Cours n°10 : Oscillations électriques – Le circuit RLC
1) Oscillateur harmonique : le circuit LC
1.1) Equation différentielle
Un condensateur de capacité  est initialement chargé sous une tension . Il est connecté en série
avec une bobine d’inductance  et de résistance interne nulle et un interrupteur .

L’orientation du circuit est totalement arbitraire mais
On choisira de travailler en convention récepteur.


+

La loi des mailles nous donne :

−
 +  = 0
En convention récepteur, on a :
-
aux bornes du condensateur
 =
-


aux bornes de la bobine
 = 

2 
= 2


car
=


D’où

2 
+ 2 =0


2 

+
=0
2


Soit en posant
02 =
1

̈ + 02  = 0
On retrouve l’équation de l’oscillateur harmonique.
Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 1
1.2) Solution de l’équation différentielle
On a l’équation qui nous décrit l’oscillation de la charge :
̈ + 02  = 0
avec
0 =
1
√
La solution générale de cette équation est de la forme :
() =  cos(0  + )
Détermination des constantes  et 
Les conditions initiales du problème sont :
-
(0) = 0 =  
(0) = 0 car le circuit est fermé à  = 0 et il y a continuité du courant.
() =  cos(0  + )
donc
̇ () = − 0 sin(0  + )
Les conditions initiales nous donnent :
 cos  = 
{
− 0 sin  = 0
⇒  = 0 ou  = 
 = 0 ⇒ cos  = 1 ⇒  = 0 ⇒ () = 0 cos 0 
⇒{
 =  ⇒ cos  = −1 ⇒  = −0 ⇒ () = −0 cos(0  + ) = 0 cos 0 
car cos( + ) = − cos 
La solution de l’équation est donc :
() = 0 cos 0  =   cos 0 
Tension aux bornes du condensateur :
 () =

=  cos 0 

Tension aux bornes de la bobine :
 () = − () = − cos 0 
Intensité électrique dans le circuit


() = −  0 sin 0 
() =
soit

() = −  √ sin 0 

Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 2
La charge, la tension et l’intensité sont des fonctions sinusoïdales qui oscillent autour d’une valeur
moyenne nulle avec les caractéristiques suivantes :
-
Pulsation propre en  ∙  −1 :
0 =
-
1
√ 
Période propre des oscillations en  :
0 =
2
= 2  √ 
0
1.3) Dimension de la période propre des oscillations
0 = 2  √ 


⇒=
⁄


[ ] 
⇒ [] =

 = 


⇒ =


[]

⇒ [] =
=
[ ] [ ]
 =
[ ]   
∙
= 2
[ ]

⇒ [0 ] = [√  ] = 
[ ] =
Ainsi, 0 est bien homogène à un temps.
1.4) Etude énergétique
L’énergie totale se répartit sous deux formes :
-
-
Energie potentielle électrostatique emmagasinée dans le condensateur :
1
1
 () =  2 () =  2 cos2 0 
2
2
Energie électromagnétique stockée dans la bobine :
1
1
 () =   2 () =  2 sin2 0 
2
2
Calcul de l’énergie totale dans le circuit :
 () =  () +  ()
1
1
 () =  2 () +   2 ()
2
2
Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 3
1
1
 () =  2 cos 2 0  +  2 sin2 0 
2
2
1
 () =  2 (cos2 0  + sin2 0 )
2
1
 () =  2
2
L’énergie totale dans le circuit se conserve et correspond à l’énergie initialement stockée dans le
condensateur.
Effectivement, le circuit ne présente aucune résistance au passage du courant et donc il n’y a pas de
dissipation d’énergie par effet Joule.
Le système est donc conservatif et il y a échange mutuel, entre le condensateur et la bobine, de
l’énergie de départ.
1.5) Tracé des oscillations
Courant et intensité
On a montré que :
 () =  cos 0 
et

() = −  √ sin 0 

 () et () sont des fonctions sinusoïdales. Le système est le siège d’oscillations libres non
amorties. On est alors en régime périodique de période la période propre des
oscillations 0 = 2  √ .
 ()


 ()
−
()
√⁄

−√⁄
0
Dr A. Sicard
0
4
0
2
30
4
0
CapeSup Grenoble
Page 4
On peut remarquer que tension et intensité sont en quadrature de phase (déphasage d’un quart de
période). Cela signifie que, lorsque  est nulle,  est maximale ou minimale et inversement, lorsque
 est maximale ou minimale,  est nulle.
Energie
1
 () =  () +  () =  =  2
2
!
Il faut bien noter que  (),  () et  () sont des fonctions positives
1
 =  2
2


