Le SCROG (SCreen Of Green)
Qu'est-ce qu'un SCROG?
Ce guide a pour but de donner une méthode pour cultiver dans des petits placards sous des HPS de
faible intensité (de 70 à 250W). Je ne parlerai pas de l'utilisation de HPS400, 600 et 1000, car cela
dépasse la portée de mon expérience.
Les petites HPS
Les petites HPS sont parfaites pour faire pousser du cannabis dans des espaces restreints, car elles
produisent plus de lumière pour une quantité d'électricité donnée qu'aucune autre lampe de culture,
et produisent un spectre idéal pour la floraison. Le spectre n'est pas le meilleur pour la croissance,
mais ce n'est pas vraiment important pour un SCROG car la période de croissance est courte. Une
250W peut produire autant par mètre carré en SCROG qu'une 1000W en culture normale. Une 70
seule peut produire assez pour un fumeur moyen dans un espace aussi petit que 30cmX30cm. Les
MH existent en petites tailles, mais elles produisent moins de lumière et plus de chaleur que leurs
homologues HPS, et la chaleur est une considération importante dans la culture en placard.
Notez que ces lampes sont plutôt faibles comparées aux 400, 600 ou 1000W utilisées dans las
cultures plus importantes. L'intensité signifie que la lampe peut être placée plus loin des plantes tout
en restant suffisamment brillante pour éclairer la canopée de tête. Cela est nécessaire pour avoir de
bonnes grosses têtes.
Pour obtenir le meilleur rendement d'une HPS, vous devez garder les têtes à l'intérieur de la "gamme
productive" de la lampe, une sphère dont le centre est l'ampoule. Pour une 250W, ce cercle de
lumière fait 50cm de rayon. Pour une 70W, la distance maximum est d'environ 20cm. Un groupe de
hautes et minces plantes sous une telle lampe ne sera éclairé qu'au sommet laissant les parties
basses sous-éclairées, ne produisant au mieux que des petites têtes.
Idéalement vous voudrez que toutes les têtes restent dans le cercle magique de luminosité, et vous
chercherez à ce que cette sphère de lumière soit complètement remplie de têtes. Comment y
arriver?
Le SCROG
Le détail essentiel dans un SCROG est le grillage, habituellement du grillage à poule, tendu entre les
plantes et la lampe. Les plantes grandissent jusqu'au grillage et sont "entraînées" dessous, donnant
une zone de plante plate, un champ plus qu'une forêt. Comme toutes les têtes sont à la même
hauteur, il est possible de les garder dans le cercle de lumière efficace, maximisant le rendement de
l'espace. Cela est vraiment simple.
Bon, rien de nouveau sous le soleil, cette méthode a été utilisée pendant des années. Elle a été
popularisée sur Internet par le travail de pH sur le newsgroup Alt Drugs Pot Cultivation, "ADPC" pour
les intimes, où pH poste encore régulièrement. Mais cette méthode comme elle était initialement
utilisée par pH était destinée à perfectionner la production dans de grands espaces sous néons,
comme la culture en étagères expliquée dans l'article de N.P. Kaye sur son site Lycaeum. Il est à
l'origine du terme "Screen Of Green", que pH a réduit à "SCROG".
Je suis conscient qu'au moins un cultivateur a déjà utilisé le SCROG sous HID (NDT : High Intensity
Discharge, lampes à décharge de haute intensité, les HPS et les MH), d'après le livre de Robert Clark
Marijuana Botany, qui fût aussi une source d'inspiration pour pH. Mais la plupart des travaux sur les
SCROG et les lampes à décharge sont plutôt récents.
Avant de d'aborder cette méthode en détail, parlons de l'autre alternative pour les petites HPS, le
SOG (Sea Of Green).
Le Sea Of Green
La méthode du Sea Of Green a été développée pour minimiser les temps de production dans des
situations de hauteur limitée. Dans un SOG classique, les boutures sont plantées avec une densité de
une plante pour 10cmX10cm. Après une courte période, la photopériode passe à 12h d'obscurité.
Qu'arrive-t-il aux boutures?
Elles pourraient rester là, à s'étendre un peu sous la lumière, et fleurir, produisant une petite tête.
Mais cela arrive rarement, très rarement. Au lieu de cela, elle va connaître une croissance accélérée,
avec une tige principale épaisse pleine de branches. Si la plante convient pour le SOG, elle s'arrêtera
près de la lampe et fleurira. La plupart des plantes à dominante indica sont assez courtes pour être
cultivées comme cela. Ce processus est au cÅ“ur du SOG, car il s'agit de d'obtenir les plantes les plus
petites possible fleurissant le plus vite possible.
