DS 1S1 05/01/2016 ...

advertisement
DS 1S1 05/01/2016
Nom prénom :
PARTIE II-Exercice 2
Orange la carotte ? « Pas du tout, elle est blanche ou pourpre ! » vous aurait-on répondu en Afghanistan au XIème siècle, lorsque
les ancêtres de la carotte ont commencé à être cultivées à partir de racines de carottes sauvages. Si la version orange monopolise
aujourd'hui nos assiettes, c'est parce que des générations de paysans et aujourd’hui les maraîchers et les semenciers, ont
sélectionné ces variétés, à la couleur plus attractive, et faciles à cuisiner.
Aujourd’hui; pour commercialiser des carottes de qualité constante, les semenciers utilisent le clonage.
Question : En vous appuyant sur les documents et à l’aide de vos connaissances relatives à la question, expliquez
comment certains mécanismes mis en jeu dans le clonage, permettent de n'obtenir que des carottes de couleur orange.
Aucune étude exhaustive des documents n’est attendue.
Document 1-La couleur orange est déterminé génétiquement.
La couleur de la carotte est due à la production d’un pigment orange, le carotène, dans les cellules de la racine de la
carotte. Huit gènes (Psy1, Psy2, PDS etc.) sont indispensables à la synthèse de ce pigment orange. Pour chacun de nombreux
allèles existent, ils entraînent des variations de couleur (jaune, pourpre voire blanc) chez les carottes qui les possèdent.
Document 1-Technique du clonage de la carotte
Prélèvement de
quelques cellules
Mise en culture des
cellules prélevées
dans un milieu
nutritif.
Carotte de la couleur recherchée
Par multiplication
chaque cellule
donne un massif de
cellules qui est un
embryon de carotte.
Chaque embryon devient
une carotte filles de même
couleur que la carotte mère
Document 3- Evolution de la
quantité d’ADN par cellule dans le
milieu de culture des cellules de
carotte (au cours de deux cycles
cellulaires).
Document 4-Suivi d’un gène au cours de l’interphase
On a suivi en particulier l’évolution du gène Psy1, au cours d’une
interphase. Pour cela on a utilisé des sondes fluorescentes.
Elles sont capables de reconnaître la séquence de nucléotides du
gène et de s’y fixer, le rendant parfaitement repérable.
Sondes en phase G1
sonde en phase G2
Document 5-L’anaphase, une étape importante de la mitose
Téléchargement