0
4
0
0
2
30
4

0
On a communiqué initialement une certaine quantité d’énergie  au système sous forme d’énergie
potentielle électrostatique stockée dans le condensateur.
Cette énergie est ensuite échangée alternativement entre le condensateur et la bobine à la
période
0
2
Condensateur et bobine jouent alternativement le rôle de générateur et de récepteur du fait de
l’oscillation du courant électrique.
1.6) Description d’une oscillation
-
 = 0 : Le condensateur est chargé sous une charge maximale
-
=0⟶
-
=
0
4
: Le condensateur est déchargé. L’énergie est entièrement stockée dans la bobine.
-
=
0
4
⟶
0
4
0
2
:  < 0 , il y a décharge du condensateur dans la bobine
: L’inertie de la bobine entraîne la création d’un courant de charge du
condensateur. Celui-ci se recharge dans l’autre sens et donc la tension à ses bornes change
de signe.
-
=
0
2
: Le condensateur est chargé donc  = 0 et toute l’énergie du circuit se retrouve à
nouveau dans le condensateur.
Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 5
-
=
0
2
-
=
30
4
: Le condensateur est déchargé
-
=
30
4
⟶ 0 : L’inertie de la bobine entraîne la création d’un courant de charge du
⟶
30
4
:  > 0 , il y a décharge du condensateur dans l’autre sens
condensateur qui se charge dans le sens de départ et  change de signe
-
 = 0 : le condensateur est chargé et l’on se retrouve dans la situation initiale.
2) Oscillations libres dans un circuit RLC

(, )



+


−
La situation du circuit LC est un modèle théorique.
En pratique, le circuit est le siège d’une perte
d’énergie par effet Joule dépendante de la résistance
présente dans le circuit. Le système n’est plus
conservatif.
Circuit série étudié :
- Un condensateur de capacité  initialement chargé sous une tension 
- Une inductance  de résistance interne 
- Une résistance 
2.1) Equation différentielle du circuit
Le circuit est fermé à  = 0.
Loi des mailles :
 +  +  = 0
On a :




2 
 =   +  = 
+ 2



 =
 =   = 
car
=




d’où l’équation différentielle caractéristique du circuit :


2 

+
+ 2 +
=0




Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 6
̈ +
+

̇ +
=0


En posant  =  + , on obtient :
̈ +


̇ +
=0


2.2) Régimes de fonctionnement
Il existe plusieurs régimes de fonctionnement suivant la valeur de la résistance dans le circuit.
On peut montrer qu’il existe une valeur de , appelée résistance critique  autour de laquelle
s’installent trois régimes de fonctionnement et qui vaut :

 = 2√ − 

Régime pseudopériodique ( <  )
Lorsque <  , on se trouve en régime dit pseudopériodique. Le système présente des oscillations
libres amorties du fait de la dissipation d’énergie.
La solution de l’équation différentielle est de la forme :

() =  −  cos(  + )
avec
=
2
+
De plus, en posant :
=
+ 
√
2

où  représente le degré d’amortissement, on obtient :
 = 0 √1 −  2
et
=
0
√1 −  2
Les oscillations sont caractérisées par une pseudo période  très proche de 0 pour  faible.
Plus  est importante et plus les oscillations sont amorties avec > 0 .
Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 7
 ()



 ()
1
0 =  2
2


Régime apériodique ( >  )
Lorsque le système comporte une résistance importante, le signal est trop amorti pour pouvoir
effectuer une seule oscillation. Plus la résistance est grande et plus  décroit lentement
Régime critique ( =  )
Quand =  , on se trouve à la transition entre régime pseudopériodique et apériodique.  décroit
très brutalement vers 0.
 ()

Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 8
2.3) Entretien des oscillations
Pour éviter l’amortissement, il faut apporter au circuit de l’énergie.
Pour cela, on monte dans le circuit un dipôle  qui lui fournit pendant une durée ∆ une énergie
égale à l’énergie dissipée pendant la même durée.
On se retrouve alors dans le cas du circuit LC idéal oscillant à la période 0 .
Dr A. Sicard
CapeSup Grenoble
Page 9