Pourquoi les boutures agissent-elles de la sorte? Cela est sujet à débat. Je les soupçonne de repérer
la baisse de lumière, et d'avoir un mécanisme qui "voit" qu'elles sont trop petites pour produire des
graines. Elles partent alors dans une croissance furieuse qui ne s'arrêtera que quand les plantes
auront une taille minimum définie par leur programme génétique, puis fleuriront. D'autres pensent
que la réponse du clone n'est qu'un processus normal qui se produit dès que la floraison est forcée
quelle que soit la taille du plant. Mais en fait, peu importe pourquoi elles réagissent comme ça, ce
qui compte, c'est qu'elles le fassent.
Le problème avec le SOG sous petites HPS est que l'on obtient de nombreuses pointes sous la lampe,
une forêt plus qu'un champ. Les plantes sont serrées les unes contre les autres et font de l'ombre aux
parties basses, qui de toutes façons sont trop loin des sources de lumière. Comme je l'ai déjà dit, des
plantes grandes et minces ne sont pas productives sous des petites lumières. Je faisais initialement
pousser comme cela, en me basant sur des livres et des magazines avant de faire mon système sous
250W, et cela a fonctionné pendant des années, obtenant une récolte pas mauvaise du tout, mais
qui aurait pu être bien meilleure.
SCROG de base
La méthode utilisée par pH consistait en une longue période de croissance pour couvrir une grande
surface gardée près des fluorescents. La méthode que je vais décrire ici utilise la même procédure de
croissance que dans une SOG, et est très rapide. Le grillage doit être placé à 20-30cm de hauteur (par
rapport au sommet des pots) si possible, et cela pour 2 raisons. D'abord, pour pouvoir passer les
mains dessous et ainsi manipuler les jeunes pousses ou enlever les feuilles à l'ombre. Ensuite, pour
qu'il y ait suffisamment de place pour que les plantes développent des branches. Je préfère une
hauteur d'environ 25cm pour une HPS250, mais certains cultivateurs préfèrent faire plus bas avec
des lampes plus petites, aussi bas que 8 à 12cm.
Notez que le grillage n'a pas à être absolument plat, il y a d'ailleurs de grands débats pour savoir s'il
ne devrait pas plutôt suivre la courbure du champ lumineux. Personnellement, je ne tends pas
radicalement le mien, mais je tends son centre pour éviter qu'il soit poussé, ce qui serait improductif.
Les boutures doivent être placées sous le grillage avec une densité de une pour 30X30cm. Cela peut
varier selon les variétés, mais c'est un bon point de départ. Notez que cette densité est bien moindre
que pour une SOG, ce qui signifie moins de boutures à utiliser et donc moins de pieds-mères à garder
constamment en croissance, un détail important par rapport à la loi (NDT: En effet, il vaut mieux se
faire prendre avec cinq pieds que cinquante, quelle que soit leur taille!).
Pourquoi des boutures au fait? Parce qu'à partir de graines, quand le sexe des plantes se déclare, il
est impossible d'extraire les mâles du grillage, puis de remplir les espaces vides avec des pousses de
femelle sans que se soit un merdier pas possible. De plus les plantes issues de graines ont besoin de
plus de hauteur avant que la tige principale ne soit assez mature pour avoir des branches, alors que
les boutures en ont des le début. La hauteur est un facteur limitant typique de la culture en placard.
Avec des graines féminisées il peut être possible de faire un SCROG en augmentant la hauteur du
grillage, mais les plantes issues de graines peuvent réagir différemment à l'entraînement. Je n'ai
aucune expérience en culture à partir de graines.
Les boutures sont mises en croissance. En admettant une hauteur de grillage de 20-30cm, le temps
que les pousses traversent le grillage de quelques centimètres, environ deux semaines, la
photopériode passe à 12h d'obscurité. La réponse devrait être celle expliquée plus haut (voir SOG).
Au lieu d'arrêter de grandir et de fleurir, les plantes vont accélérer leur croissance et remplir le
grillage avec leurs branches. Avec une densité d'une plante pour 30X30cm, elles devraient
normalement arrêter de grandir et se mettre à fleurir juste quand le grillage sera rempli. C'est
vraiment magique de voir cela arriver. Notez que ce timing n'est pas universel. Certaines variétés
peuvent avoir besoin de plus ou moins de temps de croissance. Mon conseil est de commencer par
forcer la floraison tôt, car d'une sur-croissance résulte une canopée improductive, plus de salades
que de têtes.
