PROGRAMMATION D`ACTIVITES DECOUVERTE DU MONDE LES

publicité
PROGRAMMATION D’ACTIVITES
DECOUVERTE DU MONDE
LES PLANTES
Buts pédagogiques de la PS à la GS :
 Réaliser (observer, décrire, représenter) des semis et des plantations
 Mettre en évidence la naissance d’une plante à partir d’une graine ou par une autre voie végétative (bulbes, tubercules, stolons…)
 Expérimenter l’apport en eau (et seulement cette condition) dans la germination d’une graine et le développement d’une jeune plante
Compétences
DDM
Langage
(Programmes 2008)
 Connaître des manifestations de la vie végétale, les relier à des grandes fonctions (nutrition, croissance, reproduction)
 Verbaliser, en se faisant comprendre, une description ou une question (dire ce qu’on fait, ce qu’on voit)
 Utiliser le dessin comme moyen de représentation du réel
OBJECTIFS
PETITE SECTION
Savoir : Reconnaître (nommer et décrire) une graine et dire pourquoi c’est une graine
Savoir-faire : Manipuler (trier, classer, semer) des graines et observer des manifestations de la vie végétale
Il s’agit bien de commencer à construire la notion de GRAINE à travers une démarche qui néglige, à ce stade des connaissances, la différence entre la
graine et le fruit (1), ce qui permet de reconnaître explicitement ce que cela n’est pas (un objet, un minéral). Sa caractéristique de « chose » vivante
peut être mise en évidence (la graine peut germer, le caillou ne peut pas germer).
(1) On sèmera donc éventuellement de fausses graines (en fait des fruits sur le plan botanique) par exemple : tournesol, blé, maïs…
Situation initiale
Verbalisation des représentations
Séance 1
Découverte d’une collection de graines (laitue, haricot, blé, lentille, œillet d’Inde, tournesol, radis, capucine (…) dont un ou
plusieurs intrus : un gravillon, un « grain » de café, une coquillette, une perle…)
POSER LE PROBLEME : « C’est quoi, une graine ? »
Expérimentations et
observations successives
Verbalisation des observations
Activités : tri (graine, non-graine), classement (critères : taille, forme ou couleur), collection individuelle…
Séance 2
Découverte d’un documentaire, d’un album ou accueil d’un jardinier…
(documentation : magazine Wakou n° 24 janvier 1991, « T’choupi jardine » Nathan ou « Petit Ours Brun jardine » Bayard, …)
POSER LE PROBLEME : « Comment ça pousse ? (si ça pousse) »
Activités : Expérimentation selon les propositions des enfants, avec plusieurs
graines (dont les intrus), faire comme Petit Ours ou un parent d’élève
jardinier, verbaliser la démarche expérimentale (dispositif et chronologie
évènementielle) en veillant au vocabulaire idoine (semer est différent de
planter). NB : Les élèves peuvent choisir de quoi semer individuellement parmi la
collection de « graines » initialement découverte (séance 1)
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
Développement de
représentations
intermédiaires
Verbalisation
Séance 3 ou 4
Observation quotidienne (à l’accueil) puis séance(s) de structuration
Activités :
- Dessiner (ou compléter un dessin) la graine qui germe ou la jeune plante qui se développe
- Réaliser une collection de graines de fleurs, de graines de légumes (au sens alimentaire), graines d’arbres (avec des
samares –fruit indéhiscent de l’érable – ramassées dans la cour de récréation)
- Remettre en ordre un séquentiel de trois images (photographies) représentatif du développement de la plante ou d’une
suite d’actions effectivement vécues (un semis en trois étapes)
- Dire pourquoi les intrus de la collection initiale ne changent pas d’aspect (ce ne sont pas des graines, ce n’est pas vivant)
- Relancer le dispositif avec un semis collectif de deux sortes de graines qui germent à court terme (lentille) et long terme
(persil) dans des conditions identiques.
Le petit caillou ne « pousse » pas car ce n’est pas une graine.
La graine « change » parfois quand on la mouille : elle germe.
