internes et « faire reculer les frontières de
l’innovation », en d’autres termes s’adapter et évoluer dans le sens des thérapies innovantes,
se sont engagés dans des stratégies de collaborations externes avec d’autres sociétés, qu’elles
soient du secteur public ou privé.
En France par exemple, AstraZeneca a multiplié les partenariats avec le secteur public,
notamment avec la Fondation FondaMental créée par le Ministère de la recherche en 2007,
avec le CHU de Toulouse (concernant la maladie d’Alzheimer) ou encore avec l’Inserm en
recherche fondamentale dans le domaine de l’oncologie.
Pour faire face à l’émergence rapide des biotechnologies, AstraZeneca fit l’acquisition en
2007 de la société américaine MedImmune, spécialisée dans les biotechnologies pour 11,2
milliards d’euros. AstraZeneca fit alors leur plus grosse opération de croissance externe.
De la même manière, le groupe devrait faire l’acquisition du laboratoire Ardea Biosciences
dans le courant de l’année 2012 pour renforcer son activité dans le domaine des
68
biotechnologies64. Ardea Biosciences est une société américaine qui développe des produits
en oncologie, notamment des MEK inhibiteurs, thérapies ciblées sur la voie de signalisation
MEK.
Au-delà de ces acquisitions, l’une des stratégies d’AstraZeneca fut de faire des dons pour
œuvrer dans le développement d’activités qui pourraient servir sa stratégie. En 2009, le
laboratoire fit un don d’un millions d’euros à l’INCa pour faciliter la mise en place des
plateformes de testing et développer ainsi l’émergence des tests EGFR. En effet, dans
l’histoire du produit Iressa®, que nous détaillerons dans la sous-partie suivante, il est aisé de
comprendre tout l’intérêt du développement du testing EGFR pour le laboratoire, dans le sens
ou le gefitinib ne peut être prescrit uniquement en présence de mutations activatrices de
l’EGFR.
c. Plan de développement du gefitinib Iressa®
Pour comprendre tout l’intérêt du testing dans la mise sur le marché des thérapies innovantes,
il est intéressant d’analyser l’histoire d’un produit phare en oncologie des laboratoires
AstraZeneca, le gefitinib (Iressa®), inhibiteur de récepteur EGFR dans le traitement du
CBNPC. Ce développement permet également de comprendre la démarche rétrospective dans
l’émergence des biomarqueurs, du fait de la multitude de rebondissements qui peuple
l’histoire de l’Iressa®.
En 1994, les laboratoires Zeneca ont découvert une nouvelle classe de petites molécules
inhibitrices de la tyrosine kinase EGFR avec comme chef de file, le ZD 1839, nom de code du
gefitinib. Du point de vue chimique, c’est un dérivé quinazoline absorbable par voie orale ce
qui lui confère la possibilité d’une administration per os.
69
Une fois la molécule mise au point et les essais précliniques sur animaux réalisés, les essais
cliniques purent commencer. L’étude clinique de phase I avait pour objectif entre autres
d’étudier la tolérance et la pharmacocinétique chez l’Homme sain. Dans le cadre des essais
cliniques pour les traitements anticancéreux, on teste les molécules non pas chez l’individu
sain mais chez l’individu malade, en impasse thérapeutique.
Après la validation de cette étude clinique de phase I, on mit en place en 2003 l’étude IDEAL
de phase II. Cette étude avait pour but de valider l’efficacité et la tolérance (Objectif primaire)
de la molécule sur un petit groupe de patients. Deux doses furent testées : 250mg et 500mg
par jour et par voie orale pour des patients atteints de CBNPC au stade 2, 3 ou 4, en
comparaison avec la chimiothérapie déjà existante (sels de platine et docetaxel). On chercha à
déterminer ainsi le meilleur rapport efficacité sur tolérance entre ces deux doses. Les objectifs
secondaires de l’étude IDEAL étaient la PFS (Survie Sans Progression), l’amélioration des
symptômes, le contrôle de la malade et la survie globale.
Les résultats amenèrent à choisir la dose de 250mg comme dose optimale. En effet, on
observe une efficacité similaire entre les deux doses mais avec un profil de tolérance plus
favorable avec 250mg par jour65.
Source : Fukuoka M and al - Multi-institutional randomized phase II trial of gefitinib for previously
treated patients with advanced non-small-cell lung cancer.
70
On observe bien une efficacité similaire entre 250mg et 500mg (avec respectivement 18.4%
de response rate pour le premier dosage et 19.0% pour le second).
Au-delà du choix de cette dose optimal, l’étude IDEAL montra une efficacité significative de
l’Iressa® chez les patients atteints d’un CBNPC. Devant ces résultats, AstraZeneca fit une
demande de « Subpart H approval » à la FDA en septembre 2002. Le Subpart H approval est
une procédure accélérée de mise sur le marché de nouveaux médicaments que l’on pourrait
comparer avec l’Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU) en France.
La FDA (équivalant aux Etats-Unis de l’ANSM en France) donna donc cette autorisation pour
l’utilisation de l’Iressa® en mai 2003 en monothérapie chez les patients en impasse
thérapeutique66.
Après cette réussite pour la phase II des études cliniques concernant Iressa®, AZ mis au point
l’étude de phase III INTACT visant à obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché.
INTACT avait pour objectif primaire d’étudier la Survie Globale dans trois bras :
-
Iressa® 250mg + chimiothérapie
Iressa® 500mg + chimiothérapie
Placebo + chimiothérapie
Dans une étude de phase III on cherche à démontrer l’efficacité d’une molécule sur un grand
nombre de patients.
Deux sous-études furent lancées : INTACT 1 avec pour standard de chimiothérapie
Cisplatine+Gemcitabine et INTACT 2 avec Paclitaxel+Carboplatine. On tenta donc de
démontrer l’intérêt de l’Iressa® associé à la chimiothérapie en première ligne de traitement du
CBNPC avancé ou métastatique.
71
Graphique 6 : étude INTACT2
Source : Gefitinib in combination with paclitaxel and carboplatin in advanced non-small-cell lung
cancer : a phase III trial-INTACT 2. J Clin Oncol 2004 ; 22 : 785-94.
A la vue des résultats de l’étude INTACT, le gefitinib Iressa® en association à la
chimiothérapie n’a pas démontré d’efficacité par rapport à la chimiothérapie seule67. La
publication de ces résultats marqua un coup d’arrêt au développement du gefitinib et un
blocage de la procédure de mise sur le marché de la molécule.
AstraZenecalança malgré tout une autre étude de phase III, nommée ISEL. Cette étude
randomisée versus placebo avait pour objectif de démontrer l’efficacité de l’Iressa® en
deuxième ou troisième ligne du traitement du CBNPC. Un total de 1692 patients a été
randomisé pour cette étude clinique, provenant de 28 pays. Le critère principal de cette étude
était la Survie Globale.
72
Il n’y a pas eu de différence significative d’efficacité démontré dans cet essai ISEL de
l’Iressa® versus placebo (suportive care) 68.
