L’Institut Dauphine d’Ostéopathie
En partenariat avec le
Fédéral European Register of Osteopaths
MEMOIRE n°53
Promotion 2014
présenté et soutenu publiquement le ……………………… à Paris par
M/Mlle…………………………………, né(e) le ………………à …………….
Pour l’obtention du
DIPLÔME d’OSTÉOPATHE (D.O.)
Justification du traitement ostéopathique
dans les troubles anxieux généralisés.
Membres du jury :
Président :
Assesseurs :
Directeur du mémoire : Arcamone Alexandre
INSTITUT DAUPHINE
d’OSTÉOPATHIE
2012-2013
Comité mémoire
Frédéric PARIAUD
Chi-Hien PHUONG
Résumé du projet mémoire (objectifs, moyens) :
Dans ce projet je vais expliquer pourquoi l’anxiété est un motif de
consultation abordable par l’ostéopathe. Je vais d’abord définir ce
qu’est l’anxiété puis l’ostéopathie avant d’expliquer comment agit
l’ostéopathie sur le corps et comment nous ostéopathes agissons sur
les mêmes systèmes déréglés par ce trouble qu’est l’anxiété. Ensuite
comment le thérapeute peut par ses mains et son attitude conduire le
patient vers la guérison.
Ce mémoire s’appuie sur les connaissances anatomiques, physiologiques, neurologiques et immunitaires connues et sur les preuves de
l’efficacité de notre prise en charge en ostéopathie.
Mots clefs : Anxiété, TAG, ESPT, TOC, tics, dysfonction, SNC, SNP, SNE,
troubles cognitifs, système limbique, hippocampe, cytokines, glucocorticoïdes, immunité.
Remerciements
Je voudrais tout d’abord remercier mes parents qui étaient
les premiers à croire en moi et qui m’ont accompagnée dans cette
belle aventure, me permettant ainsi de réaliser mon rêve : devenir
ostéopathe. Je n’aurais pu demander de plus beau cadeau qu’une
porte qui m’ouvre la voie vers un métier passionnant et qui apporte
aux autres autant qu’à moi ; qui nous aide à faire le bien, nous
permet cette constante remise en question, nous apprend
l’humilité.
Je voudrais remercier l’équipe pédagogique dans son intégralité car chacun des professeurs m’a apporté quelque chose de particulier qui m’a permis de devenir la passionnée que je suis aujourd’hui. Sans leur bienveillance et leur amour du métier je
n’aurais sans doute jamais eu l’enthousiasme qui m’habite aujourd’hui.
Merci à mes amis qui m’ont toujours apporté la joie et le soutien durant la belle période que sont les études, d’avoir rendu ma
vie aussi belle que j’aurais pu la rêver, et d’avoir cru en moi dans
toutes les circonstances.
Merci à chaque professeur qui enseigne avec passion, à
chaque ostéopathe qui professe avec amour du métier.
Merci à Juliette, Éléonore, Jeanne, les plus belles rencontres
de ma vie, merci à Olivier pour ses gestes de soutien, merci à chacun pour leur amour.
INTRODUCTION..........................................................................................................7
I) ANXIETE, DEFINITION HISTOIRE ET CONTEXTE ...................................................................9
1) APPARITION DES MALADIES MENTALES DANS LE DSM ............................................................ 9
2) DEFINITION D’UNE REALITE COGNITIVE, SOMATIQUE, EMOTIONNELLE ET SOCIALE ...................... 12
a) Définition ................................................................................................................ 12
b) Causes..................................................................................................................... 16
c) Symptômes............................................................................................................. 19
d) Les effets sociaux sur la santé et le comportement. ................................ 20
3) EPIDEMIOLOGIE, PRISE EN CHARGE ET LES RESULTATS ........................................................... 21
II) PROCESSUS PHYSIOLOGIQUES ................................................................................... 26
1) EFFETS COGNITIFS, NERVEUX ET HORMONAUX ..................................................................... 26
2) REACTIONS ENDOCRINIENNES ET NERVEUSES, ORIGINE IMMUNITAIRE ...................................... 34
3) IMMUNOLOGIE ET SYSTEME NERVEUX AUTONOME ............................................................... 37
4) LE SYSTEME NERVEUX ENTERIQUE...................................................................................... 42
5) UNE PLACE POUR LES MEDECINES ALTERNATIVES.................................................................. 48
III) L’OSTEOPATHIE DANS LA PRISE EN CHARGE PSYCHOSOMATIQUE ....................................... 52
1)L’OSTEOPATHIE ET SON CHAMP D’ACTION............................................................................... 52
2)OSTEOPATHIE ET ANXIETE .................................................................................................... 58
3)PROPOSITION D’UNE LOGIQUE DE TRAITEMENT ....................................................................... 63
4)L’OSTEOPATHE DANS LE TRAITEMENT PSYCHOSOMATIQUE ......................................................... 67
CONCLUSION ............................................................................................................... 69
BIBLIOGRAPHIE DE TRAVAIL : ................................................................................................... 80
Introduction
Nous
oublions
parfois
l’étendue
du
champ
d’action
de
l’ostéopathie comme Andrew Taylor Still l’enseignait. Peut-être depuis la limitation de notre pratique par les lois des décrets, peutêtre parce que tout vouloir prendre en charge parait prétentieux,
parce que les ouvrages sont encore trop peu nombreux à être traduits, ou parce qu’une information qui traverse les pays et les
océans a forcément subi des transformations à l’arrivée, mais le
fait est là, certaines écoles deviennent spécialistes dans la formation de biomécaniciens. Mais sommes-nous cela ?
Notre ère est bien connue pour son taux record de maux de dos,
de ventre, son stress et curieusement ces maux sont corrélés
entres eux. Nombreux sont ceux qui ont cherché à comprendre le
lien entre ces troubles et savoir si l’un d’entre eux était le précurseur du désordre installé. Une chose est sûre c’est que le patient
en règle générale se plaint à des corps de métiers différents pour
chaque symptôme. Il ira voir un psychologue pour son moral ou
son anxiété, son médecin pour ses maux de ventre et se faire prescrire des séances de kiné pour le dos. Mais à quel moment un thérapeute a-t-il la chance de pouvoir appréhender le patient dans sa
globalité ? L’ostéopathie n’a-t-elle pas une place toute justifiée
dans cette optique ?
Depuis ses débuts l’ostéopathie est holistique et pérenniser cela
passe aussi par la prise en compte de l’état de santé morale du patient. Si comme dans la médecine occidentale nous segmentons les
systèmes du corps pour choisir celui que l’on va traiter, nous perdons notre point fort. Rares sont les thérapies qui proposent une
vue aussi globale de l’homme et c’est en cela que nous résolvons
les problèmes que l’on pensait insolvables. Aider ces patients, qui
pour certains ont un suivi psychologique depuis des années, ne
s’en sortent pas, qui ressentent le poids de la vie dans chaque par-
tie de leur corps, ne serait-ce pas aussi un des rôles de
l’ostéopathe ?
L’ostéopathe n’est pas thérapeute de la psyché mais a bien sa
place dans le traitement des maladies de cette famille puisque c’est
une pratique qui a fait ses preuves et il est important de l’expliquer
pour le comprendre.
I)
Anxiété, définition histoire et contexte
1) Apparition des maladies mentales dans le DSM
On reconnaît l’anxiété depuis longtemps, mais ce n’est que récemment qu’on l’a étudiée de façon systématique. On dit que la
peur figurait dans les hiéroglyphes de l’Égypte ancienne, et
l’orateur romain Cicéron établissait une distinction entre une prédisposition caractérielle à l’anxiété et les réactions affectives à des
situations. Mille neuf cents années plus tard, Darwin a analysé le
rôle de la peur comme réaction adaptative qui présente des signes
communs comme les palpitations, la dilatation des pupilles et une
transpiration accrue. Par la suite, Freud a établi la distinction
entre l’anxiété objective et l’anxiété névrotique, en fonction de la
source de l’anxiété1.
Plus récemment c’est la seconde Guerre Mondiale qui pousse la
psychiatrie dans des recherches plus approfondies aux USA pour
aider les soldats au retour de guerre. Ces avancées sont influencées par le développement contemporain des recherches en psychologie analytique dont Freud est le fondateur le plus influent.
En 1949 pour la première fois la CIM2 (Classification Internationale
des Maladies) intègre les troubles mentaux, et entre 1949 et 1952
plus de 60 maladies y sont répertoriées (en 1968 il y en a 145).
Il existe deux grandes familles de maladies mentales, les psychoses et les névroses, toujours l’héritage de Freud. Ce dernier
considérait ces pathologies comme une « forme exagérée d’un état
1
Marie Jean, “L’angoisse Dans La Clinique, de Freud À Lacan,” (Thèse, n.d.), http://tel.archivesouvertes.fr/docs/00/71/31/04/PDF/Jean_Marie.pdf.
2
Classification Internationale Des Maladies ; CIM-10, n.d.,
http://apps.who.int/classifications/icd10/browse/Content/statichtml/ICD10Volume2_fr_2008.pd
f.
normal » ; tout comme l’anxiété qui, chez un sujet sain, apparait de
manière ponctuelle dans une situation de stress dans le but de la
survie et qui dans l’état pathologique est présente constamment et
sans facteurs déclenchants.
Les études commencent donc par analyser la dynamique le sens
et l’intensité des symptômes pour arriver à la conclusion qu’il
existe chez le patient un conflit intrapsychique.
Ces études conduisent à classer ces syndromes reconnus désormais par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), c’est la
naissance du DSM3 (Diagnostic and Statistic Manual of mental disorders). Le DSM est un ouvrage de référence qui classe et catégorise les critères de diagnostic et qui regroupe les recherches sur les
troubles mentaux spécifiques, basé sur les statistiques des hôpitaux psychiatriques.
Les symptômes de l’anxiété sont très variés car ils interfèrent
sur tous les systèmes du corps. On retrouve des symptômes physiques, des troubles de l’humeur ou du comportement, des peurs
ou des dérèglements des systèmes cardio-vasculaire, respiratoire,
digestif etc... C’est pourquoi au fil du temps les spécialistes ont mis
en place des tests pour mieux appréhender l’état du patient et les
diagnostiquer. Les deux plus connus et utilisés sont l’échelle de
Hamilton et le test de STAI.
Le test STAI créé par Spielberger prend en compte les symptômes de la vie courante et ceux au moment où le test est fait.
L’état du patient est donc mieux représenté de façon globale mais
par le même questionnaire (voir annexe 1).
L’ostéopathie se veut une médecine globale et holistique. Ce qui
veut dire qu’elle doit considérer tout ce qui constitue l’être humain
en tant qu’entité et aussi considérer le lien de chacun des aspects
dans son interaction avec les autres.
3
DSM-IV, n.d., http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2012-04/dms-ivtr.pdf.
L’ostéopathie est une thérapie qui passe par le traitement du corps
pour aider le patient à retrouver sa santé. Très tôt après sa création, l’ostéopathie a pris en compte l’état psychique des patients.
Andrew Tailor Still, père fondateur de cette médecine laisse en héritage à ces élèves, en particulier à William Garner Sutherland, des
idées sur la question en sachant que des recherches supplémentaires étaient nécessaires avant de tirer des conclusions. Des expériences menées par les ostéopathes de l’époque sur eux-mêmes,
conduisent à intégrer l’aspect psychique dans la plainte du patient.
Les résultats attirent l’ostéopathe vers une vision du corps de plus
en plus globaliste. Des techniques crâniennes sont mises en place
parfois dans le seul but de traiter les troubles anxieux (exemple de
la technique de compression du 4ème ventricule ou CV4).
Lorsque l’on cherche dans les écrits ostéopathiques des
moyens de comprendre le rôle que nous avons dans le traitement
de cette pathologie, les informations restent maigres et rares. Dans
l’enseignement contemporain les étudiants ont peu ou pas
d’information sur la façon d’appréhender les pathologies, puisque
l’enseignement est divisé en régions anatomiques, inspiré de la pédagogie de la médecine occidentale. Nous pouvons donc aisément
comprendre des mécanismes de dysfonctions biomécaniques mais
lorsqu’un jeune ostéopathe se trouve face à un motif plus complexe
dans son fonctionnement, le raisonnement devient moins évident.
Dans le cas de l’anxiété, nous voyons les ostéopathes se diriger
vers une seule famille de techniques, les techniques crâniennes. Ce
comportement est induit par la formation que nous recevons, durant laquelle les seules techniques évoquées pour les symptômes
d’ordre psychique sont les techniques crâniennes. Ce comportement se justifie aussi par la localisation du cerveau, organe de la
psyché. Il est vrai que l’anxiété ne rentre pas dans les schémas
communs rencontrés mais avec une meilleure compréhension de
ce trouble mental, la vue d’ensemble du patient et de ses dysfonc-
tions devient plus évidente et un meilleur traitement en découlera.
Mais en réalité savons-nous vraiment comment prendre en charge
de manière globale un patient atteint de troubles anxieux ?
L’ostéopathie crânienne est-elle la seule à apporter une réponse
satisfaisante ?
Pour le savoir, comprenons d’abord ce qu’est réellement l’anxiété
dans sa forme pathologique.
2) Définition d’une réalité cognitive, somatique, émotionnelle et
sociale
a) Définition
C’est une humeur, un trouble émotionnel, caractérisé par un affect négatif, des dérèglements physiologiques conduisant à des
symptômes somatiques, comportementaux, cognitifs et de tension,
en appréhension du futur et dans un sentiment indéfinissable
d’insécurité (American Psychiatric Association 1994).
Elle est traduite par les anxieux comme un sens subjectif de la difficulté, une attitude préoccupée et agitée. Cette réaction est initiée
dans le cerveau et a pour conséquence, entre autres une élévation
du rythme cardiaque et de la tension musculaire.
Mais avant tout l’anxiété est une réponse normale à un stimulus
perçu comme dangereux.
Lors de la perception de la menace notre corps s’active et
s’organise pour répondre efficacement et c’est lors de cette organisation que nous ressentons des symptômes physiques.