Une graine peut donner (vie à) une nouvelle plante…
Cette nouvelle plante se développe (elle « pousse ») et ressemble à la même famille de plantes (une graine de
laitue de donne pas de carotte)…
Elle peut fleurir voire fructifier et « redonner » des graines (donc se reproduire)
Expliciter de nouvelles
représentations
Evaluation
« Montre les graines dans cette collection et seulement les graines»
3 graines (par exemple : tournesol, œillet d’Inde, haricot) et
4 intrus (cailloux, coquillettes, feuilles ou aiguilles)
L’élève peut aussi coller une gommette sur
l’image représentant des graines.
Traces
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
- Photos des élèves agissant sur le(s) dispositif(s)
- Dessins
- Croquis « monté » à l’aide d’une composition (une partie de la représentation est déjà réalisée, l’élève complète en dessinant ou en coloriant)
- Echantillons de graines associés à l’image de la plante à maturité (à l’aide d’une collection de paquets de graines par ex.)
- Repiquage de la plante en pleine terre pour consommation (laitue) ou en pot pour décoration (œillet d’Inde, capucine)
2013
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
OBJECTIFS
MOYENNE SECTION
Savoirs
Reconnaître (nommer et décrire) des GRAINES, des TUBERCULES ou des BULBES
Etablir un lien entre une plante et ce qui lui a donné naissance
Savoir-faire
Manipuler (trier, classer, semer) des graines et observer des manifestations de la vie végétale
Problème posé : Faut-il absolument une graine pour avoir une nouvelle plante ? Reproduire des plantes à partir d'une partie de celles-ci (bouturage, bulbes,
tubercules...) est une méthode simple et permet d'obtenir une plante identique à celle d'origine en observant la reproduction végétative (ou asexuée).
Découverte d’un documentaire (catalogue de jardinerie ou magazine à caractère scientifique *) ou d’un album
(Monsieur Bulbe -cf. BCD Les Violettes-) « Faisons comme dit monsieur Bulbe » (projet de fleurissement)
Situation initiale et
représentations
*Wakou n° 139 oct. 2000 Ed. Milan
Premières expérimentations
collectives
Observations et expériences
individualisées
Soit à l’automne : Séance 1
Plantation de bulbes à fleurs de printemps (TULIPES
JACINTHES CROCUS NARCISSES) en pleine terre
dans la cour… Qu’est-ce qui va se passer ? Quand ?
Soit à la fin de l’hiver : Séance 1
Mise en place d’un bulbe de JACINTHE
dans un petit pot en verre
Qu’est-ce qui va sortir du bulbe ?
Une fleur, une feuille, un arbre ?
Activités :
Observation quotidienne (photos)
Dessin sur l’ardoise
Marquer sur le calendrier des
changements notables
Séance 2 : découverte d’un séquentiel d’images représentatif du développement de la jacinthe
Activités : décrire ce qui change dans la croissance de la plante (racine, feuille, bouton floral, tige, fleur,
parfum…) ainsi que les étapes du développement, remettre les images dans l’ordre, trouver l’intrus…
http://www.eau-seine-normandie.fr/fileadmin/mediatheque/Enseignant/Outils_Pedagogiques/Cycle_01/C01_2e.pdf
Verbalisation des
représentations
4
2
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
3
1
Liaison écoles maternelles
0
(intrus)
Contribution EM Les Géraniums
Représentations
intermédiaires
Verbalisation
Questionnement
Séance 3 : découverte d’une collection de « choses qui poussent a priori » : graines et bulbes de différentes tailles mais aussi des
tubercules (pomme de terre, topinambour, igname, patate douce … mais aussi dahlia, cyclamen, iris ou bégonia…)
Activités :
- Reconnaître et trier les graines (vu en PS )
- Reconnaître et trier les bulbes
- Décrire ce qui reste ( n’étant ni une graine ni un bulbe) :
découverte d’un tubercule
- Verbaliser : la pomme de terre (ou patate) est un tubercule,
dire comment on mange cette partie de racine de légume…
Poser le problème : Comment ça pousse la pomme de terre ?
Tubercules de pomme de terre germés
Tubercules de dahlias
Séance 4 :
En principe, le tubercule n’est pas reconnu comme une graine ou un
bulbe (plutôt comme un légume…) :
Est-ce que le TUBERCULE germe comme la graine?
