Développement par la promotion des NTIC : câble de fibre optique

advertisement
DEVELOPPEMENT
CONCEPTS ET TERMES CLES :
IDH (revenu, longévité, instruction) – IPH (décès avant 40 ans, analphabétisme, manque d’eau et de soins, poids insuffisant chez es
moins de 5 ans)– PMA – CNUCED - OMD : Objectifs du Millénaire de Développement (2000-2015) – ODD : Objectifs du
Développement Durable (2015-2030)
CHIFFRES :
Depuis 1990 : PIB mondial x2 en termes constants, PIB/hab : +50% et extrême-pauvreté : -50%. – Nombre de personnes touchées
par l’extrême-pauvreté (-1,25$/jour) : 1,2 milliard (18% de la population mondiale, 45% des subsahariens et 33% des sud-asiatiques
sont concernés) – Pauvreté (-2$/jour) : 2,4 milliard de personnes – Nombre d’affamés : 870 millions – Analphabètes : 1 milliards –
100 millions d’enfants privés d’éducation primaire. – Depuis 20 ans, 90% des nouveaux emplois émanent du secteur privé.
Banque mondiale : 65,6 milliards de dollars de prêts, dons, prises de participations et garanties consentis au profit de pays
partenaires et d’entreprises privées. Chaque année, les PVD doivent investir 1000 milliards par an en infrastructures : 1 milliard de
ruraux n’a pas accès à des routes praticables en toutes saisons ! 1,2 milliards de personnes sont privées d’électricité et 2,8 milliards
de personnes utilisent encore le bois comme combustible domestique. A investi 3,6Mds$ dans l’éducation en 2014.
38 000 ONG transnationales (présence dans 3 pays différents).
EXEMPLES :
48 PMA (dont 35 en Afrique). Depuis 40 ans, seuls le Botswana (fin 1994), le Cap-Vert (fin 2007), les Maldives (début 2011) et
Samoa début 2014) ont pu sortir de cette classification.
BRAC (Bangladesh Rural Advancement Commitee) : première ONG du monde en termes d’efficacité avec 120 000 employés sur 10
pays d’Afrique et d’Asie et 130 millions de bénéficiaires. Compte une banque, des élevages de poulets, une laiterie, des champs de
thé, une société de services informatiques  emplois pour les plus démunis. Financement interne (à 80%). Mortalité infantile
divisée par 2, espérance de vie à 70 ans (65 ans en Inde), 90% de filles scolarisées. Non-ingérence politique. Forme fonctionnaires.
Gawad Kalinga : aux Philippines sous l’impulsion de Tony Meloto. Différents social business : Human Nature de Dylan Wilk,
COMET de Freddie Tinga ou Plush’n Play de Fabien Courteille qui ont des politiques sociales très avantageuses (no-firing policy).
Bolsa Familia : argent pour la scolarisation et le suivi médical des enfants pauvres. Taux de pauvreté en 20 ans : 17%  8%.
Développement par la promotion des NTIC : câble de fibre optique aux Tonga et aux Fidji, baisse de 60% du prix d’Internet, plus de
facilité de services de santé et d’éducation à distance. Trafic x10, ça favorise le développement !
REFERENCES :
Croissance et transformation structurelle : un programme de développement pour l'après-2015 – CNUCED
(mené par Rolf Traeger) : identification d’un « paradoxe PMA ». Entre 2002 et 2008, les 48 PMA ont eu une croissance
annuelle moyenne supérieure à 7% (mieux que les pays en développement). Depuis 2008 : 5,7%/an en moyenne. Or, pas de progrès
dans la réalisation des Objectifs du millénaire. Paradoxe : une croissance économique forte accompagnée d'un développement
économique limité. Cause : pas de transformation structurelle de l’économie vers des secteurs plus productifs. Bangladesh, Lesotho,
Cambodge ont un peu réussi. A l’opposé, au Malawi ou en Guinée-Bissau. RDC, Tchad, Angola, Zambie : forte croissance des
exportations de matières premières, mais peu d’emplois et d’entraînement sur le reste de l’économie. « Pour casser le cycle qui mène
de la pauvreté rurale à l'exil vers une précarisation encore plus extrême en ville, il sera important de diversifier l'économie rurale
vers l'artisanat, les services de consultance liés à l'agriculture (agronomes, vétérinaires...), la petite industrie de transformation, les
services financiers de proximité. » Recommandations finales : plus d’investissements productifs, transfert vers les secteurs à
productivité forte et croissance et enfin viser mieux que la stabilisation macroéconomique : la transformation structurelle.
Jérémy Rifkin, La nouvelle société du coût marginal zéro : « La facture entropique de l’ère industrielle est arrivée.
L’accumulation des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, dues à la combustion massive d’énergie carbonique, a
déclenché le changement climatique et la destruction globale de la biosphère terrestre. »
Téléchargement