Graphique 7 : étude ISEL
Source : Thatcher N, Chang A, Parikh, et al. Gefitinib plus best supportive care in previously treated
patients with refractory advanced non-small-cell lung cancer: results from a randomized, placebocontrolled, multicenter study (Iressa Survival Evaluation in Lung Cancer). Lancet 2005 ; 366 : 1527-37
Les résultats à nouveau négatifs de cette deuxième étude de phase III obligèrent
AstraZenecaZ à ne pas déposer de demande d’AMM en Europe. Concernant l’état de l’Iressa®
aux Etats-Unis, le médicament fut également retiré du marché en 2005, sauf pour les patients
ayant commencé un traitement par gefitinib lors de ces tests et étant répondeurs.
Néanmoins, en analysant les résultats de ces deux études de phase III INTACT et ISEL, on
découvrit une activité importante au sein de sous-groupe de population. Il est en effet
important de rappeler qu’à cette époque, nous n’avions que peu d’éléments à propos de
l’EGFR et de ses mutations, et il s’agissait des premières thérapies ciblant cette voie de
73
transduction du signal intracellulaire. L’analyse rétrospective des sous-groupes de populations
asiatiques permis la mise sur le marché de l’Iressa® au Japon.
C’est ici qu’il est possible de comprendre la démarche rétrospective stratégique
d’AstraZeneca. En effet, en remarquant que le gefitinib était efficace sur les populations
asiatiques, le laboratoire orienta ses études suivantes sur cette population.
En respectant à nouveau une stratégie de développement externe et pour sauver son produit
Iressa®, AstraZeneca s’associa en 2005 avec une société spécialisé dans l’émergence des
biomarqueurs tumoraux : ViroLogic. On découvrit alors que l’activité intense du gefitinib
corrélait avec la présence de mutations activatrices de l’EGFR.
Pour AstraZeneca, la stratégie fut simple, il suffisait de développer rapidement un moyen de
dépister ces mutations EGFR et en parallèle obtenir l’AMM pour cette population précise.
Une manière de rentrer directement dans cette nouvelle médecine personnalisée.
AstraZeneca mis alors en place une troisième étude de phase III, IPASS, étude randomisée
comparant le gefitinib versus carboplatine+paclitaxel chez des patients susceptibles d’être
EGFR mutés, c’est-à-dire surtout des femmes, non fumeuses, d’origine asiatique avec une
histologie tumorale adénocarcinome. Le critère primaire de l’étude était la Survie Sans
Progression. On explora en parallèle et ce grâce à ViroLogic le statut mutationnel EGFR.
Une fois les résultats obtenus, on découvrit une efficacité de l’Iressa® chez cette population
présélectionnée et une efficacité significative nette dans la population EGFR muté69. Le
graphique ci-dessous présente les résultats au sein de la population présélectionnée.
Graphique 8 : étude IPASS
74
Le graphique ci-dessous présente les résultats de l’étude IPASS dans la sous-population de
patients EGFR mutés.
Graphique 9 : étude IPASS EGFR mutés
La publication de ces résultats permis l’obtention de l’AMM en Europe, octroyée par l’EMA
en 2009. L’indication de l’Iressa® est donc la prise en charge du CBNPC avancé ou
métastatique dès la première ligne de traitement chez des patients présentant des mutations
activatrices de l’EGFR. Iressa® fut lancé en France au début de l’année 2010.
Aux Etats-Unis où le statut mutationnel, nous l’avons vu précédemment, n’est pas encore
totalement pris en compte dans les schémas thérapeutiques, l’Iressa® n’a toujours pas d’AMM
et ne peut donc être commercialisé outre atlantique.
75
Le schéma ci-dessous résume l’ensemble du plan de développement du gefinib Iressa.
2009 : AMM EU
1
ère
ligne EGFR muté
Partenariat
ViroLogic
2004 : ISEL
Phase III
2002 : INTACT
Phase III
2008 : IPASS
Phase III
ABANDON EU
AMM JAPON
RETRAIT US
2000 : IDEAL
Phase I-II
ATU US
1994 :
découverte
du gefinib
Schéma 8 : plan de développement de l’Iressa
®
76
Pour résumer, la mise sur le marché d’Iressa®a connu de nombreux rebondissements.
Néanmoins, AstraZeneca trouva la stratégie nécessaire pour mettre malgré tout sur le marché
le gefitinib en adaptant ces études au profil mutationnel des patients. Il s’agit ici
exclusivement de médecine personnalisée où l’on traite le patient en fonction de ses
biomarqueurs. Ceci explique également pourquoi AstraZenecaà beaucoup investit dans la
mise en place des plateformes de génétique de l’INCa (un million d’euros donné en 2009)
pour accélérer ce testing et augmenter le pool de patients.
En effet, plus on teste de patients et plus le nombre de patients dépistés EGFR mutés est
important. Car s’il existe environ 10% de la population atteinte d’un CBNPC avec des
mutations activatrices de l’EGFR, il est primordial de les mettre en évidence pour que ces
patients puissent recevoir de l’Iressa. Il s’agit ici d’un système gagnant-gagnant pour
l’ensemble des parties prenantes du système de santé. Le patient reçoit la thérapie idéale pour
son traitement, le laboratoire assoie le positionnement et la part de marché de son produit, les
instances de santé font des économies lorsque le bon traitement est donné au bon patient.
Cette histoire permet donc de comprendre les différents rouages qui ont permis à ce
laboratoire de mettre sur le marché sa thérapie innovante, avec l’aide du testing, sans qui il
aurait été impossible d’accéder au marché de la prise en charge du CBNPC.
Le fait que le gefitinib soit l’un des premiers TKI joue également dans le déroulement de ce
plan de développement. En effet, nous avons désormais clairement conscience des enjeux de
l’inhibition de l’EGFR qu’il y ait présence de mutation ou non. Le développement des futurs
TKI prendra obligatoirement en compte dans les études cliniques le profil mutationnel des
patients puisque son rôle dans l’activité de ces thérapies ciblées est avéré.
ASTRAZENECA, dans l’émergence des premiers TKI, avec la succession des résultats
différents du gefitinib au cours des trois études de phase III, a mis en place une stratégie de
sélection des patients, démarche rétrospective du développement des biomarqueurs
apparentés. Si l’Iressa® a connu une histoire pleine de rebondissements, le Tarceva®, autre
TKI mis sur le marché, n’a pas emprunté les mêmes chemins.
En effet, l’histoire des laboratoires ROCHE et de l’erlotinib(Tarceva®) est différente de par la
stratégie hybride mise en œuvre par l’entreprise suisse.
77
3. Roche, une société hybride
a. Les laboratoiresRoche
Si AstraZeneca est né il y a moins de 15 ans, l’histoire des laboratoires Roche commence il y
a plus d’un siècle, en 1896. La société fut fondée en suisse par Fritz Hoffmann-La Roche qui
compris très rapidement le concept d’internationalisation et développa des filiales à l’étranger.