L’anxiété normale : Tout le monde connait l’anxiété et l’a déjà ressentie. Bien qu’elle soit désagréable, en quantité modérée elle est
bénéfique. Depuis plus d’un siècle nous savons que nos performances sont augmentées quand nous sommes un peu anxieux
(yerkes & dodson, 1908). Les performances physiques et intellec-
tuelles sont dynamisées et améliorées par l’anxiété. Elle nous aide
à planifier notre futur, dans un état tourmenté, et à nous y préparer. C’est pourquoi l’anxiété est un état d’esprit tourné vers le futur, différence fondamentale avec les autres sentiments qui sont
des réactions face au présent. L’anxiété à juste dose nous permet
de se donner le courage de tenter sa chance. L’anxiété est bénéfique et nous envoie un message qui nous motive, par une réaction
massive du système nerveux autonome, à fuir sans attendre, le
danger détecté, ou dans d’autres cas attaquer immédiatement.
Cette réaction végétative instinctive est incontrôlable car émane du
système nerveux, qui est maître des autres dans le corps (psychopathologie de Barlow)4.
Cependant, même une bonne chose distribuée en trop
grande quantité devient nocive. Si l’anxiété est permanente, tout
pourra se passer dans la vie sans qu’il y ait de raison de s’inquiéter
mais l’individu ressentira quand même l’insécurité.
On peut dire que l’anxiété a été sélectionnée lors de la phylogenèse
par son caractère adaptatif, qui peut être utile à l’Homme de différentes façons. Elle constitue tout d’abord un signal de détection
d’une menace et aussi permet la préparation du corps à une réponse adaptée à cette menace. Par exemple en augmentant le niveau d’éveil, ce qui permet une réponse optimale aux changements.
L’anxiété se rapproche donc d’une humeur, déclenchée par la présence d’un élément considéré comme menaçant, accompagnée par
un état psychophysiologique et motivationnel, de préparation à un
évitement ou à la défense. Cet état peut être observé dans sa particularité physique par les tensions musculaires qui s’en accompagnent par exemple.
Décrit ainsi, l’état d’anxiété ressemble à une émotion : la
peur, et dans la recherche de la compréhension du comportement
des anxieux pathologiques, Ira Roseman et Susanne kaiser ont
4
Barlow, Durand, and David H, Psychopathologie: Une Perspective Multidimensionnelle, 2002.
démontré une similitude étonnante dans les processus cognitifs et
les circuits neuronaux mis en jeux dans l’état d’anxiété et l’émotion
de peur5. Cette réaction est donc positive car nous permet de nous
adapter de manière optimale afin de survivre face aux dangers.
Grace à cette alarme, nos sens sont affinés, nous augmentons
notre attention, notre vigilance, notre anticipation, nos reflexes
sont accrus et ces conséquences ont représenté un avantage sélectif dans l’évolution humaine.
Mais ce fonctionnement optimal ne peut être assuré que sur une
durée limitée et de manière ponctuelle au cours du temps.
Le problème quand notre « alarme » est trop sensible est qu’elle se
met en marche sans qu’il y ait de réel danger. De cette manière
notre organisme s’épuise et cet état d’alerte nuit à la concentration
et à l’apprentissage, l’attention accrue perturbe le sommeil, la disponibilité musculaire se transforme en tension etc… Les situations
« normales » sont donc interprétées comme menaçantes et angoissantes.
L’anxiété dans son état pathologique est un grand syndrome
qui peut se subdiviser en plusieurs troubles plus spécifiques. L'anxiété anticipatoire est un symptôme commun à tous les troubles.
Un élément qui distingue les différents troubles, est la nature de
cette anxiété anticipatoire. Contrairement aux autres troubles où
l'anxiété est spécifique à un thème particulier (ex. peur des araignées, des avions ou du sang) le trouble anxieux généralisé ou TAG
n’a pas d’éléments spécifiques déclencheurs. Le TAG est souvent
considéré comme le trouble anxieux à la base des autres troubles
anxieux. L’état anxieux généralisé est l’état anxieux dans lequel les
signes sont les plus épurés, et l’état dans lequel l’anxiété ne peut
être expliquée par aucune autre pathologie. Cet état présente une
anxiété persistante et généraliste dont les manifestations sont simi5
Ira Roseman and Susanne Kaiser, “Application de La Théorie D’évaluation Pour Comprendre,
Diagnostiquer et Traiter Les Pathologies Émotionnelles.,” n.d.,
http://www.unige.ch/fapse/emotion/members/kaiser/article01.pdf.
laires à tous les troubles anxieux. Il sera donc notre référence pour
la suite des recherches. Ce TAG est accompagné ou non
« d’attaques de panique », signe pathognomonique de l’anxiété.
Dans notre société occidentale contemporaine, l’anxiété est
une manifestation psychologique tellement répandue que certains
auteurs ont baptisé le vingtième siècle « l’ère de l’anxiété » (Spielberger & Rickman, 1990). Les statistiques confirment cette intuition et démontrent que l’anxiété est en constante augmentation
(Rosen, 1998 ; Twenge, 2000), tout comme les publications scientifiques et les ouvrages de vulgarisation qui y sont consacrés (dugas
2000). Mais en dépit de cette popularité, le concept de l’anxiété
demeure ambigu du fait de sa complexité et de sa pluralité symptomatique6.
C’est un état provoqué par la présence de soucis excessifs ou difficiles à contrôler, survenant plus d’un jour sur deux depuis au
moins 6 mois et possédant au moins 3 symptômes « somatiques »
sur les 6 suivants : agitations, fatigabilité, difficultés de concentration ou de mémoire, irritabilité, tensions musculaires, perturbations du sommeil ; le tout associé à une perturbation significative
du fonctionnement
quotidien, social ou professionnel de la per-
sonne.
Son étiologie comporte plusieurs facteurs : génétiques, socioculturels, psychologiques. La génétique représente 31% de la variable de l’anxiété, c’est ce qu’a démontré l’étude conduite par
McClearn, Plomin, Pederson et FRiedberg en 1988.
Selon le DSM, les troubles anxieux regroupent six entités cliniques: le trouble anxieux généralisé (TAG), le trouble panique avec
ou sans agoraphobie, le trouble de l’anxiété sociale, la phobie spé-
6
Van der Linden and Grazia Cesschi, “Traité de Psychopathologie Cognitive,” n.d.,
http://books.google.fr/books?id=3DopAwAAQBAJ&pg=PA9&lpg=PA9&dq=rauch+2003+anxiete&
source=bl&ots=jMW0yyuVpY&sig=uLe3fbLXpnazV9lfFiJk3JRMcyc&hl=fr&sa=X&ei=y8RYU4XzBbZ0QW1rYDYCw&ved=0CDEQ6AEwAA#v=onepage&q=rauch%202003%20anxiete&f=false.
cifique, le trouble obsessionnel compulsif (TOC) et l’état de stress
post-traumatique (ESPT).
Selon l’HAS (Hautes Autorités de Santé) jusqu’à 21% de la population serait concernée par les troubles de l’anxiété. Globalement
plus fréquente chez la femme que chez l’homme.
Les troubles tels qu’anxiété sociale, anxiété de séparation et TOC
débutent souvent dans l’enfance, et demandent une prise en
charge spécifique. Des études ont aussi montré que des pics existent dans les tranches d’âges concernant l’adolescence, la ménopause et vers 80 ans, et que les jeunes adultes sont plus enclins à
souffrir de TAG que les autres.
Il faut savoir que dans 65% des cas le TAG est associé à un autre
état psychopathologique7.
b) Causes
Les causes : biologiques génétiques représentent 31%. Mais seule,
la génétique ne condamne pas à l’anxiété généralisé.
Psychologiques : Les peurs infantiles selon Freud, le conditionnement précoce, l’apprentissage, l’acquisition du sens que tout
n’est pas sous contrôle étant petit, des incertitudes sur nous
même, les comportements parentaux durant la prime enfance,
(chorpita et barlow, 1998). De manière générale les parents qui interagissent de manière prévisible et positivement faces aux expressions des besoins de leurs enfants (surtout les besoins primaires)
favorisent de façon importante le sentiment de contrôle. (Contrôle
sur le parent = contrôle sur le monde). A l’opposé il y a les parents
surprotecteurs. Résultat, l’enfant n’a pas de confrontation avec le
futur ou l’adversité donc pas d’apprentissage du contrôle de
7
HAS (Hautes Autorités de Santé), “Affections Psychiatriques de Longue Durée, Troubles Anxieux
Graves,” n.d., http://www.hassante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/guide_medecin_troubles_anxieux.pdf.
l’environnement. Cet élément joue un rôle sur le risque d’être plus
ou moins vulnérable à l’anxiété plus tard. La façon dont on gère le
stress semble aussi se transmettre à l’intérieur d’une famille8.
Environnementaux : En temps de guerre, de deuil, de rupture, perte d’un emploi etc…Ces facteurs de risques de l’anxiété
sont définis en «3 types de vulnérabilité ».
1er type de vulnérabilité : la vulnérabilité biologique générale (présence du gène 5-HTT, et allèle L) (31%).
2em type de vulnérabilité : la vulnérabilité psychologique générale:
perception du monde et environnement. (20%).
3eme type de vulnérabilité : la vulnérabilité psychologique spécifique : vécus et apprentissage (10%).
Une fois installée l’anxiété peut tendre à s’auto-entretenir
même lorsque le facteur déclenchant a disparu. Ce désarroi peut
être vague et toucher plusieurs aspects de la vie et/ou se concentrer autour d’un thème (voyages, examens, maladie…).
Il existe une comorbidité entre le TAG et la dépression (corrélation de 55%, DSM-IV) c’est-à-dire que 55% des individus souffrant d’un trouble anxieux généralisé souffre aussi de dépression.
De même la corrélation entre le trouble anxieux généralisé et la dépendance à une substance toxique est de 76% (tabac, alcool,
drogues…). Quand on est anxieux on a 3.2 fois plus de chance de
développer une addiction à l’alcool que si on ne l’est pas9 et inversement.
8
Barlow, Durand, and David H, Psychopathologie: Une Perspective Multidimensionnelle.
Lejoyeux and Embouazza, “Troubles Psychiques et Addictions,” in Addictologie, n.d.,
http://www.antoniocasella.eu/archipsy/Lejoyeux_Embouazza_2013.pdf.
9
Le TAG est la forme la plus épurée de l’anxiété donc nous
nous concentrons sur elle pour notre schéma explicatif, sans ignorer les autres troubles anxieux.
Les symptômes de l’anxiété généralisée se manifestent par des
tensions musculaires et un état d’agitation (brown marten & barlow, 1995), reflétant l’expression exagérée du système nerveux
sympathique, l’impression d’être sur les nerfs, fatigabilité, irritabilité, troubles du sommeil, difficulté à se concentrer sur quoi que ce
soit. Nous avons remarqué qu’un seul de ces symptômes physiques
chez l’enfant suffit à suspecté un TAG.
Les Anxieux atteints de TAG savent qu’ils sont exagérément anxieux, donc le contrôle de cet état est inconscient mais objectivable
par le patient. Des expériences de mesure de la tension musculaire
chez ces derniers montrent qu’ils sont chroniquement tendus ;
(marten 1993). Ces mesures nous apportent des informations sur
l’état des malades mais ne disent pas comment ils en arrivent là. Si
nous voulons soigner l’anxiété nous devons comprendre les portes
d’entrée que nous avons pour agir sur les dérèglements à la base
des symptômes. Comprendre comment les tensions musculaires
s’entretiennent et si nous pouvons rompre le cercle vicieux d’auto
entretien des dysfonctionnements.
Cette compréhension nous conduira à comprendre de quelles
façons les processus mentaux ralentissent le système moteur viscéral, ou encore ce qui conduit le patient à avoir des comportements tels que l’onychophagie (se ronger les ongles).
Les recherches de Frédéric Talbot dans son mémoire en 1997,
démontrent que l’état d'anxiété entraîne une diminution du niveau
de certitude subjective suite à des tâches ambiguës. Les données
sur l'état d'anxiété concordent avec les résultats d'études antérieures montrant que cette variable est associée à une augmentation des affects négatifs et des inquiétudes10. Cependant, bien que
l'état d’anxiété soit relié à l'initiation des inquiétudes, le maintien
de celles-ci serait le résultat de facteurs plus stables dans le temps
provenant des circuits cognitifs.
c) Symptômes
Nous avons dit que l’anxiété était difficile à définir de par sa diversité dans les systèmes touchés, alors succinctement nous allons
évoquer les symptômes en fonction de leur catégorie, les signes
physiques, cliniques, émotionnels, cognitifs et comportementaux.
Les symptômes sont divers :
Physiques : des palpitations, faiblesses musculaires, tensions
musculaires, fatigue, nausées, douleurs thoraciques, dyspnée,
douleurs abdominales, maux de tête, pâleur, sueurs, transpiration,
tremblements
Cliniques : augmentation de la pression artérielle, augmentation de
la fréquence cardiaque, augmentation de la fréquence respiratoire,
augmentation du flux sanguin arrivant aux muscles, augmentation
de la température, diminution des défenses du système immunitaire et ralentissement du système digestif et du péristaltisme (Réponse adaptée pour le combat ou la fuite).
Cognitifs : trouble de la concentration, tensions, pensées de dangers suspectés, peur de mourir, sensations de mort imminente,
retrait des situations durant lesquelles les effets de l’anxiété ont
10
“Intolerence À L’inquiétude,” n.d.,
file:///C:/Users/Pauline%20Loret/Downloads/Ladouceur00.pdf.
déjà étés ressentis dans le passé, difficulté d’endormissement ou
réveil nocturne et cauchemars.
Emotionnels : sentiments d’appréhension, de menaces, nervosité,
anticipation exagérée, anticipation du pire, irritabilité, agitation,
observation obsessionnelle des signes de danger voir attente de
signes signant la présence potentielle d’un danger, sensation de
malaise, sentiment de déjà vu, tout fait peur jusqu’à la paralysie,
peur panique sans signes précurseurs, irrationnelle (mais la perception du danger est réelle)11.