Est-ce que le TUBERCULE pousse comme le bulbe ?
Est-ce qu’il peut « donner » une autre plante comme les graines ou les
bulbes ? (intervention de la maîtresse) Comment le montrer ?
Activités semi-collectives (accueil ou ateliers) : Planter des tubercules,
des bulbes et semer quelques graines…
Verbalisation des
ressemblances
Expliciter pour conclure
Evaluation
Séance 5 : Mise en relation des phénomènes observés depuis la séance 1.
Des racines, des feuilles puis une fleur parfumée sont « sorties » du bulbe
Une racine, une tige et les premières feuilles sont « sorties » de la graine qui a germé
Une racine, une tige et des feuilles sont « sorties » du tubercule
Activités : On compare (reconnaître et nommer) les dispositifs d’expérimentation et les productions liées (dessins, photos ou documents
trouvés en BCD complètent l’apport collectif)
Les nouvelles plantes ont des points communs : BULBES, GRAINES et TUBERCULES ont donné naissance à une jeune plante (avec des racines,
des feuilles, des tiges, éventuellement une fleur voire un fruit).
Ce qui est pareil : tige, feuilles et racines sont apparues et se développent dans les trois cas
Ce qui est remarquable : au départ, il y a trois choses différentes…
Associer chaque plante à ce qui lui a donné naissance (support à produire à partir des photographies réalisées en classe) et
verbaliser en veillant à utiliser un vocabulaire adapté (rester exigeant sur le champ lexical développé en langage de situation)
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
OBJECTIFS
Savoirs
Etablir un lien entre une plante et ce qui lui a donné naissance
Commencer à distinguer le vivant du non-vivant à travers l’exemple d’une forme végétale : la graine.
Avoir un avis pertinent sur des conditions nécessaires à la reprise d’une vie active d’une graine (d’un bulbe ou d’un
tubercule) aboutissant au développement d’une nouvelle plante.
Expliciter une caractéristique des conditions de la germination : l’apport en eau
Savoir-faire
Conduire un protocole d’expérimentation de manière plus autonome
Concevoir et mettre en œuvre un protocole expérimental simple
Retrouver l’ordre des étapes du développement d’une plante à partir d’un séquentiel d’images
Savoir être
Repenser un dispositif expérimental ( Qu’est-ce que j’ai fait - ou pas - pour obtenir ce résultat ?)
Comparer les illustrations d’un livre de fiction et d’un documentaire
GRANDE SECTION
Il ne s’agit plus d’initier la notion de GRAINE (cf. prog. PS) mais de commencer à conceptualiser en présentant la graine comme UN ETRE VIVANT VEGETAL déshydraté,
constitué par un germe à l’état de vie ralentie, entouré de réserves et protégé par une enveloppe (cf. document d’accompagnement des Programmes 2002 « Enseigner
les sciences à l’école » C1 et 2 page 39 « Une graine, une plante »)
PROBLEME POSE : De quelle quantité d’eau a besoin une graine pour germer ?
Sur le plan purement pédagogique (démarche LAMAP) il est important dans la séance 1 de prendre en compte toutes les propositions des Grands qui savent quelque
chose de pertinent même si cela risque de prolonger la progression (une séance intermédiaire n’est pas un risque)… Ce sont bien les enfants qui « pensent » le matériau
expérimental quant au protocole, il requiert la présence du maître pour aboutir sauf si la classe est habituée à ce type de démarche. Les dispositifs mis en œuvre dans
cette progression se basent aussi sur des activités au programme dès la PS et en lien avec le thème de l’eau…
Enfin, il nous paraît pédagogiquement humble de ne pas se lancer dans l’expérimentation aléatoire de toutes les conditions de la germination à travers des protocoles
douteux et au risque de conduire à des représentations peu prégnantes sur le plan scientifique et souvent difficiles à déconstruire en aval de la scolarité…
Séquence 1
Situation initiale et
émergence de
représentations
Séance 1.1 (semis début mars pour une récolte en juin)
Découverte du reportage « histoire de salade » dans un magazine documentaire
(Wakou n° 24 et 30 / 1991). Et si nous cultivions nos salades ? Un projet prend forme.