Les premières filiales virent donc le jour durant l’année 1897 en Allemagne et en Italie, en
France (1903) et aux Etats-Unis (1905), puis en Grande-Bretagne (1908), en Russie (1910) et
même au Japon (1912).
Le groupe est reconnu pour ses grandes avancées dans le domaine de la santé avec la
production de la vitamine C dès 1933, du valium® en 1963 et de MabThera® en 1997, premier
anticorps monoclonal anticancéreux mis sur le marché.
Le laboratoire a toujours su orienter sa recherche dans les domaines de demain et investit
beaucoup dans l’innovation. S’il y a 50 ans, Roche était pionnier dans l’émergence des
premières benzodiazépines, le laboratoire est désormais orienté en cancérologie et dans la
médecine personnalisée. Aujourd’hui, Roche est même leader dans le domaine de l’oncologie
et de la transplantation70.
Le siège de l’entreprise se situe à Bâle en Suisse, Roche emploie plus de 80 000 personnes à
travers le monde et investit chaque année 19% de son chiffre d’affaire dans la Recherche et
Développement. Ce pourcentage fait de Roche l’industrie pharmaceutique investissant le plus
en recherche.
Cette stratégie de recherche intensive permet au laboratoire d’avoir l’un des pipelines de
produits à venir le plus complet. Actuellement, 13 Nouvelles Entités Moléculaires (NEM)
sont en phase avancée de développement. Dans la globalité de son portefeuille de produits,
Roche détient 79 NEM. Depuis 2011, 15 nouvelles demandes d’homologation sont prévues et
ce jusqu’à 201671.
78
Demandes d'homologation prévues pour les nouvelles entités moléculaires
Schéma 9 :demandes d’homologations prévues pour les NEM
Source : http://www.roche.fr/portal/roche-fr/porte-feuille_de_recherche
Parmi les produits les plus attendus, on peut noter le vismodegib (Erivedge®), nouvelle classe
thérapeutique développée dans le traitement du carcinome basocellulaire avancéou encore
TDM-1 (Kadcyla®), premier anticorps monoclonal associé à une chimiothérapie, utilisé dans
le traitement du cancer du sein.
En termes de résultats et de classement, les laboratoires Roche se présentent comme l’un
laboratoire leader de notre époque. En analysant le chiffre d’affaire, à la fin de l’année 2011,
il s’élève à 34,5 milliards d’euros72 et positionne Roche à la 4ème place derrière Pfizer,
Johnson&Johnson et Novartis. Ce chiffre d’affaire peut être divisé en deux, l’activité
pharmaceutique à proprement parlé présente 26,6 milliards d’euros de chiffre d’affaire et
l’activité diagnostic 7,9 milliards d’euros.
Concernant la capitalisation boursière courant mai 2012, Roche se positionne également à la
4ème place avec 110,40 milliards d’euros.
Enfin, si l’on s’intéresse au résultat net, les laboratoires Roche se retrouvent à la première
place avec 7,59 milliards d’euros. L’ensemble de ces trois résultats permet de trancher sur la
position clé de ces laboratoires dans l’industrie pharmaceutique moderne. Son positionnement
réfléchi dans la médecine personnalisé et les thérapies ciblées lui confère une place de choix
et ce pour bon nombre d’années encore.
79
b. Stratégies actuelles de développement
On peut détailler la stratégie des laboratoires Roche en deux parties, comme nous l’avons vu
précédemment, avec la présentation du développement externe de l’entreprise puis interne.
Du point de vue externe, l’entreprise s’est tout au long de son histoire développée en faisant
l’acquisition d’autres entreprises. Dès la fin des années 50, le laboratoire a débuté son
développement externe en faisant l’acquisition des laboratoires Sauter à Génève. Puis en
1994, le groupe pharmaceutique américain SyntexCorporation en Californie fut racheté et
devint Roche Bioscience.
La plus grosse acquisition réalisée par le laboratoire suisse, et l’une des plus grosses réalisées
dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, fut le rachat dans son intégralité du
laboratoire américain de biotechnologies Genentech pour 47 milliards de dollars, durant
l’année 2011. Genentech est considéré comme étant la toute première société de
biotechnologies, fondée en 1976 et à l’origine entre autre de la première insuline humaine.
Même si Roche était l’actionnaire majoritaire de la société depuis 1990, cette acquisition
permis au laboratoire de mettre la main sur Avastin®, anticorps monoclonal anti-angiogénique
indiqué dans de multiples cancers dont le CBNPC mais également le cancer du sein, de
l’ovaire, du colon et bientôt du glioblastome.
En engloutissant intégralement Genentech, Roche put assoir complétement sa position de
leader dans les thérapies innovantes avec la production successive de plusieurs anticorps
monoclonaux (Mabthera®, Herceptin®, Avastin®, Metmab®) mais également deux thérapies
ciblées (Zelboraf® et Tarceva®). Roche continue son développement en rachetant d’autres
entreprises de biotechnologies, notamment avec l’acquisition d’AnadysPharmaceuticals en
2011, détenteur d’un traitement innovant dans l’hépatite C73. Grâce à ces différentes
acquisitions, le laboratoire suisse peut augmenter son portefeuille de produits mais également
développer de nouvelles aires thérapeutiques et ne plus se contenter uniquement de
l’oncologie.
Certaines associations permettent également à Roche de commercialiser des produits dans des
pays où la présence du laboratoire est faible. En étant actionnaire majoritaire des laboratoires
japonais Chugaï, Roche a ainsi pu pénétrer le marché japonais.
80
Au-delà de ce développement externe, les laboratoires Roche sont également connus pour leur
modèle hybride bien particulier.
En effet, depuis 2004, le laboratoire a divisé en deux ses activités en créant
RochePharmaceutical (branche commercialisant les médicaments) et RocheDiagnostics
(commercialisant les outils de diagnostic). Cette stratégie hybride permet au laboratoire, à
l’aube des thérapies innovantes et de l’importance croissante du testing, de produire en même
temps le médicament et son compagnon diagnostic.
A l’heure où les laboratoires concurrents doivent s’associer à des sociétés spécialisées dans le
diagnostic, Roche développe son activité en interne.
L’année 2007 fut une année clé pour le développement de RocheDiagnostics. En effet, le
laboratoire a renforcé son activité diagnostic par le biais d’acquisitions stratégiques. On pense
notamment à l’acquisition de 454 LifeSciences (société spécialisée dans le séquençage
nouvelle génération), de BioverisCorporation (orientée dans l’éléctrochimioluminescence), de
Nimblegen Systems (puces à ADN) ou encore de VentanaMedicalSystems (spécialiste de
l’immuno diagnostic).
Plus récemment l’acquisition en 2009 d’Innovatis, société allemande proposant des solutions
automatisées destinées à l’analyse cellulaire permis à Roche de renforcer sa position de
fournisseur de solutions globales pour l’analyse cellulaire74.
Pour poursuivre dans cette démarche, Roche a signé un accord de distribution exclusif
concernant les tests de détection des mutations KRAS et EGFR avec la société DxS.