Comportementaux : onychophagie, tics nerveux et autres effets
moteurs12.13.
d) Les effets sociaux sur la santé et le comportement.
Un grand nombre d’études à démontré que plus les relations
sociales sont nombreuses et fréquentes chez un individu, plus il a
de chance de vivre longtemps.
Inversement, plus une personne est en bas sur l’échelle sociale
(mesurant la richesse de sa vie sociale), plus sa vie sera de courte
durée. Ces études prennent aussi en compte chez les sujets, le tabagisme, la PA, l’alcoolisme, le taux de cholestérol etc… et les résultats sont les mêmes.
D’autres études ont montré que les relations sociales protégeaient de la dépression, de la dépendance aux produits toxiques,
de l’arthrite et de la pression artérielle trop élevée. (Cobb, 1976 ;
House, Landis & Umberson, 1988 ; Leserman et al.,2000).
Une expérience menée par Cohen, Doyle, Skoner, Rabin et
Gwaltney montre explicitement qu’une personne jouissant de peu
11
“Anxiety Attacks and Disorders, Guide to the Signs Symptoms and Treatment Option,” n.d.
Phil Barker, Psychiatric and Mental Health Nursing, the Craft of Care, n.d.
13
Jean-Michel Thurin and Nicole Baumann, Stress, Pathologies et Immunité, n.d.
12
de liens sociaux a quatre fois plus de chance de tomber malade
que ceux qui ont un réseau social étendu14.
Ce genre de recherche illustre bien le danger d’ignorer le contexte social d’un individu. Raison de plus pour s’y intéresser quand
cet individu réclame une attention sur sa santé.
De la même manière le système nerveux a une capacité de réaction différente aux stimuli en fonction du contexte social.
Prenons l’exemple de cette étude faite sur des primates à qui on a
injecté des amphétamines et qui illustre bien cette pensée. Ces
animaux dans leur contexte social n’avait pas de réaction significative aux drogues, alors qu’une fois séparés les comportements des
primates changeaient de manières spectaculaire.
Notre santé mentale dépend aussi de là où nous avons grandi.
Les hommes élevés dans un milieu urbain ont 38% de risques
supplémentaires de développer une schizophrénie que ceux élevés
à la campagne. Non pas que l’emplacement même est tant
d’importance mais tous les facteurs de risques accumulés donnent
ces statistiques.15
3) Epidémiologie, prise en charge et les résultats
Selon l’HAS (Hautes Autorités de Santé) dans la population générale âgée de 18 à 65 ans, l’ensemble de ces troubles anxieux a
une prévalence sur 12 mois d’environ 15 % et une prévalence sur
la vie entière d’environ 21 %. En France, dans la population générale, chaque trouble individuellement a une prévalence sur un an
et sur la vie entière respectivement, pour le TAG : 2,1 % et 6 %,
pour le trouble panique : 1,2 % et 3 %, pour l’agoraphobie : 0,6 %
et 1,8 %, pour la phobie sociale : 1,7 % et 4,7 %, pour la phobie
14
Cohen, Doyle, Skoner, Rabin et Gwaltney, “Sociability and Susceptibility to the Common Cold,”
n.d., http://www.psy.cmu.edu/~scohen/sociability%20printfriendly.pdf.
15
Thurin and Baumann, Stress, Pathologies et Immunité.
spécifique : 4,7% et 11,6 %, pour l’ESPT : 2,2 % et 3,9 %. Globalement, la fréquence est deux fois plus élevée chez la femme que
chez l’homme.
Pour se donner une idée de l’épidémiologie de l’anxiété et sa répartition dans la population générale nous pouvons nous référer à
plusieurs documents.
- Le rapport sur les maladies mentales au Canada, chapitre 4 (pages
59 à 68)
- Prévalence des troubles de santé mentale et conséquences sur
l’activité professionnelle en France dans l’enquête “Santé mentale en
population générale : images et réalités” (par l’institut de veille sanitaire, aout 2007)
- Publication de l’HAS : Affections psychiatriques de longue durée
des troubles anxieux graves, HAS, juin 2007.
Voir annexes 3 et 4
L’anxiété rend déjà la vie du patient plus difficile à gérer au
quotidien par les symptômes qu’elle lui impose mais de manière
plus discrète, lui enlève de son temps et de sa santé.
Il est évident d’un point de vue social que quelqu’un qui a
peur de prendre les transports en commun ou d’aller dans un endroit public aura plus de mal à s’épanouir. L’anxiété isole le souffrant du monde et de la vie sociale, qui pourrait justement l’aider à
la surmonter. C’est le cas aussi pour certaines personnes qui sont
incapable de trouver ou garder un travail, celles-ci ne pourront pas
s’accomplir dans un métier et parfois même subvenir à leurs besoins.
L’évolution rapide de l'approche cognitive et comportementale
au cours des trente dernières années a permis le développement de
modèles solides et de traitements efficaces des troubles anxieux16.
Bien que le TAG soit parmi les plus répandus de ces troubles, il
demeure l'un des moins bien traités. Le manque de spécificité des
traitements existants serait à l'origine des résultats limités obtenus
avec le TAG. Un survol de l'évolution des critères diagnostiques du
TAG permet de mieux saisir les difficultés posées par ce trouble, les
défis à relever de même que la nécessité de poursuivre la recherche
dans ce domaine.
Certains défauts de prise en charge sont dus au fait que les
troubles anxieux sont l’extension de ce que la plupart des gens
perçoivent comme une inquiétude normale. Ceux qui les éprouvent
peuvent craindre que les autres labellisent leur inquiétude ou leur
peur excessive comme une faiblesse. En découle une difficulté
supplémentaire à une bonne prise en charge des malades : la stigmatisation sociale.
Certains facteurs rendent indispensables la prise en charge
des patients dans le domaine de la psychiatrie (ESPT au retour de
la Guerre), mais à cause de contextes sociaux culturels particuliers
dans notre monde occidental, certains patient souffrants préfèrent
ne pas demander de l’aide. Etre anxieux ou déprimé revient à être
faible ou lâche, autant qu’être schizophrène revient à être imprévisible et cinglé dans l’esprit des gens.
Revenons à la guerre où les soldats blessés physiquement
recevaient des médailles et ceux souffrant de blessures psychologiques recevaient le mépris et la dérision. A l’époque dans les esprits de la population les informations concernant la vie intrapsychique ne faisaient pas partie de la connaissance générale, les recherches étant trop peu avancées. Et même si aujourd’hui les
choses changent nous en gardons les traces. Un nombre surprenant de patients souffrants de troubles psychologiques ne veulent
pas se faire soigner de peur que l’entourage ne les juge ou de ne
16
Barlow, Durand, and David H, Psychopathologie: Une Perspective Multidimensionnelle.
plus être crédible dans leur profession. Donc la première des conséquences pour ces personnes et pour nos données, est que cela
réduit en quantité et en qualité la prise en charge. Le contexte social influence donc la santé de plusieurs façons.
Pour les patients diagnostiqués et en demande de soins, plusieurs méthodes sont exercées. En médecine allopathique, chinoise, pratique de relaxation, hygiène de vie et thérapies cognitives
et comportementales des solutions efficaces à différents degrés et
pouvant se compléter les unes et les autres.
Notre médecine occidentale oriente préférentiellement les patients vers l’allopathie (ISRS, antidépresseurs et benzodiazépines,
bêtabloquants, neuroleptiques) d’une durée moyenne de deux ans
mais totalement adaptée au besoin du patient. Parallèlement aux
médicaments une thérapie cognitive est mise en place (surtout
pour éviter la rechute). Des recommandations sur la gestion de soi
sont fortement conseillées comme les exercices de respiration et
une hygiène de vie saine (nombre d’heure de sommeil suffisant
chaque nuit, un rythme régulier, des repas équilibrés et réguliers,
une vie sociale active, des loisirs …).
Parfois les patients ne peuvent ou ne veulent pas prendre des
médicaments, parfois le traitement proposé ne leur convient pas et
ils trouvent des solutions dans d’autres médecines (exemple de
l’acupuncture en médecine chinoise, ayurvéda…) ou alors se mettent à pratiquer le yoga, le taïchi ou encore la méditation.
Les médicaments malgré leur efficacité notent quelques désavantages notables et parfois lourds de conséquences. Les effets
secondaires et indésirables vont de l’inefficacité pour certains patients à l’aggravation de leurs symptômes pour d’autres (5% environ).
Certains peuvent déclencher l’épilepsie, d’autres des troubles
moteurs comme ceux retrouvés dans la maladie de Parkinson, engendrant des dérèglements des systèmes endocriniens, métabo-
liques et nerveux. La plupart du temps on note l’apparition de
troubles gastro-intestinaux, centraux, sexuels, hémorragiques, moteurs, dissociatifs, etc…
Autre problème, lors de l’arrêt du médicament, beaucoup de
patients connaissent le « syndrome de sevrage ». Chez les patients
qui ont reçu quelques jours de traitement ce syndrome concerne
déjà 26%, et pour ceux qui ont eu recours à plus de 3 ans de traitement, c’est plus de 80% d’entre eux qui en souffrent17. Lors de
cette période, tous ne supportent pas l’arrêt des médicaments et se
voient obligés de continuer.
Vient le problème de l’accoutumance, où les solutions chimiques pour le patient finissent par disparaitre, ne laissant plus
que les effets iatrogènes négatifs et toxiques pour le corps.
Une fois le corps trop chargé en toxiques, il est difficile qu’il recouvre la santé, de nouveaux symptômes et de nouvelles pathologies apparaissent.
Mais les médicaments agissant sur le système nerveux central commandent aussi le comportement du patient jusqu’à le
pousser à la dépendance à d’autres substances toxiques comme
l’alcool, le tabac et les drogues (dont nous connaissons déjà les effets indésirables directs et indirects sur la santé) et parfois le conduit au suicide.
17
“Rapport Sur Le Bon Usage Des Médicaments Psychotropes,” 2007, http://www.assembleenationale.fr/12/rap-off/i3187.asp.
II)
Processus physiologiques
Comment le processus d’anxiété affecte-t-il l’organisme à travers
ses
différents
systèmes
jusqu’à
ses
organes
principaux ?
Comment peut-il participer au développement d’une pathologie ?
Peut-on réduire le risque d’échec biologique ?
Dans cette partie nous allons répondre à ces questions par regroupement d’informations scientifiques et validées mais ne traiterons
pas les données concernant le fonctionnement normal des différents systèmes atteints lors de l’anxiété chronique.
L’anxiété est un processus mettant en jeu plusieurs systèmes de
manière complexe et globale dans le corps et même au-delà du
corps car elle touche le fonctionnement de la mémoire, de la prévision et des émotions, en plus des symptômes vus en première partie.
La santé étant, entre autres, le maintien de l’homéostasie de
l’organisme par trois grands systèmes qui sont : le système nerveux (central et périphérique), le système immunitaire et le système
endocrinien. Les connaissances les plus récentes expliquent
l’interdépendance de ces systèmes entres eux et la précision de
leur communication.
Les messagers sont les neurotransmetteurs, les hormones et
les protéines et sont communs aux différents systèmes.
Cette appartenance commune est responsable de la transmission
du dérèglement d’un système primaire à un système secondaire.
L’axe de circulation des messages est l’axe cortex-hypothalamushypophyse-surrénale.
1) Effets cognitifs, nerveux et hormonaux
Etre malade ce n’est pas une faiblesse du corps et des systèmes
due à la maladie, c’est une réorganisation de l’état motivationnel et
comportemental.
Le système qui apparait comme le plus important est le système
nerveux autonome car composé du système sympathique, du parasympathique et de l’entérique situé dans la paroi intestinale, il a
une connexion directe et une influence sur la régulation de tous les
organes du corps. Il va aussi bien réguler le cœur, la respiration, la
dilatation des vaisseaux, la motricité intestinale, le système biliaire, rénal, les organes génitaux, etc…
Vouloir séparer les atteintes nerveuses et cognitives dans
l’explication des processus pathologiques dans l’anxiété généralisée
est un peu illusoire car même si elles peuvent être décrites anatomiquement par des systèmes différents, elles sont interdépendantes. Mais nous verrons que le système nerveux implique des
connexions directement dans les organes endocriniens et donc que
ces systèmes ne peuvent subirent une modification sans impliquer
l’autre. Système endocrinien et nerveux sont intimement liés.
Nous ne reviendrons pas sur les processus normaux du système nerveux considérant que cette base est nécessaire et que le
sujet ne porte que sur la compréhension de l’action ostéopathique
sur le sujet atteint d’anxiété généralisée.
Bien que le système végétatif périphérique des anxieux soit moins
qui reflète un traitement cognitif intense du lobe frontal. En particulier dans l’hémisphère gauche, hémisphère du raisonnement, du
calcul, du langage c’est le cerveau analytique, celui qui rassure et
qui est le siège des affects positifs.
Les expériences ont montré que quand l’élément de danger
est détecté par l’œil, il génère directement une réaction de
l’amygdale sans passer par le cortex, donc sans passer par la conscience dans un premier message.
Brokovec suggère en 1990 que les anxieux s’adonnent à un
traitement frénétique d’informations anxieuses sans pour autant
les accompagner d’images (rôle de l’hémisphère droit). Ça serait
précisément ce phénomène qui serait la cause des restrictions du
système moteur viscéral. Le cerveau étant accablé d’information il
n’a pas le temps de les associer à une image et donc de mettre en
place le processus normal de défense. Si les images étaient créées
alors il y aurait une réaction qui accroitrait l’activité motrice viscérale.
Autre problème, le patient ne peut pas analyser la difficulté de manière objective et donc trouver la solution. C’est ainsi qu’il devient
chroniquement inquiet, avec un système viscéral rigide et des tensions musculaires sévères. C’est le même schéma inadapté que l’on
retrouve dans les phobies, l’individu ne pouvant pas gérer la confrontation et la résolution du problème, il l’évite18.