Semis de graines de laitues selon les indications des Grands ; généralement les
enfants proposent : terre + graines + arroser + attendre que ça pousse… ( !? )
D’autres procédures (explicitées) peuvent être mises en œuvre à condition d’être
pertinentes… Un espace dédié aux semis est aménagé en classe. Observation
quotidienne du semis collectif au coin des sciences à l’accueil à l’aide de loupes et
de matériel adapté à l’arrosage (cf. illustration séance 2.1)
Séance 1.2 (3 à 5 jours plus tard) Observation (à la loupe ou photographies) et
réalisation d’un dessin sur l’ardoise blanche (« Dessine la graine qui germe »).
Expérimentation
individuelle
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
Séance 1.3
Verbalisation des premières
observations
Activités : Les observations quotidiennes permettent de décrire le phénomène de germination (ouverture du tégument et développement
de la plumule et d’une radicule : la graine qui germe pousse la vie dans deux sens contraires [M. de Guérin, Journal, 1834]… (Voir séquence 3)
Il est aussi utile de faire exprimer les difficultés rencontrées dans l’entretien quotidien du semis : un enfant oublie d’arroser (le semis
dessèche), un autre arrose très souvent (le semis fond et moisi), quelques graines ne germent pas malgré l’attention qu’on leur porte
(parfois le tégument ne cède pas), heureusement qu’on a semé plus de graines que d’enfants, il y aurait de la salade pour tous…
?
Un nouveau protocole
prend forme…
Expérimentation
semi-collective
Le constat permet de poser un problème concernant l’eau : « Combien » d’eau il faut mettre ? Quelle quantité d’eau faut-il pour assurer la
germination et la croissance ?
Ce sont les observations quotidiennes et le questionnement que le maître encourage à développer (pourquoi toutes les graines ne
s’ouvrent pas, pourquoi ça s’ouvre et pourrit ? ) qui conduisent les enfants à s’approprier l’une des conditions essentielles de la germination
et du développement de la jeune plante…
Le maître aide à l’élaboration d’un nouveau protocole d’expérimentation : « Comment montrer quelle quantité d’eau il faut ? » « Il faut
essayer avec beaucoup d’eau ou un peu d’eau ou pas du tout puis comparer » :
En attendant la croissance de nos toutes jeunes laitues, apprenons davantage avec des graines de
lentilles (ce protocole tient compte de la séparation des variables de la germination) :
Dispositif 1 Semis dans un petit bac avec du terreau, 10 graines de lentilles dispersées sur le terreau
et PAS D’EAU du tout.
Dispositif 2 Semis dans les mêmes conditions que D1 mais UN GOBELET (30 à 40 cl) D’EAU.
Dispositif 3 Semis dans les mêmes conditions que D1 mais les graines sont humidifiées au
pulvérisateur jusqu’à ce que la surface du terreau commence « à briller » signe de saturation…
Séance 1.4
Structuration
L’arrosage est renouvelé quotidiennement pour D3 (au pulvérisateur) voire pour D2 excessivement.
Les trois bacs sont placés au même endroit dans la classe. Les observations se prolongent quotidiennement à
l’accueil par exemple. Des graines peuvent germer en D2 mais l’excès d’eau dans ce bac favorise les
moisissures et le semis « fond » (une mauvaise odeur peut se dégager).
En D1, rien ne germe en principe mais l’humidité du terreau peut se révéler suffisante pour une ou deux
germinations. Mais à défaut d’arrosage pour ce dispositif, rien ne se développe et le terreau dessèche.
En D3 toutes les graines peuvent germer en principe.
Les Grands complètent et colorient un croquis représentant le dispositif initial voire le mode d’arrosage.
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
Séance 1.5
Le dénombrement des graines qui germent dans les trois bacs prouve l’efficacité de la procédure
d’arrosage en D3
Evaluation formative
Activités : Les élèves complètent les dessins produits dans la séance précédente (les trois bacs) en
procédant au dénombrement des graines germées dans chaque bac.
Ils doivent pouvoir interpréter oralement le résultat de l’expérience, répondre à la question
initialement posée voire verbaliser les procédures qui ont permis de répondre.