Ainsi, les deux branches du groupe Roche travaille main dans la main dès le début pour
développer en parallèle médicament et compagnon diagnostic. Ce fut notamment le cas lors
du développement de l’Herceptin® avec en parallèle l’Herceptest® pour dépister la
surexpression des récepteurs HER2 dans la prise en charge du cancer du sein.
Depuis ces dix dernières années, Roche recherche désormais de manière prospective mais
également rétrospective les biomarqueurs impliqués dans les pathologies. En effet, ce concept
de médecine personnalisée étant très récent, le laboratoire identifie les patients qui ont eu un
bénéfice clinique supérieur (du fait d’un profil génétique particulier) au reste de la population,
pour les molécules qui sont déjà sur le marché. Nous le verrons notamment dans le plan de
développement de l’erlotinib (Tarceva®). Concernant les molécules en cours de
développement (phase I et II), le développement du compagnon diagnostic est désormais
réalisé en parallèle.
81
Ce business modèle hybride est unique en son genre dans l’industrie pharmaceutique, les
laboratoires Roche ont clairement su adapter leur stratégie et anticiper les concepts récents de
thérapies ciblées et de médecine personnalisée.
Le schéma ci-dessous résume ce modèle hybride :
ROCHE PHARMACEUTICAL
ROCHE DIAGNOSTICS
PATHOLOGIE
PROBLEME DIAGNOSTIQUE
R&D
R&D
Découverte
Découverte
Molécule
Biomarqueur
Phase
Validation
Préclinique
Echanges réguliers de
Analytique
données, d’échantillons,
d’informations
Phase
Validation
Clinique
Clinique
Production
Commercialisation
Distribution
Ventes/Marketing
Schéma 10 : Roche, une entreprise hybride
82
Ainsi, lors du développement, ces deux divisions travaillent et progressent ensemble pour
mettre sur le marché la thérapie et son compagnon diagnostic. Il existe un échange constant
entre ces deux branches. Par exemple, lors des essais cliniques, les échantillons et
prélèvements effectués sur les patients sont transmis à la division diagnostic afin d’analyser
les éventuelles anomalies génétiques et mettre en évidence un biomarqueur clé de la
pathologie. Une fois le biomarqueur trouvé, il faut encore mettre en place le moyen de
dépistage rapide de l’anomalie. Ces découvertes simultanées permettent également d’orienter
les futurs essais cliniques vers les populations de patients les plus réceptives et ainsi de
personnaliser au mieux les traitements.
La stratégie de Roche est donc particulière car au-delà des acquisitions successives
réaliséespour d’accroitre son activité, le groupe a développé sa propre structure afin d’être
réactif et d’accompagner au mieux la mise sur le marché de ces nouvelles thérapies.
Il est également intéressant d’analyser l’histoire du développement du TKI de Roche,
l’erlotinib(Tarceva®). Alors que le gefitinib (Iressa®) avait connu plusieurs retournements de
situation dans la conduite de ces essais cliniques, l’erlotinib a eu un processus de
développement différent.
c. Plan de développement de l’erlotinib
L’erlotinib à quant à lui connu un développement plutôt classique. En effet, les anticancéreux,
lorsqu’ils sont mis au point sont utilisés en dernier recours, chez des patients en impasse
thérapeutique. Les études cliniques suivantes sont basées sur la ligne de traitement supérieure
(2ème et 3ème ligne), puis en première ligne de traitement.
Il est également possible d’élargir les indications vers d’autres types de cancers lorsque le
mécanisme anti-tumoral de la molécule le permet. Le développement de l’erlotinib, par les
laboratoires Genentech à l’origine, fut réalisé quasiment en simultanée pendant le
développement du gefitinib.
L’erlotinib appartient tout comme le gefitinib à la classe des anilinoquinazolines et est un
TKI. Il inhibe le récepteur à l’EGF et bloque ainsi la transduction du signal des cellules
cancéreuses. La prise se fait également par voie orale à raison d’un comprimé de Tarceva®
150mg par jour.
83
Les différents essais de phase I et II concernant l’erlotinib ont permis du conclure à l’absence
de toxicité rédhibitoire à des doses conventionnelles. On peut alors lancer les phases III
d’études cliniques, pour tester l’intérêt de l’association de Tarceva® à la chimiothérapie
conventionnelle75.
Le premier essai TRIBUTE (1059 patients inclus) comparait l’association erlotinib à un
doublet Carboplatine+Paclitaxel (6 cycles) à l’association seule en première ligne de
traitement suivi par une maintenance à l’erlotinib versus placebo. Les résultats de l’étude
n’ont pas permis de démontrer une différence significative par rapport à la chimiothérapie
seule76.
Graphique 10 : étude TRIBUTE
Source : Herbst RS and al - TRIBUTE: a phase III trial of erlotinib hydrochloride (OSI-774) combined with
carboplatin and paclitaxel chemotherapy in advanced non-small-cell lung cancer - J Clin Oncol.2005 Sep
1;23(25):5892-9. Epub 2005 Jul 25.
84
Néanmoins, une analyse en sous-groupes permis de détecter une efficacité chez les patients
non-fumeurs, qui nous le savons ont une probabilité supérieure d’avoir un profil EGFR muté,
mais à l’époque, les profils mutationnels EGFR n’étaient pas encore connus totalement.
Le deuxième essai TALENT (1172 patients inclus) respectait le même design que TRIBUTE
mais avec une chimiothérapie différente : un doublet Cisplatine+Gemcitabine (6 cycles). De
la même manière, l’étude n’a pas permis de démontrer une différence significative que ce soit
en terme de Survie Globale ou encore de Survie Sans Progression77.
Graphique 11 : étude TALENT
Source : Gatzmeier et al – TALENT - JCO 2007
Après échec de ces deux études de phase III en première ligne de prise en charge du CBNPC,
Genentech mirent au point un essai de phase III, BR21, comparant l’erlotinib 150mg en
monothérapie versus placebo en 2ème ou 3ème ligne, après échec d’au moins une ligne de
chimiothérapie.
85
Les résultats de l’étude BR21 démontrèrent une différence significative du Tarceva® versus
placebo en termes de Survie Globale (médiane à 6,7 mois versus 4,7 mois) mais aussi de
Survie Sans Progression78.
Graphique 12 : Etude BR21
Source : Shepherd A et al. Erlotinib in previously treated non small cell lung cancer. N Engl J Med
2005;353:123-32
Cette étude pivot permis à Tarceva® l’obtention de son AMM en novembre 2004 octroyée par
la FDA, avec pour indication la prise en charge du CBNPC avancé ou métastatique après
échec d’au moins une ligne de chimiothérapie. L’AMM européenne suivant en septembre
2005 pour la même indication.
Le Tarceva® peut alors être utilisé pleinement dans la prise en charge du CBNPC,
contrairement à l’Iressa® qui à la même époque venait de subir un retrait aux Etats-Unis et
avait abandonné la procédure de mise sur le marché en Europe. Le développement de ces
deux TKI ne se passait donc pas réellement de la même manière. Si AstraZeneca avait
beaucoup investi dans de multiples essais, ce fut un coup dur pour ce laboratoire lorsque
Tarceva® reçu son indication en 2ème ligne.
