Interrogation totale ou partielle La phrase interrogative exprime une

publicité
Interrogation totale ou partielle
La phrase interrogative exprime une demande d’information. Elle constitue une question qui appelle généralement
une réponse.
On distingue l’interrogation totale et l’interrogation partielle.
I) L’interrogation totale porte sur l’ensemble de la phrase et appelle une réponse globale : oui ou non.
Elle peut être marquée par :
- La simple intonation : seul le point d’interrogation la distingue de la phrase déclarative, c’est le cas le plus
fréquent dans le langage familier.
o Ex : Tu as eu peur ?
- Le terme « est-ce que », c’est le cas le plus fréquent dans le langage courant.
o Ex : Est-ce que tu as eu peur ?
- L’inversion du sujet, c’est le cas dans le langage soutenu et littéraire.
 Inversion simple, quand le sujet est un pronom personnel ou le pronom « ce » : Le sujet est placé juste
après le verbe (ou après l’auxiliaire dans les formes composées)
o Ex : As-tu eu peur ?
NB : Il y a un trait d’union entre le verbe et le pronom sujet postposé. A la troisième personne, quand le
verbe se termine par une voyelle, on intercale un –t- euphonique : Parle-t-il ? A-t-elle répondu ?
 Inversion complexe, quand le sujet est un groupe nominal ou un pronom autre que personnel (ou « ce ») :
Le sujet reste placé avant le verbe, mais il est repris après le verbe par la forme du pronom personnel
sujet de troisième personne qui s’accorde avec lui.
o Ex : Cette jeune fille a-t-elle eu peur ? Les enfants ont-ils eu peur ?
II) L’interrogation partielle porte sur une partie de la phrase, sur un de ses constituants, les autres
étant déjà connus ou présupposés.
 Dans le langage soutenu, le mot interrogatif est placé en début de phrase et il y a inversion du sujet.
o Par qui ce texte a-t-il été écrit ?
 Dans le langage courant, le mot interrogatif est placé en début de phrase, il n’y a pas d’inversion et
l’interrogation peut être renforcée par « est-ce que ».
o Par qui (est-ce que) ce texte a été écrit ?
 Dans le langage familier, il n’y a pas d’inversion et le mot interrogatif prend la place du groupe que
constitue la réponse.
o Ce texte a été écrit par qui ?
Le mot interrogatif peut être :
-
Un pronom interrogatif (Qui, que, quoi, lequel, laquelle, auquel, duquel…) qui peut être précédé d’une
préposition
o Avec qui parlais-tu ? / Avec qui (est-ce que) tu parlais ? / Tu parlais avec qui ?
o De quoi ris-tu ? / De quoi (est-ce que) tu ris ? / Tu ris de quoi ?
-
Un adverbe interrogatif (Combien, comment, où, pourquoi, quand)
o Combien cela coûte-t-il? / Combien (est-ce que) ça coûte ? / Ca coûte combien ?
o Comment va-t-il ? / Comment (est-ce qu’)il va ? / Il va comment ?
o Quand viendra-t-il ? / Quand (est-ce qu’)il viendra ? / Il viendra quand ?
-
Un déterminant interrogatif (Quel, quels, quelle, quelles + nom)
o Quel film as-tu vu ?/ Quel film (est-ce que) tu as vu ? / Tu as vu quel film ?
-
Les termes « qu’est-ce qui », « qui est-ce qui », « qu’est-ce que », « qui est-ce que »
o Qu’est-ce qui se passe ?
o Qu’est-ce que tu attends ?
III)
L’interrogation alternative
Intermédiaire entre l’interrogation totale et l’interrogation partielle, l’interrogation alternative peut prendre deux
formes :
1) Est-ce une vipère ou une couleuvre qui t’a mordu ?
2) Est-ce que tu viens ou pas ?
Les réponses possibles sont réduites à deux termes alternatifs.
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire