Consultation régionale sur les services
climatologiques dans les îles de l’océan Indien
Commission de l’océan Indien, Maurice
14-16 mars 2016
Contexte
Les petits États insulaires en développement (PEID) et les autres États et Territoires insulaires de
l’océan Indien sont exposés à de nombreux risques hydrométéorologiques du fait de leur situation
géographique: cyclones tropicaux, orages, ondes de tempête, crues soudaines et inondations
côtières, sécheresses, vents violents, vagues de chaleur, brumes et poussières, etc. Bien que les
tsunamis ne constituent pas des risques hydrométéorologiques, leur impact sur ces îles est
comparable aux fortes ondes de tempête. Les risques hydrométéorologiques peuvent provoquer
de graves perturbations susceptibles d’entraver le développement socio-économique.
Le changement climatique occupe une place importante dans les débats sur le climat et la gestion
des risques de catastrophes dans les PEID du fait de son impact probable sur les différents
secteurs, à l'échelle locale et régionale. Il accroît les risques de catastrophes de deux manières:
d’une part, en contribuant selon toute vraisemblance à augmenter la gravité des extrêmes
météorologiques et climatiques; d’autre part, en exacerbant, par le biais de processus à évolution
lente, la vulnérabilité des populations aux catastrophes naturelles du fait des effets conjugués de
l’élévation du niveau de la mer, de la dégradation des écosystèmes, de la réduction des quantités
d’eau disponibles pour les écosystèmes et l’agriculture, et la perturbation des modes de
subsistance.
Lors de la troisième Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement,
tenue à Apia (Samoa) en septembre 2014, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) s’est
engagée à soutenir l'instauration de services climatologiques pour les PEID par le biais du Cadre
mondial pour les services climatologiques (CMSC).
Le CMSC est une initiative lancée à l'échelle du système des Nations Unies et sous l’égide de
l’OMM pour orienter la mise au point et l'exploitation d’informations et de services climatologiques
scientifiquement fondés et faciliter ainsi la prise de décision dans des secteurs sensibles au climat.
Le CMSC permet à la société de mieux gérer les risques afférents à la variabilité du climat et au
changement climatique et vise à renforcer le dialogue entre les prestataires de services
climatologiques et les utilisateurs de ces services. Le CMSC aide les pays et les populations à se
donner les moyens d'acquérir des connaissances qui les aideront à mieux faire face à la variabilité
naturelle du climat et au changement climatique anthropique.
-2Le CMSC est axé sur cinq domaines prioritaires, à savoir l’agriculture et la sécurité sanitaire, l’eau,
la santé, la réduction des risques de catastrophes et l’énergie. Pour contribuer efficacement à la
prise de décision dans ces secteurs, le CMSC s'attachera à renforcer les cinq composantes
suivantes, essentielles à la conception, à la gestion, à la fourniture et à l'exploitation d’informations
et de services climatologiques:

Plate-forme d’interface utilisateur: dispositif permettant aux utilisateurs, aux climatologues
et aux fournisseurs d’informations climatologiques de collaborer à tous les niveaux de
manière structurée;

Système d’information sur les services climatologiques: mécanisme mis en place pour
recueillir de manière régulière, stocker et traiter l’information sur le climat (passé, présent et
futur), en vue d’élaborer des produits et de fournir des services destinés à alimenter des
processus décisionnels souvent complexes pour toute une série d’activités et d’entreprises
sensibles aux conditions climatiques;

Observations et surveillance: assurer la collecte, la gestion, la diffusion et l’évaluation
d’observations climatologiques et d’autres données, y compris de métadonnées, destinées à
satisfaire les besoins des différents groupes d’utilisateurs;

Recherche, modélisation et prévision: favoriser la recherche en vue d’améliorer en
permanence la qualité scientifique des informations et services climatologiques, en
constituant une base de connaissances sur les incidences du changement climatique et de
la variabilité du climat et sur l’intérêt qu'il y a à exploiter les informations climatologiques;