Pendant qu’AZ réorientait sa stratégie de mise sur le marché vers la population de patients
EGFR muté, les laboratoires Roche continuèrent de développer leur TKI Tarceva® chez tous
les patients, quel que soit leur statut mutationnel. S’il est avéré que les TKI ont une activité
86
supérieure chez le patient EGFR muté, l’étude BR21 démontra que l’erlotinib était également
efficace pour les patients EGFR WT (Wild Type, sans mutation).
L’étape suivante fut l’obtention d’une AMM dans la maintenance du CBNPC. Le concept de
maintenance est assez récent dans la prise en charge des cancers. Pour résumer, il existe deux
types de maintenance, la maintenance Continue et la switch maintenance.
Concernant la maintenance continue, il s’agit de prolonger le traitement de première ligne
jusqu’à progression, même après les 6 cycles conventionnels de chimiothérapie. C’est le cas
pour l’Alimta® pemetrexed ou encore pour l’Avastin® bevacizumab.
A propos de la « switch maintenance », il s’agit, après les 6 cycles de chimiothérapie, de
changer directement de molécule jusqu’à progression.
Enfin, la démarche initiale était de faire une fenêtre thérapeutique avant d’enchainer sur une
deuxième ligne de traitement.
C’est dans ce contexte que fut mis en place l’essai SATURN, comparant Tarceva® versus
placebo en switch maintenance après 4 cycles de chimiothérapie. Les résultats de l’étude
SATURN permirent à Tarceva® une extension d’AMM début 201079 en monothérapie de
maintenance pour les patients atteints de CBNPC après une première ligne de chimiothérapie
à base de sels de platine80.
Graphique 13 : etude SATURN
Source : Cappuzzo F, Ciuleanu T, Stelmakh L et al.: Erlotinib as maintenance treatment in advanced non-smallcell lung cancer: amulticentre, randomised, placebo-controlled Phase III study. Lancet Oncol. 11(6), 521–529
(2010).
Après cette extension d’AMM, l’erlotinib des laboratoires Roche prouvait une fois de plus
son efficacité dans le traitement du CBNPC. En parallèle le gefitinib obtint son AMM en
première ligne la même année.
87
Une autre étude de phase III était lancée pour Tarceva® afin de lui ouvrir les portes de la
première ligne en monothérapie mais en prenant en compte cette fois-ci, grâce à l’avancée du
testing, le statut mutationnel des patients.
L’étude EURTAC compare donc l’erlotinib en monothérapie versus des standards de
chimiothérapie, en première ligne chez le patient EGFR muté. L’étude démontra une
supériorité significative de l’erlotinib par rapport à la chimiothérapie dans cette population
particulière81. Le Tarceva®entra en plein dans l’ère de la médecine personnalisée.
Graphique 14 : étude EURTAC
Source : Rosell R et al. Erlotinib versus standard chemotherapy as first-line treatment for European patients
with advanced EGFR mutation-positive non-small-cell lung cancer (EURTAC): a multicentre, open-label,
randomised phase 3 trial - Lancet 2012;13:239-46
En termes de Survie Sans Progression, le Tarceva® permet d’atteindre une médiane de 9,7
mois versus 5,2 mois pour la chimiothérapie, soit plus de 4 mois d’écart. Grâce à cette étude
pivot, Roche obtient, tout comme AstraZeneca, une AMM en août 2011 pour la prise en
88
charge en première ligne de traitement du CBNPC chez les patients présentant des mutations
activatrices de l’EGFR.
Le schéma ci-dessous résume l’ensemble du plan de développement de l’erlotinib Tarceva® :
2011 : AMM
1ère ligne EGFR muté
2010 :
SATURN
Phase III
2004 : BR21
Phase III
2003 :
TALENT
Phase III
2002 :
TRIBUTE
Phase III
2011 :
EURTAC
Phase III
2010 : AMM
Maintenance
2005 : AMM EU
2ème ligne
2004 : AMM US
2ème ligne
Schéma 11 : plan de développement du Tarceva
®
89
4. Discussion et réponse à la problématique
Pour répondre à la problématique posée concernant l’intérêt du testing dans l’émergence des
médicaments innovants, le cas des TKI dans la prise en charge du CBNPC est un exemple
pertinent. En effet, à ce jour, seul deux TKI sont indiqués dans le traitement du cancer
bronchique : le gefitinib et l’erlotinib. Les plans de développement mis en œuvre
respectivement par AstraZeneca et Roche diffèrent l’un de l’autre.
Iressa®n’aurait pu être mis sur le marché sans testing. En effet, sur la population tout venante,
sans prendre en compte les statuts mutationnels, le gefitinib n’aura pas pu démontrer une
efficacité suffisante. Néanmoins, après mise au point des compagnons diagnostic afin de
dépister les mutations activatrices EGFR, l’efficacité de l’Iressa® sur la population EGFR
muté fut clairement mise en évidence. AstraZeneca obtint l’AMM grâce au testing EGFR.
Dans ce cas précis, l’intérêt du testing dans l’émergence des médicaments innovants est clé,
sans testing pas d’AMM, sans testing pas d’administration possible aux patients.
Nous avons bien compris l’ensemble des enjeux de santé publique autours de ce dépistage du
fait du prix des thérapies ciblées mais également de la possibilité de traiter les patients avec
des molécules pertinentes. L’Iressa® est un bel exemple de médecine personnalisée, la
molécule étant efficace que sur une certaine population, déterminée grâce aux compagnons
diagnostics.
D’un autre côté, Tarceva® a connu un développement plus classique. Son AMM en 2ème ligne
de traitement concerne l’ensemble des patients, qu’ils soient EGFR muté ou non. Néanmoins,
pour atteindre la 1ère ligne et démontrer une efficacité par rapport aux traitements
conventionnels, il aura finalement fallu prendre en compte ces statuts mutationnels de
l’EGFR. Pour cette molécule, le testing ne fut pas un élément clé pour sa mise sur le marché.
L’explication de cette différence d’efficacité est assez simple. Tous les patients présentent à la
surface de leurs cellules cancéreuses des EGFR impliqués dans le processus tumoral. Les TKI
peuvent donc agir sur l’ensemble des patients. Le statut mutationnel joue sur l’affinité du
récepteur par rapport aux inhibiteurs82. En effet, et sans trop entrer dans les détails, un
récepteur EGFR muté aura une conformation qui permettra aux TKI d’agir plus fortement (au
niveau de leur cible, la poche à ATP du récepteur). Une quantité plus faible de TKI est donc
nécessaire pour inhiber l’EGFR lorsqu’il est muté. Et c’est là que se joue la différence
90
d’activité entre le gefitinib et l’erlotinib. Ce dernier serait suffisamment dosé pour inhiber
l’EGFR, qu’il soit muté ou non. Pour que le gefitinib inhibe un EGFR sauvage, il faudrait
augmenter la dose administrée, mais on augmenterait ainsi sa toxicité.