Cette période est critique. Vous devrez toujours être là pour guider les pousses sous le grillage et
faire en sorte que chaque espace soit rempli, une tête par trou du grillage avec du grillage à poule
standard (trous de 5-7cm). Les feuilles de croissance en trop doivent être enlevées, ce qui
habituellement signifie toutes les grandes feuilles du soleil. Ne vous occupez pas des débats
concernant le fait de laisser ou non ces grandes feuilles sur les plantes, c'est un animal différent, et la
règle est ici que toutes les têtes doivent être à la lumière pour se développer. Du moins dans un petit
SCROG, les grandes feuilles peuvent submerger les têtes avoisinantes. Prenez un rasoir, nettoyer vos
ciseaux, et laissez les près de votre espace de croissance. Vous en aurez besoin régulièrement
pendant cette période.
L'entraînement des plantes n'est pas vraiment difficile. Avec une plante souple je laisse
généralement les pousses traverser verticalement le grillage, puis je les plie pour les faire retraverser
le grillage vers le bas, et une fois dessous je les maintiens horizontales pour aligner les futures têtes
avec le grillage. Vous n'avez rien à attacher vers le bas, car la pression verticale de la tige va plaquer
le feuillage contre le grillage, mais certains cultivateurs aiment attacher leurs plantes vers le bas dans
les premiers stades du remplissage du grillage. Voici ce qu'Ultimate, un de ces cultivateurs, a à dire à
ce sujet :
"Je ne jure que par les liens pour plantes et en ai un stock énorme. On peut en trouver partout, et les
mieux sont ceux qui sont les plus flexibles et qui sont recouverts de plastique, car le papier finit par
moisir.
Pourquoi nouer les plantes? Il y a deux raisons de faire ça dans un SCROG :
1.Pré-entraînement (placement exact des tiges principales, des pousses et des branches)
2.Entraînement des têtes (re-positionnement)
"Quand je passe en 12/12, les tiges principales qui touchent le grillage sont immédiatement pliées à
90° et entraînées parallèlement au grillage. Cela permet à la lumière de se concentrer sur les parties
les plus productives de la plante, pour ainsi obtenir la croissance la plus efficace que la plante puisse
faire. Les branches sous le grillage peuvent quelques fois atteindre la lumière, mais moins de la moitié
verront la lumière car vous vous concentrez sur l'efficacité.
"J'aime laisser les liens jusqu'à ce que la plante ait la forme désirée. Cela prend environ deux semaines
pour la tige principale, pour les branches ça change tout le temps. Les branches qui partent le long de
la tige principale sont tirées le plus loin possible de celle-ci pour former une belle et plate canopée
remplie de têtes.
"Au bout d'un moment les têtes se figent et la croissance ralentit. La hauteur est près d'être définitive,
mais certaines plantes peuvent être plus vigoureuses que les autres et continuer de grandir au milieu
des autres. Pour éviter la moisissure des têtes il faut repositionner celles qui poussent collées aux
autres.
"Sans liens? Ma récolte fut plus petite. Quelques grosses têtes ont dû être tirées vers le bas, masquant
la lumière directe aux têtes plus basses, sans parler du fait de devoir placer la lampe plus haut,
réduisant la production (cela peut être résolu en utilisant une lampe plus puissante). Quelques
branches ont produit des têtes avec des longues tiges entre le grillage et la base des colas pour
rivaliser avec les grosses colas. Certaines plantes qui ont tendance à s'étendre plus que les autres se
redressent après avoir été plié à 90° et présentent moins de surface efficace à la lumière."
Certaines plantes ont des tiges fragiles, et sont difficiles à entraîner. Il est cependant possible de plier
la tige en provoquant une légère cassure. Tant que la cassure n'est pas trop importante et que la
sève peut encore circuler dans la plante, elle cicatrisera et n'en gardera aucune séquelle (merci à
Uncle Ben pour ce tips). Il est aussi possible de tailler les plantes fragiles sous le grillage, pour obtenir
plusieurs pousses souples. Je n'ai aucune expérience concernant la taille durant la croissance en
SCROG.
La seconde taille se passe pendant et après que le grillage soit rempli. Toutes les pousses se trouvant
sous celui-ci doivent être coupées. Les pousses à l'ombre flétrissent vite et meurent, rendant le
milieu propice à la moisissure. Les feuilles et pousses en trop doivent être taillées près de la tige,
pour éviter de laisser des moignons où la moisissure se développera. Robert Clarke recommande de
tailler loin du tronc, mais bon nombre des conseils habituels sont à mettre de côté quand on a affaire
aux conditions de la culture en SCROG. La zone sous le grillage est sombre et humide, et vous ferez
en sorte qu'il s'y trouve le moins de matière végétale possible. Vous enlèverez des seaux de feuilles
et de pousses en trop, mais les plantes peuvent le supporter. Coupez.