Comme vu précédemment dans la première partie, certaines
personnes héritent génétiquement de la tendance à être tendus, et
développent précocement un sens incontrôlable des évènements
importants et/ou dangereux. Un stress significatif les rend appréhensifs et vigilants, ce qui déclenche une inquiétude intense et une
réaction physiologique conduisant à l’anxiété généralisée.
Je vais maintenant expliquer comment les éléments du cerveau servant à la cognition et à la gestion du comportement, peuvent influencer le système nerveux dans son ensemble ainsi que les
organes endocriniens.
La sérotonine est impliquée dans de nombreux rôles physiologiques : rythme veille-sommeil, impulsivité, appétit, douleur,
comportement sexuel, et anxiété. Son action est mediée par près
d’une quinzaine de sous-types de récepteurs différents.
18
Thurin and Baumann, Stress, Pathologies et Immunité.
Le système sérotoninergique est en fait multiple : il est présent dans le système nerveux central (dans les noyaux du raphé
dans le cerveau) et périphérique (dans les cellules entérochromaffines du tube digestif), (Stress, pathologies et immunité ; chapitre
3)19.
Une des études réalisées par les spécialistes de la génétique
a consisté à cibler de manière conditionnelle la production de sérotonine à un temps donné, dans une localisation choisie chez des
souris. L’équipe de Patricia Gaspar à Paris a caractérisé des mutations dans lesquelles seule une partie des neurones sérotoninergiques est atteinte. Chez ces souris, l’équipe a observé que l’anxiété
spontanée était diminuée, mais leur conditionnement à la peur accrue. Ainsi, le défaut de sérotonine centrale pourrait contribuer à
associer plus facilement une réaction de panique avec des situations neutres (la sérotonine est sécrétée dans le cerveau mais en
plus grande partie dans l’estomac et l’intestin, voir II, 4).
19
Ibid.
L’hypothalamus, à la base du cerveau et composée de plusieurs noyaux centraux, fait partie du système limbique, impliqué
dans les processus de mémorisation et expression des émotions.
Ce système est capable de déclencher une cascade de réactions
hormonales, responsables des grandes fonctions de l’organisme
(métabolique, reproduction, croissance, réponse au stress… et qui
mettent en jeu les corticoïdes surrénaliens. C’est l’hyperactivité du
cerveau reptilien et du système limbique et la déconnexion du néocortex qui est la cause de la souffrance psychique.
En parallèle du lien qu’on vient de faire entre système nerveux central et endocrinien, il existe une innervation sympathique
et parasympathique propre de tous les organes endocriniens et
immunitaires. De cette façon les neurones peuvent libérer directement dans les organes cibles les neurotransmetteurs pour déclencher la réaction hormonale plus rapidement que si le message était
passé par voie endocrine.
Au niveau surrénalien cette action permet la libération instantanée de l’adrénaline dans la circulation sanguine. Phénomène
bien connu dans l’anxiété et donc qui nous intéresse particulièrement.
L’état anxieux provoque une inhibition du fonctionnement des
autres axes hypophysaires. Et on comprend alors grâce aux éléments précédents comment cela peut provoquer des problèmes au
niveau des organes endocriniens comme la thyroïde par exemple.
Quand le stress est d’origine physique les cibles qui réagissent sont
les neurones réceptifs à l’adrénaline, noradrénaline et sérotonine
(situés dans le locus cœruléus, le raphé médian, l’hypothalamus et
système limbique). S’en suit une sécrétion d’hormone antidiurétique et une augmentation de la pression artérielle, et dans
l’hypophyse, l’activation de « l’axe du stress ».
Quand l’origine du stress est psychologique (émotionnel ou
social), les données sont d’abord analysées par le cortex et le sys-
tème limbique, les neurones activés sont les sérotoninergiques et
les GABAergiques. En conséquence, c’est le cycle circadien qui s’en
voit perturbé, donc sommeil, éveil, attention, température du
corps, vigilance, pousse des cheveux, métabolisme, la croissance…
Quand l’origine du stress est infectieuse ou inflammatoire, la
transmission du message se fait par une voie parallèle à celle utilisée pour les messages sensoriels. C’est une voie hypothalamocorticosurrénalienne qui induit la sécrétion des corticostéroïdes.
Les effets de cette stimulation joueront sur la régulation de la tension artérielle, la production de cortisol et ses propriétés antiinflammatoires, antipyrétique, analgésique, antiallergique et baisse
des défenses immunitaires et rythme jour/nuit...
La sécrétion de cortisol semblerait contribuer au passage de
l’anxiété à la chronicité. Une modification dans la production du
cortisol provoque des dérèglements surtout dans le cycle nycthéméral et ses conséquences biologiques sont en faveur de la création
de cholestérol. Ainsi, si l’anxiété a provoqué ne serait-ce qu’une fois
le dérèglement des sécrétions normales de cortisol, alors le maintien à long terme de ce dérèglement est favorisé.
Le dérèglement de cortisol, entraine un manque de sommeil
(réveil à 4h du matin par un pic de la cortisolémie), entraine un
dérèglement des hormones fonctionnant avec le rythme circadien
(contrôle du cycle nycthéméral, de l’appétit par les minéralocorticoïdes), puis des tensions musculaires (à cause de l’adrénaline et
la sérotonine) et encore une modification des habitudes comportementales et cognitives (minéralocorticoïdes) et diminution des défenses immunitaires (par les corticostéroïdes).
Donc le système nerveux central à bien un rôle dans la modification des messages nerveux périphériques et des réponses hormonales et immunitaires, autant que les éléments extérieurs
comme les émotions et le stress ont un pouvoir de modification sur
le système nerveux.
On en arrive à la conclusion recherchée : les épreuves psychologiques de la vie ont une action biologique sur les différents
systèmes du corps visant à maintenant l’homéostasie.
Dans cette approche explicative d’origine psychologique des
maladies, Holmes et Rahe, se basant sur les recherches de Hawkins, Davies et Holmes, établissent une échelle ( voir annexe 5) de
risques de développement de pathologies par méthode visant à établir les relations entre des phénomènes biologiques, physiologiques
et sociologiques. Même si critiquée elle montre une relation pondérée (avec la difficulté de l’évènement) et évidente avec les évènements majeurs déstabilisants de la vie.
Certaines cellules médianes du cerveau contribuent également à
empêcher le signal douloureux d'atteindre la conscience (ce qui
constitue le verrouillage de la souffrance précoce). Dans le système
limbique, c'est une région du thalamus qui transmet la souffrance
au cortex.
Comme les cellules médianes contiennent de nombreux récepteurs
d'endorphines, elles peuvent bloquer la propagation des informations et maintenir l'individu inconscient de sa souffrance. Il se contente de se sentir légèrement déprimé ou inquiet tous les matins à
son réveil, sans savoir pourquoi.
La souffrance, qui se traduit par une sensation intérieure déplaisante, signale l'apparition d'une lésion tissulaire ou l'interruption
du fonctionnement normal des tissus organiques. Il se produit
alors une surcharge d'informations douloureuses dans les structures de transmission, comme la formation réticulée et son dispositif d'alimentation vers le thalamus, appelé noyau réticulé.
Certains réseaux neuronaux sont submergés, et c'est ce qui nous
donne l'expérience de la douleur, à laquelle notre corps réagit par
de l'angoisse et un sentiment de mort imminente.
L'information douloureuse nous signalant le dysfonctionnement
provient des organes internes et progresse, via l'hypothalamus,
dans le réseau des structures limbiques, pour atteindre le cortex
préfrontal. Puis, en retour, une réaction s'enclenche pour moduler
les fonctions viscérales et tenter d'alléger la souffrance.
2) Réactions endocriniennes et nerveuses, origine immunitaire
Il est aujourd’hui acquis que les agressions psychiques (un stress
une émotion positive ou négative) influencent le système immunitaire et induisent des changements dans l’état de santé. (Physiologie de l’adaptation: interactions entre les systèmes neuroendocrinien et immunitaire. Unité Mixte de recherches « Systèmes
d’élevage, nutrition animale et humaine nutrition animale et humaine» (SENAH) INRA Saint-Gilles).⁵
Je chercherai alors à mettre en évidence l’action réciproque de ces
systèmes qui explique pourquoi
le processus immunitaire peut
aussi bien être le déclencheur de l’état motivationnel connu dans
l’anxiété.
On a souvent vu les gens tomber malade après des moments
difficiles et épuisants psychiquement, ou encore dans un vieux
couple, à la suite du décès du conjoint et alors que l’autre était en
bonne santé, ce dernier quitte la vie peu de temps après.
Les stress nous mettent en état d’anxiété ce qui sensibilise les réactions immunitaires non-spécifiques et peut aussi diminuer les
réponses spécifiques (exemple de l’herpès qui apparait après un
stress).
Le système immunitaire et le système nerveux sont dotés
d’une mémoire et dialoguent entres eux. Leur communication
s’influence l’un et l’autre produisant des réactions réciproques sur
chacun des fonctionnements qu’ils possèdent. Ces messages empruntent la voix neuroendocrinienne centrale, l’axe hypothalamohypophysaire, mais aussi le nerf vague et la circulation sanguine.
Par exemple les cytokines sont des transmetteurs non seulement
pour le système immunitaire mais aussi pour le système nerveux.
Elles influencent les réactions immunitaires et modifient le psychocomportemental (veille, sommeil, appétit, activité exploratrice…).
Par expérimentation on sait que l’activation du système immunitaire par un agent bactériologique modifie le comportement de
l’individu. Aussi tôt la réaction immunitaire débutée le sujet incubé
tend vers un comportement anorexique, diminue son activité physique et déclenche de la fièvre. L’activation du système immunitaire
est donc bien perçue par le système nerveux central.
L’activation du système immunitaire agit sur le SNC et modifie l’état motivationnel de l’individu (réponse adaptative). Les cytokines pro-inflammatoires produites par le système immunitaire induisent des modifications comportementales (le comportement de
maladie), modifient l’état motivationnel (comportement de maladie,
dépression), peuvent augmenter la réponse endocrinienne au
stress.
Les comportements de type « dépressifs » associés au stress
sont le fait de la production intracérébrale de cytokines inflammatoire. Mais alors quelles sont les conséquences d’une stimulation
chronique du système immunitaire sur le bien-être psychique?
L’étude des conséquences de défaites sociales répétées sur la
capacité à produire une réponse inflammatoire est qu’elle accroît
la capacité des leucocytes de la rate à produire une cytokine proinflammatoire. La défaite sociale chronique diminue la sensibilité
des leucocytes de la rate aux glucocorticoïdes.
L’accroissement de la réponse inflammatoire est dû à une
augmentation du nombre de cellules dans la rate, à une capacité
accrue à produire des cytokines inflammatoire, à une résistance au
rétrocontrôle des glucocorticoïdes chez les macrophages. Le stress
chronique peut accentuer la réponse inflammatoire systémique.
Le système nerveux possède son propre système immunitaire, particulièrement important, c’est la microglie son principal
composant. Lors d’une réaction inflammatoire, les cellules gliales
peuvent avoir une réaction exagérée vont modifier leurs sécrétions
et donc un effet délétère sur les neurones et peuvent modifier la
qualité et/ou la quantité des messages au sein du système neuroendocrinien. L’hypothèse qui a été validée, est que l’activation du
système immunitaire doit être considérée comme un facteur de
stress qui utilise les mêmes circuits neuronaux que les autres.
L’activation de ce dernier va produire un message (cytokines) qui
dans un second temps active l’axe hypothalamo-hypophysosurrénalien). Cette activation prouve de façon évidente la relation
neuro-immunitaire. (Stress, pathologie et immunité, chapitre 2).
Grace entre autres aux travaux de recherche de Robert
Dantzer et Emmanuelle Wollman, la psycho-neuro-immunologie a
posé les bases de la psychosomatique en s’appuyant sur des faits
expérimentaux et biologiques.
Donc ce que nous avons toujours remarqué chez les patients
se comprend par ce fait : le système endocrinien est directement
atteint dans le cas d’une modification du comportement cognitif ou
du système immunitaire. L’émotion déclenche une réaction hormonale dans le système neuroendocrinien du système nerveux central
en particulier l’hippocampe, ce qui déclenche la sécrétion de corticotropes et donc du système hypothalamo-hypophyso-surrénalien,
les surrénales vont sécréter des glucocorticoïdes et ces dernières
inhibent les cytokines et la réaction immunitaire de la rate.
La réaction du système immunitaire par production de cytokines,
modifie le comportement hormonal du corps et par production de
corticoïdes provoque une réaction centrale du système nerveux,
touchant les fonctions cognitives, comportementales, motivationnelles et émotionnelles.
Pour des maladies infectieuses (comme la grippe, la tuberculose), des raisons psychosociologiques peuvent être responsables
d'une baisse de résistance aboutissant à la maladie.
Dans cette perspective, quasiment toutes les maladies peuvent
être considérées comme des maladies psychosomatiques où les facteurs psychiques et somatiques joueraient des rôles d'importance
variable.
3) Immunologie et système nerveux autonome
Au niveau des organes lymphoïdes, l’innervation sympathique
participe au contrôle du débit sanguin régional mais influence aussi l’activité des cellules lymphoïdes et de ce fait exerce un contrôle
immun régulateur. L’intensité de la libération du médiateur est ré-
glée par l’activité des récepteurs des terminaisons hormonales. Les
macrophages aussi présentent un récepteur à l’acétylcholine, premier neuromédiateur du système nerveux, et vont répondre à la
commande du nerf vague par une réponse inflammatoire.
Comme vu précédemment, les organes du système immunitaire
sont innervés par le nerf vague, et par la stimulation de celui-ci en
cas de réaction immunitaire, les fibres sensorielles du nerf vague
provenant de l’abdomen au niveau des organes lymphoïdes peuvent projeter des afférences vers le tissu cérébral. Aussi le diencéphale n’étant pas complètement protégé par une barrière hématoencéphalique, il est sous l’influence des cytokines circulantes.