Au-delà de ces considérations mécanistiques, il est évident que la mise en évidence du statut
mutationnel EGFR est primordiale pour adapter le traitement aux patients. Si l’erlotinib n’a
pas eu besoin à l’origine de ce testing, désormais, il s’agit d’un élément indispensable dans la
mise sur le marché des thérapies innovantes.
Les enjeux éthiques vis-à-vis de la médecine personnalisée mais également les enjeux
financiers poussent les autorités de santé à exiger de plus en plus la détection d’un
biomarqueur pour valider la prescription des thérapies ciblées. C’est une notion que les
laboratoires pharmaceutiques ont bien compris. Et peu importe finalement le moyen d’y
arriver, que ce soit par un développement externe ou interne, les grands de l’industrie
pharmaceutique ont pleinement intégré le testing dans leurs stratégies.
En collaborant avec des sociétés spécialisées dans les biomarqueurs et en permettant à l’INCa
de mettre au point ces plateformes de biologie moléculaire, AstraZeneca a œuvré pour l’accès
aux patients au dépistage génétique.
De l’autre côté, en faisant l’acquisition de société de diagnostic de pointe et en développant en
interne une branche totalement dédié au diagnostic, Roche s’est imposé comme l’acteur clé de
demain dans l’industrie pharmaceutique. Ces laboratoires suisses sont allés plus loin que
l’ensemble de leurs concurrents, ils ne développent plus une thérapie sans mettre au point le
test associé.
Alors quel est le rôle du testing dans l’émergence des médicaments innovants ? Le rôle est
entier et indispensable.
Le testing permet de sélectionner les patients en fonction de leur sensibilité aux traitements et
de les prendre en charge de la meilleure manière qui soit, en maximisant l’efficacité tout en
minimisant les effets indésirables.
Le testing permet de faciliter la mise sur le marché des thérapies innovantes en réduisant les
délais et en optimisant le prix et le remboursement des médicaments avec un service médical
rendu de plus en plus important. En effet, sélectionner les patients permet souvent de montrer
une efficacité jamais démontrée autrement.
91
Le testing joue enfin un rôle clé dans la recherche et le développement de ces médicaments.
Dépister les anomalies génétiques, les biomarqueurs spécifiques de certaines pathologies
permet notamment d’orienter la recherche vers de nouvelles cibles. Les médicaments de
demain, inhibent des biomarqueurs impliqués dans la transduction des cellules cancéreuses,
biomarqueurs qui n’auraient pas été découverts sans l’émergence du testing. Qui plus est, le
fait de tester simultanément les médicaments et leur compagnon diagnostic facilite la mise en
place des essais cliniques en présélectionnant les patients les plus réceptifs.
Car si les enjeux du testing et des thérapies ciblées donnent de belles perspectives d’avenir et
de croissance à l’industrie pharmaceutique, c’est surtout le patient en premier lieu qui en
bénéficie. L’étude clinique de phase III OPTIMAL, dont les derniers résultats viennent d’être
présentés à l’ASCO en juin 2012, en est l’un des témoins. Cette étude comparait l’erlotinib à
la chimiothérapie en première ligne de traitement chez les patients EGFR muté. Les résultats
sont sans appel, en sélectionnant les patients par profil mutationnel, la médiane de Survie
Sans Progression dépasse l’année de traitement avec 13,1 mois83.
S’il est vrai que le cancer bronchique reste le cancer le plus mortel, les progrès de la prise en
charge sont avérés, et ce grâce à la médecine personnalisée, à son testing et ses thérapies
ciblées. Il y a dix ans, il était rare de voir un patient encore en vie après un an de traitement.
Désormais et grâce au testing, les limites du CBNPC sont repoussées au-delà d’une année.
92
CONCLUSION
Au terme de cette analyse, le constat de l’état des lieux du cancer bronchique est simple. Il
s’agit du cancer le plus mortel mais également l’un de ceux dont l’incidence est la plus
grande.
Si la chimiothérapie s’est développée tout au long de la seconde moitié du XXème siècle,
l’arrivée des thérapies ciblées est toute récente. En dix ans, le concept de médecine
personnalisée a révolutionné les pratiques médicales, la prise en charge des patients, les
positions des autorités de santé et autres parties prenantes, les stratégies de l’industrie
pharmaceutique.
La mise en évidence des différents profils génétiques est elle aussi toute récente. On ne traite
plus le patient dans son ensemble, on cible sa pathologie et au-delà, on cible le biomarqueur
responsable de processus tumoral.
Et c’est là toute la révolution des thérapies ciblées et de leurs compagnons diagnostics. On
prédit l’efficacité des molécules, on adapte le patient à chaque individu, on allonge sa durée
de vie, on réduit ses effets indésirables.
Le rôle du testing dans l’émergence des médicaments innovants est clé. On ne conçoit plus
désormais de mettre sur le marché une thérapie ciblée sans le test compagnon qui
l’accompagne.
Si les premiers inhibiteurs de tyrosine kinase dans la prise en charge du CBNPC sont nés et
ont grandi en même temps que le dépistage des mutations de l’EGFR, les prochaines thérapies
connaîtront en effet une histoire différente. Leur mise sur le marché sera conditionnée par
l’étude des profils mutationnels des patients.
C’est le cas notamment pour le crizotinib Xalkori®, nouvelle molécule développée par les
laboratoires Pfizer, qui n’est indiquée dans le CBNPC que si une translocation ALK-EML4 a
été mise en évidence.
93
De nombreuses molécules innovantes devraient ainsi apparaitre dans la prise en charge du
cancer bronchique, ciblant l’EGFR avec l’arrivée des TKI irréversibles (afatinib, dacomtinib,
etc.) mais également d’autres cibles comme ALK (crizotinib) ou encore MET (onartuzumab).
Si le CBNPC n’est toujours pas maitrisé, on repousse petit à petit les limites de ce cancer,
offrant également une meilleure qualité de vie aux patients.
Ces patients reçoivent des thérapeutiques adaptées et personnalisées, les effets indésirables
sont minimisés, la prise orale unique et à domicile joue également beaucoup pour le confort
des patients, le tout pour une efficacité supérieure et une durée de vie prolongée.
Ces nouveaux concepts doivent être appropriés par l’ensemble des professionnels de santé
afin d’optimiser la prescription, la délivrance, l’administration mais également l’éducation
thérapeutique du patient pour que ces thérapies innovantes deviennent bel et bien une
révolution. La révolution par la médecine personnalisée.
94
Bibliographie
1
INSEE, 2011,Evolution de l'espérance de vie à divers âges, INSEE.fr
2
Larousse médical, 2012, www.larousse.fr
3
Alain Huriez, 14 décembre 2010, Etat deslieux desBiomarqueurscomme outils diagnostic
compagnonsde produitsthérapeutiques au GIPSO forum santé de Bordeaux
4
Hochhaus, 2009, Six-year follow-up of patients receiving imatinib for the first-line treatment
of chronic myeloid leukemia.