Coordination et développement des capacités: mécanismes de coordination et réseaux
nécessaires pour mettre en contact ceux qui fournissent les informations climatologiques et
les populations concernées, et développement des capacités nécessaires à la conception, à
la mise en forme, à l’interprétation et à l’exploitation de ces informations pour faciliter la prise
de décision.
Pour mettre en œuvre les cinq composantes du CMSC à l'échelon national, régional et mondial,
des consultations ont été engagées avec les principales parties prenantes des diverses régions,
de façon à tirer le meilleur parti possible des pratiques, compétences et infrastructures existantes.
Des consultations ont été organisées pour l’Eurasie du Nord (octobre 2015), l’Europe du Sud-Est
(novembre 2014), l’Amérique latine (juillet 2014), les îles du Pacifique (avril 2014), les Caraïbes
(mai 2013) et les pays d’Asie les moins avancés (octobre 2012).
Concrètement, cette consultation vise à:
i)
Favoriser une meilleure compréhension des besoins des différents secteurs en matière de
services climatologiques;
ii)
Mieux appréhender les mécanismes d’échange existants et proposer au besoin des
améliorations;
iii)
Déterminer les mesures à prendre pour développer les capacités nécessaires à la mise en
œuvre du CMSC au niveau national et régional;
iv)
Donner des orientations en vue d'instaurer un cadre institutionnel, des partenariats et des
procédures pour rendre le CMSC opérationnel au niveau national.
-3L’OMM, le Bureau du CMSC, la Commission de l’océan Indien (COI) et le Service météorologique
mauricien organisent à Ébène (Maurice), du 14 au 16 mars 2016, une Consultation régionale sur
les services climatologiques dans les îles de l’océan Indien. Les pays visés comprennent les
cinq Membres de la COI (Comores, La Réunion/France, Madagascar, Maurice et Seychelles) ainsi
que les Maldives, Sri Lanka et Zanzibar.
Cette consultation est organisée au titre du « Programme de mise en œuvre du CMSC à l’échelle
régionale et nationale », exécuté avec le soutien financier du gouvernement canadien par le biais
du ministère fédéral de l’Environnement.
Objectifs de l’atelier

Faire le point sur les services climatologiques disponibles dans la région et évaluer les
besoins dans les cinq domaines prioritaires initiaux (agriculture et sécurité alimentaire, eau,
santé, réduction des risques de catastrophes et énergie) au niveau local, national et régional;

Analyser les mécanismes d’échange et de concertation entre les prestataires de services
climatologiques et les utilisateurs, déterminer les principales améliorations à apporter et
recommander des pratiques appropriées;

Définir les besoins de la région en matière de renforcement des capacités – mandats,
infrastructures et ressources humaines – pour toutes les composantes du CMSC;

Recommander un certain nombre de mesures applicables à l'échelle locale et nationale et
consistant notamment à mettre au point des indices de changement climatique et des
indicateurs d’impact, à améliorer l’accès aux données climatiques ainsi que leur utilisation et
à renforcer les infrastructures et les processus susceptibles de faciliter la circulation des
informations sur le climat;

Proposer des partenariats entre parties concernées de la région et établir des synergies au
moyen d'initiatives favorisant la mise en place de services climatologiques, comme l’Initiative
INDARE (sauvetage des données pour la région de l’océan Indien), les forums régionaux et
nationaux sur l’évolution probable du climat, etc.;

Proposer en les classant par ordre de priorité, des moyens de sensibiliser les populations à
la variabilité du climat et au changement climatique, ainsi qu'aux risques et aux opportunités
qui s'y rattachent, le but étant d'améliorer la gestion des risques liés au climat, de même que
les produits et les services climatologiques;

Décrire, à l’intention des pays participants, les principales étapes de la mise en œuvre du
CMSC à l’échelon national, en tirant les enseignements des diverses consultations
nationales tenues à ce jour et en définissant des priorités.
Résultats escomptés
Cette consultation réunira des experts des services météorologiques et hydrologiques nationaux
(SMHN), des décideurs de premier plan et des spécialistes des cinq domaines prioritaires initiaux
du CMSC, ainsi que les partenaires concernés œuvrant pour les services climatologiques dans la
région, notamment les centres climatologiques régionaux (CCR) et les acteurs de l’initiative
internationale de sauvetage des données (I-DARE). Elle facilitera la mise en place de mécanismes
et de réseaux destinés à améliorer et à pérenniser la circulation de l’information climatologique à
l’intention de divers utilisateurs.
-4-
Liens utiles
Les liens suivants sont fournis à titre de complément d’information:





Plan de mise en œuvre du CMSC: http://gfcs.wmo.int/implementation-plan
Résultats de la conférence sur les PEID: https://www.wmo.int/sids/content/sids-conference2014
Plan de mise en œuvre de l’Initiative INDARE (sauvetage des données pour la région de
l’océan Indien), WMO-WCDMP-No.84, septembre 2014:
http://www.wmo.int/pages/prog/wcp/wcdmp/documents/INDAREimplementationPlan.pdf
Portail international pour le sauvetage des données (I-DARE), http://www.idare-portal.org/
Forum de prévision saisonnière pour le sud-ouest de l’océan Indien (SWIOCOF):
http://www.acclimate-oi.net/new/1er-swiocof-climatologie-service-secteurs-sensibleschangement-climatique; http://www.acmad.net/new/?q=en/home
Informations complémentaires
Pour toute information complémentaire, veuillez prendre contact avec:

M. Filipe Lucio, Directeur du Bureau du CMSC, Secrétariat de l’OMM, Genève (Suisse)
([email protected]);

M. Rupa Kumar Kolli, chef de la Division des applications et des services climatologiques,
Secrétariat de l’OMM, Genève (Suisse) ([email protected]).