Les cytokines pouvant avoir un effet important d’inhibition synaptique centrale. Cette information complète les précédentes, expliquant la somnolence et les autres symptômes non biochimiques
retrouvés chez les patients en état infectieux.
Dans le cas de l’anxiété, la sécrétion des corticoïdes par les
surrénales est en réaction à l’élément stressant qui peut être
d’origine psychique (émission depuis l’hippocampe) ou d’origine
biologique (réaction du système immunitaire). Cette réaction
bloque alors la bonne régulation de l’axe hypothalamo-hypophysosurrénalien. Ainsi lors des maladies psychiques ou dues au vieillissement il y aura une perte des capacités d’apprentissage et de
mémoire pour lesquelles l’intégrité de l’hippocampe est nécessaire
(stress, pathologies et immunité p59).
L’existence de ce réseau d’interactions si importantes entre
système nerveux et immunitaire nous invite à nous interroger sur
sa signification. On a bien démontré l’action des corticoïdes par cet
axe sur le comportement. L’effet comportemental qu’ont les cytokines sur le cerveau est tout aussi important, on remarque bien
chez tous les patients malades une altération du fonctionnement
cérébral, de l’humeur et de la cognition.
Nous avons donc remarqué que les interactions des systèmes
nerveux, endocrinien, immunitaire et psychologique se faisaient
dans les deux sens et entre chacun d’eux, de manière directe ou
indirecte. Que quel que soit le système perturbé à la base, une répercussion est observée chez les autres. Il y aujourd’hui à notre
disposition des explications biochimiques pour donner un sens à la
relation entre ces systèmes et comprendre comment ils interagissent entre eux, dans quel but et comment il est possible de modifier ces messages.
Il y a donc plusieurs grilles de lecture de la psycho-neuroimmunologie. La première est que les mécanismes des interactions
entre système nerveux et système immunitaire représentent le
substratum biologique par lequel le fonctionnement mental inadéquat retentit sur le fonctionnement somatique (psychosomatique
vue sous l’angle de la psychogenèse).
Mais un autre angle de vue nous amène à penser que
puisque l’effet inverse existe, il ne faut pas non plus oublier
l’importance que le somatique à sur le fonctionnement mental. Les
cytokines sont capables d’entrainer des modifications de l’humeur
et de la cognition.
On trouve des facteurs psychologiques à l’apparition des maladies
impliquant le système immunitaire et inversement.
Ce qui est dit dans ces recherches ne dépend pas que de la
théorie mais a bien été attesté par des travaux menés dans ce but.
Par exemple l’implication du facteur psychologique dans le développement des maladies coronariennes20.
A titre d’exemple on sait maintenant que l’artériosclérose résulte
d’un processus inflammatoire au niveau de l’endothélium vasculaire, sous l’action de micro-organismes pathogène comme chlamydiae pneumoniae. Le fait que de nombreux patients se sentent profondément épuisés avant la survenue d’un épisode coronarien peut
être lié aux effets sur le cerveau des cytokines pro-inflammatoires.
Cet état d’épuisement vital peut lui-même favoriser la baisse
20
Ibid.
des défenses immunitaires envers les micro-organismes en cause
et contribuer ainsi à augmenter l’amplitude de la réaction inflammatoire.
En effet, chez les patients faisant l’objet d’une angioplastie
coronarienne, les concentrations plasmatiques de cytokines proinflammatoires se sont avérées d’autant plus élevées que les patients étaient épuisés, et ces concentrations élevées de cytokines
étaient associées à des titres élevés d’anticorps contre chlamydiae.
4) Le système nerveux entérique
Les intestins sont composés de millions de neurones et des
centaines de milliards de bactéries qui influencent nos audaces et
notre personnalité. Comment ? Il constitue le plus gros rassemblement de neurones du corps en un système et porte le nom de
système nerveux entérique. Organe intelligent, primordial, recouvert de 200 millions de neurones qui nous permettent de digérer.
L’intestin serait un deuxième cerveau qui comme un microordinateur délocaliserait une partie du travail vers la périphérie.
Ce nom de deuxième cerveau est largement remis en question par
les chercheurs spécialisés dans le domaine, car selon l’évolution,
les organismes pluricellulaires les plus anciens ne possédaient
qu’un système entérique et non un cerveau, faisant de ce système
neuro-bactériologique
le
premier
cerveau
du
corps
selon
l’évolution. Le cerveau et le système entérique sont en communication permanente via le nerf vague et la circulation sanguine et utilisent les mêmes neurotransmetteurs.
Dans le cerveau la sérotonine apporte la sensation de bienêtre et dans le ventre elle rythme le transit intestinal et régule le
système immunitaire. 95% de la sérotonine de notre corps est produite dans notre ventre. Elle est libérée dans le sang et à plusieurs
zones cibles dans le cerveau dont l’hypothalamus, siège des émo-
tions.
Le système entérique et le système central communiquent
entre eux par le nerf vague. La sérotonine qui circule par voie sanguine vers le cerveau, peut se retrouver en excès et créer un déséquilibre.
Les nouvelles recherches montrent donc que le ventre peut
influer sur le cerveau et sur les émotions via ses neurotransmetteurs au moins, comme la sérotonine. Le syndrome de l’intestin
irritable est la preuve flagrante que nous offre notre société moderne pour expliquer les problèmes de communications entre notre
cerveau et notre ventre. Cette maladie touche 10% de la popula-
tion. Chez les patients malades, le système nerveux entérique est
beaucoup plus actif que chez les patients sains. De plus il développe une hypersensibilité et une hyperréactivité.
Le système entérique influence la manière dont on se sent, et
le fonctionnement du cerveau en lui envoyant des informations qui
n’accèdent pas à la conscience mais peuvent changer notre capacité à percevoir le monde, à lutter contre l’anxiété et la dépression.
C’est en ce sens que notre ventre contribue à notre adaptation
comportementale inconsciente.
A force de recherches les scientifiques ont émis l’hypothèse
que si les deux cerveaux étaient si similaires, qu’ils partageaient
leur configuration et leurs sécrétions, peut être partageaient-ils
aussi leurs maladies.
A Nantes les chercheurs travaillent dans le sens de cette hypothèse. Ils étudient donc les maladies qui vont de la dépression à
parkinson, dans lesquelles il existe autant de troubles cognitifs que
de troubles intestinaux. Dans l’étude des deux systèmes nerveux
correspondant à ces troubles, il s’avère que de réelles lésions et de
réels dysfonctionnements sont mesurés et prouvent le lien entre
maladie mentales et digestives, par des marqueurs ou lésions histologiques.
D’ailleurs il est avéré que les troubles digestifs sont souvent
d’apparition plus précoce (jusqu’à 20ans avant) que celle des
troubles moteurs ou cognitifs (dans le cas de parkinson).
Donc pour l’exemple de Parkinson les chercheurs tendent maintenant à dire que la maladie débuterait dans l’intestin et se déplacerait de proche en proche jusqu’à une atteinte du système nerveux
central.
Les troubles moteurs, la perte de l’équilibre et le ralentissement intellectuels sont en fait les derniers stades de la maladie,
celle-ci commençant chez le plus grand nombre des patients par
un ralentissement de ma motricité intestinale (constipation) ou
d’autres troubles digestifs souvent nommés comme idiopathique,
portant au début le nom de « syndrome de l’intestin irritable ».
Rappelons après ces informations que l’origine réelle de la
maladie n’est pas encore prouvée, et que l’hypothèse qui propose
que le ventre serait la région à l’origine des troubles, est pour
l’instant suivie à cause de la multitude d’éléments qui convergent
vers cette dernière, mais ne repose pas sur des résultats
d’expériences scientifiques. Par contre il est possible de diagnostiquer un malade parkinsonien par une biopsie intestinale.
Cette information validée pour Parkinson pousse à conduire à la
même expérience pour pouvoir diagnostiquer les maladies psychiatriques.
La médecine chinoise depuis plus de 3000 ans se base sur
des principes de communication entre les organes. La vision de ces
médecines traditionnelles prend en compte un fluide énergétique
qui permettrait cette communication, et dans cette logique
l’interaction que l’on découvre tout juste en occident par nos recherches scientifiques. Il va de soi que lorsque deux médecines
aussi éloignées l’une de l’autre prouvent chacune à sa manière la
même chose, cette chose peut être considérée comme une vérité.
Notre science a prouvée biologiquement qu’une modification de nos
composants circulants dans le corps se répercute aussi au niveau
cérébral. Par leur théorie énergétique mais aussi par leurs résultats expérimentaux, les médecins chinois soignent l’esprit par le
corps.
Travailler le corps pour aider à soigner l’esprit semble moins
abstrait maintenant grâce aux informations récoltées.
Nous sommes composés de 100 fois plus de bactéries que d’autres
cellules dans notre corps. Ces bactéries vivent dans notre intestin,
et ce sont elles qui digèrent pour nous et convertissent la nourriture en énergie.
Nous ne pouvons pas reconnaître un danger ou un toxique
sans les bactéries. Ce sont donc elles qui informent le système immunitaire de l’agression et lui demande de réagir.
Le système bactériologique qui nous compose est différent
entre tous les individus mais nous avons pu les classer en 3
grandes familles qu’on appellera les entérotypes. Grâce à cette
avancée nous arrivons désormais à voir uniquement par l’analyse
des bactéries intestinales (le microbiote) les prédispositions pour
les maladies chroniques, par exemple le diabète, les maladies cardiovasculaires, etc…
L’hypothèse comme quoi notre comportement et notre cerveau dans son fonctionnement serait influencés par les bactéries
qui nous composent, s’est avérée très concluante par les expériences menées pour l’heure uniquement sur des souris. Nous
avons regardé le comportement des souris avec ou sans flore bactérienne pour commencer et avons remarqué que celles qui en
étaient dépourvues prenaient beaucoup de risques, n’avaient pas
peur du danger, étaient curieuses et aventureuses voir irresponsables.
Donc notre volonté, notre personnalité est-elle innée ou sous
influence ? Toujours sur les souris l’expérience de transfert de microbiotes a montré que changer la flore intestinale d’une souris
modifie aussi son comportement. Si on prend une souris calme et
qu’on lui injecte le microbiote d’une souris agressive alors elle devient agressive à son tour, et inversement. Mais cette expérience
n’est pas si innovante car dans le cas de la toxoplasmose, le microbe va habiter chez la souris et va inhiber chez elle la peur du
chat.
La prise de probiotiques peut modifier le rapport au stress ?
Test chez les femmes en bonne santé : réponse physiologique face à
des images négatives et menaçantes. Après deux semaines passées
à compléter leur alimentation par des yaourts riches en probiotiques, les mêmes images suscitaient moins de réponse dans le
cerveau. Moins de stress, moins de message de défense et de fuite.
Donc une stimulation moindre du système sympathique. Toute lésion au niveau de cette circuiterie neurale acheminant les perceptions corporelles entraîne une modification des processus mentaux. Par sa structure et sa chimie, ce SNE est donc un cerveau à
part entière en communication permanente avec l'autre, souffrant
des mêmes maux et capable de lui transmettre les siens en générant des émotions.
Gershon nous dit " on commence à réaliser que ceux qui
cherchent comment le cerveau détraque l'intestin sont partis dans
une mauvaise direction ». Ainsi, on pensait il y a quelques années
qu'il existait une personnalité à colite ulcéreuse, que c'était une
maladie psycho-somatique. C'est l'inverse. Avoir des trous dans le
colon peut rendre anxieux et névrosé. C'est vrai aussi pour la maladie de Crohn ou l'ulcère peptique. Votre intestin peut vous rendre
dingue! Arrêtez la maladie et vous arrêterez la personnalité.
On sait déjà le rôle du SNE dans certaines pathologies digestives et leur lien avec l'autre cerveau : Ainsi le syndrome de l'intestin irritable, qui touche 20  de la population, est associé à une
augmentation de la perception des stimuli viscéraux et à une hypersensibilité de l'intestin aux distensions. Des symptômes exacerbés par le stress qui peut aussi diminuer l'étanchéité de la muqueuse face aux agents infectieux.
Sur 10 messages nerveux transitant entre la tête et le SNE
par le nerf vague, 9 sont émis par l'intestin. La plupart arrivent au
système limbique qui modère les légers dérangements pouvant occasionner une activité intestinale.
Le corps étant pris en référence dans l’émotion, on peut supposer que l’action de l’ostéopathe changera la perception du corps et
agira sur l’émotion. L’imagerie mentale doit être complétée par le
ressenti physique de l’émotion et inversement pour recréer la circularité du système.
Nous avons donc ces nouvelles informations qui nous montrent
que les modifications dans le SNE ont des répercussions sur le
SNC. Or en ostéopathie, plusieurs expériences ont déjà objectivées
l’effet des manipulations ostéopathiques, directes ou indirectes sur
le système nerveux et les viscères.
5) Une place pour les médecines alternatives
Nous savons maintenant que Le refoulement effectue une déconnexion neurale entre la partie de nous-mêmes qui sait que
nous avons mal (tronc cérébral, système limbique), et celle qui
pourrait accomplir le processus de guérison (cortex préfrontal). La
morphine, que nous sécrétons, empêche ainsi le message viscéral
douloureux d'accéder au cortex cérébral. Ce mécanisme est à la
base, selon Janov, de la névrose, mal nécessaire, qui se manifestera soit dans la sphère psychique, soit dans la sphère somatique. Ce
n’est, alors, que l'expérience physiologique consciente de la souffrance qui pourra provoquer la guérison. Tous les processus de
prise de décision et de raisonnement sont intimement liés à
l’émotion et nous entrevoyons les possibilités importantes d’une
action sur l’émotion par l’intermédiaire d’une action sur le corps.
Le phénomène de genèse et de perception des émotions par le
biais des processus en « boucle » peut être interrompu, à différents
niveaux, et maintenir ainsi une pathologie émotionnelle. La prise
en compte corporelle pourra alors lever les obstacles en rétablissant les connexions.