5
Gaspard-Laurent Bayle, Recherches sur la phtisie pulmonaire, Paris, 1810
6
L.Horn et D.H. Johnson, « Evarts A. Graham and the first pneumonectomy for lung cancer »,
dans Journal of Clinical Oncology, vol. 26, no 19, juillet 2008, p. 3268–3275
7
A.T. Edwards, « Carcinoma of the bronchus », Thorax, vol. 1, no 1, 1946, p. 1–25
8
S.C. Lennox et G. Flavell, D.J. Pollock et al., « Results of resection for oat-cell carcinoma of
the lung », Lancet, Elsevier, vol. 2, novembre 1968, p. 925–927
9
http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/l-histoire-de-la-chimiotherapie-88177
10
http://www.repere-medical.com/article-434.1html-L’histoire des sels de platine
11
http://lesdonnees.e-cancer.fr/les-indicateurs/1-types-cancer/12-cancer-poumon/34-
epidemiologie-du-cancer-du-poumon-en-france-metropolitaine-donnees-essentielles/84epidemiologie-cancer-poumon-donnees-essentielles-france-metropolit.html
12
Francim/Hospices civils de Lyon/INCa/Inserm/InVs 2011- Incidence et mortalité estimées
des cancers (5 principales localisations) en France métropolitaine en 2011
95
13
Francim/Hospices civils de Lyon/INCa/Inserm/InVs 2011 - Incidence estimée des cancers
en France métropolitaine selon le sexe en 2011
14
HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm. Projection d'incidence et de mortalité par cancer en
France en 2011
15
Consommation de tabac : la baisse s’est accentuée depuis 2003 - Danielle Besson, division
Synthèses des biens et services, Insee
16
France Soir – 04 mars 2012 - Tabac : La flambée du prix des cigarettes
17
Senellart H., Naudin F., Bedel A.-L., Bennouna J. Cancer bronchique primitif [dossier
spécial]. Revue du Praticien Médecine Générale, 2009, n° 815 : p. 89-93.
18
http://lesdonnees.e-cancer.fr/les-fiches-de-synthese/1-types-cancer/12-cancer-poumon/31-
epidemiologie-du-cancer-du-poumon-en-france-metropolitaine-analyse-geographique.html
19
Tiré de BLOUIN, Maurice; BERGERON, Caroline. Dictionnaire de la réadaptation, tome 2
: termes d'intervention et d'aides techniques. Québec : Les Publications du Québec, 1997, p.37
20
Données du Centre International de Recherche sur le Cancer - Monographie sur le
tabagisme passif
21
Hill C, Doyon F, Moussanif A. Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à
2006. Institut de veille sanitaire2009. 272 p.
22
AFSSET, Dossier Santé et Environnement. Enjeux et clés de lecture : fiche cancer et
environnement : AFSSET, 2005
23
WCRF/AICR, « Food, nutrition, physical activity, and the prevention of cancer: a global
perspective ». Washington DC: AICR 2007. P.517
24
Biologie moléculaire, 2ème edition, BASSAGLIA V., Editions Maloine 2004
96
25
Biologie cellulaire, MAILLET M., Editions MASSON 2006, p. 20-24
26
Marie-Claude Lebart, Jean Mariani (Neurobiologie des Signaux Intracellulaire, UMR 7101,
CNRS-UPMC) http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/cyclecellBM/index.htm
27
Oncology, an evidence based approach, CHANG A.E., Editions Springer-Verlag 2005,
p. 14-15
28
Oncology, BARRETT A., Editions Oxford University press 2006
29
Hanahan D, Weinberg RA.,Cell.2000 ;100 :57-70
30
TNM Classification des tumeurs malignes, 7ème édition (2009), UICC UNION
INTERNATIONALE CONTRE LE CANCER, Editions CASSINI
31
W.D. Travis et L.B. Travis, S.S. Devesa, « Lung cancer », Cancer, 1995 (1), p. 191–202
32
http://www.e-cancer.fr/cancerinfo/les-cancers/cancers-du-poumon/les-differents-types-de-
tumeurs-bronchiques/cancers-bronchiques-non-a-petites-cellules-cbnpc
33
Résumé des Caractéristiques du Produit Avastin, 2 juin
2010ansm.sante.fr/content/download/.../1/.../lp-100622-Avastin-Rcp.pdf
34
CBNPC de stades précoces (I. II. IIIa) Quelle est la meilleure stratégie thérapeutique ? M.
Riquet et P. Berna – Cours du Golf 2006
35
Référentiel Cancers Bronchiques Version 6,2008, B. Milleron, CancerEst
36
Blay Jyet al., BULL CANCER,2005 ; 92 : p.13-18
37
H. Walleranda, G. Roberta, J.-C. Bernharda, A. Ravaudb, J.-M. Ferrièrea ; Progrès en
Urologie, 2008,Volume 18, Issue 7,Les thérapeutiques ciblées du cancer de vessie localement
avancé et/ou métastatique Pages 407–417
97
38
EMEA. EPAR carcinoma, non-small-cell lung. http://www.ema.europa.eu.
39
Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM).
www.ansm.sante.fr.
40
http://www.cancer-et-denutrition.com/cancer-et-denutrition/42.htm
41
Carey KD, et al.,Cancer Res,2006, 66:81, p.63–71
42
Shigematsu H, Lin L, Takahashi T, et al.J Natl Cancer Inst. 2005;97:339-346
43
Erika Viel, Elsa Curtit, laura Mansi, Stéphane Vignot – Bull Cancer vol.99 – février 2012,
EGFR/HER1 : histoire d’une cible thérapeutique –
44
Satouchi M et al. Predictive factors associated with prolonged survival in patients with
advanced non small cell lung cancer (NSCLC) treated with gefitinib. BR J Cancer2007 ; 96 :
1191-6
45
Mao C. et al.,Lung Cancer., 2010, Volume 69, Issue 3, p. 272–278
46
Synthèse de l’activité des plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers en
2010 – Collection Rapports et synthèse – INCa
47
Choi Y. L.et al.,N Engl J Med, 2010; 363:1734-1739
48
Source : Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans
le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche pour un
accès rapide aux thérapies ciblées – Collection Rapports et synthèses – INCa
49
Etat des lieux des biomarqueurs comme outils diagnostic compagnons de produits
thérapeutiques – GIPSO Forum Santé Bordeaux – 14 décembre 2010 – Alain Huriz, Tc Land
Expression, LEEM
98
50
Synthèse de l’activité des plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers en
2011 – Collection Rapports et synthèse – INCa
51
http://www.sante.gouv.fr/missions-d-interet-general-et-a-l-aide-a-la-contractualisation-
migac.html
52
Les tests de génétique moléculaire pour l’accès aux thérapies ciblées en France en 2011 –
Collection Rapports et synthèse – INCa
53
Keedy VL, et al. JCO May 20, 2011 vol. 29 no. 15 2121-2127
54
Source interne ROCHE : NSCLC Tarceva ATU and Chart Audit - Q1 2012 IR Report - ZS
Associates
55
EGFR MUTATION TESTING IN NON-SMALL-CELL LUNG CANCER (NSCLC):
CLINICAL - RECOMMENDATIONS FROM THE EUROPEAN EGFR WORKSHOP
GROUP 2010 - R. Pirker, F.J.F. Herth, K. Kerr, M. Filipits, D. Grunenwald, H. Popper, R.