1
Séquence 2
2
3
Séance 2.1 (trois semaines après
germination)
Retour au semis de laitues
Activités : Description et réalisation d’un croquis collectif
puis séquentiel collectif de trois images (graine + germination
+ jeune pousse).
La plante s’est développée. On peut maintenant arroser sans
le pulvérisateur mais c’est difficile avec un arrosoir : le maître
propose une technique à la portée des GS avec une paille…
Manipulation individuelle
Relance de
l’expérimentation
individuelle
Séance 2.2 (cinq semaines plus tard)
Activité : Les petits plants de salade sont devenus assez vigoureux pour
un repiquage dans un grand pot, une serre ou mieux : en pleine terre.
Arrosage à chaque récréation avec l’arrosoir selon le temps qu’il fait…
Séance 2.3 (encore trois à quatre semaines plus tard)
Evaluation formative
 Remettre en ordre un séquentiel (6 images) représentatif de 4 à 5
stades de la croissance de la laitue (cf. ci-contre).
 Voir aussi le scénario « Croissance d’une plante » dans ORDO (Ed.
Hatier - page 68).
 Préparer un assaisonnement et déguster la salade récoltée…
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
 Une ou deux laitues demeurent en pleine terre et
« montent » à la faveur de la lumière et de la température
de la fin du printemps. La laitue fleurit (capitules de petites
fleurs jaunes). Nos jardiniers en herbe pourront achever
de comprendre le cycle de vie de la laitue en récupérant
les petites graines avant que le vent ne les disperse voire
même de tenter un nouveau semis.
Photo (fleur de laitue)
Prolongements possibles :
Après la phase végétative,
la plante se reproduit…
A moins qu’un prédateur
ne s’en mêle…
 Le mini potager aménagé dans la cour de l’école attire des animaux « affamés » dont il faudra protéger les salades
mais intéressant à observer (vers blanc dans le sol, moineaux dans l’air, limace ou escargot des jardins)…
Séquence 3
Nouveau questionnement
Relance de
l’expérimentation
Les élèves peuvent comprendre pourquoi une graine d’apparence inerte renferme tout ce qu’il faut pour donner naissance à une
nouvelle plante ; elle est vivante… L’ouverture d’une graine de haricot et l’observation à la loupe de l’embryon végétal est à la portée
des élèves de GS ou de CP.
Séance 3.1 (enquête auprès des grandes personnes) Question posée : Mais finalement, « Qu’est-ce qu’il y a à l’intérieur d’une graine ? ».
La question peut (doit) être posée par la maîtresse. On peut interroger les parents ou le jardinier expert et classer leurs dessins ou les
réponses orales : « Je ne sais pas » ou bien « quelque chose de magique qui fait pousser une tige à travers les nuages jusqu’au château d’un
géant… » ou bien « un cadeau » ou bien « des cotylédons » sont des réponses possibles…
Séance 3.2
Mais que faire pour savoir ce qu’il y a à l’intérieur ?
Activités :
ON L’OUVRE !
 Une trentaine de graines de haricots ont été mises à tremper 12 heures
dans l’eau afin de ramollir le tégument que les enfants peuvent alors
prudemment éplucher avec leurs doigts pour séparer les cotylédons et
observer plus précisément à l’aide d’une loupe la partie qui comporte
l’embryon végétal. Ils pourront avec l’aide de la maîtresse reconnaître
la future racine (radicule) et la future tige portant déjà les premières
feuilles. La graine porte en elle différentes parties de la plante.
 Représentation de l’observation par un dessin sur l’ardoise blanche
 Diffusion auprès des personnes sondées…
Nouvelle connaissance
Ressources complémentaires :
http://www.fondation-lamap.org/fr/page/11926/notions-cl-s-pour-enseigner-la-science
http://www.fondation-lamap.org/fr/page/11897/la-vie-des-plantes
Réseau ECLAIR Molière COLMAR
2013
http://www.fondation-lamap.org/fr/page/11021/les-germinations
http://www.jardinons-alecole.org/pages/intro.php
Liaison écoles maternelles
Contribution EM Les Géraniums
Téléchargement
Explore flashcards