Il existe donc une place à prendre dans les thérapies manuelles
pour la prise en charge des maladies psychiques. La recherche
dans le domaine de l’anxiété, comme dans de nombreux domaines
des neurosciences, met à profit des approches intégrées, qui nécessitent des expertises multiples. Les études moléculaires doivent
à présent impérativement s’intégrer dans le contexte comportemental le plus proche possible de situations physiologiques, tout en
étant rigoureusement contrôlées sur le plan expérimental. Les outils génétiques donnent une puissance inégalée pour rechercher la
fonction d’une molécule déterminée. Ce type d’approche est appelé
à se développer dans les années à venir avec des outils qui permettront d’activer ou de rendre silencieux certains circuits neuronaux
sélectionnés.
La résolution, pas à pas, de ces processus élémentaires imbriqués,
devrait
permettre
d‘expliquer
les
mécanismes
sous-tendant
l’anxiété pathologique. Mais les résultats ne pourront être probants
que lorsque les études seront multidisciplinaires, et que nous
n’oublierons pas qu’il existe en l’homme une seule force responsable de la santé physique et psychique.
Platon disait déjà que « l’erreur présente, rependue parmi les
hommes, est de vouloir séparer la guérison du corps et celle de
l’esprit », point sur lequel Aristote, Epicure, Lucrèce et bien
d’autres s’entendent, tout en précisant sagement qu’il faut pratiquer cette pensée sans ignorer les nouveautés anatomiques et biologiques. Nous sommes un tout et l’homme étant si complet, ne
peut être traité correctement que si l’on considère tous ses aspects
lorsqu’il perd la santé.
C’est pourquoi les thérapies hors du système médical plaisent autant. La médecine étant subdivisée en spécialité en fonction
de la région anatomique (ex : chirurgie orthopédique du genou) ou
du système (ex : endocrinologue), elle manque de perspective sur
les maladies et de considération du patient dans sa globalité. Ne
voyant pas les rapports entre les systèmes il est possible de reconduire un patient chez plusieurs spécialistes, ce qui prendra du
temps, de l’argent de l’énergie et qui dans l’esprit du malade ré-
sonnera de manière négative puisque ce dernier pourra imaginer
que rien ne va chez lui, que sa santé est mauvaise et que si les
choses se compliquent tant c’est peut-être qu’on ne trouvera pas la
bonne solution ; chose qui ne fera qu’entretenir le circuit psychique emprunté par l’anxiété et comme expliqué précédemment,
maintiendra les défaillances immunitaires, hormonales et musculaires, donc le patient dans la pathologie.
Une médecine plus holistique plait d’avantage aux patients
qui se sentent enfermés dans un cercle vicieux dépendant des médicaments. De plus une génération nouvelle tournée vers les traitements naturels grandit en même temps que le courant de pensées qui reconsidère le lien entre le corps et l’esprit comme cela
n’avait pas été le cas en occident depuis des centaines d’années.
Un exemple frappant est celui de l’hypnose, pour qui l’esprit
est maitre de tout et dont les effets rapides ont étés mesurés par
des appareils d’imagerie médicale. Les résultats sont notables autant sur l’aspect psychique du patient que sur le physique (les douleurs sont mieux tolérées ou disparaissent).
Bien que vielle de 4000 ans, la médecine chinoise est récemment arrivée en Europe et apportant des solutions dites miracles pour le traitement de maladies inflammatoires chroniques
autant que pour les douleurs musculaires, les entorses et les dépressions.
L’ostéopathie, dernière-née dans les thérapies globalistes a un
avantage pour se faire comprendre par la médecine occidentale,
c’est l’anatomie. Et par ce biais elle explique son champ d’action
qui dépasse parfois la connaissance des qualités de celle-ci.
Ces médecines holistiques présentent de nombreux avantages contrairement à l’allopathie, car il n’y a pas d’accoutumance
aux médicaments, et donc pas d’effets secondaires ou indésirables.
Il y a donc beaucoup de thérapies méconnues malgré les bienfaits
de leur prise en charge. Pour les maladies d’ordre mental, les traitements étant lourds, avec beaucoup d’effet secondaires, une accoutumance rapide et une dépendance élevée, il est peut-être
temps d’envisager une étude massive pour évaluer la qualité des
autres thérapies comparées à la médecine allopathique, ou encore
accompagnée de celle-ci.
Des solutions aussi efficaces, moins chères, moins longues, sans
contrepartie néfaste pour le patient et sa santé se feraient mieux
connaitre, dans l’intérêt des thérapeutes, du patient et des caisses
d’assurances maladies.
III)
L’ostéopathie dans la prise en charge psychosomatique
L’ostéopathie et son champ d’action
L’ostéopathie structurelle possède sa logique et sa physique : on
étire ce qui est raccourci, détend ce qui est tendu, draine ce qui est
trop plein, voire on replace ce qui est « déplacé ». Les indications
comme les dangers sont alors clairs. Il n’en va pas de même avec
l’aspect énergétique de l’ostéopathie, où les mains ne bougent pas,
et pourtant nous ressentons. Comment expliquer ce phénomène ?
Energétique et bioénergie sont des termes fréquemment employés pour décrire les approches ostéopathiques dites « d’écoute
des tissus ». Elles se différencient des manipulations dites « structurelles » où la matière est mobilisée, directement, avec les mains.
La matière du patient et de l’opérateur bougent peu. Mais
l’expérience intérieure des praticiens, cependant, est riche, et ceux
qui les pratiquent décrivent, sous leur main, de nombreux types et
qualités de mouvements, spontanés et/ou induits. A priori, énergétique est un terme qui résume ces approches mieux que manipulations, et nous verrons tout de suite pourquoi.
On peut se poser la question sur la nature de cette énergie
qu’on mobilise, et la justifier face au monde scientifique par la
physique, chimie ou biochimie.
Premièrement et naturellement nous utilisons l’énergie mécanique, qui inclut l’énergie cinétique et l’énergie potentielle, liées à la
gravité et correspondant aux justifications de l’ostéopathie structurelle où l’on utilise, lors des manipulations, la vitesse du mouvement, l’inertie, le poids des membres etc.
Deuxièmement l’énergie électromagnétique. L’activité électrique
de nos cellules se manifeste à la surface du corps (mesurée dans
l’activité neuronale, l’EEG, l’ECG…). Qui dit activité électrique dit
champ magnétique et nous en sommes pourvus, bien qu’il soit
considéré comme très faible à la surface de la peau.
Les ostéopathes touchent la peau et mélangent alors directement leur champ magnétique avec celui de leur patient.
Comme les ostéopathes utilisent la main comme outil thérapeutique, et parlent avec l’anatomie occidentale (deux choses encrées
dans la matière et la vision scientifique), elle se fait mieux comprendre que les autres médecines alternatives.
Avant de décrire davantage l’ostéopathie, rappelons que ce qui
a été mis en évidence dans les premières parties de ce mémoire,
Andrew Taylor Still l’avait déjà exprimé à plusieurs reprises et insistait pour dire que l’Homme est une unité triple. Il parlait du
corps physique évidement, du corps spirituel que nous permettait
de ressentir et de l’esprit. Rappelons que l’ostéopathie est née de la
connaissance scientifique de l’anatomie et la physiologie. Quand on
demandait à A.T. Still ce qui différenciait l’ostéopathie des méthodes de traitements rebouteux et du mesmérisme contemporains
de la création de son ostéopathie il répondait « l’anatomie et encore
l’anatomie ». Il faut maitriser parfaitement ces connaissances sur la
physiologie pour pouvoir apporter de l’aide à l’Homme malade, une
habileté mécanique pour pouvoir détecter et réajuster les modifications qui déséquilibrent le corps. Faire de l’ostéopathie c’est rétablir les fonctions du corps et l’équilibre tel que la nature l’a conçu
(Still, la philosophie et les principes mécaniques de l’ostéopathie).
Nous connaissons l’éventail du champ d’action de l’ostéopathie.
Nous arrivons à joueur sur les sécrétions hormonales (insuline
dans le cas du diabète), sur la vascularisation des organes21, de
l’état de vasoconstriction/vasodilatation des artères22, la proprioception, le drainage lymphatique et par conséquent agissons aussi
sur l’esprit, puisque vu dans le deuxième chapitre. Suite à une lé21
“Effet Des Manipulation Osteopathiques Objectivés Par Caméra Infrarouge.,” n.d.,
http://www.larevuedelosteopathie.com/xmedia/Numero2/Article_Radiometrie_IR.pdf.
22
“Olivier Balas,” n.d.
sion de structure (tissulaire) par action d’une source énergétique
externe : mécanique, thermique, chimique, etc., les syndromes aigus ne se présenteront pas de la même façon, suivant l’histoire antérieure de l’organisme qui les subit. Les dysfonctions en réaction à
un des perturbations externes dépendent du terrain.
La dysfonction ostéopathique est l’état résultant de la dynamique métabolique tissulaire au moment où elle s’installe et selon
le terrain sur lequel elle s’installe. C’est pourquoi un traumatisme
donné peut avoir tant de conséquences différentes en fonction du
sujet qui le subit.
Cette dynamique, elle-même, dépend de toute l’histoire antérieure, neuro-endocrino-métabolique, du sujet, c’est-à-dire de ses
rapports historiques avec ses environnements. La physiopathologie
se trouve dominée par les processus de mémoire (génétique, immunitaire et surtout ici nerveuse) et leurs conséquences sur le
comportement à l’égard du milieu.
Cette mémoire nerveuse se souvient des actions inefficaces ou
douloureuses (hypothalamus). C’est elle qui mobilisera le système
inhibiteur de l’action (cause du stress). Celui-ci mobilisera à son
tour le système neuroendocrinien, hypothalamo-hypophysosurrénalien, avec libération de glucocorticoïdes de la réaction
d’alarme (d’anxiété). Cette angoisse s’auto-entretiendra aussi longtemps que l’action gratifiante (hypothalamus), n’aura pas interrompu le cercle vicieux entraînant alors les maladies psychosomatiques avec effondrement, entre autres, des défenses immunitaires.
Nous avons peut-être là l’explication à l’échec de certaines techniques ostéopathiques qui ne prennent pas en compte l’aspect
émotionnel, le vécu, de la pathologie du patient. Si l’atteinte de la
structure survient sur un terrain de stress permanent avec perturbation de l’homéostasie généralisée, la correction structurelle sera
insuffisante.
Le rétablissement de l’homéostasie restreinte ne suffit pas
quand l’homéostasie généralisée est déficiente, l’action de
l’ostéopathe ne devrait donc pas se contenter de techniques structurelles si elle vise le rétablissement global du patient souffrant
d’anxiété et des autres maux qui en découlent.
Nous essayerons d’expliquer les réactions émotionnelles du patient
et l’action de l’ostéopathie suite aux constatations cliniques de nos
traitements.
Déjà par la communication non- verbale un patient dévoile
beaucoup sur sa personnalité. Par sa posture, sa gestuelle et sa
façon de parler il va nous orienter vers une prédominance émotionnelle qu’il est possible de confirmer par l’anamnèse et les tests
manuels. Si l’ostéopathe veut rester global et juste il n’a pas
d’autre choix que de prêter une attention aussi importante à
l’examen verbal que physique car même si c’est inconscient les patients ne disent pas tout. Grâce à l’étude des typologies, statique et
dynamique, nous avons dès les premières minutes en présence du
patient, des informations sur son caractère, extraverti ou introverti, anxieux, agressif ou inhibé.
Ensuite l’interrogatoire systématique en début de séance va
faire ressortir les points importants de la pathologie du patient et
la notion de traumatisme physique ou psychique.
Nous avons parlé de l’habitude des patients à ne pas tout dire à
leur sujet, cela peut être dû au refoulement et c’est à ce moment
que les autres interrogatoires et l’examen physique sont d’une
grande utilité pour le bon diagnostic. C’est en interrogeant le corps
que l’ostéopathe va trouver les zones en souffrance, peut être oubliées et que l’on peut ramener à la conscience par stimulation de
points douloureux, et c’est par la mémoire de la douleur et tissulaire, indissociable de l’émotion qui était rattachée au traumatisme
initial. Nous pouvons préciser que ce raisonnement s’applique aussi bien à la douleur (ou souffrance) physique que psychique.
Les ostéopathes depuis les débuts d’A.T. Still parlent de mémoire cellulaires, disent la ressentir et la traiter. Cette idée autrefois choquante s’avère moins surprenante quand on en parle aujourd’hui et cela depuis les transplantations. Les patients se retrouvent à avoir des comportements, des souvenirs et des orientations dans leur choix de vie, radicalement différents de ceux qu’ils
avaient avant l’opération, et qui correspondent avec beaucoup trop
de similitude pour être dû au hasard, à l’hôte de l’organe.
L’hypothèse de la mémoire cellulaire a beau être difficile à expliciter la plupart du temps, ces expériences la rendent crédible.
Selon Janov, de récentes observations chez des patients transplantés semblent indiquer que des cellules elles-mêmes peuvent conserver des souvenirs. Une femme ayant subi une transplantation
cœur poumon s’est mise à ressentir d’étranges et irrépressibles envies de bière et de chicken Mc Nuggets.
Vérification faite, il s’est avéré que le donneur avait un fort penchant pour ce régime. Cette patiente faisait aussi des rêves dont le
contenu lui était étranger, comportant des personnes qui étaient de
toute évidence bien connues du donneur. Elle a constitué un
groupe avec d’autres individus transplantés affirmant avoir les
mêmes réactions. Ce n’est qu’une anecdote, bien sûr, mais elle illustre parfaitement l’existence d’une mémoire cellulaire, de souvenirs fixés non dans le cerveau, mais ailleurs dans l’organisme.
Il semble que nos cellules ou nos circuits cellulaires se souviennent des dommages qu’ils ont subis grâce à leur association
avec le souvenir dans le système nerveux central. Un enfant battu
gardera en lui le souvenir d’avoir été détesté, mais comme ce sentiment est trop dur pour sa sensibilité, il sera refoulé. Mais le corps
aura enregistré l’évènement traumatisant.