Rosell, E. Smit, F.Cappuzzo, R.A. Stahel
56
Source interne : étude Kantar Health - Q9 EGFR StatusQ11b Clinical Trial Q13 Current
Line/ Most recent line
57
PLFSS 2012 - version décembre 2011 - http://www.economie.gouv.fr/
58
Erlotinib cost-effectiveness analysis in second-line lung cancer therapy - Isabelle
BorgetJacques Cadranel, Jean-Pierre Pignon, Elisabeth Quoix, Bruno Coudert, Virginie
Westeel, Eric Dansin, Jeannick Madelaine, Anne Madroszyk, Sylvie Friard, Catherine Daniel,
Franck Morin and Christos Chouaid and the ERMETIC Collaborative Group - ERJ
Express.Published on June 9, 2011
59
Analyse Bionest Partners – Usine Nouvelle 06/04/09, Rapport de la commission EU sur la
pharmacogénétique et pharmacogénomique – 2006- Base RECAP
60
http://www.astrazeneca.fr/astrazeneca/
99
61
http://www.fb-bourse.com/classement-laboratoires-pharmaceutiques-2012/
62
http://www.insee.fr/fr/methodes/
63
Compagnies et Bourses au 28/05/12 –www.fb-bourse.com
64
http://archives.lesechos.fr/archives/2012/lesechos.fr/04/23/0202025872081.htm
65
Fukuoka M, Yano S, Giaccone G, Tamura T, Nakagawa K, Douillard JY, Nishiwaki Y,
Vansteenkiste J, Kudoh S, Rischin D, Eek R, Horai T, Noda K, Takata I, Smit E, Averbuch S,
Macleod A, Feyereislova A, Dong RP, Baselga J: Multi-institutional randomized phase II trial
of gefitinib for previously treated patients with advanced non-small-cell lung cancer, JCO
June 15, 2003 vol. 21 no. 12 2237-2246
66
http://www.fda.gov/ohrms/dockets/ac/05/questions/2005-4095Q1_02_Iressa-Questions.pdf
67
Herbst RS, Giaccone G, Schiller JH, Natale RB, Miller V, Manegold C, Scagliotti G, Rosell
R, Oliff I, Reeves JA, Wolf MK, Krebs AD, Averbuch SD, Ochs JS, Grous J, Fandi A,
Johnson DH : Gefitinib in combination with paclitaxel and carboplatin in advanced nonsmall-cell lung cancer : a phase III trial-INTACT 2. J Clin Oncol2004 ; 22 : 785-94.
68
Thatcher N, Chang A, Parikh, et al. Gefitinib plus best supportive care in previously treated
patients with refractory advanced non-small-cell lung cancer: results from a randomized,
placebo-controlled, multicenter study (Iressa Survival Evaluation in Lung Cancer).
Lancet2005 ; 366 : 1527-37
69
Mok TS et al. Gefitinib or carboplatin-paclitaxel in pulmonary adenocarcinoma. New Engl
J Med 2009; 361: 947-957.
70
http://www.roche.fr/portal/roche-fr/le_groupe_roche_
71
http://www.roche.fr/portal/roche-fr/porte-feuille_de_recherche
100
72
Rapport d’activité ROCHE – 2011
73
http://www.pharmactua.com/2011/roche-finalise-le-rachat-du-groupe-anadys-
pharmaceuticals-pour-230-millions-de-dollars-et-s’empare-d’un-traitement-experimental-del’hepatite-c/
74
http://www.mypharma-editions.com/analyse-cellulaire-roche-fait-l’acquisition-du-
laboratoire-allemand-innovatis
75
David Azria et Jean-Philippe Spano –Thérapies ciblées en cancérologie – Editions John
Libbey, 2006, p. 38
76
Herbst RS and al - TRIBUTE: a phase III trial of erlotinib hydrochloride (OSI-774)
combined with carboplatin and paclitaxel chemotherapy in advanced non-small-cell lung
cancer - J Clin Oncol.2005 Sep 1;23(25):5892-9.
77
Gatzmeier et al – TALENT - JCO2007
78
Shepherd A et al.Erlotinib in previously treated non small cell lung cancer. N Engl J Med
2005;353:123-32
79
ASSESSMENT REPORT FOR Tarceva – EMEA – 27 april 2010
80
Cappuzzo F, Ciuleanu T, Stelmakh L et al.: Erlotinib as maintenance treatment in advanced
non-small-cell lung cancer: amulticentre, randomised, placebo-controlled Phase III study.
Lancet Oncol. 2010, 11(6), 521–529.
81
Rosell R et al. Erlotinib versus standard chemotherapy as first-line treatment for European
patients with advanced EGFR mutation-positive non-small-cell lung cancer (EURTAC): a
multicentre, open-label, randomised phase 3 trial - Lancet2012;13:239-46
82
Carey KD, Garton AJ, Romero MS, et al.Kinetic analysis of epidermal growth factor
receptor somatic mutant proteins shows increased sensitivity to the epidermal growth factor
receptor tyrosine kinase inhibitor, erlotinib. Cancer Res2006 66:8163–71
101
83
Zhou C et al. Erlotinib versus chemotherapy as first-line treatment for patients with
advanced EGFR mutation positive non-small-cell lung cancer (OPTIMAL, CTONG-0802): a
multicentre, open-label, randomised, phase 3 study. Lancet Oncol. 2011;12:735-42
102
UNIVERSITE DE NANTES
FACULTE DE PHARMACIE
Année de la soutenance
2012
Nom – Prénom : Marinucci Paul
Titre de la thèse :
La place du testing dans le développement de médicaments innovants : le cas des thérapies
ciblées dans le Cancer Bronchique Non à Petites Cellules, au travers de deux exemples,
l’erlotinib et le gefitinib.
Résumé de la thèse :
Les thérapies ciblées furent une véritable révolution dans le traitement du CBNPC, cancer le
plus mortel de notre génération. Les laboratoires pharmaceutiques ont mis en place des
stratégies aussi novatrices que différentes pour mettre sur le marché ces médicaments
innovants. Le testing, véritable lien entre le patient et sa thérapie ciblée, prend une place
considérable dans le développement de cette médecine personnalisée.
MOTS CLES
THERAPIES CIBLEES, CBNPC, TESTING, COMPAGNON DIAGNOSTIC, MEDECINE
PERSONNALISEE
JURY
PRESIDENT :
M. Alain PINEAU, professeur de toxicologie, Université de Nantes.
ASSESSEURS :
M. Jean-Michel ROBERT, professeur de chimie organique et de chimie
thérapeutique, Université de Nantes.
M. Hugues-Olivier LEROUX, pharmacien.
103
Téléchargement

La place du testing dans le développement de médicaments innovants