Les tailles ultérieures seront très rares une fois que les têtes se seront formées et que la croissance
sera terminée. Certaines plantes développent de larges feuilles depuis les têtes elles-mêmes, et si
elles font de l'ombre aux têtes voisines, elles doivent être retirées. Mais c'est tout. Dans la plupart
des floraisons en SCROG il n'y a pratiquement plus rien à faire.
Si tout se passe bien, le temps nécessaire aux plantes pour atteindre le grillage avant la floraison est
d'environ deux semaines. Aucun temps supplémentaire n'est requis pour remplir le grillage, car cette
durée est la même que celle employée en SOG pour obtenir de la hauteur. Les plantes grandissent
aussi longtemps, mais la croissance est dirigée horizontalement. Généralement, un SCROG ressemble
à la fin à la canopée d'une forêt tropicale, avec un épais tapis de têtes s'étendant 20-25cm au-dessus
du grillage. La zone sous le grillage contient les troncs qui supportent la canopée, comme des tuyaux
reliant les racines à la canopée.
La manière utilisée pour créer la canopée est-elle importante? Pas particulièrement d'après mon
expérience. Il ne semble pas y avoir de différences entre les têtes qui proviennent du bas des
branches latérales et celles qui viennent du sommet de la plante. La plupart du temps, avec cette
méthode, une tête est une tête. Notez que les têtes en SCROG sont chacune une partie de ce que
serait une cola verticale. Chaque tête pousse à 90° par rapport à la tige. Vous savez qu'une cola est
composée de grappes individuelles de fleurs connectées à la tige en une spirale se chevauchant,
donnant une structure qui semble n'être qu'une seule unité. Dans un SCROG, chacune de ces petites
fleurs devient de plein droit une petite tête , de 10 à 20cm , à peu près la taille d'un cigare. Ce ne
seront pas des bites d'âne, et vous ne persuaderez pas les éditeurs du High Times (NDT : un magazine
cannabique américain) de mettre vos têtes en double-page centrale, mais le poids est tout ce qui
nous intéresse, pas l'apparence. Comme je dis, tout se ressemble dans le bong bowl (NDT : je ne sais
pas ce que c'est! Si quelqu'un a une idée…).
Quel poids obtient-on? J'ai montré qu'il était possible d'obtenir environ 56g pour 30X30cm avec une
plante convenable et suffisamment de lumière. Des cultivateurs sous 400W auraient obtenu 70g. Je
pense que 75W pour 30X30cm est le minimum pour obtenir une récolte convenable, mais je n'en
suis pas sûr. Il faut garder en tête que l'utilisation de SCROG sous HID est assez récente, et les
résultats encore imprécis. Les vôtres peuvent varier, mais ferez certainement une meilleure récolte
en SCROG qu'en SOG, quelle que soit l'intensité de la lumière. C'est parce que je suis un utilisateur
expérimenté de la SOG que je me permets d'affirmer cela.
Une parenthèse sur les récoltes obtenues est appropriée ici. La plupart des cultivateurs du forum
parlent en terme de poids par rapport à la surface utilisée. D'autres trouvent plus approprié de
mesurer la production par rapport aux Watts utilisés, cela montrant avec quelle efficacité le
cultivateur utilise sa lampe. En placard, la surface ne peut être agrandie, et les lampes sont
généralement petites, en comparaison avec les chambres de culture. Les cultivateurs en placards
veulent savoir comment obtenir la plus grosse récolte possible sur une surface donnée, pas comment
conserver l'énergie de la lampe. En effet, il utilise généralement la lampe la plus puissante possible
tant qu'elle ne surchauffe pas le placard. De ce fait, je préfère parler de poids par rapport à la
surface, mais j'encourage à faire des rapports complets avec toutes les informations sur le mode de
culture comme ça les watts utilisés pourront être pris en compte par ceux qui le désirent. Un rapport
"yield-o-rama" ou "YOR" est un bon compromis. Vous pouvez trouver des informations sur le YOR sur
le newsgroup ADPC.
Qu'est-ce qui peut ne pas marcher avec un SCROG? La pire chose que vous puissiez faire est de
laisser pousser les plantes trop longtemps. Vous pouvez penser que la masse végétale en trop peut
être taillée ou dirigée vers des grillages verticaux, mais en pratique je trouve qu'il est difficile de
rattraper un SCROG qui a malheureusement trop poussé. De plus les SCROG bien gérés produisent de
plus grosses têtes que les plants qui ont trop poussé et qui ont dû être palissés.