On en revient à la capacité du mental à modifier considérablement
la physiologie du corps. Cette action est en lien avec la connexion
permanente du corps avec le cerveau.
Nous pouvons ici émettre l’hypothèse que notre action, en
mobilisant les tissus en général, va stimuler le système neuroendocrinien avec libération de neurotransmetteurs, le S.N.V et donc le
système immunitaire par action mécanique, énergétique et quantique.
Les sentiments liés aux pensées que nous réactivons alors
par notre toucher seraient à même de modifier à leur tour,
l’information transmise dans les vésicules synaptiques.
Notons rapidement car ce n’est pas l’objet de ce mémoire, que le
comportement du praticien influence la qualité du traitement.
Dans ce rapport étroit nous devons prendre en compte l’empathie
et le positivisme du thérapeute (notion développé aussi par Chopra).
Nous avons observé dans des cas de paralysies que les patients ne ressentaient plus aussi intensément les émotions connus
auparavant. Cette observation a mené à des recherches qui concluent que chaque organe est lié intimement à une émotion, et que
de rompre le lien neurologique qui crée la connexion entre l’organe
et le cerveau perturbe grandement la transmission de l’information
émotionnelle, mais sans la faire disparaitre totalement. L’impulsion
nerveuse relative à l’angoisse peut se manifester dans l’estomac
sous forme d’ulcère, dans le colon sous forme de spasmes ou encore dans l’esprit sous forme d’obsession. Cependant, toutes ces
manifestations proviennent de la même impulsion. L’angoisse se
transforme elle-même d’organe en organe mais chaque point du
corps sait que cette angoisse circule et chaque cellule s’en souvient. Nous pouvons oublier consciemment nos angoisses mais
aussitôt, la sensation est là pour nous les rappeler et cette sensation semble omniprésente (Relation corps et émotion: approche
scientifique et hypothèse thérapeutique en ostéopathie, Jean luc
Lasserre).
Etant donné le champ d’action de l’ostéopathie comme définie
ci-dessus, il est envisageable de proposer l’explication au traitement de l’anxiété, mais aussi des émotions en général par
l’ostéopathie, en traitement les troubles fonctionnels.
Les dysfonctions somatiques sont une fonction altérée ou modifiée
dans ses composants somatiques (structure corporelle) : structures
squelettiques, articulaires et myofasciales, et leurs composants
vasculaires, lymphatiques, et neurologiques connexes »23.
La dysfonction somatique est objectivée par 4 paramètres :
-texture anormale des tissus
-asymétrie des repères anatomiques
-restriction de la mobilité
-tissu sensible
Ostéopathie et anxiété
Nous avons constaté dans les chapitres précédents la prépondérance de l’émotion dans toutes les activités de l’être humain : relationnelle, comportementale, psychique et l’importance du corps
pour l’expression et la perception de cette émotion. Il nous faut
donc expliquer comment l’ostéopathie agit dessus.
D’abord posons les hypothèses d’origine du trouble fonctionnel en
ostéopathie.
La douleur est décrite comme l'expression d'une expérience
sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire
existante ou potentielle ou décrite en termes d'une telle lésion.
Cette définition sous-entend des mécanismes générateurs anatomophysiologiques, mais aussi d’ordre psychologique.
23
[2]
Glossary Review Comittee, for the Educational Council on Ostepathic Principles and the
American Association of Colleges of Osteopathic Medicine. Glossary of Osteopathic Terminology.
April 2002. Available At:, n.d., http://www.doonline.osteotech.org/pdf/sir_collegegloss.pdf. Accessed November 30, 2012.
- Si cette douleur est de nature physique (entorse de cheville par
exemple), le patient se souviendra de l’histoire du traumatisme et
nous l’inciterons à verbaliser celle-ci. Ce faisant, il réactivera inconsciemment l’émotion attachée au traumatisme (technique utilisée en psychothérapie ou encore en hypnose).
- Si elle est de nature psychique et donc plus en rapport avec une
émotion « somatisée » (diaphragme par exemple), nous appliquons
le même raisonnement et demandons au patient de nous raconter
les circonstances pendant lesquelles se déclenchent cette émotion.
Notre stimulation manuelle va donc engendrer un changement
corporel lié à l’émotion.
On peut supposer que, en recréant cette configuration tissulaire émotionnelle, nous faisons revivre au patient l’expérience
physiologique de la souffrance passée. L’information donnée au
corps enclenche alors la reconnexion et le processus de guérison
interrompue par le refoulement de la souffrance. On redonne la
possibilité aux tissus de retrouver leur mécanisme d’auto-guérison
interrompu à cause du stress émotionnel (du fait de son intensité
ou de sa durée).
L’émotion, ressentie de nouveau, va pouvoir alors être intégrée et comprise par le cortex préfrontal et le système limbique et
c’est comme ça que l’émotion s’évacue nous l’avons vu en deuxième
partie. La réaction émotionnelle lors du traitement ou après celuici peut correspondre à la libération des tensions accumulées (somatisation) par refoulement de l’émotion et expliquer l’amélioration
obtenue.
Nous connaissons le rôle de la voie paléo-spino-réticulothalamique à conduction lente et responsable après stimulation
nociceptive de la douleur sourde, mal systématisée (non discriminative). Elle met en jeu des comportements d'éveil et de défense et
est à l'origine des composantes affectives (qui confèrent à cette
sensibilité son caractère désagréable) et cognitives (à l'origine de
phénomènes comportementaux référés à l'expérience antérieure
mémorisée : réactions d'attention, d'anticipation, de fuite...) de la
sensation douloureuse.
Ce rappel anatomique nous montre le coté émotionnel, psychologique et cognitif de la douleur et nous permet de comprendre
la réponse émotionnelle suite à la réactivation d’un point douloureux lors d’un traitement ostéopathique.
Les douleurs viscérales, à l'inverse des douleurs somatiques, sont
mal localisées, vagues, diffuses. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette particularité: la complexité du réseau sympathique organisé sous forme de plexus, le trajet parfois complexe de l'influx
centripète qui peut pénétrer par le biais de la chaîne latérale à des
niveaux segmentaires différents. Les fibres transportant la sensibilité viscérale et celles de la sensibilité tégumentaire et des séreuses
(plèvre, péritoine) convergent au niveau médullaire. Cette convergence rend compte des douleurs viscérales projetées et de mécanismes réflexes, en particulier sympathiques à la douleur. Ici encore, la douleur viscérale que nous réveillons par notre palpation et
notre traitement va réactiver l’émotion liée à la douleur et expliquer
les réactions neurovégétatives qui peuvent se produire.
Nous voyons ici l’importance de l’émotion dans la mémoire,
consciente et inconsciente. L’émotion ayant pour support le corps,
la réactivation des événements du passé, à connotation émotionnelle, s’obtiendra en travaillant les zones du corps correspondant à
la somatisation de celle-ci.
Il reste beaucoup d’inconnues sur l’inscription physiologique
d’une douleur et les sites anatomiques impliqués. Le système nociceptif est probablement soumis à une “ finalité ” d’oubli de la douleur, mais tout stimulus douloureux entraîne des modifications
neurochimiques et synaptiques durables du système nerveux cen-
tral24. La réactualisation d’une expérience douloureuse ancienne
reste exceptionnelle mais le phénomène de douleur-mémoire est
important dans la genèse de certaines douleurs chroniques neurologiques.
On retrouve sensiblement les mêmes structures impliquées
dans la douleur, la mémoire de la douleur et l’émotion d’où
l’importance du traitement ostéopathique de ces zones.
C’est donc bien le réveil d’un point douloureux et un traitement
tissulaire qui déclenchent les sensations corporelles mémorisées,
donc une émotion chez le patient et qui par réactivation de la douleur entraine un changement de comportement de sa part.
Histologiquement, tous les éléments du corps sont composés de
biopolymères, qui sont les cellules des tissus conjonctifs. Retrouvés
dans la dure-mère, les tendons, les muscles, les capsules articulaires, les aponévroses… elles sont capables de se rétracter sous la
pression et retrouver leur longueur initiale à la disparition de la
pression. C’est ainsi qu’on explique l’efficacité des techniques tissulaires en ostéopathie25.
C’est l’apport d’énergie qui provoque une réaction mécanique
sur la zone contractile. Dans la dysfonction ostéopathique c’est une
rétention d’énergie qui crée la contraction des fibres de bio polymères et le rétablissement des bonnes tensions se fait par l’apport
des pressions supplémentaires exercées par l’ostéopathe. Une fois
les fibres réorganisées alors quand la pression s’enlève le tissu retrouve sa longueur initiale.
Plusieurs cas peuvent se présenter :
- Soit les biopolymères demeurent rétractés,
- soit ils demeurent allongés,
- soit ils demeurent rétractés d'un côté et allongés de l'autre,
comme cela serait le cas pour des tissus péri articulaires.
24
Jean Luc Lasserre, “Relation Corps et Émotion: Approche Scientifique et Hypothèse Thérapeutique En Ostéopathie.,” n.d., http://jeanluc.lasserre.pagesperso-orange.fr/index.html.
25
“BOURDINAUD Philippe, DO.MRO(F) : Revue Apo Still n°8 Éditions Sully Printemps 2001,” n.d.
L'énergie du MRP est celle censée mobiliser en expansion et
rétraction les tissus du corps, mais devient ici insuffisante pour
accomplir sa tâche, nécessitant une intervention extérieure pour
que le tissu retrouve sa forme physiologique. La nature de
l’élément extérieur peut être diverse, la main de l’ostéopathe exerçant une force mécanique par exemple, ou de n’importe quelle
énergie car nous avons vu que l’énergie donnée aux bio polymères
est transformée en mouvement cinétique.
Il est troublant de noter que cela corrobore parfaitement ce
que nous observons dans la résolution des tensions et la fuite des
tissus depuis longtemps largement évoquées et décrites par nos
maîtres Sutherland et surtout Rollin Becker.
Nous pouvons supposer que l’émotion, par la modification du tissu
conjonctif qu’elle entraîne, agit également sur la conformation des
bio polymères. Notre action sur ces bio polymères va donc, là encore, changer la conformation tissulaire et le paysage corporel et
stimuler tous les capteurs du système somato-sensoriel et de la
nociception.
Biopolymères allongés
Biopolymères rétractés
Figure
1
URRY,
Dan
«
Les
machines
à
protéines
»,.
(Pour la Science, n°209, mars 1995, fig. 3, 63)
Proposition d’une logique de traitement
Comme le montrent les recherches classiques sur l’émotion des
différents auteurs traitées dans ce mémoire, le crâne apparaît
comme une zone privilégiée du fait qu’il contienne les centres de
commande des émotions, de la commande motrice, des sécrétions
hormonales…
Cependant, cette étude nous prouve aussi l’importance du
corps entier et donc la nécessité de son traitement qui confirme
l’aspect global de notre thérapie.
Donc si nous voulons calmer le système limbique et/ou le tronc
cérébral et l’hypothalamus dans l’hypothèse que l’origine des souffrances du patient est émotionnelle, le structures centrales du système nerveux semblent les premières à investiguer.
Ces structures étant anatomiquement médianes, centrales, il faudra privilégier les techniques répondant à ces caractéristiques : action au centre du crâne, inhibition de l’hyperactivité orthosympathique voir stimulation du système parasympathique.
Nous pouvons citer : technique sur le IVème ventricule, détente des membranes de tension réciproque, roulement bilatéral ou
alternatif des temporaux, foramen jugulaire pour le passage du
nerf vague... En fait, nous constatons que toutes les techniques
membraneuses et liquidiennes crâniennes donnent de bons résultats à court terme. Peut-être par le même mécanisme de la perception du corps grâce aux biopolymères.
Dans le cas d’une origine cognitive, il y aura bien entendu les
mêmes structures centrales à traiter mais aussi les aires plus latérales, aires d’association et du langage.
Si nous voulons maintenir les résultats, nous devons là encore associer une prise de conscience mentale ou une verbalisation de la
situation émotionnelle et vérifier le cortex préfrontal et à fortiori l’os
frontal qui le recouvre.
En ostéopathie crânienne la voûte étant adaptative de la
base, il faudrait d’abord vérifier que cette dernière n’est pas en dysfonction avant de traiter le frontal.
Enfin, vérifier l’intégrité du mécanisme crânien par contrôle de la
symphyse sphéno-basilaire, en particulier compression SSB et extension, mais aussi l’articulation occipito-mastoïdienne considérée
comme primordiale. L’os temporal est considéré comme le « fauteur
de trouble » par Sutherland.
Et pour que les os du crâne bougent entres eux, les techniques membraneuses donnent d’excellents résultats : détente de
la faux du cerveau par une prise fronto-occipitale, équilibration
entre les pôles antérieur et postérieur par une prise vomer-occiput.
Il faut donc traiter toutes les dysfonctions manifestes qui concernent ces régions.
Nous avons vu l’importance du corps dans la genèse de
l’émotion et l’action que peut avoir l’ostéopathe à ce niveau, donc
tant qu’il y a des manifestations somatiques il faut traiter le corps.
Le premier site à souffrir des modifications du système nerveux est
le système entérique. Ce dernier perturbant toutes les étapes de la
digestion car innervé par le nerf vague. Nous rappelons aussi
comme vu dans le deuxième chapitre, que l’estomac et l’intestin
grêle sont les sites où la sérotonine est sécrétée de manière significative et de manière plus importante que dans le système nerveux
central.
La sérotonine jouant le premier rôle dans le bien être du patient, il
est donc indispensable en quantité physiologique autant pour retrouver l’équilibre psychique que physique.
Les manipulations viscérales entrent alors en jeux dans
notre protocole. Une bonne mobilité, une bonne vascularisation,
un bon drainage veineux comme lymphatique sont nécessaires
pour cette bonne régulation de l’hormone.
Des références données plus tôt renvoient vers des recherches
prouvant l’efficacité des techniques ostéopathique concernant le
bon fonctionnement des viscères.
Indirectement certaines techniques crâniennes ayant un effet sur
le nerf vague (anciennement pneumogastrique), agissent logiquement sur le système entérique.
Mécaniquement, le contenu abdominal est dépendant de la
bonne mobilité diaphragmatique. Ce muscle étant le régulateur de
la bonne pression intra abdominale, du brassage de son contenu,
du maintien d’une mobilité constante des organes et des viscères
ainsi que de la vascularisation et du drainage. Nous ne pouvons
donc pas passer à côté du traitement de celui-ci s’il n’est pas dans
sa physiologie.
Selon Caporossi, certaines dysfonctions crâniennes sont connues
comme fréquentes dans les schémas de parasympathicotomie.
La pérennisation des émotions dans le temps favorise leur
imprégnation dans les tissus du corps et la correction sera alors
plus difficile. La lésion ostéopathique nécessitera une correction
structurelle en complément mais aussi un suivi psychologique en
parallèle, pour optimiser l’amélioration de l’état de santé du patient.
Dans tous les cas de prise en charge en ostéopathie avec une
orientation émotionnelle, nous n’oublierons pas le motif somatique
du patient.
Chaque être humain à une somatisation propre face à une
émotion. Certaines études ont cherché à montrer des zones préférentielles de traitement. Pour ne pas faire de généralité gardon à
l’esprit que chaque être est différent, par son vécu, son patrimoine
génétique, émotionnel et son système immunitaire.
L’ostéopathe dans le traitement psychosomatique
L’ostéopathe n’est pas formé comme un psychologue ou un psychanalyste.
Il
n’a
donc
pas
le
droit
de
s’aventurer
dans
l’interprétation de symptômes ou encore moins convaincre le patient qu’il n’a pas besoin de suivi psychologique s’il consulte déjà
un ostéopathe.
Tomber dans cette dérive serait malhonnête mais aussi destructrice pour les patients. L’humilité et la disponibilité à l’écoute sont
des qualités indispensables au bon ostéopathe. Son rôle est donc
bien de faire prendre conscience aux patients, quand c’est le cas,
qu’une source émotionnelle est à l’origine de ses souffrances. Et
que pour retrouver la santé, un traitement du corps est aussi important qu’un travail de l’esprit. Que l’ostéopathie à des outils pour
aider à cette amélioration mais qu’il est possible que sur le plan
psychologique un travail soit nécessaire, surtout si l’élément déclencheur fait toujours partie du quotidien du patient.
Il est important de noter une particularité concernant
l’ostéopathe dans un traitement de la sorte dans les cas où les patients se livrent, ou décompensent, laissant exprimer leurs émotions, leur souvenirs et leur souffrance. L’ostéopathe doit savoir
garder cette distance qui permet à la fois d’être assez proche du
patient pour lui apporter de l’aide mais assez distant pour ne pas
tomber dans l’empathie. Plus facile à dire qu’à faire car il est bien
connu que tous les êtres humains ont tendance à avoir de
l’empathie.
De mon point de vue, il est important pour être un bon thérapeute, d’être bien dans sa tête et dans son corps. Nous devons
nous entretenir dans la même globalité que l’on conçoit pour les
autres et pratiquer au quotidien des exercices qui nous garderons
en santé mentale et physique. Nous ne pouvons pas donner de
conseils aux autres si nous ne sommes pas des modèles dans ce
domaine qui est la santé.
Conclusion
Il y aurait donc une place à prendre dans le traitement des
gens anxieux dans notre société puisque l’on voit bien que
le
nombre de personnes qui en souffrent continue à augmenter. Les
solutions toujours éclatées selon les systèmes dans des thérapies
bien éloignées les unes des autres et n’ayant pas établies de communication entre elles, gardent une vision segmentée de l’Homme.
L’ostéopathe s’il le désire a les moyens de remédier en partie
à cela. Par son approche holistique bien connue, voyant les relations entre tous les systèmes du corps et en intégrant dans sa vision l’état psychologique du patient, il a les moyens d’intervenir sur
l’état d’esprit du patient.
La médecine occidentale très récente finalement par rapport
aux médecines asiatiques, se heurte à de mauvais résultats dans
la prise en charge de certains malades et la solution, à en croire les
médecines plus anciennes, serait de reconsidérer le corps dans son
ensemble et donc de remettre en lien le corps et l’esprit.
Ce qui est intéressant pour les ostéopathes c’est que cette vision du corps dans sa globalité comme défendue par les orientaux,
autant que les solutions qui ont l’air de remettre en cause
l’efficacité de la médecine subdivisée, nous ramène à un des premiers principes de l’ostéopathie.
L’Homme est donc machine bien huilée, produisant de
l’énergie par ses réactions chimiques et pilotée par un système de
commande qui pense et qui ressent. Mais l’Homme est aussi à la
recherche d’un thérapeute unique qui aurait dans sa compréhension du corps la vue d’ensemble qui prend en compte cette pluralité.
Le travail de l’ostéopathe ne changerait pas beaucoup, les
principes sur lesquels il s’appuie sont toujours l’anatomie et la
physiologie. Les connaissances dans l’enseignement n’ont pas be-
soin de changer, mais ne plus se mettre de barrières intellectuelles
sur l’étendue du champ d’action de l’ostéopathie serait un bon début pour voir la profession s’épanouir en même temps qu’une population qui trouverait alors un chemin vers le mieux être.
ANNEXE 1
ANNEXE 2
Echelle HDRS (échelle de dépression de Hamilton)
1) Humeur dépressive (tristesse, sentiment d'être sans espoir, impuissant, autodépréciation)
0
1
2
3
4
Absent
Ces états affectifs ne sont signalés qui si l'on interroge le sujet.
Ces états affectifs sont signalés verbalement spontanément.
Le sujet communique ces états affectifs non verbalement (expression facile,
attitude, voix, pleurs).
Le sujet ne communique pratiquement que ses états affectifs dans ses communications spontanées verbales et non verbales.
2) Sentiments de culpabilité
0
1
2
3
4
Absent.
S'adresse des reproches à lui-même, à l'impression qu'il a causé un préjudice à
des gens.
Idées de culpabilité ou ruminations sur des erreurs passées ou des actions condamnables.
La maladie actuelle est une punition. Idées délirantes de culpabilité.
Entend des voix qui l'accusent ou le dénoncent et/ou a des hallucinations visuelles menaçantes.
3) Suicide
0
1
2
4
Absent
A l'impression que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue.
Souhaite être mort ou équivalent : toute pensée de mort possible dirigée contre
lui-même. 3
Idées ou gestes de suicide.
Tentatives de suicide.
4) Insomnie du début de nuit
0
1
2
Absent.
Se plaint de difficultés éventuelles à s'endormir.
Se plaint d'avoir chaque soir des difficultés à s'endormir.
5) Insomnie du milieu de nuit
0
Pas de difficulté.
1
Le malade se plaint d'être agité ou troublé pendant la nuit.
2
Il se réveille pendant la nuit.
6) Insomnie du matin
0
Pas de difficulté.
1
Se réveille de très bonne heure le matin mais se rendort.
2
Incapable de se rendormir s'il se lève.
7) Travail et activités
0
1
2
3
4
Pas de difficulté.
Pensées et sentiments d’incapacité, fatigue ou faiblesse se rapportant à des
activités
professionnelles ou de détente.
Perte d'intérêt pour les activités professionnelles ou de détente, ou décrite directement par le
malade ou indirectement par son apathie, son indécision et
ses hésitations.
Diminution du temps d'activité ou diminution de la productivité.
A arrêté son travail en raison de sa maladie actuelle.
8) Ralentissement (lenteur de la pensée et du langage, baisse de la faculté de concentration, baisse de l'activité motrice)
0
1
2
3
4
Langage et pensées normaux.
Léger ralentissement à l'entretien.
Ralentissement manifeste à l'entretien.
Entretien difficile.
Stupeur.
9) Agitation
0
1
2
3
4
Aucune
Crispations, secousses musculaires.
Joue avec ses mains, ses cheveux, etc.
Bouge, ne peut rester assis tranquille.
Se tord les mains, ronge ses ongles, arrache ses cheveux, se mord les lèvres.
10) Anxiété psychique
0
1
2
3
Aucun trouble.
Tension subjective et irritabilité.
Se fait du souci à propos de problèmes mineurs.
Attitude inquiète, apparente dans l'expression faciale et le langage. 4 Peurs
exprimées sans que l'on pose de questions.
11) Anxiété somatique (bouche sèche, troubles digestifs, palpitations, céphalées, pollakiurie, hyperventilation, transpiration, soupirs)
0
Absente.
1
Discrète.
2
Moyenne.
3
4
Grave.
Frappant le sujet d'incapacité fonctionnelle.
12) Symptômes somatiques gastro-intestinaux
0
1
2
Aucun.
Perte d'appétit mais mange sans y être poussé. Sentiment de lourdeur abdominale.
A des difficultés à manger en l’absence d’incitations. Demande ou besoins de
laxatifs, de médicaments intestinaux.
13) Symptômes somatiques généraux
0
1
2
Aucun
Lourdeur dans les membres, dans le dos ou la tête. Douleurs dans le dos, céphalées, douleurs musculaires, perte d'énergie et fatigabilité.
Si n'importe quel symptôme est net.
14) Symptômes génitaux (perte de libido, troubles menstruels)
0
1
2
Absents.
Légers.
Graves.
15) Hypochondrie
0
1
2
3
4
Absente
Attention concentrée sur son propre corps.
Préoccupations sur sa santé.
Plaintes fréquentes, demandes d'aide.
Idées délirantes hypochondriaques.
16) Perte de poids
A : selon les dires du malade
0
1
2
Pas de perte de poids.
Perte de poids probable liée à la maladie actuelle.
Perte de poids certaine.
B : appréciée par pesées
0
1
2
Moins de 500 g de perte de poids par semaine.
Plus de 500 g de perte de poids par semaine.
Plus de 1 kg de perte de poids par semaine.
17) Prise de conscience
0
1
2
Reconnaît qu'il est déprimé et malade.
Reconnaît qu'il est malade mais l'attribue à la nourriture, au climat, au surmenage, à un virus, à un besoin de repos, etc.
Nie qu'il est malade.
Résultats :
Cette échelle doit surtout être utilisée non pas pour faire le diagnostic de dépression
mais pour apprécier les composantes de celle-ci.
Elle est significative pour un score > 15 et permet le suivi de l'évolution.
ANNEXE 3
ANNEXE 4
ANNEXE 5
Bibliographie de travail :
Glossary Review Comittee, for the Educational Council on Ostepathic
Principles and the American Association of Colleges of Osteopathic
Medicine. Glossary of Osteopathic Terminology. April 2002. Available At:, n.d.
http://www.doonline.osteotech.org/pdf/sir_collegegloss.pdf. Accessed November 30, 2012.
“Anxiety Attacks and Disorders, Guide to the Signs Symptoms and
Treatment Option,” n.d.
Barker, Phil. Psychiatric and Mental Health Nursing, the Craft of Care,
n.d.
Barlow, Durand, and David H. Psychopathologie: Une Perspective
Multidimensionnelle, 2002.
“BOURDINAUD Philippe, DO.MRO(F) : Revue Apo Still n°8 Éditions Sully
Printemps 2001,” n.d.
Classification Internationale Des Maladies ; CIM-10, n.d.
http://apps.who.int/classifications/icd10/browse/Content/static
html/ICD10Volume2_fr_2008.pdf.
Cohen, Doyle, Skoner, Rabin et Gwaltney. “Sociability and Susceptibility
to the Common Cold,” n.d.
http://www.psy.cmu.edu/~scohen/sociability%20printfriendly.pdf
.
DSM-IV, n.d. http://www.hassante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2012-04/dms-ivtr.pdf.
“Effet Des Manipulation Osteopathiques Objectivés Par Caméra
Infrarouge.,” n.d.
http://www.larevuedelosteopathie.com/xmedia/Numero2/Article_
Radiometrie_IR.pdf.
HAS (Hautes Autorités de Santé). “Affections Psychiatriques de Longue
Durée, Troubles Anxieux Graves,” n.d. http://www.hassante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/guide_medecin_trou
bles_anxieux.pdf.
“Intolerence À L’inquiétude,” n.d.
file:///C:/Users/Pauline%20Loret/Downloads/Ladouceur00.pdf.
Jean, Marie. “L’angoisse Dans La Clinique, de Freud À Lacan,” n.d.
http://tel.archivesouvertes.fr/docs/00/71/31/04/PDF/Jean_Marie.pdf.
Lasserre, Jean Luc. “Relation Corps et Émotion: Approche Scientifique et
Hypothèse Thérapeutique En Ostéopathie.,” n.d.
http://jeanluc.lasserre.pagesperso-orange.fr/index.html.
Lejoyeux, and Embouazza. “Troubles Psychiques et Addictions.” In
Addictologie, n.d.
http://www.antoniocasella.eu/archipsy/Lejoyeux_Embouazza_201
3.pdf.
“Olivier Balas,” n.d.
“Rapport Sur Le Bon Usage Des Médicaments Psychotropes,” 2007.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-off/i3187.asp.
Roseman, Ira, and Susanne Kaiser. “Application de La Théorie
D’évaluation Pour Comprendre, Diagnostiquer et Traiter Les Pathologies Émotionnelles.,” n.d.
http://www.unige.ch/fapse/emotion/members/kaiser/article01.p
df.
Thurin, Jean-Michel, and Nicole Baumann. Stress, Pathologies et
Immunité, n.d.
Van der Linden, and Grazia Cesschi. “Traité de Psychopathologie
Cognitive,” n.d.
http://books.google.fr/books?id=3DopAwAAQBAJ&pg=PA9&lpg=P
A9&dq=rauch+2003+anxiete&source=bl&ots=jMW0yyuVpY&sig=uL
e3fbLXpnazV9lfFiJk3JRMcyc&hl=fr&sa=X&ei=y8RYU4XzBbZ0QW1rYDYCw&ved=0CDEQ6AEwAA#v=onepage&q=rauch%202
003%20anxiete&f=false.